Compétences terminales d HISTOIRE. Enseignement secondaire 2 ème degré

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétences terminales d HISTOIRE. Enseignement secondaire 2 ème degré"

Transcription

1 Enseignant Du bœuf au smartphone III Compétences terminales d HISTOIRE Enseignement secondaire 2 ème degré Porte d entrée Compétences Au départ d une situation du passé ou du présent, élaborer une problématique de recherche et sélectionner dans divers lieux d information et de documentation des renseignements utiles. Savoirs et savoir-faire Sélectionner les informations pertinentes Trier les informations recueillies Confronter plusieurs informations Situation d apprentissage Histoire de la monnaie. Du troc à la carte de crédit et aux paiements par smartphone. Les monnaies du futur seront virtuelles. Questionnement sur l évolution des moyens de paiement ; les moyens de paiement futurs. Composantes de l éducation financière à l école Dimensions de l éducation financière selon l OCDE Thématique FSMA Consommation Niveau de responsabilité Individuel Économique Consommation responsable Citoyen Médias Le paysage financier Solidarité mondiale Éthique Liens avec d autres pistes d activités Histoire : Du bœuf au smartphone (1 & 2) Ressources Consommer : Informations utiles. Glossaire. consommer: du bœuf au smartphone III - 1

2 Enseignant Suggestions d activités : Individuellement : 1. Sur la base des documents fournis et en fonction des connaissances acquises au cours, formuler au minimum trois questions de recherche distinctes sur l évolution des moyens de paiement. Chaque question doit : être en lien avec le sujet ; s appuyer sur une interprétation correcte des informations contenues dans les documents ; s appuyer sur des contradictions et/ou des lacunes (des informations qui manquent) constatées en confrontant les documents ; être une vraie question de recherche, c est-à dire-que la réponse ne doit pas se trouver dans les documents ; elle doit aussi dépasser la simple demande d information (qui, quand, quoi, où ) ; être formulée dans un français correct. En groupe de 4 5 élèves : 2. Observations/sujets de réflexion à discuter en groupe de 4 à 5 élèves après le travail de questionnement. L objectif est de développer des arguments, des pistes de réflexion, pour nourrir le débat (3) : La confiance reste la base de notre système financier (voir la piste d activité : Du bœuf au smartphone (1)). Quelle confiance accorderez-vous aux nouveaux moyens de paiement via Facebook et autre Google? Quelles précautions devrez-vous prendre? Payer via Facebook c est donner un peu plus d informations aux sociétés commerciales sur vos habitudes de consommation. Les publicités ciblées devraient se multiplier dans les années à venir. Quels sont d après vous les avantages et les inconvénients/risques de cette évolution? Collectivement : 3. Débat entre les élèves favorables à la banque Facebook et ceux qui y sont défavorables, sur base des arguments développés en question 2. consommer: du bœuf au smartphone III - 2

3 Élève Activités : Sur la base des documents fournis et en fonction des connaissances acquises au cours, formuler au minimum trois questions de recherche distinctes sur l évolution des moyens de paiement. Chaque question doit : être en lien avec le sujet ; s appuyer sur une interprétation correcte des informations contenues dans les documents ; s appuyer sur des contradictions et/ou des lacunes (des informations qui manquent) constatées en confrontant les documents ; être une vraie question de recherche, c est-à dire-que la réponse ne doit pas se trouver dans les documents ; elle doit aussi dépasser la simple demande d information (qui, quand, quoi, où ) ; être formulée dans un français correct. consommer: du bœuf au smartphone III - 3

4 Annexes : Document 1 Piste d activité : Du boeuf au Smartphone (1) : histoire de la monnaie en Annexe. http ://www.nbbmuseum.be/doc/chap2f.pdf?v Document 2 Facebook le nouveau banquier 1 FACEBOOK deviendra-t-il votre banquier? Trends/Tendances - 15 Mei 2014 Pagina 28 LES GÉANTS DU NET À L'ASSAUT DE LA FINANCE Après avoir révolutionné le commerce et les médias, les grands du Web s'attaquent à votre portefeuille. Objectif des Facebook et autres Google? Profiter du développement du téléphone mobile pour s'imposer sur le marché prometteur des moyens de paiement. Avant peut-être... LES GÉANTS DU NET À L'ASSAUT DE LA FINANCE Après avoir révolutionné le commerce et les médias, les grands du Web s'attaquent à votre portefeuille. Objectif des Facebook et autres Google? Profiter du développement du téléphone mobile pour s'imposer sur le marché prometteur des moyens de paiement. Avant peut-être un jour de s'occuper de vos économies ou de vos demandes de prêts. Gros plan sur la banque du futur. Demain, votre banque ne s'appellera peut-être plus BNP Paribas Fortis, ING ou Belfius. Elle s'appellera peut-être Apple, Facebook, Google, Amazon ou Skype. Après avoir chamboulé le livre, la musique, la presse, les voyages et l'hôtellerie, voici que la révolution numérique bouscule le secteur financier. Aujourd'hui, plus de 60 % des Européens utilisent Internet tous les jours. En Belgique, près de 70 % de la population utilise quotidiennement le Web. De plus en plus, la vie du consommateur bascule sur les outils digitaux (smartphones et tablettes). Tout y passe! Même les petits soucis d'argent de tous les jours se «virtualisent». Environ un quart des Belges utilisent désormais les applications mobiles de leur(s) banque(s), pour consulter leur solde, faire un virement, etc. Pas étonnant dès lors que les géants du Net, devenus incontournables dans nos habitudes de consommation, passent aussi à l'offensive sur le terrain de la banque au quotidien. Monnaie électronique A tout seigneur, tout honneur : Facebook. Doté d'une audience inégalée dans l'histoire de l'humanité (plus d'un milliard d'utilisateurs à travers le monde), le réseau social n 1 s'apprêterait à lancer un service de transfert d'argent à l'international, depuis l'irlande. Comme l'écrivait dernièrement le Financial Times, il serait en passe d'y obtenir une licence e-money pour créer sa propre monnaie électronique. But de la manœuvre? Permettre à ses utilisateurs de conserver de l'argent sur sa plateforme, de payer leurs achats et d'effectuer des transferts d'argent. Autant de possibilités qui s'apparentent à un vrai compte bancaire en ligne. Le quotidien britannique souligne d'ailleurs que la firme de Mark Zuckerberg aurait entamé des discussions avec diverses startup spécialisées dans les paiements internationaux comme TransferWise ou Moni. Info ou intox? Si l'information peut surprendre de prime abord, elle est pourtant loin d'être totalement fantaisiste. Cédric Deleuze, responsable pour la Belgique du département Deloitte Digital, le confirme : «Que des acteurs du Web comme Facebook se lancent un jour dans les services financiers ne fait aucun doute», lance-t-il avant d'ajouter que «la question n'est pas de savoir si cela va se faire mais quand et avec qui ces plans vont se concrétiser». Un avis que partage Bruno Schröder, technology officer chez Microsoft Belgique qui, soulignons-le au passage, a accepté de répondre à nos questions, contrairement aux équipes belges de Facebook et Google. Pour lui, cela ne fait aucun doute, le développement des géants technologiques dans la finance est inéluctable ( lire l'encadré «La menace est réelle pour les banquiers traditionnels» ). Nouveaux outils Inéluctable d'abord parce que la révolution digitale n'en est qu'à ses débuts. Inéluctable ensuite parce que le paiement est sans doute «le» créneau du futur pour le mobile. Tous les acteurs de l'univers de la high-tech tentent consommer: de se positionner du bœuf sur un au marché smartphone estimé III - 4 en 2013 à 235 milliards de dollars dans le monde, selon Gartner. L'an dernier, ebay a par exemple déboursé 800 millions de dollars pour s'offrir la start-up Braintree, bien que le roi des enchères en ligne soit déjà propriétaire de PayPal. Nullement à la traîne, les

5 concrétiser». Un avis que partage Bruno Schröder, technology officer chez Microsoft Belgique qui, soulignons-le au passage, a accepté de répondre à nos questions, contrairement aux équipes belges de Facebook et Google. Pour lui, cela ne fait aucun doute, consommer le développement - HIstoire des géants - 2 ème technologiques degré dans la finance est inéluctable ( lire l'encadré «La menace est réelle pour les banquiers traditionnels» ). Nouveaux outils Inéluctable d'abord parce que la révolution digitale n'en est qu'à ses débuts. Inéluctable ensuite parce que le paiement est sans doute «le» créneau du futur pour le mobile. Tous les acteurs de l'univers de la high-tech tentent de se positionner sur un marché estimé en 2013 à 235 milliards de dollars dans le monde, selon Gartner. L'an dernier, ebay a par exemple déboursé 800 millions de dollars pour s'offrir la start-up Braintree, bien que le roi des enchères en ligne soit déjà propriétaire de PayPal. Nullement à la traîne, les spécialistes de la carte de crédit (Visa, MasterCard) déploient aussi leur portefeuille de paiement électronique. Quant à l'américain Square, son lecteur de cartes sur smartphone pourrait brasser 30 milliards de dollars cette année, selon le magazine économique Challenges. Il faut dire que s'aventurer sur ce marché «hot» des nouveaux outils de paiement présente pour les grands du Web un intérêt à plusieurs égards, y compris pour une entreprise comme Facebook. «C'est clairement un vecteur de croissance», reprend Cédric Deleuze. Et une source de diversification des revenus, nous explique Dirk Vanderschrick, membre du comité de direction de Belfius, responsable retail & commercial banking. «En plus des recettes publicitaires et de la vente de données, s'y ajouteraient celles liées aux transactions, enchaîne le banquier. Capter le flux d'informations autour du paiement permet également d'enrichir les bases de données avec une exploitation commerciale à la clé ( approfondir la connaissance du client et lui faire des offres ciblées, Ndlr ). Ces nouvelles fonctionnalités permettront également de doper le trafic sur les sites de ces acteurs en question, ce qui aura aussi pour effet d'augmenter la valeur de leur espace publicitaire.» Rattraper Google Mais ce n'est pas tout. En se lançant ainsi à l'assaut de la finance, Facebook ne ferait qu'emboîter le pas à son grand rival Google, avec qui il est toujours au coude à coude. «Facebook n'a pas seulement un problème d'image, il doit trouver une un business model et une rentabilité que Google a déjà trouvés», pointe à ce propos le serial entrepreneur José Zurstrassen, fondateur de Keytrade et de MyMicroInvest. Le célèbre moteur de recherche est en effet déjà bien armé Copyright dans ce domaine 2014 gopress. avec son Alle e-wallet rechten (portefeuille voorbehouden électronique). Selon le magazine économique suisse Bilan, Google serait par ailleurs aussi en attente d'une licence e-money au Royaume-Uni. Aux-Etats-Unis, il permet déjà l'envoi d'argent par . Il étudierait aussi la possibilité de s'attaquer au monde des placements, comme le fait déjà Baidu, le Google chinois. Ce dernier est lui aussi déjà bien plus en avance que la firme de Mark Zuckerberg, après avoir lancé en octobre dernier un service d'épargne en association avec un très gros gestionnaire d'actifs made in China. Toujours du côté de Pékin, le géant du commerce en ligne Alibaba propose quant à lui des prêts à la consommation. Jamie Dimon Bref, la tendance est là. Même les banquiers traditionnels le reconnaissent. Et pas seulement ceux de Belfius. Jamie Dimon, puissant CEO de la grande banque américaine JP Morgan, l'avoue également. Lui qui déclarait dernièrement que «Google et Apple n'étaient pas les seuls à représenter une menace pour JP Morgan mais que la Silicon Valley dans son ensemble voulait la dévorer», faisant référence aux innombrables fintechs (nouvelles technologies appliquées à la finance) qui y poussent comme des champignons (Moven, etc.). Dans un ouvrage intitulé Nouvelles banques, Michel Mathieu, haut dirigeant du Crédit Agricole en France, estime quant à lui que la banque de détail est prise en tenaille. «Elle doit faire face à une concurrence nouvelle, représentée par des sociétés qui proposent des services équivalents, sans toutefois supporter les mêmes contraintes, notamment en termes de masse salariale ou d'implantations physiques de réseaux d'agences dans les territoires.» Quant à ING Belgique, banque qui joue résolument la carte du digital, on dit y suivre avec beaucoup d'attention toute nouvelle initiative dans le domaine des services bancaires. «Il est important que la banque traditionnelle sache se remettre en question, plaide son CEO Rik Vandenberghe. ING Belgique est une banque innovante. La BBL avait d'ailleurs été la première en Belgique à lancer la banque par Internet. Nous sommes très attentifs aux nouveautés pouvant être intéressantes pour nos clients. C'est ainsi que nous avons lancé le premier compte à vue gratuit en ligne, la première application mobile en Belgique et que nous avons investi dans la solution de paiement par mobile développée par le portefeuille électronique Sixdots en Belgique.» Le big bang des agences Le lecteur aura compris : la digitalisation de la société n'oblige pas seulement les banques à revoir leur offre, mais aussi à repenser leur métier. Face à la concurrence des nouveaux acteurs du Web qui tire les prix vers le bas et détourne les clients des agences, elles doivent faire évoluer leur modèle. «Après avoir incité le client à réaliser un nombre toujours grandissant d'opérations en ligne, poursuit Michel Mathieu, la question que tous les banquiers devraient se poser est la suivante : que doivent-ils mettre en œuvre, dès aujourd'hui, pour que dans cinq ou 10 ans le client pousse encore la porte de leur agence, et choisisse d'y rester? Quels besoins justifieront qu'il revienne en agence? Comment former les conseillers à proposer une vraie valeur ajoutée, lors de ces rares moments privilégiés.» En France par exemple, BNP Paribas, par ailleurs armée depuis un an de Hello bank! (banque 100 % digitale), entend avec son plan «Préférence client» faire basculer son réseau vers trois types d'agences : express, conseils et projets. Car sans cette véritable remise en question, nos «chers» amis banquiers risquent bien de se voir reléguer au rang de simples gestionnaires d'infrastructures ( back-offices, etc.), victimes de ce que les spécialistes appellent la «désintermédiation bancaire» (lorsque les clients se passeront des banques). Certaines études estiment en effet qu'une part de 30 % du marché des banques est prête à changer de mains aux Etats-Unis. Si bien qu'un jour, ce sera peut-être Facebook qui vous accordera un crédit. Cela après avoir analysé vos données personnelles et vu que vous aviez beaucoup d'amis sur sa plateforme. Signe de la qualité de votre entourage humain... à même de vous renflouer en cas de pépin financier. Image abîmée Pour l'heure, les banquiers traditionnels se montrent pourtant sereins. Du moins en apparence. Ils disent que les géants du Web s'activent principalement dans le domaine des moyens de paiement. «Aucun de ces acteurs n'a développé une alternative complète au modèle bancaire traditionnel», avance Dirk Vanderschrick. Autre argument : le fait que les clients restent friands de conseils personnalisés. Et puis, cerise sur le gâteau : les banquiers classiques veillent de plus en plus à se servir des réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Twitter, YouTube, etc.). «On observe clairement de la part des banques une volonté de socialiser le plus possible la relation avec le client», pointe Hugues Rey, CEO de l'agence Havas Media Brussels. Les réseaux sociaux deviennent pour elles une source de renseignement et de dialogue, un canal de communication à part entière.» De fait, «nous utilisons ces canaux pour rester proche de notre clientèle», clament en chœur Rik Vandenberghe et Dirk Vanderschrick. consommer: du bœuf au smartphone III - 5 Rien d'étonnant à cela, estime Cédric Deleuze : «Collaborer avec les réseaux sociaux est clairement une bonne stratégie pour les banques», soutient-il, citant l'exemple de l'assureur français AXA, qui vient de signer un partenariat avec Facebook pour s'attaquer

6 au modèle bancaire traditionnel», avance Dirk Vanderschrick. Autre argument : le fait que les clients restent friands de conseils personnalisés. Et puis, cerise sur le gâteau : les banquiers classiques veillent de plus en plus à se servir des réseaux sociaux consommer (Facebook, - LinkedIn, HIstoire Twitter, - 2 ème YouTube, degré etc.). «On observe clairement de la part des banques une volonté de socialiser le plus possible la relation avec le client», pointe Hugues Rey, CEO de l'agence Havas Media Brussels. Les réseaux sociaux deviennent pour elles une source de renseignement et de dialogue, un canal de communication à part entière.» De fait, «nous utilisons ces canaux pour rester proche de notre clientèle», clament en chœur Rik Vandenberghe et Dirk Vanderschrick. Rien d'étonnant à cela, estime Cédric Deleuze : «Collaborer avec les réseaux sociaux est clairement une bonne stratégie pour les banques», soutient-il, citant l'exemple de l'assureur français AXA, qui vient de signer un partenariat avec Facebook pour s'attaquer au marché sur mobile, en profitant de la popularité du réseau social sur smartphones et tablettes. If you can't beat them, join them! Surtout que les acteurs de l'industrie des services financiers souffrent d'un problème de réputation depuis la crise de De la crise des subprimes aux manipulations du Libor, ils n'en finissent plus d'enchaîner les scandales. Leur image est abîmée. Bref, à l'heure où certains ont perdu la confiance des clients, d'autres essayent de la gagner. «Nouvelles banques», Michel Mathieu, éditions Débats Publics, 249 p. SÉBASTIEN BURON Copyright 2014 Biblo. Alle rechten voorbehouden Copyright 2014 gopress. Alle rechten voorbehouden consommer: du bœuf au smartphone III - 6

7 Document 3 Payer avec son smartphone? C est désormais possible ECONOMIE Mis à jour le jeudi 15 mai 2014 à 12h49 Bancontact/Mister Cash a lancé jeudi son application mobile pour smartphones et tablettes. Les clients de 16 banques, soit 99% des titulaires de cartes, peuvent l utiliser immédiatement. L application permet d effectuer tout type de paiement (entre particuliers, auprès des commerçants partenaires et en ligne) jusqu à 250 euros. Nous avons testé le système pour vous. Sachez d abord que ce système est actuellement accessible aux détenteurs de smartphones et tablettes qui tournent sur ios (Apple) et Android (Google). La première chose à faire est de charger l appli Bancontact/ Mister Cash. Vous devez avoir avec vous votre carte de banque et le lecteur qui va avec. Il permet de vous enregistrer une fois pour toutes et d y déterminer un code secret. Ensuite, vous ouvrez l application qui vous offre deux choix : payer ou recevoir. Par exemple, si vous me devez 10 euros, je clique sur recevoir, j indique le chiffre 10. Une fenêtre s ouvre alors sur un QR-code. Comme c est vous qui devez payer, vous scannez le code avec votre smartphone. Il vous reste à valider la transaction avec votre code secret. Quelques secondes plus tard, je suis averti que la transaction est terminée. C est pratique et vous pouvez consulter l historique de vos transactions en dépenses comme en rentrées. Le principe est le même dans les commerces et les restaurants qui seront équipés (ils sont encore très peu nombreux). La caisse va produire un ticket avec le QR-Code. Il vous restera à le scanner avec votre smartphone et à valider la transaction. Nous sommes convaincus que d autres s y ajouteront très vite, prévoit Zhong Xu, CEO de la société technologique Posios, qui a développé l application. Les opérateurs de téléphonie Mobile Vikings et Base font également partie des premiers adhérents au système. Il sera proposé à partir de juillet aux administrations communales membres de la plate-forme Interactive City. En cas de perte du smartphone ou de la tablette, l application peut être bloquée par téléphone, comme une carte, via le service Card Stop. Donc, vérification faite ce matin, l application fonctionne parfaitement bien mais un petit micro-trottoir nous a démontré qu il restera à convaincre les utilisateurs potentiels que le système est parfaitement sécurisé. Michel Visart, avec Belga Source : RTBF en ligne, 15 mai 2014, Michel Visart http ://www.rtbf.be/info/economie/detail_payer-avec-son-smartphone-c-est-desormais-possible?id= consommer: du bœuf au smartphone III - 7

8 Document 4 Coûts liés aux instruments de paiement à charge du secteur financier en 2003 (en millions d euros). Source : BNB (Estimation des coûts des moyens de paiement) ; 2003 consommer: du bœuf au smartphone III - 8

9 Document 5 Utilisation des instruments de paiement par secteur (pourcentage du total des transaction réalisées dans chaque secteur Source : Enquête IPSOS, calculs BNB ; 2003 consommer: du bœuf au smartphone III - 9

10 Document 6 Payer avec le smartphone : le consommateur est-il suffisamment protégé? Communiqués de presse - Télécommunications Date : CRIOC - OIVO L économie dans notre société évolue, du troc vers une société complètement sans liquides, en passant par l économie de l argent. Actuellement, le sans-liquides n est pas encore atteint, mais les actions pour aller dans ce sens continuent. L énorme succès du smartphone joue absolument un rôle dans cette évolution. Mais qu en est-il de la sécurité du consommateur dans tout ça? L argent virtuel L argent virtuel n est plus nouveau dans notre économie. Les rémunérations des travailleurs sont versées sur leur compte bancaire, les loyers sont transférés sur le compte du propriétaire et nombre de factures mensuelles sont payées par domiciliation ou ordre permanent. À aucun moment, l argent derrière ces transactions ne revient à la surface. Les petites sommes uniquement, par exemple au restaurant, chez l épicier ou chez le coiffeur, sont encore payées au comptant. Aujourd hui, ces paiements en liquide sont également en voie de disparition. Grâce à la diminution des frais liés à l utilisation d un système de paiement avec carte pour le commerçant, l idée devient de plus en plus attrayante pour celui-ci d offrir ce service à ses clients. Or, la location du système comprend quelques frais pour le professionnel, même s ils sont en baisse ces dernières années. La possibilité de payer avec une carte est un service offert aux clients qui ne devrait pas être facturé. Le commerçant a moins d argent liquide dans sa caisse, réduisant le risque d un cambriolage ou de vol. Encore plus important, il ne doit plus aller à la banque si fréquemment, il ne doit plus compter ses recettes, contrôler les caisses... QR et NFC L opération devient de plus en plus simple, tant pour les paiements entre consommateur et commerçant qu entre deux consommateurs. Cette voie a été facilitée par l introduction du smartphone, qui offre deux techniques de paiements. La première utilise un code QR (pour Quick Response), à scanner ; la deuxième utilise la technologie NFC (pour Near Field Communication), qui est encore plus simple car il suffit de tenir deux appareils (p.ex. un smartphone et un automate de paiement) tout près l un de l autre pendant quelques secondes pour faire le paiement. Différentes applications Plusieurs banques offrent déjà des applications pour faire des paiements entre deux personnes ou deux consommer: du bœuf au smartphone III - 10

11 appareils. Pour ce faire, il n est pas nécessaire que les deux parties soient clients de la même banque. Il suffit qu un des deux ait l application mobile sur son smartphone ou tablette pour faire un paiement. Un repas au resto entre amis peut donc être payé par une personne, tandis que les autres lui remboursent leur part à l aide de leur GSM. Encore une opération où l argent liquide n est plus nécessaire! Les temps évoluent et les fournisseurs de systèmes de paiement ne veulent pas rater cette opportunité. Ils sont en effet le lien entre deux banques, par exemple la banque du consommateur et celle du commerçant. Les fournisseurs les mieux connus sont Bancontact/Mister Cash, Mastercard, Visa et American Express. Avec leur entrée sur ce marché, il n est plus nécessaire d être client d une banque pour pouvoir faire des paiements via son application mobile. Le smartphone devient alors comparable à une carte bancaire : dans le premier exemple, le client peut uniquement retirer de l argent avec la carte auprès de la banque où il est client ; dans le deuxième exemple, il peut retirer de l argent et payer partout, dans n importe quelle banque. À l avenir, il suffira donc d avoir ton smartphone en poche pour aller prendre un verre. Juste passer ton smartphone tout près de l appareil du serveur, et le tour est joué! Le portefeuille électronique Avec ces nouveautés, avons-nous encore besoin d un portefeuille? On y pense car le portefeuille électronique a aussi un succès grandissant. Les cartes bancaires virtuelles sont sauvegardées dans un portefeuille virtuel sur smartphone ou tablette. Pour payer, que ce soit dans un magasin, dans un parc d attractions ou entre amis, il suffit d ouvrir le portefeuille électronique, de cliquer sur la carte bancaire souhaitée et de faire le paiement en utilisant les possibilités susmentionnées. Nous vivons dans un monde virtuel, et le CRIOC en est conscient Nous avons quelques remarques à souligner, partant de l idée que l évolution et la protection du consommateur doivent aller de pair. Trois parties... Une responsabilité partagée Le CRIOC surfe aussi sur la vague virtuelle, mais sans enthousiasme aveugle. Pour réduire les risques liés aux paiements électroniques par smartphone ou tablette, les trois parties doivent collaborer. En premier lieu, nous voulons attirer l attention sur une consommation trop facile et trop rapide. Si le paiement peut se faire simplement en passant avec le smartphone devant un autre appareil, la notion de consommation devient éphémère et la conscience de la valeur réelle de l argent est réduite au minimum. De plus, les consommateurs doivent agir de manière responsable, toujours garder leur instrument de paiement à un endroit sûr, ne pas divulguer le code secret, notifier tout vol ou toute fraude immédiatement à leur banque... En deux mots : gérer leur argent de manière intelligente. Deuxièmement, la sécurité du paiement doit être garantie. Le smartphone permet d utiliser un code secret et de fixer un seuil maximum de dépenses ; par exemple, pour l argent de poche des enfants. Le smartphone ou la tablette doivent également offrir assez de garanties, de sorte que les escrocs ne puissent pas s emparer facilement de votre argent. Les applications doivent être suffisamment sécurisées. Elles doivent garantir au consommateur que ni son argent, ni ses coordonnées personnelles, ne seront accessibles à des tiers. Ces deux premières conditions ne garantissent pas que le consommateur ne sera pas pris au piège. Pour ce faire, il faut un troisième mécanisme de protection : adapter la législation. Les décideurs politiques sont responsables de la mise en place d une protection performante et suffisante. La loi relative aux services de paiement ne suffit plus dans le cadre d une société évoluant vers des transactions sans argent liquide. Le CRIOC demande par conséquent que la législation soit adaptée. consommer: du bœuf au smartphone III - 11

12 Quand ces trois conditions seront remplies, nous pourrons évoluer graduellement vers une société sans argent liquide. Auteur : Pieter-Jan De Koning Source : Crioc, Communiqué de presse du 21 mars 2013, Pieter-Jan De Koning. http ://www.crioc.be/fr/doc/x/y/document-6844.html Document 7 Comment la distribution bancaire va être révolutionnée Bruno Colmant Et Grégoire Tondreau EXPRESS Apple a transformé ses appareils de téléphonie mobile en un support bancaire. Ce n est que le début : Apple deviendra une banque complète. La carte d identité suivra la carte de crédit dans le téléphone. Il est évident que les banques traditionnelles ne resteront pas passives devant cette évolution, car une attitude défensive leur serait fatale. De manière arrogante, Bill Gates, le fondateur de Microsoft, aurait dit que le monde avait besoin de banquiers, mais pas de banques. L entreprise de son éternel concurrent, Apple, est peut-être en train de lui donner raison. Apple vient, en effet, de dévoiler le monde bancaire du 21ème siècle, qui constituera l alliance du moyen de payement et de la mobilité digitale dont la forme actuelle est le smartphone. Apple vient de signer un partenariat avec les grands opérateurs de cartes de crédit (Visa, Mastercard, American Express) pour que le smartphone devienne une carte de crédit, un peu comme si la carte de crédit s était glissée sous la batterie de la tablette ou du téléphone. De grandes chaînes de distribution américaines, telle que McDonald s, se sont adossées à cette initiative. Cette impulsion stratégique est décisive. Apple était déjà sans le dévoiler - un des plus grands banquiers du monde, au travers de ses magasins Apple Store et itunes. Apple va désormais plus loin en transformant ses appareils en un support bancaire. Les transactions seront opérées selon différentes techniques telles que la NFC (communication proche) et les échanges de codes informatiques (codes QR), sans que des transactions bancaires entre particuliers ne soient, à ce stade, possibles. Ce n est qu un début... Mais ce n est évidemment que le début : Apple deviendra une banque complète. Apple rentre d ailleurs dans un monde nouveau, à savoir celui de l identification des personnes. Car, derrière la carte de crédit et la capacité bancaire d un client, il y a les attributs d identification d un individu. En d autres termes, la carte d identité suivra la carte de crédit dans le téléphone. Plus qu une montre, Apple a donc surtout annoncé la création d une infrastructure financière unique et potentiellement très lucrative. En prenant 0,15% de frais sur chaque transaction, Apple crée un marché de plusieurs milliards de dollars. À proprement parler, il s agit d une part d un transfert de valeur aux dépens de la fraude qui représente 5,5 milliards de dollars aux Etats-Unis vu leurs infrastructures non-sécurisées (les cartes de crédit aux Etats-Unis consommer: du bœuf au smartphone III - 12

13 n utilisent pas encore les puces électroniques) et d autre part, c est une rétribution pour le pouvoir accru qu Apple octroie aux opérateurs de cartes de crédit. L orientation d Apple est un grand danger pour les banques traditionnelles. En effet, ces dernières sont confrontées à un contexte déflationniste difficile et doivent assurer la juxtaposition de deux réseaux, à savoir, un réseau physique d agences et un réseau digital. Le maintien du réseau physique est légitime et répond à une nécessité de services de proximité. C est dans ce contexte qu Apple prend de court le monde bancaire en dépouillant sa nouvelle configuration d un réseau physique, qui était d ailleurs inexistant pour les cartes de crédit qui y sont désormais associées : qui n a jamais vu une agence bancaire Visa, Mastercard ou American Express, alors que la carte de crédit est un outil bancaire? Apple a transformé un support émis par une institution financière (la carte de crédit) en banque à part entière. Apple devient donc une infrastructure de marché mondiale, voire un protocole bancaire, auquel sont associés tous les produits et les services dont cette entreprise fait le négoce. Mais il y a autre chose : Apple prend de court les balbutiements bancaires d autres chaînes de distributions digitales, moteurs de recherche et réseaux sociaux tels qu Amazon, Google et Facebook, dont on aurait pu imaginer qu ils se lancent, grâce à l accumulation de données et aux paramétrages de leurs utilisateurs, dans le domaine bancaire, au travers de portefeuilles (wallet en anglais) destinés à stimuler les transactions. De façon inattendue, Apple a donc pris le contre-pied de toutes les initiatives de portefeuille électronique en s annonçant défenseur de la vie privée et en se distanciant des approches big data qui se retrouvent au cœur de leur modèle ; en effet, Apple ne sait pas ce que vous achetez, et le commerçant n a pas accès à vos données personnelles ou financières. Seuls les opérateurs de cartes de crédit sont à même de connaître les transactions et d affiner leurs approches marketing. Plus loin et plus vite Il est évident que les banques traditionnelles ne resteront pas passives devant cette évolution, car une attitude défensive leur serait fatale. Différentes initiatives sont décelables : création de banques et d offres digitales, partenariat au travers des cartes de crédit avec des vendeurs (cas de Beobank qui est affilié à Q8, Brico, etc.), partenariat entre plusieurs banques belges et Belgacom (Sixdots). Mais il faudra aller plus loin et plus vite car Apple dispose du support au travers duquel des milliards de transactions bancaires vont être effectuées. D ailleurs, il faut s interroger sur le fait de savoir où sera le centre de gravité bancaire de demain : dans une banque, au sein de l opérateur téléphonique qui autorise les échanges digitaux (comme Belgacom, en Belgique) ou au travers de celui qui possède le support téléphonique. En conclusion, Apple crée un nouvel écosystème bancaire qui superpose le support informatique et le flux bancaire, en l adossant aux émetteurs de cartes de crédit et à de grandes chaînes de détail. Il y a un risque pour les opérateurs bancaires traditionnels. Il s agit du risque de leur voir échapper la connaissance des transactions de leurs clients et donc la capacité à fidéliser le client. Cela va même plus loin : même si Apple a annoncé ne pas vouloir égratigner les banques traditionnelles, elle risque de confiner leur fonction sociétale à des services à plus faibles valeur ajoutée. Au-delà de cette évolution, c est la question de la valeur d une licence bancaire qui est posée. Et puis, les banques traditionnelles ne risquent-elles pas de voir échapper leur fonction de créateur du flux monétaire? Des monnaies sectorielles ou commerciales ne risquent-elles pas d être créées par de grandes chaînes de distribution adossées à une infrastructure de marché telles que celle qu Apple construit? L oligopole de fait des banques traditionnelles résistera-t-il à une individualisation du support bancaire, sachant que les barrières à l entrée informatiques se sont modifiées? Ces questions sont importantes. Même si leurs réponses apparaissent lointaines, il y a un avenir derrière ce qui apparaît actuellement comme de la futurologie. L Echo, Journal en Ligne Page 2 of 3, 25 septembre 2014, http ://journal.lecho.be/ 25/09/2014 consommer: du bœuf au smartphone III - 13

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

8 Budget&Droits 231 - novembre/décembre 2013. EN couverture. Des "apps" bancaires spécifiques pour 10 smartphones ou tablettes. m-banking.

8 Budget&Droits 231 - novembre/décembre 2013. EN couverture. Des apps bancaires spécifiques pour 10 smartphones ou tablettes. m-banking. 8 Budget&Droits 231 - novembre/décembre 2013 EN couverture m-banking Des "apps" bancaires spécifiques pour 10 smartphones ou tablettes Payer avec ou 11 Paiement de mobile à mobile, par SMS, code QR ou

Plus en détail

Primeur. Waterloo, Commune pilote pour les paiements mobiles

Primeur. Waterloo, Commune pilote pour les paiements mobiles Waterloo, le 29 avril 2015 Primeur Waterloo, Commune pilote pour les paiements mobiles Scannez, cliquez et c est payé! Simplement avec un smartphone ou une tablette S acquitter des frais pour l obtention

Plus en détail

Les FinTech à l'assaut de la gestion de patrimoine

Les FinTech à l'assaut de la gestion de patrimoine Les FinTech à l'assaut de la gestion de patrimoine Dans un environnement en pleine mutation dans lequel le monde bancaire se voit confronté aux nouvelles attentes de la clientèle en matière de digital

Plus en détail

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat 2014 Edition Spéciale 3 Intelligence Applied 1 Le e-commerce a dominé la croissance des entreprises ces dernières années. Mais les marques et les distributeurs devraient lui en demander plus. Voici pourquoi...

Plus en détail

Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes

Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes 1/213 3/213 6/213 9/213 12/213 3/214 5/214 Stratégies opérationnelles d APPS-CRM pour smartphones et tablettes Le marché pour les smartphones et les tablettes En 213, on a dénombré plus de 24,1 millions

Plus en détail

MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN

MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN MONEY, MONEY, MONEY PAYER, VENDRE ET ÉCHANGER DE L ARGENT DEMAIN EDITO Il y a 20 ans, il fallait se déplacer en agence pour effectuer un virement ou passer un ordre de bourse. Aujourd hui, il nous est

Plus en détail

Visa Business FINTRO. PROCHE ET PRO.

Visa Business FINTRO. PROCHE ET PRO. Visa Business FINTRO. PROCHE ET PRO. Vous voici titulaire d une carte Visa Business. Félicitations! Que pouvez-vous faire avec votre carte? Ce mode d emploi reprend toutes les informations relatives à

Plus en détail

Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banques

Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banques Avec Bitcoin, payer et vendre sans les banques LE MONDE SCIENCE ET TECHNO 29.11.2012 à 16h12 Mis à jour le 30.11.2012 à 09h57 Par David Larousserie Internet continue de faire vaciller les bases des secteurs

Plus en détail

Choisir son logiciel de caisse

Choisir son logiciel de caisse GUIDE PRATIQUE Choisir son logiciel de caisse Qu est-ce qu un logiciel de caisse? Un logiciel de caisse, aussi appelé caisse enregistreuse ou caisse tactile est un programme informatique qui vous permet

Plus en détail

Description des services de KBC-Mobile Banking

Description des services de KBC-Mobile Banking Description des services de KBC-Mobile Banking Vous trouverez ci-dessous un aperçu des services. Le contractant qui utilise KBC-Mobile Banking à des fins non seulement privées mais aussi professionnelles

Plus en détail

Mobile Business Mobile Marketing. Eléments fondamentaux

Mobile Business Mobile Marketing. Eléments fondamentaux Mobile Business Mobile Marketing Eléments fondamentaux Copyright International Tout le contenu de ce ebook est la propriété intellectuelle de Vange Roc NGASSAKI. Sa vente est illégale, sa copie, le partage

Plus en détail

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile

Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile SPEECH/12/329 Michel BARNIER Membre de la Commission européenne, chargé du Marché intérieur et des Services Pour un vrai marché unique des paiements par carte, internet et mobile Conférence sur les paiements

Plus en détail

Une stratégie efficace et pragmatique pour les

Une stratégie efficace et pragmatique pour les Cercle Leprince-Ringuet www.cerclelpr.fr Think tank du Corps des Mines sur le Numérique Une stratégie efficace et pragmatique pour les Objets Connectés Industriels en Europe Auteurs Daniel NABET Président

Plus en détail

Les wallets en Europe

Les wallets en Europe Les wallets en Europe 3 juin 2014 Transform to the power of digital Définition : qu est-ce qu un wallet? Un «wallet», ou portefeuille électronique, se définit par tous ou partie des points suivants : Enregistrer

Plus en détail

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré

Compétences terminales de cours. philosophiques. Enseignement secondaire 3 ème degré Enseignant La finance islamique I Compétences terminales de cours philosophiques Enseignement secondaire 3 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte d entrée Banque Compétences Sentir, ressentir

Plus en détail

7 évolutions dont peuvent profiter les entrepreneurs dans l'horeca

7 évolutions dont peuvent profiter les entrepreneurs dans l'horeca 7 évolutions dont peuvent profiter les entrepreneurs dans l'horeca European Merchant Services 2015 1. Veillez à ce que les hôtes puissent vous trouver via leur smartphone Bien que la croissance du smartphone

Plus en détail

De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se

De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se multiplient également. Voici un aperçu des méthodes les plus

Plus en détail

Interview de M. Eric Majois

Interview de M. Eric Majois Interview de M. Eric Majois Quel est votre poste à la Banque Populaire? Je travaille à la Banque Populaire de l Ouest en tant que chef de produit monétique. Je m'occupe de tout ce qui est offre, mise en

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Se doter d un site web: par où commencer?

Se doter d un site web: par où commencer? Se doter d un site web: par où commencer? Table des matières Définitions L importance d avoir un site web Les éléments indispensables Le commerce électronique Les 5 pièges à éviter lors de la création

Plus en détail

Un guide étape par étape pour le trading des options binaires

Un guide étape par étape pour le trading des options binaires Un guide étape par étape pour le trading des options binaires www.cedarfinance.com Sommaire 3 Les meilleures raisons pour effectuer des transactions sur les options binaires 4 Les options binaires: leur

Plus en détail

La solution fidélisation par carte à puce

La solution fidélisation par carte à puce FIDELITY CARD La solution fidélisation par carte à puce 2 / 11 Fidéliser ses clients Face à la diversité de l'offre et à la multiplication des formes de distribution, fidéliser est devenu le maître mot

Plus en détail

I Recruter et fidéliser, à moindre coût, via médias sociaux!

I Recruter et fidéliser, à moindre coût, via médias sociaux! I Recruter et fidéliser, à moindre coût, via médias sociaux! Les médias sociaux représentent aujourd'hui de véritables plateformes conversantes, incontournables dans vos actions de marketing, de communication

Plus en détail

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 2 ème degré

Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales. economie. Enseignement secondaire 2 ème degré Enseignant Choisir un compte d épargne III Compétences terminales en sciences économiques et en sciences sociales economie Enseignement secondaire 2 ème degré COMPTE D'ÉPARGNE + INTÉRÊT ALEX 230 Porte

Plus en détail

Single Euro Payments Area S PA

Single Euro Payments Area S PA Single Euro Payments Area S PA SEPA 3 Table des matières p.4 p. 6 p. 6 p. 8 p. 9 p.14 Qu est-ce que le SEPA? Pourquoi introduire le SEPA? Où le SEPA s applique-t-il? A partir de quand le SEPA s appliquera-t-il?

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

les guides pratiques du cours des parents maîtriser les achats sur mobile

les guides pratiques du cours des parents maîtriser les achats sur mobile les guides pratiques du cours des parents maîtriser les achats sur mobile 1 je m informe sur les différents moyens de paiement permettant d effectuer des achats sur mobile avec son mobile, votre ado peut

Plus en détail

Notes de présentation. ebay

Notes de présentation. ebay ebay Historique ebay est une entreprise américaine, connue par son site web de ventes aux enchères dont le siège social est situé à San José, Californie (Silicon Valley). Cette société emploie 13 000 personnes

Plus en détail

Enquête Solucom & OpinionWay. Moyens de paiement : les Français attendent plus de leur banque. volet # 2

Enquête Solucom & OpinionWay. Moyens de paiement : les Français attendent plus de leur banque. volet # 2 Enquête Solucom & OpinionWay Moyens de paiement : les Français attendent plus de leur banque volet # 2 Méthodologie OpinionWay - Solucom Échantillon de 2004 Français âgés de 18 ans et plus et constitué

Plus en détail

Professionnels. Visa & MasterCard Business. Mode d emploi

Professionnels. Visa & MasterCard Business. Mode d emploi Professionnels Visa & MasterCard Business Mode d emploi Vous voici titulaire d une carte Visa Business ou MasterCard Business. Félicitations! Ce mode d emploi reprend toutes les informations relatives

Plus en détail

La Clé de notre succès est "r + a + r = rr" ( Relevanz + aléatoire + rotation = résultat de la recherche)

La Clé de notre succès est r + a + r = rr ( Relevanz + aléatoire + rotation = résultat de la recherche) Nous avons un rêve... Un jour, des moteurs de recherche travailleraient de façon démocratique! Un jour, les résultats de recherche ne seraient pas manipulés! Un jour, on n'obtiendrait pas 1.000.000 de

Plus en détail

Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires!

Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires! Manuel de Trading Bienvenue dans le monde palpitant du trading des options binaires! Ce manuel vous expliquera exactement ce que sont les options binaires, comment les trader et comment utiliser notre

Plus en détail

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14 APPLE 1 Sommaire Histoire d Apple 3-4 L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8 Les nouveautés à venir... 9-13 Conclusion. 14 2 L histoire d Apple Apple fut fondée le 1er Avril 1976, en Californie, par Steve

Plus en détail

Cartes prépayées. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa.

Cartes prépayées. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa. Renseignez-vous sur les cartes de paiement prépayées de marque MasterCard et Visa. Ce ne sont pas des cartes de crédit. Avant de les utiliser, il faut y verser de l argent. Certaines entraînent des frais.

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

Comportement des consommateurs européens envers le commerce mobile

Comportement des consommateurs européens envers le commerce mobile Comportement des consommateurs européens envers le commerce mobile Principaux obstacles et challenges Royaume-Uni, France et BeNeLux Une étude de marché commanditée par ATG ATG Research Report Octobre

Plus en détail

Les Services Financiers Mobiles Et Paiement Mobile

Les Services Financiers Mobiles Et Paiement Mobile Les Services Financiers Mobiles Et Paiement Mobile Adel AMRI Chief Technology Officer - CTO 2011 1 Sommaire La caractérisation des services financiers mobiles La plate-forme technologique qui sous-tend

Plus en détail

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile

BAROMOBILE EDITION 2011. Le baromètre de l internet mobile BAROMOBILE EDITION 2011 Le baromètre de l internet mobile «Le monde change» Alors que les smartphones poursuivent leur envolée, le trafic de données sur le téléphone mobile explose. Il devrait être multiplié

Plus en détail

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT. Précieux conseils et informations de consommation actuelles au sujet du moyen de paiement en ligne paysafecard

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT. Précieux conseils et informations de consommation actuelles au sujet du moyen de paiement en ligne paysafecard LA SÉCURITÉ AVANT TOUT Précieux conseils et informations de consommation actuelles au sujet du moyen de paiement en ligne paysafecard paysafecard : payer en ligne en toute sécurité. relatives à la carte

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Les Innovators Under 35 ont travaillé en groupe pendant le Summit Europe et proposent plusieurs solutions pour affronter ces problèmes:

Les Innovators Under 35 ont travaillé en groupe pendant le Summit Europe et proposent plusieurs solutions pour affronter ces problèmes: Les lauréats des éditions européennes des Innovators Under 35 proposent des solutions pour connaître comment la technologie pourrait aider à affronter l accroissement de la longévité La première édition

Plus en détail

manuel de l utilisateur

manuel de l utilisateur manuel de l utilisateur 1 Permettez-nous de vous féliciter pour votre achat. Table des matières Ce manuel pratique vous guidera dans l univers simple de PostMobile, la carte rechargeable pour téléphonie

Plus en détail

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : Customer Relationship Management (CRM) Sommaire Introduction... 1 Les enjeux

Plus en détail

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle

Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle LIVRE BLANC Le rôle d un CRM dans la gestion intégrée des services à la clientèle Quels sont les avantages d adopter uneapproche intégrée à la gestion de service. INTRODUCTION Lorsque vous pensez CRM,

Plus en détail

LANCEMENT BELFIUS PULSE START. Conférence de presse 18 décembre 2013

LANCEMENT BELFIUS PULSE START. Conférence de presse 18 décembre 2013 LANCEMENT BELFIUS PULSE START Conférence de presse 18 décembre 2013 Ordre du jour Contexte banque de détail Besoins changeants de la clientèle de détail Les clients Belfius évoluent simultanément Paysage

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS E-TOURISME

LES RENDEZ-VOUS E-TOURISME LES RENDEZ-VOUS E-TOURISME Conquérir, vendre et fidéliser grâce à Internet 1 ER SEMESTRE 2016 CONFÉRENCES ET ATELIERS 100% PRATIQUES POUR LES ACTEURS TOURISTIQUES DE CORNOUAILLE UNE INITIATIVE & Les entreprises

Plus en détail

Étude sur la monnaie numérique

Étude sur la monnaie numérique Étude sur la monnaie numérique Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et Opérations Association des banquiers canadiens Prononcée devant le Comité sénatorial des banques et

Plus en détail

MON MOBILE : DEMAIN MON TERMINAL DE PAIEMENT. Auteur : Didier GEIBEN (ENST Paris 1977)

MON MOBILE : DEMAIN MON TERMINAL DE PAIEMENT. Auteur : Didier GEIBEN (ENST Paris 1977) MON MOBILE : DEMAIN MON TERMINAL DE PAIEMENT Auteur : Didier GEIBEN (ENST Paris 1977) Des évolutions en rupture sont en train d apparaître dans l industrie des moyens de paiement. Traditionnellement la

Plus en détail

«MON PROJET DE CREATION D ENTREPRISE / MON BUSINESS MODEL»

«MON PROJET DE CREATION D ENTREPRISE / MON BUSINESS MODEL» «MON PROJET DE CREATION D ENTREPRISE / MON BUSINESS MODEL» Le business model est la description générale de votre projet qui explique comment l entreprise va gagner de l argent. Nous vous proposons un

Plus en détail

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients

Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Un nouveau souffle sur les approches multicanal, les outils d analyse et la segmentation clients Les tendances technologiques dans le secteur de l assurance vie : partie 1. * *La haute performance. Réalisée.

Plus en détail

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients

Livre blanc. 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Livre blanc 4 clés pour personnaliser l expérience web des clients Exploiter toute la valeur du site web Par de nombreux aspects, les responsables marketing web d aujourd hui ont les yeux bandés : ils

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

Séminaire E-Marketing Artisans: faites votre promotion sur internet!

Séminaire E-Marketing Artisans: faites votre promotion sur internet! Séminaire E-Marketing Artisans: faites votre promotion sur internet! Stéphanie Pahaut Coordinatrice Tourisme Qualité tourismequalite@coeurdelardenne.be 1 Du marketing traditionnel au marketing numérique

Plus en détail

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant 10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant Oubliez le nombre de visites sur votre boutique en ligne, le nombre de pages vues et même votre positionnement de mots clés sur

Plus en détail

Votre solution de protection RFID

Votre solution de protection RFID Votre solution de protection RFID 2 Le marché A propos de la RIFD A l origine l introduction de la RFID permettait de véhiculer de l information en temps réel offrant ainsi la traçabilité des biens (transport).

Plus en détail

Les opportunités qu'internet et le Marché Intérieur Digital offrent aux PME

Les opportunités qu'internet et le Marché Intérieur Digital offrent aux PME SPEECH/12/35 Antonio TAJANI Vice-président de la Commission européenne, responsable pour l industrie et l entrepreneuriat Les opportunités qu'internet et le Marché Intérieur Digital offrent aux PME Conférence

Plus en détail

BAJOO : DÉMARRAGE RAPIDE

BAJOO : DÉMARRAGE RAPIDE 1 BAJOO : DÉMARRAGE RAPIDE REMERCIEMENTS BAJOO ET TOUTE SON ÉQUIPE SONT HEUREUX DE VOUS ACCUEILLIR SUR SON SERVICE DE SAUVEGARDE ET DE SYNCHRONISATION DE VOS FICHIERS. NOUS VOUS REMERCIONS DE VOTRE CONFIANCE

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

L Appli. Crédit Agricole Sud Rhône Alpes - Guide Utilisateur -

L Appli. Crédit Agricole Sud Rhône Alpes - Guide Utilisateur - L Appli Crédit Agricole Sud Rhône Alpes - Guide Utilisateur - Avril 2014 1 Sommaire 1. Comment télécharger L Appli? 2. Comment m inscrire? 3. Code Crédit Agricole en ligne bloqué 4. Consulter mes comptes

Plus en détail

Une première en France

Une première en France DOSSIER DE PRESSE 04/09/2013 LE GOOGLE LOCAL de METZ Lancement Officiel : 01/10/2013 Une première en France Grâce au soutien des collectivités, le commerce messin entre dans l ère du numérique pour redonner

Plus en détail

Proposer le paiement par carte a mes clients

Proposer le paiement par carte a mes clients Proposer le paiement par carte a mes clients Commerçant, artisan, profession libérale vous souhaitez proposer à vos clients de régler par carte bancaire? Les besoins sont différents selon l activité professionnelle.

Plus en détail

Livre Blanc Virtua 2012

Livre Blanc Virtua 2012 Livre Blanc Virtua 2012 LES SECRETS D UNE CAMPAGNE DIGITALE DE NOËL RÉUSSIE Suivez-nous sur Twitter Virtua 021 544 28 00 info@virtua.ch Stratégies et créations digitales 2 Table des matières Préparez votre

Plus en détail

Monétique et services financiers

Monétique et services financiers Janvier 2014 Le magazine de l innovation Monétique et services financiers «Crowdfunding, technologies sans contact, cloud L année 2014 débarque avec ses promesses» C O N S E I L E T E X P E R T I S E E

Plus en détail

Les monnaies privatives

Les monnaies privatives Les monnaies privatives La monnaie est un service comme un courriel C est l argent, l or qui a de la valeur La monnaie n a de la valeur qui si il y a transaction Xavier Dalloz Facebook Credits la monnaie

Plus en détail

Mag. à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile. Et si vous passiez

Mag. à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile. Et si vous passiez http5000 Mag Et si vous passiez à la carte de fidélité virtuelle? Solution de fidélisation sur application mobile Retrouvez ce magazine et tous les autres numéros sur notre application mobile! Tapez http5000

Plus en détail

Compte de l agence qui porte votre nom. Une agence virtuelle, des services bien réels.

Compte de l agence qui porte votre nom. Une agence virtuelle, des services bien réels. Compte de l agence qui porte votre nom Une agence virtuelle, des services bien réels. Une combinaison gratuite de produits de paiement, prête à l emploi CBC vous propose une combinaison gratuite de produits

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme

Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux. Aperçu du programme Le programme numéro un au Canada de collecte de fonds par la vente de cartescadeaux Aperçu du programme mars 2014 Comment fonctionne FundScrip? Aucun don Pas besoin de demander à la famille, aux amis,

Plus en détail

Panorama sur les nouveaux modes de paiement

Panorama sur les nouveaux modes de paiement Panorama sur les nouveaux modes de paiement Présence sur 4 continents Europe Amériques Asie Afrique E-paiement par Lyra Network PayZen plateforme de paiement en ligne du groupe Lyra Network 50 Millions

Plus en détail

Conférence du 14 juin 2012

Conférence du 14 juin 2012 Soutenu par : Conférence du 14 juin 2012 «Mobile banking : les premiers succès et les défis du futur» Présentation Le mobile banking est un formidable vecteur d inclusion financière. Des offres de mobile

Plus en détail

Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device»)

Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device») IBM Global Technology Services Livre blanc pour l innovation Juin 2011 Le nouvel espace de travail : Prise en charge du modèle BYOD («Bring your own device») 2 Le nouvel espace de travail : Prise en charge

Plus en détail

Postes de travail dans le Cloud

Postes de travail dans le Cloud Postes de travail dans le Cloud Votre solution miracle pour la fin de vie de Windows XP LIVRE BLANC Sommaire Résumé analytique.... 3 Migration incrémentielle des postes de travail.... 3 Scénarios d utilisation

Plus en détail

RES - Une monnaie pour les commerçants locaux. www.res.be

RES - Une monnaie pour les commerçants locaux. www.res.be RES - Une monnaie pour les commerçants locaux www.res.be Grandissez avec nous 1. DEPUIS 1996, PLUS DE 5.000 COMMERÇANTS ET ENTREPRENEURS LOCAUX FONT CONFIANCE À RES EN BELGIQUE, EN FRANCE ET EN ESPAGNE

Plus en détail

FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL

FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL FACULTE DES SCIENCES DE L'ADMINISTRATION AUTOMNE 2005 UNIVERSITE LAVAL Professeur : Jean-Michel SAHUT, Ph.D. Directeur de la Recherche du Groupe Sup de Co La Rochelle sahutjm@esc-larochelle.fr INTRODUCTION

Plus en détail

Comment toucher les décideurs

Comment toucher les décideurs Comment toucher les décideurs Étude commanditée par Pitney Bowes sur l évolution du rôle du courrier dans le marketing mix des entreprises du domaine Business to Business (B2B) en Europe et aux États-Unis

Plus en détail

ÉPARGNER : INFORMATIONS UTILES

ÉPARGNER : INFORMATIONS UTILES ÉPARGNER : INFORMATIONS UTILES TABLE DES MATIÈRES 1.QU'EST-CE QUE L'ÉPARGNE?... 3 2.POURQUOI ÉPARGNER?... 3 3.COMMENT ÉPARGNER?... 4 4.LES CARACTÉRISTIQUES DU COMPTE D'ÉPARGNE... 5 4.1.LA LIQUIDITÉ DU

Plus en détail

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM.

LE DISPLAY RÉVOLUTION. De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée. Janvier 2012 LIVRE BLANC ACXIOM. LIVRE BLANC ACXIOM LE DISPLAY EN PLEINE RÉVOLUTION De l achat d espace publicitaire classique à la gestion d audience ciblée Janvier 2012 Frédéric GRELIER Directeur Europe développement produits Acxiom

Plus en détail

Sodexo Card. Guide pratique pour la Sodexo Card. Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité

Sodexo Card. Guide pratique pour la Sodexo Card. Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité Sodexo Card Guide pratique pour la Sodexo Card Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité Table des matières Bienvenue, La Sodexo Card c est facile, tout simplement 1. La Sodexo Card

Plus en détail

Stratégie Digitale. ECS 3 - Cours 1

Stratégie Digitale. ECS 3 - Cours 1 Stratégie Digitale ECS 3 - Cours 1 Je me présente Bonjour, je suis Laurence Belge, 47 ans, maman de Lily-Rose Ex directrice du pôle digital d NRJ, du marketing de Monster, des lancements produits et du

Plus en détail

Un réseau d'affaires destiné aux acteurs de l économie en Afrique et sur l Océan Indien afin de développer de nouvelles perspectives d affaires et d

Un réseau d'affaires destiné aux acteurs de l économie en Afrique et sur l Océan Indien afin de développer de nouvelles perspectives d affaires et d Un réseau d'affaires destiné aux acteurs de l économie en Afrique et sur l Océan Indien afin de développer de nouvelles perspectives d affaires et d optimiser leurs réseaux interprofessionnels. GANZATECH

Plus en détail

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci!

Affiliation Cash Livre PDF Gratuit Cliquez Ici Pour Télécharger Merci! Enfin, Voici l'information que VOUS attendiez depuis longtemps. Vous allez découvrir une méthode inédite et des secrets que la plupart des affiliés ne connaitront jamais... Par: Mustapha GASSEM Le Dans

Plus en détail

SOLUTIONS DE GESTION DES PAIEMENTS COMPTANT

SOLUTIONS DE GESTION DES PAIEMENTS COMPTANT SOLUTIONS DE GESTION DES PAIEMENTS COMPTANT Une nouvelle opportunité pour les fournisseurs de POS Introduction Si vous estimez que les cartes de crédit et de débit sont sur le point de supplanter les paiements

Plus en détail

Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous?

Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous? Protection vs. Innovation ouverte : Comment concilier l innovation et l accès aux nouvelles technologies pour tous? Salle Notre-Dame des Victoires, 09 septembre 2014 16h30 18h Intervenants: Dominique Buendé,

Plus en détail

Accélérer l innovation pour obtenir des résultats commerciaux concrets

Accélérer l innovation pour obtenir des résultats commerciaux concrets IBM Software Avril 2013 Accélérer l innovation pour obtenir des résultats commerciaux concrets Les logiciels sont votre plus grand atout stratégique 2 Une innovation rapide pour des résultats commerciaux

Plus en détail

16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie

16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie LIVRE BLANC 16 conseils afin de constituer une expérience de commerce en ligne réussie Comment faire face aux challenges prévisibles et inattendus INTRODUCTION Cette année c est la bonne! Votre entreprise

Plus en détail

Labo de technologies mobiles Plateforme de création d applications mobiles - Technologies de reconnaissance visuelle. www.snapnsee.

Labo de technologies mobiles Plateforme de création d applications mobiles - Technologies de reconnaissance visuelle. www.snapnsee. Labo de technologies mobiles Plateforme de création d applications mobiles - Technologies de reconnaissance visuelle www.snapnsee.net LE PROJET SNAP N SEE LE PROJET SNAP N SEE Snap n See est une jeune

Plus en détail

Fini. les comptes à vue trop chers. Post-Multifix SIMPLISSIMO. Comprendre avant d investir. Virement européen : mode d emploi

Fini. les comptes à vue trop chers. Post-Multifix SIMPLISSIMO. Comprendre avant d investir. Virement européen : mode d emploi Les primeurs et les infos de Banque de La Poste n 13 - Janvier 2011 Fini les comptes à vue trop chers Post-Multifix SIMPLISSIMO Comprendre avant d investir Virement européen : mode d emploi Simple, sûre

Plus en détail

Service actions et options

Service actions et options Rob Wilson/schutterstock.com Service actions et options Réussir ses investissements en actions exige du temps, des recherches et de la discipline. Le service actions et options de KBC Private Banking vous

Plus en détail

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement

Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Le 6 décembre 2011 #dettes #hypothèque Les Canadiens continuent de négliger des moyens simples de régler leurs dettes personnelles plus rapidement Waterloo Les résultats du plus

Plus en détail

Programme de licences multipostes pour entreprises

Programme de licences multipostes pour entreprises Programme de licences multipostes pour entreprises Aperçu Le Programme de licences multipostes facilite la recherche, l achat en gros et la distribution d apps au sein de votre organisation. Que vos employés

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris

22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional.

Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional. Communiqué de Presse Février 2014 Importante levée de fonds pour la start-up française Wingit. De quoi déployer son application à l international et embaucher au niveau régional. Que faire ici et maintenant?

Plus en détail

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE

LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE LA PLATEFORME DE FIDÉLISATION ET DE CARTES-CADEAUX À SAVEUR AMÉLIORÉE Programmes de fidélisation : vous faites les règles Une solution entièrement configurable rend l expérience de fidélisation plus facile

Plus en détail