Banque & Finance. Editorial. Sommaire.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banque & Finance. Editorial. Sommaire. www.banquefin.be"

Transcription

1 Lettre trimestrielle d informations juridiques Sommaire Editorial page 2 Notions de base et précisions jurisprudentielles sur la notion d intérêt Responsabilité des analystes financiers en France page 4 La clause de remploi La solidarité des dettes en cas de séparation de fait page 5 L anatocisme La conciliation préalable à une saisie immobilière La newsletter Banque & Finance paraît depuis plus de sept années. Elle est éditée à chaque nouvelle saison. Vous avez en main le trentième numéro. Tous les articles qui y sont publiés et la quasi-totalité des arrêts, jugements et sentences arbitrales dont nous nous faisons l'écho sont inédites. Ils concernent des problèmes actuels de droit belge, français et européen en matière bancaire, financière et des assurances. Afin de compléter votre information et votre collection, nous avons créé un nouveau site internet "banquefin.be" qui reprend en ligne tous les numéros publiés. Nous y avons ajouté quelques news, des liens, un index afin de faciliter vos recherches et une rubrique facilitant le dialogue. Nous sommes à l'écoute de vos suggestions et vous souhaitons bonne lecture. page 7 Les intérêts après la clôture du compte Jean-Pierre BUYLE page 8 Le commissionnaire en bourse n est pas un dispensateur de crédit Bureau de dépôt 1040 Bruxelles 4

2 Responsabilité des analystes financiers en France Le 12 janvier 2004, le Tribunal de commerce de Paris a défrayé la chronique financière en rendant son jugement dans l affaire opposant la société Louis Vuitton - Moët Hennessy (LVMH) à la banque d affaires américaine Morgan Stanley. LVMH avait assigné Morgan Stanley en paiement de EUR 100 millions à titre de dommages et intérêts, pour manquements graves et répétés aux principes d'indépendance, d'impartialité et de rigueur de ses analyses financières concernant le secteur du luxe. Plus particulièrement, LVMH alléguait que les rapports d analyse de Morgan Stanley lui étaient systématiquement défavorables et que cette dernière avait diffusé des informations fausses ou biaisées pour protéger ses intérêts et ceux d'un de ses clients, la maison de luxe Gucci, dont LVMH tentait de prendre le contrôle. LVMH estimait ainsi que Morgan Stanley avait manqué à ses devoirs, trompé la confiance de LVMH et des investisseurs, nui à LVMH et favorisé son client Gucci. Les atteintes invoquées concernaient l image, le crédit et le cours boursier du groupe LVMH. Sur base de l article 1382 du Code civil français, le Tribunal de commerce a admis la responsabilité délictuelle de Morgan Stanley. Il a estimé que la banque s était rendue coupable d une faute lourde ayant causé un préjudice considérable tant moral que matériel à LVMH. Il a condamné Morgan Stanley à payer EUR 30 millions à titre de réparation de son préjudice moral, condamnation assortie de l exécution provisoire. Quant aux préjudices matériels subis par LVMH (résultant de la décote préconisée par Morgan Stanley et des coûts engagés par LVMH pour la défense de son image), ils ont été réservés par le Tribunal et un expert mandaté. Enfin, le Tribunal a ordonné la publication de son jugement (sans exécution provisoire), en particulier dans le rapport hebdomadaire sur le secteur du luxe émanant du service NOTIONS DE BASE ET PRÉCISIONS JURISPRUDENTIELLES SUR LA NOTION D INTÉRÊT intérêt est, selon le sens commun, une somme qui rémunère un L créancier pour l usage de son argent par un débiteur pendant une période déterminée. L époque où une certaine doctrine interdisait le prêt à intérêt est depuis longtemps révolue. Aujourd hui, la légitimité de l intérêt n est plus guère discutée. Pourtant, le régime juridique des intérêts suscite encore beaucoup de discussions tant en doctrine qu en jurisprudence. Nous tenterons ici de vous éclairer au regard des décisions jurisprudentielles récentes relatives au sort des intérêts dans le droit du crédit (I), à la clause de remploi (II) et à l anatocisme (III) et enfin au sujet du sort des intérêts après clôture du compte bancaire (IV). I. L'INTERET ET LE CREDIT Les intérêts conventionnels L intérêt conventionnel est le prix pour l utilisation de l argent d autrui. L octroi d un crédit ne se fait pas gratuitement. Les parties conviennent dans leur convention de l intérêt dont le débiteur est redevable outre le principal, et ceci comme rémunération pour l argent prêté. On est libre, sans préjudice des dispositions légales (ex. l interdiction de l usure art. 1907ter C.c.), de stipuler un intérêt conventionnel, ainsi que son encours (art. 1907, al. 1 C.c). A défaut de détermination du taux de l intérêt par une clause écrite spéciale, le taux légal est appliqué (art. 1907, al. 4 C.c.). Au sens large, l intérêt conventionnel est tout intérêt, quelle que soit sa nature, qui est fixé contractuellement. A cet égard, un intérêt conventionnel peut être un intérêt moratoire déterminé contractuellement. Les intérêts moratoires L intérêt moratoire est l intérêt résultant du retard dans l exécution d une obligation ayant pour objet le paiement d une certaine somme d argent (art C.c.). Le retard de paiement donne en effet au dispensateur de crédit droit à des dommages et intérêts. Dans les obligations qui ne concernent que le paiement d une somme d argent, le taux d intérêt moratoire, est, en principe, mais pas nécessairement, en vertu de l article 1153 C.c., égal au taux d intérêt légal. Des clauses dérogatoires sont possibles, vu le caractère supplétif de cet article, dans les limites bien sûr de l article 1907 alinéa 3 C.c. et, vu le caractère indemnitaire de ces intérêts, en tenant compte de la théorie des clauses pénales. Les intérêts conventionnels continuent à courir jusqu à l échéance prévue pour le paiement. A partir de l échéance et jusqu au non paiement et sauf exception légale, le débiteur commet une faute qui donne au créancier droit à des dommages et intérêts sous la forme d intérêts moratoires. 2

3 Les intérêts compensatoires Les intérêts compensatoires ou rémunératoires sont les intérêts qui courent sur l indemnité compensatoire qui est l indemnité à laquelle on a droit quand le contrat n est pas exécuté, ou quand il l est de manière fautive. Ainsi, on exige l exécution du contrat, soit par équivalent. La non-exécution ou la mauvaise exécution donne droit à des dommages et intérêts à partir du jour de la non-exécution ou de la mauvaise exécution. C'est le jour de la naissance du dommage. Les intérêts compensatoires sont ajoutés aux dommages et intérêts sur base d une décision judiciaire s il apparaît que celui ayant droit à un tel dédommagement subit (encore) un dommage supplémentaire dans la période entre la réalisation du dommage et le paiement effectif de ces dommages et intérêts (principaux). L appréciation du juge est souveraine. A cet égard, les intérêts rémunératoires font intégralement partie des dommages et intérêts. Les intérêts compensatoires résultent dès lors du retard dans l exécution du paiement de ces dommages et intérêts. Ils sont une technique pour pallier l influence du temps sur l ampleur du dommage. Les intérêts judiciaires Ce sont les intérêts qui, en principe, sont attribués par le juge, à partir du jour de l introduction de l action (par citation, constitution de partie civile, demande reconventionnelle par conclusions ou comparution volontaire) jusqu au moment du paiement. Ils doivent indemniser le dommage que le créancier subit du fait de l écoulement du temps jusqu au prononcé de la décision judiciaire. L intérêt judiciaire n est pas une catégorie particulière d'intérêt. Cet intérêt est en effet la continuation des intérêts moratoires (pour les dettes d argent) ou compensatoires (pour les dettes de valeur). Dès lors, le juge ne peut accorder pour une même période des intérêts judiciaires et moratoires, ou des intérêts judiciaires et compensatoires. Les intérêts légaux Les intérêts légaux ne forment pas non plus une catégorie à part. Le terme intérêt légal a une double signification. La signification la plus évidente est celle du taux d intérêt fixé par la loi, en particulier par l Arrêté Royal du 4 août 1996, prise en exécution de la loi du 30 juin Actuellement, il s élève à 7 % l'an. Le terme intérêt légal peut également se rapporter à l intérêt qui court de plein droit et qui est donc directement dû en vertu d une disposition de la loi. Quatre décisions récentes ont abordé des clauses contractuelles qui prévoyaient des taux d intérêts moratoires. d analyse financière de Morgan Stanley. Sur la question de la faute, et en se fondant largement sur les investigations menées aux Etats Unis par la SEC (Security and Exchange Commission) dans le cadre d'une procédure collective initiée à l'encontre de plusieurs banques d'affaires auxquelles il était reproché d'avoir utilisé leurs services d'analyse et de recherche pour obtenir ou conserver des mandats de fusions, d'acquisitions et d'introductions en Bourse, le jugement tient pour constant que la structure de Morgan Stanley ne comportait pas de séparation stricte entre les services d investissement et ceux d analyse financière. Partant de cette constatation, le jugement impute à la banque d affaires une multiplicité de fautes ayant mené à une valorisation de Gucci au détriment de LVMH, fautes jugées d autant plus graves que Morgan Stanley laissait faussement entendre qu il existait des liens entre elle-même et LVMH, sans par ailleurs relever ses liens avec Gucci. Les reproches concernaient également l indication de ratios d endettement de LVMH ne correspondant plus à la réalité. Ainsi, pour le Tribunal, la banque a manqué gravement et à de multiples reprises, à ses devoirs d indépendance, d impartialité et de rigueur et s est rendue coupable de dénigrement à l encontre de LVMH. Au chapitre de la causalité, le Tribunal a retenu que l opinion et les analyses d une banque telle que Morgan Stanley ont nécessairement euun impact sur une société telle que LVMH. Il a en outre souligné la vulnérabilité particulière d une société du secteur du luxe aux atteintes à son image de marque. Ce jugement interpelle à plus d'un titre. Il a en tout état de cause le mérite de mettre en évidence le rôle et le statut des analystes financiers et de poser la question des conditions d exercice de leur activité, qui n'est que partiellement appréhendée par la loi française du 1er août 2003 de sécurité financière. 3

4 La solidarité des dettes en cas de séparation de fait Un client avait ouvert auprès d une institution bancaire un compte à vue dont son épouse avait été désignée mandataire ayant pouvoir d agir seule. Chaque mois, les dépenses effectuées par l épouse au moyen de sa carte de crédit personnelle étaient débitées dudit compte dont l époux recevait régulièrement les extraits. Quelque temps plus tard, l épouse avertit son agence bancaire de ce qu elle quittait le domicile conjugal et lui communiqua sa nouvelle adresse. La carte de crédit dont l épouse disposait lui fut reprise une semaine plus tard. Il apparaît de l historique du compte qu après avoir été créditeur, le compte fut en découvert le jour de l annonce du départ du domicile conjugal et que ce débit ne cessa de croître pour atteindre un montant de près de euros trois mois plus tard. La banque décida à cette époque de signifier par lettre recommandée adressée à l époux la clôture de son compte et pria son huissier d entreprendre la récupération du montant. Après avoir été cité par la banque, l époux assigna son épouse en garantie pour la moitié des sommes qu il serait amené à devoir rembourser. La banque postula à la suite de l entrée en scène de l épouse sa condamnation solidaire et indivisible. La Cour d appel qui eut à connaître du litige rappela qu après de nombreuses hésitations jurisprudentielles, la Cour de cassation avait par un arrêt du 15 octobre 1999, exclu la solidarité pour des dettes contractées en vue de couvrir les besoins du ménage, sauf si le tiers de bonne foi avait contracté dans l ignorance de la séparation. La Cour précise que la bonne foi «désigne non seulement l ignorance de la séparation mais aussi le devoir d investigation du tiers qui suivant les circonstances et le degré d organisation de la profession qu il exerce doit chercher à apprécier raisonnablement si les engagements pris sont nécessaires pour les besoins du ménage et donc s il y a encore cohabitation ou au contraire Dans un jugement du 15 octobre 2002, le Tribunal de commerce de Mons a dû se prononcer sur un taux d intérêt conventionnel s élevant à 10,5 % l an et qui était porté en cas de retard à 20,4 % l an. Le Tribunal a fait application de l article 1153 du code civil pour réduire le taux d intérêt moratoire de 20,4 % à 13,5 %, en considérant que l augmentation de taux en cas de retard de prêt de 10 % n était pas justifiée. Le Tribunal civil d Arlon a par contre jugé qu il était normal que lorsqu un client débite son compte au-delà des limites convenues, le banquier avait droit de percevoir des intérêts complémentaires pour compenser sa perte imprévue de liquidités. Le Tribunal a considéré que dans cette hypothèse l application d un taux de 21,6 % puis 18 % l an était conforme aux usages. La Cour d appel de Liège a également confirmé que le taux de 18 % l an était un taux acceptable et fréquent dans la pratique bancaire actuelle. Une décision du Tribunal civil de Charleroi a également confirmé la validité et l opposabilité aux crédités d une clause prévoyant la possibilité pour le banquier de modifier le taux d intérêt pratiqué par la banque, dans la mesure où le crédité n apportait pas la preuve de ce que le banquier en avait fait usage de mauvaise foi. II. L INDEMNITE DE REMPLOI L article 1907bis du Code civil dispose que : Lors du remboursement total ou partiel d un prêt à intérêt, il ne peut en aucun cas être réclamé au débiteur, indépendamment du capital remboursé et des intérêts échus, une indemnité de remploi d un montant supérieur à six mois d intérêts calculés sur la somme remboursée au taux fixé par la convention. Dans le droit commun, il n y a pas d autres dispositions qui règlent cette matière. Il faut se référer à ce que les parties ont expressément convenu, ou à ce que les conditions générales bancaires disposent. L indemnité de remploi est en principe due lorsque l emprunteur utilise son droit conventionnel au remboursement anticipé du crédit. Elle doit couvrir les éléments suivants: la perte éventuelle d intérêts, les frais occasionnés lors de la résiliation d une convention et la conclusion d une autre (trouver un investissement équivalent), les frais provoqués par la perturbation de l équilibre financier du prêteur... L article 1907bis du Code civil limite cette indemnité à 6 mois d intérêts, calculés sur la somme remboursée au taux fixé par la convention. L indemnité de remploi n est pas une indemnité pour la nonexécution ou l exécution tardive d une obligation contractuelle et ne peut pas être mise sur le même pied qu une clause pénale. Lors d un remboursement volontaire anticipé, il n existe en effet pas de faute dans le chef de l emprunteur. Il est possible que le prêteur demande une indemnité de remploi lorsque le crédit devient prématurément exigible dans le cas de la non-exécution d une obligation de l emprunteur (sur la base d une clause de déchéance du terme). Dans 4

5 cette situation, elle constitue bien une indemnité et, vu la convention, une clause pénale. L indemnité de remploi est spécifiquement réglée dans la loi sur le crédit à la consommation (article 23) et dans la loi sur le crédit hypothécaire (article 26). Deux décisions inédites récentes ont été rendues en matière d indemnité de remploi faisant la distinction entre l indemnité de remploi conventionnelle au sens strict et le funding loss qui correspond à l indemnité que le crédité doit payer à son banquier, lorsque celui-ci souhaite rembourser son crédit avant l échéance alors que le contrat ne le permet pas ou ne le permet qu après un minimum d années. Dans son jugement du 9 avril 2003, la Cour d appel de Gand a décidé que l article 1907bis du code civil limitant l indemnité de remploi à six mois d intérêts n était pas applicable en l espèce, puisque le contrat de crédit ne permettait pas le remboursement avant échéance. Il ne s agissait pas d une indemnité de remploi qui devait être prévue contractuellement, mais d un funding loss qui est plutôt une indemnisation par des dommages et intérêts. La Cour d appel d Anvers a confirmé ce jugement dans son arrêt du 2 octobre Dans les contrats de crédit, il avait été expressément déterminé que ces crédits pouvaient être remboursés après au moins dix ans, contre le paiement d une indemnité de remploi contractuellement prévue. Le crédité avait voulu mettre un terme au contrat de crédit après moins de trois ans depuis la conclusion du contrat. Ici, également la Cour d appel d Anvers a estimé qu il ne s agissait pas d une indemnité de remploi, mais d un funding loss et que les limitations prévues par l article 1907bis n'étaient pas applicables. III. L ANATOCISME L article 1154 du Code civil dispose que : Les intérêts échus des capitaux peuvent produire des intérêts, ou par une sommation judiciaire, ou par une convention spéciale, pourvu que, soit dans la sommation, soit dans la convention, il s agisse d intérêts dus au moins pour une année entière. L anatocisme est la capitalisation des intérêts échus et non payés qui à leur tour, comme le capital, produisent un intérêt. Par exemple, pour un prêt de EUR à 10 % il est dû après un an EUR d intérêts. Sur ces EUR, il est également dû 10 %. Le Code civil autorise l anatocisme, mais sous de strictes conditions. séparation de fait». La Cour relève à cet égard que la banque avait été avisée de la séparation de fait et qu elle ne pouvait dès lors invoquer la solidarité entre les époux, y compris pour le découvert antérieur à cette séparation, puisque la clôture du compte courant était intervenue largement après celle-ci et après que le compte ait d ailleurs véritablement plongé. On rappellera que le titulaire du compte pourra invoquer ce que bon lui semble dans le cadre de l action en liquidation du régime matrimonial à propos de la prise en compte par son ex-épouse d une partie du compte utilisé apparemment pour les besoins du ménage et notamment de la couverture des dépenses effectuées par celle-ci au moyen de sa carte de crédit. La conciliation préalable à une saisie immobilière La loi du 4 août 1992 relative au crédit hypothécaire prévoit que toute exécution ou saisie à laquelle il est procédé en vertu d un jugement ou d un autre acte authentique doit, dans le cadre de la présente loi, être précédée, à peine de nullité, d une tentative de conciliation devant le juge des saisies, qui doit être actée à la feuille d audience. Deux arrêts récents viennent de préciser l étendue de cette obligation. Dans le premier arrêt, un établissement de crédit avait poursuivi la réalisation forcée d un immeuble que l un de ses clients avait affecté en hypothèque à son profit dans le cadre d un prêt hypothécaire. Le prix d adjudication n avait toutefois pas suffi à rembourser totalement le prêt. Pour la récupération du solde de sa créance, la banque saisissa un autre immeuble appartenant à son débiteur. Ce dernier s opposa à cette saisie et en réclama la nullité, au motif qu il n y avait pas eu de tentative de conciliation comme le prescrit l article 59 de la loi du 4 août 1992 précitée. 5

6 Le premier juge opta pour une solution extensive du texte, au motif que la tendance actuelle du législateur vise à une plus grande protection du consommateur. Il annula donc l acte de saisie. La Cour d appel rappela «qu à peine de créer entre un créancier ordinaire et un créancier qui s est insuffisamment garanti par une hypothèque une discrimination injustifiée et préjudiciable à ce dernier dont les actes et poursuites se trouveraient retardés, il ne peut être imposé de recourir au préalable de conciliation lorsque le bien visé n est pas celui qui fait l objet du crédit hypothécaire». Seules les exécutions ou saisies relatives à l immeuble qui fait l objet du crédit hypothécaire sont visées par la disposition rappelée, car une fois sa garantie hypothécaire réalisée, avec conciliation obligatoire depuis 1992, le créancier non entièrement rempli de ses droits devient un créancier ordinaire auquel le préliminaire ne s applique plus. Dans le second arrêt, un client qui s était vu consentir un prêt hypothécaire remboursable en 20 ans, éprouva quelque temps plus tard certaines difficultés à respecter scrupuleusement ses échéances à la suite notamment de la perte de son emploi. Estimant que les arriérés de mensualités restaient persistants, la banque dénonça le prêt et pour respecter les exigences de l article 59 de la loi du 4 août 1992 sur le crédit hypothécaire, la banque invita le client en conciliation devant le juge des saisies. Le client proposa un plan de remboursement qui fut toutefois rejeté par la banque, au motif que le remboursement risquait de s étaler sur une trop longue période. La Cour d appel de Liège qui examina l affaire rappela que le droit de résolution unilatéral trouve sa source dans la convention, le contrôle juridictionnel étant réduit puisque le juge se borne à vérifier la validité de la clause, la réunion de ses conditions d application et parfois ses effets. Le juge ne peut refuser de constater la résolution intervenue que si les conditions conventionnelles de son exercice n ont pas été respectées, la Pour que l anatocisme soit possible, il faut que trois conditions soient remplies ensemble : - il faut s agir d intérêts échus de capitaux; - qui sont dus au moins pour une année entière; - il requiert, en outre, une sommation judiciaire ou une clause conventionnelle expresse, qui doit être renouvelée chaque année. L'article 1154 C.C. est d ordre public. Une convention conclue en violation des dispositions de l article 1154 C.C. est nulle et cette nullité peut être invoquée pour la première fois en cassation. Première condition : il doit s agir d intérêts échus de capitaux. Les intérêts doivent être échus. Le juge ne peut pas accorder d intérêts sur intérêts pour des intérêts futurs. Il n est pas non plus possible de le convenir préalablement. Une telle convention serait illégale. Le débiteur doit donc à chaque fois qu il y a des intérêts échus, être averti que l anatocisme sera appliqué. Le terme capitaux ne peut pas être expliqué limitativement dans le sens de capitaux prêtés. Il s agit également de sommes qui sont dues à la suite d une décision judiciaire. L anatocisme peut être appliqué à toutes sortes d intérêts : conventionnels moratoires, légaux, judiciaires ou l intérêt capitalisé... Deuxième condition : il doit s agit d intérêts qui sont dus pour une année entière. Pour des crédits à court terme, il n est pas possible d ajouter chaque mois l intérêt échu au capital et de calculer en sus l intérêt. Une capitalisation pour une période excédant un an est tout à fait possible. L exigence d une capitalisation après une année ne vaut pas pour le compte courant. Il s agit d un usage contra legem. La doctrine applique cette exception également sur tous les comptes en banque comme le compte dépôts et le compte à vue. Les tribunaux ne partagent pas tous cette opinion. Ainsi, le juge de paix de Verviers a récemment jugé que si l article 1154 du code civil était inapplicable en matière de compte courant, il est en revanche d application au compte vue qui a pour objet essentiel la garde des fonds des clients par le banquier en vue de l obtention de divers services bancaires habituels. Troisième condition : il faut une sommation judiciaire ou une clause expresse, qui doit être renouvelée annuellement à l échéance. Rien n empêche d adresser une sommation avant l écoulement d un an. Une reconnaissance de dette est insuffisante, mais le dépôt de conclusions au greffe, dans lesquelles l attention du débiteur est attirée en particulier sur la capitalisation de l intérêt, suffit. 6

7 Le débiteur doit être expressément averti que l application de l article 1154 code civil sera demandée. IV. LES INTERETS APRES LA CLOTURE DU COMPTE Un solde débiteur en compte n est en principe permis qu en vertu d une convention particulière d ouverture de crédit (par exemple sous forme de crédit de caisse) ou de possibilité, offerte par la banque, notamment dans le cadre de l utilisation d une carte VISA de bénéficier, dans les limites contractuellement stipulées quant à son montant et, le cas échéant, quant à sa durée, d un découvert. Des facilités de caisse sont aussi possibles. La convention intervenue entre la banque et son client à l ouverture du compte prévoit en général que le compte à vue produit un intérêt, le taux de cet intérêt variant selon que le solde est créancier ou débiteur. Le taux de cet intérêt est défini par le règlement général des opérations ou celui des ouvertures de crédit auquel le client a adhéré lors de l ouverture du compte ou lors de la conclusion du contrat de crédit. Lorsque, par contre, la convention ne stipule pas le mode de calcul des intérêts après la clôture du compte, il existe une controverse de savoir si les intérêts en vigueur avant la dénonciation du contrat continueront de plein droit à courir après celle-ci. En principe, il faut faire application de l article 1153 du Code civil qui, en l absence de dispositions contraires, prévoit que les intérêts moratoires ne sont dus qu à dater de la sommation faite au débiteur et que ceux-ci ne peuvent courir qu au taux légal. L usage justifie que l on maintienne le taux d intérêt conventionnel, qui continue à s appliquer de plein droit après la dénonciation du contrat. Dans une décision du 23 juin 2003, la Cour d appel de Liège a jugé qu après la clôture du compte, les intérêts continuaient à courir au taux conventionnel. Dans une autre affaire, la Justice de paix de Verviers en a jugé autrement. Selon ce juge de paix, il n est pas justifié de maintenir, après la clôture du compte à vue, des intérêts à un taux conventionnel. A dater de cette clôture, l article 1153 du code civil doit s appliquer. Un autre arrêt de la Cour d appel de Bruxelles du 4 octobre 2000 concerne également l application de l article 1153 du code civil sur l intérêt moratoire conventionnel. Dans cet arrêt, la Cour rappelle la distinction entre l intérêt rémunératoire et moratoire et précise que la faculté des réductions vaut seulement pour les intérêts moratoires. résiliation étant un acte unilatéral réceptice produisant ses effets de plano et irrévocablement. La Cour précisa néanmoins que lorsqu il est mis fin au contrat surtout unilatéralement et qu une des parties applique une sanction contractuelle, elle est tenue plus spécialement d un devoir de solidarité et de loyauté, que le créancier victime de la défaillance de son débiteur doit tenir compte des intérêts légitimes de son cocontractant et qu en cas d abus, c est-à-dire si le créancier choisit entre deux possibilités la voie la plus dommageable à son débiteur sans avantage particulier pour luimême, le juge peut exercer un pouvoir modérateur ramenant le droit du créancier dans les limites de son usage normal. La Cour relève en outre que «même régulièrement mises en œuvre, des procédures d exécution deviennent abusives et intolérables lorsque le but poursuivi n est plus d obtenir le paiement mais de déstabiliser le débiteur en recherchant de manière impitoyable un résultat même minime quitte à faire subir un lourd préjudice au saisi». Selon la Cour, le droit au logement prolonge le principe de dignité humaine et le renforce, que dès lors la séance de conciliation ne doit pas se résumer à un dialogue de sourds, voire à une absence de dialogue mais doit servir à rechercher de bonne foi si la vente de l immeuble qui sert de logement au débiteur est vraiment indispensable. Le créancier commet un abus lorsqu il refuse toute discussion ou n essaie pas loyalement d aider son débiteur à éviter la perte de son logement. Cette recherche dans laquelle le juge des saisies n est pas simplement un «notaire» actant l accord ou l absence d accord implique aussi de la part du débiteur une loyauté parfaite, notamment sur ses ressources et charges, le créancier ayant le droit d être informé sur la situation du débiteur, ce qui ne constitue pas une violation du droit de celui-ci au respect de sa vie privée. Constatant que la poursuite immédiate de l exécution forcée ne serait pas nécessairement profitable à la banque, elle débouta celle-ci. 7

8 LE COMMISSIONNAIRE EN BOURSE N EST PAS UNE INSTITUTION DE CRÉDIT l occasion d un arrêt récent, la Cour d appel de Liège s est A penchée sur la fonction du commissionnaire en bourse et en a précisé les contours. Un client avait ouvert plusieurs comptes auprès d un agent délégué d une banque qui offrait ses services via Internet. Ces services comportaient notamment la possibilité de conclure diverses transactions boursières. Le client fit un usage intensif de ses services, au point d exercer une activité spéculative de «day trader», c est-à-dire, selon la Cour, en intervenant sans objectif d investissement, en poursuivant un bénéfice immédiat sur un laps de temps très court, parfois même sur le même jour, en pariant sur les variations au fil des minutes. A la suite d opérations malheureuses, le client, l agent délégué et la banque se retrouvèrent devant la Cour. La cour précise dans un premier temps que le commissionnaire en bourse est un intermédiaire commercial, exécutant en bourse les ordres d achat ou de vente placés par un client de manière précise quant à la description de l objet de l ordre, son nombre et le prix ou la fourchette de prix choisi par le client seul. «Le contrat que le commissionnaire offre à ses clients et auquel ceux-ci adhèrent est un contrat exclusif de toute notion de crédit». La Cour rappelle à cet égard que «les dispositions légales régissant le crédit à la consommation s appliquent au contrat par lesquels un organisme agréé de crédit met à la disposition de ses clients des sommes consacrées à l acquisition d un bien ou aux besoins de la vie journalière». Un commissionnaire en bourse ne pourrait devenir un dispensateur de crédit de fait ou déguisé que «s il laissait s accumuler un déficit anormal du débit du compte courant de son mandant, en poursuivant de nouvelles dépenses en son nom sans l inviter à un apurement préalable du solde débiteur». La Cour rappelle en outre que «les dispositions légales européennes ou belges relatives à l obligation ou à l incitation des intervenants à n agir en bourse que dans le cadre d une couverture ou provision suffisante, n édictent pas ou plus une obligation de couverture ou de provision à peine de nullité. Qu aux termes des dispositions légales actuellement applicables et des règles de bonne conduite, les professionnels des secteurs boursiers ou bancaires n ont cette obligation de manière impérative dans l intérêt de leur client qu en proportion du caractère de néophyte de ce client». La Cour en conclut que le commissionnaire, ou la banque logeant le compte des clients du commissionnaire pour ces opérations, ne commet pas une faute engageant sa responsabilité envers ce client en n exigeant pas du day trader une couverture ou une provision pour chacun de ses achats. Elle précise en outre «que les règlements éventuels de ces professionnels leur réservant le droit de refuser d exécuter une opération non couverte envers eux ne crée ni un droit ni une protection du client mais réserve au professionnel un droit d inexécution d un ordre d achat, dans l intérêt du professionnel, sans recours pour le client dont les intérêts économiques seraient lésés par cette inexécution». Banque & Finance est publié par l association d avocats, société civile à forme de S.C.R.L. avec la collaboration de André-Pierre ANDRE - DUMONT Olivier CREPLET Paul FALAISE Mady GEERTS Filip MALFAIT pour le droit belge, Nicolas DAUBIES Sylvie DECOSTER Christophe STEYAERT pour le droit européen et le droit français et Philippe COLLE Bart VAN DEN BRANDE Sabrina ZEGERS pour le droit des assurances réalisation Alphonse HOTTAT mise en page Colette FLAHAUT Les informations publiées par Banque et Finance sont données à titre de renseignements. Il ne s agit pas de consultations juridiques portant sur des situations déterminées. Les destinataires de cette lettre d informations sont informés par la présente de ce qu ils sont enregistrés dans un fichier établi en vue de l envoi de la lettre d informations. Le cas échéant, ils peuvent demander l application de la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée. Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source. Prochain numéro : Juin Editeur responsable : Jean-Pierre Buyle Rue A. De Boeck, Bruxelles Tél Fax :

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4043. Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4043 Arrêt n 115/2007 du 19 septembre 2007 A R R E T En cause : le recours en annulation de l article 33, 2, de la loi du 22 février 2006 modifiant la loi du 25 juin 1992 sur le contrat

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/11/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 28 octobre 2010 N de pourvoi: 09-13864 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Tiffreau

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques fixes 2 TABLE DES MATIERES Art. 1 Champ

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». TAUX D INTÉRÊT LÉGAL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL Pour l année 2014 : 2,75% Avis publié au Moniteur belge du. -Loi

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Le recouvrement judiciaire des créances

Le recouvrement judiciaire des créances «Le Salon Indépendant de la Copropriété» 6 ème édition du salon de l ARC et de l UNARC CONDITIONS PREALABLES : 1/ DEFINIR LE MONTANT PRECIS DE LA CREANCE (de quand à quand? 2/ AVOIR UNE CRÉANCE QUI RÉPONDE

Plus en détail

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle

Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle Chapitre 2 L inexécution des contrats: la responsabilité contractuelle La responsabilité contractuelle est la sanction de l inexécution ou de la mauvaise exécution du contrat. Elle est prévue par l article

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

REGIMES MATRIMONIAUX

REGIMES MATRIMONIAUX REGIMES MATRIMONIAUX Le sujet est vaste et complexe. L exposé se limitera au rappel des règles essentielles et à l examen des problèmes les plus fréquemment rencontrés. Un rappel : il existe un régime

Plus en détail

Le droit des obligations et du crédit

Le droit des obligations et du crédit Table des matières Le droit des obligations et du crédit Chapitre I. Les obligations en général.......................... 18 1. Ouvrages généraux.................................. 18 2. Offre Offre d achat

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 14/05/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 24 avril 2013 N de pourvoi: 12-14377 ECLI:FR:CCASS:2013:C100415 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président),

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

R È G L E M E N T I. Agence

R È G L E M E N T I. Agence R È G L E M E N T I Agence IKO Centre de renseignements sur le crédit à la consommation Badenerstrasse 701 Case postale 1108 8048 Zurich Tél. 043 311 77 31 Fax 043 311 77 33 E-mail: info@iko.ch www.iko-info.ch

Plus en détail

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale»

«Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» SEMINAIRE INTERNATIONAL DU CADEV Thème : «Management de la paie et gestion du contentieux de la sécurité sociale» KRIBI, Cameroun, 7 9 Octobre 2009 Mieux comprendre la saisie-attribution des rémunérations

Plus en détail

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015.

FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. FICHE «INTÉRÊTS LÉGAUX». HAUTEUR BASE LÉGALE MODE DE CALCUL TAUX D INTÉRÊT LÉGAL Pour l année 2015 : 2,5% Avis publié au Moniteur belge du 30/01/2015. -Loi du 05/05/1865 relative au prêt à l intérêt. (M.B.

Plus en détail

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, TALL YAcouba, SILUE Daoda et René DELAFOSSE, Assesseurs,

Docteur François KOMOIN, Président du Tribunal ; Messieurs KACOU Bredoumou Florent, TALL YAcouba, SILUE Daoda et René DELAFOSSE, Assesseurs, KF/AE REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE ------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN --------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN --------------- RG N 1429/14 ------------- JUGEMENT DE DEFAUT du 05/06/2014 -----------------

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. N 17 / 12. du 22.3.2012. Numéro 2954 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, vingt-deux mars deux mille douze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

*2009008327* CL* - Page 1

*2009008327* CL* - Page 1 *2009008327* CL* - Page 1 Demandeurs : 2 Défendeurs : 2 TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS RG 2009008327 04.03.2009 G FAITS 8EME CHAMBRE JUGEMENT PRONONCE LE 26 JUILLET 2011 par sa mise à disposition au Greffe.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»?

Centre Européen des Consommateurs GIE. Luxembourg CREDIT «FACILE»? Centre Européen des Consommateurs Luxembourg CREDIT «FACILE»? GIE 2009 CREDIT «FACILE»? Cette brochure vise à informer le consommateur, au moyen de conseils et informations pratiques, sur les droits et

Plus en détail

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1)

Introduction. Une infraction est un comportement interdit par la loi pénale et sanctionné d une peine prévue par celle-ci. (1) Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction (1). C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : Quels sont mes droits? Que dois-je faire

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007).

Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). Conférence de l Arson club du 16 avril 2008 sur la répétibilité des honoraires de l avocat (loi du 21/4/2007). 1. Le contexte historique Notre Cour de Cassation a longuement considéré que les frais et

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Le droit des obligations et du crédit. Table des matières

Le droit des obligations et du crédit. Table des matières Le droit des obligations et du crédit Table des matières Titre 1. Les obligations en général.............................. 23 Chapitre 1. Généralités....................................... 23 Section 1.

Plus en détail

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux?

Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Un locateur peut-il résilier un bail et expulser un locataire sans recourir aux tribunaux? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau La réponse à cette question, qui rend perplexe tant les

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES

SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES SENTENCE ARBITRALE DU COLLEGE ARBITRAL DE LA COMMISSION DE LITIGES VOYAGES AUDIENCE DU 17 juin 2008 En cause de : Monsieur A et Madame B, domiciliés à xxx, Demandeurs absents à l audience, mais dûment

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 13 MARS 2015

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 13 MARS 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE ----------------- COUR D APPEL D ABIDJAN ----------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN ------------------- RG 0006/2015 ------------- JUGEMENT CONTRADICTOIRE DU 13 MARS 2015

Plus en détail

Garantie locative et abus des propriétaires

Garantie locative et abus des propriétaires Recht/Droit Garantie locative et abus des propriétaires La garantie locative, encore communément appelée «caution», est destinée en principe à protéger le propriétaire vis-à-vis d un locataire qui ne respecterait

Plus en détail

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité

MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité MANDAT DE GESTION CEGEREM Sérénité Mandat n ENTRE LES SOUSSIGNES : 1 ) La Société D'UNE PART, Ci-après dénommée «le Mandant» ET : 2 ) La Société CEGEREM, société par actions simplifiée au capital de 100

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

Droit des baux commerciaux

Droit des baux commerciaux SAS ECS Le droit des baux commerciaux - NA 49 - Chapitre 2 Paragraphe 2 Obligation relative à la chose louée L immeuble A USAGE DE LA CHOSE Le preneur doit user de la chose en bon père de famille. L abus

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

I -Assurance de dommage :

I -Assurance de dommage : I -Assurance de dommage : A- Définition : C est l assurance fondée sur le principe indemnitaire qui garantit l'assuré contre les conséquences d'un évènement pouvant causer un dommage à son patrimoine,

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

Traitements : retard de paiement, demandez le versement des intérêts légaux!

Traitements : retard de paiement, demandez le versement des intérêts légaux! Traitements : retard de paiement, demandez le versement des intérêts légaux! Les retards de paiement peuvent être fréquents et concernent toutes les catégories de personnels. Ils peuvent concerner la rémunération

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014)

Conditions générales pour les prêts hypothécaires aux membres du 10 février 2014 (état au 20 mars 2014) Conditions générales pour les prêts hypothécaires Article 1 Qualité de l emprunteur 1 L emprunteur doit être un membre de la Caisse de prévoyance de l Etat de Genève (ci-après, «la Caisse»). S il perd

Plus en détail

Contrat de partenariat et domaine public

Contrat de partenariat et domaine public Contrat de partenariat et domaine public Le titulaire d un contrat de partenariat est souvent dans la situation d un occupant du domaine public, ce qui conduit à s interroger sur l articulation des régimes

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie

PolyReg Association Générale d Autorégulation. Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie PolyReg Association Générale d Autorégulation Règlement de contrôle et de sanction des règles de déontologie < 1 But du Règlement A. Dispositions générales 1 Le présent règlement fixe les dispositions

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

PROCEDURES DE DIVORCE

PROCEDURES DE DIVORCE PROCEDURES DE DIVORCE I. INTRODUCTION Il existait en Belgique 3 procédures distinctes de divorce, à savoir la procédure de divorce par consentement mutuel, la procédure pour cause déterminée et la procédure

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES POUR L HOTELLERIE 2006 (AGBH 2006) Version du 15/11/2006

CONDITIONS GENERALES POUR L HOTELLERIE 2006 (AGBH 2006) Version du 15/11/2006 CONDITIONS GENERALES POUR L HOTELLERIE 2006 (AGBH 2006) Version du 15/11/2006 Table des matières 1 Domaine d application... 2 2 Définitions de termes... 2 3 Conclusion du contrat acompte... 3 4 Début et

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1

TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 INTRODUCTION... 9. Section 1 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS... 5 RÉFÉRENCES ABRÉGÉES À DES PUBLICATIONS FRÉQUEMMENT CITÉES... 7 Section 1 INTRODUCTION... 9 RISQUES ET ASSURANCE... 9 Section 2 HISTORIQUE... 11 Section 3 TECHNIQUE

Plus en détail

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE

FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE FICHE N 14 - INDIVISION, USUFRUIT, DROIT D USAGE D UN LOT DE COPROPRIETE Les règles de gestion posées par la loi du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis sont à compléter

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRETS HYPOTHÉCAIRES. de premier et deuxième rang (à taux d'intérêt variable)

DIRECTIVES POUR LES PRETS HYPOTHÉCAIRES. de premier et deuxième rang (à taux d'intérêt variable) DIRECTIVES POUR LES PRETS HYPOTHÉCAIRES de premier et deuxième rang (à taux d'intérêt variable) Édition Septembre 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz Directives pour les hypothèques à taux variable 2 Sommaire

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune

2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune 2010 Directives concernant le mandat de gestion de fortune Les présentes Directives ont été adoptées par le Conseil d administration de l Association suisse des banquiers dans le but de promouvoir et de

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Conditions générales Claim it

Conditions générales Claim it * * * Conditions générales Claim it Dernière version du 30 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES Article 1 Identité de l entreprise Article 2 Champ d application et conditions Article 3 Offre et ordre de service

Plus en détail

Prévoir des pénalités de retard

Prévoir des pénalités de retard Prévoir des pénalités de retard Conditions générales de vente Relations interentreprises... 10 Facturation... 10 Point de départ des pénalités... 11 Montant des pénalités... 12 Arrêt des pénalités... 13

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L.

Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2. 2 mai 2014. Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Tribunal de commerce Nanterre Chambre 2 2 mai 2014 Pharmodel c/ Tamaya Telecom Patrick L. Références de publication : - http://www.legalis.net La décision : La société Pharmodel est un groupement d officines

Plus en détail

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2

900 ISO 1 CERTIFIE D BCCA FI VITA INVEST.2 IS 1 O 900 CA CE RT IFI BC ED FIRM 51.30.259 07/14 VITA INVEST.2 VITA INVEST.2 CONDITIONS GENERALES DEFINITIONS A. Preneur d assurance La personne qui conclut le contrat avec l entreprise d assurances.

Plus en détail

Le contrat d agence. (Extrait du cours de droit commercial 2002/2003) Bruxelles, le

Le contrat d agence. (Extrait du cours de droit commercial 2002/2003) Bruxelles, le Le contrat d agence (Extrait du cours de droit commercial 2002/2003) Bruxelles, le Johan VANDEN EYNDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison d'or, 77 1060 Bruxelles Tél : + 32 / (0)2.290.04.00 Fax

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

TEXTE FRANÇAIS CHAPITRE 10. Pluralité de sujets. Section 1: Pluralité de débiteurs

TEXTE FRANÇAIS CHAPITRE 10. Pluralité de sujets. Section 1: Pluralité de débiteurs TEXTE FRANÇAIS CHAPITRE 10 Pluralité de sujets Section 1: Pluralité de débiteurs ARTICLE 10:101: OBLIGATIONS SOLIDAIRES, DISJOINTES ET COMMUNES (1) Les obligations sont solidaires lorsque tous les débiteurs

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 10/00199 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Présidente : Mme ANDRE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 27 mars 2012 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : Mme

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE MATTEONI c. ITALIE. (Requête n o 42053/02)

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE MATTEONI c. ITALIE. (Requête n o 42053/02) TESTO INTEGRALE TROISIÈME SECTION AFFAIRE MATTEONI c. ITALIE (Requête n o 42053/02) ARRÊT STRASBOURG 8 juin 2006 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention.

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail