PUBLICATIONS DU BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION - N 62 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'EDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT UT PER JUVENES ASCENOAT MUNDU»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PUBLICATIONS DU BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION - N 62 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'EDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT UT PER JUVENES ASCENOAT MUNDU»"

Transcription

1 PUBLICATIONS DU BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION - N 62 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'EDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT 1938 UT PER JUVENES ASCENOAT MUNDU» GENÈVE BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION Pal«. WiUn 1938

2 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT 1938

3 BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION EXTRAIT DES STATUTS PRÉAMBULE. Cnvaincus que le dévelppement de l'instructin et de l'éducatin est un facteur essentiel pur la paix et pur le prgrès mral et matériel de l'humanité, qu'il imprte, pur favriser ce dévelppement, de recueillir la dcumentatin sur les effrts de recherches et d'applicatin réalisés dans le dmaine éducatif et d'assurer un large échange d'infrmatin et de dcumentatin afin que chaque pays se sente stimulé a bénéficier des expériences des autres. ARTICLE PREMIER. Il est créé une institutin d'intérêt général et public dnt le nm sera : c Bureau Internatinal d'educatin >. ART. 2. Le but du Bureau Internatinal d'educatin est de servir de centre d'infrmatin pur tut ce qui tuche à l'éducatin. S'inspirant de l'esprit de cpératin internatinale, il bserve une neutralité abslue au pint de vue natinal, plitique, philsphique et cnfessinnel. En tant qu'rgane de dcumentatin et d'études, il travaille dans un esprit strictement scientifique et bjectif. Ses activités snt de deux rdres : il centralise la dcumentatin relative à l'éducatin publique et privée, et il s'intéresse aux recherches scientifiques dans sn dmaine et prend l'initiative d'enquêtes expérimentales u statistiques dnt les résultats snt prtés à la cnnaissance des éducateurs. MEMBRES DU BUREAU REPRÉSENTÉS AU NSEIL ALLEMAGNE {Deutsches 7,entralinstitut für Erziehung und Unterricht), ARGENTINE {Guvernement), BELGIQUE {Ministère de l'instructin publique), LOMBIE EGYPTE EQUATEUR {Guvernement), {Guvernement), {Guvernement), ESPAGNE {Guvernement), FRANCE {Ministère de l'educatin natinale), INSTITUT UNIVERSITAIRE DES SCIENCES DE L'EDUCATION, IRAN {Ministère de l'instructin publique), ITALIE {Guvernement), POLOGNE {Ministère de l'instructin publique et des Cultes), PORTUGAL {Ministère de l'instructin publique), ROUMANIE {Ministère de l'educatin natinale), SUISSE {Guvernement Fédéral), TCHÉSLOVAQUIE (Ministère de l'instructin publique).

4 Cpyright 1938 by BUREAU INTERNATIONAL D'EDUCATION GENEVA (SWITZERLAND)

5 INTRODUCTION L'Annuaire internatinal de l'educatin et de l'enseignement paraît pur la sixième fis sus sa frme habituelle. Fidèles à ntre frmule du début, nus vulns que l'annuaire se limite à refléter le plus exactement pssible la marche de l'enseignement pendant une année, réservant à d'autres publicatins du Bureau le reste de la dcumentatin recueillie par celui-ci. Les Ministères de l'instructin publique de sixante pays nt bien vulu cette année mettre à ntre dispsitin des infrmatins u des dnnées statistiques. Nus les en remercins vivement et nus nus félicitns de cette nuvelle preuve d'esprit de cllabratin interguvernementale dans le dmaine de l'éducatin. Ns remerciements vnt aussi au Directeur du Bureau, M. Piaget, à la Secrétaire générale, Mlle Butts et à Mlles Archinard et Gampert, de leur précieuse cllabratin. P. ROSSELLO, Directeur adjint.

6 BILAN SOMMAIRE DU MOUVEMENT ÉDUCATIF EN CARACTERISTIQUES PEDAGOGIQUES DE L'ANNEE Une fis de plus nus avns tenté, cmme les années précédentes, de dégager, en nus basant sur le cntenu des rapprts présentés à la VI e Cnférence internatinale de 1'InsLruclin publique, les principales caractéristiques du muvement pédaggique en Vici, en résumé, les tendances qui semblent avir prédminé pendant le dernier exercice sclaire. 1) Pur la première fis depuis plusieurs années, n ne truve dans les rapprts des Ministères de l'instructin publique presque aucune allusin à de nuvelles restrictins budgétaires ; au cntraire, il est suvent fait mentin du retur à la nrmalité, u de l'augmentatin des budgets de l'instructin publique. 2) La vague des réfrmes de l'enseignement à tus les degrés est lin de diminuer ; elle tend plutôt à s'enfler et atteint des pays qui jusqu'ici paraissaient devir en être à l'abri. La fièvre de transfrmatin se prpage. 3) Beaucup de ces réfrmes semblent répndre à un désir de crdinatin et de ratinalisatin ; elles se traduisent parfis par des mesures d'unificatin et de centralisatin, sit dans le dmaine administratif sit dans celui de l'enseignement prprement dit. 4) Dans l'enseignement du premier degré, l'intérêt témigné pur les méthdes dites actives (centres d'intérêt, «Prject Methd», etc.) par lés autrités sclaires d'un grand nmbre de pays est chaque jur plus frappant.

7 8 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION 5) L'enseignement secndaire semble être tujurs le pint névralgique de la rérganisatin sclaire ; les réfrmes de la structure de cet enseignement ne décèlent pas, cette année encre, de tendance bien déterminée ; tutefis, l'idée de crdnner les différentes institutins ù se dnne l'enseignement pstprimaire gagne stensiblement du terrain. 6) La préparatin prfessinnelle des maîtres est de nuveau à l'rdre du jur, et le prblème du chix entre la frmatin pédaggique de type secndaire et la frmatin pédaggique de type supérieur u universitaire cntinue à se pser ; après certaines réfrmes par trp rapides u par trp radicales, les prgrès du secnd système se snt ralentis cette année ; plusieurs pays recurent simultanément aux deux systèmes. 7) La campagne en faveur de l'éducatin physique et de la santé des écliers (jeux dirigés, améliratin de l'alimentatin, augmentatin des lisirs, etc.) s'intensifie de jur en jur. Cette préccupatin débrde l'écle et un grand nmbre d'institutins péri-sclaires travaillent au m ê m e but. Ce muvement est favrisé en partie par des cnsidératins d'un autre rdre, telle que la préparatin de la défense natinale. ADMINISTRATION SLAIRE ORDINATION ET CENTRALISATION Le désir d'augmenter la crdinatin entre les divers dmaines de l'enseignement cntinue, semble-t-il, à se manifester dans un certain nmbre de pays. Ces effrts en vue d'une plus grande ratinalisatin se traduisent suvent par un renfrcement de l'interventin de l'etat et des autrités sclaires centrales dans les divers rdres de l'enseignement. En France, de nuveaux prgrès nt été réalisés u amrcés cette année dans le sens de l'unificatin et de la crdinatin des services de l'éducatin et de l'enseignement. Ainsi, le Sus- Secrétariat de l'educatin physique et des Lisirs a été rattaché au Ministère de l'educatin Natinale. Il en a été de même des établissements d'aveugles et de surds-muets qui dépendaient

8 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN jusqu'ici d'autres Ministères. Des mesures nt été prises aussi en vue d'une plus grande crdinatin entre les divers degrés de l'enseignement. En Allemagne, les écles secndaires nt été unifiées, cmme nus le verrns plus lin. Aux Etats-Unis, l'n cnstate des initiatives en vue de l'uni-. ficatin de la terminlgie et des statistiques sclaires. Cette unificatin faciliterait la cmparaisn des dnnées furnies par l'administratin sclaire de chacun des Elats fédérés. En Australie, ù le dmaine de l'éducatin est entièrement du ressrt des guvernements des différents Etats, des cnférences des Ministres d'etat et des directeurs de l'éducatin nt été cnvquées ces deux dernières années. Elles nt abuti à l'adptin de réslutins priant le Guvernement fédéral de prêter sans retard sn aide au dévelppement de l'enseignement technique. En Argentine, bien que le pays sit guverné seln le système fédératif, l'évenlualité de centraliser et d'unifier le plus pssible l'enseignement primaire, a élé envisagée par le Guvernement natinal, le prjet n'a tutefis pas encre été adpté par le Parlement. En Bulgarie, la rérganisatin de l'administratin sclaire tend à renfrcer le principe de la centralisatin. Néanmins l'autnmie des écles bulgares a été sauvegardée, dit le rapprt, grâce au plus grand nmbre d'attributins cnfiées aux inspecteurs réginaux u d'arrndissements qui assumernt drénavant certaines fnctins relevant primitivement de l'administratin centrale. En Nrvège, d'après les nuvelles lis, l'etat est chargé d'augmenter le traitement du persnnel enseignant; il juira, par cntre, d'une plus grande influence en ce qui cncerne la nminatin des maîtres. Dans l'inde, le Cnseil cnsultatif de l'educatin a cnfié à la Cmmissin pur l'éducatin des indigènes l'étude de l'administratin et du cntrôle de l'enseignement primaire. Cette Cmmissin est arrivée à la cnclusin que cet enseignement dit être mieux administré et surveillé, et que c'est le Guvernement qui devrait assumer entre temps le cntrôle exercé jusqu'ici par les rganismes lcaux. Au Manitba (Canada), le Département de l'educatin s'est vu ctryer de nuvelles attributins. Les fnctins du Dépar-

9 10 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION tement de l'educatin étaient avant purement administratives. La nuvelle li cnfère au Ministre de l'educatin pleine autrité en ce qui cncerne les prgrammes, les manuels, les examens, les qualificatins des maîtres, etc. En Egypte, par cntre, le Ministère de l'instructin publique a prcédé à une réfrme de l'administratin sclaire dans le sens d'une plus grande décentralisatin. D e la srte, les autrités supérieures snt un peu déchargées et peuvent se cnsacrer à la plitique générale de l'enseignement et aux améliratins qu'il faut y apprter. En Grèce, afin de décentraliser la Directin de l'enseignement, le Cnseil de l'educatin, siégeant jusqu'ici à Athènes, a été remplacé par des Cnseils de surveillance réginaux investis des mêmes puvirs. En Nuvelle-Zélande, le plan de rérganisatin place sus le cntrôle du Cnseil lcal les écles primaires publiques, les écles secndaires et les écles techniques supérieures du Dminin. ADMINISTRATION ET NTRÔLE Nus mentinnerns quelques-unes des principales mdificatins intervenues pendant l'année dans le dmaine de l'administratin sclaire et de l'inspectin. En Yugslavie, le Ministère de l'instructin publique a subi une rérganisatin. Deux nuveaux déparlements nt été créés, dnt l'un est le département de l'enseignement. Ce service, libéré de tute préccupatin administrative, purra se cnsacrer exclusivement aux questins tuchant à l'enseignement. En Bulgarie, le Ministère de l'instructin publique a été l'bjet d'une prfnde rérganisatin. Le but de cette réfrme était, d'après le rapprt, la créatin d'une administratin centrale à la fis plus cmpétente, plus active et plus ratinnelle, permettant un réel prgrès dans l'œuvre éducative natinale. E n France, les titres et les attributins des directeurs du Ministère de l'educatin Natinale nt été mdifiés. A l'ancien directeur de l'enseignement secndaire a succédé un directeur de l'enseignement du secnd degré dnt l'autrité s'étendra nn seulement sur les lycées et les cllèges, mais aussi sur les écles primaires supérieures. Signalns aussi qu'en Hngrie, un Cnseil de l'enseignement supérieur a été cnstitué, rganisé sur le mdèle du Cnseil natinal de l'instructin publique.

10 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN En Tchécslvaquie, les cnseils sclaires des écles artisanales indépendantes nt été également rérganisés. A Cuba, la li a créé le Cnseil Natinal de l'educatin et de la Culture, rganisme cnsultatif chargé d'rienter le Ministère dans les questins de l'enseignement. Le Cnseil natinal de l'educatin et de la Culture devait entrer en fnctin en janvier A u Nicaragua, u n Cnseil Natinal des Inspectrats techniques départementaux a été créé pur servir d'rgane auxiliaire au Ministère de l'instructin publique. En Clmbie Britannique (Canada), les puvirs du Cnseil de l'instructin publique nt été étendus de façn à lui permettre d'établir des districts sclaires administratifs et de nmmer, pur chacun de ces districts, un inspecteur des écles à titre de «directeur de l'éducatin». Le Ministère de l'instructin publique à'estnie a élabré un règlement afin de rendre plus efficace l'inspectin sclaire; les attributins des inspecteurs nt été précisées; dénmmés jusqu'ici «cnseillers», ils nt maintenant le litre d'inspecteurs. En Grèce, des inspecteurs généraux nt été nmmés pur l'instructin primaire et tris nuveaux pstes d'inspecteurs généraux d'éducatin secndaire nt été créés. En Iran, n a institué des réunins d'inspecteurs réginaux qui nt lieu à lafin de l'année; elles nt pur but un échange de vues sur l'exécutin des réfrmes décrétées. Le rapprt du Ministère de l'instructin publique de Y Afghanistan signale que le Rigasit de l'instructin s'ccupant surtut des questins pédaggiques a été séparé du Rigasit de l'inspectin chargé plus spécialement des prgrammes d'administratin, de discipline et d'hygiène. LA CRISE ET LES BUDGETS DE L'INSTRUCTION PUBLIQUE U n des faits les plus récnfrtants du bilan éducatif de l'année est sans dute celui de la disparitin, dans les rapprts des Ministères de l'instructin publique, des allusins. à de nuvelles restrictins d'rdre budgétaire. Nn seulement n n'annnce pas de nuvelles limitatins, mais n signale, au cntraire, dans plusieurs de ces rapprts, l'abrgatin des mesures restrictives intrduites au mment de

11 12 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION la grande crise, et une augmentatin, parfis très sensible, des smmes destinées à l'enseignement. Le rapprt de l'office f Educatin des Etats-Unis mentinne qu'un grand nmbre d'etats, ne suffrant plus des effets de la crise financière, nt pu se cnsacrer à l'améliratin de leur système sclaire. D'après ce rapprt, le prgrès dit être attribué nn seulement à la reprise générale dans l'industrie, mais surtut à une revisin fndamentale du système de financement sclaire de ces Etals. Le Guvernement fédéral a augmenté ses subventins aux cllèges d'agriculture et d'arts mécaniques. En utre, les fnds fédéraux dispnibles pur l'enseignement prfessinnel nt été dublés. En Belgique, la li du 10 juin 1937 a rapprté certaines mesures de crise qui avaient été prises dans un but d'écnmie, il y a quelques années. La situatin s'est sensiblement amélirée en Finlande, ù tutes les restrictins impsées en raisn de la crise écnmique nt été levées. Le dévelppement de l'enseignement primaire, entravé pendant quelques années par cette crise, a pu reprendre sn curs nrmal. En Iran, malgré la crise écnmique, le budget du Ministère a été cnsidérablement augmenté, ce qui a permis de prendre différentes mesures en faveur du dévelppement de l'enseignement. En Chine, le budget de l'instructin publique s'élevait à de dllars chinis en En , il a atteint le chiffre de Le rapprt du Ministère de l'instructin publique de VAfghanistan signale que, cmparé à celui de l'année précédente, le budget du Ministère de l'educatin a été augmenté de 25 %, ce qui a permis au Ministère, entre autres, d'uvrir de nuvelles écles. Au Mexique, le budget de l'éducatin de 1937 cmprte une augmentatin de plus de cinq millins de dllars sur celui de En tris ans, le Guvernement a dublé la smme destinée à l'enseignement et à la culture. NSTRUCTIONS SLAIRES Quique en prprtin mindre que l'année dernière, n cnstate dans un très grand nmbre de pays des effrts inté-

12 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN ressants sit pur dter l'enseignement de bâtiments ad hc du pint de vue de la pédaggie et de l'hygiène, sit pur mderniser les bâtiments anciens. Dans sn rapprt, le Bard f Educatin d'angleterre cnstate que des prgrès satisfaisants nl pu être réalisés, ntamment en ce qui cncerne la cnstructin des bâtiments sclaires nécessaires pur réduire l'effectif des classes trp nmbreuses et pur remédier aux installatins sclaires défectueuses. En juillet 1936, le Ministère a publié des suggestins relatives à l'élabratin de plans de cnstructin des écles primaires. En Plgne, nuvelles classes nt été aménagées pendant l'année. En Irlande, de nuveaux prgrès nt été réalisés en ce qui cncerne la cnstructin d'écles et l'agrandissement et la réfectin des anciens bâtiments. Chaque année une smme de est cnsacrée aux cnstructins sclaires. E n Estnie, 66 nuveaux bâtiments sclaires nt été cnstruits en Afin d'accélérer sn actin dans ce dmaine, le Ministère de l'instructin publique a élabré u n plan quinquennal de cnstructins sclaires pur la réalisatin duquel n espère btenir le cncurs du Guvernement, des municipalités et des autrités cmmunales. Les fnds du Ministère étant insuffisants, celui-ci a prpsé à tutes les municipalités et à tutes les cmmunes de cnstituer un fnds spécial pur la cnstructin d'écles. Il en est de même en Lithuanie, ù un plan quinquennal de cnstructins sclaires a aussi été établi en afin d'achever la cnstructin de tus les bâtiments nécessaires pur les gymnases. Quelques-uns d'entre eux nt pu être dtés de lcaux mdernes, cmprenant de vastes réfectires, des salles de gymnastique, des salles de récréatin, des labratires, etc. En Uruguay, chaque année un grand nmbre de nuveaux bâtiments snt cnstruits spécialement pur y lger des écles publiques. La valeur des cnstructins sclaires atteint actuellement la smme de dix millins de pess. En Iran, le Ministère de l'instructin publique prévit le remplacement des anciens bâtiments sclaires par de nuvelles cnstructins spécialement aménagées et répndant aux exigences de la vie mderne. Dans une seule prvince, 12 écles et lycées nuvellement cnstruits nt pu être inaugurés au curs de l'année

13 14 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION L'augmentatin du budget de l'instructin publique a permis à l'afghanistan de cnstruire un certain nmbre de nuveaux bâtiments sclaires. D'après le rapprt de l'année , le Guvernement du Panama a cntinué à mettre à exécutin sn prgramme de cnstructins sclaires. Le Guvernement s'est dnné pur tâche spéciale de stimuler l'intérêt et l'initiative lcale dans le dmaine de l'éducatin. Plusieurs écles nt été cnstruites avec des matériaux furnis par les cmmunes elles-mêmes. Au Québec et dans 1'Alberta (Canada), de nuveaux bâtiments sclaires nt été cnstruits. Dans cette dernière prvince, 44 bâtiments à une classe nt pu être édifiés cette année, grâce à la générsité des cntribuables lcaux. ENSEIGNEMENT PRIMAIRE SATURATION SLAIRE On signale cette année encre, dans un grand nmbre de pays, l'augmentatin du nmbre des écles primaires. En Plgne, le nmbre de places d'instituteurs a été augmenté de deux mille. Les fnds nécessaires pur dubler ce chiffre snt prévus au budget de l'année prchaine. On envisage la créatin de nuveaux pstes par année. D'après le rapprt du Ministère de l'instructin publique de Grèce, quatre cents nuvelles écles primaires nt été créées au curs de l'année tandis que quatre cents écles déjà existantes nt été purvues d'une nuvelle classe; ces changements nt nécessité la nminatin de huit cents nuveaux instituteurs. En Espagne, malgré la situatin actuelle, près de nuvelles écles nt été créées. Le Ministère de l'educatin de Cuba a créé, malgré les restrictins du budget, quatre cent sept nuveaux pstes de maîtres primaires. Au Salvadr, trente-neuf nuvelles écles nt été créées. En Albanie, le nmbre des écles primaires a augmenté, pen-

14 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN dant l'année, de dix-neuf, et celui des instituteurs, de sixante et nze. Le Ministère de l'instructin publique de la Chine prévyait la créatin, pendant l'année , d'envirn écles d'une classe, avec écles primaires rdinaires, destinées à envirn 6 millins d'enfants. Au Csta-Rica, le Guvernement a inauguré, au curs de l'année, 36 nuvelles écles et en a ruvert 22 anciennes; il a créé également un grand nmbre de nuveaux pstes de maîtres. Dans sn message au Cngrès, le Président de la République du Venezuela mentinne la créatin de 694 nuvelles écles. Le nmbre des maîtres s'est accru de unités. E n Iran, 242 nuvelles classes primaires et 52 nuvelles écles à 2 classes nt été créées, et 40 écles primaires mixtes nt été uvertes. D'après le rapprt du Ministère de l'educatin de l'afghanistan, en , le nmbre des écles primaires a augmenté de 50 % et celui des élèves inscrits, de 60 %. Il est intéressant de cnstater que, pur la première fis dans l'histire des Etats-Unis, le nmbre ttal des élèves inscrits dans les écles a cessé d'augmenter. La diminutin de la natalité et les restrictins impsées à l'immigratin nt cntrebalancé le nmbre tujurs crissant des élèves qui prlngeaient leur sclarité. LA SLARITÉ OBLIGATOIRE La questin de la sclarité bligatire et de sa prlngatin cntinue à être à l'rdre du jur dans certains pays. Le fait le plus saillant dans ce dmaine est sans dute l'adptin, en Angleterre, de la li sur l'éducatin, appruvée par le Ri en juillet 1936, prlngeant la fréquentatin sclaire bligatire de 14 à 15 ans, à partir du 1 er septembre 1939, exceptin faite pur les jeunes gens de 14 ans qui truvent un empli u qui appartiennent à des familles indigentes et snt bligés, de ce fait, d'aider à la maisn. On se suvient qu'en France, le Parlement avait vté aussi la prlngatin de la sclarité jusqu'à 14 ans (auparavant 13 ans). Pendant l'exercice , les autrités sclaires se snt appliquées à la mise en pratique de cette li. Malgré certaines difficultés résultant parfis de l'attitude des familles u

15 \ 6 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION de l'insuffisance des lcaux, les résultats nt été satisfaisants dans l'ensemble. En vertu d'un arrêté de juillet 1935, la sclarité a été prlngée, en Belgique, jusqu'à l'âge de 16 ans pur tus les enfants qui ne cntinuent pas leurs éludes u ne justifient pas d'un empli régulier u d'une ccupatin permanente. Le Guvernement a annncé, en juin 1936, qu'il mdifierait cette dispsitin dans le sens de prlnger seulement l'bligatin sclaire jusqu'à l'âge de 15 ans révlus, mais qu'il appliquerait par cntre cette dispsitin à tus les enfants. En vertu de la réfrme de l'enseignement, au Danemark, la sclarité bligatire s'étend de 7 à 14 ans; certaines dispsitins supplémentaires permettent cependant une prlngatin facultative au delà de 14 ans. En Lithuanie, la nuvelle li sur l'enseignement primaire prévit que la durée de la sclarité bligatire sera de 6 ans à partir de l'âge de 7 ans. Au Prtugal, une cinquième année primaire a été intrduite, destinée spécialement à préparer les élèves aux écles prfessinnelles et à éligner, d'autre part, de nmbreux enfants des lycées. En Islande, la li de 1907 rendait l'instructin bligatire de 10 à 14 ans. D'après la nuvelle li de 1936, tus les enfants de 7 à 14 ans sernt drénavant bligés de suivre l'écle. Signalns que le Ministère de l'instructin publique de l'egypte a cmmencé cette année l'exécutin du prjet relatif à l'instructin bligatire ; n débutera par les régins les plus accessibles, et l'n augmentera chaque année le nmbre des écles ù se dnne l'enseignement bligatire afin que, d'ici dix ans, il n'y ait plus un seul analphabète dans le pays. EDUCATION PRÉSLAIRE Il est intéressant de nter l'intérêt que certaines administratins sclaires prtent à la questin de l'enseignement des tutpetits. Le rapprt du Ryaume-Uni (Angleterre et Pays de Galles) cnstate que si le nmbre des nursery schls s'accrît assez lentement, malgré les encuragements dnnés aux autrités sclaires, par cntre les classes enfantines des écles primaires, qui reçivent des enfants au-dessus de 5 ans, se multiplient cns-

16 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN tamment. Pendant le dernier exercice sclaire, petits enfants nt été reçus dans les classes enfantines dépendant de 54 autrités sclaires lcales. Pur bien marquer l'intérêt que lui inspire la questin de l'éducatin maternelle, le Bard f Educatin a publié une brchure décrivant l'œuvre réalisée dans ce dmaine. En Ecsse, les subventins accrdées afin de créer un plus grand nmbre de nursery schls pur les enfants de 2 à 5 ans nt été augmentées. En Tchécslvaquie, le Ministère a publié un nuveau règlement détaillé cncernant les jardins d'enfants rattachés aux écles primaires. D'après le rapprt du Ministère de l'instructin publique de Bulgarie, l'année marque une imprtante étape clans le dmaine de l'enseignement présclaire. Nn seulement le nmbre des écles maternelles s'est accru, mais le Ministère a créé un service central chargé du dévelppement de cet enseignement. D'accrd avec la li de 1934, n prcède actuellement, dans tutes les lcalités, à la frmatin de cmités spéciaux chargés de faire le recensement des enfants au-dessus de 7 ans qui devraient fréquenter les fyers et jardins d'enfants. PROGRAMMES ET MÉTHODES L'effrt principal des réfrmes dans le dmaine de l'enseignement primaire semble avir prté, en , sur la questin des prgrammes et des méthdes. En Allemagne, de nuvelles dispsitins relatives à l'écle de base (Grundschule) nt été étudiées ; la Heimatkunde qui frme un tut avec l'enseignement de l'allemand est cnsidérée cmme le centre de gravitatin de tut l'enseignement. Bien que le caractère prpre à chaque branche sit recnnu, l'enseignement et l'éducatin divent frmer un tut hmgène; tutes, les cnnaissances techniques (écriture, lecture et calcul) divent faire l'bjet d'exercices cnstants. L'hraire des écles primaires allemandes a été également mdifié. En Belgique, les guverneurs des prvinces et les inspecteurs sclaires nt été invités à sumettre aux administratins cmmunales et aux directins des écles libres des instructins cncernant le nuveau plan d'études primaires. Ces administratins et directins snt seules cmpétentes pur apprter aux u. i. E. 2

17 18 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION prgrammes de leurs écles les mdificatins prpsées. La circulaire précisait en utre la prtée véritable du nuveau plan et attirait l'attentin sur les écueils à éviter dans sn applicatin. Le Ministère de l'instructin publique de la Hngrie a établi le nuveau prgramme des VIP et VHP classes et frmulé les instructins y relatives. Ce qui caractérise ce prgramme c'est qu'il n'intrduit pas d'éléments entièrement nuveaux dans les branches déjà enseignées dans les classes I à VI, mais fait apprfndir les cnnaissances glbales acquises. Dès le 1 er septembre 1936, a été appliqué en Rumanie le nuveau prgramme analytique de l'enseignement primaire qui accentue le caractère pratique de l'enseignement des dernières classes (V, VI et VII), tut en tenant cmpte des cnditins de vie réginales. E n Plgne, le nuveau prgramme a été intrduit en dans la dernière classe primaire (VII e classe) fréquentée seulement par les élèves qui n'nt pas l'intentin de suivre l'écle secndaire. L'intrductin du nuveau plan*dans la VIP classe primaire termine la réfrme du prgramme de l'enseignement. La publicatin des prgrammes spéciaux destinés aux écles à plusieurs classes peut être cnsidérée cmme une étape très imprtante dans la réalisatin de celle réfrme. Le Ministère de l'instructin publique de l'egypte a étudié un prjet dnnant une rientatin agricle et industrielle à l'enseignement primaire de certaines écles. En Espagne, le Ministère a appruvé un nuveau plan d'études primaires résultant des travaux d'une Cmmissin de spécialistes. Au Danemark, les cnnaissances générales inscrites aux prgrammes snt aussi plus près de la vie. Le prgramme cmprend maintenant des sujets tels que l'étude de la nature, l'hygiène et la physique. L'histire embrassera la scilgie. Dans les classes supérieures, l'enseignement sera adapté autant que pssible aux ccupatins futures de l'enfant dans la vie pratique. D'une façn générale, l'écle s'inléressera davantage au milieu immédiat de l'enfant. Le renuvellement du prgramme sclaire se fera par le chix, cmme centres d'intérêt, des événements caractéristiques de la vie prfessinnelle et sciale du milieu ambiant. Dans tutes les classes, l'accent sera prté autant que pssible sur les activités inviduelles des élèves, n-

18 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN tamment sur le travail à la biblithèque sclaire et au labratire. Le rapprt du Ministère de l'instructin publique de la Bulgarie signale cmme le fait le plus marquant, dans le dmaine éducatif au curs de l'année , l'applicatin d'un nuveau prgramme d'études aux écles primaires ; la principale innvatin est l'applicatin du nuveau prgramme des jardins d'enfants; celui-ci a été cnçu dans l'esprit des plus récentes méthdes; en tenant cmpte de l'intérêt spntané de l'enfant, il s'effrce d'utiliser l'expérience des tut-petits et de rapprcher le plus pssible l'enseignement et l'éducatin de la vie même de l'enfant. Le prgramme est inspiré de la méthde des centres d'intérêt ; il cntient des instructins méthdlgiques sur l'enseignement de tutes les matières, ce qui a permis une améliratin ntable du travail des écles primaires. En Estnie, certains changements nt été apprtés aux hraires et aux prgrammes d'enseignement des écles primaires. Les leçns ayant trait à la Heimatkunde nt été supprimées en tant que branche islée et nt été rattachées aux leçns de langue maternelle. L'enseignement de l'histire naturelle cmmencera une année plus tôt, c'est-à-dire en trisième. La calligraphie, qui nefiguraitpint aux prgrammes, a été cnstituée en branche indépendante sus le nm de «technique de l'écriture». Elle sera enseignée dans les tris classes inférieures. Dans les deux classes supérieures, tris heures sernt cnsacrées à renfrcer les matières prévues aux prgrammes, u à l'enseignement d'une branche facultative, par exemple une langue étrangère. Le rapprt du Ministère de l'instructin publique de la Turquie signale aussi que le nuveau prgramme sclaire primaire a été remanié au curs de l'année et qu'il se base sur le système des centres d'intérêt, des cmplexes, de l'activité mtivée et du principe du milieu ambiant. En Lithuanie, les nuveaux prgrammes de l'enseignement viennent d'être publiés; certaines branches trp abstraites u trp étrangères au milieu natinal nt été supprimées; par cntre, tut ce qui a trait à ce milieu a été renfrcé : histire, gégraphie, art ppulaire, éducatin musicale, écnmie plitique, éducatin physique. En Argentine, de nuveaux prgrammes nt été adptés, basés sur les dnnées les plus récenles de la psychlgie enfantine. Les nuvelles méthdes nt été préalablement adaptées au ca-

19 20 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION ractère de la ppulatin et à la physinmie particulière de la famille en Argentine. La réfrme a été intrduite à titre d'essai et une cmmissin spéciale cntrôle les résultats de celte expérience. Un système defichesindividuelles a été intrduit dans les écles. En Finlande, une attentin tute spéciale a été accrdée à l'rganisatin de jardins sclaires, en vue de l'étude de la btanique et de la bilgie. En juillet 1936, les prgrammes des écles primaires nt été revisés en Chine. Le temps cnsacré à l'instructin a été réduit d'envirn 10 % pur les élèves de tus les degrés. En Tchécslvaquie, les caractères de l'écriture cyrillique, qui divent être emplyés dans les écles primaires ù cet alphabet est utilisé, nt été unifiés. En Suisse, le prgramme de la réfrme de l'écriture a été également discuté, et en 1936 la Cnférence des Chefs des Départements de l'instructin publique a appruvé une réslutin aux termes de laquelle la mdernisatin de l'écriture dit être cnsidérée cmme un devir de l'écle; elle a recmmandé l'écriture basée sur les capitales rmaines et le script. Plusieurs cantns nt adhéré, au cncrdat cncernant l'enseignement d'une écriture unique en Suisse. Au Danemark, la réfrme rend bligatire certaines branches manuelles : la menuiserie pur les garçns, la cuture et les travaux dmestiques pur lesfilles. Le cartnnage, le mdelage et le jardinage peuvent être intrduits à titre facultatif. En Irlande, une place tujurs plus grande est réservée à l'irlandais cmme langue maternelle. Les représentatins théâtrales et l'rganisatin de discussins inter-sclaires en irlandais nt beaucup cntribué à dévelpper l'empli de cette langue. En Yugslavie, sept écles primaires expérimentales, à l'exemple de l'écle primaire «Ri Alexandre III» de Belgrade, nt été uvertes au siège des Directins des Banvines. Ces écles, destinées à l'essai des nuvelles méthdes d'enseignement et d'éducatin, éliminernt des écles, dit le rapprt du Ministère de l'instructin publique, l'ancienne méthde verbale et dnnernt aux écles primaires un caractère tut à fait mderne. Au Csta-Rica, la méthde Decrly s'est étendue à tutes les prvinces après avir été expérimentée dans quelques écles d'une manière très satisfaisante. En Afghanistan, de grands changements nt été apprtés à

20 LE MOUVEMENT ÉDUCATIF EN l'enseignement de l'histire et de la gégraphie. En plus, tutes les branches étudiées dans les classes primaires inférieures sernt enseignées en pasht, ancienne langue natinale négligée depuis lngtemps. Au Panama, le nuveau plan grupe tutes les branches d'après leurs affinités, de sr Le que là ù les circnstances le permettent, les prgrammes snt dévelppés autur de «centres» u de «prjets». Dans la République Dminicaine, le Cmité natinal d'educatin a revisé les prgrammes en vigueur depuis 1929 dans les écles primaires. Dans les écles cathliques de la prvince de Québec (Canada) le nuveau prgramme des classes primaires élémentaires a été appruvé le 5 mai 1937 par le. Cmité cathlique de Cnseil de l'instructin publique. Dans la prvince de Clmbie Britannique le nuveau prgramme des écles primaires et secndaires inférieures grupe les différentes branches en «unités» ; chaque «unité» est basée sur un centre u sur un principe fndamental. Au Saskatchewan, des Cmmissins d'inspecteurs sclaires, d'instituteurs d'écles nrmales et de maîtres, nt étudié la revisin des prgrammes, désirant qu'ils tiennent cmpte dans une plus large mesure des principes de l'écle active. Dans l'inde, le Cnseil central cnsultatif de l'éducatin a rédigé un rapprt cncernant le prgramme des écles primaires de jeunes filles. ENSEIGNEMENT SENDAIRE SÉLECTION ET EXAMENS La questin de la sélectin des élèves des écles secndaires et des cnditins d'admissin à ces écles a été l'bjet d'un grand nmbre d'allusins dans les rapprts que les Ministères nt présentés à la VI Cnférence internatinale de l'instructin publique. Un des prblèmes qui se psent plus spécialement cette année dans quelques pays est celui de l'rientatin des élèves de l'enseignement secndaire.

PUBLICATIONS DU BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION - N«56 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT UT PER JUVENES ASCENDAT MUNOUS

PUBLICATIONS DU BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION - N«56 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT UT PER JUVENES ASCENDAT MUNOUS PUBLICATIONS DU BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION - N«56 ANNUAIRE INTERNATIONAL DE L'ÉDUCATION ET DE L'ENSEIGNEMENT 1937 UT PER JUVENES ASCENDAT MUNOUS GENÈVE BUREAU INTERNATIONAL D'ÉDUCATION Palaîa Wil.n

Plus en détail

Introduction/contexte

Introduction/contexte Aide financière accrdée par les rganismes de services aux persnnes ayant une déficience intellectuelle aux prgrammes de Services de sutien à l intégratin et à l analyse des cnstatatins du sndage sur la

Plus en détail

Document d information

Document d information Dcument d infrmatin Dépôt du rapprt du Bureau du vérificateur général sur la vérificatin de gestin de l Administratin de la Chambre Au sujet de la vérificatin Prtée La vérificatin avait pur but d examiner

Plus en détail

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque

Le rôle de conseiller auprès des administrateurs. Le directeur général et le service de bibliothèque LE RÔLE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL Cntenu Nminatin du directeur général Le rôle de cnseiller auprès des administrateurs Le rôle de gestinnaire Le directeur général et le service de biblithèque Relatins entre

Plus en détail

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE

UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE Fnds d incitatin académique Académie de Brdeaux UN ACCOMPAGNEMENT PERSONNALISE POUR REUSSIR SA CLASSE DE SECONDE Lycée Bernard Palissy Agen (47) DESCRIPTION DU PROJET Ce prjet, au cœur du prjet d établissement,

Plus en détail

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le

COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS. Rapport Final. préparé par le COMITÉ TECHNIQUE DE REVUE DES TITRES ET CONVENTIONS MINIERS Rapprt Final préparé par le Cmité Technique de Revue des Titres et Cnventins Miniers de la République de Guinée cncernant la cnstructin et l'explitatin

Plus en détail

Toulouse, le 14 janvier 2015. La Rectrice de l académie de Toulouse, Chancelière des universités,

Toulouse, le 14 janvier 2015. La Rectrice de l académie de Toulouse, Chancelière des universités, Tuluse, le 14 janvier 2015 La Rectrice de l académie de Tuluse, Chancelière des universités, à Rectrat Directin des Persnnels Enseignants Mesdames et Messieurs les Directeurs académiques des services de

Plus en détail

2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION

2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION Bilan annuel de l uverture internatinale de l académie Orléans-Turs 2014-2015 DÉLÉGATION ACADÉMIQUE AUX RELATIONS EUROPÉENNES, INTERNATIONALES ET À LA COOPÉRATION L OUVERTURE À L INTERNATIONAL La li d

Plus en détail

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone

2. L application territoriale de ce principe de neutralité carbone PREMIER MINISTRE MINISTERE DE L ECOLOGIE, DE L ENERGIE, DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE SECRETARIAT D ETAT A L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE DÉLÉGATION INTERMINISTÉRIELLE À L AMÉNAGEMENT

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Luxembourg, le 25 février 2008. Le processus de Bologne et les carrières auprès de la Fonction publique. Dossier de presse

Luxembourg, le 25 février 2008. Le processus de Bologne et les carrières auprès de la Fonction publique. Dossier de presse Luxemburg, le 25 février 2008 Le prcessus de Blgne et les carrières auprès de la Fnctin publique Dssier de presse 1 Le prcessus de Blgne et les carrières auprès de la Fnctin publique Le prcessus de Blgne

Plus en détail

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE.

LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. LE CONSEILLER EN PREVENTION DANS L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE. NOTE. Paulus jean-luis Cnseiller en Préventin Niveau 2. paulus.jean-luis@htmail.fr 1 La li du 4 aût 1996 sur le Bien-être a mdifié la terminlgie

Plus en détail

Maturité professionnelle2 Orientation économie et services Type Economie

Maturité professionnelle2 Orientation économie et services Type Economie Maturité prfessinnelle2 Orientatin écnmie et services Type Ecnmie Une année à plein temps Certificat de maturité prfessinnelle Vtre frmatin Vus suivez actuellement la frmatin pur btenir la Maturité prfessinnelle

Plus en détail

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES

COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Mars 2011 COMMENT METTRE EN ŒUVRE UNE POLITIQUE ANTI-TABAC DANS DES IMMEUBLES À LOGEMENTS MULTIPLES Prtcle relatif aux cndminiums et aux cpératives de lgement en Ontari Les étapes suivantes ne snt que

Plus en détail

Cycle d informations et d échanges

Cycle d informations et d échanges La gestin financière des établissements d enseignement supérieur et de recherche Fiche n 8 : Les cmptables publics : l agent cmptable principal, les agents cmptables secndaires et les régisseurs Ainsi

Plus en détail

Souligné que les réformes peuvent bénéficier de consultations et d un dialogue ouvert avec la société civile et le secteur privé.

Souligné que les réformes peuvent bénéficier de consultations et d un dialogue ouvert avec la société civile et le secteur privé. Réunin du Cmité de piltage, 22 nvembre 2012 Initiative MENA-OCDE pur la guvernance et l investissement à l appui du dévelppement Prjet de cnclusins La première réunin du Cmité de piltage de l'initiative

Plus en détail

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine

Réhabilitation des institutions financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience Africaine Public Disclsure Authrized N. 131 janvier 2000 Public Disclsure Authrized Public Disclsure Authrized Réhabilitatin des institutins financières rurales : les enseignements tirés du Bénin et l expérience

Plus en détail

LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS. Sommaire

LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS. Sommaire NOTE D INFORMATION LE CUMUL D ACTIVITES DES AGENTS PUBLICS L:/Circulaires 2009 NT/SG Réf : Rémunératin 7.4 SERVICE CARRIERE Octbre 2009 Références : - Li n 83-634 du 13 juillet 1983 prtant drits et bligatins

Plus en détail

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit

Attention : Tous prêteurs L information pour toutes les personnes enregistrées en vertu de la Loi sur la communication du coût du crédit Attentin : Tus prêteurs L infrmatin pur tutes les persnnes enregistrées en vertu de la Li sur la cmmunicatin du cût du crédit Cmmissin des services financiers et des services aux cnsmmateurs Divisin des

Plus en détail

Entretien de bilan en 10 e année. Dossier pour les parents. Evaluation faite par Nom, prénom de l élève Classe Ecole. Erziehungsdirektion

Entretien de bilan en 10 e année. Dossier pour les parents. Evaluation faite par Nom, prénom de l élève Classe Ecole. Erziehungsdirektion Erziehungsdirektin Directin de l instructin des publique Kantns du cantn Bern de Berne Amt für Kindergarten, Vlksschule Office de l enseignement und Beratung présclaire et bligatire, du cnseil et de l

Plus en détail

Guide des MOOC à l UL

Guide des MOOC à l UL Guide des MOOC à l UL Infrmatins pur les enseignants Page SOMMAIRE Qu est-ce qu un MOOC? Quelle différence entre un MOOC et un curs en ligne? Sur quelle platefrme héberger sn MOOC? J ai un prjet de MOOC

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012

PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 PLAN DE TRAVAIL DU RÉSEAU DES FEMMES PARLEMENTAIRES DES AMÉRIQUES 2010 2012 Suivant les bjectifs du Réseau des femmes parlementaires des Amériques, les prirités d actin de la présidente du Réseau et les

Plus en détail

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T.

MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. MISSION TICE AISNE ESPACE NUMERIQUE DE TRAVAIL E.N.T. Mdifié en juillet 2014, ce dcument prpse des pssibilités de travail avec Icnit. Fichier surce : http://dsden02.ac-amiens.fr/tnp/tnp_internet/dssiers_tnp/activites_classe_mbile/ent/missin_tuic_02_ent_2012.pdf

Plus en détail

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu

CONDITIONS CLÉS À REMPLIR : règlement définitif sur les contrôles préventifs de l alimentation humaine Aperçu La FDA ffre cette traductin à titre de service pur l audience internatinale. Nus espérns que cette traductin vus sera utile. En dépit des effrts furnis par l Administratin pur que la traductin sit la plus

Plus en détail

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1)

Compte rendu groupes de travail sur émergence des questions évaluatives (Atelier qualification collective 1) Cmpte rendu grupes de travail sur émergence des questins évaluatives (Atelier qualificatin cllective 1) Objectifs : Identificatin des questins évaluatives (tris au maximum) et les myens qui divent être

Plus en détail

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION

L UTILISATION DE STANDARDS DE DONNEES DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE BELGE INTRODUCTION Cntenu 1. Origine... 2 2. Apprche... 2 3. Dmaine... 2 4. Pints de départ... 3 4.1. Cnventin sectrielle... 3 4.2. De Service Level Agreement vers Cnventin... 3 4.3. Seln le mdèle «cnsensus»... 3 4.4. Basées

Plus en détail

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC)

EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) EQUIPE SUR LE BUDGET ET LES FINANCES 1 COALITION POUR LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE (CICC) SOUMISSION A LA DOUZIEME SESSION DU COMITE DU BUDGET ET DES FINANCES, 20 AU 24 AVRIL 2009 15 AVRIL 2008 I. Bienvenue

Plus en détail

nombres "outils" / nombres "objets"

nombres outils / nombres objets 1 1 - À qui servent les nmbres? Le cncept de nmbre se cnstruit à partir de l'usage que l'n en fait. Les nmbres sernt d'abrd vécus cmme "utils", utiles pur résudre des prblèmes, mémriser une quantité, cmparer

Plus en détail

Allocations familiales après l'obligation scolaire - Etudiants

Allocations familiales après l'obligation scolaire - Etudiants Office des Régimes Particuliers de Sécurité Sciale Expéditeur ORPSS Rue Jseph II 47 BE-1 BRUXELLES crrespndant e-mail service PRESTATIONS FAMILIALES numér de cmpte BE91 96 149 1276 bureau BRUXELLES date

Plus en détail

LE RVER EN UN COUP D ŒIL

LE RVER EN UN COUP D ŒIL LE RVER EN UN COUP D ŒIL Le terme RVER est l acrnyme pur Régime Vlntaire d Epargne-Retraite. C est un nuveau régime de retraite régi par la Li sur les régimes vlntaires d'épargneretraite (Li sur les RVER)

Plus en détail

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage

Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pour les volontaires en recherche et sauvetage . Garde côtière auxiliaire canadienne Directive - Crédit d'impôt pur les vlntaires en recherche et sauvetage Objectif De furnir aux assciatins réginales de la GCAC des directives pur déterminer, enregistrer

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN

POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN POLITIQUE ET PROCÉDURE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN Appruvé par le Cmité de directin du Cégep de Saint-Jérôme en nvembre 2014 TABLE DES MATIERES 1. ÉNONCÉ... 3 2. OBJECTIFS...

Plus en détail

Canada stratégie d investissement 1

Canada stratégie d investissement 1 Canada stratégie d investissement 1 A. Stratégie d investissement glbale Aperçu général Le guvernement du Canada placera un accent renuvelé sur l écnmie, surtut en ce qui cncerne l investissement dans

Plus en détail

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE

MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE MAITRISE UNIVERSITAIRE D ETUDES AVANCEES EN MEDECINE DENTAIRE N.B. : Le masculin est utilisé au sens générique; il désigne autant les femmes que les hmmes ARTICLE 1 OBJET 1. La Faculté de médecine de l

Plus en détail

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS

Plan pluriannuel d accessibilité de TELUS Plan pluriannuel d accessibilité de Li sur l accessibilité pur les persnnes handicapées de l Ontari (LAPHO) 2014-2021 Plan pluriannuel d accessibilité de LAPHO Table des matières Applicatin 1 Intrductin

Plus en détail

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM.

PHASE 1 : choix et définition du sujet du TM. PHASE 1 : chix et définitin du sujet du TM. Le chix du sujet est une partie imprtante du TM. Ce chix se fait durant la 1 ère phase. La prblématique du thème cncerne le rapprt entre la chimie et la vie

Plus en détail

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT. Réforme des retraites. La cessation progressive d activité MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT Réfrme des retraites La cessatin prgressive d activité Guide de la cessatin prgressive d activité des fnctinnaires et des agents nn titulaires

Plus en détail

SYNTHESE DU RAPPORT L EGAL ACCES DES FEMMES ET DES HOMMES AUX RESPONSABILITES FAMILIALES ET PROFESSIONNELLES (IGAS, Brigitte Grésy)

SYNTHESE DU RAPPORT L EGAL ACCES DES FEMMES ET DES HOMMES AUX RESPONSABILITES FAMILIALES ET PROFESSIONNELLES (IGAS, Brigitte Grésy) SYNTHESE DU RAPPORT L EGAL ACCES DES FEMMES ET DES HOMMES AUX RESPONSABILITES FAMILIALES ET PROFESSIONNELLES (IGAS, Brigitte Grésy) L inégal partage du temps parental et des tâches dmestiques cnstitue

Plus en détail

RÈGLEMENT D ÉTUDES DE LA MAITRISE UNIVERSITAIRE EN COMPTABILITÉ, CONTROLE ET FINANCE (MASTER OF SCIENCE IN ACCOUNTING, CONTROL AND FINANCE)

RÈGLEMENT D ÉTUDES DE LA MAITRISE UNIVERSITAIRE EN COMPTABILITÉ, CONTROLE ET FINANCE (MASTER OF SCIENCE IN ACCOUNTING, CONTROL AND FINANCE) RÈGLEMENT D ÉTUDES DE LA MAITRISE UNIVERSITAIRE EN COMPTABILITÉ, CONTROLE ET FINANCE (MASTER OF SCIENCE IN ACCOUNTING, CONTROL AND FINANCE) UNIVERSITÉ DE GENÈVE, UNIVERSITÉ DE LAUSANNE Par suci de lisibilité,

Plus en détail

DEDELIBERATION N CR 06-15

DEDELIBERATION N CR 06-15 1 CR 06-15 DEDELIBERATION N CR 06-15 DU 13 FEVRIER 2015 Plitique culturelle Evlutin du sutien réginal à la restauratin du patrimine bâti. LE CONSEIL REGIONAL D ILE-DE-FRANCE VU le règlement (UE) n 651/2014

Plus en détail

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013

NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 NORMES DE FINANCEMENT DU SENTIER TRANSCANADIEN 2011-2013 VUE D ENSEMBLE Le Sentier est un rganisme enregistré de bienfaisance à but nn lucratif vué à la réalisatin de la cnstructin et de la prmtin du sentier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014

DOSSIER DE PRESSE. Jeudi 10 avril 2014 DOSSIER DE PRESSE Jeudi 10 avril 2014 Perspectives d évlutin du réseau cnsulaire Nrd de France : un établissement public unique avec des délégatins territriales frtes et respnsables. Plan de cpératin 2014-2020

Plus en détail

Création d un accueil de loisirs périscolaire dans le cadre du projet éducatif territorial (PEDT)

Création d un accueil de loisirs périscolaire dans le cadre du projet éducatif territorial (PEDT) Créatin d un accueil de lisirs périsclaire dans le cadre du prjet éducatif territrial (PEDT) Préambule La créatin d un accueil de lisirs périsclaire dans chaque écle élémentaire et/u maternelle est une

Plus en détail

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société

Renseignements concernant la contrefaçon des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la société Renseignements cncernant la cntrefaçn des billets de banque au Canada et ses effets sur les victimes et la sciété Table des matières 1. Le rôle de la Banque du Canada dans la prspérité écnmique du Canada...

Plus en détail

L Association sans but lucratif, asbl

L Association sans but lucratif, asbl L Assciatin sans but lucratif, asbl 1. Intrductin Lrsque deux u plusieurs persnnes s'asscient pur mettre des activités u des biens en cmmun, cette cllabratin est qualifiée, du pint de vue juridique, de

Plus en détail

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II.

Maintenir le statu quo de la Loi sur la santé et la sécurité du travail (et de ses règlements) pour les employeurs des groupes prioritaires I et II. Annexe : Les recmmandatins patrnales Préventin Rendre bligatire la créatin d un cmité de santé et sécurité du travail par emplyeur pur le secteur public et par établissement pur le secteur privé (plus

Plus en détail

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité

Conditions auxquelles un médecin doit répondre pour acquérir et maintenir la qualité d'accrédité Cnditins auxquelles un médecin dit répndre pur acquérir et maintenir la qualité d'accrédité (Texte appruvé par le Grupe de directin de l accréditatin du 15 février 2006) 1. Médecin bientôt agrée u récemment

Plus en détail

Actions d insertion 2012/2013

Actions d insertion 2012/2013 Cmmissin Eurpéenne Fnds Scial Eurpéen Actins d insertin 2012/2013 Le Département de Seine-Maritime suhaite sutenir les actins d insertin sciale et prfessinnelle en faveur des bénéficiaires du RSA dmiciliés

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation

Directive et procédure : Gestion du centre de documentation DSPR-DIR-02-01 Manuel de gestin Directive et prcédure : Expéditeur : Persnnel visé : Respnsable de sa mise en applicatin : Directin des services prfessinnels et de réadaptatin Persnnel du CR La Myriade

Plus en détail

Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 06/2009

Appel d Offres ouvert sur offres de prix N 06/2009 Appel d Offres uvert sur ffres de prix N 06/2009 REFONTE GRAPHIQUE ET FONCTIONNELLE DU SITE WEB INSTITUTIONNEL DU MINISTERE DE LA MODERNISATION DES SECTEURS PUBLICS REGLEMENT DE LA CONSULTATION MMSP/DSI/DSII

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES EPREUVE PRATIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES EPREUVE PRATIQUE Sessin 2011 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL SCIENCES ET TECHNIQUES SANITAIRES ET SOCIALES EPREUVE PRATIQUE Durée : 3 heures Cefficient 7 L'usage de la calculatrice

Plus en détail

1. Description de poste, commis de bibliothèque. 2. Description de poste, commis-dactylo. 3. Offres d emploi. 5. Lettre d acceptation

1. Description de poste, commis de bibliothèque. 2. Description de poste, commis-dactylo. 3. Offres d emploi. 5. Lettre d acceptation Exemples 1. Descriptin de pste, cmmis de biblithèque 2. Descriptin de pste, cmmis-dactyl 3. Offres d empli 4. Exemple de frmulaire de demande d empli 5. Lettre d acceptatin 6. Cntrat 7. Échelle salariale

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIETE

COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIETE COMMISSION RELATIVE A LA COPROPRIETE RECOMMANDATION n 13 relative au cnseil syndical La présente recmmandatin cmprte, d'une part, des dispsitins générales et, d'autre part, des dispsitins particulières

Plus en détail

Implémentation de la nouvelle politique de santé mentale pour enfants et adolescents

Implémentation de la nouvelle politique de santé mentale pour enfants et adolescents Implémentatin de la nuvelle plitique de santé mentale pur enfants et adlescents Mdèle pur la descriptin du réseau 1. Intrductin Le 30 mars 2015, le Guide vers une nuvelle plitique de sins de santé mentale

Plus en détail

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace

Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Mise en place d un espace numérique de travail Quickplace Une fis l espace créé par le CRDP, il y a un certain nmbre de travaux à prévir avant de puvir l utiliser avec les étudiants. D une manière générale,

Plus en détail

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL»

LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI. Analyse du projet de loi C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LA RÉFORME DE L ASSURANCE EMPLOI Analyse du prjet de li C 38 «CHÔMEURS AU TRAVAIL» LE PROJET DE LOI C 38 Sanctinné le 29 juin 2012, ce prjet de li apprte des changements majeurs à la li de l assurance

Plus en détail

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn

Chapitre 6 Les groupes au cœur de LinkedIn Chapitre 6 Les grupes au cœur de LinkedIn Purqui les grupes snt-ils assimilés au cœur de LinkedIn? Parce que ce snt les grupes qui génèrent le plus d interactins. C est au sein des grupes que vus puvez

Plus en détail

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1

Notes explicatives Accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 1 Ntes explicatives Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux Article 1 Li de mise en œuvre de l Accrd Canada États-Unis pur un meilleur échange de renseignements fiscaux

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS

PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS PROCESSUS DE CERTIFICATION DES MONITEURS JE NAGE INFORMATIONS POUR LES MAITRE ÉVALUATEURS NOTE: Les mniteurs qui suivent la frmatin de mise à niveau et de mise à niveau à distance ne snt pas tenus de remplir

Plus en détail

Banque Scotia Charte Comité de direction et d'évaluation des risques

Banque Scotia Charte Comité de direction et d'évaluation des risques Banque Sctia Charte Cmité de directin et d'évaluatin des risques Attributins, bligatins et respnsabilités du Cmité de directin et d'évaluatin des risques du cnseil d'administratin («le cmité»). A. Mandat

Plus en détail

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu

Réunions de territoires Parentalité Juin 2014 Compte rendu Le Cmité de piltage du Réseau Parentalité Reaap de la Drôme, cmpsé de la directin départementale de la chésin sciale, la Caf, le Cnseil général, la Msa et l Udaf, a rganisé, en cmplémentarité des rencntres

Plus en détail

ADMISSION AU LYCÉE INTERNATIONAL ALEXANDRE DUMAS

ADMISSION AU LYCÉE INTERNATIONAL ALEXANDRE DUMAS AMBASSADE DE FRANCE EN ALGÉRIE Service de Cpératin et d Actin Culturelle Cpératin Éducative et Enseignement Français ADMISSION AU LYCÉE INTERNATIONAL ALEXANDRE DUMAS * Année sclaire 2013-2014 * Ntice de

Plus en détail

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL

AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL AIDE EMPLOI POUR L ENTREPRENARIAT SOCIAL REFERENCES JURIDIQUES : - Règlement (CE) N 1998/2006 de la cmmissin eurpéenne en date du 15 décembre 2006 cncernant les aides de minimis - Règlement (CE) n 1535/2007

Plus en détail

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE

NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE LA FORMATION PROFESSIONNELLE POUR LA SECURISATION DES PERSONNES ET LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES 8 Juillet 2013 Les participants à la grande cnférence sciale

Plus en détail

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15

Audits énergétiques Entreprises Règlementation et perspectives Méthodologie Février15 Audits énergétiques Entreprises Règlementatin et perspectives Méthdlgie Février15 Présentatin générale Qui smmes-nus? Bureau d études techniques Energies renuvelables et Maitrise de l Energie Actinnariat

Plus en détail

COMMUNAUTE HOSPITALIERE DE TERRITOIRE

COMMUNAUTE HOSPITALIERE DE TERRITOIRE COMMUNAUTE HOSPITALIERE DE TERRITOIRE Cmmunauté Hspitalière de Territire Le persnnel en danger Les représentants du persnnel nt enfin pu avir cnnaissance du cntenu de la cnventin de CHT entre Hyères, Brignles

Plus en détail

Prix pour les jeunes chercheurs

Prix pour les jeunes chercheurs Prix pur les jeunes chercheurs REGLEMENT DE L EDITION 2016 ARTICLE I. OBJET DU PRIX La Fndatin Bettencurt Schueller, recnnue d utilité publique, a pur but de «participer au maintien et au dévelppement

Plus en détail

Renouvellement d une police d assurance

Renouvellement d une police d assurance AGENTS, COURTIERS Renuvellement d une plice d assurance La prcédure de renuvellement vise à aider les représentants à respecter leurs bligatins lrs du renuvellement d une plice d assurance. Ces bligatins

Plus en détail

Tiers payant social obligatoire synthèse de la situation

Tiers payant social obligatoire synthèse de la situation Tiers payant scial bligatire synthèse de la situatin Rétractes L article 53 de la li AMI a été mdifié à plusieurs reprises par Mme Onkelinx. Ces mdificatins cncernaient d une par le Tiers payant (art.53

Plus en détail

Cadre de référence des Contrats de quartier

Cadre de référence des Contrats de quartier Cadre de référence des Cntrats de quartier Validé par le Cnseil administratif lrs de sa séance du 12 février 2014 Dcument élabré par la directin du Département de la chésin sciale et de la slidarité, sus

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES

GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS. Préparation aux examens de l AMF. Pour : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES GUIDE DU CANDIDAT REPRESENTANT EN ASSURANCE DE DOMMAGES DES PARTICULIERS Préparatin aux examens de l AMF Pur : DESJARDINS ASSURANCES GENERALES Prfesseur : Jacques Bélanger 04-2012 TABLE DES MATIÈRES I.

Plus en détail

Demande d allocation supplémentaire d invalidité

Demande d allocation supplémentaire d invalidité Demande d allcatin supplémentaire d invalidité Ntice explicative Cette ntice a été réalisée pur vus aider à cmpléter vtre demande. Imprimé prvisire Réf. 05/2015 Demande d allcatin supplémentaire d invalidité

Plus en détail

Nouveautés apportées à l assessment-tool

Nouveautés apportées à l assessment-tool Nuveautés apprtées à l assessment-tl La dcumentatin et les utils d aide de Friendly Wrk Space snt régulièrement révisés, actualisés et dévelppés. Ainsi, la directive a une nuvelle fis été mise à jur en

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire

DOCUMENT DE TRAVAIL. Financer le transport en commun dans le Grand Montréal. Sommaire Financer le transprt en cmmun dans le Grand Mntréal Smmaire Mémire de la Sciété de transprt de Laval, en cllabratin avec la Ville de Laval Présenté à la cmmissin du transprt de la Cmmunauté métrplitaine

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PROJET

BILAN D ACTIVITE DU PROJET BILAN D ACTIVITE DU PROJET «Améliratin de la prise en charge d un grupe d enfants handicapés de familles très démunies» Marrakech Marc Intrductin Le système marcain actuel prend très peu en cmpte les besins

Plus en détail

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les

Lignes directrices aux fins d octroyer une aide financière aux OBNL locataires dans des immeubles non résidentiels imposables œuvrant dans les Lignes directrices aux fins d ctryer une aide financière aux OBNL lcataires dans des immeubles nn résidentiels impsables œuvrant dans les dmaines de l art et de la culture, du dévelppement scial et cmmunautaire

Plus en détail

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger

Fiche sur les assurances nécessaires lors d un séjour à l étranger Fiche sur les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger Préambule Cette fiche cncerne les assurances nécessaires lrs d un séjur à l étranger. En effet, Éducatin internatinale cnsidère maintenant

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

UNIVERSITE NOTRE DAME D HAITI Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé

UNIVERSITE NOTRE DAME D HAITI Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé Intrductin UNIVERSITE NOTRE DAME D HAITI Faculté de Médecine et des Sciences de la Santé ADMISSION L admissin à la Faculté de Médecine de l Université Ntre Dame d Haïti entraîne une appartenance à l Institutin.

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES

MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES. Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES MARCHE DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Marché n 2011-002 CAHIER DES CHARGES Midi-Pyrénées Innvatin Agence réginale de l innvatin 31685 Tuluse Cedex Objet de la cnsultatin : Accmpagnement dans l élabratin

Plus en détail

Service Public de Wallonie

Service Public de Wallonie Service Public de Wallnie DGO2 Mbilité et Vies Hydrauliques Département de la Stratégie de la Mbilité Directin de la Planificatin de la Mbilité Financements cmmunaux cmplémentaires «Crédits d impulsin»

Plus en détail

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA.

Aucune distinction entre un logiciel développé et en maintenance par GEOBOX SA et un logiciel uniquement revendu par GEOBOX SA. Winterthur, le 1.1.2010 Cnditins générales GEOBOX SA Technpark Winterthur Jägerstrasse 2 8406 Winterthur 1 Objet du cntrat GEOBOX SA furnit des prestatins à ses clients dans le but d assurer, autant pur

Plus en détail

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat.

L élève passe cette soutenance orale du TPE dans son lycée, sauf pour ceux des établissements hors contrat. Une fis la prductin écrite et la synthèse du TPE rendus, il faut préparer la sutenance rale! Pur t aider, nus avns demandé à Carl, une prfesseure de SVT qui fait partie chaque année d un jury de TPE, de

Plus en détail

Appel A Projets du C2TR Note de présentation

Appel A Projets du C2TR Note de présentation Appel A Prjets du C2TR Nte de présentatin PREAMBULE Le prjet C2TR est né de la vlnté de la Régin Picardie et de l Etat de créer, à partir des besins exprimés par un industriel, AEROLIA, une plate-frme

Plus en détail

./. Concerne : Arrêté d'imposition pour l'an 2013. 1462 Yvonand, le 24 septembre 2013. Au Conseil communal. 1462 Y v o n a n d

./. Concerne : Arrêté d'imposition pour l'an 2013. 1462 Yvonand, le 24 septembre 2013. Au Conseil communal. 1462 Y v o n a n d 1462 Yvnand, le 24 septembre 2013 Municipalité d Yvnand Tél. 024/557 73 00 Fax 024/557 73 01 E-mail : greffe@yvnand.ch Au Cnseil cmmunal 1462 Y v n a n d Préavis municipal N 2012/11 Cncerne : Arrêté d'impsitin

Plus en détail

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S

T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S T R A I T E M E N T D E S S O M M E S A C C U M U L É E S À L A S U I T E D E S D É P Ô T S N O N R É C L A M É S Page de 0 C O N T E X T E Sciété en cmmandite Gaz Métr («Gaz Métr») demande à certains

Plus en détail

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE

ÉTUDIANTS EN SITUATION DE ANNEXE 10 ÉTUDIANTS EN SITUATION DE HANDICAP EN STAGE Exemple de frmatin adressée aux enseignants du cllégial. Présentatin par le centre cllégial de sutien à l intégratin de l Est du Québec ccsi@cegep-ste-fy.qc.ca

Plus en détail

Les documents de référence (2012-05-D-14-fr-7 et 2012-05-D-15-fr-8) peuvent être consultés sur le site des écoles européennes.

Les documents de référence (2012-05-D-14-fr-7 et 2012-05-D-15-fr-8) peuvent être consultés sur le site des écoles européennes. X) Types d aide aux apprentissages. Crdinateurs du sutien («Supc») : Mme Maria BRENNAN et Mme Irene THOMAS pur l écle primaire Mme Charltte HENRIKSEN pur l écle secndaire. Les dcuments de référence (2012-05-D-14-fr-7

Plus en détail

"TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE

TSPM «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE & ORGANISENT DU 29 NOVEMBRE AU 3 DECEMBRE 2010 UNE FORMATION EN GESTION DE PROJET ET UNE CERTIFICATION INTERNATIONALE : "TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr.

Plus en détail

Bibliothécaire - Secteur secondaire - Plan d action 2013-2014

Bibliothécaire - Secteur secondaire - Plan d action 2013-2014 Plan d actin 2013 2014 Biblithécaire, secteur secndaire Cmmissin sclaire de Saint-Hyacinthe Page 1 sur 11 Biblithécaire : Sphie Mrissette Biblithécaire - Secteur secndaire - Plan d actin 2013-2014 Ce plan

Plus en détail

CURRICULUM VITAE 2. 1. Informations personnelles. Prénom : Kouassi. Nom de famille : KOUASSI

CURRICULUM VITAE 2. 1. Informations personnelles. Prénom : Kouassi. Nom de famille : KOUASSI CURRICULUM VITAE 2 1. Infrmatins persnnelles Prénm : Kuassi Nm de famille : KOUASSI Date de naissance : en 1953 Natinalité : Ivirienne Situatin matrimniale : Marié, père de 3 enfants e-mail : lkkuassi@yah.fr

Plus en détail

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore.

Caractérisation des activités Etude des circuits financiers SYNTHESE. Schéma d Aménagement et de gestion des eaux de la Dore. Caractérisatin des activités Etude des circuits financiers Schéma d Aménagement et de gestin des eaux de la Dre Synthèse SYNTHESE SYNTHESE I. CONTEXTE ET OBJECTIFS DE L ETUDE L étude vise à répndre à l

Plus en détail