A PROPOS DES RECOMMANDATIONS FRANÇAISES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A PROPOS DES RECOMMANDATIONS FRANÇAISES"

Transcription

1 OSTEOPOROSE A PROPOS DES RECOMMANDATIONS FRANÇAISES SAERM MAI 2004 Professeur H. DJOUDI EHS DOUERA

2

3 L ostéoporose est une maladie diffuse du squelette, caractérisée par une diminution de la résistance osseuse entraînant un risque accru de fracture

4 Fractures ostéoporotiques surviennent après un traumatisme de faible énergie. (Chute de sa hauteur) Crâne, os de la face, rachis cervical, 3 premières vertèbres thoraciques le + souvent tumorales ou traumatiques DEUX TYPES DE FACTURE.

5 FRACTURES SEVERES ESP, ESH,Fémur distal, Tibia proximal, 3 côtes simultanées, Bassin, Vertèbres. ( associées à une augmentation significative de la mortalité) - Bliuc D et al. Mortality risk associated with low trauma osteoporo tic fracture and subsequent fracture in men and women. Jama 2009;301: Cooper C, et al. 1993;Am J Epidemiol 137(3):1001

6 FRACTURES NON SEVERES, AUTRES Avant bras (poignet) et autres sites

7 EN ABSENCE DE FRACTURE EVALUATION DU RISQUE DE FRACTURE AGE ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES + DMO FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE

8 EN DEHORS DE FRACTURE EVALUATION DU RISQUE DE FRACTURE AGE ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES + DMO FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE

9 Prévalence des fractures 1 femme / 3 après 50 ans 1 femme / 2 après 60 ans augmentation exponentielle du risque avec l âge : 100% des femmes >90 ans ont au moins une fracture

10 Taux de fracture par 1000 Personne-année Nombre de fractures PREVALENCE DES FRACTURES EN FONCTION DE LA DMO 1/3 Des fractures surviennent chez des sujets ostéopéniques Taux de fractures Nombre absolu de fractures Ostéopénie Siris et al. Arch Intern Med. 2004; 164: Intervention de facteurs autres que la DMO dans la survenue de la maladie ostéoporotique

11 EN DEHORS DE FRACTURE EVALUATION DU RISQUE DE FRACTURE AGE ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE +++ FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES + DMO FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE

12 ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE +++ Facteur le plus important de nouvelles fractures Risque conséquent dans les 2 à 3 ans suivant la fracture

13 Risque relatif (RR) Cascade fracturaire 2 EME fracture : avant 5 ans ( 80% ). 3 EME fracture : avant 3 ans ( 80% ). Les fractures vertébrales existantes constituent un facteur de risque de fractures ultérieures 8 RR 7, RR 4,7 RR 5, Ettinger 3 ans Black 3,7 ans Ross 3 ans Ettinger B, et al. JAMA 1999 Black DM, et al. J Bone Miner Res 1999 Ross PD, et al. Osteoporos Int 1993

14 ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE +++ Possible jusqu à 10 à 15 ans en cas de fractures de ESF, humérus, vertèbre

15 Recherche de fractures vertébrales Evaluation morphologique - Radiographies standards - VFA par absorptiométrie biphotonique à rayons X - dorsalgies - Perte de taille ± = 4cm (/ âge de 20ans) Perte de taille ± 2 cm - atcd fracture vertébrale

16 Recherche de fractures vertébrales Evaluation morphologique - Radiographies standards - VFA par absorptiométrie biphotonique à rayons X - dorsalgies - Perte de taille ± = 4cm (/ âge de 20ans) Perte de taille ± 2 cm - atcd fracture vertébrale

17 Recherche de fractures vertébrales Evaluation morphologique - Radiographies standards - VFA par absorptiométrie biphotonique à rayons X - dorsalgies - Perte de taille ± = 4cm (/ âge de 20ans) Perte de taille ± 2 cm - atcd fracture vertébrale

18 EN DEHORS DE FRACTURE EVALUATION DU RISQUE DE FRACTURE AGE ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES + DMO FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE

19 En l absence d antécédents de chute dans l année précédente Rechercher

20 FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES

21 TESTS DE DEPISTAGE - Get up and go 20 secondes - Appui uni podal 5 secondes - Test de la poussée sternale

22 EN DEHORS DE FRACTURE EVALUATION DU RISQUE DE FRACTURE AGE ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE + DMO

23 FACTEURS DE RISQUE DE FRACTURE

24 EN DEHORS DE FRACTURE EVALUATION DU RISQUE DE FRACTURE AGE ANTECEDENTS PERSONNELS DE FRACTURE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTES FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE + DMO

25 INDICATIONS REMBOURSEES DE LA DMO

26 Estimation du risque absolu de fracture. Outil FRAX - Quantification du risque de fracture

27 OUTIL FRAX 12 items Probabilité de survenue d une fracture de l ostéoporose majeure (fémur, poignet, humérus, tassement vertébral) dans les dix ans à venir

28

29 Insuffisances de FRAX Pas de dose réponse pour différents facteurs Pas de prise en compte du risque plus élevé des fractures vertébrales Pas de prise en compte de la densité au rachis lombaire Pas de prise en compte de certains facteurs de risque en particulier du risque de chute Pas de prise en compte des marqueurs du remodelage Applicabilité à tous les pays

30 Valeur de FRAX justifiant un traitement Fonction du niveau de ressource du pays et du coût du traitement En Grande Bretagne, en utilisant l alendronate générique, on estime que le traitement est justifié économiquement pour un FRAX > 7% pour toutes fractures ostéoporotiques Pas de seuil validé

31 Valeur de FRAX justifiant un traitement Fonction du niveau de ressource du pays et du coût du traitement En Grande Bretagne, en utilisant l alendronate générique, on estime que le traitement est justifié économiquement pour un FRAX > 7% pour toutes fractures ostéoporotiques Pas de seuil validé

32 Valeur de FRAX justifiant un traitement Fonction du niveau de ressource du pays et du coût du traitement En Grande Bretagne, en utilisant l alendronate générique, on estime que le traitement est justifié économiquement pour un FRAX > 7% pour toutes fractures ostéoporotiques Pas de seuil validé

33 Seuil d intervention

34 Valeur de FRAX qui correspond au risque calculé des femmes de même âge ayant fait une fracture Risque de fracture Majeure % Seuil d intervention thérapeutique Seuil d intervention en fonction de la valeur du FRAX pour fracture majeure de l ostéoporose selon l âge pour la France

35 SITUATIONS PARTICULIERES - CHIFFRES LIMITES

36 Utilisation de FRAX en fonction de l âge Risque de fracture Majeure % Seuil d intervention thérapeutique Seuil d intervention en fonction de la valeur du FRAX pour fracture majeure de l ostéoporose selon l âge pour la France

37 SITUATIONS PARTICULIERES - PAS DE FRAX

38 AUTRE OUTIL TBS

39 TBS MED IMAPS TBS

40 TBS r=-0.66 r=0.76 r=0.86 BMD = 1 BMD = 1 BMD = 1 TBS1 < TBS2 < TBS3

41 TBS INPUT DXA_TBS OUTPUT TBS algorithm TBS mapping AP spine Examination Image processing TBS index TBS L1-L4 = TBS MED IMAPS

42 TBS TBS scale Relative risk scale Normative curve TBS=f(Age) +/- 1 SD around the mean value Doubled risk line Patient s TBS value

43 TRAITEMENT Molécules (études contrôlées,randomisées contre placebo)

44 OBJECTIF DU TRAITEMENT Prévenir la survenue de FRACTURES dans les 5 à 10 ans

45

46 Nouvelles classes de molécules. Anticorps monoclonal humain anti RANK-L. Dénosumab Odanacatib ( produit inhibiteur de la Catepsine K) Bloquerai la résorption osseuse et augmenterai la densité osseuse lombaire et hanche (testé chez femmes ménopausées ostéoporotiques ou ostéopéniques). Calcilytiques: bloquent les récepteurs du Ca des cellules parathyroïdiennes Ronacalceret Anticorps anti-dkk1 antisclérostine

47

48 STRATEGIE THERAPEUTIQUE

49 FRACTURE NON TRAUMATIQUE D ORIGINE OSTEOPOROTIQUE Fractures sévères: ESP, ESH,Fémur distal, Tibia proximal, 3 côtes simultanées, Bassin, Vertèbres. Fractures non sévères: poignet et autres sites FACTEURS DE RISQUE D OSTEOPOROSE OU FACTEURS DE RISQUE ELEVE DE CHUTE

50 FRACTURE NON TRAUMATIQUE D ORIGINE OSTEOPOROTIQUE Fractures sévères: ESP, ESH,Fémur distal, Tibia proximal, 3 côtes simultanées, Bassin, Vertèbres. Fractures non sévères: poignet et autres sites FACTEURS DE RISQUE D OSTEOPOROSE OU FACTEURS DE RISQUE ELEVE DE CHUTE

51

52 Bisphosphonates : - Acide zolédronique (en première intention chez des patients avec FESF) - Alendronate, Risédronate, Denosumab (en 2 ème intention en relais des bisphosphonates) Ranélate de strontium Tériparatide (remboursé si présence d au moins 2 fractures vertébrales) Lyles KW, Colon-EmericCS, Magaziner JS, et al. Zoledronic acid and clinical fractures and mortality after hip fracture. N Engl J Med 2007;357:

53 FRACTURE NON TRAUMATIQUE D ORIGINE OSTEOPOROTIQUE Fractures sévères: ESP, ESH,Fémur distal, Tibia proximal, 3 côtes simultanées, Bassin, Vertèbres. Fractures non sévères: poignet et autres sites FACTEURS DE RISQUE D OSTEOPOROSE OU FACTEURS DE RISQUE ELEVE DE CHUTE

54

55 Bisphosphonates : - Acide zolédronique, Alendronate, Risédronate. - Ibandronate réservé aux sujets à faible risque de fracture périphérique âge <70 ans ou. absence des facteurs de risque suivants :. T score fémoral -3,. risque élevé de chutes,. antécédent de fracture non vertébrale. Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral - 3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales)

56 Bisphosphonates : - Acide zolédronique, Alendronate, Risédronate. - Ibandronate réservé aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales)

57 Bisphosphonates : - Acide zolédronique, Alendronate, Risédronate. - Ibandronate réservé aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale. Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales)

58 Bisphosphonates : - Acide zolédronique, Alendronate, Risédronate. - Ibandronate réservé aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales)

59 Bisphosphonates : - Acide zolédronique, Alendronate, Risédronate. - Ibandronate réservé aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales)

60 Traitement hormonal de la ménopause (THM) (50 à 60 ans), si - troubles du climatère et - ménopause récente et - intolérance ou - échec des autres traitements Si doses < aux doses recommandées pour protection osseuse, possibilité d ajouter un traitement anti ostéoporotique, si DMO reste basse ( 2 à 3 ans de traitement).

61 Traitement hormonal de la ménopause (THM) (50 à 60 ans), si - troubles du climatère et - ménopause récente et - intolérance ou - échec des autres traitement Si doses < aux doses recommandées pour protection osseuse, possibilité d ajouter un traitement anti ostéoporotique, si DMO reste basse ( 2 à 3 ans de traitement).

62 FRACTURE NON TRAUMATIQUE D ORIGINE OSTEOPOROTIQUE Fractures sévères: ESP, ESH,Fémur distal, Tibia proximal, 3 côtes simultanées, Bassin, Vertèbres. Fractures non sévères: poignet et autres sites FACTEURS DE RISQUE D OSTEOPOROSE OU FACTEURS DE RISQUE ELEVE DE CHUTE

63

64 ET EN L ABSENCE DE FRACTURE

65

66 OBJECTIF : Réduire le risque de première fracture dans les 5 à 10 ans

67 Fractures non sévères: poignet et autres sites ABSENCE DE FRACTURE DMO

68 T score < ou = -3 Traitement recommandé.

69

70

71 Bisphosphonates : acide zolédronique, alendronate, risédronate. - Ibandronate à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales) Traitement hormonal de la ménopause (THM) si troubles du climatère et ménopause récente.

72 T score > -3. Calcul de FRAX et Seuil d intervention en fonction de l âge.

73

74 Bisphosphonates : acide zolédronique, alendronate, risédronate. - Ibandronate à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Denosumab (2ème intention en relais des bisphosphonates) Raloxifène : à réserver aux sujets à faible risque de fracture périphérique : âge <70 ans ou absence des facteurs de risque suivants : T score fémoral -3, risque élevé de chutes, antécédent de fracture non vertébrale) Ranélate de strontium Tériparatide (si présence d au moins de 2 fractures vertébrales) Traitement hormonal de la ménopause (THM) si troubles du climatère et ménopause récente.

75 DURÉE DU TRAITEMENT

76 Durée du traitement Théorique. Age Rémanence d effet du traitement Tolérance osseuse et générale du traitement Evolution sous traitement

77 Durée du traitement Théorique. Age Rémanence d effet du traitement Tolérance osseuse et générale du traitement Evolution sous traitement

78 Durée du traitement Théorique. Age Rémanence d effet du traitement Tolérance osseuse et générale du traitement Evolution sous traitement

79 Durée du traitement Théorique. Age Rémanence d effet du traitement Tolérance osseuse et générale du traitement Evolution sous traitement

80 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

81 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

82 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

83 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

84 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

85 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

86 Durée du traitement Théorique. 10 ans Alendronate 7 ans Risedronate 10 ans Ranélate de strontium 8 ans Raloxifène 6 ans Acide zolédronique 18 mois Tériparatide 5 ans Denosumab

87 EVALUATION DU TRAITEMENT Indication de poursuite basée sur arguments - Cliniques : âge, survenue de fracture sous traitement, nouveaux facteurs de risque, perte de taille - Mesure DMO de fin de traitement/ début - Evaluation morphologique du rachis ( radio rachidienne, VFA en cas de dorsalgies ou de perte de taille 2cm - Dosage marqueurs de résorption(+/-)

88 EVALUATION DU TRAITEMENT Indication de poursuite basée sur arguments - Cliniques : âge, survenue de fracture sous traitement, nouveaux facteurs de risque, perte de taille - Mesure DMO de fin de traitement/ début - Evaluation morphologique du rachis ( radio rachidienne, VFA en cas de dorsalgies ou de perte de taille 2cm - Dosage marqueurs de résorption(+/-)

89 EVALUATION DU TRAITEMENT Indication de poursuite basée sur arguments - Cliniques : âge, survenue de fracture sous traitement, nouveaux facteurs de risque, perte de taille - Mesure DMO de fin de traitement/ début - Evaluation morphologique du rachis ( radio rachidienne, VFA en cas de dorsalgies ou de perte de taille 2cm - Dosage marqueurs de résorption(+/-)

90 EVALUATION DU TRAITEMENT Indication de poursuite basée sur arguments - Cliniques : âge, survenue de fracture sous traitement, nouveaux facteurs de risque, perte de taille - Mesure DMO de fin de traitement / début - Evaluation morphologique du rachis ( radio rachidienne, VFA en cas de dorsalgies ou de perte de taille 2cm - Dosage marqueurs de résorption(+/-)

91 EVALUATION DU TRAITEMENT Indication de poursuite basée sur arguments - Cliniques : âge, survenue de fracture sous traitement, nouveaux facteurs de risque, perte de taille - Mesure DMO de fin de traitement/ début - Evaluation morphologique du rachis - Radio rachidienne, - VFA en cas de - dorsalgies ou - perte de taille 2cm - Dosage marqueurs de résorption(+/-)

92 EVALUATION DU TRAITEMENT Indication de poursuite basée sur arguments - Cliniques : âge, survenue de fracture sous traitement, nouveaux facteurs de risque, perte de taille - Mesure DMO de fin de traitement/ début - Evaluation morphologique du rachis ( radio rachidienne, VFA en cas de dorsalgies ou de perte de taille 2cm - Dosage marqueurs de résorption(+/-)

93 EN PRATIQUE ARRET POSSIBLE APRES 5 ANS SI : Pas de fracture sous traitement Pas de nouveaux facteurs de risque Pas de diminution significative de DMO et en cas de fracture ostéoporotique sévère, Tscore fémoral de fin de traitement supérieur à -2,5

94 EN PRATIQUE ARRET POSSIBLE APRES 5 ANS SI : Pas de fracture sous traitement Pas de nouveaux facteurs de risque Pas de diminution significative de DMO et en cas de fracture ostéoporotique sévère, Tscore fémoral de fin de traitement supérieur à -2,5

95 EN PRATIQUE ARRET POSSIBLE APRES 5 ANS SI : Pas de fracture sous traitement Pas de nouveaux facteurs de risque Pas de diminution significative de DMO et en cas de fracture ostéoporotique sévère, Tscore fémoral de fin de traitement supérieur à -2,5

96 EN PRATIQUE ARRET POSSIBLE APRES 5 ANS SI : Pas de fracture sous traitement Pas de nouveaux facteurs de risque Pas de diminution significative de DMO En cas de fracture ostéoporotique sévère, T score fémoral de fin de traitement supérieur à -2,5

97 EN PRATIQUE ARRET POSSIBLE APRES 5 ANS SI : Pas de fracture sous traitement Pas de nouveaux facteurs de risque Pas de diminution significative de DMO En cas de fracture ostéoporotique sévère, T score fémoral de fin de traitement supérieur à -2,5

98 EN PRATIQUE CAS PAR CAS Réévaluation après 1 à 2 ans

99 Bisphosphonates? Quelle durée - Prise en compte des bénéfices et risques de continuer un traitement ou de l arrêter. Bisphosphonate therapy for osteoporosis: The long and short of it. Compston JE, Bilezikian JP J Bone Miner Res 2012, 27:

