Ministère de l Ecologie et du Développement Durable

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ministère de l Ecologie et du Développement Durable"

Transcription

1 Ministère de l Ecologie et du Développement Durable Direction de la Prévention des Pollutions et des Risques Sous-direction de la Prévention des Risques Majeurs Estimation quantitative et qualitative des dommages économiques dans le Gard à la suite des inondations des 8 au 10 septembre 2002 Cas des entreprises et de l habitat des particuliers Rapport Mai 2003 LEDOUX CONSULTANTS risques & territoires Jardin des Rosiers 3, avenue de Castelnau MONTPELLIER Tél.Fax :

2 SOMMAIRE Introduction 3 I Rappel des données issues du rapport PERRIEZ La répartition des différents types de dommages Comparaison avec des catastrophes récentes Les chiffres les plus récents fournis par la presse 6 II Les dommages à l habitat L information fournie par les études du Conseil Général du Gard Présentation des études Principaux résultats sur les types d habitat sinistré et les localisations L estimation des coûts de réhabilitation des logements sinistrés Compléments d information fournis par les experts Un nombre très important d expertises après la catastrophe Le coût moyen de dommage à l habitat estimé par les experts Qui réalise les travaux chez les particuliers? Compléments d information fournis par les assurances 19 III Les dommages aux entreprises Sources de données et dispositif d aides La prise en charge des dossiers par les organismes consulaires Les méthodes de recensement et la fiabilité des chiffres disponibles Le dispositif d'aide Etat/Conseil Régional/Conseil Général Les dommages monétaires Secteur de la CCI de Nîmes Secteur de la CCI d Alès Les données de la Chambre des métiers Les données de l UNAPL Les données des experts d assurance Les données relatives au chômage technique Les équipements touristiques Les ressortissants de la Fédération de l Hôtellerie de Plein-Air L aide spécifique du Conseil Général Les dysfonctionnements et autres difficultés rencontrées par les entreprises Une difficulté liée au statut majoritairement de locataire des entreprises Les difficultés liées à l'assurance Les causes pour expliquer la longueur des travaux de remise en état Le point de vue exprimés par des chefs d entreprise Réflexions générales Profiter de la catastrophe pour réduire la vulnérabilité des entreprises? Catastrophe économique ou coup de fouet à l'économie? 42 Synthèse 44 2

3 INTRODUCTION Objectifs de l étude A la suite des inondations catastrophiques du 8 au 10 septembre 2002 principalement dans le Gard, mais aussi dans le Vaucluse, l Hérault, les Bouches-du-rhône, l Ardèche et la Drôme, une commission nationale a été chargée par le gouvernement d évaluer rapidement l enveloppe des dommages économiques et pour préparer ainsi la phase de reconstruction. Le bilan humain de cette catastrophe s élève à 23 morts. L enveloppe des dommages économiques a été estimée par la mission coordonnée par le préfet PERRIEZ à 1,2 milliards d euros pour l ensemble des départements précités. Dans le Gard, il apparaît que hors agriculture les dommages les plus élevés se rattachent au thème de l industrie, l artisanat et le commerce d une part et à celui de l habitat d autre part. L étude souhaitée par le Ministère de l Ecologie et du Développement Durable était donc de travailler sur ces deux types d enjeux pour tenter de proposer, en liaison notamment avec les compagnies d assurance et les experts, une évaluation plus ajustée des dommages dans ce département. L objectif de cette étude était aussi d apporter une appréciation qualitative de la nature des dommages pour ces enjeux. Méthodologie L étude des dommages aux entreprises a d abord reposé sur une série d entretiens réalisés auprès des différents responsables des organismes consulaires (Chambres de Commerce et d Industrie, Chambre des Métiers) fortement impliqués dans la gestion et le suivi des aides aux entreprises, ainsi que d autres organismes intervenus sur ces dossiers (Conseil général, Direction Départementale du Travail, UNAPL, etc.). Des informations statistiques partielles (en l état de l avancement du traitement des dossiers d aides) ont pu être consultées. Cette approche a été complétée par des entretiens auprès de différents responsables professionnels, soit de certaines branches d activité (Fédération de l Hôtellerie de Plein-Air par exemple), soit des chefs d entreprise. Enfin, des contacts avec certaines compagnies d assurance, la FFSA et plusieurs cabinets d experts auprès des assurances ont permis de compléter les informations à la fois d un point de vue quantitatif (possibilité de quelques évaluations de coûts moyens) et qualitatif. L étude des dommages à l habitat a d abord consisté à consulter les études financées par le Conseil général du Gard, portant sur un recensement précis des dommages aux particuliers sur l ensemble du département, avec une évaluation du coût de la remise en état du bâti sinistré. Sur cette base, des entretiens ont été réalisés auprès des cabinets d experts qui sont intervenus pour évaluer la nature et le coût des sinistres pour le compte des compagnies d assurance, afin de compléter, valider ou nuancer les enseignements des études du Conseil général. Des assureurs ont également été enquêtés sur ce thème. 3

4 I Rappel des données issues du rapport PERRIEZ 1.1 La répartition des différents types de dommages Le rapport intitulé «Les crues des 8 et 9 septembre 2002 dans les départements de l Ardèche, des Bouches-du-Rhône, de la Drôme, du Gard, de l Hérault et de Vaucluse. Premières estimations des dommages» a fourni dès septembre les premières évaluations suivantes : Dommages Millions % d euros Voirie 94 11,5% Bâtiments publics 68 8,5% Agriculture % Rivières 52 6,5% Entreprises % Réseaux 41 5 % Particuliers 95 12% Déchets 4 0,5% Total % Voirie Bâtiments publics Agriculture Rivières Entreprises Réseaux Particuliers Déchets Le poste «entreprises» représente les dommages les plus importants, avec plus du tiers du coût global estimé par la mission PERRIEZ. Les particuliers arrivent en troisième position, avec des montants similaires au poste «voirie». Mais il s agit là uniquement des dommages immobiliers (les dommages au mobilier et aux véhicules n est pas compris dans ce montant). Dans un rapport du Président du Conseil Général du Gard datant du 10 octobre 2002, le chiffre de 340,9 M est avancé pour les pertes aux entreprises. 4

5 1.2 Comparaison avec des catastrophes récentes Le graphique ci-dessous permet de comparer les répartitions des différents postes de dommages entre la catastrophe du Gard et des catastrophes récentes. La typologie des dommages, différente d un événement à l autre, ne permet pas toujours des comparaisons aisées et exige des regroupements. 100% 80% 60% 40% 20% 0% Gard Aude Bretagne Vaison Nîmes autres Etat Rivières Agriculture Voirie, réseaux, équipements Entreprises Particuliers En terme de pourcentage, la catastrophe dans le département du Gard se caractérise par une faiblesse de la part des dommages subis par les particuliers sur le montant global, alors que la part des entreprises est très forte (équivalente à la catastrophe de Nîmes, qui avait connu de très lourds dommages aux entreprises, sur un territoire très limité) Particuliers Entreprises Voirie, réseaux, équipements Agriculture Rivières Gard Aude Bretagne Vaison Nîmes Etat autres Le second graphique confirme le poids très lourd des dommages aux entreprises. Dans l Aude, où le tissu industriel avait beaucoup moins souffert, le coût des dommages à l habitat avait été plus important que dans le Gard. Attention, ces commentaires sont faits sur la base de l estimation immédiatement postérieure à la catastrophe du rapport PERRIEZ comparée à des estimations plus consolidées de catastrophes plus anciennes. Il conviendra de revoir ces comparaisons une fois consolidés les chiffres du Gard. 5

6 1.3 Les chiffres les plus récents fournis par la presse Dans le Midi Libre daté du 12 mars 2003, les dernières estimations, fournies par le Conseil Général du Gard, sont présentées de la manière suivante pour ce département : Réseau routier départemental 25 M Collèges publics départementaux 4,3 M Réhabilitation des bâtiments départementaux 4,32 M Etablissements pour personnes âgées 9 M Dégâts aux infrastructures communales et 93 M intercommunales Eau potable 12 M Assainissement 17 M Irrigation 5 M Voirie 50 M * Déchets 6 M Bibliothèques municipales 0,85 M Etablissement d accueil 2,3 M de la petite enfance * (250 communes ont bénéficiées d une aide spécifique du Département) D autre part, les impacts à la structure économique du département sont estimés comme suit : Agriculture 150 M Commerce et service 160 M Industrie 107 M Industries agroalimentaires 28 M Artisanat 45 M Total 490 M Le dommage global aux entreprises, hors agriculture, serait donc de 340 M, soit 30 M de plus que l estimation du rapport PERRIEZ (+9%). Dans ce numéro du Midi Libre, il est indiqué que le comité de pilotage a accordé un montant total d aides de ( au titre du fonds de soutien, au titre du fonds d aide à la reconstruction) à 614 entreprises, dont 225 entreprises artisanales. 6

7 II Les dommages à l habitat 2.1 L information fournie par les études du Conseil Général du Gard Présentation des études Dans le mois qui a suivi la catastrophe, le Conseil Général a assuré la maîtrise d ouvrage de deux études visant à évaluer, sur l ensemble du département du Gard, l ampleur et la nature des dommages subis par les logements. L objectif était de mieux apprécier les besoins financiers nécessaires à la réhabilitation du parc de logements privés, afin de «calibrer» puis mettre en place les dispositifs d aides nécessaires. Ces études ont été confiées à deux bureaux d études (Habitat et Développement 1 et Urbanis 2 ). Elles avaient une méthodologie commune. L une portait sur la «Zone Est du département» (134 communes), l autre sur la «zone Ouest» (144 communes). Le principe d investigation était le suivant : - Commune sans logement sinistré, ou avec une proportion faible de logements sinistrés : pas de visite mais un dénombrement sur la seule base d une enquête téléphonique. - Communes ayant quelques logements sinistrés ou un «volume non négligeable» de résidences principales sinistrées : entretiens sur site ou par téléphone. - Communes les plus gravement touchées : visites et enquêtes sur le terrain, relevés «logement par logement» : 15 communes regroupant 71% des sinistres sur la zone Est, 26 communes sur la zone Ouest Principaux résultats sur les types d habitat sinistré et les localisations Nous avons retenu quelques résultats marquants fournis par ces deux études. Sur les deux zones, l importance des résidences principales privées identifiées comme sinistrées se répartie de la manière suivante : Nombre de logements sinistrés Zone Est Zone Ouest M.O.U.S. d urgence. Réhabilitation des logements sinistrés. Inondations de septembre Rapport d évaluation et de diagnostic. Zone Est du département. Habitat et Développement. Conseil général du Gard. Octobre Recensement des logements privés sinistrés des communes situées à l ouest du Gard. Urbanis. Conseil Général du Gard. Novembre

8 Résultats sur la zone Ouest Nombre de logements sinistrés Nombre de communes à à à à Plus de Sur les 144 communes de la zone, 4 n ont pu être jointes au cours de l enquête Les cantons les plus sinistrés sont : Rhony-Vidourle (avec 650 logements sinistrés, soit 22 % du total), Sommières (avec 451 logements sinistrés, soit 15 % du total), Saint-Chaptes (avec 449 logements sinistrés, soit 15 % du total), Lédignan (avec 270 logements sinistrés, soit 9 % du total). 70 % des logements ont été submergés par plus de 50 cm d eau (14 % par plus de 2 m, et pour la moitié d entre eux, l eau a atteint le 1 er étage). Les auteurs de l étude considèrent que les logements touchés par moins de 50 cm n ont eu besoin que de «travaux de finition» (voir définition dans le 2.1.3). Pour 85 cas, il est estimé nécessaire de démolir et de construire les logements sinistrés. Près de 70 des logements sinistrés sont «anciens», c'est-à-dire antérieurs à La carte page suivante localise et quantifie les logements sinistrés et précise la nature des travaux de réhabilitation envisagés. 8

9 Conseil Général du Gard Recensement des logements privés sinistrés des communes situées à l ouest du Gard 9

10 Résultats sur la zone Est Les cantons les plus sinistrés sont : Aramon (avec 1654 logements sinistrés, soit 40 % du total), Bagnols/Cèze (avec 711 logements sinistrés, soit 17 % du total), Roquemaure (avec 687 logements sinistrés, soit 17 % du total), Remoulins (avec 425 logements sinistrés, soit 10 % du total). Les communes particulièrement touchées sont Aramon et Montfrin (avec chacune plus de 600 logements touchés), Roquemaure, Bagnols sur Cèze, Remoulins, Comps, Codolet La carte de la page suivante localise et quantifie les logements sinistrés. Les communes les plus gravement touchées ont été inondées par défaillance des systèmes de digues existant : Codolet, Aramon, Comps, où 50 à 100% du parc de résidences principales a été touché. L ampleur des dommages est imputable à la violence de la submersion, les hauteurs d eau importante et la durée de l inondation (plusieurs jours à plusieurs semaines selon les quartiers). Des dégâts très importants ont été observés dans les communes établies historiquement en bordure de certains affluents du Rhône (Cèze, Tave, Gardon), traditionnellement exposées aux crues. La crue y a été violente et de forte amplitude (jusqu à 5 m de hauteur) mais de moindre de durée que dans le cas précédent (24 h maximum). Deux autres situations ont été distinguées : «les communes inondées par effet de cuvette», quartiers ou communes entières situés en zone de plaine, en bordure de collines soumises à des effets de ruissellement (faible violence de l événement, faible hauteur de submersion, ne dépassant pas le mètre, mais parfois longue durée, de quelques jours) ; «les communes inondées par phénomène de ruissellement», en fait inondées par le débordement de tout petits ruisseaux prenant naissance dans la garrigue et traversant les villes et les villages (phénomène rapproché de celui de Nîmes) ; dans ce cas, les sinistres sont plus localisés mais les désordres, du fait de la violence du phénomène, peuvent être importants (glissements de terrain, effondrements de murs de soutènement, parfois déstabilisation des fondations de certaines constructions). 72 % des logements ont été submergés par plus de 50 cm d eau (27 % avec des hauteurs comprises entre 1,5 m et 2,5 m et 22 % avec des hauteurs supérieures à 2,5 m! soit 862 logements). Les résidences ayant enregistré plus de 2,5 m (inondation partielle du 1 er étage) sont majoritairement localisées à Aramon, Comps, Montfrin, Codolet et Remoulins. Les logements de plain pied (près de 30% des sinistres) caractérisent principalement le parc récent de maisons individuelles. Ce parc présente pour sa part des pathologies relativement lourdes (réfection intérieure complète, travaux de consolidation des structures et fondations ). Pour le bâti récent, les villas des années ont davantage résisté au sinistre que le bâti pavillonnaire plus récent : les premières présentent des caractéristiques constructives moins vulnérables aux inondations : existence de vide sanitaire, rez-de-chaussée utilisés par le garage ou des pièces annexes, absence de doublage en placoplâtre et parfois d isolation type laine de verre. Au total, 53 % des logements nécessitent des travaux de réhabilitation relativement lourds (soit logements). Les auteurs de l étude estime le nombre de démolition nécessaire à 29 (essentiellement localisées à Collias 3 ) mais dans 72 cas les logements nécessitent «un sursis à statuer», un diagnostic spécifique et approfondi étant nécessaire. 3 On rappelle que sur cette commune, la mairie a pris 49 arrêtés d interdiction d habiter les maisons les plus sinistrées ou situées dans des zones ne disposant pas de possibilité d évacuation en cas de nouvelles inondations. 10

