Origines et Philosophie de OISTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Origines et Philosophie de OISTE"

Transcription

1 Fundación OISTE Organización Internacional para la Seguridad de las Transacciones Electrónicas Fondation OISTE Organisation Internationale pour la Sécurité des Transactions Électroniques IOSET Foundation International Organization for the Security of Electronic Transactions Origines et Philosophie de OISTE OISTE a été fondée en 1998 en tant que Fondation à but non lucratif basée à Genève, Suisse et est régie, par l'article 80 et, suivants du Code Civil suisse. La Confiance, la Sécurité et la Fiabilité sont les piliers essentiels pour soutenir la croissance et le développement durables de la communauté globale d'internet. Index Objectifs Stratégie Les racines Nationales Le modèle de confiance Projets Ces origines ambitieuses ont été basées sur une série d'objectifs concrets, considérés fondamentaux pour le futur développement des communications électroniques sécurisées, au niveau mondial. Fondation OISTE, WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse

2 Les objectifs de OISTE Comme stipulé dans les statuts de OISTE, les objectifs principaux de la Fondation sont les suivants : Favoriser l'utilisation et l'adoption de normes internationales pour des transactions électroniques sécurisées. Favoriser la création d un Internet sécurisé, ainsi que son utilisation sécurisée pour tous, particulièrement dans les communautés, les pays et les régions défavorisés. Assurer l'inter-opérationnalité des systèmes électroniques d'identité et des systèmes de transactions électroniques (e-transaction). Fournir une infrastructure globale de sécurité pour la gestion d'identité et les «e-transactions» pour les organisations internationales et les secteurs public et privé.; Fournir une plate-forme crédible et neutre pour les discussions et les actions sur des questions liées à l'identité électronique et aux transactions électroniques, sécurisées au niveau mondial La Stratégie de OISTE Pour répondre à ces objectifs, OISTE a mis en œuvre une stratégie active: Coopération avec les organisations internationales, les gouvernements, les ONGs et le secteur privé dans la mise en place de la base fondamentale qui assure la sécurité et l'intégrité des données électroniques. Cette base fondamentale assure aussi la confidentialité des données personnelles, essentielles pour la création de transactions sécurisées Coordonner l'expansion de l Infrastructures de Clé Publique (Public Key Infrastructures - PKI), en tant qu infrastructures fondamentales, en favorisant l'investissement des ressources dans les produits, les infrastructures et les services connexes Faciliter, par le financement et l'assistance technique, les initiatives et mécanismes pour le partage de l'information, la recherche et les recommandations concernant les considérations économiques, politiques et technologiques d'infrastructure et de services, cruciales pour la sécurité de l'information Favoriser les projets et les programmes utilisant des technologies de l'information et de la communication dans les applications qui soutiennent des secteurs clés tels que la santé, l'éducation, l'environnement, la technologie et le transfert de savoir-faire, et ainsi participer à réduire la fracture sociale Financer l offre de conseil pour les entreprises et les projets du secteur privé, dans le cadre des économies émergentes, afin d'aider les gouvernements dans la création de conditions appropriées qui stimulent des investissements nationaux et étrangers, destinés aux infrastructures d'information fondamentales Faciliter et coordonner le développement, le déploiement, la mise en œuvre et le transfert d expertise des technologies avancées Favoriser la recherche et accélérer la disponibilité de nouveaux services et applications, dans les infrastructures d'information inter-opérationnelles et neutres. Page 2

3 Les Racines Nationales de OISTE Un des projets clé pour OISTE est l utilisation d'une infrastructure globale de clé publique, qui prend en considération notamment les dimensions politiques, juridiques, technologiques, et culturelles, propres à chaque pays et à chaque région. OISTE, dès le début de son existence, a favorisé la création d infrastructures fondamentales pour tout pays ou région, par l'incorporation des technologies de clé publique dans les principaux systèmes d'identification, adoptés et mis en application : cartes d identité, passeports, cartes de santé électroniques, communications diplomatiques, systèmes physiques et logiques de contrôle d'accès, sécurité wifi et VoIP, TV numérique, etc. Comme on peut le voir dans le diagramme ci-dessous, OISTE, recommande l établissement de racines cryptographiques nationales pour les infrastructures de clé publique. Tout au long de ces dernières années, les législateurs ont cherché à promouvoir le développement du commerce électronique au travers de la mise en place de règles conférant aux dossiers et signatures électroniques la même valeur légale que leurs équivalents manuscrits. De ce fait, les méthodes de rédaction ont varié entre les normes détaillées sur la technologie ou les mises en œuvre technologiques, considérées juridiquement valables, et les réglementations, neutres appliquées à la technologie, relevant du respect de conditions spécifiques conformes aux exigences légales. Ceci a eu, comme conséquence, une variété d approches de réglementation et l adoption de normes techniques qui favorisent un potentiel d obstacles inutiles au développement du commerce électronique et à l'utilisation des médias électroniques, en général. Fondation OISTE, WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse Page 3

4 OISTE se positionne comme le gardien de la racine de l infrastructure mondiale PKI (Public Key Infrastructure) et donne ainsi la possibilité à chaque pays, région, communauté d être rattaché à cette racine tout en pouvant gérer lui/ elle-même sa propre infrastructure PKI et faire partie de l infrastructure PKI mondiale de confiance : Des normes explicites de sécurité lors de l'utilisation des Clés Cryptographiques de Racine (Root Cryptographic Keys) permettent d autoriser le rattachement à l infrastructure de confiance, qui peut se faire soit au niveau national et régional soit par le biais de l OISTE et de son autorité de certification. La gestion de confiance pyramidale est fournie par le choix d entités locales qui sont fiables dans leurs rôles traditionnels au sein des communautés spécifiques et capables de fournir ces infrastructures et ces services. Il est ainsi possible de créer une chaîne de confiance mondiale., L'infrastructure liée à la gestion de PKIs et à l'identification automatique de certificats délivrés par ces infrastructures de gestion d'identité, permet une gestion appropriée et démocratique de l'identification des entités qui font partie de la communauté. Au travers de ce concept de chaîne de confiance mondial, secteur privé et secteur public se partagent la gestion des racines des infrastructures PKI, ce qui garantit une indépendance et confiance au niveau technologique et politique. Le Modèle de Confiance de l OISTE Le cadre institutionnel de gestion de confiance de l OISTE permet à l'entité qui l utilise de continuer à agrandir cette chaîne de confiance. Le diagramme suivant présente une vue succincte du modèle de confiance de l OISTE, soit le modèle de gouvernance inter-opérationnelle décentralisé. Essentiellement, les interactions parmi les différents membres du Cadre de Gestion de Confiance permettent le déploiement organique des communautés de confiance tout en gardant des environnements fiables et dignes de confiance, adaptés à l'environnement et aux circonstances dans lesquels ces communautés interagissent. Le Cadre de Gestion de Confiance permet une utilisation juridique fragmentée de l'infrastructure de Gestion de Confiance; chaque Communauté de Confiance Institutional, Trust Framework and Trust Management Infrastructure s'adapte aux règlements de l'infrastructure de Gestion de Confiance dans son ensemble ainsi qu aux règlements locaux ou applicables, tout en préservant les exigences hiérarchiques communes de sécurité conformes à celles des autres Communautés de Confiance avec lesquelles elle inter-opère. Page 4

5 Ce cadre unique fournit un mécanisme exceptionnel de gestion de confiance: La gestion de confiance directive est gérée par les règles explicites du Cadre de Gestion de Confiance qui s'appliquent à toutes les Infrastructures de Gestion de Confiance La gestion de confiance pyramidale est gérée par la capacité d'adapter les Infrastructures de Gestion de Confiance aux circonstances et aux environnements spécifiques dans lesquels elles sont déployées et utilisées La gestion de confiance horizontale permet, aux communautés, de devenir tout de suite inter-opérationnelles, lorsqu elles se joignent à l'infrastructure de Gestion de Confiance ou inter-opérationnelles lorsque plus tard les Communautés de Confiance spécifiques décident de devenir inter-opérationnelles au sein de l'infrastructure de Gestion de Confiance. Ce même modèle de confiance décrit ci-dessus peut être mis en œuvre à un niveau global ainsi que régional, national et local. Le Bunker de Montagne de l OISTE Les clés et les certificats cryptographiques de racine détenus par l OISTE sont situés dans les installations du Swiss Alps Secure Data Centre depuis Le Geneva Secure Processing Centre dispose d une infrastructure à haute disponibilité. Cette installation comporte des systèmes physiques et électroniques très sécurités (contrôles d'accès et points de contrôles multiples, caméras biométriques salles closes, contrôles multi-personnes). Ces deux installations situées en Suisse, pays neutre, sont séparées par 160 kilomètres et fournissent une Secure Data Hosting Infrastructure (infrastructure hautement sécurisée) au niveau de sécurité plus stricte que celui imposé par les normes internationales. L OISTE apporte le niveau de neutralité et de sécurité et agit en tant qu instrument approprié pour mener à bien les «e-transactions». OISTE Comité d'orientation de Politiques (PAA) Sous réserve des critères déterminés par l OISTE, certains utilisateurs de l'infrastructure de Gestion de Confiance (généralement les représentants des utilisateurs) peuvent être invités à faire partie de l'autorité d autorisation de politique conformément aux règles opérationnelles de la PAA. L OISTE demande à la PAA d'exercer son rôle en tant qu entité neutre et représentative chargée de définir les politiques qui s'appliqueront à l'infrastructure de Gestion de Confiance, poursuivant le mandat de l OISTE. Par conséquent, la composition et les règles de la PAA sont essentielles à la neutralité et aux fiabilités globales du Cadre de Gestion de Confiance. L OISTE cherche également la participation de tierces parties qui ne sont pas nécessairement les utilisateurs directs de l'infrastructure de Gestion de Confiance, en tant que moyen d'assurer la représentation et la neutralité, telles que les organisations internationales, les organisations non-gouvernementales, les gouvernements, les sociétés de technologie, et autres. L OISTE et son opérateur de choix, WISeKey, détiennent des sièges permanents au sein de la PAA. La PAA est demandée d assumer le travail en cours sur l'établissement et le maintien de politiques et de pratiques qui s'appliqueront au Cadre de Gestion de Confiance, ce qui signifie donc de prendre en considération les développements technologiques, la législation, la politique, la culture et l économie afin d assurer qu'elle continue à poursuivre les objectifs de l OISTE. OISTE Fondation Foundation, OISTE, WTC II, II, Rte Rte de de Pré-Bois Geneva Genève Switzerland Suisse Page 5

6 Le Comité Consultatif de l OISTE Informer les gouvernements sur la mission et les buts de l OISTE, est la tâche stimulante d'un groupe de leaders dans les domaines de l industrie et du gouvernement, élus au Comité consultatif. Le Comité consultatif apporte une perspective importante de leadership depuis l extérieur de la structure de gouvernance de l OISTE, jouant en même temps un rôle actif et significatif pour faire progresser la mission de l'organisation, tout en offrant des conseils et des recommandations élargies au Secrétaire général et au Président de l OISTE. Les Projets de l OISTE Avec l OISTE, les gouvernements sont arrivés à la conclusion que le concept de démocratie électronique ne se limite pas à la technologie mais englobe l utilisation de technologies de sécurité, la législation, et la qualité et accessibilité des services publics, construits autour des besoins du citoyen et du client. Les projets de l OISTE comprennent, par exemple, le soutient aux pays et aux organisations dans leur combat contre le fléau du Cybercrime. Projets dans lesquels OISTE et ses experts ont été engagés (entre autres): Secteur Publique: Développement du tout premier projet de vote par Internet à Genève, Suisse Développement de systèmes de messagerie électronique de haute sécurité pour les fonctionnaires des gouvernements Sécurisation de portails gouvernementaux et commerciaux Processus de réforme législative dans divers pays et régions (Afrique, Amériques, Asie, Europe) Sécurisation d un système de radio numérique par satellite Soutien de pays et d organisations dans le développement d infrastructures et de politiques sur la sécurité de l'information Défi PKI - Commission européenne Organisations Internationales et ONGs: Déploiement global de PKI par l UIT avec WISeKey WORLDeTrust MoU Participation active au Sommet mondial sur la société de l'information (WSIS) Modèle législatif sur les Signatures Electroniques de la Commission des Nations Unies pour le droit commercial international (UNCITRAL) Page 6

7 OISTE Projects Secteur Privé: e-kyc - environnement offshore création de systèmes qui luttent contre le blanchiment d argent Création de partenariats pour les infrastructures électroniques de gestion d'identité dans 20 pays du monde Développement de technologies qui luttent contre la contrefaçon Aide dans le développement d outils d apprentissage électronique (e-learning) pour la sensibilisation à la sécurité de l'information Fournisseurs de Technologie & de Services: Développement de plate-formes technologiques clés en main sécurisées Recherche et Développement (R&D) Soutenir le développement d équipements locaux et d équipes de R&D Pour une information additionnelle plus détaillée sur l OISTE, veuillez remplir le formulaire en annexe. Benjamim Ferreira Directeur Philippe Doubre Directeur Fondation OISTE, WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse Page 7

8 Building International Trust is Key Trust, Security and Confidence are essential to underpin any sustainable growth and development in the global community. OISTE.org is a not for profit foundation which is governed by the present by-laws and by article 80 et seq. of the Swiss Civil Code. Fondation OISTE WTC II, 29 Rte de Pré-Bois Genève 15 Suisse Tél: Fax:

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement

Forum panafricain sur le leadership et le management de l action gouvernementale. Forum des secrétaires généraux de gouvernement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Forum panafricain sur le leadership et le management de

Plus en détail

CONVENTION D'UTILISATION FAS

CONVENTION D'UTILISATION FAS CONVENTION D'UTILISATION Objectif du document : Une convention d'utilisation est un contrat spécifique à un service qui stipule les conditions liées à l'utilisation d'un service spécifique de Fedict. Il

Plus en détail

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques

Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques Informations essentielles sur la loi relative aux signatures électroniques L'adoption de la directive européenne 1999/93/CE du 13 décembre 1999 établit un cadre communautaire pour l'utilisation de signatures

Plus en détail

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional La consultation régionale du Sommet Humanitaire Mondial pour l'afrique de l Ouest et

Plus en détail

Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications

Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications Industry Dialogue : principes directeurs en matière de liberté d expression et de protection de la vie privée dans les télécommunications Version 1 06.03.2013 Introduction La liberté d'expression et la

Plus en détail

Présentation de l'union panafricaine des avocats (l UPA)

Présentation de l'union panafricaine des avocats (l UPA) Présentation de l'union panafricaine des avocats (l UPA) L UPA est un forum associatif continental pour les avocats africains et les associations d'avocats. L UPA a été fondée en 2002, par des responsables

Plus en détail

Les enjeux de la dématérialisation en assurance

Les enjeux de la dématérialisation en assurance Colloque de l'ajar 4 décembre 2012 Les enjeux de la dématérialisation en assurance Philippe POIGET, Directeur des affaires juridiques, fiscales et de la concurrence Fédération Française des Sociétés d'assurances

Plus en détail

Centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique

Centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA JUSTICE Centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique Par Monsieur AKKA Abdelhakim Directeur Général de la Modernisation

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS

ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS ISAS BC 9001 : UN STANDARD UNIVERSEL DE QUALITÉ DU MANAGEMENT POUR LES DIFFUSEURS Rapport présenté par Louis BALME Vice-Président de ISAS, Professeur à l Ecole polytechnique de Grenoble Le rôle essentiel

Plus en détail

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation

Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Fiche de l'awt Plate-formes d'intermédiation Présentation de solutions techniques mises en oeuvre dans le cadre des plate-formes d'intermédiation, notamment sur base du standard XML Créée le 14/05/01 Modifiée

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet -

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Marc Tremsal Alexandre Languillat Table des matières INTRODUCTION... 3 DEFI-REPONSE... 4 CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE...

Plus en détail

Rapport sur les technologies de l information

Rapport sur les technologies de l information COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.2 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/3 21-23 janvier 2015 Rapport sur les technologies de l

Plus en détail

PROCEDURE DE DESIGNATION

PROCEDURE DE DESIGNATION PROCEDURE DE DESIGNATION Appel à candidatures de 2015 1. À travers le programme des villes créatives, l UNESCO reconnaît l engagement manifeste des villes pour mettre la créativité au centre de leurs stratégies

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Guide de cours d apprentissage en ligne. M0: Guide du cours

Guide de cours d apprentissage en ligne. M0: Guide du cours Guide de cours d apprentissage en ligne e- M0: Guide du cours Introduction Ce guide a été conçu pour vous donner un aperçu de l'organisation de votre cours et vous présenter les principales fonctions de

Plus en détail

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles 1. Introduction La gouvernance et la gestion des ressources informationnelles au sein du gouvernement soulèvent des enjeux majeurs

Plus en détail

Politique de Signature du Crédit Agricole

Politique de Signature du Crédit Agricole Politique de Signature du Crédit Agricole Date : 08/12/2006 Version : 1.0 Rédacteur : CERTIFICATION Nombre de pages : 13 Politique de Signature du Crédit Agricole PAGE 1/13 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Programme d Assistance. o Mandat o Histoire. Stratégie. Objectifs d un Projet. Démonstration

Programme d Assistance. o Mandat o Histoire. Stratégie. Objectifs d un Projet. Démonstration PRESENTATION SYDONIAWorld Brazzaville, 15 septembre 2010 Dr. Supachai Panitchpakdi est devenu le sixième Secrétaire Général de la CNUCED le Jeudi 1 ier Septembre 2005 Programme d Assistance Technique (CNUCED)

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

Programme e-gouvernement. Réalisations, facteurs clés de succès et perspectives

Programme e-gouvernement. Réalisations, facteurs clés de succès et perspectives Programme e-gouvernement Réalisations, facteurs clés de succès et perspectives Télé-service : une définition en perpétuelle évolution 70 procédures 00 formulaires Consultations de BD, simulations Transactions

Plus en détail

Certificats et infrastructures de gestion de clés

Certificats et infrastructures de gestion de clés ÉCOLE DU CIMPA "GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE, THÉORIE DES CODES ET CRYPTOGRAPHIE" ICIMAF et Université de la Havane 20 novembre - 1er décembre 2000 La Havane, Cuba Certificats et infrastructures de gestion de

Plus en détail

2. Gouvernance électronique. 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples

2. Gouvernance électronique. 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples 1. Les TIC : un outil aux enjeux multiples Les TIC sont devenues partie intégrante de la vie quotidienne dans l'ensemble des domaines de l'activité humaine aussi bien personnelle que professionnelle. Les

Plus en détail

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015

Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED. 25-27 March 2015 Expert Meeting on CYBERLAWS AND REGULATIONS FOR ENHANCING E-COMMERCE: INCLUDING CASE STUDIES AND LESSONS LEARNED 25-27 March 2015 Expérience de la CEDEAO By Raphael Koffi Economic Community of West African

Plus en détail

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL.

TABLE RONDE DES MINISTRES AFRICAINS CHARGÉS DES TIC EN PRÉLUDE À LA 42 ÈME RÉUNION DE L ICANN. Hôtel Méridien Dakar, SENEGAL. COMMISSION DE L UNION AFRICAINE REPUBLIQUE DU SENEGAL ---------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION TABLE RONDE DES

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Session 1: Repenser la coopération au développement pour avancer le développement durable

Session 1: Repenser la coopération au développement pour avancer le développement durable Forum sur la Coopération pour le Développement 2012 Symposium préparatoire de haut niveau «Construire un avenir durable Partenaires dans la Coopération au Développement» Brisbane, Australie, 14-15 Mai

Plus en détail

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION

PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Document de séance 10.4.2015 B8-0000/2015 PROJET DE PROPOSITION DE RÉSOLUTION déposé à la suite de la question avec demande de réponse orale B8-0000/2015 conformément à l'article

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC

PROTOCOLE D ACCORD. Pour la création du CODETIC NRef RM/SF0704165 PROTOCOLE D ACCORD Pour la création du CODETIC Consortium Mondial pour le Développement Equitable des Technologies de l Information et de la Communication Entre WebForce International

Plus en détail

AMÉLIORER L'ACCÈS À L'E-SANTÉ, FACILITER L'UTILISATION DE L'E-SANTÉ

AMÉLIORER L'ACCÈS À L'E-SANTÉ, FACILITER L'UTILISATION DE L'E-SANTÉ AMÉLIORER L'ACCÈS À L'E-SANTÉ, FACILITER L'UTILISATION DE L'E-SANTÉ Accès en tout temps et en tous lieux à des fins de soins médicaux, d'éducation, de gestion sanitaire et de financement des soins de santé.

Plus en détail

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS

RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS RECOMMANDATIONS OPÉRATIONNELLES SUR LES RESPONSABILITÉS DES CHEFS DE FILE SECTORIELS ET D OCHA EN MATIÈRE DE GESTION DES INFORMATIONS Des recommandations détaillées sur l approche de responsabilité sectorielle

Plus en détail

La stratégie pour le développement de l administration électronique «e-stratégie» 2010-2015

La stratégie pour le développement de l administration électronique «e-stratégie» 2010-2015 La stratégie pour le développement de l administration électronique «e-stratégie» 2010-2015 Version actualisée Sommaire 1 Vision de la e-stratégie 2 Objectifs de la e-stratégie 3 4 Fondements de la e-stratégie

Plus en détail

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule

Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement. Préambule Plan d'action Africain pour l'efficacité du Développement Priorités de la Coopération au Développement Préambule Le Plan d'action africain pour l'efficacité du développement avec des priorités clés pour

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Le Workflow comme moteur des projets de conformité

Le Workflow comme moteur des projets de conformité White Paper Le Workflow comme moteur des projets de conformité Présentation Les entreprises sont aujourd'hui soumises aux nouvelles régulations, lois et standards de gouvernance les obligeant à mettre

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598

Assemblée générale. Nations Unies A/57/598 Nations Unies A/57/598 Assemblée générale Distr. générale 12 novembre 2002 Français Original: anglais Assemblée générale Cinquante-septième session Points 31, 32, 79, 84 c), 87, 88 et 89 de l ordre du

Plus en détail

Loi sur la protection des renseignements personnels

Loi sur la protection des renseignements personnels Loi sur la protection des renseignements personnels Diversification de l économie de l Ouest Canada Du 1 er avril 2011 au 31 mars 2012 Diversification de l économie de l Ouest Canada 2011 2012 [Year]

Plus en détail

Charte du droit fondamental des citoyens à accéder et à partager l information et les savoirs par les bibliothèques.

Charte du droit fondamental des citoyens à accéder et à partager l information et les savoirs par les bibliothèques. Charte du droit fondamental des citoyens à accéder et à partager l information et les savoirs par les bibliothèques. Adhésion et attribution des labels Association des Bibliothécaires de France - Avril

Plus en détail

Guide du cours MODULE. DURÉE ESTIMÉE: ½ heure OBJECTIFS DU MODULE 0. donner un aperçu général de l'organisation de votre cours;

Guide du cours MODULE. DURÉE ESTIMÉE: ½ heure OBJECTIFS DU MODULE 0. donner un aperçu général de l'organisation de votre cours; MODULE 0 Guide du cours DURÉE ESTIMÉE: ½ heure OBJECTIFS DU MODULE 0 donner un aperçu général de l'organisation de votre cours; expliquer les principales fonctions de la plate-forme de formation en ligne;

Plus en détail

RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE

RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE RECOMMANDATION SUR LA PROMOTION ET L'USAGE DU MULTILINGUISME ET L'ACCES UNIVERSEL AU CYBERESPACE UNESCO, Paris TABLE DES MATIERES Page PREAMBULE... 1 Elaboration de contenus et de systèmes multilingues...

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Sécurité et «Cloud computing»

Sécurité et «Cloud computing» Sécurité et «Cloud computing» Roger Halbheer, conseiller en chef pour la sécurité, secteur public, EMEA Doug Cavit, conseiller principal pour la stratégie de sécurité, Trustworthy Computing, États-Unis

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Structure, mandat, cahier des charges et procédures du CEFACT-ONU: projet de version révisée

Structure, mandat, cahier des charges et procédures du CEFACT-ONU: projet de version révisée Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRADE/C/CEFACT/2010/15/Rev.4 Distr. générale 13 mai 2013 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité du commerce Centre pour la

Plus en détail

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse

Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse Berne, novembre 2013 Version originale : allemand Document d orientation sur les écoles associées de l UNESCO en Suisse (réseau.ch / ASPnet.ch*) SOMMAIRE 1. SITUATION... 2 2. ANALYSE... 3 3. OBJECTIFS...

Plus en détail

Les certificats numériques

Les certificats numériques Les certificats numériques Quoi, pourquoi, comment Freddy Gridelet 9 mai 2005 Sécurité du système d information SGSI/SISY La sécurité : quels services? L'authentification des acteurs L'intégrité des données

Plus en détail

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités

INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES. Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM. Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES Révisé en 2009 CONVENTION DE ROTTERDAM Partage des Responsabilités INTRODUCTION AU KIT DE RESSOURCES: GUIDE PAR ÉTAPES INTRODUCTION Le kit de ressources

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

PROJET DE LOI. autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes NOR : MAEJ1009174L/Bleue PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement ------

Plus en détail

processus politiques multilatéraux, de conférences onusiennes et autres réunions sur le développement durable.

processus politiques multilatéraux, de conférences onusiennes et autres réunions sur le développement durable. ICLEI, le Conseil international pour les initiatives écologiques locales, a été lancé au siège des Nations-Unies à New York, en 1990. Sa mission est de développer et de desservir un mouvement mondial de

Plus en détail

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés Cryptographie Cours 6/8 - Gestion de clés Plan du cours Importance de la gestion des clés Clés secrètes, clés publiques Certificats Infrastructure à clé publique (Public Key Infrastructure, PKI) Dans le

Plus en détail

La Diplomatie indienne en marche

La Diplomatie indienne en marche La Diplomatie indienne en marche SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: EFFORT PARTAGÉ PROGRÈS POUR TOUS SANJHA PRAYAAS SABKA VIKAS: SHARED EFFORT PROGRESS FOR ALL Le Président des Etats-Unis d Amérique, Barack Obama,

Plus en détail

Public Key Infrastructure (PKI)

Public Key Infrastructure (PKI) Public Key Infrastructure (PKI) Introduction Authentification - Yoann Dieudonné 1 PKI : Définition. Une PKI (Public Key Infrastructure) est une organisation centralisée, gérant les certificats x509 afin

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

28/06/2013, : MPKIG034,

28/06/2013, : MPKIG034, 1. OBJET DES CGU Les présentes CGU ont pour objet de préciser le contenu et les modalités d utilisation des Certificats de signature cachet délivrés par l AC «ALMERYS CUSTOMER SERVICES CA NB» d Almerys

Plus en détail

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012

Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Plan d action Economie Numérique, Secteur des technologies de la communication 2011-2012 Atelier sur les systèmes d information et de communication dans le secteur public: Etat des lieux, défis et orientations

Plus en détail

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco

Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Service de planification et de conception de réseau sans fil unifié Cisco Augmentez la précision, la vitesse et l'efficacité du déploiement d'une solution de réseau sans fil unifié Cisco. Adoptez une approche

Plus en détail

ACCORD DE RAPPROCHEMENT ECONOMIQUE ENTRE LA CHINE ET MACAO, CHINE PRÉAMBULE CHAPITRE 1: DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Article 1.

ACCORD DE RAPPROCHEMENT ECONOMIQUE ENTRE LA CHINE ET MACAO, CHINE PRÉAMBULE CHAPITRE 1: DISPOSITIONS GÉNÉRALES. Article 1. ACCORD DE RAPPROCHEMENT ECONOMIQUE ENTRE LA CHINE ET MACAO, CHINE PRÉAMBULE Afin de promouvoir une prospérité et un développement économiques conjoints de la Chine continentale 1 et de la Région administrative

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Accord sur la préparation et l'organisation des élections législatives de 2013

Accord sur la préparation et l'organisation des élections législatives de 2013 Accord sur la préparation et l'organisation des élections législatives de 2013 1. Dans le cadre du dialogue inter-guinéen, la Mouvance Présidentielle et l'opposition, ont engagé des discussions, du 5 au

Plus en détail

ECE/CECI/CONF.8/1 III. Organisation

ECE/CECI/CONF.8/1 III. Organisation Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 juillet 2010 Français Original: anglais ECE/CECI/CONF.8/1 Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Pour une Europe des droits de l Homme

Pour une Europe des droits de l Homme Le manifeste de l AEDH et de ses membres en vue de l élection 2014 du Parlement européen Bruxelles, le 11 Novembre 2013 1. Citoyenneté et démocratie et respect des droits de l Homme Une citoyenneté de

Plus en détail

Federal register. Part II Department of Health and Human Services Food and Drug Administration. 21 CFR Part 11

Federal register. Part II Department of Health and Human Services Food and Drug Administration. 21 CFR Part 11 Federal register Part II Department of Health and Human Services Food and Drug Administration 21 CFR Part 11 1 Electronic Records; Electronic Signatures. Presentation written by Hughes Franchimont (HFT

Plus en détail

Quelles signatures pour quels effets?

Quelles signatures pour quels effets? Quelles signatures pour quels effets? KEYNECTIS et la signature électronique Signature électronique en Algérie Signature électronique en Europe La Directive Européenne France Signature électronique avec

Plus en détail

la confiance dans l économie de l information

la confiance dans l économie de l information C o n f é r e n c e d e s N at i o n s U n i e s s u r l e c o m m e r c e e t l e d é v e l o p p e m e n t SERVICES fournis La Division de la technologie et de la logistique de la CNUCED propose les

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 99 15 mai 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 99 15 mai 2009. S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION DE L ETAT MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 1473 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 99 15 mai 2009 S o m m a i r e CENTRE DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

1. Introduction. Les grands axes du rapport

1. Introduction. Les grands axes du rapport Rapport alternatif sur la mise en oeuvre du Protocole facultatif à la Convention des droits de l enfant sur la vente d enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Spécifications de l'offre Surveillance d'infrastructure à distance

Spécifications de l'offre Surveillance d'infrastructure à distance Aperçu du service Spécifications de l'offre Surveillance d'infrastructure à distance Ce service comprend les services Dell de surveillance d'infrastructure à distance (RIM, le «service» ou les «services»)

Plus en détail

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION

TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION TABLEAU SYNTHÈSE DES OBJECTIFS, DES RECOMMANDATIONS, DES RESPONSABILITÉS ET DES CONDITIONS D'IMPLANTATION Nous présentons ici un tableau synthèse des objectifs poursuivis et des recommandations faites.

Plus en détail

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1

30 SEPTEMBRE 2014. 30/09/2014 www.ulys.net - cathierosalie.joly@ulys.net - ULYS 2014 1 30 SEPTEMBRE 2014 Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au barreau de Bruxelles (Liste E) Chargé d enseignement à l Université

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

ICANN. coordonner au niveau global les systèmes d identifiant unique d Internet et

ICANN. coordonner au niveau global les systèmes d identifiant unique d Internet et PLAN STRATÉGIQUE ICANN JUILLET 2011 JUIN 2014 ICANN Un Monde. Un Internet. L ICANN est une organisation mondiale qui coordonne les systèmes d identifiant unique d Internet dans le monde entier pour le

Plus en détail

des systèmes d'information

des systèmes d'information Responsable du pilotage de systèmes d information E1A21 Pilotage, administration et gestion des systèmes d information - IR Le responsable du pilotage de système d'information définit et fait évoluer un

Plus en détail

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses

Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère des Technologies de la Communication Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication: Des Réalisations Importantes et des Perspectives Prometteuses Grâce

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Délibération. 13 Janvier 2005 - Thème(s) : Gestion du personnel. La Commission nationale de l'informatique et des libertés,

Délibération. 13 Janvier 2005 - Thème(s) : Gestion du personnel. La Commission nationale de l'informatique et des libertés, Accueil > En savoir plus > Délibérations > Délibération Délibération Norme simplifiée n 46 : Délibération n 2005-002 du 13 janvier 2005 portant adoption d'une norme destinée à simplifier l'obligation de

Plus en détail

ETHOS ENGAGEMENT PAPER. Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs

ETHOS ENGAGEMENT PAPER. Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs ETHOS ENGAGEMENT PAPER Code de conduite, contenu et mise en œuvre : Les attentes des investisseurs Octobre 2013 La Fondation Ethos regroupe plus de 140 caisses de pension et fondations d utilité publique

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement. «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire»

Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement. «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire» Soutien au Processus de Rabat sur la migration et le développement Réunion d experts sur les registres d état civil «Améliorer les systèmes d état civil et lutter contre la fraude documentaire» Varsovie,

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

Déclaration de. La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York

Déclaration de. La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York PERMANENT MISSION OF TUNISIA TO THE UNITED NATIONS 31 BEEKMAN PLACE NEW YORK, N.Y. 10022 Déclaration de La Mission Permanente de Tunisie auprès des Nations Unies à New York à l occasion de la deuxième

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Plan d'accessibilité (LPHO) 2014-2015 Table des matières Introduction 4 Première section : Rapport sur les mesures prises par le ministère en 2014 6 Services

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

plate-forme mondiale de promotion

plate-forme mondiale de promotion plate-forme mondiale de promotion À propos de The Institute of Internal Auditors (Institut des auditeurs internes) L'institut des auditeurs internes (IIA) est la voix mondiale de la profession de l'audit

Plus en détail

Politique de certification des certificats cachets 1*

Politique de certification des certificats cachets 1* Politique de certification des certificats cachets 1* AC ChamberSign France - ChamberSign France Objet du document : Version 00 Date de diffusion Ce document est lié à la hiérarchie d autorités de certification

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE soutiennent une initiative pour les jeunes: 65ème anniversaire des relations diplomatiques sino-suisses.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE soutiennent une initiative pour les jeunes: 65ème anniversaire des relations diplomatiques sino-suisses. COMMUNIQUÉ DE PRESSE La Banque Cantonale de Genève (BCGE), la Chambre de Commerce, d'industrie et des Services de Genève (CCIG), swissnex China, Affolter Group, Swiss Center Shanghai, la Société Suisse-Chine,

Plus en détail

Actualisation du mandat du Comité Directeur du patrimoine culturel (CDPAT) Observations du Secrétariat

Actualisation du mandat du Comité Directeur du patrimoine culturel (CDPAT) Observations du Secrétariat Délégués des Ministres / Groupes de rapporteurs GR-C Groupe de rapporteurs sur l'education, la Culture, le Sport, la Jeunesse et l Environnement GR-C(2007) 2007 1 Actualisation du mandat du Comité Directeur

Plus en détail

ENQUÊTE DE L OCDE L engagement des parties prenantes pour une gouvernance de l eau efficace

ENQUÊTE DE L OCDE L engagement des parties prenantes pour une gouvernance de l eau efficace ENQUÊTE DE L OCDE L engagement des parties prenantes pour une gouvernance de l eau efficace Les participants à cette enquête sont priés de : 1. Fournir leurs coordonnées en cas de besoin de clarifications

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2.

I.1. Chiffrement I.1.1 Chiffrement symétrique I.1.2 Chiffrement asymétrique I.2 La signature numérique I.2.1 Les fonctions de hachage I.2. DTIC@Alg 2012 16 et 17 mai 2012, CERIST, Alger, Algérie Aspects techniques et juridiques de la signature électronique et de la certification électronique Mohammed Ouamrane, Idir Rassoul Laboratoire de

Plus en détail