Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales."

Transcription

1 Banking à Bahreïn formé au début du 20 ème siècle avec le début de l'opération en 1920, la branche Est de la Banque (Standard Chartered Bank). A ensuite été établi banque britannique s Est IDDL (maintenant EychEsBiSi) en 1944, la Banque de Bahreïn s (maintenant la Banque nationale de Bahreïn) en 1957 que le social banque locale d'abord et Arab Bank Limited en 1960, ces quatre banques se réunissent pour Alors que les besoins des clients, les prêts au commerce et à assurer l'acceptation de dépôts. Après le premier boom pétrolier en 1973 et l'augmentation subséquente de l'économie entre 1969 et 1977 il y avait 15 autres banques commerciales. Après une hausse significative des prix du pétrole au début de pays du Golfe ont à leur disposition beaucoup d'argent. Existé dans la région, les banques estiment qu'ils sont en mesure de participer au réinvestissement des fonds par la présence dans la région. Toutefois, ces banques ne sont toujours pas prêts à traiter de telles quantités. En conséquence, en 1973, a été créé par l'agence, qui a pris l'initiative d'organiser les institutions bancaires offshore d'hébergement qui étaient censés fonctionner à Bahreïn et fournir un mécanisme pour investir les fonds excédentaires dans la région. La présence des banques offshore a coïncidé avec la volonté de Bahreïn à diversifier leurs activités économiques. Les premières banques offshore à Bahreïn ont été Citibank et la Banque Algemeyne (en 1975). Nombre d'installations offshore a augmenté à 76 en 1984, puis est tombé à 48 en 2002 à la suite de la crise financière sphère internationale, et sera une tendance à la consolidation au sein des groupes bancaires et entre eux. En 1977, l'agence a mis en pratique une troisième catégorie de licences bancaires, licences connues pour les activités de banque d'investissement, qui ont été émises à des banques, qui souhaitent s'engager dans une activité d'investissement. La première de ces banques a été Bahreïn Banque européenne d'investissement (1977). Ces dernières années, Bahreïn a fait de sérieux efforts pour moderniser son économie et son système politique, et un succès considérable en se positionnant comme un centre financier majeur, en particulier dans le monde bancaire islamique. Au début de 2004, le secteur financier 1 / 6

2 offshore a 70 milliards de dollars d'actifs, et la quotidienne cumulative circulation des devises étrangères par toutes les institutions financières de Brunei est d'environ 4 milliards de dollars. Bahreïn Agence monétaire Cet organisme sert de la banque centrale de pays et réglemente le secteur financier. Selon la loi 21/2002, l'agence monétaire de Bahreïn (DKAB) a une large autorité dans le domaine de la réglementation des valeurs mobilières. DKAB était le seul organisme qui réglemente le marché des capitaux au Royaume de Bahreïn. La Direction a été créé pour surveiller les marchés financiers à Bahreïn, a reçu le droit de surveiller et de réglementer les marchés des capitaux à Bahreïn. La tâche principale de la Direction est de maintenir la transparence, l'équité et l'ordre dans le marché par l'introduction de normes internationales et la protection des investisseurs, ce qui permet généralement de protéger l'intégrité de Bahreïn et de sa grande réputation comme un centre de répartition financière dans la région. divulgation DKAB entièrement responsable de primaire et secondaire sur les marchés financiers et d'intermédiation, réglementer et contrôler la liste des titres et tous les autres projets de marchés financiers publics instruments, la demande de conformité. La Direction met également en uvre des normes internationales pour la divulgation d'informations et de garantir la transparence des marchés financiers, supervise les activités des marchés boursiers (approuve la création d'autres institutions financières), les contrôles des paiements, les dépôts et de stockage des valeurs, des firmes de courtage et les teneurs de marché (entreprises, définissant la position des valeurs mobilières). Toutes les offres de valeurs mobilières doivent se conformer à la divulgation de renseignements aux clients. Ces normes régissent l'offre, l'annonce et la vente de valeurs mobilières au Royaume de Bahreïn. Commerce et les transactions de titres négociés devraient être soumis à des règles commerciales et les procédures existantes à la Bourse de Bahreïn. cotés de gré à gré sont autorisées dans certaines circonstances exceptionnelles avec l'autorisation DKAB. Licence bancaire 2 / 6

3 Actuellement DKAB questions bancaires les licences suivantes: - Full banque commerciale sous licence ("FCB"); - Une licence pour les activités bancaires offshore («OBU»); - Une licence pour les activités de banque d'investissement («IBL»). En bref, FCB autorisés à s'engager dans toutes sortes d'activités bancaires, tant dans le dinar de Bahreïn et dans d'autres monnaies à la fois avec les résidents et les non-résidents à Bahrain. OBU peut réaliser toutes les formes de l'activité bancaire, mais uniquement en devises étrangères et avec les non-résidents (avec certaines exceptions). IBL généralement autorisés à s'engager dans la banque d'investissement et les activités traditionnelles de négociation, mais seulement avec les non-résidents de Bahreïn. Les banques peuvent fonctionner dans une licence ou sur une base régulière ou selon les principes bancaires islamiques. règles DKAB pour les banques classiques sont énoncées dans le premier volume de la DKAB règles, et pour les banques islamiques - le deuxième volume du Règlement (banques qui offrent leurs services à travers des «fenêtres islamiques» et une fenêtre normale, c'est à dire, les banques mixtes, sous réserve des règles énoncées dans le volume 1. DKAB exigences et la technologie bancaire licences processus pour les catégories ci-dessus des banques sont entièrement contenues dans ces deux volumes dans la LR module (exigences légales). Ces modules montrent également le montant exact des activités permises en vertu de chacune de ces licences. Finance Islamique Bahreïn est un centre important pour la finance islamique au Moyen-Orient. La première banque islamique à Bahreïn a été créé en 1979 avec l'octroi de licences de la Banque islamique de Bahreïn. Depuis, le secteur a considérablement augmenté, ce qui correspond à la volonté croissante des clients pour mettre en uvre ses activités financières en conformité avec le principe islamique de la "charia", c.-àparticipation aux bénéfices. 3 / 6

4 Il ya actuellement 28 institutions financières islamiques licence à Bahreïn, dont 5 à part entière des banques commerciales, 16 banques d'investissement et de trois banques offshore. Les banques islamiques offrent une gamme de ses produits, allant des structures traditionnelles islamiques tels que la Mourabaha, Dzhiara, Moudaraba, Al-Saoam et Istishnaa (Mourabaha, Ijara, Moudaraba, Moucharaka, Al Salam et Istisna'a), à la restriction des investissements et des comptes limités syndications et d'autres structures traditionnelles utilisées dans les activités financières qui ont été modifiées pour se conformer aux principes de la charia. " DKAB introduit un vaste ensemble de règles de gestion prudente, dans les banques islamiques dans la pratique au début de 2000, cet ensemble est appelé précautions lors de la fourniture d'information et de la réglementation (PIRI). Les règles couvrent les aspects tels que la suffisance du capital, la qualité des actifs, la gestion de comptes de placement des services bancaires aux entreprises, gestion de la liquidité. Organisation et vérification des normes comptables des institutions financières islamiques (OBAIFU) a été créé le 26 février 1990 (selon la chronologie islamique - 1 Safar 1410 AH), et s'est imposé au cours de l'année prochaine à Bahreïn, une organisation indépendante à but non lucratif international. Il s'agit d'un législateur de premier plan dans les normes internationales pour les institutions financières islamiques dans le domaine de la comptabilité, l'audit, la gouvernance et la transparence. L'organisation travaille en étroite collaboration avec des institutions comme le Conseil des normes comptables internationales, les normes sont basées sur les normes comptables internationales. Tous les sous licence à Bahreïn, les institutions financières islamiques sont tenus de se conformer OBAIFU. Liquidity Management Centre (LMC), établie à Bahreïn en 2002, vise à développer un marché secondaire actif pour la durée du Trésor à court-produits "Charia". Il s'agit notamment des différents pools d'actifs aux divers risques et des rendements, et des termes différents. Les banques islamiques et les sociétés avec l'excès de liquidité constituent la base principale pour l'investissement "sukuks" (titres à court terme islamique). International Islamic Financial Market (IIFM) a été lancé en avril 2002 à la suite d'un accord de coopération entre la Banque islamique de développement, l'agence monétaire de Bahreïn, de la Banque centrale d'indonésie, Labuanskoy Offshore Financial Services Authority (représentant la Malaisie), la Banque centrale du Soudan et le ministère de Finances de Brunei. Le but principal de IIFM est d'assurer le fonctionnement de la structure commune pour la croissance continue du marché financier islamique sur la base des règles et principes de la "charia" comme décent, alternative viable au système bancaire traditionnel, une plus grande harmonisation et l'unification des méthodes de la "charia" pour créer des produits bancaires islamiques et des méthodes génériques de travail, la promotion un grand nombre d'institutions financières islamiques à participer au marché en fournissant un large éventail de la «charia», des produits et la formation d'un marché secondaire actif, ce qui contribue à la liquidité du marché des titres négociables. 4 / 6

5 Banque Divelopment Bahreïn Le principal moteur du développement financier de Bahreïn est le Bahreïn Divelopment Bank (BDB), créé en 1992 pour développer et accroître les investissements dans l'industrie, du commerce et des affaires. BDB fournit un éventail de possibilités financières et moyennes entreprises des petits projets, y compris: - À court et à long terme des instruments financiers composés pour financer l'acquisition d'immobilisations et de la plus grande partie du fonds de roulement; - Le capital-risque sous la forme de participation au capital et les projets existants de nouvelles; - L'organisation de la location d'équipement; - Financement de travailler besoins en capitaux pour l'achat de matières premières; - Organiser le financement des exportations en provenance du Bahreïn; La Banque fixe un niveau maximum de pertes potentielles à octroyer des prêts à dinars de Bahreïn ( dollars) pour le projet. Compte tenu de la volonté d'encourager l'investissement dans la Banque de Bahreïn, la Banque peut offrir ce qui suit: - Autres que les taux d'intérêt; - Délai de grâce de paiement flexibles (jusqu'à 3 ans); - Modalités de remboursement souples; - Un comité bancaire concurrentiel hautement. Conforme projets soumis à l'enregistrement et de licences en conformité avec les lois du Royaume de Bahreïn. Ces projets doivent être économiquement viables, ils ont besoin pour faire une étude de faisabilité, un nul de leurs cabinets de conseil reconnu. BDB fournit des services pour les investisseurs de toute nationalité, mais exige en même temps, ils sont tous sont solvables et ont des ressources financières suffisantes pour soutenir la mise en oeuvre du projet. Le projet doit avoir une structure de gestion appropriée, tous les documents comptables doivent être bien entretenus, tous les actifs du projet devrait être assuré et le bénéficiaire devrait être la BDB. Mise en uvre du programme sont tenus de produire des documents fiables conformément à la législation de Bahreïn et de fournir mensuellement ou trimestriellement des rapports de performance, en temps opportun, ainsi que les états financiers annuels vérifiés. Les activités commerciales qui doivent être financés par BDB: achat immobilier, le paiement ou le refinancement de la dette, achat de biens de consommation et de financement de gros et / ou 5 / 6

