WIERK D HAND 5 / 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "WIERK D HAND 5 / 2013"

Transcription

1 D HANDWIERK 5 / 2013

2 Je veux financer du matériel professionnel sans puiser dans les fonds de mon entreprise. Avec les solutions de leasing de la BIL, financez à 100 % vos équipements professionnels sans aucun apport initial. Pour équiper votre entreprise, rencontrez nos spécialistes et élaborons ensemble votre solution de leasing sur mesure. Que vous soyez un professionnel libéral, un responsable de PME ou un institutionnel, nos offres de leasing sont adaptées à tous vos biens d équipement à usage professionnel. Composez votre formule de leasing selon vos besoins et financez dès maintenant vos nouveaux équipements, en toute sérénité avec la BIL. Pour en savoir plus sur nos offres de leasing, rendez-vous dans votre agence BIL ou sur Vous avant tout Banque Internationale à Luxembourg SA, 69 route d Esch, L-2953 Luxembourg, T : , RCS Luxembourg B-6307

3 Sommaire FoCUS editorial Wonnemonat Mai? 4 Ô doux mois de mai? 5 PoLiTiQUe L UEL plaide pour une réforme de l économie luxembourgeoise en La Cellule de facilitation en matière d urbanisme et d environnement 7 economie L artisanat : créativité, pérennité, diversité 8 Handwerk International Betriebe begleiten offizielle Wirtschaftsmission nach Österreich 10 Wien: Goldene Ehrennadel für Vertretung des luxemburgischen Lebensmittelhandwerks 12 Evalutation de l enquête sur les arnaques visant les professionnels du secteur artisanal 14 Les Midis de l artisanat sans frontières 15 CHroNiQUe JUriDiQUe «Bâtir sur du solide» 16 Sécurisez votre relation contractuelle! 18 Les congés légaux du salarié : mode d emploi pour l employeur 19 Le congé parental légèrement adapté 20 Intérêts pour retard de paiement dans les transactions commerciales : les créanciers mieux protégés 20 www lord lu Luxembourg Online Rights Desk 22 SoCiaL Frauen im Handwerk: Motivation und Karriere 24 Cérémonie de remise des certificats de réussite des travailleurs désignés 25 Campagne «Trajet, sécurisons-le!» 26 energie Remise officielle du nouveau label «Energie fir d Zukunft+» à la Chambre des Métiers 28 environnement Clever akafen Matériel de bureau écologique 30 Le système d échange rapide d informations RAPEX 32 REACH & CLP 33 innovation Etude de cas : Démarche de co-création pour le site web d AT Véranda 34 FeDeraTioNS Generalversammlung der Fédération des Installateurs en Equipements Sanitaires et Climatiques (FIESC) 36 Lancement de la nouvelle campagne publicitaire de la Fédération Nationale des Patrons Bouchers-Charcutiers 38 Concours international de jambons et de saucisses à Francfort (IFFA) le 7, 8 et 9 mai Journée des Patrons 41 Generalversammlung der Ofensetzer und Schornsteinfeger 42 L esthéticienne Application de soins de beauté au corps et au visage. Détails : L esthéticien procède à des soins sur le visage et sur le corps, qu il entretient, embellit, corrige ou met en valeur. Il préserve et soigne la beauté de ses clients en utilisant des produits cosmétiques (application de cire ou de crèmes spéciales pour l épilation, maquillages, etc.) et des appareils adaptés aux soins esthétiques. Avec compétence et savoir-faire, il donne également des conseils alimentaires aux clients. conditions requises pour l exercice du métier : La profession d esthéticien demande du goût pour les contacts humains, du tact et de la discrétion. La présentation de l esthéticien doit toujours être très agréable et très soignée. Habileté manuelle, sens esthétique, rigueur, bonne condition physique (station debout et piétinement), disponibilité, patience, sens de l organisation, dynamisme et ouverture d esprit sont les qualités liées à cette profession. Au niveau de la Fédération des Artisans les intérêts du métier sont représentés par la Fédération des Diplômés en soins esthétiques. La Fédération est fortement impliquée dans la formation de base et la formation continue et organise régulièrement des séances d information pour ses membres. en CHiFFreS Nombre d entreprises : 212 Nombre des salariés : 367

4 4 EDITORIAL WoNNemoNAt mai? mitte mai im Parlament: die aktualitätsdebatte um die arbeitslosigkeit endet wie das Hornberger Schießen. Die abgeordneten machen die immer gleichen Vorschläge rund ums arbeitsamt, diskutieren ein bisschen über die initiativen, und vergessen fast, dass arbeit irgendwo auch mit Unternehmen und Wirtschaft zu tun hat. Zum Glück fällt das kurz vor Ende der Debatten auf, so dass man noch schnell darauf verweisen kann, dass die Arbeitslosigkeit sich in Zeiten wirtschaftlicher Rezession, Stagnation oder, zumindest in Luxemburg, auch bei nur geringen Wachstumsraten, schlecht bekämpfen lässt. Der schwarze Peter wird also kurzum an die «Wirtschaft» weitergereicht. Dumm gelaufen, findet doch am nächsten Tag gleich eine weitere Debatte statt, diesmal zum Thema «Wettbewerbsfähigkeit». Und diese hat bekanntlich auch mit Wirtschaft, Wachstum und dergleichen mehr zu tun. Nun gilt es, Farbe zu bekennen! Das Thema Arbeitslosigkeit als Teaser zur eigentlichen Hauptveranstaltung Wettbewerbsfähigkeit, das Setting ist perfekt gewählt, der Zusammenhang klar dargestellt. Jetzt dürfte doch eigentlich nichts mehr schief laufen! Wettbewerbsfähigkeit, wir kommen! Die Gelegenheit ist eigentlich ideal, um sich im Eifer des Gefechts um Kopf und Kragen zu reden und tatsächlich Vorschläge zur Verbesserung der Wettbewerbsfähigkeit zu machen, als da wären: konkrete Lösungen im Bereich der Prozeduren, Reform des Staates, direkte und indirekte Lohnkosten, soziale Sicherheit, Haushaltsstabilisierung, Niederlassungsmöglichkeiten für Unternehmen u.v.a.m. Idealerweise verbindet man das Ganze mit einem Konjunkturprogramm im Bereich Wohnen, Energie und Infrastrukturen, schmeißt die Gesetzentwürfe zur Reform der Personalvertretungen und der beruflichen Umorientierung in den Mülleimer, ermöglicht flexiblere Arbeitszeitregelungen und schon hat man ein ganz tolles Wachstumsprogramm geschnürt, das seinesgleichen sucht. So einfach ist das! Der Wirtschaftsminister liefert dann auch noch eine ganze Reihe Anregungen, auf die man bauen könnte, und was passiert: Nichts! Sonntagsreden im Parlament, wieder einmal. Reloaded, gewissermaßen! Zwar wird der Verwaltungsaufwand thematisiert, doch auf so unverfängliche Weise, dass nichts dabei rauskommen kann soll es das eigentlich? Der Mindestlohn wird auch angesprochen, um gleich festzustellen, dass er eben so hoch sein muss. Alternativen? Programme für Geringqualifizierte? Kombilöhne? Fehlanzeige! Prozeduren? Sicher, aber nicht bei mir. Sollen die Anderen doch Wie schlimm muss die Lage eigentlich werden, damit gewisse Kreise aufwachen und endlich nicht mehr an die Selbstheilungskräfte Luxemburgs glauben? Luxemburg hat STRUKTURELLE Probleme NEBEN den KONJUNKTU- RELLEN. Luxemburg ist ein Wachstumsjunkie, bei dem 4% Wachstum an und für sich unterste Schublade sind. Luxemburg hat ein Demokratieproblem in dem Sinn, dass die Wähler quasi allesamt im öffentlichen Dienst im weiteren Sinne beschäftigt sind, und alle sie betreffenden Reformen vereiteln. Luxemburg steht sich selbst im Weg und das trotz oder vielleicht gerade wegen seiner geringen Größe wie die Reform des Staates allzu deutlich zeigt! Doch sind die Politiker mitten im Wonnemonat Mai nicht allein in ihrer Verkennung der Situation. Im Bauhauptgewerbe droht Streik, weil Ende des Jahres Sozialwahlen sind und dabei besonders eine Gewerkschaft durch ihre kompromisslose Haltung auffällt. Da wird so getan, als ob die Baubranche gerade besonders lustige Zeiten hinter sich habe und keine unzähligen Konkurse durchmache. Da wird gelogen, dass sich die Balken biegen, um NICHT vom eigentlichen Kernproblem reden zu müssen. Und das liegt in der bestehenden Schlechtwetterregelung und der Tatsache begründet, dass die Allgemeinheit, sprich der Steuerzahler, unzählige nicht gearbeitete Stunden zu 80% entlohnt, die der Bauunternehmer dann zusätzlich noch einmal zu 140% bezahlt, falls die Stunden kompensiert werden sollen. Geht man für dieses Jahr von einem durchschnittlichen wetterbedingten Ausfall von 250 Stunden aus, so kommen summa summarum bis zu 40 Millionen zu Lasten des Beschäftigungsfonds zusammen, die anderweitig eigentlich auch sehr gut eingesetzt werden könnten. Unter solchen Umständen fällt es äußerst schwer, gangbare sozialpartnerschaftliche Lösungen im Sinne von mehr Wettbewerbsfähigkeit der Unternehmen und Stabilisierung der Arbeitsplätze zu schnüren. Die Baubranche hat in den vergangenen Jahren trotz schwieriger Zeiten keine Arbeitsplätze abgebaut. Die Unternehmer haben klar gemacht, dass sie gedenken, dies auch in Zukunft so handhaben zu wollen, falls im Gegenzug die Produktivität erhöht werden kann. Wenn also die möglichen rund 1800 Jahresarbeitsstunden geleistet werden können anstatt die momentan möglichen 1500! Der Bau braucht Arbeitsstunden, und nicht Streik! Womit wir dann wieder am Anfang wären, oder am Ende, nämlich den anstehenden Sozialwahlen und dem zwanghaften Drang einiger Gewerkschaftsvertreter, als möglichst harter Verhandler rüberzukommen. Hier braucht die Baubranche die Hilfe der Regierung, entweder sehr schnell, um Schlechtwetterregelung und Arbeitszeit anders zu gestalten, oder spätestens als Schlichter, wenn es hart auf hart kommt! Die Bauunternehmer ihrerseits wollen keinen Streik und sind weiterhin diskussionsbereit. Allerdings dürfen sich die Diskussionen nicht auf die integrale Annahme des gewerkschaftlichen Forderungskatalogs beschränken. Ohne Änderungen bei der Arbeitszeit wird es eben so kommen wie es kommen muss! Dazu dann später mehr!

5 EDITORIAL 5 ô Doux mois De mai? D HANDWIERK 5 / 2013 Le débat d orientation au sujet de l emploi mené à la mi-mai au sein de la Chambre des Députés n a pas vraiment fait avancer les choses. Comme d habitude, les députés ont discuté le volet social de la politique de l emploi, en avançant les éternelles propositions en relation avec l adem et l échec des initiatives pour l emploi des syndicats tout en oubliant que les entreprises et l économie en général aussi pourraient faire partie de l équation. A la fin des débats, les députés ont donc fait le constat qu en temps de crise et compte tenue de l absence de croissance économique il serait difficile de résorber le chômage par des moyens politiques. Manœuvre qui leur a permis du même coup à renvoyer le ballon hors du périmètre politique directement dans le camp de l économie. Face à ce «match nul», le gouvernement et les députés avaient toutes leurs chances de se rattraper le lendemain à l occasion du débat consultatif sur la compétitivité. Compétitivité, économie, emploi. Cette trinité aurait dû permettre aux élus de tirer au clair tous les tenants et aboutissants du circuit économique et d analyser les répercussions sur l emploi et sur le modèle social. On aurait pu espérer que les députés se seraient bousculés pour faire entendre leurs réflexions et pourquoi pas leurs propositions en vue de redresser la compétitivité de notre pays, comme par exemple dans le contexte des procédures, de la réforme de l Etat, des coûts directs et indirects de la main-d œuvre, de la flexibilité du temps de travail, des finances publiques et des sites d implantations pour les entreprises, le tout complété par un programme de conjoncture dans les domaines du logement, de l énergie et des infrastructures. Le débat aurait pu être également l occasion de montrer patte blanche dans les dossiers du dialogue social au sein des entreprises ou du reclassement professionnel qui sont de nature à freiner encore d avantage une éventuelle création d emplois. Cette combination aurait constitué un pacte pour la croissance par excellence. Le ministre de l Economie a même fourni une série de pistes qu on aurait pu creuser. Résultat des courses : Rien! Des discours du dimanche, encore et toujours. La débureaucratisation a été timidement effleurée mais sans entrer vraiment dans le vif du sujet. Le salaire social minimum a été thématisé, mais juste pour conclure que son hauteur était justifiée. Alternatives? Salaires «combi»? Programmes pour personnes faiblement qualifiées? Non, monsieur! Débureaucratisation? Oui, mais pas chez moi! On peut se demander à quel point la situation devra encore se détériorer avant que d aucuns prennent la mesure du problème et agissent au lieu de continuer à croire aux capacités «auto-guérisseuses» du Luxembourg. Notre pays qui est tributaire d une croissance économique d au moins 4 pourcent connaît des problèmes conjoncturels ET des problèmes structurels. A cela vient s ajouter un problème de gouvernance en ce sens que les électeurs sont majoritairement occupés dans la fonction publique au sens large ce qui étouffe dans l œuf toute initiative qui risque de nuire à leur statut. Malgré ou peut-être à cause de sa petite taille, le Luxembourg semble incapable d adapter ses structures à la nouvelle donne économique. Les politiciens sont en bonne compagnie en ce qui concerne leur méconnaissance des réalités. Le secteur de la construction est menacé de grève. On a l impression que la tenue d élections sociales fin 2013 n est pas complètement étrangère à l intransigeance d un des syndicats. Si l on croit le discours syndical tout baigne dans le secteur du bâtiment tout comme la vague de faillites n avait pas eu lieu. Certains n hésitent même pas à mentir comme des arracheurs de dents pour surtout ne pas parler des enjeux réels de la thématique. Dans le contexte du chômage intempéries le contribuable, c est-à-dire nous tous, paye les heures chômées à hauteur de 80 pour cent. Si le temps perdu est rattrapé, l entrepreneur rémunère chaque heure à concurrence de 140 pour cent. Si on table sur une moyenne de 250 heures par an, la facture pour le fonds de l emploi se chiffre à 40 millions d euros. Dans de telles conditions il est difficile de trouver des solutions entre partenaires sociaux pour gagner en compétitivité et pour sécuriser les emplois. Le secteur de la construction n a pas réduit ses effectifs, ceci malgré la crise qui les touche de plein fouet. Les entrepreneurs ont déclaré leur volonté de continuer cette politique, sous réserve qu on réussisse à augmenter la productivité des entreprises. Augmenter la productivité voudrait dire pouvoir travailler les 1800 heures par an qui sont normalement prévues au lieu des 1500 heures qu on arrive à prester momentanément. Le secteur de bâtiment a besoin d heures productives et non pas d actions de grève. Ce constat nous mène au début de notre réflexion, c est-àdire aux élections sociales et le besoin pressant de certains syndicalistes de se profiler comme négociateur de fer. Le secteur de la construction attend que le gouvernement se saisisse rapidement de l affaire pour réformer le chômage intempéries et l organisation du temps de travail ou plus tard en tant que médiateur si les fronts se durcissaient encore davantage. Les entrepreneurs de constructions souhaitent éviter une grève et affichent leur volonté de continuer les négociations. Toujours est-il que les négociations ne peuvent pas se limiter à l acceptation intégrale du contenu du papier revendicatif des syndicats. Sans une certaine flexibilisation du temps de travail une solution ne semble guère envisageable. Affaire à suivre!

6 6 POLITIQUE L uel plaide pour une réforme De L économie Luxembourgeoise en 2013 en amont du débat consultatif sur la compétitivité de l économie nationale prévu à la Chambre des Députés le 16 mai, l UeL a présenté à la presse la position des organisations patronales sur la situation économique du pays ainsi que des pistes de réforme à mettre en œuvre sous l intitulé «réformer l économie luxembourgeoise en 2013». De gauche à droite : François Koepp, Gary Kneip, Carlo Thelen, Nicolas Soisson, Michel Wurth, Pierre Bley, Marc Gross Lors de la conférence de presse, Michel Wurth, président de l UEL, a esquissé les facteurs d inquiétude qui pèsent sur l avenir du Luxembourg, à savoir la régression de l économie luxembourgeoise, l augmentation du chômage malgré la création d emplois, la dégradation de la compétitivité et surtout de la compétitivité-coût (une inflation plus élevée que chez nos pays voisins et un coût salarial unitaire qui est en constante augmentation), le dérapage des finances publiques et une image ternie du Luxembourg en 2012 et Cette situation préoccupante fait appel à un revirement de la politique économique dans la période législative en cours alors que le Luxembourg ne peut se permettre un scénario de 5 années supplémentaires de stagnation économique et de déficits budgétaires. Les mesures à engager doivent viser à réformer l économie luxembourgeoise, renforcer l attractivité du site et augmenter l efficacité de l économie nationale, éléments essentiels de la compétitivité. Michel Wurth a partant souligné l urgence de mettre en place un plan de réforme ambitieux pour renouer avec une croissance dynamique. Le plan de réforme présenté par l UEL s articule autour de 6 thèmes majeurs : 1. Simplifier les procédures administratives et réformer la gouvernance de l Etat ; 2. Rétablir la compétitivité-coût par une politique réduisant l inflation et liant les salaires à l évolution de la productivité ; 3. Rétablir l équilibre des finances publiques ; 4. Inverser la courbe du chômage ; 5. Engager une vraie réforme des pensions ; 6. Annoncer une initiative pour préparer l avenir et répondre aux grands défis sociétaux dans les 20 années. Ces propositions ont par ailleurs fait l objet de présentations par l UEL lors de discussions avec le gouvernement en amont du discours du Premier Ministre sur l état de la nation et avec la Commission parlementaire de l Economie, du Commerce extérieur et de l Economie solidaire en vue du débat de consultation sur la croissance économique et la compétitivité du Luxembourg. Pour l UEL, le déploiement à court terme d une politique globale et cohérente qui se caractérise par des mesures de réformes structurelles est indispensable pour relancer la confiance des investisseurs et des consommateurs et partant l activité économique.

7 POLITIQUE LA cellule De FAciLitAtioN en matière D urbanisme et D environnement contact : Mme Paulette Lenert Ministère d Etat Département de la Simplification Administrative Cellule de facilitation Urbanisme & Environnement 4 Boulevard Roosevelt L-2450 Luxembourg Tél. : FUSO - A Daimler Group Brand La Cellule de facilitation en matière d urbanisme et d environnement, vient d être officiellement mise en place par la publication au Mémorial de l arrêté grand-ducal du 25 avril 2013 déterminant les attributions et l organisation d une Cellule de facilitation relative aux autorisations dans les domaines de l urbanisme et de l environnement. Cette Cellule de facilitation pourra être saisie par toute entreprise et personne privée, ainsi que par toute commune qui, par rapport à un projet déterminé, s estime lésée par un manque de diligence, de transparence ou de coordination au niveau des services publics de l Etat en rapport avec une procédure en matière d urbanisme et d environnement. D HANDWIERK 5 / LE NOUVEAU CANTER. LE bon ChOix pour ChAqUE besoin. Avec les exigences toujours plus nombreuses en matière de transport, il est bon de savoir qu il existe un Canter pour chaque application. Grâce à l offre de cabines et l excellente flexibilité au niveau des différents types de construction, la famille Canter est plus variée, plus capable et plus confortable que jamais. Quel que soit le besoin lié à votre activité fourgon isolé ou fermé, camionnette, grue, benne basculante 3 côtés ou véhicule de dépannage, boîte de vitesses DUONIC, tous avec traction intégrale, voire la version hybride le Canter peut être configuré selon vos besoins. Garage Binsfeld 15, rue de Noertzange - L-3860 Schifflange Tél

8 8 ECONOMIE Présentation des Chiffres clés de l artisanat L ArtisANAt : créativité, pérennité, Diversité Dans un environnement peu porteur, l artisanat réussit à tirer son épingle du jeu. Depuis quelques années, l artisanat évolue dans un contexte économique difficile : croissance atone, hausse du chômage, détérioration des finances publiques. malgré ce climat plutôt morose, le secteur a continué à créer des entreprises et des emplois, même si la progression est beaucoup moins prononcée qu avant la crise. En 2013, le secteur compte plus de entreprises et l emploi se dirige vers le cap de personnes occupées. Mise à part l «alimentation», l ensemble des groupes de métiers affiche une hausse, tant au niveau des entreprises que de l emploi. Une personne sur cinq est occupée par l artisanat, ce qui fait de ce dernier le premier employeur du Luxembourg. Avec quelques apprentis auxquels il offre une formation qualifiante, l artisanat est par ailleurs un formateur de choix au Luxembourg. Ceci montre que les entreprises artisanales ont réussi à jouer un «effet amortisseur» dans l économie nationale, même si elles accusent une baisse sensible tant au niveau de leur activité que de leurs marges. Si les entreprises ont malgré tout réussi à tirer leur épingle du jeu, c est parce qu elles ont jusqu à présent su trouver les stratégies leur permettant de s adapter aux nouvelles réalités économiques et que l artisanat a en partie su bénéficier de la politique d investissement de l Etat. La réforme du droit d établissement : un coup de pouce pour l entrepreneuriat L objectif poursuivi par la nouvelle loi d établissement du 2 septembre 2011 était double : stimuler la création d entreprises dans l artisanat, d une part, et permettre aux entreprises existantes de mieux se positionner par rapport à leurs concurrents étrangers, d autre part. Pour atteindre cet objectif, la nouvelle loi a simplifié l accès à la profession (accès via les diplômes, regroupement et reclassement d activités artisanales) et a élargi les champs d application des activités. Force est de constater que le compromis trouvé par cette loi entre une libéralisation devenue inéluctable et les exigences d une bonne formation de base tant au niveau technique qu au niveau de la gestion d entreprise, a porté ses fruits. Ainsi, en comparant les 15 mois postérieurs à la réforme au 15 mois antérieurs à celle-ci, on constate une augmentation du nombre d autorisations délivrées dans le cadre de la création d entreprises. Par ailleurs, on note une progression substantielle des autorisations délivrées pour des entreprises existantes souhaitant élargir leurs champs d activité. Ceci leur permettra d offrir une palette plus complète de produits et services et ainsi de mieux se positionner sur le marché. La réforme constitue indéniablement un facteur de modernité et de compétitivité pour l artisanat en général. L artisanat offre de nombreuses perspectives, surtout pour les jeunes. Dès le plus jeune âge (enseignement fondamental et secondaire), les jeunes doivent être sensibilisés aux diverses possibilités offertes par ce secteur, afin de les inciter à suivre cette voie, que ce soit en tant qu entrepreneur ou en tant que salarié. Une piste intéressante serait de développer l utilisation régulière d exemples «best practice» ou témoignages dans les écoles. Artisanat : un horizon de défis et d opportunités Pour maintenir sa créativité et son dynamisme, l artisanat a besoin de collaborateurs ayant des profils adaptés à des postes de travail toujours plus exigeants en matière de qualification, ceci tant au niveau technique qu opérationnel. L explosion du nombre de frontaliers, passant de 36% en 2000 à 48% en 2012, témoigne d une pénurie de maind œuvre, surtout qualifiée, sur le marché du travail national. Il est dès lors impératif de poursuivre les efforts entrepris au niveau de l apprentissage des jeunes et des adultes et au niveau du brevet de maîtrise tout en maintenant un cadre fiscal et un niveau de cotisations sociales attrayant pour continuer à attirer la main-d œuvre et les investisseurs étrangers. Dans un contexte économique difficile, des opportunités sont à saisir. Elles sont tout d abord à rechercher dans le domaine de l environnement et de l énergie : la construction de logements à haute performance énergétique, l assainissement énergétique et les sources d énergies renouvelables, sont des secteurs à exploiter, dont les potentialités se chiffrent à 450 millions euros/an. Une autre opportunité saisie par un nombre croissant d entreprises est la diversification des marchés à travers l exportation. L artisanat bénéficiera aussi des nouveaux créneaux économiques que le gouvernement entend développer. Ainsi, dans le domaine du commerce électronique, il s agira de mettre en place un réseau de fibre optique. Cette opération dont le coût s élève à 450 millions d euros aura des retombées directes et positives sur l artisanat, puisqu elle se compose à raison de 75% de travaux de génie civil. La construction et la maintenance de «data centers» est également à souligner.

9 Les UTILITAIRES OPEL ADAPTÉS À VOUS, ET PAS LE CONTRAIRE. Découvrez les utilitaires Opel : les Combo, Movano, Vivaro et Corsa Van, que nous pouvons adapter complètement en fonction de vos attentes et de votre boulot. Et pas le contraire. Ne ratez pas la Semaine de l Utilitaire qui a lieu du 15 au 20 avril chez votre Distributeur Opel Autopolis à Bertrange et profitez de conditions exceptionnelles sur toute la gamme d utilitaires. Plus d infos chez Autopolis ou sur opel.lu 3,6-9,9 L/100 KM G/KM

10 10 ECONOMIE Par ailleurs, le développement du Luxembourg comme centre logistique offre des potentialités pour les entreprises artisanales, que ce soit dans la construction et l entretien des infrastructures de transport et des centres logistiques ou dans la vente et l entretien de véhicules utilitaires. Les différents secteurs économiques n évoluant pas en vase clos, la diversification de l économie nationale est essentielle pour l artisanat. Dans cette optique, le gouvernement veillera à consolider la place financière et à inverser le processus de désindustrialisation du pays, sachant que les secteurs financier et industriel constituant des «clients» importants de l artisanat. En vue de pérenniser le développement de l artisanat dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le gouvernement continuera à promouvoir une réglementation favorable aux PME, pilier important et dynamique de l économie nationale. Dans ce contexte, le quatrième plan d action en faveur des PME, actuellement élaboré par le ministère des Classes moyennes et du Tourisme en concertation avec tous les acteurs concernés, visera à réduire les barrières existantes et à créer un environnement encore plus propice au développement du secteur. contact : Ministère des Classes moyennes et du Tourisme Patrick Heuschling Tél. : HANDWerk international betriebe begleiten offizielle WirtscHAFtsmissioN NAcH ÖsterreicH interessante Kontakte, neue ideen und eine goldene ehrennadel für das Luxemburger Handwerk Vom 15. bis zum 17. April begleitete eine luxemburgische Wirtschaftsdelegation den Staatsbesuch des großherzoglichen Paares nach Österreich unter ihnen erstmalig auch 10 Betriebe aus dem Handwerk. Luxemburgische Handwerksbetriebe orientieren sich vermehrt auch auf den ausländischen Markt. Gezwungener Maßen, weil der Kuchen im Inland kleiner wird. Aber auch weil der Schritt über die Grenze andere Chancen zur Betriebsentwicklung bietet oder aber einfach nur um den Horizont zu erweitern und neue Ideen in den inländischen Markt zu importieren. Eine Umfrage der Chambre des Métiers im vergangenen Jahr hat bestätigt, dass ein Großteil der Betriebe bereits im Ausland aktiv war, aktuell aktiv ist oder aber mindestens darüber nachdenkt aktiv zu werden.

11 D HANDWIERK 5 / Die Teilnahme an einer Wirtschaftsmission ist eine Möglichkeit neue Märkte zu erschließen, Partner und Konkurrenz vor Ort zu identifizieren, sich im Ausland zu präsentieren und sich mit anderen teilnehmenden Unternehmen und Institutionen auszutauschen. Und das in einem organisierten Rahmen, möglichst geringem Kostenaufwand und reduziertem Risiko. Neue Märkte können für alle Branchen interessant sein. Je größer ein Markt desto größer ist die Vielfalt an Sektoren. Eine Teilnahme an Wirtschaftsmissionen ist nicht nur für Finanzsektor oder Industrie interessant, wie traditionell hier im Land angenommen wird. Warum denn nicht auch für Betriebe aus dem Handwerk? Das haben sich auch Mitarbeiter der Chambre des Métiers überlegt und haben nach Rücksprache mit interessierten Betrieben entschlossen, sich inhaltlich in das Dossier Wirtschaftsmission einzubringen und vermehrt mit Ministerium und Chambre de Commerce zu kooperieren, um die Interessen des Handwerk für interessante Ziele zu vertreten und umzusetzten. Zudem wird auf nationaler Ebene seit einiger Zeit an einer Neuausrichtung des Images Luxemburgs gearbeitet weg vom bekannten traditionellen Bankenplatz hin zur attraktiven facettenreichen Präsentation aller beteiligten Wirtschaftsakteure und Produkte. Mit Vielfalt und Produkten kann das luxemburger Handwerk dienen! Vielfalt haben die in Österreich teilnehmenden Betriebe aus dem Handwerk präsentiert. Dabei waren unter anderem Vertreter aus dem Lebensmittelsektor, der Metallverarbeitung, des Holzbaus und ein Tischler. Thematisch aufgestellte Programme präsentierten verschiedene Facetten eines Wirtschaftsbereiches z.b. Ausbildung, Gründung, Management, Politik und Verbandsarbeit oder Stand der Forschung. Ziel war es sich für den eigenen Markt inspirieren zu lassen und neue Ideen zu entwickeln. Es wurde auf Wunsch der Teilnehmer aus dem Lebensmittelsektor ein speziell abgestimmtes Rahmenprogramm an Betriebsbesichtigungen, Seminaren und Workshops entwickelt. Österreichische Betriebe stehen vor ähnlichen Problemen bei der Ausbildung und Motivation des Personals, so Henri Schumacher von der Patisserie Schumacher in Wormeldange. Ein Austausch zwischen den Akteuren beider Länder zu diesem Thema kann somit zu interessanten und neuen Lösungsansätzen führen. Auch wurde in diesem Zusammenhang eine gemeinsame Kampagne zur Vermarktung österreichischer Lebensmittelprodukte vorgestellt. Eine Umsetzung dieser Idee wäre auch für Luxemburg denkbar. Wir sehen hier, wie andernorts gearbeitet wird und können unseren Horizont erweitern, so die Meinung von Jean-Marie Oswald, Inhaber der Bio-Metzlerei J-M. Oswald in Luxemburg Stadt. Parallel fand ein für Betriebe aus dem Handwerk interessantes Programm zum Thema der erneuerbaren Energien statt: Besichtigung exemplarischer Betriebe, Präsentation erfolgreicher Projekte oder Initiativen. Zwischen den Programmpunkten war Zeit für organisierte Geschäftskontakte. Hierzu wurden im Vorfeld Anfragen an die Wirtschaftskammern Österreich gestellt, aufgrund derer dann Termine mit entsprechenden Kontakten vor Ort in Wien und Linz organisiert wurden. Luc Meyer von der Boucherie-Salaison Meyer aus Bascharage nutzte die Reise um Einzelhandelsketten vor Ort sein Produkt vorzustellen und das mit gutem Erfolg. Es ging aber offensichtlich nicht nur darum ausländische Geschäftskontakte zu knüpfen. So berichtet Jeff Besenius, Geschäftsführer von Besenius Safety Center in Mertzig folgendes: Für einen kleinen Handwerksbetrieb wie der unsere war es komplettes Neuland, das ich da betreten habe und ich wusste gar nicht was auf mich zukommt. Alles in Allem war ich positiv überrascht, besonders über das Phänomen, daß man ins Ausland geht, um Luxemburger kennen zu lernen. Hierbei hat sich bei mir mindestens ein sehr interessanter Geschäftskontakt ergeben. Am vorletzten Abend lud der Großherzog die Teilnehmer der Luxemburger Delegation und Vertreter Österreichs zum

12 12 ECONOMIE großen Empfang in die Albertina. Betriebe die bereits Kontakte in Österreich hatten ließen diese Kontakte im Vorfeld offiziell vom Hof einladen. Hierzu passt auch die Aussage von Norbert Brakonier der Norbert Brakonier S.A. in Luxemburg Stadt: Ich bin auf diese Wirtschaftsmission mitgefahren, weil es eine einmalige Gelegenheit war, im Gefolge des Großherzogs und der Großherzogin an einer solchen Mission teilnehmen und hochkarätige Gesprächspartner treffen zu können. Eines des größten Highlights dieser Wirtschaftsmission für das Handwerk war die offizielle Ehrung von Jean-Marie Oswald für sein langjähriges Engagement als Präsident des Internationalen Metzgermeisterverbandes. Während eines in Anwesenheit des Großherzogs stattfindenden Wirtschaftsforums wurde Herrn Oswald die goldene Ehrennadel verliehen, und somit die höchste Auszeichnung der österreichischen Fleischer. Laut dem Geschäftsführer der Österreichischen Bundesinnung Lebensmittelgewerbe hat sich der Verband unter der Leitung Oswalds hat sich der Verband in den letzten Jahren zu einem schlagkräftigen und effizienten Sprachrohr für klein- und mittelstrukturierte Fleischerbetriebe in Brüssel etabliert. Solche Wirtschaftsmissionen sind sehr wichtig für das Handwerk, weil man dort die Möglichkeit hat, gemeinsam Überlegungen und Ideen zusammen zuführen. Die Betriebe sind keine Konkurrenten sondern können sich austauschen um in ihrem Unternehmen Sachen verbessern zu können, so das abschließende Urteil von Roland Kuhn, der als Vertreter des Handwerks erstmalig die offizielle Delegation begleitete. WieN: goldene ehrennadel Für vertretung Des LuxemburgiscHeN LebeNsmitteLHANDWerks im rahmen des Luxemburgisch-Österreichischen Wirtschaftsforums, das am 16. dieses monats in anwesenheit des Großherzogs in Wien stattfand, wurde Jean-marie oswald für sein langjähriges engagement als Präsident des internationalen metzgermeisterverbandes geehrt. Wirtschaftskammer Österreich, 2013 Herr Oswald erhielt die goldene Ehrennadel, die höchste Auszeichnung der österreichischen Fleischer. Unter der Leitung Oswalds hat sich der Verband in den letzten Jahren zu einem schlagkräftigen und effizienten Sprachrohr für kleinund mittelstrukturierte Fleischerbetriebe in Brüssel etabliert, so Herr Kainz, Geschäftsführer der Österreichischen Bundesinnung Lebensmittelgewerbe. Das Wirtschaftsforum war Programmpunkt der Wirtschaftsmission Österreich, die parallel zur offiziellen Staatsvisite vom 15. bis zum 16. April nach Wien und Linz stattfand. Erstmalig wurde eine solche Mission von Vertretern des luxemburgischen Handwerks begleitet. Von insgesamt 50 teilnehmenden Unternehmen aus Luxemburg haben 10 Betriebe aus dem Handwerk die Wirtschaftsreise als Plattform genutzt. Das auf die teilnehmenden Sektoren abgestimmte Programm ermöglichte es den Teilnehmern gezielt Geschäftskontakte zu knüpfen, in Seminaren und Betriebsbesichtigungen neue Anregungen für den eigenen Betrieb zu erhalten und Ideen auszutauschen.

13 brevet de maîtrise que la force soit avec vous! inscriptions du 15 juin au 15 août le brevet de maîtrise est la formation de chef d entreprise dans l artisanat par excellence. il vous confère les connaissances indispensables en gestion d entreprise ainsi que les compétences technologiques pour créer et diriger votre propre entreprise ou pour évoluer dans un poste à responsabilités auprès de votre employeur. en tant que «maître artisan», vous renforcez vos compétences pour mieux progresser dans votre carrière. Visez l excellence en devenant «Maître Artisan». plus d informations sur ou au

14 14 ECONOMIE evalutation De L enquête sur Les ArNAQues visant Les professionnels Du secteur ArtisANAL Parmi les arnaques qui ont touché le Luxembourg en 2011, il faut signaler le «phishing», les lettres dites kenyanes ou nigériennes, les gains à de fausses loteries, les propositions d inscription à un répertoire (annuaire professionnel) et le «slamming» ou arnaque concernant les noms de domaine. Pour mieux appréhender ces pratiques illégales, la Chambre des Métiers a sélectionné un panel de près de 2000 entreprises du secteur artisanal afin de participer à l enquête commune réalisée conjointement au Luxembourg, en Belgique et aux Pays-Bas. La Chambre des Métiers a procédé à une première évaluation de ladite enquête dont 198 entreprises ont participé (10,4%). 78% des entreprises ont été ciblées par une arnaque ou tentative d arnaque, nombre élevé. Toutefois, seulement 20% des entreprises ont signé «l offre» qui leur a été proposée, un taux qui souligne que les dirigeants sont sur le qui-vive. Le montant moyen de chaque arnaque est de 5.900, avec un montant maximal de dans un cas spécifique. Sur les 20% des entreprises, qui ont signé «l offre», seulement 10 entreprises ont payé les sommes réclamées, dont la moyenne était de A peine 10% des entreprises ciblées ont porté plainte contre la tentative d arnaque. Concernant la répartition des pays d origine de l arnaque, la situation se présente comme suit : BENELUX 28% ; autres pays membre de l Union européenne 51% ; autre pays non-membre de l Union européenne 4% ; pays tiers 17%. Il est intéressant de remarquer que, parmi tous les pays cités par les entreprises participantes, 5% des arnaques proviennent du Mexique. La confrontation aux arnaques est devenue un élément réel et fréquent pour les professionnels du secteur artisanal. Les arnaques devenant de plus en plus originales et sophistiquées, elles compliquent la tâche du dirigeant d entreprise. Le mot de conseil aux professionnels : ne pas payer immédiatement en cas de doute, et signaler l arnaque soit au Ministère des Classes Moyennes et du Tourisme (Madame FRIEDERICI CARABIN Bernadette), soit déposer une plainte auprès de la Police Grand-Ducale du Luxembourg. contact : Daniel Thull Attaché économique Tél. : SERVICE MULTIMARQUES PIÈCES DE RECHANGE Équipements et matériel de manutention Équipements de nettoyage Équipements de traitement de déchêts Systemes de rayonnages Batteries et accesoires Autolaveuses et Balayeuses professionnelles autotractées ou autoportées 122, route de Diekirch L-7220 Walferdange Tél Fax Stockage de palettes Rayonnages dynamiques Rack & Roll Plateformes Rayonnages à bras portants Rayonnages mobiles

15 ECONOMIE 15 Les midis De L ArtisANAt sans FroNtières D HANDWIERK 5 / 2013 La prochaine séance aura lieu le jeudi, 13 juin 2013 entre 12 et 14 heures au sujet du «recouvrement de créances Comment y procéder si la clientèle se trouve à l étranger?» Deux séances supplémentaires traitant de l application correcte de la TVA au niveau des relations transfrontalières et du détachement du personnel sont prévues pour le jeudi, 11 juillet et le jeudi, 14 novembre. Pour des plus amples informations, contactez l équipe de Enterprise Europe Network à la Chambre des Métiers ( / FicHe De participation «recouvrement de créances comment y procéder si la clientèle se trouve à l étranger? A renvoyer au plus tard pour le lundi, 10 juin par ou par fax. Nom/Prénom : Dénomination de l entreprise : Adresse de l entreprise : N, Rue : Code Postal : Localité : Tél. : Signature :

16 16 CHRONIQUE JURIDIQUE Chambre des métiers et Fédération des artisans «bâtir sur Du solide» Le rendez-vous des professionnels du secteur de la construction Tout professionnel du secteur de la construction doit connaître et respecter un certain nombre de règles incontournables. En effet, les prestations en matière de construction nécessitent de bien maîtriser, en plus des obligations techniques et des règles de l art, les aspects purement juridiques, que ce soit lors de la préparation du chantier, de la phase des travaux, et après la fin du contrat. Les règles applicables au secteur de la construction étant particulièrement complexes et en constante évolution, la Chambre des Métiers et la Fédération des Artisans proposent à partir de 2013 plusieurs conférences dédiées spécifiquement aux professionnels de la construction. L objectif de ce cycle de conférences «bâtir sur du solide», rendez-vous de référence pour les professionnels, est de leur indiquer les outils juridiques leur permettant d identifier les règles à connaître et les pièges à éviter et ainsi pouvoir effectuer leurs prestations dans les meilleures conditions possibles. Pour réaliser cet objectif, la Chambre des Métiers et la Fédération des Artisans ont sélectionné une équipe de spécialistes désireuse de communiquer leur expertise juridique ou technique. L équipe est composée de Me Marianne Goebel, Me Alain Rukavina et de Me François Cautaerts, avocats au barreau de Luxembourg et de M. Robert Kousmann et M. Romain Weydert de la Chambre des Experts. Le cycle de conférences «bâtir sur du solide», qui sera organisé chaque année, permettra aux entreprises de faire le point sur les multiples facettes du droit de la construction, avec la possibilité de poser des questions et de s échanger avec les spécialistes. Un document synthétique et pratique permettant d utiliser les informations thématisées sera proposé aux participants à l issue de chaque séance. Pour l année 2013, les conférences «bâtir sur du solide» traiteront des thématiques suivantes : 1. Sécurisez votre relation contractuelle! (le 26 juin 2013) Pour plus d informations, voir page 18) 2. Le contrat de sous-traitance (courant octobre 2013) 3. La responsabilité des entreprises de construction (courant novembre/décembre 2013) pour plus d informations relatives à ce cycle de conférences», merci de bien vouloir contacter les personnes suivantes : Patrick Koehnen Directeur adjoint de la Fédération des Artisans Tom Wirion Directeur adjoint de la Chambre des Métiers

17 Besoin d infos? Que vous soyez patron, créateur d entreprise, élève, collaborateur ou salarié dans une entreprise artisanale, informez-vous sur cdm.lu est un outil d information complet qui reprend toute l actualité et l agenda des événements, foires et conférences de la chambre des métiers. Par ailleurs, 4 grandes rubriques vous proposent une mine d informations sur les sujets qui vous concernent. «Mon entreprise» dédiée aux patrons et aux décideurs d entreprises propose des informations pratiques et complètes au niveau technologique, économique, juridique et social. une multitude de fiches et de documents téléchargeables sont à votre disposition sur les sujets qui touchent votre société. «Ma création d entreprise» conseille les futurs créateurs ou repreneurs d entreprise. «Mon apprentissage & Brevet de Maîtrise» informe les jeunes gens en matière d apprentissage et de formation initiale dans l artisanat et sur les horaires et programmes des cours et des examens du Brevet de maîtrise. «Ma formation continue» permet aux chefs d entreprise et à leurs collaborateurs en quête de formation continue de consulter l offre de cours et de s inscrire directement en ligne. Beaucoup d autres choses vous attendent. surfez sur cdm.lu et restez informé sur l actualité qui concerne votre activité. CDM.lu - le PORTAIl DE la CHAMBRE DES MÉTIERS

18 18 CHRONIQUE JURIDIQUE sécurisez votre relation contractuelle! 1er module du nouveau cycle de conférences : «Bâtir sur du solide» Conférence organisée par la Chambre des Métiers et la Fédération des Artisans le 26 juin 2013 de 17h30 à 19h00 Orateurs : Maître François Cautaerts, avocat à la Cour, spécialiste en droit de la construction Monsieur Robert Kousmann, ingénieur-conseil et expert en bâtiment Le rendez-vous des professionnels de la construction * 1er module 2013 * Pour le 1er module «bâtir sur du solide», un échange entre deux spécialistes du secteur de la construction est proposé. Les orateurs, fort de leur connaissance des problèmes récurrents, proposent la mise en place de processus permettant de minimiser les zones d incertitudes juridiques et techniques, et de construire sa relation contractuelle en toute confiance. En effet, si un contrat bien rédigé est un «plus» commercial, ce contrat ne doit pas être, ni trop minimaliste, car c est la porte ouverte à l insécurité juridique, ni trop contraignant car il risque de faire fuir des clients potentiels. L accent sera mis sur la rédaction concrète des clauses d un contrat adapté au secteur de la construction. La rédaction des conditions générales sera également abordée ainsi que les solutions pratiques qui permettent d adapter la relation contractuelle à vos impératifs, qu ils soient techniques ou juridiques. Cette conférence se tiendra dans les locaux de la Chambre des Métiers en langue française. Une traduction en langue allemande sera proposée. Les personnes intéressées sont priées de s inscrire auprès de la Chambre des Métiers en renvoyant la fiche de participation, ou directement par internet (www.cdm.lu). FicHe De participation «bâtir sur Du solide» * 1er module 2013 * «Sécurisez votre relation contractuelle!» du A renvoyer au plus tard le par ou par fax ( ) Nom/Prénom : Dénomination de l entreprise : Adresse de l entreprise : N, Rue : Code Postal : Localité : Tél. : Signature :

19 CHRONIQUE JURIDIQUE 19 Les congés LégAux Du salarié : mode D emploi pour L employeur D HANDWIERK 5 / 2013 Conférence organisée par la Chambre des Métiers, le mercredi 12 juin 2013 de 17h30 à 19h00. Oratrice : Maître Gabrielle EYNARD, avocat à la Cour, ALLEN & OVERY. Le droit au congé payé peut être source de litiges car son application pratique n est pas toujours évidente. Afin d éviter certains écueils et de gérer les conflits potentiels, maître Gabrielle Eynard abordera les questions fréquemment soulevées autour des grands thèmes suivants : 1. Les règles générales en matière de fixation du congé Quel est le champ d action de l employeur en matière de fixation du congé? L employeur peut-il refuser un congé, voire annuler un congé déjà accordé? Dans quelle mesure peut-il imposer des dates de congé? Quelles sont les règles en cas de fermeture d entreprise? 2. Le report ou l extinction du droit au congé Quand l employeur peut-il valablement opposer au salarié l extinction de son congé légal? Dans quels cas le congé est-il reporté? Quelles sont les limites du report au vu des dernières décisions judiciaires? 3. Le droit au congé en cas de rupture du contrat de travail Comment l employeur peut-il récupérer des jours de congé pris en trop? Quelle incidence a une dispense de travail sur le droit au congé? Un licenciement peut-il intervenir pendant le congé? Comment calculer l indemnité de congé? Quelle est la force probante d une fiche de salaire en matière de décompte de congé? 4. Les jours fériés légaux et les congés extraordinaires Quels sont les droits des travailleurs à temps partiel? Les congés extraordinaires sont-ils cumulables? Quelle est l incidence d une maladie sur ces congés / jours fériés? Cette séance d information se tiendra dans les locaux de la Chambre des Métiers en langue française. Une traduction en langue allemande sera proposée. Les personnes intéressées sont priées de s inscrire auprès de la Chambre des Métiers en renvoyant la fiche de participation, ou directement par internet (www.cdm.lu) FicHe De participation A LA conférence Du Les congés légaux du salarié, mode d emploi pour l employeur A renvoyer au plus tard le par ou par fax ( ) Nom/Prénom : Dénomination de l entreprise : Adresse de l entreprise : N, Rue : Code Postal : Localité : Tél. : Signature :

20 20 CHRONIQUE JURIDIQUE Le congé parental LégèremeNt ADApté Suite à une modification de la directive européenne en la matière, la législation luxembourgeoise sur le congé parental a récemment été adaptée. La loi votée par la Chambre des Députés intervient à deux niveaux. Premièrement, elle porte de trois à quatre mois la durée du droit à congé non indemnisé du parent qui n a pas pris le congé parental consécutivement au congé de maternité ou au congé d accueil, mais remplissant par ailleurs les autres conditions du congé parental. Deuxièmement, elle attribue au salarié du secteur privé, aux agents de l Etat et à ceux du secteur communal le droit de demander à son employeur l aménagement de son horaire et/ ou de son rythme de travail pendant une durée déterminée. L employeur doit examiner cette demande et y répondre en tenant compte de ses propres besoins et de ceux du demandeur. Si la demande est rejetée, ce rejet doit être motivé. La violation des obligations imposées par la nouvelle loi donne droit à des dommages-intérêts au profit du salarié, à fixer par le tribunal du travail. intérêts pour retard De paiement DANs Les transactions commerciales : Les créanciers mieux protégés La loi modifiée du 18 avril 2004 relative aux délais de paiement et aux intérêts de retard, a été modifiée par une loi du 29 mars 2013 portant transposition de la directive 2011/7/Ue. Cette réforme qui entre en vigueur à compter du 13 avril 2013 car la loi a été publiée au mémorial le 11 avril 2013 concerne exclusivement les transactions commerciales, et prévoit les changements suivants : l augmentation d un point de pourcentage du taux de l intérêt légal pour retard de paiement ; le principe de l attribution «automatique» d une somme forfaitaire de 40 euros pour frais internes de recouvrement en cas de retard de paiement ; une aggravation des restrictions à la liberté contractuelle en la matière afin de mieux protéger le créancier. 1. Le taux de l intérêt légal dans les transactions commerciales a été augmenté Ce taux est porté à une majoration du taux directeur de la Banque Centrale Européenne le «taux de référence» de 8 points de pourcentage, au lieu de 7 points de pourcentage antérieurement prévu. Pour le 1er semestre 2013, ce «taux de référence» est de 0,75% (Mémorial B N 13 du 28 janvier 2013, p. 374). Pour le 1er semestre 2013, et en l absence de dispositions légales particulières relatives au mode de calcul, la Chambre des Métiers suggère de distinguer deux périodes : du au : le taux d intérêt légal est de 7,75% ; du au : le taux d intérêt légal est de 8,75%. 2. Un montant forfaitaire de 40 pour frais internes de recouvrement est légalement prévu Le créancier peut désormais exiger un montant forfaitaire de 40 euros pour indemniser les frais internes de recouvrement. Depuis le 13 avril 2013, ce montant peut être demandé par le créancier dès que des intérêts pour retard de paiement sont dus, même si aucun rappel n a été encore fait. Il faut souligner que cette indemnisation forfaitaire n empêche pas le créancier de demander, en plus, une indemnisation raisonnable pour les autres frais de recouvrement comme, par exemple, les frais de rappel et les frais d avocat. 3. Une aggravation des restrictions à la liberté contractuelle afin de mieux protéger les créanciers Afin de protéger les intérêts des créanciers pouvant être mis à mal par des débiteurs en position de force, on notera trois grandes dispositions.

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR A PROPOS DE LA FORMATION DES AGENTS TERRITORIAUX o Les enjeux du système de formation. o Que peut apporter la formation à votre vie professionnelle? o Les formations que vous

Plus en détail

Une organisation performante est la première clé de votre réussite.

Une organisation performante est la première clé de votre réussite. PACK COMPTABILITE 10 jours de collectif Vous êtes créateur d entreprise, ou vous voulez tout simplement gagner du temps et diminuer vos frais de comptabilité actuels? Une organisation performante est la

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Le contrat d apprentissage

Le contrat d apprentissage Mai 2009 contrats et mesures Le contrat d apprentissage Vous recrutez un jeune tout en bénéficiant d avantages financiers. Vous le préparez à un métier de votre entreprise et à une qualification professionnelle

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

NewCity. Box Storage Container & Caddy

NewCity. Box Storage Container & Caddy NewCity NewCity NewCity überzeugt auf der ganzen Linie. Eine klare Organisation, ein optimales Preis-Leistungs- Verhältnis und viel Spielraum für Individualität zeichnen dieses Konzept aus. Bringen Sie

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Taux d'intérêt des instruments de la SNCI

Les avis de la Chambre des Métiers. Taux d'intérêt des instruments de la SNCI Les avis de la Chambre des Métiers Taux d'intérêt des instruments de la SNCI CdM/06/03/14 14-9 Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal du 18 janvier 2005 fixant les conditions

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

1. Code de la sécurité sociale

1. Code de la sécurité sociale Points-clés de la loi du 17 décembre 2010 portant réforme du système de soins de santé et modifiant : 1. le Code de la sécurité sociale ; 2. la loi modifiée du 28 août 1998 sur les établissements hospitaliers.

Plus en détail

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO

Dossier de presse. Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP. 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Dossier de presse Témoignage d apprentis : une voie d excellence pour trouver un emploi dans le BTP 7 MAI 2015 Visite de l entreprise ZANETTO Contacts : Service interministériel de la communication des

Plus en détail

Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias

Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias Débat de consultation sur la compétitivité à la Chambre des Députés: Luc Frieden, Ministre des Finances, Ministre des Communications et des Médias 16 mai 2013 I. Le maintien de finances publiques saines

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise

FORMULAIRE D INSCRIPTION. l Institut des juristes d entreprise FORMULAIRE D INSCRIPTION à renvoyer à l IJE, rue des Sols 8, 1000 Bruxelles Par la présente, je souhaite poser ma candidature comme membre de l Institut des juristes d entreprise MERCI D ECRIRE EN LETTRES

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers

Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers Remise du Prix Créateur 2012 Discours de Monsieur KUHN, Président de la Chambre des Métiers - Madame la Ministre, - (Monsieur le député), - Monsieur le Président du comité de direction BGL BNP PARIBAS

Plus en détail

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC

BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC BTS NRC Session 2009 MGAC Corrigé ALTICLIC Partie 1 : Évaluer le marché (21 points) 1. Établir un diagnostic de ces deux segments de marché. Conclure. (11 points) Diagnostic : 8 points. Marché du bâtiment

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

La formation professionnelle une clé d entrée pour le marché de l emploi

La formation professionnelle une clé d entrée pour le marché de l emploi Communiqué de presse La formation professionnelle une clé d entrée pour le marché de l emploi Remise des CATP et CITP au Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg Ce dimanche 31 janvier 2010, la Chambre

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Réserve Personnelle. Persönliche Reserve. Emprunter et épargner en fonction de vos besoins. Leihen und sparen je nach Bedarf

Réserve Personnelle. Persönliche Reserve. Emprunter et épargner en fonction de vos besoins. Leihen und sparen je nach Bedarf crédit épargne Réserve Personnelle Emprunter et épargner en fonction de vos besoins Persönliche Reserve Leihen und sparen je nach Bedarf Réserve Personnelle Vous voulez disposer à tout moment des moyens

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

Pacte social pour les industries de la métallurgie

Pacte social pour les industries de la métallurgie Paris le, 22 mai 2014 Contact : Dominique Gillier, Secrétaire général FGMM-CFDT 01 56 41 50 70 Pacte social pour les industries de la métallurgie Dans le cadre des engagements des branches pour la mise

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Dossier de presse. Une carte d identité pour l entreprise artisanale

Dossier de presse. Une carte d identité pour l entreprise artisanale Dossier de presse Une carte d identité pour l entreprise artisanale Contact presse Elisabeth de Dieuleveult, Responsable des relations avec la presse 01 44 43 10 96 et 06 61 25 98 00 dieuleveult@apcma.fr

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

La formation professionnelle des salariés : principes généraux

La formation professionnelle des salariés : principes généraux 2 nd forum des associations Juin 2013 - Goyave La formation professionnelle des salariés : principes généraux Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi

Plus en détail

COMPTE D ÉPARGNE bloqué jusqu à l âge de 18 ans Bis zum 18. Lebensjahr gesperrtes SPARKONTO

COMPTE D ÉPARGNE bloqué jusqu à l âge de 18 ans Bis zum 18. Lebensjahr gesperrtes SPARKONTO COMPTE D ÉPARGNE bloqué jusqu à l âge de 18 ans Bis zum 18. Lebensjahr gesperrtes SPARKONTO Nombreuses sont les questions qui nous viennent à l esprit quand nous pensons à l avenir de nos enfants, petits-enfants,

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. Utilisation de lasers à visée cosmétique et/ou esthétique

Les avis de la Chambre des Métiers. Utilisation de lasers à visée cosmétique et/ou esthétique Les avis de la Chambre des Métiers Utilisation de lasers à visée cosmétique et/ou esthétique CdM/25/02/2014 14-1 Avant-projet de règlement grand-ducal portant réglementation des dispositifs médicaux qualifiés

Plus en détail

DASgroupe. Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE

DASgroupe. Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE DASgroupe Un large éventail de protections qui répondent aux besoins de vos clients VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE VOTRE ACCÈS À LA JUSTICE «Le professionnalisme de DAS et son assurance de frais juridiques si

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Histoires de vie-généalogie Parcours 11. Les papiers parlent-les papiers se taisent. Cicatrices de la Deuxième Guerre mondiale.

Histoires de vie-généalogie Parcours 11. Les papiers parlent-les papiers se taisent. Cicatrices de la Deuxième Guerre mondiale. Histoires de vie-généalogie Parcours 11 Les papiers parlent-les papiers se taisent. Cicatrices de la Deuxième Guerre mondiale Moi,, - _ Document 1a. ADBR 100 J 270 Document 1b. ADBR 100 J 270 Transcription

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Le Microcrédit Relance

Le Microcrédit Relance La Ministre Céline Fremault soutient une nouvelle aide pour favoriser la relance des petites entreprises bruxelloises Le Microcrédit Relance Un partenariat CEd Crédal Conférence de presse du 17 décembre

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR. Notre mission : vous apprendre un métier

APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR. Notre mission : vous apprendre un métier PPR P APPRENTISSAGE ÔTELLERIE RESTAURATION SANTÉ MANAGEMENT COMMERCE COMPTABILITÉ AGROALIMENTAIR Notre mission : vous apprendre un métier Le Centre de Formation des Apprentis Régional de la Chambre de

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Comité de conjoncture Secrétariat. Plan de maintien dans l emploi

Comité de conjoncture Secrétariat. Plan de maintien dans l emploi Plan de maintien dans l emploi Objectif Introduit dans le Code du travail par la loi du 22 décembre 2006 Double introduction des instruments de maintien dans l emploi: 1) Plan de maintien dans l emploi

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges

Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Cahier des charges Ministère de l Industrie de la PME et de la Promotion de l Investissement. Division de la Qualité et de la Sécurité Industrielle Cahier des charges relatif à la sélection des entreprises et organismes

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte

SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE. Madame le Directeur général de la Chambre de Commerce et d Industrie de Côte SIGNATURE DE CONVENTION AVEC LA CHAMBRE DE COMMERCE ALLOCUTION DU DG DE LA POSTE DE COTE D IVOIRE Monsieur le 1 er Vice-Président, représentant Monsieur le Président de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

EUROPATAG, 9 mai 2011

EUROPATAG, 9 mai 2011 EUROPATAG, 9 mai 2011 Intervention Jacky Gillmann Sehr geehrte Frau Bundesrätin, Sehr geehrter Herr Botschafter, Meine Damen und Herren Es ist mir eine grosse Ehre Sie alle hier auf unserer Baustelle Am

Plus en détail

La participation au Trophée des Audacieuses

La participation au Trophée des Audacieuses Réglement du concours A ÉDITION 2013 Article 1 : Objet et catégories du Trophée A La création d entreprise par les femmes est encore insuffisante. Les femmes ne représentent, en effet, que 30 % créateurs

Plus en détail

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI

Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI DOSSIER PRESSE 1 9 j u i n 2 0 1 3 Stimuler l accès au crédit des artisans avec la pré-garantie SIAGI Signature des protocoles de collaboration entre la SIAGI et les Chambres de métiers et de l artisanat

Plus en détail

e ntretien professionnel côté E m P loye ur

e ntretien professionnel côté E m P loye ur e ntretien professionnel côté E m P loye ur des réponses pour bien l appréhender Collection Entreprise EntrE tie n profe ssionne l une étape clé P our construire l ave n i r Moment clé rythmant la vie

Plus en détail

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier

La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier La réforme des pensions et son impact sur le deuxième pilier Les petits déjeuners de l ADP 19 juin 2015 Florence DELOGNE Directrice adjointe du Ministre des Pensions 1 L accord de gouvernement prévoit

Plus en détail

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges

Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Ministère de l Industrie et des Mines. Cahier des charges Relatif à la sélection des entreprises et organismes au programme d aide de l Etat à l accompagnement pour la certification des systèmes de management

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans

DOSSIER DE PRESSE. Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans DOSSIER DE PRESSE Décret relatif au départ à la retraite à 60 ans 6 juin 2012 Fiche 1 : Présentation de la mesure Fiche 2 : Pourquoi cette mesure? Fiche 3 : Comment s appliquera-t-elle? A qui bénéficiera-t-elle?

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION

DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION DOSSIER DE PRESENTATION DES PROJETS AU COMITE DE SELECTION I. PRESENTATION DU OU DES PORTEURS DE PROJET ETAT CIVIL Nom : Prénom...:. Adresse :. Code postal :. Date de naissance : Nationalité : Commune

Plus en détail

Réformes dans la Fonction publique

Réformes dans la Fonction publique Réformes dans la Fonction publique Lors des entrevues de janvier et de février 2012 avec les associations professionnelles et syndicats de la CGFP, les ministres de la Fonction publique avaient fait savoir

Plus en détail

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?

1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance? La portabilité de la couverture prévoyance 1. Qu est ce que la portabilité des droits en matière de prévoyance?... 1 2. Quelles sont les ruptures de contrat de travail concernées par la portabilité?...

Plus en détail

Modules de formation H R S E R V I C E S

Modules de formation H R S E R V I C E S Modules de formation H R S E R V I C E S C est en s inspirant de la collaboration avec ses partenaires professionnels que Securex a conçu ce catalogue de formations dédié aux différents aspects de la gestion

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15

Questionnaire sur le profil d investisseur. Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire sur le profil d investisseur Nom du client : Nom du conseiller : Date : Objectif financier : 4728-00F-JUIN15 Questionnaire 1. Quand aurez-vous besoin de toucher à ce portefeuille de placement,

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES

DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES DOSSIER DE PRESSE RÉFORME DES BOURSES enseignementsup-recherche.gouv.fr Twitter : @MinistereESR «Après l effort exceptionnel qui avait été fait au budget 2013, avec une progression de plus de 7 % pour

Plus en détail

Évaluation de la formation professionnelle

Évaluation de la formation professionnelle LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Ministère de l'éducation nationale, de l Enfance et de la Jeunesse Dossier de presse Évaluation de la formation professionnelle Une mise en œuvre difficile,

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience

PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience PARTIE 1 Le dispositif de validation des acquis de l expérience 10952_VAE_p001p005.indd 5 22/05/08 11:47:18 FICHE 1 Le principe et les modalités de la VAE Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes

Plus en détail

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe

Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe Un nouveau régime de qualifications professionnelles pour l Europe L UE pour la croissance et l emploi Marché intérieur et services Michel Barnier Membre de la Commission européenne en charge du marché

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3248 Convention collective nationale IDCC : 1512. PROMOTION IMMOBILIÈRE AVENANT

Plus en détail

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS

INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER ACCOMPAGNER DEVELOPPER ÉVEILLER VOS IDÉES RÉALISER VOS PROJETS INNOVER POUR ALLER PLUS LOIN Thibault CHARLES, Fondateur et directeur d isonomia «De formation ingénieur et expert en physique du

Plus en détail

POUvons-nous encore travailler avec les technologies d hier? entrepreneurs, faites le choix de l économie numérique

POUvons-nous encore travailler avec les technologies d hier? entrepreneurs, faites le choix de l économie numérique MINISTÈRE DES PETITES ET MOYENNNES ENTREPRISES DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DES PROFESSIONS LIBÉRALES POUvons-nous encore travailler avec les technologies d hier? entrepreneurs, faites le choix de l

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS

CIFAM FORMATEUR DE TALENTS CIFAM FORMATEUR DE TALENTS Les Métiers du Tertiaire par l Apprentissage Comptable Gestionnaire Assistant de Gestion PME/PMI Retrouvez toutes nos formations sur www.cma-nantes.fr (espace CIFAM) Sommaire

Plus en détail

Pour bien démarrer et pour durer!

Pour bien démarrer et pour durer! oseo.fr OSEO Document non contractuel Conception-Réalisation : W & CIE Réf. : 6522-04 Septembre 2009 Ce document est imprimé sur du papier fabriqué à 100 % à base de fibres provenant de forêts gérées de

Plus en détail

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo

Forum National sur le Climat des Affaires au Togo REPUBLIQUE TOGOLAISE ------------------------ Travail-Liberté-Patrie ------------- Discours d ouverture de : Son Excellence Kwesi Séléagodji AHOOOMEY-ZUNU Premier Ministre, Chef du Gouvernement au Forum

Plus en détail

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE

Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste. Dossier de recevabilité VAE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DE LA MUTUALITE Certificat de Qualification Professionnelle Conseiller(ère) mutualiste Dossier de recevabilité VAE Candidat

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Sommaire. p. 5-6. Historique... p. 7. Structure & Organisation... p. 8-9. Missions & Fonctions... p. 10. Quelques chiffres... p. 10. Perspectives...

Sommaire. p. 5-6. Historique... p. 7. Structure & Organisation... p. 8-9. Missions & Fonctions... p. 10. Quelques chiffres... p. 10. Perspectives... Sommaire Historique... Structure & Organisation... Missions & Fonctions... Quelques chiffres... Perspectives... Partenaires... p. 5-6 p. 7 p. 8-9 p. 10 p. 10 p. 11 Historique En novembre 1993, l instance

Plus en détail

Le Club de Gestion. Congés payés : mode d emploi. www.club gestion.fr

Le Club de Gestion. Congés payés : mode d emploi. www.club gestion.fr Les salariés ont droit chaque année à des congés payés d une durée maximale de 5 semaines depuis 1982. Les règles de calcul et d indemnisation de ces périodes non travaillées sont régies par le code du

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE FRANCHISE

DOSSIER DE CANDIDATURE FRANCHISE Zone réservée à Clikeco Dossier reçu le : / / 20 CONFIDENTIEL Département(s) : NOM : DOSSIER DE CANDIDATURE FRANCHISE Copyright Clikeco Groupe Waste Logistic, tous droits de reproduction reserves pour

Plus en détail

Contrat tripartite. Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant. Action «Propriété Industrielle»

Contrat tripartite. Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant. Action «Propriété Industrielle» Contrat tripartite Medicen Paris Region /Entreprise / Consultant Action «Propriété Industrielle» Entre les soussignés : d une part, Le pôle de compétitivité Medicen Paris Region, constitué sous la forme

Plus en détail

Prix «Le Créateur» 2015 Règlement

Prix «Le Créateur» 2015 Règlement Article 1- Objet du Prix «Le Créateur» La (ci-après «la Fondation»), sous l égide de la Fondation du Patrimoine, a pour objet la sauvegarde, la promotion et le développement des métiers d art, de création,

Plus en détail

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN

Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN Pourquoi et comment impliquer les salariés? Anne-Christine POIROT / NAMASKA Quentin BEVAN / BABYLOAN NAMASKA Conçoit et déploie des opérations de communication pour mobiliser les collaborateurs autour

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail