Réponses 2014 Rapport d activité de Caritas Suisse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réponses 2014 Rapport d activité de Caritas Suisse"

Transcription

1 Réponses 2014 Rapport d activité de Caritas Suisse 1

2 2014 a vu la guerre en Syrie entrer dans sa quatrième année. Une tragédie d une ampleur inimaginable se déroule aux portes de l Europe. D innombrables personnes ont tout perdu, leurs proches, les bases de leur existence, leur confiance dans l avenir. Elles manquent de tout, de nourriture, d eau potable, d un toit. Caritas a apporté son aide humanitaire au Liban et en Jordanie. Elle s est aussi engagée pour les personnes déplacées dans le nord de l Irak et en Turquie. Elle est également active en Syrie même. Elle a par exemple distribué quotidiennement un repas chaud à personnes déplacées à Damas et à Alep. Grâce à de précieux soutiens, nous avons pu aider des milliers de familles ces trois dernières années. La guerre en Syrie a aussi marqué le débat sur la politique migratoire en Europe. La Suisse officielle s est montrée très discrète. Elle s est contentée de garantir au HCR, l Agence des Nations Unies pour les réfugiés, qu elle pouvait accueillir 500 réfugiés syriens sur trois ans. Dans un passé récent, la Suisse a pourtant été capable d accueillir généreusement un grand nombre de réfugiés hongrois et tchécoslovaques, vietnamiens et cambodgiens, bosniaques et kosovars. Comparativement, la Confédération adopte aujourd hui une position hésitante et pusillanime. En 2014, il a également fallu combattre des attaques populistes visant l aide sociale. Nous avons rappelé que notre Constitution fédérale garantit à toute personne vivant en Suisse le droit de mener une existence conforme à la dignité humaine. 2

3 Des années durant, en raison d une concurrence fiscale acharnée, les cantons ont mis en place des baisses d impôts, qui ont bénéficié en premier lieu aux personnes aisées. Et maintenant, plusieurs cantons adoptent des programmes d économies pour rééquilibrer leur budget, proposant notamment des coupes dans les prestations de l aide sociale. En clair, les plus pauvres vont devoir payer les excès de cette politique de sous-enchère fiscale. Nous voulons exprimer notre reconnaissance. C est grâce à nos donateurs, aux fondations et aux institutions sociales, à des entreprises et des partenaires engagés que nous pouvons remplir notre mandat et aider des personnes en détresse. Cela représente pour nous à la fois un encouragement et une responsabilité. Mariangela Wallimann- Bornatico, Présidente Hugo Fasel, Directeur Rendre des comptes Avec le présent rapport d activité, nous vous informons dans les grandes lignes de l aide que nous apportons. Nous montrons qui sont les bénéficiaires de cette aide, et en quoi elle consiste. Le rapport financier détaillé est publié sur notre site : Sommaire Éditorial 2 International Notre engagement pour les victimes du tsunami 4 Notre engagement dans les États fragiles 8 Notre engagement pour les familles syriennes 12 Les projets de Caritas dans le monde 14 Suisse Notre engagement pour une alimentation saine 16 Notre engagement pour une Suisse solidaire 20 Notre engagement pour l intégration des réfugiés 22 Caritas en chiffres Comptes En bref 26 Des partenaires solides 28 Organes 30 3

4 Tsunami l aide est-elle arrivée? Même dix ans après la catastrophe, le séisme sous-marin qui a frappé l océan Indien le 26 décembre 2004 reste dans toutes les mémoires. Auparavant, presque personne ne savait ce qu était un tsunami. Ce mot est désormais synonyme d une catastrophe qui a causé la mort et la dévastation dans plus de treize pays. Partout dans le monde, une très grande solidarité s est mise en place et d énormes moyens financiers ont été dégagés pour venir en aide aux 4

5 pays touchés. La communauté internationale s est massivement mobilisée, ainsi que les œuvres d entraide comme Caritas, pour les 1,7 million de personnes ayant tout perdu. Il a fallu recréer de nouvelles bases d existence, reconstruire des maisons, des bâtiments et des installations sanitaires. On voit aujourd hui dans les villes trépidantes et les villages pleins de vie que l aide promise est bien arrivée où on l attendait. 5

6 Notre engagement pour les victimes du tsunami Après l aide d urgence, Caritas Suisse s est engagée dans la reconstruction. En Indonésie, au Sri Lanka et en Inde, on a dû déplacer des villages entiers pour assurer la sécurité des habitants. En négociant avec les autorités, Caritas a pu obtenir des titres de propriété, synonymes de stabilité et de sécurité. Lorsque c était possible, on a intégré les familles dans la planification et les travaux de construction pour qu elles considèrent ces maisons comme les leurs. Une évaluation de la Chaîne du Bonheur montre que la construction de maisons a représenté pour les victimes du tsunami l élément le plus important qui a permis l amélioration de leur situation de vie. Dans la province d Eluru (Inde), personnes ont participé à des cours de promotion des revenus et de prévention des catastrophes. Les 539 maisons de cinq villages du Tamil Nadu (Inde) ont été peintes et décorées par leurs propriétaires. L hôpital construit par Caritas Suisse à Nagan Raya (Indonésie) fournit une aide médicale à personnes de la région. 6

7 La reconstruction en chiffres Nombre de maisons reconstruites Inde 539 Indonésie 1848 Sri Lanka 1528 Ces dix dernières années, Caritas Suisse a consacré 92,6 millions de francs à l aide à la reconstruction dans la région du tsunami. Une aide concrète a ainsi été apportée à personnes dans la province d Aceh en Indonésie, en Inde du Sud, sur la côte est du Sri Lanka et en Thaïlande. Caritas a construit 3915 nouvelles maisons et a remis en état 740 maisons sévèrement endommagées. Elle a ainsi créé des logements pour plus de personnes, ce qui équivaut à une ville comme Bulle ou Aarau. Avec ces logements, on a construit quelque 4000 installations sanitaires, ce qui représente un progrès notable pour l hygiène des villages et agglomérations. Grâce à l aide de Caritas, cinq écoles, trois hôpitaux et centres de soins, quatre halles de marché et 26 centres communaux polyvalents ont pu être construits. Les projets visant à améliorer les conditions économiques et sociales des populations se sont poursuivis au Sri Lanka, en Inde du Sud, en Indonésie et en Thaïlande jusqu en De ces 92,6 millions de francs investis par Caritas Suisse dans son engagement dans la région du tsunami, 59,5 millions provenaient de la Chaîne du Bonheur. Des dons privés et des contributions de tiers, notamment d importantes contributions provenant du réseau Caritas International, ont couvert le reste des coûts. Parmi les bénéficiaires des 1528 maisons de Caritas au Sri Lanka se trouvent de nombreuses femmes devenues veuves durant la guerre civile. Dans la nouvelle agglomération de Blang Beurandang (Indonésie), 5200 personnes vivent dans des maisons construites par Caritas. À Singkil (Indonésie), les 3000 habitants ont également reçu une aide pour trouver de nouvelles sources de revenu, par exemple par le biais de cours de couture. 7

8 Pourquoi aider les États fragiles? Dans le monde, 51 États sont considérés comme fragiles. Les causes principales de cette fragilité sont la pauvreté, un passé colonial et des gisements de matières premières, qui sont souvent à l origine de conflits. Près de 1,4 milliard de personnes vivent dans des États fragiles. La violence systématique que subissent ces populations laisse des traumatismes sur plusieurs générations, qui sont les germes des conflits futurs. C est là justement que les œuvres 8

9 d entraide ont un rôle décisif à jouer. Il est important qu elles ne se retirent pas de ces pays. Elles peuvent agir dans les domaines de l aide humanitaire, de la coopération au développement, ou des deux. Elles peuvent renforcer les capacités de la société civile, afin que celle-ci améliore les conditions de vie de la population locale, l aide à faire valoir ses droits et prévienne ainsi la propagation de la violence. 9

10 Notre engagement dans les États fragiles Caritas Suisse a une longue expérience de l aide humanitaire dans des contextes fragiles. Elle soutient les populations particulièrement défavorisées à surmonter les situations de détresse menaçant leur existence, aussi bien lors de catastrophes naturelles que lors de conflits violents. L action de Caritas ne se limite pas à l aide d urgence. Elle s engage également sur le long terme dans la sécurité alimentaire, l approvisionnement en eau et la promotion de la paix. Lorsque les structures étatiques sont fragiles ou absentes, Caritas poursuit son engagement et aide les acteurs locaux et les autorités traditionnelles à transformer la société de l intérieur et à la consolider. En Palestine, Caritas et ses partenaires ont aidé 5000 enfants et leurs familles à surmonter leurs traumatismes dus à la guerre, grâce à un soutien psychosocial. Au Bangladesh, dans la région de Mymensingh, personnes appartenant à la minorité défavorisée des Adivasi ont formé 1200 groupes d épargne et de crédit. Après le terrible séisme en Haïti, Caritas a terminé l an dernier la construction de quatre centres scolaires parasismiques pour 2500 enfants. 10

11 Projets dans les États fragiles : les chiffres Dans son Indice des États fragiles 2014, le «Fund for Peace» (Fonds pour la paix) classe tous les États selon dix niveaux d alerte, de «extrêmement alarmant» à «très durable». Dans le graphisme, les pays d engagement de Caritas vont des niveaux «extrêmement alarmant» à «alerte élevée». Les pays d un même continent ont la même couleur. Philippines Éthiopie Nicaragua Mali Cuba TchadPakistan Moldavie Inde Irak Sri Lanka Israël/Cisjordanie Haïti Tadjikistan Bosnie Égypte Myanmar Soudan du Sud Bolivie Vietnam Colombie Cambodge Mexique Jordanie Indonésie Source: Fund for Peace «Fragile States Index 2014». Ces pays d engagement de Caritas ne sont pas pris en compte par le «Fund for Peace» : le Somaliland, le Kosovo, la Tchétchénie. Syrie Bangladesh Kenya Liban Ouganda Rwanda Guatemala Près de la moitié des 39 pays d intervention de Caritas Suisse en 2014 sont considérés comme fragiles. Sept se situent en Afrique subsaharienne, quatre au Moyen- Orient, quatre en Asie, deux en Europe et un en Amérique centrale. Les États dits fragiles ne sont pas en mesure d assumer la protection de leur population, l État de droit n est pas garanti et ils sont le théâtre de conflits violents sur l ensemble ou une partie de leur territoire. C est le cas de l Éthiopie, du Mali, du Soudan du Sud, du Tchad, de l Irak, du Myanmar, du Pakistan et d Haïti, où Caritas est active. Souvent, ces pays sont en plus frappés par des catastrophes naturelles. Dans tous les cas, les populations locales en sont les premières victimes. Un engagement dans les contextes fragiles soulève de grands défis, car la situation peut basculer à tout moment. Caritas soutient les populations afin d éviter l embrasement des régions qui ne sont pas directement impliquées dans les conflits. Tel qu au Soudan du Sud, où Caritas Suisse s engage depuis 30 ans. Alors que le nord du pays est en guerre, Caritas intervient dans l Équatoria orientale, où la population et le gouvernement régional sont opposés à la guerre. Elle a construit des bassins de rétention d eau pour personnes. Caritas donne des cours d hygiène pour diminuer le risque de choléra. Elle soutient également les personnes qui ont fui la guerre et cherchent refuge en Équatoria orientale et œuvre à diminuer les tensions avec les nouveaux arrivés. Au Soudan du Sud, habitants de 11 villages ont bénéficié de bassins de rétention d eau creusés dans la roche. Au Myanmar, personnes dans 57 villages ont reçu des informations sur les catastrophes naturelles et peuvent mieux se protéger en cas de danger. À Medellin, en Colombie, 88 enfants des quartiers pauvres participent chaque semaine à des rencontres qui leur permettent de parler des violences subies. 11

12 Guerre en Syrie : comment survivre? Fin 2014, huit millions de personnes étaient en fuite en Syrie même, et environ quatre millions avaient quitté le pays pour se réfugier dans les pays voisins, Liban, Jordanie, Irak et Turquie. La guerre en Syrie dure déjà depuis quatre ans. Les personnes déplacées se battent pour survivre. Elles ont besoin d un toit, de nourriture. Elles dépendent d une prise en charge médicale et il faut que les enfants puissent aller à l école. 12

13 Notre engagement pour les familles syriennes Nombre de personnes bénéficiaires de l aide humanitaire de Caritas Liban Jordanie Syrie Turquie nord de l Irak La plupart des déplacés de guerre sont complètement démunis. Ils ont perdu tout ce qu ils possédaient, épuisé leurs économies, ils ne peuvent pas travailler ni assurer leur subsistance. Leurs logements provisoires sont exigus, inadaptés et chers. Ils vivent souvent sous tente, dans des garages, des caves, des écuries ou même dehors. Caritas apporte une aide de survie à ces réfugiés. Elle leur fournit des colis de nourriture ou des bons pour des repas chauds. Elle distribue des produits hygiéniques, du savon, du papier de toilette ou des langes, des matelas, des couvertures et des ustensiles de cuisine. Enfin, elle les aide à payer leur loyer ou à améliorer leurs conditions de logement. Caritas a essentiellement apporté son aide au Liban et en Jordanie. Elle s est également engagée pour les Syriens déplacés en Turquie et au nord de l Irak. Elle a été active en Syrie même. Elle a fourni des repas chauds à personnes à Damas, Alep et Homs. L ONU estime que la moitié des personnes déplacées sont des enfants. Caritas a donc créé un centre d aide d urgence qui prend en charge psychologiquement les enfants et jeunes syriens dans le nord de l Irak. Au Liban, les travailleurs sociaux et les psychologues aident les enfants réfugiés à surmonter leurs expériences traumatisantes. Au total, l aide humanitaire de Caritas aux déplacés de guerre s est montée à 10,8 millions de francs. Ses projets ont bénéficié à quelque personnes. Un conteneur de jeu mobile à Taalabaya, Liban, permet à 1500 enfants réfugiés de retrouver un peu de leur enfance. L aide de survie de Caritas en Jordanie a bénéficié à déplacés de guerre syriens. Nord de l Irak : 1000 enfants et jeunes syriens ont bénéficié d une prise en charge psychologique dans la région kurde d Irak. 13

14 Les projets de Caritas dans le monde 1 Au Bangladesh, dans la région de Mymensingh et de Dacca, 1489 élèves ont pris part à des ateliers sur les technologies modernes de communication. La moitié d entre eux se sont inscrits comme utilisateurs dans leurs centres d information locaux. 2 Dans la province de Loayza, en Bolivie, quelque 840 personnes ont désormais accès à l eau potable grâce à des réservoirs, des conduites et des raccordements domestiques. 3 À Doboj, en Bosnie, 39 familles ont pu réinvestir leurs maisons qui avaient été dévastées par les graves inondations du printemps et qui ont pu être rénovées avant l hiver Dans le sud de l Éthiopie, Caritas a augmenté son engagement. À Debie Hole, 3605 personnes ont eu accès à l eau potable grâce à un système d exploitation solaire. Les femmes et les enfants ont gagné du temps pour les tâches ménagères et l école En Haïti, dans la région de Delatte, Caritas aide les populations rurales pauvres à améliorer leurs techniques agricoles après le séisme de Les paysans ont produit 720 mètres cubes de compost et ont planté jeunes arbres. 6 Après le cyclone Phailin, les habitants de 14 villages de la région d Orissa en Inde ont reçu une formation pour la prévention des catastrophes. 7 Grâce à un projet de Caritas qui vient en aide aux familles roms de la région de Gjakova, au Kosovo, 57 familles roms bénéficient désormais d un revenu mensuel régulier. 8 Au Mali, une organisation partenaire a distribué préservatifs à prix réduit à des femmes particulièrement vulnérables. Elles ont pu en outre bénéficier de traitements médicaux. 14

15 11 Au Tadjikistan, Caritas a aidé des paysans pauvres à obtenir des baux auprès des autorités pour l exploitation de 5395 hectares de pistachiers. En 2014, les paysans ont planté plants de pistachiers Au Tchad, 2620 ménages particulièrement pauvres ont reçu un soutien en culture maraîchère pour améliorer leur situation alimentaire. Parmi ces ménages, 1870 étaient gérés par des femmes seules Brésil 14 Cambodge 15 Colombie 16 Cuba 17 Égypte 18 Guatemala 19 Indonésie 20 Irak 21 Italie 22 Japon 23 Jordanie 24 Kenya 25 Liban 26 Mexique 27 Moldavie 28 Myanmar 29 Nicaragua 30 Ouganda 31 Pakistan 32 Palestine/Israël 33 Philippines 34 Roumanie 35 Rwanda 36 Sri Lanka 37 Syrie 38 Tchétchénie (Russie) 39 Vietnam Pays de concentration de l aide Autres pays d engagement Interventions d urgence Au Somaliland, dans les régions de Togdheer et Sool, Caritas Suisse a construit cinq écoles avec accès à l eau et aux latrines. Au début du projet, 328 garçons et filles étaient inscrits, à la fin du projet, ils étaient déjà Au Soudan du Sud, Caritas a fourni des ustensiles de cuisine, des matelas, des tablettes d épuration d eau et des latrines à 5411 ménages de personnes déplacées ayant fui la guerre civile vers l Équatoria orientale. Dans la représentation traditionnelle du monde, les pays du Nord sont plus grands qu en réalité. Dans la projection de Peters, ici représentée, les rapports de proportion entre les continents sont respectés. C est pourquoi, la région de l équateur est un peu étirée.

16 Des magasins pour les pauvres? Selon une enquête de l Office fédéral de la statistique publiée en novembre 2014, 13,3 % de la population en Suisse est exposée au risque de pauvreté, soit plus d un million de personnes. Les personnes touchées par la pauvreté doivent économiser sur tout et donc aussi sur l alimentation. En conséquence, elles se nourrissent souvent mal, ce qui a des répercussions sur leur santé et génère de nouveaux coûts. En Suisse, les chances de vivre sainement et long- 16

17 temps ne sont pas les mêmes pour tous. Ainsi, un travailleur sans formation mourra quatre à cinq ans plus tôt qu une personne disposant d une formation universitaire. Les familles monoparentales sont particulièrement exposées au risque de tomber dans le cercle vicieux de la pauvreté. Dans un pays riche comme la Suisse, il est inacceptable que des enfants et des adultes n aient pas les moyens de se nourrir sainement. 17

18 Notre engagement pour une alimentation saine Les personnes souffrant de pauvreté et surtout celles qui n ont pas de formation manquent de moyens pour se nourrir sainement et de connaissances nutritionnelles. Grâce au projet «Épiceries Caritas espace santé!» soutenu par la SV Fondation, les gens qui ont un petit budget peuvent acheter des fruits et légumes frais à des prix très avantageux, ce qui les encourage à se nourrir sainement. Les clients des Épiceries Caritas reçoivent aussi des informations sur l alimentation et des suggestions pour faire plus d activité physique. Le succès du projet et les chiffres d affaires en hausse montrent que ces personnes ont à cœur de manger sainement et profitent de ces offres. En 2014, un million de litres de lait et kilos de pâtes ont été proposés à prix réduit. Les clients achètent en moyenne pour 13,70 francs de marchandises. Le nombre d achats annualisés dans toute la Suisse était de , soit en moyenne achats par mois. 18

19 Les Épiceries Caritas en chiffres Croissance des Épiceries Caritas : chiffre d affaires en millions et nombre d épiceries 15 12,7 mio. CHF 24 magasins ,9 mio. CHF 19 magasins 9,1 mio. CHF 22 magasins 10,01 mio. CHF 23 magasins 10,6 mio. CHF 23 magasins En 2014, le chiffre d affaires des 24 Épiceries Caritas réparties dans toute la Suisse a de nouveau augmenté de 19 % pour atteindre 12,7 millions de francs. Le chiffre d affaires des fruits et légumes a augmenté de 29 %. Dans le cadre de sa campagne «Réduire la pauvreté de moitié», Caritas Suisse s est fixée pour objectif d élever le nombre d Épiceries Caritas en Suisse à 30 magasins d ici Les Épiceries Caritas vendent des produits de première nécessité 30 à 50 % moins chers. Elles sont accessibles, sur présentation d une carte d achat, aux personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté, touchant l aide sociale ou les prestations complémentaires AVS/AI ou en situation de surendettement. Chaque épicerie propose des denrées alimentaires de base. L assortiment des Épiceries Caritas s étoffe d année en année, grâce à la centrale d acquisition à Rothenburg, qui s occupe de l achat et la distribution des marchandises. Quelque 500 fournisseurs, comme Coop, Migros, Denner, Manor, Spar, Lindt et Sprüngli, Nestlé ou Coca-Cola, lui proposent des surplus de productions, souvent gratuitement, et des denrées alimentaires à prix réduits avec une date de péremption à plus courte échéance. Toutes les denrées sont fraîches et d excellente qualité. La centrale d acquisition reçoit et redistribue 50 palettes de marchandises par jour, soit par année. Dans le cadre de sa campagne «Réduire la pauvreté de moitié», Caritas Suisse s est fixée pour objectif d élever le nombre d Épiceries Caritas à 30 magasins d ici En 2014, le chiffre d affaires des 24 Épiceries Caritas a de nouveau augmenté de 19 % pour atteindre 12,7 millions de francs. 19

20 Comment combattre la pauvreté? Caritas Suisse mène depuis 2010 la campagne «Réduire la pauvreté de moitié» qui vise à réduire notablement la pauvreté d ici Caritas apporte son aide par des projets comme les Épiceries Caritas, les services de consultation sociale ou la CarteCulture. Caritas prend part au débat politique, ouvre des pistes de réflexion et propose des solutions, par exemple en publiant le «Nouveau manuel sur la pauvreté en Suisse». 20

21 Notre engagement pour une Suisse solidaire En Suisse, pays riche, la pauvreté n est pas un phénomène marginal : plus d un million de personnes vivent dans des conditions financières précaires. C est ce que montre le «Nouveau manuel sur la pauvreté en Suisse» publié en Chiffres et faits à l appui, la publication rend la pauvreté visible et compréhensible et propose une vue d ensemble de cette problématique complexe aux spécialistes de la question et au public. «L absence de perspectives est l un des problèmes majeurs des personnes touchées par la pauvreté», explique Carlo Knöpfel, coauteur du manuel. La pauvreté, ce n est pas seulement une détresse financière. C est aussi chercher en vain du travail, éviter le médecin malgré des problèmes de santé, manquer de perspectives, de formation, vivre sous le seuil de pauvreté, être exclu de la vie en société. Les personnes les plus vulnérables sont les familles monoparentales, les familles nombreuses, les personnes peu qualifiées, les working poors et les personnes actives d âge mûr qui cherchent un emploi. Le manuel démontre que la pauvreté n est pas un problème individuel, mais de société, et qu il faut donc une politique nationale de lutte contre la pauvreté. Caritas propose des solutions passant par l investissement dans la formation, des mesures d intégration efficaces et plus de responsabilité sociale de la part de l économie. L on reconnaît de mieux en mieux la problématique de la pauvreté en Suisse, et pourtant l aide sociale fait face à la polémique et est accusée d abus. La légitimité de la Conférence suisse des institutions d action sociale (CSIAS) est remise en question. Caritas a donc publié avec 20 organisations une déclaration rappelant le caractère constitutionnel de l aide sociale et demandant l introduction d un minimum vital social. L aide sociale paie Fortune 25% 31% imposable 0 (ou dettes) max % % 5% million > 1 million Le graphique tiré du «Nouveau manuel sur la pauvreté en Suisse» montre combien la richesse est inégalement répartie en Suisse. (Présentation : Caritas; chiffres : AFC, 2012) l addition des réductions de prestations des autres assurances sociales, de la concurrence fiscale effrénée entre cantons et de la précarisation accrue du marché du travail. Les charges devraient être réparties plus équitablement entre les communes et les cantons. Caritas a également consacré son almanach social 2014, son forum et son rapport périodique sur la politique de lutte contre la pauvreté au thème «logement et pauvreté». Beaucoup de personnes vivent dans des logements précaires parce qu elles sont touchées par la pauvreté ou risquent de tomber dans la pauvreté à cause d un loyer trop élevé. Caritas invite tous les cantons à développer des stratégies de politique du logement efficaces permettant de réduire la pauvreté. En 2014, 3136 personnes ont demandé un conseil financier en passant par la hotline «SOS info dettes». En 2014, personnes touchées par la pauvreté ont eu accès à la culture, au sport et à la formation grâce à une CarteCulture. 150 personnes ont fréquenté le Forum de Caritas 2014 sur le thème du logement. 21

22 Une fuite risquée et après? Alors qu en Syrie et dans les pays voisins, la détresse des réfugiés s accroît, ceux qui cherchent de l aide en Suisse sont de moins en moins les bienvenus. Avec les initiatives Ecopop et de l immigration de masse, les débats sur les droits fondamentaux des réfugiés et requérants d asile font rage. Caritas plaide pour une Suisse respectant ses engagements humanitaires. L intégration de ceux qui ont un permis de séjour en fait partie. 22

23 Notre engagement pour l intégration des réfugiés Les guerres interminables de Syrie et d Irak, la répression en Érythrée et d autres crises encore ont jeté sur les routes plus de personnes l an passé que lors des 25 dernières années. Beaucoup sont mortes en essayant de franchir la Méditerranée. Ce drame des réfugiés a engendré un surcroît de demandes d asile en Suisse, mais le monde politique est enclin à faire fi de la tradition humanitaire de la Suisse. Caritas Suisse s engage pour que les procédures d asile soient menées conformément aux principes de l État de droit. En outre, les réfugiés reconnus et les personnes provisoirement admises doivent être intégrés aussi vite que possible pour acquérir une indépendance financière et gérer leur vie de manière autonome. Sur mandat du canton de Fribourg par exemple, Caritas Suisse soutient des personnes au bénéfice d un permis B ou F. En 2014, le département Fribourg de Caritas Suisse a aidé 713 personnes ayant un permis de séjour. Il s agissait de 348 personnes venues d Érythrée, 66 personnes de Chine/Tibet, 65 personnes du Sri Lanka, 60 personnes de Syrie et 26 personnes d Afghanistan. Avec l aide des travailleurs sociaux, elles ont mis sur pied un plan pour acquérir leur indépendance. Elles ont bénéficié de cours de français, d une aide pour trouver un logement ou dans leur recherche d emploi. Les familles doivent aussi comprendre notre système scolaire pour que les enfants aient les meilleures chances possible à l entrée au jardin d enfants. Les cours «EcolePlus» (Schulstart plus) sont menés en collaboration avec l association «Éducation familiale». Les 90 interprètes œuvrant dans le canton de Fribourg, du Jura et dans la partie francophone du canton de Berne et qui aident les personnes de langue étrangère Aide à l intégration : exemple de Fribourg Aide sociale 713 Consultation sociale 713 Hébergement 713 Cours de langue française 216 Cours d administration 47 Cours pour recherche d emploi 10 Coaching intégration professionnelle 713 EcolePlus (Schulstart plus) 70 Service bénévole 60 Le tableau indique le nombre de personnes possédant un droit de séjour (713 en tout) qui ont fait appel aux différents services de Caritas Suisse à Fribourg. dans les rapports avec les autorités, l école, leur médecin ou leur avocat, font un travail remarquable. De plus, au moins une fois par semaine, une trentaine de bénévoles rendent visite aux réfugiés et personnes provisoirement admises pour les aider à remplir les formulaires d assurance ou à s inscrire pour un appartement. En 2014, conséquence des crises qui se jouent partout dans le monde, le nombre de réfugiés ayant un permis de séjour a été plus important que jamais dans le canton de Fribourg. Caritas a dû engager du personnel supplémentaire et à la fin de l année, le département comptait 23 collaborateurs. Il va d ailleurs déménager en 2015 et investir des locaux plus grands. Caritas Suisse soutient des personnes ayant un permis de séjour également dans le canton d Obwald. En 2014, Caritas s est occupée de 180 personnes dans ce canton par des mesures d intégration. Dans le canton d Obwald, Caritas a aidé 180 réfugiés et personnes provisoirement admises. 90 interprètes accompagnent les personnes ayant un permis de séjour auprès des autorités, de leur médecin ou de leur avocat. Le département Fribourg de Caritas Suisse a aidé au total 713 personnes ayant un permis de séjour en

24 Caritas en chiffres Bilan au 31 décembre Actif CHF CHF Liquidités Titres Créances Stocks Autres actifs circulants Actifs immobilisés Total de l actif Passif Fonds étrangers à court terme Fonds étrangers à long terme Fonds de capital lié Capital organisationnel Total du passif Comptes d exploitation 2014 Produit d exploitation et charges des prestations Dons Contributions de tiers Total des recettes issues de dons et contributions privées Contributions publiques Autres produits d exploitation (ventes de prestations propres) Total des recettes Coopération internationale Suisse et Réseau Études et autres contributions de projets Information et communication (travail de formation et information) Soutien administratif direct aux projets (évaluation, informatique, loyers, etc.) Total part consacrée aux projets Recherche de fonds et publicité Autres frais administratifs Total des charges administratives Total des charges liées aux prestations Résultat d exploitation (correspond à l EBIT) Résultat financier et autres résultats Total du résultat financier (avant évolution du fonds de fluctuation des titres) Total autres résultats Résultat avant les mouvements de fonds et du capital Évolution de fonds affectés à un but précis ( = augmentation / + = diminution) Évolution du capital de l organisation ( = augmentation / + = diminution) Résultat après les mouvements de fonds et du capital 0 0 Le rapport financier détaillé est publié sur notre site : 24

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat Habitat L Almanach social, qu est-ce que c est? La première partie de l Almanach est consacrée aux développements sociopolitiques qui ont eu lieu l an passé. Le développement économique est évalué dans

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Parrainez une fille, investissez dans son avenir.

Parrainez une fille, investissez dans son avenir. photos - Roger Job - Plan Comme Marie Gillain, parrainez une fille avec PLAN! «Grâce à ma filleule, j ai été le témoin privilégié des actions de PLAN sur le terrain. À travers ses yeux, j ai réalisé que

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Banques actives au niveau suisse

Banques actives au niveau suisse La version allemande fait foi. ABS Alternative Bank Schweiz Lebergasse 17, 4601 Olten Tél. 062 206 16 16 www.abs.ch Chez ABS chaque crédit est un écocrédit (crédits d entreprise, d investissement et hypothèques).

Plus en détail

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE

TNS. BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA FORCE 15/01/10-08:01 - Page 1/3 Ref. Doc. : 2500-4318690-8 A : Service de presse / VEOLIA ENVIRONNEMENT Mot-Clé : VEOLIA BFM LE GRAND JOURNAL Le 14/01/2010 20:17:51 Invité : Thierry VANDEVELDE, fondateur VEOLIA

Plus en détail

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire

La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire La plateforme de micro-dons du CCFD-Terre solidaire DOSSIER DE PRÉSENTATION S o m m ai r e SolidaireVille, plateforme innovante de micro-dons. Une première!...3 Des projets au service du développement

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES

FACTSHEET HAITI DEUX ANS APRES HAITI DEUX ANS APRES Les actions de la Commission européenne pour reconstruire le pays Janvier 2012 Table of contents 1 L aide de l UE en bref 3 2 L aide humanitaire de la Commission européenne à Haïti.

Plus en détail

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres

L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES. Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres L de l IDA PARITÉ HOMMES-FEMMES Le Fonds de la Banque mondiale pour les plus pauvres Promotion de l égalité des sexes

Plus en détail

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance

Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance SUPSI Lugano, 12 mai 2014 Réforme de la fiscalité des entreprises III: faire d un défi une chance Vincent Simon Responsable de projets La Suisse est attractive pour les groupes étrangers Quartiers-généraux

Plus en détail

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE

SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE SEISME EN HAITI, 6 MOIS APRES BILAN DES ACTIONS DE CARE L intervention d urgence Au 29 juin, CARE continue de concentrer ses activités d urgence sur trois secteurs géographiques: Pétion-ville, Carrefour,

Plus en détail

Investir dans le Royaume de Dieu

Investir dans le Royaume de Dieu Investir dans le Royaume de Dieu Alliance-CH SA -2 mai 2013 Présentation: Kurt BUEHLMANN, président du CA Olivier de TRIBOLET, membre du CA 1 Quel est le rôle d Alliance-CH SA? Développement de stratégies

Plus en détail

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR

JORDANIE. Personnes relevant de la compétence du HCR RAPPORT GLOBAL 2012 JORDANIE Présence du HCR en 2012 Nombre de bureaux 1 Effectifs totaux 222 Internationaux 23 Nationaux 77 JEA 3 VNU 7 Autres 112 Faits marquants Aperçu L environnement de protection

Plus en détail

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino

Les entreprises paient avec un retard de 19,3 jours la morale de paiement en berne à cause de l effet domino Statistiques des comportements de paiement: le comporte Statistiques des comportements ment de paiement: de paiement le comportement des de entreprises en Suisse 4 ème trimestre et perspectives 2009 Editeur:

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Banques alimentaires Canada Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Janvier 2012 Stimuler le secteur caritatif au Canada

Plus en détail

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011

La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Dossier de presse 09 mai 2011 La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat d entreprise 2011 Communiqué de Presse La Fondation Schneider Electric reçoit l Oscar ADMICAL du Mécénat

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Rénover son bâtiment Mode d emploi

Rénover son bâtiment Mode d emploi Un Article de presse de Fribourg, le 31 mai 2010 Rénovation, énergie solaire : comment bien faire et quel financement? Rénover son bâtiment Mode d emploi En Suisse, près de deux millions de bâtiments,

Plus en détail

7. Immobilier. 7.1 Recherche de la propriété adéquate.

7. Immobilier. 7.1 Recherche de la propriété adéquate. 7. Immobilier. Si l offre d immeubles commerciaux est importante en Suisse, les logements sont, comme dans d autres pays, une denrée rare, surtout dans les grands centres internationaux. L Internet et

Plus en détail

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Comment lutter pour vos droits le Centre pour les droits à l égalité au logement (CERA) et le Centre de défense des droits sociaux LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Cette brochure

Plus en détail

Hiver 2010-2011, 50 à 70 convives chaque soir

Hiver 2010-2011, 50 à 70 convives chaque soir SOUPE DE NUIT 20 ans déjà... Hiver 2010-2011, 50 à 70 convives chaque soir Hiver 2010-2011, + de 14.000 repas servis 100-120 bénévoles 7 équipes 7 jours sur 7 1er Décembre 2011 au 31 Mars 2012 C est quoi?

Plus en détail

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général

Personnel. Composition de l effectif du Secrétariat de l Agence. Rapport du Directeur général L atome pour la paix Conseil des gouverneurs Conférence générale GOV/2015/46-GC(59)/16 19 août 2015 Réservé à l usage officiel Point 8 b) i) de l ordre du jour provisoire du Conseil des gouverneurs (GOV/2015/43)

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

Plan d orientations stratégiques 2012-2016

Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Plan d orientations stratégiques 2012-2016 Agence Française de Développement Établissement public, l Agence Française de Développement (AFD) agit depuis soixante-dix ans pour combattre la pauvreté et favoriser

Plus en détail

POUR UN SPORT SUISSE DYNAMIQUE

POUR UN SPORT SUISSE DYNAMIQUE POUR UN SPORT SUISSE DYNAMIQUE 1 AU SERVICE DU SPORT SUISSE En sa qualité de promoteur n 1 du sport suisse, la Société du Sport-Toto (SST) assume une précieuse mission du point de vue économique et social

Plus en détail

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE

LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE LE CONGÉ SOLIDAIRE DEUX SEMAINES POUR AGIR AU SERVICE DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE Renforcer l'autonomie des populations et la protection de leur environnement le partenariat continu pour apporter un

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

LE PROJET. Enfants du Jardin d Enfants

LE PROJET. Enfants du Jardin d Enfants CONSTRUCTION ET ENTRETIEN DU VILLAGE D ENFANTS SOS A SAVANNAKETH, LAOS BENEFICIAIRES : VILLAGE 150 ENFANTS, JARDIN D ENFANTS 60 ENFANTS, CENTRE SOCIAL 60 ENFANTS PROJET SOUTENU PAR LE MINISTERE DE LA COOPERATION

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 COMMUNIQUE DE PRESSE Saint-Denis, le 4 mars 2014 Aider les plus démunis à rester connectés Connexions Solidaires ouvre à Saint-Denis Grâce au soutien de la Mairie, du Centre Communal d Action Sociale (CCAS)

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Vous avez trouvé refuge en Suisse et vous voulez déposer une demande d asile. L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR a

Plus en détail

Portrait de l entreprise Bedag Informatique SA

Portrait de l entreprise Bedag Informatique SA Portrait de l entreprise Bedag Informatique SA Qui est Bedag Informatique SA? Affichant un chiffre d affaires dépassant les 100 millions de francs, Bedag est une entreprise de prestations informatiques

Plus en détail

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative

La société de coopérative de fabrication de. chicouangue. A besoin de vous. présentation de la coopérative La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative 1 2 La société de coopérative de fabrication de chicouangue A besoin de vous présentation de la coopérative

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP

6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP 6.06 Prévoyance professionnelle (PP) Obligation de s affilier à une institution de prévoyance conformément à la LPP Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref La prévoyance professionnelle constitue le 2 e pilier

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT.

LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. LE SECOURS CATHOLIQUE EN CORREZE C EST D ABORD DE L ACCUEIL POUR ROMPRE LA SOLITUDE ET L ISOLEMENT. I Des permanences d accueil et des visites à domicile Toutes les équipes de Corrèze assurent des permanences

Plus en détail

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005

URGENCE ASIE DU SUD. Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 INFORMATION PRESSE URGENCE ASIE DU SUD Point sur les actions UNICEF au 25 février 2005 A ce jour, l'unicef France a fait parvenir un total de 40 millions d'euros en Asie du Sud. Le dernier envoi, d'un

Plus en détail

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe

Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Les critères de qualité pour le placement de jeunes Au Pair : Une initiative allemande comme exemple pour l Europe Barbara Wurster Chef du service Politique européenne de la jeunesse Ministère fédéral

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Règlement de placement de l EPER

Règlement de placement de l EPER Règlement de placement de l EPER Entraide Protestante Suisse Le texte allemand fait foi. 1. Principes généraux Les moyens financiers mis à disposition par les donatrices et donateurs ainsi que par les

Plus en détail

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel

Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Assurance militaire Personnes assurées à titre professionnel Vos agences régionales Suva Assurance militaire Suva Genève Assurance militaire Rue Ami-Lullin 12, case postale 3949, 1211 Genève 3, tél. 022

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage

L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Document de base de l'initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation L école doit être redéfinie comme un lieu de vie et d apprentissage Impressum Éditeur Initiative des villes

Plus en détail

Fiche 7: Privatisation et eau

Fiche 7: Privatisation et eau De nos jours, la sauvegarde et le contrôle de l eau sont des enjeux qui donnent lieu à de multiples débats à l échelle planétaire. Maintenant que la ressource diminue, on se demande à qui elle appartient,

Plus en détail

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel.

Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. Rapport annuel 2011. Helvetia Prisma Fondation collective de prévoyance du personnel. 2 011 Tout simplement. Contactez-nous. T 058 280 1000 (24 h), www.helvetia.ch Sommaire. 3 Portrait 4 Comptes annuels

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA Remarque : Les termes désignant des personnes s appliquent indistinctement aux femmes et aux hommes. Art. 1 DENOMINATION ET SIEGE Sous la dénomination CARITAS JURA(ci-après

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières

DOSSIER DE PRESSE. Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières DOSSIER DE PRESSE Améliorer l hébergement des plus défavorisés : Un plan triennal pour réduire le recours aux nuitées hôtelières Paris, le mardi 3 février 2015 Contact presse Ministère du Logement, de

Plus en détail

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011

Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Nations Unies Haut Commissariat aux Droits de l Homme, réf: NVebU mes 2011 Initiatives montrant des bonnes pratiques ainsi que des pratiques efficaces dans l adoption d une approche fondée sur les droits

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1

Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 Initiative socialiste pour des impôts équitables Commentaires Bernard Dafflon 1 L initiative socialiste pour des impôts équitables soulève des discussions souvent quérulentes entre défenseurs de l initiative

Plus en détail

au Cambodge et aux Philippines

au Cambodge et aux Philippines Nos centres scolaires et foyers d accueil pour bâtir des hommes au Cambodge et aux Philippines L enfant que nous aidons aujourd hui sauvera son pays demain Qui sommes-nous? Notre vision Face la souffrance

Plus en détail

Ce chapitre offre un aperçu du processus de

Ce chapitre offre un aperçu du processus de Identification des be Introduction Ce chapitre offre un aperçu du processus de planification qui sert à déterminer les besoins des réfugiés, des apatrides et des autres personnes relevant de la compétence

Plus en détail

Rapport annuel 2013 Fédération Suisse des Casinos

Rapport annuel 2013 Fédération Suisse des Casinos Rapport annuel 2013 Fédération Suisse des Casinos Fédération Suisse des Casinos Tel. 031 332 40 22 Effingerstr. 1 info@switzerlandcasinos.ch Boîte postale 593 www.switzerlandcasinos.ch 3000 Berne 7 - 2-1.

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Fonds de secours des employés Demande de bourse

Fonds de secours des employés Demande de bourse Fonds de secours des employés Demande de bourse Le fonds de secours des employés de MeadWestvaco a été établi pour répondre aux besoins immédiats des employés éligibles pendant les premières semaines cruciales

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

La Suisse en chiffres.

La Suisse en chiffres. ab Edition 2014 / 2015 Emplois selon la division économique en 20 8 La Suisse en chiffres. Emplois par secteur Emplois dans l industrie en % UBS Partenaire de Suisse Tourisme Primaire Agriculture 12 Secondaire

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Service de presse 4 23 avril 2015

Service de presse 4 23 avril 2015 Service de presse 4 23 avril 2015 Appel de Caritas pour un engagement humanitaire plus fort de la Suisse Passez des déclarations aux actes! Hugo Fasel Augmentation des chômeurs en fin de droit Les personnes

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social E/ECE/1478/Rev.1 Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais, français, russe Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève,

Plus en détail

CATHERINE SCHUMPERLI YOUNOSSIAN

CATHERINE SCHUMPERLI YOUNOSSIAN CATHERINE SCHUMPERLI YOUNOSSIAN Chargée d enseignement INSTITUT DE HAUTES ETUDES INTERNATIONALES ET DU DEVELOPPEMENT Publications éditées entre 1991 et 2007 (décembre) Ouvrage La politique suisse de solidarité

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

Crédit. Prêt personnel Plus Gagner en flexibilité

Crédit. Prêt personnel Plus Gagner en flexibilité Crédit Prêt personnel Plus Gagner en flexibilité Forgez-vous des plans particuliers que vous souhaitez réaliser dans un futur proche? Si vous avez besoin d une plus grande marge de manœuvre financière,

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise

Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Devenir partenaire de la Croix-Rouge vaudoise Un lien réel de solidarité et une véritable opportunité d améliorer la vie collective Premier de cordée Mesdames, Messieurs les Dirigeants d Entreprises,

Plus en détail

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage.

Best practice. Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall. pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage. Best practice Rapport de Thomas Eigenmann, ERR Raumplaner, St-Gall pour la fondation assurer l avenir des gens du voyage Sommaire 1 Quelques aires exemplaires 2 Procédure pour la création de nouvelles

Plus en détail

MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE

MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE MOBILISEZ VOS COLLABORATEURS POUR UNE JOURNEE DE VOLONTARIAT SOLIDAIRE 1 Unis-Cité vous propose de concevoir, organiser et animer des Journées d Action Solidaire pour vos salariés Fédérez vos salariés

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Commission des finances

Commission des finances Autorité internationale des fonds marins ISBA/21/FC/5 Commission des finances Distr. limitée 4 juin 2015 Français Original : anglais Vingt et unième session Kingston (Jamaïque) 13-24 juillet 2015 État

Plus en détail

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire

Les problèmes de politisation. Comprendre. l Indice de réponse humanitaire Les problèmes de politisation Comprendre l Indice de réponse humanitaire 2010 Les donateurs sont essentiels / Les donateurs jouent un rôle essentiel lorsqu il s agit de garantir que l aide parvienne aux

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI. Un message de la Présidente-Directrice Générale

RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI. Un message de la Présidente-Directrice Générale RÉPONSE AU TREMBLEMENT DE TERRE EN HAÏTI BILAN DES CINQ ANS JANVIER 2015 Un message de la Présidente-Directrice Générale Cinq années après le tremblement de terre mortel qui a dévasté Haïti, des millions

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu

daycare 2012 Un jour pour notre avenir Sous le patronage de www.daycare.lu daycare 2012 PwC / CARE Sous le patronage de Un jour pour notre avenir Madame Mady Delvaux-Stehres, Ministre de l Éducation nationale et de la Formation professionnelle Monsieur Nicolas Schmit, Ministre

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

L AIDE humanitaire d urgence solidarité, compétences, partenariats

L AIDE humanitaire d urgence solidarité, compétences, partenariats L AIDE humanitaire d urgence solidarité, compétences, partenariats Édito Waterforce Notre philosophie d action 3 principes essentiels Nos zones d intervention Un réseau unique qui ne cesse de démontrer

Plus en détail

Séminaire romand pour cadres d INSOS. Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap?

Séminaire romand pour cadres d INSOS. Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap? Séminaire romand pour cadres d INSOS Réinventer les institutions pour personnes en situation de handicap? Du 25 au 27 novembre 2015 Séminaire INSOS Les institutions pour personnes en situation de handicap

Plus en détail

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau

PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX. Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau PLEINS FEUX SUR DES CONSEILS JUDICIEUX Evelyn Jacks, Présidente, Knowledge Bureau ORDRE DU JOUR Statistiques Difficultés Évaluation Rôles des intervenants Finances Mesures fiscales Exécution : planification

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection

TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé. Groupe de la protection TERMES DE RÉFÉRENCE Jeune Expert Associé INFORMATIONS GÉNÉRALES Termes de référence créés/mis à jour le 13 janvier 2015 Titre Secteur Lieu d affectation (ville, pays) Durée de l affectation Juriste associé

Plus en détail

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008)

Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Couverture du risque maladie dans les pays en développement: qui doit payer? (Paris, 7 mai 2008) Excellences, Chers collègues, Mesdames et Messieurs, Chers amis, Quelles méthodes, quels instruments pour

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail