Mémoire du MASTER 104 FINANCE. Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire du MASTER 104 FINANCE. Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur http://www.master104finance.com"

Transcription

1 Mémoire du MASTER 104 FINANCE Master 104 Finance dirigé par Edith Ginglinger, Professeur

2 Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières Hubert Corpechot Master 104 Finance

3 Hubert Corpechot Master 104 Finance 2

4 Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières Hubert Corpechot Université Paris 9 Dauphine Master 104 Finance Septembre 2009 Mémoire de Recherche sous la direction de Jérôme Teiletche Résumé Certaines méthodes alternatives d allocation permettent de mettre en place une stratégie ne dépendant pas de l estimation des rendements futurs et ne souffrant donc pas de cette source d erreurs. Parmi les méthodes d allocation alternatives, nous étudions ici l allocation naïve ou "1/N", l approche minimum-variance, le "most-diversified portfolio" introduit par Choueifaty et Coignard [2008], et l allocation "equally-weighted risk contribution", développée dans Maillard, Roncalli et Teiletche [2009]. On souhaite évaluer la performance relative des ces méthodes d allocation en les appliquant à un panier de 22 matières premières investissables via futures. On considère des portefeuilles "long-only", dans un premier temps sans tenir compte de l effet du P&L dû au renouvellement des contrats à terme, puis en prenant en compte l impact du roll, afin de connaître les performances réelles de ces allocations appliquées aux contrats futures sur matières premières. Dans le cas où les poids calculés sont appliqués aux données "spot", les allocations citées précédemment présentent des performances proches. En appliquant ces méthodes d'allocation aux données "Excess Return", on constate que le portefeuille présentant les meilleures performances est le portefeuille équipondéré (1/N). L allocation basée sur l équipondération de la contribution au risque présente des performances relativement proches de l allocation naïve. Le portefeuille "most-diversified" est celui présentant les performances les moins bonnes comparativement aux autres méthodes. Nous remarquons aussi que le roll à un impact non négligeable sur les portefeuilles considérés, ainsi il pourrait être intéressant de considérer l aspect de déport ou de report comme paramètre supplémentaire pour la construction de méthodes d allocation appliquées aux contrats futures sur matières premières. Hubert Corpechot Master 104 Finance 3

5 Alternative allocation methods applied to commodities Hubert Corpechot Université Paris 9 Dauphine Master 104 Finance September 2009 Financial research dissertation under the supervision of Jérôme Teiletche Abstract Some alternative allocation methods allow to establish an alternative process, which does not depend on the forecast of future returns, and which does not suffer from a possible inherent error. Among the alternative allocation methods, we study: the naïve or 1/N allocation, the minimum-variance approach, the most-diversified portfolio, established by Choueifaty and Coignard [2008] and the equally-weighted risk contribution allocation developed in Maillard, Roncalli and Teiletche [2009]. We evaluate relative performance of these allocation methods thanks to a basket of 22 commodities tradable by means of future contracts. We consider long-only portfolios, firstly without taking into account the P&L generated by contracts rolling, and secondly by looking at the impact of the roll on the portfolios performances. The allocations listed above show close performances, when the obtained weights are applied to spot data. By applying these allocation methods to Excess Return data, we note that the portfolio showing the best performance is the equallyweighted portfolio (1/N). The equally-weighted-risk-contribution allocation displays performance close to that of the naïve portfolio. The most diversified portfolio is the one showing the worst performance in comparison to the other methods. We observe that the roll has a significant impact on the studied portfolios. Thereby, it can be interesting to consider the backwardation or contango aspects as an additional parameter for the creation of allocation methods applied to future contracts on commodities. Hubert Corpechot Master 104 Finance 4

6 Remerciements Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières Je remercie en premier lieu Jérôme Teiletche, mon responsable de mémoire, pour son aide dans le choix de l étude des méthodes alternatives d allocation d actifs et son encadrement. Ma reconnaissance va aussi à l ensemble de l équipe de Recherche Matières Premières de la Société Générale Corporate & Investment Banking, notamment à Emmanuel Jayet et Frédéric Lasserre, mais plus particulièrement à Rémy Penin pour ses conseils, son aide et les connaissances qu il m a permis d acquérir. Je remercie aussi l ensemble de professeurs du Master 104 Finance, de l Université Paris Dauphine, pour leurs enseignements et leurs conseils, les professeurs de l Ecole Centrale Nantes qui m ont orienté dans le choix de ce master et de mes spécialisations, ainsi que les membres de l équipe d investissement et de l équipe Risk du Crédit Agricole Asset Management Hong Kong. Hubert Corpechot Master 104 Finance 5

7 Sommaire Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières Remerciements... 5 Sommaire... 6 I / Introduction... 7 II / Les méthodes alternatives dans la littérature... 9 II.1. Le portefeuille minimum-variance... 9 II.2. L allocation "naïve" II.3. Ratio de diversification et Most-Diversified Portfolio II.4. Etude de la contribution au risque III / Les indices sur matières premières III.1. Standard & Poor Goldman Sachs Commodity Index III.2. Dow Jones-UBS Commodity Index IV / Description des données et de la méthodologie IV.1. Les données IV.2. La méthodologie V / Application de quatre méthodes alternatives d allocation à un panier de matières premières V.1. Performances des portefeuilles "spot" V.2 Analyse de l influence du roll V.3. Allocations alternatives et indices sur matières premières VI / Conclusion Table des figures Bibliographie Hubert Corpechot Master 104 Finance 6

8 I / Introduction Les méthodes alternatives d allocation entre matières premières La question de la diversification est une problématique centrale de la gestion de portefeuille. L approche moyenne-variance, mise en place par Markowitz, a depuis longtemps fait ses preuves. Elle souffre cependant d une source probable d erreur : l estimation des rendements attendus. Pour palier à ce problème d estimation, une vaste littérature s intéresse aux méthodes d allocation non dépendantes du rendement espéré. L objectif de ces méthodes est de mettre en place un processus permettant d obtenir une diversification optimisant le couple rendement-risque. L allocation dite naïve ou "1/N", consistant à attribuer un même poids à l ensemble des actifs considérés, et le portefeuille "minimumvariance", représentant le portefeuille ex-ante le moins risqué, sont deux méthodes d allocation d actifs non dépendantes du rendement estimé ayant fait l objet de plusieurs études. Le portefeuille "1/N" est assez représentatif des règles simples mises en place par de nombreux investisseurs, et le portefeuille à variance minimum se base sur le risque comme seule règle d allocation et permet d avoir une vue sur le rendement que donne le risque a priori le plus faible. A l instar de la méthode minimum-variance, un ensemble de processus d allocation ne prenant en compte que le risque des actifs a vu le jour. C est le cas du "mostdiversified portfolio" maximisant un ratio de diversification mis en place dans l'article Choueifaty et Coignard [2008] ou de la méthode "equally-weighted risk contribution" développée dans Maillard, Roncalli et Teiletche [2009]. On souhaite évaluer la performance relative des ces quatre méthodes d allocation en les appliquant à un panier de matières premières investissables via futures. Le marché des matières premières, ou commodities, est un marché relativement volatile et dont l estimation des rendements futurs est un art difficile. L allocation d actifs au sein des commodities soulève plusieurs questions, telles que : "sur quels critères se baser pour effectuer l allocation?" ou "quels contrats doivent être pris en compte?". Les indices sur matières premières présentent diverses caractéristiques, à titre d exemples, le S&P GSCI ou encore le DJ UBS se basent sur le niveau de production des commodities pour le calcul des pondérations. Nous étudions donc les performances de ces méthodes d allocation appliquées à vingt-deux matières premières, en considérant pour chaque matière première un contrat à échéance en fin d année (généralement décembre) sur la période allant de décembre 1997 à septembre Pour chaque commodity, le renouvellement des contrats (roll) est effectué cinq jours avant la maturité du contrat. Dans un premier temps le roll n est pas considéré, on étudie ensuite son impact afin de connaître les performances effectives de ces méthodes d allocation. Hubert Corpechot Master 104 Finance 7

9 Dans le cas où on ne considère pas le roll, les portefeuilles constitués présentent des performances proches. La simplicité étant l habit de la perfection, le portefeuille présentant les meilleures performances dans le cas des portefeuilles "Excess Return" est le portefeuille équipondéré (1/N). Cependant on constate que l allocation basée sur l équipondération de la contribution au risque présente des performances relativement proches de l allocation naïve. Le portefeuille "most-diversified" est celui présentant les performances les moins bonnes. Nous présentons dans un premier temps quelques résultats concernant ces méthodes d allocation déjà publiées, ainsi que le détail des méthodes d allocation mises en place par les articles Choueifaty et Coignard [2008] et Maillard, Roncalli et Teiletche [2009]. Dans un deuxième temps, nous exposons quelques caractéristiques des indices de matières premières auxquels seront comparées les allocations étudiées. Les données et la méthodologie sont ensuite présentées avant que soient exposés et analysés les résultats obtenus. Hubert Corpechot Master 104 Finance 8

10 II / Les méthodes alternatives dans la littérature Les méthodes d allocation d actifs non dépendantes de l expected return font l objet d une littérature de plus en plus importante. Nous décrivons ici les résultats et la méthodologie de cinq articles : Clarke, de Silva et Thorley [2006] DeMiguel, Garlappi et Uppal [2007] Martellini [2008] Choueifaty et Coignard [2008] Maillard, Roncalli et Teiletche [2009] II.1. Le portefeuille minimum-variance Clarke, de Silva et Thorley mettent en avant le fait que, contrairement à l approche moyenne-variance, le portefeuille minimum-variance est obtenu indépendamment de rendements estimés ou de prévisions effectuées sur les actifs considérés. A contrario des autres portefeuilles constituant la frontière efficiente, qui sont obtenus en minimisant le risque pour un rendement donné, le portefeuille minimum-variance (MVP : "Minimum- Variance Portfolio") ne prend en compte que le risque des actifs. On rappelle que le portefeuille présentant la variance la plus faible est celui dont le vecteur de poids x* vérifie : argmin Σ où Σ est la matrice de variances-covariances des rendements (de dimension N 2, N étant le nombre d actifs considérés). Le portefeuille minimum variance est étudié à travers un ensemble de titres américains pendant une période allant de janvier 1968 à décembre Les auteurs utilisent l analyse en composantes principales et la méthode du "bayesian shrinkage" pour évaluer les matrices de variances-covariances. Le nombre de titres sélectionnés (1000) permet d obtenir des résultats intéressants, bien que le traitement de cette quantité de données soit relativement lourd. En analysant la relation entre les rendements réalisés et le niveau de risque, ainsi que les facteurs : size, value et momentum (taille, valeur et momentum) se basant respectivement sur la market capitalisation, le book-to-market ratio et le rendement réalisé d une année sur l autre ; Clarke, de Silva et Thorley tentent de démontrer qu un risque bas n implique pas forcément un rendement faible. Hubert Corpechot Master 104 Finance 9

11 Les poids du portefeuille constitué vérifient un ensemble de contraintes telles que la "budget constraint" : la somme des poids ne dépasse pas 1, et que la contrainte "long-only" : absence de ventes à découvert ; enfin le poids de chaque actif en portefeuille ne doit pas dépasser 3%. Chaque mois, l univers des 1000 titres est sélectionné, puis la matrice de covariance est calculée et corrigée par le biais de l analyse en composantes principales et du bayesian shrinkage, enfin les poids sont calculés par optimisation. Il apparait que le portefeuille à variance minimum est nettement plus performant que le marché de référence pondéré en fonction de la capitalisation. En effet, le ratio de Sharpe du portefeuille MV s élève à 0,55 alors que celui du marché est de 0,36 non seulement à cause d un risque plus faible, mais aussi d un meilleur rendement. On constate effectivement que le MVP présente au terme de l étude un rendement supérieur pour une volatilité plus basse que celle du marché (volatilité inférieur tout au long de la période d étude) cependant à la vue de l évolution du nombre de titres en portefeuille, on constate que le portefeuille MV peut souffrir d un manque de diversification. Afin d évaluer l exposition aux facteurs size, value et momentum Clarke, de Silva et Thorley analysent la répartition de la market capitalisation, du ratio book-to-market et du facteur momentum, et les classe selon les Z-scores correspondant à la distribution centrée réduite des ratios étudiés (moyenne nulle et variance unitaire). A travers l étude de l exposition des portefeuilles en fonction du temps, on constate que le portefeuille MV est relativement neutre à ces facteurs, contrairement au portefeuille de marché qui est (évidemment) fortement exposé au facteur size et très peu au facteur value, et relativement neutre au facteur momentum. Ainsi, une plus faible exposition au facteur size justifie, selon la littérature relative à ce sujet, un rendement supérieur (en moyenne) ; de même la plus forte exposition au facteur value du portefeuille MV peut expliquer un meilleur rendement. II.2. L allocation "naïve" DeMiguel, Garlappi et Uppal tentent de comprendre sous quelles conditions le portefeuille équipondéré peut donner de bonnes performances et testent ainsi 14 stratégies dont l allocation "1/N", ou allocation naïve. Cette dernière diffère par sa simplicité et reflète les règles d allocation basiques utilisées par de nombreux investisseurs. Parmi ces 14 modèles, on constate qu aucun n est réellement plus performant que l allocation "naïve" et ce sur les 8 jeux de données étudiées en termes de turnover, de ratio de Sharpe et de "certaintyequivalent return" (rendement équivalent certain). Afin de comprendre mieux ce phénomène, une analyse du temps critique au bout duquel une stratégie moyenne-variance atteint le même niveau de rendement équivalent certain que le portefeuille 1/N est réalisée. Ce temps critique s avère être une fonction du nombre de titres et du ratio de Sharpe des Hubert Corpechot Master 104 Finance 10

12 différentes stratégies. Il faut une période relativement importante pour que la stratégie naïve soit dominée par les autres types d allocation. Cependant, on constate que la diversification des portefeuilles équipondérés n est pas toujours optimale, en effet, le nombre de titres influence les performances de ce portefeuille, moins celui-ci est important, moins l allocation naïve sera performante. A titre comparatif, et pour pouvoir évaluer la performance des différentes stratégies étudiées, DeMiguel, Garlappi et Uppal mettent en place une approche moyenne-variance où l on considère le vecteur de poids x* qui maximise une fonction d utilité du type Markowitz : argmax 2 Σ Où γ est le coefficient d aversion au risque et µ le vecteur des rendements estimés. La solution analytique est : Σ Parmi les portefeuilles étudiés, on distingue plusieurs types d allocation : La diversification naïve Le modèle moyenne-variance de Markowitz décrit ci-dessus Les approches bayésiennes dont l objectif est de calculer Σ et µ sur la base de prédiction de la distribution future des rendements (par le biais de la vraisemblance conditionnelle). Les portefeuilles où les moments des rendements sont contraints (ce qui inclut le portefeuille à variance minimum) Les portefeuilles soumis à la règle d absence de ventes à découvert Les portefeuilles dits de "combinaison optimale" dont les poids sont obtenus par la combinaison de règles régissant les portefeuilles décrits plus haut (par exemple, on peut considérer un mélange de portefeuille moyenne-variance et minimum-variance) Les indicateurs utilisés sont : Le ratio de Sharpe Le CEQ return : rendement équivalent certain qui mesure le niveau de rendement sans risque équivalent à un couple rendement-risque pour un investisseur donné Une mesure du turnover des poids des actifs en portefeuille Le "return-loss" qui est un indicateur permettant de mesurer le rendement additionnel nécessaire pour égaler le ratio de Sharpe du portefeuille 1/N pour une stratégie donnée L utilisation de ces indicateurs sur les 14 stratégies appliquées aux différents ensembles de données permet de confirmer le fait qu aucune des allocations "optimales" n est plus performante que l allocation naïve qui a en général le ratio de Sharpe et le CEQ return les plus élevés. On remarque aussi que l allocation minimum-variance présente des résultats Hubert Corpechot Master 104 Finance 11

13 moyens en termes de CEQ, comparativement aux autres stratégies, mais montre des ratios de Sharpe assez proches de ceux de l allocation 1/N. DeMiguel, Garlappi et Uppal, par l étude des raisons qui font que les modèles "optimaux" ne surperforment pas le portefeuille 1/N, montrent que les investisseurs attachent trop d importance aux moments des rendements et pas assez aux caractéristiques des actifs. Ces modèles ne prennent pas suffisamment de paramètres en compte ; une analyse transversale des caractéristiques comme le secteur ou la taille des actifs permettrait d améliorer les performances. Martellini présente la recherche d un schéma d allocation d actifs permettant d obtenir le ratio de Sharpe le plus haut. Malgré des résultats médiocres de la méthode mise en place, les résultats obtenus concernant les portefeuilles 1/N et MV sont intéressants. Martellini tente de montrer empiriquement qu il existe un lien entre la volatilité et le rendement grâce un ensemble de données présentant 682 actifs qui ont existé sur toute la période allant de 1975 à Une répartition des rendements par quintiles de volatilité démontre que plus la volatilité est élevée, plus le rendement est important (et inversement). Martellini exploite cette relation afin de mettre en place un proxy pour le ratio de Sharpe basé sur : Σ Σ où σ est le vecteur des volatilités (de dimension N) et un vecteur de 1. Le portefeuille obtenu par la maximisation de ce ratio est comparé au portefeuille équipondéré, au portefeuille à variance minimum et au portefeuille basé sur la capitalisation. Un résultat intéressant est le fait que le portefeuille dont les poids dépendent de la capitalisation est dominé par le portefeuille "1/N" aussi bien en termes de rendement qu en termes de ratio de Sharpe. Le portefeuille à variance minimum malgré un plus faible rendement domine les deux allocations précédentes en termes de ratio de Sharpe. Une autre conclusion tirée de cette analyse est le fait que la volatilité n est certainement pas le meilleur proxy pour le rendement. En effet, le portefeuille basé sur la maximisation du ratio présenté ci-dessus s avère loin du portefeuille présentant le ratio de Sharpe maximum. II.3. Ratio de diversification et Most-Diversified Portfolio Choueifaty et Coignard mettent en avant le fait que contrairement à la volatilité, le rendement est extrêmement difficile à évaluer, et s intéresse, empiriquement et théoriquement, aux propriétés de la diversification en tant que critère principal pour la construction de portefeuilles. Il introduit une mesure de la diversification définie par : Σ Hubert Corpechot Master 104 Finance 12

14 où Σ est la matrice de variances-covariances des actifs considérés, σ est le vecteur de leur volatilité et x est le vecteur des poids attribués à chacun des N actifs constituant le portefeuille : Les poids du portefeuille vérifient : 1 et 1,, 1 1 La contrainte additionnelle "long-only" se traduit par : 1,, 0 D(x) est le ratio de diversification du portefeuille P. Il correspond au quotient de la moyenne pondérée des volatilités des actifs considérés et de la volatilité du portefeuille. Le portefeuille maximisant ce ratio en respectant les contraintes qui lui sont imposées est le portefeuille le plus diversifié, noté MDP (Most-Diversified Portfolio). L allocation de type MD présente certaines propriétés théoriques, on constate notamment que dans le cas où le rendement en excès est proportionnel à la volatilité alors maximiser le ratio de diversification revient à maximiser le ratio de Sharpe. En effet, si on considère l excess return du portefeuille P tel que :. Alors : Σ Une autre propriété remarquable est le fait que dans un univers où chaque actif à la même volatilité, le MDP est égal au portefeuille à variance minimum MVP (Minimum-Variance Portfolio). En effet, dans ce cas maximiser D(x) revient à minimiser x Σ x. La réalité des marchés implique un ensemble de contraintes auxquelles sont soumis les portefeuilles, comme par exemple la contrainte "long-only" qui n autorise pas la vente à découvert et se traduit mathématiquement par la positivité des poids associés à chaque actif en portefeuille. Ces contraintes vont avoir de fortes implications sur le Most-Diversified Portfolio ; dans le cas de la contrainte long-only : La contrainte de positivité va réduire l impact potentiel des erreurs estimées Les portefeuilles seront exposés positivement aux primes de risque des actifs Afin d étudier le comportement du MDP, Choueifaty et Coignard réalisent une étude sur des titres américains (Standard & Poor s 500) et de la zone euro (Dow Jones Euro Stoxx), comparant le Most-Diversified Portfolio au MVP, à l Equally-Weighted Portfolio (EWP) ou portefeuille "1/N" et à un indice Market Cap-Weighted Benchmark. Le calcul des poids du MDP est effectué mensuellement entre décembre 1991 et février 2008, sous la contrainte de ne pas vendre à découvert. La covariance est calculée en utilisant 250 jours de cotation. Hubert Corpechot Master 104 Finance 13

15 De plus les allocations réalisées sont en accord avec les règles UCITS III impliquant que le poids de chaque titre en portefeuille ne dépasse pas 10 % et que la somme des poids supérieurs à 5 % ne dépasse pas 40 %. On constate que pour les deux ensembles de titres considérés, le portefeuille le plus diversifié domine les autres portefeuilles en terme de rendements, de ratios de Sharpe c'està-dire de couple rendement-risque. II.4. Etude de la contribution au risque Maillard, Roncalli et Teiletche confrontent les portefeuilles à variance minimum et EWP ("1/N") au portefeuille ERC : Equally-weigthed Risk Contributions portfolios, afin d éprouver les performances de cette dernière méthode. Celle-ci permet de construire un portefeuille où chaque actif contribue de façon identique au risque total et repose sur l idée qu une bonne diversification du risque peut accroître les performances d un portefeuille. On définit mathématiquement les portefeuilles ERC de la manière suivante : on note σ(x) le risque total du portefeuille définit par le vecteur de poids x tel que : Σ Σ est la matrice de variance-covariance des actifs considérés dont les éléments diagonaux (les variances) sont notées : ; et les éléments non diagonaux (les covariances) sont notés pour, 1,. On définit ensuite la contribution marginale au risque de l actif i par : D un point de vue matriciel on obtient : Σ Σ De la relation : Σ Σ Σ on déduit que la volatilité du portefeuille correspond à la somme pondérée des contributions marginales au risque de chaque actif. Si on note la contribution totale au risque :. Il découle alors de la dernière relation le fait que le risque du portefeuille est la somme des contributions totales au risque : Hubert Corpechot Master 104 Finance 14

16 L objectif du portefeuille ERC est de trouver le vecteur de poids (x) tel que toutes les contributions totales au risque soient égales. En se limitant au portefeuille long-only seulement, Maillard, Roncalli et Teiletche présentent le problème mathématiquement par le fait que le vecteur de poids correspondant au portefeuille ERC est : 0,1 1,, 1, où est un vecteur de taille N dont chaque composante vaut 1. On peut aussi le traduire par : 0,1 1, Σ. où représente le produit d Hadamard, et c est une constante. Dans un second temps Maillard, Roncalli et Teiletche présentent un ensemble de résultats théoriques relatifs aux portefeuilles ERC. Dans le cas général, si on note r i le rendement de l actif i par définition de la covariance entre l actif i et le portefeuille global on a : et :, On introduit alors le beta de la composante i : 1, Or 1,, où c est une constante. Il en découle : De 1, on déduit la relation : Ainsi, on obtient la relation suivante : 1,, Ceci implique que plus le beta du titre est grand, plus son poids dans le portefeuille est faible, et réciproquement ; en d autres termes, les actifs ayant une forte volatilité ou une forte corrélation avec les autres actifs en présence ont une pondération plus faible. Le portefeuille ERC semble être une bonne alternative se trouvant entre le portefeuille 1/N et le portefeuille minimum-variance. Maillard, Roncalli et Teiletche montrent que les volatilités de ces portefeuilles vérifient : Hubert Corpechot Master 104 Finance 15

17 En comparant l approche ERC à la MD, on constate que le que les portefeuilles mis en place par ces deux méthodes sont bien distincts. L approche MDP peut se voir comme la solution au problème suivant : max Σ Σ où Σ* est la matrice de variances-covariances contrainte correspondant à des corrélations unitaires. Le portefeuille ERC et le MDP ne sont équivalents qu à condition que le coefficient de corrélation soit unique. Le MDP a pour but de diversifier le portefeuille en minimisant le risque total du portefeuille et en maximisant la somme pondérée des volatilités, ce qui conduit généralement à des contributions au risque différentes. Les trois approches MVP, ERC et EWP sont comparées à travers l étude de trois jeux de données : un portefeuille de titres américains (Equity US sectors potfolio), un portefeuille de matières premières agricoles (Agricultural commodity portfolio), et un portefeuille de titres mondiaux (Global diversified portfolio). Chacun des portefeuilles est révisé mensuellement, et les matrices de variances-covariances sont calculées sur la base de rendements quotidiens sur une période d un an. L étude des données effectuée sur les titres du marché américain montre que le portefeuille ERC est plus performant que le "1/N" : pour des rendements proches, la volatilité est plus faible, mais le MVP domine légèrement le portefeuille ERC : bien que ce dernier ait un meilleur rendement, la variance du MVP est nettement plus basse. L application à des matières premières agricoles donne des résultats analogues ; bien que le portefeuille MV présente les problèmes déjà mentionnés de diversification, celui-ci domine l ERC en termes de couple rendement-risque. Cependant dans le cadre du portefeuille de titres mondiaux, le portefeuille ERC domine nettement les deux autres. Hubert Corpechot Master 104 Finance 16

18 III / Les indices sur matières premières Avant 2003, les indices sur matières premières se limitaient au Goldman Sachs Commodity Index, au Dow Jones-AIGCI et au Rogers International Commodity Index. Dès lors, leur nombre a très fortement augmenté, mettant en jeu différentes caractéristiques. La construction d indices sur matières premières a donné lieu à de nombreuses recherches et ce malgré la difficulté que représente leur construction. La création de tels indices entraîne un certain nombre de questions : Combien de matières premières doivent être prises en compte et en quelle proportion? Sur quel critère se baser pour déterminer le panier de matières premières? Quels types de contrats doivent être considérés? A quelle fréquence doit-on roller les contrats futures? Les poids attribués doivent-ils être changés périodiquement et à quelle fréquence? Le nombre de matières premières comprises dans les indices est très variable : de 6 pour Deutsche Bank Commodity Index à 45 pour Diapason Commodity Index. Les facteurs déterminant leur pondération sont généralement fonctions de la production et de la consommation mondiale, du niveau de stocks, de l open interest et du market turnover. Concernant le renouvellement des contrats proches de l échéance (roll), l approche traditionnelle consiste à considérer le prochain contrat arrivant à terme (prochain contrat nearby). Cependant on remarque que la mise en place de procédure de roll dynamique est de plus en plus fréquente dans le but de maximiser le rendement du roll. On peut répertorier trois catégories d indices sur matières premières : Poids fixes et rolls fixes Poids fixes et rolls dynamiques Poids dynamiques et rolls fixes III.1. Standard & Poor Goldman Sachs Commodity Index L indice S&P GSCI 1 (anciennement GSCI, avant 2007) est tradé depuis 1991, mais les données historiques remontent à Il constitue l indice le plus important des matières premières. Le S&P GSCI est formé de 24 matières premières représentant les secteurs de l énergie, des métaux précieux, des métaux de base, de l agriculture et de l élevage (livestocks). Le secteur 1 Source : S&P GSCI Index Methodology Hubert Corpechot Master 104 Finance 17

19 prédominant est celui de l énergie. Les matières premières sont sélectionnées pour la liquidité des contrats ; l indice GSCI se veut représentatif de l économie par sa composition et sa méthode de calcul de pondérations. Le poids attribué à chaque matière première est déterminé grâce à son niveau de production durant les 5 dernières années. Chaque contrat à terme est rollé mensuellement. Le calcul des pondérations s effectue en quatre étapes : Evaluation de la quantité totale de production mondiale : WPQ (World Production Quantity). WPQ est calculé sur la base des 5 dernières années pendant lesquelles l ensemble des données de la production mondiale est disponible pour chacune des matières premières composant l indice Evaluation de la production mondiale moyenne : WPA (World Production Average) Calcul du ratio CPW (Contract Production Weight) basé sur le pourcentage de la quantité échangée totale : %TQT (Total Quantity Traded) Ajustement des poids CPW La première étape est donc le calcul des WPQ d c correspondant au contrat c pour le jour d. Il vient alors :, ; 5 %. 10 On calcule le poids total en $, en notant DCRP le prix de référence du contrat :. On évalue ensuite un ratio TDWR permettant d établir une constante de normalisation :... La valeur de l indice S&P GSCI est finalement : & Ce qui équivaut à dire que le poids du contrat c dans l indice est : Hubert Corpechot Master 104 Finance 18

20 SP GSCI 2 Energy 70,18% Crude Oil 39,09% Brent Crude Oil 13,50% RBOB Gas 4,62% Heating Oil 4,30% GasOil 4,69% Natural Gas 3,98% Industrial Metals 8,00% Aluminium 2,42% Copper 3,60% Lead 0,53% Nickel 0,77% Zinc 0,68% Precious Metals 3,34% Gold 2,96% Silver 0,38% Agriculture 14,00% Wheat 3,11% Red Wheat 0,63% Corn 3,03% Soybeans 2,35% Cotton 1,04% Sugar 2,68% Coffee 0,76% Cocoa 0,40% Livestock 4,48% Live Cattle 2,78% Feeder Cattle 0,53% Lean Hogs 1,17% Figure 1 - Répartition des poids du S&P GSCI 2 Source : S&P GSCI Components and Weight 11 septembre 2009 Hubert Corpechot Master 104 Finance 19

Investissements des banques suisses en matières premières agricoles

Investissements des banques suisses en matières premières agricoles Investissements des banques suisses en matières premières agricoles Document de recherche de Pain pour le prochain, Action de Carême et Alliance Sud septembre 2013 Introduction Dans le sillage de la crise

Plus en détail

Les matières premières : une classe d actifs à part entière?

Les matières premières : une classe d actifs à part entière? Les matières premières : une classe d actifs à part entière? PHILIPPE MONGARS, CHRISTOPHE MARCHAL-DOMBRAT Direction des Opérations de marché Service de Suivi et d Animation des marchés L intérêt des investisseurs

Plus en détail

Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque

Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque Allocation Robuste et Restrictions sur les Contributions au Risque QuantValley/QMI Workshop, Geneve, 26 Septembre, 2013 http://ssrn.com/abstract=2192399 1/33 Les contributions du papier: Nous définissons

Plus en détail

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman

Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Combiner anticipations et optimisation : le modèle Black-Litterman Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne, IAE (Sorbonne Graduate Business School) PLAN Les raisons du modèle 1 Les raisons du modèle 2 1.

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

Performance creates trust

Performance creates trust Performance creates trust Investir dans le pétrole et le gaz à travers une stratégie éprouvée Indices stratégiques de Vontobel Juillet 2014 Page 2 Les prix de l énergie augmentent Les prix de nombreuses

Plus en détail

certificats 100% sur matières premières

certificats 100% sur matières premières certificats 100% sur matières premières investir sur les matières premières en toute simplicité PRODUITS À Capital non garanti Les matières premières un actif financier avant tout physique Issues de la

Plus en détail

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain

Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Exercice : la frontière des portefeuilles optimaux sans actif certain Philippe Bernard Ingénierie Economique & Financière Université Paris-Dauphine Février 0 On considère un univers de titres constitué

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) Chapitre 4 : construction de portefeuille (II) 08.11.2013 Plan du cours Espérance de rentabilité d un portefeuille Volatilité d un portefeuille Choix du portefeuille efficient Prise en compte de l actif

Plus en détail

Ce document synthétise les principaux aspects de DayTrader Live, le service le plus haut de gamme de DayByDay.

Ce document synthétise les principaux aspects de DayTrader Live, le service le plus haut de gamme de DayByDay. Bienvenue chez DayByDay, Ce document synthétise les principaux aspects de DayTrader Live, le service le plus haut de gamme de DayByDay. Il est en deux parties : - Les idées de trading : quels sont les

Plus en détail

L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD

L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD L avantage des portefeuilles d actions à faible volatilité TD Par : Jean Masson, Ph. D., Directeur général Avril 05 La plupart des investisseurs préfèrent les rendements élevés, mais n aiment pas prendre

Plus en détail

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities

Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Does it pay to improve Corporate Governance? An empirical analysis of European Equities Joseph GAWER NATIXIS Asset Management Université Paris Dauphine joseph.gawer@am.natixis.com Association Française

Plus en détail

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle

Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Le théorème des deux fonds et la gestion indicielle Philippe Bernard Ingénierie Economique& Financière Université Paris-Dauphine mars 2013 Les premiers fonds indiciels futent lancés aux Etats-Unis par

Plus en détail

DynAmiser vos investissements

DynAmiser vos investissements DynAmiser vos investissements Aequam en quelques mots Jeune entreprise indépendante et innovante Agréée AMF n GP-10000038 Incubée par le Pôle Sponsorisée par Fondatrice de Savoir-faire / Innovation 5 associés

Plus en détail

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement

Directives CHS PP D 05/2013. Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations de placement français Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives CHS PP D 05/2013 Chiffres-clés déterminants et autres renseignements devant être fournis par les fondations

Plus en détail

Poursuivez, Atteignez, Dépassez vos objectifs

Poursuivez, Atteignez, Dépassez vos objectifs Leverage & Short X5 Pétrole Brent et Or Poursuivez, Atteignez, Dépassez vos objectifs Produits présentant un risque de perte en capital, émis par société générale Effekten GmbH (société ad hoc de droit

Plus en détail

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5

DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 DIRECTIVES DE PLACEMENT RISK BUDGETING LINE 5 29.06.2011 Groupe de placement Prisma Risk Budgeting Line 5 (RBL 5) Caractéristiques du groupe de placement 1. Le RBL 5 est un fonds composé d actifs susceptibles

Plus en détail

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Matières premières. Luc Hinz, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.

Master en Droit et Economie / Automne 2013 / Prof. F. Alessandrini. Matières premières. Luc Hinz, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12. Matières premières Luc Hinz, Quantitative Investment Manager (BCV) 06.12.2013 Contenu Définitions et caractéristiques Matières premières «références» Intervenants Financiarisation des matières premières

Plus en détail

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité

Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité LIVRE BLANC 2015 Document destiné aux investisseurs professionnels uniquement Le meilleur et le pire de l'investissement à faible volatilité David Blitz, PhD Matthias Hanauer, PhD, CFA Pim van Vliet, PhD

Plus en détail

www.styleanalytics.com

www.styleanalytics.com www.styleanalytics.com Style Analytics EuroPerformance a le plaisir de vous présenter Style Analytics, outil de mesure des risques et de la performance des fonds d investissement. Style Analytics offre

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Investir dans la volatilité :

Investir dans la volatilité : Investir dans la volatilité : un nouvel horizon pour les solutions traditionnelles de diversification des portefeuilles Destiné aux clients professionnels au sens de la directive MIF www.seeyond-am.com

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium

Liste des 43 trackers disponibles dans le contrat Patrimea Premium CAC 40 Françaises FR0007052782 Le FCP CAC 40 a pour objectif de reproduire l'évolution de l'indice CAC 40 GROSS TR en minimisant au maximum l'écart de suivi («tracking error») entre les performances du

Plus en détail

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008

ALPHA VERSUS BÊTA. Ksenya Rulik. Décembre 2008 Décembre 2008 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers et actifs risqués 2 3 Outline 1 Préparer le terrain: marchés financiers

Plus en détail

Travail de projet sur VBA

Travail de projet sur VBA Travail de projet sur VBA Calcul du Ratio de Sharpe Page 1 sur 25 Table des matières : 1. Introduction 3 2. Démarche générale 3 2.1 Récolte de données 3 2.2 Calculs de rendements 4 2.3 Calculs de volatilités

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille

Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille Question 1: Analyse et évaluation des obligations / Gestion de portefeuille (33 points) Monsieur X est un gérant de fonds obligataire qui a repris la responsabilité de gestion du portefeuille obligataire

Plus en détail

ETFS Commodity Securities Limited

ETFS Commodity Securities Limited ETFS Commodity Securities Limited (constituée et immatriculée à Jersey en vertu de la loi sur les sociétés (de Jersey) de 1991 (dans sa version amendée) sous le numéro 90959 ; réglementée par la Jersey

Plus en détail

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François

DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES. Christophe Mianné, Luc François DERIVES SUR ACTIONS ET INDICES Christophe Mianné, Luc François Sommaire Notre activité Nos atouts La gestion du risque Conclusion 2 Notre activité 3 Les métiers Distribution de produits dérivés actions

Plus en détail

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013

MERCER INVESTIR. La gestion actions en beta-test SEPTEMBRE 2013 MERCER INVESTIR SEPTEMBRE 2013 La gestion actions en beta-test Avertissement : Cette publication est un état des lieux sur la gestion smart beta qui n engage que son auteur, elle s adresse aux professionnels

Plus en détail

Question 1: Analyse et évaluation d obligations

Question 1: Analyse et évaluation d obligations Question 1: Analyse et évaluation d obligations (43 points) Vous êtes responsable des émissions obligataires pour une banque européenne. Il y a 10 ans cette banque a émis l obligation perpétuelle subordonnée

Plus en détail

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières

Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières La gamme de fonds «Finance Comportementale» de JPMorgan Asset Management : Une approche rationnelle Investir dans un monde où la psychologie affecte les décisions financières Document réservé aux professionnels

Plus en détail

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011

Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations. 12 Mai 2011 Exchange Traded Funds (ETF) Mécanismes et principales utilisations 12 Mai 2011 Sommaire I Présentation du marché des ETF II Construction des ETF III Principales utilisations IV Les ETF dans le contexte

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3

GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 GESTION DES RISQUES FINANCIERS 4 ème année ESCE Exercices / Chapitre 3 1) Couvertures parfaites A) Le 14 octobre de l année N une entreprise sait qu elle devra acheter 1000 onces d or en avril de l année

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs

Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs P R O D U I T S Gestion quantitative de Portefeuille Allocation Dynamique d actifs MEMBRE DE L'ASSOCIATION SUISSE DES BANQUIERS L environnement économique mondial actuel et ses modifications structurelles

Plus en détail

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie

Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe. Février 2015 2 ème partie Analyse comparée du couple performance / risque des compartiments Large, Mid et Small en Europe Février 2015 2 ème partie Préambule Le suivi des performances et du comportement des différentes classes

Plus en détail

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015

et idées sur le marché du pétrole Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Septembre 2015 Point de Analyse vue sur le marché du pétrole Septembre 2015 Diversification de styles dans les placements en revenu fixe : défis et solutions Les investisseurs en obligations ne seront pas étonnés de

Plus en détail

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ?

immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? immobilier et bourse PEUT-ON PRÉVOIR LA RENTABILITÉ DE L IMMOBILIER COTÉ? Les recherches présentées dans cet article, qui couvrent dix pays, suggèrent que la maturité du marché de l'immobilier titrisé

Plus en détail

Options et Volatilité (introduction)

Options et Volatilité (introduction) SECONDE PARTIE Options et Volatilité (introduction) Avril 2013 Licence Paris Dauphine 2013 SECONDE PARTIE Philippe GIORDAN Head of Investment Consulting +377 92 16 55 65 philippe.giordan@kblmonaco.com

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la Directive MIF

Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Réservé exclusivement aux clients professionnels au sens de la Directive MIF Cedrus Sustainable Opportunities CSO Présentation du fonds Cette information est établie à l'intention exclusive de son destinataire et est strictement confidentielle Cedrus AM est une Société de Gestion

Plus en détail

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital.

TURBOS WARRANTS CERTIFICATS. Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. TURBOS WARRANTS CERTIFICATS Les Turbos Produits à effet de levier avec barrière désactivante. Produits non garantis en capital. 2 LES TURBOS 1. Introduction Que sont les Turbos? Les Turbos sont des produits

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Les Obligations Convertibles (introduction)

Les Obligations Convertibles (introduction) TROISIEME PARTIE Les Obligations Convertibles (introduction) Avril 2011 Licence Paris Dauphine 2011 Sommaire LES OBLIGATIONS CONVERTIBLES Sect 1 Présentation, définitions Sect 2 Eléments d analyse et typologie

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p.

Votre coupon augmente avec la hausse des taux d intérêt. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) Interest Evolution 2018 STRATÉGIE P. 2. DURÉE p. Crédit Agricole CIB (AA- / Aa3) STRATÉGIE P. 2 Crédit Agricole CIB - fait bénéficier l investisseur d un coupon brut annuel intéressant pendant 8 ans. Concrètement, le calcul du coupon s opère sur la base

Plus en détail

Outil de Gestion des Risques

Outil de Gestion des Risques Outil de Gestion des Risques Daniel Herlemont Table des matières 1 Introduction 3 2 Gestion sous contrainte de perte maximale historique (Drawdown) et de Value at Risk 3 3 Enveloppe de trading 5 4 Approche

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles

Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Manuscrit auteur, publié dans "42èmes Journées de Statistique (2010)" Approche bayésienne des modèles à équations structurelles Séverine Demeyer 1,2 & Nicolas Fischer 1 & Gilbert Saporta 2 1 LNE, Laboratoire

Plus en détail

Méthodes de la gestion indicielle

Méthodes de la gestion indicielle Méthodes de la gestion indicielle La gestion répliquante : Ce type de gestion indicielle peut être mis en œuvre par trois manières, soit par une réplication pure, une réplication synthétique, ou une réplication

Plus en détail

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas

THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas THEM ASSET Générer de l Alpha dans un contexte de taux bas 28 mai 2015 Gestionnaire Activement Responsable Groupama AM Un acteur majeur de la gestion d actifs 2 Filiale à 100% de Groupama 96.7 Md d actifs

Plus en détail

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque

Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en risque DOCUMENT RESERVE EXCLUSIVEMENT AUX CLIENTS PROFESSIONNELS AU SENS DE LA DIRECTIVE MIF Natixis Global Risk Parity un an après : une performance au rendez-vous dans le cadre d une approche équilibrée en

Plus en détail

Art. 8 de la directive relative à l assurance sur la vie: règles relatives aux exemples de calcul d évolution de la valeur

Art. 8 de la directive relative à l assurance sur la vie: règles relatives aux exemples de calcul d évolution de la valeur Art. 8 de la directive relative à l assurance sur la vie: règles relatives aux exemples de calcul d évolution de la valeur Zurich/St-Gall, décembre 2011 Table des matières 1. Enoncé du problème et corpus

Plus en détail

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS

PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS PERFORMANCE HISTORIQUE DÉFLATÉE DES MARCHÉS FINANCIERS ACTIFS FRANCAIS CORRIGÉS DE L INFLATION DE JANVIER 1950 À JUIN 2011 PERFORMANCE ANNUALISÉE ACTIONS 5,9 % MONÉTAIRE 1,2 % IMMOBILIER 5,2 % OR 1,1 %

Plus en détail

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme

Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Modélisation et étude d un système de trading directionnel diversifié sur 28 marchés à terme Trading system : Trend following Breakout Janvier 1996 - Janvier 2009 Etude de la performance du système Le

Plus en détail

Les confusions entre indice, benchmark, allocation stratégique et passive

Les confusions entre indice, benchmark, allocation stratégique et passive Les confusions entre indice, benchmark, allocation stratégique et passive Noël Amenc PhD, Professeur de Finance, Edhec Business School Directeur de la Recherche, Misys Asset Management Systems noel.amenc@edhec.edu

Plus en détail

Chapitre 2 L actualisation... 21

Chapitre 2 L actualisation... 21 III Table des matières Avant-propos Remerciements.... Les auteurs... XI XII Chapitre 1 L intérêt.... 1 1. Mise en situation.... 1 2. Concept d intérêt... 1 2.1. L unité de temps... 2 2.2. Le taux d intérêt...

Plus en détail

Solvabilité II un changement de paradigme

Solvabilité II un changement de paradigme Réglementation Solvabilité II un changement de paradigme En Europe, près de 7 700 milliards d euros d actifs sont gérés par des investisseurs institutionnels qui ont un horizon d investissement de long

Plus en détail

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque

Gestion de Portefeuille. Mesures de Performance Ajustées du Risque Gestion de Portefeuille Mesures de Performance Ajustées du Risque Le Ratio de Sharpe La mesure de performance (ajustée du risque) la plus utilisée Rappel: Propriétés du ratio de Sharpe Mesure de la stratégie:

Plus en détail

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société.

Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Glossaire Action quote-part d'une valeur patrimoniale; participation au capital-actions d'une société. Alpha Alpha est le terme employé pour indiquer la surperformance d un placement après l ajustement

Plus en détail

BCGE. Profession de foi de la BCGE

BCGE. Profession de foi de la BCGE L investissement en entreprise Profession de foi de la BCGE Septembre 2012 Sommaire 1. La BCGE est bien placée pour connaître les entreprises 2. La performance est produite par l économie réelle et ses

Plus en détail

REVISION 2009 DU CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX. Novembre 2009

REVISION 2009 DU CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX. Novembre 2009 REVISION 2009 DU CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX Mise à jour au 31.12.2009 A. Table des matières A. Table des matières 2 B. Révision 2009 du CONINCO CHF MULTI FUNDS OF HEDGE FUND INDEX 3 B.I.

Plus en détail

COMPOSITION DE L ALLOCATION COMPOSITION & RÉPARTITION

COMPOSITION DE L ALLOCATION COMPOSITION & RÉPARTITION COMPOSITION DE L ALLOCATION COMPOSITION & RÉPARTITION Composition du portefeuille, et répartition par Société de Gestion ISIN PORTEFEUILLE SOCIÉTÉ DE GESTION % Cette répartition n est pas figée dans le

Plus en détail

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Alpha Turbo 08/2018 1

Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Alpha Turbo 08/2018 1 Fortis AG - Vos assurances chez votre courtier Top Protect Alpha Turbo 08/208 Fiche info financière Assurance-vie Top Protect Alpha Turbo 08/208 Cette fiche d information financière Assurance-vie décrit

Plus en détail

Paris, 15 mai 2014. Mathieu Vaissié, PhD, CAIA. Directeur de la Recherche, GINJER AM Chercheur Associé, EDHEC-RISK Institute

Paris, 15 mai 2014. Mathieu Vaissié, PhD, CAIA. Directeur de la Recherche, GINJER AM Chercheur Associé, EDHEC-RISK Institute Paris, 15 mai 2014 Mathieu Vaissié, PhD, CAIA Directeur de la Recherche, GINJER AM Chercheur Associé, EDHEC-RISK Institute Les vues exprimées dans cette présentation n engagent que leur auteur. UNE NOUVELLE

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPAVIE NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de CREDIT AGRICOLE,

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION FCP A FORMULE PULPEA ELIGIBLE AU PEA NOTICE D INFORMATION Forme Juridique de l'opcvm : F.C.P. Etablissements désignés pour recevoir les souscriptions et les rachats : Agences des CAISSES REGIONALES de

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Orchidée I Long Short

Orchidée I Long Short Orchidée I Long Short Concilier performance, décorrélationet faible volatilité 1er trimestre 2015 Document d information non contractuel réservé à des investisseurs professionnels au sens du Règlement

Plus en détail

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin

Outils théoriques du modèle standard. MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Outils théoriques du modèle standard MASTER 2003 Paris IX [Dauphine] François Jubin Le portefeuille : la notion centrale du modèle standard On ne s intéresse pas ici à la dynamique du prix d un titre mais

Plus en détail

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds

Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Allocation d actifs optimisée avec les funds of hedge funds Inform informations générales pour les investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2006 Swisscanto le centre de compétence des Banques Cantonales

Plus en détail

Table des matières. l a r c i e r

Table des matières. l a r c i e r Chapitre 1 Introduction... 1 1.1. Objectifs et structure du livre.... 1 1.2. Qu est-ce que la gestion de portefeuille?.... 2 1.3. Qu est-ce que «investir»?.... 3 1.4. Canalisation des flux d épargne et

Plus en détail

De la mesure à l analyse des risques

De la mesure à l analyse des risques De la mesure à l analyse des risques Séminaire ISFA - B&W Deloitte Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université Claude Bernard Lyon 1 laurent.jeanpaul@free.fr http://laurent.jeanpaul.free.fr/ 0 De

Plus en détail

Un guide du trading des Options Binaires, étape par étape. www.cedarfinance.com

Un guide du trading des Options Binaires, étape par étape. www.cedarfinance.com Un guide du trading des Options Binaires, étape par étape www.cedarfinance.com Index 3 Les meilleures raisons pour commencer le trading d Options Binaires 4 Les Options Binaires: Histoire 5 Comment réaliser

Plus en détail

Le 26 mars 2015. Cher porteur de parts,

Le 26 mars 2015. Cher porteur de parts, Cher porteur de parts, En tant que membres du comité d examen indépendant (le «CEI») des fonds d investissement gérés par Gestion d actifs BlackRock Canada Limitée («BlackRock Canada») et visés par le

Plus en détail

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION

INFORM GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION 1 2002 INFORM INFORMATIONS FINANCIÈRES ESSENTIELLES POUR LES CAISSES DE PENSION GESTION DE FORTUNE ACTIVE OU PASSIVE? On prône souvent en faveur de la gestion de fortune passive en arguant que la plupart

Plus en détail

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable

PARVEST WORLD AGRICULTURE Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable Compartiment de la SICAV PARVEST, Société d Investissement à Capital Variable PARVEST World Agriculture a été lancé le 2 avril 2008. Le compartiment a été lancé par activation de sa part N, au prix initial

Plus en détail

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1

RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) - Rivoli Equity Fund - Page 1 RIVOLI EQUITY FUND (Mise à jour Janvier 2010) Page 1 Avertissement L'accès à certains de ces produits et/ou services peut faire l'objet de restrictions à l'égard de certaines personnes ou dans certains

Plus en détail

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite

Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Où investir en 2014? Grand colloque sur la gestion des actifs des caisses de retraite Optimisation de la politique de placement : vers quelles classes d actifs se tourner? Stéphan Lazure Conseiller principal

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

Koris International. Historique

Koris International. Historique Koris International Historique Koris International est une société de conseil en investissements financiers spécialisée dans la conception et le développement de modèles d allocation d actifs. La société

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061

Value at Risk. CNAM GFN 206 Gestion d actifs et des risques. Grégory Taillard. 27 février & 13 mars 20061 Value at Risk 27 février & 13 mars 20061 CNAM Gréory Taillard CNAM Master Finance de marché et estion de capitaux 2 Value at Risk Biblioraphie Jorion, Philippe, «Value at Risk: The New Benchmark for Manain

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur

Inflation + 2020. Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur Inflation + 2020 Le capital investi est garanti à l échéance, sauf en cas de défaut de l émetteur L investisseur supporte le risque de crédit de l émetteur, Crédit Agricole CIB Un horizon de placement

Plus en détail

Boléro. d information. Notice

Boléro. d information. Notice Notice Boléro d information Boléro est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de la formule et donc d un rachat aux dates d échéances indiquées. Tout rachat de part à d autres

Plus en détail

JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office:

JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office: JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office: European Bank & Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand Duchy of Luxembourg R.C.S. Luxembourg

Plus en détail

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE

CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE CAISSE REGIONALE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL DE CENTRE LOIRE Eléments d appréciation du prix de rachat des CCI émis par la CRCAM Centre Loire dans le cadre de l approbation par l'assemblée générale des sociétaires,

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant)

Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Compte rendu Cogefi Rendement Conférence téléphonique du 13/03/15 avec Lucile Combe (gérant) Présentation Cogefi Gestion est la société de gestion, filiale à 100% de la maison mère Cogefi. Elle fait partie

Plus en détail

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics

3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières. 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics 3 e Atelier des Étudiants Gradués en Actuariat et Mathématiques Financières 3 rd Graduate Students Workshop on Actuarial and Financial Mathematics Résumé-Abstracts Organization: Ghislain Léveillé Co-organization:

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Certificat BNP Paribas Double Avantage 2017 Placement d une durée maximale de 4 ans et 9 mois à capital non garanti

Certificat BNP Paribas Double Avantage 2017 Placement d une durée maximale de 4 ans et 9 mois à capital non garanti Certificat BNP Paribas Double Avantage 2017 Placement d une durée maximale de 4 ans et 9 mois à capital non garanti Cette offre peut être close à tout moment. ANNEXE À LA NOTICE : CARACTÉRISTIQUES PRINCIPALES

Plus en détail

Indices Pictet LPP 2015. Une nouvelle référence pour les caisses de pension suisses

Indices Pictet LPP 2015. Une nouvelle référence pour les caisses de pension suisses Indices Pictet LPP 2015 Une nouvelle référence pour les caisses de pension suisses Pictet Asset Management Janvier 2015 Table des matières Une nouvelle famille d indices 3 Un examen des indices LPP existants

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base

Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base Estimation du Quantile conditionnel par les Réseaux de neurones à fonction radiale de base M.A. Knefati 1 & A. Oulidi 2 & P.Chauvet 1 & M. Delecroix 3 1 LUNAM Université, Université Catholique de l Ouest,

Plus en détail

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE

LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE LES STRATEGIES DE REEQUILIBRAGE OU DE LAISSER-FAIRE Dr. Jean Benetti, Dr. Andreas Reichlin 13 FEVRIER 2002 La gestion du risque au niveau stratégique dans les caisses de pension Introduction Plusieurs

Plus en détail