d information L Europe au charbon

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d information L Europe au charbon"

Transcription

1 la LE TTR E d information P E R I O D E D U 2 9 J A N V I E R A U 2 6 F E V R I E R éditorial L Europe au charbon L 'Europe est en difficulté : endettement de la Grèce, réponse timorée à la crise haïtienne ou encore explosion du coût de l'airbus A400M sont autant d exemples dans l opinion d une inefficacité politique que la crise économique n a fait que renforcer. Oubliés les bienfaits du Marché commun ou de la monnaie unique, place aux récriminations des citoyens face aux dysfonctionnements ressentis d une Europe en panne de stratégie. Pourtant, dans le préambule du traité instituant la Communauté Européenne du Charbon et de l Acier (CECA) ratifié à Paris en 1951, les six pays signataires déclarent être «conscients que l Europe ne se construira que par des réalisations concrètes créant d abord une solidarité de fait, et par l établissement de bases communes de développement économique». 60 ans plus tard, il semble que les principes fondateurs de l idée européenne de «solidarité» et de «bases communes» soient quelque peu oubliés. Dans le cas grec, cela est juridiquement justifié. Il est, en effet, interdit à la Banque Centrale Européenne de faire crédit à un Etat membre en difficulté (1). Il est également inscrit dans les Traités que ni l Union européenne, ni aucun Etat membre ne peut être tenu responsable des engagements ou de l incurie d un des pays constituant (2). Soit. Mais l orthodoxie juridique doit-elle menacer l ensemble de l Union? Jean Monnet, un des "pères de l Europe" et premier Président de la CECA, affirmait : «Nous n avons que le choix entre les changements dans lesquels nous serons entraînés et ceux que nous aurons su vouloir et accomplir». Les entrepreneurs européens l ont compris depuis longtemps et ont mis à profit l idée européenne. Les entreprises de chacun des états membres ont dépassé leurs frontières nationales et ont "européanisé" leurs marchés avant de les globaliser. Ce mouvement s est effectué pour le plus grand bonheur des actionnaires de sociétés européennes. Selon le dernier classement du magazine Fortune, si 37 des 500 plus grosses entreprises mondiales sont chinoises et 140 américaines, 163 sont issues de pays faisant partie de l Union européenne. Ce n est pas rien. Et c est la preuve que ces entreprises ont su tirer avantage d un "marché commun" ouvert avant de s attaquer au reste du monde. En 2000, l Agenda de Lisbonne fixait un but extrêmement ambitieux : «devenir l économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde, capable d une croissance économique durable accompagnée d une amélioration quantitative et qualitative de l emploi et d une plus grande cohésion sociale» ( 3). Pour parvenir à cet objectif, les entreprises européennes ont besoin de stabilité réglementaire bien sûr, mais aussi monétaire. Après s être envolé à plus de 1,60 contre dollar pour des raisons exogènes à la zone euro, la monnaie unique se trouve aujourd hui "affaiblie" par les péripéties grecques, mais surtout, par l absence de détermination politique européenne à régler cette crise. C est pourtant une bonne nouvelle pour les entreprises : un euro "moins fort" est un cadeau dont les sociétés exportatrices sont les premières à profiter. C est également sur des mesures visibles et palpables que l Europe doit rebondir. Nous rappelions en préambule que le traité instituant la CECA avançait la nécessité de «réalisations concrètes» devrait voir l arrivée du chargeur de téléphone universel dans l Union européenne : terminées les collections de chargeurs devenus obsolètes et abandonnés dans nos tiroirs. C est moins spectaculaire que le premier vol d un Airbus A400M, mais c est déjà ça. «Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise.» Jean Monnet ne croyait pas si bien dire puisque l'union européenne s'est souvent construite à coups de crises successives. A nous, Européens convaincus, de contribuer à la transformation des difficultés actuelles en un nouvel élan réformateur. L'agenda "UE 2020", en cours d'élaboration à Bruxelles, sera une excellente occasion pour les autorités politiques européennes de se mettre au diapason du dynamisme des entreprises. (1)(2) Articles 123 et 125, Chapitre 1, Titre VIII, 3 ème Partie du Traité de fonctionnement de l UE (3) Point 5 des Conclusions de la Présidence du Conseil Européen de Lisbonne des 23 et 24 mars 2000 Didier LE MENESTREL avec la complicité d Olivier de BERRANGER

2 2 F. Plisson ECHIQUIER MA JOR le point sur Echiquier Major a cinq ans. En politique, il serait temps de nous préoccuper du renouvellement de notre mandat pour un nouveau quinquennat. Une bonne idée pour se remettre en question et je lance officiellement ma candidature en tant que gérant d Echiquier Major pour un nouveau mandat. Voici donc notre bilan passé et notre programme à venir! Au cours de ces cinq années, Echiquier Major a évolué dans des environnements très différents. Nous avons sillonné l Europe à la recherche de leaders capables de nous délivrer de la croissance à travers un cycle. Nous avons ainsi dressé une liste d une centaine de valeurs répondant à nos critères. Avons-nous réussi, chers souscripteurs, à rendre ce fonds performant? Bien que la réponse vous revienne, il est rassurant de constater que notre méthode de gestion, faite de rigueur, de conviction et d enthousiasme a permis à votre fonds une surperformance régulière à travers ces cinq années (+21,3% depuis le 11 mars 2005 contre -6,6% pour DJ STOXX 600 ). Cela signifie-t-il que les leaders sont résistants à la crise? Au regard du parcours d Echiquier Major pendant la période la plus difficile, c'est-à-dire les deux dernières années (-0,3% contre -22,9%), notre réponse est oui. Notre conviction et notre bilan sont clairs : le "leadership" est un critère de performance! Notre programme peut, quant à lui, se résumer en quelques mots : poursuivre notre méthode. Ces cinq années ont été l occasion de progresser dans notre connaissance de la "culture d entreprise" de nos leaders. Ce travail méticuleux est, de notre point de vue, essentiel pour bâtir des convictions suffisamment fortes pour s adapter au nouveau monde économique. C est au travers des rencontres mais aussi de la connaissance des secteurs dans lesquelles ces entreprises évoluent que nous trouverons les bonnes raisons d investir. Mais si nous sommes conscients de l opportunité que représente pour nos leaders la montée en puissance de ces nouveaux pays dits "émergents", nous en mesurons aussi les dangers. Pour cette raison, nous serons très vigilants quant à la capacité de nos leaders à se remettre en question et à adapter leur stratégie face à ces évolutions. A n en pas douter, le prochain quinquennat sera passionnant. C est pourquoi, si vous m accordez encore votre confiance, je me réjouis à l avance de le vivre aux commandes d Echiquier Major. Les opérations CONJONCTURELLES : Depuis le début de l année, nous avons réalisé quelques arbitrages : quatre sorties (BASF, BONDUELLE, CELESIO, et RENAULT) et deux entrées (EDF et HERMES). Les ventes de BASF et BONDUELLE ont été motivées par des raisons de valorisation. En revanche, CELESIO et RENAULT ont été vendus pour des raisons fondamentales. Echiquier Major n a jamais eu de leader dans le secteur des "utilities". Dans le cadre de nos réflexions sur le secteur, seul EDF nous intéressait pour son expertise unique dans le nucléaire. Alors pourquoi acheter seulement maintenant? La raison essentielle, sur laquelle nous avons basé notre cas d investissement, est la hausse des tarifs. Nous pensons que l Etat, toujours opposé à une augmentation des prix (pour des raisons électorales), devrait être plus souple cette année, compte tenu de sa situation budgétaire de plus en plus difficile. N oublions pas qu une hausse des tarifs est l équivalent d un impôt indirect. Dans une industrie à fort coût fixe comme celle du nucléaire, chaque euro supplémentaire sur le Kwh est un euro de plus de résultat. Par ailleurs, en intégrant le taux médiocre d utilisation des centrales en 2009 (78%), nous pouvons raisonnablement penser que le résultat d EDF devrait croître significativement en HERMES est un achat non opportuniste en termes de valorisation mais qui traduit notre confiance en la beauté de ce modèle économique dans le domaine du "vrai" luxe. Aujourd hui, le marché reste très sceptique quant aux chances de voir cette belle marque retrouver un taux de croissance de 10% de son chiffre d affaires dans les prochaines années. Ce n est pas notre avis! FONDAMENTALES : Nous vous parlons souvent de ce que nous achetons mais rarement ce que nous n achetons pas. Pourtant, le travail d un gérant est aussi d éviter les pièges. L exemple de l industrie solaire est de ce point de vue assez révélateur. La fabrication de panneaux solaires a depuis longtemps été repérée comme un "mega trend". Cependant nos nombreuses rencontres ne nous ont pas convaincus que le "leadership" des grandes sociétés allemandes et norvégiennes de l industrie était soutenable. Une industrie trop dépendante des aides des Etats, des stratégies de croissance peu maîtrisées, des risques de ruptures technologiques importants et l arrivée inéluctable des concurrents chinois dans cette industrie de masse ont été des arguments forts pour ne pas acheter les leaders de l époque, comme les allemands Q-CELLS, SOLAR WORLD ou le norvégien REC. Nos craintes se concrétisent aujourd hui avec des tarifs en baisse (-15% en Allemagne), des surcapacités de production importantes et des acteurs chinois de plus en plus crédibles. Notre travail a donc été très utile. Il nous a évité d être investis sur des acteurs solaires qui souffrent particulièrement depuis le début de l année : Q-CELLS (-39%), SOLARWOLRD (-34%) et REC (-54%). Stratégie d investissement Notre scénario est une amélioration graduelle de la situation économique avec des entreprises prêtes à saisir toutes les opportunités de croissance. Echiquier Major reste investi à plus de 97%.

3 3 L actualité DE VOS FON DS D. Le Menestrel - D. Lanternier AGRESSOR Carte blanche au gérant Les entreprises européennes s'accrochent au train de la croissance mondiale. Les discours tenus par les managements durant cette période de résultats annuels confirment que les destinations prioritaires de leurs investissements sont les pays en forte croissance. Si nous connaissons bien les entreprises françaises qui ont déjà les visas pour réussir localement (REMY COINTREAU, SEB ou DANONE), nous voulons évoquer avec vous les entreprises européennes avec lesquelles nous souhaitons voyager pour profiter du dynamisme économique d autres pays. C est tout l intérêt d un fonds "carte blanche" qui peut profiter des opportunités où qu elles soient. Agressor avait d ailleurs déjà étrenné son passeport en investissant dès 2004 sur KRONES (lignes d'embouteillage en Allemagne) et STOCKMANN (distribution spécialisée en Finlande). Première destination : l Allemagne. Votre fonds a ainsi initié une ligne en DEMAG CRANES, numéro 2 mondial de la grue. Attiré par une valorisation très attractive (0,5xCA) et un levier opérationnel important, Agressor met dans ses bagages l un des emblèmes de la capacité industrielle exportatrice allemande. Avec 35% de son chiffre d affaires réalisé dans les pays en forte croissance, le groupe profite pleinement du développement des infrastructures portuaires et industrielles en Asie et au Moyen-Orient. Deuxième escale en Suisse avec l horloger SWATCH GROUP qui concilie qualité du "business model" et exposition à la croissance mondiale. Le groupe fournit les plus grandes marques de ses célèbres mouvements estampillés ETA, fruits de nombreuses années de travail dans les ateliers horlogers vaudois. Très bien positionné en Asie avec ses marques Omega et Longines, SWATCH GROUP devrait délivrer des performances record en Nous aurons encore l occasion d évoquer avec vous d autres sorties hors de l Hexagone. Ces valeurs représentent désormais 18% de votre fonds (contre moins de 8% en 2009) mais notre méthodologie nous incite à développer ce mouvement progressivement et opportunément afin de dénicher les modèles gagnants et nouer des relations de proximité avec les managements. L investissement réalisé avec le britannique MICHAEL PAGE rentre pleinement dans cette logique. Le leader mondial du recrutement étend son empreinte mondiale exclusivement en croissance organique, avec un modèle de formation interne qui garantit que les valeurs et le "business model" uniques du groupe sont respectés et répliqués avec succès. Une forte conviction de votre équipe confortée par des "assurances voyages" : les échos récoltés auprès des concurrents et des clients sont très positifs et la proximité que nous avons avec Steve Ingham (CEO) et Charles-Henri Dumont (Responsable Europe Continentale et Amérique) nous permettent de suivre de près la stratégie du groupe. Agressor veut profiter de toutes les opportunités offertes par la croissance mondiale. Nos valises étant pleines de bons repères (valorisation, présence d un actionnaire majoritaire, etc.), il serait dommage de ne pas en profiter! M. Craquelin - A. Bauby - O. de Berranger ECHIQUIER PATRIMOINE Diversifié prudent Bien que n ayant aucune valeur coréenne en portefeuille, Echiquier Patrimoine pourrait être surnommé "fonds du matin calme" avec une part en hausse de 0,1% depuis le début de l année. Calme rime avec sérénité, un terme parfait pour résumer les résultats des CAISSES REGIONALES DU CREDIT AGRICOLE (banques de détail) que détient votre fonds à travers des certificats coopératifs d investissement (CCI). Les années 2008 et 2009 ont été très compliquées pour le secteur bancaire avait été marquée par la crise des "subprimes". Les CAISSES REGIONALES de la banque verte étaient passées au travers grâce à une gestion très prudente et les résultats 2008 étaient restés stables par rapport à ceux de a vu les effets de la crise économique se matérialiser dans le coût du risque. Ce dernier a crû en moyenne de 14% pour les CAISSES REGIONALES que nous détenons en portefeuille. Pourtant, les résultats nets et les dividendes versés au CCI ont été stables (+0,5% en moyenne). Ce tour de force a pu être réalisé grâce à deux facteurs: un contexte de taux qui a permis aux banques de détail de réaliser des marges d intérêt en nette amélioration et une bonne gestion des coûts avec des charges de fonctionnement stables sur se présente sous de bons auspices avec un contexte de taux toujours bien orienté et un discours plus rassurant des CAISSES REGIONALES sur la santé économique de leur territoire, qui se traduira, à court-terme, par un moindre coût du risque. Aujourd hui, avec près de 6% de rendement et des valorisations extrêmement raisonnables (multiple d actif net de 0,4), ces titres restent de fortes convictions d Echiquier Patrimoine. La thématique du portage, qui nous est chère sur la partie obligataire du fonds, continue de délivrer sa performance de manière régulière. La partie monétaire du fonds, bien qu actuellement très peu rémunératrice, garde tout son intérêt pour amortir la volatilité du marché et saisir d éventuelles opportunités. ECHIQUIER AGENOR Moyennes valeurs européennes de croissance P. Puybasset - A. de Coussergues Echiquier Agenor progresse de 0,4% en février. Le mois a été marqué par une forte volatilité et une baisse quasi-généralisée des indices actions européens. Les problèmes rencontrés par la Grèce sont l'un des principaux facteurs de nervosité des marchés. Profitons de cette actualité pour faire un point sur l unique valeur grecque d Echiquier Agenor : FOURLIS, qui représente 1,75% de l encours. FOURLIS a déjà été présente dans le fonds entre octobre 2006 et janvier La position avait alors été soldée autour de 25 car le cours avait atteint notre objectif de vente. Après une forte baisse du titre, Echiquier Agenor a reconstitué une ligne entre août et novembre 2008 pour un prix moyen de 7. Que fait FOURLIS? Cette société familiale grecque se concentre aujourd hui sur deux activités. Premièrement, FOURLIS est le franchisé d Ikea en Grèce, en Bulgarie

4 4 L actualité DE VOS FON DS et à Chypre. Cinq magasins ont été ouverts jusqu à présent et sept autres devraient apparaître d ici Deuxièmement, le groupe contrôle quarante-huit enseignes Intersport en Grèce et dans les Balkans avec l ambition d atteindre soixante-quinze magasins. En février, les valeurs grecques de la distribution sont particulièrement attaquées et le cours de bourse de FOURLIS n a pas échappé à cet environnement, baissant de 8,5% à 7,5. Le climat de confiance des consommateurs grecs baisse fortement à l aube de jours difficiles conjuguant gel des salaires pour la fonction publique et hausse des impôts pour tous les contribuables. Alors pourquoi conserver FOURLIS dans Echiquier Agenor? Parce que nous croyons que malgré cette situation économique, le groupe va conserver son profil de croissance (15% par an depuis 5 ans) grâce à l ouverture de nouveaux magasins et du succès des concepts opérés. Par exemple : Ikea gagne actuellement beaucoup de parts de marché en Grèce au détriment de concurrents à l offre moins compétitive. Enfin, après l annonce de la cession de son activité historique de grossiste pour la marque Samsung, la société mobilise tous ses moyens dans la recherche d un nouveau concept à succès. Nous trouvons également que la valorisation de FOURLIS est attractive : 11x PE10. FOURLIS a donc toute sa place dans Echiquier Agenor et nous avons profité de la faiblesse du titre en février pour nous renforcer. J. Kujawa ECHIQUIER QUATUOR Valeurs "value" et de retournement Echiquier Quatuor termine le mois de février mi-figue mi-raisin. Côté figue, la palme revient au GROUPE PARTOUCHE. Avec une perte nette de 16,7M expliquée entre autres par un résultat net de cession diminué de moitié, des charges d amortissements des écarts d acquisition plus importantes que prévues et une branche interactive qui n est toujours pas à l équilibre, le groupe n est pas loin de la déconfiture. La valorisation nous incite, malgré tout, à ne pas céder: à moins de 0,4x les fonds propres et 4,5x l' EBITDA 2010, le groupe rentre sans difficulté dans la case "deep value" de votre fonds. Reste que les catalyseurs (cession d actifs, nouvelle réduction du taux de ponction fiscale, retour de la consommation, etc.) tardent à se mettre en place. Si aucun d entre eux ne se matérialisait courant 2010, nous sortirions alors de ce dossier. Entre la figue et le raisin : PEUGEOT. La publication des résultats du second semestre est satisfaisante mais les objectifs amers. Malgré une légère déception sur la branche automobile, le résultat opérationnel est conforme à nos attentes (137 M grâce aux bonnes performances de FAURECIA et de GEFCO) et la génération de trésorerie libre (342 M sur le second semestre) permet à la dette nette du groupe de passer sous la barre des 2 Md. Le discours pour 2010 est, quant à lui, prudent. Sans donner d objectifs chiffrés, le groupe s attend à un résultat opérationnel courant positif au premier semestre mais ne se risque pas à donner de prévisions pour le second semestre. Nous donnons encore du temps à Philippe Varin pour mettre en pratique le plan présenté en novembre dernier (horizon 2012) qui doit permettre au groupe de gagner des parts de marché en Europe et en Asie, et surtout de continuer à réduire les coûts (réduction des frais généraux de 400 M d ici à 2012, augmentation de 20% de la productivité en conception ). D ici-là, la publication des résultats semestriels 2010 et la tendance pour le second semestre nous amèneront à trancher sur ce dossier "deep value" (15% du chiffre d affaires et 45% des capitaux employés 2010). Terminons par le raisin et par la bonne publication de SAINT-GOBAIN qui surprend agréablement aussi bien sur le présent que sur l avenir. Outre la résistance des prix (+0,8% en 2009) et une dette nette réduite d un quart en 2009 à 8,5 Md, le fabricant de verre et de matériaux de construction montre qu il a encore de la marge pour réduire ses coûts. Après un plan d économie de 400 M en 2009, le groupe vise encore 200 M en A 1x les fonds propres et 10x les résultats 2011, SAINT-GOBAIN abandonne doucement son profil "value". Pour autant, pas de raison de voir ce beau raisin quitter la vigne d Echiquier Quatuor puisque sur les dix dernières années, le groupe s est plutôt payé 1,3x les fonds propres et 11,5x les résultats. Laissons donc encore œuvrer la marge de sécurité! V. Lassale - J. Berros ECHIQUIER JUNIOR Petites valeurs françaises de croissance Comme le démontrent les publications de résultats 2009, les valeurs moyennes ont globalement bien résisté à la crise. Les managers prouvent une nouvelle fois leur capacité de gestion et d adaptation tant en période de croissance qu en temps de crise et viennent battre en brèche certaines idées reçues comme : les valeurs moyennes sont plus fragiles, ont des capacités financières plus restreintes ou souffriraient plus si une crise survenait! En février, Echiquier Junior a été soutenu par les performances d EUROGERM (+12,4%), d IPSOS (+12,2%) ou de GL EVENTS (+6,7%). A contrario, le fonds a pâti des contre-performances de RUE DU COMMERCE (-14,7%), CELLECTIS (-14%) ou EUROFINS, dont les restructurations plus fortes qu attendues (40 M en 2009) ont fait baisser le titre de plus de 10%. Cette stratégie illustre, selon nous, la volonté du management de se focaliser sur la rentabilité et nous nous sommes renforcés sur ce titre revenu à des niveaux de valorisation historiquement faibles (1,1XCA09, identique aux plus bas de 2002/2003). Le GROUPE FLO (365M de chiffre d affaires en 2009 et 278 restaurants sous les enseignes Hippopotamus, Bistro Romain, la Table à Pizza ) est une bonne illustration du travail de remise à plat et de restructuration créatrice de valeur à long terme que les managers ont réalisé pendant la crise. Après avoir été touchés de plein fouet par la fin des allègements de charges sociales en 2007 puis par la morosité de la consommation en 2008/2009, Dominique Giraudier et «les équipes» (comme il aime à le rappeler!) ont décidé de remettre à plat le modèle économique du groupe : industrialisation des procédés de fabrication, rationalisation des achats, baisse de

5 5 6M des charges de structure, réduction des frais de personnel (10M ) et optimisation des emplois du temps des salariés, fin des baronnies entre les différentes enseignes Tout y est passé (ou presque!) et force est de constater que le travail commence à payer. La marge brute est en progression de 1,4 point depuis 2008 et la marge d EBITDA se situe à 13,1% au quatrième trimestre 2009 (contre 6% en début d année). Le groupe travaille aussi sur l allocation de ses capitaux employés en ralentissant considérablement le rythme des ouvertures et n exclut pas certaines cessions ou fermetures de restaurants jugés non stratégiques. Autant d arguments qui nous ont fait redevenir actionnaires de GROUPE FLO, à hauteur de 2% dans Echiquier Junior. D. de Coussergues ECHIQUIER REAL ESTATE Valeurs du secteur immobilier Echiquier Real Estate a soufflé il y a quelques jours sa première bougie. Quel bilan tirer de cette année? Votre fonds s est apprécié de 78,3% et son indice de référence, l EPRA Europe, de 33,5%. Se réjouir de cette performance serait oublier que le précédent Echiquier Real Estate, SICAV luxembourgeoise lancé en septembre 2006, avait connu un parcours plus chaotique. Pour retrouver notre cours de lancement de septembre 2006, la part de votre fonds devrait s apprécier d environ 40%. Cette performance, certes ambitieuse, ne semble pas inaccessible au regard de la valorisation moyenne des sociétés de votre fonds. Pour exemple, elles génèrent, en moyenne, un rendement en dividende 2010 de 6,4%. Jusqu en 2007, l immobilier coté a connu une effervescence dont la digestion se poursuit encore et certains investisseurs sont en train de comprendre que leurs participations, parfois majoritaires, dans des sociétés immobilières ne sont en rien stratégiques. Après COMPAGNIE LA LUCETTE, vendue en décembre dernier par Morgan-Stanley à Icade, le secteur devrait donc connaître d autres opérations en capital. Echiquier Real Estate est bien décidé à ajouter cette donnée à une analyse fondamentale dans le choix de ses valeurs. BPCE (fusion des Banques Populaires et des Caisses d Epargne) a présenté une revue stratégique de ses activités. Les activités immobilières autres que les financements ne sont plus prioritaires, ce qui implique que les participations dans NEXITY, EUROSIC et, dans une moindre mesure MAISONS FRANCE CONFORT, sont cessibles. Votre fonds est actionnaire d EUROSIC qui s est apprécié de 10% en février. Echiquier Real Estate est également investi en FONCIERE LYONNAISE, dont le principal actionnaire, le promoteur espagnol Colonial, connaît les pires difficultés. En décembre, les fonds immobiliers Colony Capital et Orion ont racheté une partie de la dette de Colonial, laquelle sera prochainement convertie en actions. FONCIERE LYONNAISE est un investissement plus serein que Colonial (pas de problème de dette, actifs de bureaux franciliens de grande qualité, rendement en dividende de plus de 6%) mais l arrivée d actionnaires financiers à la tête de Colonial va permettre de stabiliser la situation de FONCIERE LYONNAISE, ce que son cours de bourse n intègre pas. Il capitalise 13x ses cash-flow alors que la moyenne long-terme est supérieure à 20. O.de Berranger ECHIQUIER OBLIG Obligations d entreprises en euro Bien que clairement annoncée en début d année par Ben Bernanke lors de son audition devant le Congrès, la hausse du taux d escompte aux Etats-Unis a sonné comme un coup de tonnerre dans les media. Pourtant, il ne s agit que d une mesure de normalisation du marché monétaire. Le taux d escompte n est en effet pas le taux directeur de la Fed. Il s agit d un taux "punitif" auquel les banques ayant un mauvais accès au marché monétaire peuvent se refinancer auprès de la Fed. Le montant emprunté à ce taux était de quelques centaines de millions de dollars avant la crise. Il a atteint 112 Md$ en octobre 2008, juste après la faillite de Lehman Brothers et la fermeture du marché interbancaire, pour retomber à environ 14 Md$ aujourd hui. Confortant notre idée d un mouvement technique de retour à la normale, Ben Bernanke ne s est pas privé de réaffirmer devant la Chambre des Représentants lors de son point économique semestriel que les taux resteraient bas aux USA pour une «période de temps prolongée». En Europe, février restera le mois de la Grèce et du risque souverain. Au gré des nouvelles sur l existence et les modalités d une aide européenne aux Hellènes, les emprunts d Etat allemand ont repris leur rôle traditionnel de valeur refuge face aux atermoiements politiques. La partie courte de la courbe des taux a été particulièrement recherchée. Le Shatz (emprunt d Etat allemand à 2 ans) s est ainsi affiché au plus faible taux de rendement de son histoire : 0,92 %. En fin de période, nous avons ainsi décidé de réduire tactiquement la duration d Echiquier Oblig qui repasse sous 4 ans pour la première fois depuis avril Côté crédit "corporate", la période aura été plutôt calme, les primes de risques "Investment Grade" finissant proches des niveaux du début de mois. Au total, Echiquier Oblig gagne 0,6% sur le mois et porte sa performance annuelle à 2,1 %. M-A. Verdickt INVESTISSEMENT ET RESPONSABILITÉ Avec deux publications importantes en février, l actualité a été riche dans le secteur de l éolien : celle du rapport annuel sur les capacités installées dans le monde et celle des résultats 2009 des principaux acteurs. Ce secteur est toujours en forte croissance : +31% des capacités installées en 2009 et +29% par an de production d électricité éolienne depuis les dix dernières années. Porté par un prix de rachat autour de 80 /MW, le tarif de l éolien est proche du prix de gros de l électricité en Europe, ce qui rend cette énergie renouvelable beaucoup plus compétitive que celle du photovoltaïque (exemple de prix de rachat du PV en France : entre 314 et 580 /MW selon le mode d installation des panneaux). Cette croissance devrait donc se poursuivre, l éolien faisant partie des énergies renouvelables nécessaires pour atteindre l objectif fixé par la Communauté européenne:

6 6 L actualité DE VOS FON DS 20% d énergies renouvelables à l horizon Dans ce secteur à fort potentiel, nous donnons la priorité aux exploitants d énergie éolienne plutôt qu aux équipementiers qui se trouvent confrontés à une forte augmentation des capacités de production, notamment en provenance de la Chine et de l Inde. Parmi les exploitants, EDF ENERGIES NOUVELLES recèle beaucoup d atouts, dont un parcours quasi sans faute sur le plan financier depuis son introduction en bourse en Le groupe vient de publier des résultats 2009 de nouveau supérieurs aux attentes et a la chance d avoir un actionnaire majoritaire (EDF détient 50% du capital) qui rassure quant au financement de l important plan d investissement de 4 Md d ici Cette capacité financière permet également au groupe de très bien négocier les prix d achats de ses investissements. Par ailleurs, le groupe bénéficie d une note ISR élevée (7,3) portée par une bonne appréciation du management : le tandem formé entre un fondateur impliqué (Pâris Mouratoglou possède toujours 25,1% du capital) et un Directeur Général très convaincant est essentiel à la bonne exécution du plan de développement du groupe. Les critères environnementaux et sociaux sont également bien notés grâce à une politique sociale très protectrice liée à l environnement EDF et à un impact très positif des activités du groupe sur l environnement. Cette bonne note ISR est un élément-clé pour accompagner ce beau projet de croissance qui tolérerait pourtant mal un accident de parcours compte tenu de son niveau de valorisation actuelle (PE 2010:22). P. Delecourt ECHIQUIER JAPON Valeurs japonaises Le mois de février a été caractérisé par une certaine stabilité du marché japonais, l indice Topix ne perdant que 0,7% malgré la faillite de JAPAN AIRLINES et les difficultés de TOYOTA. Nous avons réduit nos positions sur TOYOTA ainsi que sur KOITO MANUFACTURING, qui a fait face à des difficultés dans sa filiale d équipements d avions. Nous avons vendu GLOBAL ONE, également en position de faiblesse dans la location d un de ses immeubles de qualité. Enfin, nous avons pris des bénéfices sur KDDI, empêtrée dans sa tentative de rachat de JUPITER TELECOM. Du côté des achats, nous avons renforcé nos positions dans le secteur médical en achetant TSUHURA, la troisième chaîne de pharmacie du pays, ainsi que HOGY MEDICAL et TAKARA BIO. Cette dernière est la cinquième société mondiale de vente de produits destinés à la biotechnologie. Elle est dotée d une base de production en Chine qui lui permet de financer une recherche de pointe sur les cellules de lutte contre le cancer. Nous avons renforcé le secteur des équipementiers de semi-conducteurs avec DISCO, TOKYO ELECTRON et DAINIPPON SCREEN. Nous avons également augmenté notre position sur FAST RETAILING qui rencontre un beau succès après l ouverture de son magasin Uniqlo à Paris et mène une politique dynamique d ouverture de points de vente en Chine. Nous avons acheté SECOM : ce leader japonais de la sécurité profite de la déréglementation du secteur en Chine pour y bâtir son réseau. Enfin, nous avons renforcé HITACHI dont les résultats ont été très supérieurs aux estimations. En outre, nous avons décidé d accroître le niveau de notre couverture de change à 28% de l actif ; le nouveau ministre des Finances, M. Kan, a fait plusieurs déclarations réclamant une politique plus active de la banque du Japon dans sa lutte contre la déflation Depuis le début de l année, Echiquier Japon a progressé de 8,4%, une performance satisfaisante si on la compare à la baisse de 1,5% du Topix. C. Bowen ECHIQUIER AMERIQUE Moyennes valeurs américaines de croissance Le mois de février a renversé la tendance et la performance d Echiquier Amérique affiche +6,9%, le Russel Micap Growth Index et le Russel 1000 Growth Index étant respectivement en hausse de 5% et 3,5%. Même si cette volatilité n est pas surprenante, nous anticipons une reprise économique lente et cela est de bon augure pour nos valeurs de haute qualité les plus stables. Les entreprises pouvant trouver de la croissance en interne grâce à leurs cash-flows et leurs bilans solides ont le potentiel de réussir malgré la direction prise par l économie américaine. L une des valeurs les plus performantes du mois a été COGNIZANT TECHNOLOGY SOLUTIONS CORP, fournisseur de services informatiques permettant d utiliser des procédés de back-office, comme la maintenance de logiciels, plus efficaces et plus rentables. Cette entreprise bénéficie du besoin de réduction des coûts de ses clients et a présenté une croissance saine de ses revenus tout au long de la récession. Nous pensons que COGNIZANT continuera à avoir de bons résultats tant que les affaires resteront centrées sur le principe de "faire plus avec moins" dans une économie à faible croissance. De plus, l équipe dirigeante a toujours su utiliser un bilan solide pour augmenter la valeur actionnariale. Nous nous attendons donc à ce qu ils continuent d investir dans le service commercial et les ressources techniques, qui ont été les lignes directrices clés du succès de COGNIZANT. MASTERCARD est un excellent exemple de valeur qui a rebondi rapidement depuis un niveau de prix bas aberrant en Ce type de "business model" de premier ordre est exactement celui dans lequel nous recherchons à investir. Comme VISA, MASTERCARD est l une des deux marques mondiales dominantes et son modèle de commissions par transaction lui permet de disposer d un niveau élevé de cash-flow. Parce que les banques garantissent les prêts des cartes de crédit, l exposition au risque de crédit de MASTERCARD est virtuellement de zéro. Les cartes de crédit étant de plus en plus acceptées partout sur la planète, nous pensons que cette entreprise va continuer à croître de manière constante, maintenant ses marges et réussissant à atteindre une forte rémunération du capital. MASTERCARD était notre plus fort contributeur à la performance pendant le quatrième trimestre de 2009 avec un rendement de presque 27%. Nous pensons que la petite chute subie en février (-0,34%) correspond simplement à une légère réévaluation suivant une année forte.

7 7 A. Amiel L actualité P AT R I M O N I A L E D OÙ PROVIENT LA PERFORMANCE D UN FONDS EN EUROS? Les investisseurs qui recherchent une épargne sans risque plébiscitent les fonds en euros au sein des contrats d assurance-vie. Sûrs et appréciés pour leur disponibilité, les fonds en euros affichent cependant des taux de rendement qui s érodent depuis près de dix ans. Leur rendement moyen est passé de 5,6% en 1998 à 3,9% en La baisse de rémunération devrait se poursuivre en 2009 pour atteindre 3,7% en moyenne. Quels sont les déterminants de la performance d un fonds en euros? Une marmite d obligations, une louche d actions, une pincée d immobilier Le rendement d un fonds en euros est issu essentiellement des revenus tirés de son portefeuille, c est-à-dire des coupons d obligations, des dividendes, des loyers, etc. La plupart des assureurs investissent 75% à 85% de leurs actifs en obligations, le solde étant réparti sur d autres classes d actifs : actions, immobilier Or, les obligations les plus anciennes, acquises lorsque les taux d intérêt étaient plus élevés qu aujourd hui, arrivent peu à peu à échéance. Leur renouvellement s effectue donc sur des niveaux de rendement sensiblement inférieurs. A titre d exemple, la rémunération actuellement offerte par les emprunts d Etat français à dix ans (actif majeur des fonds en euros) ne dépasse pas 3,5%, contre 5,5% il y a dix ans. De plus, les nouveaux versements des assurés obligent les assureurs à acquérir davantage d obligations aux cours actuels, ce qui conduit mécaniquement à un tassement des rendements de ces fonds en euros. Un zeste de provision, la PPE La richesse d un fonds en euros réside dans ses actifs mais aussi dans ses réserves. Les assureurs ne sont en effet pas tenus de distribuer chaque année la totalité de leurs gains. Si la loi oblige les compagnies d assurances à distribuer au moins 85% de leurs bénéfices aux porteurs, le solde peut être distribué aux épargnants ultérieurement, au plus tard dans un délai de huit ans. Certains assureurs ne constituent pas de réserves et choisissent de distribuer chaque année l intégralité de leurs bénéfices. Les plus nombreux choisissent toutefois de mettre en réserve une partie des performances de leurs actifs dans la PPE, la Provision pour la Participation aux Excédents ou aux bénéfices. En cas de moins bonne fortune, ils peuvent piocher chaque année, dans cette "tirelire" pour alimenter les rendements de leurs fonds en euros. Les assureurs ont ainsi la possibilité de lisser les performances dégagées chaque année. Depuis 2008, de nombreuses compagnies utilisent leurs réserves pour compenser la faiblesse des rendements des fonds en euros. Avec la baisse des rendements des obligations, cette marge de manœuvre s épuise L environnement est marqué par une tendance forte à la baisse des rendements des fonds en euros ainsi que par des réserves qui se tarissent : voilà de bonnes raisons pour diversifier vos investissements au sein de l assurance-vie afin de rechercher une meilleure rentabilité. N hésitez pas à questionner Avy Amiel au Le traitement fiscal dépend de la situation individuelle de chacun ; il est susceptible d être modifié.

8 CONTACTS Investisseurs par ticuliers Nadège SYLVE STR E fin- echiquier. fr Investisseurs institutionnels et Allocataires d actifs Célia JACQUETON "Pour assurer l'envoi du présent document, certaines informations nominatives vous concernant font l'objet d'un traitement automatisé. Conformément aux dispositions de la loi n du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit d'accès et de rectification que vous pouvez exercer auprès de notre société. Si vous ne souhaitez plus recevoir le présent document vous pouvez nous le faire savoir en nous écrivant." 53, AVENUE D IENA PARIS - TEL. : FAX : SOCIETE DE GESTION DE PORTEFEUILLE AGREEE PAR L A.M.F. N GP

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises

Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises 27 mars 2008 Le Groupe Crédit Mutuel en 2007 (1) La dynamique du développement et le 3 e résultat des banques françaises Résultat net part du groupe : 2 730 M Produit net bancaire : 10 568 M Coefficient

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES

ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE. Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ALLOCUTION DONNÉE LORS DE L'ASSEMBLÉE ANNUELLE Discours de STEVE RODER VICE-PRÉSIDENT DIRECTEUR PRINCIPAL ET CHEF DES FINANCES ASSEMBLÉE ANNUELLE Jeudi 7 mai 2015 200 Bloor Street Toronto Merci, Monsieur

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir

Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu. Les valeurs à dividende et comment les choisir Couleurs Epargne 18 Interview de Romain Dion, Rédacteur en chef, Le Revenu Les valeurs à dividende et comment les choisir Qu est-ce qu un dividende et comment une entreprise le verse-t-elle? Le dividende

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 26 février 2014 RESULTATS 2013 Swiss Life France enregistre une forte progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une forte amélioration de son résultat

Plus en détail

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France

Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France COMMUNIQUE DE PRESSE (V1.10 au 24 août 2012) Baromètre 2012 Croissance x Rentabilité des groupes d assurance en France (réalisé sur les comptes arrêtés fin 2010) Analyse stratégique du marché et Mise en

Plus en détail

PRINCIPAUX INDICATEURS

PRINCIPAUX INDICATEURS 30 juin 2006 RESULTAT DE L DE L EXERCICE 2005 2005-200 2006 (Période du 1 er avril 2005 au 31 mars 2006) PRINCIPAUX INDICATEURS Chiffres Chiffres Chiffres En millions d euros consolidés consolidés consolidés

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE

RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITE I. EVENEMENTS SIGNIFICATIFS DE LA PERIODE Le 1 er semestre de la société a été l occasion d un changement de direction de la société Anevia avec la nomination de Laurent Lafarge

Plus en détail

i n f o r m a t i o n s

i n f o r m a t i o n s i n f o r m a t i o n s Paris, le 6 septembre 2005 Communiqué de Presse RESULTATS CONSOLIDES AU 30 JUIN 2005 Solides performances au 1 er semestre 2005 Le Conseil de Surveillance d Air Liquide, qui s est

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40%

Commissions nettes reçues ( M ) 159,3 142,2-11% Résultat d exploitation ( M ) 38,8 22,7-41% Résultat net consolidé ( M ) 25,3 15,2-40% COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 18 FEVRIER 2013 Résultats 2012. L UFF enregistre un résultat net consolidé de 15,2 M et une collecte nette de 49 M Une activité stable, grâce à une bonne adaptation de l

Plus en détail

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde».

«Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». «Les marchés financiers, tirer les enseignements d une crise profonde». Un contexte toujours difficile Conséquences pour les placements Conséquences pour la gestion des CARPA Reste-t-il des opportunités?

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012

Communiqué de presse. Paris, le 15 février 2012 Communiqué de presse RESULTATS ANNUELS 2011 Solides résultats 2011 et accroissement du patrimoine Paris, le 15 février 2012 Résultats 2011 o Progression de +14% du cash-flow courant par action à 2,14 o

Plus en détail

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où?

Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Commerce intra-zone Euro : et maintenant, on va où? Résumé : La création de la Zone Euro a participé au développement rapide des échanges entre ses membres. L Allemagne est l élément moteur de l essor

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007

Résultats semestriels 2007 & Perspectives. 31 octobre 2007 Résultats semestriels 2007 & Perspectives 31 octobre 2007 Agenda Identité, marchés et philosophie Les modèles économiques du groupe Freelance.com Activité et résultats semestriels 2007 Stratégie et perspectives

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS

ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS ÉPARGNE BOURSIÈRE PEA-PME OFFREZ DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS À VOS INVESTISSEMENTS À la Banque Privée du Crédit Agricole, nous accompagnons nos clients pour valoriser leur patrimoine et donner du sens à

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO

CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO CIBLEZ LES DIFFÉRENTS SEGMENTS DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE AVEC PfO PERIAL Asset Management, une filiale du groupe PERIAL 9 rue Jadin - 75017 Paris Tél : 01 56 43 11 00 - Fax : 01 42 25 55 00 www.perial.com

Plus en détail

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne

Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE. Donnez de l assurance à votre épargne Cardif Multi-Plus 3i CONTRAT D ASSURANCE VIE Donnez de l assurance à votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas Cardif assure

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder?

ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE. Y-a-t-il moins de sociétés à céder? ETUDE FUSACQ / LA REPRISE - TRANSMISSION UN AN APRES LE DEBUT DE LA CRISE Y-a-t-il moins de sociétés à céder? La mise en place du financement est-elle toujours stricte? Les repreneurs sont-ils plus motivés?

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action

OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action COMMUNIQUE DE PRESSE OFI Private Equity Capital publie un ANR économique en hausse au 30 juin 2008 à 18,72 par action Un premier semestre riche de trois nouveaux investissements conclu le 31 juillet par

Plus en détail

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie

Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie BANQUE ET ASSURANCES Le Fonds en Euros de Cardif Assurance Vie données au 30/06/2011 La garantie d un groupe solide BNP Paribas Cardif BNP Paribas Cardif conçoit et commercialise une large gamme de produits

Plus en détail

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004

-1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 -1 - Groupe SQLI Présentation des résultats semestriels 2004 Septembre 2004 -2 - Sommaire Présentation de SQLI Faits marquants et résultats semestriels Perspectives -3 - SQLI : les éléments clés Dates

Plus en détail

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011

Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Communiqué de presse 6 mai 2011 Swiss Life lance sa huitième unité de compte structurée : Objectif Juillet 2011 Cet instrument financier, qui est une alternative à un placement risqué en actions, n est

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance

Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Communiqué de Presse 20 février 2013 Croissance soutenue et résultats solides en 2012 *** Accor s engage dans un plan de transformation profond pour accélérer sa croissance Résultats solides en 2012 Progression

Plus en détail

Informations financières

Informations financières Informations financières Performance solide et objectifs 2014 atteints Chiffre d affaires T4 en hausse de +13% et croissance organique à +2,5% Chiffre d affaires annuel en hausse de +6,6%, croissance organique

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE

L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE 2007. Doucement, le rythme annuel de progression des prix

Plus en détail

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable.

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Delfea Une solution patrimoniale sur mesure EN BREF Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Définissez votre stratégie d investissement

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE chiffres clés decp 2013 ÉPARGNE patrimoniale L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE Une plate-forme d expertise Une offre complète de produits patrimoniale et services La Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014

Communiqué de presse. www.axa-realestate.com. Paris, 10 mars 2014 Paris, 10 mars 2014 En 2013, AXA Real Estate enregistre un volume de transactions de 9,2 milliards d euros, lève 6,5 milliards d euros de capitaux et étend son programme de dette à 7,9 milliards d euros

Plus en détail

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE

FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE FCPR 123CA P I T A L I S A T I O N FCPR / FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUE DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT Les parts du FCPR 123Capitalisation sont bloquées jusqu au 30 septembre 2016, cette durée

Plus en détail

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017

Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Paris, le 13 novembre 2013 Plan Stratégique Groupe BPCE 2014-2017 Pour toute information complémentaire, consultez la présentation complète disponible sur le site internet du Groupe BPCE : www.bpce.fr

Plus en détail

Résultats du 1 er trimestre 2012

Résultats du 1 er trimestre 2012 Résultats du 1 er trimestre 2012 Bonne performance de l offre 100 % en ligne Poursuite de la conquête bancaire en France 17 000 nouveaux comptes courants 13 400 nouveaux comptes d épargne bancaire Forte

Plus en détail

Point Keren Finance. 15 avril 2015

Point Keren Finance. 15 avril 2015 Le contexte boursier actuel est particulièrement porteur pour les marchés actions européens, notamment français, qui affichent de très fortes progressions à la fin du premier trimestre de l année 2015.

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Les Web Conférences Cortal Consors

Les Web Conférences Cortal Consors Les Web Conférences Cortal Consors Des formations gratuites! Échangez en direct avec des experts un large choix de formations accessibles et interactives tout au long de l'année Comment diversifier ses

Plus en détail

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014

NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 NEWSLETTER 1 er SEMESTRE 2014 ACTUALITE ECONOMIQUE L activité mondiale devrait poursuivre son affermissement. L impulsion est donnée par les pays avancés, bien que leurs redressements restent inégaux.

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

Baromètre d opinions des Directeurs Financiers. 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise?

Baromètre d opinions des Directeurs Financiers. 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise? Baromètre d opinions des Directeurs Financiers 3 ème édition Prendre une trajectoire nouvelle pour une sortie de crise? Octobre 2013 Comment cette étude a-t-elle été réalisée? Le but de ce troisième baromètre

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire

Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Priorité au texte prononcé M. Jeffrey Schwartz Vice-président directeur, chef de la direction des finances et secrétaire Les Industries Dorel Inc. Assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires

Plus en détail

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015 AXA Sophie Bourlanges Rouen 3 juin 2015 AXA, une histoire de croissance 2 Un leader mondial de l assurance et de la gestion d actifs Présent dans 59 pays 161000 collaborateurs au service de 103 MILLIONS

Plus en détail

SECTION 1 : Connaissances et expérience

SECTION 1 : Connaissances et expérience SECTION 1 : Connaissances et expérience Question 1 : Vos connaissances en matière d investissements sont o plutôt faibles 0,0 o moyennes 5,0 o très bonnes 10,0 Question 2 : ACTIONS : Connaissez-vous ce

Plus en détail

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951

Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Moneta Multi Caps Codes ISIN parts C : FR0010298596 / parts D : FR0011495951 Lettre trimestrielle n 37 : T2 2015 Points saillants : Baisse de 2,1% de la part C sur le trimestre à 220,77. Encours de 2 274

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés

Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés COMMUNIQUE DE PRESSE Ingenico T1 2011 : Très bon démarrage de l année Objectifs 2011 de croissance relevés - Chiffre d affaires T1 11 : 204,9 millions d euros o +18,3% en données publiées o +9,2% 1 en

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier

LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Conférence ATEL - 11 décembre 2012 LE CONTRAT DE CAPITALISATION Une opportunité de placement financier Marc-Antoine DOLFI, associé 1 PLAN DE PRESENTATION Le contrat de capitalisation 1. Description 2.

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre

L évolution du marché des OPCVM à fin novembre L évolution du marché des OPCVM à fin novembre Après avoir enregistré une belle progression en octobre, le marché des fonds de droit français voit son encours se replier de -0,2%, l équivalent de 1,6 milliard

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Rentabilité des actifs et allocation stratégique

Rentabilité des actifs et allocation stratégique Rentabilité des actifs et allocation stratégique LE CERCLE INVESCO : SESSION 2007 Eric Tazé-Bernard Directeur de la Gestion INVESCO Asset Management 2 Section 01 Section 02 Section 03 Un modèle de description

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI

18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Résultats du 50 e Observatoire Banque Palatine des PME-ETI 18 mois utiles d ici 2017 pour poursuivre les réformes selon les dirigeants de PME-ETI Paris, le 15 octobre 2015 La Banque Palatine, banque des

Plus en détail

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif?

DISSERTATION. SUJET Quels sont les effets d une politique de relance face à un choc de demande négatif? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée par le sujet ; - de construire une argumentation à partir d'une problématique qu'il devra élaborer ; - de mobiliser des connaissances

Plus en détail

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges

Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011. OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges Observatoire de la performance des PME-ETI 7 ème édition juin 2011 OpinionWay Banque PALATINE Pour i>tele Challenges OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Méthodologie Étude quantitative

Plus en détail

Les rendez-vous économiques et financiers

Les rendez-vous économiques et financiers Les rendez-vous économiques et financiers Les banques centrales au pilotage de l économie?... ou l Art du «Policy-mix» Novembre 2014 Prévisions 2014 & 2015 d Amundi 2014 2015 0,8% 1,3% 7,4% 7,1% Une Croissance

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

SSQ Gestion privée Martin Bédard, MBA Directeur institutionnel et gestion privée

SSQ Gestion privée Martin Bédard, MBA Directeur institutionnel et gestion privée SSQ Gestion privée SSQ Groupe financier est une entreprise qui a «Les valeurs à la bonne place» puisqu elle est constituée de gens de valeur, passionnés par leur métier et dont l ambition première est

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 %

CCPMA PRÉVOYANCE RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % Épargne RAPPORT DE GESTION 2009 DU RÉGIME DE RETRAITE SUPPLÉMENTAIRE 1,24 % CHIFFRES CLÉS DU GROUPE AGRICA 1,4 million 157 400 786 400 de cotisants entreprises adhérentes retraités Sommaire 04 05 06 AGRICA,

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail