Droit de la banque et des marchés financiers (DBMF) INTRODUCTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Droit de la banque et des marchés financiers (DBMF) INTRODUCTION"

Transcription

1 1 LA BANQUE Droit de la banque et des marchés financiers (DBMF) INTRODUCTION La banque est une activité commerciale très ancienne. Remarque : la 1 ère banque a existé au 7 ème siècle avt JC à Babylone. Elle recevait des dépôts, émettait des billets. Son activité était très proche de l activité des banques actuelles. La banque a toujours été liée au commerce. Il existe une sorte de discrédit à l égard des personnes exerçant une activité bancaire. La France a toujours exercé une méfiance à l égard de la banque depuis la faillite de la banque de Lot. La France a privilégié le colbertisme (rôle de l Etat dans l économie). L Etat a toujours joué un rôle important en matière bancaire de 1929 à L Etat dirigé l activité bancaire et l économie dirigisme très marqué : reforme de la banque de France 1941 : reforme du système bancaire 1944 : Etat s oriente vers la planification et le contrôle du crédit et les nationalisations. Nationalisation de la banque 4 banque de dépôts : nationalisation à 100% de ~40 banques : LOI 24/01/1984, reforme globale de l activité et du contrôle des établissements de crédit c est la «Charte du droit bancaire». >1985 : Retour de balancier suppression de l encadrement/du contrôle du crédit : dénationalisation des banques nationalisées en 44 et : fin du contrôle des changes entre les différents pays : création du marché unique européen en matière bancaire 1999 : mise en place de la monnaie unique en Europe. La banque de point de vue du droit positif : Elle est à la fois une activité et une entreprise. En tant qu activité : L311-1 (CMF) : il ya 3 éléments consistant en opération bancaire la réception de fonds opéré au moyen des comptes en banque ; les opérations de crédits effectués grâce au fonds reçus du public ; les moyens de paiement (chèque, carte de paiement/crédit ; virement de compte à compte). En tant qu entreprise : c est une société (pas une EI). La banque constitue une des catégories des établissements de crédits. De point de vue juridique le crédit est une catégorie générale. 2 LES MARCHES FINANCIERS Le marché (définition) Conception économique : la rencontre de l offre et de la demande Conception juridique : 1 le marché est un débouché économique pour un certain nombre de biens (le «marché pertinent» en droit de la concurrence) ; 2 le marché est un lieu, un espace public où l on peut vendre et acheter à jour fixe et emplacement géographique. L aspect physique du marché est en train de disparaitre, on voit apparaitre des marchés virtuels pour des biens incorporels (des instruments financiers). Conception financière : Le marché financier était appelé «la Bourse». La 1 ère Bourse se trouve à Anvers (Belgique) au 15 ème siècle. C est au 16 ème siècle que la Bourse s étend en toute l Europe (Bourse de Toulouse 1549 ; Bourse de Paris ). Au 17 ème siècle les Bourses les plus importantes sont celles de Londres et Amsterdam ensuite Paris et New York plus tard. La 1 ère Bourse aujourd hui est celle de NY. Paris et Amsterdam on fusionné pour donner naissance à «Euronext».

2 Le marché financier, de point de vue économique, c est le marché des capitaux disponibles. Le marché des capitaux offerts par les investisseurs pour répondre à un besoin de financement ou une demande. Les investisseurs peuvent être des particuliers agissants seuls ou des particuliers regroupés c est la «gestion d actifs» (Organisme de Placement Collectif en Valeur Mobilière OPCVM à 2 formes différentes : SICAV/FCP). C est l organisme lui-même qui se charge de gérer les investissements. Ils peuvent aussi être des investisseurs institutionnel compagnies d assurance, fonds de pensions, des organismes diverses (Holdings financiers). Le besoin de financement peut provenir de 2 sources : l entreprise ou l Etat ou des collectivités publiques. L entreprise peut avoir recours au crédit banquier ou au marché financier. Elle émet des instruments financiers/valeurs mobilières/des actions ou obligations. L Etat n émet pas des actions, mais que des obligations («emprunts d Etat»). Pour que la rencontre de l offre puisse avoir lieu, il y a besoin d intermédiaires : les entreprises d investissements (les agents de change) et les entreprises de marché (les anciennes Bourses) qui ont pour mission d assurer le bon fonctionnement du marché. Elles sont chargées de l ouverture et la clôture du marché, des quottassions, émettent des indices boursiers (CAC grosses capitalisations boursières). Le mode de fonctionnement du marché financier est très particulier : c est un mode cyclique. On observe toujours les 3 mêmes étapes. - 1 ère : phénomène d emballement. Une spéculation fait monter les cours (de manière artificielle) ; - 2 ème : le crack boursier ; - 3 ème : l intervention du législateur avec la volonté de contrôler d avantage le marché (d où le rôle des juristes). Exemple : 17 ème siècle à Amsterdam spéculation sur les actions de la 1 ère société par action. Conséquence : interdiction législative des opérations à terme (mais pas suivit d effets). Exemple 2 : à Londres période de spéculation très forte. La bulle spéculative explose ce qui aboutit à la 1 ère réglementation de la Bourse de Londres «London Stock Exchange» (LSE) à Paris la banque de Law fait faillite après période de spéculation. Conséquence : 1724 création d une Bourse officielle à Paris et réorganisation de la profession des agents de change. 19 ème siècle beaucoup de spéculation sur les chemins de fer, la banque, les opérations d Etat la spéculation sur l activité économique des USA. 80% des opérations à la Bourse se faisaient à terme et à crédit. Lorsque le cours des actions monte tout va bien, mais lorsqu il baisse il faut rembourser ce qui est emprunté. 10/1929 crack de Wallstreet, le «jeudi noir». Le crack américain s est étendu sur l ensemble des places boursières mondialement. Conséquence : création d un organisme de contrôle le SEC (Securities en Exchange of Communication) spéculation sur les valeurs TMT (Technologies Medias Télécommunications), la «bulle internet». Toutes les bourses mondiales sont montées très haut. Début 2001 crack boursier. Certaines entreprise ont essayé de camouflé la situation : la société NERON, «Wall come», «Permanât»?... ils ont essayé de camoufler les comptes et de cacher le problème. 11/9/2001 la bourse est tombée très bas, mais la crise a déjà commencé avant. Des reformes ont entrainé un retour de l Etat dans le contrôle des activités financières. Jusqu avant on considérait que les marchés pouvaient s autoréguler. Après l explosion de la bulle internet, l Etat décide d intervenir pour redonner confiance aux marchés financiers.

3 A l époque il y avait beaucoup de scepticisme dans le domaine boursier. Ex : la «société Enron» perte des emplois des salariés, perte des fonds de pensions (car le fonds de pension de la société réinvestissaient que dans la société). Aux USA en 2002, il y eu une loi de réforme : «Sarbanes & Oxley Act» (SOA) et la «Loi de sécurité financière» (LSF), 1/08/2003 en France crée un nouvel organisme chargé de contrôler l activité des marché financiers l Autorité des Marchés Financiers (AMF). Depuis l été 2007, la «crise subprimes» - des crédits ont été accordé aux USA à des emprunteurs dont la solvabilité était douteuse. Il s agissait de crédits immobiliers avec des taux d intérêt variables. En France existe un devoir de conseil (devoir de déconseiller certaines opérations). Mais plus il y avait de crédit consentis, plus la banque touche des primes! Ces différents crédits non-viables ont été transformés en titres financiers. Ils ont été vendus sur le marché la «titrisation». Ces titres ont été acquis par l ensemble de la planète. Problème : baisse des prix de l immobilier aux USA. Les souscripteurs des crédits escomptés ne pouvait plus se réalisé. Il compté sur l augmentation du prix du bien pour renforcer le remboursement du crédit. Résultat : défaillance d emprunteurs. Les titres financiers issus de la titrisation reposaient sur du sable, d où un mouvement de panique a eu lieu (série de défaillance d entreprises). Conséquence le château de carte qui s est enfoncé au ralentit. Les USA ont interdit la vente à découvert (hier soir!) le fait de vendre une action que l on n a pas encore acheté. C est le mécanisme des «vente à terme». On peut envisager 2 types d actions en matière boursière : une hausse ou une baisse. Les 2 permettent de gagner beaucoup d argent, mais lorsqu un grand nombre de personnes prévoient une baisse sur le cours d une action qu ils ne possèdent pas encore un crack peut se produire. On voit aussi l intervention législative pour augmenter le pouvoir de contrôle de l Etat. Le «bigbang» des marchés financiers (1985) grâce à l informatisation. Une dérèglementation a eu lieu à la Bourse de Londres a été suivit par de nombreux pays (USA, France). Loi 22/01/1988 est à l origine de beaucoup de changements en France disparition des agents de change et la disparité des bourses. La charge des agents de change ont été racheté par l Etat. Les anciens agents de change sont devenus des sociétés de bourse. On voit aussi apparaitre de nouveaux produits boursiers : produits simples (OPCVM), plus complexes, structurés, ibérides les produit sont devenus de plus en plus complexe, il est devenu difficile de comprendre certains produits. L essor des nouvelles technologies et la possibilité de connecter les ordinateurs entre eux a révolutionné les conditions sur les marchés financiers. Apparition des salles de marchés dans les banques et disparition de la «criée» de la bourse. Il est possible de passer des ordres de bourse à partir de n importe quel endroit de la planète. Conséquence : nouvelle concurrence apparait entre les différentes bourses. Avant 85 chaque pays avait sa bourse! Depuis 88 les bourses sont rentrées en concurrence entre elles. Un particulier ou un investisseur institutionnel peut acheter des actions sur la bourse dans un autre pays. Ce qui explique que les bourses ont fusionnées entre elles pour devenir plus fortes face à la concurrence. 3 LES SOURCES DES DROIT DE LA BANQUE ET DES MARCHES FINANCIERS Le Code monétaire et financier (CMF) comprend un partie législative et une partie règlementaire. Le code du commerce (CCm) Le code civil (CCiv) CAF/PASF??? Avantage du système : le droit financier est le même partout en Europe. Inconvénient : il a fallut faire des arbitrages entre les différentes traditions (anglo-saxonne et romanogermanique) et systèmes.

4 Le dernier grand texte qui a été transposé, directive 21/4/2004 «Marché des instruments financiers» (MIF), en droit interne par une ordonnance MIF du 12/4/2007. En conséquence il y a eu une série de décrets du 15/4 et une modification du règlement général de l AMF. Le but de la directive est de passer de la MAF (loi 2/7/1996 loi de modernisation des marchés financiers) à la MIF. L Europe a voulu créer d avantage de la concurrence entre tous les acteurs dans le but de faire baisser les prix de transactions boursières. 4 LE SECTEUR FINANCIER Il regroupe la banque, les marchés financiers et l assurance. On observe qu il y des acteurs identiques, des produits identiques (ex. l assurance vie offert par la banque et par els assureurs) et les mêmes autorités de régulation depuis le LSF (eev 1/8/2003). France : Loi 25/6/1999 relative à l épargne et à la sécurité financière. Elle a permit un élargissement du secteur financier et une coopération entre les différentes autorités de contrôles. USA : Loi 4/11/1999 «Financial services of modernisation act». Cette loi abroge une loi de 1933 (Loi «Glass Steagal Acte») conséquence de la crise de 29. Elle prévoyait qu une banque ne pouvait pas se porter acquéreur d une compagnie d assurance et réciproquement. La loi 99 a permit le décloisonnement de système bancaire en y ajoutant beaucoup plus de souplesse. Son inconvénient est que son abrogation est à l origine des affaires frauduleuses et de la multiplication des conflits d intérêts. 5 L ETIQUE FINANCIERE Il y a un cloisonnement des règles de déontologies applicables aux banquiers et aux assureurs qui relève d avantage de la morale financière. Il y a un problème de moralité qui se pose dans le domaine financier. Est-ce que l activité financière est une activité morale? Les banquiers ont besoin de crédits. L activité financière n est pas une activité morale par nature, mais elle peut devenir immorale si elle est pratiquée d une telle manière. Les problèmes de pratiques immorales ont entrainés une lutte pour obtenir 2 objectifs : - lutte contre les abus - lutte pour obtenir de la transparence A. La lutte contre les abus 1. Les abus concernant l origine des fonds Le banquier peut ne pas savoir d où provient l argent déposé à la banque. Il peut provenir de la corruption, des réseaux de terrorisme, des drogues, du blanchiment de l argent. D où vient l argent déposé en banque? 2. Les abus concernant l accès aux crédits La question de l égalité des chances dans la distribution des crédits qui se pose. Il y a 5 millions de personnes exclus du système banquière des petits consommateurs ou des petites entreprises. Il s agit du microcrédit. Il peut être immoral pour une banque d accorder un crédit à quelqu un qui ne pourra pas le rembourser. Ex. les «7 primes» - accord de crédit par les banques qui veulent faire du chiffre alors qu ils savaient qu ils ne pouvaient pas le rembourser. Il y un enrichissement du crédit et un contrôle beaucoup plus poussé pour l attribution d un crédit. Cependant il y a un découvert autorisé les entreprises se servent de celui-ci, car elles anticipent sur leur endettement et le difficile accès au crédit lui-même. 3. Les abus concernant les conditions du crédit le cout/intérêts La question des «prêts à taux usuraires» se pose. Les prêts dépassant le taux habituellement consentit. Dans l antiquité il y avait des taux d intérêt qui pouvaient monter jusqu à 100%. Il y a eu une réaction contre le prêt à intérêt, dans le code civil on trouve que le prêt doit être expressément gratuit. Pour qu il y ait un intérêt il faut qu il soit stipulé au contrat.

5 Aristote considère que la monnaie est une «chose stérile», son unique finalité est de servir de commune mesure des choses. Dans le monde méditerranéen, le prêt dans la famille devait nécessairement gratuit. L usure a été interdite dans en France sous Charlemagne. Le but était de protéger les personnes/emprunteurs. On trouve cette idée aujourd hui dans le Code de la consommation. L usure est réglementée dans le Code de la consommation. 4. Les abus concernant l utilisation des fonds Qu est-ce que les financiers font de l argent qu ils ont entre les mains? La «pratique des fonds étiques», il s agit de ne donner de l argent qu à des entreprises qui respectent certaines valeurs. Il y une multitude de fonds étiques : entreprises qui respectent l environnement, la santé, qui interdisent le travail des enfants. Elles permettent d obtenir souvent une rémunération plus élevée que des fonds non classés comme «étiques». B. La lutte pour la transparence Plus on assiste sur la transparence, plus on s aperçoit qu il y a des problèmes à régler sur le manque de transparence. Il s agit d encourager les intervenants de manière positive de donner une information sincère/compréhensible/ponctuelle/cohérente. Le devoir de conseil et l obligation d information ont de plus en plus de poids en matière juridique et financière. Reforme des normes comptables ; Lutte contre les conflits d intérêt (problème des murailles de Chine) Renforcement du gouvernement d entreprise («Corporate gouvernance») 1. Reforme des normes comptables Il existait le «plan comptables français», les choses ont évalué avec l idée d assurer la cohérence et la compréhension de l information. La comptabilité en France était destinée au Trésor public (l Etat, l administration fiscale). La comptabilité devait être aussi destine aux investisseurs, ceux qui disposent de l argent. Ils peuvent exiger une comptabilité réelle. Le 1/1/2005 les nouvelles normes comptables (IFRS) ont été mises en place. Elles établissent des principes : principe de la «fair-value» (la juste valeur) remplace le «cout historique d acquisition». Il y a d avantage de la volatilité, il faut réajuster la valeur totale à la fin de chaque exercice comptable. Les normes IFRS sont en concurrence avec un autre langage comptable langage comptable américain, «US GAAP». C est un système qui établit des règles (en opposition aux principes du système européen). Conséquence : tout ce qui n est pas interdit est autorisé. Il est plus facile de contourner les règles. Il y a une volonté américaine de s approcher aux principes comptables des normes IFRS. 2. Lutte contre les conflits d intérêt Les problèmes de «franchissement de la muraille de Chine» peuvent consister à retrouver les différents outils bancaire (banque de détail, banque d investissement). Il y 2 métiers qui sont sur le devant de la scène : a. les analystes financiers Leur rôle est de donner la valorisation d une entreprise et de faire une estimation de ce que vaut l entreprise. Le problème se pose au moment de la fiabilité de leur conseil? Et leur indépendance? En France, la loi de sécurité financière (LSF 1/8/2003) a reformé la profession d analyste financier et les obligés d avoir des règles déontologiques claires. Parmi ces règles : un analyste financier ne doit pas dénigrer une entreprise (Affaire «LVMH c/ Morgan Stanley»). Les analystes de la banque MS ont dénigré la société LVMH. Le cours des actions de la société a chuté. Tribunal de commerce Paris 12/1/2004 a condamné MS. CA Paris 30/6/2006 a confirmé le jugement du TC. Le problème se pose pour les analystes journalistes : ils doivent réviser leurs sources. b. Les agences de notation («rating agencies») Ils existent 3 grandes agences internationales (essentiellement américaines) :

6 - «Standard & Poos» (indice boursier) ; - «Moody s» - «Fitch» Leur but est d évaluer la solvabilité d un débiteur (entreprise, Etat ou CT). L objectif est de permettre au créancier de mesurer le risque pris lorsqu ils prêtent leurs argents/capitaux. L agence donne une note d évaluation. Cette note doit être utile pour les investisseurs. Il faut distinguer parmi les émetteurs les moins risqués une note «triple A» (AAA), et les émetteurs les plus risqués qui ont une note plus basse («B», risque important). Les émetteur les plus risqués sont les «obligations pourris» (Junk bons) c est des spéculateurs, il y a un très grand risque. Plus le risque est élevé, plus il y a des chances de gagner. Ex : La France st notée par les agences de notation, elle a le «AAA». La difficulté avec ses agences, c est qu elles sont rémunérées par les commissions versées par les entités françaises. Les CAC dans les sociétés sont rémunérés par les sociétés donc par les émetteurs! La qualité de travail de l agence dépend de la qualité des informations fournies par les entreprises/entités. Les agences n ont pas la possibilité de vérifier par elle-même, elles se basent que sur les informations fournies. Un changement de note a une conséquence sur les cours de bourse. Ex : la société ENRON bénéficiait du «AAA» 15 jours avant sa faillite. Elle a été dégradée la veille de sa faillite. Une dégradation/relèvement de la note peut avoir une conséquence immédiate sur les cours de bourse. Elles sont critiquée d être trop lentes et de trop retarder leur notifications. Ces agences sont contrôlées par la SEC. L OICV (organisation internationale de des valeurs) a établit un code de bonne conduite pour les agence de notification. La LSF (2003) a introduit dans les CMF (code monétaire et financier) des dispositions relatives aux agences de notations. On peut pensait qu il y aura une prise de conscience! (Q EXAM) 3. Renforcement du gouvernement d entreprise Le «Corporate gouvernance» existe depuis le début des années 90 qui modifie profondément le droit des sociétés. Il s agit de renforcer le contre-pouvoir dans les sociétés et de faire en sorte que les dirigeants ne détiennent pas tout le pouvoir. On parle de «démocratie actionnariale». L origine vient de GB («Rapport Cadbury», 1992) En France : «Rapport Vienot 1» (1995) ; «Rapport Vienot 2» (1999) reprise dans le Loi NRE 15/05/2001 ; «Rapport Bouton» (2002) remit par le président de la SG reprise par la Loi LSF. 2 grandes idées dans le gouvernement d entreprise : - faire en sorte que les conseils d administration ne soient pas chambre d enregistrement. Il faut que les membres travaillent et exécutent de vraies fonctions. Il y a eu une limitation du nombre de mandats (loi NRE et retour en arrière avec la loi 2002). Il y a une obligation de nommer des administrateurs indépendants. Il ne faut pas qu il y a des liens professionnels ou familials. L indépendance doit se vérifier dans les faits. - faire en sorte que les actionnaires minoritaires soient d avantage entendus Il faut qu ils puissent prendre la parole. Le problème touche les AG des sociétés. Les actionnaires minoritaires s agitent et e regroupent dans des associations. Celle-ci essayent d intervenir et montrent qu elles ont du pouvoir. (ex : Association «Eurotunnel» a réussit de renversé la direction). Le rôle d internet est de plus en plus important. On pourra assister et participer aux AG par l intermédiaire d internet.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés.

Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. Dans les années 80 on est passé d une organisation artisanale à une organisation industrielle des marchés. I] Les intermédiaires Les intermédiaires sont des personnes physiques ou morales qui interviennent

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Chapitre 1 : L économie financière

Chapitre 1 : L économie financière Chapitre 1 : L économie financière Quels sont les causes de l augmentation des mouvements de capitaux : Augmentation des besoins de financement (état, entreprise) Surpression des obstacles aux mouvements

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

LES MÉCANISMES DE BASE

LES MÉCANISMES DE BASE LES MÉCANISMES DE BASE Même si les nouvelles technologies nous offrent la possibilité d intervenir très facilement en Bourse et de disposer d outils de gestion modernes et intuitifs, les mécanismes de

Plus en détail

monnaie Dar As-Sikkah, entité appartenant à Bank Al-Maghrib, fabrique les pièces de Et les billets de banque en circulation

monnaie Dar As-Sikkah, entité appartenant à Bank Al-Maghrib, fabrique les pièces de Et les billets de banque en circulation Monnaie Un peu d histoire... Avant l apparition de la monnaie, il y avait le troc, qui constitue l échange d un produit contre un autre d une valeur équivalente Mais celui-ci posait de nombreuses contraintes

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Éléments généraux sur les marchés financiers

Éléments généraux sur les marchés financiers CHAPITRE I Éléments généraux sur les marchés financiers «Nous serions capables d éteindre le soleil et les étoiles parce qu ils ne rapportent aucun dividende.» John Meynard Keynes Le monde de la Bourse

Plus en détail

Quels sont les utilisateurs de la comptabilité générale?

Quels sont les utilisateurs de la comptabilité générale? Définition : «La comptabilité générale est un système d organisation de l information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de bases chiffrées des états reflétant une image

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES

RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES RÈGLEMENT TYPE SUR L IDENTIFICATION ET LA VÉRIFICATION DE L IDENTITÉ DES CLIENTS AUTRES QUESTIONS ET RÉPONSES 1. J ai été engagé par une compagnie d assurance pour la représenter dans un recours par subrogation.

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Investissez maintenant dans un avenir durable.

Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez maintenant dans un avenir durable. Investissez dans la croissance de la Banque Triodos À la Banque Triodos, votre argent contribue à une société durable dans laquelle une place centrale est

Plus en détail

Le fi nancement de l économie

Le fi nancement de l économie Le fi nancement de l économie Fiche 1 Objectif Prérequis Mots-clefs comprendre les mécanismes des marchés dans le financement de l économie. définition de la monnaie et de l économie monétaire. besoin

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Introduction. Explication, p. 17. Gualino/Lextenso éditions

Introduction. Explication, p. 17. Gualino/Lextenso éditions 1 Introduction Explication, p. 17 Gualino/Lextenso éditions 1 La comptabilité est née d un besoin : a. de faire apparaître les bénéfices ou les pertes d une entreprise b. de valoriser et contrôler le patrimoine

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Souscrire ou acheter des obligations

Souscrire ou acheter des obligations 034 Souscrire ou acheter des obligations L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s Juillet 2009 Sommaire 2 4 6 8 12 16 20 24 Souscrire ou acheter des obligations Qu est-ce qu une obligation cotée?

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS D EXANE 1. OBJET La présente politique vise à garantir la conformité D EXANE SA, EXANE DERIVATIVES, EXANE OPTIONS, EXANE LIMITED et leurs succursales concernées

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires VI B. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL BELGE 0.- REVUES 1. SOURCES 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires 12. Traités internationaux 13. Commentaires, doctrine

Plus en détail

L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires

L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires L expérience tunisienne en matière de marchés s obligataires Libreville février f 2008 Présent senté par Férid El Kobbi Membre Permanent au collège Du Conseil du Marché Financier TUNISIE I. Le marché de

Plus en détail

L essentiel des techniques bancaires

L essentiel des techniques bancaires Jean-Marc Béguin Arnaud Bernard L essentiel des techniques bancaires Éditions Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54115-1 Sommaire Sommaire Introduction...............................................

Plus en détail

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation

CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE. Programme détaillé des modules de formation CERTIFICATION DES ACTEURS DE MARCHE Programme détaillé des modules de formation Module 1. Cadre institutionnel et réglementaire français et européen I L architecture internationale de la régulation & la

Plus en détail

Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale

Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale HERVÉ JUVIN Les marchés financiers Voyage au cœur de la finance mondiale, 2004 ISBN : 2-7081-3032-3 Sommaire INTRODUCTION... 13 CHAPITRE 1 - PETITE HISTOIRE DES MARCHÉS FINANCIERS... 21 Naissance des marchés

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel

Gestion de Placements TD. FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Gestion de Placements TD FONDS ÉMERAUDE TD Rapport financier semestriel Période close le 30 juin 2015 Table des matières Responsabilité de la direction en matière d information financière.................................

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Rabat, le 11 juillet 2000 CIRCULAIRE N 02/00 RELATIVE AU PLACEMENT DE VALEURS MOBILIERES DANS LE CADRE D OPERATIONS D APPEL PUBLIC A L EPARGNE Aux termes de l article 1 er du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris

Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris Société anonyme au capital de 79.251.083,22 Siège social : 35, rue Gare 75019 Paris 582 074 944 RCS Paris RAPPORT SPECIAL DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 22 JUIN 2012 SUR LA

Plus en détail

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada

Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Financement d une entreprise étrangère qui exerce des activités au Canada Le Canada offre des occasions d affaire à ceux qui souhaitent financer une entreprise étrangère au pays et présente tout un éventail

Plus en détail

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ

Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ Professions libérales Artisans Commerç ants Petites entreprises Auto-entrepreneurs FINANCER VOTRE ACTIVITÉ VOUS AVEZ DES BESOINS PROS NOUS AVONS DES SOLUTIONS PROS Pour vos projets et vos investissements,

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

Note à Messieurs les :

Note à Messieurs les : DIRECTION GENERALE Alger, le 02 septembre 2015 DE L INSPECTION GENERALE Réf./DGIG/N 1039/2015 Note à Messieurs les : - Présidents des Conseils d Administration ; - Présidents Directeurs Généraux ; - Directeurs

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009

Marché financier du Maroc Bilan et perspectives. Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Marché financier du Maroc Bilan et perspectives Hicham Elalamy, CDVM, Maroc Douala, le 29 octobre 2009 Plan de la présentation 1. Historique 2. Aperçu du marché en chiffres 3. Bilan de la réforme 4. Principaux

Plus en détail

Commission d Organisation et de Surveillance des Opérations de Bourse Thème Éléments de réflexions sur le marché obligataire algérien

Commission d Organisation et de Surveillance des Opérations de Bourse Thème Éléments de réflexions sur le marché obligataire algérien Commission d Organisation et de Surveillance des Opérations de Bourse Thème Éléments de réflexions sur le marché obligataire algérien Hôtel EL Aurassi, 16 Février 2006 Thème : Éléments de réflexions sur

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV

CAC Rendement. Le produit est soumis au risque de défaut de Morgan Stanley BV CAC Rendement Titres de créance1 présentant un risque de perte en capital Produit de placement, alternative à un investissement dynamique risqué de type actions Durée d investissement conseillée : 7 ans

Plus en détail

MASTER MGT FINANCE MK

MASTER MGT FINANCE MK MASTER MGT FINANCE MK Le marche monétaire peut être défini comme le marché des capitaux à court et à moyen terme par opposition au marché financier sur le quel s effectuent les emprunts et placements

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

APPEL PUBLIC A L EPARGNE

APPEL PUBLIC A L EPARGNE FICHES PEDAGOGIQUES APPEL PUBLIC A L EPARGNE PAR LA COSUMAF APPEL PUBLIC A L EPARGNEL L Appel Public à l Epargne (APE) est une opération du marché financier qui permet à un émetteur (Etat, Collectivités

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125

LOIS. Article 1 er. Article 2. Article 3. Article 4. Article 5. 20 octobre 2009 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 1 sur 125 LOIS LOI n o 2009-1255 du 19 octobre 2009 tendant à favoriser l accès au crédit des petites et moyennes entreprises et à améliorer le fonctionnement des marchés financiers (1) NOR : ECEX0906406L L Assemblée

Plus en détail

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ;

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; LA BANQUE Plan INTRODUCTION 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; 5. Opérations de banque. CONCLUSION INTRODUCTION La banque est

Plus en détail

La déontologie de l avocat fiduciaire

La déontologie de l avocat fiduciaire LA FIDUCIE: Retour sur des utilisations réussies et description de perspectives nouvelles 26 février 2013 La déontologie de l avocat fiduciaire Par Silvestre TANDEAU de MARSAC/ Hugues LETELLIER Avocats

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

DEFINEO JANVIER 2016. Conjuguez diversification et potentiel de performance pour votre épargne. www.groupama.fr. Document à caractère promotionnel

DEFINEO JANVIER 2016. Conjuguez diversification et potentiel de performance pour votre épargne. www.groupama.fr. Document à caractère promotionnel DEFINEO JANVIER 2016 Support en unités de compte dans le cadre d un contrat d assurance vie ou de capitalisation, d une durée de 8 ans. Conjuguez diversification et potentiel de performance pour votre

Plus en détail

SCPI Gemmeo Commerce

SCPI Gemmeo Commerce SCPI Gemmeo Commerce L immobilier de commerce français en portefeuille Durée d investissement recommandée de 8 ans Comporte des risques en perte de capital 2 Avertissement Facteurs de risques Lorsque vous

Plus en détail

LES INDICES BOURSIERS

LES INDICES BOURSIERS TRADAFRIQUE LES INDICES BOURSIERS [Type the document subtitle] Di [Pick the date] Qu est ce que les indices boursiers Les indices permettent de mesurer l évolution des marchés boursiers ce sont à la fois

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51

JORF n 0115 du 20 mai 2010. Texte n 51 JORF n 0115 du 20 mai 2010 Texte n 51 DECRET Décret n 2010-518 du 19 mai 2010 relatif à la mise à disposition de l offre de jeux et de paris par les opérateurs agréés de jeux ou de paris en ligne NOR:

Plus en détail

Financement des TPE-PME

Financement des TPE-PME Financement des TPE-PME Présentation d initiatives françaises Atelier 2 Introduction Les banques sont soumises à des contraintes internes liées à la marge et au risque crédit et des contraintes externes

Plus en détail

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF) MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne

Plus en détail

FINANCE PARTICIPATIVE ET AGRICULTURE PRESENTATION DU NOUVEAU CADRE JURIDIQUE

FINANCE PARTICIPATIVE ET AGRICULTURE PRESENTATION DU NOUVEAU CADRE JURIDIQUE FINANCE PARTICIPATIVE ET AGRICULTURE PRESENTATION DU NOUVEAU CADRE JURIDIQUE Saf agr idébats Paris, 4 novembre 2014 Christine Lebel, Maître de conférences HDR à la Faculté de Droit de Besançon (Université

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014

MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 MIFID 2 Loi sur les services financiers Votations du 9 février 2014 Nouvelles contraintes, limites, mais avec quel avantage? Vincent Tattini Plan A. Les nouveautés de MIFID 2 B. Loi sur les services financiers

Plus en détail

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014

Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 Semaine de la finance pour les enfants et les jeunes Journées portes ouvertes du 10 au 14 mars 2014 La monnaie Les moyens de paiement La banque La bourse Qui protège l épargne et les dépôts du public dans

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Plus responsables, plus performants

Plus responsables, plus performants ISR Plus responsables, plus performants x4 progression des encours ISR en 4 ans (Source Novethic à fin 2011) L ISR, pourquoi? Une finance qui s engage Changer les règles du jeu Mettre les entreprises face

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

HERMÈS INTERNATIONAL

HERMÈS INTERNATIONAL HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 4 juin 2013 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 et

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE

LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE BTS NRC MDE Jean-Claude Hébréard Module 11 LE FINANCEMENT DE L ENTREPRISE Caractériser le besoin de financement d investissement et celui du cycle d exploitation Montrer la nécessité des équilibres financiers

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Actualisation effectuée le 1 er janvier 2014 Le présent document a pour but d informer les mandants et les porteurs de Financière de l Echiquier de sa politique

Plus en détail