100 Quelle durée pour les traitements par bisphosphonates? Durée optimale du traitement ALN et RIS Traitement initial de 5 ans raisonnable Réévaluation du risque fracturaire à l issue, ( histoire de fracture et la DMO. -Si un congé thérapeutique est décidé, : Réévaluation du risque après 1 à 2 ans pour l ALN, après 1 an pour le RIS. ZOL Traitement 3 ans suffisant Réévaluation du besoin de traiter après 2 à 3 ans. Bisphosphonate therapy for osteoporosis: The long and short of it. Compston JE, Bilezikian JP J Bone Miner Res 2012, 27:

101 Quelle durée pour les traitements par bisphosphonates? Durée optimale du traitement ALN et RIS Traitement initial de 5 ans raisonnable Réévaluation du risque fracturaire à l issue, ( histoire de fracture et la DMO. -Si un congé thérapeutique est décidé, : Réévaluation du risque après : 1 à 2 ans ALN, 1 an pour RIS. ZOL Traitement 3 ans suffisant Réévaluation du besoin de traiter après 2 à 3 ans. Bisphosphonate therapy for osteoporosis: The long and short of it. Compston JE, Bilezikian JP J Bone Miner Res 2012, 27:

102 Quelle durée pour les traitements par bisphosphonates? Durée optimale du traitement ALN et RIS Traitement initial de 5 ans raisonnable Réévaluation du risque fracturaire à l issue, ( histoire de fracture et la DMO. -Si un congé thérapeutique est décidé, : Réévaluation du risque après : 1 à 2 ans ALN, 1 an RIS. ZOL Traitement 3 ans suffisant Réévaluation du besoin de traiter après 2 à 3 ans. Bisphosphonate therapy for osteoporosis: The long and short of it. Compston JE, Bilezikian JP J Bone Miner Res 2012, 27:

103 Quelle durée pour les traitements par bisphosphonates? Durée optimale du traitement ALN et RIS Traitement initial de 5 ans raisonnable Réévaluation du risque fracturaire à l issue, ( histoire de fracture et la DMO. -Si un congé thérapeutique est décidé, : Réévaluation du risque après 1 à 2 ans pour l ALN, après 1 an pour le RIS. ZOL Traitement 3 ans suffisant Réévaluation du besoin de traiter après 2 à 3 ans. Bisphosphonate therapy for osteoporosis: The long and short of it. Compston JE, Bilezikian JP J Bone Miner Res 2012, 27:

104 Quelle durée pour les traitements par bisphosphonates? Durée optimale du traitement ALN et RIS Traitement initial de 5 ans raisonnable Réévaluation du risque fracturaire à l issue, ( histoire de fracture et la DMO. -Si un congé thérapeutique est décidé, : Réévaluation du risque après 1 à 2 ans pour l ALN, après 1 an pour le RIS. ZOL Traitement 3 ans suffisant Réévaluation du besoin de traiter après 2 à 3 ans. Bisphosphonate therapy for osteoporosis: The long and short of it. Compston JE, Bilezikian JP J Bone Miner Res 2012, 27:

105 Denosumab : effet anti-fracturaire - Résultats à 5 ans (FREEDOM) Traitement par Dmab pendant 5 ans: Maintient la diminution du remodelage Augmente la DMO Associé à des taux bas de fractures Bonne tolérance à long terme. Five years of denosumab exposure in women with postmenopausal osteoporosis: Results from the first two years of the FREEDOM extension. Papapoulos S et al. J Bone Miner Res. 2012; 27:

106 Seeman E, Delmas PD, Hanley DA, et al. (2010) Microarchitectural deterioration of cortical and trabecular bone: Differing effects of denosumab and alendronate. J Bone Miner Res 25: Denosumab Réversibilité de l effet du traitement par Dmab. Retour aux niveaux pré-traitement du remodelage osseux après arrêt du Dmab, la réversibilité de l effet du traitement par Dmab. Cummings SR, San Martin J, McClung MR, et al. (2009) Denosumab for Prevention of Fractures in Postmenopausal Women with Osteoporosis. N Engl J Med 361: Brown JP, Prince RL, Deal C, et al. (2009) Comparison of the Effect of Denosumab and Alendronate on BMD and Biochemical Markers of Bone Turnover in Postmenopausal Women With Low Bone Mass: A Randomized, Blinded, Phase 3 Trial. J Bone Miner Res 24:

107 Denosumab Réversibilité de l effet du traitement par Dmab. Retour aux niveaux pré-traitement du remodelage osseux après arrêt du Dmab, la réversibilité de l effet du traitement par Dmab. Cummings SR, San Martin J, McClung MR, et al. (2009) Denosumab for Prevention of Fractures in Postmenopausal Women with Osteoporosis. N Engl J Med 361: Brown JP, Prince RL, Deal C, et al. (2009) Comparison of the Effect of Denosumab and Alendronate on BMD and Biochemical Markers of Bone Turnover in Postmenopausal Women With Low Bone Mass: A Randomized, Blinded, Phase 3 Trial. J Bone Miner Res 24: Seeman E, Delmas PD, Hanley DA, et al. (2010) Microarchitectural deterioration of cortical and trabecular bone: Differing effects of denosumab and alendronate. J Bone Miner Res 25:

108 Denosumab DUREE RAISONNABLE : 5 ans REEVALUATION : 1 à 2 ANS Cummings SR, San Martin J, McClung MR, et al. (2009) Denosumab for Prevention of Fractures in Postmenopausal Women with Osteoporosis. N Engl J Med 361: Brown JP, Prince RL, Deal C, et al. (2009) Comparison of the Effect of Denosumab and Alendronate on BMD and Biochemical Markers of Bone Turnover in Postmenopausal Women With Low Bone Mass: A Randomized, Blinded, Phase 3 Trial. J Bone Miner Res 24: Seeman E, Delmas PD, Hanley DA, et al. (2010) Microarchitectural deterioration of cortical and trabecular bone: Differing effects of denosumab and alendronate. J Bone Miner Res 25:

109 TERIPARATIDE Dans tous les cas : 18 mois

110 APRES VACANCES THERAPEUTIQUES QUEL TRAITEMENT?

111 EN PLUS DANS TOUS LES CAS: - MAINTIEN DE L ACTIVITE PHYSIQUE - LUTTE CONTRE FACTEURS DE CHUTE - REGLES HYGIENO-DIETETIQUES (Calcium + Vit D )

112 EN PRATIQUE DANS TOUS LES CAS: - MAINTIEN DE L ACTIVITE PHYSIQUE - LUTTE CONTRE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTE - REGLES HYGIENO-DIETETIQUES (Calcium + Vit D )

113 EN PRATIQUE DANS TOUS LES CAS: - MAINTIEN DE L ACTIVITE PHYSIQUE - LUTTE CONTRE FACTEURS DE RISQUE DE CHUTE - REGLES HYGIENO-DIETETIQUES (Calcium + Vit D )

114 CALCIUM Supplémentation calcique après évaluation de la ration calcique (Q Fardellone) Réduction significative de tous types de fractures ostéoporotiques chez 12% patients (63 897) Tang BM, Eslick GD, Nowson C. et al. Use of calcium or calcium in combination with vitamine D supplementation to prevent fractures and bone loss in people aged 50 years and older: a meta analysis. Lancet 2007;370:

115 Vitamine D et prévention des fractures : il n y a pas que l os, il y a aussi le muscle Administration de vitamine D permet d optimiser l action des bisphosphonates Combinaison alphacalcidol-alendronate associée à une diminution de l incidence des nouvelles fractures après deux ans (p < 0,02). Bénéfice imputable : à un effet osseux direct à une diminution significative du nombre de chute. De fait avec l âge, le nombre de chutes augmente avec la diminution de l expression des récepteurs à la vitamine D des myocytes. Un traitement par alpha-calcidol permet d augmenter le nombre et le diamètre des fibres musculaires de type II responsables des réactions rapides, de la force et de la fonction musculaires. Cet effet musculaire indiscutable contribue très certainement à la prévention des fractures en diminuant l incidence des chutes. Potential of alfacalcidol for reducing increased risk of falls and fractures. Ringe J.D, Schacht E Rheumatol Int 2009, 29,

116 Vitamine D et prévention des fractures : il n y a pas que l os, il y a aussi le muscle Administration de vitamine D permet d optimiser l action des bisphosphonates Combinaison alphacalcidol-alendronate associée à une diminution de l incidence des nouvelles fractures après deux ans (p < 0,02). Bénéfice imputable : à un effet osseux direct à une diminution significative du nombre de chute. De fait avec l âge, le nombre de chutes augmente avec la diminution de l expression des récepteurs à la vitamine D des myocytes. Un traitement par alpha-calcidol permet d augmenter le nombre et le diamètre des fibres musculaires de type II responsables des réactions rapides, de la force et de la fonction musculaires. Cet effet musculaire indiscutable contribue très certainement à la prévention des fractures en diminuant l incidence des chutes. Potential of alfacalcidol for reducing increased risk of falls and fractures. Ringe J.D, Schacht E Rheumatol Int 2009, 29,

117 Vitamine D et prévention des fractures : il n y a pas que l os, il y a aussi le muscle Administration de vitamine D permet d optimiser l action des bisphosphonates Combinaison alphacalcidol-alendronate associée à une diminution de l incidence des nouvelles fractures après deux ans (p < 0,02). Bénéfice imputable : à un effet osseux direct à une diminution significative du nombre de chute. De fait avec l âge, le nombre de chutes augmente avec la diminution de l expression des récepteurs à la vitamine D des myocytes. Un traitement par alpha-calcidol permet d augmenter le nombre et le diamètre des fibres musculaires de type II responsables des réactions rapides, de la force et de la fonction musculaires. Cet effet musculaire indiscutable contribue très certainement à la prévention des fractures en diminuant l incidence des chutes. Potential of alfacalcidol for reducing increased risk of falls and fractures. Ringe J.D, Schacht E Rheumatol Int 2009, 29,

118 Supplémentation en vitamine D : 1 fois par jour ou 1 fois par mois, vitamine D2 versus D3 Vitamine D3 semble plus efficace que vitamine D2 (pour augmenter les taux sériques de 25-OH vitamine D, même si la différence est faible.) La longue demi-vie de la 25-OH vitamine D permet son administration mensuelle. Le dosage de la 25-OH vitamine D doit se faire après la première semaine de l administration mensuelle, compte tenu du pic de concentration à jour 3 après chaque prise. Evaluation of Ergocalciferol or Cholecalciferol Dosing, 1,600 IU Daily or 50,000 IU Monthly in Older Adults. Binkley N, Gemar D, Engelke J et al. J Clin Endocrinol Metab. 2011;96(4):981-8.

119 Supplémentation en vitamine D : 1 fois par jour ou 1 fois par mois, vitamine D2 versus D3 Vitamine D3 semble plus efficace que vitamine D2 (pour augmenter les taux sériques de 25-OH vitamine D, même si la différence est faible.) La longue demi-vie de la 25-OH vitamine D permet son administration mensuelle. Le dosage de la 25-OH vitamine D doit se faire après la première semaine de l administration mensuelle, compte tenu du pic de concentration à jour 3 après chaque prise. Evaluation of Ergocalciferol or Cholecalciferol Dosing, 1,600 IU Daily or 50,000 IU Monthly in Older Adults. Binkley N, Gemar D, Engelke J et al. J Clin Endocrinol Metab. 2011;96(4):981-8.

120 Supplémentation en vitamine D : 1 fois par jour ou 1 fois par mois, vitamine D2 versus D3 Vitamine D3 semble plus efficace que vitamine D2 (pour augmenter les taux sériques de 25-OH vitamine D, même si la différence est faible.) La longue demi-vie de la 25-OH vitamine D permet son administration mensuelle. Le dosage de la 25-OH vitamine D doit se faire après la première semaine de l administration mensuelle, compte tenu du pic de concentration à jour 3 après chaque prise. Evaluation of Ergocalciferol or Cholecalciferol Dosing, 1,600 IU Daily or 50,000 IU Monthly in Older Adults. Binkley N, Gemar D, Engelke J et al. J Clin Endocrinol Metab. 2011;96(4):981-8.

121

122

123 Diminution de fréquence de la fracture de hanche Diminution de la fréquence des fractures de hanche Suède, Etats-Unis Canada, France notamment. Difficile de la rattacher de façon formelle à l utilisation des traitements. Hip fracture incidence is decreasing in the high incidence area of Oslo, Norway Stoen RO, Nordsletten L, Meyer HE et coll. Osteoporos Int DOI /s Jan 14.

124 «Tout faire pour éviter la 1 ère fracture» P-D DELMAS

125 «Tout faire pour éviter la 1 ère fracture» P-D DELMAS

126

Ostéoporose: hiérarchie et place des thérapeutiques

Ostéoporose: hiérarchie et place des thérapeutiques Ostéoporose: hiérarchie et place des thérapeutiques Pr Roland Chapurlat INSERM UMR 1033 et Université de Lyon Service de Rhumatologie et Pathologie Osseuse Hôpital E Herriot, Lyon Lyon, 29 septembre 2012

Plus en détail

OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE

OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE Traitement médicamenteux Recommandations actualisées 2006 Définition Maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la résistance osseuse conduisant à une

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE EN GERIATRIE MORTALITE LIEE AUX FRACTURES SEVERES RISQUE DE DECES DANS LES 3 MOIS APRES UNE FRACTURE DE HANCHE

PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE EN GERIATRIE MORTALITE LIEE AUX FRACTURES SEVERES RISQUE DE DECES DANS LES 3 MOIS APRES UNE FRACTURE DE HANCHE PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE Sous l égide de la section Os de la SFR et du GRIO EN GERIATRIE ACTUALISATION 2012 DES RECOMMANDATIONS DU TRAITEMENT DE L OSTEOPOROSE POSTMENOPAUSIQUE Karine Briot Service

Plus en détail

Traitement De L ostéoporose Post- Ménopausique Stratégie De Prise En Charge. M.Hammoumraoui - H. Djoudi Service De Rhumatologie EHS DOUERA

Traitement De L ostéoporose Post- Ménopausique Stratégie De Prise En Charge. M.Hammoumraoui - H. Djoudi Service De Rhumatologie EHS DOUERA Traitement De L ostéoporose Post- Ménopausique Stratégie De Prise En Charge M.Hammoumraoui - H. Djoudi Service De Rhumatologie EHS DOUERA Prévenir la survenue de FRACTURES dans les 5 à 10 ans CONDUITE

Plus en détail

-2.5, une version dépassée du logiciel? Karine Briot Université Paris Descartes, Service de Rhumatologie, Hôpital Cochin INSERM U 1153

-2.5, une version dépassée du logiciel? Karine Briot Université Paris Descartes, Service de Rhumatologie, Hôpital Cochin INSERM U 1153 -2.5, une version dépassée du logiciel? Karine Briot Université Paris Descartes, Service de Rhumatologie, Hôpital Cochin INSERM U 1153 Liens d intérêts Intérêts financiers: 0 Interventions ponctuelles:

Plus en détail

29/04/16. FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue FMC DINAN 29 AVRIL AVRIL la suite HAS 2014

29/04/16. FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue FMC DINAN 29 AVRIL AVRIL la suite HAS 2014 FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue 28 AVRIL 2016 la suite HAS 2014 1 INDEX FRAX http://www.shef.ac.uk/frax/tool.jsp?country=12 L'index de risque fracturaire, intitulé "WHO Fracture Assessment

Plus en détail

Docteur Magali Ballard Service de Rhumatologie Hôpital Bichat

Docteur Magali Ballard Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Docteur Magali Ballard Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Définition de l ostéoporose (OP) Maladie diffuse du squelette caractérisée par une diminution de la masse osseuse et une détérioration de la

Plus en détail

Prise en charge de l ostéoporose en 2008

Prise en charge de l ostéoporose en 2008 Prise en charge de l ostéoporose en 2008 Pascal Chazerain (GIEDA INTER-RACHIS.12 décembre 2008) Service de Rhumatologie Groupe hospitalier Diaconesses-Croix Saint Simon 75020 Paris L ostéoporose : épidémie

Plus en détail

DE QUELQUES INNOVATIONS PERSPECTIVES. Professeur H. DJOUDI EHS DOUERA

DE QUELQUES INNOVATIONS PERSPECTIVES. Professeur H. DJOUDI EHS DOUERA DE QUELQUES INNOVATIONS PERSPECTIVES Professeur H. DJOUDI EHS DOUERA Nouvelles classes de molécules. Anticorps monoclonal humain anti RANK-L. Dénosumab Calcilytiques: bloquent les récepteurs du Ca des

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji service de rhumatologie et médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji service de rhumatologie et médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji service de rhumatologie et médecine physique Hôpital Erasme OSTEOPOROSE Dépistage et prise en charge Ostéoporose Définition Epidémiologie

Plus en détail

Quelle est la pertinence du «drug holiday» dans le traitement de l ostéoporose avec les biphosphonates?

Quelle est la pertinence du «drug holiday» dans le traitement de l ostéoporose avec les biphosphonates? Quelle est la pertinence du «drug holiday» dans le traitement de l ostéoporose avec les biphosphonates? Par Noëlla Wai Lan Chan Résidente 1 UMF de Verdun Quelques statistiques au moins 1 sur 3 et 1 sur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mai 2006 BONVIVA 2,5 mg, comprimé pelliculé plaquettes thermoformées PVC-Aluminium boîte de 28 comprimés Code CIP : 371 657-8 Laboratoires ROCHE acide ibandronique

Plus en détail

Comment prévenir les fractures dues à l ostéoporose

Comment prévenir les fractures dues à l ostéoporose Comment prévenir les fractures dues à l ostéoporose TOUT DÉPEND D UN ENSEMBLE DE FACTEURS DE RISQUE L'ostéoporose est une maladie diffuse du squelette caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration

Plus en détail

Nouveaux traitements de l ostéoporose et perspectives

Nouveaux traitements de l ostéoporose et perspectives Nouveaux traitements de l ostéoporose et perspectives Dr Yves-Marie PERS CCA/AHU en immuno-rhumatologie Service de Thérapeutique des maladies ostéoarticulaires (Pr JORGENSEN) Hopital Lapeyronie, CHRU Montpellier

Plus en détail

{Définition OSTEOPOROSE. Moins dure sera la chute. Dr Jean-Louis Véran, Cabinet Paixhans, Metz. Epidémiologie Diagnostic Risque fracturaire

{Définition OSTEOPOROSE. Moins dure sera la chute. Dr Jean-Louis Véran, Cabinet Paixhans, Metz. Epidémiologie Diagnostic Risque fracturaire OSTEOPOROSE {Définition Epidémiologie Diagnostic Risque fracturaire Moins dure sera la chute Dr Jean-Louis Véran, Cabinet Paixhans, Metz Os porotique - Définition - Epidémiologie - Diagnostic - Clinique

Plus en détail

Treatment of postmenopausal osteoporosis: how to use the new French guidelines?

Treatment of postmenopausal osteoporosis: how to use the new French guidelines? Traitement de l ostéoporose postménopausique : comment utiliser les nouvelles recommandations françaises? Treatment of postmenopausal osteoporosis: how to use the new French guidelines? K. Briot* * Service

Plus en détail

L ostéoporose post-ménopausique: quelle prévalence en France? Du diagnostic à la prise en charge thérapeutique

L ostéoporose post-ménopausique: quelle prévalence en France? Du diagnostic à la prise en charge thérapeutique L ostéoporose post-ménopausique: quelle prévalence en France? Du diagnostic à la prise en charge thérapeutique Bernard Cortet Département Universitaire de Rhumatologie & EA 4490, 59045 Lille cedex CONFLITS

Plus en détail

La prise en charge de l ostéoporose

La prise en charge de l ostéoporose Traitements actuels de l ostéoporose Mots clés : Ostéoporose, fracture, FRAX, traitements anti-ostéoporotiques, effets secondaires Françoise Debiais La prise en charge de l ostéoporose bénéficie d un arsenal

Plus en détail

Vieillissement et appareil locomoteur

Vieillissement et appareil locomoteur DÉFINITION DE L OSTÉOPOROSE Vieillissement et appareil locomoteur Ostéoporose et ses conséquences fracturaires Affection diffuse du squelette caractérisée par une masse osseuse basse et des altérations

Plus en détail

Ostéoporose : Quel traitement, pour qui et pour combien de temps?

Ostéoporose : Quel traitement, pour qui et pour combien de temps? Ostéoporose : Quel traitement, pour qui et pour combien de temps? Formation continue des médecins de famille de Genève Jeudi 6 avril 2017 Dr Brigitte Uebelhart, PD Maladies osseuses HUG Ostéoporose : Quel

Plus en détail

Recommandations européennes pour le diagnostic et la prise en charge de l ostéoporose post-ménopausique

Recommandations européennes pour le diagnostic et la prise en charge de l ostéoporose post-ménopausique THE EUROPEAN SOCIETY FOR CLINICAL AND ECONOMIC ASPECTS OF OSTEOPOROSIS AND OSTEOARTHRITIS Recommandations européennes pour le diagnostic et la prise en charge de l ostéoporose post-ménopausique Produced

Plus en détail

Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire

Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire Ostéoporose : des facteurs de risque à l évaluation du risque fracturaire IUMSP 4 mars 2014 Dr Olivier Lamy Service de Médecine Interne et Centre des Maladies Osseuses, CHUV Ostéoporose : définition Maladie

Plus en détail

Avis 29 mai CALCIFORTE VITAMINE D3, comprimé à croquer, à sucer ou dispersible B/60 (CIP : ) B/180 (CIP : )

Avis 29 mai CALCIFORTE VITAMINE D3, comprimé à croquer, à sucer ou dispersible B/60 (CIP : ) B/180 (CIP : ) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 CALCIFORTE VITAMINE D3, comprimé à croquer, à sucer ou dispersible B/60 (CIP : 34009 356 682 5 7) B/180 (CIP : 34009 373 774 1 6) Laboratoire GRIMBERG DCI

Plus en détail

Prise en charge du risque. traitements

Prise en charge du risque. traitements Prise en charge du risque d ostéoporose oporose associé aux traitements Caroline Antoine, Serge Rozenberg VIème Journée de formation Cancer du sein Samedi 7 mars 2009 Qu est-ce que l ostéoporose? Etat

Plus en détail

BISPHOSPHONATES Indications. SYMPOSIUM SAERM Alger Pr. H. DJOUDI CHU DOUERA

BISPHOSPHONATES Indications. SYMPOSIUM SAERM Alger Pr. H. DJOUDI CHU DOUERA BISPHOSPHONATES Indications SYMPOSIUM SAERM Alger 22 23.05.2015 Pr. H. DJOUDI CHU DOUERA Bisphosphonates = Domaines fonctionnels de la Structure Chimique des Bisphosphonates R 1 est un groupement qui se

Plus en détail

20 ans aprés, la densitométrie osseuse. Jean-Michel POUILLES Ostéoporose Hôpital Paule de Viguier, Toulouse

20 ans aprés, la densitométrie osseuse. Jean-Michel POUILLES Ostéoporose Hôpital Paule de Viguier, Toulouse 20 ans aprés, la densitométrie osseuse Jean-Michel POUILLES UF Ménopause et Dépistage de l Ost l Ostéoporose Hôpital Paule de Viguier, Toulouse 20 ans de densitométrie osseuse 1994 - Approche diagnostique

Plus en détail

Densité osseuse basse, sans fracture Traiter ou ne pas traiter? Erick Legrand CHU et Université, Angers

Densité osseuse basse, sans fracture Traiter ou ne pas traiter? Erick Legrand CHU et Université, Angers Densité osseuse basse, sans fracture Traiter ou ne pas traiter? Erick Legrand CHU et Université, Angers Les moyens disponibles pour repérer les patients à haut risque de fracture Les facteurs de risque

Plus en détail

Traitement médicamenteux de l ostéoporose. post-ménopausique est de

Traitement médicamenteux de l ostéoporose. post-ménopausique est de doi : 10.1684/met.2006.0033 Recommandations Traitement médicamenteux de l ostéoporose post-ménopausique Recommandations. Actualisation 2006 Composition du groupe de travail : C. ROUX, président (Paris),

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe Les Jeudis de l'europe THÉRAPEUTIQUE DE L'OSTÉOPOROSE POST - MÉNOPAUSIQUE Dr S. MARTINON Centre Hospitalier St Joseph. St Luc LYON 26 novembre 2005 Les Jeudis de l'europe Changer de vision - une maladie

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES»

Journée Étude «FEMMES» Journée Étude «FEMMES» A P R È S 5 0 A N S... 2 0 0 9 2 0 1 0 M. F l o r i M. Danière. Traitement Hormonal de la Ménopause: THM Une seule indication: Les troubles du climatère : les bouffées de chaleur

Plus en détail

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool)

Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) Evaluer le risque fracturaire: l outil FRAX (Fracture Risk Assessment Tool) F. FLAISLER Service de Rhumatologie Groupe Hospitalo-Universitaire CAREMEAU, Nîmes OSTÉOPOROSE DEFINITION AFSSAPS «Maladie diffuse

Plus en détail

DXA ABSORPTIOMÉTRIE BIPHOTONIQUE AUX RAYONS X

DXA ABSORPTIOMÉTRIE BIPHOTONIQUE AUX RAYONS X DXA ABSORPTIOMÉTRIE BIPHOTONIQUE AUX RAYONS X La résistance osseuse aux contraintes dépend de : Un facteur quantitatif : masse osseuse disponible (trabéculaire et corticale) Des facteurs qualitatifs :

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POSTMENOPAUSIQUE EN GERIATRIE. Karine Briot Service de Rhumatologie Hôpital Cochin

PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POSTMENOPAUSIQUE EN GERIATRIE. Karine Briot Service de Rhumatologie Hôpital Cochin PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POSTMENOPAUSIQUE EN GERIATRIE Karine Briot Service de Rhumatologie Hôpital Cochin PRISE EN CHARGE 1 Le risque de chute est au premier plan. 2 Il existe une fracture prévalente.

Plus en détail

Ostéoporose : Quand dépister? Quand traiter?

Ostéoporose : Quand dépister? Quand traiter? STRATÉGIES Mise au point Dehbia Cherif Medecin generaliste Chef de clinique Universite Paris 7, 2 rue Lacepède, 93800 Epinay-sur-Seine dehbiacherifallain@gmail.com Tires à part : D. Cherif Résumé Souvent

Plus en détail

natalité et prolifération des ostéoblastes adipogenèse et myélopoièse ostéoclastogenèse apoptose des ostéocytes

natalité et prolifération des ostéoblastes adipogenèse et myélopoièse ostéoclastogenèse apoptose des ostéocytes Diminution de l épaisseur du mur ostéonique avec l âge Lips et al, Calcif Tissue Int 1978 Vieillissement : anomalies cellulaires natalité et prolifération des ostéoblastes adipogenèse et myélopoièse ostéoclastogenèse

Plus en détail

THM et prévention de l ostéoporose : état des lieux depuis la WHI. Florence Trémollieres Centre de Ménopause Hôpital Paule de Viguier Toulouse

THM et prévention de l ostéoporose : état des lieux depuis la WHI. Florence Trémollieres Centre de Ménopause Hôpital Paule de Viguier Toulouse THM et prévention de l ostéoporose : état des lieux depuis la WHI Florence Trémollieres Centre de Ménopause Hôpital Paule de Viguier Toulouse Estrogènes et tissu osseux : les pionniers Fuller Albright

Plus en détail

GROUPES QUALITÉ PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POST MENOPAUSIQUE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN Groupe de travail : Groupe de lecture :

GROUPES QUALITÉ PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POST MENOPAUSIQUE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN Groupe de travail : Groupe de lecture : GROUPES QUALITÉ PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POST MENOPAUSIQUE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 Groupe de travail : Groupe de lecture : Docteur JeanPierre MAIRESSE Docteur J. CHAPUIS Docteur Alain LIBERT

Plus en détail

Réduire le risque fracturaire rapidement et pour longtemps

Réduire le risque fracturaire rapidement et pour longtemps Réduire le risque fracturaire rapidement et pour longtemps Professeur Philippe BERTIN 29 novembre 2008 LES DIFFÉRENTS TYPES DE FRACTURES OSTÉOPOROTIQUES OPOROTIQUES Extrémit mité distale du radius : 40

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 05 juillet 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 05 juillet 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 05 juillet 2006 Vu la saisine de l UNCAM sur la base de l article R 161-71.3 du code de la sécurité sociale, vu l article L 161-39 du code de la sécurité sociale et vu

Plus en détail

GROUPES QUALITÉ PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POST MENOPAUSIQUE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN Groupe de travail :

GROUPES QUALITÉ PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POST MENOPAUSIQUE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN Groupe de travail : GROUPES QUALITÉ PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE POST MENOPAUSIQUE DOSSIER DOCUMENTAIRE JUIN 2009 Groupe de travail : Docteur JeanPierre MAIRESSE Docteur Alain LIBERT Docteur Pascale BOISENFRAY Docteur

Plus en détail

EFFETS OSSEUX DES HORMONOTHERAPIES SEIN ET PROSTATE DIU TENON 2008 PERTE OSSEUSE LIEE AUX TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN ET DE LA PROSTATE

EFFETS OSSEUX DES HORMONOTHERAPIES SEIN ET PROSTATE DIU TENON 2008 PERTE OSSEUSE LIEE AUX TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN ET DE LA PROSTATE PERTE OSSEUSE LIEE AUX TRAITEMENTS DES CANCERS DU SEIN ET DE LA PROSTATE Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris DENSITOMETRIE OSSEUSE DIAGNOSTIC DE L OSTEOPOROSE T -1 : ostéopénie T -2,5 : ostéoporose

Plus en détail

Bisphosphonates : idées vraies, idées fausses

Bisphosphonates : idées vraies, idées fausses Bisphosphonates : idées vraies, idées fausses Erick Legrand Service de rhumatologie CHU et Université, Angers Une équipe disponible : Astreinte 06 68 41 13 41 pour les avis urgents, l organisation des

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX Karine Briot, INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris AUGMENTATION DU RISQUE DE FRACTURE APRES CANCER DU SEIN Etude WHI

Plus en détail

Seuils d intervention thérapeutique : l état des lieux. Professeur Thierry Thomas, Saint-Etienne

Seuils d intervention thérapeutique : l état des lieux. Professeur Thierry Thomas, Saint-Etienne Seuils d intervention thérapeutique : l état des lieux Professeur Thierry Thomas, Saint-Etienne Stratégie dans l Ostéoporose Post-Ménopausique En l Absence de Fracture 60 à 80 Ans (Afssaps 2006) RECHERCHE

Plus en détail

OST OS E T OP OROS OROS Dr C. BOLOGNA

OST OS E T OP OROS OROS Dr C. BOLOGNA OSTEOPOROSE Dr C. BOLOGNA L os est un tissu vivant qui se renouvelle lentement = REMODELAGE L os est le résultat de dépôts minéraux (Calcium principalement) sur des cristaux d hydroxyapatite qui sont eux-mêmes

Plus en détail

La prise en charge de

La prise en charge de La prise en charge de l ostéoporose un travail d équipe Dr Angèle Turcotte Rhumatologue Centre de l ostéoporose et de rhumatologie de Québec 2015 Déclaration de conflit d intérêts: Aucun conflit d intérêts

Plus en détail

Cas clinique n 1n. Une femme de 64 ans dynamique

Cas clinique n 1n. Une femme de 64 ans dynamique Cas clinique n 1n Une femme de 64 ans dynamique Situation clinique Mme A., âgée de 64 ans, lit dans «Elle» que «la densitométrie est remboursée!». Elle vous consulte pour obtenir de vous un sésame ouvrant

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 21 Juillet 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 21 Juillet 2010 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 24 mai 2005 (JO du 28 avril 2005) FOSAMAX 10 mg, comprimé Plaquettes

Plus en détail

DIAGNOSTIC D OSTÉOPOROSE

DIAGNOSTIC D OSTÉOPOROSE DIAGNOSTIC D OSTÉOPOROSE UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE 150 millions de patients ostéoporotiques 1 Europe : 75 millions 2 USA : 10 millions 3 1 femme sur 3 et 1 homme sur 8 âgés de plus de 50 ans souffrent

Plus en détail

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers

Bisphosphonates et cancers. Erick Legrand CHU et Université, Angers Bisphosphonates et cancers Erick Legrand CHU et Université, Angers Les traitements de l ostéoporose Activité physique régulière 3 heures par semaine Correction des carences alimentaires en calcium Eviction

Plus en détail

FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue

FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue FRACTURE VERTEBRALE Le point de vue du rhumatologue 28 AVRIL 2016 Quand penser à une fracture vertébrale? 2/3 asymptomatiques, douleur minime ou absente u Découverte fortuite u Mesure régulière Perte de

Plus en détail

Lecture d un examen d ostéodensitométrie (DMO)

Lecture d un examen d ostéodensitométrie (DMO) Lecture d un examen d ostéodensitométrie (DMO) YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Ostéoporose fléau social silencieux La mesure de la densité minérale

Plus en détail

L OSTÉOPOROSE POST-MÉNOPAUSIQUE AMPLEUR DU PROBLEME

L OSTÉOPOROSE POST-MÉNOPAUSIQUE AMPLEUR DU PROBLEME L OSTÉOPOROSE POST-MÉNOPAUSIQUE AMPLEUR DU PROBLEME C.HAOUICHAT. H. DJOUDI Service de Rhumatologie,EHS de Douéra PALAIS DE LA CULTURE LE 7-8 MAI 2011 Priorité de santé publique (OMS) PROBLEMATIQUE Définition

Plus en détail

Vous êtes concernée!

Vous êtes concernée! Journée Mondiale contre l Ostéoporose 20 OCTOBRE 2013 Fracture sévère de votre mère : Vous êtes concernée! 20 13 DOSSIER DE PRESSE Journée Mondiale contre l Ostéoporose 20 OCTOBRE 2013 SOMMAIRE OSTÉOPOROSE

Plus en détail

Ostéoporose. Dépister, traiter : qui, quand, comment? Plan. Ostéoporose : définition. Recherche des Fx vert par DXA

Ostéoporose. Dépister, traiter : qui, quand, comment? Plan. Ostéoporose : définition. Recherche des Fx vert par DXA Ostéoporose. Dépister, traiter : qui, quand, comment? Plan Fribourg, 23 avril 2015 Dr Olivier Lamy Service de Médecine Interne et Centre des Maladies Osseuses, CHUV Ostéoporose : définition Les principaux

Plus en détail

Métabolisme osseux et vieillissement

Métabolisme osseux et vieillissement Métabolisme osseux et vieillissement Autour du vieillissement 26 septembre 2013 Olivier Lamy, Service de Médecine Interne Fonctions physiologiques de l os Adapté de P. Orcel Ostéoporose : définition maladie

Plus en détail

Ostéodensitométrie. autorisant le remboursement (JO 30 juin 2006) ostéoporose ANAES 2001 Dossier prescrire 1998; 18 (183) :

Ostéodensitométrie. autorisant le remboursement (JO 30 juin 2006) ostéoporose ANAES 2001 Dossier prescrire 1998; 18 (183) : Ostéodensitométrie sources documentaires traitement de l ostéoporose post ménopausique, AFSSAPS actualisation janvier 2006 décision de l UNCAM autorisant le remboursement (JO 30 juin 2006) ostéoporose

Plus en détail

DIABETE ET OSTEOPOROSE

DIABETE ET OSTEOPOROSE DIABETE ET OSTEOPOROSE S.Lehtihet, C.Haouichat, H.Bouraouia, N.Hamoumraoui H.Djoudi SAERM 13 ème Congrès National 22 et 23 mai 2015 Alger Les études épidémiologiques les plus récentes et portant sur de

Plus en détail

Conséquences de l Ostéoporose

Conséquences de l Ostéoporose L Ampleur et les Conséquences de l Ostéoporose Suzanne Morin MD MSc Université McGill 13 ièmes Journées Annuelles de Santé Publique- 11 mars 2010 Définition: L'ostéoporose est caractérisée: Par une faible

Plus en détail

Evaluation économique de la prise en charge de l ostéoporose

Evaluation économique de la prise en charge de l ostéoporose Evaluation économique de la prise en charge de l ostéoporose Université de Liège, 8 février 2010 Défense publique de thèse de doctorat Mickaël Hiligsmann Mickaël Hiligsmann Page 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Actualisation 2016/2017 des recommandations du traitement de l ostéoporose post-ménopausique. Karine Briot, chargée de projet

Actualisation 2016/2017 des recommandations du traitement de l ostéoporose post-ménopausique. Karine Briot, chargée de projet Actualisation 2016/2017 des recommandations du traitement de l ostéoporose post-ménopausique Karine Briot, chargée de projet LIENS Liens D INTERETS d intérêts (K BRIOT) n Interventions ponctuelles Honoraires

Plus en détail

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX. INSERM U Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris

OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX. INSERM U Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET TRAITEMENTS ANTIHORMONAUX INSERM U 1153 - Université Paris Descartes, rhumatologie, hôpital Cochin, Paris OSTEOPOROSE ET CANCER DU SEIN + (Surpoids) Tamoxifène - Cancer Ovariectomie Chimiothérapie

Plus en détail

L OSTEOPOROSE ET SES TRAITEMENTS

L OSTEOPOROSE ET SES TRAITEMENTS L OSTEOPOROSE ET SES TRAITEMENTS Bernard Cortet, Département Universitaire de Rhumatologie, CHU Lille & EA 432 Définition de l ostéoporose «L ostéoporose est une maladie caractérisée par une diminution

Plus en détail

L OSTEOPOROSE ET SES TRAITEMENTS

L OSTEOPOROSE ET SES TRAITEMENTS L OSTEOPOROSE ET SES TRAITEMENTS Bernard Cortet, Département Universitaire de Rhumatologie, Objectif du traitement anti-ostéoporotique: prévenir la récidive fracturaire Réduire le risque de fractures vertébrales

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 juin 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 11 juin 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 11 juin 2008 ACTONEL 75 mg, comprimé pelliculé Boîte de 2 comprimés code CIP : 384 568-9 Boîte de 6 comprimés code CIP : 384 570-3 PROCTER & GAMBLE PHARMACEUTICALS FRANCE

Plus en détail

Traitement de l'ostéoporose : quel médicament et pour qui? UEBELHART, Brigitte Florence, FERRARI, Serge Livio

Traitement de l'ostéoporose : quel médicament et pour qui? UEBELHART, Brigitte Florence, FERRARI, Serge Livio Article Traitement de l'ostéoporose : quel médicament et pour qui? UEBELHART, Brigitte Florence, FERRARI, Serge Livio Reference UEBELHART, Brigitte Florence, FERRARI, Serge Livio. Traitement de l'ostéoporose

Plus en détail

OSTEOPOROSE CORTICO-INDUITE INDUITE. Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin - Paris

OSTEOPOROSE CORTICO-INDUITE INDUITE. Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin - Paris OSTEOPOROSE CORTICO-INDUITE INDUITE Karine Briot Rhumatologie, Hôpital Cochin - Paris Liens d intd intérêts Intérêts financiers : 0 Liens durables ou permanents : 0 Interventions ponctuelles :Amgen, Lilly,

Plus en détail

Traitements de l ostéoporose chez l insuffisant rénal chronique. Dr. Luc Radermacher

Traitements de l ostéoporose chez l insuffisant rénal chronique. Dr. Luc Radermacher Traitements de l ostéoporose chez l insuffisant rénal chronique Dr. Luc Radermacher Plan Reins et Os. Reins et médicaments. Os et médicaments. Reins, Os et médicaments. Reins et os : L ostéodystrophie

Plus en détail

Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge

Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge Hyperparathyroïdie primitive: Atteinte osseuse et stratégies de prise en charge Pascal Houillier Département de Physiologie Université Paris-Descartes Hôpital Européen Georges Pompidou INSERM U872, CNRS

Plus en détail

Comment prévenir les fractures dues à l ostéoporose

Comment prévenir les fractures dues à l ostéoporose Comment prévenir les fractures dues à l ostéoporose TOUT DÉPEND D UN ENSEMBLE DE FACTEURS DE RISQUE L'ostéoporose est une maladie diffuse du squelette caractérisée par une faible masse osseuse et une détérioration

Plus en détail

Fractures atypiques ostéoporotiques survenant sous traitements par bisphosphonate

Fractures atypiques ostéoporotiques survenant sous traitements par bisphosphonate Fractures atypiques ostéoporotiques survenant sous traitements par bisphosphonate A Amouzougan 1, D Briançon 2, MH Lafage Proust 1, P Collet 1, B Pallot Prades 1, T Thomas 1. 1 Service de Rhumatologie,

Plus en détail

Item 56. Ostéoporose. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 56. Ostéoporose. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 6 Item 56 Ostéoporose Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer une ostéoporose. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître la définition de l ostéoporose.

Plus en détail

Quand doit-on on suspecter. Une occasion manquée e? LE PRATICIEN ET L OSTEOPOROSEL L OSTEOPOROSE: QUAND TRAITER? Dr Thierry Chevalley, PD

Quand doit-on on suspecter. Une occasion manquée e? LE PRATICIEN ET L OSTEOPOROSEL L OSTEOPOROSE: QUAND TRAITER? Dr Thierry Chevalley, PD LE PRATICIE ET L OSTEOPOROSEL L OSTEOPOROSE: QUAD TRAITER? Dr Thierry Chevalley, PD Service des Maladies Osseuses et Bilan de GériatrieG Département de Réhabilitation R et GériatrieG Hôpitaux Universitaires

Plus en détail

Traitement des ostéoporoses Hassen Zrour Saoussen Service de Rhumatologie de Monastir

Traitement des ostéoporoses Hassen Zrour Saoussen Service de Rhumatologie de Monastir Traitement des ostéoporoses 2013 Hassen Zrour Saoussen Service de Rhumatologie de Monastir Introduction L OP continue à être un problème de santé publique par sa fréquence, ses complications et les dépenses

Plus en détail

Ostéoporose Faut-il se fier aux nouvelles thérapeutiques. UCL Y. Boutsen

Ostéoporose Faut-il se fier aux nouvelles thérapeutiques. UCL Y. Boutsen Ostéoporose Faut-il se fier aux nouvelles thérapeutiques UCL 31.05. 2013 Y. Boutsen Ostéoporose: DéfinitionD Maladie générale du squelette caractérisée par une masse osseuse basse et une altération de

Plus en détail

Épidémiologie de l ostéoporose. Enjeux

Épidémiologie de l ostéoporose. Enjeux Ostéoporose, éviter les excès: prescrire à bon escient. article L4113-13 du Code de la Santé Publique, institué par la Loi n 2002-303 du 4 mars 2002, art. 26 du Journal Officiel du 04.03.2002). Spécialiste

Plus en détail

Os et cancer du sein : Une relation complexe?

Os et cancer du sein : Une relation complexe? Os et cancer du sein : Une relation complexe? Florence TREMOLLIERES Centre de Ménopause et Maladies Osseuses Métaboliques Hôpital Paule de Viguier Toulouse A 50 ans Risque cumulé de cancer du sein : 9%

Plus en détail

Thérapeutique actuelle et perspectives de l ostéoporose post-ménopausique

Thérapeutique actuelle et perspectives de l ostéoporose post-ménopausique Dossier : l ostéoporose Thérapeutique actuelle et perspectives de l ostéoporose post-ménopausique Karine Briot, Christian Roux Copyright 2017 John Libbey Eurotext. Téléchargé par un robot venant de 46.3.196.60

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe. Ménopause en Qui traiter? Les Jeudis de l Europe

Les Jeudis de l'europe. Ménopause en Qui traiter? Les Jeudis de l Europe Ménopause en 2006 Qui traiter? Dr Frédérique rique COLLET Les Jeudis de l Europe LYON 22 et 23 Septembre 2006 Qui traiter? Etudes épidémiologiques Recommandations Françaises aises Balance bénéficeb risque

Plus en détail

Traitement de l'ostéoporose

Traitement de l'ostéoporose DOI : 10.1684/med.2010.0573 STRATÉGIES Francine Caulin Spécialiste du développement thérapeutique en pathologies osseuses et ménopause Mots clés : fracture, ostéoporose, prévention Le traitement de l ostéoporose

Plus en détail

Ostéoporoses : quoi de neuf en 2013?

Ostéoporoses : quoi de neuf en 2013? s : quoi de neuf en 2013? Résumé : Les données épidémiologiques récentes et l actualisation des recommandations du traitement de l ostéoporose postménopausique ont mis en avant les patients à risque de

Plus en détail

FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE. Utilité dans le dépistage et le traitement

FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE. Utilité dans le dépistage et le traitement FACTEURS DE RISQUE DE L OSTEOPOROSE POST-MENOPAUSIQUE Utilité dans le dépistage et le traitement N.Hammoumraoui - H.Djoudi service de rhumatologie EHS DOUERA Dépistage des femmes à risque Indications dans

Plus en détail

L OSTEOPOROSE 1 EPIDEMIOLOGIE

L OSTEOPOROSE 1 EPIDEMIOLOGIE L OSTEOPOROSE 1 Elle peut être définie comme une maladie osseuse métabolique caractérisée par une masse osseuse réduite et une détérioration microarchitecturale du tissu osseux, cela entraînant une fragilité

Plus en détail

Revue du Rhumatisme 74 (2007) Conférence d actualité. René Rizzoli

Revue du Rhumatisme 74 (2007) Conférence d actualité. René Rizzoli Revue du Rhumatisme 74 (2007) 939 943 Conférence d actualité Stratégie au long cours du traitement de l ostéoporose postménopausique Long-term strategy in the management of postmenopausal osteoporosis

Plus en détail

Fracture du sujet âgé

Fracture du sujet âgé Fracture du sujet âgé Dr Anne HORUSITZKY Rhumatologue CH René Pleven DINAN 16 Mars 2007 Différentes problématiques Age Femme ou homme Institution ou non Degré d autonomie Dépistage? Localisations Fracture

Plus en détail

Revue du Rhumatisme 73 (2006) Assessment and treatment of post-menopausal osteoporosis. 1. Introduction. 2. Quels examens pratiquer?

Revue du Rhumatisme 73 (2006) Assessment and treatment of post-menopausal osteoporosis. 1. Introduction. 2. Quels examens pratiquer? Société Française de Rhumatologie Les Publications sélectionnées Revue du Rhumatisme 73 (2006) 863-868 Assessment and treatment of post-menopausal osteoporosis Bernard Cortet a, Philippe Orcel b, Christian

Plus en détail

CALCIUM ET VITAMINE D, SUPPLÉMENTS NÉCESSAIRES? Ariane Bourassa et Qualilou St-Onge UMF Trois-Rivières Mai 2014

CALCIUM ET VITAMINE D, SUPPLÉMENTS NÉCESSAIRES? Ariane Bourassa et Qualilou St-Onge UMF Trois-Rivières Mai 2014 CALCIUM ET VITAMINE D, SUPPLÉMENTS NÉCESSAIRES? Ariane Bourassa et Qualilou St-Onge UMF Trois-Rivières Mai 2014 Introduction L ostéoporose affecte la structure et la solidité des os 2 millions de Canadiens

Plus en détail

Ostéoporose en gériatrie 2010. Karine Briot Service de Rhumatologie Hôpital Cochin Paris

Ostéoporose en gériatrie 2010. Karine Briot Service de Rhumatologie Hôpital Cochin Paris PRISE EN CHARGE DE L OSTEOPOROSE EN GERIATRIE Karine Briot Service de Rhumatologie Hôpital Cochin Paris DENSITOMETRIE OSSEUSE DIAGNOSTIC DE L OSTEOPOROSE T -1 : ostéopénie T -2,5 : ostéoporose OMS, 1997

Plus en détail

Ostéoporose, éviter les excès: prescrire à bon escient.

Ostéoporose, éviter les excès: prescrire à bon escient. Ostéoporose, éviter les excès: prescrire à bon escient. Séminaire UNAFORMEC-AMMPPU 19 et 20 mai 2011 Dr Nicolas Roux, rhumatologue, Hôpital Belle-Isle (Metz) article L4113-13 du Code de la Santé Publique,

Plus en détail

Prévention, diagnostic et traitement de l ostéoporose. Note de synthèse

Prévention, diagnostic et traitement de l ostéoporose. Note de synthèse Prévention, diagnostic et traitement de l ostéoporose Note de synthèse Juillet 2006 Cette note de synthèse est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication 2 avenue

Plus en détail

16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016

16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016 Paccou Julien Service de Rhumatologie CHRU Lille EA4490 PMOI Physiopathologie des Maladies Osseuses Inflammatoires 16 ème journée APHNEP 10 Mars 2016 Tumeur primitive Sein Prostate Incidence des métastases

Plus en détail

L ostéoporose. Comment mettre en pratique les nouvelles recommandations. Le cas de Madame Bergeron. Dans cet article. Par Suzanne Morin, M.D.

L ostéoporose. Comment mettre en pratique les nouvelles recommandations. Le cas de Madame Bergeron. Dans cet article. Par Suzanne Morin, M.D. Comment mettre en pratique les nouvelles recommandations Dans cet article 1. L évaluation des facteurs de risque 2. L ABC de l ostéodensitométrie 3. Mise à jour sur les bisphosphonates Par Suzanne Morin,

Plus en détail

OSTEOPOROSE DE LA FEMME MÉNOPAUSÉE. Dr Christelle BESNARD-CHARVET AMIFORM, 28 septembre 2013

OSTEOPOROSE DE LA FEMME MÉNOPAUSÉE. Dr Christelle BESNARD-CHARVET AMIFORM, 28 septembre 2013 OSTEOPOROSE DE LA FEMME MÉNOPAUSÉE Dr Christelle BESNARD-CHARVET AMIFORM, 28 septembre 2013 DÉFINITION DE L OSTÉOPOROSE OMS : maladie généralisée du squelette, caractérisée par une densité osseuse basse

Plus en détail

Considérations générales sur l ostéoporose

Considérations générales sur l ostéoporose Considérations générales sur l ostéoporose Jean-Pierre Devogelaer, Service de Rhumatologie, Cliniques universitaires Saint-Luc, Université catholique de Louvain, 1200 Bruxelles Structure de la population

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 Février 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 Février 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 Février 2007 ADROVANCE, comprimé B/4 (CIP : 378 087-2) B/12 (CIP : 378 089-5) B/40 (CIP : 570 423-7) Laboratoires BEAUFOUR IPSEN PHARMA S.A.S. Alendronate monosodique,

Plus en détail

MSD MAROC SE MOBILISE POUR LA JOURNEE MONDIALE DE L OSTEOPOROSE Au Maroc, l ostéoporose touche 37,9% des femmes ménopausées1

MSD MAROC SE MOBILISE POUR LA JOURNEE MONDIALE DE L OSTEOPOROSE Au Maroc, l ostéoporose touche 37,9% des femmes ménopausées1 DOSSIER DE PRESSE MSD MAROC SE MOBILISE POUR LA JOURNEE MONDIALE DE L OSTEOPOROSE Au Maroc, l ostéoporose touche 37,9% des femmes ménopausées1 Casablanca, 21 Octobre 2013 - MSD Maroc et la Société Marocaine

Plus en détail

FEMMES MENOPAUSE PERTE OSSEUSE TRAITEMENTS

FEMMES MENOPAUSE PERTE OSSEUSE TRAITEMENTS FEMMES MENOPAUSE PERTE OSSEUSE TRAITEMENTS LA MENOPAUSE C est la disparition définitive de la fonction ovarienne cyclique En découlent : * chute des taux hormonaux * disparition des règles * disparition

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI publié le

Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI publié le COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Tome XXXI - 2007 publié le 12.12.2007 TRENTE ET UNIÈMES

Plus en détail

OSTÉOPOROSE UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE

OSTÉOPOROSE UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE OSTÉOPOROSE UN PROBLÈME DE SANTÉ PUBLIQUE par sa prévalence : 3 à 3,3 millions de femmes concernées en France 1,2 et par ses complications 1. Avis de la HAS, Commission de la Transparence, spécialité Protelos

Plus en détail