LE MARCHÉ DENTAIRE EN FRANCE 4 à 5

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MARCHÉ DENTAIRE EN FRANCE 4 à 5"

Transcription

1

2 SOMMAIRE LE MARCHÉ DENTAIRE EN FRANCE 4 à 5 - Démographie de la profession dentaire 4 - Répartition Hommes/Femmes 4 - Répartition géographique 5 - Un marché sensible à la conjoncture 5 LES DENTISTES ET LE E-COMMERCE EN FRANCE 6 à 11 - Introduction 6 - Lieu de connexion 7 - Utilisations d Internet 7 - Les chirurgiens-dentistes sont-ils Internet-addicted? 7 - Achats on-line 8 - Consultation des sites marchands 8 - Consultation des sites spécialisés 9 - Achat en ligne de produits professionnels 10 - Financement via Internet? 10 - Les freins au e-commerce 10 - Investissements en matériels dentaires des professionnels 11 - Prévisions d investissement 11 Méthodologie Durant le mois de novembre 2006, chirurgiens-dentistes exerçant en France et représentatifs de cette population - stratification par région - ont été interrogés par voie postale. Nous avons obtenu près de 10 % de retours après un mois. La structure des répondants étant proche de celle de la population globale [55 % en grande agglomération (+ de hab.) et 9 % en zone rurale (- de hab.); 22 % de femmes], aucun redressement n'a donc été opéré. Direction des Marchés, des Partenariats et de la Communication, Études et Statistiques : Gaëtan Guth 2 - Enquête marché dentaire 2007

3 ÉDITO BNP Paribas Lease Group est présent sur le marché du financement de matériels dentaires depuis plus de 40 ans. BPLG entretient avec les distributeurs dentaires une relation privilégiée confortée par son expertise financière et sa connaissance du marché. Cette connaissance s'illustre ici par cette enquête réalisée sur le thème " Dentistes et e-commerce. Comme tout à chacun, leurs habitudes de consommation évoluent et aujourd'hui, une large majorité utilise Internet surtout pour l'achat de consommables, de produits de soins, et, dans une moindre mesure, pour le petit matériel. Christophe DRAPEAU, Responsable du marché Médical. Néanmoins, l'augmentation prévisible de l'activité des praticiens, sous l'effet conjugué de la progression des dépenses consacrées aux soins dentaires et de la stagnation des effectifs, nous laissent penser que ce mode de consommation pourrait connaître un fort développement dans les prochaines années. Enquête marché dentaire

4 LE MARCHÉ DENTAIRE EN FRANCE DÉMOGRAPHIE DE LA PROFESSION DENTAIRE La France Métropolitaine comptait chirurgiens-dentistes au 1er janvier Le graphique ci-contre montre l évolution de ces effectifs sur les 10 dernières années. Sur la période , le Taux de Croissance Annuel Moyen (TCAM) des effectifs a été de 0,2 % contre 0,75 % sur la période Cette baisse corrobore les perspectives annoncées de diminution de l'offre de soins médicaux et, spécifiquement ici, des soins dentaires. Le numerus clausus de la rentrée 2006 a été fixé à hauteur de 977 étudiants (contre 930 en 2004). Il ne suffira vraisemblablement pas à contrebalancer le départ à la retraite d'environ dentistes par an, sur les 10 prochaines années : 28 % des chirurgiens-dentistes exerçant actuellement (soit un effectif de professionnels) ont plus de 55 ans Notons que près de 92 % des chirurgiens-dentistes exercent leur activité dans le cadre d'une profession libérale. La spécialité Orthodontie est exercée exclusivement par 5 % des professionnels libéraux. Cette part progresse linéairement tous les ans, à une allure relativement faible, depuis 10 ans : Ils étaient 4 % en ,8% Évolutions du nombre de chirurgiens-dentistes sur les 10 dernières années en France 0,1% ,0% ,9% ,1% ,1% ,4% ,6% ,4% ,7% Effectifs Chirugiens-Dentistes Evol. A/A-1 Source : DREES, Les professions de santé au 1er janvier 2006 Répartition Hommes/Femmes en France RÉPARTITION HOMMES/FEMMES Au 1er janvier 2006, les femmes représentaient 33 % de la population des chirurgiens-dentistes. La féminisation de la profession est bien avancée et le point d équilibre devrait être atteint dans une vingtaine d'années. D'autant qu'aujourd'hui, 60 % des étudiants des Facultés d'odontologie sont des femmes. 55% % % % % % % % % 343 Moins de 30 ans 30 à 34 ans 35 à 39 ans 40 à 44 ans 45 à 49 ans 50 à 54 ans 55 à 59 ans 60 à 64 ans Plus de 65 ans Hommes Femmes Part des femmes 4 - Enquête marché dentaire 2007 Source : DREES, les professions de santé au 1er janvier 2006

5 Nombre de chirurgiens-dentistes exerçant en profession libérale RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE NORD- PAS- DE CALAIS 1812 La désaffectation de certaines régions françaises par les professionnels de la santé touche également le secteur dentaire. Ainsi, de grandes disparités ressortent sur la densité de chirurgiens-dentistes libéraux : on compte 33 dentistes pour habitants dans l'orne contre 143 à Paris. Au niveau national, la densité est de 62,2 chirurgiens-dentistes pour habitants. Cette tendance devrait perdurer, les jeunes diplômés restant principalement séduits par les régions à fort pouvoir attractif et dont les densités actuelles sont déjà les plus fortes : revenus plus élevés de la population, activités culturelles développées, climat etc. Néanmoins, la zone du Nord de la France affiche aujourd hui un des revenus moyens les plus élevés et devrait attirer les dentistes nouvellement diplômés. BRETAGNE 1906 BASSE- NORMANDIE PAYS DE LA LOIRE POITOU- CHARENTES 814 AQUITAINE 2257 HAUTE- NORMANDIE 665 CENTRE LIMOUSIN MIDI- PYRENEES 2072 PICARDIE ILE DE FRANCE AUVERGNE 856 BOURGOGNE LANGUEDOC- ROUSSILLON 1814 CHAMPAGNE- ARDENNES RHONE- ALPES 3743 LORRAINE FRANCHE- COMTE PROVENCE-ALPES COTE D'AZUR ALSACE 1249 > < 45 ILE D UN MARCHÉ SENSIBLE À LA CONJONCTURE CORSE 222 Alors que le pouvoir d'achat des ménages a progressé de 1,4 % en 2005, la consommation en soins dentaires n'a progressé que très faiblement (1,1 % contre 4,7 % en 2004). Ces deux variables sont très corrélées. Ceci est confirmé par le fait qu'un français sur 5 renonce à consulter un dentiste pour des raisons financières. De plus, les campagnes de prévention pour une meilleure santé bucco-dentaire ont favorisé l'évolution des consultations et des soins conservateurs bien moins onéreux que les soins réparateurs. Le montant des honoraires perçus par les chirurgiensdentistes libéraux pour l'année 2005 a atteint 7,6 Mds, ce qui représente 90 % des dépenses en soins dentaires des ménages. Ces deux montants ont d'ailleurs observé la même progression (soit +1,1 %) cette année. Les prévisions à court terme annoncent une très faible progression des honoraires des praticiens, du fait notamment, de la poursuite des campagnes préventives et de la faible croissance du pouvoir d'achat des ménages. Seul le vieillissement de la population - espérance de vie aujourd hui à 84,1 pour les femmes et 77,2 pour les hommes (soit une augmentation de 1,5 ans pour les femmes et 2 ans pour les hommes en 6 ans) - contrebalance les éléments ayant un effet négatif sur la croissance des revenus des chirurgiens-dentistes... Source : DREES, INSEE (données au 01/01/05) Évolution de la consommation en soins dentaires en France 8,8% ,7% 7,1% 3,8% 4,7% 0,7% 1,1% Conso. en soins dentaires Evolution A/A-1 Source : DREES Enquête marché dentaire

6 LES DENTISTES ET LE E-COMMERCE EN FRANCE En bref : histoire de l'internet grand public en France Initialement accessible à un nombre réduit d'utilisateurs dans un petit nombre d'entreprises et d'universités, Internet a commencé à pouvoir être utilisé par tout un chacun à partir de Le premier FAI* grand public fût FranceNet qui ouvrit ses portes le 8 juin Aujourd'hui, Internet est un média qui fait partie intégrante du quotidien des dentistes. Ils l'ont bien pris en main et l'utilisent très fréquemment pour les différentes fonctionnalités mises à disposition tant au niveau privé que professionnel. Ils sont déjà très nombreux à avoir effectué des achats via cet outil commercial, même s'ils l utilisent plus fréquemment pour des besoins privés. La progression du chiffre d'affaires des sociétés vendant sur Internet n'est pas terminée, même si elle a été très importante en 2006 : 100 Mds d achats, soit +50 % en deux ans en Europe, 10 Mds d achats en France. Certains prévisionnistes annoncent d'ailleurs à un horizon de 5 ans un volume de 39 Mds sur le marché français (source : cabinet Forrester Research via le site Nombre d'abonnés à Internet Alors que la France était à la traîne il y a encore quelques années (en partie à cause du Minitel), elle occupe aujourd'hui la deuxième place du classement européen quant au nombre de foyers connectés à Internet. Au 4ème trimestre 2006, 55 % des Français de plus de 11 ans sont utilisateurs d'internet. En janvier 2007, 11,3 millions de foyers français possédaient un accès à Internet, ce qui correspond à une progression de 1,8 million en un an (soit + 19 %). La part du haut débit (ADSL ou câble) progresse encore fortement (+ 22 %) avec 9,5 millions de foyers soit 83,8 % des foyers connectés. source : Médiamétrie/GfK. * FAI : Fournisseur d Accès à Internet. Actuellement, 92 % des chirurgiens-dentistes utilisent Internet. Cette part est identique à celle des PME françaises (enquête PME-PMI réalisée par BPLG en novembre 2006). Sur les 8 % restants, les trois quarts indiquaient qu'ils ne souhaitaient pas se servir de cette technologie à court ou moyen terme. Les dentistes les plus âgés ne sont pas les plus réfractaires à ce mode de communication. 72 % des dentistes qui utilisent Internet naviguent sur les pages du Web depuis leur lieu de travail aussi bien que depuis leur domicile. Seuls 6 % possèdent une connexion uniquement à leur cabinet. En moyenne, les dentistes connectés " surfent " sur le Web depuis environ 5 ans et demi. 34 % le font depuis plus de 7 ans. Qu'en est-il alors des distributeurs de matériels dentaires vendant sur le Web? Ne seront-ils pas entraînés dans cette vague de croissance des achats faits sur la toile? Domicile Domicile et Cabinet cabinet 22% 72% 6% 6 - Enquête marché dentaire 2007

7 Lieux de connexion en France 62% 51% LIEU DE CONNEXION 31% 41% Les praticiens connectés semblent d'abord privilégier l'utilisation des nouvelles technologies à leur domicile : 93 % ont installé le Haut Débit chez eux contre 59 % dans leur cabinet. 8% 8% UTILISATION D'INTERNET Domicile Lieu de travail Bas débit Haut débit Haut débit sans fil Les utilisations d Internet en France Comme la majorité des français, la première fonctionnalité d'internet plébiscitée par les chirurgiens-dentistes est la communication par courriel : 91 % l'emploient régulièrement. 86 % des dentistes l'utilisent pour rechercher des informations professionnelles et techniques (via les moteurs de recherche et les sites spécialisés qui ont bouleversé et allégé les méthodes de documentation). Il est en effet reconnu aujourd'hui qu'il est plus facile et plus rapide de consulter les Pages Jaunes par Internet que d'ouvrir l'annuaire. 91% 86% 69% 63% 50% Consultation messagerie Recherche d'informations tech.et prof. Consultation compte bancaire Loisirs Communications administratives Fréquence d'usage selon la densité de la population en France LES CHIRURGIENS-DENTISTES SONT-ILS " INTERNET-ADDICTED "? 62% 51% En moyenne, 54 % surfent sur Internet plus d'une fois par jour. Et, au total, 81 % au moins une fois par jour : lorsqu'un dentiste est abonné à Internet, c'est pour l utiliser fréquemment 26% 24% 22% 44% 33% Il existe quelques écarts de fréquence d'usage selon la densité de la population. A la lumière du graphique ci-contre, les zones moins densément habitées ont moins souvent recours à Internet. Dans ces zones, les chirurgiens-dentistes sont aussi plus nombreux à posséder une connexion Internet uniquement à leur domicile. 11% Grande agglomération 1% Zone urbaine 3% Zone rurale 11%11% Plusieurs fois par jour Une à deux fois par semaine Une fois par jour Moins souvent Enquête marché dentaire

8 LES DENTISTES ET LE E-COMMERCE EN FRANCE ACHATS ON-LINE Les trois quarts des professionnels interrogés ont déjà effectué un achat sur Internet, soit environ 83 % des dentistes connectés. La moitié des dentistes ont acheté des produits sur Internet dont l'usage était soit à but professionnel, soit privé. 41 % ont effectué une(des) transaction(s) pour acquérir un objet de consommation personnelle et seulement 5 % pour acheter un(des) produit(s) dans le cadre de leur profession. L'achat d'un produit de grande consommation semble être, par conséquent, le passage obligé pour tester la qualité et l'efficacité du mode de commerce VPC Internet. Personnel Personnel et Professionnel professionnel 41% 50% 5% CONSULTATION DES SITES MARCHANDS Fréquence de la consultation des sites marchands Les dentistes interrogés consultent assez fréquemment les sites de ventes sur Internet. Près de 50 % d'entre eux parcourent les pages Web de distributeurs au moins une fois par semaine. On note que : 72 % des répondants y consultent les tarifs ; 66 % lisent les fiches techniques des produits sur ces sites 39% 22% 20% La consultation débouche sur un achat dans 58 % des cas. En outre, 31 % des interrogés indiquent qu'ils consultent les sites de distributeurs pour connaître les services qui sont mis à leur disposition par ces derniers ou par les constructeurs. 9% 8% 2% Quotidienne Hebdomadaire Mensuelle Moins souvent jamais NR 8 - Enquête marché dentaire 2007

9 CONSULTATION DES SITES SPÉCIALISÉS Les informations sur les prix et les données techniques sont consultées sur le Net d'abord pour les consommables : 63 % des dentistes affirment qu'il est intéressant d'avoir ces informations pour ce type de produit via Internet. Les auto-claves, contre-angles, turbines et autres petits matériels n'incitent que la moitié des dentistes à obtenir des informations via Internet. Quant aux gros matériels (fauteuil ou unit), l'accès à leurs tarifs ou données techniques via Internet intéressent un tiers des dentistes. Consultation des sites spécialisés en % Les principaux sites spécialisés consultés par les dentistes, pour obtenir ce type d informations sont les suivants : 57% 55% Les VPCistes avec les sites des distributeurs rencontrent le plus d'attention : plus de la moitié des professionnels les consultent. Les sites les plus souvent mentionnés sont : (15 % des répondants) et En outre les praticiens s'informent sur la technicité de leur métier via des sites spécialisés comme les forums de discussion/formation : ww.sop.asso.fr Ces sites ont été fréquemment cités spon- tanément par les professionnels. 43% VPC Site Distrib. Site Const. Enquête marché dentaire

10 LES DENTISTES ET LE E-COMMERCE EN FRANCE Part des produits achetés en ligne ACHAT EN LIGNE DE PRODUITS PROFESSIONNELS 78 % des dentistes internautes ont déjà effectué ou seraient prêts à effectuer un achat de consommables "dentaires" sur Internet. Pour le petit matériel, cette proportion passe à 45 %. Quant au matériel lourd, seuls 4 % des dentistes qui sont intéressés par ce canal. On peut raisonnablement penser que l'effet prix joue un rôle important. La comparaison des produits se ferait majoritairement auprès de 2 sites pour le consommable et plus de 2 sites pour le petit matériel. Le coût du petit matériel étant plus élevé que celui du consommable, l'effort de comparaison est plus important pour les produits dont les prix sont plus élevés. Confirmant cette tendance, la visite d'au moins un site étranger est mentionnée par 1/4 des dentistes interrogés lorsqu'il s'agit de comparaisons portant sur le petit matériel, contre 1/5 ème quand il s'agit du consommable. FINANCEMENT VIA INTERNET? 45 % des dentistes interrogés, soit près de un sur deux, ont déclaré qu'ils profiteraient d'un financement proposé sur Internet sans aucune réticence. LES FREINS AU E-COMMERCE Le premier frein à l'achat de produits professionnels sur Internet est l'impossibilité de discuter sur les aspects techniques des matériels. Logiquement, plus l'investissement est important, plus le besoin d'informations est fort. Il est également très important pour les chirurgiens-dentistes de pouvoir regarder, essayer, tester les matériels dont ils vont faire l'acquisition. L'achat d'un produit sur Internet ne permet pas d'en négocier le prix (Internet permet néanmoins la comparaison du tarif des différents fournisseurs). Cela est considéré comme un blocage pour près de la moitié des dentistes. Le manque de sécurité du paiement en ligne est un frein supplémentaire pour une partie non négligeable de notre échantillon. Les dentistes évoquent également le manque de confiance envers le service après-vente des distributeurs présents uniquement sur Internet. Ils restent encore attachés à la relation qu'ils entretiennent avec leurs fournisseurs habituels Enquête marché dentaire % 56% 39% 39% 32% 23% 13% 1% 3% Consommables Petits matériels Gros matériels Achète Achèterait Ne souhaite pas Nombre de sites consultés lors de la comparaison des produits 49% 48% 37% 32% 27% 20% 17% 9% 6% 3% Consommables Petits matériels 1 seul site Plus de 2 sites 2 sites NSPP Au moins 1 site étranger Part des différents freins au e-commerce 66% 54% 48% 38% 30% 27% 11% 9% 11% 10% Petits matériels Gros matériels Aspects techniques Négociation des prix Pas de vente en ligne du revendeur habituel Sécurité de paiement Autres

11 Classement des 3 rubriques selon leur degré d'incitation à investir 64% INVESTISSEMENTS EN MATÉRIELS DENTAIRES DES PROFESSIONNELS 48% 43% 47% 40% 1er Les dentistes placent la mise à niveau technologique du matériel en première position dans le classement des paramètres entrant dans le processus de son remplacement. L'ancienneté - et donc l'usure - arrive juste après. L'augmentation de l'activité est bien souvent placée en dernière position : c'est le cas pour 64 % des dentistes interrogés. 10% Mise à niveau 14% Renouvellement 19% 17% Augmentation 2ème 3ème technologique de l'activité Durée de vie du matériel La moyenne de la durée de vie de leur gros matériel se situe à 9 ans. Au regard du graphique présenté ci-contre, la dispersion est plus orientée sur les durées les plus élevées. Il est donc raisonnable de considérer que la durée moyenne d'utilisation de ce type de matériel est d'un peu plus de 9 ans. A titre comparatif, la durée moyenne de financement d'un fauteuil dentaire est de 5 ans. 6% 44% 35% 15% Moins de 6 ans Entre 6 et 9 ans Entre 9 et 12 ans Plus de 12 ans PRÉVISIONS D'INVESTISSEMENT POUR 2007 Deux dentistes interrogés (19 %) sur dix ont prévu d'investir dans du gros matériel : 45 % de l'échantillon l'envisagent pour du petit matériel, 30 % pour du matériel ou du logiciel informatique. En tout état de cause, 2/3 de la profession va investir dans au moins un des trois items cités. Enquête marché dentaire

12 BNP Paribas Lease Group, bien plus qu un financement Notre métier : Financer les investissements des entreprises et des professionnels BPLG est, au sein de BNP Paribas, la filiale spécialisée dans le financement des investissements des entreprises et des professionnels. Son métier est de proposer une gamme complète de solutions financières - crédit-bail, location financière, crédit - avec ou sans prestations associées et adaptées aux spécificités de chaque secteur d'activité, tant en France qu'en Europe. Présent depuis plus de 50 ans dans ce métier, leader européen et numéro un français, BPLG offre aux constructeurs, importateurs et distributeurs d'équipements, un service complet de financement des ventes, et bâtit avec eux des partenariats locaux, nationaux ou internationaux qui vont du simple accord de préconisation à la création de sociétés financières communes. L'ambition de BPLG est de permettre à ses clients, vendeurs de biens d'équipements professionnels, d'optimiser leur performance commerciale, en intégrant le financement à l'acte de vente et en prenant en charge la gestion administrative des flux financiers (financement des réseaux de distribution, facturation et encaissement des loyers de maintenance...). BPLG exerce son activité dans 22 pays : Entités BPLG France, Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Royaume-Uni. Entités BNP Paribas où BPLG a une activité Algérie, Grèce, Maroc (BMCI Leasing), Turquie (TEB Leasing), Ukraine (Ukrainian Leasing Company), Etats-Unis (Bank of the West) Accords de coopération auprès d'organismes financiers qui représentent BPLG dans leur pays Danemark (Nordania), Norvège, Suède, République slovaque (BOF Leasing), République tchèque. Principales catégories d'actifs mobiliers financés : Véhicules Industriels et Utilitaires Légers, matériels de T.P et manutention, machines agricoles, bureautique, informatique, télécommunications, matériel médical, machines industrielles, équipements du commerce. BPLG assure également, au service du réseau bancaire BNP Paribas, la réalisation et la gestion des financements en crédit-bail mobilier et immobilier distribués par la banque à ses clients rue Arago Puteaux Cedex - Téléphone : Télécopie : BNP Paribas Lease Group - SA au capital de Euros - N , RCS Nanterre.

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33 beurre / crème / fromages / cheptel / collecte / consommation vaches / brebis / chèvres / échanges produits laitiers / France/Europe/Monde Les cahiers de FranceAgriMer 29 / Données statistiques / ÉLEVAGE.

Plus en détail

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production

Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013. Suivi de la production Point n 3 Instance Nationale de Concertation du 30 Mai 2013 Suivi de la production 1 - L ETAT DES STOCKS DANS LES ORGANISMES... 2 2 - L EVOLUTION DES INSTANCES... 4 2.1. Evolution des instances toutes

Plus en détail

Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive.

Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive. Etude Socio- économique des ostéopathes à pratique exclusive. Les éléments socioéconomiques de cette étude proviennent des données fournies par la CIPAV/Groupe Berri au 31 décembre 2013. Ces éléments comprennent

Plus en détail

Evolution Chiffres Tendances. L essentiel. sur. le logement. ogement Habitat. en Alsace

Evolution Chiffres Tendances. L essentiel. sur. le logement. ogement Habitat. en Alsace Evolution Chiffres Tendances L essentiel sur ogement Habitat le logement en Le parc de Logement En, la croissance du parc résidentiel est toujours forte La croissance du parc résidentiel est deux fois

Plus en détail

L évolution des frais bancaires 2015-2016

L évolution des frais bancaires 2015-2016 L évolution des frais bancaires 2015-2016 Janvier 2016 Contact Presse : Héloïse Guillet / 07 62 58 36 06/ heloise@lanouvelle-agence.com Sommaire Méthodologie de l étude Présentation de Panorabanques.com

Plus en détail

Filière porcine. Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /59

Filière porcine. Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /59 Filière porcine cheptel / abattages / consommation / échanges. / /Europe/Monde Les cahiers de AgriMer 29 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /59 > Filière porcine Cheptel porcin en en 29 La production porcine

Plus en détail

ISF et intermédiation : Collecte 2009

ISF et intermédiation : Collecte 2009 ISF et intermédiation : Collecte 2009 juillet 2009 1 Contexte et méthodologie Contexte: L AFIC et l AFG ont conduit une enquête pour suivre l impact des mesures dites «ISF PME», et en particulier, pour

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile

ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012. Rapport 17/01/2013. Direction générale de l Aviation civile. Direction générale de l Aviation civile ENQUÊTE SUR L IMAGE DE L AVIATION CIVILE : 2012 Rapport 17/01/2013 Direction générale de l Aviation civile Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Énergie Direction générale de l Aviation

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGCIS-Banque de France auprès des visiteurs venant de l étranger

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE

RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE RAPPORT STATISTIQUE DE LA MAROQUINERIE Publication 2011 Chiffres 2010 CHIFFRES CLES DE LA MAROQUINERIE STRUCTURES REGIONALES IMPORTATIONS / EXPORTATIONS Fédération Française de la Maroquinerie 16 rue Martel

Plus en détail

Le tourisme international en France

Le tourisme international en France Le tourisme international en France Le tourisme international en France 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête Dgcis - Banque de France auprès des visiteurs venant de l

Plus en détail

LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale

LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Les enjeux du quotidien LES FRANCAIS ET LE SPORT Sondage réalisé pour : La Presse quotidienne Nationale, Régionale, Urbaine Gratuite et la Presse Hebdomadaire Régionale Qui est commanditaire des "enjeux

Plus en détail

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE

Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat PRESENTATION GENERALE Le Fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l Etat (FSPOEIE) constitue

Plus en détail

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009

Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Activité d investissement des FCPI dans les entreprises innovantes TABLEAU DE BORD 1997-2009 Tableau de bord 1997-2009 Sommaire 5,5 Md de fonds levés dont 3,3 Md destinés à l innovation page 3 3 Md investis

Plus en détail

Leasing financier PROFESSIONNELS. Pour les voitures, les utilitaires légers et tout le matériel utilisé dans un environnement professionnel

Leasing financier PROFESSIONNELS. Pour les voitures, les utilitaires légers et tout le matériel utilisé dans un environnement professionnel Leasing financier PROFESSIONNELS Pour les voitures, les utilitaires légers et tout le matériel utilisé dans un environnement professionnel Intro Dans de nombreux cas, un leasing via votre agence sera la

Plus en détail

Observatoire des Technologies de l'information

Observatoire des Technologies de l'information Observatoire des Technologies de l'information Etude annuelle Avril 2013 Sommaire 1. INTRODUCTION...3 2. METHODOLOGIE...3 3. ETAT 2012 DES PRINCIPAUX EQUIPEMENTS ET USAGES TICS DU ROYAUME...4 3.1. EQUIPEMENT

Plus en détail

FD/MG N 1-5559 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Magalie Gérard. Pour

FD/MG N 1-5559 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Magalie Gérard. Pour FD/MG N 1-5559 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Magalie Gérard Pour La perception des idées reçues à l égard des personnes en situation de handicap par les Français Résultats détaillés Le 16 mai 2006 Sommaire

Plus en détail

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009

BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 BILAN DE FREQUENTATION ETE 2009 ETABLI EN JUILLET / SEPTEMBRE 2009 Méthodologie : Données issues des plannings de disponibilités : -saisis par les propriétaires en gestion directe - issus des plannings

Plus en détail

Observatoire de suivi de l économie touristique. Comité Départemental du Tourisme BP40032 24002 PERIGUEUX CEDEX

Observatoire de suivi de l économie touristique. Comité Départemental du Tourisme BP40032 24002 PERIGUEUX CEDEX Observatoire de suivi de l économie touristique Comité Départemental du Tourisme BP40032 24002 PERIGUEUX CEDEX SOMMAIRE Le tourisme en Dordogne, parc et évolution Le tourisme en Dordogne, les principaux

Plus en détail

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français?

Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? ét udes et résultats N o 866 février 14 Qualité et accessibilité des soins de santé : qu en pensent les Français? Les Français sont plutôt satisfaits de la qualité générale des soins de santé, par rapport

Plus en détail

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques Une enquête commandée par : L Ardesi Midi-Pyrénées La Caisse des Dépôts et Consignations La Direction du Tourisme Le

Plus en détail

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs venant

Plus en détail

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel

Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le marché des logiciels en France Perspectives d évolution pour le channel Le nouveau paradigme de l IT IDC Visit us at IDC.com and follow us on Twitter: @IDC 2 L arrivée de nouvelles technologies insuffle

Plus en détail

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI

BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI BILANS REGIONAUX DE L EMPLOI DANS L ECONOMIE SOCIALE EN 2013 Cécile BAZIN Marie DUROS Amadou BA Jacques MALET Octobre 2014 INTRODUCTION Pour la septième année consécutive, l Association des Régions de

Plus en détail

Les Français et le coût de la banque

Les Français et le coût de la banque Les Français et le coût de la banque Septembre 2013 Contact Presse : Héloïse Guillet / 01 75 43 33 82 / heloise@boomerang-rp.com Sommaire Présentation de Panorabanques.com Contacts Méthodologie Recueil

Plus en détail

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de

Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de Enquête Nationale sur le devenir des diplômés de DUT 2010 Résultats de l IUT de Reims-Châlons-Charleville (Note de synthèse sur les diplômés de formation initiale hors alternance et formation continue)

Plus en détail

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE

LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 6 e partie LE TOURISME INTERNATIONAL EN FRANCE 109 Le tourisme international en France - 6 L enquête auprès des visiteurs venant de l étranger (EVE) L enquête DGE-Banque de France auprès des visiteurs

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014

«Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 «Les propriétaires français et le logement chez l habitant» Résultats de l enquête Ifop pour Chambrealouer.com Réalisée du 4 au 22 juillet 2014 Sommaire Introduction P. 2 Profil des personnes interrogées

Plus en détail

LES ALLEMANDS EN FRANCE. 1 er marché pour la destination France en termes d arrivées et de nuitées en 2012. BASSE -NORMANDIE

LES ALLEMANDS EN FRANCE. 1 er marché pour la destination France en termes d arrivées et de nuitées en 2012. BASSE -NORMANDIE LA CLIENTÈLE ISSUE DU TOURISME ÉTRANGER POUR LE COMMERCE DE DÉTAIL EN FRANCE DE LA CHAUSSURE DE L HABILLEMENT COMMERCE DES ARTICLES DE SPORTS ET ÉQUIPEMENTS DE LOISIRS LES ALLEMANDS EN FRANCE OÙ VONT-ILS?

Plus en détail

Le stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux

Le stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Le stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux - Observatoire des sites de stockage VISIOStockage - Stockage à la ferme BASSE ET HAUTE NORMANDIE RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES 2015

Plus en détail

L utilisation d Internet par les femmes. Juin 2009

L utilisation d Internet par les femmes. Juin 2009 L utilisation d Internet par les femmes Juin 2009 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l'étude A- Les usages d Internet B- Les achats sur Internet Note méthodologique Etude réalisée par l'ifop

Plus en détail

IV. Les tarifs communs aux opérations au crédit et au débit...p. 6

IV. Les tarifs communs aux opérations au crédit et au débit...p. 6 PROFESSIONNELS ENTREPRENEuRS Tarifs des principales opérations réalisées avec l'étranger JANVIER 2013 SOMMAIRE PRÉAMBULE...P. 2 I. Vos opérations de change...p. 2 II. Les opérations portées au crédit de

Plus en détail

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES

LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES JUIN 2015 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique 2014 Analyses nationale et régionale SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Etude sociodémographique de la Branche du numérique, de l ingénierie, du conseil, des études et des métiers de l événement (IDCC 1486)

Etude sociodémographique de la Branche du numérique, de l ingénierie, du conseil, des études et des métiers de l événement (IDCC 1486) Rapport de synthèse Secteur des Etudes et du Conseil Jeudi 18 septembre 2014 Etude sociodémographique de la Branche du numérique, de l ingénierie, du conseil, des études et des métiers de l événement (IDCC

Plus en détail

chiffre d'affaires (en M )

chiffre d'affaires (en M ) Assemblée générale du GERP Carac du 04 juin 2015 Point d information sur le développement de Carac PERsPectives Point sur les résultats 2014 Depuis son lancement, la Carac a délibérément placé la garantie

Plus en détail

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires

ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires ENQUETE DE BRANCHE Prothésistes dentaires Données 2012 Institut I+C 11 rue Christophe Colomb - 75008 Paris Tél.: 33 (0)1 47 20 30 33 http://www.iplusc.com Octobre 2013 1/52 UNIVERS ETUDIE ET RAPPELS METHODOLOGIQUES

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS

Présentation du Programme PHARE. Direction générale de l offre de soins - DGOS Présentation du Programme PHARE Les achats hospitaliers, levier majeur de performance pour les établissements Achats hospitaliers : 18 Milliards d euros en 2009 Non médicaux 42% Achats Hospitaliers Médicaux

Plus en détail

Projet VISIOStockage

Projet VISIOStockage 1 Projet VISIOStockage Observatoire des sites de stockage Outil d observation des capacités de stockage dans la filière des céréales et des oléo-protéagineux Auvergne/ RENCONTRES RÉGIONALES CÉRÉALIÈRES

Plus en détail

La société Pawnee et la base Maildata en quelques mots

La société Pawnee et la base Maildata en quelques mots La société Pawnee et la base Maildata en quelques mots Pawnee Maildata email Marketing La société Pawnee rachète le capital de l agence Maildata en septembre 2013, afin de mettre en œuvre toutes les ressources

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique

DOSSIER DE PRESSE. 8 mars 2010 Journée des femmes. Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique DOSSIER DE PRESSE 8 mars 2010 Journée des femmes Entreprendre au féminin : les femmes actrices de la reprise économique Un dispositif géré par ; UN FONDS DE GARANTIE DESTINÉ AUX FEMMES Grace au FGIF plus

Plus en détail

Levées de capitaux. 22 février 2012. Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1. www.afic data.

Levées de capitaux. 22 février 2012. Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1. www.afic data. Levées de capitaux par les FCPI et FIP créés en 2011 22 février 2012 Concerne les acteurs français membres de l AFIC, investissant en France et à l étranger page 1 Contexte et Méthodologie Contexte : L

Plus en détail

Baromètre SPANC Observatoire EPARCO-CSA

Baromètre SPANC Observatoire EPARCO-CSA Baromètre SPANC Observatoire EPARCO-CSA Avec le soutien de l Office International de l Eau Contexte et objectifs Un contexte d évolution des lois et réglementations qui impose un diagnostic global du parc

Plus en détail

! Le Réflexe Cyclamed

! Le Réflexe Cyclamed ! Le Réflexe Cyclamed ! Les textes réglementaires! La collecte des MNU par les officines est obligatoire (loi n 2007-248, J.O. du 27/2/2007 et décret d application n 2009-718 du 17/6/2009)! Approbation

Plus en détail

2 ème Observatoire du regroupement de crédits. Portrait des emprunteurs français

2 ème Observatoire du regroupement de crédits. Portrait des emprunteurs français 2 ème Observatoire du regroupement de crédits Portrait des emprunteurs français Sommaire Une représentation classique du ménage français... 3 Des propriétaires avec de bons revenus... 4 De fortes disparités

Plus en détail

et résultats Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans N 839 avril 2013

et résultats Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans N 839 avril 2013 ét udes et résultats N 839 avril 2013 Les spécificités régionales des modes de garde déclarés des enfants de moins de 3 ans En janvier 2011, 2,3 millions d enfants de moins de 3 ans vivent en France métropolitaine.

Plus en détail

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra

CEP CONSTRUCTION. Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction. Septembre 2006. Jean-Louis Reboul. Sandrine Aboubadra CEP CONSTRUCTION Tableaux de bord régionaux emploi/formation dans la construction Septembre 2006 Jean-Louis Reboul Sandrine Aboubadra Siège social 89, rue du Faubourg Saint Antoine 75011 PARIS Tel : 33

Plus en détail

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT

JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT JANVIER 2013 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES ENQUÊTE TYPOLOGIQUE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables recensés

Plus en détail

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir

Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI. Situation du 1 er juillet 2010 au soir Reporting de la Cellule d appui MOA SIRH / DGA SI Situation du 1 er juillet 21 au soir Indicateurs de la cellule Nombre d optants: données issues des régions 12151 personnes ont opté au 1/7/21 (données

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE

BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE BAROMÈTRE DE L ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Chaire Économie numérique de Paris-Dauphine Réalisé par Médiamétrie Septième édition 2 e trimestre 2013 Un outil : Initié par la chaire Économie numérique de l Université

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013

RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 RETOURS ENQUETE ECOLES DE KITE 2013 Vous avez été invités par la commission des écoles de kite à participer entre le 21 octobre et 31 décembre 2013 à une enquête sur le fonctionnement du réseau des écoles

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

La fréquentation touristique en Gironde

La fréquentation touristique en Gironde La fréquentation touristique en Gironde Données de cadrage actualisées DONNÉES SOURCES : BASE DE DONNÉES RÉGIONALE CRT AQUITAINE - 2010 Avril 2012 SOMMAIRE Méthodologie Les caractéristiques des séjours

Plus en détail

Sondage Émission TV «Combien çà coûte» Émission Février 2005 Les Français et la Saint-Valentin

Sondage Émission TV «Combien çà coûte» Émission Février 2005 Les Français et la Saint-Valentin Sondage Émission TV «Combien çà coûte» Émission Février 005 Les Français et la Saint-Valentin Contexte et méthodologie Dans le cadre d une nouvelle émission télévisée «Combien çà coûte» animée par Jean-Pierre

Plus en détail

TARIFICATION BANCAIRE :

TARIFICATION BANCAIRE : TARIFICATION BANCAIRE : L ENQUETE ANNUELLE CLCV - Mieux Vivre Votre Argent 25 janvier 2013 Pour ce palmarès 2013, la CLCV et Mieux Vivre Votre Argent ont passé en revue les tarifs applicables au 1er février

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00

ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE. Atelier de 14h30 16h00 ETAT DES LIEUX DE LA FORMATION INITIALE EN METALLERIE Atelier de 14h30 16h00 Objectifs Identifier les zones en difficultés afin d éviter des fermetures De maintenir des effectifs suffisants dans les CFA

Plus en détail

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros

pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages Chiffre d affaires 18,0 milliards d euros millions d euros Partenaires pour l épargne, la prévoyance et l assurance dommages BNP Paribas Assurance conçoit et commercialise dans quarante-deux pays ses produits et services dans les domaines de l épargne, de la prévoyance

Plus en détail

ARDT AUVERGNE. L'attractivité des territoires. - Résultats de la phase quantitative - Étude 5246 Juin 2008 T E R R I T O I R E S M A R C H E S

ARDT AUVERGNE. L'attractivité des territoires. - Résultats de la phase quantitative - Étude 5246 Juin 2008 T E R R I T O I R E S M A R C H E S Étude 5246 Juin 2008 ARDT AUVERGNE L'attractivité des territoires - Résultats de la phase quantitative - T E R R I T O I R E S M A R C H E S O P I N I O N S 6, rue Gurvand BP 40709 35007 Rennes Cedex Tél

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE ILE-DE-FRANCE LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201-3 MARS 201 En 201, 1 91 entreprises franciliennes du secteur privé ont été interrogées, employant 19 0 salariés dont 10 cadres.

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013

Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Découvertes du marché français d autopartage et location de voitures entre particuliers AVRIL 2013 Préface En mars 2013, CarSonar a été lancé afin de réunir dans un même site toutes les offres d autopartage

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes. F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources

Plus en détail

Modalités Significations Modalités Significations. AP Appartement MA Maison AT Antenne téléphone ME Maison exceptionnelle AU Autoroute MP

Modalités Significations Modalités Significations. AP Appartement MA Maison AT Antenne téléphone ME Maison exceptionnelle AU Autoroute MP Avertissement Les éléments présentés dans cette fiche se basent sur des croisements statistiques et les connaissances actuelles du pôle Foncier et stratégies foncières. Si les informations présentées vous

Plus en détail

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 -

La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région. - Juillet 2010 - La Caisse d Epargne, acteur de référence du capital investissement en région - Juillet 2010 - Votre besoin en Capital Vous êtes dirigeant (ou futur dirigeant) d entreprise et vous souhaitez : Créer ou

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

David Lafond Christine Constans

David Lafond Christine Constans ETUDE DEMOGRAPHIQUE CRO Alsace David Lafond Christine Constans ETUDE DEMOGRAPHIQUE Première partie: étude statistique Deuxième partie : répartition géographique Première partie: Etude statistique Données

Plus en détail

FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com. pour

FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com. pour FM N 18076 Contact Ifop : Frédéric Micheau Tél : 01 45 84 14 44 frederic.micheau@ifop.com pour Les Internautes et la protection des informations personnelles sur les réseaux sociaux Résultats détaillés

Plus en détail

Forfait Modulo MOBILE Forfait Modulo TAB Forfait Modulo ADSL Et des communications internationales

Forfait Modulo MOBILE Forfait Modulo TAB Forfait Modulo ADSL Et des communications internationales Guides tarifaires des offres : Forfait Modulo MOBILE Forfait Modulo TAB Forfait Modulo ADSL Et des communications internationales "Le forfait Modulo s adapte à moi chaque mois! " L OFFRE EN DETAIL Composé

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013

La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 Professionnels de santé : exercer dans le Val-de-Marne Jeudi 04 avril 2013 La démographie médicale Situation au 1 er janvier 2013 1 Dr Bernard LE DOUARIN Président CDOM Val-de-Marne Selon les prévisions

Plus en détail

L S E S M A M RCHES E S D E E N ET E T T O T YA Y GE

L S E S M A M RCHES E S D E E N ET E T T O T YA Y GE LES MARCHES DE NETTOYAGE de l UGAP A.P.D.P 12 Avril 2010 Sommaire I - INTRODUCTION : présentation de L UGAP II - Les marchés de propreté aujourd hui : marchés à bon de commande III - Les marchés de propreté

Plus en détail

MARS 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES. Enquête typologique

MARS 2014 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES. Enquête typologique MARS 214 LE SURENDETTEMENT DES MÉNAGES Enquête typologique Sommaire Introduction 5 1 Champ de l étude 5 2 Résumé des principaux constats relatifs à l ensemble des dossiers recevables étudiés 5 2 1 Caractéristiques

Plus en détail

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE

PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE PRATIQUES ET USAGES DU NUMÉRIQUE DANS LES PME ET TPE ETUDE RHÔNE Septembre 2015 CCI LYON - DIRECTION DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL ET TERRITORIAL Page 1 I CCI DDIT Page 2 I CCI DDIT ommaire Avant-propos page

Plus en détail

3 Français sur 4 se déclarent contraints à des arbitrages dans leur gestion de budget et leur consommation

3 Français sur 4 se déclarent contraints à des arbitrages dans leur gestion de budget et leur consommation Paris, le 4 juin 2014 Communiqué de presse Arbitrages budgétaires : 6 ans après la crise et au-delà des statistiques économiques, où en sont les Français? Alimentation, éducation, solidarité, santé, mode

Plus en détail

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS

LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS LES FRANÇAIS VOYAGENT DE PLUS EN PLUS Nelly GOUIDER En, chaque personne résidant sur le territoire métropolitain a effectué en moyenne près de six voyages à plus de kilomètres de son domicile au cours

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. S installer en Lozère. Mardi 6 mars 2012-11h30 Maison de la Lozère à Paris

DOSSIER DE PRESSE. S installer en Lozère. Mardi 6 mars 2012-11h30 Maison de la Lozère à Paris DOSSIER DE PRESSE Mardi 6 mars 2012-11h30 Maison de la Lozère à Paris S installer en Lozère Campagne de communication à destination des futurs chirurgiens dentistes Contact presse : Elodie LEHNEBACH Attachée

Plus en détail

Vendredi 27 novembre 2015-10h30

Vendredi 27 novembre 2015-10h30 Vendredi 27 novembre 15-1h3 Luc Rousseau Vice-président du Conseil général de l économie (CGE) Martine Lombard, Membre du Collège de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE NORD-PAS-DE-CALAIS

PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE NORD-PAS-DE-CALAIS PERSPECTIVES DE L EMPLOI CADRE NORD-PAS-DE-CALAIS LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 201- MARS 201 En 201, 0 entreprises du Nord-Pas-de-Calais du secteur privé ont été interrogées, employant 90 salariés dont

Plus en détail

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse

M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Point d information 1 er décembre 2011 M T dents : 1 million d examens bucco-dentaires réalisés dans l année, une participation en hausse Depuis son lancement en 2007, la participation au programme de

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE

Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE Le Fonds de Garantie pour la création, la reprise et le développement d entreprises à l initiative des femmes DOSSIER DE PRESSE Le FGIF soutien l entreprise au féminin SOMMAIRE 1. LE FGIF ET L EMPLOI Chiffres

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

Les Français et leurs dépenses en voyage

Les Français et leurs dépenses en voyage Les Français et leurs dépenses en voyage Etude Visa Europe menée par TNS Sofres en Novembre 14 Sommaire 1 Rappel méthodologique 3 Résultats détaillés 5 3 Annexes 1 1 Rappel Méthodologique Rappel du dispositif

Plus en détail

Contexte institutionnel

Contexte institutionnel 1 Formation en protection de l autonomie des personnes âgées pour les aides à domicile Approche écologique Lucette Barthélémy Chargée d expertise en promotion de la santé Contexte institutionnel 2 L Institut

Plus en détail

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière?

Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Le microcrédit : un outil de prévention et de lutte contre l exclusion sociale et financière? Observatoire de la Microfinance Juillet 2012 Introduction Observatoire de la microfinance de la Banque de France

Plus en détail