LA RHINOPNEUMONIE. Dr HAMON Muriel Clinique équine de Méheudin

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA RHINOPNEUMONIE. Dr HAMON Muriel Clinique équine de Méheudin"

Transcription

1 LA RHINOPNEUMONIE Dr HAMON Muriel Clinique équine de Méheudin

2 LES HERPESVIRUS Famille de virus provoquant des maladies chez l homme et l animal (varicelle et zona, mononucléose, IBR, Maladie de Marek, rhinopneumonie équine ) Pathologies virales caractérisées par l état de latence, la réactivation et la réexcrétion Herpesvirus équin : EHV1 : signes respiratoires, avortement, maladie neurologique EHV4 : signes respiratoires EHV2, 5, 3: asymptomatique, baisse de performance, exanthème coïtal JM Betsch

3 MODE DE CONTAMINATION 3 sources - Sécrétions respiratoires d un CV malade - Sécrétions respiratoires lors de réactivation chez un porteur latent - Avortement (fœtus, placenta, pertes vulvaires) Porte d entrée = nasale - Inhalation du virus - Multiplication dans les muqueuses respiratoires - Dissémination dans l organisme - Intérêt de l écouvillon naso-pharyngé Type de contact - Direct nez à nez - Via le personnel - Via les locaux, l aliment, l eau JM Betsch Virus très contagieux JM Betsch

4 SIGNES CLINIQUES Forme respiratoire fièvre + toux + jetage 1 à 2 semaines Forme nerveuse perte d équilibre, parésie, paralysie JM Betsch Forme abortive 7 jours à 4 mois après la contamination ou la réactivation plus fréquent les 3 derniers mois de gestation septicémie du nouveau-né

5 LIMITER LE RISQUE DE RHINOPNEUMONIE A : î introduction du virus par un CV malade ou en réexcrétion - isoler les CV avec signes respiratoires, signes nerveux ou lors d avortement - quarantaine de 21 jours B: î risque de réactivation situations de «stress» : maladie, parasitisme, malnutrition, sevrage, transport, climat rude, conflits hiérarchiques C: Allotement - poulinières gestantes - poulinières vides - poulinières extérieures - yearling - CV à l entraînement - idéal = petits groupes D: Vaccination MH

6 VACCINER CONTRE LA RHINOPNEUMONIE Les vaccins n empêchent pas l apparition d une épidémie mais en limitent considérablement les conséquences Efficacité si toute la population est régulièrement vaccinée = stimulation régulière et homogène du système immunitaire Intérêts - î nb avortements et de malades lors d épidémie - î fréquence des réactivation - î nb porteurs latents si vaccination précoce

7 COMMENT VACCINER Primo-vaccination : deux fois à 3 6 semaines d intervalle Rappels : tous les 6 à 12 mois (immunité de courte durée) Protocole poulinière mois Poulain dès 3 à 5 mois Protection croisée J EHV1 -> EHV4 L EHV4 -> EHV1 MH MH Booster Ne pas vacciner les CV avec signes neurologiques

8 CONCLUSION Virus très largement présent dans la population équine (60-70% des adultes) très contagieux Signes d appel fièvre + jetage avortement è Ecouvillon naso-pharyngé Pertes économiques morbidité mortalité (mortinatalité, formes nerveuses) Lors d épidémie, mettre en place un plan de limitation des pertes isolement limitation des mouvements mesures hygiéniques booster vaccinal MH

9

10 Grippe et Tétanos: pourquoi vacciner? Dr POLLE Florence Clinique équine de Méheudin

11 Introduire dans l organisme un antigène non-pathogène permettant le développement d une immunité spécifique vis-à-vis d une maladie contagieuse ou difficilement curable. L organisme répond à la stimulation antigénique par la production d anticorps ou par l activation de l immunité cellulaire. => Immunité efficace à long terme et souvent spécifique Mémorisation de la réaction La vaccination

12 La vaccination Protéger un animal individuel contre une maladie (Tétanos) Contrôler une maladie dans une population : (Grippe Rhinopneumonie) Contrôler les signes cliniques Contrôler l excretion du virus et la propagation de la maladie

13 Le Tétanos Toxine de Clostridium tetani (tétanospasmine) Mode de transmission Tellurique (sol, crottins ) : non contagieux Incubation 3 à 8 jours Animaux sensibles (cheval, mouton, souris, singe) Tétanos Accidentel: plaies, abcès de pied Chirurgical Obstétrical Ombilical (poulain) Signes : tétanie musculaire Traitement : symptomatique, sérum

14 Vaccination : Primo-vaccination : 2 injections à 1 mois d intervalle. Rappel : 1 an après puis tous les 3 ans (en pratique tous les ans) Rappel recommandé pour les chevaux régulièrement vaccinés pour les cas de blessure importante ou de chirurgie lourde. Serum Une dose préventive de sérum antitétanique (1.500 UI) induit une protection de 3 semaines maximum. Le Tétanos

15 La grippe équine Mode de transmission : Aérosol Signes Hyperthermie, toux, abattement, jetage Complications Pneumonie, myocardite Récupération longue Diagnostic clinique et laboratoire PCR sur écouvillon naso-pharyngé Traitement : néant (antiviraux?) Prévention : vaccination

16 Grippe: La règlementation

17 Grippe: les différents vaccins Ce qui change Le type de vaccin Canarypox recombinant : protection plus rapide Inactivés + ISCOM Les souches utilisées influenza A/type 2 H = hemagglutin N = neuraminidase H7N7 et H3N8 L adjuvant

18 Les différentes souches

19 Merci de votre attention

guide la vaccination du cheval

guide la vaccination du cheval guide de la vaccination du cheval Pourquoi faut-il vacciner votre cheval? page 3 la grippe équine page 5 la rhinopneumonie équine page 7 le tétanos chez le cheval page 9 la rage équine page 11 Pourquoi

Plus en détail

La vaccination. 5-6 mois. Oui si CSI Oui. Non Non Oui

La vaccination. 5-6 mois. Oui si CSI Oui. Non Non Oui La vaccination La vaccination permet de prévenir les maladies infectieuses chez nos animaux. Le principe repose sur l'activation d'une réponse immunitaire par l'administration d'antigène vivant/mort ou

Plus en détail

MERIAL VOTE VACCINATION EQUINE

MERIAL VOTE VACCINATION EQUINE MERIAL VOTE VACCINATION EQUINE Introduction Plan La grippe équine! Symptômes! Épidémiologie! Prévention et vaccination La rhinopneumonie! Symptômes! Épidémiologie! Prévention et vaccination Les bonnes

Plus en détail

Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR)

Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR) -définition : Rhino trachéite infectieuse bovine (IBR) Maladie infectieuse, touche les bv. Maladie virale causée par un Herpes virus bovin de type 1 (bo HV 1) -manifestation : atteinte des voies respiratoires

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

PRÉVENTION ET CONTRÔLE DE L HERPÈSVIRUS ÉQUIN

PRÉVENTION ET CONTRÔLE DE L HERPÈSVIRUS ÉQUIN NO 85, mars 2013 RÉSEAU D ALERTE ET D INFORMATION ZOOSANITAIRE PRÉVENTION ET CONTRÔLE DE L HERPÈSVIRUS ÉQUIN INTRODUCTION / MISE EN CONTEXTE Une éclosion d infections à herpèsvirus équin de la forme nerveuse,

Plus en détail

Je m informe sur la grippe

Je m informe sur la grippe Je m informe sur la grippe Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie La grippe est une maladie infectieuse

Plus en détail

Le Tétanos de l adulte en milieu de travail

Le Tétanos de l adulte en milieu de travail 2 ème rencontre médicale Organiser une Compagne de Vaccination en Milieu de Travail Le Tétanos de l adulte en milieu de travail Ch. HADJ SASSI, H. BEN MANSOUR, K. HAJAIJ ISST Tunis, mercredi 15 avril 2015

Plus en détail

Bovilis BVD L essentiel du contrôle de la Diarrhée Virale Bovine/ Maladies des Muqueuses

Bovilis BVD L essentiel du contrôle de la Diarrhée Virale Bovine/ Maladies des Muqueuses Bovilis BVD L essentiel du contrôle de la Diarrhée Virale Bovine/ Maladies des Muqueuses La protection fœtale démontrée La BVD: Une pathologie à impact économique considérable La Diarrhée Virale Bovine/

Plus en détail

NOTE D INFORMATION LES MYELOENCEPHALOPATHIES A HERPES VIRUS 1 RETOUR SUR LES CAS DE L EPIZOOTIE DU VAL D OISE

NOTE D INFORMATION LES MYELOENCEPHALOPATHIES A HERPES VIRUS 1 RETOUR SUR LES CAS DE L EPIZOOTIE DU VAL D OISE NOTE D INFORMATION LES MYELOENCEPHALOPATHIES A HERPES VIRUS 1 RETOUR SUR LES CAS DE L EPIZOOTIE DU VAL D OISE Note rédigée à la demande du RESPE par Stéphane PRONOST, Laboratoire Frank Duncombe Préambule

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Il court, il court, le virus de la grippe. Faites-vous vacciner!

Il court, il court, le virus de la grippe. Faites-vous vacciner! vous accompagner Il court, il court, le virus de la grippe. Faites-vous vacciner! n Au plus tard le 31 janvier 2016 msa.fr Tout savoir sur la grippe et le vaccin La grippe est une maladie virale qui peut

Plus en détail

LES VACCINS DU CHIEN

LES VACCINS DU CHIEN LES VACCINS DU CHIEN Quelles sont les maladies qui peuvent le toucher? Comment se transmettent-elles? Comment les reconnaître? Qui est le plus touché? Quels moyens de prévention permettent de le protéger?

Plus en détail

1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE. Duvaxyn IE Plus T 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE. Duvaxyn IE Plus T 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Substances actives: Virus de la grippe, inactivé, souche A Equi/1 Prague H7N7 15 mcg HA Virus de la grippe, inactivé,

Plus en détail

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION

Les infections. Schéma de mécanisme des infections de manière générale : TRANSMISSION CONTAMINATION Les infections. I : MECANISME DES S Les infections sont les compagnes constantes et parfois fatales de notre vie ;leur importance vient du fait qu elles sont fréquentes, parfois graves ou épidémiques avec

Plus en détail

JOURNÉES AFVAC -ELEVEURS 6/12/2006 BORDEAUX. Gestion de l herpèsvirose en chatterie : Intérêt d une supplémentation en lysine

JOURNÉES AFVAC -ELEVEURS 6/12/2006 BORDEAUX. Gestion de l herpèsvirose en chatterie : Intérêt d une supplémentation en lysine JOURNÉES AFVAC -ELEVEURS 6/12/2006 BORDEAUX Gestion de l herpèsvirose en chatterie : Intérêt d une supplémentation en lysine Elise Malandain, DVM, MSc, Recherche et Développement, Communication Scientifique

Plus en détail

«la rhinotrachéite infectieuse»

«la rhinotrachéite infectieuse» Fiche technique n 4 2 ème édition L herpèsvirose féline, «la rhinotrachéite infectieuse» L herpèsvirus félin (agent de la rhinotrachéite infectieuse féline) fait partie des agents impliqués dans le syndrome

Plus en détail

Contre quelles maladies nos

Contre quelles maladies nos Fiche technique n 7 Contre quelles maladies nos chiens sont-ils vaccinés? La vaccination est une des armes les plus efficaces dans la lutte contre certaines maladies infectieuses. En matière de médecine

Plus en détail

GRIPPE A (H1N1) Comprendre Protéger - Prévoir

GRIPPE A (H1N1) Comprendre Protéger - Prévoir GRIPPE A (H1N1) Comprendre Protéger - Prévoir 1 Qu est ce que la grippe A (H1N1)? Le virus de la grippe A (H1N1) est un nouveau virus. Il est très contagieux et touche surtout des sujets jeunes. La plupart

Plus en détail

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Grippe Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Généralités Maladie hautement transmissible Liée à un VIRUS (Myxovirus influenzae) 3 types : A, B, C A: sous-type HxNy

Plus en détail

La rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) : «Une maladie avec des conséquences commerciales, plus que cliniques»

La rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) : «Une maladie avec des conséquences commerciales, plus que cliniques» La rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR) : «Une maladie avec des conséquences commerciales, plus que cliniques» Qu est-ce que l IBR? La rhinotrachéite infectieuse bovine est une maladie virale du bétail

Plus en détail

VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE ET LE TÉTANOS

VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE ET LE TÉTANOS VACCIN CONTRE LA DIPHTÉRIE ET LE TÉTANOS COMPOSITION Un seul vaccin inactivé combiné contre la diphtérie et le tétanos est actuellement distribué au Canada : le vaccin d 2 T 5 (Td Adsorbées de Sanofi Pasteur).

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Retour sur le foyer de grippe «Grosbois 2009»

Retour sur le foyer de grippe «Grosbois 2009» Retour sur le foyer de grippe «Grosbois 2009» G. FORTIER, X. D ABLON ET P.-H. PITEL Historique Cet épisode de grippe équine a débuté le 12/02/2009 avec le prélèvement sur le centre de Grosbois d un Trotteur

Plus en détail

L actualité du risque lié à la grippe pour les soignants. Dr Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes

L actualité du risque lié à la grippe pour les soignants. Dr Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes L actualité du risque lié à la grippe pour les soignants Dr Pierre Tattevin, Maladies Infectieuses et Réanimation Médicale, CHU Rennes La Grippe: Généralités A. Fixation du virus par l hémagglutinine B.

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2006 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 267 La vaccination contre le tétanos Le tétanos est une infection aiguë due aux exotoxines produites

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline

Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Fiche technique n 14 2 ème édition Infection par le FIV, Le syndrome de l immunodéficience féline Le syndrome de l'immunodéficience féline est communément appelé le «SIDA du chat». Il se transmet entre

Plus en détail

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui

Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Grippe A (H1N1) Ex grippe «Porcine» ou «mexicaine» M Bouskraoui Le pire n est pas certain mais il faut s y préparer Épidémie de grippe H1N1 de 2009 Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques

Plus en détail

Un regard sur la vaccination équine

Un regard sur la vaccination équine Un regard sur la vaccination équine Les chevaux doivent-ils vraiment être vaccinés? La réponse est OUI, sans la moindre hésitation! Aujourd hui encore, les vaccins représentent le moyen le plus efficace

Plus en détail

Les Carnets de l'hygiéniste

Les Carnets de l'hygiéniste n 01 01/10/04 La grippe est une infection virale due aux virus influenza A ou B. Elle est connue depuis l antiquité survenant le plus souvent en hiver lors d épidémies ou plus rarement de pandémies. Cette

Plus en détail

Les caliciviroses félines

Les caliciviroses félines Fiche technique n 2 2 ème édition Les caliciviroses félines Les calicivirus félins sont l une des causes du syndrome coryza* du chat, mais peuvent aussi être à l origine de symptômes trés variés. Etiologie*

Plus en détail

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes

Gestion d une saison de grippe à l hôpital. Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Gestion d une saison de grippe à l hôpital Dr C. Landelle Unité d Hygiène Hospitalière Pole de Santé Publique CHU Grenoble Alpes Plan Généralités Historique Symptomatologie Conséquences Incubation et contagiosité

Plus en détail

GESTION DU PARASITISME

GESTION DU PARASITISME ET PRATIQUES VACCINALES ET PRATIQUES VACCINALES Pourquoi lutter contre le parasitisme? Principaux parasites des équidés Cycle général de développement Prévention Vermifugation VACCINATIONS Grippe équine:

Plus en détail

Grippe Pandémique : stratégies vaccinales et avancées du développement chez sanofi pasteur

Grippe Pandémique : stratégies vaccinales et avancées du développement chez sanofi pasteur Grippe Pandémique : stratégies vaccinales et avancées du développement chez sanofi pasteur M. Denis Journées Nationales d Infectiologie, Marseille Juin 2008 Grippe Pandémique Quelle stratégie de vaccination?

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Acteurs de la réponse immunitaire

Acteurs de la réponse immunitaire Acteurs de la réponse immunitaire ANTICORPS Synthétisé par les plasmocytes issus d un lymphocyte spécifique d un antigène donné Objectifs : Apporter un esprit critique argumenté aux différentes méthodes

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires au sein des exploitations du réseau

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires au sein des exploitations du réseau 3 ème journée du réseau Equin Auvergne Jeudi 30 mai 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires au sein des exploitations du réseau Sophie Boyer La problématique Comment se constituent

Plus en détail

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels travaillant en EHPAD Qu est ce que la grippe? Ce n est pas un simple rhume! La grippe saisonnière est une infection

Plus en détail

Vaccination contre le Tétanos, êtes-vous à jour? Quelles sont les causes et les conséquenes du Tétanos? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT

Vaccination contre le Tétanos, êtes-vous à jour? Quelles sont les causes et les conséquenes du Tétanos? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Vaccination contre le Tétanos, êtes-vous à jour? Quelles sont les causes et les conséquenes du Tétanos? TAPEZ ICI POUR VOIR LE PRODUIT Généralités Le tétanos est une maladie infectieuse aiguë très grave,

Plus en détail

La grippe. Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo

La grippe. Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo La grippe Philippe Brouqui, Elisabeth Bothélo lo-nevers & Rémi R Charrel Pôle des Maladies Infectieuses et Tropicales Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Université de la MéditerranM diterranée URMITE

Plus en détail

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie

LA GRIPPE. Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie LA GRIPPE Épidémiologie Clinique Complications Traitement prophylaxie La grippe : une maladie contagieuse Réplication virale Voies aériennes supérieures ET Voies respiratoires inférieures Incubation :

Plus en détail

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge

Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Grippe A(H1NI) : situation, transmission, prévention, prise en charge Caractéristiques des virus de la grippe (influenza) Plusieurs sous-types : parmi les 24 sous types, 4 sont humains et 17 sont aviaires

Plus en détail

Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG

Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG Epidémies et Pandémies: pourquoi sont-elles possibles? Werner Wunderli Laboratoire Central de Virologie HUG Sujets Structure générale d un virus Comment les virus se multiplient-ils? Comment un virus peut-il

Plus en détail

Je comprends ce qu'est un herpès et comment il se

Je comprends ce qu'est un herpès et comment il se Je comprends ce qu'est un herpès et comment il se propage Les infections à herpès virus sont des infections bénignes et fréquentes qui concernent la peau et les muqueuses de l enfant comme de l adulte.

Plus en détail

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse

La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse La rougeole est de retour, protégeons nous, vaccinons nous! Dossier de presse Dossier établi à partir des données InVS au 5 octobre 2011 A actualiser pour toute utilisation postérieure à cette date La

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Guide des vaccinations Édition 2008. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations

Guide des vaccinations Édition 2008. Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations Guide des vaccinations Édition 2008 Direction générale de la santé Comité technique des vaccinations 335 La vaccination contre le tétanos Le tétanos est une toxi-infection aiguë grave, non contagieuse,

Plus en détail

Immunité de la gestation et Immunité du nouveau né

Immunité de la gestation et Immunité du nouveau né Immunité de la gestation et Immunité du nouveau né Immunité de la gestation Pourquoi le fœtus n est-il pas rejeté par la mère? Trophoblaste: Tissu d origine fœtale, n exprimant pas les molécules du CMH

Plus en détail

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014

POURQUOI SE FAIRE VACCINER? et citoyenneté 2014 POURQUOI SE FAIRE VACCINER? Journée e défense d et citoyenneté 2014 Avant de commencer Combien d entre vous sont sûrs d être à jour de leurs vaccinations? Qui se sent concerné par la vaccination? Qui sait

Plus en détail

LE TETANOS Indication du Tétanos Quick Stick aux urgences

LE TETANOS Indication du Tétanos Quick Stick aux urgences LE TETANOS Indication du Tétanos Quick Stick aux urgences Les rendez-vous de l Urgence Jeudi 29 novembre 2007 Dr C. HOMMEL Centre de vaccinations internationales de Strasbourg Centre antirabique 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Conseil fédéral de la FSSS Novembre Plan de la formation. Le processus infectieux

Conseil fédéral de la FSSS Novembre Plan de la formation. Le processus infectieux La prévention et le contrôle de maladies infectieuses : comprendre pour agir et transformer Conseil fédéral de la FSSS Novembre 2008 Ana María Seifert ddd 1 Plan de la formation Le processus infectieux

Plus en détail

VACCINS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE, LE TÉTANOS, LA POLIOMYÉLITE ET LES INFECTIONS À HAEMOPHILUS INFLUENZAE DE TYPE B

VACCINS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE, LE TÉTANOS, LA POLIOMYÉLITE ET LES INFECTIONS À HAEMOPHILUS INFLUENZAE DE TYPE B VACCINS CONTRE LA DIPHTÉRIE, LA COQUELUCHE, LE TÉTANOS, LA POLIOMYÉLITE ET LES INFECTIONS À HAEMOPHILUS INFLUENZAE DE TYPE B CHAPITRE 7 D 15 CaT 5 -Polio-Hib PRÉAMBULE Étant donné les nombreux produits

Plus en détail

Diagnostic des infections respiratoires d origine virale

Diagnostic des infections respiratoires d origine virale ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE MICROBIOLOGIE Diagnostic des infections respiratoires d origine virale Dr Salma MHALLA Laboratoire de Microbiologie CHU F. Bourguiba Monastir Monastir le 16/02/2012 Pourquoi

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE en bref

EPIDEMIOLOGIE en bref Grippe A / H1N1 1 Sommaire 1. Etat des lieux de la grippe A/H1N1 situation épidémiologique 2. Campagne de vaccination 2 EPIDEMIOLOGIE en bref La pandémie est là (niveau mondial) L épidémie en France a

Plus en détail

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 3 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 2 avril 2013 Etat des lieux des pratiques et variabilité des coûts sanitaires

Plus en détail

RAPPEL. La rage est une zoonose, accidentellement humaine. virus neurotrope Encéphalite mortelle

RAPPEL. La rage est une zoonose, accidentellement humaine. virus neurotrope Encéphalite mortelle Dr Charaoui RAPPEL La rage est une zoonose, accidentellement humaine. virus neurotrope Encéphalite mortelle Répartition mondiale Algérie aucune région n est épargnée il n existe aucun traitement de la

Plus en détail

Vaccination contre le tétanos

Vaccination contre le tétanos 230 Vaccination contre le tétanos Le tétanos est une toxi-infection aiguë grave, non contagieuse, souvent mortelle, due à une neurotoxine extrêmement puissante produite par un bacille anaérobie à Gram

Plus en détail

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. En savoir plus

INFLUENZA. informations AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE. En savoir plus informations INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE En savoir plus INFLUENZA AVIAIRE OU GRIPPE AVIAIRE En savoir plus Le Centre d Information des Viandes vous propose des éléments d information sur l Influenza

Plus en détail

Virologie. Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse

Virologie. Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse Virologie Dr. Florence ABRAVANEL, MCU-PH Laboratoire de Virologie, CHU de Toulouse 06/09/2006 Qu est-ce qu un virus? Aspect fonctionnel : entité qui se caractérise par : un seul type d acide nucléique

Plus en détail

MALADIES VIRALES PORCINES

MALADIES VIRALES PORCINES MALADIES VIRALES PORCINES Pathologie des maladies virales Chapitre 9 MALADIES VIRALES RESPIRATOIRES Pathologie des maladies virales, Chapitre 9.2. Page 1 1 GRIPPE PORCINE Etiologie Orthomyxovirus, virus

Plus en détail

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente.

Infection. transformante. Infection aiguë lytique. Infection persistante. Infection. Cellule infectée par le virus. latente. DIVERSITE DES INFECTIONS VIRALES Dr Rafik HARRATH Laboratoire de Virologie, Faculté de Pharmacie de Monastir Les infections virales Infection transformante Infection aiguë lytique Infection latente Cellule

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. Dénomination du médicament vétérinaire EURICAN L-MULTI SUSPENSION INJECTABLE 2. Composition qualitative et quantitative Une dose de suspension contient : Substance(s)

Plus en détail

Vaccin Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite

Vaccin Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite Vaccin Diphtérie-Tétanos-Poliomyélite EPIDEMIOLOGIE (1) La diphtérie, le tétanos et la poliomyélite sont des maladies très graves, parfois mortelles, véritables fléaux naguère avant la mise en place des

Plus en détail

Introduction aux nouveaux adjuvants vaccinaux et à leur rôle dans la vaccination antigrippale. Jean Haensler Sanofi Pasteur

Introduction aux nouveaux adjuvants vaccinaux et à leur rôle dans la vaccination antigrippale. Jean Haensler Sanofi Pasteur Introduction aux nouveaux adjuvants vaccinaux et à leur rôle dans la vaccination antigrippale Jean Haensler Sanofi Pasteur 1 Besoin d adjuvant DES ADJUVANTS POUR QUELS VACCINS? Peptides synthétiques Protéines

Plus en détail

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie

Chapitre 3A3. Le phénotype immunitaire au cours de la vie Chapitre 3A3 Le phénotype immunitaire au cours de la vie Quelques données sur la rougeole La rougeole est une maladie très contagieuse causée par un virus. Au cours des 150 dernières années, elle a touché

Plus en détail

Grippe A (H1N1) 2009 Le point au 3 septembre. Robert Cohen

Grippe A (H1N1) 2009 Le point au 3 septembre. Robert Cohen Grippe A (H1N1) 2009 Le point au 3 septembre Robert Cohen Les virus grippaux C : uniquement humain, cas sporadiques B : uniquement humain, cas sporadiques + épidémiques, essentiellement enfant A +++: humain

Plus en détail

30/10/2012 ARLIN PACA /

30/10/2012 ARLIN PACA / ARLIN PACA / 2012 1 1 Diagnostic biologique et clinique difficile à faire. A l origine d un tiers de toutes les affections respiratoires des voies aériennes supérieures ARLIN PACA / 2012 2 2 Par culture

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

Mise à jour du calendrier vaccinal chez un sujet âgé à l occasion d une visite aux urgences pour plaie tétanigène

Mise à jour du calendrier vaccinal chez un sujet âgé à l occasion d une visite aux urgences pour plaie tétanigène Mise à jour du calendrier vaccinal chez un sujet âgé à l occasion d une visite aux urgences pour plaie tétanigène Madame Angèle Martin est âgée de 78 ans. Elle est française. Elle consulte aux urgences

Plus en détail

Vaccination anti-grippale

Vaccination anti-grippale Vaccination anti-grippale Dr Sophie Blanchi Service Maladies Infectieuses et Tropicales Journée des correspondants paramédicaux en hygiène 09 décembre 2016 Virologie (1) Virus à ARN Sous types A et B caractérisés

Plus en détail

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition

LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE. 1 - Historique et définition LES VACCINATIONS et LA SEROTHERAPIE Un grand nombre de maladies infectieuses entraînent une protection plus ou moins longue. D où la recherche de moyens pour obtenir une immunité artificielle sans encourir

Plus en détail

Influenza aviaire hautement pathogène

Influenza aviaire hautement pathogène Influenza aviaire hautement pathogène Risques professionnels, prévention G. ABADIA Toulouse, 23/3/6 CCMSA Les virus Influenza Nombreux types Virus Influenza de type A Caractérisés selon leur glycoprotéines

Plus en détail

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann

Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes. D. Christmann Vaccinations et avenir de ces pathologies infectieuses émergentes D. Christmann Vaccinations Vaccin «grippe saisonnière» Vaccin 2009 Cultivé sur œufs embryonnés Fragmenté, inactivé Composition 2009 A/Brisbane/59/2007(H1N1)

Plus en détail

Grippe Aviaire H5N1: Recommandations en Thaïlande (Ministère de la santé)

Grippe Aviaire H5N1: Recommandations en Thaïlande (Ministère de la santé) Grippe Aviaire H5N1: Recommandations en Thaïlande (Ministère de la santé) À Ifmt, le /11/05 Phonepasong Bounnam 1 Soukthavone Influenza pandemics in the 20th century Credit: US National Museum of Health

Plus en détail

Maladies transmissibles Recommandations provisoires pour la prise en charge d un patient suspect de grippe aviaire H5N1. Etat au 10 octobre 2005

Maladies transmissibles Recommandations provisoires pour la prise en charge d un patient suspect de grippe aviaire H5N1. Etat au 10 octobre 2005 Maladies transmissibles Recommandations provisoires pour la prise en charge d un patient suspect de grippe aviaire H5N1. Etat au L algorithme et ses annexes ont été conçus pour faciliter la prise en charge

Plus en détail

Un nouveau vaccin pour la prévention des problèmes respiratoires chez les bovins HV Ormstown 9 février 2012

Un nouveau vaccin pour la prévention des problèmes respiratoires chez les bovins HV Ormstown 9 février 2012 Un nouveau vaccin pour la prévention des problèmes respiratoires chez les bovins HV Ormstown 9 février 2012 Paul Baillargeon DMV MSc Directeur des services vétérinaires INFORCE 3 Un nouveau vaccin Virus

Plus en détail

Achats d animaux: un «mâle» nécessaire!

Achats d animaux: un «mâle» nécessaire! Achats d animaux: un «mâle» nécessaire! Les risques sanitaires associés aux achats Colloque caprin Le 7 avril 2016 Pauline CHAIGNEAU Nicolas EHRHARDT 1 Les maladies ça s achète! Introduction d animaux

Plus en détail

Situation Influenza aviaire faiblement pathogène H9N2 au Maroc

Situation Influenza aviaire faiblement pathogène H9N2 au Maroc Situation Influenza aviaire faiblement pathogène H9N2 au Maroc 12 ème CPC-REMESA Tolède 10-11 mai 2016 Dr Amraoui Farid, DSA, ONSSA, Maroc PLA N 1. Rappel sur les virus Influenza Aviaire (IA): 1.1 Virus

Plus en détail

IMMUNOGLOBULINES CONTRE LE VIRUS VARICELLA-ZOSTER (VZIG)

IMMUNOGLOBULINES CONTRE LE VIRUS VARICELLA-ZOSTER (VZIG) CHAPITRE 15 VZIG IMMUNOGLOBULINES CONTRE LE VIRUS VARICELLA-ZOSTER (VZIG) COMPOSITION Les VZIG fabriquées par le Massachussetts Public Health Biologic Laboratories et distribuées par Héma-Québec contiennent

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE Professeur Michel Drancourt Laboratoire de Microbiologie-Hygiène Hôpital de la Timone Michel.Drancourt@univmed.fr http://www.mediterranee-infection.com/

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

La Sérothérapie. CANTINOL Marika GAMESS Livia GETA Kathryn FREDERIC Célia NIJEANT Jessica VALEY Anais Marie VALLERAY Pauline WILLIAM Wivina

La Sérothérapie. CANTINOL Marika GAMESS Livia GETA Kathryn FREDERIC Célia NIJEANT Jessica VALEY Anais Marie VALLERAY Pauline WILLIAM Wivina La Sérothérapie CANTINOL Marika GAMESS Livia GETA Kathryn FREDERIC Célia NIJEANT Jessica VALEY Anais Marie VALLERAY Pauline WILLIAM Wivina PLAN 1. Définition 2. Différents types de sérum 3. Indications

Plus en détail

La panleucopénie féline,

La panleucopénie féline, Fiche technique n 5 2 ème édition La panleucopénie féline, le typhus du chat La panleucopénie féline (ou typhus ou parvovirose du chat) est une affection contagieuse très grave et potentiellement mortelle.

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités

Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Je protège les enfants des maladies infectieuses, en particulier dès qu'ils sont en collectivités Dr. Khaled El Chehadeh Adresse du site : www.docvadis.fr/khaled.elchehadeh Validé par le Comité Scientifique

Plus en détail

Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes

Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes COMMISSION SPECIALISEE MALADIES TRANSMISSIBLES Guide des conduites à tenir en cas de maladies infectieuses dans une collectivité d enfants ou d adultes Rapport du groupe de travail 28 septembre 2012 Si

Plus en détail

Polio Awareness Day. Claude Schummer

Polio Awareness Day. Claude Schummer Polio Awareness Day La poliomyélite Causée par un poliovirus, 3 sérotypes (1,2 et 3) Transmission féco-orale, par eau et aliments contaminés Atteinte système nerveux: Méninges (méningite lymphocytaire)

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant

Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Les outils biologiques pour l aide au diagnostic des états infectieux de l enfant Dr Carine BROCARD Biologiste médical Laboratoire BIOCEANE LE HAVRE Journée des référents anti-infectieux 23 juin 2016 Rouen

Plus en détail

La grippe saisonnière

La grippe saisonnière De Sambre Centre Avesnois Hospitalier La grippe saisonnière Bibbliographie Maladies infectieuses et tropicales. E.PILLY 20 édition 2006 Dr Levent. Équipe opérationnelle en hygiène Référent en antibiothérapie.

Plus en détail

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Varicelle et grossesse Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Epidémiologie, physiopathologie Maladie infectieuse fréquente et le plus souvent bénigne 90% de la population de plus de

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé

Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé Accueil aux urgences et hospitalisation d un patient grippé A propos de l épisode grippal 2014-2015 3 ème Journée régionale de veille sanitaire en Bretagne -15 décembre 2015- Dr F. Cellier-Dr P. Kergaravat

Plus en détail

Prévention des Maladies Contagieuses

Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses Prévention des Maladies Contagieuses - Vaccins Lorsqu un vaccin est disponible, la vaccination est le moyen le plus efficace pour lutter contre les maladies contagieuses.

Plus en détail

Grippe, maladies chroniques et seniors

Grippe, maladies chroniques et seniors Grippe, maladies chroniques et seniors Résultats t d une étude rétrospective ti menée en France de 2003 à 2013 Anne Mosnier 1 Isabelle Daviaud 1 Martine Valette 2 Vincent Enouf 2 1 Coordination Nationale

Plus en détail

Grippe H1N1 mexicaine Mai 2009

Grippe H1N1 mexicaine Mai 2009 Grippe H1N1 mexicaine Mai 2009 Diaporama préparé par : Bruno Housset (CHI Créteil) Robert Cohen (CHI Créteil) Diaporama validé par : Alain Didier (Secrétaire scientifique SPLF) Le pire n est pas certain

Plus en détail