Mythes et Réalité Retour sur les crises passées : l illusion en trois étapes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mythes et Réalité Retour sur les crises passées : l illusion en trois étapes"

Transcription

1 1 er décembre 2010 Stratégie Monde Visions alternatives Mythes et Réalité Retour sur les crises passées : l illusion en trois étapes Dylan Grice (44) Equipe Stratégie Monde Albert Edwards (44) Dylan Grice (44) Les commentaires rassurants des différents responsables politiques de la zone euro suggèrent que la crise de l euro ne fait que commencer. Seul un assouplissement quantitatif de type anglo-saxon permettrait d empêcher la dissolution de l euro. Une telle solution, aux antipodes de la vision germanique, ne sera adoptée que lorsque la mesure des problèmes liés à la devise européenne aura été prise. A l heure actuelle, le déni persiste. La réalité est difficile à accepter. Ballotté par des événements imprévus et hors de notre contrôle, le chemin tortueux de nos émotions passe par trois différentes phases : nous commençons d abord par nier qu il y a un problème ; nous refusons ensuite d admettre qu il y a un sérieux problème et, enfin, nous n acceptons pas de reconnaître que la responsabilité du problème nous incombe. Le comportement des responsables politiques américains, au cours de la crise immobilière, s est inscrit dans cette logique. Interrogés en 2005 au sujet des risques que la bulle immobilière faisait peser sur l économie, Bernanke répondait : «Je ne suis pas d accord avec votre affirmation de départ. Il s agit d une hypothèse très peu probable. Les prix immobiliers à l échelle du pays n ont jamais reculé». Bernanke s est refusé à reconnaitre qu il y avait un problème. Quand la crise des «subprimes» a éclaté, le président de la Fed a rassuré le monde en déclarant qu elle serait «contenue». Et quand Bear Stearns s est effondré, Hank Paulson a promis que «le pire était certainement déjà passé». Ici encore, il y a refus d admettre qu il existe un sérieux problème. Peu de temps après, le système financier s est retrouvé au bord de la faillite. Comme il était devenu impossible de se voiler la face, la perception erronée de la réalité a évolué : il y avait bien un problème, mais la responsabilité incombait à quelqu un d autre. Par conséquent, l interdiction des ventes à découvert a été décidée en septembre/octobre 2008, comme si les vendeurs à découvert étaient responsables de la crise. (La faute ne pouvait en aucun cas être imputée à la Fed, selon la Fed. Ben Bernanke a indiqué cette année que les «économistes avaient conclu que seule une petite portion de la hausse des prix immobiliers pouvait être attribuée à la politique monétaire américaine».) Notons que la réaction de Bernanke et autres homologues ressemble en tous points à celle des responsables politiques qui ont supervisé par le passé des crises similaires. Il est inquiétant de constater que le refus de voir la réalité en face/les tentatives pour se rassurer des responsables politiques de la zone euro ont un goût de déjà-vu. Si les crises passées peuvent servir de référence, la crise de l euro ne fait alors que débuter. Les trois étapes de l illusion : nier le problème, son ampleur et sa propre responsabilité (S&P500) "We've never had a decline in houseprices on a nationwide basis" "The worst is likely behind us" Short selling ban introduced Short selling ban extended Sources : Datastream, SG Cross Asset Research Macro Commodities Forex Rates Equity Credit Derivatives Please see important disclaimer and disclosures at the end of the document

2 Le fourvoiement, qui caractérise la plupart des crises, compte trois étapes distinctes. Dick Fuld a déclaré dans un premier temps en décembre 2007, «tant que je vivrai, Lehman ne sera jamais vendu», puis au cours de l été 2008, «nous avons accès aux Fed funds ; nous ne pouvons plus faire faillite» et s est finalement mis d accord avec un collègue pour que la moitié de l injection de fonds, alors négociée avec la banque coréenne KDB, soit utilisée au rachat du titre Lehman pour «jouer un mauvais tour à Einhorn». Des étapes identiques, lors la crise asiatique de 1997, peuvent être identifiées. Pour ceux qui ont oublié, les Tigres asiatiques ont été qualifiés d «économies miracles» de l Asie et leur taux de croissance vertigineux ont démontré la supériorité de la déréglementation des exportations, des investissements élevés et de la libéralisation des marchés. Leur solide réputation a en outre bénéficié de la «crise» des années en 1994 au cours de laquelle leur régime de taux de change fixe (parités arrimées au dollar) a réussi à résister à l onde de choc provoquée par l effondrement du peso mexicain. Souvenez-vous que le monde avait avalé sans broncher l histoire des Tigres asiatiques. La Banque mondiale a écrit à partir de 1993 une série de rapports désormais célèbre sous le nom «Le miracle du Sud-est asiatique», louant la solidité des institutions de la région et vantant les mérites de son modèle de croissance fondé sur les exportations. Si certains pays (la Thaïlande et les Philippines, par exemple) étaient considérés plus risqués que d autres (l Indonésie), l idée selon laquelle Taïwan et la Corée du Sud risquaient de traverser des zones de turbulences semblait grotesque. Début 1997, Jeffrey Sachs déclarait : «Dans la mesure où la structure économique de la Corée est fondamentalement différente de celle du Mexique, la situation qu a connu ce dernier n a aucune chance de se reproduire». Mais début 1997, des problèmes ont commencé à surgir. Les premières difficultés sont apparues en Corée en janvier lorsque l un des principaux groupes sidérurgiques du pays, Hanbo Steel, a plié sous le poids de sa dette, évaluée à 6 Md$. En février, la société de promotion immobilière thaïlandaise, Somprasong Land, n a pas été en mesure de verser les intérêts d obligations convertibles qu elle avait émises à l étranger. Cet incident a été l élément détonateur. Le graphique ci-après montre la tournure qu allaient vite prendre les événements. Effondrement des petites économies d abord, puis des plus grandes ensuite. Du miracle au mirage Effet domino de la crise financière asiatique de before 'structurally sound' Korea w ent too Thailand w as first... Philippines and Malaysia w ere next... Indonesia follow ed... and then Taiw an Feb-97 Apr-97 Jun-97 Aug-97 Oct-97 Korean won Thai Baht Philippino peso Indonesia Rupiah Taiwan dollar Malaysian Ringgit Source : SG Cross Asset Research Le refus d admettre qu il y avait bien un problème a caractérisé les premières observations. Juste après que le gouvernement thaïlandais débloque 3.9 Md$ pour aider les banques à couvrir leurs créances immobilières douteuses, Michel Camdessus alors directeur du FMI 2 1er décembre 2010

3 a affirmé : «la crise n a selon moi aucune raison de se propager». Et le 30 juin de cette même année, Chavalit Yongchaiyudh, alors premier ministre thaïlandais, a déclaré lors d une allocution télévisée au pays : «nous ne dévaluerons jamais le baht». Le 2 juillet, les autorités thaïlandaises ont alors décidé de laisser flotter le bath et le peso philippin a connu le même sort peu de temps après. Le refus initial d accepter qu il y avait un problème était donc simplement devenu une négation que le problème était sérieux. L Indonésie n était pas la Thaïlande, après tout. Dans un article du 8 octobre 1997 du New York Times l on pouvait lire : «La situation financière de l Indonésie est nettement meilleure que celle de la Thaïlande cet été alors que la Thaïlande a épuisé ses réserves en devises étrangères dans un ultime effort de soutien à sa devise, le baht, l Indonésie détient encore des réserves de devises étrangères d environ 27 Md$.» Pour autant, la crise indonésienne a commencé à s intensifier mais les Etats-Unis ont avancé que l aide financière n était apportée qu à titre purement préventif : «nous n estimons pas que l Indonésie aura besoin de notre aide directe, mais nous devons avant tout circonscrire un climat de contagion» affirmait un responsable américain de l époque. Au final, l Indonésie n a certes pas été la Thaïlande mais sa crise a été bien pire! Le pays aura probablement été le plus affecté des Tigres asiatiques, avec une chute de près de 80% de son taux de change qui a ruiné les entreprises qui avaient largement emprunté en dollars. Le PIB s est effondré de 14%, entraînant des émeutes et violences urbaines qui ont finalement contraint le président Suharto à la démission. Pourtant le déni du sérieux problème a persisté. James Wolfensohn, alors président de la Banque mondiale, s est montré rassurant sur le fait que le sauvetage de l économie indonésienne marquait la fin de la crise : «le pire est derrière nous» avait-il fermement affirmé. La Corée n était pas l Indonésie. Michel Camdessus, a annoncé le 6 novembre 1997 : «Je ne pense pas que la situation en Corée du Sud soit aussi alarmante que celle de l Indonésie il y a quelques semaines.» La Corée du Sud s est finalement révélée tout aussi vulnérable et sa crise encore plus coûteuse. Le 1 er décembre 1997, le gouvernement coréen a annoncé qu il avait accepté un renflouement de 55 Md$ (ce qui, à l époque, a constitué le sauvetage le plus cher de l histoire). En dollar courants, ce plan atteindrait aujourd hui 75 Md$, soit moins que l addition à payer pour l Irlande). La tempête a changé de latitudes. Avant de s épuiser, elle a soufflé sur l Amérique latine, la Russie et même, en son temps, sur le fameux hedge fund LTCM. En attendant, l Asie avait, quoi qu on en dise, été balayée, le miracle asiatique n avait été qu un mythe. La gravité des problèmes était enfin indéniable. Malgré tout, le déni a persisté mais cette fois-ci, il visait à imputer la responsabilité aux autres afin de démontrer que la crise n était en aucun cas liée aux décisions des autorités politiques. Les spéculateurs, les banquiers internationaux et la presse étrangère sont les seuls responsables. L exemple le plus pathétique est celui du Premier ministre malaysien, Mahathir Mohamed, qui a condamné George Soros, insinuant curieusement qu il trempait dans un complot à plus grande échelle. «Nous constatons aujourd hui comment des étrangers ont aisément et délibérément conduit notre économie à sa perte en sapant notre devise et notre marché boursier» et d ajouter «Soros a pris part à une conspiration juive d ordre mondial». Lorsque les choses tournent mal, le besoin émotionnel de trouver un bouc-émissaire n a rien d inhabituel. Comme toujours, Shakespeare avait écrit à ce sujet il y a quatre siècles dans le Roi Lear : 1er décembre

4 «C'est bien là l'excellente fatuité des hommes. Quand notre fortune est malade, souvent par suite des excès de notre propre conduite, nous faisons responsables de nos désastres le soleil, la lune et les étoiles : comme si nous étions scélérats par nécessité, imbéciles par compulsion céleste, fourbes, voleurs et traîtres par la prédominance des sphères, ivrognes, menteurs et adultères par obéissance forcée à l'influence planétaire, et coupables en tout par violence divine! Admirable subterfuge de l'homme putassier : mettre ses instincts de bouc à la charge des étoiles!» Et si nous cherchons des signes annonciateurs du dénouement de la crise, il apparaît que «l excellente fatuité» consistant à rejeter sa responsabilité sur les autres constitue un bon indicateur. Ainsi, lorsque la crise grecque a éclaté en décembre 2009, George Papandreou a tout d abord nié le problème, insistant sur le fait qu il était «hors de question» que la Grèce fasse appel au FMI pour, par la suite, renier la responsabilité de la Grèce, se lamentant en mars 2010 : «nous-mêmes avons été ces derniers mois les victimes des spéculateurs». Alors que la crise irlandaise a éclaté au grand jour, le ministre des Finances, Brian Lenihan, a désigné les «conséquences involontaires» des différents commentaires allemands et français comme étant à l origine de la spirale des coûts d emprunt. Aujourd hui, c est au tour de l Espagne. Il a quelques semaines, l Espagne niait l existence même d un problème. Et Zapatero de déclarer : «Je pense que la crise de la dette ayant affecté l Espagne, et la zone euro en général, est terminée». Les autorités nient à présent l ampleur du problème. La semaine dernière, la ministre espagnole des Finances, Elena Salgado, a déclaré qu il n y avait «absolument aucun risque» que le pays recoure à l aide internationale et mis l accent sur les différences entre l Espagne et l Irlande, tout comme les Indonésiens avaient invoqué les différences avec les Thaïlandais il y a 13 ans : «Notre secteur financier a toujours fait l objet d une surveillance de la Banque d Espagne et s est conformé à sa réglementation, ce qui a probablement fait défaut à l Irlande Nous bénéficions d un solide secteur financier et devrions nous souvenir que c est le secteur financier qui est à l origine de la situation critique en Irlande». Quand ils commenceront à imputer la responsabilité de leur problème aux autres, nous saurons alors que leur crise est presque finie. En attendant, ils ne sont pas encore au bout de leur peine. Bien sûr, le réel problème n est pas l Irlande ou le Portugal, ni même l Espagne. La réelle crise concerne l euro et les pressions que le maintien de l adhésion exerce sur les relations entre les membres et sur l attitude des électeurs dans les Etats membres envers la monnaie unique. Et pourtant, les dirigeants nient l existence d un problème sérieux (i.e. lié à l euro plutôt qu à un pays uniquement) autant que Ben Bernanke et Hank Paulson ont occulté la crise du logement, que Dick Fuld a renié la situation critique dans laquelle se trouvait Lehman, ou que le FMI a ignoré les profondes faiblesses économiques de la Thaïlande, sans parler du reste de l Asie. La semaine dernière, le directeur de la banque centrale finlandaise et le gouverneur de la BCE, Erkki Liikanen, ont déclaré : «L euro survivra. Il n est aucunement remis en cause». Klaus Regling, à la tête de l EFSF (Fonds européen de stabilité financière), a indiqué «Aucun pays n abandonnera l euro de son propre chef : pour les pays les plus faibles, comme pour les plus solides, il s agirait d un véritable suicide économique. Et politiquement, l Europe sans l euro, n aurait plus que la moitié de sa valeur.» 4 1er décembre 2010

