Un indice à la loupe : le taux de l'intérêt légal

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un indice à la loupe : le taux de l'intérêt légal"

Transcription

1 Semaine : Au niveau de la France : Un indice à la loupe : le taux de l'intérêt légal Comment est-il calculé? Le taux de l'intérêt légal correspond à la moyenne des 12 dernières moyennes mensuelles des taux de rendement actuariel des adjudications de bons du Trésor à taux fixe à 13 semaines (art. L du code monétaire et financier). De ce fait, il tient compte de l'évolution des taux d'intérêt constatés sur les marchés financiers. À quoi sert-il? Le taux de l'intérêt légal est le taux d'intérêt appliqué aux dettes qui ne sont pas remboursées au moment où elles sont dues. Par exemple, si un tribunal condamne quelqu'un à verser une somme d'argent, celui-ci doit payer dès que la décision de justice est exécutoire. S'il ne le fait pas, il devra payer en plus des intérêts légaux. Au bout de 2 mois, le taux de l'intérêt légal sera majoré de 5 points (art. L du code monétaire et financier). De même, en matière fiscale, ce taux est utilisé pour le paiement fractionné ou différé des droits d'enregistrement ou de l'impôt sur les plus-values immobilières. Enfin, il s'applique en matière civile ou commerciale, dès que le débiteur d'une somme d'argent prévue par contrat refuse de payer après mise en demeure. Dans ce cas, il ne s'applique que par défaut, c'est-à-dire si aucun autre taux d'intérêt n'est prévu au contrat. Quelle est sa périodicité de publication? Le taux de l'intérêt légal est fixé une fois par an, par décret publié au Journal officiel au début de l'année, pour la durée de l'année civile (art. L du code monétaire et financier). Pour 2003, il a été fixé à 3,29 % par un décret du 10 mars 2003 (JO du 11). Exemple d'utilisation Un jugement exécutoire le 2 janvier 2003 condamne un débiteur au paiement d'une somme de Le débiteur ne règle sa dette que le 10 mars

2 La base de calcul est la suivante : Intérêts légaux = [montant dû x nombre de jours de retard x (taux d'intérêt de l'année : 100)] / nombre de jours de l'année Jusqu'au 2 mars 2003, il devra : x 60 x (3,29 : 100) : 365 = 8,11 Pour les 8 jours du mois de mars avec la majoration de 5 points : x 8 x [(3,29 + 5) : 100] : 365 = 2,72 Le total des intérêts légaux sera donc de 10,83 La méthode de calcul du taux de l'intérêt légal va être revue Une réforme du mode de calcul du taux de l'intérêt légal a été annoncée mercredi en Conseil des ministres. Elle passera par voie d'ordonnance. Ce taux de référence, principalement utilisé dans les procédures civiles ou commerciales, sert notamment au calcul des indemnités de retard. Le mode de calcul actuel est fondé sur le taux de financement de l'état à treize semaines, dont le niveau actuel est pratiquement nul. Pour le gouvernement, le taux de l'intérêt légal ne joue donc plus son rôle d'incitation au remboursement rapide du créancier. Deux taux de l'intérêt légal seront désormais calculés : l'un applicable de manière spécifique aux créances dues aux particuliers, qui présentent des coûts de refinancement en moyenne plus élevés que les autres catégories d'emprunteurs, le second applicable à l'ensemble des autres cas. L'actualisation se fera une fois par semestre, contre tous les ans actuellement, afin de refléter au mieux les fluctuations de l'activité économique. La France en quête de croissance et de compétitivité L'économie française est sortie avec peine de la récession au cours de l'année 2013*. L'activité a cru de 0,3% l'an passé, portée par une reprise des investissements encore modeste, après une croissance nulle* en Au premier et deuxième trimestre 2014, la France a enregistré une croissance nulle selon l'insee, rendant impossible la prévision officielle d'une croissance de 1% sur Paris tente de ressusciter l'activité économique à l'aide de son «pacte de responsabilité». Aux manettes, Manuel Valls, premier ministre depuis avril 2014, confirmé à ce poste lors du renouvellement de gouvernement surprise du 25 août Qui sera nommé à Bercy, placé jusqu'à août sous la double responsabilité de Michel Sapin, ministre des finances et des comptes publics, et Arnaud Montebourg, ministre de l'économie, du redressement productif et du numérique? 2

3 Du fait de l'atonie économique, les recettes fiscales rentrent difficilement rendant délicate la tâche que s'est assignée le gouvernement d'assainir les finances publiques. Fin 2013, la dette de la France a atteint 93,5% du PIB (90,6% fin 2012), notamment du fait d'une hausse de la dette des collectivités locales. La marge de manœuvre du gouvernement pour lutter contre le chômage, au plus haut, est réduite. Le 5 mars 2014, la Commission européenne a placé la France sous surveillance «renforcée», la mettant en garde contre le risque de dérapage du déficit. Comme le prévoyait la Commission européenne et de nombreux économistes, Paris a été dans l'incapacité de respecter en 2013 son engagement à limiter le déficit budgétaire à 3% du PIB, reporté à Le déficit budgétaire de la France a été ramené à 4,3% du Pib en 2013, selon les données officielles publiées fin mars 2014, un niveau en baisse mais qui demeure un peu supérieur à l'objectif révisé du gouvernement (4,1%), inscrit dans le projet de loi de finance rectificative 2013 (4,9% en 2012). Au printemps 2013, il était encore question de 3,7% du PIB et de 3,6% pour 2014 compte tenu d'une prévision de croissance du PIB de 0,1% en 2013 et de 0,9% pour En juin, la Cour des comptes a évoqué un possible dérapage du déficit vers 4% pour En avril 2014, la transmission par Paris de ses prévisions de croissance et de déficit actualisés a donné lieu à des discussions serrées avec Bruxelles. Officiellement la France maintient son objectif d'un déficit de 3% en Au printemps 2013, Paris a dû négocier avec la Commission européenne et les autres dirigeants de la zone un accord sur le nouveau calendrier de l'assainissement budgétaire dans le cadre du «programme de stabilité». Selon ce programme pour , un nouveau tour de vis était prévu à hauteur d'environ 20 milliards d'euros en 2014, deux années supplémentaires jusqu'à 2015 ayant été accordées à Paris pour ramener son déficit sous 3%. Si la question du déficit est devenue un peu moins sensible pour les marchés, les agences de notation veillent. En janvier 2012, l'agence américaine, S&P, a dégradé d'un cran la note de la France de triple A à AA+. Les réformes sont uniquement basées sur l'austérité avec des conséquences autodestructrices, a critiqué l'agence ajoutant que l'endettement public français est élevé et une divergence de la compétitivité se dessine avec certains pays de la zone euro. En novembre 2012, l'agence Moody's a abaissé d'un cran la note de la dette souveraine de la France de triple A à Aa1, avec maintien de la perspective négative. En novembre 2013, S&P a récidivé rétrogradant le crédit de la France 3

4 de Aa+ à Aa. En janvier Moody's a maintenu sa note Aa1 ainsi que sa perspective négative, avant de s'inquiéter début août 2014 du dérapage des comptes l'hexagone. Pourtant Paris a tenté à plusieurs reprises de démontrer sa volonté de réforme. Dans le sillage du rapport Gallois, présenté le 5 novembre 2012, le gouvernement s'est attaqué au chantier de la réduction des coûts qui pèsent sur les entreprises en leur octroyant un crédit d'impôt d'un montant de 20 milliards d'euros financés par des hausses de TVA et des baisses de dépenses publiques (Crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi, CICE). Le 29 avril 2013, François Hollande s est adressé aux entrepreneurs lors des assises de l entrepreneuriat en promettant une réforme pour orienter l'épargne vers les actions, une Bourse «plus dynamique» pour les PME et ETI, «dotée des ressources nécessaires» et une refonte complète de la fiscalité des plus-values de cession. * Note : En 2012, les premier et deuxième trimestres ont enregistré une diminution de l'activité (-0,1% dans les deux cas), remplissant les conditions d'une récession technique. En 2013, la croissance a été nulle au premier trimestre, de 0,6% au deuxième, de nouveau nulle au troisième et de 0,3% au dernier. Chômage: en juillet, 9e mois de hausse consécutive (+0,8%) Pôle Emploi a dévoilé le nombre de chômeurs inscrits sur ses listes à l'issue du mois de juillet, au lendemain du remaniement ministériel. Toutes catégories confondues, le nombre d'inscrits augmente de "Ils ne peuvent pas être bons, ils seront même négatifs", a déclaré mardi soir Manuel Valls à propos des chiffres du chômage de juillet. La révélation d'un nouveau mois de baisse par Pôle Emploi, ce mercredi, n'est donc pas une surprise. Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a augmenté pour un 9e mois consécutif en juillet, avec nouveaux inscrits à Pôle emploi en métropole (+0,8%), atteignant un nouveau record de 3,424 millions, a annoncé mercredi le ministère du Travail. Sommet historique de 5,084 millions 4

