En toute immodestie!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "En toute immodestie!"

Transcription

1 ISSN N 199-1,50 - Novembre 2008 ==================================================== En toute immodestie! Depuis le temps que vous nous fréquentez, vous avez fini par nous connaître. Vous savez qu il n est pas dans nos habitudes de nous jeter des fleurs et de péter plus haut que notre cul. Sans avoir été élevés par les curés et les bonnes sœurs, nous avons tout de même de l éducation! Mais cette fois-ci, on n y résistera pas : devant la déconfiture des marchés financiers, des banquiers, des entrepreneurs et de leurs idéologues patentés, dont la crise a fait éclater les baudruches verbales qui leur tenaient lieu d analyses en même temps qu elle fait dégringoler les Bourses qu ils voyaient monter au ciel, on ne peut s empêcher de souligner que nous soutenons depuis vingt ans (1) la thèse que, non seulement les politiques néolibérales font le malheur de l humanité, mais qu elles vont entraîner tout le monde, y compris le capital lui-même, vers la catastrophe. Et cela pendant que des cohortes de journalistes, d universitaires, d hommes politiques et d hommes d affaires chantaient les vertus du capitalisme libéralisé et mondialisé. Avec quelques petits groupes, nous avons été parmi les rares qui n ont jamais cru aux balivernes débitées par les moulins à prière du capital. Contre marées mondialistes et vents néolibéraux, nous avons maintenu notre conviction que ce monde finira par s écrouler comme un château de cartes. Le rappel de la validité de notre analyse est d autant plus nécessaire que la cohorte des faillis idéologiques susmentionnés continue à tenir le haut du pavé médiatique et à nous faire la leçon. N entend-on pas cette basse-cour roucouler aujourd hui «Rerégulons, rerégulons!» comme elle a caqueté des années durant «Dérégulons, dérégulons!», avec le même psittacisme dans la forme et la même stupidité sur le fond. L art de psalmodier de concert est décidément le seul dans lequel excelle ce genre de volatiles. Nous autres, les minoritaires si souvent raillés et déconsidérés archéomarxistes, attardés du XIX e siècle - nous nous félicitons aujourd hui de ce que, étant tombés tout petits, à l âge où l on s éveille à la politique, dans la potion magique du Capital, nous avons compris une fois pour toutes que le capitalisme reste aujourd hui ce qu il était hier et ce qu il sera demain s il réchappe de sa crise actuelle: un mode de production fondamentalement contradictoire et donc instable, dans lequel l accumulation des forces productives de la société ne peut venir que buter inexorablement sur les limites que lui impose la propriété privée des moyens de production; et qu aucune innovation technique, aucune nouvelle frontière, aucune sophistication financière ne pourront jamais le délivrer de cette contradiction. Les circonstances présentes nous autorisent à jouer les immodestes et à nous amuser un instant des inquiétudes et des contorsions idéologiques ridicules de nos adversaires de classe. Ils sont déstabilisés; c est plaisant. Mais ils pourraient se rétablir si le prolétariat ne songe pas à les bousculer un peu plus; ça, ce serait moins réjouissant. (1) Le numéro 200 va correspondre à vingt ans de parution

2 La mort accidentelle de Jörg Haider a rendu visible la gravité de certaines régressions politiques et idéologiques que connaît l Autriche. EtenFrance?... Vous découvrirezci-dessous unarticlequeles responsables delarubrique«rebonds» de"libé" n ontpas jugébon depublier. Unautretexte, allantdans lemêmesens, aégalementétérefusépar"lemonde" et"libé". L Autriche honore son délinquant xénophobe Dès 6heures dumatinlesamedi11octobre 2008, les médias autrichiens ne bruissentquedelamortdejörghaiderqui s est tué dans la nuit dans un accident de voiture à la sortie de Klagenfurt. Dans les heures et jours suivant, on apprendra que le gouverneur de Carinthie roulait à plus de 140 km/h dans une zone limitée à 70 avec 1,8gd alcooldans lesang.la famille attaquera le procureur pour avoir laissé filtrer cette information. Jörg Haider est mort commeil avécu endélinquant, désirant imposer des lois aux autres mais les refusant pour lui-même. Pour un étranger, pour un démocrate, les réactions à la mort de Jörg Haider sont totalement incompréhensibles. Pendant toute la semaine, des milliers d anonymes déposent des couronnes et des bougies devant le siège du gouvernement provincial de Carinthie ou sur le lieu de l accident. À travers la province fédérale, des banderoles pleurent «Jörg, le roi des cœurs carinthiens». Dans les écoles, une minute de silence est observée à la mémoire du gouverneur disparu, les enfants sontinvités àchanterpourlui. Le mercredi suivant l accident, 4000 personnes prennent partà une cérémonie religieuse en sa mémoire dans la cathédrale Saint-Etienne de Vienne. Cette cérémonie rassemble des anciens ministres, du FPÖ et du BZÖ (Alliance pour l avenir de l Autriche) mais aussi conservateurs comme sociaux-démocrates, et quelques néo-nazis reconnaissables à la boucle de leur ceinturon affichant un double «S». D après le quotidien viennois Kurier, cette fièvre populaire rappelle celle «autour de Lady Di et de Mère Teresa», elle a été magnifiquement récupérée par les médias. Le tabloïd Österreich sort dans les kiosques un numéro spécial agrémenté d un DVD intitulé «C était Jörg Haider» et réunissant «les scènes de sa vie, de son ascension, de ses succès [...] et ses meilleurs discours». L ORF, la télévision publique autrichienne modifie ses programmes du samedi 18 octobre pour diffuser en direct durant deux heures lacérémoniedes obsèques. Entre et personnes assistent le samedi 18 octobre à ces obsèques. Le président de la république Heinz Fischer, le chancelier social-démocrate encore en exercice Alfred Gusenbauer, le président du SPÖ Werner Faymann, chargé de former le futur gouvernement, ses homologues des autres partis à l exception des Verts et les gouverneurs des provinces fédérales viennent rendre un dernier hommage à leur collègue qui avait déjà été gouverneur de Carinthie en 1989 et qui avait été destitué en raison de son apologie de la politique d emploi du Troisième Reich. Parmi les invités étrangers figurent notamment Said Kadhafi, l un des fils de Khadafi, avec lequel Jörg Haider était lié depuis fort longtemps. Quant aux représentants des organisations de l extrême droite européenne, ils semblent avoir étédiscrets. La semaine précédant les obsèques, les r e s ponsables politiques du pays, Verts mis à part, ne tarissent pas d éloges sur cet homme. Que Jörg Haider ait été une bête politique, qu il ait transformé les rapports politiques ces vingt dernières années en Autriche c est indéniable, mais doit-on l en remercier? Doit-onrendrehommageàunhommequi, depuis plus devingtans, n aeuqu insultes à la bouche pour le système politique du pays, pour ses adversaires et amis politiques qui, comme si ils n avaient rien entendu, lui ontrendudes honneurs quasi officiels? Doit-on saluer un homme qui en diffusant un discours xénophobe voire parfois raciste pendant toutes ces années l a rendu licite et dicible dans la société autrichienne, un homme qui a réactivé toutes les pratiques ettous les réflexes populistes? Qu une partie de la population de Carinthie pleure son «Landesvater», que «le fils-adoptif» de Haider, Stefan Petzner, secrétaire général du BZÖ, pleure comme un amoureux transi quand il évoque son «chef», son «ami» ou «l homme de sa vie», que l évêque de la région parle du grand «cœur inquiet et dynamique» de Jörg Haider on peut le comprendre, mais que le Président de la République en personne laisse entendre que Jörg Haider ait été«un homme politique de grand talent», qu il ait été en somme qu un homme politique comme les autres, cela n est guère acceptable. Quant au discours d Alfred Gusenbauer, chancelier social-démocrate, le jour des funérailles, il est absolument inaudible pour un étranger, pour un démocrate : «Oui, en ce jour, nous devons dire, quel que soit notre parti politique : respect et reconnaissance. Jörg Haider, tu as voulu beaucoup de choses, tu ne les as pas toutes accomplies mais en grande partie, et beaucoup, beaucoup de personnes t en remercient.» La politique d alliance de Wolfgang Schüssel avec le FPÖ en 2000 avait rendu Jörg Haider fréquentable, mais on pouvait espérerque celane valait que pour les conservateurs chrétiens. De rares journalistes de l ORF, Tarek Leitner ou Armin Wolf, ont tenté de modérer les propos et de rappeler des évidences. Ils ont été submergés de critiques ourappelés à l ordrepar les représentants de la droite radicale. Même les opposante-s les plus véhément-e-s à Jörg Haider ne sont autocensuré-e-s au nom de la Pietät, du respect des morts. Les quotidiens ont fermé leurs blogs ou tribunes aux réactions trop négatives. La presse et les médias se sont mis à qualifier Anton Pelinka, professeur de science politique à l Université d Innsbruck, «d opposant» car il ose rappeler combien Jörg Haider a nui à l Autriche et lui nuit encore après sa mort. Il est l un des seuls à ne pas oublier quelle a été la «carrière» de Jörg Haider, sa contribution à la «haidérisation» des esprits, sa responsabilité dans la banalisation de la xénophobie et du racisme dans cepays. En fin de compte, il faut écouter les journaux télévisés des télévisions allemandes pour apprendre que cet homme politique, à qui l Autriche entière rend hommage rendait, lui, hommage à la politique de l emploi du Troisième Reich et niait des décennies durant l existence de lanationautrichienne. Ce n est qu au lendemain des obsèques que Die Presse s interrogera sur l hommage à un homme «qui ignorait toutautantles avis de lacour suprêmesur l affichage bilingue (en allemand et en slovène, en Carinthie) que le code de la route?», enunmotàundélinquant. La mort de Jörg Haider nous rappelle une nouvelle fois que les élites politiques autrichiennes n ont toujours pas tiré les leçons du passé. Franz Vranitzky, chancelier fédéral de 1986 à 1997, qui fut un des seuls hommes d Etatautrichiensàdéfendre l idée du «cordon sanitaire» autour de Haider et à revenir sur les responsabilités de l Autriche et des Autrichien-ne-s dans les crimes du national-socialisme doitsesentirbienseul encemoment. PaulPasteur Professeurd histoirecontemporaineà l UniversitédeRouen-Co-rédacteurenchefde larevueaustriaca

3 Vers la stratégie de choc et effroi? L exemple de la Russie «post soviétique» A l heure des premiers chocs de la crise financière mondiale qui risquent de provoquer des dégâts sociaux inimaginables, les élites politiques qui, hier, faisaient l apologie du système capitaliste financiarisé et du libre marché «autorégulateur», tiennent, aujourd hui, des propos gauchisants. Ils n ont pas de mots trop durs, trop crus pour condamner les spéculateurs. A l image de Sarkozy autoproclamé «sauveur du monde», ils prétendent moraliser le capitalisme tout en prônant un interventionnisme effréné pour le sauver. Les naïfs et pseudo naïfs de Gauche, voire de la Gauche de Gauche, font de la surenchère «keynésienne» pour relancer l économie. Au pouvoir, le clan sarkozyste semble toujours les devancer: emplois aidés, hausse des indemnités chômage. Car tous sont plus ou moins convaincus que les «temps maudits» sont revenus. Le voile des louanges frauduleuses se déchire. L économie casino est en faillite. Ils s alarment, au même titre que la boîte à idées «Entreprise et personnel», des «risques de conflits durs», «d explosions sociales» incontrôlables. «L heure est à la communication et au déminage» 1. Et si ça ne marchait pas? C est la raison pour laquelle il nous a semblé utile de revenir sur la «stratégie du choc, du capitalisme du désastre» 2 qu ont imposée les puissances dominantes pour faire accepter le néolibéralisme. Non pas pour démontrer que l histoire se répéterait d autant que la bourgeoisie cosmopolite est ébranlée dans ses fondements, mais pour mieux saisir que la lutte des classes va s intensifier. Le pire est à venir et les coups tordus, les manipulations de tous ordres vont certainement se déployer pour casser le mouvement social et trouver des boucs émissaires afin de détourner l attention des problèmes réels. Si nous ne prenons que l exemple de l URSS, c est à la fois parce qu il est emblématique mais surtout parce que la propagande occidentale laisse encore croire que les libéraux, chantres de la démocratie de marché, seraient étrangers à la nature de la dictature capitaliste poutinienne qui a surgi des décombres du «socialisme» de caserne. En outre, vis-à-vis de ceux qui croient pouvoir revenir à l ère définitivement close des Trente Glorieuses pacifiquement et par la voie paisible des élections, il convient de diffuser un «pessimisme de la réflexion» permettant d anticiper par l action les coups à venir. On se rappelle qu en 1990, Gorbatchev tente de mettre en œuvre un processus de démocratisation par le haut (transparence et restructuration). Il rêve, dans un système bloqué, une économie endettée, d introduire le modèle social-démocrate dont il fait l éloge. Mais le G7, le FMI, la Banque mondiale ne l entendent pas ainsi! L ère keynésienne est forclose. Pour espérer obtenir les aides financières sollicitées, c est une stratégie de choc radicale qu ils préconisent. Il faut suivre le modèle polonais, appliquer un programme économique inspiré de l école ultra libérale de Chicago, adopter une ligne dure à l exemple de Pinochet au Chili, prendre le risque d une effusion de sang. Le Pinochet russe, ce fut Boris Eltsine qui, un mois après le sommet du G7, apparut d abord en sauveur de la démocratie. Le 18 août 1991, comme par hasard, la vieille garde nomenklaturiste, à bord de tanks, fonça sur le Parlement russe issu des premières élections libres et ce, pour mettre un terme au processus de démocratisation. Le «brave» Boris, après quelques gesticulations au sommet d un tank, renvoya cette escouade dans les casernes. Les médias occidentaux louangèrent son courage, le proclamèrent héros de la démocratie. Après ce 1 er coup d Etat, la dissolution de l URSS proclamée entraîna ipso facto la démission de Gorbatchev. Cet homme providentiel fit immédiatement appel aux conseillers US, les fameux Chicago boys, contre la promesse de 15 milliards de dollars pour convertir la Russie aux bienfaits du capitalisme. L administration américaine enchantée ne fut pas en reste: elle dépêcha ses propres experts, ses financiers, afin qu ils rédigent les décrets de privatisation et créent de toute pièce une Bourse calquée sur celle de New York. Prise au jeu, elle en rajouta: 2,1 millions de dollars furent consacrés aux frais et rémunérations d équipes de jeunes avocats d affaires et d économistes La grande braderie des actifs russes pouvait commencer : sociétés d Etat étaient concernées. Mais un sondage révélait des «difficultés» à surmonter. Les Russes restaient attachés à la redistribution des richesses, pour 67% d entre eux, les coopératives ouvrières étaient la façon la plus démocratique de «privatiser» les actifs de l Etat et 79% se déclaraient attachés au plein emploi. Joseph Stiglitz 3, en désaccord avec la stratégie mise en œuvre l a commentée en ces termes : «Seule une attaque éclair lancée pendant la conjoncture favorable créée par le brouillard de la transition (dite démocratique - ndr) permet d apporter des changements avant que la population n ait eu le temps de s organiser». Et ce fut la «thérapie du choc», «la destruction créatrice» pour reprendre les termes des théoriciens du capitalisme criminel. En 1992, brutalement des millions de Russes, issus de classes moyennes, avaient vu leur épargne engloutie. En un an, de 91 à 92, la consommation du Russe moyen avait diminué de 40 %, un tiers de la population vivait sous le seuil de pauvreté. Désorientation, lassitude et puis, en mars 1993, les protestations se multiplient, le Parlement se mutine contre la politique imposée par le FMI. Cette instance internationale menace d annuler le prêt promis de 1,5 milliard de dollars, si les réformes ne sont pas poursuivies. Boris Eltsine décrète l état d urgence, le Parlement se rebiffe et vote par 836 voix contre 2, sa destitution. Il riposte en faisant encercler le Parlement par l armée, coupe le gaz, l électricité et le téléphone, dissout les conseils municipaux et régionaux. Pendant deux semaines, des manifestations pacifiques apportent leur soutien aux parlementaires, parviennent à

4 une levée partielle du blocus imposé par l armée. Le nouvel homme fort de l Occident capitaliste double la solde des soldats, renforce l encerclement, les manifestants sont mitraillés (100 morts). Ordre est donné aux troupes de prendre d assaut le Parlement soldats munis de tanks, d hélicoptères, des commandos d élite mitraillent, bombardent. Parmi la population, après 10 heures de ce délire meurtrier, on dénombre 500 morts, plus de blessés et arrestations. De l immeuble calciné, les députés sortent les mains en l air et se rendent. «Choc et effroi» 4. Pendant ce temps, les médias occidentaux rivalisent en désinformation: les parlementaires sont qualifiés de «bandes d illuminés d extrême droite», ou «d ex communistes enivrés de pouvoir». Quant aux Chicago boys qui entourent la clique des oligarques et autres rapaces, ils exultent : «Maintenant que nous n avons plus le Parlement dans les jambes, nous pouvons nous atteler à la véritable réforme» et Anatoli Tchoubaï, présenté comme un «combattant de la liberté» de déclarer : «Au sein d une société, la démocratie n est possible que si une dictature est au pouvoir». Quant à la nouvelle bourgeoisie en voie de constitution, elle fut comblée: avant Eltsine on ne comptait aucun millionnaire; en 2003, on dénombrait 17 milliardaires dans le pays. Mieux, elle n autorise les actionnaires étrangers à faire leur marché lucratif qu après la constitution de sociétés capitalistes dont cette couche sociale russe est devenue propriétaire. Toutefois, l affaire restait hautement lucrative. Le Wall Street journal en fit la promotion «Vous cherchez un rendement de 2 000% en 3 ans, un seul marché boursier vous offre une telle possibilité, la Russie». Mais de nouveau la grogne sociale se manifeste Il fallait un nouveau coup tordu: la guerre de Tchétchénie fut déclenchée dans l espoir de détourner l attention des Russes et tenter de faire remonter la cote de popularité d Eltsine. La campagne ultra nationaliste modela l opinion désemparée Nouveau coup dur en 1999, la crise asiatique éclate, à la spéculation et à la corruption effrénées s ajoute l effondrement de l économie réelle. La cote de popularité d Eltsine a chuté à 6%, intenable. Il fallait encore tétaniser la population, l empêcher de manifester son mécontentement dans les rues. En septembre 1999, tout le pays fut secoué par des attentats terroristes d une extrême cruauté vis-à-vis des civils. Poutine ordonna de traquer les «bêtes sauvages», il fit bombarder les zones civiles en Tchétchénie. Pour son cynisme, en décembre 1999, les oligarques organisèrent subrepticement la passation de tout le pouvoir à Poutine. Son premier geste fut de signer une loi interdisant toute poursuite judiciaire contre son prédécesseur. «Le bouffon corrompu» pouvait jouir de jours tranquilles. Le bilan est effroyable. En 1989, 4 millions d habitants de la Fédération de Russie vivaient dans la pauvreté avec moins de 4 dollars par jour. En 1990, ils étaient 74 millions, 80% des exploitations agricoles étaient en faillite, usines avaient fermé. En 2006, l UNICEF comptabilisa 3,5 millions d enfants sans domicile fixe. <<>> Vis-à-vis des sociaux-libéraux qui se reconvertissent en interventionnistes sociaux-démocrates et de ces «doux rêveurs» ou manipulateurs qui appellent à une moralisation démocratique du capitalisme, il est utile de rappeler le danger que représente un tigre blessé. Les stratégies élaborées dans les cénacles du Pentagone ou parmi les élites économiques peuvent servir sous d autres formes. Car, avec la crise, pour en faire payer le prix à la population et faire admettre des politiques impopulaires, ils n ont que le choix des moyens: attiser l hyper inflation, effrayer les gens, réprimer les manifestants, faire planer la menace d un effondrement économique, créer un climat de panique. Car, pour sauver le capital - pour reprendre les termes des stratèges des classes dominantes «la destruction est créatrice», «la situation doit dégénérer avant de s améliorer». 1) Le Monde - article de Rémi Barroux. Gérard Deneux 2) Titre du livre de Naomi Klein paru aux éditions Actes Sud. Les faits et citations sont tirés de ce livre p. 286 à ) Lire son ouvrage réformiste mais intéressant sur l'analyse " La grande désillusion " Edition Fayard. 4) C'est le nom qui fut donné à l'attaque américaine contre l'irak Depuis de nombreuses années, les éditos d ACC et d AL sont publiés dans les deux revues. Nous publions ci-dessous l édito d AlternativeLibertaire n 178 (novembre 2008). «Alternative Libertaire» coûte 2 euros au numéro et est disponible par abonnement et en kiosque (ils sont plus nombreux à être desservis). Abonnement : 20 euros pour un an (11 numéros) à adresser à «Alternative libertaire» BP PARIS cedex 19. Je te tiens, tu me tiens... Les spéculateurs tiennent les banques; les banques tiennent les entreprises de production et les gouvernants; les entreprises de production tiennent les travailleurs et les travailleuses par un chantage à l emploi. Tout le système capitaliste est basé sur ces chantages en cascade. Alors quand la spéculation dévoile sa vacuité sans fond, c est panique à bord chez les capitalistes. Bâti sur du vent et de la spéculation, le système financier a besoin en permanence de nouvelles richesses réelles à dévorer. C est pourquoi le capitalisme saute de crise en crise, continuellement. Chaque krach prépare le suivant, la finance ayant toujours besoin de plus de richesses à dévorer. La crise actuelle a une ampleur inhabituelle car elle est partie des États-Unis, du «ventre» du capitalisme. Elle se propage, touche toute la planète, et surtout impacte une économie réelle rendue totalement dépendante du financier. Les gouvernants voient leur monde d écrouler. Les ultralibéraux américains nationalisent. Aux États-Unis et en Europe, la planche à billets tourne à plein régime pour tenter de sauver la mise aux spéculateurs. L économie de production, les besoins des populations, l investissement de fond et à long terme, tout est sacrifié sans scrupule sur l autel du capitalisme financier. Ceux qui vont réellement en souffrir, comme d habitude, ce sont les travailleurs et les travailleuses, les seuls à produire réellement de la richesse. À moins que... À moins que l ampleur des sacrifices exigés soit cette fois telle, à moins que l absurdité et l injustice de la situation soient tellement ubuesques que la colère l emporte et que tous ensemble, nous mettions ce système à bas. Crise capitaliste permanente ou socialisme: nous sommes à l heure des choix. Alternative libertaire, le 24 octobre 2008

5 Sur la crise (1) : Le triomphe catastrophique du néolibéralisme «Qui est le plus grand criminel : celui qui vole une banque ou celui qui en fonde une?» Meckie Messer dans L Opéra de Quatre Sous de Bertold Brecht «Entre 1971 et 2008, l économie mondiale a enregistré pas moins de vingt-quatre crises financières soit, en moyenne, une crise toutes les années et demie. Un record historique.» 1 Pour mémoire, rappelons simplement les principales d entre elles : en , la crise de la dette des pays latino-américains; en octobre 1987, le krach boursier aux Etats-Unis et en Europe; en 1989, celui des des junk bonds (obligations pourries), suivi de la faillite et du sauvetage par l Etat (donc le contribuable) états-unien des caisses d épargne (Loan and Savings) à la hauteur de 500 milliards de dollars; l éclatement de la bulle immobilière japonaise en 1991 et la crise consécutive de tout le système bancaire nippon; la crise financière du printemps et de l été 1997 en Asie du Sud-Est, avec des contrecoups importants l année suivante en Russie, en Turquie, au Brésil et au Mexique, se concluant par la faillite et en octobre 1998 de Long Term Capital Management (LTCM), un hedge fund (un fond spéculatif spécialisé dans les opérations spéculatifs à fort risques mais aussi à fort rendement, à condition qu elle réussissent) basé à New York; l éclatement de la bulle Internet au printemps 2000 et la longue dégringolade boursière qui s est poursuivie jusqu à l automne de l année suivante, ponctuée par les scandales Enron, WorldCom et Vivendi et conclue par la crise financière argentine de novembre-décembre Ce qui frappe dans cette séquence, c est l augmentation continue de la fréquence et de la gravité de ces crises. Or, relativement à ces dernières, et alors même qu elle n en est qu à ses débuts, l actuelle crise surenchérit encore par son ampleur et par la rapidité de sa diffusion. Sous ce double rapport, elle n est comparable qu à la crise de novembre 1929, qu elle dépasse d ailleurs par son échelle: c est le plus grosse crise financière de l histoire du capitalisme. Du coup, ce qu elle met en jeu, c est l ensemble des politiques néolibérales suivies depuis une trentaine d année dont elle est largement le résultat; et dans cette mesure même, quelle qu en soit l issue, elle est appelée à constituer un tournant dans la longue crise structurelle dans laquelle le capitalisme est engagé depuis le milieu des années De la crise de «l économie fictive» à la crise de «l économie réelle» Revenons tout d abord sur le processus de cette crise, sur l enchaînement qui nous a amenés au point où nous en sommes aujourd hui. Ou plutôt: au point où nous en serons demain, car la crise, la vraie, reste à venir. Elle est encore largement devant nous. Dans ce processus, on peut distinguer grossièrement trois temps, sachant que ceux-ci se chevauchent en partie. Hier. Au point de départ, un boom de l immobilier aux Etats-Unis provoqué par la généreuse distribution de prêts aux ménages désireux d accéder à la propriété de leur logement, boom dont l entretien suppose rapidement de faire appel à des ménages que les créanciers savent pourtant difficilement solvables du fait de la modicité de leurs revenus. Les prêts accordés à ces derniers ont été, de ce fait, qualifiés de subprime, littéralement «inférieur à la norme de qualité» : en dessous des garanties habituellement demandés aux emprunteurs en ce qui concernent leur capacité de faire face aux charges de leur dette 2. En fait, tout en promettant à ces ménages de pouvoir s enrichir rapidement en revendant le cas échéant leur logement, les créanciers comptaient sur la poursuite du boom immobilier, donc sur la hausse continue du prix des logements, pour permettre aux ménages débiteurs de faire face à leurs remboursements, moyennant des prêts supplémentaires accordés sur la base de la valorisation constante de leur bien. En somme, on anticipait un mécanisme d endettement pour ne pas dire de surendettement perpétuel pour continuer à pousser à la hausse le prix de l immobilier et la valeur boursière des titres des créances immobilières. Les prêts subprime sont donc, dès le départ, des crédits hypothécaires à haut risque pour leurs créanciers que sont les banques. Risques dont, pour cette raison, elles se débarrassent en les revendant à des organismes spécialisés dans le prêt hypothécaire chargés de leur titrisation, dont les deux principaux sont aux Etats-Unis surnommés Fannie Mae et Freddy Mac. La titrisation est une technique financière consistant à regrouper et à fractionner des dettes sous forme d obligations (en l occurrence les Residential Mortgage Backed Securities ou RBMS : titres adossés à des crédits immobiliers) pour les vendre sur le marché financier, autrement dit à proposer aux acteurs intervenant sur ce marché (essentiellement des banques, des compagnies d assurance et des fonds d investissement, notamment les fameux hedge funds, souvent eux-mêmes filiales de banques ou de compagnies d assurance, opérant la plupart du temps depuis des paradis fiscaux) de prendre des participations à la dette en question, en contrepartie de la part correspondante des intérêts qui courent sur elles 3. Lesquels acteurs vont à répéter à leur tour l opération en titrisant leurs propres participations (grâce à des «produits financiers» dont la sophistication n a d égale que l opacité : les Credit Default Swaps ou CDS, dérivés de crédit impliquant le transfert du risque inhérent à ce dernier, et les Collateralized Debt Obligations (ou CDO: des créances dérivés de créances), et ainsi de suite deux ou même trois fois, la dispersion des risques d insolvabilité des débiteurs étant censée réduire ceuxci pour chacun des créanciers (ce qui ne pouvait que lever leurs dernières préventions). Le tout sous couvert des agences de no-

6 tation chargés d évaluer ces différents «produits», largement complices des organismes réalisant de pareils montages, et des autorités régulatrices des marchés financiers (ou ce qui en reste), tous communiant dans la religion de la capacité autorégulatrice des marchés. Un processus que l irresponsabilité ainsi organisée de chacun de ses acteurs singuliers, encouragée par l appât des gains potentiels, ne pouvait que pousser audelà de toute limite. Au terme de ce processus de socialisation des créances courant sur les prêts subprime et d autres prêts tout aussi douteux, par la vertu de la libéralisation (de la déréglementation, du décloisonnement et de l internationalisation) des activités financières intervenue depuis la fin des années 1970, les risques inhérents à ces prêts se sont diffusés à une grande partie du capital financier au niveau planétaire, sans même quelquefois que les acteurs de ce dernier ne le sachent ou du moins sans qu ils connaissent ni mesurent l étendue exacte de leur implication sans surtout qu ils cherchent même à le savoir. En conséquence lorsque, à l automne 2006 et au printemps 2007, du fait de l éclatement de la bulle immobilière (le retournement à la baisse du prix des logements, du fait de la saturation du marché), du ralentissement de l activité économique (impliquant licenciement et tassement des hausses salariales) ou de la hausse des prix de l énergie et des produits alimentaires, voire du simple fait de la hausse des charges de remboursement de la dette (la plupart des prêts subprime prévoyaient des taux d intérêts relativement bas sur les deux premières années de remboursement et une hausse substantielle à partir de la troisième année), des ménages de plus en plus nombreux se sont déclarés insolvables aux Etats- Unis et du même coup expulsés de leur logement 4, c est potentiellement l ensemble de la finance mondiale qui s est trouvé menacé par ce défaut. Tout simplement parce que les créances sur lesquelles étaient assis leurs titres et par conséquent ces derniers avec elles étaient dévalorisés: réduits à la valeur en chute libre de logements inoccupés, venant s amasser au gré des expulsions sur un marché déjà saturé, voire réduits à rien. La stabilité du château de cartes aux dimensions planétaires construit par empilement savant de papiers divers (les titres) se trouvait immédiatement menacée. Les as de la finance, qui avaient oublié ce principe élémentaire de toute sagesse financière qui veut qu on ne prête qu aux riches ou du moins à des débiteurs qu on peut raisonnablement tenir pour solvables et qui croyaient avoir diminué le risque inhérent au crédit par la technique miraculeuse de la titrisation des dettes immobilières, n étaient parvenus qu à diffuser ce dernier au sein du système financier mondial. Aujourd hui. L étendue des dégâts, c est-à-dire l ampleur de l implication de l ensemble de la finance mondiale dans cette déconfiture et des pertes qu elle allait devoir enregistrer, mettra cependant encore presque dix-huit mois à se révéler, entre le printemps 2007 et l automne de cette année. Au départ, il a pu sembler que la crise serait circonscrite aux seuls organismes de prêts hypothécaires états-uniens directement impliqués dans le montage des prêts subprime et, au pire, les quelques banques et compagnies d assurance auxquels ils étaient adossés par le biais de la titrisation. L affaire semblait pouvoir se circonscrire à quelques faillites retentissantes dans ce secteur, sans plus. Mais, rapidement, la chaîne des implications dans la crise des différents centres du capital financier mondial, forgée par le mécanisme de la titrisation en cascade des créances et lubrifiée par les vertus de la libéralisation des activités financières, est apparue. Et avec elle, le caractère systémique de la crise: le fait que cette dernière menaçait le système financier tout entier et, au-delà de ce dernier, l économie mondiale ellemême. Le premier signe en même temps que le principal relais du caractère systémique de cette crise a été la diffusion de cette dernière au secteur bancaire, non seulement aux Etats- Unis mais encore en Europe. Au cours du premier semestre de cette année, à l occasion de la publication de leur bilan comptable pour l année Sarko pour les «subprime» En 2007, le candidat Sarko se faisait le champion des prêts hypothécaires, devenus célèbres sous le nom de subprime : «Les ménages français sont aujourd hui les moins endettés d Europe. Or, une économie qui ne s endette pas suffisamment, c est une économie qui ne croit pas en l avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages ( ) Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement» 2007, de nombreuses banques européennes, y compris parmi les plus grandes d entre elles, ont ainsi dû déclarer des pertes considérables du fait de leur implication dans l achat de titres assis sur des prêts subprime. A titre d exemple, citons l Union des banques suisses (UBS), la principale banque helvétique, qui gère à elle seule une bonne part de la fortune privée mondiale, a ainsi annoncé une perte de 20 milliards de dollars. Encore ne s agissait-il là que de pertes. La défaillance de la banque britannique Nothern Rock, spécialisée dans les prêts immobiliers, qui n a dû d échapper à la faillite pure et simple qu au fait d avoir été nationalisée en catastrophe en mars dernier, et celle de la banque états-unienne Bear Stearns rachetée à vil prix par JP Morgan grâce à de l argent public, a montré que l affaire pouvait être beaucoup plus sérieuse encore. En se multipliant à partir du printemps, les annonces de pareilles pertes et défaillances n ont pu qu instiller puis aggraver le doute, et d abord dans les milieux financiers, sur les menaces, cachées ou tout simplement ignorées, pesant sur la solvabilité de la plupart des acteurs et la solidité de l ensemble du système financier. La conséquence en a été, au cours de ce printemps et plus encore durant l été, aux Etats-Unis puis en Europe, une contraction du marché interbancaire: du marché par lequel les banques se prêtent de l argent, généralement à court terme (de un à trois mois) voire à très court terme (sur la journée ou la semaine). Activité normale tant qu il s agit tout juste de garantir la liquidité des banques (leur trésorerie), ces prêts interbancaires se ralentissent voire cessent purement et simplement dès lors que c est la solvabilité des acteurs qui se met à devenir douteuse, autrement dit lorsque les banques se mettent à douter les unes des autres: à ne plus se faire crédit, dans tous les sens du terme. Avec pour double effet d aggraver du même coup immédiatement la situation des plus fragiles des banques d affaire, celles précisément les plus atteintes par les pertes dues à leur possession de titres

7 assis sur les prêts subprime, au risque de les acculer à la faillite; et, surtout, de menacer à terme l ensemble du système bancaire, y compris ses éléments les plus solvables, tout en réduisant considérablement sa capacité à remplir sa fonction de créancier auprès des acteurs économiques (entreprises et ménages) en leur accordant les prêts qu ils sollicitent d eux. Dès lors, il est devenu évident que le système financier n était plus en mesure de se sauver lui-même 5. La brutale accélération de la crise bancaire par défaut de liquidités et la panique boursière consécutive au refus du gouvernement Bush de voler au secours de la banque Lehman Brothers 6, entraînant la plus grande faillite de l histoire des Etats-Unis (elle laisse une ardoise de 613 milliards de dollars!), a prouvé a contrario que les capacités d autorégulation du système financier étaient d ores et déjà très largement dépassées. Il était temps dès lors que les Etats entrent en jeu via les banques centrales. Non plus seulement pour sauver des acteurs majeurs du capital financier particulièrement exposés (tels le premier assureur au monde, AIG, les deux principaux organismes de crédit hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac ainsi que les trois principales banques d affaires Goldman Sachs, Morgan Stanley et Merrill Lynch aux Etats-Unis, la Royal Bank of Scotland la seconde banque britannique après la Banque d Angleterre, la Halifax Bank of Scotland et la banque Bradford&Bingley au Royaume-Uni, la banque Hypo Real Estate spécialisée dans le prêt immobilier et la Deutsche Bank la première banque allemande en Allemagne, Fortis au Benelux, Dexia en France et en Belgique) mais pour tenter de sauver le système financier tout entier qui, par contagion, menaçait de s écrouler partie par partie, la défaillance des uns risquant d entraîner dans le gouffre les autres. Tel est le sens des différents plans de sauvetage adoptés fin septembre et début octobre par le gouvernement états-unien, par le gouvernement britannique ainsi que par les principaux gouvernements de la zone euro. Ces plans visent, d une part, à prévenir la faillite de tout capital financier majeur (une grande banque, une grande compagnie d assurance, un fonds d investissement important, etc.), en reprenant à son compte ses créances douteuses (pour une durée plus ou moins longue) voire en les rachetant (en espérant pouvoir en revendre une partie, même dévalorisées) ou en entrant purement ou simplement dans son capital, autrement dit en le nationalisant en tout ou en partie. Dans les deux cas, il s agit bien de socialiser les pertes enregistrées par ces capitaux, autrement dit d en faire supporter le poids par les contribuables. Tandis que, d autre part, la garantie des Etats est donnée aux prêts interbancaires, de manière à relancer le marché interbancaire, tout en garantissant par ailleurs tout ou partie des dépôts bancaires, de manière à prévenir tout retrait massif des déposants. Demain. A ce jour, nul ne peut dire si ces plans de sauvetage du système bancaire et plus largement financier seront suffisants. Tout dépend de l ampleur des pertes qu il s agira d éponger, que personne n est actuellement en mesure de chiffrer, du fait de l opacité qui entoure les activités bancaires. Opacité qui ne tient pas seulement ni d abord au secret dont les directions bancaires tiennent à entourer leurs opérations et leur bilan (donc leurs pertes éventuelles). Encore une fois, l intrication des différents acteurs du système financiers tout comme la sophistication des «produits financiers» sont telles aujourd hui qu aucun de ces acteurs ne sait exactement quelle est sa situation: quelle valeur exacte attribuer aux différents titres de propriété et de crédit dont se compose son capital D autant plus qu on n est pas au bout de nos surprises en la matière. D une part, le gros des défaillances de remboursement des prêts subprime est encore à venir. Tandis que, d autre part, déjà gonfle la vague de celles d une autre catégorie de prêts hypothécaires, les crédit Alt-A, à peine mieux garantis et dont l encours est supérieur à celui des prêts subprime 7. Sans compter la bombe à retardement que constitue l empilement de CDS qui courent sur le tout pour lesquels des sommes astronomiques ont été avancées 8. Par contre, ce qui est certain, c est que, de la sphère financière, la crise est déjà en train de se communiquer à «l économie réelle», autrement dit aux activités industrielles et commerciales. Déjà, tous les gouvernements révisent à la baisse leurs prévisions de croissance; et les nouveaux taux annoncés, encore exagérément optimistes, flirtent pourtant tous avec le niveau zéro, quelquefois par la négative. Le plus probable est un scénario à la japonaise: rappelons que le secteur banquier japonais a mis plus de dix ans pour se remettre du krach immobilier de 1991, dans lequel il était fortement impliqué, contraignant pendant ce temps toute l économie japonaise à la langueur. «Les marchés», comme disent les économistes professionnels ou médiatiques en parlant des bourses, ne s y sont pas trompés: en plongeant partout en dépit de l annonce des mirobolants plans de sauvetage précédents (750 milliards de dollars aux Etats-Unis, 500 milliards de livres au Royaume-Uni, milliards dans la zone euros), ils n ont fait qu anticiper sur une récession et même sans doute une dépression économique désormais certaine, non seulement aux Etats-Unis et en Europe mais, par contrecoup, partout dans le monde. Car, même si ces plans sont en mesure d enrayer la crise bancaire, d éviter qu elle ne s aggrave en devenant une crise systémique, d éponger les pertes les plus importantes et de sauver les acteurs financiers majeurs, ils ne sont pas en mesure d en effacer les traces durables, au moins jusqu à moyen terme. D une part, parce la capacité des banques à remplir leur fonction de créanciers de «l économie réelle» va continuer à se trouver affectée par les

8 pertes qu elles ont enregistrées et vont encore enregistrer 9, ainsi que par la persistance d une certaine défiance réciproque, tant que la situation financière ne sera pas totalement assainie (à supposer qu elle puisse l être). Et surtout tant que l horizon économique ne se sera pas dégagé: comme les chats échaudés craignent l eau froide, les banquiers passent aujourd hui du régime débridé du crédit à tout va et bon marché au régime bridé du crédit rare et cher. Les effets de la contraction du crédit (le fameux credit crunch) sont d ores et déjà sensibles; ainsi, deux secteurs dans lesquels la demande est fortement tributaire du crédit, l immobilier et l automobile, ont connu au cours des dernières semaines une contraction de leur volume d activités (en France, par exemple, du premier au second semestre de cette année, la valeur ajoutée produite dans ces deux secteurs a reculé respectivement de 2,1% et 7,1% - du jamais vu depuis ). La situation est suffisamment sérieuse pour qu on envisage aujourd hui ce qui, hier encore, serait apparu comme inimaginable, par exemple la faillite d un géant de l automobile comme General Motors ou Chrysler. Et ce d autant plus qu elle est appelée à s aggraver encore par le fait que, d autre part, la fraction des pertes subies par le secteur bancaire qui va se trouver socialisée par l intermédiaire des Etats, soit en définitive par l impôt, conjuguée avec le ralentissement voire la contraction de l activité économique, synonyme de licenciements et d austérité renforcée, vont limiter d autant un revenu disponible des salariés déjà largement amputé. Or, ainsi que nous allons le voir, c est bien là le fond du problème, dont toute la crise financière précédente n est qu une conséquence directe bien que largement méconnue par la quasi-totalité des analyses qui lui ont été consacrées. Lisez ces quelques déclarations datées et vous pourrez juger de la pertinence de nos élites à analyser les crises financières. Crétinisme, incompétence, «foutage de gueule»? Les trois mon Capitaine! Délectez vous, cela vaut son pesant de cacahuètes. Alan Greespan - Ex-président de la Réserve fédérale américaine «Les subprimes ont profité aux consommateurs» 11 avril 2005 «Un événement qui se produit probablement une fois par siècle» 15 septembre 2008 Henry Paulson - Secrétaire d Etat au Trésor américain depuis 2006 «Il faut se garder de surréagir par une régulation excessive» 17 septembre 2007 «Nous aurons besoin de changements majeurs de la réglementation» 15 septembre 2008 Dominique Strauss-Kahn - DG du Fonds monétaire international (depuis 2007) «Un ralentissement important, mais pas dramatique» 3 avril 2008 «Une crise financière jamais vue, partie du coeur du système» 16 septembre 2008 Christine Lagarde - Ministre de l Economie et des Finances (depuis 2007) «Nous aurons des effets mesurés de la crise de l été décembre 2007 «Véritablement un bouleversement dans le paysage financier 16 septembre 2008 Christian Noyer - Gouverneur de la Banque de France (depuis 2003) «Il n y a pas de deuxième vague de la crise26 juin 2008 «Des chocs majeurs ne peuvent pas être exclus 11 septembre 2008 Daniel Bouton - PDG de la Société générale ( ) «La Société générale est exposée de manière marginale à la crise» 8 septembre 2007 «Toutes les banques sont touchées par la crise des subprimes» 13 février 2008 Le crépuscule des idoles néolibérales Si elle n a pas encore emporté le système bancaire et si elle n a pas encore plongé «l économie réelle» dans la dépression, l actuelle crise financière et ses prolongements, actuels et potentiels, a déjà fait une victime d importance: le néolibéralisme. Et ce tant sur le plan théorique (en fait idéologique), en sa qualité de doctrine économique dominant aujourd hui largement le champ de l économie politique, que sur le plan pratique, en tant que politique, ayant jusqu à hier dictée la conduite de tous les gouvernements à la tête des principaux Etats ainsi que celle des dirigeants des principales institutions internationales en charge de la régulation de l économie mondiale (Banque des règlements internationaux, Fonds monétaire international, Banque mondiale, Organisation mondiale du commerce, etc.) La crise actuelle aura apporté la preuve a contrario de l inanité de tous les principes édictés par des cohortes d hommes politiques, de journalistes et d universitaires, depuis la fin des années 1970, avec l arrogance de ceux qui détiennent le pouvoir et peuvent l exercer sans retenue et l aveuglement de croyants s abandonnant sans retenue à l idolâtrie des fétiches capitalistes, au point d en venir à pervertir jusqu à la langue qu ils utilisent 11. Que ne nous a-t-on répété, des lustres durant, sur tous les tons et sur tous les modes, jusqu à plus soif, que le marché, tous les marchés, était un merveilleux principe autorégulateur, de surcroît guidé par une providentielle «main invisible» qui réalise partout et toujours les conditions de «l optimum économique», à l expression condition toutefois que rien ni personne ne vienne perturber son autorégulation! Que rien n était donc plus urgent ni plus prometteur de la prospérité générale que d écarter tous les obstacles sur la voie du triomphe de l autorégulation marchande Obstacles qui avaient noms frontières nationales, réglementations étatiques de la circulation du capital sous toutes ses formes et, à travers elles, contrôle des investissements et des désinvestissements, régulation des rapports entre des capitaux, droit du travail et conventions collectives, salaire minimum, protection sociale publique et entreprises publiques, etc., le tout de manière à réaliser enfin! ce «marché unique» mondial au sein duquel l avènement d une «concurrence libre et non faussée» serait le synonyme de lendemains qui chanteraient éternellement sous le soleil du capital, le tout dans le cadre d une «mondialisation heureuse»! La liste serait trop longue de tous les perroquets (qui auront été autant de minables pères roquets) qui ont cherché à nous enfumer par des discours dont le vide est aujourd hui aussi éclatant que les bulles spéculatives qu ils ont contribué à constituer. Car ce que la crise actuelle démontre, c est, au contraire, une nouvelle fois, que la finance est non seulement totalement incapable de se réguler mais que, laissée à elle-même, sans contrôle ni régu-

9 lation extérieurs à elle, elle fonctionne de manière à générer sans cesse des déséquilibres précisément sous la forme de bulles spéculatives, d accumulation de capital fictif dont l irréalité finit toujours par éclater lorsqu on découvre l écart séparant les espérances (illimités) de gains sur lesquelles cette accumulation est fondée et la réalité (nécessairement limitée) des profits qui sont censés les valider. Ce que la crise actuelle démontre, c est aussi que les fameuses «règles prudentielles» censées tenir lieu de cadre régulateur à l activité bancaire, en permettant à cette derrière de se libérer de la tutelle réputée tatillonne et imbécile du contrôle étatique, n ont été que le cache-sexe derrière lequel les banquiers se sont abandonnés aux pires débauches en matière d investissement hasardeux et de paris spéculatifs, prenant ainsi en otages de leurs turpitudes non seulement les clients mais l économie toute entière. Ce que cette crise démontre, c est encore que, du fait du démantèlement de toutes les régulations étatiques, de la libération du mouvement des capitaux (au premier chef, des capitaux financiers), du décloisonnement des activités financières (entre banques de dépôts et banques d affaires, entre banques et assurances, etc.), on n a fait qu accumuler les conditions d une crise systémique aux dimensions planétaires, dans laquelle la défaillance du plombier états-unien, ne parvenant plus à payer ses traites immobilières, finit par faire vaciller toutes les places financières, de New York à Tokyo en passant par Londres, Paris, Francfort, Zürich, Hong- Kong, et retour. Ce que cette crise démontre, c est enfin que, lorsque éclatent, avec la crise, l irrationalité du marché et l immoralité des marchands, lorsque la «main invisible» du premier se met à distribuer des claques à tour de bras aux seconds, c est l Etat, la vieille encore honni, raillé et conspué par eux, que les apprentis sorciers et requins de la finance appellent au secours et qui est censé sauver la situation, c est-à-dire les sauver du désastre, quitte à tenter de nous faire payer les pots par eux cassés. Bref, la crise actuelle est la démonstration en acte de la faillite irrémédiable de la soi-disant capacité providentielle des marchés à s autoréguler tout en assurant «l allocation optimale des ressources». Elle est la preuve du contraire même: de leur incapacité à se réguler et de leur nocivité essentielle dès lors qu on les abandonne à eux-mêmes. Dès lors, il n est pas étonnant que, y compris parmi ceux qui naguère en faisaient leur religion, ils s en trouvent pour annoncer désormais leur décès et en prononcer l oraison funèbre, malgré qu ils en aient. Ainsi, entre autres, François Lenglet, rédacteur en chef de La Tribune, et à ce titre naguère encore un des thuriféraires de la cause néolibérale : «Des banques nationalisées, en Europe et aux Etats-Unis. Des dirigeants européens qui réhabilitent l intervention publique et suspendent les règles communes qui proscrivent les aides d Etat, tout comme celles qui promeuvent la concurrence. Les salaires des patrons encadrés, la finance stigmatisée, l économie de marché critiquée: la crise a provoqué un gigantesque tête-à-queue idéologique. Comme si, avec les craquements du système bancaire mondial, se terminait un grand cycle libéral. Un cycle comme le capitalisme en a connu plusieurs, qui s interrompent toujours de la même façon, avec un krach financier retentissant.» 12 Et, de fait, depuis quelques jours, c est la bousculade aux postes d abandon du navire amiral de la flotte néolibérale qui prend l eau de toute part et dont plus personne dans l équipage, et surtout pas les officiers et les sémaphores, ne veut assumer la responsabilité du naufrage et encore moins couler avec lui. On les voit au contraire rivaliser d ardeur dans l art de le saborder publiquement. Mais que, toute honte bue ou sans vergogne, brûlant ce qu ils adoraient encore hier, donnant cul par-dessus tête le spectacle de leur parfaite cuistrerie et de leur totale absence du sens du ridicule, pour ne pas évoquer un sens moral qu ils n ont jamais eu, des ex croisés de la cause néolibérale puissent aujourd hui se rallier à un pareil discours mettant en cause l entreprise de déréglementation et de régulation dont le néolibéralisme s est rendu coupable, devrait nous le rendre a priori suspect. Et, en effet, il ne nous livre qu une partie de la vérité critique à son sujet Par delà la déréglementation:des salaires en défaut Car si, à la faveur de crise actuelle, le néolibéralisme est en train de faire faillite, ce n est pas seulement parce que son œuvre de dérégulation d une économie du même coup «globalisée» a conduit celle-ci au bord du précipice 13. En effet, cette œuvre de dérégulation, maintenant poursuivie avec constance depuis près de trois décennies, n a jamais été que le moyen d atteindre un autre objectif moins visible, notamment parce que, contrairement au précédent, il n était pas déclaré par les théoriciens et les praticiens du néolibéralismes, hormis dans les cénacles et publications réservés au dialogue entre eux. En l occurrence, pour lutter contre la dégradation des conditions de profitabilité du capital (en langage marxiste : la baisse tendancielle du taux de profit moyen) qui avait fait entrer le capital fordiste en récession puis en crise dans les années 1970, il s agissait pour eux d imposer «un partage de la valeur ajoutée» plus favorable au capital et plus défavorable au travail (en langage marxiste : une hausse du taux de plus-value, autrement dit une aggravation du taux d exploitation). A cette fin, il était nécessaire d obtenir une augmentation de la durée, de l intensité et de la productivité du travail, tout en freinant voire en bloquant la croissance des salaires réels, directs et indirects (les prestations sociales), donc en pratiquant une politique d austérité salariale. En un mot, il s agissait d aggraver les conditions de travail et d emploi des salariés tout en dégradant leur niveau de vie, en termes relatifs sinon absolus. A cette fin, il convenait d affaiblir la capacité de résistance et de lutte des travailleurs, leur capacité de s organiser et de se mobiliser, pour défendre précisément leurs conditions de travail et d emploi ainsi que leur salaire. Le moyen massif auquel le capital aura eu recours pour y parvenir, aura été des plus classiques: il a consisté à désolidariser les travailleurs en exacerbant la concurrence entre eux pour l accès à l emploi, aux postes, aux carrières, etc. Y aura contribué, d une part, la hausse du chômage et le maintien d un haut niveau de chômage le gonflement de «l armée industrielle de réserve» opérant aujourd- hui, comme au moment où Marx l a identifiée, la fonction disciplinaire qui est la sienne à l égard des salariés engagés dans les rangs de «l armée industrielle en activité». A quoi s est ajouté, d autre part, le développement du travail précaire et de toutes les formes d individualisation du rapport salarial (prévalence du contrat individuel sur la convention collective, mobilisation des travailleurs dans des équipes responsabilisées au regard de leurs objectifs et mises ainsi

