Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique. Brenda MALLON

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique. Brenda MALLON"

Transcription

1 Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique Brenda MALLON

2 QUESTIONS 1. Qu'est que c est? 2. Pourquoi faire de la recherche clinique en Afrique? 3. Comment peut-en faire mieux

3 1. Qu'est que c est? Recherche visant à améliorer les connaissances médicales dans un domaine spécifique. Cette recherche a des objectifs préétablis et répond à des règles précises. Elle accompagne la prise en charge des enfants traités pour cancer.

4 La recherche clinique dans le cancer Elle a pour objectifs de découvrir les moyens - d améliorer le survie des enfants: (améliorer la rémission initiale, diminuer les progressions initiales et les rechutes après rémission) - d'améliorer les traitements anticancéreux: (chimiothérapie/chirurgie/radiothérapie) - d améliorer les traitements autres qu anticancéreux (exemple: prise en charge de la douleur)

5 2. Pourquoi faire de la recherche clinique en Afrique? Améliorer la prise en charge globale en tenant compte des réalités locales Sensibiliser les politiciens aux difficultés Stimuler la création ou l amélioration des «plans cancer pédiatriques» nationaux Evaluer de la façon la plus objective possible: les taux de guérison et les points nécessitant de poursuivre les efforts de prise en charge Les priorités, les besoins, Mieux appréhender les difficultés à réaliser les traitements, en particulier mieux comprendre les raisons d abandons de traitement

6 Pourquoi faire en Afrique? «Traiter et guérir les cancers grâce à la formation des soignants et à l évaluation des traitements améliorera la qualité de la prise en charge de maladies plus courantes en Afrique»

7 3. Comment peut-on faire mieux Comment améliorer la recherche clinique en cancérologie pédiatrique en Afrique

8 Problèmes déjà identifiés Dans des unités d oncologie pédiatriques participantes au GFAOP Par l analyse des résultats des études déjà menées

9 Dans les unités participantes Besoin de formation de toutes les catégories de personnel: initiale et en continuité: problème de personnes formées disparaissent dans d autres services (oncologie d adultes/dans le privé) Discussion des patients (mise en route de réunions multidisciplinaires, avec chirurgiens, anatomopathologistes, radiologues, etc ) Transmission d information à tous les niveaux (en particulier bilatéral médecins/infirmiers) Manque de médicaments, Rigueur dans le suivi de protocoles thérapeutiques, Manque de procédures sur nombreux points (hygiène, transfusions, pancartes des enfants, etc )

10 Exemple: le lymphomes de Burkitt la tragédie initiale Au commencement de l étude ( ) Beaucoup de décès très précoces. Avec des efforts d identification des facteurs de risque (infection, malnutrition, toxicité des médicaments ) et de l éducation: diminution de l incidence des décès précoces De 37% à 10% «Courbe d apprentissage» (idem en France)

11 Les études du GFAOP depuis 2001 Les lymphomes de Burkitt Les lymphomes de Hodgkin Les Leucémies aigues lymphoblastiques Les néphroblastomes Les rétinoblastomes

12 Problèmes identifiés dans les études Absence d inclusion initiale dans les protocoles existants Inclusions initiales réalisées mais absence d information sur l évolution ultérieure Enregistrements incomplets Toxicités sérieuses non déclarées Déclaration d événements faite avec beaucoup de retard. Pas d information sur le suivi post traitement Abandons de prises en charge à différents moments du traitement ou dès la fin du traitement, sans analyse des causes précises.

13 Problème recrutement: : cas déclarés/fiches reçues Cas Déclarés 60 Fiches Reçus Tunis Casablanca Rabat Marrakech 0

14 Respect du protocole: 304 stades III 5 en cours de Tt 158 stades localisés 172 protocoles complets (57%) 88 protocoles interrompus(29%) 147 RC 24 rechutes 25 " non RC" 19 Tt altern 12 non PDV 50 PDV 7 PDV vv dcd 8 Tt altern. 17 observés 16% 7 RP (5 PDV) 55 RC 63 protocoles complets(40%) 15 abs info sur chimio 66 protocoles incomplets(42%) 14 abs info sur nb cures 18% 49 vivants 6 rechutes (dont 23 PDV) 18 Tt 6 non Tt 123 CCR 7 RC2 6 RC 12 RC 11 RC 40% (3 après pdv en RP) 1 en cours 1 RP 30 RP 9 NE 5 dc tox 10 dc 5 dc 8 dc 10 dc 29 dc(9%) 7 dc PT 7 dc tox protocole PT ou autre cause 10 dc 3%) PT en cours de ttt 48 vivants RC1 8 rechutes (35 RC>18m) 7 dc 8 dc 11 dc 6 dc (1 infection ( dont 3 PDV= probables dcd) 2 PDV (dont 1 PDV 6 cause inconnue) 2 dc tox probable dc 2 Progr.Tum 1 tuberculose 4 cause inconnue

15 Résultats très encourageant Leucémies aigues lymphoblastiques Risque standard ( ) Lymphomes de Hodgkin( ) 73 % 54 %

16 Résultats des études du GFAOP 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 77%

17 Les améliorations en cours: dans les unités Contrat signé entre le GFAOP et les unités participant avant de commencer toute nouvelle étude. (Clause de non divulgation des résultats d une étude multicentrique par une Unité Pilote du group). Visites des unités pour voir l infrastructure avant d inclure les enfants dans les études. Est-ce que c est possible pour les unités de respecter les demandes des études prospectives?

18 Formation des équipes: DIUCP, infirmiers, ARC, e-learning programme Médecin identifié comme interlocuteur pour chaque protocole. intéressé par le pathologie intéressé par la recherche. Information sur le projet partagées avec toutes les personnes du centre impliquées: Personnel infirmier Autres départements: pharmacie/ chirurgie / pathologie / radiologie / transfusion Familles Les améliorations en cours:

19 Les améliorations en cours: Liste des items obligatoires dans les unités pour le bon déroulement des protocoles Un attaché de recherche/disponibilité des médecines Accès à un ordinateur / à l internet Respect du stockage des médicaments : réfrigérateur Communication /jumelage entre 2 centres en Afrique et en France / téléconférences

20 La mise en place d un registre Mieux connaître la population des enfants atteints de cancer à prendre en charge (Notion de «registre hospitalier» de tous les enfants avec un cancer vus au moins une fois dans les unités participants) Mieux connaitre les difficultés de prise en charge Optimiser les commandes de médicaments

21 Le Registre Etapes du projet 1. Questionnaire préétabli 2. Mise en place de la base de données (partie informatique). 3. Demandes d autorisation des instances légales (en France et dans les différents pays) 4. Période de test de la base. Définition des modes d'accès aux données 5. Mise en place du registre puis des différents protocoles thérapeutiques dans les unités sélectionnées qui serviront à tester le logiciel Début 2eme Trimestre Fin 4ème Trimestre de Ouverture de registre dans les unités jan Evaluation de la progression du développement du projet et des résultats

22 Les clefs du succès Existence d un attaché de recherche clinique dans chaque UP Une «fiche de poste» permet d identifier l adéquation de la personne au poste Mise en route cette année d une formation standardisée de ces ARC Travail sur les supports de communication (téléphonique, papier, etc )

23 Formation ARC: 6 Modules de e-learning Module N I : Missions de l attaché de recherche Module N II: Outils diagnostiques Module N III: La chimiothérapie Module N IV: Les grands types de tumeurs (formation fait par expert de chaque pathologie) Module N V : Initiation au logiciel REDCap pour le recueil des données Module N VI: Les outils de gestion au niveau du centre

24 Pour les études: Electronique case report form (e-crf) Research Electronic Data Capture (REDCap) application en ligne qui est sécurisée conçue pour développer des études de recherche REDCap est gratuit il y a déjà 228 centres utilisateurs partout dans le monde. Il est déjà utilisé en Afrique. Ne diminuera pas beaucoup le temps de travail par rapport au remplissage de fiches papier Mais permet à chaque unité d avoir accès en ligne aux données de son centre, de les télécharger et de les analyser.

25 Exemple ecrf

26

27 Si vous souhaitez en savoir ++ : -

28 Conclusion Oui la recherche clinique est possible en Afrique. Nous avons identifier les difficultés Nos résultats sont encourageants

29 Pour faire mieux: Formation Mise en place de réseau de recherche Communication (interne/externe) Rigueurs en continu et pas ponctuelle

30 @ Merci!

Qu en est-il de leur accès aux soins?

Qu en est-il de leur accès aux soins? LA CANCEROLOGIE ET L HEMATOLOGIE PEDIATRIQUE AU MAROC ETAT DES LIEUX Il est difficile de se faire une idée précise sur l ampleur des problèmes hématologiques et sur les cancers de l enfant au Maroc. Les

Plus en détail

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon

Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon Prise en charge des cancers de l enfant dans la région Languedoc- Roussillon CANCERS DE L ENFANT CANCERS DE L ENFANT - Maladie rare : cancer de l enfant

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 3 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Volume 3 : Prise en charge Etude des stades de diagnostic et des résultats des traitements

Plus en détail

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL

HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL HEMATOLOGIE ONCOLOGIE PEDIATRIQUE Dispositif d annonce du diagnostic ENTRETIEN MEDICAL Date : Nom du médecin qui annonce le diagnostic :. Nom du médecin responsable du patient : non encore défini L annonce

Plus en détail

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER

Spécificit. cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Spécificit cificités s de l oncologie pédiatrique et RCP P. S. ROHRLICH V. LAITHIER Le cancer est plus rare chez l enfantl Représente 1% de l ensemble des cancers Incidence:132 cas/an/million d enfants

Plus en détail

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna

Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna 1 CO-AUTEURS / STRUCTURES Equipe ORL Clinique ORL et chirurgie CF, EPH Batna Equipe Oncologie CAC Batna Equipe Radiothérapie CAC Batna INTRODUCTION MATERIEL ET METHODES RESULTATS / DISCUSSION CONCLUSION

Plus en détail

Actualités du Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 13 ème Journée Régionale RCA Vendredi 28 novembre 2014 Dr Véronique Bousser

Actualités du Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 13 ème Journée Régionale RCA Vendredi 28 novembre 2014 Dr Véronique Bousser Actualités du Réseau de Cancérologie d Aquitaine 13 ème Journée Régionale RCA Vendredi 28 novembre 2014 Dr Véronique Bousser Dispositif CaPLA Prise en charge multidisciplinaire des personnes prédisposées

Plus en détail

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET

Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET Les Infirmières Coordinatrices: Quel est leur rôle? Cécile BEDU Jenifer SALVAT Charlène SARRAZIN Elisabeth BOUISSET 15h45 Les Infirmières Coordinatrices: en hématologie en et oncologie au CHP Cécile BEDU

Plus en détail

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie

Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie Atelier 5 La survivance : vivre après la maladie La Survivance : vivre après la maladie Caroline Laverdière, MD, FRCP(c) Hémato-Oncologue CHU Sainte-Justine Université de Montréal Denis Soulières, MD,

Plus en détail

Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien

Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien Accompagner le patient au cours de sa pathologie cancéreuse, place du pharmacien clinicien Etude COMPHOR Appel à projet DGOS 2016 «Mise en œuvre de la pharmacie clinique en Etablissement de Santé» Journée

Plus en détail

Le BEACOPP renforcé en première intention dans le lymphome de Hodgkin disséminé.

Le BEACOPP renforcé en première intention dans le lymphome de Hodgkin disséminé. Le BEACOPP renforcé en première intention dans le lymphome de Hodgkin disséminé. I.BOUCHEHAM, A.KRIM, S.LAFRI, N.BOUMEGOURA, K.KABOUIA, A.GHOULA, H.SAMAI, R.CHIED,L.MOUMENI, Z.FARES,S.BENELHADJ, N.SALHI,

Plus en détail

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique

Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique Organisation d une filière de soin interrégionale en oncologie : Exemple de l Oncologie Pédiatrique P. Chastagner, CHU Nancy Président du conseil scientifique de la Société Française du Cancer de l Enfant

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP. 17 rue de l Armor BP GUINGAMP

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP. 17 rue de l Armor BP GUINGAMP ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP 17 rue de l Armor BP 10548 22205 GUINGAMP Avril 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna

Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna Expérimentation du parcours personnalisé des patients pendant et après le cancer Laurence Bot Hervé Léna CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Projet rennais coordination et suivi du parcours du patient

Plus en détail

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94

Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 Parcours de soins - Coordination Les enjeux des immunothérapies innovantes en cancérologie Dr Mario Di Palma Département Ambulatoire, Gustave Roussy Réseau ONCO94 mario.dipalma@gustaveroussy.fr Séminaire

Plus en détail

«VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU»

«VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU» «VERS UN TRANSFERT EN MILIEU ADULTE STRUCTURÉ POUR LES JEUNES SURVIVANTS D'UN CANCER, UN PROJET DE COLLABORATION INTERDISCIPLINAIRE RÉSEAU» Par: Annie-Pier Couture B.Sc.Inf, conseillère en soins infirmiers,

Plus en détail

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS

ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS ANNEXE 1 : PARCOURS DE SOINS EN FONCTION DES TUMEURS I PROCEDURE GENERALE L enfant et sa famille seront d emblée informés que la prise en charge de la maladie est organisée dans un réseau de soins et que

Plus en détail

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT

Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Analyse du processus d annonce GUIDE DE REMPLISSAGE DU QUESTIONNAIRE DOSSIER-PATIENT Critères d inclusion des patients Inclusion Patient âgé d au moins 18 ans Patient atteint d un nouveau cancer découvert

Plus en détail

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009

LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 96 ET Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 LES RECHUTES DE LYMPHOMES B DE L ENFANT DANS LES PROTOCOLES LMB 89, 9 ET 2001 Anne Jourdain Réunion Oncocentre Le 13 Octobre 2009 INTRODUCTION Amélioration du pronostic des lymphomes B de l enfant grâce

Plus en détail

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire

Dr Laurence Digue. Réseau de Cancérologie d Aquitaine. 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Dr Laurence Digue Réseau de Cancérologie d Aquitaine 37 es journées de la Société Française de Sénologie et Pathologie Mammaire Bordeaux 11 Novembre 2015 RCP Réunion de Concertation Pluridisciplinaire

Plus en détail

Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale.

Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. MISE EN OEUVRE DE LA NUTRITION Geneviève Georges, CRLC Val d Aurelle, Montpellier. Infirmière coordonatrice Centre Agréé de nutrition parentérale. Régionales de cancérologie, 24 juin 2011 Nutrition? Perfusion

Plus en détail

PREPARATION CENTRALISEE DES ANTICANCEREUX INJECTABLES SOUS ISOLATEUR

PREPARATION CENTRALISEE DES ANTICANCEREUX INJECTABLES SOUS ISOLATEUR PREPARATION CENTRALISEE DES ANTICANCEREUX INJECTABLES SOUS ISOLATEUR DR FERDINAND BADIBOUIDI Pharmacien Praticien Hospitalier DES de Pharmacie Hospitalière et des Collectivités DEA de Pharmacologie option

Plus en détail

L Unité de Recherche Clinique du Centre François Baclesse

L Unité de Recherche Clinique du Centre François Baclesse L Unité de Recherche Clinique du Centre François Baclesse Le Centre François Baclesse Centre Régional de Lutte contre le Cancer Prise en charge de tous les types de cancers; sein, gynécologie, urologie,

Plus en détail

Mise en place d études cliniques au Sud

Mise en place d études cliniques au Sud Mise en place d études cliniques au Sud EricOuattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 Eric.Ouattara@isped.u-bordeaux2.fr Plan 1. Etudes en recherche clinique : Epidémiologie descriptive Etudes observationnelles

Plus en détail

LES OSTÉOSARCOMES DE SURFACE DE L ENFANT. Etude française multicentrique (SURFOS)

LES OSTÉOSARCOMES DE SURFACE DE L ENFANT. Etude française multicentrique (SURFOS) LES OSTÉOSAOMES DE SURFACE DE L ENFANT. Etude française multicentrique (SURFOS) C Boulanger, MP Castex 2013 GSF GETO Juin INTRODUCTION Classification OMS 2013 des tumeurs osseuses Ostéosarcomes (OS) de

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE FRANÇOIS 1 ER. 12 Rue François 1 er Saint-Dizier ET DE LA

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CLINIQUE FRANÇOIS 1 ER. 12 Rue François 1 er Saint-Dizier ET DE LA ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE FRANÇOIS 1 ER 12 Rue François 1 er 52100 Saint-Dizier ET DE LA CLINIQUE DE LA RENAISSANCE 41 43 Rue du Bac 51300

Plus en détail

Amélioration de la prise en charge palliative Patients sous chimio RCC

Amélioration de la prise en charge palliative Patients sous chimio RCC Amélioration de la prise en charge palliative Patients sous chimio RCC 29 09 2016 Observatoire Cancer B PL 2016 Hugues Bourgeois Delphine Deniel Lagadec Fann Réjane Bessard Jean- Philippe Metges Francçoise

Plus en détail

Pr Simone Mathoulin-Pélissier Institut Bergonié et Université Bordeaux Inserm CIC 1401, Axe cancer U897

Pr Simone Mathoulin-Pélissier Institut Bergonié et Université Bordeaux Inserm CIC 1401, Axe cancer U897 Pr Simone Mathoulin-Pélissier Institut Bergonié et Université Bordeaux Inserm CIC 1401, Axe cancer U897 PLATE-FORME PA-CAN: PERSONNES AGÉES ET CANCER/ RECHERCHE CLINIQUE 5 ème Monaco Age Oncologie, Monaco

Plus en détail

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC)

Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Le Dossier Commun Communicant de Cancérologie (DCC) Avenir dans la nouvelle région Plan Personnalisé de Soins : PPS Dr L Remenieras, responsable du 3 C Régional d Hématologie Vendredi 20 Mai 2016 DCC:

Plus en détail

Programme de DPC N

Programme de DPC N Programme de DPC N 3501150000 Prise en charge à domicile des patients atteints de cancer Objectif(s) du programme : Le programme de DPC vise à actualiser les connaissances en soins dans le domaine de la

Plus en détail

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL

RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL. Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL RETOUR DU PATIENT AU DOMICILE LE LIEN VILLE / HÔPITAL Sabine DELONGEVILLE Anne-Gaelle POUSSIN Nicole MOREL Plan de la présentation Préparation de la sortie d un patient hospitalisé Accueil d un patient

Plus en détail

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle

LES PLANS CANCER. IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle LES PLANS CANCER IFSI 3 septembre 2015 VEYRAT Cyrielle PLAN CANCER Contexte de mise en œuvre Contexte : 1ers Etats Généraux des malades atteints de cancer organisés par La Ligue Contre le Cancer en 1998

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien

Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Evaluation de la prise en charge des stades disséminés du lymphome Hodgkinien Expérience du service d hématologie CHU ANNABA Boucheloukh N, Mehnnaoui H, benalioua M, Bentorki S, Bouras M, El Kouti N, Guemriche

Plus en détail

GIRCI EST La recherche clinique, paramédicale et en soins infirmiers. FICHE TECHNIQUE n 2 La vie d un projet

GIRCI EST La recherche clinique, paramédicale et en soins infirmiers. FICHE TECHNIQUE n 2 La vie d un projet GIRCI EST La recherche clinique, paramédicale et en soins infirmiers FICHE TECHNIQUE n 2 La vie d un projet 1 De l idée de recherche à la publication 1 2 3 4 5 La conception, l appui méthodologique Réflexion,

Plus en détail

ReSOP. Généralités sur les cancers de l enfant. Epidémiologie Biologie Clinique

ReSOP. Généralités sur les cancers de l enfant. Epidémiologie Biologie Clinique ReSOP Généralités sur les cancers de l enfant Epidémiologie Biologie Clinique Epidémiologie Incidence 3 % des cancers dans l espèce humaine environ 110 cas / an en PACA et Corse 1 nouveau-né sur 500 est

Plus en détail

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP)

LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) LES RÉUNIONS DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE (RCP) QU EST CE QUE LA RCP La RCP est une des missions du 3C, celle de s assurer de la mise en œuvre de la pluridisciplinarité. La Réunion de Concertation

Plus en détail

Précarité et Cancer du sein Charlotte Ngô Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein Hôpital Européen Georges Pompidou

Précarité et Cancer du sein Charlotte Ngô Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein Hôpital Européen Georges Pompidou Précarité et Cancer du sein Charlotte Ngô Chirurgie cancérologique gynécologique et du sein Hôpital Européen Georges Pompidou Journée du réseau national Gynéco-Obstétrical des Centres d Investigation Clinique

Plus en détail

Document d information concernant les modifications de la déclaration obligatoire de la tuberculose. Juin 2007

Document d information concernant les modifications de la déclaration obligatoire de la tuberculose. Juin 2007 Document d information concernant les modifications de la déclaration obligatoire de la tuberculose Juin 2007 La déclaration obligatoire de la tuberculose a été modifiée pour prendre en compte : la nécessité

Plus en détail

Journée Régionale du réseau POHO

Journée Régionale du réseau POHO Journée Régionale du réseau POHO Le rôle de l attaché de recherche clinique (Isabelle Debroise CHU Rennes ) Brest le 15 janvier 2010 La recherche clinique en hémato- oncologie pédiatrique au CHU Rennes

Plus en détail

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE

ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE PROCEDURE n 01 ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE REUNION DE CONCERTATION PLURIDISCIPLINAIRE Rédigé le : 05 janvier 2009 par : Gilles NALLET Modifié le : 13 janvier 2010 Validé le : 13 janvier 2010 par

Plus en détail

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX

2, Boulevard du 19 Mars 1962 BP GONESSE CEDEX Formation d Aide Soignant La rentrée a lieu la première semaine du mois de septembre. La durée de la formation est de 41 semaines soit 1435 heures d enseignement théorique et clinique en institut de formation

Plus en détail

Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers. D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef

Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers. D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef Enquête nationale sur l incidence et la prévalence des cancers D. Hammouda ; N. Aït-Hamadouche; M. Afiane; A. Bouhadef OBJECTIFS DE L ENQUETE : Recueillir tous les cas de cancers nouveaux et anciens diagnostiques

Plus en détail

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum

Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Quel schéma de radiothérapie proposer à un sujet Agé porteur d un cancer digestif? Exemple du cancer de l œsophage et du rectum Dr Servagi Vernat Stéphanie, Radiothérapeute CHRU Besançon 20 mars 2015 Pas

Plus en détail

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce

A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce A la croisée entre soins de support et médecine palliative : prise en charge palliative précoce Dr Lafaye Fanny (PH LISP Oncologie médicale) CHU Dr Emmanuel de Larivière (médecin responsable du pôle palliatif)

Plus en détail

Un programme d amélioration des infections sur chambres implantables en Pneumologie

Un programme d amélioration des infections sur chambres implantables en Pneumologie Un programme d amélioration des infections sur chambres implantables en Pneumologie S. Gardes - N. De Santis - R. Girard Unité d Hygiène et d Epidémiologie L. Geriniere - E. Perrot - N. Freymond - P.J.

Plus en détail

Dr med. Cécile JEROME-CHOUDJA OUABO Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Unité d éthique Chuv, Lausanne, Suisse

Dr med. Cécile JEROME-CHOUDJA OUABO Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Unité d éthique Chuv, Lausanne, Suisse Dr med. Cécile JEROME-CHOUDJA OUABO Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Unité d éthique Chuv, Lausanne, Suisse Dr med. Angèle PONDY Unité d Hématologie Oncologie Pédiatrique Centre Mère Enfant, Fondation

Plus en détail

Intensive Care medicine, mai Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013

Intensive Care medicine, mai Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013 Intensive Care medicine, mai 2013 Aurèle BUZANCAIS DES Nephrologie DESC Réanimation 3 Juin 2013 PLAN Introduction Objectif Matériel et méthodes Résultats Limites Conclusion Introduction Amélioration de

Plus en détail

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité

Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Onco-gériatrie L UCOG favorise une prise en charge de proximité Le vieillissement de la population et la forte augmentation de l incidence de la plupart des cancers au-delà de 65 ans font de la prise en

Plus en détail

Métier d Attaché de Recherche Clinique

Métier d Attaché de Recherche Clinique Formation Qualifiante au Métier d Attaché de Recherche Clinique Nous Préparons les Talents de Demain FORMATIONS : Pôle de compétences d Organisme de formation enregistré sous le numéro 11 94 08529 94 Société

Plus en détail

Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie. Dossier de presse

Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie. Dossier de presse Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie Dossier de presse Vendredi 4 Acquisition d un deuxième mammographe pour l unité de Sénologie du service de Radiologie

Plus en détail

Thérapeutiques orales en Hémato-Oncologie : à partir d une enquête menée auprès des pharmaciens de l Isère, Savoie et Haute-Savoie

Thérapeutiques orales en Hémato-Oncologie : à partir d une enquête menée auprès des pharmaciens de l Isère, Savoie et Haute-Savoie Thérapeutiques orales en Hémato-Oncologie : à partir d une enquête menée auprès des pharmaciens de l Isère, Savoie et Haute-Savoie LES INCONTOURNABLES EN CANCEROLOGIE 08/11/2016 Dr Dominique CHARLETY (Grenoble)

Plus en détail

FICHE ACTION QUALITE DES SOINS ET PRISE EN CHARGE GLOBALE

FICHE ACTION QUALITE DES SOINS ET PRISE EN CHARGE GLOBALE FICHE ACTION QUALITE DES SOINS ET PRISE EN CHARGE GLOBALE Responsable d action: Fadila FARSI Chefs de projet: Majid BRUNET, Hélène LABROSSE-CANAT Assistantes de projet : Marjorie DUMONT, Béatrice LEGUY

Plus en détail

Chirurgie des cancers de l enfant : rôle et missions du chirurgien pédiatre Christian PIOLAT Colloque Médical du Jeudi, 13 février 2014

Chirurgie des cancers de l enfant : rôle et missions du chirurgien pédiatre Christian PIOLAT Colloque Médical du Jeudi, 13 février 2014 Chirurgie des cancers de l enfant : rôle et missions du chirurgien pédiatre Christian PIOLAT Colloque Médical du Jeudi, 13 février 2014 Items ECN 144 Cancers de l enfant : particularités Tumeurs solides

Plus en détail

CONDITIONNEMENT PAR BENDA- BEAM DANS L AUTOGREFFE DES LYMPHOMES B DIFFUS A GRANDES CELLULES (LBDGC): PHASE II MULTICENTRIQUE

CONDITIONNEMENT PAR BENDA- BEAM DANS L AUTOGREFFE DES LYMPHOMES B DIFFUS A GRANDES CELLULES (LBDGC): PHASE II MULTICENTRIQUE CONDITIONNEMENT PAR BENDA- BEAM DANS L AUTOGREFFE DES LYMPHOMES B DIFFUS A GRANDES CELLULES (LBDGC): PHASE II MULTICENTRIQUE D après la communication orale de G VISANI, abstract 0111 EBMT 2015 22-25 Mars

Plus en détail

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons

Phase 1: Planifier. Les principes. Les principaux référentiels. R Collomp - D Qualité II.1. Principes cer9fica9ons Phase 1: Planifier Les principes Les principaux référentiels 1 Phase 1: Planifier Les principaux référentiels Principes des certifications - accréditations Certification HAS Certification ISO 9001 Certification

Plus en détail

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker

Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Qu est-ce qu un pronostic? Principes des études pronostiques Caroline Elie URC Paris Centre Hôpital Necker Chez un homme de 50 ans, fumeur, traité pour une hypercholestérolémie, et à 15 jours d un infarctus

Plus en détail

Comment obtenir des ressources pour la pharmacie clinique? Expérience belge: convaincre le roi

Comment obtenir des ressources pour la pharmacie clinique? Expérience belge: convaincre le roi Comment obtenir des ressources pour la pharmacie clinique? Expérience belge: convaincre le roi Anne Spinewine Pharmacien clinicien, Dr Sc Pharm Université catholique de Louvain Faculté de Pharmacie et

Plus en détail

RESEAUX DE PEDIATRIE

RESEAUX DE PEDIATRIE RESEAUX DE PEDIATRIE Organisation nationale (recherche et avancées) Inter régionale et régionale Dr Anne Isabelle Bertozzi-Salamon DESC ONCO Responsable du comité réseau SFCE Epidémiologie Incidence: 1-2%

Plus en détail

FDRK: Feuille de route cancer du colon - Cohorte de patients atteints d'un cancer colorectal

FDRK: Feuille de route cancer du colon - Cohorte de patients atteints d'un cancer colorectal FDRK: Feuille de route cancer du colon - Cohorte de patients atteints d'un cancer colorectal Responsable(s) : Abenhaim Lucien, INSERM U657 Date de modification : 16/07/2013 Version : 2 ID : 6922 Général

Plus en détail

ETUDE CANTO Etude des toxicités chroniques des traitements anticancéreux chez les patientes porteuses de cancer du sein localisé

ETUDE CANTO Etude des toxicités chroniques des traitements anticancéreux chez les patientes porteuses de cancer du sein localisé ETUDE CANTO Etude des toxicités chroniques des traitements anticancéreux chez les patientes porteuses de cancer du sein localisé Dr Fabrice André, Investigateur-coordinateur AG SEIN - Réunion du 12 octobre

Plus en détail

Synthèses thématiques

Synthèses thématiques Synthèses thématiques Synthèses thématiques 129 Répondre aux besoins des enfants, adolescents et jeunes adultes atteints de cancer Le cancer chez l enfant est une maladie rare qui représente 1 à 2 % de

Plus en détail

L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE

L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE L'OPTIMISATION DES SOINS AUX PERSONNES ATTEINTES D'UN LYMPHOME : L'EXPÉRIENCE D'UNE ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE Bernard Lemieux, MD Symposium Lymphome Action Novembre 2012 Modèle classique d intervention

Plus en détail

Présentation du 1 er Plan National Cancer

Présentation du 1 er Plan National Cancer Communiqué de presse (2.9.214) Présentation du 1 er Plan National Cancer 214-218 Le conseil de Gouvernement dans sa séance du 18 juillet 214 a validé le premier Plan National Cancer, qui sera implémenté

Plus en détail

Gestion du personnel dans un essai. DU Chef de Projet

Gestion du personnel dans un essai. DU Chef de Projet DU Chef de Projet - 2017 02 24 1 Missions et Responsabilités du chef de projet Encadre l équipe permettant la réalisation de la recherche Assure la formation de l équipe aux protocoles, aux POS, à la réglementation

Plus en détail

Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger.

Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger. Utilisation de l AMDEC pour améliorer la sécurité du processus chimiothérapie anticancéreuse dans un service d oncologie médicale à Alger. Casablanca 31 octobre Séminaire sur l usage rationnel des médicaments

Plus en détail

D.U. Chef de projet - IRC. «Audits et Inspections»

D.U. Chef de projet - IRC. «Audits et Inspections» D.U. Chef de projet - IRC «Audits et Inspections» URC Groupe Hospitalier F.Widal Lariboisière Saint Louis 1 Préparation d un audit ou d une inspection 2 Préparation d un audit ou d une inspection à la

Plus en détail

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers.

Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Les leucémies aigues lymphoïdes chez l enfant. Soins infirmiers. Plan. Introduction. Définition succinte. Diagnostic. 1- Diagnostic médical d annonce; 2- Entretien infirmier. Pose d une voie centrale.

Plus en détail

Centre des Maladies Trophoblastiques. Plaidoyer pour la formation de Centres de Référence Exemple du Centre des Maladies Trophoblastiques

Centre des Maladies Trophoblastiques. Plaidoyer pour la formation de Centres de Référence Exemple du Centre des Maladies Trophoblastiques Plaidoyer pour la formation de Centres de Référence Exemple du Centre des Maladies Trophoblastiques Patrick PETIGNAT Département de Gynécologie Obstétrique Pathologie Maladie de la grossesse Spermatozoïde

Plus en détail

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC

LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC LE PLAN CANCER ORGANISATION DE LA CANCÉROLOGIE EN FC Formation destinée aux Aides Soignantes Jeudi 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE DÉFINITION PLAN CANCER : Organisation de la cancérologie en France

Plus en détail

Situation 1. Œsophage - opérable et traitement néo-adjuvant

Situation 1. Œsophage - opérable et traitement néo-adjuvant Critères de substitution (surrogate endpoints) dans les essais cliniques de cancérologie digestive DEUXIEME TOUR DE L'ENQUETE Questionnaire sous version papier : sous version électronique : à retourner

Plus en détail

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015.

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015. Dr PERRON Stéphanie Praticien en Hygiène Hospitalière CH SAUMUR (49) & Mme ABLAIN, Cadre de santé, service Gynécologie-Obstétrique Mme AMBLARD, Cadre Supérieur de Santé, service Gynécologie-Obstétrique

Plus en détail

Introduction aux plans expérimentaux

Introduction aux plans expérimentaux Licence 3 Semestre 5 Initiation à la recherche dans le domaine des Sciences et Techniques de la Réadaptation Introduction aux plans expérimentaux Laure HUOT laure.huot@chu-lyon.fr Unité de Recherche Clinique,

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015

Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 Projet AMA( Assistance des Malades Ambulatoires) Novembre 2006-Juin 2015 G.COMPACI infirmière coordonnatrice service hématologie IUCT PR G.LAURENT service hématologie IUCT PROJET AMA Assistance des Malades

Plus en détail

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer

Quatre demandes priorisées par les malades : 1. Personnaliser le parcours de soins des personnes atteintes de cancer Un parcours de soins personnalisé et coordonné pendant et après un cancer Vision Inca = Vision plan cancer Oncomip - 2010 Nouvelles perspectives pendant et après le cancer Quatre demandes priorisées par

Plus en détail

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore

Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Cancer du pancréas: les étapes importantes du parcours? Frédéric Di Fiore Contexte: un parcours complexe identifié Cancer du pancréas : un parcours complexe défini comme une priorité du plan cancer 3 2014-2019

Plus en détail

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL

6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL 6 ème journée inter régionale HAD 15 octobre 2014 Cancérologie en HAD S. BENOIT N. LE MOAL Etat des lieux HAD en Haute Normandie (1) HAD en Haute Normandie (2) Développement de l HAD relativement récent:

Plus en détail

SIRCADE. MC Pérault-Pochat, PU-PH Absence de liens d intérêts. Académie nationale de Pharmacie

SIRCADE. MC Pérault-Pochat, PU-PH Absence de liens d intérêts. Académie nationale de Pharmacie SIRCADE Détection des évènements indésirables graves au décours d une chimiothérapie : intérêt d un registre général des cancers dans le calcul de leur incidence et compréhension des obstacles à leur notification

Plus en détail

Soins palliatifs précoces en oncologie.

Soins palliatifs précoces en oncologie. Soins palliatifs précoces en oncologie. Dr THOMAZEAU Joséphine Dr SAFFON Nicolas Unité résonance Hôpital Casselardit Toulouse Le 8 avril 2016 Contexte oncologique 14 millions nouveaux cas par an 7 à 14%

Plus en détail

IRAPS Outil de pertinence des soins et améliorations des pratiques prof 1 juin 2017 Carquefou Nantes

IRAPS Outil de pertinence des soins et améliorations des pratiques prof 1 juin 2017 Carquefou Nantes IRAPS Outil de pertinence des soins et améliorations des pratiques prof 1 juin 2017 Carquefou Nantes Observatoire Cancer B PL 2017 hugues BouRGeois DeLphine DenieL LAGADeC FAnny marhuenda RéJAne BessARD

Plus en détail

Soins Oncologiques de Support

Soins Oncologiques de Support Soins Oncologiques de Support DEFINITIONS et CONCEPTS PROPOSITIONS D ORGANISATION Novembre 2005 CA GRASSPHO NOV 05 1 DEFINITIONS CA GRASSPHO NOV 05 2 SOINS CURATIFS «Les soins curatifs cherchent à guérir

Plus en détail

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE

LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE LA RECHERCHE CLINIQUE A LA CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE CLINIQUE MUTUALISTE DE L ESTUAIRE La Clinique Mutualiste de l Estuaire est reconnue comme acteur majeur en cancérologie pour le territoire de

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS F. Chaumier Journée Régionale AFSOS Définitions Contexte 2013 Incidence augmentée, mortalité diminuée Amélioration de la survie globale 60% de survie

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Recherche en cancérologie. Cancers des Enfants

Recherche en cancérologie. Cancers des Enfants Recherche en cancérologie Cancers des Enfants Appels à projets 2013 Programme Collaboratif de Recherche "Cancers des Enfants" Appel à projets 2013 1. Contexte et objectifs de l appel à projets 1.1 Contexte

Plus en détail

Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth

Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth Le «Novalis TX» Un robot contre le cancer à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth Plan Introduction : M. B. Libert, Directeur général de la CMSE. Réseau namurois d oncologie ; certification ISO 9001

Plus en détail

M. Préau, M. Doumergue, M. Mora, C. Protière, L. Meyer, J.D. Lelièvre, F. Raffi, C. Goujard, O. Lambotte*, B. Spire, M.

M. Préau, M. Doumergue, M. Mora, C. Protière, L. Meyer, J.D. Lelièvre, F. Raffi, C. Goujard, O. Lambotte*, B. Spire, M. Acceptabilité, Attentes et Préférences des Patients avec charge virale indétectable et des Soignants vis-à-vis d Essais Cliniques de guérison du VIH (APSEC) M. Préau, M. Doumergue, M. Mora, C. Protière,

Plus en détail

I- Justification de ce projet

I- Justification de ce projet I- Justification de ce projet Dès le milieu du XIX ème siècle, Semmelweis, dans le cadre de ses recherches sur l étiologie des fièvres puerpérales, avait démontré l intérêt de l hygiène des mains pour

Plus en détail

LE MÉTIER DE TECHNICIEN D ETUDES CLINIQUES

LE MÉTIER DE TECHNICIEN D ETUDES CLINIQUES LE MÉTIER DE TECHNICIEN D ETUDES CLINIQUES Missions, contraintes, outils Vincent GOBERT, ARC/TEC au GHT Meaux/Marne la Vallée/Coulommiers Estelle HENRY, Coordinatrice Investigation du CH de Versailles

Plus en détail

PROJET PILOTE DE GESTION DE L IMAGERIE DANS LE CADRE DE RCP

PROJET PILOTE DE GESTION DE L IMAGERIE DANS LE CADRE DE RCP PROJET PILOTE DE GESTION DE L IMAGERIE DANS LE CADRE DE RCP L. Gaillandre, C. Bercez, E. Vaillant Lille - France Projet mené en collaboration avec la société 1 Introduction Système de Partage d Imagerie

Plus en détail

L essai randomisé : «Sésame» de la recherche en chirurgie oncologique?

L essai randomisé : «Sésame» de la recherche en chirurgie oncologique? L essai randomisé : «Sésame» de la recherche en chirurgie oncologique? Thomas Filleron, Institut Claudius Regaud, Toulouse 4ième journée SFCO Villejuif, Octobre 2012 2 Innovations Chirurgicales De nombreuses

Plus en détail

Cliquez pour modifier le style du titre LES ACTUALITÉS DU RÉSEAU ONCOMIP

Cliquez pour modifier le style du titre LES ACTUALITÉS DU RÉSEAU ONCOMIP Cliquez pour modifier le style du titre LES ACTUALITÉS DU RÉSEAU ONCOMIP 04 décembre 2015 1 Cliquez pour modifier ACTUALITÉS le style ONCOMIP du titre Le Plan cancer 3 Le DCC L évaluation des pratiques

Plus en détail

Projets Emergents CNO

Projets Emergents CNO Projets Emergents CNO Incidence et facteurs de risque des complications de chambre implantable en cancérologie : bilan d une surveillance prospective Dr. Thomas Vermeulin (AS2R), CHU Rouen Contexte Evénements

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Cohorte NADEGE. Thomas APARICIO. Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny

Cohorte NADEGE. Thomas APARICIO. Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny Cohorte NADEGE Thomas APARICIO Service de Gastroentérologie Hôpital Avicenne, Bobigny thomas.aparicio@avc.aphp.fr Cours intensif de cancérologie digestive, FFCD-PRODIGE, 6 avril 2012 Pourquoi une cohorte

Plus en détail

psychosocial Général Identification Etude longitudinale sur des femmes de plus de 65 ans survivantes d'un premier cancer du Nom détaillé

psychosocial Général Identification Etude longitudinale sur des femmes de plus de 65 ans survivantes d'un premier cancer du Nom détaillé ELIPPSE 65 - Etude longitudinale sur des femmes de plus de 65 ans survivantes d'un premier cancer du sein/impact psychosocial Responsable(s) : Rey Dominique, U912 Moatti Jean-Paul Date de modification

Plus en détail

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information.

STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE. Document d information. STAGES DE MEDECINE «HUMANITAIRE» AU SEIN DES MISSSIONS INTERNATIONALES DE LA CROIX-ROUGE FRANCAISE Document d information Lutte contre le VIH/Sida Contexte Dans le monde, l Afrique est le continent le

Plus en détail

Projet Usagers, Risques et Qualité

Projet Usagers, Risques et Qualité Projet Usagers, Risques et Qualité 1 Objectif du projet Usagers, Risques et Qualité Définir les axes stratégiques à conduire dans les 5 ans à venir, concernant les usagers, la démarche qualité, la gestion

Plus en détail