6 des opérations de détail. Certaines banques commerciales grande exploitation à Bahreïn (à compter de Novembre 2005): Al-Baraka commercial CE Banque islamique (Al Baraka Banque commerciale islamique CE) United Bank Ali (Bahreïn) B.S.S. (VAhli United Bank (Bahreïn) BSC) Salam Bank Al-Bahrain (Al Salam Bank-Bahrain) Bank plc arabes (Arab Bank plc) BNP Paribas (BNP Paribas) Banque islamique de Bahreïn B.S.S. (Bahreïn BSC Banque islamique) Bahrayni Arabie Banque B.S.S. (Arabie Bank BSC Bahreïn) Banque S de Bahreïn et le Koweït B.S.S. (Banque de Bahreïn et le Koweït BSC) Citibank NA (Citibank NA) Gulf Finance House Commercial Bank B.S.S. (Gulf Finance House BSC Commercial Bank) Moyen-Orient de la Banque EychEsBiSi Limited (Moyen-Orient Banque HSBC Limitée) Habib Bank Limited (Habib Bank Limited) Finances de la Chambre du Koweït (Bahreïn) B.S.S. (Koweït Finance House (Bahreïn) BSC) Neshnl s Bank of Abu Dhabi (Banque nationale d'abu Dhabi) Neshnl s Bank of Bahrain B.S.S. (Banque Nationale du BSC Bahreïn) Banque Neshnl du Koweït SAK s (Banque Nationale du Koweït SAK) Banque Rafidayn (Banque Rafidain) Banque Shamil des ES de Bahreïn (Banquiers islamiques) (Banque Shamil de Bahreïn CE (banquiers islamiques) Standard Chartered Bank (la Standard Chartered Bank) Banque d'état de l 'Inde (State Bank of India) Hausing Banque formules Commerce et des Finances - Jordan (La Banque de l'habitat pour le commerce et des finances - Jordanie) United Bank Limited (United Bank Limited) 6 / 6

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement.

La Banque centrale des Caraïbes orientales (BCCO) réglemente les activités bancaires au nom de et en coopération avec le gouvernement. et d'établissements financiers opèrent conformément à l'accord sur la Banque centrale des Caraïbes de l'est et la loi bancaire. Le système financier comprend les banques commerciales, les compagnies d'assurance

Plus en détail

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir.

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir. Singapour est l'un des centres financiers de premier plan dans le monde entier et important centre de distribution de la finance en Asie du Sud. Il n'est pas surprenant, le pays a un des systèmes bancaires

Plus en détail

1A. La Découverte. La finance islamique. Kaouther Jouaber-Snoussi. >n re n- as à ur se lé. ui nt. )O îe re lé n- in.

1A. La Découverte. La finance islamique. Kaouther Jouaber-Snoussi. >n re n- as à ur se lé. ui nt. )O îe re lé n- in. Kaouther Jouaber-Snoussi La finance islamique >n re n- ui nt é- Q- as à ur se lé )O îe re lé n- in 1A. La Découverte 9 bis, rue Abel-Hovelacque \ 75013 Paris D- le la el le 2S Table des matières Introduction

Plus en détail

Finance islamique au Maroc, quel avenir?

Finance islamique au Maroc, quel avenir? Finance islamique au Maroc, quel avenir? Avril, 2009 Préambule Ce document propose des réflexions sur l avenir de la finance islamique au Maroc Version : 0 Avril 2009 Contact auteur Mohamed Wail Aaminou

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale

http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr - http://www.societeoffshore.fr Situation générale Ras al-khaimah Géographie Situation générale Ras al-khaimah fait partie des sept émirats des Émirats Arabes Unis et se trouve à environ 100 kilomètres au nord-est de Dubaï dans la partie sud du golfe Persique.

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement

I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement I Les choix financiers : les besoins et les sources de financement 1. Les besoins de financement 2. Le cycle d'exploitation II Les moyens de financement A. Le financement des investissements A1. Les capitaux

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT

LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT LA BANQUE EUROPÉENNE D'INVESTISSEMENT La Banque européenne d'investissement (BEI) promeut les objectifs de l'union en fournissant des fonds pour financer des projets à long terme, ainsi qu'en octroyant

Plus en détail

Toutefois, ces dernières années, la plupart des banques connues Munks bien plus a commencé à offrir des services bancaires sur Internet.

Toutefois, ces dernières années, la plupart des banques connues Munks bien plus a commencé à offrir des services bancaires sur Internet. Île de Man sont actuellement en service, environ 54 de la banque, et bien que ce chiffre a légèrement diminué au cours des 5 dernières années, la taille des banques et la portée de leurs activités a considérablement

Plus en détail

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à :

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à : [ 257] [258] L Investissement Le Soudan a beaucoup d avantages qui attirent l investissement étranger. Le Soudan est classifié comme numéro deux des pays les plus attrayants pour l investissement en Afrique

Plus en détail

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Irlande. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Irlande Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC

CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC PROJET D INSTRUCTION N 1 CONDITIONS D ADMISSION A LA BVMAC DEPARTEMENT OPERATIONS & DEVELOPPEMENT DU MARCHE Page 1 DEPARTEMENT DES OPERATIONS DU MARCHE Version Date Auteurs Description 1 Novembre Les services

Plus en détail

Société à responsabilité limitée par actions (Société à responsabilité limitée par actions)

Société à responsabilité limitée par actions (Société à responsabilité limitée par actions) Chypre est située dans le nord-est de la Méditerranée au carrefour de l'europe et l'afrique depuis 2004 -. Membre à part entière de l'ue, qui a officiellement cessé d'être en mer, bien que retenu un nombre

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage

Rôle réglementaire de l OCRCVM : mesures pour prévenir la faillite des sociétés de courtage Alerte aux investisseurs : information à l intention des clients des sociétés réglementées par l OCRCVM si jamais une société de courtage devait mettre fin à ses activités Compte tenu de la turbulence

Plus en détail

Un Exposé sur la Finance Islamique

Un Exposé sur la Finance Islamique Un Exposé sur la Finance Islamique Dr. Ahmad JAZAYERI/ Mahamadou L Cissé Directeur Technique/Directeur de La Formation Projet d Appui à la Chaine de Valeur Céréale (CVC) au Mali ACDI/VOCA Finance par USAID

Plus en détail

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Pologne. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Pologne Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible

Application de l alinéa (2)a.1) banque canadienne admissible 1 PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT L IMPÔT SUR LE REVENU LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU 1. (1) L article 95 de la Loi de l impôt sur le revenu est modifié par adjonction, après le paragraphe (2.3), de

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit :

PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES. En application de l'instruction administrative ICC/AI/2004/001, le Greffier promulgue ce qui suit : Cour Pénale Internationale International Criminal Court LE GREFFE Instruction administrative ICC/AI/2004/007 29 novembre 2004 PLACEMENT DES FONDS EXCEDENTAIRES En application de l'instruction administrative

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

De petites occasions sont souvent le début des grandes entreprises.

De petites occasions sont souvent le début des grandes entreprises. Éteindre ou mettre votre téléphone en mode silencieux Laissez vos doutes pour la fin de la présentation De petites occasions sont souvent le début des grandes entreprises. _ Demóstenes Nous vivons constamment

Plus en détail

1. Ijara Wa Iqtina. Avoir un contrat de financement sans intérêts.

1. Ijara Wa Iqtina. Avoir un contrat de financement sans intérêts. Ijara Canada Ijara Canada est un des principaux consultants en matière des finances islamiques aux États-Unis, et il a commencé à offrir ce service au Canada depuis 2008 en Ontario, et maintenant il est

Plus en détail

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ LA ZONE OFFSHORE Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ Encadré par : Mme BAMOUS Introduction : Plan : PARTIE I: LES PLACES FINANCIERES OFFSHORE: Définitions, concepts, avantages

Plus en détail

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds

Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Pictet CH Solutions, fonds de placement de droit suisse du type «autres fonds en placements traditionnels» Modifications du contrat de fonds Suite à la publication du 1 er juin 2015 relative au repositionnement

Plus en détail

ff ~ ~ ;J ----------

ff ~ ~ ;J ---------- Cour Pénale Internationale International Criminal Court RENDU PUBLIC le 22 novembre 2012 par application de la circulaire ICC/INF/2012/020 l/ \) ff ~ ~ ;J ---------- L~ Greffe ~~ The Registr y Instruction

Plus en détail

Les Seychelles: Sociétés offshore aux Seychelles:

Les Seychelles: Sociétés offshore aux Seychelles: Les Seychelles: Les International Business offshore Companies des Seychelles constituent des alternatives valables aux sociétés offshore de juridictions réputées telles que les Iles Vierges Britanniques

Plus en détail

WESTERN CLIMATE INITIATIVE, INC. (WCI, INC.) POLITIQUE EN MATIÈRE DE GESTION DE FONDS

WESTERN CLIMATE INITIATIVE, INC. (WCI, INC.) POLITIQUE EN MATIÈRE DE GESTION DE FONDS WESTERN CLIMATE INITIATIVE, INC. (WCI, INC.) POLITIQUE EN MATIÈRE DE GESTION DE FONDS Adoptée le 30 octobre 2012 Table des matières 1. But... 1 2. Définition des responsabilités... 1 3. Objectifs... 2

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 64 64 ACTIVITÉS DES SERVICES FINANCIERS, HORS ASSURANCE ET CAISSES DE RETRAITE Cette division comprend les activités de collecte et de redistribution

Plus en détail

AKERYS vous ouvre ses portes, BIENVENUE

AKERYS vous ouvre ses portes, BIENVENUE AKERYS vous ouvre ses portes, BIENVENUE Qui sommes nous? La franchise AKERYS : AKERYS Immobilier SOMMAIRE Le Marché de l immobilier en France Devenez «courtier en immobilier» Toute une vie à construire

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS N 2000-03 DU 27 MARS 2000 * * * * *

CIRCULAIRE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS N 2000-03 DU 27 MARS 2000 * * * * * CIRCULAIRE AUX BANQUES ET AUX ETABLISSEMENTS FINANCIERS N 2000-03 DU 27 MARS 2000 * * * * * OBJET : Fixation des crédits soumis au même taux d'intérêt excessif et des commissions bancaires entrant dans

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PLACEMENT

RÈGLEMENT DE PLACEMENT RÈGLEMENT DE PLACEMENT Sur la base de l article 49a OPP 2 ainsi que des articles 19 et 19a OLP, le Conseil de Fondation édicte le présent règlement de placement. Les dispositions d exécution, devant être

Plus en détail

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine

Generali Espace Lux. Au service de la structuration de votre patrimoine Generali Espace Lux Au service de la structuration de votre patrimoine Vous recherchez des solutions pour optimiser la structuration de votre patrimoine ou vous accompagner dans votre mobilité? Generali

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada

Raymond McManus. Présentation aux investisseurs. Président et chef de la direction Banque Laurentienne du Canada Financière Banque Nationale Présentation à la conférence des chefs de la direction des banques canadiennes Présentation aux investisseurs Raymond McManus Président et chef de la direction Banque Laurentienne

Plus en détail

La finance islamique dans. les pays du golfe(gcc) Mohamed NOURI 03 Avril 2014

La finance islamique dans. les pays du golfe(gcc) Mohamed NOURI 03 Avril 2014 La finance islamique dans 1 les pays du golfe(gcc) Mohamed NOURI 03 Avril 2014 2 Sommaire 1) L offre et la demande de la finance islamique 2) Etat des lieux dans les pays du golfe (GCC) 3) Le rôle des

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Danemark. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Danemark Merci de citer ce chapitre comme

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Le marché des adjudications. des bons de trésor

Le marché des adjudications. des bons de trésor Le marché des adjudications des bons de trésor PLAN introduction I/Définition II/ principes d émissions des BT Simplicité Liquidité transparence III/Objectifs et caractéristiques de l émissions des bons

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière. entre. l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers.

Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière. entre. l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers. Memorandum of Understanding dans le domaine de la stabilité financière entre l Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers et la Banque Nationale Suisse 1. Préambule 1 Le présent Memorandum

Plus en détail

Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger

Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger du Un nouveau règlement pour la Bourse d'alger Le nouveau règlement COSOB n 12-01 du 12 janvier 2012, modifiant et complétant le règlement n 97-03 du 18 Novembre 1997 relatif au règlement général de la

Plus en détail

Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE

Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE FR Cas n COMP/M.6889 - SOGECAP/ CARDIF/ ENSEMBLE IMMOBILIER CLICHY-LA-GARENNE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. REGLEMENT (EC) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article

Plus en détail

NOTE DE PRÉSENTATION

NOTE DE PRÉSENTATION AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRÉSENTATION RÈGLEMENT N 2014-07 du 26 novembre 2014 Relatif aux comptes des entreprises du secteur bancaire Cette note de présentation a pour objet de présenter

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

La Coopération entre les Banques Centrales des Pays Membres de l'oci. Renseignements Généraux

La Coopération entre les Banques Centrales des Pays Membres de l'oci. Renseignements Généraux La Coopération entre les Banques Centrales des Pays Membres de l'oci Renseignements Généraux 1. SESRIC a organisé, en collaboration avec la Banque Centrale de la République de Turquie, la Réunion des Banques

Plus en détail

PERFORMANCES and STRATEGY

PERFORMANCES and STRATEGY PERFORMANCES and STRATEGY Training / Consulting N d enregistrement agréé par l Etat : 51 140 04 Leader dans les certifications CFA, ARM, PMP, Finance Islamique Training/Consulting Performances and Strategy

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES ACHATS

POLITIQUE SUR LES ACHATS POLITIQUE SUR LES ACHATS Adoption : Conseil d administration du RCDR, 24 février 2006 Dernière révision : Conseil d administration du RCDR, 19 mars 2014 1. OBJET Définir les responsabilités et les obligations

Plus en détail

Banque Negara Malaisie (BNM)

Banque Negara Malaisie (BNM) Le système bancaire de Labuan comprend la Banque centrale de Malaisie (Bank Negara Malaysia), les banques (banques commerciales, sociétés financières, banques commerciales et les banques islamiques) et

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

FORTIS MULTISTRATEGIES 1/34

FORTIS MULTISTRATEGIES 1/34 PROSPECTUS COMPLET 1/34 SOMMAIRE PROSPECTUS SIMPLIFIE... 3 I - PARTIE A STATUTAIRE... 3 II - PARTIE B STATISTIQUE... 11 NOTE DETAILLEE... 14 I CARACTERISTIQUES GENERALES... 14 II MODALITES DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

2- Rapatriement et rétrocession du produit de la vente à l'exportation: 50% en dinars algériens, à porter sur son "compte dinars exportateur" ;

2- Rapatriement et rétrocession du produit de la vente à l'exportation: 50% en dinars algériens, à porter sur son compte dinars exportateur ; 1-Attestation de domiciliation d'exportation: Les opérations d'exportations de biens en vente ferme ou en consignation ainsi que les exportations de services sont soumises à domiciliation obligatoire auprès

Plus en détail

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ;

Plan LA BANQUE CONCLUSION INTRODUCTION. 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; LA BANQUE Plan INTRODUCTION 1. Définition de la Banque ; 2. Types de banques ; 3. Les produits bancaires ; 4. La Clientèle de la banque ; 5. Opérations de banque. CONCLUSION INTRODUCTION La banque est

Plus en détail

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes Svetlana Chekhovskaya Maître de conférences Vice-présidente de la Chaire du droit des affaires (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) Les restrictions

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1

PROCÉDURE. Classification des clients. DATE DE MISE À JOUR Mars 2014. Procédure de classification des clients Mars 2014 1 PROCÉDURE Classification des clients DATE DE MISE À JOUR Mars 2014 1 Procédure de classification des clients SOMMAIRE SOMMAIRE 2 1. PRÉSENTATION DE LA MIFID 3 1.1. Buts de la MiFID 3 1.2. Champ d application

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA COMMUNIQUÉ DE PRESSE Argenta Bank- en Verzekeringsgroep SA Résultats exceptionnels d Argenta pour l année de crise 2011 La cinquième banque de Belgique n a pas désappris le métier du banquier de détail.

Plus en détail

Executive Professional Master in Islamic Finance

Executive Professional Master in Islamic Finance AL MAALI CONSULTING GROUP Islamic Finance Consulting lance la 2 ème promotion Mars 2014 du Executive Professional Master in Islamic Finance délivré par ÉDITORIAL Forte de plus de 1300 milliards de dollars,

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché.

Article 5 : La Banque Centrale de Tunisie publie les taux de rémunération qu'elle consent sur les principales devises traitées sur le marché. CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES OBJET : Marché monétaire en devises, placements et emplois des devises non-cessibles et refinancement en devises auprès de la Banque Centrale de Tunisie. L'Avis de

Plus en détail

LA CHARTE. (mise à jour en mars 2015)

LA CHARTE. (mise à jour en mars 2015) COMPAGNIE DE L'OCCIDENT POUR LA FINANCE ET L'INDUSTRIE S.A. GOUVERNANCE D ENTREPRISES LA CHARTE (mise à jour en mars 2015) COFI Société anonyme 2, rue de l Eau L-1449 Luxembourg Capital social: EUR 163.300.000,00

Plus en détail

Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé. le 30 juin 2015. Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014

Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé. le 30 juin 2015. Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014 Rapport financier trimestriel pour l exercice terminé le 30 juin 2014 Rapport financier trimestriel pour le trimestre terminé le 30 juin 2015 TITRE DU RAPPORT 1 PUBLIÉ PAR Agence de développement économique

Plus en détail

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC

REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Comité d experts de la FEMIP Luxembourg 7-8 mars 2005 REFORME DU SECTEUR FINANCIER AU MAROC Zouhair CHORFI Directeur du Trésor et des Finances Extérieures 1 Introduction Secteur financier marocain à la

Plus en détail

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11 RAPPORT FINANCIER INTERMÉDIAIRE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Résultats 1 Bilan 2 Déficit et surplus d apport 3 Flux de trésorerie 4 Notes afférentes aux états financiers 5-11 1 RÉSULTATS CONSOLIDÉS POUR

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE

CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE CONFERENCE INTERAFRICAINE DES MARCHES D ASSURANCE LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCES EN ZONE CIMA Fangman Alain Ouattara Commissaire Contrôleur en Chef à la CIMA ofangman@yahoo.fr SOMMAIRE 1. GENERALITES

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015

PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE REDDITION DE COMPTES POUR LES BÉNÉFICIAIRES 2014-2015 1 PARTENARIATS POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS DE L'ONTARIO

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Les zones d excellence de la finance islamique

Les zones d excellence de la finance islamique Les zones d excellence de la finance islamique 1. Essai de typologie des expériences de la FI 2. Les zones d excellence 3. Les pays émergents Mohamed NOURI Essai de typologie des expériences de la FI selon

Plus en détail

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire

du X août 2008 (Règles-cadres pour la gestion de fortune) Sommaire Circ.-CFB 08/X Règles-cadres pour la gestion de fortune - projet Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques: Règles-cadres pour la reconnaissance de l'autoréglementation en matière de gestion

Plus en détail

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014 «L offre de marché des Postes Italiennes : principaux produits et résultats économiques» Communication sous la direction de SLP CISL Italie (deuxième partie) Symposium du STTP sur les services bancaires

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

Faurecia lance une émission obligataire et refinance sa dette bancaire

Faurecia lance une émission obligataire et refinance sa dette bancaire Nanterre, le 31 octobre 2011 Faurecia lance une émission obligataire et refinance sa dette bancaire Fort de son redressement, de la poursuite de l amélioration de sa rentabilité, et de ses perspectives

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Diplôme International CIMA en FINANCE ISLAMIQUE

Diplôme International CIMA en FINANCE ISLAMIQUE Diplôme International CIMA en FINANCE ISLAMIQUE www.spectrumfs.com www.cimaglobal.com A propos de la formation : Diplôme CIMA en finance Islamique Après trois formations réussies en «Droit Commercial Islamique»,

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier

La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Communication _2011_15 du 23 mars 2011 La nouvelle architecture de contrôle du secteur financier Champ d'application: Tous les établissements soumis au contrôle de la ou du CREFS. Résumé/Objectifs: La

Plus en détail

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT

POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT POLITIQUE DE TRANSPARENCE DE L AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT La politique de transparence est inscrite dans la dynamique de changement et de partenariat qui caractérise le plan d orientation stratégique

Plus en détail

CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB N 3/G/96 DU 30 JANVIER 1996 RELATIVE AUX BONS DES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT

CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB N 3/G/96 DU 30 JANVIER 1996 RELATIVE AUX BONS DES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB N 3/G/96 DU 30 JANVIER 1996 RELATIVE AUX BONS DES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT La présente circulaire a pour objet de rappeler certaines dispositions de la loi n

Plus en détail

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS?

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS? Consultation publique sur le site du SGG au titre du projet de loi sur les obligations sécurisées Éléments de réponse de ce Ministère sur les questions soulevées par CDG Capital Question Quelles sont les

Plus en détail