10 systématiquement en concurrence, adjonction au salaire de base de primes distribuées à la tête du client, etc.). La grande innovation se sera située, enfin, dans l exacerbation de la mise en concurrence internationale des travailleurs, non seulement entre les formations centrales elles-mêmes (les pays du Nord) mais encore et surtout entre ces dernières et certaines formations semi périphériques voire périphériques (les pays de l Est et du Sud), par l intermédiaire de la libéralisation de la circulation internationale du capital. Tel a été l enjeu de la libéralisation à marches forcées du commerce international, imposée par les Etats-Unis (multipliant les accords bilatéraux), par l Union européenne (dans aussi bien qu hors de ses frontières), par l OMC succédant au GATT mais aussi par les sinistres «plans d ajustement structurels» dont le FMI et la Banque mondiale ont accablé les Etats périphériques endettés et devenus insolvables. Tel a également été l enjeu de la libéralisation des investissements, notamment directs, permettant aux entreprises transnationales de répartir les différents segments d un même procès de production et les différentes phases du procès de valorisation de leur capital entre différents Etats, en mettant ainsi méthodiquement en concurrence nations et régions et, à travers elles, leurs travailleurs, pour obtenir d elles qu elles se lancent dans la course au moins disant salarial, social, fiscal et écologique. Les fameuses «délocalisations industrielles» n en sont que la face la plus visible parce que la plus sensible dans les Etats centraux. Il est inutile de faire remarquer, tant la chose est connue de tous, que toutes les mesures précédentes, convergeant vers la dégradation des conditions d emploi, de travail et de rémunération des salariés, ont figuré en bonne place dans l agenda des politiques néolibérales au cours des trois dernières décennies. Par contre, il faut souligner, car la chose est encore trop peu connue, qu elles ont très largement atteint leur objectif en matière de distorsion du «partage de la valeur ajoutée» au profit du capital. En ce qui concerne la France, j ai eu l occasion de le souligner dans ces colonnes mêmes : entre le début des années 1980 et le milieu des années 2000, la part des salaires dans la valeur ajoutée brute des entreprises industrielles et commerciales a chuté de neuf points; et, même si l on prend comme référence, le régime de croisière du capital fordiste des années 1960, la chute est encore de plus de quatre points 14. Théoriquement, cela signifie une paupérisation relative de l ensemble du salariat sur ces dernières décennies, derrière laquelle se masque très certainement la paupérisation absolue de certaines catégories de salariés, celles situées au bas de l échelle salariale en termes de précarité des conditions d emploi et de (bas) niveau des salaires. Et la France ne constitue nullement une exception en la matière: selon le Rapport sur le travail dans le monde 2008 récemment publié par l Organisation internationale du travail (OIT), «Dans 51 des 73 pays pour lesquelles des données sont disponibles, la part des salaires dans le revenu total a reculé au cours des vingt dernières années. Le plus fort déclin de la part des salaires dans le PIB s est produit en Amérique latine et dans les Caraïbes (-13 points de pourcentage), suivi par l Asie et le Pacifique (-10 points de pourcentage) et les économies développées (-9 points de pourcentage).» 15 D ailleurs, même les représentants du capital le reconnaissent; ainsi, Alan Greenspan, l ancien directeur de la FED, la banque centrale états-unienne a ainsi déclaré : «( ) la part des salaires dans le revenu national aux Etats-Unis et dans d autres pays développés atteint un niveau exceptionnellement bas selon des normes historiques» 16. Ainsi, en ce qui concerne «le partage de la valeur ajoutée» tout comme en ce qui concerne la déréglementation des marchés, le néolibéralisme aura largement atteint ses objectifs. Mais, dans un cas comme dans l autre, son triomphe aura été de courte durée et synonyme de victoire à la Pyrrhus. Car c est l aggravation ainsi obtenue de l exploitation des travailleurs, partant leur paupérisation relative ou même absolue, qui aura en définitive réuni les conditions de la crise actuelle, la déréglementation ne faisant au mieux que l amplifier Pour comprendre cette proposition paradoxale, un (tout petit) détour théorique s impose. Parmi les différentes contradictions structurelles (donc permanentes et indépassables) auxquelles se heurte la reproduction du capital figure celle qui naît de l ambivalence fondamentale du salaire du point de vue du capital. D une part, le salaire est un coût, c est l une des deux composantes principales du coût de production des marchandises ; et le «partage de la valeur ajoutée» est d autant plus favorable au capital, donc sa valorisation (la plus-value) d autant plus importante, que le salaire peut être comprimé. Mais, d autre part, il ne suffit pas de produire des marchandises dont la valeur contient la part la plus importante de plus-value possible; il faut encore pouvoir les vendre en réalisant cette plus-value. Et, sous ce rapport, le salaire change de sens: il devient un des principaux facteurs de la demande finale solvable. Et si on le comprime trop, on réduit d autant cette dernière, en engendrant du même coup toutes les conditions d une crise de surproduction. La contradiction est d autant plus redoutable que ces deux termes ne se situent pas au même niveau de perception de la réalité. Chaque capitaliste (chaque entrepreneur, chaque direction d entreprise) ne conçoit généralement le salaire que sous le premier angle, comme un coût qu il fait tout pour comprimer. Tenir compte de l autre aspect, avoir conscience qu il ne faut pas trop pressurer les salaires, sans quoi c est la possibilité même de la reproduction de l ensemble du capital en fonction dans la société qui va se trouver compromise, échappe le plus souvent à la conscience des capitalistes pris individuellement, dont l intelligence ne dépasse ordinairement pas l horizon de leurs intérêts singuliers les plus immédiats hormis quelques capitalistes ou groupes de capitalistes d exception, particulièrement clairvoyants et avisés. Ce point de vue plus large ne peut ordinairement être que celui de la classe capitaliste dans son ensemble, tel qu il peut s élaborer dans des clubs de pensée, des institutions universitaires ou des formations politiques et tel qu il peut inspirer par moments l état-major de la bourgeoisie, entendons l Etat, plus exactement ses sommets administratifs et ses sphères gouvernementales. A la condition cependant que la grille idéologique à travers laquelle cet état-major comprend le monde social et ordonne son action sur lui ne fasse pas obstacle à son intelligence de l ambivalence du salaire relativement aux conditions de valorisation du capital. Ce qui a précisément été le cas avec le néolibéralisme. et une plus-value en excès! L adoption de politiques néolibérales, leur mise en œuvre résolue et leur poursuite méthodique depuis près de trente ans auront donc produit ce premier effet de créer les conditions d une crise de surproduction en comprimant par trop les salaires: en somme, une crise de surproduction par sous-con-

11 sommation relative des salariés. Mais elles ont simultanément produit un second effet complémentaire du précédent: l accroissement de la plus-value, absolu (en termes de masse de la plus-value) aussi bien que relatif (en termes de taux de la plus-value). Tel était d ailleurs leur objectif, là encore largement atteint. Cela aura sans doute permis d améliorer la profitabilité du capital industriel et commercial, le taux de profit moyen des entreprises, en rendant possible la relance de l accumulation de leur capital à partir du début des années Mais cela les aura aussi progressivement confrontées à des difficultés croissantes pour écouler une production elle-même croissante, du fait précisément de l étranglement progressif des salaires qui s opérait parallèlement. D où l allure singulière de l accumulation du capital depuis lors, faite d une succession de relances qui avortent rapidement sous forme de récessions, de stagnations voire de mini dépressions, en somme une suite de stop and go comme disent les Anglo-Saxons; mais aussi le fait singulier qu en définitive le taux d accumulation soit devenu inférieur au taux de profit 17. En somme, les profits excèdent ce dont les entreprises ont besoin pour financer leurs investissements: plus exactement, ce qu elles peuvent investir étant donné les conditions faites à la production par l insuffisance des débouchés due à la contraction de la part des salaires dans «la valeur ajoutée». Cet obstacle a pu cependant être luimême en partie levé par l ouverture simultanée de nouveaux marchés (dans les Etats semi périphériques dit «émergents» : le Mexique, le Brésil, la Chine, l Inde, les Etats pétroliers du Golfe), ainsi que par le développement considérable qu ont connu, parallèlement, les secteurs de l industrie de luxe au cours des deux dernières décennies. Signe de l enrichissement manifeste de toutes les classes et couches sociales qui vivent de la plusvalue (sous ses différentes formes: salaires mirobolants des dirigeants, stock options, dividendes des actionnaires, intérêts des prêteurs, rente des propriétaires fonciers ou des titulaires de brevets, etc.), partie intégrante de l accroissement de toutes inégalités sociales durant toute la période, cette explosion de la consommation de luxe était aussi une dimension spécifique de la crise latente de surproduction, la consommation de luxe des nantis étant censée prendre le relais, comme moteur de la demande solvable, de la consommation de produits banalisés en berne du fait de la paupérisation relative des salariés. Elle était aussi et surtout le signe qu une part grandissante de la plus-value n était plus en mesure, faute d une croissance suffisante des débouchés, de se convertir en capital additionnel, de venir financer l accumulation du capital, ne pouvait plus soutenir cette dernière qu en se convertissant en revenu pour être dilapidé sous forme de dépenses de luxe par les classes possédantes. Un dernier signe de cette difficulté grandissante de conversion de la plusvalue en capital additionnel aura été le fantastique développement du capital financier et de la spéculation financière qui aura également caractérisé l histoire récente du capitalisme. Car, faute de pouvoir se valoriser sous forme de capital réel, en s investissant dans l industrie et le commerce, toute la part de la plusvalue non absorbée par la consommation de luxe a cherché à se valoriser sous forme de capital fictif. Elle est venue tenter sa chance au grand casino d une finance dopée et surtout dupée par les mesures de libéralisation néolibérales: elle est venue alimenter le jeu spéculatif consistant à acheter ou à vendre des monnaies, des titres de crédit ou de propriété, des dérivés de tous ces types d actifs et des «produits financiers» de plus en plus sophistiqués assis sur eux, non pas tant pour les revenus qu ils garantissent en principe, mais pour parier sur leur variation (à la hausse ou à la baisse) en espérant empocher au passage de somptueuses plus-values. Quitte à essuyer de désastreuses moins-values lorsque le pari s avère perdu Tout comme le gonflement de la consommation de luxe, ce signe apparent de richesse qu ont été les orgies de la spéculation financière, saluées par tous les grands prêtres et bedeaux minables de l Eglise néolibérale comme la manifestation de la santé éclatante d une «économie de marché» libérée des contraintes de la réglementation étatique, était donc en fait le signe d une profonde maladie de «l économie réelle», bridée par l étranglement du pouvoir d achat des salariés, rongée par une crise rampante de surproduction. D un coté une accumulation de capital réel rendue poussive et chaotique par l insuffisante des débouché du fait d une sous-consommation relative des salariés; de l autre, une accumulation de capital fictif dopée par une plus-value se détournant pour la raison précédente de «l économie réelle» pour se livrer aux joies et aux affres de la spéculation financière, devenue sinon la seule voie ouverte à sa valorisation du moins, apparemment, sa voie royale. Car il s agissait bien d une accumulation de capital purement fictif: d un pseudo capital composé de titres divers, de plus ou plus sophistiqués, donnant en principe droit à prélever une partie de la richesse sociale produite, de la valeur formée et réalisée dans «l économie réelle», et dont la valeur fictive (celle qui règle leurs échanges sur le marché boursier) se gonfle à la mesure des anticipations de plus en plus délirantes sur le montant de cette part avant de se dégonfler lorsqu il s avère qu elle est moins importante que prévue voire nulle, tout simplement parce que la valeur effectivement formée et réalisée (la croissance réelle) est bien moindre que ce qui avait été anticipé, précisément parce que «l économie réelle» bute sur les limites que rencontre (malgré tout) l exploitation du travail ainsi que sur l insuffisance des débouchés. Dans ces conditions, la répétition de plus en plus fréquente et une échelle croissante des crises financières, que j ai rappelée en introduction à cet article, était évidemment inévitable. Car ces crises successives ont toutes été le résultat du surinvestissement massif d un capital-argent potentiel qui, faute de pouvoir s investir avec profit dans «l économie réelle» a tenté sa chance, sous forme de capital fictif, dans les paradis artificiels de l économie financière, prêt à se saisir de n importe quel actif apte à fournir matière (support) à un marché spéculatif: hier les biens immobiliers états-uniens (mais aussi irlandais et britanniques) comme avant-hier les valeurs de la «nouvelle économie» de l Internet, etc. Et, du même coup, on tient bien ici les deux ingrédients fondamentaux de la crise actuelle, en particulier de son détonateur, la crise des prêts hypothécaire subprime. D un côté, des ménages de modestes salariés que l insuffisance de leurs revenus salariaux contraints à s endetter dans des proportions excessives pour tenter d accéder à la propriété de leur logement et dont une proportion importante se trouvent en définitive incapables de faire face aux charges du remboursement de leur dette, comme cela était prévisible. De l autre, des capitaux finan-

12 ciers à ce point assoiffés de valorisation qu ils en viennent à oublier toute retenue et toute prudence pour les uns prêter aux précédents et les autres accepter de s investir dans des titres opaques assis sur des créances aussi douteuses. Quand le capital ne trouve plus d autre planche de salut que de devoir avancer à ses propres salariés, sous forme de prêts, l argent qu il a refusé de leur avancer sous forme de salaires, pour tenter de leur permettre de continuer malgré tout de consommer les marchandises qu il a produites et à travers la vente desquelles il doit se valoriser, c est que la formule sur laquelle repose sa propre reproduction est manifestement viciée. Et cette formule est celle-là même dont le néolibéralisme s était fait le propagandiste ainsi que le maître d œuvre. Conclusion provisoire Ainsi, la crise actuelle ne met pas seulement à mal le discours néolibéral, elle compromet aussi sérieusement la mise en œuvre du programme politique néolibéral, tant dans sa volonté de déréglementation et de libéralisation que, surtout, dans sa volonté d imposer un «partage de la valeur ajoutée» censé créer les conditions d un nouveau régime cohérent, donc stable et durable, de reproduction du capital. Autrement dit, la crise actuelle prive brutalement l ensemble des gouvernements des principaux Etats de la planète ainsi que les directions des institutions financière internationales de leur précédente boussole et cartes. Elle crée donc aussi les conditions d une crise politique majeure qu il nous appartient d aggraver par nos revendications et nos actions. A nous de nous saisir de cette situation nouvelle pour contre-attaquer un ennemi de classe affaibli par les conséquences néfastes pour lui de sa propre stratégie antérieure, en ajoutant à l incapacité de «ceux d en haut» de continuer à dominer selon les termes de la formule néolibérale le refus de «ceux d en bas» de continuer à être dominés selon cette même formule voire à être dominés tout court. C est à l examen des différentes possibilités qui nous sont ouvertes sous ce rapport que sera consacré un autre article à paraître dans le prochain numéro d A Contre-Courant. Alain Bihr 1) Christian Chavagneux, " Banques : risquer plus pour gagner plus ", Alternatives Economiques, n 267, mars 2008, page 7. 2) Parmi ces derniers, certains étaient même qualifiés de Ninja : no income, no job or asset (pas de revenu, pas de boulot ni d'actif), autrement dit clairement reconnus pour insolvables. Mais ce n'était pas une raison suffisante pour ne pas les endetter 3) La même technique de titrisation a été simultanément utilisée pour socialiser d'autres créances, souvent tout aussi douteuses : des prêts à la consommation courante, des encours sur des cartes de crédit, des prêts aux étudiants, etc. Les titres vendus sur le marché financier constituaient ainsi le plus souvent une 'macédoine' de fractions de créances dont l'acquéreur ignorait complètement la nature. Au terme de deux ou trois répétitions de ce type de montage, impossible de savoir ce qu'on détient ni, surtout, quelle en est la valeur : à quelle quantité de valeur effective, de valeur effectivement formée et réalisée, le titre donne droit. 4) 14 % des ménages ayant contracté des emprunts subprime étaient en défaut de paiement au printemps Et ce sont d'ores et déjà plus d'un million de ménages états-uniens qui ont été expulsés - et on est pas au bout de la crise des subprimes, qui ne pourra que s'aggraver avec la récession économique qui s'installe et la chute de la valeur des biens immobiliers dont le marché est encombré par les logements des ménages expulsés. Selon certaines estimations, deux autres millions pourraient l'être à brève échéance. 5) D'autant plus qu'ils n'était plus possible de compter sur l'intervention intéressée des fameux " fonds souverains " des Etats dits émergents (Chine, Inde, Russie et émirats du Golfe) qui, dans un premier temps, s'étaient laissés tenter de racheter quelques acteurs financiers occidentaux, avant de se rendre compte - mais un peu tard - qu'il s'agissait de 'rossignols'. 6) Sans doute parce que le secrétaire d'etat au Trésor (le ministre des Finances états-unien) est l'ancien patron de Goldman Sachs, la grande rivale de Lehman Brothers 7) Cf. Frédéric Lordon, "Le jour oùwall Street est devenu socialiste", Le Monde Diplomatique, octobre ) "La somme totale des CDS contractés aux États-Unis se monte - cela dépend des sources - à 45 ou 62 mille milliards de dollars, de toute manière un chiffre proche du total des dépôts bancaires à l'échelle mondiale " Paul Jorion, "Le monstrueux contraire d'une assurance", contreinfo.info/article.php3?id_article=217 9) Notamment celles fortement impliquées dans les opérations de leverage buy out ou LBO, consistant à racheter des entreprises (à l'aide de prêts bancaires) pour les restructurer (souvent sauvagement du point des intérêts des salariés) de manière à en faire grimper la capitalisation boursière avant de les revendre en réalisant en principe au passage de somptueuses 'plus-values'. Avec le ralentissement économique et surtout la débâcle boursière, nombre d'opérations de LBO prennent du retard ou même ne se bouclent pas et les banques se retrouvent avec une nouvelle masse de créances douteuses et invendables. 10)Chiffres cités par Guillaume Duval, "Tous les clignotants sont au rouge ", Alternatives Economiques, septembre 2008, page 9. 11) Cf. La novlangue néolibérale, Editions Page deux, Lausanne, ) "Ci-gît le libéralisme, ", La Tribune, 10 octobre ) Quelques-uns des principaux éléments de l'analyse suivante ont déjà été développés par François Chesnais, "Sur le portée et le cheminement de la crise financière", Carré Rouge-La Brèche,n 1, décembre 2007-février 2008; Charles-André Udry, "'Subprime'. Une crise du capitalisme des temps présents", A Contre-Courant, n 194, mai 2008; Michel Husson, "Le capitalisme toxique", (à paraître dans Inprecor). 14) Cf. "Pour gagner plus, il faut lutter plus!", A Contre-Courant, n 195, juin Cf. aussi Michel Husson, "La hausse tendancielle du taux d'exploitation", Inprecor n , janvier- février 2008 ; et "Part des salaires: et pourtant elle baisse!", pourtant.pdf 15) Cf. About_the_ILO/Media_and_public_information/Press_releases/lang--fr/ WCMS_099410/index.htm On aura compris que cette distorsion du "partage de la valeur ajoutée" a affecté l'ensemble du coût salarial, par conséquent non seulement les salaires directs perçus par les salariés en emploi mais tout aussi bien les prestations sociales perçus par les chômeurs, les malades et les invalides, les retraités qui constituent en fait un salaire indirect. La paupérisation relative voire absolue du salariat a donc frappé l'ensemble de ces catégories au cours de ces dernières décennies. 16) Financial Times, 16 septembre Cité par Charles-André Udry, op. cit. 17) Fait mis en évidence par Michel Husson, "Le taux d'accumulation ne suit plus le taux de profit", note hussonet n 2, 25 septembre 2008

13 Quand la gauche «radicale» ne se dit pas ce qu elle a à se dire. Première rencontre des signataires de l Appel de Politis En couverture de son numéro du 16 octobre dernier, Politis titrait «Face à la crise, l alternative à gauche s organise!». Ce constat enthousiasmant faisait suite au rendez-vous de Gennevilliers du 11 octobre, où 700 militants s étaient retrouvés pour tenter de poser les bases d un projet pour une «gauche digne de ce nom» (sic). Pour tout dire, l hebdomadaire nous décrit la réunion comme une grande réussite, une sorte de creuset de promesses, pour des lendemains qui vont chanter. Cependant, permettonsnous de jeter un regard sur la «Déclaration de Principes de l Appel de Politis», document de synthèse des travaux de l Assemblée. Dans une première partie du texte, plusieurs urgences sont déclinées et s articulent chronologiquement de la façon suivante: urgence économique, urgence sociale, urgence écologique, urgence économique, urgence européenne et urgence de la mise en oeuvre d une politique de paix. Qui, raisonnablement pourrait être en désaccord avec le contenu de cet inventaire? Effectivement, il y a urgence en tous ces domaines. Mais une fois le diagnostic posé, quels sont les outils qui vont nous permettre de pouvoir affirmer ce que nous voulons et enfin cesser de rester confiné à l «anti» ou au «contre». Quel est donc «ce cadre permanent de réflexion et d action» dont l objectif premier serait l organisation d assises au début 2009? Pourquoi attendre que les différents congrès des partis aient eu lieu pour définir une stratégie et des orientations claires? Cette nouvelle gauche doitelle se bâtir nécessairement sur les débris des autres entités «dites de gauche», débris consécutifs à d hypothétiques déchirements de chapelles. De surcroît cet échéancier fait courir le risque à «notre gauche digne de ce nom» de devenir une «machine à recycler» de vieux briscards toujours prompts à se camoufler et se remettre en selle après avoir essuyé quelque revers lors du congrès du parti qui leur assurait jusqu alors le «gîte et le couvert». Ceci étant dit, de nombreux commentaires de participants faisaient état d un certain malaise concernant l adoption d un texte de synthèse présenté par Denis Sieffert (texte non discuté démocratiquement), d un comité d animation, auto désigné, composé principalement d experts et de personnalités. Ces manifestations ont de quoi créer le trouble au sein des rangs des militants. Beaucoup d entre nous y décèlent les stigmates récurrents des collectifs unitaires pour les 125 propositions. L essentiel et le primordial ne seraient-ils pas de clarifier le contenu idéologique de cette gauche que beaucoup souhaitent offensive? Prenons un exemple tel que celui des services publics. Est-il plus important de «défendre» la Poste, l Hôpital Public et l ensemble de «nos» services ou n estce pas aux usagers et aux personnels de reprendre le contrôle de la gestion intégrale et fonctionnelle des instances publiques? Dans le premier cas on se situe dans une stratégie défensive, dans le second on agit, on crée et on reprend le contrôle d une entité dont nous sommes collectivement propriétaires. Il en va de même pour l ensemble des mesures politiques nécessaires à cette transformation sociale radicale que nous appelons tous de nos voeux. Une politique défensive serait d espérer un adoucissement du capitalisme par des mesures néo-keynésiennes dont la vertu première serait de pommader les brûlures, sans arrêter l incendie. Cette stratégie serait à coup sûr une conséquence de compromis illusoires, échafaudés sur des bases mal définies ou idéologiquement maigres. La tentation pourrait d ailleurs être grande pour une organisation trop prompte à recycler «de vieux chevaux», vieux débris d une gauche bien dans ses pantoufles et toute confite de ses habitudes économiquement et idéologiquement conformistes. Notre salut ne viendra que de l action radicale et de revendications simples mais sans équivoque. Ces revendications peuvent et doivent aller au delà de la définition d urgences. Pourquoi ne pas appeler rapidement à la mise en place d un bouclier social, à la suppression pure et simple du bouclier fiscal, à la réquisition de tous les logements privés et publics et à leur mise à disposition au bénéfice des sans abri Sur le plan écologique appeler à la mise en place d un audit prioritaire et immédiat du parc nucléaire français dans son intégralité, compte tenu d un vieillissement des installations. Pourquoi se cantonner à des revalorisations mineures des salaires, au lieu de revendiquer «le salaire maximal». C est sur l ensemble de revendications fortes et idéologiquement claires, de propositions résultant de débats entre militants de base que doivent se mettre en place des dynamiques multi organisationnelles telles que l Appel de Politis. Compte tenu de la mise en place de la politique néo-keynésienne de Sarkozy et sa bande de «bras cassés», la confusion risque d être grande. Cette poudre aux yeux aura pour effet d endormir l opinion et permettra la conduite d une politique pleine de duplicité quant à son volet social. Les attaques de tous ordres redoubleront contre les régimes de retraites, contre le code du travail, les expulsions racistes et les stratégies fustigeant une multitude de boucs émissaires vont aller bon train. Les Hortefeux, Bertrand et autre Fillon vont s en donner à coeur joie. C est donc la mise sur pied d une force politique déterminée et loin du «tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil» qui doit constituer l avant garde de la lutte politique contre ce pouvoir dépravé et multifacettes mais dont l objectif déclaré est de nous soumettre à l idéologie marchande et d en sauver les reliques quel qu en soit le prix à payer par le peuple. La priorité est à l urgence et non à la précipitation. La priorité est à l innovation économique et notamment en ce qui concerne la socialisation des moyens de production. Il serait donc illusoire de vouloir créer du neuf avec du vieux, du recyclé politiquement, du «sans audace» mâtiné de New Deal. L appel de Politis risque donc de se contenter d un maigre écho s il sombre dans les écueils du «moins disant politique» et conditionne son salut à l attente que les autres partis fassent leur ménage interne durant cette fin d année. Hervé COUPERNOT

14 Ci-dessous deux appels de groupes qui ont le mérite de placer l'action au coeur de leur préoccupation Le manifeste des désobéissants Nous sommes un certain nombre à penser que la situation inquiétante de notre planète nous impose de retrouver le chemin de formes d action et de lutte plus efficaces et plus radicales. Nous croyons que la réalité des rapports de force que nous subissons en matière de nucléaire civil et militaire, de protection de l environnement contre les pratiques de certaines multinationales, de mondialisation de l injustice sociale, etc. exigent de renouer avec une culture de la désobéissance civile/civique, de l action directe non violente, du refus radical et ludique. Conscients des limites liées aux modes traditionnels de mobilisation (pétitions, manifestations...), qui ne nous valent que de trop rares victoires, et n attirent plus guère les nouvelles générations de militants, nous avons décidé de former un réseau informel de militants de l action directe non violente. Parce que nous voulons nous battre pour la défense de la vie et de la justice sociale, nous avons décidé de nous organiser en un groupe de volontaires et d activistes prêts à agir de manière directe et non violente aussi souvent que nécessaire/possible. Nous sommes des faucheurs d OGM, des démonteurs de panneaux publicitaires, des clowns activistes, des dégonfleurs de 4x4 de ville, des inspecteurs citoyens de sites nucléaires, des intermittents du spectacle, des activistes écologistes, des hébergeurs de sans papiers, etc. Nous pensons que nos luttes et nos méthodes relèvent d une dynamique alter mondialiste plus indispensable que jamais, et que c est ensemble, et dans l action directe non violente, que nous rendrons possible la transformation radicale de notre société, et de ce fait notre survie à tous dans un monde redevenu vivable. Dans un premier temps, nous avons décidé de nous former à l action directe non violente, et aussi de faire émerger parmi nous des formateurs d activistes, afin de démultiplier les formations et d élargir ainsi nos rangs, tout en diffusant la culture de l action directe non violente. Des stages se tiennent régulièrement, auxquels vous pouvez participer en vous inscrivant auprès de nous. Vous pouvez y participer quelle que soit votre expérience du militantisme ou de l action directe non violente. Ces stages sont aussi l occasion de discuter la préparation d actions concrètes. En espérant vous compter nombreux parmi nous! Le collectif initiateur du Manifeste des DEsobEissants Appel du comité régional Picardie de «Tous Ensemble pour un front syndical de classe» Sécurité Sociale, retraites, Code du Travail, politique d immigration, services publics depuis son accession au pouvoir, Sarkozy, sous le joug de l Europe de Maastricht et du MEDEF, tente d imposer une «rupture» qui consiste en réalité à la destruction méthodique du modèle social français et de tous les acquis obtenus de haute lutte en 1936, 1945, 1968 Alors qu il serait de leur devoir de faire converger les résistances et les luttes qui apparaissent un peu partout (Education Nationale, Goodyear, SNCF, Renault, mobilisation citoyenne contre le fichier Edvige ou contre la privatisation de La Poste etc.), les confédérations syndicales s attachent à organiser des journées d action isolées et sans lendemain. Cette volonté des états-majors syndicaux de négocier coûte que coûte le recul social tout en freinant délibérément les luttes et en évitant leur globalisation n est pas surprenante de la part de syndicats comme la CFDT, la CFTC ou la CGC qui ont, historiquement, collaboré. Mais elle l est beaucoup plus de la part de syndicats de lutte comme la CGT ou la FSU. Conscients de cette dérive contre-nature, des militants de ces deux confédérations ont lancé une pétition nationale le 1er juin 2008, qui a recueilli à ce jour près de signatures en dépit des congés estivaux. Le texte est consultable et peut être signé sur internet : Les signataires de cette lettre ouverte «s engagent à tout faire pour faire monter cette exigence (construction du «tous ensemble et en même temps») dans leur entreprise, leur quartier, leur syndicat. La balle est dans le camp des directions syndicales nationales qui doivent cesser «d accompagner» la rupture afin de reprendre le seul chemin gagnant : faire le lien entre toutes les contre-réformes, travailler concrètement à préparer avec les salariés les conditions de l affrontement de classe victorieux avec ce pouvoir destructeur, construire l unité dans l action des travailleurs et de la jeunesse.». Les signataires de la région Picardie se sont réunis le samedi 20 septembre 2008 à 17h30 à LAON (02). Ils ont décidé à l unanimité la création du Comité régional Picardie pour un front syndical de classe dans le but d amplifier l appel de la «lettre ouverte de masse aux états-majors syndicaux». Ils estiment que la construction d un front syndical de classe «tous ensemble et en même temps», le seul qui permettra de stopper la rupture antisociale de Sarkozy, du MEDEF et de l Europe de Maastricht, passe par la reprise en main de leurs syndicats respectifs qui pratiquent un accompagnement contre-nature et contraire à la volonté d une base majoritaire mais divisée et muselée. Le Comité régional Picardie appelle les signataires des autres régions à se constituer en comités organisés, dans le dessein d une réunion nationale et de la constitution d un comité national fin 2008 début 2009 au plus tard. Il appelle à continuer de diffuser la pétition le plus largement possible, en particulier dans les entreprises, dans les lycées et les université, dans les quartiers Fort de ses convictions, chaque signataire ne doit pas se limiter à sa propre signature : il doit s emparer du texte et le diffuser à son tour en masse A LAON, le 20 septembre CONTACT : Olivier LEFEVRE

15 Rencontres et lectures à contre courant Le mandat impératif La démocratie représentative! - voilà ce dont se gaussent les Maîtres du Monde. Ils prétendent avoir instauré là un modèle indépassable où le peuple a la liberté de voter pour eux tout en se faisant exploiter quotidiennement. Ils se gardent bien évidemment d avouer cela. Tandis qu une partie des révolutionnaires se bat pour une démocratie qui soit à la fois politique, économique et sociale, pour le contrôle et la révocabilité à tout moment des mandatés, pour la démocratie directe, pour le mandat impératif. L auteur, Pierre-Henri ZAIDMAN, retrace dans son livre l histoire du mandat impératif et de la démocratie directe depuis la Révolution Française jusqu à la Commune de Paris. On peut regretter toutefois que cette histoire s arrête à ta Commune: bien des tentatives d instauration du mandat impératif ont eu lieu après cette date. Mais cette remarque ne peut suffire à nous faire bouder le plaisir de la lecture de cet ouvrage qui démontre qu une démocratie authentique est possible et souligne également que les Maîtres du Monde font et feront tout pour empêcher son avènement. Le mandat impératif est paru aux Editions Libertaires 35 allée de l Angle Chaucre ST GEORGES D OLE- RON. Tél euros (+ 10% de frais de port). Elisée Reclus Les Editions Libertaires rappellent à notre mémoire un petit ouvrage (65 pages) à trois têtes (Guy Hénoque, Paul Boino, Olivier Clairat) qui fut Elisée Reclus, connu essentiellement comme «communard» (1871), mais aussi comme géographe de renommée internationale. Son engagement dans le mouvement anarchiste et la franc-maçonnerie le conduira après le coup d état de décembre 1850 à l exil en Grande- Bretagne, aux Etats-Unis et en Amérique du Sud. Revenu en France, il est arrêté les armes à la main en 1871 et condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie. L intervention de la communauté scientifique internationale aboutira à la commutation de la ^peine en dix années de bannissement. Il rejoint alors son frère en Suisse et participe à la Fédération Jurassienne avec Bakounine. Il deviendra l ami de Kropotkine. Plus tard il s installe à Bruxelles où il contribue à la fondation de la première université laïque belge. Il participe à de nombreux journaux : «Le Cri du Peuple», «le Révolté», «L insurgé» et est l auteur de la monumentale «Géographie universelle» (19 volumes) et de «L Homme et la Terre» (6 volumes), l un et l autre ouvrages de géopolitique dans lesquels il analyse le rapport de l homme dans son environnement. Il disparaît en 1905, a même année qu une autre célèbre communarde : Louise Michel. Cet ouvrage sur Elisée Reclus est disponible pour 8 euros (+ 10% de frais de port) aux Editions Libertaires (voir coordonnées ci-dessus). Empire du langage ou impérialisme langagier? Qu il s agisse de philosophie ou de sciences sociales, le langage occupe dans la pensée contemporaine une place tout à fait exorbitante. Les théories en vogue considèrent que la réalité sociale est de nature fondamentalement langagière. Pour elles, les actes d intercompréhension, les échanges linguistiques guidés par la poursuite du consensus, constituent la base de l activité sociale. Les dimensions pratiques, la matérialité de l existence des hommes sont ignorées; ainsi les antagonismes sociaux, l exploitation, la domination ne seraient plus d actualité. L auteur, Claude Morilhat, conduit l analyse en passant par l étude critique des œuvres de trois penseurs contemporains: Searle, Habermas, Rorty. Il propose ensuite de mettre en cause cet enfermement langagier en s appuyant sur certaines controverses qui ont marqué la philosophie du langage au cours du XXe siècle. Enfin, il montre que la survalorisation actuelle du langage est liée aux transformations qui affectent les sociétés capitalistes avancées. Cet ouvrage (166 pages - 14 euros novembre 2008) est paru aux Editions «Page deux» Case postale Lausanne 20 (Suisse). Tél Fax Ni patrie ni frontières Le numéro 25/26 (octobre 2008) de «Ni Patrie ni frontières» aborde la question des sans-papiers en France et aux Pays-Bas du point de vue des soutiens (RESF, CSP 75) et du point de vue des travailleuses sans-papiers à travers le «Journal de la Bourse occupée». Egalement au sommaire de cette revue, qui se présente sous la forme d un livre de 232 pages, l étude d un marxiste libertaire qui analyse les grandes modifications en cours dans l organisation du travail et de la vie sociale, au Nord comme au Sud; il identifie aussi certaines des raisons de la crise idéologique de la gauche et de l extrême gauche actuelles. On y découvrira aussi une analyse du chavisme décortiqué par les anarchistes vénézuéliens d «EL Libertario» ainsi qu une description par le groupe «Mouvement communiste» de la situation coloniale du Tibet. Un bon tiers du livre est consacré aux «débats et polémiques» d actualité où le responsable de cette publication, Yves Coleman, saisit toutes les occasions pour poser des questions qui ne sont presque jamais posées ailleurs. Il dérange et stimule minutieusement et rigoureusement. Ainsi, sur «l affaire Siné», dans un article intitulé «Ni Joffrin, ni Val, ni Siné, la clarté politique d abord!» Coleman questionne : «Les réseaux de solidarité envers Val d un côté, envers Siné de l autre se gardent bien d aborder le fond des questions touchées. Qu est-ce que le racisme? Qu est-ce que l antisémitisme? Y a-t-il, oui ou non, des liens entre anticapitalisme de gauche et antisémitisme? De quelle nature? Entre antisionisme de gauche et antisémitisme? Lesquels? Et si des passerelles ont existé et existent encore entre ces idéologies, comment peut-on y mettre fin et lever toute ambiguïté? ( ) Ces questions ne sont jamais discutées sérieusement et sereinement par ces réseaux, car ce qui les intéresse c est uniquement de se dénoncer mutuellement, pas de faire réfléchir leurs soutiens». Ni patrie ni frontières n 25/26 (octobre 2008). 232 pages. 10 euros. Chèque à l ordre d Yves Coleman 10 rue Jean Dolent PARIS. Contact : Site (partagé avec d autres publications) : Soutenez le plan Paulson du journal CQFD! Le mensuel CQFD a lancé il y a quelques semaines ce qu il appelle un «déchirant appel à pognon» qui a «bien été entendu, mais point encore suffisamment». L équipe du journal espère abonnés supplémentaires : manque d oseille, question de survie! Mi-octobre il n y avait que 500 abonnements nouveaux. «Vous ne mouftez pas quand le gouvernement refile trois milliards de vos euros à la banque Dexia, mais vous regimbez pour vingt-deux malheureuses piécettes!» fait remarquer CQFD qui suggère aussi de «mordre vos amis et de les tenir fermement jusqu à ce qu ils nous signent un chècos» Un chécos de 22 euros pour un abonnement d un an à adresser à : CQFD BP MARSEILLE cedex 20. Tel/Fax/ Rép :

16 BULLETIN D'ABONNEMENT * * * Abonnement 10 numéros (1 an) SIMPLE Euros de SOUTIEN Euros Faibles ressources (selon possibilités).. (Chèque à l'ordre de: "A Contre Courant") NOM Prénom Adresse CPPAP n 0208 G Dispensé de timbrage A CONTRE COURANT (service abonnements) BP MULHOUSE cedex Mulhouse-CTC Déposé le 10/11/2008 L e Capital dans tous ses délires (financiers) par Dédé Sommaire Page 1... Edito : En toute immodestie! Page 2... L'Autriche honore son délinquant xénophobe Page 3 et 4... Vers la stratégie de choc et effroi L'exemple de la Russie "post-soviétique Page 4... Edito d'al : Je te tiens, tu me tiens... Page 5 à Sur la crise : Le triomphe catastrophique du néolibéralisme Page Quand la gauche "radicale" ne se dit pas ce qu'elle a à se dire - Première rencontre des signataires de l'appel de Politis Page Le manifeste des désobéissants Page 14. Appel du comité Picardie de "Tous ensemble" Page Rencontres et Lectures Page Le capitalisme dans tous ses délires par Dédé COMITE DE REALISATION A. BIHR / L. DALSTEIN / G. DENEUX / J. FORTCHANTRE / O. MANGEOT M. MANSOUR / B. MARION / B. SCHAEFFER / A. ET D. WALTER ACC dispose d'un Fax au (Pour le 68) et au (Pour le 52) ACC sur internet : Courriel : Impression et Direction de publication : JEAN FORTCHANTRE 1 rue Victor Hugo BETTANCOURT-LA-FERREE

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale

Comment caractériser la crise financière internationale de 2007-2008? La double origine de la crise financière internationale JOURNEES DE L ECONOMIE DE LYON UNE CRISE À FACETTES MULTIPLES Session Histoire des crises financières 21 novembre 28 Comment caractériser la crise financière internationale de 27-28?! Crise immobilière

Plus en détail

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008

Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes Henri Houben Université marxiste d été 20 août 2008 La crise des subprimes 1. Qu est-ce qu un subprime? 2. Le mécanisme de la crise 3. La gravité de la crise 4. Conclusions 2 La

Plus en détail

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan

Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie parle de la crise financière internationale : Ses origines, ses répercussions sur le plan nationalinternational et ses enseignements I -Quelles sont les origines

Plus en détail

Comment réguler la finance mondiale?

Comment réguler la finance mondiale? Comment réguler la finance mondiale? Introduction : une bonne nouvelle en provenance de Suisse? I) La nécessaire régulation de l épargne mondiale 1 Le problème de l excès d épargne 2 Les banques et la

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

La crise financière : rappel des faits

La crise financière : rappel des faits La crise financière : rappel des faits Les Jeunes de l'ump Origines de la crise : politique du crédit facile aux États-Unis et «subprimes» Suite aux attentats du 11 septembre, la Banque centrale américaine

Plus en détail

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette

Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Partie 1 De la crise des subprimes à la crise de la dette Quelques mois avant le déclenchement de la crise financière, rien ne laissait présager un tel retournement de situation. La crise financière de

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Le défi de la finance mondiale. 1 La finance sous contrôle? 2 Le problème des produits dérivés. 3 Les risques bancaires

Le défi de la finance mondiale. 1 La finance sous contrôle? 2 Le problème des produits dérivés. 3 Les risques bancaires Le défi de la finance mondiale 1 La finance sous contrôle? 2 Le problème des produits dérivés 3 Les risques bancaires 1 La finance sous contrôle? Le 15 septembre 2008 la faillite de la banque Lehman Brothers

Plus en détail

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise

Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise Chapitre CHAPITRE 1 Aux origines de la crise L économie mondiale et particulièrement les économies des pays développés ont connu depuis quelques années un important mouvement de financiarisation. Ce mouvement

Plus en détail

Savoir/agir numéro 3, mars 2008

Savoir/agir numéro 3, mars 2008 1 Savoir/agir numéro 3, mars 2008 Une grille de lecture de la crise financière Isaac Johsua Économiste, membre du Conseil scientifique d Attac. Chapô : La nationalisation d une banque, la Northern Rock,

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

Les marchés font-ils

Les marchés font-ils Le marché, la crise, l austérité et la croissance 5 Pascale-Marie Deschamps Les marchés font-ils la loi? Réponses aux idées reçues et aux solutions toutes faites Entretiens avec Pierre de Lauzun et Philippe

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet

Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet Risques Financiers Réforme de Bâle II Crise du Subprime Séminaire Master FAB N. Roucoux P. Bizet 1 Jeudi 25 Octobre 2007 Crises financières et Risques Bancaires Réforme de Bâle II I. Définitions des risques

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière

QU EST-CE QU UNE BANQUE? 2 E PARTIE Les banques et la crise financière Les crises bancaires Les risques de l activité bancaire L activité principale des banques s accompagne inévitablement de risques: si un débiteur ne rembourse pas son crédit, la banque doit pouvoir absorber

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice

Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Intervention de Grégory DAMY, Professeur associé à l Université de Nice Sophia-Antipolis et avocat au barreau de Nice Journées de droit économique Samedi 7 juin 2008 «D une crise à l autre : regards croisés

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Les crises financières Introduction : des crises inhérentes au capitalisme I) Le mécanisme des crises financières 1 La constitution des bulles

Les crises financières Introduction : des crises inhérentes au capitalisme I) Le mécanisme des crises financières 1 La constitution des bulles Les crises financières Introduction : des crises inhérentes au capitalisme I) Le mécanisme des crises financières 1 La constitution des bulles financières 2 Pourquoi les bulles éclatent-elles? 3 La contagion

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

> La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008 permet de s interroger

> La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008 permet de s interroger Missions, structures et actionnariat des banques: les leçons à tirer de la crise Axel Miller 1 Petercam Axel.miller@petercam.be > La catastrophe économique et financière qui a ébranlé le monde en 2008

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION

RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION RECHERCHE D URGENCE : LEADERSHIP EUROPÉEN POUR LUTTER CONTRE LA NOUVELLE DÉPRESSION DÉCLARATION DE LA CES ADRESSÉE AU SOMMET EUROPÉEN DE PRINTEMPS DE MARS 2009 Ière partie : Ce à quoi nous sommes confrontés

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse

Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Gérard Huguenin Gagner de l argent en Bourse Groupe Eyrolles, 2007 ISBN 978-2-212-53877-9 L épargnant français est-il cigale ou fourmi? Le Français est plutôt fourmi. Les ménages français épargnent environ

Plus en détail

INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en

INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en LA FRANCE DES ANNEES 30 INTRODUCTION Au sortir de la 1ere guerre mondiale, le traumatisme laisse place à une période d insouciance et de vie facile durant les années 20, en France. Cette période est caractérisée

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale

Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Nom du sénateur Eric Bocquet Groupe Communiste Républicain Citoyen Sénateur du Nord Paris, le 19 mars 2013 Projet de loi de régulation et de séparation des activités bancaires Intervention générale Monsieur

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

Où va la crise? Michel Husson, La Gauche (Québec), 16 octobre 2008

Où va la crise? Michel Husson, La Gauche (Québec), 16 octobre 2008 Où va la crise? Michel Husson, La Gauche (Québec), 16 octobre 2008 Face au séisme actuel et au délire des marches, un peu de recul est nécessaire pour comprendre les racines sociales de la crise. C est

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

PUZZLE DES SUBPRIMES BONNE ANIMATION!

PUZZLE DES SUBPRIMES BONNE ANIMATION! PUZZLE DES SUBPRIMES Guide d animation Objectif : reconstituer et expliquer les différentes étapes de la crise financière de 2007 depuis son origine démontrer le rôle particulier des crédits subprimes

Plus en détail

Livret A : la sécurité a un prix

Livret A : la sécurité a un prix 5. Pouvoir d achat - Logement - Épargne Livret A : la sécurité a un prix La sécurité, une préoccupation majeure pour l épargnant français La crise des subprime, révélée à l été 2007, a fait surgir le spectre

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale

Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Les Fonds souverains : acteurs de la finance internationale Thème 4 Le financement des activités économiques 4.3 Les institutions financières et leur rôle 4.4 La globalisation financière Compétences Caractériser

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

La régulation financière dans le monde

La régulation financière dans le monde Partie 1 La régulation financière dans le monde La mondialisation, qui s appuie sur la généralisation et la valorisation du principe de concurrence, implique autant la globalisation de l économie que la

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert Séminaire de Stratégie et Concurrence Internationale Prof. Dembinsky Stefano Grino Christophe Chatriand Raphaël Monnet CAPITALISME CONTRE CAPITALISME Michel Albert Janvier 2000 L AUTEUR L auteur de ce

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Banque Crésus versus Famille Fernandez

Banque Crésus versus Famille Fernandez Banque Crésus versus Famille Fernandez Par Éric Toussaint Pas facile de se mettre dans la peau des dirigeants d une grande banque, que ce soit un grand actionnaire ou un haut dirigeant nommé, pour comprendre

Plus en détail

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009.

LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE. Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009. LICENCE DROIT 2nde ANNEE - DIV. A et B ECONOMIE MONETAIRE ET FINANCIERE Cours de Monsieur VILLION EPREUVE DE JANVIER 2009 Durée : 1 heure Aucun document autorisé Moyenne 7,3 Extrêmes : [0,20] PETITES QUESTIONS

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

LEÇON 4 22 février 2010

LEÇON 4 22 février 2010 LEÇON 4 22 février 2010 La grande dépression de 1929 Similitudes, différences et leçons www.solvay.edu/cours/alle SYNTHÈSE DES LEÇONS À RETENIR La Crise touche la Finance puis l économie réelle La Finance

Plus en détail

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements?

La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? La crise mondiale et ses effets sur le Maroc : Quels enseignements? Intervention de M hammed GRINE Membre du Bureau Politique du Parti du progrès et du Socialisme du Maroc Le Parti du Progrès et du Socialisme

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

10 raisons pour réformer notre système monétaire

10 raisons pour réformer notre système monétaire 10 raisons pour réformer notre système monétaire Mark Joób 1 De plus en plus de gens commencent à comprendre que l argent n est pas qu un moyen neutre pour faire des affaires, mais qu il contrôle le monde

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Contre la dette, contre l austérité

Contre la dette, contre l austérité Texte adopté au VIème Congrès Fédéral des syndicats SUD éducation du 21 au 25 mai 2012 à Montpellier Contre la dette, contre l austérité 1. Au moment où nous prenons position (janvier 2012), il est difficile

Plus en détail

Le nouvel espace politique européen

Le nouvel espace politique européen Frédéric Lebaron à l issue de la séquence électorale récente, en particulier en France et en Grèce, le nouveau champ politique issu de la crise financière se dessine plus clairement en Europe. L Union

Plus en détail

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur!

Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Thème 14 Dette publique et politique de rigueur! Qu est-ce que la dette publique? Les causes et les conséquences de la hausse de la dette publique? Quelles solutions pour la réduire? crise Soutenabilité

Plus en détail

L'ARGENT DES PAUVRES, LES MILLIARDS DES BANQUES

L'ARGENT DES PAUVRES, LES MILLIARDS DES BANQUES Jacques ATLAN L'ARGENT DES PAUVRES, LES MILLIARDS DES BANQUES Alternatives financières et politiques r armattan Table des matières CHAPITRE 1 Avant-propos pour libérer la parole et permettre le débat 7

Plus en détail

Les affiches de propagande

Les affiches de propagande Art graphique Les affiches de propagande On définit la propagande comme l ensemble des mesures prises pour répandre une idée, pour agir sur la perception d un événement, pour influencer voire manipuler

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

A - La crise financière : la stratégie des pays industrialisés

A - La crise financière : la stratégie des pays industrialisés La crise (suite) II - Les sorties de crise Dans le premier texte, «L origine, le pourquoi» de la crise, je vous annonçais un second texte sur «la crise et sa sortie», en réalité nous devons mettre le pluriel

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015

Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France. Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 Interview de Christian Noyer, Gouverneur de la Banque de France Le Monde Marie Charrel et Anne Michel - 24 juillet 2015 «L euro nous a protégés des crises financière successives» Le taux de rémunération

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)»

Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission monétaire uniquement par la Banque nationale! (Initiative Monnaie pleine)» COMITÉ DU 2 JUILLET 204 Berne, le 26 juin 204/5 décembre 204 Annexe 20 DL traduction ultérieure au Comité le texte allemand fait foi. Initiative populaire «Pour une monnaie à l abri des crises : émission

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

!"#$ %#!! &'($ ) '' %#!! &'($ " $ ##' %% # * +,-"!.$, $

!#$ %#!! &'($ ) '' %#!! &'($  $ ##' %% # * +,-!.$, $ !"#$ %#!! &'($ ) '' %#!! &'($ " $ ##' %% # * +,-"!.$, $ La fameuse crise des crédits hypothécaires risqués (subprimes) ne cesse à ce jour de produire, par ricochet, des effets négatifs touchant les grandes

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition

Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Les coûts de la crise financière de 2008-09: les gouvernements payent l addition Sebastian Dullien On pourrait presque avoir l impression que le déroulement de la crise économique et financière mondiale

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Position des deux opérateurs

Position des deux opérateurs 3 PARTIE III : LES PRINCIPALES OPTIONS STRATÉGIQUES CAS PRATIQUE N France Télécom et Deutsche Telekom NOTIONS À MOBILISER Avantage concurrentiel (chapitre 8) Diagnostic interne (chapitre 7) Différenciation

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Conséquences démographiques

Conséquences démographiques dossier larevuenouvelle, n 12 / décembre 2007 Conséquences démographiques des deux conflits russo-tchétchènes La Tchétchénie peut être analysée comme l incarnation paroxystique de l effondrement du système

Plus en détail

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat

Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Troisième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 28 juillet 2009 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Monsieur le Ministre, Messieurs les Secrétaires

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES

CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES CES DOCUMENT DE RÉFLEXION SUR LA CRISE 2010/2 BANQUES, SAUVETAGES ET PRIMES Qu en est-il de la valeur de certains titres? Les titres adossées à des créances sont aujourd hui considérés comme des «actifs

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2014. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2014 asdf Nations Unies New York, 2014 Résumé Les perspectives macro-économiques mondial La croissance mondiale a été plus faible que prévue en 2013, mais

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

La crise des subprimes

La crise des subprimes La crise des subprimes C'est encore et toujours le même sentiment de panique qui règne dans les salles de marché. Du jamais-vu. A côté, les krachs de 1987 et de 1989, la crise asiatique de 1997 et la

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country:

Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Title: OED Précis no. 149 - L'ajustement de la Roumanie après la guerre froide Job number: 98F0486 Language: English Translations: French Country: Romania Input date: 12/28/98 L ajustement de la Roumanie

Plus en détail

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009

Caisse de retraite Université de Sherbrooke. Rendements au 31 décembre 2008. Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Caisse de retraite Université de Sherbrooke Rendements au 31 décembre 2008 Pierre Bouvier, CFA Président, Comité de retraite Le 24 mars 2009 Plan de la présentation Rétrospective 2008 Contexte économique

Plus en détail