Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais"

Transcription

1 Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients Une banque universelle organisée autour de la banque de dépôt ou de détail clientèle particuliers et professionnels de la banque d affaire ou d investissement clientèle de grandes entreprises, participations de la gestion d actifs et assurance clientèle particuliers et entreprises Séparation auparavant 1

2 Nature de la concurrence Une libéralisation/déréglementation dans les années 80 des marchés moins cloisonnés (moins de barrières à l entrée) plus de concurrence par les capacités pour accroître les parts de marché (concurrence spatiale) ouverture d agences pour densifier son réseau : plus de agences en France actuellement conséquence : surcapacités baisse de la rentabilité : hausse des CM des agences incitation à la concentration (BNP-Paribas, CA-CL) pour obtenir des économies d échelle/de gamme et accroître leur pouvoir de marché et à l entente entre banques condamnation des banques françaises pour entente sur les prêts immobiliers à la fin des années 80 L exemple des cartes bancaires Les cartes bancaires : un GIE (groupement d intérêt économique) géré par les banques un «marché à double face» (avec deux catégories de clients) d un côté les commerçants équipés de boîtiers CB de l autre côté les détenteurs de cartes importance de la tarification pour assurer le succès de ce type de marché/plate-forme efficace de faire des subventions croisées : subventionner ceux qui apportent le plus d externalités de réseaux dans la réalité, les commerçants paient plus que les clients (droit d entrée et commissions sur les transactions) mais soupçon d entente et d abus de PD collective des grandes banques pour évincer les petites banques (banques à distance) pour surfacturer les services des deux côtés du «marché» 2

3 Marché du crédit L approche par l économie de l information Akerlof, Stiglitz, Spence, prix Nobel en 2001 Deux défis pour les banques la sélection adverse = opportunisme pré-contractuel Comment sélectionner les bons crédits/emprunteurs et éliminer les mauvais? le risque moral = opportunisme post-contractuel Comment inciter l emprunteur à rembourser son crédit? Spécificité du marché bancaire : l ampleur des asymétrie d informations rôle central de l information sur les risques et le rendement des projets à financer Sélection adverse Définition = dysfonctionnement/défaillance du marché qui conduit à chasser les bons produits ou les bons partenaires du marché, voir à faire disparaître le marché lorsqu une des parties n observent pas la qualité des produits ou de ses partenaires Exemple : le marché des voitures d occasion (Akerlof [1970]) le marché de l assurance le marché de l emploi 3

4 Application aux crédits Deux projets d investissement à financer pour 1million A projet sans risque ayant un rendement de 10% B projet risqué ayant un rendement de 30% avec proba de 0.5 et une faillite/échec avec une proba de 0.5 Rendement espéré 15% si taux d intérêt inférieur à 10%, les deux projets sont proposés si taux d intérêt supérieur à 10%, la banque ne se retrouve qu avec des projets risqués ayant un rendement moyen plus élevé Pas toujours judicieux de relever ses taux d intérêts pour une banque (même si offre<demande) renforce la sélection adverse implication = tendance au rationnement du crédit Remède à la sélection adverse Mécanismes de filtrage à l initiative de la banque entretien avec l investisseur pour mieux évaluer les risques du projet (scoring) Mécanismes de signal à l initiative ou supporté par l emprunteur apport personnel, hypothèques, gages cautions de tiers Solution de second rang = relation contractuelle sous-optimale= marché du crédit imparfait coût d agence correspondant aux coûts de filtrage et de signal 4