5 Ce n est pas la première fois qu un tel argument est invoqué. Barry Eichengreen a écrit en 2007 que l adhésion à l euro était effectivement irréversible car un retrait serait très traumatisant. Mais qu adviendra-t-il si le coût du maintien de l euro devenait si élevé qu une sortie de la zone serait préférable? Il ne fait aucun doute que la stratégie actuelle de l Allemagne comporte ce risque. Les pays périphériques de la zone euro doivent faire défaut. Traditionnellement, cette procédure se fait par l intermédiaire d une dévaluation de la devise (ce qu ont déjà commencé à faire la Fed et la BoE) ou en imposant des pertes aux prêteurs. L Allemagne refuse d approuver la première méthode et signale que la seconde a été à l origine de la dernière crise. A la place, les pays du noyau dur imposent des récessions à des pays qui perdent la confiance du marché obligataire. Combien d années d austérité seront nécessaires avant que les électeurs grecs, irlandais, espagnols etc. ne condamnent l Allemagne, la France ou l euro pour tous les maux de leur économie? Ce petit jeu marquera-t-il le chapitre final de la crise de l euro? Je ne l espère pas. La semaine dernière, Axel Weber a déclaré : «Le Fonds européen de stabilité financière devrait suffire à dissuader les marchés de spéculer contre la solvabilité des pays membres de la zone euro, et si ce n est pas le cas, des fonds supplémentaires seront injectés». Si et seulement si ces liquidités proviennent des planches à billets de la BCE à l image des pratiques de la BoE et le la Fed alors M. Weber aura raison. Un fort accroissement des risques s ensuivra. Si ce n est pas le cas, nous avons encore un très long chemin à parcourir. Le 27 mai 2010, après la mise en œuvre originale de l EFSF, j avais écrit : «Le plan de sauvetage particulièrement impressionnant de Md$, mis en place par l Union européenne, a reflété la volonté des gouvernements de jouer le tout pour le tout. Une attitude cependant risquée si l on n a pas les bonnes cartes en main. Or l Union européenne semble être en situation de faiblesse. Les fonds du plan se sauvetage proviennent à hauteur des deux tiers de l Union elle-même ; autrement dit, les emprunteurs en difficulté de la zone euro devront être sauvés par des emprunts supplémentaires souscrits par euh d autres emprunteurs en difficulté de la zone euro.». Cette situation est toujours d actualité. L EFSF présente un vice de forme : il invite aux attaques spéculatives. Le simple fait d élargir le fonds dans sa forme actuelle, de façon à ce que «le noyau dur solvable» s engage à verser plus de liquidités pour «les pays périphériques insolvables», ne couvre pas le risque selon lequel plus les dominos s effondrent, plus les prêteurs diminuent face aux emprunteurs (Italie et Espagne combinés dont les spreads se sont envolés cette semaine pèsent davantage que l Allemagne). A partir de quel moment, les pays insolvables deviendront si nombreux que les marchés perdront confiance dans la solvabilité du noyau dur et dans sa capacité à les sortir d affaire. Laissant de côté pour l instant la réalité déplaisante que le noyau dur pourrait ne pas être aussi solvable qu il n y paraît, le spread entre la «Grèce insolvable» et la France «solvable» devrait, peut-être, être plus étroit? J aimerais le savoir. En l absence de création monétaire par la BCE, je suppose que nous allons trouver une réponse. 1er décembre

6 Dette estimée des économies développées avec intégration des engagements sociaux non financés 750% Official Net Debt, % GDP* Total net liabilities (on and off balance sheet), % GDP** 500% 250% 0% Germany Spain France Italy UK EU US Greece Sources : SG Cross Asset Research, Gokhale Spread entre les obligations grecques et françaises Source : SG Cross Asset Research 6 1er décembre 2010

7 IMPORTANT DISCLAIMER: The information herein is not intended to be an offer to buy or sell, or a solicitation of an offer to buy or sell, any securities and including any expression of opinion, has been obtained from or is based upon sources believed to be reliable but is not guaranteed as to accuracy or completeness although Société Générale ( SG ) believe it to be clear, fair and not misleading. SG, and their affiliated companies in the SG Group, may from time to time deal in, profit from the trading of, hold or act as market-makers or act as advisers, brokers or bankers in relation to the securities, or derivatives thereof, of persons, firms or entities mentioned in this document or be represented on the board of such persons, firms or entities. SG is acting as a principal trader in debt securities that may be refered to in this report and may hold debt securities positions. Employees of SG, and their affiliated companies in the SG Group, or individuals connected to then, other than the authors of this report, may from time to time have a position in or be holding any of the investments or related investments mentioned in this document. Each author of this report is not permitted to trade in or hold any of the investments or related investments which are the subject of this document. SG and their affiliated companies in the SG Group are under no obligation to disclose or take account of this document when advising or dealing with or for their customers. The views of SG reflected in this document may change without notice. To the maximum extent possible at law, SG does not accept any liability whatsoever arising from the use of the material or information contained herein. This research document is not intended for use by or targeted at retail customers. Should a retail customer obtain a copy of this report they should not base their investment decisions solely on the basis of this document but must seek independent financial advice. Important notice: The circumstances in which materials provided by SG Fixed & Forex Research, SG Commodity Research, SG Convertible Research and SG Equity Derivatives Research have been produced are such (for example because of reporting or remuneration structures or the physical location of the author of the material) that it is not appropriate to characterise it as independent investment research as referred to in European MIF directive and that it should be treated as a marketing material even if it contains a research recommendation («recommandation d investissement à caractère promotionnel»). However, it must be made clear that all publications issued by SG will be clear, fair, and not misleading. Analyst Certification: Each author of this research report hereby certifies that (i) the views expressed in the research report accurately reflect his or her personal views about any and all of the subject securities or issuers and (ii) no part of his or her compensation was, is, or will be related, directly or indirectly, to the specific recommendations or views expressed in this report. Notice to French Investors: This publication is issued in France by or through Société Générale ("SG") which is authorised by the CECEI and regulated by the AMF (Autorité des Marchés Financiers). Notice to UK investors: This publication is issued in the United Kingdom by or through Société Générale ("SG") London Branch which is regulated by the Financial Services Authority ("FSA") for the conduct of its UK business. Notice To US Investors: This report is intended only for major US institutional investors pursuant to SEC Rule 15a-6. Any US person wishing to discuss this report or effect transactions in any security discussed herein should do so with or through SG Americas Securities, LLC ( SGAS ) 1221 Avenue of the Americas, New York, NY (212) THIS RESEARCH REPORT IS PRODUCED BY SOCIETE GENERALE AND NOT SGAS. Notice to Japanese Investors: This report is distributed in Japan by Société Générale Securities (North Pacific) Ltd., Tokyo Branch, which is regulated by the Financial Services Agency of Japan. The products mentioned in this report may not be eligible for sale in Japan and they may not be suitable for all types of investors. Notice to Australian Investors: Société Générale Australia Branch (ABN ) (SG) takes responsibility for publishing this document. SG holds an AFSL no issued under the Corporations Act 2001 (Cth) ("Act"). The information contained in this newsletter is only directed to recipients who are wholesale clients as defined under the Act. IMPORTANT DISCLOSURES: Please refer to our websites: Copyright: The Société Générale Group All rights reserved. 1er décembre

Investir sur la baisse des valeurs de petites capitalisations

Investir sur la baisse des valeurs de petites capitalisations Investir sur la baisse des valeurs de petites capitalisations Produits De Bourse Alexandre HOUPERT Jean Sébastien DELORME Sandra ZARROUK (33) 1 42 13 59 99 IMPORTANT: MERCI DE PRENDRE CONNAISSANCE DES

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Mars 2014

Lettre Mensuelle. Mars 2014 Lettre Mensuelle Mars 2014 CSI 300 Brazil Bovespa UK 10Y USD/JPY Copper Nikkei EUR/CHF US IG Germany 10Y France 10Y EUR IG US 10Y Kospi IBEX 35 Spain 10Y HFRX Global EUR HY Municipal Bonds Brent EUR/USD

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Septembre 2015

Lettre Mensuelle. Septembre 2015 Lettre Mensuelle Septembre 2015 Aperçu des marchés financiers Performance d Août des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire La volatilité est de retour en août et, l or et le pétrole

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Février 2015

Lettre Mensuelle. Février 2015 Lettre Mensuelle Février 2015 Aperçu des marchés financiers Performance de Janvier des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire L année 2015 commence sur les chapeaux de roues et les

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Qui détient les dettes dangereuses?

Qui détient les dettes dangereuses? 23 mars 21 N. 118 Qui détient les dettes dangereuses? Il est important de savoir qui détient les dettes à risque : pour savoir qui sera affecté en cas de défaut sur ces dettes, et si la structure de détention

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Janvier 2015

Lettre Mensuelle. Janvier 2015 Lettre Mensuelle Janvier 2015 Aperçu des marchés financiers Performance de Décembre des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire Alors que le mois de décembre est traditionnellement un

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Avril 2014

Lettre Mensuelle. Avril 2014 Lettre Mensuelle Avril 2014 Copper Nasdaq FTSE 100 Hang Seng Gold CAC 40 HFRX Global EUR/USD US 10Y STOXX Europe 600 Brent DAX CSI 300 US IG US HY UK 10Y Dow Jones S&P 500 MSCI EM IBEX 35 CRB Commodity

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire GDF SUEZ

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire GDF SUEZ CORPORATE EVENT NOTICE: Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire GDF SUEZ PLACE: Paris AVIS N : PAR_20150603_04282_EUR DATE: 03/06/2015 MARCHE: EURONEXT PARIS GDF SUEZ (l' Initiateur de l'offre)

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ

OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ OUVRIR UN COMPTE CLIENT PRIVÉ LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise ) Veuillez suivre

Plus en détail

Désordres obligataires, désordres monétaires, quelles options pour les investisseurs?

Désordres obligataires, désordres monétaires, quelles options pour les investisseurs? wealthgram@gscgi.ch 1 Désordres obligataires, désordres monétaires, quelles options pour les investisseurs? Comme en 2011, l été a été animé sur les marchés financiers avec en toile de fond la crise grecque

Plus en détail

Thèmes. Séquence des événements. Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession (2008 2009) Grande Illusion (2010????

Thèmes. Séquence des événements. Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession (2008 2009) Grande Illusion (2010???? Valeurs mobilières Banque Laurentienne Carlos Leitao Stratège et économiste en chef Le 15 novembre, 2011 Thèmes Séquence des événements Boom du crédit (2002 2007) Crise Financière (2007 2008) Grande Récession

Plus en détail

Newsletter Aoû t 2013

Newsletter Aoû t 2013 Newsletter Aoû t 2013 Table des matières Introduction... 2 Performances... 3 SIF Structured Product Sicav... 3 Eurinvest Flexible Opportunities... 4 Procès-verbal du Comité de Placement du 22 août 2013...

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE

FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE FORMULAIRE D OUVERTURE DE COMPTE ENTREPRISE LISTE DE VERIFICATION Pour éviter tous retards dans le traitement de votre application pour l ouverture d un compte avec Oxford Markets ( OM, l Entreprise )

Plus en détail

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI.

Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. Grandes tendances et leurs impacts sur l acquisition de produits et services TI. François Banville Partenaire exécutif chez Gartner Gartner is a registered trademark of Gartner, Inc. or its affiliates.

Plus en détail

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur la détention des actions de l association par ses filiales (associations

Plus en détail

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire VEOLIA ENVIRONNEMENT

Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire VEOLIA ENVIRONNEMENT CORPORATE EVENT NOTICE: Offre contractuelle de rachat sur emprunt obligataire VEOLIA ENVIRONNEMENT PLACE: Paris AVIS N : PAR_20141120_08701_EUR DATE: 20/11/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS Suite à l'avis PAR_20141112_08468_EUR

Plus en détail

Commercial Loan (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les prêts commerciaux (sociétés de fiducie et de prêt)

Commercial Loan (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les prêts commerciaux (sociétés de fiducie et de prêt) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Commercial Loan (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur les prêts commerciaux (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/92-349 DORS/92-349 Current to January 25,

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

Des Oiseaux dans la tourmente Episode 19 Les créanciers (1) / les cigales et les fourmis

Des Oiseaux dans la tourmente Episode 19 Les créanciers (1) / les cigales et les fourmis Des Oiseaux dans la tourmente Episode 19 Les créanciers (1) / les cigales et les fourmis Les cigales et les fourmis Regardons la position par pays, la différence entre les avoirs et les dettes. Les principaux

Plus en détail

CAISSE D'AMORTISSEMENT DE LA DETTE SOCIALE. Établissement public national administratif (French national public entity)

CAISSE D'AMORTISSEMENT DE LA DETTE SOCIALE. Établissement public national administratif (French national public entity) FIRST PROSPECTUS SUPPLEMENT DATED 22 DECEMBER 2014 TO THE BASE PROSPECTUS DATED 10 JUNE 2014 CAISSE D'AMORTISSEMENT DE LA DETTE SOCIALE Établissement public national administratif (French national public

Plus en détail

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers

Conférence Kluwer. Actualités comptables et fiscales. Le projet de loi 6376 : un. Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers www.pwc.lu Conférence Kluwer Actualités comptables et fiscales Le projet de loi 6376 : un complément à la loi du 10 décembre 2010 Anne Sophie Preud homme Associée PricewaterhouseCoopers Agenda 1. Le processus

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants

Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Réponse des politiques économiques à la crise: mesures prises et défis restants Cédric Tille Institut des Hautes Etudes Internationales et du Développement, and Center for Economic Policy Research (CEPR)

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS PROBLÈMES STRUCTURELS RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 15 France Italie : ces deux pays peuvent légitimement avoir des préférences sociales différentes, mais il faut en assumer les conséquences dans une économie

Plus en détail

La crise en zone euro : entre responsabilité et solidarité?

La crise en zone euro : entre responsabilité et solidarité? La crise en zone euro : entre responsabilité et solidarité? Roland GILLET Professeur à la Sorbonne ainsi qu à l ULB (Solvay) Expert au niveau international Présentation CESW - Liège 28 avril 2014 1 1/

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 15 N 53 Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? Plusieurs pays ont un déficit extérieur chronique : Etats-Unis, Royaume-Uni, Brésil,

Plus en détail

Règlement sur les licences relatives aux légumes de l Île-du- Prince-Édouard (marché interprovincial et commerce d exportation)

Règlement sur les licences relatives aux légumes de l Île-du- Prince-Édouard (marché interprovincial et commerce d exportation) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION P.E.I. Vegetable Licensing (Interprovincial and Export) Regulations Règlement sur les licences relatives aux légumes de l Île-du- Prince-Édouard (marché interprovincial

Plus en détail

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Société en commandite Gaz Métro CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Taux de la contribution au Fonds vert au 1 er janvier 2009 Description Volume Coûts Taux 10³m³ 000 $ /m³ (1) (2)

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée Jean François Bay, Directeur Général, Morningstar France 17 novembre 2011 Conférence QuantValley Ce document est réservé aux

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations

Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Name Use (Affiliates of Banks or Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur l utilisation de la dénomination sociale (entités du même groupe qu une banque ou société

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502. Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA

TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502. Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA TREATIES AND OTHER INTERNATIONAL ACTS SERIES 02-502 DEFENSE Agreement Between the UNITED STATES OF AMERICA and FRANCE Effected by Exchange of Notes Dated at Paris April 15 and May 2, 2002 NOTE BY THE DEPARTMENT

Plus en détail

Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs

Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs mars 1 N 8 Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs de l Espagne et de l Italie se sont-ils faits au détriment des autres pays de la zone euro, dont la

Plus en détail

List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque

List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION List of Countries to which Liste de pays auxquels le Canada Accords Canada accorde la Reciprocal Protection protection réciproque under the Act sous la Loi SOR/93-282

Plus en détail

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR La lettre de gage suisse 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR 1 Agenda Désirs d'un investisseur: Sûreté Émetteur actif, un marché liquide, bon prix 2 La lettre de gage suisse n'est pas un covered bond

Plus en détail

List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act

List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION List of Countries to which Canada Accords Reciprocal Protection under the Act Liste de pays auxquels le Canada accorde la protection réciproque sous la Loi SOR/93-282

Plus en détail

Évaluez les coûts et le rendement d un projet ERP

Évaluez les coûts et le rendement d un projet ERP SAP white paper Conseils pour l implémentation efficace d un système ERP Évaluez les coûts et le rendement d un projet ERP Coûts et rendement d un projet ERP L implémentation d un système ERP représente

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Challenges du reporting réglementaire et synergies avec les autres chantiers Solvabilité II

Challenges du reporting réglementaire et synergies avec les autres chantiers Solvabilité II Challenges du reporting réglementaire et synergies avec les autres chantiers Solvabilité II 3 AVRIL 2014 Agenda 1. Présentation de Moody s Analytics 2. Vue d ensemble sur les défis imposés par le pilier

Plus en détail

Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire

Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire janvier N Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire La politique monétaire peut influencer l économie essentiellement au travers de trois

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT

LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND ACT NORTHWEST TERRITORIES HERITAGE FUND REGULATIONS R-008-2013 AMENDED BY LOI SUR LE FONDS DU PATRIMOINE DES TERRITOIRES DU NORD-OUEST RÈGLEMENT SUR LE FONDS DU PATRIMOINE

Plus en détail

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION

Life Companies Borrowing Regulations. Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Life Companies Borrowing Regulations Règlement sur les emprunts des sociétés d assurance-vie SOR/92-277 DORS/92-277 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published

Plus en détail

Marché du GNL : tendances récentes & perspectives. Evariste Nyouki, Responsable Recherche Economique Convention AFG, 18 mars 2015

Marché du GNL : tendances récentes & perspectives. Evariste Nyouki, Responsable Recherche Economique Convention AFG, 18 mars 2015 Marché du GNL : tendances récentes & perspectives Evariste Nyouki, Responsable Recherche Economique Convention AFG, 18 mars 215 Les prix du GNL pris dans la tourmente de la forte baisse des prix du pétrole

Plus en détail

Jean-Paul AGON Président-Directeur Général

Jean-Paul AGON Président-Directeur Général Résultats 1 er semestre 2011 Mercredi 31 août 2011 Jean-Paul AGON Président-Directeur Général 31 août 2011 1. Le marché cosmétique 31 août 2011 2 Marché cosmétique mondial * 1 er semestre 2011 4, 1 + %

Plus en détail

Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro?

Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro? septembre 13 N 7 Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro? De la seconde moitié des années 199 à la crise de 8, la croissance, aux Etats- Unis, en Europe, a été accompagnée par une

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

Fatca Application à la gestion. Mardi 18 Juin 2013 Delphine Charles-Peronne Philippe Sebagh

Fatca Application à la gestion. Mardi 18 Juin 2013 Delphine Charles-Peronne Philippe Sebagh Fatca Application à la gestion Mardi 18 Juin 2013 Delphine Charles-Peronne Philippe Sebagh Sommaire 1- La notion d Investment Entity 2- Statut de n-reporting FATCA French FI des fonds d investissements

Plus en détail

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded?

L ère post-lehman : les interventions des banques centrales reloaded? 16 Septembre 211 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu 14 Europe: indice du secteur bancaire européen

Plus en détail

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder :

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder : janvier N 7 Financement des entreprises par les marchés aux États-Unis, financement des entreprises par les banques dans la zone euro : que nous a appris la crise? Les entreprises aux États Unis sont surtout

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Un système KYC robuste et sa valeur ajoutée commerciale

Un système KYC robuste et sa valeur ajoutée commerciale MY JOURNEY BEGAN AT 19, WHEN I LANDED IN THE COLDEST PLACE I D EVER EXPERIENCED. MAJID AL-NASSAR BUSINESS OWNER AND PROPERTY INVESTOR. EVERY JOURNEY IS UNIQUE. Un système KYC robuste et sa valeur ajoutée

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 1 N 8 Peut-on imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut, sortie de l euro et dévaluation? Nous essayons d imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement

Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement www.pwc.lu Les différents systèmes comptables et leurs incidences de traitement Laurent Gateau Introduction Différents systèmes comptables au sein de l entreprise Les différentes définitions du terme «système»

Plus en détail

Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages

Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages janvier N Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages Les pays de l OCDE ont mis en place des politiques monétaires avec des taux d intérêt très bas ; sauf dans les pays en difficulté

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

FIFTH SUPPLEMENT DATED 26 FEBRUARY 2016 TO THE DEBT ISSUANCE PROGRAMME PROSPECTUS DATED 21 APRIL 2015

FIFTH SUPPLEMENT DATED 26 FEBRUARY 2016 TO THE DEBT ISSUANCE PROGRAMME PROSPECTUS DATED 21 APRIL 2015 FIFTH SUPPLEMENT DATED 26 FEBRUARY 2016 TO THE DEBT ISSUANCE PROGRAMME PROSPECTUS DATED 21 APRIL 2015 TOTAL S.A., TOTAL CAPITAL, TOTAL CAPITAL CANADA LTD. and TOTAL CAPITAL INTERNATIONAL 30,000,000,000

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011

www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 www.pwc.com De l évaluation au prix d acquisition Les petits déjeuners des PME et des start-up 24 juin 2011 Intervenant André Maeder Partner Transaction Services Responsable du département de Transaction

Plus en détail

Le ratio crédits/dépôts des banques

Le ratio crédits/dépôts des banques 1 avril 212 N 26 Le ratio crédits/dépôts des banques Les nouvelles règlementations des banques (ratio de liquidité en particulier) vont contraindre les banques à avoir un ratio crédits/dépôts voisin de

Plus en détail

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 Economie monétaire et système financier européens Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 http://www.nikolaynenovsky.com/ Economie monétaire et Système financier européens Plan des séminaires Séminaire 1 L intégration

Plus en détail

EURO ZONE: economic impact of the financial crisis

EURO ZONE: economic impact of the financial crisis 1 EURO ZONE: economic impact of the financial crisis Michel Aglietta Univ Paris West, Cepii and Groupama-am Euro zone and European Union: a generalized slump with a recovery starting in Q3 2009 2 Euro

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit)

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) SOR/92-528 DORS/92-528 Current

Plus en détail

Agences de notation - dégradations : quel impact? Retour sur la crise de la zone

Agences de notation - dégradations : quel impact? Retour sur la crise de la zone Agences de notation - dégradations : quel impact? Retour sur la crise de la zone Résumé: Les annonces des agences de notation pendant la crise de la Zone euro (2009-2012) ont eu un impact significatif

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

RIO TINTO P.L.C. - Radiation des actions RIO TINTO PLC d'euronext Paris et d'euroclear France. - Offre de cession des actions sur le marché Anglais.

RIO TINTO P.L.C. - Radiation des actions RIO TINTO PLC d'euronext Paris et d'euroclear France. - Offre de cession des actions sur le marché Anglais. CORPORATE EVENT NOTICE: Radiation d'actions RIO TINTO P.L.C. LOCATION: Paris NOTICE: PAR_20120130_02277_EUR DATE: 30/01/2012 MARKET: EURONEXT PARIS Replace PAR_20120130_02265_EUR - Radiation des actions

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Perspectives économiques Nouvelle donne mondiale Décembre 2010

Perspectives économiques Nouvelle donne mondiale Décembre 2010 Perspectives économiques Nouvelle donne mondiale Décembre 2010 Véronique Riches-Flores Responsable de la Recherche thématique (33) 1 42 13 84 04 Veronique.riches-flores@sgcib.com 1 Une reprise laborieuse

Plus en détail

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5

RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS RÈGLE 5 SIGNIFICATION DE DOCUMENTS. Rule 5 / Règle 5 RULE 5 - SERVICE OF DOCUMENTS General Rules for Manner of Service Notices of Application and Other Documents 5.01 (1) A notice of application or other document may be served personally, or by an alternative

Plus en détail

LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS

LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS CONDUCT OF DISTRICT PLANNING COMMISSION MEETINGS LA TENUE DES RÉUNIONS DES COMMISSIONS DE DISTRICT D AMÉNAGEMENT A Guideline on the Conduct of District Planning Commission Meetings Directive sur la tenue

Plus en détail

Championnat de ligue Languedoc Roussillon classe 1M

Championnat de ligue Languedoc Roussillon classe 1M 1 INSTRUCTIONS DE COURSE TYPE VOILE RADIOCOMMANDEE 2013-2016 Prescription FFVoile : Pour les compétitions de grade 4 et 5, l'utilisation des avis de course et des instructions de course type intégrant

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE ANNONCÉ PAR ITALCEMENTI

PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE ANNONCÉ PAR ITALCEMENTI PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIÉE ANNONCÉ PAR ITALCEMENTI Paris, le 6 mars 2014 Ciments Français a été informée du projet d offre publique simplifiée visant ses actions annoncé ce jour par son

Plus en détail

Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité

Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité 1 er septembre 1 N Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité Le taux de change euro-dollar a montré une très forte volatilité depuis le début de la crise,

Plus en détail