5 Il s'agit d'un premier coup dur pour le nouveau gouvernement Valls, au lendemain de sa nomination après les attaques de l'ancien ministre de l'economie Arnaud Montebourg contre la politique économique du gouvernement. "Cette hausse traduit une croissance nulle dans la zone Euro comme en France", a commenté François Rebsamen dans un communiqué. Le ministre du Travail, comme le Premier ministre Manuel Valls, avait annoncé dès le début de la semaine que les chiffres seraient mauvais. En incluant l'outre-mer, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A (sans aucun activité) s'élève à 3,689 millions (+0,7%). La hausse est du même ordre de grandeur en intégrant les chômeurs ayant exercé une petite activité ( en métropole, +0,8%), pour des sommets historiques de 5,084 millions en métropole et de 5,387 millions avec l'outre-mer. Plus forte hausse depuis février Le chômage enregistre sa plus forte hausse depuis février, il avait alors augmenté de demandeurs d'emploi sans activité. Depuis l'élection de François Hollande en mai 2012, plus de chômeurs supplémentaires ont poussé la porte de Pôle emploi. En juillet, aucune classe d'âge n'a été épargnée. Le chômage des jeunes, qui stagnait depuis octobre 2013, est reparti à la hausse (+0,7), tandis que celui des seniors a poursuivi sa progression (+0,7%) à un rythme comparable aux mois précédents. En un an, les moins de 25 ans enregistrent malgré tout un léger mieux (-1,8%) alors que les 50 ans et plus sont frappés de plein fouet (+11,6%). Le chômage de longue durée continue fait lui aussi tache d'huile. Activité réduite comprise, le nombre d'inscrits à Pôle emploi depuis plus d'un an progresse de 1,4% en un mois (+9,4% en un an). Plus alarmant encore, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits depuis plus de trois ans explose (+2,0% en un mois, +17,8% en un an). En moyenne, les demandeurs d'emploi restent inscrits 273 jours avant de quitter Pôle emploi. Les seniors, eux, attendent 496 jours. Premier motif d'entrée à Pôle emploi, les fins de contrat à durée déterminée (CDD) concernent un quart des nouveaux demandeurs d'emploi. Derrière, les fins de missions d'intérim sont en baisse en un mois (-4,2%) comme en un an (-3,1%). Dans le même temps, les sorties de Pôle emploi pour reprise d'emploi ont baissé de -4,6% en un mois et de -8,5% en un an. Communiqué CGPME 5

6 Chômage : 'la France a besoin de ses entreprises' Le chômage n en finit plus d augmenter. Face à cette situation, il convient tout d abord de rappeler que l emploi dépend avant tout du carnet de commandes des entreprises. L inversion de la courbe du chômage passera, n en déplaise à certains, par la reprise de l investissement lequel est directement lié à l amélioration du taux de marge des entreprises qui flirte avec ses plus bas niveaux historiques. A cela viennent s ajouter les obstacles que sont le coût du travail, la lourdeur, la volatilité des règles administratives, et la complexité du droit social. Au-delà du Pacte de Responsabilité et face à l urgence de la situation actuelle il faut donc maintenant engager une véritable réforme du code du travail allant plus loin que la simplification évoquée par Manuel Valls. Mais, dans l immédiat, la CGPME réclame des mesures d exception pour l emploi : allègement des seuils sociaux, allongement de la durée maximale des CDD, accompagnement de la mobilité professionnelle Si "la France a besoin de ses entreprises", comme l a rappelé le Premier Ministre, cet après midi, les entreprises ont besoin, elles, qu on leur donne les moyens de répondre à cet appel. La ligne est tracée ; reste à s y tenir. Au niveau de l EUROPE : L'Italie en situation critique au sein de la zone euro Des mois durant piégée dans l atonie économique, le pouvoir italien a présenté mi-juin 2013 une série de mesures destinées à améliorer l'accès du crédit pour les PME qui bénéficieront d'une enveloppe de 5 milliards d'euros d'ici à Il s'agit aussi d'encourager l'investissement en mobilisant 3 milliards d'euros pour les projets d'infrastructures, ou encore de libéraliser le secteur de l'énergie. La croissance italienne s'est de nouveau contractée au premier semestre 2014,augurant mal du score de l'année. Selon la Commission européenne, le Pib italien se serait contracté de 1% en 2013, après -2,2% en Les analystes estiment qu'il ne faut pas s'attendre à une réduction significative de la dette (près de 2000 milliards d euros, 126% du PIB) à court terme, étant donné l absence de croissance enregistrée par la péninsule depuis... la mi-2011 et les faibles prévisions de croissance à long terme. 6

7 Pour certains économistes, la récession résulte de la cure d'austérité sans précédent engagée par les gouvernements Berlusconi et Monti. «Il y a eu trois grosses vagues de réformes depuis 2010, notamment le décret 'Sauver l'italie' de décembre 2011, qui prévoit 20 milliards d'euros d'économies et 10 milliards d'euros de mesures de relance», rappelle l'analyste Paola Monperrus-Veroni, interviewée par l'agefi Quotidien. Des réformes qui devaient améliorer le solde budgétaire structurel. Fin 2012, le gouvernement s'est fixé deux priorités : procéder à une nouvelle revue des dépenses (d'environ 6 milliards d'euros) et proposer un plan de réduction de la dette. Une vente d'actifs publics représentant une valeur de 15 à 20 milliards d'euros chaque année pourrait offrir une piste. Mais en attendant, la récession a empêché le gouvernement d atteindre son objectif de déficit en 2012 (1,7 % du PIB). Après deux années de contraction de l'activité, l'économie s'est stabilisée au troisième trimestre Depuis 2008, l'italie connaît la pire crise depuis l'après-guerre. La confiance des ménages est tombée à un niveau historiquement bas et pèse sur la consommation et les entreprises sont peu inclines à investir. «L appauvrissement de l économie italienne n est pas né de la crise financière», explique l économiste Véronique Riches-Flore (voir la rubrique Communautés sur le site Agefi.fr). «Pertes chroniques de compétitivité et rigidités structurelles d un pays vieillissant sont à l origine d une sous-performance de longue date de cette économie par rapport à ses voisins», analyse t-elle. Plus grave encore, l avantage que pourrait constituer le poids relativement élevé de l industrie manufacturière dans le PIB italien (18 %, contre 13 % en France et 25 % en Allemagne) se révèle un lourd handicap dans les circonstances actuelles, selon cette économiste : Un positionnement industriel sur des segments de moyenne valeur ajoutée très exposés à la concurrence des pays émergents d Asie ou d Europe de l Est ; - La prépondérance de micro entreprises et de PME (assurant près de 70 % de la valeur ajoutée du pays, contre 58 % en France et 55 % en Allemagne) ayant par nature un accès réduit aux économies d échelle et aux gains de productivité que nécessiterait le degré de concurrence actuel ; - Un faible degré de diversification, allant de pair avec un faible développement des activités de services à forte valeur ajoutée ; - Une inertie de l emploi, à la hausse par manque de secteurs créateurs d emploi, comme à la baisse du fait de l importance des micro-entreprises (45 % de l emploi total) ; - Une faiblesse inhérente des dépenses en R&D, dont la proportion n excède pas 1,25 % du PIB, soit 1,5 point de moins qu en Allemagne ou même un point de moins qu en France ; - Des coûts induits par le vieillissement accéléré de la population. Pour ces raisons, «l Italie est le cas le plus critique des grands pays de la zone euro», estime Véronique Riches-Flores. Et de nouvelles déconvenues pourraient se matérialiser après les élections italiennes si «le nouveau gouvernement en place n a pas les marges de manœuvre suffisantes pour donner les gages 7

8 nécessaires aux investisseurs sur sa capacité à infléchir les tendances du surendettement du pays», ajoute t-elle. La croissance espagnole est confirmée à 0,6% au deuxième trimestre L'économie espagnole a été en croissance de 0,6% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, un rythme conforme à la première estimation "flash" et à la croissance du premier trimestre, selon l'estimation officielle définitive publiée jeudi matin. En variation annuelle, la croissance de l'économie ibérique a été de 1,2%, conforme au consensus, après avoir aussi été de 1,2% au premier trimestre. Au niveau International : Le commerce extérieur japonais reste enfoncé en plein déficit L'atonie des exportations n'a pas permis de compenser la légère reprise des importations après leur chute occasionnée par la hausse de la TVA en avril Le commerce extérieur japonais est à la peine, malgré les efforts sans précédents de la BoJ pour affaiblir le yen. Le déficit extérieur nippon est resté presque stable au mois de juillet à milliards de yens, alors que le consensus tablait sur un recul à -761 milliards. En dépit d'un rebond de 2,1% sur un mois en termes réels, les exportations sont demeurées atones et affichent toujours un recul de 2% sur trois mois, du fait notamment de la stagnation du commerce mondial et de la délocalisation des capacités de production, notamment en Asie. Sur un an, les exportations n'ont ainsi progressé qu'à un rythme modéré de 2,9%, malgré un affaiblissement du yen de 6,2% contre dollar et de 5,1% contre euro. A court terme, le yen a certes profité du renforcement du dollar, sur fond de perspective de remontée des taux américains par la Fed en début d'année prochaine, en s'affaiblissant de 2,1% depuis mi-juillet contre le billet vert. Il a en revanche pâti des mesures d'assouplissement exceptionnelles prises en juin par la BCE, en se renforçant de 4,2% contre la monnaie unique depuis avril. Une tendance qui pourrait perdurer si la BoJ continue de maintenir le statu quo face à la divergence des politiques monétaires aux Etats-Unis et en zone euro. BNP Paribas anticipe ainsi une nouvelle dépréciation du yen de 4% contre dollar, mais une hausse de 5% contre euro. Dans un contexte d'accélération de la reprise anticipée aux Etats-Unis et de poursuite de l'atonie de l'activité en zone euro, CA CIB estime que «la reprise des exportations vers les Etats-Unis sera une clé» pour permettre au Japon de réduire son déficit extérieur. D'autant que les importations se reprennent progressivement après avoir fortement corrigé de 9,8% au mois d'avril suite à la hausse de la TVA qui a pesé sur les dépenses de consommation des ménages, à l'origine de la contraction du PIB nippon de 1,7% au deuxième trimestre. Si les importations ont chuté de 1,3% sur un mois en juillet en termes réels, la tendance sur trois mois s'est améliorée à -4,9%, après 7,1% en juin. 8

9 «La BoJ se montre toujours optimiste quant à l'évolution de l'activité après la hausse de TVA, mais la stabilité de la demande intérieure empêche une chute des importations qui permettrait de réduire le déficit», explique Citigroup. Dans ce contexte, le consensus table sur un nouvel assouplissement de la BoJ pour soutenir l'activité sur laquelle pèse un risque croissant de fort ralentissement. Le déficit des Etats-Unis passe sous les 3% de PIB... et devrait y rester jusqu'en 2018 La dette fédérale a toutefois continué d'augmenter pour atteindre 74% du PIB fin 2014, "plus de deux fois son niveau de 2007 et un sommet depuis 1950", et atteindra 77% du PIB en La dette fédérale a toutefois continué d'augmenter pour atteindre 74% du PIB fin 2014, "plus de deux fois son niveau de 2007 et un sommet depuis 1950", et atteindra 77% du PIB en Le déficit budgétaire de l'année fiscale 2014, qui se termine en septembre, devrait atteindre 506 milliards de dollars. Il atteindra toutefois presque 4% du PIB entre 2022 et 2024 notamment à cause du vieillissement de la population. Un plus bas depuis Le déficit budgétaire des États-Unis devrait s'améliorer pour glisser sous la barre des 3% du produit intérieur brut (PIB), selon les prévisions du Bureau du budget du Congrès (CBO) publiées mercredi. "En représentant 2,9% du PIB, le déficit de cette année s'est nettement réduit par rapport à son niveau des années précédentes, qui a presque atteint 10% du PIB en 2009", affirme l'institution. Le déficit budgétaire de l'année fiscale 2014, qui se termine en septembre, devrait ainsi atteindre 506 milliards de dollars, un peu plus que le chiffre de la dernière prévision du CBO (462 milliards de dollars en avril) mais 170 milliards de moins qu'en Explosion de la dette fédérale Le déficit budgétaire demeurera sous la barre des 3% jusqu'en 2018 mais atteindra presque 4% entre 2022 et 2024, notamment du fait des coûts du vieillissement de la population, de l'assurance-maladie et des intérêts de la dette, estime le CBO dans son rapport. La dette fédérale a en effet continué d'augmenter pour atteindre 74% du PIB fin 2014, "plus de deux fois son niveau de 2007 et un sommet depuis 1950", et atteindra 77% du PIB en ,4% de croissance en 2015 et 2016 Le CBO a par ailleurs réduit ses prévisions de croissance pour l'année, affirmant que le PIB réel, ajusté de l'inflation, ne croîtra pas de plus de 1,5% entre le quatrième trimestre 2013 et le quatrième trimestre L'expansion devrait repartir après 2014 et jusqu'en 2016 pour s'établir en moyenne à 3,4% par an, puis ralentir à 2,2% par an entre 2018 et Comme la Réserve fédérale (Fed), le Bureau du budget du Congrès estime qu'il y a une sous-utilisation des ressources du marché du travail qui ne devrait disparaître qu'à la fin de Le taux de chômage de 6,2% actuellement devrait 9

10 alors glisser vers 5,6% au quatrième trimestre 2017, un niveau proche du plein emploi. L économie américaine accélère plus vite qu'attendu Le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis a progressé de 4,2% au deuxième trimestre en rythme annualisé, soit davantage que les 4,0% annoncés en première estimation, selon les statistiques publiées jeudi par le département du Commerce. Cette deuxième estimation, supérieure aux prévisions des économistes qui attendaient +3,9%, représente la plus forte croissance de l'économie américaine depuis le troisième trimestre Les chiffres détaillés sont également plus encourageants que ceux annoncés en première estimation avec notamment une progression de la demande intérieure de 3,1%, contre 2,8% en première estimation. Il s'agit de la plus forte progression de la demande depuis le deuxième trimestre 2010, un signe fort de la solidité de la reprise de la première économie du monde, qui s'était contractée de 2,1% lors des trois premiers mois de 2014, marqués par un hiver extrêmement rigoureux qui avait pesé sur la demande. Si la demande a contribué davantage à la croissance qu'initialement annoncé, il n'en va pas de même pour les stocks des entreprises, dont l'accumulation au deuxième trimestre se chiffre à 83,9 milliards de dollars, contre 93,4 milliards en première estimation. La pensée de la semaine : «Dans l'administration, on ne doit pas dormir au bureau le matin sinon on ne sait plus quoi faire l'après-midi. Source : L'administration» Coluche L humour de la semaine : Horizon pas net, reste à la buvette (dicton de marin breton) Qui trop écoute la météo, passe sa vie au bistrot (dicton de marin breton) Quand les crêpes volent bas, Noël est bientôt là 10

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

L industrie d exportation affronte des vents contraires

L industrie d exportation affronte des vents contraires Conjoncture économique - 2 e trimestre 215 L industrie d exportation affronte des vents contraires PIB USA JPN EUR PIB et Baromètre Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques

Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques IP/11/565 Bruxelles, le 13 mai 2011 Prévisions de printemps pour 2011-2012: confirmation de la reprise en Europe malgré de nouveaux risques La reprise progressive de l'économie européenne tend à se confirmer

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ

mars COMMENTAIRE DE MARCHÉ mars 2015 COMMENTAIRE DE MARCHÉ SOMMAIRE Introduction 2 En bref 3 Contexte de marché en Europe 4 INTRODUCTION Après une courte accalmie sur le marché des taux en février, la chute des rendements a repris

Plus en détail

1. Il était une fois la crise :

1. Il était une fois la crise : I- La crise de la zone euro, de A à Z : 1. Il était une fois la crise : A l automne 2008, une crise financière mondiale affecte l économie mondiale et touche tous les États membres de l Union Européenne,

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet

L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet L EVOLUTION DU MARCHE DES OPCVM à fin Juillet En juillet, le marché français de la gestion collective a enregistré une légère hausse de +1,2%. Le total des actifs sous gestion atteint désormais 761,2 milliards

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Jeudi 17 Septembre 2015 Les actions européennes attendues en modeste hausse avant le verdict de la Fed Devises

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Les défis de la politique monétaire suisse

Les défis de la politique monétaire suisse Embargo jusqu au 12 novembre 2009, 18 h 00 Les défis de la politique monétaire suisse Thomas J. Jordan Membre de la Direction générale Banque nationale suisse Apéritif «Marché monétaire» Genève, 12 novembre

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Les marchés européens de la dette souveraine, à l'exception de la Grèce, devraient peu évoluer mercredi, après s'être stabilisés mardi.

Les marchés européens de la dette souveraine, à l'exception de la Grèce, devraient peu évoluer mercredi, après s'être stabilisés mardi. EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 Analyse du Mercredi 17 Juin 2015 Devises L'euro devrait reculer mercredi face au dollar, alors que les marchés attendent la décision du

Plus en détail

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie

Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Impact de la crise financière et économique mondiale sur l Algérie Aux Etats-Unis, la crise des Subprime engendrée par la mévente ou, au mieux, par la cession, à de faibles prix, de millions d habitations

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BANQUE PROFESSIONS IMMOBILIÈRES ECONOMIE GENERALE ET ECONOMIE D'ENTREPRISE SESSION 2012 Durée : 3 heures Coefficient 2 : BTS Banque Coefficient 3 : BTS Professions immobilières

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES

LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES le Financement des entreprises, un soutien indispensable à l économie parlons de la banque... LE FINANCEMENT DES ENTREPRISES UN SOUTIEN INDISPENSABLE À L ÉCONOMIE Mars 2014 Retrouvez les chiffres actualisés

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT

MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT MINISTERE DU LOGEMENT ET LA VILLE PROJET DE LOI DE FINANCES INITIALE POUR 2009 MISSION VILLE ET LOGEMENT PROGRAMME «DEVELOPPEMENT ET AMELIORATION DE L OFFRE DE LOGEMENT» QUESTION N DL 21 Libellé de la

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Le (bon) bilan des 35 heures

Le (bon) bilan des 35 heures Le (bon) bilan des 35 heures Eric Heyer, directeur adjoint au Département analyse et prévision de l'ofce Alternatives Economiques Hors-série n 092 - février 2012 Les 35 heures n'ont pas entamé la compétitivité

Plus en détail

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY

France : Kiss WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY WEEKLY 5 Novembre 212 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu France : Kiss 6 France - Croissance du PIB vs.

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Dégradation de la note de la France un «non event»?

Dégradation de la note de la France un «non event»? 15 novembre 2013 6A, rue Goethe, L-1637 Luxembourg, Tel.: (+352) 26 895-1, Fax: (+352) 26 895-24 e-mail: secretariat@bcee-am.lu, www.bcee-assetmanagement.lu Dégradation de la note de la France un «non

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Cadrage macroéconomique

Cadrage macroéconomique Cadrage macroéconomique Le scénario macroéconomique repose sur des hypothèses réalistes : 2013 : une nouvelle année de croissance faible (0,1 %), dans un contexte de crise européenne Reprise progressive

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

COMITE D INVESTISSEMENT

COMITE D INVESTISSEMENT COMITE D INVESTISSEMENT COMPTE-RENDU DU 9 SEPTEMBRE 2014 ENVIRONNEMENT MACRO-ECONOMIQUE 1. L ETE AUX ETATS-UNIS Croissance au deuxième trimestre Fort rebond du PIB au deuxième trimestre +4% et le déclin

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique ces dernières années, à en juger par la solidité marquée de sa position

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ

CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ EUR/USD USD/JPY GBP/USD USD/CHF GOLD OIL CAC 40 DAX 30 DOW S&P 500 FOOTSIE NASDAQ Analyses du Mardi 29 Septembre 2015 Devises Les actions européennes devraient ouvrir en baisse, dans le sillage des Bourses

Plus en détail

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance. PARAMETRES DE MARCHE Rapport au 31 décembre 2013 Paramètres de marché au 31 décembre 2013 Guidés par les politiques monétaires expansionnistes, l année 2013 est marquée par une reprise modeste de la croissance.

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour les années 2014 et 2015 Mai 2014 1/14 Situation financière de l Assurance chômage pour les années 2014 et 2015 22 mai 2014 Cette note présente la prévision

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs

Variation des actifs détenus par les banques centrales par rapport au PIB de leurs pays respectifs Graphique 1 Certaines banques centrales se sont engagées à procéder à un nouvel assouplissement monétaire substantiel en recourant à des mesures non traditionnelles Variation des actifs détenus par les

Plus en détail

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très

Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très FICHE PAYS JAPON : CROISSANCE EN SURSIS Département analyse et prévision Au Japon, le premier semestre 2012 a été marqué par une très forte reprise de la croissance, notamment au premier trimestre (+1,3

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire

1 MOIS EN 10 IMAGES. 1. L inflation au cœur des décisions de la BCE, de la BoJ et de la Fed? Novembre 2015. Sommaire 1 MOIS EN 10 IMAGES Chaque mois, SYZ Wealth Management publie dans «1 mois en 10 images» un survol de l activité économique dans le monde. Une image valant parfois plus qu un long discours, nous choisissons

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques?

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? par Patrick Artus. Les interventions des banques centrales asiatiques sur le marché des changes visent à soutenir la compétitivité des exportations

Plus en détail

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût

Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Les exportations françaises : au-delà de la compétitivité-coût Résumé La France peine à conserver ses parts de marché sur la scène internationale, ce qui ne lui permet pas de trouver des relais de croissance

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

BILAN SEMESTRIEL DU COMMERCE EXTERIEUR

BILAN SEMESTRIEL DU COMMERCE EXTERIEUR BILAN SEMESTRIEL DU COMMERCE EXTERIEUR PREMIER SEMESTRE 2015 7 AOUT 2015 Dossier coordonné par le Pôle commerce extérieur de la Direction générale du Trésor Retrouver l intégralité de ce dossier en ligne

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général n 6 1er semestre Janvier Juin Le contexte économique général L année a démarré dans la continuité de dans un climat d austérité et d efforts, les différents indicateurs économiques restant essentiellement

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café

ED 2059/09. 9 février 2009 Original : anglais. La crise économique mondiale et le secteur du café ED 2059/09 9 février 2009 Original : anglais F La crise économique mondiale et le secteur du café Le Directeur exécutif présente ses compliments et a l'honneur de joindre à la présente une évaluation préliminaire

Plus en détail

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A.

Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. Jeudi 12 avril 2012 Jean-Paul Betbéze Chef économiste - Groupe Crédit Agricole S.A. A - S endetter est «sympa», au début et se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/07/2011 ECO/EIS

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002

Les financements et placements des ménages et des entreprises en 2002 Les financements et placements des ménages et des entreprises en 22 Après une phase de croissance soutenue et de forte valorisation boursière, l année 22, plus encore que 21, a été marquée par le ralentissement

Plus en détail