11 11

12 2.1.3 L estimation des coûts de réhabilitation des logements sinistrés L estimation des coûts de réhabilitation des logements sinistrés a été effectuée à partir des diagnostics réalisés sur les logements sinistrés lors des relevés de terrain, en tenant compte des types d immeubles et de la hauteur d inondation. Une harmonisation des estimations a été réalisée entre les deux bureaux d étude. Les ratios retenus pour l'estimation des coûts (identiques pour les deux études) sont les suivants : a) Travaux sur parties communes et annexes : Ceci concerne, soit l'habitat ancien groupé dont les logements sont situés à l'étage (ex : centre d'aramon, Bagnols, Chusclan), soit l'habitat individuel récent, dont les annexes abritent certains équipements techniques du logement (ex : chaudière, cuve...). Travaux et coûts pris en compte : a 1 : installation électrique (compteurs, différentiel ) et chaudière : forfait a 2 : entrée, couloir, escaliers : revêtements de sols et murs, menuiseries ext. et int., escalier, etc. : forfait 3000 b) Aménagement extérieur : principalement murs de clôture et de soutènement : forfait 3000 minimum c) Travaux de finition et de sécurité : vérification et mise en sécurité des installations électriques (min. Visa sécurité), reprise des revêtements de sol et de murs, etc. : 55 le m2 d) Travaux de second œuvre : cloisons et doublage en placo plâtre ou réfection d'enduits sur murs anciens dans une grande proportion, électricité, plomberie, menuiseries intérieures, chauffage, chaudière, etc. : 185 m2 (à cumuler avec «travaux de finition et de sécurité»). e) Consolidation des structures : démolition, consolidation murs, charpentes, fondations, plafonds, menuiseries extérieures, etc. 185 le m2 (cumulable avec c), d)...) f) Suppression du rdc : restructuration d'un logement liée à la suppression de pièces inondables en rdc : surcoût lié à l'aménagement de nouvelles pièces habitables dans des combles ou locaux non affectés à l'habitation. Comprend : consolidation ou réfection du plancher, escalier, plafonds, cloisons, doublages isolants, menuiseries intérieures et extérieures, sols : le m2 g) Réfection complète : logement à refaire en totalité en raison, soit de l'importance des dégâts, soit d'un état initial jugé très inconfortable (ex : logement insalubre): 550 m2 h) Démolition / reconstruction sur place : 1000 le m2 i) Démolition / reconstruction ailleurs : idem + coût du foncier 460 le m2 soit par maison à reconstruire Estimations des coûts de réhabilitation sur la zone Est Sur les 15 communes où des relevés de terrain ont été réalisés, les logements ont été caractérisés par : les hauteurs de submersion (inf. à 50 cm, entre 50 et 149 cm, entre 150 et 249, sup. à 250), le type d habitat (ancien, villa, autre), la nature de l occupation du RDC (plain-pied ), le niveau d intervention nécessaire (voir les niveaux a) à i) décrits précédemment). A partir des relevés de terrain effectués sur ces 15 communes ayant fait l objet de l enquête la plus poussée (représentant 2918 logements, soit 71% du parc sinistré), les coûts de 12

13 réparation/réhabilitation ou reconstruction ont été estimés à un total de , soit un coût moyen de par logement. L extrapolation à l ensemble de la zone Est a été envisagée selon deux approches : - En multipliant le coût moyen par logement obtenu précédemment par le nombre total de logements sinistrés (4106), ce qui amène à un total de La seconde approche, a priori plus fine, a consisté à : o Classer les logements des 15 communes tests en quatre degrés d intervention (légère, complète, reconstruction sur place ou ailleurs) et à calculer un coût moyen pour chaque degré d intervention. o De répartir les logements des 76 communes enquêtées (sans visite de terrain approfondie) selon les quatre degrés d intervention précédemment définis et de calculer à partir du coût moyen correspondant le coût total. o D extrapoler ce coût total (des communes) à l ensemble des autres communes. o Le montant total obtenu est de Intervention légère Intervention complète Reconstruction sur place Reconstruction ailleurs Résultat étude 15 communs tests Estimation sur 76 communes enquêtées Nbre de logts relevés Coût estimé Coût moyen par logt Nbre de logts enquêtés Coût estimé Extrapolation sur l ensemble des communes recensées Nbre de logts recensés Coût estimé TOTAL Estimations des coûts de réhabilitation sur la zone Ouest Comme pour la zone Est, une estimation du coût a été réalisée pour les 26 communes visitées, représentant 2329 logements sinistrés soit 75% des logements de la zone. L évaluation à partir de cette enquête a permis d établir le coût du sinistre pour ces 26 communes à , soit un coût moyen de L extrapolation à l ensemble de la zone Ouest a été envisagée selon deux approches : - En multipliant le coût moyen par logement obtenu précédemment par le nombre total de logements sinistrés (3120), ce qui amène à un total de A partir des hauteurs d eau relevées et des types de logements (cette méthode n est pas précisément décrite dans l étude, qui ne fournit que le tableau suivant) : 13

14 Nombre et type de Coûts moyens retenus Coût total logements anciens récents er étage reconstructions Total Compléments d information fournis par les experts intervenant pour le compte des compagnies d assurance Un nombre très important d expertises pendant les mois qui ont suivi la catastrophe Selon un des experts rencontrées, dossiers ont été ouverts sur le Gard par les compagnies d assurance, y compris ceux concernant les automobiles sinistrées de ces dossiers ont fait l objet d une expertise par des experts mandatés par les compagnies. Les «petits sinistres» ne font pas l objet d une expertise mais sont réglés directement par les compagnies. Le montant de ces dossiers varient en fonction des compagnies et est compris entre et Les cabinets d experts ont dû recruter du personnel pendant plusieurs mois et travailler avec des horaires inhabituels pour faire face à la masse colossale de dossiers à traiter. Le cabinet AMARINE a traité dossiers, dont environ 80% de particuliers et le reste en professionnels. Le cabinet PolyExperts a quand à lui traité 3200 dossiers, avec une large dominante de particuliers. Le cabinet PUECH & FANLO a enregistré en quelques mois dossiers (90% de particuliers, 10% d entreprises), soit plus qu il n en gère au cours d une année normale. Il s agit pour l essentiel de dossiers concernant le Gard (quelques dossiers sont situés en Vallée française, dans la Lozère). Ce cabinet estime qu il reste environ 350 dossiers (mars) non encore déposés auprès des compagnies, dont une centaine pour lesquels la lettre d acceptation par le sinistré a été retourné par celui-ci. Le cabinet, qui en temps ordinaires compte 5 experts, a dû recruter pour des durées variables 14 personnes afin de faire face aux très nombreux dossiers à traiter. Le recrutement d experts «free lance» n est pas aisé et les experts compétents sont parfois difficiles à trouver. Pendant 5 semaines, faute de secrétaires en nombre suffisant, ils ont dû rendre des rapports manuscrits. Les compagnies d assurance imposent un barème d expertise lié au nombre de sinistres qui sont confiés aux cabinets d experts. Les experts extérieurs sollicités sont rémunérés selon un pourcentage du coût de l expertise : ils ont donc tendance à travailler en priorité sur les dossiers pour lesquels ils touchent le plus d honoraires. 14

15 2.2.2 Le coût moyen de dommage à l habitat estimé par les experts Proposition de fourchettes La GMF est une compagnie qui ne traite que du particulier et dont le portefeuille est réparti de manière plutôt homogène sur le département du Gard. Sur le cabinet AMARINE, et à partir de 384 dossiers traités, le coût moyen du dommage au particulier est de (il était pour cette même compagnie de pour la région de Cuxac d Aude lors des inondations de 1999) 4. On peut considérer que ce coût d indemnisation est celui du sinistre, à la différence près de la franchise (qui est de 380 ). Le Groupe Azur, toujours sur le cabinet AMARINE, et à partir de 125 dossiers, abouti à un coût moyen confondant particulier et professionnel, de C est la prise en compte des dommages aux entreprises qui relève dans ce cas le coût moyen des dommages. Selon le cabinet AMARINE, dans 90% des cas (de l habitat), les dommages concernent les «agencements» (remplacement du réseau électrique, soufflage des gaines, embellissement, contre cloisons ). Dans les autres cas, il faut tout refaire à l intérieur («tout déshabiller»). Le dommage moyen est dans ce second cas bien supérieur à celui évoqué précédemment. Selon cet expert, il faut compter : - 60 à 75 /m 2 si on remplace seulement les embellissements à 300 /m 2 si c est les réparations sont plus importantes (les cloisons, le réseau électrique). Dans un premier temps, immédiatement après la catastrophe, les experts fournissent aux compagnies d assurance une première estimation du coût moyen d ouverture des dossiers afin que les assureurs puissent provisionner les sommes qu ils devront régler. Pour le cabinet PUECH & FANLO, la première estimation pour les habitations a été donnée à , en raison du nombre important de maisons inondées par au moins deux mètres d eau. Il s agit donc d un montant moyen maximum. Bien qu ils n aient pas fait de statistiques depuis, faute de temps, nos interlocuteurs de ce cabinet estiment que le coût moyen à l habitat devrait être compris entre et L évaluation des études réalisées pour le compte du Conseil Général de l Hérault (entre et ) leur paraît être un peu forte, ou pour le moins une fourchette haute. Le coût moyen du règlement assurance est à l heure actuelle de pour l habitat. Les experts font remarquer que par exemple les dommages sur les parois sont très variables et dépendent à la fois de leur nature, notamment de l isolation utilisée, et de l aléa (hauteur de submersion mais aussi durée). A Aramon, les dommages très importants constatés chez les particuliers sont imputables non seulement aux hauteurs atteintes mais aussi à la durée près de 10 jours parfois de l inondation. 4 La FFSA a indiqué en 2000 que le coût moyen de l indemnisation au particulier dans l Aude avait été pour la catastrophe de novembre 1999 de Ce montant moyen était de pour les entreprises. 15

16 Pour le Cabinet SETEX, le coût moyen avancé par les études du Conseil Général est excessif, excepté pour 10% des logements qui ont été les plus sinistrés (perte totale de mobiliser et graves endommagement à l immobilier : il faut alors compter 160 /m 2 ). Pour les 90% restants, le coût moyen est plus proche de (intégrant les dommages sur clôture, fréquent et très important). Ce coût moyen n est pas tant fonction de la typologie du bâti que de l aléa et donc de la situation vis-à-vis du cours d eau. La nature de la construction peut néanmoins être un facteur aggravant, pour certains dommages (par exemple, un carrelage posé sur un mortier pauvre) et à l inverse, les doublages en placoplâtre ont entraîné moins de coût de réparation que pour les doublages en brique plus laine de verre. Dans le premier cas, il est possible de couper 1 m bas de placo, dans le second, lorsque l eau était imprégnée de mazout, les doublages sont à refaire. L expert de SETEX propose la ventilation suivante : - Mobilier : de dommage moyen, souvent ventilé ainsi : o Clôture maçonnerie et portail : o Second œuvre (menuiserie, électricité, chauffage, embellissement) : Mobilier : de dommage moyen. Pour le cabinet Polyexperts, le coût moyen des dommages aux habitations situées dans les zones les plus sinistrées (Aramon, Montfrin) se situe autour de Beaucoup de sinistres ont des montants bien inférieurs mais ils ont été traités directement par les compagnies, sans expertises. Les seuils à partir desquels les compagnies réglaient sans expertise varient d une compagnie à l autre et n ont pas été rendue publics (ce qui avait été le cas lors de la tempête de 1999 ; résultat : beaucoup de déclarations étaient fausses, les petits sinistres étant déclarés pour un montant juste inférieur au seuil annoncé). Dans le Gard, très peu de grandes villes ont été touchées. Les zones sinistrées sont essentiellement rurales, où deux types d habitat sont rencontrés : la maison de village et le pavillon. La première est ancienne et de style viticole : le rez-de-chaussée était traditionnellement occupé par la remise et l habitat se situait en étage. En règle générale, les rez-de-chaussée sont encore utilisés en dépendance (biens mobiliers peu vulnérables). Ces vieux bâtiments se comportent mieux à la submersion (mur en maçonnerie, épais). Les pavillons sont des constructions récentes, en règle général modestes (4 à 5 pièces). Les coûts de réparation sont plus élevés, surtout si l eau stagne longtemps (endommagement des cloisons de placoplâtre et de la laine de verre, carrelage, menuiserie, vide sanitaire gorgée d eau ). Dans le cas du pavillon, le dommage au mètre carré (300 à 450 /m 2 ) est plus important que pour la maison de ville (en fonction bien sûr de la destination du rez-dechaussée de cette dernière). L expert estime que les maisons où il a été rencontré des problèmes de structure représentent moins de 10% du total des maisons expertisés à la demande des assureurs. Quelques maisons on eu leur assises affouillées. Mais il constate également que souvent des assurés ont cherché à faire passer des problèmes de structures sur le compte de l inondation alors que la maison avait subi des dommages (fissuration) en liaison avec des problèmes de sécheresse. Les compagnies d assurance ont naturellement refusé d indemniser ces dommages. 16

17 Il a expertisé 14 caves coopératives, dont les dommages varient entre et 1,8 M (dommages directs). Pratiquement aucune n était assurée en perte d exploitation. Mais la perte d exploitation n est pas dû aux dommages sur le site mais au fait que très peu de récoltes ont été rentrées : les vignes ont été très endommagées. Le problème de la qualité du bâti L ampleur du dommage est fonction de la durée mais aussi de la qualité de la maison. Les maisons construites par des lotisseurs sont de bien moins bonne qualité que les maisons de village (matériaux plus résistants). Ainsi à Aramon, un ensemble de 16 pavillons de qualité, de 5 à 6 pièces, a connu un dommage total de , soit un coût moyen par pavillon de Sur cet exemple, ces maisons de bonne qualité, qui ont été inondé par plusieurs mètres d eau pendant 8 à 10 jours, n ont pas connu de problème de carrelage. A Codolet, des maisons ayant eu 1,60 m pendant moins de 12 heures ont eu leur carrelage détruit. Dans bien des cas, les assureurs auraient pu rechercher la garantie décennale des constructeurs car la qualité de la construction était indubitablement défectueuse. Mais dans un tel contexte, il n est dans l intérêt de personne de faire traîner les dossiers, ni celui de l expert (qui, compte tenu du nombre de dossiers qu il a à traiter, ne souhaite pas les voir s empiler sur son bureau), ni celui de l assureur (le contentieux lui coûtera de l argent et son image risque d en pâtir, dans une situation où la presse focalise rapidement son attention sur sa profession). Certains dommages lourds ont été provoqués non par le débordement d un cours d eau mais par du ruissellement, qui provoque l effondrement de murs de soutènement ou de clôture. Certaines maisons ont même subi de légers glissements de terrains. L aggravation des dommages liés à une intervention précipitée? Pour le cabinet AMARINE, les dommages qui apparaissent avec le temps sont rares. Par contre, il constate que les boiseries n ont pas bénéficié de bonnes conditions pour la remise en état : il a beaucoup plu (taux d hygrométrie élevé pendant plusieurs mois après la catastrophe) et il n y a pas eu de vent. Les experts du cabinet PUECH & FANLO attirent l attention sur les effets fréquemment négatifs des déshumidificateurs, qui ont été souvent achetés et utilisés par les sinistrés. Ces appareils ont pour effet de provoquer un séchage rapide, mais jugé trop rapide, ce qui entraîne fréquemment l éclatement des huisseries. Compte tenu du fait que bien souvent les travaux de restauration ne peuvent pas être fait dans l immédiat (notamment à cause de la pénurie d artisans), il conviendrait parfois de plutôt laisser sécher de manière naturelle. Les assureurs remboursent cependant les dommages provoqués par cette mauvaise utilisation des déshumidificateurs. Dommages mobiliers / Dommages immobiliers Apprécier un ratio entre les dommages à l immobilier et ceux au mobilier est jugé par tous les experts rencontrés comme impossible. Beaucoup trop de paramètres entrent en jeu pour expliquer les dommages, dont notamment le standing de l habitation et de son contenu ou la présence ou non d un étage. 17

18 Les experts du cabinet PUECH & FANLO estiment qu en matière de mobilier, énormément de gens disent avoir tout jeté en raison d une destruction totale des biens, ce qui n est probablement pas toujours exact, une partie «non négligeable» des biens pouvant probablement faire l objet d une restauration. Effet de seuils? Les experts jugent très difficile d avancer des effets de seuil pour l apparition des dommages. Pour une maison de plain-pied, une hauteur de submersion comprise entre 80 cm et 2 m produit globalement les mêmes dommages. Au-delà, le faux plafond est atteint (les dommages sont alors nettement plus importants) puis éventuellement le premier étage (mais la région compte une faible proportion de maisons à étage). Le seuil de 80 cm correspond au plan de travail (cuisine, bureau ). Mais certains biens sont endommagés pour des hauteurs de submersion faibles. Ainsi, une porte en bois touchée par 20 cm d eau a une forte probabilité d éclater de manière équivalente à celle touchée par 1 mètre. Un point de vue particulier sur la réhabilitation du bâti sinistré Les experts du cabinet PUECH & FANLO ont connaissance du document publié par le Ministère de l Equipement et réalisé par le CSTB sur la restauration de l habitat sinistré. Ils le jugent extrêmement maximaliste : pour eux, si l on suit les préconisations de ce document, il faudrait au lendemain d une inondation pratiquement tout changer. Ils estiment au contraire que l on peut sauver beaucoup de chose, pour le moins beaucoup plus que ne le laisse entendre cette publication. Ils en veulent pour preuve les gens pas ou mal assurés qui, par la force des choses, arrivent à sauver une grande partie des biens sinistrés. La propension des gens à jeter rapidement ce qui a été touché et celle des assureurs à payer sans être trop pointilleux conduit à laisser croire, selon eux, que les dégâts d une submersion relèvent essentiellement d un remplacement et non d une réparation, ce qui n est probablement pas aussi systématiquement le cas Qui réalise les travaux chez les particuliers? Un cabinet nous a indiqué que le prix de la main d œuvre chez les artisans avait augmenté de 10 à 15% après la catastrophe. S il n est pas possible de corréler étroitement cette augmentation avec la catastrophe (la conjoncture peut jouer), l ampleur du sinistre et donc le marché que représente la reconstruction pour les artisans y est probablement pour quelque chose («les carnets de commande sont pleins pour les deux années à venir»). Cette situation peut également expliquer que certaines personnes ne fassent pas appel à des entrepreneurs et réalisent elles-mêmes les travaux. Aujourd hui, l indemnisation en valeur à neuf est quasi systématique dans les contrats d assurance. Néanmoins, le règlement du différentiel entre l indemnisation vétusté déduite et le montant valeur à neuf est réglé par l assurance sur présentation des factures. Le règlement est donc mis «en différé». Le taux de recouvrement (gens qui réclament ce différentiel) est 18

19 seulement de 20% sur deux ans après un sinistre sur le département du Gard constatent les experts. Ce phénomène s explique par l utilisation du gré à gré, encouragé par les assureurs : le sinistré et l expert se mettent d accord sur un montant de réparation et celui-ci est payé intégralement en une fois, donc de manière plus rapide. Cette pratique explique probablement (en partie) le décalage entre le nombre très important de sinistres sur les habitations dans le Gard et la faiblesse des demandes d aide enregistrées par la DDE ou le «faible» (relativement, la Fédération du bâtiment s attendant à plus d interventions au regard du nombre de devis que les artisans ont réalisé) recours aux artisans : beaucoup de sinistrés achètent les matériaux nécessaires aux réparations avec l indemnisation de l assurance et effectuent eux-mêmes les réparations. Cette interprétation serait confortée par une forte tradition de travaux dans l habitat réalisés par les occupants dans cette région, qui se déclinerait dans ce cas par une auto-réparation. 2.3 Compléments d information fournis par les assurances L information disponible auprès de la cellule interministérielle de reconstruction est la suivante. Au 31 décembre 2002, selon les données transmises par la Fédération française des sociétés d assurances (FFSA) et le groupement des entreprises mutuelles d assurances (GEMA) à la cellule interministérielle de reconstruction du Gard, la couverture totale du sinistre est de 650 M dont 400 M pour les particuliers et 250 M pour les professionnels. (La première estimation, immédiatement après les inondations, était de 450 M au total.). Il est frappant de remarquer que l estimation du dommage au particulier est bien supérieure (+160%) à celle pour les professionnels, ce que ne confirme pas les chiffres du rapport PERRIEZ (où le coût aux entreprises est 3,6 fois supérieur à celui des particuliers). On pourrait naturellement arguer d une part qu il s agit dans le premier cas d indemnisations et dans le second de dommages et d autres part que les entreprises supportent des franchises importantes et sont probablement en général moins bien assurées que les particuliers. Ces remarques n expliquent pas à notre avais des tendances complètement inversées. A la date du , la FFSA indique que nombre de dossiers de sinistres est d environ dont 70 % pour le seul département du Gard selon la FFSA. Sans que cet indicateur ait une valeur universelle, la FFSA indique que le coût moyen du sinistre de particulier est de l ordre de et celui du professionnel, de (Source FFSA). La charge totale estimée a été remboursée à 60 % aux particuliers et à 50 % aux professionnels. La FFSA nous a fournit fin mai de nouveaux chiffres. Les différentes inondations dans le sud est en septembre 2002 ont entraîné l'ouverture d'environ dossiers dont 70 % pour le seul département du Gard (soit , ce qui est bien moindre que l information en date de décembre). La charge globale est de l'ordre de 540 millions d'euros dont 80 % pour le Gard (soit 432 MF). En ce qui concerne les particuliers, plus de 75 % de la charge estimée a été réglée, sachant qu'il existe un certain nombre de sinistres supérieurs à euros qui représentent 30 % de la charge totale. Le coût moyen est d'environ euros. Pour les entreprises, plus de 60 % de la charge estimée a été versée, sachant également que les sinistres de plus de euros représentent 50 % de la charge totale. Le coût moyen pour les entreprises pourrait s'établir aux alentours de euros. 19

20 Côté membres du GEMA, la MAIF nous a indiqué avoir enregistré 3898 déclarations de sinistres pour les particuliers sur l habitat (hors automobiles donc) et 119 pour des professionnels ou des personnes morales. Le montant total des indemnisations (provisions) pour les particuliers s élèvent à 26 M (soit un coût moyen de sinistre montant indemnisé de 6670 ) et à 1,2 M pour les professionnels ou les personnes morales. Le coût moyen des sinistres aux particuliers fournis par la FFSA et la MAIF est nettement plus bas que celui avancé par les experts (environ la moitié). Cela peut s expliquer par le fait que les compagnies disposent de tous les dossiers (qui vont du très petit sinistre au plus important) alors que les experts ne traitent que les sinistres importants (au moins supérieurs à 2 ou 3000 ). 20

***** Conformément à l arrêté du 17 mars 2008, les crédits régionaux annuels ont été plafonnés par le conseil de la formation.

***** Conformément à l arrêté du 17 mars 2008, les crédits régionaux annuels ont été plafonnés par le conseil de la formation. PROGRAMMATION REGIONALE Préambule 2015 DU CONSEIL DE LA FORMATION PICARDIE ADOPTEE LE 1 ER DECEMBRE 2014 ***** Le décret n 2007-1267 du 24 août 2007 modifie les missions des Chambres Régionales de Métiers

Plus en détail

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu.

GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX. C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. GUIDE DU DÉGÂT DES EAUX C est parce qu un dégât des eaux ne prévient pas, que nous avons tout prévu. Vous êtes victime ou responsable d un dégât des eaux? Pas de panique. Dans la majorité des cas, ces

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

Cette expertise est surtout utilisée dans les bâtiments accueillants du public : école, local commercial, bureaux.

Cette expertise est surtout utilisée dans les bâtiments accueillants du public : école, local commercial, bureaux. Experts en environnement Certains experts sont sollicités pour effectuer des analyses de la qualité de l air et des surfaces des bâtiments. Pour ce faire, il cherche à identifier diverses substances telles

Plus en détail

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES

ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES ETUDE SUR LE PRIX DE MARCHE DE L IMMOBILIER D ENTREPRISE EN ZONES RURALES FRAGILES SYNTHESE JUILLET 2004 DATAR - AATEC / ARGUYL - 2-29/07/04 OBJECTIF ET CONTEXTE L immobilier d entreprise est un enjeu

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE. Casablanca - 13 novembre 2006 1 PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE DANS LE CADRE DU REGIME D ASSURANCE DES RISQUES DE CATASTROPHES NATURELLES EN FRANCE Casablanca - 13 novembre 2006 1 Rappel des principes du régime d indemnistation des victimes

Plus en détail

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux

VILLE D ANZIN. Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce. Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux VILLE D ANZIN Fonds d Intervention pour les Services, l Artisanat et le Commerce PREALABLE : Dispositif d aide à la rénovation des locaux commerciaux Règlement d attribution des aides financières directes

Plus en détail

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME

AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME AIDE À L HÔTELLERIE DE TOURISME En vue de développer la capacité et la qualité de l hébergement touristique sur le territoire hautmarnais, et d aider à la mise aux normes sécurité et accessibilité des

Plus en détail

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation Le Ministère de l Economie de l Industrie et de l Emploi, la Fédération Française des Sociétés d Assurances et le Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurances, diffusent un dépliant intitulé : «Tempête

Plus en détail

Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU. Contexte. Objectif. Conditions de l enquête

Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU. Contexte. Objectif. Conditions de l enquête Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU Rédaction FIBRA - Mai 2011 Contexte La construction bois et plus particulièrement la maison bois connaît un véritable essor depuis quelques

Plus en détail

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, 2 191 permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI

Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI Agenda 21, charte de développement durable et gestion du risque inondation Nicolas Bauduceau CEPRI Aux origines de l analyse : un double constat La prise en compte du risque d inondation dans l aménagement

Plus en détail

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES

DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES DEMANDE D AIDE A LA MISE EN CONFORMITE DES RACCORDEMENTS AUX EAUX USEES Cadre réservé à l administration Date de dépôt N dossier Mairie des Herbiers Direction des services techniques 6 rue du Tourniquet

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1

Le versement pour sous-densité. DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité DGALN - Direction de l Habitat, de l Urbanisme et des Paysages 1 Le versement pour sous-densité Objectifs Financer les actions et opérations contribuant à la réalisation

Plus en détail

GESTION DES SINISTRES

GESTION DES SINISTRES GESTION DES SINISTRES Notion de sinistre et limites Un sinistre est un évènement accidentel dont la nature est garantie par le contrat. Un sinistre est indemnisable uniquement s il provoque un dommage.

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

INDEMNISATION DES VICTIMES DE CATASTROPHE NATURELLE

INDEMNISATION DES VICTIMES DE CATASTROPHE NATURELLE 1 INDEMNISATION DES VICTIMES DE CATASTROPHE NATURELLE Notion de catastrophe naturelle L article L.125-1 du Code des assurances définit la catastrophe naturelle comme un phénomène naturel dommageable d

Plus en détail

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site.

A la suite de ce sinistre, l activité n a pas été interrompue, la SAS ayant pu poursuivre son activité sur un autre site. COMPTES ANNUELS - Date de comptabilisation des indemnités d'assurance suite à un incendie - Provision pour charges liées à la reconstruction du bâtiment appartenant à une SCI - EC 2010-28 Mots clés Comptes

Plus en détail

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales

Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211. Dispositions générales Règlement relatif aux plans d utilisation du sol de la Ville de Genève LC 21 211 Adopté par le Conseil municipal le 20 février 2007 Approuvé par le Conseil d Etat le 27 février 2008 Avec les dernières

Plus en détail

HABITAT ET CADRE DE VIE

HABITAT ET CADRE DE VIE HABITAT ET CADRE DE VIE Dans le cadre de sa politique d'action sociale résolument axée vers la prévention et en faveur de la préservation de l'autonomie des retraités, l'assurance retraite apporte son

Plus en détail

OPERATION COLLECTIVE DE MODERNISATION EN MILIEU RURAL LES VALLONS DE LA TOUR LA CHAINE DES TISSERANDS

OPERATION COLLECTIVE DE MODERNISATION EN MILIEU RURAL LES VALLONS DE LA TOUR LA CHAINE DES TISSERANDS OPERATION COLLECTIVE DE MODERNISATION EN MILIEU RURAL LES VALLONS DE LA TOUR LA CHAINE DES TISSERANDS REGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES DIRECTES validé par les membres du comité de pilotage le 16 mai 2011

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

La convention AERAS en 10 questions-réponses

La convention AERAS en 10 questions-réponses La convention AERAS en 10 questions-réponses Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté

ADIL 33. ETUDE en 2011. Accédants à la propriété en difficulté ADIL 33 ETUDE en 2011 Accédants à la propriété en difficulté Agence Départementale d Information Logement - 105 avenue Emile Counord 33300 BORDEAUX ETUDE en 2011 ACCEDANTS A LA PROPRIETE EN DIFFICULTE

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé

Questions réponses. Le maire sera compétent pour la procédure d insalubrité si la mairie possède un service communal d hygiène et de la santé Questions réponses L HABITAT INDIGNE : 1. Quelle définition pour l habitat indigne? L habitat indigne regroupe les différentes situations dans lesquelles des locaux donnés à usage d habitation ne sont

Plus en détail

COMPARATEUR DÉCENNALE

COMPARATEUR DÉCENNALE COMPARATEUR DÉCENNALE Bien Choisir Votre Assurance Décennale http://www.comparateurdecennale.com 1 À PROPOS DE COMPARATEUR DECENNALE Le Comparateur décennale offre un service GRATUIT de comparaison d'assurances

Plus en détail

Le Guide Dégât des eaux

Le Guide Dégât des eaux Les fiches pratiques Oralia Fiche N 019 Edition Juin 2011 Le Guide Dégât des eaux Qu est-ce qu un dégât des eaux p. 1 Que faire après un dégât des eaux p. 2 La recherche de fuite p. 2 La convention CIDRE

Plus en détail

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises

SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises SOUTENIR LE COMMERCE ET L ARTISANAT EN LOIRE FOREZ : Visite d entreprises > Entreprise artisanale JUBAN, serrurerie-métallerie (Champdieu) > Restaurant Mise en scène (Montbrison) > Restaurant Apicius (Montbrison)

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels

A vos côtés pour gérer vos risques professionnels ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES A vos côtés pour gérer vos risques professionnels est le partenaire de votre entreprise en cas d accidents du travail et de maladies professionnelles Un

Plus en détail

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises

Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Achats publics dans les services : les PME font jeu égal avec les grandes entreprises Yohan Baillieul* Lorsqu elles achètent des prestations de services, les administrations s adressent autant à des petites

Plus en détail

Convention Aeras : statistiques 2012

Convention Aeras : statistiques 2012 Assurances de personnes Dossier Octobre 2013 Convention Aeras : statistiques 2012 Ce document est la propriété exclusive de la FFSA et du GEMA et est protégé par le droit d'auteur. La reproduction, la

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

L affacturage : trois services

L affacturage : trois services L affacturage : trois services Toute entreprise cherche à optimiser ses résultats. Il est clair que l affacturage y contribue efficacement en proposant des réponses aux 3 principaux besoins générés par

Plus en détail

FISAC REGLEMENT INTERIEUR

FISAC REGLEMENT INTERIEUR REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE LA MOSELLE FISAC OPERATION COLLECTIVE REGLEMENT INTERIEUR RELATIF AUX OPERATIONS DE MODERNISATION DES ENTREPRISES COMMERCIALES, ARTISANALES, ET DE SERVICES PREAMBULE

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES

ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES ELIGIBILITE : QUESTIONS RECURRENTES Le financement d actions d animation sur le territoire du GAL Outre les actions d animation générales portées par le GAL, est souvent posée la question de la possibilité

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 COMMUNIQUE DE PRESSE Levallois-Perret, le dimanche 3 mai 2015 LES FRANCAIS IGNORENT TOUJOURS LEUR DROIT D AUTOMOBILISTE A CHOISIR LIBREMENT SON CARROSSIER Selon une étude menée par IPSOS pour Zerofranchise.com,

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Les principales méthodes d évaluation

Les principales méthodes d évaluation Attention : Cette fiche n a pas pour objet de fixer administrativement la valeur des biens. Elle ne doit pas être assimilée à une instruction administrative. Elle propose les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Zones Franches Urbaines

Zones Franches Urbaines Zones Franches Urbaines mode d emploi Les éditions de la DIV Exonérations en zones franches urbaines (ZFU) Synthèse Exonération de taxe professionnelle (TP) Entreprises employant au plus 50 salariés à

Plus en détail

RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES COMMUNALES

RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES COMMUNALES RÈGLEMENT D ATTRIBUTION DES AIDES COMMUNALES AU RAVALEMENT DE FACADES PREAMBULE Depuis de nombreuses années, la Ville de Vincennes s implique fortement dans la réhabilitation patrimoniale de ses quartiers

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

DIFFUSEUR DE PRESSE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 DIFFUSEUR DE PRESSE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 5 L'ACTIVITÉ DU DIFFUSEUR DE PRESSE... 7 LES POINTS DE VIGILANCE DU DIFFUSEUR DE PRESSE...

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises

Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Présentation de la Médiation du crédit aux entreprises Juin Mars 2009 1 Sommaire Le Médiateur du crédit Sa mission Ses objectifs Ses équipes La démarche : simple et accessible à tous Les entreprises éligibles

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

Guide méthodologique volet aides directes programme FISAC.

Guide méthodologique volet aides directes programme FISAC. Guide méthodologique volet aides directes programme FISAC. 1. Les modalités de la procédure : Une entreprise ne peut être éligible si elle n est pas inscrite au registre du commerce de la CCI ou au registre

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE DE DEMANDE D AIDE Exploitation agricole

DOSSIER UNIQUE DE DEMANDE D AIDE Exploitation agricole PREFECTURE DE LA CHARENTE-MARITIME AIDE EXCEPTIONNELLE TEMPETE XYNTHIA 28 FEVRIER 2010 FONDS D URGENCE TEMPETE 2010 REGION / DEPARTEMENT DOSSIER UNIQUE DE DEMANDE D AIDE Exploitation agricole CE DOSSIER

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

CHARTE de REFERENCEMENT

CHARTE de REFERENCEMENT EUROMETROPOLE DE STRASBOURG Direction de l urbanisme, de l habitat et de l aménagement Service de l Habitat 1 parc de l Etoile 67076 STRASBOURG Cedex DIMINUTION DES LOGEMENTS VACANTS DU PARC PRIVE APPEL

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 Relatif aux conséquences comptables résultant de l application du nouveau régime fiscal introduit

Plus en détail

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES

EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES EXONERATION DES PLUS-VALUES PROFESSIONNELLES 10/01/2014 Afin de favoriser la transmission d entreprise, la relance de l économie, différents dispositifs ont pour objet de limiter l imposition des plus-values

Plus en détail

La Région soutient le bâtiment et les travaux publics

La Région soutient le bâtiment et les travaux publics Plan de soutien BTP Région Franche-Comté La Région soutient le bâtiment et les travaux publics aides aux collectivités et entreprises de franche-comté www.franche-comte.fr Ce livret, que j ai souhaité

Plus en détail

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES

DARNETS. Mairie de SEPTEMBRE 2002. Corrèze A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT D. LES RESPONSABILITES Mairie de DARNETS Corrèze SEPTEMBRE 2002 19300 Darnets Tél. : 05.55.93.09.91 Fax. : 05.55.93.13.06 Email : mairiededarnets@wanadoo.fr A. UNE OBLIGATION B. ROLE DES ELUS C. LA GESTION DE L ASSAINISSEMENT

Plus en détail

et de l Artisanat de Saint-André

et de l Artisanat de Saint-André Ville de Saint-André-Lez-Lille U n i on C o mmerc i a l e & A rt i s a n a l e D e S a i n t - An d ré Charte de Développement du Commerce et de l Artisanat de Saint-André CHARTE DE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL

Plus en détail

Opération Urbaine Ville de Sorbiers. Règlement d aide à la modernisation des entreprises commerciales et artisanales

Opération Urbaine Ville de Sorbiers. Règlement d aide à la modernisation des entreprises commerciales et artisanales Opération Urbaine Ville de Sorbiers Règlement d aide à la modernisation des entreprises commerciales et artisanales Fonds d Etat (FISAC) Fonds propres Mairie de Sorbiers Opération Urbaine Ville de Sorbiers

Plus en détail

OPAH «HABITAT DURABLE» DIAGNOSTICS INONDATION

OPAH «HABITAT DURABLE» DIAGNOSTICS INONDATION OPAH «HABITAT DURABLE» DIAGNOSTICS INONDATION 2 ème campagne DIAGNOSTICS INONDATION (2011 2013) LE DISPOSITIF L AgglO offre aux propriétaires de logements situés en zone inondable : Un diagnostic gratuit

Plus en détail

CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE. Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité

CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE. Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons de Qualité CHARTE d AGREMENT MAISONS de QUALITE Exigences requises pour l obtention de l Agrément Maisons

Plus en détail

DGALN/Plan Urbanisme Construction Architecture

DGALN/Plan Urbanisme Construction Architecture L énergie de vos projets Monographie Maison de M. Le Pen à Echirolles (Isère) Version finale Marché à procédure adaptée n 1000219 du 25/11/10 28 septembre 2011 DGALN/Plan Urbanisme Construction Architecture

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Bilan année 1 et 2 OPAH maîtrise de l énergie 2012-2016 Syndicat Mixte Arlysère. Comité de pilotage du 02/10/2014

Bilan année 1 et 2 OPAH maîtrise de l énergie 2012-2016 Syndicat Mixte Arlysère. Comité de pilotage du 02/10/2014 Bilan année 1 et 2 OPAH maîtrise de l énergie 2012-2016 Syndicat Mixte Arlysère Comité de pilotage du 02/10/2014 423 logements doivent être améliorés durant les 4 années de l OPAH d Arlysère (objectif

Plus en détail

MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION

MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION 1/ 27 MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION Ouvrages soumis à l obligation d assurance Avril 2013 SOMMAIRE 2/ 27 DU PROJET DE CONSTRUCTION À LA VIE DE L OUVRAGE : LES RISQUES LIÉS À CHAQUE

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL

SOMMAIRE. N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL N 39 MAI 2001 Annule et remplace le n 34 de Novembre 2000 SOMMAIRE MISE EN APPLICATION DE LA CONVENTION DU 3 AOUT 1998 ENTRE L ETAT ET L UESL QUESTIONS PRATIQUES (les nouvelles questions/réponses par rapport

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Promoteurs (Partie courtier)

Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Promoteurs (Partie courtier) Questionnaire Assurance Responsabilité Civile Professionnelle Promoteurs (Partie courtier) Nom Adresse CP N tel E-mail N ORIAS Prétentions Coordonnées du courtier Ville Cadre réservé à SFS Origine de la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise

2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise 2. L utilisation du budget de fonctionnement par le comité d entreprise La loi a expressément prévu l utilisation de la subvention pour couvrir certaines dépenses. Le budget de fonctionnement doit permettre

Plus en détail

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles

Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Le «data mining», une démarche pour améliorer le ciblage des contrôles La lutte contre la fraude aux finances publiques a été renforcée ces dernières années et a

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE DE DEMANDE D AIDE entreprises, artisans, commerçants

DOSSIER UNIQUE DE DEMANDE D AIDE entreprises, artisans, commerçants PREFECTURE DE LA CHARENTE-MARITIME Aide exceptionnelle Tempête XYNTHIA 28 février 2010 FONDS D URGENCE TEMPETE 2010 REGION / DEPARTEMENT FONDS D INTERVENTION POUR LA SAUVEGARDE DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE

TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE TABLEAU DE BORD 2014 OUTIL EFFINERGIE ECOMOBILITE Retours d expériences Ce rapport présente les résultats des projets saisis dans l outil Effinergie Ecomobilité. Il détaille également une analyse des principaux

Plus en détail

L ÉCO- PRÊT À TAUX ZÉRO OU ÉCO-PTZ

L ÉCO- PRÊT À TAUX ZÉRO OU ÉCO-PTZ OCTOBRE 2015 lesclesdelabanque.com L ÉCO- PRÊT À TAUX ZÉRO OU ÉCO-PTZ N 1 LES GUIDES BANCAIRES POUR LE CLIMAT SOMMAIRE Introduction 3 En quoi consiste l éco-ptz? 4 CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Qui peut

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Bilan qualitatif. du 01/01/2009 au 30/04/2010

Bilan qualitatif. du 01/01/2009 au 30/04/2010 Opération de Restructuration de l'artisanat et du Commerce (ORAC) Bilan qualitatif de la 1 ère tranche du 01/01/2009 au 30/04/2010 Bilan 1 ère tranche ORAC Pays de La Châtre en Berry 1 AXE I : INVESTISSEMENTS

Plus en détail

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE

PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE DOSSIER DE PRESSE PREMIERES MESURES DE STIMULATION DE L ACTIVITE ECONOMIQUE SOMMAIRE I. Dispositifs en faveur de l investissement des ménages : Description des dispositifs o Le Prêt d Accès à la Propriété

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux

Fiche 18. Notions clés sur la protection sociale des élus locaux Fiche 18 Notions clés sur la protection sociale des élus locaux En matière de protection sociale, une des premières avancées pour les élus locaux a été constituée par la mise en place d un régime de retraite

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes

Quartier Jeunes. 9h30-11h. Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Quartier Jeunes 9h30-11h Projet : «Réhabilitation Ecole nationale de police de Nîmes» Porteur : Association SPAP - Maison de la Main Nîmes Le porteur LA SPAP : Société des Amis des Pauvres Fondée en 1847

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF

RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Service Public d Assainissement Non Collectif 57, Grande Rue 01 290 PONT-DE-VEYLE RAPPORT ANNUEL 2013 SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE D ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF Lorette CLEMENT Mars 2014 SOMMAIRE

Plus en détail