CAS CLINIQUE. E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAS CLINIQUE. E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse"

Transcription

1 CAS CLINIQUE E. Blaquières, infirmière, médecine interne et oncogériatrie, CHU Toulouse

2 Situation initiale Mr B, 81ans Vieillissement réussi Vit entre la France et le Brésil (compagne brésilienne) Est au Brésil pour des conférences quand il sent une fatigue brusque et invalidante, une altération de l état générale et plusieurs adénopathies en novembre 2014 Nécessité d explorations Décision de rentrer en France où le médecin traitant de sa fille demande une hospitalisation

3 Examen initial Moins 16 kilos en moins d un mois Douleurs pharyngées et abdominales, dysphagies Sueurs nocturnes Altération de l état général Imagerie : multiples adénopathies cervicales et coeliomésentériques TEP FDG : atteinte ganglionnaire sus et sousdiaphragmatique + hépatique, colique et grélique Biopsie : Lymphome B Diffus à Grande Cellule (LBDGC)

4 Evaluation Gériatrique Standardisée Comorbidité : HTA Autonomie : patient autonome, ADL : 6/6 et IADL : 8/8 avant AEG; à ce jour : 7/8 car il ne peut faire ses courses. Mobilité : vitesse de marche ralentie, appui monopodal impossible dans le contexte, à ce jour Mr B ne sort plus de son domicile. Thymie : GDS difficile à effectuer, Mr B a des difficultés à répondre simplement aux questions qu il trouve inadaptées (sociologue de formation). Moral altéré par l impact de la maladie qu il perçoit sur son état général. Cognitif : aucun trouble repérable, MMS : 30/30, Nutrition : moins 16kg en un moins, MNA : 16,5. Dénutrition avéré.

5 Conclusion EGS et RCP Evaluation impactée par une maladie aigue surtout au niveau de la mobilité et de l état nutritionnel. L enjeu du traitement est de faire passer le cap de l aigu à Mr B en essayant de récupérer un état le plus proche possible de son état de base excellent. RCP : chimiothérapie protocole du LBDGC adapté à l âge (+ de 80 ans) : R-mini-CHVP. Mr B intègre un protocole : étude SENIOR. (R-mini-CHVP seul versus R-mini-CHVP + revlimid) : Mr B aura le 2 e traitement

6 Déroulé du traitement 1 er chimio effectuée rapidement devant un syndrome occlusif Fin des cures : avril 2015 Amélioration rapide de la symptomatique RAD chez sa fille avec prise en charge kinésithérapie Soutien nutritionnel par gastrostomie Vécu difficile du patient par rapport à une récupération qu il juge longue et un impact de la maladie qu il n avait pas évalué Imagerie en cours de traitement : diminution des adénopathies Imagerie de réévaluation : stabilité des adénopathies, évolution sensible en sous-diaphragmatique

7 Suite Après le traitement : Mr B reprendra une vie quasi normale, retournant chez lui à Paris quelques semaines Septembre 2015 : Douleurs abdominales, symptômes digestifs Hospitalisation : localisations sus et sous diaphragmatiques, spléniques et probablement ostéomédullaires. Syndrome d activation macrophagique avec défaillance rénale et hépatique. Rétention aigue d urine. Rectorragies. D un point de vue gériatrique : l autonomie et la mobilité de Mr B sont impactées par la maladie. L état cognitif reste identique. La thymie est correcte au vu du contexte. Mr B souhaite être traité.

8 Prise en charge Traitement urgent du syndrome macrophagique Décision d un protocole R-GEMOX 8 cures débuté immédiatement PCA anti-douleur Support transfusionnel Sonde urinaire Transfert SSR oncogériatriqie

9 Déroulé du traitement Malgré une mucite à l initiation du traitement, les cures vont se dérouler correctement Mr B va quitter le SSR et retourner au domicile de sa fille La symptomatologie va rester globalement stable avec une amélioration notable au niveau des douleurs Mr B a pu rejoindre son domicile parisien quand la symptomatologie urétrale et pelvienne va s exarcerber juste avant la 8 e cure On note une urétrite importante (antibiotiques) et l inefficacité de la chimiothérapie (début mars 2016) Proposition d un relai par chimiothérapie per os

10 Suite Mr B se présente fin mars à la consultation en relatif bon état général (OMS 1). Il revient de Paris. Symptomatologie urinaire améliorée mais asthénie+++ À l examen on note des adénopathies nombreuses et de taille conséquente Traitement chimio per os initié

11 Déroulé du traitement En avril 2016 : aplasie (attendue du fait du traitement), efficacité modérée (stabilité globale du syndrome tumoral) Récidive de la symptomatologie urinaire RAD avec poursuite du traitement et mise en place HAD Rapidement, la situation va se compliquer. La prise en charge palliative seul va se faire à domicile. Mr B décède en mai.

12 Pour aller plus loin Le Gérontopôle a réalisé une vidéo complète reprenant les grands axes de l Evaluation Gériatrique Standardisée. (lien Youtube, disponible prochainement)

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique

Trajectoire et profil patient pour le. SSR à orientation oncogériatrique Trajectoire et profil patient pour le SSR à orientation oncogériatrique Francine AUBEN UCOG PACA-Est Pole de gérontologie-chu Nice Monaco Age Oncologie 19-20 mars 2015 L'ÉVALUATION ONCOGÉRIATRIQUE Indiquée

Plus en détail

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Le vieillissement La fragilité Questionnaire G8 L évaluation gériatrique

Plus en détail

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B

Biopsie ganglionnaire chirurgicale: LMNH diffus grandes cellules B QUIZZ LMNH ALGERIE Mlle L, 37 ans sans antécédents en dehors d une appendicectomie dans l enfance présente des adénopathies sus-claviculaires bilatérales fermes, indolores, apparues rapidement en 2 semaines

Plus en détail

6 e Réunion Régionale d Oncogériatrie

6 e Réunion Régionale d Oncogériatrie Cliquez pour modifier le style du titre 6 e Réunion Régionale d Oncogériatrie 16 mai 2013 1 Actualités régionales Cliquez pour modifier le style Programme du titre Mise en place d une évaluation gériatrique

Plus en détail

DE L IMPORTANCE DU SUIVI

DE L IMPORTANCE DU SUIVI DE L IMPORTANCE DU SUIVI Dr Stéphane GERARD Gériatre Equipe Mobile d Oncogériatrie Pr Vellas CHU de Toulouse IUC Le 18/09/2014 Conditions socio-environnementales Mr M., patient de 85 ans D origine espagnole

Plus en détail

L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique?

L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique? L évaluation en oncogériatrie: une aide à la décision thérapeutique? O. GUERIN Gériatrie gérontologie clinique (Dr P.Brocker) CHU Nice I Pourquoi? 1 Association vieillissement cancer : un paradoxe Cancéreux

Plus en détail

Cancer métastatique de la personne âgée: entre thérapeutiques actives et prise en charge palliative, une réponse oncogériatrique

Cancer métastatique de la personne âgée: entre thérapeutiques actives et prise en charge palliative, une réponse oncogériatrique Cancer métastatique de la personne âgée: entre thérapeutiques actives et prise en charge palliative, une réponse oncogériatrique Dr Sandra SCHREINER Gériatre CH de SAINTES (17) Introduction Vieillissement

Plus en détail

Cancer du côlon. 1ères rencontres auvergnates en oncogeriatrie-1 er mars 2016 Sophie Trevis-Pharmacien

Cancer du côlon. 1ères rencontres auvergnates en oncogeriatrie-1 er mars 2016 Sophie Trevis-Pharmacien Cancer du côlon 1ères rencontres auvergnates en oncogeriatrie-1 er mars 2016 Sophie Trevis-Pharmacien Patient de 76 ans, opéré d un cancer du colon (FOLFOX en adjuvant) en récidive avec métastases hépatiques

Plus en détail

Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO

Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO Interaction de l UCOG-SUD-CRÉTEIL avec la plateforme CALIPSSO 1 Claire QUEVAL cadre de santé Monaco Age Oncologie 19/20 mars 2015 CALIPSSO - 3C Hôpital Henri Mondor 2 Des problèmes fréquents Fréquence

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

Qualité de vie en oncogériatrie. Journées régionales d Oncogériatrie, Samedi 17 Septembre 2016 Pr Florence JOLY, CFB-CHU, Caen

Qualité de vie en oncogériatrie. Journées régionales d Oncogériatrie, Samedi 17 Septembre 2016 Pr Florence JOLY, CFB-CHU, Caen Qualité de vie en oncogériatrie Journées régionales d Oncogériatrie, Samedi 17 Septembre 2016 Pr Florence JOLY, CFB-CHU, Caen Qualité de vie/ Patient-reported Outcomes (Pros) Prise en compte = Un enjeu

Plus en détail

CAS CLINIQUE: cancer du sein Qu en est-il dans la vraie vie? Dr Sophie Marilier

CAS CLINIQUE: cancer du sein Qu en est-il dans la vraie vie? Dr Sophie Marilier CAS CLINIQUE: cancer du sein Qu en est-il dans la vraie vie? Dr Sophie Marilier 1 Mr V. 84 ans Adressé en HJ gériatrique en juin 2014 pour bilan d AEG, chutes à répétition, troubles cognitifs et maintien

Plus en détail

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS

Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS Rééducation et démence DR FLORENCE BEAUCAMP, MPR SERVICE DE SSR GÉRIATRIQUES LES BATELIERS La démence Démence vieillissement Vieillissement cognitif : Apprentissage plus lent Le double tâche est altéré

Plus en détail

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive

11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive 11 ème rencontre régionale de cancérologie digestive NIORT 19 janvier 2017 2- Prise en charge nutritionnelle du patient atteint de cancer digestif tout au long de son parcours de soins Prise en charge

Plus en détail

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE

FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE FORMATION AIDE SOIGNANTE SPÉCIFICITÉS DE PRISE EN SOIN EN ONCOGÉRIATRIE Tranier Alexandrine Réunion d information infirmières et aides soignants 12 septembre 2016 Sommaire Rationnel de l étude Méthodologie

Plus en détail

Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie. Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie

Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie. Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie Guillaume BONNET IDE UCOG de Picardie UCOG de Picardie 15 septembre 2013 Equipe de coordination Suivi téléphonique des patients en Oncogériatrie 2 ème plan

Plus en détail

L allongement de l espérance de vie et l arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom entraîneraient une augmentation du nombre de

L allongement de l espérance de vie et l arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom entraîneraient une augmentation du nombre de L allongement de l espérance de vie et l arrivée aux âges élevés des générations nombreuses du baby-boom entraîneraient une augmentation du nombre de personnes de 60 ans et plus. Projection INSEE audoise

Plus en détail

Fragilité de la personne âgée en soins primaires ambulatoires

Fragilité de la personne âgée en soins primaires ambulatoires Fragilité de la personne âgée en soins primaires ambulatoires Pertinence de l évaluation subjective de la fragilité par le médecin généraliste chez la personne âgée de 70 ans ou plus Thèse de Benoît CANNARD

Plus en détail

La nutrition parentérale

La nutrition parentérale Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? La nutrition parentérale Dr Yves Morvant - Vannes-Octobre 2010 Principes Injection d une solution liquide comprenant glucides, lipides et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité

L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées. Organisation et activité L unité de coordination en oncogériatrie de Midi Pyrénées Organisation et activité Historique Cliquez pour modifier Coordination le style de du projets titre Unité de Coordination en OncoGériatrie «Améliorer

Plus en détail

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé

Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé Place des aidants dans la prise en charge des cancers du sujet âgé DU Oncogériatrie 17 avril 2014 Introduction Plan cancer 2009-2013 Mesure 23 : amélioration de la prise en charge des patients âgés atteints

Plus en détail

Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés?

Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés? Place et particularité de l évaluation gériatrique en hématologie Peut-on traiter de la même manière tous les patients âgés? Pierre Soubeyran Institut Bergonié, Bordeaux, France 1 QUELLES SONT LES DONNÉES?

Plus en détail

Apports et limites de la consultation d oncogériatrie. Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne

Apports et limites de la consultation d oncogériatrie. Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne Apports et limites de la consultation d oncogériatrie Eric FRANCOIS Centre Antoine-Lacassagne Conflits d intérêts Aucun pour cette présentation Objectifs pédagogiques Qu est ce qu un oncogériatre? Pourquoi,

Plus en détail

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»?

Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? Peut-on ne pas proposer de traitement adjuvant chez une femme âgée présentant un cancer «à risque»? D. GEDOUIN Rennes, le 12 juin2015 CAS CLINIQUE Madame L Paulette, née le 23/04/1929 (86 ans), ancienne

Plus en détail

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES

PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES PRISE EN CHARGE A DOMICILE DES PATIENTS SOUS CHIMIOTHERAPIES Cliquez pour modifier le style des sous-titres du masque C.JUBE Infirmière coordinatrice du Réseau Territorial de Nantes Réseau Territorial

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD

FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD FONCTIONNEMENT DE L EQUIPE SPECIALISEE A DOMICILE : ESAD Equipe Spécialisée Alzheimer à Domicile Wasquehal, Marcq en Baroeul, Croix, Mouvaux et Bondues E. Dooze Directrice SSIAD/ESAD Emilie Orer, ergothérapeute

Plus en détail

Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique

Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique Toxicité Erlotinib et Radiothérapie A partir d un cas clinique TAO CTC novembre 2015 Elika loir, interne oncologie médicale Hôpital Cochin, paris Mme M., 64 ans Antécédent Syndrome de SHARP depuis 20 ans,

Plus en détail

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015

Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Rencontres d oncogériatrie Bourgogne-Franche-Comté 24 avril 2015 Gestion du péri-opératoire du sujet âgé en cancérologie Rôle de l équipe de gériatrie Dr Nathalie STEFAN, gériatre Plan Introduction Fallait-il

Plus en détail

ORL EN ONCOGÉRIATRIE UN POINT SUR LA RADIOTHÉRAPIE. Cécile ORTHOLAN Service d oncologie radiothérapie Centre hospitalier Princesse Grace, Monaco

ORL EN ONCOGÉRIATRIE UN POINT SUR LA RADIOTHÉRAPIE. Cécile ORTHOLAN Service d oncologie radiothérapie Centre hospitalier Princesse Grace, Monaco ORL EN ONCOGÉRIATRIE UN POINT SUR LA RADIOTHÉRAPIE Cécile ORTHOLAN Service d oncologie radiothérapie Centre hospitalier Princesse Grace, Monaco EPIDÉMIOLOGIE RÉPARTITION DES PATIENTS ÂGÉS Cancers ORL :

Plus en détail

Obstination déraisonnable du malade

Obstination déraisonnable du malade Obstination déraisonnable du malade Delphine RENAULT, Alexandra GEORGEAULT, Docteur Thierry JEANFAIVRE Service de Pneumologie, Centre Hospitalier et Universitaire d'angers, 49933, ANGERS CEDEX 9 M. S.,

Plus en détail

Pathologies gériatriques Prise en charge en oncogériatrie. Pr. Laurent TEILLET

Pathologies gériatriques Prise en charge en oncogériatrie. Pr. Laurent TEILLET Pathologies gériatriques Prise en charge en oncogériatrie Pr. Laurent TEILLET Les problèmes que doit résoudre l oncogériatrie Absence de règle claire de prise en charge des patients âgés cancéreux, volontiers

Plus en détail

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander?

Quelle stratégie de prise en charge nutritionnelle recommander? BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP SIMON-RAYNAUD Agathe AP-HP WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE WOOLMARK Yves AP-HP BROCKER Patrice CHU NICE SIMON-RAYNAUD

Plus en détail

Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie. Dr Marie - Pierre Perrin. Maison médicale. Jeanne Garnier

Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie. Dr Marie - Pierre Perrin. Maison médicale. Jeanne Garnier Nutrition et hydratation artificielles en fin de vie Dr Marie - Pierre Perrin 1 Manger et boire? La vie le plaisir La convivialité le partage La faim, la soif L humanité la compassion 2 Les questions?

Plus en détail

PRONOPALL en gastro-entérologie

PRONOPALL en gastro-entérologie Approche du pronostic à court terme, des tumeurs solides métastatiques en chimiothérapie palliative,dans une unité d oncologie en C.H.G.: intérêt du score PRONOPALL en gastro-entérologie L. Vivès et M.

Plus en détail

Prise en charge des personnes âgées

Prise en charge des personnes âgées Prise en charge des personnes âgées Dr Michel Varroud-Vial Novembre 2016 Les hôpitaux de proximité contribuent à l amélioration du parcours du patient, notamment des personnes âgées Ils coopèrent pour

Plus en détail

Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie?

Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie? Quelles sont les questions à se poser avant de demander un examen d imagerie? Dr Sylvie HAULON Chef De Service Gérontologie 4 Hôpital Emile ROUX Groupe Hospitalier Henri Mondor Présidente de la collégiale

Plus en détail

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007

Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 Intervention de l HAD en EHPAD Novembre 2007 1 RAPPEL DES TEXTES Décret 22 Fév 2007 Arrêté 27 Fév 2007 Arrêtés 16 Mars et 25 Avril 2007 Décret 30 Avril 2007 Circulaire du 5 octobre 2007 + annexes Modèle

Plus en détail

Prise en charge oncogériatrique en EHPAD

Prise en charge oncogériatrique en EHPAD Prise en charge oncogériatrique en EHPAD 20 juin 2008 Olivier Guérin Pôle de gérontologie CHU de Nice Espérance de vie à la naissance, espérance de vie globale : Sont-ils si âgés que cela? Espérance de

Plus en détail

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS

ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS. F. Chaumier Journée Régionale AFSOS ENJEUX ÉTHIQUES DE L ARRÊT DES TRAITEMENTS CURATIFS F. Chaumier Journée Régionale AFSOS Définitions Contexte 2013 Incidence augmentée, mortalité diminuée Amélioration de la survie globale 60% de survie

Plus en détail

Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre

Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre Unité Pilote de Coordination Oncogériatrique en Midi-Pyrénées Soins de support en Oncogériatrie Le point de vue du gériatre Dr S Gérard, Dr L. Balardy 4ème Journée GRASSPHO AFSOS / Oncomip 27/11/2009 Soins

Plus en détail

1. Quelles ont vos hypothèses diagnostiques? 2. Quelle stratégie diagnostique? 3. Qu annoncez-vous à la patiente t? Antécédents et Comorbidités

1. Quelles ont vos hypothèses diagnostiques? 2. Quelle stratégie diagnostique? 3. Qu annoncez-vous à la patiente t? Antécédents et Comorbidités Cas clinique 1 Patiente de 85 ans - assez bon état général Décembre 2008 58 kg, 1,54 m Vit avec son mari Quatre fils dont un proche Fait ses courses en vélo Janvier 2009 Douleurs abdominales Peu intenses

Plus en détail

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes

Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Place de la radiothérapie en oncogériatrie Dr Wiazzane Nadia Radiothérapeute, ICO Nantes Contexte Vieillissement de la population Concerné par le cancer Progrès de l anesthésie et de la chirurgie Attitude

Plus en détail

Approche diététique en dysphagie

Approche diététique en dysphagie Approche diététique en dysphagie VI ème symposium interdisciplinaire Actualité en Dysphagie et Nutrition Bachmair O., Desmet V., Novalet M. Service diététique 13/11/15 29 octobre 2015 Plan de la présentation

Plus en détail

Le médecin généraliste face au patient âgé traité pour cancer

Le médecin généraliste face au patient âgé traité pour cancer Le médecin généraliste face au patient âgé traité pour cancer Docteur Jean GODARD Vice président du réseau Onco-normand de Haute-Normandie et délégué de l URML de Normandie pour les questions de cancérologie

Plus en détail

Arpège. Ateliers Régionaux Pluridisciplinaires Oncologie- Hématologie- Gériatrie Les Métastases hépatiques F. IDRISSI 1 H.

Arpège. Ateliers Régionaux Pluridisciplinaires Oncologie- Hématologie- Gériatrie Les Métastases hépatiques F. IDRISSI 1 H. Arpège Ateliers Régionaux Pluridisciplinaires Oncologie- Hématologie- Gériatrie Les Métastases hépatiques F. IDRISSI 1 H. KHALIL 2 1- Service de Gériatrie - CHU de Rouen 2- Service de Chirurgie Digestive

Plus en détail

Parcours de santé complexe, parcours du combattant?

Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Parcours de santé complexe, parcours du combattant? Quels moyens pour prévenir les ruptures? 28 janvier 2015, cellule de coordination VISage Les différents niveaux de coordination Coordination clinique

Plus en détail

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux

Fragilité en gériatrie. Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Mobilität und Sturzprävention bei hochaltrigen Personen Mobilité et prévention des. âgée. Forum jeunes gériatres

Mobilität und Sturzprävention bei hochaltrigen Personen Mobilité et prévention des. âgée. Forum jeunes gériatres Mobilität und Sturzprävention bei hochaltrigen Personen Mobilité et prévention des chutes chez la personne âgée Forum jeunes gériatres 2.2.2012 ! " #$% "&'! (%& "% "% " ) % Troubles de la marche et de

Plus en détail

Fragilité en gériatrie

Fragilité en gériatrie Fragilité en gériatrie Pr Nathalie SALLES CHU Bordeaux Nombre de centenaires en Europe En Europe Espérance de vie à la naissance 1 Espérance de vie à 90 ans Patiente de 90 ans : à cet âge l espérance de

Plus en détail

Observation commentée. Dr O. Rigal, Centre Henri Becquerel-Rouen Dr E. Sevin, Centre François Baclesse Dr B.Beauplet, CHU de Caen

Observation commentée. Dr O. Rigal, Centre Henri Becquerel-Rouen Dr E. Sevin, Centre François Baclesse Dr B.Beauplet, CHU de Caen Observation commentée Dr O. Rigal, Centre Henri Becquerel-Rouen Dr E. Sevin, Centre François Baclesse Dr B.Beauplet, CHU de Caen Le 2 janvier, une femme âgée de 78 ans est amenée aux urgences de l hôpital

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé.

Prise en charge chirurgicale. chez le sujet âgé. Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs chez le sujet âgé. Dr Damien ANDRIEU Service de chirurgie digestive CHU Purpan Réunion Régionale d Oncogériatrie 16 mai 2013 Définition «chirurgicale»

Plus en détail

DENUTRITION ET CANCER

DENUTRITION ET CANCER DENUTRITION ET CANCER Pr Julien Mazières Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de pneumologie Hôpital Larrey, CHU Toulouse Introduction La malnutrition atteint la majorité des patients porteurs

Plus en détail

Prise en charge des cancers du colon

Prise en charge des cancers du colon Prise en charge des cancers du colon Pr B. HEYD Service de Chirurgie Viscérale, Digestive et Cancérologique Unité de transplantation Hépatique CHU Besançon Cancers colo rectaux 34 000 nouveaux cas 65 %

Plus en détail

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Définition du sujet âgé INCa : 75 ans Pratique : 75 ans Polypathologique

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS. Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 ATELIER DE SOINS PALLIATIFS Soins de support et démarche palliative 22/11/2016 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» - statuts déposés en 2009 Président : M. Yves

Plus en détail

IDE en OncoGériatrie. Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN. 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014

IDE en OncoGériatrie. Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN. 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014 IDE en OncoGériatrie Priscille LE BON CLCC Baclesse, IDE coordinatrice UCOG BN 2 ème Journées d Actualités en OncoGériatrie 11 Octobre 2014 1. Présentation 2. IDE en Consultation d OncoGériatrie 3. IDE

Plus en détail

Optimisation de l outil de dépistage G8 chez les patients âgés atteints de cancer :

Optimisation de l outil de dépistage G8 chez les patients âgés atteints de cancer : Optimisation de l outil de dépistage G8 chez les patients âgés atteints de cancer : l étude de cohorte ELCAPA-07 Etienne Audureau Equipe CEpiA, EA4393, Université Paris Est Créteil Service de Santé Publique,

Plus en détail

Le suivi d un patient âgé à domicile atteint de pathologie cancéreuse

Le suivi d un patient âgé à domicile atteint de pathologie cancéreuse RESEAU GERIATRIQUE DE L EST PARISIEN RESEAU ONCOLOGIE PARIS EST Associations loi 1901 Bureaux : 2, Rue Plichon 75011 Paris Tél : 01 46 36 08 12 Séance de Formation Pluridisciplinaire Jeudi 01 Juillet 2010

Plus en détail

«Optimisation du codage des troubles de l état nutritionnel»

«Optimisation du codage des troubles de l état nutritionnel» «Optimisation du codage des troubles de l état nutritionnel» INTERCLAN 2016 D R B A R R É V I N C E N T S O P H I E E S T R A N 2 8 O C T O B R E 2 0 1 6 CAS n 1 Jocelyne 62 ans Hospitalisation pour chimiothérapie

Plus en détail

Prise en charge multidisciplinaire des maladies du motoneurone au sein de l Hôpital du Valais

Prise en charge multidisciplinaire des maladies du motoneurone au sein de l Hôpital du Valais Prise en charge multidisciplinaire des maladies du motoneurone au sein de l Hôpital du Valais - Réponse aux besoins spécifiques de certains malades et de leurs proches - Expérience d un modèle de fonctionnement

Plus en détail

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert

Les soins palliatifs en HAD. 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Les soins palliatifs en HAD 2 ème Congrès Francophone de Médecine Générale Océan Indien 22 & 23 avril 2016 Dr Imbert Circulaire du 30/05/2000 non parue au JO compléments en février 2004, decembre 2006

Plus en détail

L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT?

L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT? L ONCOGERIATRIE POURQUOI? COMMENT? Oncogériatrie ORGANISATION SOINS 2006 2011 FORMATION RECHERCHE GERICO/DIALOG SOFOG/FEDERATION + UCOG LES MISSIONS 1. AMELIORER LA PRISE EN CHARGE DES PATIENTS AGES ATTEINTS

Plus en détail

DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE. Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG.

DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE. Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG. DEUX DIAGNOSTICS INFIRMIERS PREVALENTS EN ONCOGERIATRIE Caroline BERBON, Gilles BOURGADE, infirmiers, casselardit secteur B, comité IDE UCOG. ALTERATION DE LA MOBILITE DEFINITION Limitation de la capacité

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone

Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Elodie Crétel Durand Unité Transversale d Oncogériatrie (UTOG) Service de Médecine Interne, Gériatrie et Thérapeutique Hôpital de la Timone Cas clinique Mme K. Edmonde, 86 ans, 26 mars 2015 Evaluation

Plus en détail

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive

Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Retour d expérience: Infirmière de coordination en cancérologie digestive Marie-Elodie Chicher Coordinatrice 3C GH Pitié Salpêtrière Charles Foix (Paris) 16 février 2016 Séminaire ANFH EHESP Infirmière

Plus en détail

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS

Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS Item 308 (Item 158) Cancer du rein EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/6 : Quel(s) est (sont) le(s) facteur(s) de risque du cancer du rein? A - HTA B - Anémie C - Tabagisme D - Obésité E - HTAP (Réponse : ACD

Plus en détail

HAD chez le sujet âgé: Organisation, fonctionnement et services rendus. Matthieu de Stampa HAD APHP 3eme journée scientifique de Broca

HAD chez le sujet âgé: Organisation, fonctionnement et services rendus. Matthieu de Stampa HAD APHP 3eme journée scientifique de Broca HAD chez le sujet âgé: Organisation, fonctionnement et services rendus Matthieu de Stampa HAD APHP 3eme journée scientifique de Broca Organisation (1) Rappel historique 1957: HAD AP-HP première HAD en

Plus en détail

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert

INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie. une liaison entre la ville et l hôpital. Katia Aubert Centre de Coordination en Cancérologie d Hématologie Région Limousin INFIRMIERE COORDINATRICE dans un 3C d Hématologie une liaison entre la ville et l hôpital Katia Aubert ORGANISATION DE LA CANCEROLOGIE

Plus en détail

CHUV/UNC/PCB/lds/Dysphagie et dénutrition 1

CHUV/UNC/PCB/lds/Dysphagie et dénutrition 1 Fragilité nutritionnelle et troubles de la déglutition AVDEMS - Septembre 2012 P. Coti Bertrand Nutrition Clinique - EDM 1 Symptômes liés à la dysphagie Impact de la dysphagie sur l état nutritionnel Fausses

Plus en détail

Chirurgie de la personne âgée fragile

Chirurgie de la personne âgée fragile FÉDÉRER SéminaireLA oncogériatrie RECHERCHE : de ET la L INNOVATION recherche à la pratique MÉDICALE EN CANCÉROLOGIE Vendredi 19 juin 2015 Chirurgie de la personne âgée fragile GHEM Simone Veil Eaubonne

Plus en détail

EVALUATION GERIATRIQUE STANDARISE

EVALUATION GERIATRIQUE STANDARISE 1 EVALUATION GERIATRIQUE STANDARISE Pr: GRAINAT.N Dr: MESSAOUDI.T CHU BATNA 2 Définition 1 3 Epstein Ann Intern Med 1987: l évaluation gériatrique standardisée est une méthode de diagnostic multidimensionnelle

Plus en détail

Cas clinique. Cas cliniques 14/05/2012

Cas clinique. Cas cliniques 14/05/2012 s Chimiothérapie et sujet âgé Patiente de 85 ans hospitalisée pour douleur abdominale. Depuis quelques temps, elle a diminué ses apports alimentaires et de boisson du fait d une sensation de plénitude

Plus en détail

Fragilité de la personne âgée

Fragilité de la personne âgée Fragilité de la personne âgée Dr S AUFAURE Première journée de la filière gériatrique Date18/12/2014 Centre Hospitalier Marc Jacquet de Melun 2, rue Fréteau de Pény 77011 Melun Cedex 01 64 71 60 00 www.ch-melun.fr

Plus en détail

Radiothérapie et curiethérapie de prostate

Radiothérapie et curiethérapie de prostate Prise en charge des cancers urologiques chez le sujet âgé Communication n 3 : Avis du Radiothérapeute Radiothérapie et curiethérapie de prostate Stéphane GUERIF (Poitiers) Niort le 7 mars 2013 Faut-il

Plus en détail

CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE. Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017

CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE. Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017 CANCER PULMONAIRE METASTATIQUE - CAS CLINIQUE Déborah Assouan Tuteur : Docteur Camille Garoute CHU Amiens DES 3 février 2017 CAS Mr G, 64 ans Homme de 64 ans sans antécédents notables, tabagisme actif

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque

Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque Prise en charge chirurgicale des cancers digestifs au CH de Manosque !! Unités d hospitalisations! Service de chirurgie digestive! Unité de soins continue!! Equipe médicale! Chirurgiens digestif (2)! Anesthésistes

Plus en détail

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075)

PRESENTATION ETUDE DOMINO. DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U1075) PRESENTATION ETUDE DOMINO DESCATOIRE Pablo ( PH CHU Caen, INSERM U75) Que faire des traitements anticholinestérasiques des patients souffrant de maladie d Alzheimer aux stades modéré et sévère? Les continuer?

Plus en détail

Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé

Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé Impact de l Évaluation Gériatrique standardisée sur la survie des patients Agés atteints de Cancer avancé Elisabeth Carola 1, Florence Woerth 1, Emmanuelle Sarlon 1, Bruno Chauffert 2, Sanaa Hannat 2,

Plus en détail

Définition de l OMS Le programme de soins gériatrique Indications d appel à l HDJG Historique Rôle infirmier Avantages de l HDJG

Définition de l OMS Le programme de soins gériatrique Indications d appel à l HDJG Historique Rôle infirmier Avantages de l HDJG Définition de l OMS Le programme de soins gériatrique Indications d appel à l HDJG Historique Rôle infirmier Avantages de l HDJG Spécialité médicale concernée par les affections physiques, mentales, fonctionnelles

Plus en détail

Faisabilité des traitements anti-cancéreux chez les patients âgés

Faisabilité des traitements anti-cancéreux chez les patients âgés FÉDÉRER Séminaire LA oncogériatrie RECHERCHE ET : de L INNOVATION la recherche MÉDICALE à la pratique EN CANCÉROLOGIE Vendredi 19 juin 2015 Faisabilité des traitements anti-cancéreux chez les patients

Plus en détail

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier

Dr Marie CHARISSOUX. CRLC Montpellier Cancer de la prostate Prise en charge du sujet âgé Dr Marie CHARISSOUX Département de radiothérapie CRLC Montpellier Rapport d oncogériatrie INCA 2009 Etat des lieux et perspectives en oncogériatrie i

Plus en détail

JOURNÉE RÉGIONALE PARCOURS DES SOINS URGENTS

JOURNÉE RÉGIONALE PARCOURS DES SOINS URGENTS JOURNÉE RÉGIONALE PARCOURS DES SOINS URGENTS Session 2 Le partenariat ville-hôpital dans l accès aux soins urgents Introduction: Dr Alban FOREL, Président du collège de médecine d urgence Centre La régulation

Plus en détail

Infections et risque de dépendance chez les sujets âgés

Infections et risque de dépendance chez les sujets âgés Infections et risque de dépendance chez les sujets âgés Docteur Stéphane GERARD Gériatre, référent infectiologique Gérontopôle TOULOUSE Toulouse le 18/10/2016 plan 1. Particularités du risque infectieux

Plus en détail

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique

Gestion du péri opératoire en onco gériatrie. Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Gestion du péri opératoire en onco gériatrie Dr B. Paquette Chirurgie Viscérale, digestive et cancérologique, Unité de Transplantation hépatique Plan Série Rétrospective du service Techniques chirurgicales

Plus en détail

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE

DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE DIFFICULTES DE L ACCOMPAGNEMENT PARAMEDICAL DANS LE CADRE DU DISPOSITIF D ANNONCE Anne PACH - Infirmière Hôpital de jour Hématologie clinique CHU AMIENS 25/01/2011 1 4ème Journée Régionale de cancérologie

Plus en détail

LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD. Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX

LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD. Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX LES ESCARRES EN USLD ET EN EHPAD Christine JOUSSELIN IDE EMPC DU CHU DE BORDEAUX USLD ET EHPAD : DEFINITIONS! Unités de Soins de Longue Durée (USLD) «Etablissements qui accueillent et prennent en charge

Plus en détail

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne

PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PLACE DE L INFIRMIERE DANS l E.G.S. Le rôle de l infirmière clinicienne PRESENTATION DE LA STRUCTURE -Cadre réglementaire - Missions de l Equipe Mobile Gériatrique Le cadre réglementaire Circulaire DHOS

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 CAS CLINIQUE Mr B., 65 ans, douleurs abdominales depuis quelques mois, rectorragies intermittentes Excellent EG, P=75kg,T=1,80m(IMC=23)

Plus en détail

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente?

Dossier. Question 1. Question 2 Que comporte le traitement spécifique de cette patiente? Dossier 1 Madame V, 60 ans est suivie depuis peu pour un cancer pulmonaire à petites cellules sans aucun signe de complications diagnostiqué lors d un bilan réalisé pour asthénie persistante. Il s agit

Plus en détail

Repérage de la fragilité du sujet âgé à domicile

Repérage de la fragilité du sujet âgé à domicile 1 Groupe de travail SFGG Réseaux Repérage de la fragilité du sujet âgé à domicile Santé publique, Vieillissement, illi Qualité de vie et Réadaptation des sujets fragiles Moustapha Dramé, MD, MPH, PhD 24

Plus en détail

REPENSER LE SOIN. des personnes ÂGÉES en Insuffisance Rénale Sévère / Terminale. Aspects néphrologiques et éthiques

REPENSER LE SOIN. des personnes ÂGÉES en Insuffisance Rénale Sévère / Terminale. Aspects néphrologiques et éthiques REPENSER LE SOIN des personnes ÂGÉES en Insuffisance Rénale Sévère / Terminale Aspects néphrologiques et éthiques Pascale Depraetre Néphrologue AUB Brest Santé et maintien à domicile 19/10/2017 POURQUOI

Plus en détail

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue

Activité et perspectives. AOG* * du Centre. C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue Oncogériatrie en région r Centre. Activité et perspectives. AOG* * du Centre C Sauger, chargée de missions V Dardaine, oncogériatre E Dorval, oncogastroentérologue * Antenne d Oncogériatrie cancer, âge

Plus en détail

Furosémide Aténolol Kardégic 75 Oméprazole Valsartan Pravastatine 40 Paracétamol Trinitrine Patch Vitamine D. Le traitement

Furosémide Aténolol Kardégic 75 Oméprazole Valsartan Pravastatine 40 Paracétamol Trinitrine Patch Vitamine D. Le traitement Cas clinique Mr C. 90 ans (né en mars 1916) Traité par chirurgie seule pour un adénocarcinome sigmoïdien le 6 septembre 2013 Un scanner de mars 2016 a montré des métastases ganglionnaires, suspicion de

Plus en détail

Item n 164 : Lymphome

Item n 164 : Lymphome Généralité Item n 164 : Lymphome Les lymphomes sont des prolifération maligne de cellules lymphoïde monoclonale, dont le point de départ sont les organes lymphoïdes secondaire (ganglions). Les viscères,

Plus en détail

ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS. Préambule

ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS. Préambule Pôle Santé Léonard de Vinci 1, avenue du Professeur Alexandre Minkowski 37170 Chambray-lès-Tours Tel : 02 47 222 111 ADMISSION DANS LE SERVICE DE SOINS PALLIATIFS Préambule Faire admettre une personne

Plus en détail

Cancer et nutrition : spécificité du sujet âgé Les projets régionaux. Dr Marianne Fonck-Frayssinet, RCA, 18/10/2006

Cancer et nutrition : spécificité du sujet âgé Les projets régionaux. Dr Marianne Fonck-Frayssinet, RCA, 18/10/2006 Cancer et nutrition : spécificité du sujet âgé Les projets régionaux Dr Marianne Fonck-Frayssinet, RCA, 18/10/2006 Le contexte : vieillissement de la population, progression de l'espérance de vie en France

Plus en détail

Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an

Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an Cystites radiques hématuriques traitées par OHB Bilan à 3 mois et 1 an Genestal M, Bouaziz M, Barthet MC, Silva S Centre de Médecine Hyperbare CHU Purpan Toulouse MEDSUBHYP Paris 29 mars 2014 Cystites

Plus en détail