n 23 Bulletin d'informations de Relie-F asbl Différentes tendances dans un même mouvement!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "n 23 Bulletin d'informations de Relie-F asbl Différentes tendances dans un même mouvement!"

Transcription

1 Bimensuel: Janvier-Février 2012 n 23 - Editeur responsable: Rostand Tchuilieu - Relie-F asbl - Rue des Tanneurs, Bruxelles - N d'agréation: P Photo: by The Blind Glass Bulletin d'informations de Relie-F asbl n 23 Différentes tendances dans un même mouvement! Belgique-Belgïe P.P.-P.B Libramont MASSPOST BC 25107

2 Une publication de Conseil d'administration YFU écolo j Asmae Quinoa Empreintes SPJ FEF COALA FCJMP Jeunes FDF Jeunes cdh Arc-en-Ciel UEJB BAO-J CEF Rostand TCHUILIEU, Président Géraldine MARTIN Mathilde SERRUYS Séverine DE LAVELEYE Etienne CLÉDA Yann GABEL Michaël VERBAUWHEDE Olivier GEERKENS Olivier LEBLANC Carinne LENOIR Cédric MAHIEU Marc FANUEL Gady BERGIER Georges NIHOUL Alice VERLINDEN Edito Chères amies, chers amis, L année 2011 se termine et le royaume est heureux de revivre à la face du monde. Oyez! Oyez! Le gouvernement tant attendu est arrivé. Même si psychologiquement cela rassure la conscience collective, nous n avons pas attendu cet accouchement douloureux pour assumer avec enthousiasme et responsabilité notre mission dans le secteur jeunesse. Certaines OJ du réseau ont même apporté une lueur d optimisme et d espérance. L année a commencé avec la reconnaissance accordée à trois OJ. D autres ont célébré leurs anniversaires: 60 ans pour YFU, 40 ans pour la FCJMP, 30 ans pour Asmae, et Empreintes ; 20 ans pour Quinoa et ans pour Relie-F. Au-delà des vœux les plus sincères exprimés, c est la reconnaissance surtout de la pérennité des ces OJ à mettre en avant. Je suis tenté de dire que plus que jamais, la société et le monde de demain compte sur nous et, les missions bien que plurielles de nos organisations contribueront à la formation de nos CRACS. C est pourquoi nous devons sans cesse nous remettre en question et entrer en confrontation avec notre public afin de nous assurer d être en adéquation avec leur attente. A cet égard, notre coordination use de son génie inventif afin que les enjeux sectoriels soient abordés avec pro activité. En effet, votre Nouvelles vague adoptera aussi un ton plus revendicateur: une nouvelle rubrique "La voix de Relie-F" interpellera les différents pouvoirs publics à la prise en compte des jeunes dans leur politiques au-delà des politiques sectorielles qui leurs sont consacrées. Enfin, il me reste à vous souhaiter une excellente année 2012 placée sous le signe de la reconnaissance (comprenne qui pourra) de tous. Je souhaite aussi que nous conservions jalousement ce pluralisme qui fait de notre fédération une alternative pour les OJ non fédérées avides de garder leur singularité. Je souhaite aussi que nous accueillions à bras ouverts d autres OJ qui marqueront un intérêt de rejoindre Relie-F. Relie-F asbl Rue des Tanneurs, Bruxelles Tél.: 02/ Fax : 02/ Rostand TCHUILIEU Président de Relie-F Bimensuel publié à 1000 exemplaires Editeur responsable: Rostand Tchuilieu Ont participé à ce numéro: Sophie Vanderheyden Mathilde Serruys Georges Nihoul Laura Leon Fanjul Sara Peeters Hugo Roegiers Maïté Bodart Guillaume Le Mayeur Patrick Jacquemin Pierre Evrard Vanessa Gohy Gaël Verzele Nicolas Dufays Patrick de Mûelenaere Boris Daun Deborah Unger Gady Bergier Xavier Ory Rostand Tchuilieu Maud Imhoff Jean-Marc Vancamp Frank Delandshere Christophe Cocu Jérôme Martens Imprimé sur du papier certifié FSC 2

3 "Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années." Pierre Corneille P4 P5 P6 P7 P8-9 P10 P11 P12 P13 P14 P15 P16 P18 P19 Les Actus P20 P21 P22-23 P24 P25 P26-27 P28 P29 P30 P31 Sommaire La Voix de Relie-F: Entendre le citoyen de demain Rentrée en force pour la FEF Réduction du temps de travail: sectorielle et non collective! Concours: "Ton école manque de moyens? Montre-le!" Les Tables du Pluralisme: sous le signe de la Charte Associative Campagne contre le populisme Les prix déraillent dans les transports en commun bruxellois Sortie de l'outil Relie-F: "Le monde dont vous êtes le héros" Les jeunes volontaires se lèvent - European Youth Forum Salon de l'emploi & Salon de l'education Arc-en-Ciel en chantier L'UEJB interviewe Jacques Brotchi: chronique d une démission qui en dit long... Faut pas prendre les OJ pour des canards sauvages! Quoique...! 2011: Grand cap pour nos OJ! Une décennie en Relie-F 40 ans d'action en milieu populaire 30 bougies pour Asmae: couronnement d'une année faste Youth For Understanding a 60 ans 20 ans, ça se fête! Immersion dans le monde de Quinoa De Jeunesse et Ecologie à Empreintes: 30 ans d histoire à fêter Carte blanche Quel avenir pour les programmes jeunesse de la Commission européenne? Proust Focus OJ: Fédération des Etudiants Francophones Relie-F 3

4 Les Actus La Voix de Relie-F Entendre le citoyen de demain La jeunesse est une entité multiforme, hétérogène et hétéroclite. Pourtant cette frange de la population représente un tiers des habitants de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une série de politiques sectorielles concernent les jeunes, mais ils sont aussi tributaires d autres politiques, non sectorielles, dont ils sont souvent les victimes collatérales. Relie-F appelle donc les élus de tous bords et de tous partis à entendre le citoyen de demain, pour une société jeunes admis! Exporter la CRACS attitude En l absence d un cours d éducation civique en Fédération Wallonie- Bruxelles, Relie-F considère que le tissu associatif jeune doit agir. Faute de quoi, aucun apprentissage de la démocratie ne sera proposé aux jeunes. Dès lors, nous, les organisations de jeunesse et centres de jeunes, mettons en place au jour le jour des activités visant à accompagner les jeunes vers une citoyenneté responsable, active, critique et solidaire (CRACS). Or nous estimons que cette CRACS attitude, que nous défendons, doit s exporter dans le reste de la société et s exprimer également au niveau institutionnel. Les logiques de participation doivent pouvoir trouver leur place en tous lieux et à tout moment à l écart des relations piliarisées qui peuvent exister entre le monde politique et le secteur associatif. Ceci est d autant plus important que la proportion de jeunes de moins de 30 ans est de 37 % en Fédération Wallonie-Bruxelles! Politiques sectorielles, spécifiques et généralistes L e s p o l i t i q u e s d e j e u n e s s e sectorielles sont là: - Soit en soutien à un tissu d organisations de jeunesse et de centres de jeunes: c est le secteur de la Jeunesse. - Soit en soutien à des jeunes en danger ou plus rarement délinquants, c est l Aide à la Jeunesse. Outre ces " p o l i t i q u e s d e jeunesse" sectorielles, les jeunes sont également spécifiquement concernés par d autres thématiques. Par exemple 76% des ans fréquentent l enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ou encore que, le taux de chômage des ans est de 17,3 % en Belgique (cette situation est d autant plus interpellante qu elle est liée à l origine culturelle ou linguistique des demandeurs d emploi). Finalement les jeunes sont aussi indirectement touchés par des politiques générales qui leurs sont défavorables. Par exemple, en Belgique, 17 % des mineurs vivent sous le seuil de pauvreté. Le nombre de mineurs étrangers non-accompagnés (MENA) ne cesse d augmenter. En tout, cela représente un sixième des enfants, victimes indirectes des politiques de l action sociale, d insertion professionnelle, du logement, de la santé, de la citoyenneté, de l espace public, de la mobilité, de la famille, etc... Des politiques systémiques, une nécessaire attention Nous le voyons, aucune politique n est isolée; chacune d elle a des conséquences systémiques sur la jeunesse. Nous lançons un appel pour que chaque politique soit une politique "jeunes admis", c est-à-dire une politique qui: - ne nuit pas directement ou indirectement à l épanouissement de la jeunesse ; - n handicape pas les générations à venir ; - offre une possibilité aux jeunes de prendre leur place dans la société, afin qu ils puissent continuer à développer leur citoyenneté responsable, active, critique et solidaire. Pour toutes ces raisons, il est important que la nécessaire réorganisation des compétences des uns et des autres, ainsi que les mesures budgétaires à venir n handicapent pas le futur à court, moyen et long terme des politiques de jeunesse. C est de l épanouissement des futurs générations, des adultes et citoyens de demain qu il s agit. Christophe Cocu Relie-F 4

5 Les Actus Rentrée en force pour la FEF A la rentrée académique, la Fédération des Etudiants Francophones a décidé de développer non pas une mais trois campagnes. Les thèmes sont: la sélection à l entrée, la défense des droits étudiants et la nécessité d un enseignement public. La FEF suit ainsi son fil rouge, lancé par le conseil fédéral il y a deux ans, à travers la note PQG: pour un enseignement public, de qualité et qui tend vers la gratuité. Pas touche au décret Wendy! A la rentrée, le ministre de l Enseignement supérieur, Jean- Claude Marcourt, avait soumis l idée de modifier le décret Wendy à travers l adoption d un décret Syllabus. Ce nouveau décret est présenté, à tort, comme un octroi supplémentaire de droits aux étudiants. La FEF, défenseuse des droits étudiants, a mobilisé les étudiants de toute la Fédération Wallonie-Bruxelles. Début octobre, plus de 16 Assemblées Générales Etudiantes Les étudiants donnent leur avis sur la qualité de l enseignement Mi-octobre débutait officiellement la campagne annuelle de la FEF. Les étudiants s inquiètent quant à la qualité de l enseignement (locaux aux normes de sécurité, encadrement suffisant) et au coût des études. Ce sont là deux problèmes structurels liés à un manque de financement de l enseignement depuis les années 80. Pour la FEF, il est clair qu un bon enseignement public garantissant des études supérieures de qualité et accessibles à tous ne peut exister sans un financement public conséquent étudiants sont invités à donner leur avis sur la qualité de l enseignement supérieur et le coût des études, à travers un sondage. Plusieurs actions locales seront organisées dans les mois à venir ainsi qu une grande action communautaire, lors du deuxième semestre. (AG) ont eu lieu, en une semaine, pour condamner l attaque du Ministre. Le 5 octobre, les étudiants bruxellois organisaient l enterrement de Wendy, devant le siège du gouvernement de la Communauté française alors que le nouveau décret était voté au Parlement. Non à la sélection Alors que de plus en plus de voix s élèvent pour réclamer une sélection à l entrée des études supérieures (examen d entrée généralisé, test d orientation, etc...), la FEF s oppose à toute forme de sélection. Les étudiants, eux, ne semblent pas très informés des projets existants, ni des conséquences désastreuses qu une sélection aurait pour tous les étudiants. C est pourquoi la FEF a décidé de lancer une campagne de sensibilisation sur ce sujet. Des équipes de la FEF se rendent sur les différents campus, en Fédération Wallonie- Bruxelles, afin de tenir des stands, faire des appels d auditoire et informer le plus large public estudiantin possible. Michael Verbauwhede FEF En savoir plus? Pour remplir le sondage en ligne, rendez-vous sur: Suis l'actu de la FEF sur notre page Facebook: FEF Fédération des Etudiants Francophones 5

6 Les Actus Réduction du temps de travail: Sectorielle et non collective! La réflexion sur la réduction du temps de travail part d un constat implacable. Nous vivons une accumulation de crises: la crise de la dette, le financement des pensions, la crise environnementale, les crises bancaires à répétition, pour citer quelques exemples. En tant que j e u n e s s e politique, nous avons le devoir de penser un nouveau modèle de société. Tous ces évènements font en effet peser de fortes menaces sur l avenir de notre génération. L e m p l o i e s t u n e d e s préoccupations majeures des jeunes et une priorité politique pour les Jeunes cdh. C est notamment via l obtention d un travail qu un jeune peut construire son projet de vie. recherchés et très bien rémunérés. Diminuer le nombre d heures de travail pour ceux-ci engendrera une augmentation de la demande d ingénieurs, ce qui aura pour effet de pousser leurs salaires à la hausse. En revanche, pour les métiers pour lesquels il y a un surplus ou à tout le moins une grande offre de travailleurs, il y aura une c o n c u r r e n c e a c c r u e e n t r e les demandeurs d emploi. Cela r e n f o r c e r a l e r i s q u e d e nivellement salarial vers le bas. En conclusion, la RCTT risque de mettre à mal les jeunes qui sont déjà fragilisés sur le marché de l emploi, et de ne profiter qu à des travailleurs qui représentent déjà une certaine élite (puisqu ils sont déjà très demandés). Nous reconnaissons l importance de repenser un modèle économique qui est véritablement au service de l homme. Il est temps de faire primer la qualité de vie sur le règne de l argent. Voilà pourquoi les Jeunes cdh sont prêts à débattre de la réduction du temps de travail, mais il doit s agir d une réduction non pas collective, mais sectorielle. Ainsi, les Jeunes cdh sont favorables à une réduction sectorielle du temps de travail, à savoir pour certaines catégories professionnelles qui ne sont pas en pénurie et reconnues comme particulièrement éprouvantes physiquement. Il est crucial de prendre en compte la spécificité de chaque secteur. Nicolas Dufays Jeunes cdh Pour lutter contre le chômage des jeunes, de nombreuses propositions sont avancées par diverses organisations, parmi lesquelles la réduction collective du temps de travail (RCTT). Les Jeunes cdh sont sceptiques par rapport à cette approche. En effet, une RCTT ne serait réellement favorable qu aux t r a v a i l l e u r s q u i p r é s e n t e n t un profil très recherché. Par exemple, on constate une pénurie d ingénieurs aujourd hui. En conséquence, ils sont très 6

7 Les Actus Ton école manque de moyens? Montre-le! Que l enseignement manque de moyens en Communauté française, ce n est un secret pour personne. De nombreuses enquêtes le montrent, de nombreux professeurs via leur syndicat le disent, mais cela se remarque facilement sur le terrain. Bâtiments tombant en ruine, problèmes de chauffage en hiver, salles de classe trop petites ou des cours qui se donnent dans la cantine faute de places, manque de professeurs, pas ou peu de cours de rattrapage ou de remédiation, matériel scolaire ou de gym dépassé,... Les conséquences, de cette maladie qu est le sous-financement, sont légion. Dès sa fondation en 2005, le Comité des élèves francophones (CEF) a fait de la dénonciation du manque de moyens pour nos écoles un de ses chevaux de bataille. Que ce soient les actions pour avoir du chauffage en hiver, pour du matériel convenable dans les ateliers d écoles professionnelles, contre le décret Partenariat- Public-Privé ou plus récemment contre le décret Robin des bois. Cette année 2011 fut bien remplie pour le CEF, mais si nous nous sommes un peu éloignés de nos campagnes habituelles avec les manifestations pour l unité et la solidarité en Belgique (Shame, Révolution des frites et Place des frites), nous voulons terminer l année en revenant à nos principes fondateurs: la dénonciation du manque de moyen et la revendication du refinancement public de l enseignement à hauteur de 7% du PIB. Dans ce cadre, le CEF organise un grand concours photos/ vidéo, ouvert à tous les élèves fréquentant les écoles secondaires de la Communauté française. Modalités du concours: Pour s inscrire au concours, rien de plus simple. Il suffit d aller sur la page Concours CEF "Ton école manque de moyens? Montre-le!" sur Facebook, cliquer sur "J aime" et le contenu de la page apparaît. Ensuite il suffit de s inscrire et de trouver minimum deux potes dans son école et constituer une équipe. Les photos seront visibles sur cette même page et tous tes potes pourront voter pour ta photo. L idée: se réunir par groupe de 3 à 10 personnes, soit prendre 3 photos, soit faire une vidéo professionnelle, dans leur école, et montrer comment les conséquences du sous-financement se voient dans leur établissement. L inscription se fait sur la Fan Page Concours CEF "Ton école manque de moyens? Montre-le!". Les photos seront accessibles sur cette même page, les jeunes pourront alors voter pour leur photo ou vidéo préférée et ainsi départager les groupes participants. Le concours se terminera par un vernissage et une exposition où aura lieu la remise des prix pour les équipes gagnantes. A cette exposition, que nous voulons itinérante, des responsables politiques, des professeurs, des directions d écoles et autres acteurs du monde enseignant seront invités. Le but de ce concours est double: tout d abord il se fixe comme objectif de faire des élèves des citoyens actifs et conscients que le sous-financement de l enseignement est un problème grave et qu il nécessite de s en préoccuper. Nous pensons que s organiser en groupe dans les écoles, et réfléchir à comment s y manifestent les conséquences du manque d argent, est un très bon moyen. Deuxièmement, ce concours a pour but d interpeller le monde politique. En cette période d austérité annoncée, le CEF veut rappeler, que même en période de crise, l investissement dans l enseignement doit être une priorité, et réclamer son refinancement à hauteur de 7% du PIB. Laura Leon Fanjul CEF 7

8 Les Actus Les Tables du Pluralisme 2011: Certains diront "soirée de travail", "mise en réseau", "moment convivial" ou "repas-débat", Et personne n aura tort! Car c est un peu tout cela les Tables du pluralisme. C est le rendez-vous annuel du Pluralisme, de la mise en réseau, et de la rencontre informelle de Relie-F. Autour d un sujet de débat puis d un repas, les participants construisent des points de vue collectifs et participent à la mise en réseau des membres. Ce ne sont pas moins de 3 représentants par association membre qui sont conviés: des coordinateurs, des membres du CA, des membres de l AG, des membres de l équipe: Peu importe, pourvu qu ils viennent l esprit léger avec le désir de se mélanger. 8

9 Les Actus sous le signe de la Charte Associative C est donc une petite quarantaine de participants, issus des quatre coins de la Belgique, qui ont rallié le quartier Léopold afin de participer à la première activité de la soirée: un apéro-débat. Par petites tables de quatre, les participants ont ainsi pu découvrir et débattre des grands principes de la Charte Associative. Après une petite synthèse, les débats ont continué bon train sur divers sujets relatifs à notre secteur. La soirée s est poursuivie par un buffet indien représentant à lui seul les mille couleurs de la diversité. Ce fut également l occasion pour les membres et pour l équipe de Relie-F de se rencontrer plus largement et de manière plus informelle. La soirée s est clôturée sur un sentiment de grande réussite, et en nous promettant de remettre le couvert l année prochaine, pour créer plus de lien, plus de pluralisme, plus de rencontres. Christophe Cocu Relie-F 9

10 Les Actus Campagne contre le populisme A l occasion des 24 heures vélo à Louvain-la-Neuve, les cinq organisations de jeunesse politiques (parmi lesquelles trois sont membres de Relie-F : écolo j, les Jeunes cdh et les Jeunes FDF) ont lancé sur le terrain une campagne commune contre le populisme. Cette initiative, qui s inscrit dans le cadre de la sous-commission citoyenneté de la Commission consultative des organisations de jeunesse, vise à sensibiliser les jeunes aux menaces que représente le populisme pour la démocratie. Sur le site Internet on peut découvrir une carte blanche portant sur ce thème, ainsi que quatre cartes "choc", qui affichent un slogan populiste ("Tous pourris sauf moi!", "Pour plus de sécurité", "Pour une société plus propre!", "Les Belges d abord") et un dessin caricatural, invitant les gens à réfléchir sur le sens et la portée de messages populistes, qui intoxiquent trop souvent les débats politiques. La politique ne se réduit pas à un slogan! Au verso de ces cartes figure une explication du caractère résolument populiste du slogan. Ainsi, le 26 octobre dernier, des membres des différentes jeunesses politiques sont allés à la rencontre des jeunes sur le site de Louvain-la-Neuve pour leur distribuer ces cartes postales et tenter de les sensibiliser aux dangers que représentent les différentes formes de populisme. Contre l intoxication populiste du débat d idées! Le public, présent en masse pour cet événement festif, s est montré réceptif et intéressé par la démarche des jeunesses politiques. Au cours des prochaines semaines, la sous-commission citoyenneté de la CCOJ continuera cette campagne via la diffusion de ces cartes sur différents sites très fréquentés par les jeunes. Nicolas Dufays Jeunes cdh Sara Peeters écolo j Patrick de Mûelenaere Jeunes FDF 10

11 Les Actus Les prix déraillent dans les transports en commun bruxellois Dans le cadre de leur groupe de travail sur la mobilité, écolo j Bruxelles a trouvé nécessaire de réagir par rapport à l augmentation des tarifs de la STIB. Voici donc leur avis: Augmentation des abonnements jeunes, augmentation de 25% pour les titres de transport achetés dans les véhicules et suppression du remboursement des abonnements scolaires pour les étudiants bruxellois... écolo j Bruxelles ne pouvait plus rester les bras croisés et surtout la bouche fermée! abonnement de transport par leur employeur, se voient protégés de ces augmentations. De plus, si l augmentation des tickets achetés dans les véhicules a pour objectif d augmenter la vitesse commerciale, il nous semble que la différence avec le ticket acheté hors véhicule doit être significative. Dès lors une augmentation de ces derniers n est pas souhaitable. Nous insistons enfin pour que l offre actuelle, meilleur moyen de se déplacer de façon durable et d encourager la mobilité douce. Pour nous, les trains, trams, bus doivent être plus accessibles, moins chers, et gratuits à terme, pour que les jeunes puissent se déplacer de façon autonome. E n c e s t e m p s d e d i s e t t e budgétaire, la réalité nous rattrape mais il n en reste pas moins que la direction prise par Le conseil d administration de la STIB, sur proposition de la direction, a avalisé un projet de tarifs pour Celui-ci est actuellement en discussion au sein du Gouvernement bruxellois et autant dire que, concernant les transports en commun bruxellois, la rigueur est au programme! En augmentant les prix des abonnements des ans de manière spectaculaire (+15%) tout en visant, à terme, la disparition de cette catégorie, ce sont les jeunes travailleurs à faibles revenus qui sont le plus durement touchés par ces mesures. Les étudiants et leurs parents sont également directement concernés car la Fédération Wallonie-Bruxelles, sans concertation avec la Région Bruxelloise, va cesser, dès la fin de cette année scolaire, le remboursement à hauteur de 50% des abonnements scolaires. Concernant les augmentations de tarifs, nous insistons auprès du Gouvernement bruxellois pour qu il propose des alternatives pour que les jeunes travailleurs à r e v e n u s m o d e s t e s q u i n e b é n é f i c i e n t p a s d u n r e m b o u r s e m e n t d e l e u r Noctis compris, soit maintenue voire améliorée. Concernant l arrêt des subsides relatifs aux abonnements scolaires, nous demandons à la Ministre en charge de l Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles de revoir sa copie et/ou d entamer un dialogue avec le gouvernement bruxellois afin de trouver une solution pour assumer le coût de ces remboursements, à l instar de ce qui a pu se faire en Wallonie. écolo j Bruxelles tient à rappeler que les transports publics sont le ces dernières propositions n est certainement pas la bonne pour favoriser les transports publics auprès de l ensemble des citoyens et particulièrement auprès des jeunes bruxellois... Hugo Roegiers Maïté Bodart Guillaume Le Mayeur écolo j Pour le groupe de travail Mobilité d écolo j Bruxelles Photo: by bindonlane 11

12 Les Actus Sortie de l'outil Relie-F: "Le monde dont vous êtes le héros" Un outil atypique dans le catalogue de Relie-F Elaboré sous la forme d'un récit dont vous êtes le héros, où la narration peut emprunter de nombreux chemins différents, cet outil pédagogique de Relie-F propose au lecteur de découvrir quelques dilemmes auxquels nous pouvons être confrontés au quotidien. Les choix, de consommation, de vie, que nous posons chaque jour ont des incidences sur le monde dans lequel on vit. Et l'objectif de l ouvrage est de susciter chez le lecteur un questionnement sur ces gestes. Sans vouloir être normatif ou donneur de leçons, nous souhaitions inviter le lecteur à confronter ces éléments à sa propre subjectivité, à mettre en pratique sa capacité critique, à se considérer comme acteur, comme héros, de sa vie. Mais c est avant tout pour la nourriture spirituelle que nous étions réunis. La matinée a donc débuté avec une introduction de Christophe Cocu, coordinateur de Relie-F, autour des enjeux de la citoyenneté responsable, critique et solidaire de l outil. Ensuite, c'était au tour de Matthieu Cornélis (Empreintes asbl) de présenter cet outil pédagogique dans lequel il s'était investi particulièrement. le plaisir d une animation interactive pour nous rappeler les interactions systémiques de nos choix de consommation au quotidien. En partant d un repas composé de bœuf, de légumes et d un coca, elle a mis en lumière les impacts humains, écologiques et économiques de nos modes de consommation. "Le monde dont vous êtes le héros" nous a permis à la fois de toucher directement un public jeune, sans passer par les organisations qui les encadrent.et à la fois de créer un événement CRACS pour les membres de la fédération. C est donc un beau succès populaire et éducatif que nous remportons grâce à notre petit outil atypique. Jérôme Martens Relie-F Le petit déjeuner Pour lancer officiellement l outil auprès de notre fédération et de nos partenaires, quoi de plus naturel que d'organiser un déjeuner équitable? Les membres de Relie-F s'étaient donc donnés rendez-vous au Mundo B, (la Maison du Développement Durable qui abrite de nombreuses associations dont Quinoa) pour un petit déjeuner, composé de différents produits équitables: pains bio, confitures et chocolat issus du commerce équitable, fruits de saison, jus, etc... Sur le ton de l'humour, il nous retraça son début de journée dans le plus pur style "quelles sont les conséquences de mes choix quotidiens?" Ensuite, Séverine de Laveleye, secrétaire générale de Quinoa, notre hôte du jour, nous fit Si vous souhaitez vous procurer "Le monde dont vous êtes le héros" n'hésitez pas à nous contacter: par ou par téléphone:

13 Les Actus Les jeunes volontaires se lèvent! 2nd Youth Convention on Volunteering / The European Youth Forum Ce forum défend la vision que tous les jeunes en Europe sont des citoyens égaux qu il faut encourager et soutenir dans toute la potentialité de leur développement. Il se veut donc une plateforme indépendante et démocratique permettant l échange d idées, de concepts, d expériences et de pratiques entre toutes les organisations de jeunesses. Il s inscrit dans la multiculturalité, la diversité, le respect des droits humains, l action citoyenne et la solidarité. Quelques OJ de Relie-F avaient monté un stand à l occasion de cet é v è n e m e n t e u r o p é e n d e la jeunesse: Asmae, le Service Protestant de la Jeunesse (SPJ), YFU Bruxelles-Wallonie, la FCJMP, et bien sûr, votre fédération qui représentait l ensemble de ses membres. Ce fut aussi l occasion pour cette dernière d organiser un colloque dans la thématique de ce forum: "Donner de son temps, un processus d avenir?" Après un petit mot d introduction par son coordinateur, Christophe Cocu, Relie-F a demandé à Amandine Tiberghien (de la Plateforme francophone du Volontariat) de présenter au public nombreux un état des lieux de la recherche en matière d engagement dans le monde associatif. Après avoir insisté sur la nécessité de mieux comprendre la notion de "l engagement", la conférencière a marqué les changements qui se sont opérés dans notre société en ce domaine: affranchissement des liens sociaux, idéologiques..., volonté d agir ici et maintenant ( e n g a g e m e n t " K l e e n e x " ), réticence à déléguer sa parole, et affaiblissement des appartenances: le tout amenant u n e i n d i v i d u a l i s a t i o n d e l engagement, sans parler des phénomènes de hiérarchie de l engagement et de la décrédibilisation du politique. Bref, les gens ne s engageraient plus (comme avant)... Pourtant, en dépit de cette individualisation de l engagement, on constate une forte mobilisation des volontaires: "100 millions en Europe, 1,5 million en Belgique dont près de en Fédération Wallonie-Bruxelles qui offrent, en moyenne, près de 7h/semaine toute l année". Malgré que nous manquions encore d études sur le sujet pour en savoir plus, certaines pistes de solutions commencent à apparaître: penser à croiser l expérience individuelle avec les enjeux collectifs, veiller à préserver la citoyenneté, avancer sur une définition de la fonction sociétale du volontariat et valoriser l image de l engagement citoyen. Suite à l exposé, de nombreux échanges ont pu s opérer entre les différents intervenants. Il semble que la plupart des organisations ressentent des changements dans l engagement de ses membres. En effet, il apparaît qu il est de plus en plus complexe d intégrer les jeunes sur le long terme, dans des projets conséquents. Souvent, ceux-ci s engagent dans une partie 13 seulement d une thématique qui les touche plus directement, ou sur une action de courte durée; à moins d être soutenu par une équipe d amis, opérant souvent d autres activités en dehors du volontariat. Parmi les idées de solutions évoquées, un volontariat "progressif", l édition d un guide du volontariat, l absence de liens hiérarchiques dans l organisation, l usage des médias et nouvelles technologies (tout en sortant d une figuration du jeu), mieux faire coïncider l offre et la demande en terme de volontariat, réaliser un "séquençage" des disponibilités de chacun (jeunes, seniors...), continuer à travailler le cadre légal, rechercher du sens à sa vie en rapport au bénévolat, et investir dans les formations et l encadrement des volontaires. Au final, c est peut-être une ancienne enseignante engagée qui résume le mieux ce qu on recherche comme volontaire dans les associations: "rien ne remplacera les jeunes engagés et formés sur le long terme". Formation et motivation ne sont-elles pas au centre de nos préoccupations volontaristes? Jean-Marc Vancamp Relie-F Pour en savoir plus: Le site du forum European Youth Forum:

14 Les Actus Salon de l'emploi Relie-F ouvre la voie de l emploi dans le secteur associatif jeune Le secteur de la Jeunesse est un débouché méconnu pour les chercheurs d emploi. D ailleurs il n y a pas d étude type pour devenir permanent! Le plus souvent les permanents des organisations de jeunesse sont tombés dedans un peu par hasard. Par contre, il y a une forte demande de la jeunesse de trouver des débouchés de carrière plus éthiques, plus en rapport avec leurs convictions. Il ne s agit plus de travailler pour vivre, mais bien de travailler en accord avec ses valeurs. C est fort de ces constats que Relie-F s est présenté comme employeur au Salon de l emploi de Louvain-La-Neuve. Ce salon était organisé par le FOREM, dans le cadre de la semaine Wallonne de l emploi et a été inauguré par le Ministre de l emploi de la Région Wallonne, André Antoine. Et nos impressions furent confirmées... Ce fut une affluence record pour les stands de Relie-F et de Coala! Il faut dire que nous faisions partie des 3 stands associatifs du salon et que face au privé, le public a manifestement choisi la voie associative. Cristophe Cocu Relie-F Du 19 au 23 octobre 2011, se déroulait le 18e Salon de l'éducation, au Namur Expo. Une première pour Relie-F. Si certaines OJ membres de Relie-F sont des habituées de cet évènement qui s'adresse à tous les métiers de l'éducation et de l'enseignement, il s'agissait d'une première pour la fédération. Nous y avons expérimenté une formule originale: en plus de sa présence, Relie-F, en tant que fédération, a mis à disposition son stand auprès de ses membres et un espace VIP. Chaque jour, une OJ a eu l'occasion de disposer de cet espace réservé. YFU Bruxelles-Wallonie fut la première OJ à investir le stand Salon de l'education Relie-F. De nombreux visiteurs, provenant notamment du milieu scolaire, purent prendre les renseignements utiles sur les programmes et séjours à l'étranger proposés. Le lendemain, c'était au tour du CEF (Comité des Elèves Francophones), de venir présenter ses activités. En plus de leur présence sur le stand, ses représentantes ont aussi souhaité promouvoir activement leur organisation, en allant à la rencontre des visiteurs à travers le salon. Enfin, le samedi, c'était au tour d'asmae de profiter de l'espace mis à disposition, pour informer 14 les nombreux visiteurs sur leurs projets, et sur les possibilités offertes aux jeunes souhaitant s'investir dans les projets de l'oj. D autres membres étaient également présents: en face de nous COALA, et à côté BAO- Jeunesse. Une autre organisation de jeunesse membre de Relie-F, Empreintes asbl, était également présent sur le salon. Son stand était de manière logique située dans le "Village de l'education à l'environnement". Pour l'équipe de Relie-F, qui s'est relayée tout au long des 5 jours, ce fut l'occasion de découvrir les nombreuses associations présentes sur place, d'assister à de nombreuses conférences, et de rencontrer d'autres personnes du secteur. Le bilan de l'opération a donc été très positif. Relie-F a pu présenter son action, et celle de ses membres. Jérôme Martens Relie-F

15 Les Actus Arc-en-Ciel en chantier L année 2011 regorge de nouveaux projets développés par l équipe d Arc-en-Ciel. En plus des outils pédagogiques récemment édités et des nouvelles journées d animation, nous avons organisé du 17 au 30 août 2011 un chantier de volontariat avec le Service Civil International Belgique. Ce chantier a regroupé huit volontaires de différentes nationalités autour d un projet commun de rénovation et d animation. Nous avons accueilli pendant dix jours deux Taïwanaises, deux Espagnoles, un Ukrainien, une Hongroise, une Allemande et un Belge. Ce dernier étant le coordinateur du groupe. Ce projet leur a permis avant tout de se rencontrer, de découvrir notre pays, ses traditions et évidemment notre association, son public et ses différentes missions. Les volontaires âgés entre 18 et 25 ans logeaient dans les locaux du Kot à Projet, rue du Bien Faire. Durant quatre jours, ils ont réalisé des travaux de peinture dans les bureaux que nous occupons. L équipe d Arc-en-Ciel a pris leur suite et nous avons maintenant des bureaux tout neufs. Pendant les pauses, nous leur avons concocté des temps d animation autour des différents projets d Arc-en-Ciel ainsi que des soirées culturelles. Ils ont également participé durant trois jours au séjour à Basseilles afin d animer les adolescents et échanger ensemble autour des valeurs communes à notre partenaire et à Arc-en-Ciel; à savoir la défense des Droits de l Homme, la sensibilisation et la mobilisation à la citoyenneté. Enfin, ils ont été invités à découvrir le travail de terrain d une Maison de Jeunes, y rencontrer les jeunes et discuter de leur vie de tous les jours et de la vision du monde de chacun. Ce projet a permis non seulement aux volontaires internationaux, mais également aux jeunes de nos associations, de renforcer leur sens de la citoyenneté et la compréhension du monde qui les entoure via le dialogue interculturel dans un esprit pacifique de respect et de tolérance de chacun. Un premier partenariat avec le SCI dont nous sommes enchantés et que nous comptons certainement réitérer dans le futur. Sophie Vanderheyden Arc-en-Ciel 15

16 Les Actus L'UEJB interviewe Jacques Brotchi Chronique d une démission qui en dit long... L UEJB a interviewé le Sénateur Jacques Brotchi, neurochirurgien de renommée internationale et professeur émérite de l ULB. Jacques Brotchi a démissionné de la Fondation de l ULB au mois de mai dernier. Quelles ont été les raisons qui vous ont poussé à faire des études de médecine? Mes parents, juifs originaires de Roumanie ont quitté la Bessarabie à l âge de 18 ans. Dans l Europe actuelle il s agirait de la Moldavie. En tant que juif ils ne pouvaient pas entrer à l université. Ils sont donc venus en Belgique, à Liège plus précisément suivre des études. Mon père étudiera la médecine, ma mère la dentisterie. Ils le feront à l aide d un dictionnaire, car ils ne comprenaient pas le français à leur arrivée en Belgique. Après avoir obtenu le grade scientifique, mon père fera un complément de deux ans, qui lui permettra de travailler dans un cabinet dentaire. J ai donc vécu dans une ambiance de dentistes. Depuis la tendre enfance, j ai toujours su que je voudrais faire de la médecine. A l université de Liège, j ai découvert les neurosciences, c était un cours d anatomie dispensé en deuxième année, j ai flashé! Le système nerveux, ses connexions, sa logique... J ai été voir le titulaire dans l espoir de pouvoir travailler dans son labo dans lequel j allais devenir élève- étudiant puis chercheur volontaire. Ces recherches en laboratoire m ont conduit à faire une thèse d agrégé en neurochirurgie que j avais découvert en 5ème année de médecine et qui m a passionné toute ma vie. En 1981, l ULB et l hôpital Erasme, sont venus me proposer de construire le service de neurochirurgie dans l hôpital académique qui démarrait (1977). Le directeur de l époque, le professeur Alain de Wever et le président du conseil d A d m i n i s t r a t i o n, M o n s i e u r Jaumotte ont trouvé les arguments qu il fallait pour que je quitte mon Liège natal vers Bruxelles. J ai donc créé ce service où j ai fait toute ma carrière médicale. Pourquoi la politique? Bien qu ayant toujours eu beaucoup d amis politiciens, comme Jean Gol, un grand ami d enfance, la politique ne faisait pas partie de mes plans. Mon cœur a toujours été libéral (MR), lorsque je suis arrivé à Bruxelles, j ai commencé à organiser avec ma femme des cocktails pour des amis qui démarraient en politique. La politique est arrivée alors que je ne m y attendais pas. En 2004, en rentrant d une mission pour la fédération mondiale de neurochirurgie en Afrique, je reçois un appel de Louis Michel m invitant à m investir en politique. Après avoir réfléchi et demandé à l hôpital Erasme s ils n y voyaient pas d inconvénients, j ai accepté de me lancer dans la campagne électorale de En devenant Sénateur du Royaume de Belgique, ma carrière politique venait de débuter. J ai toujours été très soucieux de mener cette carrière avec une certaine éthique, en essayant d apporter ce que la vie m avait appris. Mes interventions ont toujours été basées sur des problèmes liés à mon expérience de vie comme des questions de santé, de recherches, d enseignement 16 ou de bio-éthique. Il y a toujours quelque chose à dire sur la santé, remettre les pendules à l heure sur des sujets traités trop souvent par des personnes qui n ont jamais pratiqué la médecine. A titre personnel, je connais la situation des étudiants en médecine et continue à pratiquer un jour par semaine des consultations médicales pour rester en contact non seulement avec les malades, mais aussi avec les infirmières, les médecins... Bien que siégeant au Sénat, le monde médical reste toujours mon monde. Une certaine parole à tendance antisémite s est libérée, elle vous a même poussé à présenter votre démission de la Fondation de l ULB. Quels en ont été les facteurs? L ULB a toujours été caractérisée par la tolérance et l ouverture. Pendant la 2ème guerre mondiale, l université a préféré fermer ses portes plutôt que de se plier à l occupant nazi. Il y a toujours eu à l ULB des professeurs juifs de grand renom. En 2010, il s est passé quelque chose que je ne peux expliquer: un débat autour du thème "Dieudonné". Ce débat a dégénéré, un ensemble de propos antisémites ont été relevés tant sur l estrade que dans le public. Ces propos tenus par certaines personnes de l ULB sont allés très loin. Vous savez, on n est pas maître des opinions des gens présents dans l auditoire. Par contre on s attend à l ULB, que ceux ayant la responsabilité d organiser un évènement ou de mener les débats, les mènent sans accepter de dérapages. Le vicerecteur qui présidait les débats a eu une grande responsabilité ce jour-là, en prenant parti pour ceux qui défendaient Dieudonné.

17 Les Actus Interview de Jacques Brotchi (suite) Il ne s est pas comporté en homme libre, son attitude a renié les principes du Libre Examen. Toujours en 2010, toujours à l ULB, nous avons connu une succession d autres événements comme le baptême nazi au sein du Cercle Solvay. Certains ont essayé de me faire croire qu il s agissait d une pièce de théâtre où l on mettait en jeu des personnages. A titre personnel, je considère que la symbolique nazie n a pas sa place dans une université. En avril 2011, quelques mois plus tard, toujours au sein du Cercle Solvay, Le Caducée (revue étudiante) ironise autour des "fours polonais". Toute une partie de ma famille a péri dans des camps de concentration et dans des fours crématoires parce que Juif. Si l on rigole des "fours polonais", alors je n ai plus rien à faire avec ces genslà. Indépendamment des faits énoncés ci-dessus, il y a également eu les parodies de checkpoint israéliens! Ces parodies me poussent à me questionner sur les motivations de ses auteurs... Quels sont les effets sur le campus? Quels sont les amalgames? Importer le conflit du Proche-Orient en Belgique est inacceptable. On a le droit de critiquer Israël, on peut ne pas être d accord avec Israël mais instrumentaliser le conflit sous cette forme, s apparente à de l antisémitisme. Il y a une focalisation contre l état d Israël, qui fait qu on n est plus dans une optique d analyse ou de critique saine. A titre personnel, je n arrête pas de me battre contre les politiciens qui importent ce conflit ici. Les checkpoints ne me laissent pas indifférent, mais ce n est pas la cause de ma démission. Ce sont les éléments successifs de septembre 2010 à avril 2011 qui l ont motivée. Pourquoi avoir démissionné? Cette succession d événements à consonance antisémite m ont mis mal à l aise, je ne me sentais plus chez moi. Si je suis venu de Liège à Bruxelles, c était aussi pour l Université du libre examen avec laquelle je partage des valeurs et un mode de pensée. Ce qui s est produit l année dernière est en contradiction flagrante avec les principes du libre examen. Le CCOJB a d abord tenté d obtenir des réactions auprès des autorités de l ULB afin qu elles condamnent ces événements. Les autorités sont restées passives! Soit par peur de réagir, soit parce qu elles cautionnaient. Qui ne dit mot consent... Je ne me sentais plus bien. Etant professeur émérite, 17 chef de service honoraire à l hôpital Erasme, je ne pouvais plus démissionner de rien, alors je me suis dit que j allais démissionner du seul poste à responsabilité que j avais encore, celui de membre du conseil d administration de la Fondation de l ULB. La fondation de l ULB recueille de l argent, du mécénat au profit de la recherche. Je ne voulais plus que l ULB utilise mon nom pour solliciter des dons. J aurais tant souhaité dire: "J ai réagi, mais entre-temps l Université a pris les mesures qu il fallait, j espère que la page est tournée". Hélas, je n ai pas pu le dire. Quelles ont été les conséquences de votre démission? Le 3 mai, ma démission a été acceptée, entérinée. Je n ai fait aucun commentaire public. Ce qui a choqué mon entourage, c est la facilité avec laquelle ma démission a été acceptée, personne n a voulu savoir ce qu il se passait, discuter des raisons de ce malaise. Ma démission a été acceptée sans commentaires. La manière dont ça s est passé m est indifférente, ça n a pas été le cas de mon entourage. Ma réaction était celle d un homme déçu, par le manque de courage et l absence de réactions des autorités de l ULB. En tant que politicien, j aurais pu exploiter cette affaire, je ne l ai pas fait, je suis resté sobre, considérant que cette affaire était interne à l ULB. Le recteur a demandé à me voir, le président aussi, avec qui j ai discuté comme je vous parle aujourd hui. Ils m ont dit que ces événements n étaient que l objet de petits groupes marginaux auxquels on ne doit pas accorder plus d importance que cela. J ai demandé au recteur ainsi qu au président de réagir,

18 Les Actus pas forcément sous forme de déclaration, le minimum aurait été de condamner dans une carte blanche ces événements à connotation antisémite. Il faut souligner que certains événements ont eu lieu avant leur prise de pouvoir. J aurais espéré qu ils disent qu ils ont pris des mesures pour que ça ne se reproduise plus. Et sanctionner dans le cas où ça devait se reproduire. C est ce que j attendais, il n y a rien eu du tout. Comment votre démission a-telle été médiatisée? Deux mois et demi après que ma démission ait été acceptée, mijuillet, dans le cadre de mes activités politiques et sociales, un ami, Yossi Lempkowicz, responsable de l European Jewish Press (EJP) me demande si j ai vraiment démissionné et quelles en ont été les raisons. Je lui ai expliqué ce que je viens de vous dire. Trois jours après, sans l avoir sollicité, on pouvait lire un compte rendu dans EJP qui sera repris par l Agence Belga. Et puis s est enclenché la machine médiatique: télévisions, journaux, radios... Au journal télévisé de la RTBF, j ai mis mes espoirs dans le recteur, en disant que j avais confiance et que j espérais qu il puisse se passer quelque chose. J aurais eu tellement plus facile de défendre l ULB si pendant les deux mois et demi séparant ma démission et la médiatisation, une carte blanche avait été publiée. J aurais tant souhaité dire: "J ai réagi, mais entre-temps l Université a pris les mesures qu il fallait, j espère que la page est tournée". Hélas, je n ai pas pu le dire. Qu est-ce qui vous a le plus choqué? En plus des événements, je n ai pas pu comprendre l absence de décisions à l ULB. Au Canada et aux USA, une chose pareille aurait signifié le renvoi immédiat de l université. Un ami, belge, professeur à Toronto m a écrit les mots suivants: "il n y aurait jamais eu trois ou quatre évènements comme ça dans mon université. Au premier déjà, les étudiants responsables auraient dû trouver une autre université". On a pu lire qu Edouard Delruelle, président adjoint du Centre pour l égalité des chances et la lutte contre le racisme, estimait que la ligne rouge concernant l antisémitisme n a pas été franchie. Je ne suis pas tout à fait d accord avec ceux qui disent que la ligne rouge n a pas été franchie. Il y a à l ULB, des activistes qui savent jouer avec. Bien que l antisémitisme et le racisme en Belgique soient considérés comme des délits, cela n empêche pas certains de flirter avec les limites. Selon moi, elles ont été largement franchies, et je vous dirais, que les mêmes protagonistes ont, après ma démission, il y a un mois et demi, sorti sur Facebook, un commentaire infecte à propos du professeur Guy Archer. Où vat-on? Cela a de nouveau terni l image de l ULB, on a pu lire dans le journal des titres ravageurs comme: "Nouveaux dérapages antisémites à l ULB". Alors oui, ils jouent avec les limites pour qu on ne puisse pas les faire condamner par un tribunal. Ici, cette ligne rouge n est qu une question d appréciation... Propos recueilli par: Boris Daun Deborah Unger Gady Bergier UEJB Faut pas prendre les OJ pour des canards sauvages! Quoique...! Lorsqu elles sont en formation, les oies volent 70% plus loin que lorsqu elles sont seules. Les gens qui partagent un but commun peuvent se rendre où ils veulent aller plus facilement ensemble parce que, comme les oies, ils se supportent mutuellement. Quand une oie se dégage de sa formation, elle sent immédiatement la résistance du vent. Sagement, elle rejoint le groupe pour prendre avantage de l appui des autres. Si nous avions autant de bon sens que les oies, nous resterions en formation avec ceux qui vont dans la même direction que nous. Quand le chef de file devient las, il laisse une autre oie se mettre en tête. Il est logique de partager les rôles difficiles; même celui de leader. Les oies klaxonnent pour encourager celles à l avant. Quels gestes d encouragement posons-nous auprès de nos collègues? Lorsqu une oie devient malade ou est blessée par des coups de feu et doit quitter la formation, deux oies quittent également la formation afin de l aider. Ils restent avec elle jusqu à ce qu elle puisse voler à nouveau où qu elle meure. Ce n est qu à cet instant qu elles repartent pour rejoindre les leurs. Si nous avions le bon sens des oies, nous nous appuierions plus. Vaste programme. Georges Nihoul BAO-Jeunesse 18

19 2011: Grand cap pour nos OJ! Autant de chiffres rond et de célébrations! Temps d'arrêt! Festivités! Avenir! Les discours furent prometteurs et les années à venir encore plus. Focus sur ces anniversaires. Trouverez-vous qui a fêté quoi? " Heureux donc qui voit dans le travail de la veille les marques de sa propre volonté " Alain (Propos sur le bonheur) 19

20 Une décennie en Relie-F Rappelez-vous ce 28 février 2011: Relie-F fêtait ses 10 ans d'existence et son changement de nom. Ce début d'année 2011, vous le verrez tout au long des prochaines pages, a été riche en célébrations d'organisations de jeunesse. Retour sur la journée organisée à l'espace Jacqmotte à Bruxelles. Il y avait au programme une journée de formation sur le thème du Décret OJ. Celle-ci débuta par une présentation du décret par Catherine Lemaître, conseillère au cabinet de la Ministre de la jeunesse, Evelyne Huytebroeck. Ensuite c'était au tour de Mathilde Serruys, alors chargée de communication d'asmae, de nous exposer la procédure de reconnaissance de son OJ, qui venait d'aboutir positivement. Après une pause de midi faite d'échanges et de rencontres entre les nombreux participants, c'était au tour de Pierre Evrard, directeur de la FCJMP, de nous faire partager son expérience sur les plans de quadriennaux des Centres de Jeunes. Et pour clôturer cette journée de formation, Olivier Leblanc, administrateur délégué de Relie-F et négociateur du décret OJ, nous a fait un rappel du contexte historique du secteur jeunesse et du Décret OJ. Le moment était venu d'officialiser le changement de nom du RNC (Réseau des Non Confédérés) qui devenait Relie-F. Et par la même occasion de mettre à l'honneur les personnes qui avaient fait son histoire. Les anciens présidents furent remerciés, tout le monde pouvait se diriger hors de la salle. Entretemps, les organisations de jeunesse membres de Relie-F en avaient profité pour installer leurs stands. L'occasion pour l'assistance de (re-)découvrir les multiples projets et activités présentées. Tout cela en partageant le verre de l'amitié, de l'échange, du pluralisme. Jerôme Martens Relie-F 20

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX

ATELIER PHILO ANIMATION STIB TRAVAIL DE CRÉATION MOMENT DE CLÔTURE SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE COMPRENDRE LES ENJEUX SENSIBILISATION A UNE MOBILITE CITOYENNE ATELIER PHILO COMPRENDRE LES ENJEUX ANIMATION STIB APPRÉHENDER LA RÉALITÉ DE TERRAIN TRAVAIL DE CRÉATION FIXER LES NOTIONS ACQUISES MOMENT DE CLÔTURE SE RETROUVER

Plus en détail

Séminaire «Quelle formation aujourd hui pour les animateurs d éducation informelle?» Prague 27 novembre 2003 Jean- François Magnin, directeur général adjoint, Ceméa Bonjour, Je voudrais d abord remercier

Plus en détail

Livret de l Unité en formation

Livret de l Unité en formation Livret de l Unité en formation Les FORMATIONS RéSeAu UniFor Formateur Animateur Animateur d Unité Des étapes pour grandir De l autonomie à l engagement, les capacités de l enfant et du jeune grandissent

Plus en détail

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013

5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play. La Journée du Fair Play. 7 septembre 2013 Editeur responsable: Panathlon Wallonie-Bruxelles asbl Illustration imaginée et réalisée par Jason Vandepeute, 13 ans. 5 idées pour participer activement à la Journée du Fair Play La Journée du Fair Play

Plus en détail

Le bagic c est pour qui?

Le bagic c est pour qui? Le bagic c est pour qui? Vous pilotez une Maison de Jeunes, un Centre d Information des Jeunes ou un Centre de Rencontres et d Hébergement? Vous coordonnez des projets à destination des jeunes? Vous désirez

Plus en détail

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école

Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école Suggestions de pistes pédagogiques pour une éducation financière à l école La FSMA (l Autorité des services et marchés financiers) est un organisme public autonome. Parmi les missions qui lui ont été confiées

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014

Dossier de presse. Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Dossier de presse A Courbevoie, le 17 juillet 2014 Rassemblés pour nos droits : Avec la JOC les jeunes se sont mobilisés pour leurs droits! La JOC, c'est la Jeunesse Ouvrière Chrétienne : une association

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE

POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE VIvRe ensemble BULLETIN DE LIAISON EN PASTORALE INTERCULTURELLE CENTRE JUSTICE ET FOI VOLUME 13, N 46 Hiver 2006 POUR UNE PLEINE PARTICIPATION DES COMMUNAUTÉS NOIRES À LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE par Jean-Claude

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

La relève. Notre région

La relève. Notre région 1 Montréal est le milieu de vie de 575 000 jeunes 1, qu ils soient étudiants ou travailleurs, qu ils viennent des régions ou des quatre coins du globe, ils contribuent à leur manière au développement de

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop

Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Emissions TV contre les discriminations Discrimina Stop Témoignage de Joëlle Gerber, coordinatrice au Conseil municipal des enfants de Schiltigheim. La commission «Respect de l autre» 2007-2010 du Conseil

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF Association études ET chantiers Midi-Pyrénées

PROJET ASSOCIATIF Association études ET chantiers Midi-Pyrénées PROJET ASSOCIATIF Association Contexte et Historique Le chantier, un outil de transformation de l'individu qui participe à un projet collectif et de transformation du territoire Les chantiers de jeunes

Plus en détail

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante Le Salon de l Écologie est un événement annuel d envergure nationale organisé par les étudiants du master Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) de l Université de Montpellier.

Plus en détail

Changement et Continuité

Changement et Continuité N agrégation : P 201 114 Belgique/Belgïe P.P. Bruxelles 5 BC3204 Changement et Continuité Trimestriel I mars 2015 CE N EST PAS SANS UN SERREMENT DE COEUR QUE JE DÉMISSIONNE AUJOURD HUI DU CONSEIL D ADMINISTRATION

Plus en détail

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012

Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Le Parrainage à la Croisée des Chemins Lundi 30 janvier 2012 Unapp - Apei de Lens et environs (www.apei-lens.org) L Apei de Lens et environs «Le Parrainage est une aventure humaine et une expérience unique»

Plus en détail

Élections 2015. Élection via OMNIVOX. Assemblée d information Mercredi midi 8 avril 2015 local A-1760. Cahier des candidatures

Élections 2015. Élection via OMNIVOX. Assemblée d information Mercredi midi 8 avril 2015 local A-1760. Cahier des candidatures Élections 2015 Cahier des candidatures Assemblée d information Mercredi midi 8 avril 2015 local A-1760 Élection via OMNIVOX De 9 h le 15 avril à 15 h le 16 avril 2015 Personnes candidates aux élections

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik

L ESS et moi. Réalisation graphique : Saint Gilles Imprimerie - Image : Freepik L ESS et moi Une structure de l Économie Sociale est au service d un projet collectif et non d un projet conduit par une seule personne dans son intérêt propre. Sans le savoir, je vis avec les valeurs

Plus en détail

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage)

A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE. Résumé par Olivier Descamps (Manage) A PROPOS DE LA COMMUNICATION EN PROMOTION DE LA SANTE Résumé par Olivier Descamps (Manage) Ceci n est qu un résumé des discussions très intéressantes et très interactives de l atelier 2. J ai préféré garder

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Femmes âgées, immigrées, ignorées

Femmes âgées, immigrées, ignorées Analyses 2013 09 SENIORS 1 Femmes âgées, immigrées, ignorées Le Parcours d intégration, actuellement testé en Wallonie, s adresse aux primoarrivants. Mais les étrangers présents chez nous depuis parfois

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

COMPTE-RENDU DU FORUM REGIONAL DE CLOTURE DU PROJET «Pour une citoyenneté active en Ile-de-France» : Quelle Europe veut-on? Paris, le samedi 20

COMPTE-RENDU DU FORUM REGIONAL DE CLOTURE DU PROJET «Pour une citoyenneté active en Ile-de-France» : Quelle Europe veut-on? Paris, le samedi 20 COMPTE-RENDU DU FORUM REGIONAL DE CLOTURE DU PROJET «Pour une citoyenneté active en Ile-de-France» : Quelle Europe veut-on? Paris, le samedi 20 septembre 2014 Arnaud BREUIL, Institut de Coopération Sociale

Plus en détail

Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon

Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon Présentation d un projet scolaire intégrant le Triathlon Une classe de CM1 de l école élémentaire Galilée à Montpellier participe depuis le début de l année à un «projet triathlon». A l initiative de leur

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Scouts, Guides, Patronnés. 100 000 jeunes. en mouvement. Les communes et les mouvements de jeunesse : une relation gagnante

Scouts, Guides, Patronnés. 100 000 jeunes. en mouvement. Les communes et les mouvements de jeunesse : une relation gagnante Scouts, Guides, Patronnés 100 000 jeunes en mouvement Les communes et les mouvements de jeunesse : une relation gagnante Les mouvements de jeunesse : du plaisir pour grandir! En Fédération Wallonie - Bruxelles,

Plus en détail

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012

ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Service de Presse Paris, le 25 octobre 2012 ALLOCUTION DE VALERIE FOURNEYRON AU FORUM DES ASSOCIATIONS ET DES FONDATIONS Jeudi 25 octobre 2012 Mesdames, Messieurs, Je suis très heureuse que les organisateurs

Plus en détail

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments).

Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Notre fils qui a commencé à manquer d assiduité dans son travail à partir de la fin de la 4ème (jusque-là, nous n avions que des compliments). Bien que la seconde ait été chaotique, il est passé en première

Plus en détail

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs,

Monsieur le Maire, (Philippe Sueur) Monsieur le Directeur, (Pascal Boniface) Mesdames, Messieurs, Intervention de M. Thierry REPENTIN Ministre délégué en charge des Affaires européennes Ouverture des Entretiens d Enghien sur le thème «Où va l Europe?» Samedi 8 mars 2014 Monsieur le Maire, (Philippe

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

Charte des Partenariats - p1 -

Charte des Partenariats - p1 - Charte des partenariats de Nature & Société Depuis sa création dans le milieu des années soixante-dix Nature & Société n a cessé de favoriser, en Ile-de-France, l'information du citoyen et l'éducation

Plus en détail

Animations /Formations

Animations /Formations Animations /Formations DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. Démocratie? La sécu? Institutions? Énergie? Communes? DECOUVRIR > COMPRENDRE > REFLECHIR >PARTICIPER. MOC-CIEP Liège -Huy-Waremme

Plus en détail

La saga de l assurance dépendance

La saga de l assurance dépendance La saga de l assurance dépendance Voilà plus de dix ans que l on parle d instaurer une assurance qui permettrait de couvrir les risques de la dépendance physique liée au grand âge. La Flandre a déjà mis

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Où va l humanité? Au début de l histoire, l homme apparaît fragile, vulnérable, exposé à tous les dangers. Surmontant pourtant les difficultés, il se met à inventer, penser, manier le verbe, écrire et

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015

Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015 Dossier de Presse Une campagne de l Association Socialiste de la Personne Handicapée du 28 novembre au 5 décembre 2015 L ASPH L Association Socialiste de la Personne Handicapée défend les personnes en

Plus en détail

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo

Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo Module 1: Introduction au Blogging - Transcription vidéo VIDEO, autres modules, ressources et questions à poser sur http://vivredesonblog.com/formation par Ling-en Hsia Dans cette toute première partie,

Plus en détail

Candidature des participants. PEJ-France Caen

Candidature des participants. PEJ-France Caen Candidature des participants PEJ-France Caen Du 29 mai au 8 juin 2014 2 Le mot du président Malo MOFAKHAMI Président du PEJ-France Chers participants, En 2014, le Parlement Européen des Jeunes - France

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Dossier de partenariat

Dossier de partenariat Dossier de partenariat Les 20 ans de l ONG ESSOR : Quel avenir pour la solidarité internationale? Contact : L équipe d ESSOR est à votre disposition pour tout renseignement à l adresse suivante : essor.contact@free.fr

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication. Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Fleur PELLERIN Ministre de la Culture et de la Communication et Patrick KANNER Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Grand programme de service civique dédié à la culture «Citoyens de la culture»

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

I LES PRINCIPES FONDATEURS

I LES PRINCIPES FONDATEURS CONSEIL CITOYENS Allonnes Charte Préambule Le conseil citoyen dans le cadre de la mise en action de la démocratie participative doit tendre à un réel pouvoir d'intervention directe des citoyens de notre

Plus en détail

Proposition de partenariat

Proposition de partenariat 18 ème session du 02 au 07 mars 2014 Directeur de Session intendance@parlementjeunesse.be +32 474 251 397 Proposition de partenariat Le Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles en quelques mots 2 La visibilité

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport

L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport L organisation du programme «Jeunes pousses» Rapport Présenté par M. Pascal Terrasse Député de la République française Secrétaire général parlementaire Berne (Suisse) ( 6 juillet 2015 I/ Le programme,

Plus en détail

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES

BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES BAROMETRE D OPINION DES BENEVOLES LE BENEVOLAT DANS LA LUTTE CONTRE L ILLETTRISME ET LE SOUTIEN SCOLAIRE Cahier n 13 - Septembre 2013 La lutte contre l illettrisme, grande cause nationale en 2013, se construit

Plus en détail

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA

Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Assemblée Générale 30 avril 2014 Rapport Moral du Président Ruben GARCIA Bonjour à toutes et à tous, Merci d être présents nombreux pour cette 20 ème assemblée générale. Créée en 1994, par des militants

Plus en détail

Conseil Fédéral de la Jeunesse Allemande (DBJR)

Conseil Fédéral de la Jeunesse Allemande (DBJR) Drucken Schließen Du befindest Dich hier: Français Conseil Fédéral de la Jeunesse Allemande (DBJR) Chaque contenu de cette page ne peut être traduit. Toutefois les points suivants donnent un aperçu des

Plus en détail

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives

Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Parrainage Citoyen : Bilan et Perspectives Point d étape n 12.04 Présenté par le groupe de travail «Parrainage Citoyen» du CONSEIL LILLOIS DE LA JEUNESSE à l Assemblée Plénière du 23 JUIN 2012 1- Introduction

Plus en détail

[CONSEIL D ADMINISTRATION]

[CONSEIL D ADMINISTRATION] PLAN D ACTIONS 2016 [CONSEIL D ADMINISTRATION] Mardi 15 décembre 2015 L année 2016 s inscrit dans la continuité des défis rencontrés par l InterMire en 2015. Casimire, tout d abord, sera lancé dès les

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Explication de la démarche

Explication de la démarche Conférence de citoyens : La participation des habitants dans la politique de la ville Samedi 29 & dimanche 30 juin 2013 Mains d Œuvres Saint-Ouen Explication de la démarche SUR LE CONTENU Quel est l'objectif

Plus en détail

www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève

www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève www.cliquezpourmoi.qc.ca Cahier de l élève Nom : Groupe : 1 Qu est-ce que Cliquez pour moi? Cliquez pour moi! est un concours sous forme d'élections virtuelles où tu es amené, en tant que candidat, à faire

Plus en détail

HELLO WORLD APRÈS MIDI SUR LA MOBILITÉ INTERNATIONALE DES JEUNES

HELLO WORLD APRÈS MIDI SUR LA MOBILITÉ INTERNATIONALE DES JEUNES HELLO WORLD APRÈS MIDI SUR LA MOBILITÉ INTERNATIONALE DES JEUNES Samedi 28 février 2015 Une initiative de l ASBL Infor Jeunes Waterloo avec la collaboration de Michel Bettendorf, Echevin de la Jeunesse

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

Parents séparés et l école, 2 e partie : Quelle communication?

Parents séparés et l école, 2 e partie : Quelle communication? Union des Fédérations des Associations de Parents de l'enseignement Catholique Avenue des Combattants, 24-1340 Ottignies 010.42.00.50 010.42.00.59 Siège social : rue Belliard, 23A - 1040 Bruxelles Compte

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite

DELF Prim A2. Livret du candidat. Compréhension de l'oral. Compréhension des écrits. Production écrite Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret du candidat Compréhension de l'oral Compréhension des écrits Production écrite PMA22S008 04/06/13 Code du candidat : Nom : Prénom

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

Alors le centre de formation de la F.F.C.E.B. est peut-être fait pour vous!

Alors le centre de formation de la F.F.C.E.B. est peut-être fait pour vous! Jambes, le 4 avril 2012 Cher ami escrimeur, Chère amie escrimeuse, Durant cette saison qui se termine maintenant, vous avez été invité à participer à différentes actions de détection et de perfectionnement

Plus en détail

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe

inscription Enseignement difficultés école maternelle école obligatoire associations de parents journal de classe difficultés journal de classe inscription école gratuiteactivités en dehors de l école école obligatoire école maternelle associations de parents Enseignement En Belgique, les enfants sont obligés d aller

Plus en détail

Colloque du Conseil Consultatif des aînés de la commune de WANZE. «Des maisons de repos en phase avec l émergence de nouvelles générations de seniors»

Colloque du Conseil Consultatif des aînés de la commune de WANZE. «Des maisons de repos en phase avec l émergence de nouvelles générations de seniors» Colloque du Conseil Consultatif des aînés de la commune de WANZE «Des maisons de repos en phase avec l émergence de nouvelles générations de seniors» Le mardi 24 avril 2012 Intervention de Madame ELIANE

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education

Communiqué de presse. Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone. Discours de la ministre de l Education Joëlle MILQUET - Vice-Présidente de la Fédération Wallonie-Bruxelles Education Culture Enfance Communiqué de presse Une nouvelle stratégie numérique pour l enseignement francophone Discours de la ministre

Plus en détail

Contenu du Guide du parent

Contenu du Guide du parent Guide des parents Contenu du Guide du parent Introduction du Guide du parent... 3 Les activités avec les parents.... 4 Rencontres personnelles avec le coach... 4 Petites rencontres entre parents et coach....

Plus en détail

Au fil des ans, l association a organisé des expositions : 2003 : «Une ville, des hommes : Petites histoires Jarnacaises».

Au fil des ans, l association a organisé des expositions : 2003 : «Une ville, des hommes : Petites histoires Jarnacaises». 1 Historique Depuis les élections municipales de 2014, les critiques ont fusé de toutes parts pour fustiger la gestion de l ancienne équipe de Jérôme Royer et plus particulièrement la cession de la Maison

Plus en détail

Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue

Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue Construire une école citoyenne Par Jean-Luc TILMANT, enseignant et psychopédagogue 1 02/04/2012 Photos Personnes Apport pour les écoles citoyennes Célestin Freinet (1896 1966) Françoise Dolto (1908 1988)

Plus en détail

Plutôt que que. Choisissez de. Lutter pour le développement et la solidarité internationale

Plutôt que que. Choisissez de. Lutter pour le développement et la solidarité internationale Choisissez de Lutter pour le développement et la solidarité internationale Plutôt que que Lutter contre l immigration et la Mondialisation de l indifférence EDITORIAL Un réseau en mouvement dans le Tarn

Plus en détail

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK

ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK ASSOCIATION ACADIENNE ET FRANCOPHONE DES AÎNÉES ET AÎNÉS DU NOUVEAU-BRUNSWICK MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DE MODIFICATION DES LOIS EN VUE DE L ADOPTION DU PROJET DE LOI 77, LOI SUR L ÉQUITÉ SALARIALE

Plus en détail

VI e séminaire international de La main à la pâte sur l enseignement des sciences à l école

VI e séminaire international de La main à la pâte sur l enseignement des sciences à l école 01-06 JUIN 2015 CIEP - SEVRES (FRANCE) VI e séminaire international de La main à la pâte sur l enseignement des sciences à l école «Développement professionnel des professeurs enseignant les sciences»

Plus en détail

Lignes Stratégiques 2012

Lignes Stratégiques 2012 Lignes Stratégiques 2012 1 2 2012 : du temps pour se construire... L éducation permanente, ce n est jamais un but accompli. Ca reste un chemin. Et un chemin qui prend du temps. Parce qu il se décide et

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles

Célébrer le deuil. À l attention des familles et des proches. Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Célébrer le deuil À l attention des familles et des proches Une initiative de l'église catholique de Bruxelles Quel est le sens des funérailles chrétiennes? à Lors de ses funérailles, le défunt est entouré

Plus en détail

Création du conseil de jeunes appaméens (conseil municipal du 29 09 11) Page 1

Création du conseil de jeunes appaméens (conseil municipal du 29 09 11) Page 1 Maison au service du public et de l action sociale- 5 rue de la maternité- 09100 Pamiers Tel : 05 34 01 09 10 email : jeunesse@ville-pamiers.fr Mairie de Pamiers - Place du Mercadal - BP167-09101 PAMIERS

Plus en détail

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017

Conseil régional. Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Conseil régional Plan d action régional Outaouais 2014-2017 Dans ce tableau, la numérotation est utilisée afin de faciliter le suivi de la présentation. Légende Palier N signifie national R signifie régional

Plus en détail

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer

Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout changer Inspiré de «The 90 Day Game Plan» d Eric Worre www.leblogdumlmpro.com - Tous droits réservés - Le Plan d Action sur 90 Jours 90 jours pour tout

Plus en détail

CONSEIL QUÉBÉCOIS DE LA FRANCHISE DOCUMENT D INFORMATION VISION MISSION

CONSEIL QUÉBÉCOIS DE LA FRANCHISE DOCUMENT D INFORMATION VISION MISSION CONSEIL QUÉBÉCOIS DE LA FRANCHISE DOCUMENT D INFORMATION VISION Le Conseil québécois de la franchise entend devenir le porte-parole crédible et reconnu, l officiel de la franchise au Québec, et un joueur

Plus en détail

Le projet pédagogique de la FNP

Le projet pédagogique de la FNP Une association, un mouvement, n existe que parce qu il poursuit un objectif. Dans son souci d accompagner les jeunes vers son objectif, le Patro s est défini un projet pédagogique. Celuici présentera

Plus en détail

Centre d excellence artistique De La Salle

Centre d excellence artistique De La Salle Centre d excellence artistique De La Salle Concentration Arts visuels et médiatiques Règlements généraux Information générale La Concentration Arts visuels et médiatiques offerte au Centre d excellence

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève

Des ressources numériques en ligne : Actions éducatives et développement personnel de l élève «La citoyenneté active et participative» Des repères pour le chef d établissement novembre 2009 L espace cadre, votre service de proximité http://crdp.ac-besancon.fr/index.php?id=espace-cadres La sélection,

Plus en détail

Colmar. de l Emploi Sportif et de Loisirs. 8èmes ENCONTRES NATIONALES. 16 et 17 Novembre 2015. programme associations psl.

Colmar. de l Emploi Sportif et de Loisirs. 8èmes ENCONTRES NATIONALES. 16 et 17 Novembre 2015. programme associations psl. 8èmes ENCONTRES NATIONALES de l Emploi Sportif et de Loisirs programme associations psl Colmar 16 et 17 Novembre 2015 rencontres-nationales.profession-sport-loisirs.fr FÉDÉRATION NATIONALE p r o fe s s

Plus en détail

Le Centre de Loisirs, c est aussi pour les parents!!! Tous les enfants du centre, soit 30 enfants de 6 à 8 ans et 28 enfants de 8 à 11 ans.

Le Centre de Loisirs, c est aussi pour les parents!!! Tous les enfants du centre, soit 30 enfants de 6 à 8 ans et 28 enfants de 8 à 11 ans. FICHE PROJET CONVENTION VILLE DE TOULOUSE 2005 / 2006 NOM DE LA STRUCTURE : LES AMIS DU PETIT FERDINAND THEME DU PROJET : Le Centre de Loisirs, c est aussi pour les parents!!! PERIODE DE MISE EN ŒUVRE

Plus en détail