FORMATION BIENTRAITANCE 2 jours

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMATION BIENTRAITANCE 2 jours"

Transcription

1 FORMATION BIENTRAITANCE 2 jours Jean-Claude DAUBIGNEY CONTEXTE DE l OFFRE DE FORMATION «L amélioration des pratiques de bientraitance dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux constitue une orientation prioritaire de la politique nationale et une exigence à laquelle sont soumises les structures concernées. Il importe que les services des autorités administratives compétentes veillent à la mise en œuvre de ces démarches et accompagnent en tant que de besoin les structures concernées à partir des outils existants» Circulaire n DGCS/SD2A/2011/282 du 12 juillet 2011 Le concept de "bientraitance" peut soutenir chaque professionnel dans sa réflexion sur ses actes du quotidien et le sens plus général de son accompagnement. La bientraitance est une culture partagée fondée sur le respect, l écoute, et l ouverture. La bientraitance est donc un engagement de chacun (chaque professionnel) et de tous (service, établissement) pour promouvoir concrètement le meilleur service à chaque personne accompagnée, tout en en gardant à l esprit la mémoire de la possible maltraitance. La bientraitance n est pas l absence de maltraitance, c'est à la fois une intention positive (aller vers le mieux pour une personne ) et des actes concrets pour réaliser cette intention. Au quotidien, les pratiques bien intentionnées, formalisées aussi, fondées sur des principes partagés et positifs, peuvent insidieusement dériver à partir de l inertie, de l habitude ou de la négligence Il s agit d en prendre conscience, de partager des réflexions et d ouvrir une volonté vigoureuse et chaque fois réinterrogée d un bien vivre ensemble Il s agit de mettre en œuvre une formation s inscrivant dans une volonté de mobiliser l ensemble des acteurs autour de cette question. Cet espace de réflexion sur les principes et leurs déclinaisons dans les pratiques professionnelles se situe donc dans une démarche de prévention des maltraitances et de promotion de la bientraitance dans une institution accueillant un public vulnérable. Cette formation s adresse aux professionnels travaillant en ESAT. Elle tiendra compte des méthodes de travail mises en place et des problématiques rencontrées par les professionnels

2 DÉROULEMENT DE LA FORMATION JOUR 1 Objectifs : Mettre en évidence ce qui concerne la prévention de la maltraitance et les conditions de la bientraitance dans les principaux textes légaux et règlementaires. Pour cela : proposer des bases de connaissances synthétiques et des clés d analyse et d interprétation, faire ressortir le contexte d émergence, le sens et les finalités de l évolution des textes. Contenus : les fondamentaux : la loi, les droits de l homme, les traités et accords internationaux et la hiérarchie des textes, la morale, la déontologie, l éthique, le droit ne donne pas toutes les réponses. La maltraitance : sujet tabou?, définitions, registres et champs de la maltraitance, prévention de la maltraitance, analyse des évènements indésirables. les valeurs déclinées dans le droit social en particulier la loi et leur articulation avec le droit pénal et civil : et maintenant, je fais quoi? Les droits de la personne quelle que soit la nature et la gravité de sa situation de handicap Article 8 - Charte des droits et libertés des personnes accueillies - Droit à l autonomie : «Dans les limites définies dans le cadre de la réalisation de sa prise en charge ou de son accompagnement et sous réserve des décisions de justice, des obligations contractuelles ou liées à la prestation dont elle bénéficie et des mesures de tutelle ou de curatelle renforcée, il est garanti à la personne la possibilité de circuler librement. A cet égard, les relations avec la société, les visites dans l institution, à l extérieur de celle-ci, sont favorisées» Ce droit à se déplacer librement est également posé dans la charte des droits et libertés de la personne âgée dépendante dans son article 3 : «Une vie sociale malgré les handicaps : toute personne âgée dépendante doit conserver la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie de la société»

3 Charte de la personne hospitalisée dans son article 7 : «La personne hospitalisée peut, sauf exceptions prévues par la loi, quitter à tout moment l établissement après avoir été informée des risques éventuels auxquels elle s expose» Droit pour la personne de circuler librement Devoir pour les professionnels de le mettre en œuvre? Où placer le curseur? Droit de la personne à être protégée Devoir pour les professionnels de le mettre en œuvre Ce paradoxe constructeur fonde le métier d accompagnant à travers un questionnement obligé qui limite alors, pour le professionnel, le risque de se situer comme une prothèse mentale ( grâce à la recherche du consentement libre et éclairé) et son pouvoir ( grâce au réel exercice des droits de la personne accompagnée, accueillie ou soignée ). Cette nécessité vaut pour l ensemble des décisions prises et des actions conduites dans le périmètre des métiers de la relation, de l accompagnement, de l éducation, du soin auprès de personnes qui ne sont pas toujours en situation de revendiquer elles-mêmes leurs droits. Le fil rouge de la formation : le questionnement éthique A la place où je suis, dans le respect des rôles et des fonctions des professionnels qui m entourent, quelle est la meilleure réponse possible dans la rencontre avec une personne singulière, dans une situation particulière, dans ce lieu-là, à ce moment-là et qui, par conséquent ne se retrouvera jamais à l identique? La sollicitude qui dans une réciprocité des insubstituables (qui donc n autorise pas l impossible déclaré : «Je me mets à la place de») rétablit l égalité lorsqu elle n est pas donnée d emblée par le biais de la gratitude : la bientraitance

4 Ce qui conduit d emblée à poser la question de la prévention de la maltraitance, thème abordé dans l évaluation interne et externe : L intérêt de l institution Aspects budgétaires, craintes, facilités, habitudes? Où placer le curseur? L intérêt de la personne Respect de ses droits, de ses besoins, de ses souhaits, de ses attentes Les thèmes abordés : les thèmes abordés sont ceux relatifs aux droits des personnes ( droit commun ( en particulier droit civil, droit pénal ), droits relatifs aux personnes accueillies ( en particulier code de l action sociale et des familles, code de la santé ) : listage avec les stagiaires. La question du consentement libre et éclairé (conditions cumulatives ) : Une information est donnée Cette information + + est comprise Le consentement lui-même est donné Quelles modalités d informations et de communication peuvent-elles être mises en œuvre pour viser leur compréhension par les personnes accueillies, accompagnées ou soignées? Méthode : Apports théoriques, juridiques et expériencés, Illustration par des situations professionnelles apportées par les stagiaires : analyse débats JOUR 2 Objectifs : Faire le lien entre les éclairages théoriques et juridiques et la pratique. Cette journée se veut essentiellement axée sur les pratiques de l établissement

5 S accorder collectivement sur «les bonnes pratiques» en appui d étude de cas : o les formes de maltraitance, o les publics vulnérables, o les situations à risque, o les moyens de prévention. Repérer : o les représentations, les idéologies, l évolution des outils d évaluation relatifs à la maltraitance, o le piège des recettes et injonctions sans moyens suffisants d application, de suivi et d évaluation. Contenus La responsabilité des professionnels : le respect d une mission qui peut s appuyer sur l opportunité d engager sa responsabilité ( avoir une identité professionnelle ) ou qui peut entrer en collision avec la crainte d engager sa responsabilité ( obligation de moyens? obligation de résultat? ) La notion d autonomie : être en capacité de réaliser seul? être en capacité de faire ses propres choix ( apprendre avec un maître à se passer de maître )? La notion de discernement ( en lien avec le point précédent ) : relation avec les dispositions du code pénal ( discernement, altération du discernement, abolition du discernement ) La traduction opérationnelle des deux points précédents en lien avec la notion de consentement libre et éclairé évoquée au cours de la première journée. Le choix des réponses : on a raison quand on a des raisons ; c est donc dans une opération de déconstruction vers la recherche de ce qui fonde notre raison que la réponse donnée aux personnes pourra être partagée (avec elles, avec les professionnels ), formalisée, évaluée quant à son effectivité et à sa pertinence. Et non pas dans : «j ai raison, tu as tort» Raison 1 Raison

6 Les sujets suivants seront apportés par les stagiaires ; cependant, certains d entre eux seront incontournables : La co-construction du projet personnalisé, La vie privée, L intimité, La confidentialité, La dignité, L intégrité, L information, La communication et la transmission des éléments du dossier, La participation à la vie de l institution Ces sujets seront abordés sur le plan du droit, des valeurs, de la mission et de leur déclinaison opérationnelle. Méthode : Travail le matin en deux sous groupes en appui d étude de cas et d exemples apportés par les responsables, les participants ou le formateur Mise en commun l après-midi, restitution des travaux de groupes o mise en lien des actions, postures et réflexion avec les textes en vigueur o analyse de cas complexes, projection sur les actions à conduire en retour de la formation synthèse des principaux points abordés au cours de la formation. Evaluation de la Formation En fin de chaque journée avec les stagiaires Au regard de la mobilisation des équipes et du respect du cahier des charges avec la direction

1.4 Charte des droits et libertés de la personne accueillie

1.4 Charte des droits et libertés de la personne accueillie 1.4 Charte des droits et libertés de la personne accueillie ARTICLE 1: principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d accompagnement, prévues par la

Plus en détail

BIENTRAITANCE DE LA PERSONNE AGÉE, DÉPENDANTE ET/OU HANDICAPÉE

BIENTRAITANCE DE LA PERSONNE AGÉE, DÉPENDANTE ET/OU HANDICAPÉE N PF SAP8 BIENTRAITANCE DE LA PERSONNE AGÉE, DÉPENDANTE ET/OU HANDICAPÉE NOM et adresse de l'organisme (lieu de la formation si différent) VIA FORMATION 26 rue du Lieutenant Roze 37520 LA RICHE directioncentre@viaformation.fr

Plus en détail

L évaluation : une démarche d amélioration

L évaluation : une démarche d amélioration Sylvain Boude Responsable du Pôle Service à Domicile T: 06 22 84 23 71 Sylvain.boude@4-as.fr www.4as-medicosocial.fr L évaluation : une démarche d amélioration Cadre réglementaire de l évaluation Loi n

Plus en détail

ARS Languedoc-Roussillon Journée annuelle régionale qualité Jeudi 4 décembre Aline METAIS Responsable projet Evaluation interne

ARS Languedoc-Roussillon Journée annuelle régionale qualité Jeudi 4 décembre Aline METAIS Responsable projet Evaluation interne Évaluation interne et recommandations de bonnes pratiques professionnelles: inscrire la démarche dans un processus d amélioration continue de la qualité Aline METAIS Responsable projet Evaluation interne

Plus en détail

Charte des droits et des libertés

Charte des droits et des libertés Charte des droits et des libertés Article 1 er : Principe de nondiscrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d accompagnement, prévues par la Loi, nul ne peut faire

Plus en détail

Bientraitance, Comprendre et pratiquer Les nouveaux outils

Bientraitance, Comprendre et pratiquer Les nouveaux outils Centre de formation continue spécialisé dans la santé mentale, le sanitaire, le social et le médico-social Bientraitance, Comprendre et pratiquer Les nouveaux outils Programme de DPC Déroulé pédagogique

Plus en détail

Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste

Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste Charte de déontologie du Diététicien Nutritionniste Les adhérents de l AFDN s'engagent à respecter cette Charte de déontologie pour promouvoir la santé par l Alimentation et la Nutrition dans l intérêt

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Arrêté du 8 septembre 2003 MINISTÈRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Arrêté du 8 septembre 2003 MINISTÈRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Arrêté du 8 septembre 2003 MINISTÈRE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES Article 1 er : Principe de non-discrimination Dans le

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D'ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D'INTERVENTION SOCIALE

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D'ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D'INTERVENTION SOCIALE Institut du Travail Social Tours RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D'ÉTABLISSEMENT OU DE SERVICE D'INTERVENTION SOCIALE Annexe 1 de l arrêté du 5 juin 2007, Journal Officiel n 142 du 21 juin 2007.

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS ESSENTIELS À PRÉPARER POUR L ÉVALUATION EXTERNE

LISTE DES DOCUMENTS ESSENTIELS À PRÉPARER POUR L ÉVALUATION EXTERNE Évaluation sociale et médico-sociale LISTE DES DOCUMENTS ESSENTIELS À PRÉPARER POUR L ÉVALUATION EXTERNE (voir bon de commande à la fin de l extrait) EDITIONS BOUCHARD-M ATHIEUX 11, rue Solférino ~ 94100

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE CHARTE F.A.M Foyer d'accueil Médicalisé DES DROITS ET LIBERTES F.V Foyer de Vie DE LA E.H.P.H.S.A.D Etablissement d' Hébergement pour Personnes Handicapées Sensorielles, Agées Dépendantes PERSONNE ACCUEILLIE

Plus en détail

Catalogue des formations continues 2016

Catalogue des formations continues 2016 Vous envisagez une formation spécifique au sein de votre structure Centre Polyvalent de Formation Professionnelle «La Rouatière» Site de Perpignan 1, Rue Charles Percier 66000 Perpignan Tél : 04.68.51.15.29

Plus en détail

Charte d appartenance

Charte d appartenance Charte d appartenance et d engagement du réseau UNA Union Nationale de l Aide, des Soins et des Services aux Domiciles 108-110, rue Saint-Maur - 75011 Paris - Tel : 01 49 23 82 52 - Fax : 0143 38 55 33

Plus en détail

Référentiel professionnel des directeurs d'établissement ou de service d'intervention sociale CAFDES

Référentiel professionnel des directeurs d'établissement ou de service d'intervention sociale CAFDES Référentiel professionnel des directeurs d'établissement ou de service d'intervention sociale CAFDES Annexe 1 de l arrêté du 5 juin 2007, Journal Officiel n 142 du 21 juin 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Article 1er: Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d accompagnement, prévues par la Loi,

Plus en détail

«À l origine du concept de BIENTRAITANCE» la lutte contre la maltraitance?»: sémantique, histoire, évolution

«À l origine du concept de BIENTRAITANCE» la lutte contre la maltraitance?»: sémantique, histoire, évolution «À l origine du concept de BIENTRAITANCE» la lutte contre la maltraitance?»: sémantique, histoire, évolution Dr Patrick Karcher Colmar, 27 novembre 2015 Le besoin d un mot nouveau? Bientraitance (n.f.)

Plus en détail

reglement charte droit & libertés

reglement charte droit & libertés charte droit & libertés Article 1 : Valeurs, droits et obligations La plateforme médico-sociale de BAUNÉ garantit à tout jeune et à ses représentants légaux, les libertés et les droits individuels énoncés

Plus en détail

Les évaluations externes de l ADAPEI de l Aveyron et de Tarn-et-Garonne :

Les évaluations externes de l ADAPEI de l Aveyron et de Tarn-et-Garonne : LETTRE QUALITE ADAPEI 12-82 La Lettre Qualité N 1 15 janvier 2015 Numéro spécial : - Évaluations externes. Les évaluations externes de l ADAPEI de l Aveyron et de Tarn-et-Garonne : Les évaluations externes

Plus en détail

CHARTE DE LA BIENTRAITANCE DE L ASSOCIATION LEDA Les Espaces D Avenirs

CHARTE DE LA BIENTRAITANCE DE L ASSOCIATION LEDA Les Espaces D Avenirs CHARTE DE LA BIENTRAITANCE DE L ASSOCIATION LEDA Les Espaces D Avenirs PREAMBULE La Charte de la Bientraitance de l Association LEDA «Les Espaces D Avenirs», fruit d un travail de réflexion de plusieurs

Plus en détail

Bientraitance, Comprendre et pratiquer Les nouveaux outils

Bientraitance, Comprendre et pratiquer Les nouveaux outils Centre de formation continue spécialisé dans la santé mentale, le sanitaire, le social et le médico-social Bientraitance, Comprendre et pratiquer Les nouveaux outils Déroulé pédagogique pour 6 jours, adaptable

Plus en détail

ASSOCIATION KERVIHAN EVALUATION EXTERNE

ASSOCIATION KERVIHAN EVALUATION EXTERNE ASSOCIATION KERVIHAN EVALUATION EXTERNE Réunion d ouverture du 14 Janvier 2014 Cabinet Alliance & Performance Evaluation externe PRESENTATION Réunion d ouverture Association KERVIHAN Le 14 Janvier 2014

Plus en détail

Filière management d établissement

Filière management d établissement 5. Filière management d établissement La filière management d établissement garantit la réalisation de trois grands objectifs : conduire et animer le projet d établissement manager une équipe valoriser

Plus en détail

La maltraitance sous toutes ses formes représente l atteinte la plus grave

La maltraitance sous toutes ses formes représente l atteinte la plus grave Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Mission du responsable d établissement et rôle de l encadrement dans la prévention et le traitement de la maltraitance OBJET DÉFINITION Cette

Plus en détail

Petit Guide de la Bientraitance

Petit Guide de la Bientraitance Petit Guide de la Bientraitance La bientraitance est une attitude qui consiste de façon générale à aborder l autre de manière positive, visant à promouvoir son bien-être et sa richesse intérieure. A la

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE. Patricia MINARY DOHEN Chargée de mission Jérôme MONET Juriste Chargé de mission. Groupe de travail Jeudi 11 mars 2010

LA BIENTRAITANCE. Patricia MINARY DOHEN Chargée de mission Jérôme MONET Juriste Chargé de mission. Groupe de travail Jeudi 11 mars 2010 LA BIENTRAITANCE Patricia MINARY DOHEN Chargée de mission Jérôme MONET Juriste Chargé de mission Groupe de travail Jeudi 11 mars 2010 Intérêt du sujet Sommaire Les fondements de la notion de bientraitance

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS Mention mesure judiciaire à la protection des majeurs

PROGRAMME DE FORMATION MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS Mention mesure judiciaire à la protection des majeurs PROGRAMME DE FORMATION MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS Mention mesure judiciaire à la protection des majeurs DOMAINE DE FORMATION (DF) DF1 (84h) MODULES INDICATEURS DE COMPETENCES CONTENUS

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Article 1er Principe de non-discrimination

CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE. Article 1er Principe de non-discrimination CHARTE DES DROITS ET LIBERTÉS DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Article 1er Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d'accompagnement, prévues par la loi,

Plus en détail

LUTTER CONTRE LA MALTRAITANCE: UN DEVOIR ASSOCIATIF ET UN LEVIER DE MANAGEMENT

LUTTER CONTRE LA MALTRAITANCE: UN DEVOIR ASSOCIATIF ET UN LEVIER DE MANAGEMENT LUTTER CONTRE LA MALTRAITANCE: UN DEVOIR ASSOCIATIF ET UN LEVIER DE MANAGEMENT Présentation réalisée par : Julie Liouville Chef de projet Qualité & RSE ADAPEI 33 Rémy Populus Directeur de site ESAT Saint-Denis-de-Pile

Plus en détail

FONDATION L ENFANT C EST LA VIE CHARTE

FONDATION L ENFANT C EST LA VIE CHARTE FONDATION L ENFANT C EST LA VIE CHARTE JANVIER 2003 PRÉAMBULE La charte est un document à destination interne et externe. Son élaboration et sa diffusion permettent de situer l identité, les missions et

Plus en détail

SYNTHÈSE DU PROJET DE SERVICE Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs

SYNTHÈSE DU PROJET DE SERVICE Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs SYNTHÈSE DU PROJET DE SERVICE Service Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs 2016 2020 Approbation du Conseil d Administration le : 17 octobre 2016 PREAMBULE : L évaluation du projet de service

Plus en détail

Projet d accompagnement du majeur protégé

Projet d accompagnement du majeur protégé Projet d accompagnement du majeur protégé SMJPM1 Le dispositif de protection juridique des majeurs (loi du 5 mars 2007) 98 SMJPM2 La gestion de l argent et sa symbolique 99 SMJPM3 Elaborer et mettre en

Plus en détail

Des personnes de toutes les religions, hommes et femmes, du monde entier.. L'établissement me propose un projet

Des personnes de toutes les religions, hommes et femmes, du monde entier.. L'établissement me propose un projet Charte des droits et des libertés de la personne accueillie en communication adaptée L'établissement accueille des personnes de toute origine quelque soit le handicap Article 1er : Principe de non-discrimination

Plus en détail

PROPOSITION D INTERVENTION

PROPOSITION D INTERVENTION Erica ESTEVAN Formatrice Consultante Action sociale et médico-sociale PROPOSITION D INTERVENTION Construire une démarche de prévention et de traitement des phénomènes de maltraitance dans le secteur de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC)

CAHIER DES CHARGES. Service de la santé publique (SSP) No du poste selon décision d'organisation : communautaire (ISC) DEPARTEMENT DE LA FORMATION, DE LA JEUNESSE ET DE LA CULTURE Service de l enseignement spécialisé et de l appui à la formation (SESAF) Unité de promotion de la santé et de prévention en milieu scolaire

Plus en détail

FICHE EMPLOI DIRECTEUR ADJOINT D ETABLISSEMENT. Grille applicable CCNT 66 Responsabilité d encadrement

FICHE EMPLOI DIRECTEUR ADJOINT D ETABLISSEMENT. Grille applicable CCNT 66 Responsabilité d encadrement Identification de l emploi: Filière de rattachement de l emploi Encadrement/Management Métier concerné Directeur d établissement Grille applicable CCNT 66 Responsabilité d encadrement Oui Position institutionnelle

Plus en détail

Sylvie BOURGEOIS Pascale MEUGNOT. Journée gérontologique de Vitteaux Jeudi 24 novembre 2016

Sylvie BOURGEOIS Pascale MEUGNOT. Journée gérontologique de Vitteaux Jeudi 24 novembre 2016 Sylvie BOURGEOIS Pascale MEUGNOT Journée gérontologique de Vitteaux Jeudi 24 novembre 2016 1- Historique 2- Définition du concept 3- Cadre réglementaire 4- Les derniers travaux de l ANESM 5 - Partage de

Plus en détail

Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie

Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l article L. 311-4 du code sociale

Plus en détail

Maltraitance et Bientraitance

Maltraitance et Bientraitance Maltraitance et Bientraitance Congrès ARIHQ, 31 mai 2017 Marie-Hélène Dufour Mise en contexte En 2015, les personnes de 65 ans et plus représentaient 17,6% de la population totale du Québec. Elles représenteront

Plus en détail

Bonnes pratiques relatives à l'accompagnement de la vie affective et sexuelle. des usagers. Secteur habitat

Bonnes pratiques relatives à l'accompagnement de la vie affective et sexuelle. des usagers. Secteur habitat Secteur habitat Bonnes pratiques relatives à l'accompagnement de la vie affective et sexuelle des usagers Référentiel à destination des professionnels de l'adapei60 Charte de l accompagnement à la vie

Plus en détail

LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE LA CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE ACCUEILLIE Extrait de l'arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l'article L.311-4 du

Plus en détail

CHARTE ÉTHIQUE PRINCIPE N 1 LE BÉNÉFICIAIRE: UN ÊTRE HUMAIN À PART ENTIÈRE

CHARTE ÉTHIQUE PRINCIPE N 1 LE BÉNÉFICIAIRE: UN ÊTRE HUMAIN À PART ENTIÈRE CHARTE ÉTHIQUE CHARTE ÉTHIQUE Reposant sur les textes fondamentaux de droit international, national et cantonal relatifs aux droits humains et aux droits des patients ainsi que sur les règles déontologiques

Plus en détail

A Infirmier territorial B / Assistant socio-éducatif (AS, CESF, ES) NOMBRE DE POSTES : 1 BOBIGNY

A Infirmier territorial B / Assistant socio-éducatif (AS, CESF, ES) NOMBRE DE POSTES : 1 BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE ERH4 15-04 POSTE A POURVOIR : EVALUATEUR MEDICO SOCIAL (h/f) DIRECTION ET SERVICE : DIRECTION POPULATION AGEE ET PERSONNES HANDICAPEES SERVICE PERSONNES

Plus en détail

ABRÉGÉ du RAPPORT D EVALUATION EXTERNE

ABRÉGÉ du RAPPORT D EVALUATION EXTERNE ABRÉGÉ du RAPPORT D EVALUATION EXTERNE SSIAD du Centre Hospitalier de CLUNY «Vous êtes reconnu» Nom responsable de l évaluation : Pascale COSSON Date de la visite : 18 et 19 juin 2014 SOMMAIRE PRÉSENTATION

Plus en détail

JORF n 234 du 9 octobre texte n 21 ARRETE

JORF n 234 du 9 octobre texte n 21 ARRETE JORF n 234 du 9 octobre 2003 texte n 21 ARRETE Arrêté du 8 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée à l article L. 311-4 du code de l action sociale

Plus en détail

AIDE A DOMICILE. L aide à domicile apporte également un soutien relationnel et favorise l autonomie et le contact vers l extérieur.

AIDE A DOMICILE. L aide à domicile apporte également un soutien relationnel et favorise l autonomie et le contact vers l extérieur. AIDE A DOMICILE MISSION L aide à domicile apporte une aide à la vie quotidienne de la personne en ce qui concerne les différentes tâches telles que : entretien de la maison, entretien du linge, hygiène

Plus en détail

les personnes handicapées mentales 8 9 Les techniques de manutention du corps humain EN COLLABORATION AVEC APF FORMATION

les personnes handicapées mentales 8 9 Les techniques de manutention du corps humain EN COLLABORATION AVEC APF FORMATION CATALOGUE2009:Mise en page 1 12/09/08 9:24 Page 7 Accueillir et accompagner les personnes handicapées mentales Approche du handicap mental Approche du handicap mental en ESAT L autisme - EN COLLABORATION

Plus en détail

RESPONSABLE DE SECTEUR SERVICE A LA PERSONNE

RESPONSABLE DE SECTEUR SERVICE A LA PERSONNE 16, Bd de la Pointe Jarry ZI JARRY 97 122 BAIE-MAHAULT 0590 97 44 43 0690 09 97 22 RESPONSABLE DE SECTEUR SERVICE A LA PERSONNE TITRE PROFESSIONNEL DE NIVEAU III Gérer, Manager, Commercialiser PROCHAINE

Plus en détail

CHARTE DE L ENCADREMENT. UE 3.5 S4 C10 : «Encadrement des professionnels de soins»

CHARTE DE L ENCADREMENT. UE 3.5 S4 C10 : «Encadrement des professionnels de soins» CHARTE DE L ENCADREMENT UE 3.5 S4 C10 : «Encadrement des professionnels de soins» OBJET Elaboration d un projet institutionnel Référence commune à l ensemble des professionnels qui encadrent Etablissements

Plus en détail

EVALUATION ET QUALITE DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL : FAM L ARC-EN-CIEL / 71 SEVREY

EVALUATION ET QUALITE DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL : FAM L ARC-EN-CIEL / 71 SEVREY EVALUATION ET QUALITE DANS LE SECTEUR SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL : FAM L ARC-EN-CIEL / 71 SEVREY PLAN Pour rappel : Contexte et enjeux de l évaluation interne Mise en œuvre du processus évaluatif Les outils

Plus en détail

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française»

La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» La Démarche qualité «Contextualisation et perspectives un regard sur l expérience française» Louvain-la-Neuve 12 Décembre 2013 Le CREAI de Picardie Missions - organisation AMIENS CONSEIL TECHNIQUE FORMATIONS

Plus en détail

L évaluation externe des Établissements Sociaux et Médicaux-Sociaux

L évaluation externe des Établissements Sociaux et Médicaux-Sociaux www.cabinetprin.fr Pour la reconnaissance d une dynamique d amélioration continue de la qualité de service L évaluation externe des Établissements Sociaux et Médicaux-Sociaux Cabinet PRIN Le Cabinet PRIN,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES. - Contribuer à créer un environnement favorable aux apprentissages et à l enseignement au sein de l ESSC. ESSC

CAHIER DES CHARGES. - Contribuer à créer un environnement favorable aux apprentissages et à l enseignement au sein de l ESSC. ESSC ESSC CAHIER DES CHARGES 1. Identification du poste Institution : Ecole de soins et santé communautaire Dénomination du poste : Infirmier-ère scolaire en santé communautaire (ISC) 2. Positionnement hiérarchique

Plus en détail

CONCEVOIR LE PROJET. Dunod La photocopie non autorisée est un délit

CONCEVOIR LE PROJET. Dunod La photocopie non autorisée est un délit CONCEVOIR LE PROJET L expression est composée de trois mots qu il convient de définir un par un avant de tenter une compréhension globale. C est un «projet», c est-à-dire (cf. plus haut) une représentation

Plus en détail

La démarche d évaluation interne

La démarche d évaluation interne La démarche d évaluation interne La conduite de l évaluation interne dans les services à domicile au bénéfice des publics adultes 5 rue Pleyel Bâtiment Euterpe 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax

Plus en détail

Le dispositif de formation

Le dispositif de formation Le dispositif de formation Connaissance du contexte d intervention L élaboration et le pilotage du projet d établissement Les politiques publiques en faveur des personnes âgées L accueil de la personne

Plus en détail

Charte de la personne dans son parcours personnalisé et des professionnels l accompagnant

Charte de la personne dans son parcours personnalisé et des professionnels l accompagnant Charte de la personne dans son parcours personnalisé et des professionnels l accompagnant présentation de M. RUSCH - réunion de la Commission spécialisée «droits des usagers» de la Conférence nationale

Plus en détail

Module (2J.) Prendre ses fonctions de tuteur de contrat emplois d avenir

Module (2J.) Prendre ses fonctions de tuteur de contrat emplois d avenir Objectif général Objectifs pédagogiques Contenu& durée Activité proposée Ressource associée TITRE DE SEQUENCE DUREE Séquence 1.1 Accueil présentation 45 60 (J1 matin) Partager le cadre, les objectifs et

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Ce référentiel est en cours d'actualisation par AFNOR CERTIFICATION Le référentiel LE CONTEXTE JURIDIQUE ET RÉGLEMENTAIRE DU SECTEUR SOCIAL ET MÉDICO-SOCIAL : les connaissances liées à la Loi n 2002-2

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES POUR L ANNÉE 2016

LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES POUR L ANNÉE 2016 Association déclarée le 4 juillet 2011 N W751210692 Avril 2016 LISTE DES FORMATIONS PROPOSÉES POUR L ANNÉE 2016 LA MALTRAITANCE AU REGARD DE LA LOI La définition de la maltraitance. Les textes légaux et

Plus en détail

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur

Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur Arrêté du 20 juin 2007 relatif au diplôme d Etat de moniteur-éducateur ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention Le moniteur-éducateur participe

Plus en détail

La sécurité de l identité du patient dans la certification V 2014

La sécurité de l identité du patient dans la certification V 2014 La sécurité de l identité du patient dans la certification V 2014 Mardi 3 novembre 2015 Journée interrégionale sur la qualité et la sécurité des soins en établissement de santé REQUA SRA Bourgogne L identification

Plus en détail

Synthèse de l Évaluation Externe

Synthèse de l Évaluation Externe DFT COMPÉTENCES 55 route du Manérick 44 740 BATZ SUR MER Tel : 07 60 87 58 77 www.dft-competences.com siege@dft-competences.com www.dft-competences.com Synthèse de l Évaluation Externe Équipe d évaluateurs

Plus en détail

Passer de l'évaluation interne. externe

Passer de l'évaluation interne. externe Passer de l'évaluation interne externe à l'évaluation Thématique et registre spécifique. Prévention des risques individuels et collectifs : Vers une approche complexe Pascal DREANO, CREAI Bretagne Cadre

Plus en détail

Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie

Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie Charte des Droits et Libertés de la Personne Accueillie Article 1er Principe de non-discrimination Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et d'accompagnement prévues par la loi,

Plus en détail

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS.

Les conseils de bonnes pratiques dispensées aux stagiaires sont extraits des recommandations de l HAS. Objectif Comprendre ce que l on entend par «Culture gérontologique»? Savoir la définir Maîtriser le cadre de l'intervention médico-sociale en gérontologie: légitimité éthique et déontologie Identifier

Plus en détail

REFERENTIEL COMPETENCES MASTER SANTE PUBLIQUE

REFERENTIEL COMPETENCES MASTER SANTE PUBLIQUE REFERENTIEL COMPETENCES MASTER SANTE PUBLIQUE M2 Santé Publique Parcours Management des Etablissements sanitaires et médico-sociaux Année universitaire 2017-2018 Organisation du référentiel Objectifs,

Plus en détail

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents

Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue. Charte des Droits et Libertés Des Résidents Maison de Retraite Saint-Martin 48500 La Canourgue Charte des Droits et Libertés Des Résidents Arrêté du 08 septembre 2003 relatif à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, mentionnée

Plus en détail

sur les Actions de Prévention Entreprises au sein de ses Dispositifs Institutionnels

sur les Actions de Prévention Entreprises au sein de ses Dispositifs Institutionnels sur les Actions de Prévention Entreprises au sein de ses Dispositifs Institutionnels Tous les Etablissements de la norme Médico-Sociale ont constaté ces dernières années : Une évolution de la nature des

Plus en détail

[SeP] Sociologie en Pratiques Association de sociologues et de formateurs en travail social (loi 1901)

[SeP] Sociologie en Pratiques Association de sociologues et de formateurs en travail social (loi 1901) 1 [SeP] Sociologie en Pratiques Association de sociologues et de formateurs en travail social (loi 1901) Accompagnements et soutiens aux équipes Formations-actions Sommaire * Diagnostic social local *

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social Diaporama formateurs

en établissement sanitaire, médico-social Diaporama formateurs en établissement sanitaire, médico-social Diaporama formateurs 1 Pourquoi un tel outil? Les EHPAD sont à la fois des lieux de vie et des lieux de soins Ils accueillent des personnes âgées le plus souvent

Plus en détail

Eléments de définition

Eléments de définition Eléments de définition 10 Un terme générique : projet personnalisé témoigne de la prise en compte des attentes de la personne englobe la question de l individualisation permet d inclure différents volets

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de moniteur éducateur DE ME Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention Le moniteur-éducateur

Plus en détail

Autisme et formation des travailleurs sociaux

Autisme et formation des travailleurs sociaux Autisme et formation des travailleurs sociaux 23 mars 2017 Christiane Jean-Bart Responsable secteur handicap Sophie Guennery Chef de projet secteur handicap 5 Avenue du Stade de France Immeuble Green Corner

Plus en détail

Projet d accueil d un stagiaire : Conseiller en Economie Sociale et Familiale

Projet d accueil d un stagiaire : Conseiller en Economie Sociale et Familiale Projet d accueil d un stagiaire : Conseiller en Economie Sociale et Familiale Ce document est : - Un support à la recherche de stage de l étudiant Conseiller en Economie Sociale et familiale et permet

Plus en détail

Les droits des malades Et les devoirs du médecin

Les droits des malades Et les devoirs du médecin Faculté de Médecine d Alger Service de Médecine Légale CHU Mustapha Cour préparé et présenté par ; Dr S. Laimouche Maitre Assistante en Médecine Légale Les droits des malades Et les devoirs du médecin

Plus en détail

La bientraitance à l AEHM : Principes d actions

La bientraitance à l AEHM : Principes d actions 1/5 La bientraitance à l AEHM : Principes d actions Vendredi 15 juin 2012. 9h - 17h Siège AEHM - BOUCAU Françoise Dat, Bernadette Kurutcharry, Dominique Paleix Joseph Coltat, David Vilcot Valérie Dupouy,

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR

RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Institut du Travail Social Tours RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLOME D'ÉTAT DE MONITEUR-ÉDUCATEUR Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007, Journal Officiel n 168 du 7 juillet 2007. Contexte de l intervention

Plus en détail

Le SAMSAH est situé à Tinqueux, 15 avenue Bonaparte.

Le SAMSAH est situé à Tinqueux, 15 avenue Bonaparte. Le SAMSAH est situé à Tinqueux, 15 avenue Bonaparte. Les locaux sont implantés dans le centre de la ville au sein un petit centre commercial. Ils sont desservis par les transports communs, le stationnement

Plus en détail

CREAI de Bretagne. Brest Villes santé OMS. Partenariat/réseau Santé S. mentale et Cité

CREAI de Bretagne. Brest Villes santé OMS. Partenariat/réseau Santé S. mentale et Cité 1 BREST mars 2006 Santé mentale et cité Comment améliorer le partenariat de l accompagnement, pour la continuité des soins et l insertion? Vers les réseaux? 2 A partir de logiques d actions différentes

Plus en détail

Evaluation externe de. l USLD de la Fondation Roguet SYNTHESE

Evaluation externe de. l USLD de la Fondation Roguet SYNTHESE Evaluation externe de l USLD de la Fondation Roguet 2012 SYNTHESE I. Introduction L évaluation externe a été introduite par la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale.

Plus en détail

Code d éthique CLSC. du Csss lucille-teasdale

Code d éthique CLSC. du Csss lucille-teasdale Code d éthique CLSC du Csss lucille-teasdale La mission du CSSS Lucille-Teasdale consiste à dispenser des soins, des services de santé et des services sociaux, soutenir le développement d un réseau local

Plus en détail

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE

CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE CHARTE DES DROITS ET LIBERTES DE LA PERSONNE AGEE Charte Préambule : La vieillesse est une étape de l'existence pendant laquelle chacun poursuit son accomplissement. Cette Charte a pour objectif d'affirmer

Plus en détail

L évaluation externe des services d aide et d accompagnement à domicile agréés

L évaluation externe des services d aide et d accompagnement à domicile agréés www.cabinetprin.fr Pour la reconnaissance d une dynamique d amélioration continue de la qualité de service L évaluation externe des services d aide et d accompagnement à domicile agréés Cabinet PRIN Le

Plus en détail

Responsable de Résidence Séniors (H/F)

Responsable de Résidence Séniors (H/F) FICHE DE POSTE Responsable de Résidence Séniors (H/F) 1. La position dans la structure Le Coordinateur Social intervient au sein de la Direction des Projets et Services Résidentiels, sous l autorité du

Plus en détail

L évaluation externe. Rappel du cadre règlementaire. Journée régionale 16 décembre 2010

L évaluation externe. Rappel du cadre règlementaire. Journée régionale 16 décembre 2010 L évaluation externe Rappel du cadre règlementaire Journée régionale 16 décembre 2010 Plan de l intervention Rappel du cadre règlementaire L Anesm et le dispositif des évaluateurs externes Le déroulement

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT Service d Accompagnement à la Vie Sociale Institution les Tournesols 2014-2019 Projet d Etablissement SAVS 2014-2019 Page 1 sur 12 AVANT-PROPOS Le Projet d Etablissement Le Projet

Plus en détail

Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail

Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail Objet «Rôle de l encadrement et mission du responsable d établissement dans la prévention et le traitement de la

Plus en détail

L identité Institutionnelle

L identité Institutionnelle L identité Institutionnelle A. HISTOIRE En 1958, à la demande du Parquet du Tribunal de Grande Instance de Saint Brieuc, l Association Départementale des Tutelles est créée, dans le but d exercer des mesures

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans

LE PROJET EDUCATIF LOCAL ans LE PROJET EDUCATIF LOCAL 3-18 ans PROJET EDUCATIF DE LA VILLE Une priorité La réduction des inégalités L étude diagnostique réalisée en 1999/2000 sur les actions éducatives proposées dans les temps péri

Plus en détail

L établissement inscrit les droits et l information du patient dans ses priorités. L établissement assure à tous l accès aux soins.

L établissement inscrit les droits et l information du patient dans ses priorités. L établissement assure à tous l accès aux soins. Manuel d'accréditation - Février 1999 Le patient et sa prise en charge 1. Droits et information du patient (DIP) Introduction La notion de droits du patient fait référence d une part aux droits universels

Plus en détail

La Charte de bientraitance

La Charte de bientraitance «Etre bientraitant», c est préserver l individualité, considérer la personne comme une personne à part entière et la respecter en tant que telle. La Charte de bientraitance Prendre en considération la

Plus en détail

Le référent de l usager, rôle et fonction

Le référent de l usager, rôle et fonction Formation Professionnelle des Etablissements Sociaux et Médico-Sociaux DISPOSITIF DE FORMATION MODE D EMPLOI DURÉE : 2 JOURS Le référent de l usager, rôle et fonction en établissement social et médico-social

Plus en détail

Délégations et clarification des compétences et missions des gestionnaires (élus-directeurs) d EHPA et EHPAD publics non autonomes.

Délégations et clarification des compétences et missions des gestionnaires (élus-directeurs) d EHPA et EHPAD publics non autonomes. Délégations et clarification des compétences et missions des gestionnaires (élus-directeurs) d EHPA et EHPAD publics non autonomes Juin 2012 2 Éléments introductifs Cadre juridique du Document Unique de

Plus en détail

Démarche de la création du référentiel de formation. basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif

Démarche de la création du référentiel de formation. basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif Démarche de la création du référentiel de formation basé sur le référentiel de compétence validé par le Groupe Interministériel et Associatif Enseignements fondamentaux DF 1 Individu, handicap et environnements

Plus en détail

Démarche Qualité. Cohérence et articulation avec l Anesm

Démarche Qualité. Cohérence et articulation avec l Anesm Démarche Qualité. Cohérence et articulation avec l Anesm Cyril DESJEUX Chef de projet Mardi 2 Juillet 2013 53 boulevard Ornano Pleyad 3 93200 Saint Denis Tél. : 01 48 13 91 00 Fax : 01 48 13 91 22 www.anesm.sante.gouv.fr

Plus en détail

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h)

ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE. MODULE I : DF1 (35 h) INFOR SANTE ASSISTANT DE SOINS EN GERONTOLOGIE CENTRE MODULE I : DF1 (35 h) Concourir à l élaboration et à la mise en œuvre du projet individualisé dans le respect de la personne - Repérer les besoins

Plus en détail

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014)

Livret d accueil. Equipe Spécialisée Alzheimer GER-DOC 19 - version 2 du 14/11/2013 / (21/08/2014) Livret d accueil Equipe Spécialisée Alzheimer 02.43.08.28.42 esa@ch-mayenne.fr Page 1 sur 16 Madame, Monsieur, Dans le cadre du plan national Alzheimer 2008/2012, l Agence Régionale de Santé des Pays de

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX MONITEURS EDUCATEURS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX MONITEURS EDUCATEURS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX MONITEURS EDUCATEURS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE MONITEURS EDUCATEURS 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état de Moniteur Éducateur Annexe 1 de l arrêté du 20 juin 2007 relatif au Diplôme d État de Moniteur Éducateur fixant les modalités d accès à la formation,

Plus en détail

Inter CVS Coderpa 91 18/11/13

Inter CVS Coderpa 91 18/11/13 Inter CVS Coderpa 91 18/11/13 PERSONNES AGES EN PERTE D AUTONOMIE ET DEMOCRATIE SANITAIRE Nouvelles règles à instaurer concernant les CVS Problématique La participation des usagers de la santé et du médico

Plus en détail