CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE RAPPORT ACCÈS A L EXPERTISE TRANSFRONTIÈRE EN MATIÈRE PÉNALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPÉENNE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE RAPPORT ACCÈS A L EXPERTISE TRANSFRONTIÈRE EN MATIÈRE PÉNALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPÉENNE"

Transcription

1 CONSEIL NATIONAL DES COMPAGNIES D EXPERTS DE JUSTICE RAPPORT ACCÈS A L EXPERTISE TRANSFRONTIÈRE EN MATIÈRE PÉNALE DANS LES PAYS DE L UNION EUROPÉENNE AGIS 2005 Avec le soutien financier du programme AGIS Commission Européenne Direction Générale Justice, Liberté et Sécurité Juin 2007

2 1 SOMMAIRE Page INTRODUCTION... 2 CHAPITRE 1 - ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES EXPERTALES... 6 CHAPITRE 2 - RÉSUMÉ DES PROPOSITIONS ÉMANANT DE L ENQUÊTE CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS DE L ÉTUDE ANNEXES... 21

3 2 INTRODUCTION Le programme AGIS de la Commission Européenne adopté le 22 juillet 2002 a pour objet de favoriser les coopérations policière, douanière et judiciaire en matière pénale et de soutenir les efforts des praticiens en vue de contribuer au développement de la politique européenne dans ce domaine. Dans ce cadre la Fédération Nationale des Compagnies d Experts inscrits près les Cours d appel et les juridictions administratives devenue par changement de dénomination le Conseil National des Compagnies d Experts de Justice (CNCEJ) a soumissionné pour obtenir une subvention en vue de «réfléchir sur les besoins en matière d expertise judiciaire et mise en place de projets à l échelle de l Union pour faciliter le recours à l expertise, en particulier dans les dossiers ayant des incidences dans plusieurs Etats membres» (art. III 1.1.g du programme AGIS). Faisant suite à la signature d une convention de subvention en date du 27 juillet 2006, le CNCEJ a provoqué des réunions de travail avec, d une part les magistrats de liaison en fonction au Ministère de la Justice à Paris, d autre part avec de nombreuses associations d experts en Europe dont certains font partie d EuroExpert.

4 3 Ces associations sont situées dans 12 Etats dont deux entrés récemment dans l Union Européenne : l'allemagne, l Autriche, la Belgique, l Espagne, la France, la Hongrie, l'irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque et le Royaume-Uni (Angleterre et Pays de Galles). L'étude couvre ainsi près de la moitié des Etats de l'union Européenne. Elle focalise davantage ceux qui ont les plus anciennes pratiques en matière de coopération, ce qui est d abord apparu le plus pertinent, au moins dans un premier temps. C est ainsi qu il a été procédé à un recensement des ressources en matière expertale dans ces Etats, en examinant notamment l'existence ou non de liste d'experts, les modes de désignation de ceux-ci, leur recrutement, leur statut, Puis, l étude a recherché comment un expert relevant d'un Etat pourrait intervenir, à la demande d'un juge d'un autre Etat, sur une question de fait à caractère international. En particulier : comment cet expert pourrait bénéficier de l'autorité et des pouvoirs nécessaires pour mener à bien sa mission et selon quelles règles de procédure? Sous quelles formes et selon quelles modalités devrait-il en rendre compte et notamment dans quelles langues? Ces travaux ont été menés également par voie d'enquête dans les 12 pays retenus. Ils ont permis d'identifier des problématiques, de recueillir des suggestions, de les regrouper et de les analyser afin d élaborer des recommandations.

5 4 Les questions posées à ces associations étaient les suivantes : 1. Quels seront les souhaits et besoins en matière de langue? 2. Qui désigne les experts dans chaque pays? 3. Quels sont les critères de sélection et d inscription sur une liste officielle? Quel en est le processus? 4. Quelle est la durée d une inscription sur une liste d un expert? 5. À qui l expert doit-il rendre son rapport? 6. Qui est responsable pour la discipline des experts et qui peut engager une éventuelle procédure disciplinaire? 7. De quelle autorité un Expert Judiciaire Européen aura-t-il besoin? 8. Autres commentaires? 9. Divers. En annexe au présent rapport, se trouvent les contributions écrites des associations interrogées, à savoir : Page pour la France : le CNCEJ (avec ses règles de déontologie) EuroExpert (association regroupant 8 associations d experts) pour l Autriche (A) : le Hauptverband pour la Belgique (B): la FEBEX pour la République Tchèque (CZ) : la Chambre des Experts pour l Allemagne (D) : le Bundesverband Royaume-Uni (pour l Angleterre et le Pays de Galles) (GB) : l «Academy of Experts» pour la Hongrie (H) : l association Magyar d experts... 70

6 5 pour l Irlande (IRL) : la Touche Bonde Solon pour le Luxembourg (L) : la Chambre des Experts pour les Pays-Bas (NL) : le Registre des Experts pour le Portugal (P) : l Associação Portuguesa de Avaliadores de Engenharia Le plan du présent rapport basé sur les réponses aux questions posées tant aux juges qu aux experts, est le suivant : état des lieux des pratiques expertales dans 12 pays de l Union Européenne, résumé des propositions émanant de l enquête, conclusion et propositions.

7 6 CHAPITRE I ETAT DES LIEUX DES PRATIQUES EXPERTALES Sur le tableau, ci-après, résumant les réponses aux questions posées, se trouvent, synthétisées aux articles 2 à 6, les pratiques expertales dans 12 pays de l Union Européenne. Ces réponses appellent les commentaires suivants. Tous les pays font appel à des techniciens pour éclairer le juge sur des questions de fait. Les pratiques expertales se divisent en deux groupes selon qu elles s exercent dans les pays de droit romano-germanique ou les pays de la Common law. Dans les pays de droit romano-germanique en effet, l expert est l expert du juge (ce qui ne fait en général pas obstacle à ce que les parties soient elles-mêmes assistées par des experts conseils privés) ; la plupart des techniciens qui se proposent pour pratiquer l expertise judiciaire sont soumis à un processus de sélection plus ou moins rigoureux selon les Etats, avec pour certains une obligation de formation à la procédure, à la suite de quoi leur nom figure sur une liste régionale ou nationale, ou reste porté de façon plus ou moins informelle à la connaissance des juges.

8 7 Dans les pays du Common Law, l Expert est généralement nommé par les parties. Le célèbre cas anglais du Ikarian Reefer a établi des critères pour les Experts qui ont été adoptés par beaucoup de pays dans le monde, ayant comme source juridique la Common Law. Ces critères ont été incorporés dans le Décret sur la Procédure Civile qui s applique au tribunal civil en Angleterre et au Pays de Galles. Ceci inclut, les obligations d être impartial et objectif. Dans les règlements de procédures criminelles qui s appliquent en Angleterre et au Pays de Galles (et de la même manière qu au civil) un Expert a le devoir d aider le tribunal à atteindre son objectif primordial de traiter les dossiers avec justice, en fournissant un avis objectif et impartial sur des sujets dans son domaine d expertise et ceci est un devoir qui dépasse tout autre devoir, qu il doit à la personne qui l a instruit ou qui le rémunère. Il doit être noté que dans des affaires criminelles, l autorisation spécifique et préalable du tribunal pour qu une partie nomme un Expert (comme cela est requis dans le civil) n est pas requise. Les experts inscrits peuvent intervenir en consultation privée auprès des parties, en respectant des règles de déontologie du type de celles élaborées par EuroExpert (code of practice) et applicables aux experts membres d associations affiliées à EuroExpert ; ces règles ne sont pas différentes, quoique sous une forme condensée, de celles élaborées par le CNCEJ pour les experts en France.

9 8 Ces règles de déontologie constituent un dénominateur commun du corps expertal dans les différents pays de l Union. Celles-ci reposent sur des exigences d objectivité, d indépendance, d impartialité et de compétence, dans le prolongement des règles du procès équitable au sens de la Convention Européenne des Droits de l Homme. Un autre dénominateur commun réside dans la nécessité qu ont ressentie les experts judiciaires de se regrouper en associations pour, notamment, assurer une meilleure formation (initiale et continue) de leurs membres et être l interlocuteur des institutions judiciaires. Dans certains pays, comme la France, les associations sont consultées pour l inscription sur les listes et plus généralement pour l amélioration des textes relatifs à la procédure expertale et au statut de l expert.

10 9 Question France Allemagne Autriche Belgique République Tchèque 1 Français Rapport en Français et traduit par un traducteur assermenté + Anglais Langue natale plus Traduction + autre Langue Langue du Tribunal concerné et une autre Langue majeure Euro Langue du Tribunal concerné et Traduction si nécessaire Tchèque + Anglais 2 (1) (a)liste Officielle (b) Tribunal 3 Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité Choix Judiciaire Haute Compétence (a) Pas de Liste Officielle (b)experts Assermentés Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité Experts Assermentés Haute Compétence (a) Pas de Liste Officielle (b)experts Assermentés Impartialité, indépendance intégrité et Objectivité Experts Assermentés Haute Compétence (a) Pas de Liste Officielle (b) Tribunal ou Procureurs Impartialité, indépendance intégrité et Objectivité 5 ans Experience + norme ISO EN De préférence Cas par Cas (a) Pas de Liste Officielle (b) Tribunal Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité Choix Judiciaire Haute Compétence 4 2 ans 3 ans 5 ans puis 5 ans puis 5 ans puis 10 ans 5 Tribunal Tribunal Tribunal Tribunal Tribunal 6 Tribunal/ Procureur/ Assoc. Professionnelle Tribunal/ Procureur/ Assoc. Professionnelle Tribunal/ Procureur/ Assoc. Professionnelle Tribunal 7 Tribunal Tribunal Tribunal Tribunal État Pas de limite de temps Tribunal/ Ministère de la Justice 8 Pouvoirs Rogatoires/ Ordre Judiciaire Européen pour un Expert Toute autorité nécessaire mais pas d investigation sans l approbation du Tribunal Cela dépend Rogatoire/ pouvoirs d investigation 9 Code Commun Art 6 Conformité. Exécution rapide Qui paye les honoraires de l Expert Vérification Indépendante des standards par des organismes Professionnels (1) Les réponses (a) sont relatives à l existence d une Liste Officielle d Experts dans laquelle les Juges pourront choisir un Expert. Les réponses (b) répondent à la question de qui nomme un Expert.

11 10 Question Irlande Angleterre Hongrie Luxembourg Pays-Bas Portugal 1 Anglais & Traduction (a) Pas de Liste 2 (1) Officielle 3 (b) Parties Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité Choix Judiciaire Haute Compétence Langue du Tribunal concerné et Traduction si nécessaire (a) Pas de Liste Officielle (b) Parties (avec la permission du Tribunal) Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité Choix Judiciaire Haute Compétence Langue natale + Traduction (a)liste Officielle (b) Tribunal Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité + 5 Ans + Adhésion à la Chambre; Haute Compétence Français + Allemand+ Anglais (a) Pas de Liste Officielle (b) Tribunal Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité + Diplôme + Haute Compétence Langue natale + Anglais+ Traduction (a) Pas de Liste Officielle (b)procureur Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité + CPD compliance Haute Compétence Portuguais+ Traduction. Anglais (a) Pas de Liste Officielle (b) Tribunal ou Parties Impartialité, indépendance, intégrité et Objectivité Haute Compétence 4 Cas par Cas Cas par Cas 5 ans Cas par Cas Cas par Cas Cas par Cas 5 Parties Parties Procureur/ Procureur/ Tribunal directe-ment Tribunal Tribunal (?) et d autre part envers le Tribunal 6 Organisation Professionnel le peut être initiée par les observations des tribunaux Ministère de la Justice Tribunal Tribunal/ Assoc. Professionnel le Tribunal 7 Aucun Ministère Tribunal Tribunal Tribunal 8 Aucun Reconnaissance mutuelle entre les États pour l expertise Carte d Expert Européen nécessaire 9 Veillez sur la convergence des Droits Communs et Droit Romano Germanique Mandat national et européen Présomptions Judiciaires devraient être autorisées dans des cas de non coopération avec un expert EuroExpert devrait répondre à cette question (1) Les réponses (a) sont relatives à l existence d une Liste Officielle d Experts dans laquelle les Juges pourront choisir un Expert. Les réponses (b) répondent à la question de qui nomme un Expert.

12 11 CHAPITRE II RÉSUMÉ DES PROPOSITIONS ÉMANANT DE L ENQUÊTE L'analyse des réponses au questionnaire émanant de l enquête de chaque association, montre qu elles sont fonction du droit applicable dans le pays concerné. 1. LA LANGUE Plusieurs associations pensaient que le rapport doit être écrit par l Expert dans la langue de la juridiction, qui l a nommé. Cependant, fréquemment ceci sera impossible et alors il devra être traduit par un traducteur assermenté compétent. Certains ont suggéré, qu il peut être utile qu un Expert ait un niveau d anglais oral pour des besoins de communication générale avec un juge étranger de la même façon que les pilotes d avion et les commandants de navires. Certains pays insistent sur les précautions à prendre pour que la traduction ne dénature pas la pensée de l expert notamment dans des matières techniques pointues et sur le coût supplémentaire consécutif à la traduction. Les experts irlandais estiment pour leur part que l avis de l expert aurait plus de poids s il était rédigé en anglais.

13 12 2. LE STATUT ET LES CONDITIONS D INTERVENTION Les réponses développent divers aspects pratiques pour qu un expert puisse accomplir sa mission dans les meilleures conditions possibles. Le «Registre Hollandais» (association d experts aux Pays Bas) estime qu une certaine forme de carte d identité européenne d expert serait utile. L'association de la République Tchèque a suggéré qu'on devrait accorder à un "expert" l'autorité d'un fonctionnaire de justice (agent gouvernemental). L Academy of Experts (juridictions d Angleterre et des Pays de Galles) estime que, jusqu à ce qu il soit donné une définition de «l expert judiciaire européen», il ne serait pas convenable d aller plus avant dans des propositions qui, en tout état de cause, devraient tenir compte des deux systèmes de droit existant dans les pays de l Union ne prenant en considération leur convergence Le CNCEJ (France) a proposé le recours à une «commission rogatoire européenne» ou un «ordre européen de justice» adressé à l expert ce qui lui permettrait de mener à bien sa mission sans encombre et au besoin sous la protection de Police, l expert étant choisi sur une nomenclature des rubriques expertales commune à tous les pays.

14 13 Des commissions rogatoires existent déjà pour les Juges et pour la Police à un niveau international et les experts français pensent que celles-ci pourraient être étendues aux Experts Judiciaires Européens. Un juge hollandais, à propos d une question de procédure, a proposé que si un expert se heurte à une difficulté de coopération de l une ou des parties qu il doit entendre, cet expert le signale de façon explicite dans son rapport en indiquant les questions qu il souhaitait poser et les motifs du refus qui lui a été, le cas échéant, opposé, afin de permettre au juge d en tirer toutes conséquences. 3. L ÉTHIQUE ET LA COMPÉTENCE DES EXPERTS L'association allemande (BVS) suggère qu'à un niveau européen d'expertise, les experts se conforment aux normes minima d'«euroexpert» particulièrement à son «Code de Déontologie». L'association de la République Tchèque propose que la vérification des capacités de l'expert soit effectuée par une association professionnelle afin de garantir le respect des normes. La Chambre hongroise des Experts Judiciaires qui regroupe des techniciens de toutes spécialités professionnelles précise que pour être enregistré en qualité d Expert Judiciaire, il faut adhérer obligatoirement à la Chambre. Le CNCEJ de la France a considéré que les experts européens devraient avoir un code de Déontologie commun afin d'assurer

15 14 l'objectivité, l'indépendance et l'impartialité de tous les experts. Ce serait conforme à l'article 6 de la Convention Européenne des Droits de l'homme. Pour le CNCEJ, l'expert doit avoir une expérience professionnelle reconnue et doit respecter les conditions du procès équitable. 4. DIVERS L'association belge (ABEX) propose que ce soit le Ministère de la Justice du pays dont est issue la procédure qui règle l état des frais et honoraires de l experts. L association luxembourgeoise considère aussi que le pays demandeur doit supporter le coût de la mesure d instruction et qu il devrait verser à l expert une avance sur les frais. Nota Pour plus de détail sur les réponses résumées ci-dessus, il est possible de se reporter aux annexes du rapport, celles-ci comprenant entre autres le «code of practice» d EuroExpert, les règles de déontologie du CNCEJ ainsi qu un profil de chaque association nationale.

16 15 CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS DE L ÉTUDE Les réflexions et études qui ont été menées sur l accès à l expertise transfrontière en matière pénale dans les pays de l Union Européenne conduisent la CNCEJ à faire des propositions aux divers stades de la procédure expertale : - choix de l expert, - décision et mission, - exécution de la mission, - rapport et suite de l expertise. Plusieurs associations ont déclaré qu un accord préalable sur la définition d un Expert Judiciaire Européen était essentiel. Le CNCEJ estime cependant qu il est possible, sans procéder à cette définition, de procéder à des règles pratiques relevant de la coopération entre Etats, telles que celles développées ci-après car laissant ouverte la question de principe de l expert européen. Cependant l'adoption d'un Code de Déontologie comme présenté par l'association Allemande et existant pour les membres d'euroexpert sous une forme simplifiée et plus complète pour la CNCEJ devrait faire l'objet d'une étude spécifique ultérieure qui sera un élément de la définition de l'expert Judiciaire Européen.

17 16 1. CHOIX DE L EXPERT Un magistrat d un pays ne sera en mesure d identifier un expert d une technique particulière dans un autre pays de l Union Européenne que si et seulement si chaque pays adopte une nomenclature des rubriques expertales commune au sein de l Union, nomenclature du type de celle proposée ci-après. A AGRICULTURE AGRO-ALIMENTAIRE ANIMAUX FORÊTS A.1. Agriculture A.2. Agro-alimentaire A.3. Aménagement et équipement rural A.4. Animaux autres que d élevage A.5. Aquaculture A.6. Biotechnologies A.7. Élevage A.8. Horticulture A.9. Neige et avalanche A.10. Nuisances, pollutions agricoles et dépollution A.11. Pêche-chasse-faune sauvage A.12. Sylviculture A.13. Viticulture et oenologie A.14. Santé vétérinaire B ARTS, CULTURE, COMMUNICATION ET MÉDIAS B.1. Écritures B.2. Généalogie B.3. Objets d art et de collection B.4. Productions culturelles et de communication B.5. Propriété artistique B.6. Sport

18 17 C BÂTIMENT TRAVAUX PUBLICS GESTION IMMOBILIÈRE C.1. Bâtiment C.2. Equipements du bâtiment C.3. Génie civil - VRD C.4. Travaux publics C.5. Topométrie C.6. Gestion immobilière D ÉCONOMIE ET FINANCE D.1. Comptabilité D.2. Evaluation d entreprise et de droits sociaux D.3. Finances D.4. Gestion d entreprise D.5. Gestion sociale (conflits sociaux) D.6. Fiscalité E INDUSTRIES E.1. Électronique et informatique E.2. Énergies et utilités E.3. Pollution E.4. Mécanique E.5. Métallurgie E.6. Produits industriels E.7. Transport (matériel) E.8. Transport (usage et usagers) E.9. Propriété industrielle F SANTÉ F.1. Médecine F.2. Psychiatrie F.3. Chirurgie F.4. Imagerie médicale et biophysique F.5. Biologie médicale et pharmacie F. 6. Odontologie (chirurgie dentaire) F.7. Psychologie F.8. Sages-femmes et auxiliaires médicaux

19 18 G MÉDECINE LÉGALE, CRIMINALISTIQUE ET SCIENCES CRIMINELLES G.1. Domaine médico-judiciaire spécialisé G.2. Investigations scientifiques et techniques G.3. Armes Munitions - Balistique H INTERPRÉTARIAT TRADUCTION H.1. Interprétariat H.2. Traduction H.3. Langues des signes et langage parlé complété Sur les listes nationales établies selon cette nomenclature devrait figurer à côté du nom et des références la mention des langues dont il maîtrise la pratique en distinguant : lu, parlé et écrit. La question s'est posée de savoir s'il fallait aller plus loin en dressant non pas des listes par Etat mais une liste unique commune à tous les Etats de l'union. Cette proposition apparaît aujourd'hui prématurée. Elle nécessiterait en effet la définition d un statut de l expert européen pouvant agir transfrontière. En outre la constitution d une telle liste et sa mise à jour entraînerait des contraintes administratives lourdes. En revanche, l existence de listes nationales, dans une nomenclature commune, et dont l établissement et la gestion seraient confiés à chaque Etat membre permet, sans lourdeur excessive, de répondre au besoin exprimé.

20 19 2. DÉCISION ET MISSION Avant de désigner l'expert pressenti, il apparaît quasi indispensable que le juge prenne contact avec lui pour connaître ses disponibilités et vérifier si la mission qu'il envisage de lui confier correspond bien à ses compétences. La décision du juge devrait faire l objet d une «Commission rogatoire européenne» (ou «Ordre de justice européen») rédigée dans la langue du pays du juge et traduite dans celle du pays de l expert par un traducteur assermenté. Cette décision, outre la mission technique donnée à l expert pour la recherche des preuves et l étude des faits, devrait impartir un délai et fixer une provision à valoir sur le montant des frais et honoraires de l expert en précisant le débiteur de cette somme. 3. EXÉCUTION DE LA MISSION La «Commission rogatoire» ou l «Ordre de justice européen» devrait permettre à l expert d instrumenter et de remplir sa mission. Il subsiste la question des règles de procédure applicables par l expert : celles de son pays ou celles de l Etat du juge commettant? Le CNCEJ (France) propose de retenir la procédure applicable dans le pays de l expert désigné car l on voit mal comment un expert d un Etat de droit romano-germanique pourrait connaître et donc agir en respectant la Common law par exemple et vice-versa.

21 20 4. RAPPORT ET SUITE DE L EXPERTISE Le CNCEJ propose que le rapport devait être rédigé dans la langue de l expert commis et traduit par un traducteur dans la langue du juge commettant, traducteur désigné par le juge commettant et devant être assermenté et présenter la compétence nécessaire pour traduire fidèlement des rapports techniques utilisant un langage spécialisé. Une proposition pourrait être de retenir un traducteur interprète lui-même expert judiciaire. C est à ce stade que doit être formulée une recommandation complémentaire au sujet de la langue. En effet, s il est nécessaire que les décisions et rapports soient rédigés dans la langue du pays commettant d une part et de l expert d autre part, et il serait bon que l expert ait une bonne connaissance de l anglais. Dans l hypothèse où le rapport ferait l objet d un débat en présence de l expert lors d une audience, il serait bon que celui-ci soit assisté par le même traducteur interprète.

22 21 FRANCE CNCEJ Conseil National des Compagnies d Experts de Justice 10, rue du Débarcadère Paris Tél. : fax :

23 22 FRANCE Les origines du Conseil National des Experts de Justice en France date d un peu plus de 75 ans. La première Compagnie des Experts de la Cour d Appel de Bordeaux a été fondée en En 1947, la France a réédité Le Code Professionnel de Conduite des Experts. En 1964, l organisation était reconnue sous le nom de Fédération Nationale des Compagnies des Experts de Cour d Appel. En 2007, à la suggestion du Conseil d État, le nom est devenu Le Conseil National des Compagnies des Experts Judiciaires. Le Conseil National regroupe les membres de toutes les Juridictions de France comprenant les Cours d Appel et les Tribunaux administratifs. Ses membres appartiennent à des Compagnies régionales multidisciplinaires et d autres sont aussi membres de Compagnies Nationales de la même profession, telles que les Experts-Comptables ou les Docteurs en médecine. Il y a environ 80 Compagnies. Le Conseil National représente environ 8500 Experts de différentes professions. Les Réponses Françaises Quels sont les besoins linguistiques nécessaires pour établir des Experts Judiciaires Européens? Quand un Expert remet un rapport dans une procédure pour un autre pays ou témoigne dans une juridiction d un autre pays : a) Doit-il le faire dans sa propre langue avec une traduction assermentée. b) Ou doit-il le faire dans la langue du pays concerné. Les Experts Français ont déclaré qu un Expert Judiciaire Européen avait besoin de parler au moins deux langues, le Français plus une autre langue majeure Européenne. Cela peut-être l Espagnol, l Anglais ou peut être l Allemand, cependant ils concèdent que l Anglais est probablement la langue la plus parlée à Bruxelles. Un Expert doit communiquer clairement dans sa propre langue et devrait être capable de communiquer dans une autre langue. Un Expert qui est appelé à la Cour devrait être capable de communiquer en Anglais dans la plupart des Cours en Europe. Leur rapport devra normalement être écrit en Français et puis traduit par un traducteur assermenté. Il y a eu un court débat concernant la qualité de la traduction. Sera t il mieux d avoir un expert du pays demandeur, qu il vienne en France et effectue l expertise avec un Expert Français? Encore une fois la question de la capacité de deux experts de se comprendre est cruciale. Il y a aussi la question ; qui dirige l expertise? L opinion générale était que des co-experts nommés dans des cas en France conduisent souvent à des situations difficiles. Donc, dans ces circonstances, deux experts de deux différents pays, il semble que le challenge soit pratiquement impossible.

24 23 Le système d utiliser un traducteur assermenté est le meilleur choix des Experts Judiciaires Français. Qui nomme les experts dans chaque pays? En France, les Juges de la Cour d Appel se rencontrent chaque année en Collège lors d une Réunion et ils présélectionnent les futurs experts aussi bien en matière civile qu en matière criminelle. Habituellement, environ un candidat sur dix est choisi par la Cour. Le processus est long et une enquête policière sera effectuée. Ceux qui seront choisis seront appelés à prêter serment comme Expert de la Cour. Ceux qui ont prêté serment comme Expert «probatoire» pendant une période de deux ans après laquelle ils se représenteront et habituellement ils sont admis sur la Liste Officielle des Experts de la Cour pour une période de cinq ans. À la fin de cette période, tous les experts doivent se représenter. Cette procédure de représentation est importante, car cela permet de vérifier que tous les experts inscrits sur la Liste de la Cour, sont toujours à un niveau élevé dans leur domaine spécifique. Les Experts Judiciaires en France sont donc des experts des tribunaux et sont fréquemment décrits comme «les yeux et les oreilles» du Juge. La Cour nommera un expert qu'elle a choisi parmi la liste. De temps en temps un Juge peut nommer un spécialiste reconnu qui n'est pas sur la liste, mais c'est exceptionnel et le Juge doit expliquer son choix. Quels sont les critères pour le choix et l'inscription sur une liste officielle. Quel en est le processus? Comme cela été précédemment énoncé, les Experts Français sont considérés comme "experts des tribunaux ". Les Juges de Cours civiles et de Cours Criminelles ne peuvent pas être bien informé sur chaque sujet. L'expert est donc considéré comme le meilleur technicien disponible pour le Juge. Le processus commence par le candidat écrivant au Procureur de la République de la Cour d Appel, soumettant un formulaire pour devenir un expert. Le candidat inclura des copies de tous ses diplômes professionnels et universitaires, aussi bien que quelques informations personnelles. Leur curriculum vitae sera étudié de près. Seulement les spécialistes sont acceptés. On s'attend à ce qu'un expert soit une personne honorable et respectable. Donc la Cour demandera à la police d'effectuer une enquête et de lui soumettre un rapport. Le dossier complet sur chaque candidat est transféré au Procureur Général de la Cour d'appel, qui, après vérification, soumet la demande au Président de la Cour d'appel. Enfin le Président présente la demande à l'assemblée Générale des Juges qui siège une fois par an pour considérer les demandes. Habituellement environ un candidat sur dix est choisi par l'assemblée Générale de la Cour. Si l'assemblée Générale trouve la demande acceptable, l'expert sera nommé pour "prêter serment" peu de temps après. Pendant la période probatoire, l Expert a le devoir d apprendre les différentes procédures légales qui résultent et doit effectuer une formation légale, pour l'expertise. Celle-ci est habituellement dispensée par la Compagnie des Experts de la Cour d'appel.

25 24 Il devrait être clair qu un expert qui est nommé par la Cour, est au commencement en tant que débutant, il est seulement un débutant dans les procédures. L'Expert sera déjà considéré comme un spécialiste dans son domaine et apte à agir en tant que les "yeux et oreilles" du Juge On accepte généralement que les Juges recherchent la compétence. Ils recherchent une vraie expérience dans les domaines spécifiques. Un jeune docteur en médecine peut avoir les meilleurs diplômes et estime avoir une carrière prometteuse, cependant il reste un jeune docteur. Un candidat doit donc avoir acquis une certaine vraie expérience professionnelle avant de se présenter devant la Cour. Il semble généralement admis que normalement une personne pratiquera en tant qu'expert en plus de son activité professionnelle habituelle. Une analyse des âges dans une Compagnie des Experts a noté une courbe de Gauss débutant à environ l'âge de 40 ans et atteignant un pic à l'âge d environ 55 ans Les Cours préfèrent que leurs Experts soient indépendants des compagnies d'assurance, car ceci peut créer des possibles conflits d'intérêt. Il y a de la tolérance sur cette question, mais normalement un expert de compagnie d'assurance a peu de chance d être nommé Expert Judiciaire. Quelle est la durée de nomination d un Expert? Au commencement un Expert est nommé en tant que probatoire pendant deux années, après quoi sa situation est sujette à l'évaluation. Après ceci, un expert sera normalement inscrit sur la liste en tant qu Expert pendant une période de cinq ans. Chaque expert doit se représenter formellement à la cour soumettant un dossier pour le réexamen tous les cinq ans. Le défaut de représentation est considéré comme une démission en tant qu'expert. Pendant qu'un expert figure sur la liste, il est autorisé à employer le titre légalement protégé "d'expert Judiciaire près la Cour d'appel". Si un expert démissionne avant que la retraite alors il perd le droit d'utiliser ce titre. À qui l'expert doit-il rendre son rapport? En matière criminelle, l Expert est missionné par le Juge de la Cour Pénale. L Expert donc soumet son rapport au Juge qui l a missionné. Cependant dans les intérêts de procédure contradictoire une copie du pré-rapport sera soumise à toutes les parties concernées. Qui est responsable de la discipline des Experts et qui peut les radier? Le Président de la Cour d Appel ou le Procureur Général sont responsables du contrôle des Experts dans la plupart des cas. L article 6-2 de la Loi datée du 11/02/2004 dit : "Toute contravention aux lois et règlements relatifs à sa profession ou à sa mission d'expert, tout manquement à la probité, ou à l honneur, même se rapportant à des faits étrangers aux missions qui lui ont été confiées, expose l'expert, qui en serait l'auteur à des poursuites disciplinaires". Le retrait ou la radiation de l'expert ne fait pas obstacle aux poursuites si les faits qui lui sont reprochés ont été commis pendant l exercice de ses fonctions.

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901

CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR. Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 CENTRE DE GESTION AGREE DES PYRENEES-ORIENTALES REGLEMENT INTERIEUR Association déclarée régie par la loi du 1 er juillet 1901 Décision d agrément du 31/12/1980 dûment renouvelé Siège social : Avenue Paul

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables,

REGLEMENT DU STAGE. Vu l arrêté du Ministre des finances du 26/07/1991 portant approbation du code des devoirs professionnels des experts comptables, REGLEMENT DU STAGE Vu la loi n 88-108 du 18/08/1988 portant refonte de la législation relative à la profession d Expert Comptable, et notamment l article 12, Vu le décret n 89-541 du 25 Mai 1989 fixant

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR

REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR REGLEMENT INTERIEUR DE L AGAPLR Mise à jour du 01 août 2012 Page 1 sur 6 Préambule Le présent règlement intérieur est établi par le Conseil d Administration conformément aux termes de l article 33 des

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives

Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Missions d assistance et d investigation dans les procédures collectives Le congrès de Reims va permettre d échanger sur les missions confiées aux experts, dans les procédures collectives, prévues par

Plus en détail

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques

DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL PATRIE -------------- --------------- DECRET N /PM DU portant Code de déontologie des communicateurs des administrations publiques et parapubliques LE PREMIER MINISTRE,

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 24 avril 2015 relatif au règlement intérieur de la commission administrative paritaire compétente à l égard du corps d encadrement et d application du personnel de surveillance de l administration

Plus en détail

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification.

------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX TRAVAIL - PATRIE ------------- ------------ DECRET N /PM DU portant Code de déontologie du secteur de l Audit, de Contrôle et de la Vérification. LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU

Plus en détail

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL

PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE OBJECTIFS PROCESSUS RÉGISSANT L UTILISATION DE LA LIGNE ÉTHIQUE DU BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE DE MONTRÉAL PRÉAMBULE Considérant la reconnaissance par la Ville de Montréal (ci-après

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal

Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi institutant un Médiateur de la République du Sénégal Loi n 91-14 du 11 février 1991 Article Premier Il est institué un Médiateur de la République, autorité indépendante qui reçoit, dans les conditions

Plus en détail

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS

SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS SYNERGIE Société Anonyme au capital de 121.810.000 euros 11 Avenue du Colonel Bonnet 75016 PARIS 329 925 010 RCS PARIS REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA SOCIETE SYNERGIE Approuvé par

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES

BUREAU BELGE DES ASSUREURS AUTOMOBILES AGREMENT DES CORRESPONDANTS REGLEMENT Préambule Conformément à l article 4 du Règlement Général 1 du Conseil des Bureaux qui a pour objet de régir les relations entre les Bureaux nationaux d assurance

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS

PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1 PROFIL NATIONAL DES COMPÉTENCES POUR LES AVOCATS ET LES NOTAIRES DU QUÉBEC DÉBUTANTS 1. CONNAISSANCE DU DROIT SUBSTANTIF Tous les candidats doivent démontrer une compréhension générale des concepts juridiques

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES CIRCULAIRE N 2005-100 /FAE/SFE/AC DU 1 ER MARS 2005 RELATIVE AUX MEDECINS, AVOCATS ET AUTRES PERSONNES EXTERIEURES AU SERVICE PUBLIC CONSULAIRE NOR : MAEF0410068C 1. La

Plus en détail

Société financière de la Nef 03/12/2013

Société financière de la Nef 03/12/2013 CHARTE DE MEDIATION Société financière de la Nef 03/12/2013 1 Introduction En application de l article L. 312-1-3-I du Code monétaire et financier et de la Recommandation de l Autorité de Contrôle Prudentiel

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE

N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LIMOGES if N 1201764 REPUBLIQUE FRANÇAISE M. S. C/ Ministre de la culture et de la communication et autre Mme Ozenne Rapporteur AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le tribunal administratif

Plus en détail

Recommandations sur les bons usages entre avocats et experts

Recommandations sur les bons usages entre avocats et experts Recommandations sur les bons usages entre avocats et experts Préambule Dès le début des opérations d une expertise judiciaire, les rapports entre l expert désigné par le juge et le ou les avocats de chacune

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité

MARS 2009. Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité MARS 2009 Accès au droit et aide juridictionnelle Notre engagement pour une défense de qualité Pratique de l aide juridictionnelle Annexe XIV du réglement intérieur du barreau de Paris L avocat a le devoir

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004

Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet 2004 COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Ref: Accom INTERPRETATION 2004/1 Résumé de l avis interprétatif relatif à l article 133, alinéa 6, 1 du Code des sociétés, approuvé le 16 juillet

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Règlement des stages Février 2015

Règlement des stages Février 2015 Règlement des stages Février 2015 Article 1.- Valorisation du stage 1.1. Les étudiants inscrits dans le bloc 2 du master en droit à la Faculté de droit et de criminologie de l ULB ont la possibilité d

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

CHARTE entre la Compagnie

CHARTE entre la Compagnie < CHARTE entre la Compagnie des Experts de Justice près la Cour d Appel d Angers et les Barreaux du ressort Recommandations pratiques en matière d expertise civile Le Conseil National des Barreaux et la

Plus en détail

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes

Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et. déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes DIPLOME D EXPERTISE COMPTABLE Session de novembre 2010 Epreuve n 1 : Réglementation professionnelle et déontologie de l expert-comptable et du commissaire aux comptes Durée : 1 heure Aucune documentation

Plus en détail

LE RôLE ET LEs services du syndic

LE RôLE ET LEs services du syndic Le Rôle et les services du syndic La présente brochure a pour seul objectif de donner de l information sur le rôle et les services du syndic de l Ordre des comptables agréés du Québec. Elle ne vise pas

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Règlement des concours d adjoint de direction Section : 8.2.1

Règlement des concours d adjoint de direction Section : 8.2.1 Date de publication : 13 novembre 2014 EXTRAIT DU REGISTRE DES DÉCISIONS DE M. LE GOUVERNEUR DE LA BANQUE DE FRANCE DR n 2014-16 du 7 novembre 2014 Règlement des concours d adjoint de direction Section

Plus en détail

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client GUIDE MEDIATION BANCAIRE Conseil Juridique 2010 B a n c a i r e Vous êtes la Banque et un litige non résolu par l agence ou le service Relations Clientèle de l Etablissement vous oppose à votre client

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

Code suisse de déontologie

Code suisse de déontologie Code suisse de déontologie La Fédération Suisse des Avocats, vu les articles 1 et 12.10 des statuts, consciente que la loi fédérale sur la libre circulation des avocats fixe les principes de l exercice

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011

DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 DIXIEME FORUM INTERNATIONAL SUR LA DEONTOLOGIE ET LES BONNES PRATIQUES Paris 19-21 mai 2011 Patrick Martowicz, Magistrat, Ministère de la justice et des libertés, Direction des affaires civiles et du Sceau,

Plus en détail

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS

CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS CODE DE CONDUITE ET D ÉTHIQUE DES ADMINISRATEURS Référence : Type de politique : Références juridiques : Autres références : INTRODUCTION Gouvernance autonome Code des professions, Code civil du Québec

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE. Le stagiaire : Prénom(s) Adresse CP Localité GSM : e-mail : N BCE éventuel. Le Maître de stage : (Entreprise) Adresse CP Localité

CONVENTION DE STAGE. Le stagiaire : Prénom(s) Adresse CP Localité GSM : e-mail : N BCE éventuel. Le Maître de stage : (Entreprise) Adresse CP Localité CONVENTION DE STAGE Considérant la loi du 17 mai 2002 relative à la reconnaissance et à la protection de la profession d'expert en automobiles et créant un Institut des experts en automobiles (ci-après

Plus en détail

Décret 686-2008, 25 juin 2008

Décret 686-2008, 25 juin 2008 3988 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 9 juillet 2008, 140 e année, n o 28 Partie 2 Cet avis doit préciser en termes généraux les effets de la continuation ou de la formation, notamment quant à la responsabilité

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

en Île-de-France l Ordre des architectes

en Île-de-France l Ordre des architectes l Madame, Mademoiselle, Monsieur, Nous sommes heureux que vous nous ayez fait part de votre volonté d enregistrer ou de renouveler votre prestation de services à l Ordre des Architectes d Île-de-France.

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE DE LA VILLE DE SAINT-PASCAL 1. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE La présente politique de gestion contractuelle instaure des mesures conformes à celles exigées en vertu de l

Plus en détail

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE

SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE SCHEMA DE CONTRAT POUR UN MEDECIN DU SPORT SUIVI ET APTITUDE Adopté lors de la session d'avril 1999 ENTRE l Etat la Collectivité territoriale L Association (club ou fédération) représenté par M. le Centre

Plus en détail

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901

Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Amis du Chant Lyrique Associés en Europe. Association loi 1901 Statuts TITRE PREMIER ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DENOMINATION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie

Plus en détail

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS

FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS FRANCE RETOUR ACCUEIL STATUTS présentés et adoptés par l Assemblée Constituante du 15 septembre 2015 Article 1er - Nom Le 15/09/2015, il est fondé une Association régie par la loi du 1 er juillet 1901

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf

La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf La sage-femme expert auprès des tribunaux Comité éditorial de l'uvmaf 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Les conditions de candidature et de recrutement des sages-femmes sur la liste d'experts

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 24 mai 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 18 sur 63 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Arrêté du 22 mai 2015

Plus en détail

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE

REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE Version juin 2014 REGLES DE CONDUITE DE L ASSUREUR DE PROTECTION JURIDIQUE AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances de protection juridique

Plus en détail

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4

(Règles agréées par arrêté ministériel du 7 septembre 2010 applicables à partir du 12 septembre 2010) SOMMAIRE INTRODUCTION 1-3 DÉFINITIONS 4 RÈGLES PROFESSIONNELLES RELATIVES AUX OBLIGATIONS DES PROFESSIONNELS DE L EXPERTISE COMPTABLE POUR LA PRÉVENTION DE L UTILISATION DU SYSTÈME FINANCIER AUX FINS DE BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DE FINANCEMENT

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Programme de recrutement et dotation

Programme de recrutement et dotation Programme de recrutement et dotation Adopté le 13 juin 2006 par le conseil d administration (255 e assemblée résolution n o 2139) Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro

Plus en détail

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP REFERENCES : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE

RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE RÈGLES DÉONTOLOGIQUES APPLICABLES AUX MEMBRES DU PERSONNEL DES DÉPUTÉS ET DES CABINETS DE L ASSEMBLÉE NATIONALE Loi sur l Assemblée nationale (chapitre A-23.1, a. 124.3) CHAPITRE I APPLICATION 1. Les présentes

Plus en détail

Convention de cotraitance pour groupement solidaire

Convention de cotraitance pour groupement solidaire Convention de cotraitance pour groupement solidaire Ce modèle peut être modifié, complété en fonction des souhaits émis par les membres du groupement. Il est souhaitable que le maître d ouvrage soit informé

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

FICHE D EVALUATION 2011-2012

FICHE D EVALUATION 2011-2012 COUR DE CASSATION FICHE D EVALUATION 2011-2012 Nom : Nom d usage : Prénom Situation de famille : Fonctions exercées : Juridiction : DESCRIPTION DE L ACTIVITE DU MAGISTRAT (à remplir par l évaluateur dans

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail