REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L UEMOA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L UEMOA"

Transcription

1 UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE - CONSEIL REGIONAL DE L'EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE FINANCIER REGIONAL DE L UEMOA

2 TABLE DES MATIERES DEFINITIONS TITRE I. DISPOSITIONS GENERALES TITRE II. REGLES DEONTOLOGIQUES Chapitre I - Règles déontologiques applicables aux membres du Conseil Régional, au Secrétaire Général et au personnel du Secrétariat Général Chapitre II - Sanctions et dispenses applicables aux membres du Conseil Régional, au Secrétaire Général et au personnel du Secrétariat Général Section 1 - Sanctions Section 2 - Dispenses Chapitre III - Règles déontologiques applicables aux Structures Centrales du Marché et aux Intervenants Commerciaux TITRE III. ORGANISATION DU MARCHE FINANCIER REGIONAL Chapitre I - Les acteurs du Marché Financier Régional Chapitre II - Les Structures Centrales du Marché Section 1 - Dispositions générales Section 2 - Contrôle des Structures Centrales du Marché Chapitre III - L agrément des Structures Centrales du Marché Section 1 - Conditions communes d agrément Section 2 - L agrément de la Bourse Section 3 - L agrément du Dépositaire Central Section 4 - L agrément de la Banque de Règlement Chapitre IV - Principes relatifs aux comptes titres Section 1 - Les principes d ouverture des comptes titres Section 2 - Les principes de fonctionnement des comptes TITRE IV. INTERVENANTS COMMERCIAUX Chapitre I - Dispositions générales Chapitre II - Les Sociétés de Gestion et d Intermédiation (SGI) Section 1 - La création des SGI Section 2 - Le fonctionnement des SGI Section 3 - Principes déontologiques, règles prudentielles et contrôle Chapitre III - Les Sociétés de Gestion de Portefeuille Section 1 - La gestion individuelle Section 2 - Les conditions et procédure d agrément i

3 Section 3 - Principes déontologiques spécifiques aux SGP, moyens et organisation de leurs activités Chapitre IV - Les Conseillers en Placement Chapitre V - Les Conseillers en Investissements Boursiers TITRE V. EPARGNE COLLECTIVE Chapitre I - Dispositions générales relatives aux OPCVM Chapitre II - Société d Investissement à Capital Variable Section 1 - Dispositions générales Section 2 - Dispositions relatives aux Sociétés d Investissement en Capital à Risque Chapitre III - Fonds Commun de Placement Section 1 - Dispositions générales Section 2 - Dispositions relatives aux Fonds Communs de Placement à Risque Chapitre IV - Organisme ou Véhicule de Titrisation TITRE VI. APPEL PUBLIC A L EPARGNE Chapitre I - Champ d application des règles de l appel public à l épargne Chapitre II - Obligations générales en cas d appel public à l épargne Chapitre III - Note d information et Placement des titres Section 1 - Contrôle de la note d information Section 2 - Déroulement du Placement Section 3 - Dispenses et émissions particulières Section 4 - Emetteur de référence TITRE VII. INFORMATION FINANCIERE A LA CHARGE DES EMETTEURS Chapitre I - Information périodique Chapitre II - Information permanente Section 1 - Obligation d information Section 2 - Information relative au franchissement de seuils Section 3 - Informations diverses Chapitre III - Déclaration d Initiés TITRE VIII. OFFRES PUBLIQUES Chapitre I - Dispositions générales Chapitre II - Information des porteurs Chapitre III - Déroulement de l Offre Publique Chapitre IV - Obligations de l initiateur Chapitre V - Délais ii

4 Chapitre VI - Offre Publique d Echange Chapitre VII - Offre Publique de Rachat Chapitre VIII - Offre Publique de Retrait Chapitre IX - Dispositions diverses TITRE IX. DISPOSITIONS FINALES iii

5 DEFINITIONS 1. Dans le présent Règlement Général, à moins que le contexte n indique un sens différent, on entend par : «Acte Uniforme de l OHADA relatif aux Sociétés» : l acte uniforme de l OHADA relatif au droit des sociétés commerciales et du groupement d intérêt économique ; «Adhérent» : toute personne qui est titulaire d un compte auprès du Dépositaire Central ou de la Banque de Règlement ; «Annexe» : l annexe à la Convention ; «Article» : un article du présent Règlement Général ; «Banque» : une banque au sens de la loi portant réglementation bancaire au sein de l UMOA ; «Banque de Règlement» ou «BR» : la Banque de Règlement agréée par le Conseil Régional, conformément aux dispositions du Règlement Général ; «Bourse» : la bourse agréée par le Conseil Régional, conformément aux dispositions du Règlement Général ; «Bulletin» : le bulletin du Conseil Régional ; «Bulletin Officiel de la Cote» : le bulletin de la Bourse ; «Commissaire aux Comptes» : Personne exerçant les fonctions visées aux articles 694 et suivants de l Acte Uniforme de l OHADA relatif aux Sociétés ; «Concert» : le fait pour une personne d agir de manière concertée avec l initiateur d une Offre Publique, par suite d une entente quelconque avec lui ou l une des personnes avec lesquelles il a des Liens, en vue d acquérir ou de céder des Valeurs Mobilières objet de l Offre, ou en vue d exercer de concert avec lui ou avec l une des personnes avec lesquelles il a des Liens, les droits de vote afférents à ces Valeurs Mobilières ; «Conseil des Ministres» : le Conseil des Ministres de l UMOA ; «Conseil Régional» ou «CREPMF» : le Conseil Régional de l Épargne Publique et des Marchés Financiers créé en vertu de la Convention ; «Conseiller en Investissements Boursiers» : Personne physique ou morale exerçant à titre de profession habituelle et de façon indépendante, une activité de conseil portant sur la réalisation par ses clients de souscriptions, d achats, d échanges ou de ventes de Valeurs Mobilières ou la participation à des opérations sur des Valeurs Mobilières ; «Conseiller en Placement» : Personne physique ou morale exerçant à titre de profession habituelle la transmission, à titre indépendant ou en vertu d un contrat spécifique, d ordres de ses clients aux SGI et/ou qui met en relation un client avec une SGI ou une SGP pour l ouverture d un compte de titres ou pour une gestion sous mandat ; - 1 -

