Lettre d information. Lettre d information bimestrielle. Assurance et réassurance. Juillet 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lettre d information. Lettre d information bimestrielle. Assurance et réassurance. Juillet 2013"

Transcription

1 Assurance et réassurance Lettre d information Juillet 2013 Lettre d information bimestrielle Assurance, réassurance et transport Cette lettre d information résume quelques éléments de l actualité juridique dans les domaines de l assurance, de la réassurance et des transports. Pour tout commentaire ou information complémentaire, ou bien si vous ne souhaitez plus recevoir cette lettre d information, contactez nous en répondant au courriel d envoi. 1 Assurance Retrait d agrément administratif Exception de compensation Primes en cours Assurance-crédit Réforme Contrat d assurance Fausse déclaration du risque Contrats d assurance Projet de loi relatif à la consommation Assurance vie Rapport Berger-Lefebvre Assurances en lignes Règle proportionnelle de prime 4 2 Aérien Caractère exclusif de la convention de Montréal : exclusion de la force majeure au sens du Code civil en tant que cause d exonération de responsabilité du transporteur Loi n du 24 avril 2013 renforçant l information des voyages lors de la commercialisation de titres de transport sur les compagnies aériennes figurant sur la liste noire de l Union européenne Actualité du droit communautaire Projet de réforme du règlement 261/ Maritime Quelle compétence juridictionnelle pour les 7 conflits du travail maritimes? 4 Médical Autorisation de la vente de médicaments en ligne 8 5 Protection des données 9

2 1 Assurance 1.1 Retrait d agrément administratif Exception de compensation Primes en cours Par un arrêt du 29 mai 2013, la Cour de cassation énonce clairement que dans le cadre d une liquidation d une compagnie d assurance consécutive au retrait de son agrément administratif, l exception de compensation s applique seulement pour les cotisations et primes échues pendant le délai de quarante jours séparant le prononcé du retrait d agrément et la résiliation consécutive du contrat d assurance. En l espèce, le 9 décembre 2004, un particulier a souscrit un contrat d assurance automobile renouvelable par tacite reconduction dont la cotisation annuelle était payable en deux semestrialités. Le 11 janvier 2007, suite au retrait de son agrément administratif, l assureur est mis en liquidation. La fraction de prime pour la période du 9 décembre 2006 au 8 juin 2007 n ayant pas été réglée, le liquidateur de la compagnie d assurance obtient du juge de proximité une ordonnance enjoignant à l assuré de payer le montant intégral de la cotisation annuelle. L assuré, formant opposition au jugement, demande la compensation entre la prime annuelle échue le 9 décembre 2006 et la partie restituable à compter de la résiliation du contrat consécutive au retrait de l agrément. Selon lui, ces deux créances sont connexes peu importe que l une soit née avant le prononcé de la liquidation et l autre après. La Cour de cassation rappelle, en premier lieu, les dispositions de l article L du Code des assurances selon lesquelles en cas de retrait de l agrément administratif, tous les contrats souscrits par l assureur cessent de plein droit au quarantième jour à midi, à compter de la publication au Journal officiel de la République française de la décision prononçant le retrait. Par conséquent, les primes ou cotisations échues et non payées à la date de cette décision sont dues en totalité à l entreprise d assurance, mais ne lui sont définitivement acquises que proportionnellement à la période garantie jusqu au jour de la résiliation. Cette distinction établie, la Cour se fonde sur l article L du Code de commerce pour répondre, en second lieu et par la négative à la demande de compensation de la prime échue et non payée avec le remboursement dû par l assureur à proportion de la période garantie. La Cour cantonne ainsi l exception de compensation à la prime échue pendant le délai de quarante jours entre la décision de retrait et la résiliation consécutive des contrats. Il n est pas possible de compenser une prime échue antérieurement à la décision de retrait avec une fraction correspondant à la période non garantie. Celle-ci doit effectivement être versée en totalité et ne sera restituée que dans la limite de l actif disponible après la liquidation. Civ. 1er 29 mai 2013, F-P+B, n Pour plus d informations, contacter Yannis Samothrakis au ou Sophie Grémaud au ou 1.2 Assurance-crédit Réforme Afin d améliorer le fonctionnement du marché de l assurance-crédit, un accord pour participer au soutien de l activité économique et au renforcement de la trésorerie des entreprises a été signé le 17 juin 2013 par le Ministre de l Economie et des Finances, la Médiation du crédit, la Fédération française des sociétés d assurances (FFSA) et les principaux assureurs-crédit (Atradius, Axa Assurcrédit, Coface, Euler-Hermès et Groupama AC représentant 98% du marché en France). Cet accord a permis la mise en place, depuis le 1er juillet 2013, d un site internet (www.acheteurs-assurance-crédit.fr) destiné aux entreprises et leur permettant d accéder gratuitement à l appréciation faite par les assureurs-crédit du risque les concernant. En effet, lorsque l assureur couvre une créance, il apprécie le risque qu elle ne soit pas honorée par l acheteur avec lequel l entreprise son client est en relation commerciale. Un système d alerte est également prévu en cas de diminution importante du niveau de couverture. Dans ce cas, l entreprise dont la créance n est plus couverte par l assureur peut directement chercher à s assurer du paiement de la créance par l acheteur en réduisant les délais de paiement voire en exigeant un paiement comptant. Par ailleurs, les assureurs signataires de l accord du 17 juin dernier se sont engagés à respecter un délai d un mois entre l information de l assuré et l effectivité de la décision de dégradation. Ce délai permet ainsi à l entreprise de s organiser afin de gérer l impact que cette décision aura sur ses finances, mais également d initier un dialogue avec 2

3 l assureur et de lui fournir toute information financière susceptible d améliorer sa connaissance de la situation financière de l entreprise, lui permettant le cas échéant de revoir sa décision. Enfin, ces mêmes assureurs-crédit proposent d offrir l équivalent privé des produits dits Complément d Assurancecrédit public (CAP) qui avaient été mis à disposition par l Etat dans le contexte de la crise de 2008 à Ces produits sont destinés à compléter ou à se substituer aux polices de marché en cas de résiliation. La Médiation du crédit est chargée de veiller à la mise en œuvre de tous ces engagements. Pour plus d informations, contacter Yannis Samothrakis au ou Sophie Grémaud au ou 1.3 Contrat d assurance Fausse déclaration du risque Par un arrêt du 23 mai 2013, la deuxième chambre civile de la Cour de cassation confirme la décision de la Cour d appel de Reims ayant retenu la nullité du contrat d assurance pour fausse déclaration intentionnelle à l assureur alors même que cette déclaration n avait pas d influence sur le sinistre. En l espèce, un syndicat de copropriétaires a communiqué, lors de la souscription d un contrat d assurance de l immeuble, une fausse date de construction de celui-ci. Par la suite, un mur de l immeuble s est effondré et le syndicat a déclaré ce sinistre à son assureur. Ce dernier lui oppose la nullité du contrat pour fausse déclaration intentionnelle. Le syndicat assigne alors son assureur en exécution du contrat d assurance. La Cour d appel de Reims prononce la nullité du contrat par application de l article L du Code des assurances. Le syndicat se pourvoit alors en cassation. Sans contester la nature mensongère de ses déclarations, le syndicat soutient que celles-ci n ont fait l objet d aucune vérification préalable de la part de l assureur et qu elles n ont pu influencer l opinion du risque par ce dernier puisque la date de construction de l immeuble n avait pas de lien avec la cause du sinistre. La Cour de cassation juge, en premier lieu, que l assureur n est pas tenu de vérifier l exactitude des déclarations faites par son assuré. Inversement, selon l article L du Code des assurances, l assuré a, quant à lui, l obligation de répondre de manière exacte aux questions posées par son assureur. En second lieu, la Cour affirme que l ancienneté d un immeuble a nécessairement une incidence sur l appréciation des risques par l assureur et est de nature à entraîner une augmentation de la prime. Enfin, la haute juridiction rappelle qu en application de l article L du Code des assurances, le contrat d assurance est nul en cas de fausse déclaration intentionnelle de la part de l assuré, dès lors que cette fausse déclaration change l objet du risque ou en diminue l opinion pour l assureur, alors même que le risque omis ou dénaturé par l assuré a été sans influence sur le sinistre. Cass. 2e civ., 23 mai 2013 (n , n 783 D) Pour plus d informations, contacter Yannis Samothrakis au ou Sophie Grémaud au ou 1.4 Contrats d assurance Projet de loi relatif à la consommation Le 28 juin 2013, l Assemblée Nationale a voté en première lecture le projet de loi relatif à la consommation visant à rééquilibrer les pouvoirs entre consommateurs et professionnels dans le but de favoriser la relance de la consommation. En matière d assurance, les deux principales nouveautés du projet de loi sont l assouplissement des conditions de résiliation des contrats d assurance et la création d une action de groupe. La résiliation infra-annuelle offre la possibilité pour le consommateur de résilier les contrats et adhésions reconduits tacitement, sans frais ni pénalités, à partir du premier jour suivant la reconduction du contrat. La résiliation prendra effet dans un délai d un mois à compter de la notification. Les contrats d assurance visés sont ceux couvrant les personnes physiques en dehors de leurs activités professionnelles et relevant des branches qui seront définies par décret en Conseil d État. Sont également concernés les contrats d assurance de responsabilité civile automobile, sous Lettre d information Juillet

4 certaines conditions, et les contrats d assurance proposés en complément de la vente d un bien ou de la fourniture de services et couvrant notamment le mauvais fonctionnement, la perte, le vol et les dommages matériels. Le projet de loi précise que ce droit de résiliation infra-annuelle doit être mentionné dans chaque contrat d assurance et rappelé avec chaque avis d échéance de prime ou de cotisation. L action de groupe, telle que prévue par le projet de loi, permet à une association de défense des consommateurs agréée au niveau national d obtenir réparation, devant les juridictions civiles, des préjudices matériels individuels subis par les consommateurs placés dans une situation similaire et ayant pour cause commune le manquement par un même professionnel à ses obligations légales ou contractuelles. La notion de groupe doit ainsi être strictement entendue, il ne peut s agir que d une association agréée au plan national (il en existe 16 aujourd hui). Selon l article L du Code de la consommation, l agrément ne peut être accordé qu aux associations indépendantes de toutes formes d activités professionnelles. L article R du même code précise que l association doit également justifier d au moins une année d existence, d une activité effective et publique de défense des intérêts des consommateurs, et d au moins membres. Enfin, le champ d application de l action de groupe est limité aux préjudices matériels subis dans le cadre de contrats de consommation ou de pratiques anticoncurrentielles. Par ailleurs, trois autres dispositions du projet de loi doivent être mentionnées. En premier lieu et s agissant des contrats conclus à distance et hors établissement, le projet de loi prévoit un droit de rétractation permettant au souscripteur de ces contrats d assurance d y renoncer dans un délai de 14 jours et ce, sans avoir à motiver sa décision ni à payer des frais ou pénalités. Le consommateur doit être informé de ce droit. A défaut, le délai sera prolongé de douze mois à compter de l expiration du délai de rétractation initial. En second lieu, le projet de loi vient renforcer l obligation générale d information précontractuelle en exigeant la remise par l assureur d un document invitant l assuré à vérifier s il n est pas déjà bénéficiaire d une garantie couvrant l un des risques couverts par le nouveau contrat et l informant de sa faculté de renonciation. En dernier lieu, et en matière de contrat d assurance automobile, le texte impose à l assureur de rappeler à l assuré par mention dans leur contrat que ce dernier a le choix du réparateur professionnel. Pour plus d informations, contacter Yannis Samothrakis au ou Sophie Grémaud au ou 1.5 Assurance vie Rapport Berger-Lefebvre Le rapport Berger-Lefebvre sur l épargne financière et sur les besoins de financement de l économie a été remis, le 2 avril 2013, au Ministère de l économie et des finances. Ce rapport réaffirme en premier lieu la nécessité de consolider la confiance des épargnants en maintenant les avantages fiscaux et sociaux liés aux produits d épargne salariale et de retraite, ainsi qu en continuant la réforme de doublement du plafond du Livret A. Par ailleurs, le rapport propose de rediriger les encours de l assurance vie vers des placements plus utiles à l économie. Ainsi, il suggère un allongement de la durée des contrats d assurance vie, ce qui permettrait à l épargne d être réorientée vers des placements plus longs et plus risqués, et ainsi de profiter au secteur industriel. Ce rapport propose, en outre, de mettre en place un plan d épargne en actions (PEA) bénéficiant d un plafond nettement supérieur à celui des PEA actuels et dédié aux petites et moyennes entreprises ainsi qu aux établissements de taille intermédiaire (ETI). La création d un nouveau contrat d assurance vie dit contrat «Euro Croissance» est l une des dispositions clés du rapport Berger Lefebvre. Le contrat «Euro Croissance» permettrait de combiner des investissements en actions et en obligations, générant ainsi un rendement supérieur à celui des contrats en euros. A l inverse de ces derniers, seul le capital du contrat est garanti à terme. Le contrat «Euro Croissance» a donc pour objectif d offrir une certaine stabilité aux épargnants tout en renforçant la capacité des assureurs à financer l économie, notamment en apportant aux entreprises des financements en fonds propres et en dettes. Le rapport précise également que les contrats d assurance vie en euros déjà existants pourraient être transformés en contrats «Euro Croissance» diversifiés sans aucune perte d antériorité fiscale. 4

5 Par ailleurs, le rapport Berger Lefebvre incite à une plus grande prise de risques en limitant l application de la fiscalité des contrats en euros au seuil de euros d encours. Il est prévu que le rapport soit débattu à l Assemblée Nationale à l automne Pour plus d informations, contacter Yannis Samothrakis au ou Sophie Grémaud au ou 1.6 Assurances en lignes Malgré l usage fréquent des mécanismes d assurance en lignes, il existe très peu de jurisprudence sur la question. Dans un arrêt du 28 novembre 1995, la Première Chambre Civile semble assimiler maladroitement l assurance en ligne à de la coassurance, ce que la doctrine n a pas manqué de critiquer. Cet arrêt était néanmoins intéressant en ce qui concerne le point de départ de la prescription à l égard de l assurance deuxième ligne. L arrêt du 29 mai dernier vient utilement rappeler une évidence: l assureur deuxième ligne n est pas tenu de la même dette que l assureur première ligne. Dans cette affaire, l assuré était un fabricant appelé en garantie par un entrepreneur. L assuré avait souscrit un programme d assurance responsabilité produits livrés avec plusieurs lignes d assurances. La Cour d appel ayant considéré que l assuré devait garantir l entrepreneur de ses condamnations, elle a condamné l assureur de second rang in solidum avec ses coassureurs et l assureur de premier rang. L arrêt est cassé sur ce dernier point au visa des articles 1134 du Code civil (respect des engagements contractuels) et 455 du Code de procédure civile (obligation de motivation du jugement). Le principe de responsabilité in solidum n échappe pas à certains principes fondamentaux de la solidarité entre codébiteurs et en particulier l article 1200 du Code civil qui dispose que Il y a solidarité de la part des débiteurs, lorsqu ils sont obligés à une même chose, de manière que chacun puisse être contraint pour la totalité, et que le payement fait par un libère les autres envers le créanciers. En l occurrence, l assurance en ligne a pour effet de découper une même dette en plusieurs tranches qui ne constituent donc pas les mêmes dettes. L étape suivante du raisonnement serait de confirmer les règles d imputations et de priorité sur les récupérations et autres produits de recours entre assureurs en ligne. Le droit civil offre des pistes mais la jurisprudence de la Cour de cassation n en est pas encore là. Cass., 3ème Civ., 29 mai 2013, n Pour plus d informations, contacter David Méheut au ou 1.7 Règle proportionnelle de prime Dans cette affaire, la Cour d appel de Paris avait retenu une mauvaise déclaration du risque non intentionnelle. Cependant, elle avait refusé d appliquer la réduction proportionnelle de l indemnité sollicitée par l assureur au motif que les calculs de l assureur étaient effectués à partir de bases déterminées postérieurement à la police et n avaient jamais fait l objet d un accord entre les cocontractants de sorte qu ils ne sauraient être opposables à l assuré. La 3 ème Chambre Civile casse l arrêt d appel au motif qu il appartient aux juges du fond de déterminer ce montant et de fixer souverainement la réduction qui doit être apportée à l indemnité à raison des déclarations inexactes de l assuré. En l occurrence, la Cour de cassation ne fait rien de plus que constater que les motifs retenus par la Cour d appel n étaient pas suffisants pour écarter l application de la règle proportionnelle. En revanche, cela ne dispense pas l assureur d essayer d apporter une justification à son calcul. A cet égard, la jurisprudence semble se montrer plutôt compréhensive des difficultés rencontrées par les assureurs en censurant les arrêts d appel se montrant trop sévères en termes de preuve. Civ. 3ème, 17 avril 2013, n (publié au bulletin) Pour plus d informations, contacter David Méheut au ou Lettre d information Juillet

6 2 Aérien 2.1 Caractère exclusif de la convention de Montréal : exclusion de la force majeure au sens du Code civil en tant que cause d exonération de responsabilité du transporteur Un avion affrété par un organisateur, via un voyagiste, arrive en retard du fait du brouillard et ne peut embarquer les passagers pour l heure prévue du vol. Le voyage est annulé, l organisateur du voyage assigne le voyagiste. Le voyagiste se défend sur le fondement de la convention de Varsovie (art. 20, exonération du transporteur si une cause extérieure rend impossibles des mesures de nature à éviter le dommage dû au retard) et est suivi par la Cour d appel. La Cour de cassation a cassé et substitue la convention de Montréal (en vigueur à la date des faits) à celle de Varsovie. Elle rappelle que l application de l article 19 de la convention de Montréal (qui correspond, en cas de retard, à l article 20 de la convention de Varsovie), retient la cause extérieure et exclut la force majeure au sens du Code civil. Civ. 1ère, 13 mars 2013, Pourvoi n Pour plus d informations, contacter Maylis Casati-Ollier au ou 2.2 Loi n du 24 avril 2013 renforçant l information des voyages lors de la commercialisation de titres de transport sur les compagnies aériennes figurant sur la liste noire de l Union européenne Le règlement 2111/2005 du 14 décembre 2005 institue une liste, régulièrement mise à jour, des compagnies aériennes à risques. Accompagné en droit interne d un décret du 2 mai 2007, il ne portait pas sur les vols dits en bout de ligne. Cette dernière notion n est pas définie par le règlement mais les travaux préparatoires de la loi précisent qu ils consistent à assurer un transport depuis un pays de l Union européenne avec une compagnie autorisée sur le territoire de l Union et à achever le parcours à l intérieur d un pays non européen avec une compagnie aérienne figurant sur la liste noire (http://www.assemblee-nationale.fr/13/rapports/r2936.asp). La loi du 24 avril 2013 permet de remédier à cette lacune en obligeant le vendeur du billet à signaler au passager ou à l acquéreur qu il va emprunter un avion de l une de ces compagnies à risque sur une portion extracommunautaire du trajet. Elle modifie le Code des transports (article L ) et prévoit une amende de non exclusive des poursuites fondées sur la mise en danger délibéré de la vie d autrui (article du Code pénal). La loi n entre pas immédiatement en vigueur, le texte prévoit un délai maximal d un an afin de permettre aux voyagistes de mettre à jour leurs propres systèmes d information. Pour plus d informations, contacter Maylis Casati-Ollier au ou 2.3 Actualité du droit communautaire Projet de réforme du règlement 261/2004. LLa Commission européenne prévoit de réformer le régime issu du règlement 261/2004 afin de corriger les difficultés nées de son application. Ce règlement portait sur l indemnisation et l assistance des passagers en cas de refus d embarquement et d annulation ou de retard important d un vol. Dix droits élémentaires des passagers sont énumérés. Seul un ne serait pas modifié : l interdiction des discriminations dans le transport. Parmi les modifications importantes, en cas de long retard, le passager pourrait débarquer de l avion et demander le remboursement du prix du billet. Une autre modification notable concernerait les procédures de réclamation. Ainsi, les compagnies pourraient se voir imposer un délai de réponse et un mécanisme extrajudiciaire de règlement des différents pourrait être mise en place, avec le concours des autorités des États membres. Un troisième changement significatif consisterait à inclure dans le règlement le droit pour le passager à une indemnisation en cas de long retard, sans précision sur le montant ni sur le temps de retard dans le projet tel qu il existe actuellement. Il s agit ici de traduire dans le règlement la jurisprudence Sturgeon. A l heure à laquelle nous écrivons, nous rappelons qu il n est encore question que de propositions. Pour plus d informations, contacter Maylis Casati-Ollier au ou 6

7 3 Maritime Quelle compétence juridictionnelle pour les conflits du travail maritimes? En matière de droit social maritime, les tribunaux compétents pour trancher les litiges entre salariés et employeurs étaient traditionnellement : le tribunal de commerce pour les conflits impliquant un capitaine de navire le tribunal d instance pour les autres marins L entrée en vigueur du code des transports le 1er décembre 2010 a remis en cause ces compétences juridictionnelles spéciales, contenues dans le code du travail maritime dont les articles ont été presque tous abrogés. Le code des transports prévoit désormais d une part, que les différends entre employeurs et marins (sans distinction entre capitaine et marin) sont portés devant le juge judicaire (article L du code des transports) et d autre part, que le code du travail est applicable aux entreprises d armement maritime ainsi qu à leurs salariés (articles L et L du code des transports). Par un arrêt du 4 décembre 2012, la Cour d appel de Rennes en a déduit très justement que le conseil de prud hommes est désormais la seule juridiction compétente pour juger les litiges individuels née à l occasion d un contrat de travail de droit privé. Il s agit d une révolution pour le droit social maritime qui se distinguait par des règles très singulières, notamment en matière de compétence juridictionnelle : les marins sont désormais des travailleurs comme les autres et sont soumis au droit commun des salariés 1. Cour d appel de Rennes (3ème ch com.), 4 décembre 2012, n 518, SAS COMPAGNIE OCEANE C/ M. Ronan CUILLANDRE Pour plus d informations, contacter Augustin Moulinas au ou 1 Deux articles parus récemment au DROIT MARITIME FRANÇAIS permettent d approfondir la réflexion : DMF 737, juin 2012, p. 503 ets. / DMF 747, mai 2013, p. 432 et s. Lettre d information Juillet

8 4 Médical Autorisation de la vente de médicaments en ligne La vente de médicaments en ligne est désormais autorisée, d après un arrêté publié le 23 juin 2013 au Journal Officiel. Cette décision fait suite à des pressions de l Union européenne qui a demandé à la France de bien vouloir se conformer aux textes européens. C est désormais chose fait. Cet arrêté qui prendra effet le 12 juillet 2013 encadre très strictement la vente en ligne de médicaments. Seules les pharmacies physiques peuvent vendre en ligne certains médicaments Cette vente en ligne doit être le prolongement virtuel d une pharmacie physique autorisée. Le patient doit être en mesure d identifier le site de vente en ligne comme étant celui d une pharmacie physique dûment autorisée. Un onglet spécifique du site doit être dédié à la vente de médicaments en ligne. Les éventuelles newsletters ou informations ne peuvent comporter, s agissant du médicament, que des informations émanant des autorités sanitaires. Les liens internet vers les sites des entreprises pharmaceutiques, les forums de discussion, la recherche de référencement dans des moteurs de recherche ou encore des comparateurs de prix sont interdits. Interdiction de la promotion des médicaments vendus en ligne Afin de garantir l absence d incitation à la consommation abusive de médicaments, l arrêté interdit les démarches promotionnelles et publicitaires: l affichage du prix de chaque médicament est identique pour tous les médicaments, afin d éviter toute promotion ou mise en avant d un médicament particulier. Ce prix ne comprend pas les frais de livraison, qui doivent être clairement indiqués au moment de la commande. A l heure où de nombreuses pharmacies n hésitent plus à afficher régulièrement les prix promotionnels des médicaments dans leur officine voire dans leur vitrine, le respect de cette disposition concernant le commerce électronique peut paraître compliqué à mettre en œuvre. Limitation de la vente en ligne aux médicaments non soumis à prescription Seuls les médicaments de médication officinale (médicaments vendus sans ordonnance) pourront être accessibles à la vente par Internet, les médicaments soumis à délivrance sous ordonnance étant exclus afin d éviter les contrefaçons et lutter contre les trafics. Cela concerne approximativement médicaments. Cependant, le Conseil d Etat doit prochainement rendre sa décision quant à la légitimité de cette restriction française. En attendant cette décision, tous les médicaments pouvant être dispensés sans prescription médicale peuvent faire l objet d une vente électronique. Ces médicaments doivent être présentés de façon objective, claire et non trompeuse. Obligation de conseil et sécurité du patient Le pharmacien doit également être prêt à répondre à toutes les questions des patients et doit pouvoir échanger avec le patient avant toute commande. S agissant de la délivrance des médicaments, l arrêté souligne que la quantité maximale recommandée ne pourra excéder un mois de traitement à posologie usuelle ou la quantité maximale nécessaire pour le traitement des épisodes aigus. Quant aux données de santé personnelles, si elles sont collectées (un code d accès pourrait par exemple être délivré en amont en pharmacie pour l éviter), devront l être uniquement par des hébergeurs agréés par le ministre chargé de la santé. Enfin, un logo commun à l Union européenne doit être créé afin de permettre une identification facile et rapide des sites agréés pour la dispensation de médicaments sur internet. Ce logo n est cependant pas encore opérationnel. Cet arrêté multiplie donc les contraintes sur la vente en ligne de médicaments par les pharmacies françaises. Si cette réglementation devrait considérablement renforcer la sécurité de la délivrance en ligne des produits, celle-ci suffira-telle à contrer les pharmacies virtuelles francophones, hébergées dans d autres pays et qui ne sont donc pas soumises à toutes ces obligations? Pour plus d informations, contacter Kelly-Ann Dubos au ou 8

9 5 Protection des données Enquête de la CNIL et de la DGCCRF sur le IP Tracking La CNIL a été saisie par une députée européenne sur la légalité des pratiques d IP Tracking, c est-à-dire le fait de conserver l adresse IP des internautes qui consultent les prix des billets, sans passer commande immédiatement, afin de leur proposer un prix supérieur pour le même produit lors d une connexion ultérieure. Cette pratique, si elle est avérée, pourrait constituer une violation du principe de loyauté de la collecte des données personnelles. Dans la mesure où cette pratique pourrait éventuellement relever de pratiques commerciales interdites, l enquête de la CNIL sera menée avec la DGCCRF. La coopération entre la CNIL et la DGCCRF s inscrit dans le cadre d un accord conclu entre ces deux institutions en janvier Pour plus d informations, contacter David Méheut au ou Lettre d information Juillet

10 Our offices Clyde & Co offices Associated offices 33 Offices across 6 continents 290 Partners, over 1,400 fee earners and 2,400 staff 10 For full office details please refer to the the Clyde & Co website Asia-Pacific Europe Americas Beijing Hong Kong Shanghai Singapore Mumbai* New Delhi* Perth Sydney Guildford London Oxford Madrid Manchester Moscow* Nantes Paris Piraeus St Petersburg* Atlanta Caracas Montreal New Jersey New York Rio de Janeiro* São Paulo San Francisco Toronto *Associated offices Middle East/ Africa Abu Dhabi Dar es Salaam Doha Dubai Riyadh* Tripoli

11

12 Clyde & Co LLP is a limited liability partnership registered in England and Wales. Authorised and regulated by the Solicitors Regulation Authority. Clyde & Co LLP 2013 Clyde & Co LLP CC July 2013

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance

Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance Impact de la loi Hamon dans le domaine de l assurance La loi n 2014 344 sur la consommation dite loi «Hamon» du 17/03/2014 élargit la possibilité, sous certaines conditions, de résilier un contrat (ou

Plus en détail

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES

PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES PROTECTION JURIDIQUE GENERALE CONDITIONS PARTICULIERES ASSURANCES : - PREVENTION ET INFORMATION JURIDIQUES - DEFENSE AMIABLE DES INTERETS - DEFENSE JUDICIAIRE DES INTERETS Les présentes conditions particulières

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS/INSTITUTIONS LE MEDECIN ET LES Depuis la loi du 4 mars 2002 dite «loi KOUCHNER» relative au droit des malades et à la qualité du système de santé, tout professionnel de santé doit obligatoirement souscrire une responsabilité

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DU CONTRAT D ASSURANCE HABITATION SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS GÉNÉRALESDE SOUSCRIPTION EN

Plus en détail

Libre choix du réparateur en assurance automobile

Libre choix du réparateur en assurance automobile Mise à jour du 05/01/2015 Libre choix du réparateur en assurance automobile Que dit la Loi? La Loi impose aux Assureurs de mentionner la faculté pour l assuré, en cas de dommage garanti par le contrat,

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Réforme des règles du contentieux prud homal

Réforme des règles du contentieux prud homal Loi de sécurisation de l emploi n 2013-504 du 14 juin 2013 5 e avertissement sur la loi entrant en vigueur au 1 er juillet Réforme des règles du contentieux prud homal Si les dispositions relatives au

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire

LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Confédération Nationale du Logement. Sommaire LE CONTRAT D ASSURANCE Dossier juridique de la Sommaire ANALYSE DE LA CNL / Page 2 La souscription du contrat d assurance / Page 2 L exécution du contrat d assurance / Page 3 La résiliation du contrat

Plus en détail

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR

Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR Conditions générales SOUSCRIPTION EN LIGNE DES CONTRATS MULTIRISQUES AUTOMOBILE ET ASSURANCE DU CONDUCTEUR SOMMAIRE 1 ère PARTIE - INFORMATIONS LÉGALES 3 2 ème PARTIE - CHAMP D APPLICATION DES CONDITIONS

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 9 mai 2014 ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE - (N 1891) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE 34 N o 414 (2ème Rect) Rédiger ainsi cet

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10091 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Ricard, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s)

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE DE RESERVATION DE PLACE DE PARKING

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE DE RESERVATION DE PLACE DE PARKING CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION DU SERVICE DE RESERVATION DE PLACE DE PARKING Les présentes conditions générales de vente définissent les conditions et modalités de l utilisation du service

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION A DISTANCE ARTICLE 1 Champ d application En préliminaire, il est stipulé que la réglementation de la vente et d utilisation à distance s applique «à toute

Plus en détail

Le droit. à la protection des droits économiques

Le droit. à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques Le droit à la protection des droits économiques La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur comprend des dispositions permettant de protéger

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE

QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE QUESTIONS-RÉPONSES : SUJETS ASSURANCE Qu est ce qu une prime ou une cotisation d assurance? C est la somme à payer périodiquement à l assureur en contrepartie des garanties qu il accorde. Les primes (ou

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET

GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET GUIDE EUROPÉEN DE BONNE PRATIQUE DES OPÉRATIONS D ASSURANCE SUR INTERNET 2001 COMITÉ EUROPÉEN DES ASSURANCES Ce document est également disponible en allemand et en anglais. Objectifs Le guide de bonne

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora

Commentaire. Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014. Société Sephora Commentaire Décision n 2014-374 QPC du 4 avril 2014 Société Sephora (Effet suspensif du recours contre les dérogations préfectorales au repos dominical) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 8 janvier

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le

CONDITIONS GENERALES DE VENTE. La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le CONDITIONS GENERALES DE VENTE PREAMBULE La Société ARPALINE, SARL au capital de 8.000 euros, dont le siège social est situé sis 4 rue le Chaintreau 44190 GORGES, immatriculée au RCS de NANTES sous le numéro

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 10 septembre 2013 N de pourvoi: 12-11701 SCP Baraduc et Duhamel, SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable

Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1418083D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la suspension du contrat de crédit renouvelable Ministère à l origine de la mesure : Ministère

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Mesure n 14 : accroître la confiance du consommateur dans la vente sur Internet de produits

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 224 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 21 janvier 2010 PROPOSITION DE LOI ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE NATIONALE, visant à renforcer la protection des consommateurs

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 13 mars 2012 N de pourvoi: 11-12232 Publié au bulletin Cassation M. Terrier (président), président Me Foussard, SCP Hémery et Thomas-Raquin, SCP

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA DEUXIEME EDITION 2001 L assureur est tenu, avant la conclusion du contrat de fournir une fiche d information sur le prix, les garanties et les exclusions.

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

D ASSURANCE MÉDICAMENTS

D ASSURANCE MÉDICAMENTS La consultation de ce document au moyen de technologies d adaptation informatique peut être problématique. Pour un contenu accessible, visitez les pages équivalentes de notre site. DOCUMENT À CONSERVER

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété.

Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. Recommandation n 18 relative sur le contrat d assurance dommage ouvrage relatif à un immeuble en copropriété. La commission, Considérant : que l article L. 242-1 du Code des assurances dispose que : «Toute

Plus en détail

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années

Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années Les évolutions de vos régimes au cours des prochaines années La généralisation de la couverture complémentaire santé à tous les salariés La loi relative à la sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 prévoit

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Vincent et Ohl, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 2 mars 2010 N de pourvoi: 09-13095 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013. Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS

E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013. Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS E-PHARMA LUNCH CONFÉRENCE - 21/11/2013 Orateurs: Me Etienne Wéry Me Cathie-Rosalie JOLY Associés Cabinet ULYS 22/11/2013 www.ulys.net - www.droit-technologie.org - ULYS 2012 1 E-PHARMACIE: QUEL CADRE JURIDIQUE

Plus en détail

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE»

DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» DECISION UNILATERALE Instituant un Régime de Prévoyance Complémentaire «FRAIS DE SANTE» Document remis à chaque salarié, pour la mise en place de garanties collectives couvrant les frais médicaux. Préambule

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 3 octobre 2013 N de pourvoi: 12-24957 ECLI:FR:CCASS:2013:C201507 Non publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Didier et Pinet,

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère des affaires sociales et de la santé RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires sociales et de la santé Décret n Relatif à la procédure de mise en concurrence des organismes dans le cadre de la recommandation prévue par l article L. 912-1

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE DE MEGEVE RESERVATION Les présentes conditions générales de réservation sont régies par la loi de développement et de modernisation des services touristiques du 22 juillet

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Article 1 Objet et champ d application Les conditions générales ont pour objet de définir les droits et obligations des parties dans le cadre de la vente en ligne des biens

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

Le nouveau dispositif sur l intermédiation

Le nouveau dispositif sur l intermédiation Le nouveau dispositif sur l intermédiation Une directive européenne du 9 décembre 2002 sur l intermédiation en assurance vient d être transposée en droit français par la loi du 15 décembre 2005. Un décret

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute.

- des frais peuvent être facturés pour les bagages en soute. Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en avion Le Règlement européen n 261/2004 définit les droits des passagers aériens victimes d une annulation, d un retard ou d un surbooking.

Plus en détail

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX

NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Christophe DENIZOT Docteur en droit Avocat à la Cour d appel de Paris Champ de compétence baux commerciaux et professionnels NEWSLETTER N 10 Mai à août 2011 ACTUALITE DES BAUX COMMERCIAUX Jurisprudence

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE DE LA GAMME TARIFAIRE RÉGIONALE ILLICO ENTREPRISES Article 1 - Description de l abonnement 1.1 Champ d application L abonnement TER illico ENTREPRISES est souscrit par une

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013)

Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Assurance Pertes Pécuniaires sur un Crédit Impôt Recherche (CIR) Questionnaire de souscription CIR 2014 (pour les dépenses de R&D 2013) Le présent questionnaire de souscription [ci-après le Questionnaire]

Plus en détail

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011

Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 Avis n 2011-01 du 15 septembre 2011 relatif à l exigence d une assurance de responsabilité civile pour dommages directs ou indirects sous peine de résiliation du contrat La Commission interprofessionnelle

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

Cahier des clauses administratives particulières MARCHE N 2014-08. Code CPV : 66512200-4 MARCHE DE SERVICES

Cahier des clauses administratives particulières MARCHE N 2014-08. Code CPV : 66512200-4 MARCHE DE SERVICES MSA de la Corse - CCAP 2014-08 1 Cahier des clauses administratives particulières MARCHE N 2014-08 Service de complémentaire santé pour le compte des salariés de la MSA de Corse et de leurs ayantsdroits

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence

Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence 26 mars 2013 Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence et la qualité des comparateurs d assurances complémentaires santé sur Internet Le 10 mai 2012, le Comité consultatif

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail