Pédagogie Inversée : intérêts limites

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pédagogie Inversée : intérêts limites"

Transcription

1 Ateliers de Partage de Pratiques Pédagogiques Innovantes Pédagogie Inversée : intérêts limites Retour d expérience en Pharmacie Céline Demougeot Mardi 8 décembre 2015

2 Contexte - Matière enseignée : Pharmacologie appliquée à la thérapeutique UE «volumineuse» du semestre 1 de PH3 : 6 ECTS dont 3,2 ECTS de Pharmacologie = 30h Cours magistraux / 2h ED - Public / effectifs : Etudiants de 3 ième année Pharmacie Environ 60 étudiants

3 Contexte - Méthode pédagogique «à l ancienne»! Les étudiants copient le cours que je dicte à leur rythme Des illustrations sont disponibles sur un polycopié ou faites à la main au fil du cours Les explications sont fournies au fur et à mesure Pourquoi ce choix? Arguments contre un diaporama «partiel» projeté en cours - il est difficile d écouter écrire lire en même temps - l étudiant n a pas un document facile à apprendre à l issue du cours Arguments contre un diaporama comprenant la totalité des informations à apprendre, projeté en cours - Bonne méthode mais trop propice à une surabondance d informations que l étudiant ne pourra pas retenir - Par expérience : 2h de cours «à l ancienne» = 1h de cours «conférence»

4 Pourquoi la pédagogie inversée? - 1 chapitre de cours difficile à faire passer Chapitre sur les médicaments anti-épileptiques : médicaments très importants pour la pratique professionnelle future de l étudiant en pharmacie MAIS Une vingtaine de molécules à présenter, toutes différentes les unes des autres Pas grand-chose à comprendre Beaucoup d informations à assimiler = risque de cours «catalogue», déplaisant pour l étudiant et l enseignant changement de technique pédagogique pour rendre «digeste» un cours «indigeste» Motiver l étudiant à l apprentissage de ce cours

5 Principe de la pédagogie inversée 1 Donner le cours à l étudiant 1 mois avant les séances présentielles : support papier 2 L étudiant apprend le cours chez lui 3 Lors des séances présentielles : - En amphi, avec toute la promo - En s appuyant sur un cas clinique : mise en situation - Des questions sont posées aux étudiants pour évaluer - Acquisition des connaissances - Acquisition des compétences (réflexion) - Les étudiants sont interrogés individuellement

6 Exemple : cours transmis aux étudiants

7 Principe - Rédaction : cf un «chapitre de livre» - Les éléments importants à retenir sont en gras - Des tableaux à la fin de cours résument des points importants

8 Exemple : séance présentielle Cas n 1 Une étudiante en pharmacie de 19 ans consulte en raison de la survenue d un épisode dont elle n a pas de souvenir, en raison d une perte de connaissance. Après avoir repris connaissance, la jeune femme a constaté qu elle s était mordu la langue, qu elle avait une des pertes d urines, qu elle avait des douleurs musculaires et se trouvait dans un état confus. Des témoins lui ont rapporté qu elle avait les 4 membres contractés, secoués de spasmes et les yeux révulsés pendant 1 à 2 minutes. Q1. A quelle pathologie associez-vous ces symptômes? Q2. Décrivez les différentes formes possibles de cette pathologie. Vérification des connaissances

9 Q1. A quelle pathologie associez-vous ces symptômes? A une crise d épilepsie généralisée tonico-clonique. Q2. Décrivez les différentes formes possibles de cette pathologie. Crises généralisées (ou bilatérales, ou symétriques) La décharge neuronale est d'emblée généralisée aux 2 hémisphères cérébraux. Elles sont caractérisées par : - une perte de connaissance ou de contact - des manifestations végétatives importantes (augmentation de FC, augmentation de la PA, polypnée, mydriase, sudation, énurésie...) - associées ou non à des phénomènes moteurs c'est-à-dire des convulsions qui peuvent être toniques (contractions généralisées et intenses des muscles striés (+ morsure de langue), 15-30s), cloniques (alternance de contractions et décontractions de la musculature, déterminant des secousses violentes, brèves et rythmiques de la musculature, < 1min), ou tonico-cloniques.

10 Le médecin décide de débuter le traitement par : DEPAKINE 200 mg cp, 4 cp/jour Q10. Que pensez-vous de ce choix de première intention? Mauvais choix car la patiente est une jeune femme en âge de procréer : l acide valproïque doit être évité en raison de son effet tératogène Législation mai 2015: - ordonnance initiale par un spécialiste - Signature d un accord de soin - Renouvellement par le généraliste pendant 1 an Vérification de la capacité de synthèse de l étudiant

11 Q12. La patiente vous demande si elle devra suivre un traitement antiépileptique à vie, que répondez-vous? Un traitement antiépileptique ne sera pas forcément maintenu toute la vie : il est maintenu au minimum 2-4 ans, mais doit être périodiquement réévalué. Il pourra être progressivement arrêté après 2-5 ans de rémission. Cependant, tous les syndromes épileptiques ne se prêtent pas à un arrêt de traitement. Vérification de la capacité à transmettre une information à partir des connaissances

12 Après 2 mois de traitement par LAMICTAL à 100 mg/j, la jeune femme présente à nouveau une crise d épilepsie à l occasion d une soirée Pharma très arrosée. Q14. Quelle(s) peut (peuvent) être les causes de cette crise, et comment fera le médecin pour vérifier la ou les hypothèses? Causes possibles - Inobservance? - Posologie insuffisante? - Association avec un inducteur enzymatique? alcool - Exposition à un stimulus épileptogène? Alcool, lumière stroboscopique Possibilité : dosage plasmatique - Si conc mesurée < conc efficace - Mauvaise observance du traitement? Education thérapeutique? - Monter la posologie - Si conc mesurée > conc efficace - observance du traitement = ok - Éviter situations à risque - Changement de principe actif Vérification de la capacité de réflexion à partir des connaissances

13 Après 2 ans d expérience : bilan des évaluations Assiduité Présence 72% 60% Apprentissage du cours??

14 Intérêt de la technique pédagogique Qualité du support de cours transmis

15 Efficacité de la technique pédagogique Extension de cette technique à d autres cours

16 Commentaires libres des étudiants ! Rq : temps utilisé pour la pédagogie inversée = temps utilisé pour le cours en pédagogie «normale»

17 Conclusions Points positifs - Motive les étudiants à la présence en cours / à l apprentissage - Moins de passivité en cours - Aide à intégrer le cours, facilite l apprentissage - Permet de vérifier la transmission des grands messages du cours - Permet de vérifier la capacité de réflexion à partir de connaissances - Oblige à une très bonne qualité de support transmis aux étudiants - Les étudiants comprennent ce qu on attend d eux - Permet de faire ce que l on ferait en «ED» même si ces heures n ont pas été dégagées dans l emploi du temps

18 Conclusions Points négatifs - Les étudiants (faute de temps?) ne jouent pas le jeu : pas d apprentissage préalable - Csq 1 : ils apprécient que l enseignant les aide à apprendre un cours qu ils ont déjà lu - Csq 2 : cela augmente considérablement le temps consacré à un cours (temps étudiant temps présentiel temps étudiant) - Csq 3 : inapplicable à un nombre de cours important - L étudiant doit découvrir seul un cours : pas toujours facile, pas favorable à l apprentissage = anti-pédagogique? = ne l appliquer qu à des cours simples à comprendre en lisant un document - La méthode ne remplace pas la nécessité pour l étudiant d apprendre son cours!

19 Conclusions Perspectives - Pour ce cours : je continue cette technique = Réussite pour le chapitre considéré - Pour mes autres cours = NON - Montre la nécessité d adosser des ED aux cours magistraux - A utiliser avec modération et réflexion préalable Limites de mon expérience - Pas d évaluation du même cours proposé en pédagogie «classique» = comparaison impossible - Pas de retour sur les compétences acquises à long terme - Pas d expériences pour d autres cours, à des étudiants d autres années

20

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 21.03.06 M. Grima /Pr E Hirsch

Plus en détail

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE

LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE LE RÔLE EDUCATIF/PREVENTIF/C URATIF DE L INFIRMIER(E) DANS LA PRISE EN CHARGE DU PATIENT EPILEPTIQUE PLAN 1-DEFINITIONS 1.1 La crise tonico-clonique (grand mal) 1.2 Etat d absence 1.3 Etat de mal partiel

Plus en détail

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal»

La crise tonico-clonique généralisée ou «grand mal» L EPILEPSIE DEFINITION : Affection neurologique se manifestant par des crises. Elle est l expression d un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l activité électrique du cerveau. Ces crises sont

Plus en détail

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse

Gestion des anti-épileptiques. Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Gestion des anti-épileptiques Thomas GEERAERTS Pôle Anesthésie Réanimation CHU de Toulouse Voltaire (1694-1778) «Les médecins administrent des médicaments dont il savent très peu à des malades dont ils

Plus en détail

Séminaire de pédagogie médicale. Attentes des étudiants en médecine vis-à-vis de l enseignement

Séminaire de pédagogie médicale. Attentes des étudiants en médecine vis-à-vis de l enseignement Séminaire de pédagogie médicale Attentes des étudiants en médecine vis-à-vis de l enseignement 3 axes (triangle pédagogique) «Savoir» En médecine: - Socle de connaissances - Savoir faire - Savoir être

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie

Cas clinique. Esteban L.., 6 ans et demi. ATTARD Marie Cas clinique Esteban L.., 6 ans et demi ATTARD Marie Antécédents - Personnels: aucun, enfant unique - Familiaux: retard mental chez un cousin germain de la mère Histoire de la maladie -Juin 2011: apparition

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 7 février 2001 KEPPRA 250, 500 et 1000mg comprimé pelliculé Boîte de 60 Lévétiracétam

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 mars 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 21 mars 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 21 mars 2001 100 mg, gélule 300 mg, gélule 400 mg, gélule 600 mg, comprimé pelliculé 800 mg, comprimé pelliculé (Boîtes de 90) Laboratoires PFIZER gabapentine

Plus en détail

Programme. Traitement par PPC de l adulte

Programme. Traitement par PPC de l adulte Programme Traitement par PPC de l adulte PLACE ET ENJEUX DE LA PROBLEMATIQUE TRAITEE Contexte Le traitement par Pression Positive Continue (PPC) est le traitement de référence du Syndrome d Apnée du Sommeil

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

LES MOTS DE L ÉPILEPSIE. Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille)

LES MOTS DE L ÉPILEPSIE. Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille) LES MOTS DE L ÉPILEPSIE Document rédigé par le Pr Franck Semah (Service central de Médecine nucléaire et d Imagerie fonctionnelle, CHRU de Lille) A Absence Type de crise généralisée*, habituellement observée

Plus en détail

QUESTIONS. Pr Blain & Dr Ferreira. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/01/09 LIPCOM-RM)

QUESTIONS. Pr Blain & Dr Ferreira. Faculté de Médecine Montpellier-Nîmes. (Mise ligne 14/01/09 LIPCOM-RM) Une curieuse perte de connaissance CAS CLINIQUE n 1 Monsieur F 65 ans est hospitalisé pour perte de connaissance. Aucun ATCD particulier, il ne prend aucun médicament. Le soir même alors qu il regardait

Plus en détail

ÉLABORER UNE STRATÉGIE PÉDAGOGIQUE...

ÉLABORER UNE STRATÉGIE PÉDAGOGIQUE... ÉLABORER UNE STRATÉGIE PÉDAGOGIQUE... Stage initial national MF2 Trébeurden 2014 : Stage initial national MF2 - Trebeurden 2014 Elaborer une stratégie pédagogique c est : Faire un choix de modèle «d apprendre»

Plus en détail

LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES

LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES LIVRET POUR LES STAGES de M1 et M2 DU MASTER DE THERAPIES COMPORTEMENTALES ET COGNITIVES NOM et prénom de l étudiant : Master de Thérapies Comportementales et Cognitives Faculté de Psychologie, 12 rue

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT EXPLICITE. Mercredi 30 novembre 2011 IUFM CVL, Sylvie Quittelier

L ENSEIGNEMENT EXPLICITE. Mercredi 30 novembre 2011 IUFM CVL, Sylvie Quittelier L ENSEIGNEMENT EXPLICITE Mercredi 30 novembre 2011 IUFM CVL, Sylvie Quittelier Une définition L enseignement Explicite est un modèle pédagogique émergé des recherches nordaméricaines sur l efficacité de

Plus en détail

SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE

SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE SUIVI THERAPEUTIQUE PHARMACOLOGIQUE DEFINITION : «Une spécialité clinique pluridisciplinaire visant à améliorer la prise en charge du patient en ajustant individuellement la dose de médicament pour lesquels

Plus en détail

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres

Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres Choisir un endroit où l entretien pourra se dérouler sans être dérangé. Eviter de le faire dans la chambre du patient. Se libérer de ses autres tâches pour la durée de l entretien. Prévoir une marge au

Plus en détail

5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE

5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE 5EME UNIVERSITE D ÉTÉ DE MEDECINE EN MILIEU PENITENTIAIRE Et après la prison quelles conditions pour réussir un traitement? Hugues WENGER IDE Coordinateur Equipe mobile hépatites 26/27 juin 2014 LES FACTEURS

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS SOUS ANTIVITAMINE K (AVK)

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS SOUS ANTIVITAMINE K (AVK) GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES PATIENTS SOUS ANTIVITAMINE K (AVK) Ce guide, élaboré à partir des documents de références établis par l ANSM, est conçu pour vous aider à appréhender au mieux la conduite de

Plus en détail

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique

18/02/10 EPILEPSIE PLAN. 1 Rappel anatomique. 2 Différents types de crises d épilepsies. 3 Causes et évolution. 4 Etat de mal épileptique PLAN EPILEPSIE Dr P. KERSCHEN Service de Neurologie - Hôpital Henri Mondor 1 Rappel anatomique 2 Différents types de crises d épilepsies 3 Causes et évolution 4 Etat de mal épileptique 1 Rappel anatomique

Plus en détail

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris

TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris TRAITEMENT DES DOULEURS NEUROPATHIQUES Nicolas Danziger Département de Neurophysiologie Clinique Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris LES 3 ETAPES PREALABLES 1. S ASSURER QUE LA PLAINTE EST DOULOUREUSE

Plus en détail

Les médicaments thymorégulateurs. Dr Mylène SEGONDS Pharmacien, C.H. Gérard Marchant, Toulouse. IFSI Toulouse 2015.

Les médicaments thymorégulateurs. Dr Mylène SEGONDS Pharmacien, C.H. Gérard Marchant, Toulouse. IFSI Toulouse 2015. Les médicaments thymorégulateurs Dr Mylène SEGONDS Pharmacien, C.H. Gérard Marchant, Toulouse. IFSI Toulouse 2015. 1 Les normothymiques Ou régulateurs de l humeur ou thymorégulateurs. Utilisés dans la

Plus en détail

Avis 6 mars Laboratoire BAILLEUL-BIORGA. Isotrétinoïne. D10BA01 (Préparations antiacnéiques à usage systémique) Renouvellement de l inscription

Avis 6 mars Laboratoire BAILLEUL-BIORGA. Isotrétinoïne. D10BA01 (Préparations antiacnéiques à usage systémique) Renouvellement de l inscription COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 mars 2013 CONTRACNE 5 Gé mg, capsule molle B/ 30 capsules (CIP : 34009 382 601-9 9) CONTRACNE Gé 10 mg, capsule molle B/ 30 capsules (CIP : 34009 358 120-4 9) CONTRACNE

Plus en détail

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 9 mai 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

Plus en détail

Recommandations pour la prescription, la réalisation et l interprétation des examens de biologie médicale dans le cadre des intoxications graves

Recommandations pour la prescription, la réalisation et l interprétation des examens de biologie médicale dans le cadre des intoxications graves Recommandations pour la prescription, la réalisation et l interprétation des examens de biologie médicale dans le cadre des intoxications graves Vincent Danel Pôle Urgences SAMU-SMUR & UFR de Pharmacie

Plus en détail

Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters

Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters Questions/Réponses Levothyrox : changement de formule et de couleurs des boîtes et blisters Version 2 - Mise à jour de Août 2017 1. A quoi sert la lévothyroxine? 2. Mon médecin m a dit que la formule de

Plus en détail

Différentes formes de travail en classe FIC Atelier Cycle 3 14 décembre 2013

Différentes formes de travail en classe FIC Atelier Cycle 3 14 décembre 2013 Différentes formes de travail en classe FIC Atelier Cycle 3 14 décembre 2013 - CPAIEN Rappel des différentes formes de travail Collectif, oral Collectif, écrit ardoises par ex. ( et oral) Individuel oral

Plus en détail

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse.

Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Le traitement anti-épileptique. Dr Luc Valton, Unité chirurgie de l épilepsie, service de neurologie, hôpital Rangueil, CHU Toulouse. Une crise d épilepsie correspond aux symptômes cliniques provoqués

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

Epilepsie Suspicion d Epilepsie.

Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Epilepsie Suspicion d Epilepsie. Tout ce que je dis ici, c est du «vécu». Ca n est pas de médical, ça n est pas du juridique, c est du «vécu». Que ce soit «juste» ou «injuste» n importe pas. Ce qui importe,

Plus en détail

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016

Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière. 22 septembre 2016 Psychiatrie et santé mentale Actualités de la HAS Journées de la Bussière 22 septembre 2016 1 La démarche HAS depuis 2013 Souhait d organiser une démarche prenant en compte les enjeux de la qualité et

Plus en détail

«Cahier de l étudiant»

«Cahier de l étudiant» ] «Cahier de l étudiant» Stage de médecine générale Cabinet de médecine générale Secteur libéral 6 ème année de médecine Année universitaire : 2013-2014 Cher étudiant, Il est important de rappeler que

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 mars 2002 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 4 mai 1999 - (J.O. du 7 mai 1999) SOLIAN

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003

AVIS DE LA COMMISSION. 05 février 2003 COMMISSION DE LA TRANSPAR0ENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 05 février 2003 PROFENID 100 mg/2 ml, solution injectable (IM) (boîtes de 2 et 6 ampoules) Laboratoires AVENTIS kétoprofène Liste

Plus en détail

Epilepsie et grossesse. Florian HUCHE DESAR 27/04/2015

Epilepsie et grossesse. Florian HUCHE DESAR 27/04/2015 Epilepsie et grossesse Florian HUCHE DESAR 27/04/2015 1 Plan Présentation d un cas concret Revue des différents traitements disponibles Changements physiologiques pendant la grossesse PEC à l approche

Plus en détail

Principes de l application DocaMED d enseignement et de documentation sur les médicaments et leurs indications thérapeutiques

Principes de l application DocaMED d enseignement et de documentation sur les médicaments et leurs indications thérapeutiques Principes de l application DocaMED d enseignement et de documentation sur les médicaments et leurs indications thérapeutiques Pr Philippe Lechat, Pharmacologie, Université Paris Diderot, Délégation à la

Plus en détail

CIRCONSCRIPTION DE SARTROUVILLE. PROJET Tablettes 3

CIRCONSCRIPTION DE SARTROUVILLE. PROJET Tablettes 3 PROJET TABLETTE 3.0 CIRCONSCRIPTION DE SARTROUVILLE Réaliser un journal NIVEAU NOMBRE DE CLASSES DATES FREQUENCE CP au CM2 15 Novembre 2016 à mai 2017 1 à 2 /période S exprimer Lire Ecrire Comprendre S

Plus en détail

Enseignement Explicite. Animation du / Circonscription de Vandoeuvre

Enseignement Explicite. Animation du / Circonscription de Vandoeuvre Enseignement Explicite Animation du 05-01-2017 / Circonscription de Vandoeuvre Un exemple de séance en enseignement explicite. Aujourd hui nous allons apprendre à décrire et créer une séance d enseignement

Plus en détail

La notoriété et l image des ostéopathes

La notoriété et l image des ostéopathes Mai 2016 La notoriété et l image des ostéopathes Sondage Ifop pour Ostéopathes de France Contacts Ifop : Frédéric DABI Adeline MERCERON Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Manuel de pédagogie universitaire mpu.usj.edu.lb/manuel

Manuel de pédagogie universitaire mpu.usj.edu.lb/manuel 1875 Université Saint-Joseph de Beyrouth Pédagogie universitaire Manuel de pédagogie universitaire mpu.usj.edu.lb/manuel Chapitres supplémentaires 2016-2017 avec le soutien de avec le soutien de Maquette

Plus en détail

S approprier le dispositif pour les ecues «Méthodes de travail» et «Projet Professionnel Personnalisé» : MDT et PPP

S approprier le dispositif pour les ecues «Méthodes de travail» et «Projet Professionnel Personnalisé» : MDT et PPP S approprier le dispositif pour les ecues «Méthodes de travail» et «Projet Professionnel Personnalisé» : MDT et PPP Codes, coefficients, horaires Les deux ecues «Méthodes de travail et métiers de l infocom»

Plus en détail

Classe inversée de l efficacité de la méthode

Classe inversée de l efficacité de la méthode Vendredi 19 septembre 2014 Classe inversée de l efficacité de la méthode Des écarts qui se creusent? Vers un équilibre «capsule» vs «problème»? Sur l efficacité de la méthode : ce que les apprenants en

Plus en détail

NEUROPSYCHOLOGIE Master recherche et professionnel Mention Psychologie

NEUROPSYCHOLOGIE Master recherche et professionnel Mention Psychologie NEUROPSYCHOLOGIE Master recherche et professionnel Mention Psychologie Ce master a vocation à former des psychologues spécialisés en neuropsychologie de l adulte et de l enfant. La formation vise à faire

Plus en détail

Licence professionnelle Missions qualité dans les industries de santé

Licence professionnelle Missions qualité dans les industries de santé Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Missions qualité dans les industries de santé Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

PRESENTATION DU SEMESTRE 2

PRESENTATION DU SEMESTRE 2 INSTITUTS DE FORMATION AUX METIERS DE LA SANTE D ALBI IFSI et IFAS 6 impasse François Verdier 81000 ALBI Tél : 05 67 87 45 08 Fax : 05 63 36 93 80 Courriel : secretariat@ifmsalbi.fr Site : www.ifmsalbi.fr

Plus en détail

ECT et rtms. Gaëlle DALL IGNA HDJ polaire neurologie/psychiatrie Unité traitements biologiques

ECT et rtms. Gaëlle DALL IGNA HDJ polaire neurologie/psychiatrie Unité traitements biologiques ECT et rtms Gaëlle DALL IGNA HDJ polaire neurologie/psychiatrie Unité traitements biologiques ECT historique L électroconvulsivothérapie Cerletti et Bini en 1937 à Milan Evolution des somatothérapies Induction

Plus en détail

Le cahier d expériences, un outil au service des apprentissages et de l évaluation formative. Clotilde Marin Micewicz La main à la pâte

Le cahier d expériences, un outil au service des apprentissages et de l évaluation formative. Clotilde Marin Micewicz La main à la pâte Le cahier d expériences, un outil au service des apprentissages et de l évaluation formative Clotilde Marin Micewicz La main à la pâte 1 La main à la pâte: une démarche centrée sur l élève un enseignement

Plus en détail

ANTI-CONVULSIVANTS. Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire Plan. II- Stratégie thérapeutique

ANTI-CONVULSIVANTS. Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire Plan. II- Stratégie thérapeutique ANTI-CONVULSIVANTS Claire CHAPUIS CChapuis1@chu-grenoble.fr Pôle Pharmacie CHU Grenoble Institut de Formation en Soins Infirmiers 3 ème Année Année universitaire 2014-2015 Plan I- Rappels épilepsie II-

Plus en détail

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques

TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques DCEM3 2005-2006 - Module de Pharmacologie clinique E04 TD: Antiépileptiques : Comment argumenter le choix d un antiépileptique à partir des données pharmacologiques TD du 20.03.06 14-16h M. Grima /Pr E

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE

MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE MÉTHODOLOGIE DU TRAVAIL UNIVERSITAIRE Les spécificités des Sciences de la Vie Caroline Dubacq, 30 juin 2015 Travailler en Sciences de la Vie Les attentes des enseignants disciplinaires : Améliorer les

Plus en détail

L épilepsie, la grossesse et l allaitement

L épilepsie, la grossesse et l allaitement L épilepsie, la grossesse et l allaitement Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux

Plus en détail

Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé

Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé Efficacité d un programme de remédiation cognitive chez des jeunes patients présentant une schizophrénie ou un trouble associé Collaborations : 1. Fondation Santé des Etudiants de France, clinique des

Plus en détail

I. FORMATION COMMUNE DE BASE

I. FORMATION COMMUNE DE BASE Contrôle des connaissances 00/0 Le ème cycle des études pharmaceutiques comporte une formation commune de base et une formation optionnelle. Conformément à l'arrêté du 7 Juillet 987 modifié, seule, la

Plus en détail

La préparation magistrale en milieu officinal. Réflexions de l AUP

La préparation magistrale en milieu officinal. Réflexions de l AUP La préparation magistrale en milieu officinal. Réflexions de l AUP Aspect législatif 1. AR n 78 du 10 novembre 1967 : 2. Loi du 25 mars 1964 sur les médicaments : Cette loi en son article 6 quater 3 définition

Plus en détail

L université des patients,le patient un acteur de santé publique dès aujourd hui

L université des patients,le patient un acteur de santé publique dès aujourd hui L université des patients,le patient un acteur de santé publique dès aujourd hui Catherine Tourette-Turgis, MCU, Université Pierre et Marie Curie Responsable du DU et du Master en éducation thérapeutique

Plus en détail

Le Projet Pluritechnique Encadré

Le Projet Pluritechnique Encadré Document d accompagnement Le Projet Pluritechnique Encadré Tout projet se définit comme une démarche spécifique, qui permet de structurer méthodiquement et progressivement une réalité à venir. Il est mis

Plus en détail

Dispositifs «dictées réflexives»

Dispositifs «dictées réflexives» Dispositif efficient ou innovant dans le cadre de la prévention de l illettrisme SEGPA et C2/C3 Nom du dispositif Dispositifs «dictées réflexives» Origine de l action Public visé Cette action s inscrit

Plus en détail

LE DISPOSITIF D AIDE PERSONNALISEE A L ECOLE MATERNELLE POURQUOI? COMMENT?

LE DISPOSITIF D AIDE PERSONNALISEE A L ECOLE MATERNELLE POURQUOI? COMMENT? LE DISPOSITIF D AIDE PERSONNALISEE A L ECOLE MATERNELLE POURQUOI? COMMENT? L aide personnalisée telle que définie dans la circulaire n 2008-082 du 5-06-2008 répond à des principes généraux et des règles

Plus en détail

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques

Mettre en œuvre des thérapeutiques et des actes à visée diagnostique conformément aux bonnes pratiques DISCIPLINE : Sciences et techniques infirmières intervention Compétence : n 4 : mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique UE 4.4 S5 : Thérapeutiques et contribution au diagnostic

Plus en détail

PACES. Henri Copin, Pascal Sonnet Université Picardie Jules Verne UFR de Médecine UFR Pharmacie

PACES. Henri Copin, Pascal Sonnet Université Picardie Jules Verne UFR de Médecine UFR Pharmacie PACES Henri Copin, Pascal Sonnet Université Picardie Jules Verne UFR de Médecine UFR Pharmacie Rentrée 2012 Enseignement sous forme d Unités d Enseignement (UE) chaque UE = n ECTS ECTS (European Credit

Plus en détail

Les thymorégulateurs. Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2. Cours de Psychomotricité

Les thymorégulateurs. Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2. Cours de Psychomotricité Les thymorégulateurs Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Psychomotricité Généralités 1% de la population (en France 500 000 personnes) souffrent de troubles de

Plus en détail

Les Traitements de L Epilepsie

Les Traitements de L Epilepsie Les Traitements de L Epilepsie Pr Fabrice Bartolomei Service de Neurophysiologie Clinique et Epileptologie_Hôpital Timone Hôpital H Gastaut Université Aix Marseille II Marseille, France 2 Introduction

Plus en détail

Wikipedia : quels usages pédagogiques?

Wikipedia : quels usages pédagogiques? Wikipedia : quels usages pédagogiques? Constat Wikipedia est un site très consulté en recherche documentaire par nos élèves. Il est même pour certains un outil de référence majeur, mais n a jamais été

Plus en détail

Epilepsie de l enfant : généralités

Epilepsie de l enfant : généralités Epilepsie de l enfant : généralités Neuropédiatrie, CHU Gui de Chauliac, Montpellier L épilepsie est beaucoup plus fréquente chez l enfant 3 fois plus élevée dans la 1ère année de vie que par la suite

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 5 septembre Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 5 septembre 2001 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 28 décembre 1998 (J.O. du 3 janvier 1999) MODOPAR

Plus en détail

Déroulement pratique de la 1ère Année des Études de Santé Le Tutorat, pierre angulaire de la 1ère Année

Déroulement pratique de la 1ère Année des Études de Santé Le Tutorat, pierre angulaire de la 1ère Année Déroulement pratique de la 1ère Année des Études de Santé Le Tutorat, pierre angulaire de la 1ère Année Dr Jean-Charles COUTURES, Dr Pierre GILLOIS Année universitaire 2012/2013 Plan 1. La pédagogie :

Plus en détail

ALCOVER Solution buvable. Résumé des Caractéristiques du Produit

ALCOVER Solution buvable. Résumé des Caractéristiques du Produit ALCOVER Solution buvable Résumé des Caractéristiques du Produit ALCOVER 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : ALCOVER. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un flacon de 140 ml de solution buvable 24,5

Plus en détail

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl

Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl Outil d aide à la titration d ACTIQ Citrate de fentanyl ACTIQ est indiqué pour le traitement des Accès Douloureux Paroxystiques (ADP)* chez les patients âgés de 16 ans ou plus, ayant un cancer et recevant

Plus en détail

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION

Plus en détail

L épilepsie. chez la femme

L épilepsie. chez la femme L épilepsie chez la femme Qu est-ce que l épilepsie? L épilepsie est une maladie qui touche environ 1 personne sur 150 à 200, soit plus de 60.000 personnes en Belgique. Il existe de nombreux types d épilepsie:

Plus en détail

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique.

L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. L infirmière au cœur du parcours de soin du patient douloureux chronique. Christine BERLEMONT Infirmière Ressource Douleur Unité d Evaluation et Traitement de la Douleur Centre Hospitalier de Meaux France

Plus en détail

La Névralgie du Trijumeau

La Névralgie du Trijumeau La Névralgie du Trijumeau Situation Clinique Homme, 50 ans, Migraineux, Insuffisant respiratoire par exposition professionnelle à l'amiante Description de la douleur : *évolution depuis 1 semaine *douleur

Plus en détail

Le portfolio infirmier : un levier de

Le portfolio infirmier : un levier de Le portfolio infirmier : un levier de professionnalisation 5 ème congrès mondial des infirmières et infirmiers francophones GENEVE Mai 2012 Isabelle BAYLE - FRANCE LE CADRE REGLEMENTAIRE Article 55 de

Plus en détail

Rappel : Apprentissage. Enseigner. En résumé. Apprentissage. Synthèse. Enseigner. Environnements. Sylvie Coppé

Rappel : Apprentissage. Enseigner. En résumé. Apprentissage. Synthèse. Enseigner. Environnements. Sylvie Coppé Rappel : Apprentissage Enseigner Sylvie Coppé Sujet Pas d intention d apprentissage Environnements Sujet Pas d intention d apprentissage Apprentissage Peut se faire n importe où Pas forcément d intention

Plus en détail

La ministre des affaires sociales et de la santé. Mesdames et Messieurs les directeurs généraux des agences régionales de santé (pour diffusion)

La ministre des affaires sociales et de la santé. Mesdames et Messieurs les directeurs généraux des agences régionales de santé (pour diffusion) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social Ministère des familles, de l enfance et des droits des femmes Ministère

Plus en détail

Pierre-Henri Multon ASPASIE COACHING SAS Accompagnement Professionnel

Pierre-Henri Multon ASPASIE COACHING SAS Accompagnement Professionnel Pierre-Henri Multon ASPASIE COACHING SAS Accompagnement Professionnel www.aspasiecoaching.com La prise de Poste en fonction de l âge Les enjeux premiers d une prise de poste varient en fonction de l âge

Plus en détail

CFAP de GUILHERAND-GRANGES 60 rue de Narvik GUILHERAND-GRANGES. Thème : La GYNECOLOGIE 1) OBJECTIF DE LA FORMATION : La problématique :

CFAP de GUILHERAND-GRANGES 60 rue de Narvik GUILHERAND-GRANGES. Thème : La GYNECOLOGIE 1) OBJECTIF DE LA FORMATION : La problématique : CFAP de GUILHERAND-GRANGES 60 rue de Narvik 07500 GUILHERAND-GRANGES Thème : La GYNECOLOGIE 1) OBJECTIF DE LA FORMATION : La problématique : La révolution de la gynécologie médicale des trente dernières

Plus en détail

LE CONTE TRADITIONNEL

LE CONTE TRADITIONNEL LE CONTE TRADITIONNEL MATÉRIEL : -Albums : Le loup est revenu, Geoffroy de Pennart, Ed. : L École des Loisirs Les trois petits cochons Le Petit Chaperon Rouge La Chèvre et ses 7 Chevreaux Pierre et le

Plus en détail

Fiche UE8- UE Spécifique Vétérinaire

Fiche UE8- UE Spécifique Vétérinaire Fiche UE8- UE Spécifique Vétérinaire Plan du document : Fiche descriptive de l UE.. P 1 Programme détaillé de l UE P5 EQUIPE PEDAGOGIQUE RESPONSABLE ENSEIGNANTS Dr RAHARISON Fiddiniaina - Dr RAHARISON

Plus en détail

PROJET D ECOLE 2012 /2015

PROJET D ECOLE 2012 /2015 NOM DE L ECOLE : SAINT CYR LE CHATOUX CIRCONSCRIPTION : VILLEFRANCHE SUR SAONE PROJET D ECOLE 2012 /2015 Je m implique, donc je suis! ETAPE 1 : DIAGNOSTIC : IDENTIFICATION DES POINTS D APPUI ET DE PROGRES

Plus en détail

La Thèse dans le DES de Médecine Générale. De l idée à la soutenance

La Thèse dans le DES de Médecine Générale. De l idée à la soutenance La Thèse dans le DES de Médecine Générale De l idée à la soutenance Thèse d exercice La thèse d exercice est obligatoire pour tout médecin. Elle est encadrée par un directeur, qui peut être de toute discipline.

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 février 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 28 février 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 28 février 2007 KEPPRA 250 mg, comprimé pelliculés sécable Boîte de 60 comprimés (CIP : 356 013-6) KEPPRA 500 mg, comprimé pelliculés sécable Boîte de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

> Je suis ACTEUR de ma réussite en 1 ère Bac

> Je suis ACTEUR de ma réussite en 1 ère Bac > Je suis ACTEUR de ma réussite en 1 ère Bac Présentation du programme du Service d Aide organisé à la Haute Ecole Service d Aide à la Réussite Coordination : I. Alen A partir du 1 er octobre A Woluwé:

Plus en détail

«Les outils pédagogiques dans l ETP-1»

«Les outils pédagogiques dans l ETP-1» AGO INGÉNERIE FORMATION-MC LLORCA «Les outils pédagogiques dans l ETP-1» Marie-Christine LLORCA AGO Ingénierie-Formation - 18 rue du Languedoc 31000 Toulouse www.ago-formation.fr contact@ago-formation.fr

Plus en détail

Projet Niveau 4 ème La relation enseignant enseigné en 4 ème 9.

Projet Niveau 4 ème La relation enseignant enseigné en 4 ème 9. Projet Niveau 4 ème La relation enseignant enseigné en 4 ème 9. PROJET 4 9 Mr Baro Année scolaire 2011 2012 : Institution Sainte-Marie La grand Grange Institution Sainte-Marie La Grand Grange / 1 Objet

Plus en détail

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements.

LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. LA CONSULTATION d Annonce Ou l avancée dans la maladie et les Traitements. Dr Gaëtan DES GUETZ Oncologie Médicale Consultation d annonce Gage de qualité PREMIER CONTACT Succès dépend de dossier communication.

Plus en détail

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN

Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème. D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN Les étapes d une démarche d apprentissage en situation problème D après un document de Hélène Lagarde CPAIEN 1 Représentations initiales Qu est qu une situation d apprentissage? 2 Quels sont les objectifs?

Plus en détail

CERTIFICAT DE PRATICIEN-FORMATEUR

CERTIFICAT DE PRATICIEN-FORMATEUR CERTIFICAT DE PRATICIEN-FORMATEUR DANS LES MÉTIERS DE LA RÉÉDUCATION ET DE LA READAPTATION 1 CONTEXTE La formation des professions paramédicales s inscrit dans des dispositifs d alternance et une approche

Plus en détail

Formation de Thérapie Emotionnelle

Formation de Thérapie Emotionnelle Formation de Thérapie Emotionnelle Qu est-ce que la thérapie émotionnelle? L approche psychosomatique du traitement des émotions ou thérapie émotionnelle (TE) est une synthèse de plusieurs approches thérapeutiques

Plus en détail

d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets!

d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets! Lorsque les médicaments contre l épilepsie ne permettent pas de contrôler les crises, d autres possibilités thérapeutiques peuvent être envisagées, et vous permettent ainsi d avoir des projets! Parlez

Plus en détail

Les études scientifiques à l Université de Nantes. Faculté des Sciences et des Techniques Pôle Santé

Les études scientifiques à l Université de Nantes. Faculté des Sciences et des Techniques Pôle Santé Les études scientifiques à l Université de Nantes Faculté des Sciences et des Techniques Pôle Santé 1 Les campus de Nantes 2 Le campus Lombarderie 3 4 Le pôle Santé 5 Domaines d Etudes Sciences Chimie

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 16 mars 2005 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 2 février 2000 par arrêté du 18 janvier 2000 (JO

Plus en détail

Des exemples de remédiation/corrections de devoirs

Des exemples de remédiation/corrections de devoirs Des exemples de remédiation/corrections de devoirs Journée de pré rentrée 11/10/2016 Groupe sur l évaluation, 6 pages Objectifs : Inscrire l évaluation dans le processus d apprentissage Comment faire accepter

Plus en détail

Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions. Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours

Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions. Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours 1 La consommation des BZD par les sujets âgés : données de la littérature

Plus en détail

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC

CŒUR ET TRAVAIL PRISE EN CHARGE DU PATIENT INSUFFISANT CARDIAQUE (PARAMEDICAUX) Méthodologie du programme de DPC Méthodologie du programme de DPC L objectif de ce programme de formation sur l insuffisance cardiaque est de permettre aux personnels paramédicaux travaillant dans les services de cardiologie ou de réadaptation

Plus en détail

LA LITTERATURE AU CYCLE 3 LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR

LA LITTERATURE AU CYCLE 3 LES DROITS IMPRESCRIPTIBLES DU LECTEUR LA LITTERATURE AU CYCLE 3 Lors du stage «littérature» qui s est déroulé les 15/16 janvier avec un premier groupe et les 26/27 janvier avec un second, nous avons réfléchi sur les questions : - que veut

Plus en détail

BILAN INTERMEDIAIRE DU PROJET D'ECOLE ème année

BILAN INTERMEDIAIRE DU PROJET D'ECOLE ème année Ecole Pasteur Lompret BILAN INTERMEDIAIRE DU PROJET D'ECOLE 2009-2012 3 ème année 2011-2012 Les axes de travail : 1 - Axe pédagogique : - Privilégier l étude de la langue. - Privilégier l apprentissage

Plus en détail

Une Histoire trouble par Thomas, DCEM2. Diabète de Type 1 et Epilepsie

Une Histoire trouble par Thomas, DCEM2. Diabète de Type 1 et Epilepsie Une Histoire trouble par Thomas, DCEM2 Diabète de Type 1 et Epilepsie Cas Clinique Mr. A. Oubahamane, 21 ans, originaire du Maroc, Hospitalisé pour déséquilibre glycémique Antécédents: Diabète de type

Plus en détail