Origines et Philosophie de OISTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Origines et Philosophie de OISTE"

Transcription

1 Fundación OISTE Organización Internacional para la Seguridad de las Transacciones Electrónicas Fondation OISTE Organisation Internationale pour la Sécurité des Transactions Électroniques IOSET Foundation International Organization for the Security of Electronic Transactions Origines et Philosophie de OISTE OISTE a été fondée en 1998 en tant que Fondation à but non lucratif basée à Genève, Suisse et est régie, par l'article 80 et, suivants du Code Civil suisse. La Confiance, la Sécurité et la Fiabilité sont les piliers essentiels pour soutenir la croissance et le développement durables de la communauté globale d'internet. Index Objectifs Stratégie Les racines Nationales Le modèle de confiance Projets Ces origines ambitieuses ont été basées sur une série d'objectifs concrets, considérés fondamentaux pour le futur développement des communications électroniques sécurisées, au niveau mondial. Fondation OISTE, WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse

2 Les objectifs de OISTE Comme stipulé dans les statuts de OISTE, les objectifs principaux de la Fondation sont les suivants : Favoriser l'utilisation et l'adoption de normes internationales pour des transactions électroniques sécurisées. Favoriser la création d un Internet sécurisé, ainsi que son utilisation sécurisée pour tous, particulièrement dans les communautés, les pays et les régions défavorisés. Assurer l'inter-opérationnalité des systèmes électroniques d'identité et des systèmes de transactions électroniques (e-transaction). Fournir une infrastructure globale de sécurité pour la gestion d'identité et les «e-transactions» pour les organisations internationales et les secteurs public et privé.; Fournir une plate-forme crédible et neutre pour les discussions et les actions sur des questions liées à l'identité électronique et aux transactions électroniques, sécurisées au niveau mondial La Stratégie de OISTE Pour répondre à ces objectifs, OISTE a mis en œuvre une stratégie active: Coopération avec les organisations internationales, les gouvernements, les ONGs et le secteur privé dans la mise en place de la base fondamentale qui assure la sécurité et l'intégrité des données électroniques. Cette base fondamentale assure aussi la confidentialité des données personnelles, essentielles pour la création de transactions sécurisées Coordonner l'expansion de l Infrastructures de Clé Publique (Public Key Infrastructures - PKI), en tant qu infrastructures fondamentales, en favorisant l'investissement des ressources dans les produits, les infrastructures et les services connexes Faciliter, par le financement et l'assistance technique, les initiatives et mécanismes pour le partage de l'information, la recherche et les recommandations concernant les considérations économiques, politiques et technologiques d'infrastructure et de services, cruciales pour la sécurité de l'information Favoriser les projets et les programmes utilisant des technologies de l'information et de la communication dans les applications qui soutiennent des secteurs clés tels que la santé, l'éducation, l'environnement, la technologie et le transfert de savoir-faire, et ainsi participer à réduire la fracture sociale Financer l offre de conseil pour les entreprises et les projets du secteur privé, dans le cadre des économies émergentes, afin d'aider les gouvernements dans la création de conditions appropriées qui stimulent des investissements nationaux et étrangers, destinés aux infrastructures d'information fondamentales Faciliter et coordonner le développement, le déploiement, la mise en œuvre et le transfert d expertise des technologies avancées Favoriser la recherche et accélérer la disponibilité de nouveaux services et applications, dans les infrastructures d'information inter-opérationnelles et neutres. Page 2

3 Les Racines Nationales de OISTE Un des projets clé pour OISTE est l utilisation d'une infrastructure globale de clé publique, qui prend en considération notamment les dimensions politiques, juridiques, technologiques, et culturelles, propres à chaque pays et à chaque région. OISTE, dès le début de son existence, a favorisé la création d infrastructures fondamentales pour tout pays ou région, par l'incorporation des technologies de clé publique dans les principaux systèmes d'identification, adoptés et mis en application : cartes d identité, passeports, cartes de santé électroniques, communications diplomatiques, systèmes physiques et logiques de contrôle d'accès, sécurité wifi et VoIP, TV numérique, etc. Comme on peut le voir dans le diagramme ci-dessous, OISTE, recommande l établissement de racines cryptographiques nationales pour les infrastructures de clé publique. Tout au long de ces dernières années, les législateurs ont cherché à promouvoir le développement du commerce électronique au travers de la mise en place de règles conférant aux dossiers et signatures électroniques la même valeur légale que leurs équivalents manuscrits. De ce fait, les méthodes de rédaction ont varié entre les normes détaillées sur la technologie ou les mises en œuvre technologiques, considérées juridiquement valables, et les réglementations, neutres appliquées à la technologie, relevant du respect de conditions spécifiques conformes aux exigences légales. Ceci a eu, comme conséquence, une variété d approches de réglementation et l adoption de normes techniques qui favorisent un potentiel d obstacles inutiles au développement du commerce électronique et à l'utilisation des médias électroniques, en général. Fondation OISTE, WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse Page 3

4 OISTE se positionne comme le gardien de la racine de l infrastructure mondiale PKI (Public Key Infrastructure) et donne ainsi la possibilité à chaque pays, région, communauté d être rattaché à cette racine tout en pouvant gérer lui/ elle-même sa propre infrastructure PKI et faire partie de l infrastructure PKI mondiale de confiance : Des normes explicites de sécurité lors de l'utilisation des Clés Cryptographiques de Racine (Root Cryptographic Keys) permettent d autoriser le rattachement à l infrastructure de confiance, qui peut se faire soit au niveau national et régional soit par le biais de l OISTE et de son autorité de certification. La gestion de confiance pyramidale est fournie par le choix d entités locales qui sont fiables dans leurs rôles traditionnels au sein des communautés spécifiques et capables de fournir ces infrastructures et ces services. Il est ainsi possible de créer une chaîne de confiance mondiale., L'infrastructure liée à la gestion de PKIs et à l'identification automatique de certificats délivrés par ces infrastructures de gestion d'identité, permet une gestion appropriée et démocratique de l'identification des entités qui font partie de la communauté. Au travers de ce concept de chaîne de confiance mondial, secteur privé et secteur public se partagent la gestion des racines des infrastructures PKI, ce qui garantit une indépendance et confiance au niveau technologique et politique. Le Modèle de Confiance de l OISTE Le cadre institutionnel de gestion de confiance de l OISTE permet à l'entité qui l utilise de continuer à agrandir cette chaîne de confiance. Le diagramme suivant présente une vue succincte du modèle de confiance de l OISTE, soit le modèle de gouvernance inter-opérationnelle décentralisé. Essentiellement, les interactions parmi les différents membres du Cadre de Gestion de Confiance permettent le déploiement organique des communautés de confiance tout en gardant des environnements fiables et dignes de confiance, adaptés à l'environnement et aux circonstances dans lesquels ces communautés interagissent. Le Cadre de Gestion de Confiance permet une utilisation juridique fragmentée de l'infrastructure de Gestion de Confiance; chaque Communauté de Confiance Institutional, Trust Framework and Trust Management Infrastructure s'adapte aux règlements de l'infrastructure de Gestion de Confiance dans son ensemble ainsi qu aux règlements locaux ou applicables, tout en préservant les exigences hiérarchiques communes de sécurité conformes à celles des autres Communautés de Confiance avec lesquelles elle inter-opère. Page 4

5 Ce cadre unique fournit un mécanisme exceptionnel de gestion de confiance: La gestion de confiance directive est gérée par les règles explicites du Cadre de Gestion de Confiance qui s'appliquent à toutes les Infrastructures de Gestion de Confiance La gestion de confiance pyramidale est gérée par la capacité d'adapter les Infrastructures de Gestion de Confiance aux circonstances et aux environnements spécifiques dans lesquels elles sont déployées et utilisées La gestion de confiance horizontale permet, aux communautés, de devenir tout de suite inter-opérationnelles, lorsqu elles se joignent à l'infrastructure de Gestion de Confiance ou inter-opérationnelles lorsque plus tard les Communautés de Confiance spécifiques décident de devenir inter-opérationnelles au sein de l'infrastructure de Gestion de Confiance. Ce même modèle de confiance décrit ci-dessus peut être mis en œuvre à un niveau global ainsi que régional, national et local. Le Bunker de Montagne de l OISTE Les clés et les certificats cryptographiques de racine détenus par l OISTE sont situés dans les installations du Swiss Alps Secure Data Centre depuis Le Geneva Secure Processing Centre dispose d une infrastructure à haute disponibilité. Cette installation comporte des systèmes physiques et électroniques très sécurités (contrôles d'accès et points de contrôles multiples, caméras biométriques salles closes, contrôles multi-personnes). Ces deux installations situées en Suisse, pays neutre, sont séparées par 160 kilomètres et fournissent une Secure Data Hosting Infrastructure (infrastructure hautement sécurisée) au niveau de sécurité plus stricte que celui imposé par les normes internationales. L OISTE apporte le niveau de neutralité et de sécurité et agit en tant qu instrument approprié pour mener à bien les «e-transactions». OISTE Comité d'orientation de Politiques (PAA) Sous réserve des critères déterminés par l OISTE, certains utilisateurs de l'infrastructure de Gestion de Confiance (généralement les représentants des utilisateurs) peuvent être invités à faire partie de l'autorité d autorisation de politique conformément aux règles opérationnelles de la PAA. L OISTE demande à la PAA d'exercer son rôle en tant qu entité neutre et représentative chargée de définir les politiques qui s'appliqueront à l'infrastructure de Gestion de Confiance, poursuivant le mandat de l OISTE. Par conséquent, la composition et les règles de la PAA sont essentielles à la neutralité et aux fiabilités globales du Cadre de Gestion de Confiance. L OISTE cherche également la participation de tierces parties qui ne sont pas nécessairement les utilisateurs directs de l'infrastructure de Gestion de Confiance, en tant que moyen d'assurer la représentation et la neutralité, telles que les organisations internationales, les organisations non-gouvernementales, les gouvernements, les sociétés de technologie, et autres. L OISTE et son opérateur de choix, WISeKey, détiennent des sièges permanents au sein de la PAA. La PAA est demandée d assumer le travail en cours sur l'établissement et le maintien de politiques et de pratiques qui s'appliqueront au Cadre de Gestion de Confiance, ce qui signifie donc de prendre en considération les développements technologiques, la législation, la politique, la culture et l économie afin d assurer qu'elle continue à poursuivre les objectifs de l OISTE. OISTE Fondation Foundation, OISTE, WTC II, II, Rte Rte de de Pré-Bois Geneva Genève Switzerland Suisse Page 5

6 Le Comité Consultatif de l OISTE Informer les gouvernements sur la mission et les buts de l OISTE, est la tâche stimulante d'un groupe de leaders dans les domaines de l industrie et du gouvernement, élus au Comité consultatif. Le Comité consultatif apporte une perspective importante de leadership depuis l extérieur de la structure de gouvernance de l OISTE, jouant en même temps un rôle actif et significatif pour faire progresser la mission de l'organisation, tout en offrant des conseils et des recommandations élargies au Secrétaire général et au Président de l OISTE. Les Projets de l OISTE Avec l OISTE, les gouvernements sont arrivés à la conclusion que le concept de démocratie électronique ne se limite pas à la technologie mais englobe l utilisation de technologies de sécurité, la législation, et la qualité et accessibilité des services publics, construits autour des besoins du citoyen et du client. Les projets de l OISTE comprennent, par exemple, le soutient aux pays et aux organisations dans leur combat contre le fléau du Cybercrime. Projets dans lesquels OISTE et ses experts ont été engagés (entre autres): Secteur Publique: Développement du tout premier projet de vote par Internet à Genève, Suisse Développement de systèmes de messagerie électronique de haute sécurité pour les fonctionnaires des gouvernements Sécurisation de portails gouvernementaux et commerciaux Processus de réforme législative dans divers pays et régions (Afrique, Amériques, Asie, Europe) Sécurisation d un système de radio numérique par satellite Soutien de pays et d organisations dans le développement d infrastructures et de politiques sur la sécurité de l'information Défi PKI - Commission européenne Organisations Internationales et ONGs: Déploiement global de PKI par l UIT avec WISeKey WORLDeTrust MoU Participation active au Sommet mondial sur la société de l'information (WSIS) Modèle législatif sur les Signatures Electroniques de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (UNCITRAL) Page 6

7 OISTE Projects Secteur Privé: e-kyc - environnement offshore création de systèmes qui luttent contre le blanchiment d argent Création de partenariats pour les infrastructures électroniques de gestion d'identité dans 20 pays du monde Développement de technologies qui luttent contre la contrefaçon Aide dans le développement d outils d apprentissage électronique (e-learning) pour la sensibilisation à la sécurité de l'information Fournisseurs de Technologie & de Services: Développement de plate-formes technologiques clés en main sécurisées Recherche et Développement (R&D) Soutenir le développement d équipements locaux et d équipes de R&D Pour une information additionnelle plus détaillée sur l OISTE, veuillez remplir le formulaire en annexe. Benjamim Ferreira Directeur Philippe Doubre Directeur Fondation OISTE, WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse Page 7

8 Building International Trust is Key Trust, Security and Confidence are essential to underpin any sustainable growth and development in the global community. OISTE.org is a not for profit foundation which is governed by the present by-laws and by article 80 et seq. of the Swiss Civil Code. Fondation OISTE WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse Tél: Fax:

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

Programme d Assistance. o Mandat o Histoire. Stratégie. Objectifs d un Projet. Démonstration

Programme d Assistance. o Mandat o Histoire. Stratégie. Objectifs d un Projet. Démonstration PRESENTATION SYDONIAWorld Brazzaville, 15 septembre 2010 Dr. Supachai Panitchpakdi est devenu le sixième Secrétaire Général de la CNUCED le Jeudi 1 ier Septembre 2005 Programme d Assistance Technique (CNUCED)

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

PROCEDURE DE DESIGNATION

PROCEDURE DE DESIGNATION PROCEDURE DE DESIGNATION Appel à candidatures de 2015 1. À travers le programme des villes créatives, l UNESCO reconnaît l engagement manifeste des villes pour mettre la créativité au centre de leurs stratégies

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN

RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN RÉSEAU MONDIAL D INFORMATIONS EN LIGNE EN DIVISION DE L 'ÉCONOMIE ET DE L' ADMINISTRATION PUBLIQUES DES NATIONS UNIES - DÉPARTEMENT DE S AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES OMMENT DÉFINIR LE RÉSEAU? Le Réseau

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 7 IGC CE/13/7.IGC/INF.4 Paris, 15 novembre 2013 Original : anglais COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Septième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques L'adoption de la directive européenne 1999/93/CE du 13 décembre 1999 établit un cadre communautaire pour l'utilisation de signatures

Plus en détail

La confiance au cœur de nos identités. PRéSENTATION CORPORATE

La confiance au cœur de nos identités. PRéSENTATION CORPORATE La confiance au cœur de nos identités PRéSENTATION CORPORATE 2013 2 La confiance au cœur de nos identités écosystème DE L IMPRIMERIE NATIONALE Face aux mutations numériques, l Imprimerie Nationale accompagne

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

ECE/CECI/CONF.8/1 III. Organisation

ECE/CECI/CONF.8/1 III. Organisation Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 juillet 2010 Français Original: anglais ECE/CECI/CONF.8/1 Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS

White Paper. «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS White Paper «Digital Trust - Towards excellence in ICT» Jean-Philippe HUMBERT ILNAS 11 juin 2012 Sommaire L ILNAS et le service de la confiance numérique NormaFi-IT : projet de recherche sur le thème de

Plus en détail

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année)

Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans (possibilité d extension pour une troisième année) FICHE DE POSTE DE JEA FRANÇAIS AU PNUE POUR L EQUIPE POST-2015 TEAM/ BUREAU EXECUTIF Information Générale Titre du Poste Jeune Expert Associé Unité Bureau Exécutif du PNUE Emplacement Nairobi Durée 2 ans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

Déclaration de. La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York

Déclaration de. La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York PERMANENT MISSION OF TUNISIA TO THE UNITED NATIONS 31 BEEKMAN PLACE NEW YORK, N.Y. 10022 Déclaration de La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York à l occasion de la deuxième

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

La biométrie au cœur des solutions globales

La biométrie au cœur des solutions globales www.thalesgroup.com GESTION D IDENTITÉ SÉCURISÉE La biométrie au cœur des solutions globales Risques et solutions Explosion de la mobilité des personnes et des échanges de données, croissance des flux

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Programme e-gouvernement. Réalisations, facteurs clés de succès et perspectives

Programme e-gouvernement. Réalisations, facteurs clés de succès et perspectives Programme e-gouvernement Réalisations, facteurs clés de succès et perspectives Télé-service : une définition en perpétuelle évolution 70 procédures 00 formulaires Consultations de BD, simulations Transactions

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref

CONSEIL STRATÉGIQUE. Services professionnels. En bref Services professionnels CONSEIL STRATÉGIQUE En bref La bonne information, au bon moment, au bon endroit par l arrimage des technologies appropriées et des meilleures pratiques. Des solutions modernes adaptées

Plus en détail

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE

STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Institut de formation et de coopération technique STRATÉGIE D APPRENTISSAGE PROGRESSIF (SAP) DE L OMC POUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS LIÉES AU COMMERCE Stratégie d apprentissage progressif de l OMC

Plus en détail

Guide de cours d apprentissage en ligne. M0: Guide du cours

Guide de cours d apprentissage en ligne. M0: Guide du cours Guide de cours d apprentissage en ligne e- M0: Guide du cours Introduction Ce guide a été conçu pour vous donner un aperçu de l'organisation de votre cours et vous présenter les principales fonctions de

Plus en détail

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Présentation de solutions techniques mises en oeuvre dans le cadre des plate-formes d'intermédiation, notamment sur base du standard XML Créée le 14/05/01 Modifiée

Plus en détail

curité en Afrique: Appel pour une collaboration régionale r et internationale

curité en Afrique: Appel pour une collaboration régionale r et internationale West Africa workshop on policy and regulatory frameworks for cybersecurity and CIIP Praia, 27-29 November 2007 CyberSécurit curité en Afrique: Appel pour une collaboration régionale r et internationale

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Certificats et infrastructures de gestion de clés

Certificats et infrastructures de gestion de clés ÉCOLE DU CIMPA "GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE, THÉORIE DES CODES ET CRYPTOGRAPHIE" ICIMAF et Université de la Havane 20 novembre - 1er décembre 2000 La Havane, Cuba Certificats et infrastructures de gestion de

Plus en détail

Plan de travail stratégique pluriannuel de la RCTA

Plan de travail stratégique pluriannuel de la RCTA Decision 3 (2014) Annexe Plan de travail stratégique pluriannuel de la RCTA Champ d action : Garantie d un Système du Traité sur l Antarctique (STA) solide et efficace Mener un examen complet des exigences

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL.

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL. COMMISSION DE L UNION AFRICAINE REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TABLE RONDE DES

Plus en détail

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010

Compte Rendu de l Atelier. Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques. Le 9 décembre 2010 Compte Rendu de l Atelier Participation du Secteur Privé dans les Infrastructures d Eau au Liban : Le Rôle des Banques 1. Contexte Le 9 décembre 2010 Beyrouth - Liban Les besoins en investissement pour

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse

Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse FICHE D AIDE A LA LECTURE DU GUIDE DU PROGRAMME ERASMUS+ 2015 Rencontres entre les jeunes et décideurs /experts du secteur Jeunesse #ERASMUSPLUS #DIALOGUESTRUCTURÉ des politiques Références Critères d

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Résumé du Plan stratégique de l ACEI 2014 2016

Résumé du Plan stratégique de l ACEI 2014 2016 Résumé du Plan stratégique de l ACEI 2014 2016 La mission de l ACEI d encourager le développement du domaine.ca comme une ressource publique clé pour tous les Canadiens en fournissant des services d enregistrement

Plus en détail

Le modèle européen MoReq mars 2001

Le modèle européen MoReq mars 2001 Le modèle européen MoReq mars 2001 présentation de la version française Marie-Anne Chabin Réunion PIN 01/09/04 1 Model Requirements for the Management of Electronic Records Modèle d exigences pour l organisation

Plus en détail

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce

Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce Commission e-entreprise de la CGEM : le pari de la labellisation des sites e-commerce 7 mars 203 Mehdi KETTANI Vice-président de la Commission R&D, e-entreprise et relation avec l Université Commission

Plus en détail

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve

LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES. Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick Villeneuve MASTER OF Ouvert aux participant-e-s extérieur-e-s MPAPUBLIC ADMINISTRATION LE MANAGEMENT PUBLIC : NOUVELLES APPROCHES, MÉTHODES ET TECHNIQUES Sous la direction des Professeurs Martial Pasquier et Jean-Patrick

Plus en détail

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537

CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE. Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 11 décembre 2001 (17.12) (OR. en) 15152/01 LIMITE ECO 389 JAI 171 PESC 537 RÉSULTATS DES TRAVAUX du : CONSEIL en date du : 6 décembre 2001 n doc. préc. : 14378/01

Plus en détail

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES INTRODUCTION Le kit de ressources

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE

NATO SANS CLASSIFICATION Communicable à l ALBANIE et à la CROATIE 6 février 2009 DOCUMENT Procédure d accord tacite : 2 mars 2009 18:00 POLITIQUE RELATIVE À LA CONSERVATION ET À LA DESTINATION FINALE DE L INFORMATION OTAN Note du secrétaire général 1. Au sommet de Riga,

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A4

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A4 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI

Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Le Fond européen pour les investissements stratégiques (FEIS), fruit d un partenariat entre la CE et la BEI Anita Fürstenberg-Lucius Présentation donnée à l occasion du séminaire d information sur Plan

Plus en détail

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international Une perspective LRQA Mai 2014 Introduction La publication du Projet de Norme Internationale (DIS) de la norme (ISO/DIS 9001:2014) dessystème de

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages

Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages Convention sur la diversité biologique : ABS Le Protocole de Nagoya sur l accès et le partage des avantages RESSOURCES GÉNÉTIQUES CONNAISSANCES TRADITIONNELLES FOURNISSEURS UTILISATIONS CONSENTEMENT PRÉALABLE

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET

Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET Politique et charte de l entreprise INTRANET/EXTRANET INTRANET/EXTRANET LES RESEAUX / 2 DEFINITION DE L INTRANET C est l internet interne à un réseau local (LAN) c'est-à-dire accessibles uniquement à partir

Plus en détail

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH

CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH CERTIFICAT (CAS), DIPLÔME (DAS) & MASTER (MAS) EN MANAGEMENT DES INSTITUTIONS DE SANTÉ 2014/2015 SANTE.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 04 > STRUCTURE / FORMATION MODULAIRE 05 > DÉTAIL DU PROGRAMME 06 > CORPS

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel

Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Loi N 09.08 Relative à la protection des personnes physiques à l égard du traitement des données à caractère personnel Événement 1 www.mcinet.gov.ma 1 Plan 1. Contexte général 2. Instauration de la Confiance

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Les échanges en toute confiance sur internet

Les échanges en toute confiance sur internet Jean-Pierre Roumilhac Éric Blot-Lefèvre Les échanges en toute confiance sur internet, 2003 ISBN : 2-7081-2863-9 Sommaire AVANT-PROPOS... 1 INTRODUCTION... 5 PREMIÈRE PARTIE - LES CONDITIONS DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Le concept d affacturage. Évolution Développements actuels Défis

Le concept d affacturage. Évolution Développements actuels Défis Le concept d affacturage Évolution Développements actuels Défis Peter Brinsley, Directeur de Point Forward Séminaire Afreximbank, Lusaka, novembre 2014 Concept Recouvrement de créances Dettes commerciales

Plus en détail

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest

Renforcement des compétences pour la Promotion de l Egalité entre les sexes en Afrique et dans les pays d Asie de l ouest Division de la Promotion de la Femme, Département des Affaires économiques et sociales et Centre africain pour le Genre et le Développement, Commission économique pour l Afrique Renforcement des compétences

Plus en détail

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions

1. Présentation de l ADIE. 2. Approche e-sénegal. 3. Notre approche des formulaires 5. Conclusions 1. Présentation de l ADIE o Qu est ce que l ADIE? o Notre mission o Nos activités 2. Approche e-sénegal o o o Double Approche Approche e-gouvernement Approche e-citoyen 3. Notre approche des formulaires

Plus en détail

Conférence CRESTEL. Du risque SI aux risques business v1.0 09/03/2015

Conférence CRESTEL. Du risque SI aux risques business v1.0 09/03/2015 Conférence CRESTEL Du risque SI aux risques business v1.0 09/03/2015 1 Bonnes pratiques de certification, de conformité En matière de SSI, la «perfection», un «système sans faille», est toujours l objectif

Plus en détail

La Certification Electronique en Tunisie : Expérience et Défis

La Certification Electronique en Tunisie : Expérience et Défis Seminar on electronic certification December 8 and 9, 2009 Algiers, Algeria La Certification Electronique en Tunisie : Expérience et Défis Mlle Manel ABDELKADER Responsable de l Unité de Certification

Plus en détail

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3

Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 Consommateur, que savoir sur la domiciliation européenne? V 1.3 1 SEPA pour les consommateurs - en bref Qu'est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA) ou espace

Plus en détail

OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION. Conseil international

OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION. Conseil international OPTIMISER LE SAVOIR DANS LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION Conseil international des sciences sociales Le savoir (dans quelque domaine que ce soit) donne à ceux qui le créent et le possèdent la capacité de mener

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER

INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER INSTRUCTIONS DE DEMANDE DE SUBVENTION ET FORMAT D OFFRE Introduction POUR LES CANDIDATS D OUTRE-MER Ce document est destiné à aider les candidats d outre-mer à comprendre les procédures de candidature

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

CONFERENCE AATO, 02 04 AVRIL 2012, NAIROBI, KENYA

CONFERENCE AATO, 02 04 AVRIL 2012, NAIROBI, KENYA ASSOCIATION AFRICAINE DE FORMATION EN AVIATION Projet de Statuts de l Association (soumis à la conférence AATO, Nairobi, Kenya, 02-04 avril 2012) Article 1. Création 1. Les soussignées organisations africaines

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE. Directeur/ directrice, Investissements. Investissement

DESCRIPTION DE POSTE. Directeur/ directrice, Investissements. Investissement DESCRIPTION DE POSTE Position Title Directeur/ directrice, Investissements Position Number Organizational Component Investissement Titre du poste du superviseur Vice-président/ Vice-présidente Investissements

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE SECURITE - ENVIRONNEMENT

MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE SECURITE - ENVIRONNEMENT MANUEL DE MANAGEMENT QUALITE SECURITE - ENVIRONNEMENT Indice : F Date : 05/02/2014 Siège : Z.I 13 Rue de la Résistance BP -61620-14406 BAYEUX cedex Tel. : 02 31 51 40 00 Atelier de montage/ajustage : Z.I

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques

Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques Insert picture 4.77 x 10.83 Reconnaissance transfrontalière des méthodes d authentification/des signatures électroniques Robert Boekhorst, Madrid, 15 décembre 2005 0 Introduction Reconnaissance transfrontalière

Plus en détail

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique

Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Feuille de Route pour la Conservation du Patrimoine Culturel Numérique Contexte Le projet DCH-RP - Feuille de route pour la conservation du patrimoine culturel numérique est une action de coordination

Plus en détail

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE

APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE APPEL A PROJETS PROGRAMME DE PRÉFIGURATION DU PLAN NUMÉRIQUE I. Public cible de l appel à projets Un appel à projets est

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CoP15 Doc. 32 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quinzième session de la Conférence des Parties Doha (Qatar), 13 25 mars 2010 Interprétation

Plus en détail

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1

Plan d action ITIE-BF en conformité avec la Norme ITIE 1 Plan d action ITIEBF en conformité avec la Norme ITIE 1 Chaîne des valeurs Contrats et licences Objectifs Contexte Contraintes de capacité 1. Faire connaître les conventions minières et les licences aux

Plus en détail

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23

Partie I Stratégies relationnelles et principes d organisation... 23 Introduction......................................................................... 1 1. Définition........................................................................ 2 1.1 Le CRM comme processus

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 20.08.2009 C (2009) 6464 RECOMMANDATION DE LA COMMISSION C(2009)6464 20.08.2009 sur l'éducation aux médias dans l'environnement numérique pour une industrie

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES CIVIQUES, DE L'IMMIGRATION ET DU COMMERCE INTERNATIONAL

MINISTÈRE DES AFFAIRES CIVIQUES, DE L'IMMIGRATION ET DU COMMERCE INTERNATIONAL BUDGET DES DÉPENSES 1 DU COMMERCE INTERNATIONAL Le ministère des Affaires civiques, de l'immigration et du Commerce international (MACICI) sert trois ministres : le ministre des Affaires civiques, de l'immigration

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE PLAN REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE COMPLET POUR LA SECURITE DE L AVIATION EN AFRIQUE (PLAN AFI) GROUPE 4 DOCUMENTATION LE CAP, AFRIQUE DU SUD 27-29 JUILLET

Plus en détail