La couverture des affections de longue durée menacée

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La couverture des affections de longue durée menacée"

Transcription

1 n 55 Nouverlllees taxe suelles mutu octobre 2011 NON NJUSTE! I À UNE MESURE page 2 voir dossier : La couverture des affections de longue durée menacée p 3 : Mise en garde contre les remèdes miracles anti-cancer p 6,7 Actualités mutuelles région Rhônes-Alpes p 9 : Visiteurs médicaux, main basse sur l Hôpital! p8 Actualités mutuelles région Bretagne p9 Actualités mutuelles région Auvergne Picardie p 10 : Ta santé t appartient MST : restez couverts P. 11 Jeu-concours Jouez & Gagnez 1 Ipad

2 l édito par Yannick Beaumont Président de la Samir C hers adhérents et lecteurs, nous vous remercions de votre fidélité. C est une nouvelle fois avec beaucoup d enthousiasme que nous vous proposons ce numéro de Bonne Santé pour examiner des sujets importants en lien avec la santé. Notre dossier sur les affections de longue durée (ALD) vous donnera des éléments sur les enjeux qui entourent cette problématique. Cet effort de compréhension et d analyse est nécessaire pour sortir de l approche purement comptable que le gouvernement nous propose et l impasse dans laquelle il nous mène sur l ensemble des thématiques de la protection sociale. Dans ce contexte général morose, il nous appartient d être combatif et de faire preuve d imagination pour sortir des schémas, dictés par les marchés financiers, et récités avec application par l équipe du Premier ministre. La pauvreté d analyse et le manque de créativité de nos élus sontdéconcertants, avec des plans de sauvetage hasardeux qui ne feront qu aggraver la situation et accentuer les mécanismes spéculatifs. il nous appartient d être combatif et de faire preuve d imagination L histoire nous montre que notre peuple a su, dans les moments les plus difficiles, se mobiliser pour créer des espaces de solidarité, générateurs d espérance et de bienêtre. Il n y a pas de fatalité, nous disposons tous des moyens pour infléchir les logiques financières qui paupérisent la plupart et structurent l accumulation de richesses de quelques-uns. Ne laissons pas notre avenir entre les mains de pseudo-spécialistes, échangeons, débattons, proposons des solutions alternatives à la pensée unique, plaçons-nous résolument dans l action pour s évader d un scénario bien orchestré. Notre prochain rendez-vous sera en janvier, aussi nous vous souhaitons de bien terminer cette année et nous vous attendons pour développer et amplifier les actions offensives entreprises par vos mutuelles pour remettre l humain au cœur des préoccupations et reconstruire les espaces de solidarité indispensables à notre émancipation. Bonne lecture n NON À UNE MESURE INJUSTE! Les mutuelles rançonnées, c est un accès aux soins réduit Le chef du gouvernement vient d annoncer un plan d économies de 12 milliards d euros. Alors que les médias ont parlé principalement des taxes sur les sodas, cigarettes ou sur les plus grosses fortunes, l annonce de la nouvelle taxe sur les mutuelles a tardé à être évoquée. Et pour cause! Quand la «taxe sur les riches» rapportera 200 millions d euros, la nouvelle taxation des garanties santé qui touchera l ensemble des mutualistes, s élèvera à 1,1 milliard. Les contrats «responsables» et solidaires de complémentaire santé voient ainsi la Taxe Spéciale sur les Conventions d Assurance, qui date tout juste d un an, passer de 3,5 % à 7 %. Cette mesure est un très mauvais coup porté à l accès aux soins et pour les 94 % de Français qui voient leurs cotisations mutualistes augmenter significativement depuis quelques années. Comme le souligne l Union fédérale des consommateurs Que Choisir, «cette hausse s ajoute à une longue liste, qui a multiplié par 7 la fiscalité sur les assurances santé entre 2005 et 2012, jusqu à atteindre 13,27 % des cotisations», alors que des enquêtes montrent la part croissante de salariés devant renoncer à des soins faute de moyens. En effet, le taux de couverture de complémentaire santé est déjà en baisse et 4 à 5 millions de Français ont dû y renoncer. C est une injustice sociale d autant plus grande que la taxe exceptionnelle de 3 % sur les plus gros revenus ne sera que temporaire. Malheureusement, cela ne sera pas le cas des mutualistes puisque le passage de la TSCA à 7 % des cotisations sera définitif. Le gouvernement a délibérément choisi de faire peser sur les usagers de la santé une très grande partie de l effort budgétaire, alors que des secteurs entiers de l économie en sont totalement exemptés, comme la richesse issue de la spéculation financière. Comment comprendre le choix de taxer les complémentaires santé, indispensables à tous les Français, y compris les moins favorisés, quand l effort demandé aux plus hauts revenus ne sera que symbolique? C est bien la preuve, après le bouclier fiscal et l allègement de l ISF qui représentent un manque à gagner de 2,3 milliards d euros, que le gouvernement continue contre vents et marées à privilégier les plus riches, et à faire payer la crise financière à ceux qui n y sont pour rien et qui voient leurs difficultés s accroître de jour en jour. Ce plan d austérité est un véritable holdup car les 2/3 des mesures portent sur les familles et les salariés. Qu on en juge par les différentes contributions : 2,91 6,14 milliards d euros milliards d euros entreprises familles et salariés 0,98 milliards d euros hauts revenus Telle est «l équité» des mesures voulue par le gouvernement. C est inacceptable. Alors même que l état ne cesse de procéder à des transferts de charge du régime obligatoire vers les mutuelles pour compenser les reculs de la Sécurité sociale qu il programme au travers des déremboursements de soins et de médicaments, en laissant filer les dépassements d honoraires..., cette nouvelle taxation ne permettra plus de valoriser les contrats solidaires et responsables, ouvrant ainsi grande la porte aux assurances privées, à l exclusion et à la sélection par le risque. Nos droits fondamentaux, emploi, logement, éducation, santé, sont de plus en plus remis en cause. Combien de temps faudra-t-il encore attendre pour que la question de ce nouveau coup, porté aux salariés à travers leurs mutuelles, prenne une place de plus en plus importante? Contre cette nouvelle taxe, nous ne pouvons qu espérer une mobilisation générale des mutualistes, qui pourrait être le prélude d un grand mouvement social en France. Et si toutes les mutuelles sont logiques avec ce qu elles disent ou ce qu elles écrivent, et bien, qu elles entendent le mécontentement de leurs adhérents, qu elles refusent, toutes ensemble, de payer cette taxe supplémentaire injuste et scandaleuse. n Le comité de rédaction de Bonne Santé Mutualiste. > Une pétition est disponible sur le site ou dans toutes les agences de votre mutuelle.

3 Dérives sectaires Mise en garde contre les remèdes miracles anti-cancer La Miviludes est la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires. Elle dénonce dans son rapport annuel les dangers des remèdes miracles anticancer proposés par des sectes. Georges Fenech présente les actions menées par la structure qu il préside pour lutter contre ce phénomène inquiétant. «Non, le jus de citron, le bicarbonate de soude n ont jamais guéri du cancer...» Ces remèdes Georges Fenech prétendument miracles pourraient prêter à rire, si la Miviludes n y consacrait pas une part importante de son très sérieux rapport annuel. Car les faux traitements anti-cancer pullulent et trouvent un écho favorables chez des personnes affaiblies par la maladie. Dans certains cas extrêmes, ils peuvent entraîner la mort, quand le patient substitue à sa thérapie classique un traitement inefficace ou dangereux. Le rapport distingue en fait les traitements complémentaires, comme l acupuncture ou l auriculothérapie, des pratiques non conventionnelles à visée thérapeutique (PNCAVT) qui prétendent remplacer les thérapies classiques. Les premières peuvent être utilisées en complément d un traitement oncologique classique pour en atténuer les effets. Mais elles ne peuvent pas, à elles seules, traiter le cancer. Quant aux pratiques non conventionnelles, «il s agit là d une véritable industrie et d un marché porteur pour tous les charlatans qui ont très bien compris l intérêt pour eux d investir ce champ», prévient la Miviludes. CancerInfos-Miviludes-2011-V8:Infos public 8/06/11 14:16 Page 1 Cancers, attention aux traitements miracles Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d un cancer. C est une expérience éprouvante, qui vous affecte dans de nombreux aspects de votre vie, et qui peut vous rendre vulnérable. Il arrive que des personnes ou des organisations cherchent à profiter de ce désarroi. Elles peuvent vous proposer des méthodes présentées comme plus efficaces que les traitements classiques : au moyen de prospectus déposés dans les salles d attente ; sur des sites internet ; ou encore par le bouche-à-oreille. Non validées scientifiquement, ces méthodes peuvent être dangereuses «Le cancer fait peur et les pseudo-thérapeutes exploitent cette peur.» n > une plaquette est disponible en téléchargement sur le site Du bio à la cantine, c est facile! Prônant une alimentation biologique, produite localement, de saison et en circuit court, l association La bio d ici veut introduire de la nourriture saine et fraîche dans la restauration collective. Mais qui a dit qu on ne mangera jamais bien à la cantine? L objectif du Grenelle de l environnement d un repas bio par semaine dans les cantines dès l année prochaine, les conséquences sanitaires désastreuses des pesticides, la menace des OGM, la crise de la vache folle : «il y avait urgence, on ne pouvait plus rester sans rien faire», estime Christine Viron, co-fondatrice et présidente de La bio d ici. Convaincue que «manger bio, ce n est pas du luxe, mais une nécessité pour tous, car cela diminue notre impact sur la planète, bénéficie à la santé publique et permet le maintien et le développement de producteurs biologiques à proximité des consommateurs». Cette ancienne salariée de l agroalimentaire, qui milite désormais pour le bio, a décidé de prendre les choses en main. Une BD antisectes Thomas, 16 ans, a des copains, des parents... jusqu à ce qu il croise la route d une pseudo association qui l éloigne peu à peu de sa vie, de ses proches et le rend dépendant à un projet qui n est pas le sien et à des pratiques dangereuses pour sa santé physique et mentale. L histoire est bien ficelée, le message limpide. Distribuée dans les collèges et les lycées, cette BD est née à l initiative de l ADFI NPC 1. Elle s adresse aux ados et à leurs parents. Bien plus parlant que n importe quelle campagne de sensibilisation Elle ne se contente pas d expliquer comment un jeune, ni fragile, ni isolé, devient peu à peu accro sans drogue, elle donne aussi des conseils sur comment déceler et lutter contre l influence des sectes. 1 - Association d aide aux personnes victimes des sectes Nord Pas de Calais Picardie Objectif : Changer la donne en faisant en sorte de généraliser les aliments biologiques dans les assiettes de nos cantines. En septembre 2010, elle crée donc la structure associative La bio d ici à Eteaux, puis installe une plateforme d approvisionnement à Chambéry en janvier Depuis bientôt neuf mois, l association livre une fois par semaine en produits bios plus d une quarantaine de cantines dans le Rhône-Alpes. «Et ce n est qu un début!», promet-elle, consciente, néanmoins, du long travail de pédagogie encore à réaliser auprès des élèves et des élus, notamment en fournissant aux personnels de cantine des propositions de menus bio validés par un diététicien et un cuisinier. n En bref & en chiffres : vos devis en ligne est l adresse du nouveau site internet de développement d Entis, les mutuelles de l être. Il offre un service complémentaire au site existant, qui sert de vitrine à l Union de Groupe Mutualiste. Chacun peut y obtenir un devis personnalisé pour l offre Santé & Prévoyance et tous ceux qui souscriront à une garantie Santé & Prévoyance avant la fin de l année, vont bénéficier d une réduction de 20 % sur leur première année de cotisation. n Solidarité La Cyclosportive de 9 de Cœur «La pratique du vélo nous rappelle qu en sport rien n est gagné d avance», rappelle Jean- Pierre Papin. Son association 9 de Cœur se bat pour offrir des petits bonheurs quotidiens, aux enfants souffrant de lésions cérébrales et à leurs parents et obtenir peut-être un jour une grande victoire. «C est ensemble que l on doit avancer pour gagner», déclare le président et fondateur de 9 de Cœur. Pour la 2 e édition de la course, les Mutuelles de France ont renouvelé leur engagement. Trois parcours étaient proposés aux participants, qui étaient 250 de plus qu en 2010, aux Carroz le 3 juillet dernier. Plus de personnes se sont inscrites à l une des trois courses de la cyclosportive. La première s étalait sur 90 km, le deuxième 110 avec un col et la dernière 130 avec trois cols à gravir. Sous un soleil radieux, un large public encourageait les coureurs. Beaucoup de visiteurs sont venus sur le stand des Mutuelles de France, où ils ont pu bénéficier d un dépistage optique, de soins et de nombreux conseils de prévention à destination des cyclistes. Les massages de la tête et des mains d une naturopathe ont évidemment été très appréciés après autant d efforts! n 3

4 La couverture des affections longue durée menacée Le dossier de Bonne Santé, la revue d Entis, les mutuelles de l être. Un décret datant de juin 2011, supprime l hypertension artérielle (HTA) de la liste des ALD, au motif que «l HTA est la seule affection de longue durée à constituer un facteur de risque (cardiovasculaire) et non une pathologie avérée». Ainsi, les nouveaux patients atteints d HTA ne pourront plus bénéficier de l exonération du ticket modérateur pour les soins et traitements en rapport avec cette affection. Cela ne concerne toutefois pas les personnes déjà assurées en ALD pour cette affection, qui continueront donc de bénéficier de la prise en charge à 100 %. Entretien Est-ce que la santé est une marchandise comme tout autre produit de consommation courante? Le professeur André Grimaldi, diabétologue à l hôpital de la Pitié Salpétrière et président du Mouvement de défense de l hôpital public, réagit à ce décret et répond aux questions de Bonne Santé sur les avantages de la prise en charge à 100 % des patients atteints d une des 30 maladies classées comme affections de longue durée, en particulier les diabétiques. Qu est-ce qui motive de la part du gouvernement ce premier coin enfoncé dans le forfait ALD? A.G. : Ce qui motive cette mauvaise action, c est la volonté à la fois de limiter la dépense publique et d augmenter la part revenant aux assurances complémentaires, c est-à-dire aux mutuelles et aux assurances privées. Comme les primes des complémentaires ne dépendent pas des revenus des assurés, elles coûtent relativement beaucoup plus cher à ceux qui ont moins de moyens qu aux personnes riches et elles sont donc un facteur d inégalité. De plus, la prime est modulée en fonction du risque du patient, notamment en fonction de l âge. Il y a donc là encore une remise en cause de l égalité face à la maladie. Enfin, les frais de gestion des mutuelles et des assurances privées dépassent largement 15 % de leur chiffre d affaire quand les frais de gestion de la Sécurité sociale et des assurances publiques en général, sont inférieurs à 5 %. La restriction des ALD est donc une perte pour les malades et pour la société, elle représente un gain certain pour les assureurs, et peut être à court terme et seulement à court terme pour la dépense publique. C est au mieux une politique à courte vue, au pire c est une politique au service d intérêts privés! Quels sont les avantages et les inconvénients que vous trouvez dans la prise en charge à 100 % des patients, dont la maladie est classée en ALD? A.G. : La prise en charge à 100 % des patients diabétiques n a que des avantages et pas d inconvénient, comme l ont montré toutes les études. Dès qu il y a un reste à charge pour les patients, en l absence de symptôme, les patients, y compris ceux qui en ont les moyens financiers, sont moins observants. Ils font moins d examens nécessaires et notamment moins de contrôle du fond d œil, et suivent moins leur traitement. Ceci a été bien établi par des études américaines concernant les patients ayant fait un infarctus du myocarde et y compris chez les patients ayant participé à la grande étude diabétologique du DCCT 1. Pendant l étude, la prise en charge des traitements étant gratuite, les malades étaient plus observants qu après. En effet, après l étude, l observance variait en fonction de la qualité de la couverture sociale du patient, indépendamment de leur statut socio-culturel. Une étude épidémiologique comparative portant sur des diabétiques anglais et américains a permis de conclure que le fait d être américain est en soi un facteur de complication du diabète indépendamment des autres facteurs, y compris du niveau socioculturel. Cela ne s explique pas par des raisons génétiques, cela s explique par la différence de système de santé. Une couverture maladie centré essentiellement sur le soin et comportant un reste à charge important pour les patients, obtient un moins bon résultat qu un système de santé gratuit intégrant la prévention. Est-ce qu une restriction des conditions d accès aux ALD 30 pourrait fermer l accès aux soins de certains patients? Lesquels? Quelles seraient alors les conséquences sur leur santé? A.G. : Une restriction d accès aux ALD 30 serait très pénalisante pour les patients diabétiques n ayant pas droit à la CMU et n ayant pas d assurance complémentaire. Environ 15 % des Français renoncent à des soins pour des raisons financières. Ils sont 30 % parmi ceux qui n ont pas d assurance complémentaire. On peut facilement conclure qu un certain nombre de diabétiques renonceront à des soins, d autant que le diabète non compliqué n entraîne pas de symptôme : ni douleur, ni démangeaison Le nombre de diabétiques consultant à l occasion d une complication, c est-à-dire trop tard, augmentera. Pensez-vous que le gouvernement va s attaquer à la prise en charge à 100 % pour les personnes atteintes d une ALD dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale 2012 (PLFSS)? A.G. : Je ne suis pas dans la confidence. J espère qu il ne le fera pas. Ce serait une faute, et pour les patients, et pour la La prise en charge des traitements étant gratuite, les malades étaient plus observants qu après. société, car à terme cela coûtera plus cher à la collectivité. N oublions pas que les patients qui bénéficient d une inscription en ALD avec une prise en charge dite à 100 %, ont en fait des sommes non négligeables à payer par eux-mêmes. Leur montant est en effet plus important que pour les personnes n ayant pas d ALD. Pour les diabétiques, ce reste à charge se situe entre 500 et euros par an. Il évolué depuis 50 ans. Pouvez-vous l expliquer en prenant l exemple du diabète? A.G. : L état de santé des patients diabétiques s est considérablement amélioré depuis 50 ans, qu il s agisse du diabète de type 1 ou de type 2. Le diabète de type 1, insulinodépendant, a bénéficié de progrès technologiques pour l injection de l insuline, et surtout d immenses progrès dans l autogestion de la maladie par les patients eux-mêmes, grâce à l éducation théra- 1 - Le Diabetes Control and Complications Trial a été une importante étude clinique menée de 1983 à 1993 et financée par l Institut national du Diabète aux États-Unis. Bonne Santé mutualiste

5 9 millions de personnes en France souffrent d une ALD (surtout le diabète, le cancer, l hypertension et les affections psychiatrique grave), soit 15,5 % des assurés du régime général. Ils seront 17 % en 2014, selon un rapport de la CNAM (Caisse Nationale d Assurance Maladie). Pour la seule année 2010, nouveaux patients se sont vus diagnostiquer une maladie chronique, qui entraîne la prise en charge à 100 % des traitements et soins en rapport avec cette affection. peutique. Le diabète de type 2 connaît quant à lui une véritable épidémie en raison du vieillissement de la population et du développement de l obésité. Néanmoins, sa prise en charge s est améliorée grâce aux progrès d une part des antibiotiques (les complications infectieuses du diabète sont devenues beaucoup plus rares) et d autre part du traitement des facteurs de risque cardiovasculaire : hypertension, hyperlipidémie, tendance à la thrombose. Les diabétiques de type 2 ont bénéficié avec retard des traitements intensifs cardiologiques de l infarctus du myocarde. Néanmoins, beaucoup de progrès restent à faire en matière de prévention du diabète, d éducation thérapeutique des patients pour changer leur mode de vie et d alimentation, et pour améliorer l observance des traitements. Si les complications rénales ont fortement diminué dans le diabète de type 1, elles continuent d augmenter dans le diabète de type 2 ; 40 % des nouveaux dialysés chaque année sont des diabétiques, et ce sont pour l essentiel des diabétiques de type 2. De même, d immenses progrès restent à faire pour la prévention et le traitement des complications podologiques du diabète, responsables de plus de amputations par an. Comment expliquer que de plus en plus de Français souffrent de maladies chroniques graves tel que le diabète? A.G. : De plus en plus de Français souffrent de maladies chroniques, pour la bonne raison que l espérance de vie augmente. Par ailleurs, un certain nombre de facteurs d environnement sont responsables de l augmentation des maladies chroniques, par exemple l obésité dans le diabète, un certain nombre de toxiques environnementaux pour les cancers et les allergies. Par ailleurs, dans la mesure où ces patients sont de mieux en mieux soignés, ils meurent moins qu avant. Ces trois raisons vieillissement de la population, environnement délétère, progrès médicaux réduisant la mortalité expliquent le développement des pathologies chroniques. Quelles sont selon vous les différences principales entre les maladies comme la tuberculose qui nécessitent des soins pour une durée déterminée et l hypertension artérielle, le diabète, les AVC et polytraumatismes, qui imposent des soins pour le restant de la vie du patient? A.G. : Toutes les maladies sont différentes en fonction de leur symptomatologie, de leur représentation par le patient (un diabétique de type 2 dit souvent «j ai du diabète», un diabétique de type 1 ou insulino-traité dit plutôt «je suis diabétique»), de leurs conséquences sur l autonomie du patient, de leur traduction dans le regard des autres, de la durée de la maladie et de son évolution. Le propre des maladies chroniques c est qu on peut les soigner mais pas les guérir. Un jour donc on vous annonce que vous avez une maladie et que ce ne sera jamais plus comme avant et que cela sera pour toujours. Inévitablement, ce diagnostic évoque le terme, c est-à-dire la mort, et nécessite un travail d acceptation qui est assimilé au travail de deuil. Le symptôme commun à toutes les maladies chroniques est en fait l angoisse, plus ou moins refoulée par les patients et il est important qu ils puissent l exprimer. n «La notion d ALD est une conquête révolutionnaire du Conseil national de la résistance» par Bernard Teper, co-animateur du Réseau Education Populaire (REP) Que prépare le gouvernement dans le PLFSS 2012 en terme de déremboursements, hausse du reste à charge de l assuré social, remise en cause de la prise en charge à 100 % pour les personnes atteintes d une ALD et autres «mesures d économies»? Le gouvernement continue sa politique de privatisation des profits et de socialisation des pertes mais le fait que nous entrons en campagne présidentielle fait que la tendance est au report des mesures les plus injustes. Le gouvernement prévoit la poursuite des processus de déremboursement, d augmentation des restes à charge après remboursement Sécu qui sont déjà en moyenne de 45 %, lorsqu on ne tient pas compte des ALD et 55 % sinon. La notion d ALD est une conquête révolutionnaire datant du Conseil national de la résistance en Toucher aux ALD, c est collaborer à l action «de défaire méthodiquement le programme du CNR!» La prise en charge des ALD représente près des deux-tiers des remboursements des régimes de base de la Sécu. On comprend que des gestionnaires comptables «lorgnent» sur ce poste. La question est donc la suivante : est-ce que la santé est une marchandise comme tout autre produit de consommation courante et on y a accès selon ses moyens financiers ou estime-t-on que la santé et la protection sociale font partie de la sphère de constitution des libertés avec l école et les services publics et dans ce cas, nous devons appliquer le principe de solidarité? Il s agit donc d un problème de société. Si on veut sérieusement diminuer le poids des ALD 1, il faut étudier les causes de ces pathologies et agir pour diminuer les facteurs de risque. Par exemple, on s est aperçu que près de certaines usines chimiques, tel ou tel cancer intervient deux fois plus qu ailleurs et bien dans ce cas, il faut agir sur les déterminants environnementaux de ces pathologies. Pour de nombreuses autres pathologies, il faut diminuer la consommation de produits sucrés ou liés à certaines graisses. Il faut donc qu au nom de la santé publique, les pouvoirs publics puissent résister aux lobbies qui poussent à cette consommation. Aujourd hui, ce sont les lobbies qui dictent leurs volontés aux hommes et femmes politiques. Voyez par exemple, la bataille menée contre la publicité des produits sucrés dans les émissions de télévision pour enfants. Ce sont toujours les représentants des lobbies qui sont écoutés par les pouvoirs publics, pas ceux qui s intéressent à la santé publique des citoyens et de leurs familles. De ce point de vue, il faut une révolution citoyenne pour changer ce rapport des forces. n 1 - Le coût moyen pour la Sécu d'un patient ALD est 7 à 8 fois supérieur à celui des patients qui ne sont pas en ALD. 5

6 Région : Rhône-Alpes Une nouvelle administratrice de la Mufti La SAMIR poursuit son action de Prévention Cet été, des administrateurs de la SAMIR ont suivi une journée de formation sur le thème de la prévention. L objectif était d acquérir des connaissances dans la conception et l organisation d actions de prévention.. Pascale Burlet a été élue au Conseil d administration de la Mufti lors de l AG de juin. À 51 ans, la directrice du département des affaires générales de la Chambre des métiers et de l artisanat de l Isère, nous parle de ses motivations et ses missions d administratrice. «Tout a commencé lorsque j ai participé, il y a dix ans, à un groupe de travail pour que les salariés de la Chambre des métiers et de l artisanat bénéficient d une complémentaire santé. J aimais déjà le monde associatif avant d être élue par les adhérents de la mutuelle. Je retrouve le même fonctionnement démocratique qu au sein du Conseil municipal de La Flachère, le village où j habite, où je siège. Les débats sont sains et intéressants et ne se perdent pas en polémiques stériles. J ai trouvé que le directeur de la Mufti, Aldo Vitale, partageait de nombreuses informations et documents avec les administrateurs lors des réunions du CA auxquelles j ai assisté. Chacun, parmi la douzaine d administrateurs présents, peut participer aux commissions de travail de son choix. Lorsque j ai pris mes fonctions, je ne connaissais pas bien l histoire et le projet politique de la Mutuelle Familiale des Travailleurs de l Isère. Désormais, je comprends et partage les choix qui ont été faits de rejoindre l union de groupes mutualistes Entis, les mutuelles de l être et de quitter la Fédération des Mutuelles de France après sa fusion avec la Mutualité française.» n Depuis deux ans, avec l offre de la Gamme OMEGA, la SAMIR a inséré dans ses garanties des prestations de prévention adaptées à la situation des adhérents. La SAMIR est très attachée à ses actions de Prévention pour une meilleure santé de tous. La mutuelle souhaite promouvoir une démarche originale de prévention par des actions à dimension collective, solidaires et non culpabilisantes et qui favorisent l échange entre les participants. Depuis deux ans, avec l offre de la Gamme OMEGA, la SAMIR a inséré dans ses garanties des prestations de prévention adaptées à la situation des adhérents. On retrouve ainsi suivant son âge et sa structure familiale, des prestations forfaitaires pour licences sportives, la mallette M BB, distribuée à chaque nouveau-né et axée sur la prévention des accidents domestiques et la nutrition des enfants. Il y a également des prises en charge pour la contraception, la vaccination, le sevrage tabagique, des traitements de lutte contre l ostéoporose et la participation à diverses campagnes de dépistages La SAMIR relaie également l information des campagnes nationales et des brochures de l INPES sont disponibles gratuitement dans les agences. Ces éléments constituent une première étape dans l intervention de la mutuelle en matière de prévention. Le Conseil d Administration examinera les possibilités de développer d autres actions, afin de renforcer la stratégie globale de la mutuelle et ses valeurs. Actuellement, dans le cadre du partenariat avec l AS Valence, nouvellement promue en CFA (ex-national 2), la SAMIR prépare trois interventions au sein du club. Le thème retenu relève de la physiologie, c est-à-dire la compréhension des phénomènes physiques induits par l activité sportive. Des informations sur l hygiène de vie seront fournies, ainsi avec des notions générales de nutrition, d hydratation et de sommeil à adapter lors de la pratique intensive du football. Le contenu sera différent en fonction du public. Pour les joueurs de l équipe fanion, une rencontre sera organisée avec des professionnels de santé. Après les exposés du médecin du sport et du nutritionniste, un temps sera laissé pour les échanges afin qu il y ait un partage d expériences entre les différentes générations de joueurs, l encadrement et les professionnels de santé. La deuxième action s adresse aux éducateurs afin qu ils puissent intégrer ces problématiques dans leur travail. Enfin, nous préparons à destination des élèves de l école de foot une plaquette au contenu accessible et pédagogique. L ensemble du projet est porté par le club et d autres partenaires sont partie prenante dans la réalisation de ces actions. n En bref & en chiffres La rentrée des agences L'agence d'annecy relookée Avec ses horaires d'ouverture rallongés et son aménagement intérieur repensé, le bureau mutualiste d'annecy est plus que jamais prêt à vous recevoir. La décoration, l'éclairage et le mobilier sont neufs. Pour vous offrir la confidentialité nécessaire lorsque vous êtes avec votre conseiller mutualiste, des cloisons et une isolation acoustique ont été installées. Une borne pour cartes Vitale et un lecteur de cartes bleues sont à votre disposition. L'agence est également équipée d'un défibrillateur cardiaque. Dans l'espace d'attente, un écran projette des programmes sur les services et informations proposés en ligne par Entis, les mutuelles de l'être, ainsi que la météo. Adresse : 5, rue de la Gare Annecy Tél. : Fax. : Du lundi au samedi matin de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 18 h n Les administrateurs, Marin Romand et Sylvie Moritz, qui tiendront le bureau et d Audrey Kurowski (responsable du secteur). Une nouvelle agence à Montbrison L'agence Mutuelles de France Loire Forez de Montbrison a été inaugurée le 13 septembre en présence de responsables mutualistes, de salariés et d'élus. Adresse : 9 Bld de la Préfécture, Montbrison Tél. : Ouverture : du lundi au vendredi : 8 h h 30 et 13 h 30 (14 h le mercredi) - 18 h. le samedi : 8 h - 12 h 30 n Nouvelles enseignes à la MUFTI Des enseignes portant le nouveau logo de la MUFTI ont été apposées dans tous ses bureaux mutualistes. L'agence de Voiron a, quant à elle, subi une rénovation intérieure, afin de pouvoir vous accueillir dans les meilleures conditions. Adresse : 8, rue des quatre chemins Voiron Tél. : Ouverture du mardi au vendredi de 8 h 30 à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h 30 et le lundi de 12 h 30 à 17 h 30. n L agence de Lons-le-Saunier déménage L agence, auparavant située au 1, rue tamisier à Lons-le-Saunier déménage au 35, avenue Jean Moulin dans la même ville. Ses nouveaux horaires : le mardi : de 8 h à 12 h et 13 h 30 à 17 h 30, le jeudi : de 8 h à 18 h non-stop (marché), le vendredi : de 8 h à 12 h et 13 h 30 à 17 h 30. n Bonne Santé mutualiste

7 communauté entis Protégez-vous bien! La MAS, votre Mutuelle d Assurance Solidaire Pour faire suite à la création de la MAS dédiée à l assurance des biens (auto, habitation, etc.) en décembre dernier, nous avons obtenu l agrément de l ACP (Autorité de contrôle prudentiel) en juin, et nous sommes heureux de pouvoir désormais vous confirmez le démarrage de cette activité, à compter de la Toussaint. Les garanties seront d abord disponibles dans nos agences de proximité de HauteSavoie, puis de la Savoie, de l Isère, et de Drôme-Ardèche. Cette première phase servira de test, avant la mise en place de ces garanties auprès de nos mutuelles partenaires à compter du 1er janvier De la protection de votre véhicule à celle de votre domicile en passant par l'assurance professionnel, les produits diffusées par la Mutuelle d Assurance Solidaire concernent pas moins de six domaines. Commençons par les contrats Automobile avec trois niveaux de garanties, dont la grande nouveauté réside dans une assurance au kilomètre pour tous. Nous proposons également des contrats Habitation avec trois formules selon votre structure familiale (étudiant, jeune couple, famille). Par ailleurs, notre assurance Immeuble-Copropriété offre deux choix de protection. La MAS diffuse aussi une assurance Route Tranquille (Contrat renforçant la garantie Automobile destiné aussi bien aux professionnels qu'aux particuliers), une assurance Professionnel, (dédiée aux commerçants, artisans et professions libé- rales), une assurance Vie Tranquille qui permet de sécuriser le budget familial et une assurance Juridique très complète pour les professionnels et les particuliers. Tous ces contrats ont été étudiés avec soin, pour satisfaire chaque adhérent dans un souci d esprit d ouverture Mutualiste avec des garanties complètes à des tarifs attractifs. La proximité de nos bureaux mutualistes vous permettra de faire réaliser sur place des études personnalisées de vos contrats. VOTRE AVIS NOUS EST ESSENTIEL! Devenez Adhérent Référent Qu est-ce que la Communauté Entis? La Communauté Entis est le nom du panel en ligne que nous initions pour comprendre, analyser et anticiper les souhaits des adhérents et les placer ainsi au cœur de nos métiers. Des contrats étudiés avec soin pour satisfaire chaque adhérent dans un souci d esprit Mutualiste La gestion de vos sinistres sera assurée en direct par nos équipes, vous évitant ainsi les longs délais de procédures que vous pouvez rencontrer chez de nombreux assureurs. Proximité, Rapidité, Sécurité se rajoutant aux valeurs que nous défendons déjà devraient vous permettre de venir rapidement nous rejoindre. n 2 C est un échantillon d adhérents volontaires appelés Adhérents Référents que nous uêtes consultons régulièrement par le biais d enq en ligne sur des sujets en lien plus ou moins direct avec l environnement mutualiste. Pour donner une dimension relationnelle aux mutuelles, basée sur l écoute de leurs adhérents, et parce qu il y a nécessité de consulter, d échanger, de créer du lien et de donner du sens afin de créer la confiance. 3 Pour quelles raisons devenir Adhérent Référent? primer Parce que c est un moyen d ex faction satis sa er ifest man son opinion, de de ou insatisfaction, de faire part ses attentes, de s impliquer et faire progresser sa mutuelle mais aussi et surtout de La SAMIR pour une prise en charge solidaire de la dépendance L AG de la SAMIR s est tenue le 24 juin dernier à Romans. Un cinquantaine de délégués ont participé aux travaux. De riches débats ont suivi le rapport moral du CA. Au sujet de la perte d autonomie, les personnes présentes ont exprimé le souhait unanime de sa prise en charge solidaire dans le cadre des prestations de la Sécurité sociale. Les thèmes de l action militante de proximité et des Comités d action mutualistes, de la répartition des richesses, de la politique du médicament et des produits sanguins, de la fiscalité et de l éducation populaire ont été abordées par les délégués et les invités. L analyse des comptes a mis en évidence la gestion rigoureuse de la mutuelle. Dans le cadre du renouvellement des administrateurs, Elizabeth De Rossi, une nouvelle candidate, a été élue membre du CA. n Qu est-ce qu un panel en ligne? Pourquoi une Communauté Entis? 4 1 gagner des CADEAUX grâce aux points collectés à chaque participation aux enquêtes en ligne. Paroles au premier membre de la Communautée Entis Comment devenir Adhérent Référent? «Pour me sentir utile» Ghislaine Morice a 34 ans et vit à Passy en Haute-Savoie. Elle exerce son métier d éducatrice spécialisée auprès d enfants polyhandicapés. Paroles du premier membre de la Communautée Entis. «Je me suis portée volontaire pour rejoindre la Communauté Entis, après avoir lu l annonce dans le Bonne Santé. Je suis prête à donner un peu de mon temps pour aider. Je participe déjà à la grande enquête NUTRINET sur la nutrition des Français. Cela me permettra également, je l espère, d être mieux informée, plus proche et de me sentir utile. M impliquer en tant qu Adhérente Référente au sein de la Communauté Entis signifie pour moi être consultée et donner mon avis. C est important!» n Via Internet, en quelques clics : c est simple, rapide et gratuit, sans engagement. Vous vous connectez sur le site : 5 Vous vous inscrivez puis complétez votre profil afin de recevoir les enquêtes qui vous concernent. Vous répondez aux questions et gagn ez des points que vous pouvez échanger contre des cadeaux. Nous avons besoin de vous et nous comptons sur vous! jusqu au 31 octobre : vos points d inscription doublés LES MUTUELLES DE L'ÊTRE L E S M U T U E L L E S D E L ' Ê T R E Cette offre ne s applique que pour les mutuelles suivantes : Mutuelle Familiale de Haute-Savoie, Mufti, Mutuelle de France Samir, Mutuelle Générale de Belfort, Mutuelle Familiale des Travailleurs Indépendants, Mutuelle des Personnels de Santé, Mutuelle des Frontaliers & Internationaux, Mutuelle Familiale des Retraités, Mutuelle des Agents des Services Publics, Mutuelle Familiale CentreEst, Mutuelle Générale de France. 7

8 Région : Bretagne /// Mutuelle Familiale de France Qu est-ce qu une assemblée générale? Une assemblée générale est le rendezvous annuel de tous les mutualistes ou sociétaires, représentés par des délégués qui ont été élus pour les représenter. Elle peut être «ordinaire» ou «extraordinaire». Les délégués débattent, puis votent sur les résolutions qui leur sont soumises, selon un ordre du jour proposé par le conseil d administration (CA). L assemblée générale permet à tous les sociétaires de se prononcer sur les comptes de l année écoulée, sur le budget prévisionnel, sur l élection du CA. Elle prend toutes les décisions statutaires et juridiques. Elle est souveraine dans tous ses choix. À la Mutuelle Familiale de France, l assemblée générale se tient habituellement courant juin. C est le lieu, où l ensemble des délégués, élus par les mutualistes, témoignent, partagent et échangent. C est démocratique, parce qu à la Mutuelle, le principe est un Homme une Voix. Chacun peut prendre la parole et s exprimer. Les échanges sont toujours très riches. Cette année, il y a eu les élections des délégués, et de nouvelles personnes ont proposé leur candidature. L évenement marquant est qu en plus des 59 délégués présents ou représentés, il y avait plus de cent personnes qui ont assisté à notre assemblée générale. Les témoignages de nos délégués ont été un moment fort. Ils nous permettent de prendre des décisions importantes. Nos élus sont révoltés par les dépassements d honoraires de plus en plus prohibitifs. Des jeunes, des retraités ont parlé des difficultés qu ils rencontrent pour régler leur cotisation, faute de revenus suffisants. Ils ont dit avoir conscience que sans mutuelle, ils ne pourraient plus se soigner. L actualité des nouvelles taxes qu impose le gouvernement aux mutuelles continue la casse de la protection sociale. Nos délégués mutualistes s étaient insurgés, en juin dernier, à propos des précédentes mesures gouvernementales décidées en janvier 2011, où il y avait déjà à la Mutuelle, le principe est un Homme, une Voix eu une taxe supplémentaire, collectée sur leur cotisation. Ils ont manifesté leur mécontentement sur cette façon arbitraire de payer un impôt dissimulé par le biais de leur cotisation. Nous nous sommes interrogés, sur les moyens qui pouvaient être mis en place pour combattre et rétablir une Sécurité sociale de haut niveau pour tous. Les élus mutualistes ont demandé la création d un collectif mutualiste de travail, qui s appuierait sur les réseaux sociaux, pour faire face à la dégradation de notre système de protection sociale. Le conseil d administration de la mutuelle Familiale de France a décidé de réfléchir rapidement et d organiser ce collectif, afin de répondre aux souhaits des délégués. L assemblée générale est donc le moment privilégié, qui permet de prendre ensemble toutes les décisions importantes, de veiller aux intérêts de nos mutualistes, et de prendre également toutes les mesures nécessaires à la bonne marche de notre Mutuelle. n Communiqué de la Mutuelle Familiale de France 72 Rue Lazare Carnot Lorient cédex Les dernières mesures gouvernementales (Cf. l article Non à une mesure injuste! en p. 2) mettent à mal la Mutualité et donc les Mutualistes. La Mutuelle Familiale de France, comme la Mutualité en général, dit NON à ces mesures injustes et injustifiées. Elle demande à ce que tous les groupements mutualistes boycottent le règlement de cette nouvelle taxe en refusant de la prélever sur les cotisations et de la verser à l État, ceci, afin que les mutualistes ne passent pas encore à la caisse! La Mutualité est en effet devenue collectrice d impôts. La Mutuelle Familiale de France informe ses mutualistes qu une pétition est à leur disposition, afin qu ils puissent manifester leur désaccord. La Secrétaire d État à la Santé, Nora Berra, a dit récemment sur France 3 que «les mutuelles ont de l argent!» Oui Madame Berra, les mutuelles ont des réserves imposées par l État Si elles ne se conforment pas à cette obligation elles sont dissoutes ou fermées! De qui se moque-t-on? En bref & en chiffres Algues vertes vraiment tueuses 40, c'est le nombre de sangliers dont le décès a été provoqué par des fortes concentrations en sulfure d hydrogène émis par la fermentation des algues vertes dans les Côtes d'armor cet été. L'Institut national de l'environnement industriel et des risques précise dans un rapport publié en septembre qu'il s'agit «d'un gaz irritant les voies respiratoires et neurotoxique par asphyxie». «Son odeur caractéristique d œuf pourri anesthésie l odorat quand il est très concentré». Or, à des doses chroniques, les perturbations de l odorat «sont un handicap pour la vie animale». Dans ce département, m 3 d'algues vertes ont été ramassés en juillet-août, soit 11 % de plus qu à la même période en La ministre de l'ecologie a ordonné le 9 août la fermeture de toutes les plages de Bretagne, où les algues vertes ne pouvaient pas être ramassées régulièrement. La FNE 1 estime qu'il s'agit d'une décision de bon sens face aux risques sanitaires. «Sans réduction du cheptel et remise en cause du modèle d élevage intensif, affirme la Fédération, il n y a aucune chance de voir la source d azote et de phosphore issus des élevages industriels se tarir. Il faudra pourtant choisir entre la qualité de l eau, de l air, des plages et le tourisme associé, et la production industrielle de cochons». n La MFCA dans la course! La 21 e édition de Courir a réuni près de participants devant des milliers de spectateurs dans une ambiance festive, baignée de joie et de bonne humeur. La Mutuelle Familiale Centre Auvergne s'est naturellement associée à cette initiative du CE du Centre Jean Perrin à Clermont-Ferrand de créer une équipe. 16 salariés de cette collectivité adhérents la MFCA se sont élancés avec sur leur maillot le sigle de la mutuelle. Sur le bitume tout au long du parcours de 5 ou 10 km, l'entraide et la solidarité furent de mise entre les participants. Rien de plus normal pour un mutualiste! n 1 - France Nature Environnement Bonne Santé mutualiste

9 Région : Picardie /// Mutuelle Générale de l Oise La Picardie, c est aussi... La région Picardie, c est trois cours d eau qui ont donné leurs noms à ses départements l Aisne, l Oise et la Somme. Région : Auvergne Mutuelle Familiale Centre Auvergne Exigeons un moratoire pour l hôpital de Montluçon À Montluçon, le 21 juin, près de 500 personnes ont manifesté pour défendre leur hôpital. Personnels, usagers, syndicats et élus s opposent au «rapprochement» entre la clinique détenue par un fonds de pension et l hôpital public. Les montluçonnais, soutenus par la Mutuelle Familiale Centre Auvergne (MFCA) et la Mutuelle Inter Région des Fonctionnaires Territoriaux (MIRFT), refusent les 60 suppressions d emplois programmées et également la fusion entre l établissement public et la clinique, que l Agence régionale de santé (ARS) de l Auvergne appelle de ses vœux. Le Comité de défense de l hôpital, le CODEPROD, dénonce ce marché de dupes qui ne permettra pas à l hôpital de revenir à l équilibre budgétaire, puisque la clinique privée récupérera juste les activités les plus rentables Chaque année des milliers de spectateurs viennent admirer les cerfs volants les plus fous du festival de Berck-sur-mer Mais la Picardie, c est aussi la côte. Avec la baie de Somme, un estuaire qui s étend sur 72 km2, où l on peut pêcher, chasser le gibier d eau ou simplement apprécier la nature. On y parcourt de longues plages de sable fin qui bordent des villages, merveilles de l architecture Belle époque fin xixe, comme Mers-les-Bains, Ault-Onival. On peut sillonner les chemins de planches et découvrir les cabines de plages de Cayenne-SurMer, la cité médiévale de S t -Valéry-surSomme, le petit port du Crotoy, la pinède à Quend-Plageles-Pins, et Fort- Mahon-Plage. Au sud de la côte, culminant à près de 80 mètres, se profilent les dernières falaises imposantes du pays de Caux. Au nord le massif du Marquenterre abrite un parc de hectares où l on peut notamment observer les oiseaux migrateurs. Montez à bord du chemin de fer de la baie, un «tortillard» du siècle dernier sifflant et cheminant sur le réseau des bains de mer. Embarquez à bord d authentiques voitures de la Belle époque tractées par de vaillantes locomotives à vapeur le long des ruisseaux bordés de saules et à travers les paysages verdoyants de la baie. Un sifflement, et vous voici propulsé 80 ans en arrière pour un voyage à travers le temps. C est aussi cela la Picardie! n La MGO proche de vous Nouvelle image, nouvelle voiture. Profitant du changement de sa voiture de service, la Mutuelle Générale de l'oise a décidé de faire partager son message de proximité avec l adhérent dans un esprit de solidarité. «Ce message Proche de vous, avec vous, dans un esprit solidaire n est pas qu un slogan mais bien notre état d esprit et nous entendons le faire partager autour de nous», signale son directeur Dominique Maugez. n Le budget de l hôpital doit être ré-abondé. En effet, de l argent il y en a quand il s agit de financer le secteur privé. Il y en a eu des milliards pour soutenir les banques, il y en a encore pour faire la guerre en Libye ou en Afghanistan. Par ailleurs, si la taxe sur les salaires était supprimée, cela permettrait une économie égale au déficit de l hôpital pour À l hôpital de Montluçon, après la fin de l ophtalmologie, les inquiétudes se portent sur la cardiologie, déjà amoindrie par le transfert des soins intensifs à la clinique. Les montluçonnais ont bien compris que ce qui est en jeu, c est l avenir de la santé et de l accès aux soins de leurs enfants et de leur familles. Ils refusent de donner à des actionnaires ce qu ils ont déjà payé avec leurs impôts! Les habitants de Montluçon veulent être soignés sans surcoût, ni dessous de table et exigent un moratoire aux mesures de l ARS. Fort de l appui de la population, le CODEPROD continuera à amplifier la mobilisation pour la défense de l Hôpital public et de notre système de protection sociale. Il mènera pour cela diverses initiatives avec le soutien des mutualistes de la MFCA et de la MIRFT. n Pour les hôpitaux publics Les administrateurs de la MIRFT défendent l'hôpital public de Montluçon Joignant le geste à la parole, les administrateurs de la MIFRT et des mutualistes de la MFCA ont rencontré les montluçonnais le matin du dimanche 17 juin. Profitant de la tenue du marché, ils ont engagé le débat et fait signer une pétition dénonçant la taxation des mutuelles et l'asphyxie de l'hôpital public. Apportant leur soutien au comité de défense de l'hôpital de Montluçon, ils ont obtenu plus d'une centaine de signatures en moins de deux heures, preuve de l'inquiétude de la population par rapport aux projets en cours. n L'assemblée générale de la Mutuelle Familiale Centre Auvergne s'est tenue le 23 juin. On y a évoqué les menaces d'asphyxie que la logique financière de la loi HPST, dite loi Bachelot, fait peser sur l'hôpital public. Délégués et adhérents sont tombés d'accord pour affirmer la nécessité pour les mutualistes de se réaffirmer comme acteurs de la défense de notre système de protection sociale et s'impliquent donc au maximum dans la vie de la mutuelle. En effet, redonner du sens et de l'action politique à notre mouvement grâce à des actions concrètes de terrain et diffuser largement nos valeurs de mutuelles de proximité, cela est aujourd'hui indispensable. Concernant les comptes annuels de la MFCA, il ressort un léger excédent. Les documents statutaires ont été mis à jour sans pour autant en changer le sens. Cotisations et prestations 2011 ont été validées par les délégués. Enfin, il a été procédé au renouvellement du tiers des administrateurs. L'AG s'est terminée autour d'un buffet convivial et fraternel. n 9

10 Qu est-ce que la zoothérapie? Il s agit, selon l Association de zoothérapie de l Isère (AZI), d une «intervention individuelle ou de groupe au cours de laquelle un animal sélectionné et entraîné entre en contact avec une personne dont on veut développer le potentiel affectif, moteur, cognitif et social, et ce, avec l aide d un intervenant qualifié». Visiteurs médicaux, main basse sur l hôpital! Dans son rapport, remis en juin au ministre de la Santé, l Inspection générale des affaires sociales (Igas) préconise de mettre fin à la visite médicale, qui constitue le système de promotion des médicaments auprès des médecins. Objectif: limiter la mainmise des firmes pharmaceutiques sur les prescripteurs. L animal ne juge pas, ne critique pas. Il a le pouvoir de rassembler, de susciter des réactions, de motiver, de stimuler, de faciliter la relation en ouvrant un espace de communication avec l intervenant Il a un rôle de médiateur, mais n a jamais l intention d éduquer ou de soigner. De plus, le chien, comme d autres animaux, constitue une source d affection inconditionnelle, facteur essentiel et vital pour la construction ou le renforcement de l identité du bénéficiaire. Ce dernier est rassuré, mis en confiance et ne craint pas la situation d échec. La relation à l animal est favorable à l épanouissement personnel de tout être humain, en particulier les personnes âgées, atteintes de la maladie d Alzheimer ou pas, les enfants et les handicapés. Les trois intervenants de l AZI travaillent dans le cadre de leurs compétences. «En aucun cas nous ne nous substituons aux autres intervenants médicaux ou paramédicaux (psychologues, kinésithérapeutes, ergothérapeutes...). Notre approche est complémentaire.», précise Marie-Pierre Bigillon, psychogérontologue et zoothérapeute à l AZI. n «La mission estime qu il n y a pas d alternative à la suppression de la visite médicale comme les tentatives de régulation menées depuis quelques années l ont montré», indique le rapport de l Igas sur la gouvernance du système du médicament. Pointée sévèrement du doigt aujourd hui, la profession des visiteurs médicaux est sur la sellette depuis quelques années déjà. Au nombre de en 2004, leur nombre a chuté à , sous la pression de la réforme de l assurance maladie et des mesures prises pour abaisser le coût des médicaments, en particulier la montée en puissance des génériques. D ici trois ans, ils devraient être moins de en France. Mais quel est donc ce métier finalement peu connu du grand public? Chacun peut croiser un jour ou l autre ces salariés des laboratoires dans la salle d attente d un médecin. Leur mission : faire connaître aux praticiens libéraux et hospitaliers ainsi qu aux pharmaciens les médicaments de leur employeur pour, évidemment, les encourager à les prescrire. Si leur tâche est avant tout commerciale, ils sont également chargés de faire le lien entre le laboratoire et les médecins, comme par exemple de transmettre aux fabricants de nouveaux effets secondaires constatés par les praticiens. En 2004, une charte de la visite médicale avait été mise en place pour faire face aux abus. Elle précisait notamment qu ils «ne doivent pas utiliser d incitation pour obtenir un droit de visite ni offrir à cette fin une rémunération ou un dédommagement» et interdisait le don d échantillons. Mais trois ans plus tard, l Igas épinglait des méthodes «visant notamment à circonvenir les capacités de réactions critiques des médecins». Depuis, l affaire Mediator a, une nouvelle fois, remis en question ce métier. l affaire Mediator a, une nouvelle fois, remis en question ce métier Du côté du ministre de la Santé, on relativise la proposition de l Igas. Xavier Bertrand envisage bien dans sa réforme du système du médicament une refonte de la visite médicale, mais pas sa suppression. Lui qui a pris ses fonctions en décembre dernier, juste après l éclatement du scandale du Mediator, avait pourtant promis une réforme «en profondeur». n En bref & en chiffres Hôspitalisation de jour : la chambre devient payante même sans y dormir Que vous y dormiez ou pas une chambre individuelle à l hôpital pourra désormais vous être facturée, selon un décret publié le 28 février au JO. Jusqu à présent, les personnes hospitalisées qui en journée occupaient une chambre individuelle (dans le cadre de soins ambulatoires par exemple) n avaient pas à la payer. Les établissements de santé sont, en effet, de plus en plus incités à autoriser les patients à rentrer chez eux après une intervention chirurgicale ne nécessitant pas de suivi particulier. Ce supplément n est pas remboursé par le régime obligatoire. n L Altertour, du fond, de la forme et vis-et-versa L Altertour est un relais cycliste convivial et sans compétition qui sillonne la France chaque été depuis 2008 et qui est financé par ses participants. Ces derniers, appelés altercyclistes, rencontrent des initiatives agricoles, sociales, énergétiques, économiques et solidaires, qui sont à la fois concrètes et porteuses d espoirs. Ils ont parcouru un trajet qui les a fait traverser les Alpes. Les 32 étapes de Genève au Larzac n excédaient pas 60 km par jour. Elles étaient divisées en tronçons, à l occasion desquels chacun pouvait choisir de pédaler ou de se reposer dans l alter-minibus. Une fois arrivés à l étape, des débats, visites, conférences, spectacles ou projections étaient proposés pour présenter des luttes locales ou des pratiques exemplaires de plusieurs dizaines d organisations écologistes engagées pour la sobriété énergétique. n Les dépassements d'honoraires barrent l'accès aux soins Les dépassements d'honoraires des spécialistes ont augmenté de 6,4 % par an ces dix dernières années, selon l'assurance maladie. En 2010, leur montant a atteint 2,5 milliards d'euros. Ils représentent 12 % du total des honoraires perçus par les médecins, mais 17 % de ceux des spécialistes et 32 % des honoraires des chirurgiens. En 2010, si un quart des docteurs exerçait en secteur 2, la proportion montait à plus de 4 sur 10 chez les spécialistes. Le secteur 2 a été créé en 1980 par Raymond Barre pour permettre aux médecins de gagner davantage sans que cela se répercute en totalité sur les comptes le la Sécu. Pour un tarif Sécu de 100 euros de prise en charge, les médecins facturaient 125 euros en moyenne il y 20 ans, contre 154 euros aujourd'hui. Les 54 euros de supplément sont à la charge du patient et de sa mutuelle s'il en a une. n Bonne Santé mutualiste

11 Marché des médicaments Le Formindep : transparence, combat et informations Philippe Foucras est généraliste à Nevers. Il préside le Formindep, une association de professionnels de santé et d usagers qui agit depuis 2004 pour une formation et une information médicales indépendantes de tout autre intérêt que celui de la santé des personnes. Il n a aucun lien commercial avec un laboratoire pharmaceutique. Entretien Philippe Foucras médecin généraliste, président de Formindep «Le Formindep regroupe 200 membres adhérents, qui sont essentiellement des professionnels de santé, qui promeuvent une formation et une information indépendantes des labos pharmaceutiques. Nous sommes un mouvement activiste qui se bat pour mettre en avant l obligation légale pour les professionnels qui s expriment publiquement sur un produit de santé de déclarer leurs liens commerciaux avec les entreprises fabriquant ces traitements. Il est prouvé qu une information et une formation des médecins sous influence augmentent le risque d accidents sanitaires, comme cela a été le cas dans l affaire du Médiator. Le Formindep intervient au sein de la formation de généralistes et également dans l école de santé publique de Rennes et à l université de S t -Etienne. Le deuxième axe de notre action a consisté à obtenir le décret d application de la loi Kouchner de 2002 sur la transparence de l information, qui oblige à déclarer ses liens d intérêts. Nous avons eu gain de cause en mars L année suivante, nous avons commencé à observer dans les médias grand public et médicaux et dans les formations de généralistes si la loi était respectée. Ce n était pas le cas et ça ne l est toujours pas. Par conséquent, nous avons porté plainte à titre disciplinaire auprès de l Ordre contre neuf médecins qui se sont exprimés dans la presse sans divulguer leur lien commercial avec l industrie pharmaceutique. Cette dernière choisit des professeurs leaders d opinion pour qu ils vantent les mérites de leurs produits. Nous avons posé plusieurs recours devant le Conseil d État, parce les experts chargés de rédiger les L industrie pharmaceutique choisit des professeurs leaders d opinion pour qu ils vantent les mérites de leurs produits. recommandations de la HAS 1, qui sont le socle scientifique sur lequel tous les enseignants et les médecins basent leur travail, étaient parfois également des porte-parole des labos dans leur spécialité. Je peux citer l exemple des présidents des commissions pour le diabète et pour la maladie d Alzheimer. En avril, le Conseil d État nous a donné raison. Résultat : la HAS va réviser ses recommandations et élaborer de nouvelles règles de fonctionnement en conformité avec la loi.» n Charte du Formindep Les signataires de la Charte du Formindep considèrent que les professionnels de santé reçoivent de la société la mission d exercer leur activité dans l unique intérêt de la santé des personnes, comprises dans leurs dimensions individuelle et collective. Pour cela, ils doivent viser à travailler en toute indépendance en se préservant des influences susceptibles de nuire à cette mission, en particulier venant d intérêts industriels, financiers ou commerciaux. Sous le contrôle de la société et avec l aide des autorités concernées, les professionnels de santé ont donc la responsabilité d agir pour reconnaître et dévoiler la présence de ces intérêts, et refuser leurs influences dans tous les secteurs de leur activité : recherche, formation, soins, prévention et information. En tant que signataire de la présente Charte, j appelle à faire cesser ces influences dans le domaine de la santé. Je soutiens les citoyens poursuivant cet objectif, tels ceux rassemblés au sein du Formindep. n > 1 - Haute autorité de santé Elle a gagné! Madame Inès Morel, domiciliée à Annecy, a remporté l Ipad en jeu lors du dernier tirage au sort en juillet dernier. Lucien Carette, le président de l union de groupe Entis, lui a remis son prix. jeu concours Bonne Santé 55 Jouez & gagnez 1 Ipad 16 giga - Wifi Avez-vous bien lu votre magazine? Répondez à ce questionnaire pour le vérifier. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses vous fera peut-être remporter un IPAD 16 giga! Pour participer, retournez le coupon avant le 15 novembre 2011 inclus à l adresse suivante : Jeu concours Bonne Santé n 55 - Entis, les mutuelles de l être - 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier BP Annecy Cedex 9 Un tirage au sort sera effectué parmi les bonnes réponses. Nom : Prénom : Adresse : 4) De combien (en poucentage) les dépassements d honoraires des spécialistes de la santé ont-ils augmenté par an ces dix dernières années? q 1,5 % q 3 % q 6,4 % CP : Ville : Numéro d adhér ent : 1) Combien de sangliers sont décédés cet été à cause des algues vertes en Bretagne? q 12 q 36 q 5 2) Combien de personnes souffrent d'une ALD en France? q 9 millions q q 3 millions 3) Quelle maladie sexuellement transmissible avait pratiquement disparu dans les années 1990, avant de connaître une période de recrudescence à partir de 2000? q la syphilis q le chlamydia q l hépatite B 5) Que signifie Igas? q Inspection Générale des Affaires Sociales q Institut Générale des Assurances Sanitaires q Icone Gravement Atteinte de Sénilité 6) Combien de mois Astrid Chevance a-t-elle aidé Ismaël le dimanche? q deux mois q cinq mois q dix mois 11 jeu concours Bonne Santé 55

12 Ta santé t appartient! Maladies sexuellement transmissibles MST : restez couverts! Syphilis, VIH, Gonocoque, Chlamydia, hépatite B, les infections sexuellement transmissibles (IST) se répandent. Les chiffres les plus récents, obtenus en 2009 par l Institut National de Veille Sanitaire, montrent que les infections à Chlamydia touchent presque 10 % des jeunes femmes dans certains départements français. Toujours selon la même source, en ce qui concerne les gonococcies, le nombre de cas chez les hommes a augmenté de 51 % et de 75 % chez les femmes entre 2008 et Ces infections atteignent entre et hommes (souvent jeunes) par an. Comme le délai entre la contamination et le début des symptômes est seulement de 3 à 5 jours, la progression des gonococcies est un bon indicateur des pratiques sexuelles à risque, comme de ne pas utiliser de préservatifs pendant un rapport sexuel. En effet, les enquêtes décrivent un relâchement des comportements de prévention par rapport aux années sida (décennies 1980 et 1990), où la généralisation du réflexe préventif de porter un préservatif à chaque fois qu on fait l amour, avait permis de réduire le fréquence des IST. La syphilis par exemple avait pratiquement disparu dans les années 1990, avant de connaître une période de recrudescence à partir de Face à ce danger pour notre santé, l Institut national de prévention et d éducation pour la santé (INPES) mène une campagne au message humoristique et choc : «Des millions de gens sont porteurs d une IST sans le savoir, faites-vous dépister.» En effet, comme l explique l INPES, les traitements de ces maladies sont à la portée de tous, encore faut-il connaître son état de santé, et donc se faire dépister le plus tôt possible. Les médecins recommandent de pratiquer systématiquement un test pour identifier les IST, après chaque rapport sexuel non protégé avec une nouvelle personne et lorsqu on a eu récemment plusieurs partenaires sexuels. Il faut répéter cette démarche régulièrement si la prise de risques perdure. n Les enquêtes décrivent un relâchement des comportements de prévention par rapport aux années sida Région : Rhône-Alpes Infos adhérents Vos enfants sont toujours scolarisés? Envoyez-nous leur certificat de scolarité avant le 1 er décembre! Dans le cadre de la rentrée, vos enfants de plus de 18 ans peuvent rester sous votre couverture jusqu à leurs 25 ans, à condition de nous fournir dans les plus brefs délais : pour les étudiants : un certificat de scolarité, pour les apprentis : la copie du contrat d apprentissage, en contrat de formation : la copie de son contrat. S il ne remplit pas l une de ces conditions, il doit souscrire une mutuelle à titre individuel. C est pourquoi nous avons conçu une offre spécialement dédiée aux besoins des jeunes, duo jeunes, une garantie complète à partir de 22 par mois* comprenant : la prise en charge du forfait hospitalier, un forfait optique annuel de 144, une allocation versée en cas d'hospitalisation liée à un accident de la vie quotidienne, de la circulation (scooter, vélo, auto ) et même lors de trajets professionnels, un capital décès de plus de en cas d accident et le forfait Bougez futé (participation financière sur une licence sportive). Pour lui faire bénéficier de cette offre, et de -20 % sur sa première année de cotisation, rien de plus simple, contacter le ou rendez-vous dans votre agence de proximité. *Selon barèmes 2011 Appel à compétences Etudiants, actifs, retraités.. Vous avez la plume facile, peut-être quelques compétence juridique et/ou administrative ou tout simplement envie d aider. Rejoignez-nous, pour qu ensemble nous proposions des solutions à nos adhérents confrontés à des problèmes d ordre administratif. Pour tout renseignement vous pouvez contacter Véronique Salaman au , ou par mail : Jeunes & engagés «J avais besoin de retrouver un ancrage dans la réalité sociale», glisse Astrid. Lorsque l association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) lui a proposé d accompagner un jeune Mauritanien analphabète de 13 ans qui venait d arriver en France, elle a donc accepté sans hésiter. «Ismaël était dans une 6 e adaptée aux enfants en grande difficulté», raconte Astrid. Ses enseignants et ses parents s interrogeaient sur son mutisme et son absence de progrès. Son cas avait attiré l attention d un fonctionnaire municipal, chargé de repérer les élèves susceptibles de profiter de l aide d un bénévole de l AFEV. En Mauritanie, Ismaël était berger. Il vivait depuis dix ans séparé de ses parents partis travailler en France. Ces derniers n ont pu faire venir leur fils auprès d eux qu à partir du moment où ils n étaient plus sans-papiers. Ils vivent dans un petit logement HLM des Yvelines avec les 4 frères et sœurs qu Ismael a rencontrés pour la première fois à son arrivée. En premier, ne pas nuire «Mon rôle était d adapter ses savoirs aux exigences de la société française pour qu il puisse faire sa place dans son nouveau pays», résume Astrid. Et d ajouter : «Il pouvait faire des tonnes de choses de ses dix doigts, mais pas vraiment ce que les enfants apprennent à l école.» Elle lui a consacré trois heures chaque dimanche pendant dix mois. Après avoir appris à Ismaël à tenir un crayon, à lire l heure, à prendre les transports en commun, ils ont repris ensemble Astrid accompagne un enfant en difficulté «Je pense qu il faut aider les personnes selon les besoins qu elles formulent, et non pas au nom d une morale individuelle ou religieuse», dit Astrid Chevance. Cette normalienne de 25 ans, qui a étudié l histoire et la sociologie, se consacre maintenant à la médecine, qu elle considère pratiquer comme un engagement social. le programme scolaire à partir du CP. «J ai demandé des supports pédagogiques à des collègues orthophonistes et des conseils à ma mère, principale d un collège public. J ai aussi eu recours à mes connaissances en sociologie : j ai d abord observé comment chacun communiquait et se plaçait dans cette famille musulmane, aux codes culturels inconnus des personnes de culture catholique comme moi.» Il m arrive parfois de rester plus à l hôpital pour discuter ou jouer au scrabble avec une mamie qui ne reçoit pas de visite. Grâce à cette démarche, l apprentissage d Ismaël a été une réussite puisqu il est passé en 5e. Pour les vacances, elle l a conduit à titre amical dans sa famille en Dordogne. «Il a tellement apprécié, de retrouver la campagne, les moutons, que, pour la première fois, il a entamé spontanément une conversation.» Ismaël n était pas «attardé» comme ses professeurs ont pu le craindre, il était simplement bloqué après avoir subi un brutal changement de vie, quittant le désert pour vivre dans une tour de banlieue. n > LES MUTUELLES DE L'ÊTRE Bonne Santé est la revue trimestrielle d Entis, Les Mutuelles de l Être - 39, rue du Jourdil - Cran-Gevrier - BP Annecy Cedex 9 Octobre 2011 n 55 Directeur de la publication : Lucien Carette Directeur de la rédaction : Damien Fortun Conseil éditorial : Didier Levallois Direction artistique et maquette : Romain Fourcy Rédaction : Robin Assous S. R. : Jérémy Echard Conception et réalisation : Critères Photographies : Critères, Phovoir, Fotolia.com (Terre de Sienne - Stéphane Bastien - Snezana Skundric - Dmitry Nikolaev - Gina Sanders - Dmytro Konstantynov - Arto - Yuri Arcurs - TrudiDesign - arsdigital) Imprimé sur papier recyclé. numéro de CPPAP : 0910 M LES MUTUELLES DE L'ÊTRE

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer

EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer EOVI ENTREPRENEUR Des solutions pour ne plus jouer en SOLO SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE dépendance la qui renouvelle la mutuelle ARTISANS, COMMerçANTS, professions LIBÉRAles, INDÉPENDANTS... Vous

Plus en détail

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES

LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 3 OUVRAGES LA NEWSLETTER / LIGUE REIN ET SANTÉ / AVRIL 2015 #19 NOUVEAUTÉ 2015 / DES PAGES À PHOTOCOPIER DESTINÉES À VOS PATIENTS LE JOURNAL DES PATIENTS DE NOUVEAUX OUTILS DE COMMUNICATION ET D INFORMATION 2 SITES

Plus en détail

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012

Principales caractéristiques du système de santé en Belgique. Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Principales caractéristiques du système de santé en Belgique Thomas Rousseau 27 novembre 2012 Sécurité sociale Introduction: De quoi vais je parler? Exposé: Seulement sur la sécurité sociale au sens strict!

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

3. Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu est, selon vous, une donnée de santé sensible? (Question ouverte non obligatoire)

3. Pouvez-vous décrire en quelques mots ce qu est, selon vous, une donnée de santé sensible? (Question ouverte non obligatoire) Parler de santé sur le web, quel(s) risque(s)? Ce sondage est destiné à recueillir l opinion des personnes publiant ou ayant publié un ou plusieurs éléments concernant leur santé ou celle d un proche sur

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

LOI A RISQUE POUR LA SANTE

LOI A RISQUE POUR LA SANTE LOI A RISQUE POUR LA SANTE SANTELe projet de loi de santé de Marisol Touraine, soumis au vote des députés ce 14 avril, cache des dispositions dangereuses pour notre système de santé derrière un ensemble

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour!

La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! SOLUTIONS ENTREPRENEUR La protection sociale qui comprend les indépendants, je suis pour! Sophie B. Commerçante prévoyance épargne retraite ARTISANS, COMMERÇANTS, PROFESSIONS LIBÉRALES, INDÉPENDANTS......

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne La dépendance Organisée par : Mutualité Française délégation départementale des Bouches-du-Rhône, URIOPSS PACA, PSP-Pôle Services à la Personne-PACA, CRESS PACA Date & Lieu

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2014

DOSSIER DE PRESSE 2014 DOSSIER DE PRESSE 2014 LA MUTUALITÉ AU CŒUR DU SYSTÈME DE SANTÉ CONTACTS : Constance BAUDRY - 06 85 29 82 22 - constance.baudry@mutualite.fr Christelle CROS - 06 75 80 58 39 - christelle.cros@mutualite.fr

Plus en détail

La résolution générale

La résolution générale La résolution générale Placer la solidarité au cœur de nos ambitions! S ajoutant aux difficultés structurelles, la crise financière internationale, qui frappe également notre pays, renforce la fréquence

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI

LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI LA PROTECTION SOCIALE : MODES D EMPLOI De quoi parle-t-on? La protection sociale est l'ensemble des mécanismes de prévoyance collective qui permettent de faire face financièrement aux aléas de la vie.

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes

Rapport moral. Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF. Assemblée Générale 24 et 25 juin 2014 à Rennes Rapport moral Auteur : Olivier TECHEC Date : 22/05/2014 Réf : OT/CF Assemblée Générale Pour rompre avec les habitudes, plus qu un rapport moral, nous allons tâcher de vous soumettre un rapport qui donne

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Rencontre presse. Lundi 21 octobre de 14 h 30 à 16 h 00. La Boate 35 Rue de la Paix 13001 Marseille

Rencontre presse. Lundi 21 octobre de 14 h 30 à 16 h 00. La Boate 35 Rue de la Paix 13001 Marseille Rencontre presse Lundi 21 octobre de 14 h 30 à 16 h 00 La Boate 35 Rue de la Paix 13001 Marseille Echanges avec Jean-Paul Benoit, Président de la Mutualité Française PACA, autour de : Projet de loi de

Plus en détail

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE

PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE PERMANENCE DES SOINS AMBULATOIRES : PRÉSENTATION DU NOUVEAU DISPOSITIF ET DE LA CAMPAGNE DE COMMUNICATION RÉGIONALE DOSSIER DE PRESSE 12 DÉCEMBRE 2012 Contact Presse : Agathe LOBET Courriel : agathe.lobet@ars.sante.fr

Plus en détail

«AGIR ENSEMBLE FACE AU DIABETE»

«AGIR ENSEMBLE FACE AU DIABETE» Planning d intervention septembre 2015 du véhicule itinérant de prévention et de proximité de l Association Française d Aide aux Diabétiques du Bourbonnais (AFADB). «AGIR ENSEMBLE FACE AU DIABETE» Ce projet

Plus en détail

VOTRE. PARTENAIRE SANTé. privilégié

VOTRE. PARTENAIRE SANTé. privilégié VOTRE PARTENAIRE SANTé privilégié QUI SOMMES-NOUS? JUST EN FAMILLE, née en 2010, réunit sous la même entité les valeurs communes de deux mutuelles, Just ensemble et En Famille, et apporte à tous ses adhérents

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

Mieux comprendre la protection sociale

Mieux comprendre la protection sociale Mieux comprendre la protection sociale www.cnrs.fr Direction des ressources humaines Service du développement social Septembre 2010 1 - En préambule Premier volet : ma protection sociale en quelques lignes

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Présentation de l Union

Présentation de l Union Présentation de l Union Mutualité Fonction Publique Mise àjour : Novembre 2011 MFP Pôle Communication novembre 2011 L Union mutualiste du secteur public 2 L Union mutualiste du secteur public «MFP : le

Plus en détail

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient.

Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique du patient. Le développement des programmes d éducation thérapeutique du patient 2 ans après la loi Hôpital, patients, santé, territoire : quel bilan? Le rôle des mutuelles dans le développement de l éducation thérapeutique

Plus en détail

Orthèses et Petit Appareillage

Orthèses et Petit Appareillage Orthèses et Petit Appareillage Protection sociale et LégislationL 1/ Protection sociale et Législation Historique Organisation de l Assurance Maladie Le régime général Procédures et circuits de prise en

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Questions- Réponses sur la généralisation de la complémentaire santé aux salariés

Questions- Réponses sur la généralisation de la complémentaire santé aux salariés Questions- Réponses sur la généralisation de la complémentaire santé aux salariés Où en est- on de la généralisation de la complémentaire santé dans les entreprises? D après une étude Audirep réalisée

Plus en détail

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?»,

«Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», Salutations Ce débat que nous avons choisi de nommer l «Mon médecin demain quelle organisation de la santé de proximité?», est la marque la volonté de la CRSA -en coopération étroite avec l agence régionale

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie»

Dossier de presse. «Choisissez l offre qui va avec votre vie» Dossier de presse «Choisissez l offre qui va avec votre vie» SOMMAIRE Renouveler l offre, un enjeu stratégique pour le groupe p.03, mutuelle professionnelle p.03 Un environnement économique, réglementaire

Plus en détail

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins

Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Les retraités face aux difficultés d accès aux soins Avoir accès aux soins est un droit fondamental. Ce droit doit être effectif pour tous, partout et à tout moment. Notre système de protection sociale

Plus en détail

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine

MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine MUT @ctu.net La lettre d information électronique de la Mutualité Française Aquitaine N 13 : 30 mars 2011 Priorité Santé Mutualiste : un kit de communication pour permettre aux mutuelles de promouvoir

Plus en détail

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE!

LA SANTÉ EST UN DROIT, PAS UN PRIVILÈGE! La Mutuelle des Étudiants - LMDE : mutuelle n 431 791 672, soumise aux dispositions du livre II du code de la Mutualité. Ce document n a pas de valeur contractuelle - Studio LMDE - 12117-03/2012 LA SANTÉ

Plus en détail

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins»

Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Observatoire sociétal «Les Français et la qualité des soins» Deuxième édition Septembre 2010 Nobody s Unpredictable Fiche technique Sondage effectué pour : Générale de Santé Echantillon : 967 personnes,

Plus en détail

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com

retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com retraite prévoyance santé épargne assurances action sociale vacances www.probtp.com UNE PROTECTION SOLIDE... PRO BTP est le groupe de protection sociale géré par les représentants des entreprises et des

Plus en détail

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire

Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Conseil Consultatif Régional des Personnes Accompagnées des Pays de la Loire Synthèse des échanges du CCRPA du 17 mai 2013, à NANTES Thème de la journée : la santé et l accès aux soins 31 participants

Plus en détail

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition

A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition A l attention de tous les pratiquants d enduro Loisir Entrainement - Compétition Table des matières 1. Avant propos 2. Nouvelles règles pour l enduro 3. Obligation d assurer un véhicule à moteur 4. Assurance

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

La protection sociale en Europe - ITALIE 1

La protection sociale en Europe - ITALIE 1 ITALIE Les dépenses de protection sociale en Italie représentent 25,2% du PIB. Le système italien est devenu récemment beveridgien. La principale réforme récente concerne le système de retraite. 1. Principes

Plus en détail

Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne LA PROTECTION SOCIALE

Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne LA PROTECTION SOCIALE 1 Hospices Civils de Beaune Module 1 : Accompagnement d une personne dans les actes de la vie quotidienne Institut de formation d aides-soignants Promotion 2015-2016 Date : 8/9/15 Durée : 1h30 LA PROTECTION

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Offre santé 2015 FGMM-CFDT

Offre santé 2015 FGMM-CFDT SOMILOR - HARMONIE MUTUELLE Offre santé 2015 FGMM-CFDT Réservée aux adhérents régime général La FGMM-CFDT a négocié pour vous une complémentaire santé groupe SOMILOR-HARMONIE MUTUELLE. Bénéficiez de tous

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT LYON Synthèse des débats rédigée par : 10 mai 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Lyon, le 10 mai 2012, un forum participatif

Plus en détail

Assurance maladie : état des lieux

Assurance maladie : état des lieux Assurance maladie : état des lieux La réforme de l Assurance maladie, annoncée pour l automne 2003, sera plus épineuse encore que celle des retraites car elle touche à la vie quotidienne de tous les Français,

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

débat carité : Constats»

débat carité : Constats» MUTUALITE FRANCAISE CÔTE-D OR YONNE Dr Nathalie Arnould Conférence débat «Santé Précarit carité : Constats» Samedi 18 octobre 2008 La Mutualité Française aise? Elle fédère la quasi-totalité des mutuelles

Plus en détail

educationsolidarite.org

educationsolidarite.org Education International Internationale de l'education Internacional de la Educaciòn Bildungsinternationale Conception : L.Talbot & Efficience Crédits photographiques : sxc.hu - flashfilm Juin 2008 educationsolidarite.org

Plus en détail

ACTIVANCE ANI : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ FESP SANTÉ. Une approche mutualiste responsable

ACTIVANCE ANI : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ FESP SANTÉ. Une approche mutualiste responsable ACTIVANCE ANI : SOLUTIONS MUTUELLE SANTÉ FESP SANTÉ Une approche mutualiste responsable LE MOT DU PRÉSIDENT Chères Adhérentes, Chers Adhérents, Vous, chefs et dirigeants d entreprise, et vos salariés constituez

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Mutualité Française Picardie

Mutualité Française Picardie Mutualité Française Picardie 3, boulevard Léon Blum 02100 Saint-Quentin Tél : 03 23 62 33 11 Fax : 03 23 67 14 36 contact@mutualite-picardie.fr Retrouvez l ensemble des différents services et activités

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne Le financement de la Sécurité Sociale Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, CRESS PACA Date & Lieu : 20 avril 2011, Marseille Nombre de participant-e-s

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, 1 Mesdames et Messieurs, A mon tour, j ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue pour une Journée de l Assurance placée sur un thème qui nous est cher : l Assurance et plus particulièrement son rôle

Plus en détail

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement

Environnement et santé: pour une meilleure prévention des risques sanitaires liés à l'environnement Strasbourg, le 26 mars 2009 AP/CAT (2009) 12 ACCORD EUROPEEN ET MEDITERRANEEN SUR LES RISQUES MAJEURS (EUR-OPA) RECOMMANDATION 1863 (2009) DE L ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE Environnement et santé: pour une

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France

Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France L économie sociale et solidaire en Ile-de-France Une économie pour vivre autrement en Ile-de-France Les entreprises et les associations de l économie sociale et solidaire ont comme point commun de ne pas

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012»

Dossier de Presse. Réseau Atlantique Diabète. «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» Dossier de Presse Réseau Atlantique Diabète «Journée Mondiale du Diabète Mercredi 14 Novembre 2012» 1 Journée Mondiale du Diabète À l occasion de la 22 e Journée Mondiale du Diabète, le Réseau Atlantique

Plus en détail

Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France

Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France Observatoire sociétal de la santé et de la qualité des soins en France Conférence Conférence de de presse presse du du 24 24 novembre novembre 2009 2009 Sommaire 1. Les Français apparemment unanimes à

Plus en détail

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015

L USPO LE PROGRAMME DE 2016-2020 VALORISONS NOS COMPÉTENCES. Élections URPS Pharmaciens 2015 Élections URPS Pharmaciens 2015 LE PROGRAMME DE L USPO 2016-2020 UN PROJET OUVERT, SOUMIS À LA CONCERTATION, POUR DEVENIR LE PROJET DE TOUS LES PHARMACIENS VALORISONS NOS COMPÉTENCES LE PROGRAMME DE L

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret

Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire. L analyse de la MNT sur le projet de décret Participation des employeurs publics au financement de la protection sociale complémentaire L analyse de la MNT sur le projet de décret Patrick DOS Vice-Président de la MNT Participation des employeurs

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge

Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Assurance Maladie Obligatoire /Assurance Maladie Complémentaire : guichet unique et reste à charge Colloque de Lyon du 5, 6 et 7 janvier 2012 1 Plan de l intervention 1. Présentation MFP Services : Union

Plus en détail

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact

Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE. Contact Fédération Nationale des Associations de Retraités de l Artisanat DOSSIER DE PRESSE Contact FENARA 20, boulevard de Grenelle 75015 Tél. : 01 45 77 94 04 info@fenara.org www.fenara.org 1 PRÉSENTATION DE

Plus en détail

ISF 2015 quand Impôt rime avec Solidarité

ISF 2015 quand Impôt rime avec Solidarité Avril 2015 ISF 2015 quand Impôt rime avec Solidarité Contact presse : Fondation de France - Charlotte de Lattre T. 01 44 21 87 47 - charlotte.delattre@fdf.org www.fondationdefrance.org SOMMAIRE ISF 2015.

Plus en détail

Pour une meilleure retraite des agents non titulaires. mobilisons nous!

Pour une meilleure retraite des agents non titulaires. mobilisons nous! Fonction publique UGFF Services publics Santé et action sociale PTT Pour une meilleure retraite des agents non titulaires mobilisons nous! IRCANTEC e gouvernement veut imposer en force, d ici la fin de

Plus en détail

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER

EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER EOVI ENTREPRISES TOUT POUR ORCHESTRER LA PROTECTION sociale de vos salariés SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle EOVI MUTUELLE, UN EXPERT DE CONFIANCE Des chiffres et des Hommes

Plus en détail

en toute simplicité!

en toute simplicité! BIEN COMPRENDRE LES NOUVELLES RÉFORMES DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ. en toute simplicité! 1 LA GÉNÉRALISATION DE LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ D ici le 1 er janvier 2016, toutes les entreprises devront mettre

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée

La prise en charge de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Édition 2012 LA PRISE EN CHARGE DE VOTRE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Sommaire Votre protocole de soins en pratique p 4 Comment êtes-vous remboursé? p

Plus en détail

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social.

Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham, l assureur spécialiste du secteur et des acteurs de la santé, du social et du médico-social. Sham accompagne les acteurs de la santé, du social et du médico-social depuis plus de 85 ans. Par son

Plus en détail

Compte rendu AG loi santé et contexte

Compte rendu AG loi santé et contexte Compte rendu AG loi santé et contexte Rappel : convention des CD avec la SS (87% des dentistes sont conventionnés) tarif opposables (soins, détartrage, caries, ) Les honoraires sont fixés par l AM, sans

Plus en détail

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS

QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS QUESTIONNAIRE : L ACCES AUX SOINS Sexe : Age : 1. Soins de ville : Consultez-vous un médecin généraliste : Jamais Pour des vaccinations ou certificats médicaux Pour des visites de prévention Uniquement

Plus en détail

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc

Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Principales réformes de sécurité sociale adoptées au Maroc Hôtel El Aurassi 25 octobre 2010 Alger Algérie 1 Sommaire 1 2 3 4 Maroc : Chiffres clés Aperçu des régimes de sécurité sociale au Maroc Principales

Plus en détail

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org

Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris Tél : 01 40 01 06 51 contact@liguedesconducteurs.org Avril 2014 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Contact : Christiane Bayard Secrétaire générale 06 11 29 47 69 Ligue de Défense des Conducteurs 23 avenue Jean Moulin, 75014 Paris

Plus en détail

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 3220 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 28 juin 2006. PROPOSITION DE LOI visant à la création d un statut de

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

L observatoire Entreprise et Santé

L observatoire Entreprise et Santé LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire Entreprise et Santé Viavoice Harmonie Mutuelle Enquête auprès des salariés et des dirigeants Vague 1 2014 Viavoice Paris. Études & conseil 9 rue Huysmans,

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Débat sur la loi de Santé

Débat sur la loi de Santé Débat sur la loi de Santé TPG Le principe de ce TPG est que le patient n aura plus à avancer les frais pour la consultation. Actuellement, pour une consultation chez le généraliste de 23 : 15,10 e remboursés

Plus en détail

Conférence Débat AFTA. Conférence

Conférence Débat AFTA. Conférence Conférence Conférence Débat AFTA PRÉVOYANCE SANTÉ DES SALARIES DES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF Vos interlocuteurs : Alexandra REPIQUET Jean-Philippe FERRANDIS : 01 49 64 45 15 : 01 49 64 12 88 : 01 49

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette

DOSSIER DE PRESSE. FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette DOSSIER DE PRESSE FESTIBAT 2010 22 Octobre 2010 10h00 à minuit Cité des Sciences & l Industrie à La Villette Contact Presse MNRA : Elisabeth MARZAT Tél. : 01 53 21 12 44 06 65 59 61 69 Mail : emarzat@mnra.fr

Plus en détail

ESPAGNE. 1. Principes généraux.

ESPAGNE. 1. Principes généraux. ESPAGNE Les dépenses de protection sociale en Espagne représentent 21,6%PIB. Le système espagnol est devenu récemment plus beveridgien. Ce système est relativement récent, le service national de santé

Plus en détail

La protection sociale : un bien commun inaliénable

La protection sociale : un bien commun inaliénable 144 Bd de la villette 75 019 Paris contact@solidaires.org 01 58 39 30 20 Conférence Sociale des 9 et 10 juillet 2012 Table ronde numéro 6 : Assurer l avenir des retraites et de notre protection sociale

Plus en détail

Titre de la Table citoyenne

Titre de la Table citoyenne Titre de la Table citoyenne L accès aux soins et les dépassements d honoraires Organisée par : Mutualité Française Provence-Alpes-Côte d Azur, délégation départementale des Alpes-Maritimes et la CRESS

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail