Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy"

Transcription

1 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

2 Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations : Le code de la santé publique (art L et L. 3112) rendant obligatoires, pour certains personnels particulièrement exposés, certaines vaccinations : étudiants des filières médicales et paramédicales et personnes travaillant dans certains établissements et organismes Le code du travail (art. R ), qui prévoit qu un employeur sur proposition du médecin du travail peut recommander une vaccination.

3 Vaccination des personnels de santé 2 objectifs : Protéger le soignant d une infection professionnelle : «protection individuelle» Éviter la contamination des patients : «vaccination altruiste» 2 types de vaccination Vaccinations obligatoires Vaccinations recommandées

4 Les vaccinations obligatoires

5 Les vaccinations obligatoires : principes La LOI SEULE peut donner un caractère obligatoire à une vaccination La vaccination obligatoire s impose au salarié, obligation individuelle de nature contractuelle, a laquelle il ne peut déroger sans rupture de contrat, sauf si contre-indication médicale reconnue par le médecin du travail Le salarié a le libre choix du médecin vaccinateur : médecin du travail, médecin traitant. Hépatite B + DTP + Typhoïde

6

7 Vaccination et Hépatite H B : Vrai / Faux? L hépatite B est une maladie peu transmissible La vaccination est obligatoire chez tous les personnels soignants La vaccination peut être faite chez le nourrisson, l adolescent et l adulte La vaccination peut provoquer une SEP Un rappel doit être réalisé tous les 5 ans

8 Hépatite B Virus très contagieux ++ Modes de transmission très divers Présent dans liquides biologiques (sang, sécrétions sexuelles, salive, urine, lait, larmes, sueur, selles) porteurs en France, prévalence AgHBs 0,65 %

9 Vaccination Hépatite H B Schéma classique : M0-M1-M6 Meilleure immunisation si vaccination faite jeune, privilégier les nourrissons Aucun lien entre vaccin Hépatite B et SEP Ne sont plus soumis : ergo, orthophonistes, audioprothésistes, orthoptistes, psychomotriciens

10 Vaccination Hépatite H B et soignants Recommandée en 1982, obligatoire en 1991 Taux de transmission après AES : 30%

11

12 Vaccination et Hépatite H B : Vrai / Faux? L hépatite B est une maladie peu transmissible => FAUX La vaccination est recommandée chez tous les personnels soignants => FAUX La vaccination peut être faite chez le nourrisson, l adolescent et l adulte => VRAI La vaccination peut provoquer une SEP => FAUX Un rappel doit être réalisé tous les 5 ans => FAUX

13 Vaccination DTP Contacts avec la diphtérie exceptionnel mais possible en France, notamment augmentation prévalence Europe de l Est Plus du tiers des adultes > 30 ans ont un taux d antitoxine anti-diphtérie insuffisant Primo-vaccination complète puis rappels tous les 10 ans avec vaccin avec dose réduite d anatoxine (dtp : Revaxis, dtcap : Repevax, Boostrixtetra )

14 Vaccination contre la Typhoïde Le risque a presque disparu Personnes concernées : les personnes exposées qui exercent une activité professionnelle dans un laboratoire d analyses de biologie médicale 1 injection puis revaccination tous les 3 ans (Typhim, Typherix )

15 Les vaccinations recommandées es

16 Vaccinations recommandées es : principes 2 contextes différents : Prévention d un risque professionnel Prévention d un risque nosocomial Se baser sur : Évaluation des risques professionnels Avis et rapports du HSCP et Calendrier vaccinal

17 Vaccination et Tuberculose : Vrai / Faux? La tuberculose est une maladie dont l incidence diminue en France Le BCG a une efficacité proche de 100 % L efficacité du BCG doit être contrôlée par une IDR 3 mois après la vaccination L IDR négative chez un personnel soignant implique une exclusion des services de soin La revaccination est obligatoire chez les personnels de santé dont l IDR est inférieure à 5 mm

18 Épidémiologie de la tuberculose en France Diminution globale de l incidence Disparités régionales ++

19 Vaccination BCG Protection globale : ~ 70 % Protection contre les formes pulmonaires : ~ 55 % Protection contre les autres formes : ~ 80 % Protection contre la méningite tuberculeuse : ~ 90 % Levée de l obligation vaccinale en population générale (2007)

20 BCG et personnels de santé Levée de l obligation de vaccination par le BCG pour les professionnels et étudiants des carrières sanitaires Maintien du test tuberculinique comme référence lors de prise de poste Vaccination par le BCG recommandée au cas par cas, après évaluation des risques pour les professionnels de santé très exposés tuberculino-négatifs Rappels des autres mesures de protection Renforcer la surveillance

21 Vaccination et Tuberculose : Vrai / Faux? La tuberculose est une maladie dont l incidence diminue en France => VRAI Le BCG a une efficacité proche de 100 % => FAUX L efficacité du BCG doit être contrôlée par une IDR 3 mois après la vaccination => FAUX L IDR négative chez un personnel soignant implique une exclusion des services de soin => FAUX La revaccination est obligatoire chez les personnels de santé dont l IDR est inférieure à 5 mm => FAUX

22 Vaccination et coqueluche : Vrai / Faux? La coqueluche est une maladie qui a «disparu» C est une maladie transmissible par voie aérienne La vaccination des enfants est obligatoire La vaccination des personnels de santé est inutile Un rappel est réalisé tous les 10 ans avec le rappel Diphtérie-Tétanos-Polio

23 Coqueluche 1 ère cause de décès par infection bactérienne avant 2 mois en réanimation en France 250 à 1571 nourrissons hospitalisés par an dont 15 % en réanimation, 1 à 13 décès selon les années Nombreux cas documentés chez les soignants

24 Vaccination anti-coqueluche pour les personnels de santé Élèves des écoles paramédicales et médicales. Professionnels de santé et de la petite enfance, en priorité ceux en contact avec des nourrissons trop jeunes pour avoir reçu 3 doses de vaccins. Un vaccin dtcapolio (Repevax ou Boostrixtetra ) à l'occasion d'un rappel décennal DTP ou TP.

25 Vaccination et coqueluche : Vrai / Faux? La coqueluche est une maladie qui a «disparu» => FAUX C est une maladie transmissible par voie aérienne => VRAI La vaccination des enfants est obligatoire => FAUX La vaccination des personnels de santé est inutile => FAUX Un rappel est réalisé tous les 10 ans avec le rappel Diphtérie- Tétanos-Polio => FAUX

26 Vaccination et varicelle La varicelle est une maladie peu contagieuse La varicelle se transmet par voie aérienne Le vaccin est réservé aux personnes immunodéprimées Le vaccin est contre-indiqué chez la femme enceinte Le zona n est pas contagieux, même chez les personnes n ayant jamais fait la varicelle

27 Varicelle Maladie très contagieuse, transmissible par voie aérienne 1 à 2% des personnels de santé ne sont pas immunisés Peuvent contracter des formes graves : pneumopathies varicelleuses Être à l origine de varicelles nosocomiales Femmes en âge de procréer : complications foetales et périnatales Les mesures de protection Éviction : mesure insuffisante (transmission possible pendant la phase d incubation) Idem pour les mesures d isolement (respiratoire + contact) Immunoglobulines spécifiques peu disponibles (ATU) Vaccin vivant atténué disponible

28 Personnels de santé concernés s par la vaccination anti-varicelleuse Vaccination recommandée pour les professionnels de santé et en contact avec la petite enfance sans antécédents de varicelle (ou histoire douteuse) et dont la sérologie est négative en formation, à l embauche ou en poste en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave (immunodéprimés, gynéco obstétrique, néo-natalogie, maladies infectieuses)

29 Vaccination et varicelle La varicelle est une maladie peu contagieuse => FAUX La varicelle se transmet par voie aérienne => VRAI Le vaccin est réservé aux personnes immunodéprimées => FAUX Le vaccin est contre-indiqué chez la femme enceinte => VRAI Le zona n est pas contagieux, même chez les personnes n ayant jamais fait la varicelle => FAUX

30 Vaccination et rougeole La rougeole est une maladie qui a quasiment disparu en France La rougeole est une maladie peu contagieuse La rougeole est une maladie bénigne de l enfance Le vaccin est obligatoire chez l enfant Le vaccin est contre-indiqué chez la femme enceinte

31 Rougeole

32 Rougeole : risque méconnu m par les soignants Risque ++ pour les patients immunodéprimés Maladie grave : 38% des cas hospitalisés en 2010 mais 57% chez les plus de 20 ans, la gravité augmente avec l âge Nombreux cas groupés nosocomiaux Soignants non vaccinés Retard du diagnostic (maladie assez rare en France) Retard de signalement des cas Mesures d isolement non réalisées (cas index non isolé, visites autorisées )

33 Personnels de santé concernés s par la vaccination anti-rougeoleuse En formation, embauche et en poste (priorité aux services où risque de rougeole grave) Pour les non vaccinés, sans antécédents de rougeole (ou histoire douteuse) et dont la sérologie est négative Nés avant 1980 (> 30 ans) : une dose de vaccin trivalent Nés après 1980 : idem population générale Vaccin vivant atténué : s'assurer de l'absence d'une grossesse débutante et éviter toute grossesse dans les deux mois suivant la vaccination, en raison d'un risque tératogène théorique

34 Vaccination et rougeole La rougeole est une maladie qui a quasiment disparu en France => FAUX La rougeole est une maladie peu contagieuse => FAUX La rougeole est une maladie bénigne de l enfance => FAUX Le vaccin est obligatoire chez l enfant => FAUX Le vaccin est contre-indiqué chez la femme enceinte => VRAI

35 Vaccination et grippe Une personne qui se vaccine chaque année est protégée à 100 % La vaccination des personnes à risque est le seul moyen d éviter des épidémies nosocomiales La grippe touche plus souvent les enfants En France, le taux de couverture vaccinale chez les personnels de santé est proche de 95%

36 Grippe La grippe chez les professionnels de santé : Pas de morbidité grave ou de mortalité accrue MAIS nombreuses épidémies en milieu hospitalier et en maison de retraite Taux d attaque de 3 à 50% chez les patients et de 11 à 59% chez les soignants Intérêt de la vaccination des personnels dans la prévention de la grippe chez les personnes âgées

37 Vaccination anti-grippale et soignants Vise à : réduire la transmission nosocomiale de la grippe et par conséquent les formes graves de la grippe, les complications secondaires et les décès dans la population des personnes à risque. protéger les personnels diminuer le risque de désorganisation du système de soins lors d une épidémie d envergure. Recommandée pour les professionnels de santé et tout professionnel en contact avec des sujets à risque Faible couverture vaccinale environ 30% dans les grands centres hospitaliers; 66% pour les médecins libéraux plus importante si vaccination proposée sur le lieu de travail

38 Vaccination et grippe Une personne qui se vaccine chaque année est protégée à 100 % => FAUX La vaccination des personnes à risque est le seul moyen d éviter des épidémies nosocomiales => FAUX La grippe touche plus souvent les enfants => FAUX En France, le taux de couverture vaccinale chez les personnels de santé est proche de 95% => FAUX

39 Grippe nosocomiale = bien connue, délétère pour les patients Taux de vaccination des personnels de santé = très insuffisant Exemple des USA : vaccination obligatoire dans plus de 50% des états; amélioration nette de la couverture vaccinale Vaccination ressentie comme plus utile si obligatoire? Indicateur de la couverture vaccinale?

40 Vaccination contre l hépatite l A Cas d épidémies sporadiques dans des établissements pour handicapés et crèches Vaccination recommandée pour : Professionnels s occupant d enfants n ayant pas atteint l âge de la propreté Personnels des établissements d enfants handicapés 1 dose suivie d un rappel 6 à 12 mois après personnes non immunisées dans l entourage familial d un cas (dans les 14 jours suivant l apparition des premiers signes)

41 La vaccination Conclusion N est qu'un élément de la prévention primaire Ne doit en aucun cas se substituer aux mesures de protection collectives et individuelles C est un acte médical Indication posée avec soin En tenant compte de l'évaluation des risques et des effets secondaires éventuels Outil de la lutte contre la surconsommation des antibiotiques et l émergence des BMR

42 Pour en savoir plus Guide EFICATT "Exposition fortuite à un agent infectieux et conduite à tenir en milieu de travail

43 L équipe du Centre de Vaccination vous donne rendez vous Mercredi 25 avril 2012 à partir de 12h00 foire attractive de Nancy Professionnels de Santé Grand Public Mercredi 25 avril à partir de 20h30 Amphithéâtre G.FAIVRE Bâtiment de Cardiologie CHU Brabois Mardi 24 avril h 13h Place du Marché à Lunéville

44 Semaine européenne de la vaccination Du 21 au 27 avril

Être vacciné pour se protéger et protéger

Être vacciné pour se protéger et protéger Être vacciné pour se protéger et protéger Dr EMILIA FRENTIU Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 26.06.2014 Cadre général Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

Quels vaccins pour les soignants?

Quels vaccins pour les soignants? Quels vaccins pour les soignants? M. DRUET-CABANAC JP. QUENEUILLE Service de Santé au Travail, CHU de Limoges 1 Infections liées aux soins Etablissements de soins Concentration de patients et de personnels

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

Vaccinations des soignants et des résidents des établissements de santé

Vaccinations des soignants et des résidents des établissements de santé Vaccinations des soignants et des résidents des établissements de santé Pr Jean Beytout Maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Fd Châtel-Guyon le 25/05/2018 Introduction La vaccination des

Plus en détail

Vaccinations professionnelles

Vaccinations professionnelles Vaccinations professionnelles Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille sanitaire Journées du Réseau AES Sud-Est Lyon 15/12/09 Merci à Dominique Abiteboul Situation actuelle vaccination BCG Décret du 17 juillet

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE SF2H - juin 2017 CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES, SF2H Cas de varicelle à l hôpital La cadre du service vous signale qu un enfant

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

Mise au point sur les recommandations vaccinales pour les professionnels de santé

Mise au point sur les recommandations vaccinales pour les professionnels de santé Mise au point sur les recommandations vaccinales pour les professionnels de santé Dr Jean-Noël François Médecin du travail CHU Toulouse Journées nationales d infectiologie Juin 2011 Vaccinations recommandées:

Plus en détail

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Dr Charlotte BIRON Infectiologue Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Responsable du Centre de Vaccinations Polyvalentes du CHU de Nantes

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Protection vaccinale du personnel en maternité

Protection vaccinale du personnel en maternité Protection vaccinale du personnel en maternité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater- Lyon 29 Septembre 2016 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations

Plus en détail

LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE

LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE Dominique Salmon Ceron Pierre Loulergue DESC Maladies Infectieuses et tropicales Octobre 2014 1 La vaccination des personnels 2 OBJECTIFS de santé Protéger le soignant

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

VARICELLE PERINATALE

VARICELLE PERINATALE VARICELLE PERINATALE Séroprévalence VZV en France chez la femme en âge de procréer : 95-98% Incidence de la varicelle pendant la grossesse : 5 à 7 pour 10 000 grossesses ( estimation 20 à 30/an en Pays

Plus en détail

Un point sur la vaccination

Un point sur la vaccination Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Un point sur la vaccination Dr Isabela LORENTE Mme Tatiana Bourcier 17, 26 et 30 sept 2014 Vrai / Faux Quand je me vaccine, je protège les autres.

Plus en détail

D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES

D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES La vaccination des personnels de santé 4 2 OBJECTIFS Protéger le soignant d

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Publié le 20/07/2017 Indications des vaccinations en post-exposition M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Le guide du Haut Conseil de santé publique pour l immunisation

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. La coqueluche. Haemophilus Influenzae B. Le Papilloma Virus. L hépatite B. La grippe. LA COQUELUCHE Bacille gram (bacille de Bordet et Gengou)

Plus en détail

Épidémie de rougeole dans la région Paca

Épidémie de rougeole dans la région Paca Incidence pour 100 000 habitants Épidémie de rougeole dans la région Paca Une épidémie de rougeole sévit en France depuis début 2008 et la circulation du virus s est intensifiée en début d année 2010.

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Vaccination et périnatalité» Volet anténatal Pr Philippe DERUELLE

Vaccination et périnatalité» Volet anténatal Pr Philippe DERUELLE Vaccination et périnatalité» Volet anténatal Pr Philippe DERUELLE Objectifs Repères pour la pratique Sources documentaires Edward Jenner (17 mai 1749-26 janvier 1823) Robert Thom/University of Michigan

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Protection des personnels de santé Les vaccinations. Novembre 2017

Protection des personnels de santé Les vaccinations. Novembre 2017 1 Protection des personnels de santé Les vaccinations 2 Rappel de données générales sur les vaccinations 3 Classification des vaccins Vaccins vivants atténués Agents infectieux atténués restant capables

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2 Information du 31 octobre 2017 Prof. Pierre-Alexandre BART Directeur de l Ecole de médecine Pourquoi un plan de vaccination durant

Plus en détail

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4

SOMMAIRE I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 SOMMAIRE INTRODUCTION...1 I - PLACE DE LA VACCINATION DANS LA PRÉVENTION DU RISQUE BIOLOGIQUE...4 II - VACCINATIONS À CARACTÈRE OBLIGATOIRE DANS LE CADRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE...6 III - VACCINATIONS OBLIGATOIRES

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

Vaccinations, je suis à jour

Vaccinations, je suis à jour Vaccinations, je suis à jour La vaccination sauve de nombreuses vies et a fait disparaître des maladies infectieuses de certaines régions du globe. La vaccination est aujourd'hui encore indispensable.

Plus en détail

ANNEXE 2. VACCINATIONS des élèves ou étudiants des professions de santé: RECOMMANDATIONS pour les élèves et étudiants Année universitaire 2017/2018

ANNEXE 2. VACCINATIONS des élèves ou étudiants des professions de santé: RECOMMANDATIONS pour les élèves et étudiants Année universitaire 2017/2018 ANNEXE 2 VACCINATIONS des élèves ou étudiants des professions de santé: RECOMMANDATIONS pour les élèves et étudiants Année universitaire 2017/2018 I/REFERENCES REGLEMENTAIRES : Articles D714-20 à D714-27

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

Documentation générale (web)

Documentation générale (web) Documentation générale (web) Site web Doctissimo Les vaccinations indispensables Les vaccinations constituent un des moyens essentiels de prévention des maladies infectieuses et virales. Elles protègent

Plus en détail

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières 2.1 Coqueluche Recommandations générales La primovaccination (deux injections suivies d un rappel) est obligatoire chez l enfant depuis le 1 er janvier 2018. La vaccination contre la coqueluche est pratiquée

Plus en détail

Politiques vaccinales entre recommandations et obligations. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Politiques vaccinales entre recommandations et obligations. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Politiques vaccinales entre recommandations et obligations Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée annuelle du CClin Ouest- Rennes 19 Avril 2016 Conflits d intérêt Déclaration

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 janvier 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 janvier 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 7 janvier 2009 VARIVAX, poudre et solvant pour suspension injectable. Vaccin varicelleux vivant Poudre en flacon + 0,5 ml de solvant en seringue préremplie sans aiguille

Plus en détail

VII/ VACCINATION ET CONTACT

VII/ VACCINATION ET CONTACT 17 novembre 2010 DCEM III VII/ VACCINATION ET CONTACT Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Coqueluche Varicelle Diphtérie HBV HAV Méningocoque Rougeole

Plus en détail

Incidence des maladies

Incidence des maladies Incidence des maladies Les vaccins ont contribué à la réduction spectaculaire du nombre de personnes malades et de décès provoqués par ces microbes ou virus. L effort vaccinal doit être maintenu afin d

Plus en détail

Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE

Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE AGENT PATHOGENE Bactérie: Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis (bacille de Bordet-Gengou)

Plus en détail

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Odile Launay, Emmanuel Grimprel JNI 2008, atelier vaccination du personnel soignant Objectifs Conduite à tenir vis-à-vis du personnel soignant

Plus en détail

Vaccinations, je suis à jour

Vaccinations, je suis à jour Vaccinations, je suis à jour Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie et le Comité Scientifique

Plus en détail

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination oc è s 3 s gs è 39l Maladies d enfance chez l adulte: quels sont les problèmes et pourquoi vacciner? Dr L. Senn, SMPH, CHUV Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination Rougeole Oreillons

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Atelier vaccinations

Atelier vaccinations Atelier vaccinations Formation Médicale Continue Mercredi 5 mars 2008 1 Quelles sont les valences vaccinales recommandées chez les adultes? Diphtérie Coqueluche BCG Rougeole Tétanos Polio 2 Vaccins obligatoires

Plus en détail

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES

FEMME ENCEINTE RISQUES INFECTIEUX POUR LE FOETUS CHAPITRE 5 SITUATIONS ET POPULATIONS PARTICULIÈRES Dans cette section, seules les particularités liées à la femme enceinte et son ou ses fœtus sont présentées. Pour plus de renseignements sur chacune des maladies, voir les sections correspondantes du chapitre

Plus en détail

Panorama des Infections Associées aux Soins (IAS) chez les professionnels

Panorama des Infections Associées aux Soins (IAS) chez les professionnels Panorama des Infections Associées aux Soins (IAS) chez les professionnels Dr L. SIMON CCLIN Est- CHU Nancy 22 èmes Journées Régionales d Hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nancy 26

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

Cas de rougeole en établissement de santé. Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS

Cas de rougeole en établissement de santé. Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS Cas de rougeole en établissement de santé Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS Liens d intérêt Pas de lien d intérêt financier Présidente du comité technique des vaccinations Cas clinique Mme X, 25

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Veille sanitaire n 62 : Rougeole

Veille sanitaire n 62 : Rougeole Veille sanitaire n 62 : Rougeole Page 1 / Date d application : GEN-COM1-ENR00-68 Version : 1.0 2018-05-03 Bonjour, En raison d une actualité critique sur la rougeole et profitant de la semaine européenne

Plus en détail

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie.

prévention vaccinations La vaccination peut vous sauver la vie. PS70252 Depliant vaccination 15/06/07 12:11 Page 1 en savoir plus BEH Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire www.invs.sante.fr Institut Pasteur www.pasteur.fr www.plateforme-sante.fr prévention vaccinations

Plus en détail

2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale

2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale LES VACCINATIONS Flash actualités automne 2009 Dr Jean-Marc ROYE MCU Associé DMG Clermont-Ferrand Avec le concours du PR Jean BEYTOUT Pneumocoque

Plus en détail

Rattrapage vaccinal chez les migrants primo-arrivants en France

Rattrapage vaccinal chez les migrants primo-arrivants en France Rattrapage vaccinal chez les migrants primo-arrivants en France Dr Sylvain Nappez Praticien attaché au Centre de Prévention des Maladies Transmissibles CHU d Amiens Migration et prévention Groupe de travail

Plus en détail

Vaccination chez les adultes immunodéprimés

Vaccination chez les adultes immunodéprimés Document destiné aux professionnels de santé - Actualisation des connaissances Juin 2015 Repères pour votre pratique Vaccination chez les adultes immunodéprimés Les personnes immunodéprimées ou aspléniques

Plus en détail

Contexte. Transmission soignant-soigné de la tuberculose. Tuberculoses professionnelles à l AP-HP recensées par les médecins du travail

Contexte. Transmission soignant-soigné de la tuberculose. Tuberculoses professionnelles à l AP-HP recensées par les médecins du travail Transmission soignant-soigné de la tuberculose Dominique Abiteboul Service de santé au travail - GERES Hôpital Bichat - Claude Bernard -Paris Contexte Signalement des infections nosocomiales : outil pour

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010

Varicelle et grossesse. Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Varicelle et grossesse Dr Coatleven Frédéric maternité C.H.U. Bordeaux Juin 2010 Epidémiologie, physiopathologie Maladie infectieuse fréquente et le plus souvent bénigne 90% de la population de plus de

Plus en détail

POUR EVITER DE TOUSSER

POUR EVITER DE TOUSSER POUR EVITER DE TOUSSER SF2H 2018 E. Rouveix GERES Dans un service de dermatologie C est l hiver, Un interne, vacciné contre la grippe, commence à tousser vers la fin du mois du décembre : il s en souvient

Plus en détail

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B. D. Abiteboul. Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES. D.

LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B. D. Abiteboul. Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES. D. LA VACCINATION CONTRE L HEPATITE B D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES La vaccination des personnels de 4 2OBJECTIFS santé Protéger le soignant d une infection

Plus en détail

3) Comment organisez-vous le rattrapage?

3) Comment organisez-vous le rattrapage? CAS CLINIQUE N 1N Sandrine, jeune femme de 24 ans, vient de divorcer et se rapproche de son nouvel ami avec lequel elle souhaite avoir un enfant. Elle vient vous montrer le carnet de santé de son fils

Plus en détail

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ @MinSoliSante Suis-je protégé contre la rougeole? La rougeole est une des maladies infectieuses les plus contagieuses Un malade peut contaminer jusqu à 20 personnes

Plus en détail

PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Samedi, 15 Mars :02

PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Samedi, 15 Mars :02 PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Le Haut Conseil de la santé publique a diffusé le 15 mars 2014 sur son site Internet un nouvel avis relatif

Plus en détail

Vaccinations des étudiants des professions paramédicales

Vaccinations des étudiants des professions paramédicales Vaccinations des étudiants des professions paramédicales Dr Joel LEROY Infectiologue Dr Nathalie FLORET Médecin hygiéniste Cpias Bourgogne Franche-Comté Pas de lien d intérêt avec cette présentation Introduction

Plus en détail

L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement

L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement Journée régionale de veille sanitaire 15 novembre 2011 - RENNES Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX Le contexte

Plus en détail

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Guadeloupe Saint-Martin Saint-Barthélemy C I R E A N T I L L E S Période : S- à S- N / Synthèse de la situation épidémiologique Guadeloupe

Plus en détail

Coqueluche. Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire. Dr PAUGAM SMFE Rectorat CVS élargie 21/01/2010

Coqueluche. Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire. Dr PAUGAM SMFE Rectorat CVS élargie 21/01/2010 Coqueluche Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire Haut conseil de la santé publique Rapport relatif à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche (5 septembre 2008) Aide mémoire

Plus en détail

Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique

Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique 7 ème journée prévention du risque infectieux en EHPAD 18/10/2018 Dr Maeva Lefebvre Maladies Infectieuses et Tropicales Centre de Prévention

Plus en détail

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN JUIN 2009

LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN JUIN 2009 LE GUIDE CALENDRIER VACCINAL DES ADOLESCENTS ET DES ADULTES MIS À JOUR EN JUIN 2009 SOMMAIRE LA VACCINATION : LE POINT SUR LES CONNAISSANCES ACTUELLES 3-7 LES MALADIES : POURQUOI, COMMENT, QUAND SE FAIRE

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 173 - Mai 2017 SOMMAIRE La vaccination en 2017 1. Les nouvelles recommandations du calendrier vaccinal p 2 2. Les adaptations face aux ruptures de stock p 6 3. Test de lecture

Plus en détail

CALENDRIER VACCINAL À L INCORPORATION pour le personnel susceptible d être projeté OM-OPEX

CALENDRIER VACCINAL À L INCORPORATION pour le personnel susceptible d être projeté OM-OPEX pour le personnel susceptible d être projeté OM-OPEX ou affectation embarquée 1 et 5 mois de service Annexe 1 de la CM n 507490/ARM/DCSSA/DIVESSD/PS du 15 mai 2018 Infections invasives à méningocoques

Plus en détail

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Epidémie de rougeole: Aspects cliniques et vaccination Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Rougeole au 21 ème siècle Il y a > 20 ans:

Plus en détail

Bilan de 5 années d actions menées auprès des Rroms par un centre de vaccinations

Bilan de 5 années d actions menées auprès des Rroms par un centre de vaccinations Bilan de 5 années d actions menées auprès des Rroms par un centre de vaccinations 13 es Journées Nationales d Infectiologie Tours Mercredi 13 juin 2012 Dr. Briend Godet Valérie Centre de vaccinations polyvalentes

Plus en détail

Rougeole au CHU Dijon Retour d expérience. 3 ème journée Bourgogne-Franche-Comté des EOH et présidents de CLIN Dr ASTRUC SEHH CHU Dijon / CPIAS BFC

Rougeole au CHU Dijon Retour d expérience. 3 ème journée Bourgogne-Franche-Comté des EOH et présidents de CLIN Dr ASTRUC SEHH CHU Dijon / CPIAS BFC Rougeole au CHU Dijon Retour d expérience 3 ème journée Bourgogne-Franche-Comté des EOH et présidents de CLIN Dr ASTRUC SEHH CHU Dijon / CPIAS BFC 1. LA ROUGEOLE EN BREF - Incubation 10 à 12j: - 1. Prodromes

Plus en détail

LES VACCINATIONS DE L ENFANT. BEH n Avril 2009

LES VACCINATIONS DE L ENFANT. BEH n Avril 2009 LES VACCINATIONS DE L ENFANT BEH n 16-17 2009 20 Avril 2009 LES VACCINATIONS OBLIGATOIRES A l'entrée à l'école sont exigées les vaccinations suivantes : antidiphtérique antitétanique antipoliomyélitique

Plus en détail

Recommandations vaccinales autour de la grossesse. En prévision d une grossesse

Recommandations vaccinales autour de la grossesse. En prévision d une grossesse Recommandations vaccinales autour de la grossesse. En prévision d une grossesse Professeur Jean BEYTOUT Service des maladies infectieuses et tropicales CHU de CLERMONT-FERRAND Déclaration de liens d intérêts

Plus en détail

De l importance du signalement

De l importance du signalement De l importance du signalement Journée de formation en Hygiène Hospitalière 20 Nov 2015 Dr Clément Legeay UPLIN CHU d Angers Les infections associées aux soins Une infection est dite associée aux soins

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

Vaccination au travail : indications, rôles et responsabilités des acteurs

Vaccination au travail : indications, rôles et responsabilités des acteurs Vaccination au travail : indications, rôles et responsabilités des acteurs Dr J.C. Normand jean-claude.normand@univ-lyon1.fr 1/45 La Population générale Suspension obligation vaccinale par BCG enfants

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN I/ Présentation ECN II/ Introduction III/les vaccins, les adjuvants,

Plus en détail

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité

Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité Conduite à tenir autour d un cas de rougeole dans une collectivité SEV 2010 Dr Eric Schwartzentruber Responsable du pôle santé publique SCHS/Ville de Montpellier Mesures à prendre (par le médecin en charge

Plus en détail

Rougeole - Varicelle

Rougeole - Varicelle Rougeole - Varicelle Journée des correspondants en hygiène hospitalière 15 novembre 2018 Dr A.Tchaplyguine - Dr I. Martin UGRI CHU Inter-établissement en hygiène Loire Sud ROUGEOLE QU EST CE QUE LA ROUGEOLE?

Plus en détail

Immunisation post exposition

Immunisation post exposition Immunisation post exposition Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

RUPTURE DE STOCK ET/OU ARRET DE COMMERCIALISATION DE VACCINS ET IMMUNOGLOBULINES SPECIFIQUES AU 30/04/2018 POINT SUR LES ALTERNATIVES

RUPTURE DE STOCK ET/OU ARRET DE COMMERCIALISATION DE VACCINS ET IMMUNOGLOBULINES SPECIFIQUES AU 30/04/2018 POINT SUR LES ALTERNATIVES et Ig antirabiques Vaccin antituberculeux Vaccin antityphoidique TYPHERIX sept-12 inconnue Distribution transitoire limitée auprès des collectivités, la établissements de Santé fièvre typhoïde et centres

Plus en détail

Semaine européenne de la vaccination

Semaine européenne de la vaccination Semaine européenne de la vaccination Du 22 au 26 avril 2014 Une semaine e de rapp pel pour mett ettre tre ses s vaccins à jour CONTACTS PRESSE TBWA\Corporate : Elsa Gueroult Tél : 01 49 09 26 20 inpes.presse@tbwa-corporate.com

Plus en détail

Gestion d une épidémie de rougeole

Gestion d une épidémie de rougeole Gestion d une épidémie de rougeole Expérience du CHU de Bordeaux 14 ème journée de rencontre des correspondants en hygiène de Nouvelle-Aquitaine Contexte de la rougeole Extraits Tuto Rougeole CPIAS-NA

Plus en détail

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant débuté au visage il y a 48h (21 mars) Asthénie +++

Plus en détail

LES FORMALITES MEDICALES OBLIGATOIRES IFAS/IFAP T. SIMON

LES FORMALITES MEDICALES OBLIGATOIRES IFAS/IFAP T. SIMON LES FORMALITES MEDICALES OBLIGATOIRES 13/11/2015 1 infirmière, infirmier, infirmière anesthésiste, infirmier anesthésiste, aide soignante, aide soignant, auxiliaire de puériculture, ambulancière, ambulancier,

Plus en détail

Vaccinations: risques et idées reçues

Vaccinations: risques et idées reçues Vaccinations: risques et idées reçues Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée régionale de prévention du risque infectieux chez le nouveau né Lyon 18 Octobre 2016 Conflits d intérêt Président

Plus en détail

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Chef du Service de Pédiatrie Quai Moncousu 44093 NANTES cedex Soumission d'un dossier de candidature à l'association

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

Vaccinations et désir d enfant

Vaccinations et désir d enfant Vaccinations et désir d enfant J Beytout, M Monghal Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Ferrand Département de Vaccinologie. Faculté de Médecine de Clermont. Université d Auvergne. Chaque

Plus en détail