5 Le risque moral Attitude opportuniste d une des parties lorsque son comportement ne peut être surveillé ou évalué parfaitement par l autre partie. A l origine, un problème d assurance : le fait d être assuré conduit à relâcher ses comportements de prudence et de prévention, à prendre plus de risque qui s étend aux relations principal-agent (délégation) dans le secteur bancaire relations entre l emprunteur et le prêteur relations entre les dirigeants de la banque et les clients/dépositaires Le cas du Crédit Lyonnais dans les années 80 Une banque publique qui reçoit les dépôts de particuliers et qui prête à des entreprises Garantie de l État : pas de faillite Supposons deux types d investissement pour lesquels il existe une incertitude sur le rendement A sans risque : rendement de 10% avec proba 0.5, rendement nul avec proba 0.5 rendement espéré=5% B très risqué : rendement de 20% avec proba 0.5, rendement de -30% avec proba de 0.5: rendement espéré=-5% 5

6 Crédit Lyonnais (suite) Hypothèse que les dépositaires apportent 98 % des fonds et les dirigeants de la banque 2% Hypothèse que les dépôts ne sont pas rémunérés et que les dirigeants capturent les profits (sous forme d avantages en nature, salaires) Si investissement A, rentabilité 5 % pour les dirigeants et si investissement B, rentabilité 9.7% 0.5*100%*20% +0.5*2%*(-30%)=9.7% Les dirigeants ont tendance à préférer les investissements risqués Pas propre aux banques publiques, mais aux banques sans mécanisme de contrôle et de surveillance des dirigeants même cas aux USA pour les caisses d épargne dans les années 80 Solution au risque moral Renforcer la surveillance et les audits des emprunteurs (notamment sur les entreprises) pour éviter la faillite et la perte des créances des dirigeants de banque gouvernement d entreprise Exemple du Crédit Agricole : séparation des fonctions de président du CA(Mr Carron) et des fonctions de directeur général du CA (Mr Laurent) Responsabiliser et motiver proposer des contrats incitatifs aux dirigeants bancaires proposer des prêts bancaires incitatifs garanties personnelles et cautions 6

7 Perspectives Essor des TIC et de l Internet une réduction des coûts d exploitation (gains de productivité) un enrichissement des services offerts aux clients mais une source de concurrence entre banques «physiques» et les banques en ligne (à distance) Des marchés très cloisonnés au niveau européen Densité des réseaux nationaux d agence comme barrière à l entrée pour des banques étrangères vers une nouvelle phase de concentration à l échelle européenne? Quelques mots-clés à retenir Coûts de transaction, coûts d agence/relation d agence, discrimination, vente liée/bundling, abus de position dominante, collusion, fusion, différenciation, contrat incomplet, franchise, risque moral, sélection adverse, externalités de réseau, économie d échelle, concentration, marché pertinent, biens systèmes, gouvernance d entreprise, alliance, restriction verticale (distribution restrictive) 7

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

2- Antisélection et rationnement du crédit

2- Antisélection et rationnement du crédit 2- Antisélection et rationnement du crédit Objectif : comprendre le dysfonctionnement d'un marché avec asymétrie d'information Cas du marché du crédit Nature de l'asymétrie d'information : avant la conclusion

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

Intervention sur les banques

Intervention sur les banques Intervention sur les banques Guichen, le 09/11/2011 Simon CORNEE Maître de Conférences Faculté des Sciences Economiques - Université de Rennes 1 / CREM UMR 6211 simon.cornee@univ-rennes1.fr 1 Système financier

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

6- Concurrence et stabilité bancaire

6- Concurrence et stabilité bancaire 6- Concurrence et stabilité bancaire Les banques sont vulnérables à l'instabilité fragiles : transformation des échéances risque de ruées des déposants, crises systémiques enclines à prendre trop de risque

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

Thomas Ricolfi 28/05/2009 Track Social Business CONFIDENTIEL. Les coûts liés à l asymétrie d information dans le microcrédit

Thomas Ricolfi 28/05/2009 Track Social Business CONFIDENTIEL. Les coûts liés à l asymétrie d information dans le microcrédit Thomas Ricolfi 28/05/2009 Track Social Business CONFIDENTIEL Les coûts liés à l asymétrie d information dans le microcrédit Introduction Il y a, depuis quelques années, un véritable changement dans le

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Thierry Pénard Licence 3 EME Année 2011-2012 Comprendre les performances des firmes Marge nette en 2009 (%) Microsoft 24,9 36,8 Intel 12,4 10,5 Apple 15,6 20,5 Nokia 2,2 6,5 Danone 9,1 11,4 Coca Cola 22,3

Plus en détail

STRATEGIE DES FIRMES ELEMENTS DE CORRECTION

STRATEGIE DES FIRMES ELEMENTS DE CORRECTION Université de RENNES I Année universitaire 2006-2007 FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES LICENCE ECONOMIE-GESTION 2 et AES 2 Cours de : M. Thierry Pénard et Eric Darmon Durée : 2 heures Documents et calculatrice

Plus en détail

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Introduction Émergence dans les années 80s Recherche de fondements microéconomiques solides

Plus en détail

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss.

Économie, connaiss.de base Réponse 1. Économie, connaiss.de base Question 1 Affaires bancaires. Économie, connaiss. Économie, connaiss.de base Question 1 Économie, connaiss.de base Réponse 1 Quels sont les six types de banques les plus importants? les grandes banques les banques cantonales les banques régionales/caisses

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1993 Dans un contexte marqué par un repli général des taux d intérêt (d une fin d année à l autre, les taux directeurs ont baissé de près de 300 points

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com

Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com Introduction Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 2 Présentation du 11 e Observatoire du Crédit Sandrine ALLONIER Responsable des études économiques 3 6,00% Evolution des taux des marchés

Plus en détail

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche

Plus en détail

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme

La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 20 juin 2012 La Banque Postale propose aux collectivités locales une nouvelle offre de crédit court terme Acteur engagé avec La Poste dans le développement des territoires,

Plus en détail

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire

Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Marchés financiers et activité économique Canaux de transmission de la politique monétaire Mishkin F. (1996), «Les canaux de transmission monétaire : leçons pour la politique monétaire», Bulletin de la

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Les raisons de la restructuration du secteur bancaire

Les raisons de la restructuration du secteur bancaire raisons de la restructuration du secteur bancaire Jeudi 19 mars Plan 1 2 3 4 5 Contexte Contexte Actualité riche en évenements Annonce de la fusion de la Caisse d Epargne et du groupe Banque Populaire

Plus en détail

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien

MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM. Dakar 11 &12 mai 2014. Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien MFW4A 2014 PARTNERSHIP FORUM Dakar 11 &12 mai 2014 Crédit à l habitat et secteur informel Expérience du marché indien Olivier Hassler Housing Finance Consultant ohhfinance@gmail.com 1 Aperçu du crédit

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

Les Marchés. Intervention du 29/03/2012- Sébastien Galanti

Les Marchés. Intervention du 29/03/2012- Sébastien Galanti Les Marchés Intervention du 29/03/2012- Sébastien Galanti 1 Plan 1- Rappels concurrence imparfaite, bien collectifs, externalités 2- Information imparfaite 3- Information asymétrique 4- Antisélection 5-

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Coûts de transfert de compte bancaire

Coûts de transfert de compte bancaire LA MOBILITE BANCAIRE La concurrence ne peut fonctionner que si la mobilité du client est assurée. Avec 2 %, le marché français semble présenter un des taux les plus faibles d attrition au niveau des marchés

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Financer votre création d entreprise

Financer votre création d entreprise Agence Pour la Création d Entreprises Financer votre création d entreprise Troisième édition Éditions APCE, 2000, 2004, 2006 Groupe Eyrolles, 2000, 2004, 2006 ISBN : 2-7081-3622-4 INVESTIR! MAIS COMBIEN?

Plus en détail

La référence du courtage en crédit immobilier

La référence du courtage en crédit immobilier La référence du courtage en crédit immobilier Sommaire 1. Un acteur historique du courtage en France. 2. Un actionnaire prestigieux 3. Notre métier : le courtage en crédit immobilier. 4. L équipe dirigeante

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique

E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique E et de levier et instabilité nancière : un modèle théorique Edouard Challe Ecole Polytechnique/Chaire FDIR 27/01/2009. Challe (Ecole Polytechnique/Chaire FDIR) E et de levier et instabilité nancière 27/01/2009

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée

2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée 2- L'intermédiation financière comme surveillance déléguée Expliquer la place des banques comme intermédiaires dans les financements (Diamond, 1984). Intermédiaire financier : agent à qui est délégué l'investissement

Plus en détail

Barème indicatif des honoraires

Barème indicatif des honoraires Barème indicatif des honoraires Tarifs applicables à compter du 01/01/2010 MARC TELLO-SOLER Avocat 160 Gde Rue St. Michel 31400 Toulouse www.mts-avocat.net tello-soler@mts-avocat.net Sommaire Notice du

Plus en détail

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers

Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers GESTION DE CREDIT Chapitre 1 : contexte et environnement des crédits bancaires aux particuliers Quand les dépenses projetés par les particuliers dépassent les ressources envisagées, autrement dit quand

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2008 Assemblée Nationale Commission des finances, de l'économie générale et du plan MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Responsabilité des créanciers en matière environnementale

Responsabilité des créanciers en matière environnementale 1 Responsabilité des créanciers en matière environnementale Un survol de la littérature Karine Gobert juin 1999 Plan 2 0. Problématique et notations I. Responsabilité limitée I.1 Partage des responsabilités

Plus en détail

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme

Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Université d Oran / Faculté des Sciences Commerciales Spécialité : 4 eme Finance / Module : Les Techniques Bancaires Fiche N 7 : La Relation Banque - Particuliers I)- Les Comptes et Les Placements Bancaires

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

LIVRE VERT SUR LE CREDIT HYPOTHECAIRE DANS L UNION EUROPEENNE

LIVRE VERT SUR LE CREDIT HYPOTHECAIRE DANS L UNION EUROPEENNE LIVRE VERT SUR LE CREDIT HYPOTHECAIRE DANS L UNION EUROPEENNE Crédit Agricole est classé parmi les trois principaux groupes bancaires européens en termes de total de bilan et de montant des fonds propres

Plus en détail

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005

S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 S adresser aux investisseurs et aux prêteurs en 2005 Jean Robert Lacasse, vice-président et directeur de secteur Ouest du Québec Le 8 décembre 2004, Montréal S adresser aux investisseurs et aux prêteurs

Plus en détail

APPROCHE BANCAIRE du financement des Petites Centrales Hydrauliques (PCH)

APPROCHE BANCAIRE du financement des Petites Centrales Hydrauliques (PCH) APPROCHE BANCAIRE du financement des Petites Centrales Hydrauliques (PCH) Grégory Raboisson Le 25 septembre 2015 APPROCHE BANCAIRE DU FINANCEMENT DES PCH 1. Présentation de Crédit Agricole UNIFERGIE 2.

Plus en détail

Les sources de financement

Les sources de financement Les sources de financement Lorsque l on étudie le financement d une entreprise, on distingue : Les sources à court terme (moins d une année). Les sources à moyen terme (entre 2 et 5 ans). Les sources à

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

Une analyse de la structure financière

Une analyse de la structure financière Une analyse de la structure financière Mishkin (2004), Monnaie, Banque et marchés financiers, Pearson Education, ch. 8 Système financier : permet de canaliser les fonds des épargnants vers les agents auxquels

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

L apport : combien, comment et avec qui le constituer?

L apport : combien, comment et avec qui le constituer? L apport : combien, comment et avec qui le constituer? CGP La force et la proximité d un réseau national Intervenants Joël LECOEUR - Expert-Comptable CAEN Olivier DESPLATS - Expert-Comptable LILLE Définition

Plus en détail

Coûts de sortie et politique concurentielle : Nathalie Daley. Le cas de la banque de détail en France

Coûts de sortie et politique concurentielle : Nathalie Daley. Le cas de la banque de détail en France Cerna, Centre d économie industrielle Ecole Nationale Supérieure des Mines de Paris 60, boulevard Saint Michel 75272 Paris Cedex 06 France Tél. : 33 (1) 40 51 90 91 Fax : 33 (1) 44 07 10 46 daley@ensmp.fr

Plus en détail

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?»

A quoi sert une banque? corrigé 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Lien avec la finance pour tous : à quoi sert une banque? (http:///-la-banque-a-quoi-ca-sert-.html) sur le site Synthèse commune sous forme de schéma ROLE

Plus en détail

Coûts de sortie et politique concurrentielle : le cas de la banque de détail en France

Coûts de sortie et politique concurrentielle : le cas de la banque de détail en France Economic Focus Juin 2005 L'analyse économique appliquée au droit Coûts de sortie et politique concurrentielle : le cas de la banque de détail en France Introduction L objectif de l Acte U nique de 1986

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers!

PRÊTS IMMOBILIERS. Concrétisez vos projets immobiliers! PRÊTS Concrétisez vos projets immobiliers! TOUTES UNIVERS NOS BANQUE SOLUTIONS POUR VOTRE IMMOBILIER PROJET IMMOBILIER PRÊTS PRÊT CLÉ DE SOL Vous prévoyez l achat d un bien immobilier? Avec Groupama Banque,

Plus en détail

Exportation et développement Canada

Exportation et développement Canada Exportation et développement Canada Session d information à la réunion de la cellule de crise de la Conférence régionale des Élus (CRÉ) du Saguenay-Lac-Saint-Jean Saguenay, le 8 juin 2009 1 1 Qui est EDC?

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale

Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos. Introduction Générale Licence d Economie et de Gestion Licence MASS Cours de Manon Domingues Dos Santos Politique Economique Introduction Générale 1. Crise des «subprimes» et politique économique 1.1.Une explosion des crédits

Plus en détail

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition

Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Forum International de la Finance en Afrique Subsaharienne 1ère Edition Réguler l économie régionale: Quels produits financiers adaptés pour réduire la situation de surliquidité bancaire et drainer l Epargne

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013

7 mai 2013. Résultats du 1 er trimestre 2013 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre 2013 AVERTISSEMENT Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur les tendances. Ces données ne

Plus en détail

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012

États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers de DIANOVA CANADA INC. 31 décembre 2012 États financiers au 31décembre 2012 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 1 Résultats... 2 Évolution des actifs nets... 3 Bilan...

Plus en détail

Fondements de Finance

Fondements de Finance Programme Grande Ecole Fondements de Finance Chapitre 3 : Les taux d intérêt Cours proposé par Fahmi Ben Abdelkader Version étudiants Février 2012 Préambule «Le taux d intérêt est la rémunération de l

Plus en détail

Economie d entreprise

Economie d entreprise UNIVERSITE DE RENNES 1 ANNEE 2006-2007 Licence Droit 2 ème année Economie d entreprise THIERRY PENARD 1 HEURE (SANS DOCUMENT) ELEMENTS DE CORRECTION EXERCICE 1 : LES AGENCES IMMOBILIERES a) Plusieurs agences

Plus en détail

Annexe 1 : Manifestation d Intérêt

Annexe 1 : Manifestation d Intérêt Annexe 1 : Manifestation d Intérêt Fonds Européen d Investissement A l attention de l unité : Régional Business Development 96 Boulevard Konrad Adenauer L-2968 Luxembourg Appel à Manifestation d Intérêt

Plus en détail

Crise économique actuelle. KOB Formation Conseil-Nancycourriel:kobfc@free.fr

Crise économique actuelle. KOB Formation Conseil-Nancycourriel:kobfc@free.fr Crise économique actuelle 1 Diagnostic Baisse tendancielle du taux de profit (BTTP) Baisse de la rentabilité/innovation/hausse de la rentabilité Épuisement des ressources et développement des externalités

Plus en détail

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE

Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-163 du 29 novembre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Natixis Financement par le groupe BPCE L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général

QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général QUESTIONNAIRE A. Questions d ordre général (a) Base juridique: veuillez indiquer la base juridique applicable aux mesures mises en œuvre conformément au cadre temporaire. L aide sous forme de garanties

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Audition du 29 avril sur la Révision de la Directive Crédit à la Consommation, Parlement Européen, Comité Juridique et Marché Intérieur.

Audition du 29 avril sur la Révision de la Directive Crédit à la Consommation, Parlement Européen, Comité Juridique et Marché Intérieur. 2003-37/IL Direction Juridique Paris, le 5 mai 2003 Audition du 29 avril sur la Révision de la Directive Crédit à la Consommation, Parlement Européen, Comité Juridique et Marché Intérieur. Participant

Plus en détail

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo.

Une mutuelle pour les producteurs. de café et de Cacao du Togo. Retour au sommaire Une mutuelle pour les producteurs de café et de cacao au Togo BIM n 11-02 avril 2002 Betty WAMPFLER Le BIM d aujourd hui reprend une communication présentée par M. Plouffe de l ONG canadienne

Plus en détail

Intérêts. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M

Intérêts. Administration Économique et Sociale. Mathématiques XA100M Intérêts Administration Économique et Sociale Mathématiques XA100M 1. LA NOTION D INTÉRÊT 1.1. Définition. Définition 1. L intérêt est la rémunération d un prêt d argent effectué par un agent économique

Plus en détail

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque.

Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Suggestion à destination des Etats dans l'utilisation des Fonds Communs de Placements à Risque. Publié et mis en ligne le 5 février 2007 Un fonds commun de placement à risques (FCPR) est un fonds dont

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 6 du 21 juin 2006 C2004-298 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 26 février 2004

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE Conseil municipal du 16 décembre 2013 1 - Evolution de l encours de la dette de 2013 à 2014 : Encours de la dette au 01/01/2013

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DES PLACEMENTS Novembre 2009 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1. Gestion saine

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire

SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT. Aide-mémoire SOLUTIONS DE LA BANQUE MANUVIE POUR DES CONTRATS D ASSURANCE PERMANENTE DONNÉS EN GARANTIE D UN PRÊT Aide-mémoire 1 Solutions de la Banque Manuvie pour des contrats d assurance permanente donnés en garantie

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants :

Evolution de la réglementation de la microfinance. Présentation des intervenants : La réglementation de la microfinance : entre protection des clients et développement des IMF Evènement co-organisé par le Club Microfinance Paris, Convergences et la Fondation Grameen Crédit Agricole Présentation

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) TABLE DES MATIÈRES 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE D INVESTISSEMENT POUR LE FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT... 3 2. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES... 3 3.

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Pour être assurés du remboursement des crédits accordés, les prêteurs prennent des garanties, encore appelées «suretés». Les suretés sont

Plus en détail

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS

PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PRÉSENTATION DES MODÈLES D ÉTATS FINANCIERS PARTIE 1 : ANALYSE DES NORMES COMPTABLES SELON LA STRUCTURE DES ÉTATS FINANCIERS PARTIE 2 : ÉTATS FINANCIERS MODÈLES MODÈLE A ÉTATS FINANCIERS NON CONSOLIDÉS

Plus en détail

CIC Activité commerciale toujours en croissance

CIC Activité commerciale toujours en croissance Paris, le 26 juillet 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE CIC Activité commerciale toujours en croissance Résultats au 30 juin 2012(1) Résultats financiers - Produit net bancaire 2 228 M - Résultat brut d exploitation

Plus en détail