6 «Conservateur» : une SGI ou une Banque agréée par le Conseil Régional en qualité de teneur de compte, de conservateur ou de dépositaire de valeurs mobilières au bénéfice d un porteur de parts, d un client, d un Intervenant Commercial, d un Emetteur, d un OPCVM, du Dépositaire Central ou de la Banque de Règlement ou d un de ses Adhérents, ou de tout autre participant au Marché Financier Régional ; «Convention» : la convention portant création du Conseil Régional de l Épargne Publique et des Marchés Financiers de l UMOA; «Démarchage» : toute prise de contact non sollicitée à laquelle se livre celui qui, de façon habituelle, se rend physiquement soit au domicile ou à la résidence des personnes, soit sur leurs lieux de travail, soit dans les lieux ouverts au public et non réservés à de telles fins, ou qui utilise les communications téléphoniques, les correspondances, les Documents Publicitaires ou tout autre procédé de sollicitation quelconque, en vue de (i) proposer la souscription, l achat, l échange ou la vente de Valeurs Mobilières ou la participation à des opérations sur des Valeurs Mobilières et/ou (ii) d offrir des services ou donner des conseils en vue des mêmes fins ; «Dépositaire Central» ou «DC» : le dépositaire central agréé par le Conseil Régional, conformément aux dispositions du Règlement Général ; «Dirigeant» : Personne exerçant les fonctions d administrateur, de président, de viceprésident, de secrétaire général, de directeur général ou des fonctions analogues ; «Documents Constitutifs» : les dispositions constitutives résultant d une loi ou d un texte réglementaire, notamment, les statuts, le règlement intérieur et les règles de fonctionnement d une Structure Centrale du Marché, d une société soumise à l agrément du Conseil Régional, ou, selon le cas, d une personne morale donnée ; «Document Publicitaire» : tout dépliant, encart ou annonce publicitaire destiné directement au public ou à la presse écrite, ainsi que les textes d annonces diffusées par radio, télévision ou tout autre procédé électronique ; «Emetteur» : toute entité dotée ou non de la personnalité juridique, incluant les États et les sociétés de droit privé ou public, qui émet ou se propose d émettre des Valeurs Mobilières qui font ou ont fait l objet d un visa ou d un enregistrement auprès du Conseil Régional ou dont les Valeurs Mobilières font ou ont fait l objet d un Placement privé ou d un appel public à l épargne ; «Fonds» : les Fonds Commun de Placement, les Fonds Commun de Placement à Risque, les Fonds d Investissement, les Organismes de Titrisation ou les Véhicules de Titrisation et toute autre entité désignée comme telle par le Règlement Général ; «Fonds Commun de Placement» ou «FCP» : une copropriété de Valeurs Mobilières et de dépôts sans personnalité juridique constituée en vertu d un contrat de placement collectif géré pour le compte des porteurs de parts par une personne qui, sur demande de ces derniers, effectue l émission et le rachat des parts à leur valeur liquidative ; «Fonds Commun de Placement à Risque» ou «FCPR» : tout fonds commun de placement à risque constitué conformément à la Réglementation du Marché ; - 2 -

7 «Fonds d Investissement» : tout fonds d investissement constitué conformément à la Réglementation du Marché ; «Fonds de Garantie du Marché» : un mécanisme de sécurisation des transactions mis en place sur la Bourse et permettant de suppléer à la défaillance d un intervenant, dans le cadre du dénouement des transactions ; «Fonds de Protection des Epargnants» : un mécanisme prévu par les dispositions règlementaires du Marché Financier Régional pour suppléer la faillite d un intervenant, par un système d indemnisation des épargnants ; «Information Privilégiée» : toute information précise et non publique, qui concerne directement ou indirectement, un ou plusieurs Emetteurs, ou une ou plusieurs Valeurs Mobilières, et qui, si elle était rendue publique, serait susceptible d avoir une influence significative sur le cours des Valeurs Mobilières concernées ou le cours des Valeurs Mobilières qui leurs sont liées ; «Initié» : à l égard d un Emetteur : (i) (ii) l Emetteur lui-même, ses filiales, ses propres Dirigeants, salariés, préposés et conseils et ceux de ses filiales ; toute personne détenant des Valeurs Mobilières de l Emetteur lui conférant au moins 10 % des droits de vote afférents aux titres d une catégorie ou le droit de participer, sans limite, au bénéfice et au partage en cas de liquidation, à l exclusion des titres ayant fait l objet d une prise ferme et qui sont en cours de Placement ; (iii) les Dirigeants, salariés, préposés et conseils d une personne visée au paragraphe (ii) ; (iv) les personnes qui disposent d une Information Privilégiée; «Institutions Financières Spécialisées» : les institutions financières à statut spécial soustraites à la réglementation bancaire. «Instruction» : un texte d application adopté par le Conseil Régional; «Intervenant» : un Intervenant Commercial ou un Intervenant Professionnel ; «Intervenant Commercial» : une SGI, une SGP, une Banque agréée par le Conseil Régional en qualité de teneur de compte et de conservateur, un Conseiller en Placement, un Conseiller en Investissements Boursiers ou toute autre personne désignée comme telle par une Instruction ; «Intervenant Professionnel» : Personne physique, salariée d un Intervenant Commercial ou agissant pour le compte de ce dernier, titulaire d une carte professionnelle délivrée à cette fin par le Conseil Régional ; «Investisseur Qualifié» : Personne ou entité disposant de l expertise, des compétences et des moyens nécessaires pour appréhender les risques inhérents aux opérations sur les marchés financiers, conformément à la Réglementation du Marché ; «Liens» : les relations entre une personne et : - 3 -

8 (i) toute personne morale dont elle détient des Valeurs Mobilières lui conférant plus de 10 % des droits de vote afférents aux titres d une catégorie ou le droit de participer, sans limite, au bénéfice et au partage en cas de liquidation, à l exclusion des titres pris ferme et en voie de Placement ; (ii) son associé ; (iii) (iv) (v) la fiducie ou la succession dans laquelle elle a un droit comparable à celui du propriétaire ou à l égard de laquelle elle remplit des fonctions de fiduciaire, de liquidateur de succession ou des fonctions analogues ; son conjoint, ses enfants, ainsi que ses parents directs et ceux de son conjoint, s ils partagent sa résidence ; toute autre personne, dans les cas ou relativement aux opérations déterminées par Instruction ; «Marché Financier Régional» ou «Marché Financier» : le marché financier de l UEMOA visé à l article 1 de la Convention ; «Offre Publique» : une Offre Publique d Achat, une Offre Publique d Echange, une Offre Publique de Rachat ou une Offre Publique de Retrait ; «Offre Publique d Achat» ou «OPA» : Procédure par laquelle une personne s engage publiquement et irrévocablement à acquérir des Valeurs Mobilières d un Emetteur, à un prix déterminé en numéraire, ou partie en numéraire et partie en Valeurs Mobilières, que cette procédure conduise ou non à la radiation des Valeurs Mobilières de cet Emetteur de la cote de la Bourse ; «Offre Publique d Echange» ou «OPE» : Procédure par laquelle une personne s engage publiquement et irrévocablement à acquérir des Valeurs Mobilières d un Emetteur, à un prix déterminé, par remise de Valeurs Mobilières en échange, que cette procédure conduise ou non à la radiation des Valeurs Mobilières de cet Emetteur de la cote de la Bourse ; «Offre Publique de Rachat» ou «OPR» : Procédure par laquelle un Emetteur s engage publiquement et irrévocablement à acquérir ses propres Valeurs Mobilières, à un prix déterminé, en numéraire, en Valeurs Mobilières ou partie en numéraire et partie en Valeurs Mobilières ; «Offre Publique de Retrait» : Procédure selon laquelle une personne s engage publiquement et irrévocablement à acquérir des Valeurs Mobilières d un Emetteur à un prix déterminé en numéraire, ou pour partie en numéraire et pour partie en Valeurs Mobilières, conduisant à la radiation des Valeurs Mobilières de cet Emetteur de la cote de la Bourse ; «OHADA» : Organisation pour l Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires, créée le 18 septembre 1995 et à laquelle sont parties les États de l UEMOA ; «Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières» ou «OPCVM» : une Société d Investissement à Capital Variable, un Fonds Commun de Placement ou toute autre forme de placement collectif agréé comme tel par le Conseil Régional ; - 4 -

9 «Organisme de Titrisation» : une entité dotée ou non de la personnalité juridique qui a pour objet l acquisition de créances et l émission de Valeurs Mobilières dans le cadre d une opération de titrisation, conformément à la Réglementation du Marché ; «Placement» : Le fait : (i) (ii) (iii) (iv) (v) (vi) pour un Emetteur, de rechercher ou de trouver des souscripteurs ou des acquéreurs de ses Valeurs Mobilières ou, le cas échéant, de livrer des Valeurs Mobilières aux acquéreurs qui les ont souscrites ; pour un preneur ferme, de rechercher ou de trouver des acquéreurs ou, le cas échéant, de céder et livrer à leurs acquéreurs les Valeurs Mobilières qui ont fait l objet de la prise ferme ; pour le souscripteur ou l acquéreur qui a acquis des Valeurs Mobilières émises à l extérieur des États de l UEMOA, de rechercher ou de trouver des acquéreurs dans l un de ces États, sauf si lesdites Valeurs Mobilières sont cotées sur la Bourse ou sur un marché hors cote ; d obtenir la souscription des Valeurs Mobilières d une société qui n ont pas encore fait l objet d une note d information ; pour une SGI, de trouver des souscripteurs ou des acquéreurs de Valeurs Mobilières faisant l objet d un placement en vertu des paragraphes (i) à (iv) ; pour un Emetteur, de donner en garantie des Valeurs Mobilières émises par lui à cette fin ; «Président» : le Président du Conseil Régional ; «Règlement» : le Règlement Général ou tout autre règlement adopté par le Conseil Régional et approuvé par le Conseil des Ministres conformément aux dispositions de l Annexe ; «Règlement Général» : le présent règlement général relatif à l organisation, au fonctionnement et au contrôle du Marché Financier Régional, adopté par le Conseil Régional et approuvé par le Conseil des Ministres conformément aux dispositions de l Annexe ; «Réglementation du Marché» : les dispositions de l Annexe ou des Règlements et Instructions adoptés en vertu de l Annexe, les règles et normes adoptées en vertu de tout autre texte de nature législative ou réglementaire et dont la mise en œuvre est confiée au Conseil Régional, les décisions et autres textes d application adoptés par le Conseil Régional ; «Secrétariat Général» : le Secrétariat Général du Conseil Régional ; «Société de Gestion de Portefeuille» ou «SGP» : une société de gestion qui, en vertu de son agrément par la Conseil Régional, est autorisée à conduire indifféremment des activités de gestion collective ou de gestion individuelle et : (i) se charge de la gestion administrative et/ou financière d un OPCVM, et intervient à titre de profession habituelle dans la gestion de son portefeuille de placements au - 5 -

10 profit de ses actionnaires ou porteurs de parts, par le biais de négociations en bourse effectuées à sa demande par une SGI ou par le biais de Placements ; et (ii) intervient à titre de profession habituelle dans la gestion d un portefeuille de Valeurs Mobilières, en vertu d un mandat établi avec son client, par le biais de négociations en bourse effectuées à sa demande par une SGI ou par le biais de Placements ; «Société d Investissement à Capital Variable» ou «SICAV» : une société qui a pour objet la gestion d un portefeuille de Valeurs Mobilières, qui émet des actions et qui doit, sur demande des actionnaires, les racheter à leur valeur liquidative ; «Société d Investissement en Capital à Risque» ou «SICAR» : toute société d'investissement en capital à risque constituée conformément à la Réglementation du Marché ; «Société de Gestion et d Intermédiation» ou «SGI» : une société anonyme, au sens de l Acte Uniforme de l OHADA relatif aux Sociétés, qui : (i) (ii) (iii) (iv) (v) (vi) exerce, sur le Marché Financier Régional, l activité d intermédiaire dans les opérations sur Valeurs Mobilières et de teneur de comptes ; se porte contrepartie dans des opérations sur Valeurs Mobilières, pour son propre compte ou pour le compte d autrui ; agit comme négociateur d ordres en bourse et compensateur d opérations sur Valeurs Mobilières cotées sur la Bourse pour le compte de tiers et à cette fin, reçoit et détient des fonds du public ; effectue le Placement de Valeurs Mobilières, pour son propre compte ou pour le compte d autrui ; intervient à titre de profession habituelle dans la gestion d un portefeuille de Valeurs Mobilières en vertu d un mandat établi avec son client, par le biais de négociations en bourse effectuées à sa demande par une SGI, tierce ou non, ou par le biais de Placements ; effectue des actes de Démarchage liés à une ou plusieurs des activités visées aux paragraphes (i) à (v) ; «Structures Centrales du Marché» : la Bourse, le Dépositaire Central et la Banque de Règlement ; «UEMOA» ou «Union» : l Union Économique et Monétaire Ouest Africaine ; «UMOA» : l Union Monétaire Ouest Africaine ; «Valeur Mobilière» : (i) (ii) les actions ordinaires, les actions à dividendes prioritaires sans droit de vote, les certificats d investissement, les titres participatifs ; les obligations et les autres titres de créance donnant accès au capital ou les autres valeurs mobilières donnant droit à l attribution de titres de créance ; - 6 -

11 (iii) les parts de Fonds ; (iv) les bons de souscriptions et droits rattachés aux valeurs mobilières précitées ; (v) tous autres types d instruments financiers, incluant notamment les produits dérivés négociables sur des marchés organisés ou hors cote ; «Véhicule de Titrisation» : Entité dotée ou non de la personnalité juridique qui a pour objet l acquisition de créances et l émission de Valeurs Mobilières, conformément à la Réglementation du Marché ; 2. toute référence au singulier inclut le pluriel et vice versa ; 3. le régime établi par la Réglementation du Marché au sein de l UEMOA s applique à tous les instruments financiers qui sont des Valeurs Mobilières au sens de l Annexe, sous réserve des modifications éventuelles, dérogations expresses et des adaptations jugées nécessaires par le Conseil Régional

12 TITRE I. DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 1 Conformément aux articles 52 et suivants de l Annexe à la Convention du 3 juillet 1996 portant création du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers, le présent Règlement Général, approuvé par le Conseil des Ministres de l Union Monétaire Ouest Africaine, fixe les modalités pratiques de l organisation, du fonctionnement et du contrôle du Marché Financier Régional. ARTICLE 2 Le Conseil Régional a pour attributions : 1. l organisation de l appel public à l épargne ; 2. l habilitation et le contrôle des Structures Centrales du Marché et des Intervenants ; 3. le contrôle de la régularité des opérations de bourse. ARTICLE 3 Le Conseil Régional édicte les dispositions applicables : 1. à l appel public à l épargne et, notamment, aux opérations de bourse et autres produits de Placement ; 2. aux conditions d exercice des Structures Centrales du Marché et des Intervenants. Le Conseil Régional est consulté sur tout projet d ouverture de marchés financiers nouveaux ainsi que sur tout projet de négociation de nouveaux produits financiers à la Bourse. Il exerce son droit de veto s il estime que les produits ou marchés financiers nouveaux envisagés par la Bourse ne sont pas de nature à assurer la sécurité et la protection de l épargne publique ou privée pouvant y être investie

13 TITRE II. REGLES DEONTOLOGIQUES CHAPITRE I - REGLES DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU CONSEIL REGIONAL, AU SECRETAIRE GENERAL ET AU PERSONNEL DU SECRETARIAT GENERAL ARTICLE 4 Il est interdit à un membre du Conseil Régional, à son Secrétaire Général et au personnel de son Secrétariat Général : 1. d accepter une rémunération ou une gratification autre que celle à laquelle il a droit, sauf un cadeau de valeur symbolique lorsque, dans l exercice de ses fonctions, il agit comme conférencier et a rédigé un document à cette fin ; 2. de solliciter ou d accepter pour eux-mêmes ou pour un tiers un avantage conféré à raison de leurs fonctions ; 3. d exercer une fonction rémunérée au sein d une entité impliquée dans le fonctionnement du Marché Financier Régional, sous réserve d une dispense accordée par le Conseil Régional en application de l Article 15 ; 4. d être Dirigeant ou employé d un Emetteur, d une Structure Centrale du Marché ou d un Intervenant Commercial ; 5. d utiliser à des fins personnelles ou dans le but d en tirer un avantage quelconque, les informations dont ils ont connaissance dans l exercice de leurs fonctions ; 6. d être actionnaire d une Structure Centrale du Marché ou d un Intervenant Commercial, à moins d y être expressément autorisé par décision du Conseil Régional ; 7. de faire des opérations sur les Valeurs Mobilières d un Emetteur qui fait l objet d une enquête par le Conseil Régional ; 8. de faire des opérations sur les Valeurs Mobilières sur lesquelles il détient ou pourrait détenir des Informations Privilégiées. Lorsqu il envisage une telle opération, il doit en tout état de cause s assurer que le Conseil Régional ne détient pas d Informations Privilégiées sur l Emetteur ; 9. sauf dans les cas de Valeurs Mobilières bénéficiant d avantages fiscaux particuliers ou de parts émises par un OPCVM, d acheter ou de souscrire des Valeurs Mobilières faisant l objet d un Placement par note d information durant les trente jours qui suivent l octroi d un visa par le Conseil Régional, conformément aux Articles 190 et suivants ; 10. d acheter, de souscrire ou de vendre des titres pour lesquels un document a été déposé et fait l objet d un examen par le Conseil Régional ou d une demande en vue d une décision de ce dernier ; 11. d acheter, de souscrire ou de vendre des titres qui font l objet d une Offre Publique, à compter du moment où ce fait est connu du Conseil Régional jusqu au moment où il est rendu public par l initiateur

14 Le membre du Conseil Régional, son Secrétaire Général ou le personnel de son Secrétariat Général qui désire réaliser une opération sur Valeurs Mobilières doit s assurer qu il ne contrevient pas aux alinéas 7 à 11 du présent Article 4. ARTICLE 5 Toute personne liée au Conseil Régional est soumise à une obligation de confidentialité pour tout fait et information dont elle a connaissance dans le cadre de ses fonctions. Le non respect de cette obligation entraîne des sanctions conformément aux Articles 13 et 14, sans préjudice des poursuites judiciaires pouvant être intentées contre l intéressé. ARTICLE 6 Dès son entrée en fonction, un membre du Conseil Régional, son Secrétaire Général ou un membre du personnel de son Secrétariat Général fait un rapport au Président sur l état de son portefeuille de Valeurs Mobilières. Le Président, sur décision du Conseil Régional, peut exiger que le membre du Conseil, le Secrétaire Général ou le membre du personnel du Secrétariat Général (i) cède certains de ses titres dans un délai qu il fixe ou (ii) en confie la gestion discrétionnaire à un Intervenant Commercial. ARTICLE 7 Sans préjudice des dispositions des alinéas 7 à 11 de l Article 4, un titre acheté ou souscrit par un membre du Conseil Régional, par le Secrétaire Général ou par un membre du personnel du Secrétariat Général doit être conservé par ce dernier pour une période minimale de six mois à compter de la date de l opération, sauf s il s agit d un titre (i) obtenu dans le cadre d un plan de réinvestissement de dividendes, (ii) reçu dans le cadre d une distribution de dividendes en actions ou (iii) obtenu suite à l exercice d un droit de souscription acquis à l occasion de la souscription d un autre titre. ARTICLE 8 Les opérations visées à l Article 7 font l objet d une déclaration écrite au Président, dans les cinq jours de la réception de l avis d exécution. ARTICLE 9 La déclaration doit contenir les renseignements suivants : 1. le nom de la SGI qui a agi en tant qu intermédiaire ; 2. la désignation de la Valeur Mobilière ; 3. le nombre de Valeurs Mobilières acquises ou vendues ; 4. la date de l opération ; 5. la valeur de l opération. ARTICLE 10 Les membres du Conseil Régional, le Secrétaire Général et les membres du personnel du Secrétariat Général remettent au Président, à la fin de chaque année civile, un rapport décrivant l état de leurs portefeuilles de Valeurs Mobilières

15 ARTICLE 11 Les rapports et la déclaration prévus aux Articles 6, 8 et 10 sont confidentiels, sauf si le Conseil Régional en décide autrement. ARTICLE 12 Les interdictions applicables aux membres du Conseil Régional, au Secrétaire Général ou au personnel de son Secrétariat Général s appliquent également aux personnes qui leurs sont liées. Les actes et omissions de ces dernières engagent la responsabilité des membres du Conseil Régional, du Secrétaire Général ou du personnel de son Secrétariat Général concernés. CHAPITRE II - SANCTIONS ET DISPENSES APPLICABLES AUX MEMBRES DU CONSEIL REGIONAL, AU SECRETAIRE GENERAL ET AU PERSONNEL DU SECRETARIAT GENERAL SECTION 1 - SANCTIONS ARTICLE 13 En cas de non respect de l une des règles de déontologie énoncées au chapitre précédent par un membre du Conseil Régional, son Secrétaire Général ou le personnel de son Secrétariat Général, la personne concernée est passible d une sanction administrative, d une suspension temporaire ou d une révocation de ses fonctions pour les membres du Conseil Régional et le Secrétaire Général, ou, le cas échéant, d un licenciement pour faute grave, pour le personnel de son Secrétariat Général. Les sanctions administratives sont prises par décision du Conseil Régional si le non respect est attribuable à l un de ses membres ou au Secrétaire Général, ou par le Secrétaire Général, dans le cas des membres du personnel du Secrétariat Général. ARTICLE 14 La suspension temporaire ou la révocation est prononcée par le Conseil des Ministres pour les membres du Conseil Régional et par le Conseil Régional pour le Secrétaire Général. Le licenciement pour faute grave est prononcé par le Secrétaire Général pour le personnel du Secrétariat Général. La suspension temporaire applicable aux membres du Conseil Régional ou au Secrétaire Général ne peut excéder deux mois. SECTION 2 - DISPENSES ARTICLE 15 Le Conseil Régional peut accorder, aux conditions qu il détermine par voie d Instruction, une dérogation à la règle mentionnée à l alinéa 4 de l Article

16 CHAPITRE III - REGLES DEONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX STRUCTURES CENTRALES DU MARCHE ET AUX INTERVENANTS COMMERCIAUX ARTICLE 16 Toutes les activités exercées par les Structures Centrales du Marché et les Intervenants Commerciaux, directement ou par l intermédiaire de leurs filiales, doivent être accomplies avec diligence, loyauté, neutralité et impartialité. ARTICLE 17 Les Structures Centrales du Marché et les Intervenants Commerciaux doivent : 1. agir, dans l exercice de leur activité, avec loyauté et équité ainsi qu avec la compétence, le soin et la diligence qui s imposent au mieux des intérêts de leurs Adhérents, des Intervenants ou de leurs clients et de l intégrité du marché ; 2. utiliser avec efficacité les ressources et les procédures nécessaires pour mener à bonne fin leurs activités ; 3. s informer de la situation financière de leurs clients, de leurs expériences en matière d investissement et de leurs objectifs en ce qui concerne les services demandés ; 4. s attacher à fournir à leurs clients une information sincère et exacte sur les opérations traitées pour leur compte. Ils veillent à ce que leurs clients aient connaissance des risques inhérents à la nature des opérations qu ils envisagent ; 5. se conformer à toutes les réglementations applicables à l exercice de leurs activités ; 6. se doter d un code de déontologie approuvé par le Conseil Régional

17 TITRE III. ORGANISATION DU MARCHE FINANCIER REGIONAL CHAPITRE I - LES ACTEURS DU MARCHE FINANCIER REGIONAL ARTICLE 18 Les acteurs du Marché Financier Régional sont : 1. les Structures Centrales du Marché ; et 2. les Intervenants Commerciaux. Préalablement à l exercice de leurs activités, ces acteurs doivent être agréés par le Conseil Régional. ARTICLE 19 Il est interdit à toute personne physique ou morale, autre qu une Structure Centrale du Marché ou un Intervenant Commercial, d utiliser une dénomination, une raison sociale, une publicité, ou de façon générale, des expressions laissant croire qu elle est agréée en tant que Structure Centrale du Marché ou Intervenant Commercial. ARTICLE 20 Il est interdit à toute Structure Centrale du Marché ou Intervenant Commercial de laisser entendre qu il appartient à une catégorie autre que celle au titre de laquelle il a obtenu son agrément ou de créer une confusion relativement à ses activités. ARTICLE 21 Toute personne agissant pour le compte d une Structure Centrale du Marché ou d un Intervenant Commercial ou de ses filiales, liée ou non par un contrat de travail, est tenue de respecter une obligation de confidentialité sur les faits, actes et renseignements non publics dont elle a pu avoir connaissance dans l exercice ou à l occasion de ses activités. ARTICLE 22 Les tarifs appliqués par les différents acteurs, mentionnés à l Article 18, dans le cadre de l ensemble de leurs activités sont fixés librement sous réserve de leur homologation par le Conseil Régional. ARTICLE 23 Les acteurs du Marché Financier Régional tels que spécifiés à l Article 18 doivent se doter d une organisation et de procédures permettant de répondre aux prescriptions des textes de l UEMOA relatifs à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

18 CHAPITRE II - LES STRUCTURES CENTRALES DU MARCHE SECTION 1 - DISPOSITIONS GENERALES ARTICLE 24 Le Marché Financier Régional fonctionne suivant les règles établies par le Conseil Régional. La gestion du marché secondaire est assurée par une société de droit privé, la Bourse, agréée par le Conseil Régional. Le système de compensation est assuré par une société de droit privé, le Dépositaire Central, agréée par le Conseil Régional. Le système de règlement/livraison des titres est assuré par une société de droit privé, la Banque de Règlement, également agréée par le Conseil Régional. ARTICLE 25 Le Conseil Régional peut, aux conditions qu il détermine par Instruction, déléguer aux Structures Centrales du Marché l application de certaines dispositions du Règlement Général. ARTICLE 26 Les Structures Centrales du Marché communiquent au Conseil Régional, dans un délai de quarante huit heures, les décisions rendues dans l exercice de ces pouvoirs délégués. ARTICLE 27 En matière disciplinaire, les Structures Centrales du Marché peuvent imposer les sanctions qu elles jugent appropriées dans les limites prévues par la délégation de pouvoirs du Conseil Régional. ARTICLE 28 Les Structures Centrales du Marché se dotent d un règlement général relatif à leurs activités dont l adoption et la modification sont soumises à l approbation préalable du Conseil Régional. Ce règlement général et toute modification sont portés à la connaissance des Intervenants Commerciaux par publication au Bulletin Officiel de la Cote. ARTICLE 29 Le Conseil Régional peut à tout moment décider de suspendre, selon les modalités qu il juge appropriées, l application d une disposition du règlement général des Structures Centrales du Marché. Ces modalités devront être précisées par une Instruction du Conseil Régional. ARTICLE 30 Le Conseil Régional peut ordonner à une Structure Centrale du Marché de modifier son règlement général, lorsqu il juge qu une telle modification est nécessaire pour rendre ce texte conforme à la Réglementation ou au bon fonctionnement du Marché Financier Régional ou à la protection des épargnants

19 ARTICLE 31 Lorsqu il constate un manquement à la Réglementation du Marché par une Structure Centrale du Marché, le Conseil Régional peut prendre toute sanction disciplinaire qu il juge appropriée à son encontre en application des articles 88 et suivants de l Annexe. ARTICLE 32 Si une Structure Centrale du Marché souhaite cesser son activité, elle doit y être autorisée préalablement par le Conseil Régional. Celui-ci peut subordonner son autorisation à certaines conditions. Une telle autorisation ne peut, en tout état de cause, être donnée par le Conseil Régional que si ce dernier estime que l intérêt des Intervenants, des Adhérents et des épargnants est protégé. ARTICLE 33 Le Conseil Régional détermine les livres, registres et autres documents qui doivent être tenus et conservés par les Structures Centrales du Marché. ARTICLE 34 Tout projet d organisation d un nouveau marché de Valeurs Mobilières par la Bourse, et toute nouvelle inscription de titres à sa cote sont soumis à l autorisation préalable du Conseil Régional. Le Conseil Régional peut refuser cette autorisation s il estime que le bon fonctionnement du Marché Financier Régional et/ou la protection des épargnants l exigent. ARTICLE 35 Tout projet de mise en place d un nouveau système de compensation par le Dépositaire Central ou d un nouveau système de règlement/livraison par la Banque de Règlement est soumis à l autorisation préalable du Conseil Régional. Le Conseil Régional peut refuser cette autorisation s il estime que le bon fonctionnement du Marché Financier Régional et/ou la protection des épargnants l exigent. ARTICLE 36 Les opérations sur toute Valeur Mobilière inscrite en compte auprès du Dépositaire Central doivent se faire par virement de compte à compte entre les comptes des Adhérents. Le nantissement d une valeur mobilière inscrite en compte auprès du Dépositaire Central doit se faire par inscription dudit nantissement sur le compte de l Adhérent concerné. ARTICLE 37 Sous réserve du droit de l Emetteur de considérer comme porteur celui au nom de qui les titres sont inscrits dans ses registres, le cessionnaire acquiert un droit de propriété opposable aux tiers sur les Valeurs Mobilières cédées du seul fait du virement sur le compte de l Adhérent ayant réalisé la transaction. Sous réserve du droit de l Emetteur de considérer comme porteur celui au nom de qui les titres sont inscrits dans ses registres, le créancier nanti bénéficie d un nantissement opposable aux tiers sur les

20 Valeurs Mobilières nanties du seul fait de l inscription du nantissement sur le compte de l Adhérent tenant son compte. ARTICLE 38 Une personne agissant pour le compte d une structure centrale du marché, en vertu d un contrat de travail ou non, doit détenir un compte spécial auprès d une SGI pour y effectuer toute opération sur Valeurs Mobilières pour son propre compte. SECTION 2 - CONTROLE DES STRUCTURES CENTRALES DU MARCHE ARTICLE 39 Toute société souhaitant obtenir la qualité de Structure Centrale du Marché est tenue, dans le cadre de la procédure d agrément, de désigner en son sein un responsable du contrôle interne. Le contrôleur interne a pour attributions principales : 1. d assurer le respect par la Structure Centrale du Marché, elle-même de l ensemble de la Réglementation du Marché, notamment le respect des règles prudentielles qui lui sont applicables ; 2. de veiller au respect de toutes les règles de bonne pratique professionnelle ainsi que des règles déontologiques concernant les employés et les mandataires de la Structure Centrale du Marché ; 3. de veiller à ce que soient mis en place, et communiqués aux employés et mandataires, le règlement intérieur de la Structure Centrale du Marché ainsi que l ensemble des documents relatifs aux règles déontologiques et professionnelles qui leur sont applicables ; 4. de veiller à ce que soient communiqués aux Intervenants et/ou à ses Adhérents les documents d information relatifs à leurs opérations, prévus par le présent Règlement Général. Les conditions d exercice des activités de contrôle interne au sein des Structures Centrales du Marché sont définies par Instruction du Conseil Régional. CHAPITRE III - L AGREMENT DES STRUCTURES CENTRALES DU MARCHE SECTION 1 - CONDITIONS COMMUNES D AGREMENT ARTICLE 40 Conformément à l article 49 de l Annexe, le Conseil Régional est seul compétent à habiliter les Structures Centrales du Marché. La société qui souhaite être agréée en qualité de Bourse, de Dépositaire Central ou de Banque de Règlement doit être une société de droit privé constituée sous forme de société anonyme. Le capital minimum exigé pour la Bourse, le Dépositaire Central et la Banque de Règlement est fixé par Instruction du Conseil Régional

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières

Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières Annexe à l arrêté portant visa du Règlement du Conseil du Marché Financier relatif à la tenue et à l administration des comptes en valeurs mobilières Le collège du Conseil du Marché Financier, Vu la loi

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE

AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------------- CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS REGLEMENT GENERAL RELATIF A L ORGANISATION, AU FONCTIONNEMENT ET AU CONTROLE DU MARCHE

Plus en détail

Table des matières. Schéma B Schéma C. Annexe II

Table des matières. Schéma B Schéma C. Annexe II Loi du 20 décembre 2002 concernant les organismes de placement collectif et modifiant la loi modifiée du 12 février 1979 concernant la taxe sur la valeur ajoutée, telle qu elle a été modifiée par la loi

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE «BEST LEASE»

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE «BEST LEASE» AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE «BEST LEASE» ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE «BEST LEASE» AU MARCHE PRINCIPAL DE LA BOURSE : La Bourse a donné, en date du 25/06/2013, son

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

I. CONTEXTE. 1.1. Fondement de l homologation

I. CONTEXTE. 1.1. Fondement de l homologation Union Monétaire Ouest Africaine -------------------------------- Consultation de place Du 1 er au 31 juillet 2009 Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers NOTE DE PRESENTATION DU

Plus en détail

EOS IMAGING PLAN D OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D ACHAT D ACTIONS 2012

EOS IMAGING PLAN D OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D ACHAT D ACTIONS 2012 EOS IMAGING PLAN D OPTIONS DE SOUSCRIPTION OU D ACHAT D ACTIONS 2012 Se fondant sur l autorisation consentie par l assemblée extraordinaire du 16 janvier 2012, le conseil d administration a décidé, le

Plus en détail

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE ORGANISATION DU MARCHE LIBRE 1 DEFINITION ET ROLE DU MARCHE LIBRE Le Marché Libre et les valeurs radiées du marché réglementé (ci-après «VRMR») forment un système multilatéral de négociation géré par Euronext

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE MANUFACTURE DE PANNEAUX BOIS DU SUD «MPBS»

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE MANUFACTURE DE PANNEAUX BOIS DU SUD «MPBS» AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE MANUFACTURE DE PANNEAUX BOIS DU SUD «MPBS» ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE «MPBS» AU MARCHE PRINCIPAL DE LA BOURSE : La Bourse a donné, en

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE. relatif au financement participatif. NOR: EfIXI4O6454RJRose-1

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE. relatif au financement participatif. NOR: EfIXI4O6454RJRose-1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l économie et des finances PROJET D ORDONNANCE relatif au financement participatif NOR: EfIXI4O6454RJRose-1 RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE Monsieur le Président

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Ordonnance n o 2006-344 du 23 mars 2006 relative aux retraites professionnelles supplémentaires NOR

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

Sénégal. Réglementation bancaire

Sénégal. Réglementation bancaire Réglementation bancaire Loi n 90-06 du 26 juin 1990 Titre 1 - Généralités Art.1.- La présente loi s applique aux banques et établissements financiers exerçant leur activité sur le territoire de la République

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE «HANNIBAL LEASE»

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE «HANNIBAL LEASE» AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE «HANNIBAL LEASE» ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE «HANNIBAL LEASE» AU MARCHE PRINCIPAL DE LA BOURSE : La Bourse a donné, en date du 14 mars

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e PROFESSIONELS DU SECTEUR DES ASSURANCES MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2697 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 129 110 22 22 juillet mai 2009 2013 S o m m a i r e PROFESSIONELS

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 1 : ORGANISATION DU MARCHÉ FINANCIER PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 1 I LES ACTEURS DU MARCHE / ARCHITECTURE ORGANISATIONNELLE DU MARCHE 1- L ORGANE DE REGULATION : LA

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 275 28 décembre 2012. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 275 28 décembre 2012. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 4317 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 275 28 décembre 2012 S o m m a i r e Loi du 21 décembre 2012 portant

Plus en détail

Dans le cadre de cette mission, le Directoire pourra notamment, soit directement, soit par son Président ou par tout mandataire :

Dans le cadre de cette mission, le Directoire pourra notamment, soit directement, soit par son Président ou par tout mandataire : Casablanca, le 13 septembre 2013 AVIS N 135/13 RELATIF À L AUGMENTATION DE CAPITAL EN NUMERAIRE DU CREDIT DU MAROC PORTANT SUR 803 621 ACTIONS NOUVELLES AU PRIX DE 550 MAD Avis d approbation de la Bourse

Plus en détail

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 15/11 du 26/10/2011 Visa du CDVM n VI/EM/036/2011 en date du 26/10/2011

Avis d approbation de la Bourse de Casablanca n 15/11 du 26/10/2011 Visa du CDVM n VI/EM/036/2011 en date du 26/10/2011 Casablanca, le 28 octobre 2011 AVIS N 144/11 RELATIF À L AUGMENTATION DE CAPITAL EN NUMERAIRE DU CREDIT IMMOBILIER ET HOTELIER PORTANT SUR 3 801 155 ACTIONS NOUVELLES AU PRIX DE 253 MAD Avis d approbation

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE DELICE HOLDING

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE DELICE HOLDING AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE DELICE HOLDING ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE «DELICE HOLDING» AU MARCHE PRINCIPAL DE LA COTE DE LA BOURSE : La Bourse a donné, en date du

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS

RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS RÉGLEMENT DE DÉONTOLOGIE DES SOCIÉTÉS DE GESTION DE PORTEFEUILLE INTERVENANT DANS LE CAPITAL-INVESTISSEMENT DISPOSITIONS Le présent règlement, spécifique aux sociétés de gestion de portefeuille intervenant

Plus en détail

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571

TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 TESSI Société Anonyme au capital de 5 746 006 Euros Siège Social : 177, cours de la Libération 38100 GRENOBLE R.C.S : GRENOBLE B 071 501 571 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

Plus en détail

CONVENTION DE COMPTE

CONVENTION DE COMPTE 1 CONVENTION DE COMPTE ENTRE LES SOUSSIGNES: ATLANTIQUE FINANCE - Société Anonyme au capital de FCFA 360 000 000 ayant son siège social à l immeuble Atlantique Assurances (10i ème étage), 15 Avenue Joseph

Plus en détail

CHAPITRE IV : MUTUELLES D EPARGNE ET DE CREDIT

CHAPITRE IV : MUTUELLES D EPARGNE ET DE CREDIT CHAPITRE IV : MUTUELLES D EPARGNE ET DE CREDIT Les mutuelles sont des Sociétés à capitaux variables, associant des personnes volontairement réunies pour satisfaire leurs aspirations et besoins économiques,

Plus en détail

Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 2 PROJET ADMISION DES INTERMEDIAIRES DE MARCHE

Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 2 PROJET ADMISION DES INTERMEDIAIRES DE MARCHE Département DEPOSITAIRE CENTRAL INSTRUCTION N 2 PROJET ADMISION DES INTERMEDIAIRES DE MARCHE La présente instruction a pour but de définir la procédure d adhésion des Intermédiaires de marché au Dépositaire

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

CONVOCATIONS WEBORAMA

CONVOCATIONS WEBORAMA CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS WEBORAMA Société anonyme à conseil d administration au capital social de 385.922,79 euros Siège social : 15, rue Clavel - 75019 Paris 418

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

DAHIR N 1-96-246 DU 29 CHAABANE 1417 (09 JANVIER 1997) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 35-96 RELATIVE A LA CREATION D UN DEPOSITAIRE CENTRAL ET A L

DAHIR N 1-96-246 DU 29 CHAABANE 1417 (09 JANVIER 1997) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 35-96 RELATIVE A LA CREATION D UN DEPOSITAIRE CENTRAL ET A L DAHIR N 1-96-246 DU 29 CHAABANE 1417 (09 JANVIER 1997) PORTANT PROMULGATION DE LA LOI N 35-96 RELATIVE A LA CREATION D UN DEPOSITAIRE CENTRAL ET A L INSTITUTION D UN REGIME GENERAL DE L INSCRIPTION EN

Plus en détail

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence.

N 110 S É N A T. 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI. relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. N 110 S É N A T SESSION ORDINAIRE DE 2013-2014 7 mai 2014 PROPOSITION DE LOI relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d assurance vie en déshérence. (procédure accélérée) Le Sénat a modifié,

Plus en détail

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR

STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 0BFonds de garantie des assurances de personnes STATUTS REGLEMENT INTERIEUR STATUTS REGLEMENT INTERIEUR 1BFonds de garantie des assurances de personnes (Fonds de garantie des assurés contre la défaillance

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions

FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR. Régime de Réinvestissement des Distributions FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER COMINAR Régime de Réinvestissement des Distributions Le régime de réinvestissement des distributions de Cominar (le «Régime») permet aux porteurs de parts de Cominar d utiliser

Plus en détail

dossier de souscription

dossier de souscription Société Anonyme au capital de 37 000 Y 512 426 502 RCS Paris 4 rue Marivaux, 75002 Paris Tél. : + 33 (0)1 47 03 98 97 Email : contact@appaloosa-films.com Site : www.appaloosa-films.com Le Bulletin de souscription

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION FCPR INVESTISSEMENT LONG TERME

NOTICE D INFORMATION FCPR INVESTISSEMENT LONG TERME NOTICE D INFORMATION FCPR INVESTISSEMENT LONG TERME L autorité des marchés financiers (l AMF) appelle l attention des souscripteurs sur les risques qui s attachent aux fonds communs de placement à risques

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

STATUTS. Groupe Minoteries SA. TITRE I RAISON SOCIALE, SIEGE, BUT et DUREE. Groupe Minoteries SA

STATUTS. Groupe Minoteries SA. TITRE I RAISON SOCIALE, SIEGE, BUT et DUREE. Groupe Minoteries SA STATUTS De Groupe Minoteries SA TITRE I RAISON SOCIALE, SIEGE, BUT et DUREE Article 1 Raison sociale Il existe, sous la raison sociale : Groupe Minoteries SA une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE CLUB MEDITERRANEE SA Le Conseil d Administration (le "Conseil d Administration" ou le "Conseil") de la société Club Méditerranée SA (la "Société") a décidé

Plus en détail

ASSOCIATION AXIVA STATUTS

ASSOCIATION AXIVA STATUTS ASSOCIATION AXIVA Association déclarée, régie par la loi du 1 er juillet 1901 103-105, rue des Trois Fontanot 92000 Nanterre STATUTS mis à jour au 7 juin 2012 Copie certifiée conforme Le président 1 ARTICLE

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil de surveillance

Règlement intérieur du Conseil de surveillance Règlement intérieur du Conseil de surveillance 1. Préambule...3 2. Rôle du Conseil de surveillance...4 2.1. Mission générale de contrôle permanent... 4 2.2. Rôle de vérification du bon exercice du pouvoir

Plus en détail

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE TUNISIENNE INDUSTRIELLE DU PAPIER ET DU CARTON «SOTIPAPIER»

AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE TUNISIENNE INDUSTRIELLE DU PAPIER ET DU CARTON «SOTIPAPIER» AVIS D OUVERTURE DE L OFFRE SUR LES ACTIONS DE LA SOCIETE TUNISIENNE INDUSTRIELLE DU PAPIER ET DU CARTON «SOTIPAPIER» ADMISSION DES ACTIONS DE LA SOCIETE SOTIPAPIER AU MARCHE PRINCIPAL DE LA BOURSE : La

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Règlement Général. de la Bourse des Valeurs

Règlement Général. de la Bourse des Valeurs Règlement Général de la Bourse des Valeurs Approuvé par l arrêté du Ministre de l'economie et des Finances n 1268-08 du 7 juillet 2008 modifié et complété par l arrêté du Ministre de l'economie et des

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DU PROJET DE REVISION DES DELAIS DE DIFFUSION DES INFORMATIONS FINANCIERES ---------------------------------------

NOTE DE PRESENTATION DU PROJET DE REVISION DES DELAIS DE DIFFUSION DES INFORMATIONS FINANCIERES --------------------------------------- Union Monétaire Ouest Africaine --------------------------------------------- Consultation de place Du 02 au 31 mai 2013 Conseil Régional de l'epargne Publique et des Marchés Financiers NOTE DE PRESENTATION

Plus en détail

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE

TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS RÉGLEMENTAIRES LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. FORME JURIDIQUE TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. - INFORMATIONS LA SOCIÉTÉ TREETOP ASSET MANAGEMENT S.A. RÉGLEMENTAIRES FORME JURIDIQUE TreeTop Asset Management S.A. (ci-après «TREETOP» ou la «Société») est une société anonyme

Plus en détail

CONTRAT DE PRISE D ORDRES

CONTRAT DE PRISE D ORDRES CPO_20110615_FR PREAMBULE - DEFINITIONS La SOCIETE GENERALE est mandatée par la société émettrice pour tenir le service de ses titres nominatifs et/ou assurer la gestion des options de souscription ou

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique Note de présentation de la circulaire du CDVM n 02/06 relative à la réception-transmission d ordres via un support électronique A l instar des développements enregistrés sur les marchés internationaux,

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC.

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. ARTICLE I OBJET DU RÉGIME 1) L objet du présent régime d options d achat d actions (le «régime») est de servir les intérêts de Ressources Métanor

Plus en détail

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine Conditions Générales d Utilisation du Service «Nom de domaine pro» Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles le Relais Internet, département

Plus en détail

V I E L & C i e Société anonyme au capital de 15 423 348 Siège social : 253 Boulevard Péreire 75017 Paris RCS Paris 622 035 749

V I E L & C i e Société anonyme au capital de 15 423 348 Siège social : 253 Boulevard Péreire 75017 Paris RCS Paris 622 035 749 V I E L & C i e Société anonyme au capital de 15 423 348 Siège social : 253 Boulevard Péreire 75017 Paris RCS Paris 622 035 749 TEXTE DES RESOLUTIONS PROPOSEES A L ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION

AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION ERMO Société anonyme à Conseil d'administration au capital de 2 860 004,76 euros Siège social : Zone Artisanale 53440 MARCILLE LA VILLE 316 514 553 RCS LAVAL AVIS DE REUNION VALANT AVIS DE CONVOCATION

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières

Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières Ordonnance de l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers sur les bourses et le commerce des valeurs mobilières (Ordonnance de la FINMA sur les bourses, OBVM-FINMA) 954.193 du 25 octobre

Plus en détail

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel

MANUEL DES NORMES Audit légal et contractuel 325 MANUEL DES NORMES TITRE 6 NORMES RELATIVES AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE 326 6000. NORMES ET COMMENTAIRES DES NORMES RELATIFS AUX INTERVENTIONS CONNEXES A LA MISSION GENERALE SOMMAIRE

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE

FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE FORMULAIRE D'OUVERTURE DE COMPTE Compte N I. IDENDIFICATION _Personne Physique _Personne Morale TITULAIRE CO- TITULAIRE M. Mme Mlle M. Mme Mlle Nom : Nom : Prénoms : Prénoms : Nom de jeune Fille : Nom

Plus en détail

RCS Lyon 504 011 388

RCS Lyon 504 011 388 Participations ISF : 62 rue de Bonnel 69003 Lyon 04 78 27 43 06 RCS Lyon 504 011 388 SYNTHESE Objectif de l investissement : L objectif est de proposer à des PME en phase de croissance d apporter des fonds

Plus en détail

Tarification. Mise à jour du 1 er juillet 2010

Tarification. Mise à jour du 1 er juillet 2010 BRVM - DC / BR Bourse Régionale des Valeurs Mobilières Afrique de l Ouest Dépositaire Central Banque de Règlement Afrique de l Ouest Mise à jour du 1 er juillet 2010 Objet de la mise à jour La mise à jour

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE D'EXPERTISE COMPTABLE

REGLEMENT DU STAGE D'EXPERTISE COMPTABLE REGLEMENT INTERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES TITRE V ou VI (nouveau) «Règlement du stage d expertise comptable» REGLEMENT DU STAGE D'EXPERTISE COMPTABLE Pris en application du décret n 2009-1789

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

L Assemblée nationale a adopté, à la majorité absolue des membres la composant, en sa séance du jeudi 7 février 2008 ;

L Assemblée nationale a adopté, à la majorité absolue des membres la composant, en sa séance du jeudi 7 février 2008 ; LOI n 2008-26 du 28 juillet 2008 LOI n 2008-26 du 28 juillet 2008 portant règlement bancaire. L Assemblée nationale a adopté, à la majorité absolue des membres la composant, en sa séance du jeudi 7 février

Plus en détail

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE

CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE CORPORATION DE PROTECTION DES INVESTISSEURS DE L ACFM DIRECTIVE RELATIVE À LA COUVERTURE La Corporation de protection des investisseurs de l ACFM (la «CPI») protège les clients des membres (les «membres»)

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 12 jours (27,3j) 117 173 56. Transfert de Propriété 120 jours (57,2j) 165 163-2 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 2 décembre 1995 ; Loi n 96-024/ Portant Statut de l ordre des Comptables agréés et Experts-comptables agréés et réglementant les professions de Comptable agréé et d expert-comptable agréé. L Assemblée Nationale a délibéré

Plus en détail

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par :

TITRE PRELIMINAIRE : TERMINOLOGIE ARTICLE PREMIER. Au sens de la présente ordonnance, il faut entendre par : LA REPRESSION DES INFRACTIONS EN MATIERE DE CHEQUE, DE CARTE BANCAIRE ET D AUTRES INSTRUMENTS ET PROCEDES ELECTRONIQUES DE PAIEMENT (ORDONNANCE 2009-388 DU 1er DECEMBRE 2009 RELATIVE A LA REPRESSION DES

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger

Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger Rabat, le 15 juillet 2008. Note de présentation de la circulaire du CDVM n 03-08 relative aux opérations de placement en devises réalisées par les OPCVM à l étranger Dans le cadre de la libéralisation

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

Position-recommandation AMF n 2012-11 Guide relatif aux OPCVM de capital investissement

Position-recommandation AMF n 2012-11 Guide relatif aux OPCVM de capital investissement Position-recommandation AMF n 2012-11 Guide relatif aux OPCVM de capital investissement Textes de référence : articles L. 214-12, L. 214-37, R. 214-40, R. 214-41, R. 214-53, R. 214-54, R. 214-71 et R.

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail