n 23 Bulletin d'informations de Relie-F asbl Différentes tendances dans un même mouvement!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 23 Bulletin d'informations de Relie-F asbl Différentes tendances dans un même mouvement!"

Transcription

1 Bimensuel: Janvier-Février 2012 n 23 - Editeur responsable: Rostand Tchuilieu - Relie-F asbl - Rue des Tanneurs, Bruxelles - N d'agréation: P Photo: by The Blind Glass Bulletin d'informations de Relie-F asbl n 23 Différentes tendances dans un même mouvement! Belgique-Belgïe P.P.-P.B Libramont MASSPOST BC 25107

2 Une publication de Conseil d'administration YFU écolo j Asmae Quinoa Empreintes SPJ FEF COALA FCJMP Jeunes FDF Jeunes cdh Arc-en-Ciel UEJB BAO-J CEF Rostand TCHUILIEU, Président Géraldine MARTIN Mathilde SERRUYS Séverine DE LAVELEYE Etienne CLÉDA Yann GABEL Michaël VERBAUWHEDE Olivier GEERKENS Olivier LEBLANC Carinne LENOIR Cédric MAHIEU Marc FANUEL Gady BERGIER Georges NIHOUL Alice VERLINDEN Edito Chères amies, chers amis, L année 2011 se termine et le royaume est heureux de revivre à la face du monde. Oyez! Oyez! Le gouvernement tant attendu est arrivé. Même si psychologiquement cela rassure la conscience collective, nous n avons pas attendu cet accouchement douloureux pour assumer avec enthousiasme et responsabilité notre mission dans le secteur jeunesse. Certaines OJ du réseau ont même apporté une lueur d optimisme et d espérance. L année a commencé avec la reconnaissance accordée à trois OJ. D autres ont célébré leurs anniversaires: 60 ans pour YFU, 40 ans pour la FCJMP, 30 ans pour Asmae, et Empreintes ; 20 ans pour Quinoa et ans pour Relie-F. Au-delà des vœux les plus sincères exprimés, c est la reconnaissance surtout de la pérennité des ces OJ à mettre en avant. Je suis tenté de dire que plus que jamais, la société et le monde de demain compte sur nous et, les missions bien que plurielles de nos organisations contribueront à la formation de nos CRACS. C est pourquoi nous devons sans cesse nous remettre en question et entrer en confrontation avec notre public afin de nous assurer d être en adéquation avec leur attente. A cet égard, notre coordination use de son génie inventif afin que les enjeux sectoriels soient abordés avec pro activité. En effet, votre Nouvelles vague adoptera aussi un ton plus revendicateur: une nouvelle rubrique "La voix de Relie-F" interpellera les différents pouvoirs publics à la prise en compte des jeunes dans leur politiques au-delà des politiques sectorielles qui leurs sont consacrées. Enfin, il me reste à vous souhaiter une excellente année 2012 placée sous le signe de la reconnaissance (comprenne qui pourra) de tous. Je souhaite aussi que nous conservions jalousement ce pluralisme qui fait de notre fédération une alternative pour les OJ non fédérées avides de garder leur singularité. Je souhaite aussi que nous accueillions à bras ouverts d autres OJ qui marqueront un intérêt de rejoindre Relie-F. Relie-F asbl Rue des Tanneurs, Bruxelles Tél.: 02/ Fax : 02/ Rostand TCHUILIEU Président de Relie-F Bimensuel publié à 1000 exemplaires Editeur responsable: Rostand Tchuilieu Ont participé à ce numéro: Sophie Vanderheyden Mathilde Serruys Georges Nihoul Laura Leon Fanjul Sara Peeters Hugo Roegiers Maïté Bodart Guillaume Le Mayeur Patrick Jacquemin Pierre Evrard Vanessa Gohy Gaël Verzele Nicolas Dufays Patrick de Mûelenaere Boris Daun Deborah Unger Gady Bergier Xavier Ory Rostand Tchuilieu Maud Imhoff Jean-Marc Vancamp Frank Delandshere Christophe Cocu Jérôme Martens Imprimé sur du papier certifié FSC 2

3 "Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années." Pierre Corneille P4 P5 P6 P7 P8-9 P10 P11 P12 P13 P14 P15 P16 P18 P19 Les Actus P20 P21 P22-23 P24 P25 P26-27 P28 P29 P30 P31 Sommaire La Voix de Relie-F: Entendre le citoyen de demain Rentrée en force pour la FEF Réduction du temps de travail: sectorielle et non collective! Concours: "Ton école manque de moyens? Montre-le!" Les Tables du Pluralisme: sous le signe de la Charte Associative Campagne contre le populisme Les prix déraillent dans les transports en commun bruxellois Sortie de l'outil Relie-F: "Le monde dont vous êtes le héros" Les jeunes volontaires se lèvent - European Youth Forum Salon de l'emploi & Salon de l'education Arc-en-Ciel en chantier L'UEJB interviewe Jacques Brotchi: chronique d une démission qui en dit long... Faut pas prendre les OJ pour des canards sauvages! Quoique...! 2011: Grand cap pour nos OJ! Une décennie en Relie-F 40 ans d'action en milieu populaire 30 bougies pour Asmae: couronnement d'une année faste Youth For Understanding a 60 ans 20 ans, ça se fête! Immersion dans le monde de Quinoa De Jeunesse et Ecologie à Empreintes: 30 ans d histoire à fêter Carte blanche Quel avenir pour les programmes jeunesse de la Commission européenne? Proust Focus OJ: Fédération des Etudiants Francophones Relie-F 3

4 Les Actus La Voix de Relie-F Entendre le citoyen de demain La jeunesse est une entité multiforme, hétérogène et hétéroclite. Pourtant cette frange de la population représente un tiers des habitants de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une série de politiques sectorielles concernent les jeunes, mais ils sont aussi tributaires d autres politiques, non sectorielles, dont ils sont souvent les victimes collatérales. Relie-F appelle donc les élus de tous bords et de tous partis à entendre le citoyen de demain, pour une société jeunes admis! Exporter la CRACS attitude En l absence d un cours d éducation civique en Fédération Wallonie- Bruxelles, Relie-F considère que le tissu associatif jeune doit agir. Faute de quoi, aucun apprentissage de la démocratie ne sera proposé aux jeunes. Dès lors, nous, les organisations de jeunesse et centres de jeunes, mettons en place au jour le jour des activités visant à accompagner les jeunes vers une citoyenneté responsable, active, critique et solidaire (CRACS). Or nous estimons que cette CRACS attitude, que nous défendons, doit s exporter dans le reste de la société et s exprimer également au niveau institutionnel. Les logiques de participation doivent pouvoir trouver leur place en tous lieux et à tout moment à l écart des relations piliarisées qui peuvent exister entre le monde politique et le secteur associatif. Ceci est d autant plus important que la proportion de jeunes de moins de 30 ans est de 37 % en Fédération Wallonie-Bruxelles! Politiques sectorielles, spécifiques et généralistes L e s p o l i t i q u e s d e j e u n e s s e sectorielles sont là: - Soit en soutien à un tissu d organisations de jeunesse et de centres de jeunes: c est le secteur de la Jeunesse. - Soit en soutien à des jeunes en danger ou plus rarement délinquants, c est l Aide à la Jeunesse. Outre ces " p o l i t i q u e s d e jeunesse" sectorielles, les jeunes sont également spécifiquement concernés par d autres thématiques. Par exemple 76% des ans fréquentent l enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ou encore que, le taux de chômage des ans est de 17,3 % en Belgique (cette situation est d autant plus interpellante qu elle est liée à l origine culturelle ou linguistique des demandeurs d emploi). Finalement les jeunes sont aussi indirectement touchés par des politiques générales qui leurs sont défavorables. Par exemple, en Belgique, 17 % des mineurs vivent sous le seuil de pauvreté. Le nombre de mineurs étrangers non-accompagnés (MENA) ne cesse d augmenter. En tout, cela représente un sixième des enfants, victimes indirectes des politiques de l action sociale, d insertion professionnelle, du logement, de la santé, de la citoyenneté, de l espace public, de la mobilité, de la famille, etc... Des politiques systémiques, une nécessaire attention Nous le voyons, aucune politique n est isolée; chacune d elle a des conséquences systémiques sur la jeunesse. Nous lançons un appel pour que chaque politique soit une politique "jeunes admis", c est-à-dire une politique qui: - ne nuit pas directement ou indirectement à l épanouissement de la jeunesse ; - n handicape pas les générations à venir ; - offre une possibilité aux jeunes de prendre leur place dans la société, afin qu ils puissent continuer à développer leur citoyenneté responsable, active, critique et solidaire. Pour toutes ces raisons, il est important que la nécessaire réorganisation des compétences des uns et des autres, ainsi que les mesures budgétaires à venir n handicapent pas le futur à court, moyen et long terme des politiques de jeunesse. C est de l épanouissement des futurs générations, des adultes et citoyens de demain qu il s agit. Christophe Cocu Relie-F 4

5 Les Actus Rentrée en force pour la FEF A la rentrée académique, la Fédération des Etudiants Francophones a décidé de développer non pas une mais trois campagnes. Les thèmes sont: la sélection à l entrée, la défense des droits étudiants et la nécessité d un enseignement public. La FEF suit ainsi son fil rouge, lancé par le conseil fédéral il y a deux ans, à travers la note PQG: pour un enseignement public, de qualité et qui tend vers la gratuité. Pas touche au décret Wendy! A la rentrée, le ministre de l Enseignement supérieur, Jean- Claude Marcourt, avait soumis l idée de modifier le décret Wendy à travers l adoption d un décret Syllabus. Ce nouveau décret est présenté, à tort, comme un octroi supplémentaire de droits aux étudiants. La FEF, défenseuse des droits étudiants, a mobilisé les étudiants de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles. Début octobre, plus de 16 Assemblées Générales Etudiantes Les étudiants donnent leur avis sur la qualité de l enseignement Mi-octobre débutait officiellement la campagne annuelle de la FEF. Les étudiants s inquiètent quant à la qualité de l enseignement (locaux aux normes de sécurité, encadrement suffisant) et au coût des études. Ce sont là deux problèmes structurels liés à un manque de financement de l enseignement depuis les années 80. Pour la FEF, il est clair qu un bon enseignement public garantissant des études supérieures de qualité et accessibles à tous ne peut exister sans un financement public conséquent étudiants sont invités à donner leur avis sur la qualité de l enseignement supérieur et le coût des études, à travers un sondage. Plusieurs actions locales seront organisées dans les mois à venir ainsi qu une grande action communautaire, lors du deuxième semestre. (AG) ont eu lieu, en une semaine, pour condamner l attaque du Ministre. Le 5 octobre, les étudiants bruxellois organisaient l enterrement de Wendy, devant le siège du gouvernement de la Communauté française alors que le nouveau décret était voté au Parlement. Non à la sélection Alors que de plus en plus de voix s élèvent pour réclamer une sélection à l entrée des études supérieures (examen d entrée généralisé, test d orientation, etc...), la FEF s oppose à toute forme de sélection. Les étudiants, eux, ne semblent pas très informés des projets existants, ni des conséquences désastreuses qu une sélection aurait pour tous les étudiants. C est pourquoi la FEF a décidé de lancer une campagne de sensibilisation sur ce sujet. Des équipes de la FEF se rendent sur les différents campus, en Fédération Wallonie- Bruxelles, afin de tenir des stands, faire des appels d auditoire et informer le plus large public estudiantin possible. Michael Verbauwhede FEF En savoir plus? Pour remplir le sondage en ligne, rendez-vous sur: Suis l'actu de la FEF sur notre page Facebook: FEF Fédération des Etudiants Francophones 5

6 Les Actus Réduction du temps de travail: Sectorielle et non collective! La réflexion sur la réduction du temps de travail part d un constat implacable. Nous vivons une accumulation de crises: la crise de la dette, le financement des pensions, la crise environnementale, les crises bancaires à répétition, pour citer quelques exemples. En tant que j e u n e s s e politique, nous avons le devoir de penser un nouveau modèle de société. Tous ces évènements font en effet peser de fortes menaces sur l avenir de notre génération. L e m p l o i e s t u n e d e s préoccupations majeures des jeunes et une priorité politique pour les Jeunes cdh. C est notamment via l obtention d un travail qu un jeune peut construire son projet de vie. recherchés et très bien rémunérés. Diminuer le nombre d heures de travail pour ceux-ci engendrera une augmentation de la demande d ingénieurs, ce qui aura pour effet de pousser leurs salaires à la hausse. En revanche, pour les métiers pour lesquels il y a un surplus ou à tout le moins une grande offre de travailleurs, il y aura une c o n c u r r e n c e a c c r u e e n t r e les demandeurs d emploi. Cela r e n f o r c e r a l e r i s q u e d e nivellement salarial vers le bas. En conclusion, la RCTT risque de mettre à mal les jeunes qui sont déjà fragilisés sur le marché de l emploi, et de ne profiter qu à des travailleurs qui représentent déjà une certaine élite (puisqu ils sont déjà très demandés). Nous reconnaissons l importance de repenser un modèle économique qui est véritablement au service de l homme. Il est temps de faire primer la qualité de vie sur le règne de l argent. Voilà pourquoi les Jeunes cdh sont prêts à débattre de la réduction du temps de travail, mais il doit s agir d une réduction non pas collective, mais sectorielle. Ainsi, les Jeunes cdh sont favorables à une réduction sectorielle du temps de travail, à savoir pour certaines catégories professionnelles qui ne sont pas en pénurie et reconnues comme particulièrement éprouvantes physiquement. Il est crucial de prendre en compte la spécificité de chaque secteur. Nicolas Dufays Jeunes cdh Pour lutter contre le chômage des jeunes, de nombreuses propositions sont avancées par diverses organisations, parmi lesquelles la réduction collective du temps de travail (RCTT). Les Jeunes cdh sont sceptiques par rapport à cette approche. En effet, une RCTT ne serait réellement favorable qu aux t r a v a i l l e u r s q u i p r é s e n t e n t un profil très recherché. Par exemple, on constate une pénurie d ingénieurs aujourd hui. En conséquence, ils sont très 6

7 Les Actus Ton école manque de moyens? Montre-le! Que l enseignement manque de moyens en Communauté française, ce n est un secret pour personne. De nombreuses enquêtes le montrent, de nombreux professeurs via leur syndicat le disent, mais cela se remarque facilement sur le terrain. Bâtiments tombant en ruine, problèmes de chauffage en hiver, salles de classe trop petites ou des cours qui se donnent dans la cantine faute de places, manque de professeurs, pas ou peu de cours de rattrapage ou de remédiation, matériel scolaire ou de gym dépassé,... Les conséquences, de cette maladie qu est le sous-financement, sont légion. Dès sa fondation en 2005, le Comité des élèves francophones (CEF) a fait de la dénonciation du manque de moyens pour nos écoles un de ses chevaux de bataille. Que ce soient les actions pour avoir du chauffage en hiver, pour du matériel convenable dans les ateliers d écoles professionnelles, contre le décret Partenariat- Public-Privé ou plus récemment contre le décret Robin des bois. Cette année 2011 fut bien remplie pour le CEF, mais si nous nous sommes un peu éloignés de nos campagnes habituelles avec les manifestations pour l unité et la solidarité en Belgique (Shame, Révolution des frites et Place des frites), nous voulons terminer l année en revenant à nos principes fondateurs: la dénonciation du manque de moyen et la revendication du refinancement public de l enseignement à hauteur de 7% du PIB. Dans ce cadre, le CEF organise un grand concours photos/ vidéo, ouvert à tous les élèves fréquentant les écoles secondaires de la Communauté française. Modalités du concours: Pour s inscrire au concours, rien de plus simple. Il suffit d aller sur la page Concours CEF "Ton école manque de moyens? Montre-le!" sur Facebook, cliquer sur "J aime" et le contenu de la page apparaît. Ensuite il suffit de s inscrire et de trouver minimum deux potes dans son école et constituer une équipe. Les photos seront visibles sur cette même page et tous tes potes pourront voter pour ta photo. L idée: se réunir par groupe de 3 à 10 personnes, soit prendre 3 photos, soit faire une vidéo professionnelle, dans leur école, et montrer comment les conséquences du sous-financement se voient dans leur établissement. L inscription se fait sur la Fan Page Concours CEF "Ton école manque de moyens? Montre-le!". Les photos seront accessibles sur cette même page, les jeunes pourront alors voter pour leur photo ou vidéo préférée et ainsi départager les groupes participants. Le concours se terminera par un vernissage et une exposition où aura lieu la remise des prix pour les équipes gagnantes. A cette exposition, que nous voulons itinérante, des responsables politiques, des professeurs, des directions d écoles et autres acteurs du monde enseignant seront invités. Le but de ce concours est double: tout d abord il se fixe comme objectif de faire des élèves des citoyens actifs et conscients que le sous-financement de l enseignement est un problème grave et qu il nécessite de s en préoccuper. Nous pensons que s organiser en groupe dans les écoles, et réfléchir à comment s y manifestent les conséquences du manque d argent, est un très bon moyen. Deuxièmement, ce concours a pour but d interpeller le monde politique. En cette période d austérité annoncée, le CEF veut rappeler, que même en période de crise, l investissement dans l enseignement doit être une priorité, et réclamer son refinancement à hauteur de 7% du PIB. Laura Leon Fanjul CEF 7

8 Les Actus Les Tables du Pluralisme 2011: Certains diront "soirée de travail", "mise en réseau", "moment convivial" ou "repas-débat", Et personne n aura tort! Car c est un peu tout cela les Tables du pluralisme. C est le rendez-vous annuel du Pluralisme, de la mise en réseau, et de la rencontre informelle de Relie-F. Autour d un sujet de débat puis d un repas, les participants construisent des points de vue collectifs et participent à la mise en réseau des membres. Ce ne sont pas moins de 3 représentants par association membre qui sont conviés: des coordinateurs, des membres du CA, des membres de l AG, des membres de l équipe: Peu importe, pourvu qu ils viennent l esprit léger avec le désir de se mélanger. 8

9 Les Actus sous le signe de la Charte Associative C est donc une petite quarantaine de participants, issus des quatre coins de la Belgique, qui ont rallié le quartier Léopold afin de participer à la première activité de la soirée: un apéro-débat. Par petites tables de quatre, les participants ont ainsi pu découvrir et débattre des grands principes de la Charte Associative. Après une petite synthèse, les débats ont continué bon train sur divers sujets relatifs à notre secteur. La soirée s est poursuivie par un buffet indien représentant à lui seul les mille couleurs de la diversité. Ce fut également l occasion pour les membres et pour l équipe de Relie-F de se rencontrer plus largement et de manière plus informelle. La soirée s est clôturée sur un sentiment de grande réussite, et en nous promettant de remettre le couvert l année prochaine, pour créer plus de lien, plus de pluralisme, plus de rencontres. Christophe Cocu Relie-F 9

10 Les Actus Campagne contre le populisme A l occasion des 24 heures vélo à Louvain-la-Neuve, les cinq organisations de jeunesse politiques (parmi lesquelles trois sont membres de Relie-F : écolo j, les Jeunes cdh et les Jeunes FDF) ont lancé sur le terrain une campagne commune contre le populisme. Cette initiative, qui s inscrit dans le cadre de la sous-commission citoyenneté de la Commission consultative des organisations de jeunesse, vise à sensibiliser les jeunes aux menaces que représente le populisme pour la démocratie. Sur le site Internet on peut découvrir une carte blanche portant sur ce thème, ainsi que quatre cartes "choc", qui affichent un slogan populiste ("Tous pourris sauf moi!", "Pour plus de sécurité", "Pour une société plus propre!", "Les Belges d abord") et un dessin caricatural, invitant les gens à réfléchir sur le sens et la portée de messages populistes, qui intoxiquent trop souvent les débats politiques. La politique ne se réduit pas à un slogan! Au verso de ces cartes figure une explication du caractère résolument populiste du slogan. Ainsi, le 26 octobre dernier, des membres des différentes jeunesses politiques sont allés à la rencontre des jeunes sur le site de Louvain-la-Neuve pour leur distribuer ces cartes postales et tenter de les sensibiliser aux dangers que représentent les différentes formes de populisme. Contre l intoxication populiste du débat d idées! Le public, présent en masse pour cet événement festif, s est montré réceptif et intéressé par la démarche des jeunesses politiques. Au cours des prochaines semaines, la sous-commission citoyenneté de la CCOJ continuera cette campagne via la diffusion de ces cartes sur différents sites très fréquentés par les jeunes. Nicolas Dufays Jeunes cdh Sara Peeters écolo j Patrick de Mûelenaere Jeunes FDF 10

11 Les Actus Les prix déraillent dans les transports en commun bruxellois Dans le cadre de leur groupe de travail sur la mobilité, écolo j Bruxelles a trouvé nécessaire de réagir par rapport à l augmentation des tarifs de la STIB. Voici donc leur avis: Augmentation des abonnements jeunes, augmentation de 25% pour les titres de transport achetés dans les véhicules et suppression du remboursement des abonnements scolaires pour les étudiants bruxellois... écolo j Bruxelles ne pouvait plus rester les bras croisés et surtout la bouche fermée! abonnement de transport par leur employeur, se voient protégés de ces augmentations. De plus, si l augmentation des tickets achetés dans les véhicules a pour objectif d augmenter la vitesse commerciale, il nous semble que la différence avec le ticket acheté hors véhicule doit être significative. Dès lors une augmentation de ces derniers n est pas souhaitable. Nous insistons enfin pour que l offre actuelle, meilleur moyen de se déplacer de façon durable et d encourager la mobilité douce. Pour nous, les trains, trams, bus doivent être plus accessibles, moins chers, et gratuits à terme, pour que les jeunes puissent se déplacer de façon autonome. E n c e s t e m p s d e d i s e t t e budgétaire, la réalité nous rattrape mais il n en reste pas moins que la direction prise par Le conseil d administration de la STIB, sur proposition de la direction, a avalisé un projet de tarifs pour Celui-ci est actuellement en discussion au sein du Gouvernement bruxellois et autant dire que, concernant les transports en commun bruxellois, la rigueur est au programme! En augmentant les prix des abonnements des ans de manière spectaculaire (+15%) tout en visant, à terme, la disparition de cette catégorie, ce sont les jeunes travailleurs à faibles revenus qui sont le plus durement touchés par ces mesures. Les étudiants et leurs parents sont également directement concernés car la Fédération Wallonie-Bruxelles, sans concertation avec la Région Bruxelloise, va cesser, dès la fin de cette année scolaire, le remboursement à hauteur de 50% des abonnements scolaires. Concernant les augmentations de tarifs, nous insistons auprès du Gouvernement bruxellois pour qu il propose des alternatives pour que les jeunes travailleurs à r e v e n u s m o d e s t e s q u i n e b é n é f i c i e n t p a s d u n r e m b o u r s e m e n t d e l e u r Noctis compris, soit maintenue voire améliorée. Concernant l arrêt des subsides relatifs aux abonnements scolaires, nous demandons à la Ministre en charge de l Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de revoir sa copie et/ou d entamer un dialogue avec le gouvernement bruxellois afin de trouver une solution pour assumer le coût de ces remboursements, à l instar de ce qui a pu se faire en Wallonie. écolo j Bruxelles tient à rappeler que les transports publics sont le ces dernières propositions n est certainement pas la bonne pour favoriser les transports publics auprès de l ensemble des citoyens et particulièrement auprès des jeunes bruxellois... Hugo Roegiers Maïté Bodart Guillaume Le Mayeur écolo j Pour le groupe de travail Mobilité d écolo j Bruxelles Photo: by bindonlane 11

12 Les Actus Sortie de l'outil Relie-F: "Le monde dont vous êtes le héros" Un outil atypique dans le catalogue de Relie-F Elaboré sous la forme d'un récit dont vous êtes le héros, où la narration peut emprunter de nombreux chemins différents, cet outil pédagogique de Relie-F propose au lecteur de découvrir quelques dilemmes auxquels nous pouvons être confrontés au quotidien. Les choix, de consommation, de vie, que nous posons chaque jour ont des incidences sur le monde dans lequel on vit. Et l'objectif de l ouvrage est de susciter chez le lecteur un questionnement sur ces gestes. Sans vouloir être normatif ou donneur de leçons, nous souhaitions inviter le lecteur à confronter ces éléments à sa propre subjectivité, à mettre en pratique sa capacité critique, à se considérer comme acteur, comme héros, de sa vie. Mais c est avant tout pour la nourriture spirituelle que nous étions réunis. La matinée a donc débuté avec une introduction de Christophe Cocu, coordinateur de Relie-F, autour des enjeux de la citoyenneté responsable, critique et solidaire de l outil. Ensuite, c'était au tour de Matthieu Cornélis (Empreintes asbl) de présenter cet outil pédagogique dans lequel il s'était investi particulièrement. le plaisir d une animation interactive pour nous rappeler les interactions systémiques de nos choix de consommation au quotidien. En partant d un repas composé de bœuf, de légumes et d un coca, elle a mis en lumière les impacts humains, écologiques et économiques de nos modes de consommation. "Le monde dont vous êtes le héros" nous a permis à la fois de toucher directement un public jeune, sans passer par les organisations qui les encadrent.et à la fois de créer un événement CRACS pour les membres de la fédération. C est donc un beau succès populaire et éducatif que nous remportons grâce à notre petit outil atypique. Jérôme Martens Relie-F Le petit déjeuner Pour lancer officiellement l outil auprès de notre fédération et de nos partenaires, quoi de plus naturel que d'organiser un déjeuner équitable? Les membres de Relie-F s'étaient donc donnés rendez-vous au Mundo B, (la Maison du Développement Durable qui abrite de nombreuses associations dont Quinoa) pour un petit déjeuner, composé de différents produits équitables: pains bio, confitures et chocolat issus du commerce équitable, fruits de saison, jus, etc... Sur le ton de l'humour, il nous retraça son début de journée dans le plus pur style "quelles sont les conséquences de mes choix quotidiens?" Ensuite, Séverine de Laveleye, secrétaire générale de Quinoa, notre hôte du jour, nous fit Si vous souhaitez vous procurer "Le monde dont vous êtes le héros" n'hésitez pas à nous contacter: par ou par téléphone:

13 Les Actus Les jeunes volontaires se lèvent! 2nd Youth Convention on Volunteering / The European Youth Forum Ce forum défend la vision que tous les jeunes en Europe sont des citoyens égaux qu il faut encourager et soutenir dans toute la potentialité de leur développement. Il se veut donc une plateforme indépendante et démocratique permettant l échange d idées, de concepts, d expériences et de pratiques entre toutes les organisations de jeunesses. Il s inscrit dans la multiculturalité, la diversité, le respect des droits humains, l action citoyenne et la solidarité. Quelques OJ de Relie-F avaient monté un stand à l occasion de cet é v è n e m e n t e u r o p é e n d e la jeunesse: Asmae, le Service Protestant de la Jeunesse (SPJ), YFU Bruxelles-Wallonie, la FCJMP, et bien sûr, votre fédération qui représentait l ensemble de ses membres. Ce fut aussi l occasion pour cette dernière d organiser un colloque dans la thématique de ce forum: "Donner de son temps, un processus d avenir?" Après un petit mot d introduction par son coordinateur, Christophe Cocu, Relie-F a demandé à Amandine Tiberghien (de la Plateforme francophone du Volontariat) de présenter au public nombreux un état des lieux de la recherche en matière d engagement dans le monde associatif. Après avoir insisté sur la nécessité de mieux comprendre la notion de "l engagement", la conférencière a marqué les changements qui se sont opérés dans notre société en ce domaine: affranchissement des liens sociaux, idéologiques..., volonté d agir ici et maintenant ( e n g a g e m e n t " K l e e n e x " ), réticence à déléguer sa parole, et affaiblissement des appartenances: le tout amenant u n e i n d i v i d u a l i s a t i o n d e l engagement, sans parler des phénomènes de hiérarchie de l engagement et de la décrédibilisation du politique. Bref, les gens ne s engageraient plus (comme avant)... Pourtant, en dépit de cette individualisation de l engagement, on constate une forte mobilisation des volontaires: "100 millions en Europe, 1,5 million en Belgique dont près de en Fédération Wallonie-Bruxelles qui offrent, en moyenne, près de 7h/semaine toute l année". Malgré que nous manquions encore d études sur le sujet pour en savoir plus, certaines pistes de solutions commencent à apparaître: penser à croiser l expérience individuelle avec les enjeux collectifs, veiller à préserver la citoyenneté, avancer sur une définition de la fonction sociétale du volontariat et valoriser l image de l engagement citoyen. Suite à l exposé, de nombreux échanges ont pu s opérer entre les différents intervenants. Il semble que la plupart des organisations ressentent des changements dans l engagement de ses membres. En effet, il apparaît qu il est de plus en plus complexe d intégrer les jeunes sur le long terme, dans des projets conséquents. Souvent, ceux-ci s engagent dans une partie 13 seulement d une thématique qui les touche plus directement, ou sur une action de courte durée; à moins d être soutenu par une équipe d amis, opérant souvent d autres activités en dehors du volontariat. Parmi les idées de solutions évoquées, un volontariat "progressif", l édition d un guide du volontariat, l absence de liens hiérarchiques dans l organisation, l usage des médias et nouvelles technologies (tout en sortant d une figuration du jeu), mieux faire coïncider l offre et la demande en terme de volontariat, réaliser un "séquençage" des disponibilités de chacun (jeunes, seniors...), continuer à travailler le cadre légal, rechercher du sens à sa vie en rapport au bénévolat, et investir dans les formations et l encadrement des volontaires. Au final, c est peut-être une ancienne enseignante engagée qui résume le mieux ce qu on recherche comme volontaire dans les associations: "rien ne remplacera les jeunes engagés et formés sur le long terme". Formation et motivation ne sont-elles pas au centre de nos préoccupations volontaristes? Jean-Marc Vancamp Relie-F Pour en savoir plus: Le site du forum European Youth Forum:

14 Les Actus Salon de l'emploi Relie-F ouvre la voie de l emploi dans le secteur associatif jeune Le secteur de la Jeunesse est un débouché méconnu pour les chercheurs d emploi. D ailleurs il n y a pas d étude type pour devenir permanent! Le plus souvent les permanents des organisations de jeunesse sont tombés dedans un peu par hasard. Par contre, il y a une forte demande de la jeunesse de trouver des débouchés de carrière plus éthiques, plus en rapport avec leurs convictions. Il ne s agit plus de travailler pour vivre, mais bien de travailler en accord avec ses valeurs. C est fort de ces constats que Relie-F s est présenté comme employeur au Salon de l emploi de Louvain-La-Neuve. Ce salon était organisé par le FOREM, dans le cadre de la semaine Wallonne de l emploi et a été inauguré par le Ministre de l emploi de la Région Wallonne, André Antoine. Et nos impressions furent confirmées... Ce fut une affluence record pour les stands de Relie-F et de Coala! Il faut dire que nous faisions partie des 3 stands associatifs du salon et que face au privé, le public a manifestement choisi la voie associative. Cristophe Cocu Relie-F Du 19 au 23 octobre 2011, se déroulait le 18e Salon de l'éducation, au Namur Expo. Une première pour Relie-F. Si certaines OJ membres de Relie-F sont des habituées de cet évènement qui s'adresse à tous les métiers de l'éducation et de l'enseignement, il s'agissait d'une première pour la fédération. Nous y avons expérimenté une formule originale: en plus de sa présence, Relie-F, en tant que fédération, a mis à disposition son stand auprès de ses membres et un espace VIP. Chaque jour, une OJ a eu l'occasion de disposer de cet espace réservé. YFU Bruxelles-Wallonie fut la première OJ à investir le stand Salon de l'education Relie-F. De nombreux visiteurs, provenant notamment du milieu scolaire, purent prendre les renseignements utiles sur les programmes et séjours à l'étranger proposés. Le lendemain, c'était au tour du CEF (Comité des Elèves Francophones), de venir présenter ses activités. En plus de leur présence sur le stand, ses représentantes ont aussi souhaité promouvoir activement leur organisation, en allant à la rencontre des visiteurs à travers le salon. Enfin, le samedi, c'était au tour d'asmae de profiter de l'espace mis à disposition, pour informer 14 les nombreux visiteurs sur leurs projets, et sur les possibilités offertes aux jeunes souhaitant s'investir dans les projets de l'oj. D autres membres étaient également présents: en face de nous COALA, et à côté BAO- Jeunesse. Une autre organisation de jeunesse membre de Relie-F, Empreintes asbl, était également présent sur le salon. Son stand était de manière logique située dans le "Village de l'education à l'environnement". Pour l'équipe de Relie-F, qui s'est relayée tout au long des 5 jours, ce fut l'occasion de découvrir les nombreuses associations présentes sur place, d'assister à de nombreuses conférences, et de rencontrer d'autres personnes du secteur. Le bilan de l'opération a donc été très positif. Relie-F a pu présenter son action, et celle de ses membres. Jérôme Martens Relie-F

15 Les Actus Arc-en-Ciel en chantier L année 2011 regorge de nouveaux projets développés par l équipe d Arc-en-Ciel. En plus des outils pédagogiques récemment édités et des nouvelles journées d animation, nous avons organisé du 17 au 30 août 2011 un chantier de volontariat avec le Service Civil International Belgique. Ce chantier a regroupé huit volontaires de différentes nationalités autour d un projet commun de rénovation et d animation. Nous avons accueilli pendant dix jours deux Taïwanaises, deux Espagnoles, un Ukrainien, une Hongroise, une Allemande et un Belge. Ce dernier étant le coordinateur du groupe. Ce projet leur a permis avant tout de se rencontrer, de découvrir notre pays, ses traditions et évidemment notre association, son public et ses différentes missions. Les volontaires âgés entre 18 et 25 ans logeaient dans les locaux du Kot à Projet, rue du Bien Faire. Durant quatre jours, ils ont réalisé des travaux de peinture dans les bureaux que nous occupons. L équipe d Arc-en-Ciel a pris leur suite et nous avons maintenant des bureaux tout neufs. Pendant les pauses, nous leur avons concocté des temps d animation autour des différents projets d Arc-en-Ciel ainsi que des soirées culturelles. Ils ont également participé durant trois jours au séjour à Basseilles afin d animer les adolescents et échanger ensemble autour des valeurs communes à notre partenaire et à Arc-en-Ciel; à savoir la défense des Droits de l Homme, la sensibilisation et la mobilisation à la citoyenneté. Enfin, ils ont été invités à découvrir le travail de terrain d une Maison de Jeunes, y rencontrer les jeunes et discuter de leur vie de tous les jours et de la vision du monde de chacun. Ce projet a permis non seulement aux volontaires internationaux, mais également aux jeunes de nos associations, de renforcer leur sens de la citoyenneté et la compréhension du monde qui les entoure via le dialogue interculturel dans un esprit pacifique de respect et de tolérance de chacun. Un premier partenariat avec le SCI dont nous sommes enchantés et que nous comptons certainement réitérer dans le futur. Sophie Vanderheyden Arc-en-Ciel 15

16 Les Actus L'UEJB interviewe Jacques Brotchi Chronique d une démission qui en dit long... L UEJB a interviewé le Sénateur Jacques Brotchi, neurochirurgien de renommée internationale et professeur émérite de l ULB. Jacques Brotchi a démissionné de la Fondation de l ULB au mois de mai dernier. Quelles ont été les raisons qui vous ont poussé à faire des études de médecine? Mes parents, juifs originaires de Roumanie ont quitté la Bessarabie à l âge de 18 ans. Dans l Europe actuelle il s agirait de la Moldavie. En tant que juif ils ne pouvaient pas entrer à l université. Ils sont donc venus en Belgique, à Liège plus précisément suivre des études. Mon père étudiera la médecine, ma mère la dentisterie. Ils le feront à l aide d un dictionnaire, car ils ne comprenaient pas le français à leur arrivée en Belgique. Après avoir obtenu le grade scientifique, mon père fera un complément de deux ans, qui lui permettra de travailler dans un cabinet dentaire. J ai donc vécu dans une ambiance de dentistes. Depuis la tendre enfance, j ai toujours su que je voudrais faire de la médecine. A l université de Liège, j ai découvert les neurosciences, c était un cours d anatomie dispensé en deuxième année, j ai flashé! Le système nerveux, ses connexions, sa logique... J ai été voir le titulaire dans l espoir de pouvoir travailler dans son labo dans lequel j allais devenir élève- étudiant puis chercheur volontaire. Ces recherches en laboratoire m ont conduit à faire une thèse d agrégé en neurochirurgie que j avais découvert en 5ème année de médecine et qui m a passionné toute ma vie. En 1981, l ULB et l hôpital Erasme, sont venus me proposer de construire le service de neurochirurgie dans l hôpital académique qui démarrait (1977). Le directeur de l époque, le professeur Alain de Wever et le président du conseil d A d m i n i s t r a t i o n, M o n s i e u r Jaumotte ont trouvé les arguments qu il fallait pour que je quitte mon Liège natal vers Bruxelles. J ai donc créé ce service où j ai fait toute ma carrière médicale. Pourquoi la politique? Bien qu ayant toujours eu beaucoup d amis politiciens, comme Jean Gol, un grand ami d enfance, la politique ne faisait pas partie de mes plans. Mon cœur a toujours été libéral (MR), lorsque je suis arrivé à Bruxelles, j ai commencé à organiser avec ma femme des cocktails pour des amis qui démarraient en politique. La politique est arrivée alors que je ne m y attendais pas. En 2004, en rentrant d une mission pour la fédération mondiale de neurochirurgie en Afrique, je reçois un appel de Louis Michel m invitant à m investir en politique. Après avoir réfléchi et demandé à l hôpital Erasme s ils n y voyaient pas d inconvénients, j ai accepté de me lancer dans la campagne électorale de En devenant Sénateur du Royaume de Belgique, ma carrière politique venait de débuter. J ai toujours été très soucieux de mener cette carrière avec une certaine éthique, en essayant d apporter ce que la vie m avait appris. Mes interventions ont toujours été basées sur des problèmes liés à mon expérience de vie comme des questions de santé, de recherches, d enseignement 16 ou de bio-éthique. Il y a toujours quelque chose à dire sur la santé, remettre les pendules à l heure sur des sujets traités trop souvent par des personnes qui n ont jamais pratiqué la médecine. A titre personnel, je connais la situation des étudiants en médecine et continue à pratiquer un jour par semaine des consultations médicales pour rester en contact non seulement avec les malades, mais aussi avec les infirmières, les médecins... Bien que siégeant au Sénat, le monde médical reste toujours mon monde. Une certaine parole à tendance antisémite s est libérée, elle vous a même poussé à présenter votre démission de la Fondation de l ULB. Quels en ont été les facteurs? L ULB a toujours été caractérisée par la tolérance et l ouverture. Pendant la 2ème guerre mondiale, l université a préféré fermer ses portes plutôt que de se plier à l occupant nazi. Il y a toujours eu à l ULB des professeurs juifs de grand renom. En 2010, il s est passé quelque chose que je ne peux expliquer: un débat autour du thème "Dieudonné". Ce débat a dégénéré, un ensemble de propos antisémites ont été relevés tant sur l estrade que dans le public. Ces propos tenus par certaines personnes de l ULB sont allés très loin. Vous savez, on n est pas maître des opinions des gens présents dans l auditoire. Par contre on s attend à l ULB, que ceux ayant la responsabilité d organiser un évènement ou de mener les débats, les mènent sans accepter de dérapages. Le vicerecteur qui présidait les débats a eu une grande responsabilité ce jour-là, en prenant parti pour ceux qui défendaient Dieudonné.

17 Les Actus Interview de Jacques Brotchi (suite) Il ne s est pas comporté en homme libre, son attitude a renié les principes du Libre Examen. Toujours en 2010, toujours à l ULB, nous avons connu une succession d autres événements comme le baptême nazi au sein du Cercle Solvay. Certains ont essayé de me faire croire qu il s agissait d une pièce de théâtre où l on mettait en jeu des personnages. A titre personnel, je considère que la symbolique nazie n a pas sa place dans une université. En avril 2011, quelques mois plus tard, toujours au sein du Cercle Solvay, Le Caducée (revue étudiante) ironise autour des "fours polonais". Toute une partie de ma famille a péri dans des camps de concentration et dans des fours crématoires parce que Juif. Si l on rigole des "fours polonais", alors je n ai plus rien à faire avec ces genslà. Indépendamment des faits énoncés ci-dessus, il y a également eu les parodies de checkpoint israéliens! Ces parodies me poussent à me questionner sur les motivations de ses auteurs... Quels sont les effets sur le campus? Quels sont les amalgames? Importer le conflit du Proche-Orient en Belgique est inacceptable. On a le droit de critiquer Israël, on peut ne pas être d accord avec Israël mais instrumentaliser le conflit sous cette forme, s apparente à de l antisémitisme. Il y a une focalisation contre l état d Israël, qui fait qu on n est plus dans une optique d analyse ou de critique saine. A titre personnel, je n arrête pas de me battre contre les politiciens qui importent ce conflit ici. Les checkpoints ne me laissent pas indifférent, mais ce n est pas la cause de ma démission. Ce sont les éléments successifs de septembre 2010 à avril 2011 qui l ont motivée. Pourquoi avoir démissionné? Cette succession d événements à consonance antisémite m ont mis mal à l aise, je ne me sentais plus chez moi. Si je suis venu de Liège à Bruxelles, c était aussi pour l Université du libre examen avec laquelle je partage des valeurs et un mode de pensée. Ce qui s est produit l année dernière est en contradiction flagrante avec les principes du libre examen. Le CCOJB a d abord tenté d obtenir des réactions auprès des autorités de l ULB afin qu elles condamnent ces événements. Les autorités sont restées passives! Soit par peur de réagir, soit parce qu elles cautionnaient. Qui ne dit mot consent... Je ne me sentais plus bien. Etant professeur émérite, 17 chef de service honoraire à l hôpital Erasme, je ne pouvais plus démissionner de rien, alors je me suis dit que j allais démissionner du seul poste à responsabilité que j avais encore, celui de membre du conseil d administration de la Fondation de l ULB. La fondation de l ULB recueille de l argent, du mécénat au profit de la recherche. Je ne voulais plus que l ULB utilise mon nom pour solliciter des dons. J aurais tant souhaité dire: "J ai réagi, mais entre-temps l Université a pris les mesures qu il fallait, j espère que la page est tournée". Hélas, je n ai pas pu le dire. Quelles ont été les conséquences de votre démission? Le 3 mai, ma démission a été acceptée, entérinée. Je n ai fait aucun commentaire public. Ce qui a choqué mon entourage, c est la facilité avec laquelle ma démission a été acceptée, personne n a voulu savoir ce qu il se passait, discuter des raisons de ce malaise. Ma démission a été acceptée sans commentaires. La manière dont ça s est passé m est indifférente, ça n a pas été le cas de mon entourage. Ma réaction était celle d un homme déçu, par le manque de courage et l absence de réactions des autorités de l ULB. En tant que politicien, j aurais pu exploiter cette affaire, je ne l ai pas fait, je suis resté sobre, considérant que cette affaire était interne à l ULB. Le recteur a demandé à me voir, le président aussi, avec qui j ai discuté comme je vous parle aujourd hui. Ils m ont dit que ces événements n étaient que l objet de petits groupes marginaux auxquels on ne doit pas accorder plus d importance que cela. J ai demandé au recteur ainsi qu au président de réagir,

18 Les Actus pas forcément sous forme de déclaration, le minimum aurait été de condamner dans une carte blanche ces événements à connotation antisémite. Il faut souligner que certains événements ont eu lieu avant leur prise de pouvoir. J aurais espéré qu ils disent qu ils ont pris des mesures pour que ça ne se reproduise plus. Et sanctionner dans le cas où ça devait se reproduire. C est ce que j attendais, il n y a rien eu du tout. Comment votre démission a-telle été médiatisée? Deux mois et demi après que ma démission ait été acceptée, mijuillet, dans le cadre de mes activités politiques et sociales, un ami, Yossi Lempkowicz, responsable de l European Jewish Press (EJP) me demande si j ai vraiment démissionné et quelles en ont été les raisons. Je lui ai expliqué ce que je viens de vous dire. Trois jours après, sans l avoir sollicité, on pouvait lire un compte rendu dans EJP qui sera repris par l Agence Belga. Et puis s est enclenché la machine médiatique: télévisions, journaux, radios... Au journal télévisé de la RTBF, j ai mis mes espoirs dans le recteur, en disant que j avais confiance et que j espérais qu il puisse se passer quelque chose. J aurais eu tellement plus facile de défendre l ULB si pendant les deux mois et demi séparant ma démission et la médiatisation, une carte blanche avait été publiée. J aurais tant souhaité dire: "J ai réagi, mais entre-temps l Université a pris les mesures qu il fallait, j espère que la page est tournée". Hélas, je n ai pas pu le dire. Qu est-ce qui vous a le plus choqué? En plus des événements, je n ai pas pu comprendre l absence de décisions à l ULB. Au Canada et aux USA, une chose pareille aurait signifié le renvoi immédiat de l université. Un ami, belge, professeur à Toronto m a écrit les mots suivants: "il n y aurait jamais eu trois ou quatre évènements comme ça dans mon université. Au premier déjà, les étudiants responsables auraient dû trouver une autre université". On a pu lire qu Edouard Delruelle, président adjoint du Centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme, estimait que la ligne rouge concernant l antisémitisme n a pas été franchie. Je ne suis pas tout à fait d accord avec ceux qui disent que la ligne rouge n a pas été franchie. Il y a à l ULB, des activistes qui savent jouer avec. Bien que l antisémitisme et le racisme en Belgique soient considérés comme des délits, cela n empêche pas certains de flirter avec les limites. Selon moi, elles ont été largement franchies, et je vous dirais, que les mêmes protagonistes ont, après ma démission, il y a un mois et demi, sorti sur Facebook, un commentaire infecte à propos du professeur Guy Archer. Où vat-on? Cela a de nouveau terni l image de l ULB, on a pu lire dans le journal des titres ravageurs comme: "Nouveaux dérapages antisémites à l ULB". Alors oui, ils jouent avec les limites pour qu on ne puisse pas les faire condamner par un tribunal. Ici, cette ligne rouge n est qu une question d appréciation... Propos recueilli par: Boris Daun Deborah Unger Gady Bergier UEJB Faut pas prendre les OJ pour des canards sauvages! Quoique...! Lorsqu elles sont en formation, les oies volent 70% plus loin que lorsqu elles sont seules. Les gens qui partagent un but commun peuvent se rendre où ils veulent aller plus facilement ensemble parce que, comme les oies, ils se supportent mutuellement. Quand une oie se dégage de sa formation, elle sent immédiatement la résistance du vent. Sagement, elle rejoint le groupe pour prendre avantage de l appui des autres. Si nous avions autant de bon sens que les oies, nous resterions en formation avec ceux qui vont dans la même direction que nous. Quand le chef de file devient las, il laisse une autre oie se mettre en tête. Il est logique de partager les rôles difficiles; même celui de leader. Les oies klaxonnent pour encourager celles à l avant. Quels gestes d encouragement posons-nous auprès de nos collègues? Lorsqu une oie devient malade ou est blessée par des coups de feu et doit quitter la formation, deux oies quittent également la formation afin de l aider. Ils restent avec elle jusqu à ce qu elle puisse voler à nouveau où qu elle meure. Ce n est qu à cet instant qu elles repartent pour rejoindre les leurs. Si nous avions le bon sens des oies, nous nous appuierions plus. Vaste programme. Georges Nihoul BAO-Jeunesse 18

19 2011: Grand cap pour nos OJ! Autant de chiffres rond et de célébrations! Temps d'arrêt! Festivités! Avenir! Les discours furent prometteurs et les années à venir encore plus. Focus sur ces anniversaires. Trouverez-vous qui a fêté quoi? " Heureux donc qui voit dans le travail de la veille les marques de sa propre volonté " Alain (Propos sur le bonheur) 19

20 Une décennie en Relie-F Rappelez-vous ce 28 février 2011: Relie-F fêtait ses 10 ans d'existence et son changement de nom. Ce début d'année 2011, vous le verrez tout au long des prochaines pages, a été riche en célébrations d'organisations de jeunesse. Retour sur la journée organisée à l'espace Jacqmotte à Bruxelles. Il y avait au programme une journée de formation sur le thème du Décret OJ. Celle-ci débuta par une présentation du décret par Catherine Lemaître, conseillère au cabinet de la Ministre de la jeunesse, Evelyne Huytebroeck. Ensuite c'était au tour de Mathilde Serruys, alors chargée de communication d'asmae, de nous exposer la procédure de reconnaissance de son OJ, qui venait d'aboutir positivement. Après une pause de midi faite d'échanges et de rencontres entre les nombreux participants, c'était au tour de Pierre Evrard, directeur de la FCJMP, de nous faire partager son expérience sur les plans de quadriennaux des Centres de Jeunes. Et pour clôturer cette journée de formation, Olivier Leblanc, administrateur délégué de Relie-F et négociateur du décret OJ, nous a fait un rappel du contexte historique du secteur jeunesse et du Décret OJ. Le moment était venu d'officialiser le changement de nom du RNC (Réseau des Non Confédérés) qui devenait Relie-F. Et par la même occasion de mettre à l'honneur les personnes qui avaient fait son histoire. Les anciens présidents furent remerciés, tout le monde pouvait se diriger hors de la salle. Entretemps, les organisations de jeunesse membres de Relie-F en avaient profité pour installer leurs stands. L'occasion pour l'assistance de (re-)découvrir les multiples projets et activités présentées. Tout cela en partageant le verre de l'amitié, de l'échange, du pluralisme. Jerôme Martens Relie-F 20

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

Dossier de presse 2013

Dossier de presse 2013 Dossier de presse 2013 Immeuble Le Méliès, 261 rue de Paris 93100 Montreuil Tél. 0142853952 Fax 0149950601 www.vacancesetfamilles.fr fede@vacancesetfamilles.asso.frfr 1 SOMMAIRE Présentation Vacances et

Plus en détail

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013 Editeur responsable: Panathlon Wallonie-Bruxelles asbl Illustration imaginée et réalisée par Jason Vandepeute, 13 ans. 5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play La Journée du Fair Play

Plus en détail

Vous avez besoin d argent?

Vous avez besoin d argent? Vous avez besoin d argent? Voici un système qui vous permet d acquérir un revenu récurrent d environ 1500 euros sans trop d effort! Laissez- moi compléter votre lignée pour vous! Du bureau de Joseph Edward

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

HELLO WORLD APRÈS MIDI SUR LA MOBILITÉ INTERNATIONALE DES JEUNES

HELLO WORLD APRÈS MIDI SUR LA MOBILITÉ INTERNATIONALE DES JEUNES HELLO WORLD APRÈS MIDI SUR LA MOBILITÉ INTERNATIONALE DES JEUNES Samedi 28 février 2015 Une initiative de l ASBL Infor Jeunes Waterloo avec la collaboration de Michel Bettendorf, Echevin de la Jeunesse

Plus en détail

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté.

J aimerais, si vous le voulez bien, ouvrir cette conférence de la Présidence française en la plaçant sous le signe de la volonté. Conférence PFUE «Inclusion sociale : une approche européenne de la scolarisation des élèves handicapés» 29 octobre 2008 Ouverture par Jean-Louis Nembrini, DGESCO Madame la vice-présidente du Conseil général

Plus en détail

SAISON DOSSIER DE PRESSE

SAISON DOSSIER DE PRESSE 2015 SAISON DOSSIER DE PRESSE ÉDIT OBJECTIF INDÉPENDANCE : LA SÉRIE TÉLÉ QUI INNOVE! «Cette campagne d information est une grande première en France car très peu de programmes télé donnent la parole aux

Plus en détail

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE

QUATRE CAS DE BLOCAGES ET CONFLITS LORS D ENTRETIENS PROFESSIONNELS JEU DE ROLE http://mastermop.unblog.fr http://sciencespomanagement.unblog.fr Auteur : Lionel Honoré Professeur des Universités en Management Institut d Etupes Politiques de Rennes lionel.honore@sciencespo-rennes.fr

Plus en détail

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil

AGO BIAT du 28 Mai 2010. de Monsieur le Président du Conseil AGO BIAT du 28 Mai 2010 Allocution d ouverture Allocution d ouverture de Monsieur le Président du Conseil Chers Actionnaires, Mesdames, Messieurs : L année 2009 a été globalement une année très positive

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Compte rendu du Forum 6

Compte rendu du Forum 6 FORUM 6 L ÉDUCATION COMME DIACONIE L École, lieu d éducation à la fraternité Compte rendu du Forum 6 «J ai été des années durant un très mauvais élève, un moins que rien! Un jour j ai trouvé un bon professeur

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré!

A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré! A chaque longueur nagée, c est l accès à l eau potable qui est amélioré! Avec le Défi de la Nuit de l Eau, contribuez à améliorer l accès à l eau potable aux enfants du Togo! Le Défi est une nouvelle approche

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Rapport sur le Sommet sur l intimidation

Rapport sur le Sommet sur l intimidation Rapport sur le Sommet sur l intimidation Éducation et Développement de la petite enfance Message du ministre Au nom du ministère de l Éducation et du Développement de la petite enfance, je suis heureux

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche.

La rigueur alsacienne ne me laissait aucun doute sur la qualité du concept et sur la fiabilité de la démarche. Madame la Secrétaire Générale,.. Tester dans l Auxerrois, une invention d Alsace du Nord qui fonctionne depuis trois ans, était une excellente idée surtout quand je vous aurais dit que mon activité professionnelle

Plus en détail

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec

Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec Deux jours pour le leadership jeunesse 9 et 10 octobre 2014, Université Laval, Québec L événement Deux jours pour le leadership jeunesse offre à quelque 200 jeunes leaders des écoles secondaires EVB-CSQ

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER STK008_Levensloop_Broch_FR_10.indd

Plus en détail

LA CLASSE DE 3 ÈME VISITE L ALLIANCE FRANÇAISE

LA CLASSE DE 3 ÈME VISITE L ALLIANCE FRANÇAISE LA CLASSE DE 3 ÈME VISITE L ALLIANCE FRANÇAISE Découverte des métiers et des formations 1 SOMMAIRE La présentation de l alliance p 3 La visite des lieux Le festival de BD p6 p7 La pause déjeuner p 8 Les

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue

Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Vers une nouvelle Politique gouvernementale d éducation des adultes et de formation continue Historique des interventions de l ICÉA en lien avec la Politique gouvernementale d éducation des adultes et

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE

RAPPORT DE MISSION au TOGO. Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE RAPPORT DE MISSION au TOGO Village de Dzogbégan sur le plateau de Danyil MISSION AGRO-ALIMENTAIRE Du 1 er au 31 Juillet 2o12 I) INTRODUCTION Etudiante en Ecole d Ingénieur en Biologie industrielle, il

Plus en détail

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer

La Fondation contre le Cancer. et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE. 24 heures de mobilisation contre le cancer La Fondation contre le Cancer et le comité local du Relais pour la Vie organisent RELAIS POUR LA VIE 24 heures de mobilisation contre le cancer CÉLÉBRER RENDRE HOMMAGE LUTTER Relais pour la Vie, une initiative

Plus en détail

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde

pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde RAPPORT DES REPRESENTANTS DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE FRANCO-ALLEMANDE pour l assemblée générale des établissements membres le 24 mai 2007 à Dresde Les représentants des étudiants publient chaque année

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE PAISES

DOSSIER DE PRESSE PAISES DOSSIER DE PRESSE PAISES Mercredi 13 mai 2009 Qu est ce que PAISES? Le projet PAISES est une Plateforme d Accompagnement, d Information et de Sensibilisation sur les Echanges Solidaires. C est un centre

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Conseils pour votre recherche d entreprise

Conseils pour votre recherche d entreprise Conseils pour votre recherche d entreprise BPC-ESC Freyming BPC-ESC Metz 2 rue de Savoie 57800 FREYMING-MERLEBACH 03 87 94 54 98 06 19 73 07 63 www.bpc-esc.com contact@bpc-esc.fr Suivez notre page :Bpc-esc

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets?

Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? LES ENTRETIENS EXCLUSIFS Quelle est la pertinence de l accord sur la propriété industrielle passé entre le Maroc et l Organisation européenne des brevets? Entretien avec Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseil

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett.

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. Association loi de 1901 1398 chemin de saint esprit, 83300 Draguignan France (métropolitaine)* www.lolinefayard.org

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION

PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION PROJET EDUCATIF DE L'ASSOCIATION L'association à pour objectifs Aider les parents d'élèves dans la recherche d'organismes de séjours de vacances à l'étranger Aider les jeunes à voyager en proposant des

Plus en détail

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE

CONTEXTE PÉDAGOGIQUE CONTEXTE PÉDAGOGIQUE Le principe L Isoloir est un dispositif participatif en ligne innovant, ludique et interactif, simple à mettre en œuvre et qui ménage une véritable place aux enseignants. Face à la

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ

RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ RÉSEAU D ACTION PROFESSIONNELLE CSQ Compte-rendu Réunion du 22 octobre 2008 Cette réunion terminait un processus de 3 ans portant sur les cinq propositions pour une meilleure éducation au Québec. D entrée

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

PROGRAMME LANGUE ET CULTURE D ORIGINE CHARTE DE PARTENARIAT

PROGRAMME LANGUE ET CULTURE D ORIGINE CHARTE DE PARTENARIAT PROGRAMME LANGUE ET CULTURE D ORIGINE CHARTE DE PARTENARIAT entre la Communauté française de Belgique et le Royaume du Maroc 2006-2007 2007-2008 2008-2009 1 1. Présentation générale du programme 1.1 Pour

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

NKUL BETI. La voix du peuple

NKUL BETI. La voix du peuple NKUL BETI La voix du peuple LE TEMPS DU DIALOGUE LES MOYENS D EXPRESSION LA PROMOTION LES INTERVIEWS Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sommaire 1 Les moyens d expression

Plus en détail

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe

20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe Amélioration de la performance des hommes et des organisations par le management et la motivation 4.0 20 questions de manager-coach pour révéler le meilleur de votre équipe «Faire grandir mon équipe ou

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes

Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes Quel solidaire êtes vous? Une typologie des comportements de solidarités des Internautes CINQ PROFILS Les «Compagnons» Qui sont ils? Les hommes, les adultes et les seniors (au delà de 45 ans), sont particulièrement

Plus en détail

PV réunion du 05-08-2015

PV réunion du 05-08-2015 PV réunion du 05-08-2015 Accueil de nouvelles personnes : tour de table et petit rappel de ce qu est TTAC. Suggestion aux nouveaux de consulter le site internet afin d avoir des infos plus complètes. Mise

Plus en détail

Orientation des étudiants en 2010 : la génération numérique entre passion et raison

Orientation des étudiants en 2010 : la génération numérique entre passion et raison pour Orientation des étudiants en 2010 : la génération numérique entre passion et raison Enquête auprès de la population étudiante Vague 2 Novembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Conditions des Prêts d études

Conditions des Prêts d études Conditions des Prêts d études (contrat de crédit général - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941) Interventions

Plus en détail

Accueillir un spectacle à la bibliothèque

Accueillir un spectacle à la bibliothèque Accueillir un spectacle à la bibliothèque Objectifs : Faire découvrir le spectacle vivant. Valoriser un fonds de la bibliothèque en lien avec le spectacle (conte, théâtre, etc ). Valoriser les artistes.

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC

SOUPER BÉNÉFICE PRÉSENTATION DU PLAN DE PARTENARIAT MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC SOUPER I BÉNÉFICE MERCREDI 25 FÉVRIER 2015 HÔTEL CHÂTEAU LAURIER QUÉBEC Sous la présidence d honneur de Monsieur René Rouleau Président du conseil et chef de la direction La Capitale groupe financier Partenaire

Plus en détail

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005

CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 CIRCULAIRE N 1262 DU 18/10/2005 Objet : semaine d éducation au développement durable «Mon assiette» du 10 au 18 novembre 2005 Réseaux : Tous Niveaux et services : SECONDAIRE et PRIMAIRE Période : Année

Plus en détail

MARCHE MONDIALE DES FEMMES

MARCHE MONDIALE DES FEMMES RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS - RETOURS MARCHE MONDIALE DES FEMMES Pour clôturer la Marche mondiale des Femmes, nous étions plus de 10,000 personnes à y participer (femmes,

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours

Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours 2014 Analyse de l enquête de satisfaction des salariés en parcours Passation Fév-juillet 2014 Dépouillement Août 2014 Une démarche d amélioration En 2012, la SATE 86 s est engagée dans une démarche qualité

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Les valeurs de L inis L inis adhère à des valeurs communes qui le guident dans la réalisation de ses projets pédagogiques et artistiques. Reconnaissant que les étudiants sont

Plus en détail

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10

Contenu. Respect 6 Inclusion / Tous capables 7 Empathie 7 Joie 8 Discipline 8 Attention 9 Confiance 9 Clarté & transparence 10 CHARTE 1 Dans Eis Schoul l idée de l inclusion, de la solidarité entre enfants et adultes provenant de contextes sociaux et ethniques différents et aux talents et compétences distincts est fondamentale.

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française.

La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. La Valorisation des Acquis de l Expérience (VAE) en Communauté française. Dossier de presse rédigé par : Françoise de Viron, Présidente de la Commission Education tout au Long de la Vie (ETALV) du CIUF,

Plus en détail

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013

Discours d ouverture de Michèle Bourque présidente et première dirigeante Société d assurance-dépôts du Canada Ottawa mercredi 6 février 2013 1 Première conférence du Comité régional de l AIAD (Association internationale des assureurs-dépôts) pour l Amérique du Nord sur les règlements transfrontières et les institutions-relais Discours d ouverture

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Président de l Ordre, Monsieur le Président et chef de la direction, Très chers Fellows, Mesdames, Messieurs, Notes pour l allocution de Simon Brault, FCPA, FCGA, lauréat du Prix Hommage 2015 À l occasion de la Soirée des Fellows 2015 Hôtel Westin Montréal, le samedi 9 mai 2015 Monsieur le Président de l Ordre,

Plus en détail

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse

Discours de Marylise LEBRANCHU. Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de. l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Discours de Marylise LEBRANCHU Echanges avec les étudiants du master collectivités locales de l Université de Corse, à Corte en Haute-Corse Jeudi 17 octobre 2013 Je suis heureuse de pouvoir commencer,

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015

L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015 L impact du programme de mentorat international sur les entrepreneurs Enablis Février 2015 Chers mentors, La Fondation Enablis est très fière de publier pour la première fois les résultats d une étude

Plus en détail

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014

SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 SEANCE PLENIERE DU 18 JUIN 2014 COMMISSION CULTURE Présenté par Anaïs GUILLEMET et Paul NANNARONE Dès notre 1 ère commission, nous avons été sollicités pour participer à l action «1914-1944, D une guerre

Plus en détail

PARRAINAGE CITOYEN : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES D AVENIR

PARRAINAGE CITOYEN : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES D AVENIR DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE PARRAINAGE CITOYEN : PREMIER BILAN ET PERSPECTIVES D AVENIR PROJET D AVIS N 11.05 Présenté par la Commission «Emploi, Insertion professionnelle et Carrières» du

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre

Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre Colloque «10 ans et après? Handicap, participation et inclusion : de la vision à la mise en œuvre Discours de Monsieur Georges Rovillard, Administrateur général de l AWIPH Monsieur le représentant de Madame

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!»

Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» Concours citoyen international «Agite Ta Terre!» «Mon climat aujourd hui, mon climat dans 20 ans, et moi?» Qu est-ce que «Agite Ta Terre!»? Lancée en 2012 par l association ENERGIES 2050, l initiative

Plus en détail

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE

LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE LES RÉSEAUX SOCIAUX ET L ENTREPRISE PAR MADAME CHRISTINE LEROY COMMUNITY MANAGER, AGENCE NETPUB Tout d abord, je voudrais remercier le Professeur Drouot de m avoir invitée à cette passionnante table ronde.

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail