McCarthy Tétrault Progresser MC : Le point sur la Loi sur la concurrence et Investissement Canada Aperçu à l intention des entreprises.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "McCarthy Tétrault Progresser MC : Le point sur la Loi sur la concurrence et Investissement Canada Aperçu à l intention des entreprises."

Transcription

1 McCarthy Tétrault Progresser MC : Le point sur la Loi sur la concurrence et Investissement Canada Aperçu à l intention des entreprises Mai 2011

2 2 Introduction Loi d exécution du budget adoptée en mars 2009 Modifications radicales aux dispositions portant sur : les ententes entre concurrents les pratiques relatives aux prix l abus de position dominante les fusions les investissements étrangers (Loi sur Investissement Canada) Développements récents

3 Ententes entre concurrents

4 4 Dispositions relatives aux complots L ancien article 45 interdisait les ententes qui empêchent ou réduisent indûment la concurrence dans l achat, la vente ou la fourniture d un produit «Indûment» implique une évaluation de l impact concurrentiel de l entente, une combinaison du pouvoir de marché et d un comportement préjudiciable à la concurrence

5 5 Dualité de traitement Depuis mars 2010, les ententes entre concurrents sont visées par deux types de dispositions : 1.infraction criminelle pour les «véritables cartels» (ententes pour fixer les prix, partager les marchés ou restreindre le production), peu importe leur effet sur la concurrence (article 45) 2.nouvelle disposition civile pour les autres ententes entre concurrents susceptibles d empêcher ou de réduire sensiblement la concurrence (article 90.1)

6 6 Infraction criminelle Certaines ententes entre concurrents constituent une infraction criminelle, peu importe leur impact sur la concurrence (infraction «per se»), soit les ententes : 1. pour fixer, maintenir, augmenter ou contrôler le prix de la fourniture du produit; 2. pour attribuer des ventes, des territoires, des clients ou des marchés pour la production ou la fourniture du produit; 3. pour fixer, maintenir, contrôler, empêcher, réduire ou éliminer la production ou la fourniture du produit. Le «prix» inclut tout escompte, rabais, remise, concession de prix ou autre avantage La preuve directe de l entente n est pas nécessaire la preuve circonstancielle suffit (aucun changement)

7 7 Parties à l entente Concurrents ou concurrents potentiels («personne qui, en toute raison, ferait vraisemblablement concurrence en l absence de l entente») Fournisseurs d un produit seulement les ententes entre acheteurs ne sont pas visées Exceptions pour les ententes conclues exclusivement entre compagnies affiliées

8 8 Défense de «restriction accessoire» L accusé doit établir, selon la prépondérance des probabilités, que l entente (pour fixer les prix, attribuer des clients ou des marchés ou restreindre la production) est : accessoire à une entente plus large ou distincte qui inclut les mêmes parties; directement liée à l objectif de l entente plus large ou distincte et raisonnablement nécessaire à la réalisation de cet objectif; et considérée individuellement, l entente plus large ou distincte n est pas une entente pour fixer les prix, attribuer des clients ou des marchés ou restreindre la production.

9 9 Autres moyens de défense Ententes à l exportation se rattachant exclusivement à l exportation de produits du Canada, sous réserve d exceptions importantes Défense de conduite réglementée : exempte les ententes exigées ou autorisées en vertu d une autre loi fédérale ou provinciale codifiée pour la première fois (par. 45(7)) adopte simplement la défense de common law

10 10 Nouvelle disposition civile Une nouvelle disposition (article 90.1) s applique à toute entente conclue ou proposée entre concurrents qui empêche ou diminue sensiblement la concurrence Les facteurs à considérer et la défense d efficience sont les mêmes que ceux qui s appliquent aux fusions Le Tribunal de la concurrence peut rendre une ordonnance : interdisant à toute personne (même non partie à l entente) d accomplir tout acte en vertu de l entente; et de consentement, enjoindre à toute personne de prendre toute autre mesure

11 Lignes directrices sur la collaboration entre concurrents 11 Version finale publiée en décembre 2009, après une large consultation Décrivent l approche générale adoptée par le Bureau pour l interprétation et l application des articles 45 et 90.1 Distinction entre le régime criminel et civil : article 45 réservé aux «véritables cartels», c.-à-d. les restrictions qui ne sont pas accessoires à une collaboration légitime, alliance stratégique ou coentreprise Le Bureau fera de son mieux pour prendre une décision rapidement

12 12 Lignes directrices sur la collaboration entre concurrents Une «entente» doit résulter d une volonté commune des parties Le parallélisme conscient n est pas visé Concurrents ou concurrents potentiels à l égard du produit visé par l entente Arrangements de distribution mixte et contrats de franchise évalués en vertu de dispositions civiles

13 13 Lignes directrices sur la collaboration entre concurrents Types d ententes interdites : Fixer les prix pour la vente d un produit seulement ne s applique pas aux ententes entre acheteurs Partager des marchés : clients, groupes de clients, régions ou segments de marché, etc. Limiter la production : restreindre la quantité ou la qualité de produits fournis

14 14 Lignes directrices sur la collaboration entre concurrents Défense fondée sur le caractère accessoire de la restriction P. ex. clause de non-concurrence dans un contrat de travail ou de vente d actions ou d éléments d actif, ou entre les partenaires d une coentreprise Le Bureau ne remettra pas en question le choix des parties, à moins qu elles disposent d autres options sensiblement moins restrictives Examen fondé sur les documents créés lors de l évaluation et de la négociation de l entente, y compris les diverses options envisagées par les parties

15 15 Lignes directrices sur la collaboration entre concurrents Cadre analytique pour l examen des ententes en vertu de l article 90.1 Exemples d ententes de ce genre : commercialisation et ventes communes partage d information recherche et développement coproduction achats groupés et groupes d achats clauses de non-concurrence

16 16 Programme de clémence Version finale du Bulletin sur le Programme de clémence publiée en septembre 2010 Complète le Programme d immunité, en vertu duquel seule la première personne/entreprise qui en fait la demande bénéficiera de l immunité totale contre les poursuites Les autres parties à un cartel qui collaborent à l enquête du Bureau peuvent bénéficier d un traitement plus clément

17 17 Programme de clémence Conditions d ouverture : mettre fin à la participation au cartel coopérer de manière complète, franche, rapide et sincère à l enquête du Bureau ainsi qu à toute poursuite ultérieure intentée contre les autres participants au cartel accepter de plaider coupable

18 18 Programme de clémence La réduction recommandée Premier candidat à la clémence : réduction de 50 % de l amende qui aurait par ailleurs été recommandée aucune accusation portée contre les administrateurs, dirigeants ou employés qui coopèrent les mandataires et les anciens administrateurs, dirigeants ou employés peuvent être admissibles selon les circonstances

19 19 Programme de clémence La réduction recommandée Deuxième candidat à la clémence : réduction de 30 % de l amende qui aurait par ailleurs été recommandée les administrateurs, dirigeants ou employés peuvent être accusés, mais bénéficieront d une peine plus clémente s ils coopèrent Candidats subséquents la réduction dépend du moment de la demande et de la coopération

20 20 Programme de clémence Processus de clémence, semblable au processus d immunité : Demande de signet («marker») Présentation de l information («proffer») Recommandation sur la sanction Entente sur le plaidoyer Divulgation complète Plaidoyer de culpabilité

21 Recours collectifs en droit de la concurrence

22 Recours collectifs en droit de la concurrence Au Québec, deux recours autorisés procèdent au fond : Savoie c. Compagnie Impériale et autres Jacques c. Pétro-Canada, 2009 QCCS 5603 Dans les provinces de common law, les tribunaux ont longtemps refusé la «certification» au motif que les demandeurs ne pouvaient établir le caractère collectif du préjudice Décisions récentes rendues en C.-B. et en Ontario (DRAM et peroxyde d hydrogène) ont renversé la vapeur et facilitent la tâche des demandeurs à cet égard Pro-Sys Consultants Ltd. c. Infineon Technologies AG, 2009 BCCA 503, 312 D.L.R. (4 e ) 419, autorisation d appel à la C.S.C. refusée, [2010] S.C.C.R. n o 32 (S.C.C. 3 juin 2010). Irving Paper Ltd. c. Atofina Chemicals Inc. (2009), 99 O.R. (3 e ) 358 (Cour de justice de l Ont.), autorisation d appel refusée, 2010 ONSC 2705, 103 O.R. (3 e )

23 23 Acheteurs indirects Le 15 avril 2011, la Cour d appel de la Colombie-Britannique a annulé la certification dans deux affaires, au motif jugé que les acheteurs indirects n ont aucun droit d action : Pro-Sys Consultants c. Microsoft Corporation, 2011 BCCA 186 Sun-Rype Products Ltd. c. Archer Daniels Midland Company, 2011 BCCA 187.

24 24 Défense fondée sur le transfert de la perte En 2007, la Cour suprême du Canada a rejeté la «défense fondée sur le transfert de la perte» Kingstreet Investments Ltd. c. New Brunswick (Finance), 2007 SCC 1 le défendeur ne peut réduire sa responsabilité en établissant que le demandeur a transféré à ses clients une partie ou la totalité de la perte qu il a subie

25 25 Principes tirés du droit américain Devant les tribunaux fédéraux des États-Unis, le transfert de la perte ne peut être invoqué en demande parce qu il ne peut l être en défense Illinois Brick Co. c. Illinois, 431 U.S. 720, 97 S. Ct (1977). Certains États ont adopté des lois qui autorisent expressément les acheteurs indirects à recouvrer leurs dommages

26 26 Acheteurs indirects La question du droit d action des acheteurs indirects est devant la Cour d appel du Québec Option Consommateurs c. Infineon Technologies AG, 2008 QCCS 2781 (en appel) Les décisions de la Cour d appel de la Colombie-Britannique font d objet d une demande de permission d appeler à la Cour suprême du Canada

27 Dispositions sur les prix

28 Modifications importantes aux dispositions sur les prix 28 1) Maintien des prix (ancien art. 61) décriminalisée et transformée en disposition civile (voir le nouvel art. 76) 2) Discrimination par les prix (ancien art. 50(1)(a)) 3) Discrimination régionale (ancien art. 50(1)(b)) 4) Prix d éviction (ancien art. 50(1)(c)) 5) Remises promotionnelles disproportionnées (ancien art. 51) abrogée abrogée abrogée abrogée

29 29 Abrogation des dispositions sur les prix Infractions criminelles portant sur : la discrimination par les prix; la discrimination régionale; le prix d éviction; et les remises promotionnelles disproportionnées ont toutes été abrogées Mais l art. 79 sur l abus de position dominante pourrait s appliquer si ces pratiques: font partie d une pratique d agissements anticoncurrentiels; mise en œuvre par un joueur dominant; avec l intention d exclure des concurrents; et empêche ou réduit sensiblement la concurrence. Donne plus de souplesse aux entreprises pour concurrencer de façon plus efficace sur le marché

30 30 Maintien des prix (art. 76) nouvelle disposition Le maintien des prix n est plus une infraction criminelle, mais une «pratique susceptible d examen» visée par une nouvelle disposition civile Un fournisseur fait du maintien des prix lorsqu il : influence une personne à augmenter ou la décourage de réduire le prix d un produit (par entente, menace, promesse ou tout autre moyen semblable); ou refuse de fournir un produit ou fait de la discrimination d une façon quelconque à l égard d une personne en raison de son régime de bas prix; et ce comportement a eu pour effet de nuire à la concurrence dans un marché Le sens de «nuire à la concurrence» n est pas bien établi. Par contre, le maintien des prix ne devrait pas soulever de problème si le fournisseur n a pas de pouvoir de marché.

31 Maintien des prix (art. 76) Preuve de maintien des prix 31 Lorsqu un fournisseur fournit une liste de prix de revente suggérés à ses distributeurs : fait preuve du maintien des prix, sauf si le fournisseur établit que son distributeur a été formellement informé qu il pouvait vendre à un prix inférieur et n en serait aucunement pénalisé (art. 76(5)) Lorsqu un fournisseur fait de la publicité qui mentionne un prix de revente : fait preuve du maintien des prix, sauf si l annonce mentionne clairement que le produit peut être vendu à un prix inférieur (art. 76(6)) Sanctions Ordonnance du Tribunal de : cesser le maintien de prix, ou exiger du fournisseur qu il accepte de vendre au client selon des conditions de commerce normales Aucune sanction pénale (amende, emprisonnement) ni recours civil en dommages (mais requêtes de parties privées avec l autorisation du Tribunal)

32 Première contestation en vertu du nouvel article 76 Visa/MasterCard 32 En décembre 2010, le Bureau a déposé sa première demande en vertu de la disposition sur le maintien des prix, contestant les règles imposant des frais aux commerçants par Visa et MasterCard Le Bureau a initié une enquête en réponse aux plaintes des commerçants et de leurs associations et débuté une enquête formelle en avril 2009 Le litige porte sur les frais que les commerçants doivent payer chaque fois qu un client utilise sa carte de crédit pour payer un bien ou un service

33 Première contestation en vertu du nouvel article 76 Visa/MasterCard Allégations 33 Les règles relatives aux frais imposés aux commerçants établies par Visa et MasterCard font monter ou découragent la réduction des frais payés par les commerçants et, indirectement, par les consommateurs canadiens En vertu de ces règles, il est interdit aux commerçants : d encourager les clients à utiliser des moyens de paiement moins onéreux, comme l argent comptant ou la carte de débit d appliquer une surcharge à l achat réglé à l aide des cartes de crédit à privilèges, qui occasionnent des frais plus élevés au commerçant de refuser certaines cartes de crédit (c.-à-d. les cartes de crédit comportant des privilèges)

34 Première contestation en vertu du nouvel article76 Visa/MasterCard Allégations (suite) 34 Comme les commerçants ne peuvent encourager leurs clients à utiliser des moyens de paiement moins dispendieux, Visa et MasterCard n ont aucun incitatif à se faire concurrence sur les frais imposés aux commerçants Les règles relatives aux frais imposés aux commerçants éliminent la concurrence entre Visa et MasterCard pour l acceptation de leurs cartes de crédit par les commerçants, ce qui entraîne une hausse des coûts pour les entreprises et, partant, pour leurs clients, sous forme de prix de détail plus élevés

35 Première contestation en vertu du nouvel article 76 Visa/MasterCard 35 Réponse de Visa/MasterCard Les règles en cause ne sont pas des «restrictions pour les commerçants» - ce sont des règles pro-concurrentielles qui protègent les titulaires de carte contre des surcharges inattendues ou le refus des cartes Les règles ne constituent pas du maintien des prix au sens de l article 76

36 Première contestation en vertu du nouvel article 76 Visa/MasterCard 36 La Commissaire demande au Tribunal d interdire à Visa et à MasterCard d appliquer ou de continuer d imposer ces règles aux commerçants qui acceptent leurs cartes de crédit Audition fixée d avril à juin 2012 En Colombie-Britannique, un recours collectif a été entrepris contre Visa et MasterCard, ainsi que quelques grandes banques canadiennes, alléguant que les défenderesses ont contrevenu à l article 45 en s entendant pour fixer, maintenir et contrôler les frais imposés aux commerçants, contrôler le respect des frais et contrôler la fourniture des services du réseau de cartes de crédit

37 Abus de position dominante

38 38 Abus de position dominante (art ) Trois éléments doivent être établis : 1. position dominante une ou plusieurs entreprises 2. pratique d agissements anticoncurrentiels liste non-exhaustive à l art. 78, y compris les prix d éviction l intention de nuire à un concurrent, de l exclure ou de le discipliner doit être prouvée pourrait s appliquer à la discrimination par les prix et aux remises promotionnelles disproportionnées 3. empêche ou réduit sensiblement la concurrence

39 Abus de position dominante sanctions administratives pécuniaires (SAP) considérables 39 En plus d ordonner aux parties de cesser la pratique et/ou de prendre des mesures raisonnables et nécessaires pour contrer les effets de la pratique anticoncurrentielle, y compris le dessaisissement d actions ou d actif, le Tribunal peut imposer des SAP jusqu à 10 M$ pour une première ordonnance Jusqu à 15 M$ pour chaque ordonnance subséquente Les facteurs à considérer pour déterminer le montant de la SAP comprennent l effet sur la concurrence, le volume de commerce touché et la situation financière de l entreprise

40 Abus de position dominante Lignes directrices révisées publiées en janvier 2009 Lignes directrices révisées publiées pour fins de commentaires avant l entrée en vigueur des amendements de mars Ne traite pas des circonstances dans lesquelles le Bureau demandera l imposition de SAP et comment le montant sera déterminé On verra si la version finale donnera la politique du Bureau en matière de SAP Autres changements à souligner dans les Lignes directrices : dominance conjointe n exige plus la coordination explicite ou tacite entre entreprises dominantes explique comment le Bureau analyse les justifications commerciales valides d une conduite prétendument anticoncurrentielle détails sur l exclusivité, les ventes liées et le refus d accorder l accès à une installation ou un service aucun changement sur le seuil de 35 % pour déterminer si une entreprise est dominante pour la dominance conjointe, ce seuil passe de 60 % à 65 %

41 41 Dominance conjointe En juin 2009, deux compagnies de gestion de déchets ont conclu un consentement avec la Commissaire Elles ont convenu de modifier leurs contrats parce que le Bureau était d avis que les compagnies abusaient de leur position de dominance conjointe dans la fourniture de services d enlèvement de déchets commerciaux dans le centre de l île de Vancouver

42 Abus de position dominante Association canadienne de l immeuble (ACI) 42 En février 2010, le Bureau a annoncé qu il contestait les règles du Service interagences (MLS) imposées aux agents d immeuble par l Association canadienne de l immeuble (ACI), parce qu elles constituent un abus de la position dominante de l ACI sur la prestation de services de courtage immobilier Allégations L ACI contrôle la fourniture de services de courtage immobilier résidentiel partout au Canada

43 Abus de position dominante ACI (suite) Allégations (suite) 43 Les règles de l ACI empêchent les consommateurs de choisir les services de courtage immobilier qu ils veulent, parce qu elles imposent des exigences de service minimales à tous les courtiers L ACI et ses membres se servent du contrôle de l ACI sur le service MLS et les marques de commerce connexes pour imposer des restrictions anticoncurrentielles sur leur usage. Ces restrictions : ont été adoptées dans le but d exclure les courtiers et les agents immobiliers qui voudraient offrir des services de courtage «à la carte» plutôt que les services complets réduisent ou empêchent sensiblement la concurrence dans le marché des services immobiliers au Canada

44 Abus de position dominante ACI (suite) Dossier réglé à l automne Après négociations, le Bureau et l ACI ont conclu une entente qui répond aux préoccupations de la Commissaire : l ACI ne peut adopter ou appliquer des règles visant à empêcher les agents d immeubles qui le veulent de fournir des services à la carte (p. ex. afficher simplement un immeuble sur MLS ) ou de conclure des ententes de rémunération à l acte. Cette mesure offre aux agents d immeubles la souplesse nécessaire pour offrir aux consommateurs des options de service et de prix novatrices l entente reste en vigueur pour une période de 10 ans

45 Fusions

46 Amendements de 2009 aux dispositions relatives aux fusions 46 Aucun changement aux dispositions de fond Modification importante du processus d examen des fusions Adoption d un processus de «Second Request» comme aux É-U (demande de renseignements supplémentaires [DRS] au Canada) Réduit l intervention des tribunaux dans le processus d examen des fusions, et augmente le pouvoir de négociation du Bureau de la concurrence

47 47 Examen des fusions Processus actuel Préavis obligatoire lorsque les seuils financiers sont rencontrés (400 M$ pour les parties/ 73 M$ pour la cible de la transaction) Préavis doit inclure les documents stratégiques («6.1») Une fois le préavis déposé, le Bureau a 30 jours pour approuver, contester ou signifier une DRS Normes de service du Bureau : 14 jours pour transactions non complexes et 45 jours pour transactions complexes En cas de DRS, période d examen prolongée jusqu à 30 jours après que les parties ont répondu à la DRS Le Bureau peut ensuite demander des ordonnances provisoires du Tribunal pour interdire la clôture de la transaction en vertu de l article 100 ou de l article 104 Le Bureau peut contester une transaction devant le Tribunal jusqu à 1 an après sa clôture

48 Publications du Bureau sur le processus d examen Fusionnement, Lignes directrices pour l application de la Loi (septembre 2004) examen de l impact concurrentiel de la fusion Lignes directrices subiront des «révisions modérées» Lignes directrices sur le processus d examen des fusions (septembre 2009) approche du Bureau en matière de DRS Guide de procédure à l égard des transactions devant faire l objet d un avis et des certificats de décision préalable (novembre 2010) directives sur les exigences techniques du préavis Guide sur la tarification et les normes de service relatives aux fusions et aux services connexes (novembre 2010) désignation de complexité non complexe 14 jours; complexe 45 jours, ou 30 jours suivant la réponse à la DRS 48

49 Mesures prises par le Bureau depuis les amendements de DRS depuis mars 2009 Mesures correctives exigées à l égard de 15 fusions (comparativement à 7 au cours des 2 années précédentes) Cette activité découle soit de la hausse du nombre de fusions, soit des pouvoirs accrus du Bureau, ou les deux En janvier 2011, le Bureau a présenté une demande au Tribunal pour obtenir la dissolution de l acquisition de Complete Environmental Inc. par CCS (audition prévue en novembre 2011) Première contestation d une fusion depuis 2005 Contestation d une transaction clôturée Fusion qui n avait pas à faire l objet d un préavis

50 50 Stratégies Qui assume le risque de refus? Les parties doivent considérer comment répartir le risque que les autorités réglementaires refusent la transaction, compte tenu des coûts et des délais résultant d une demande de renseignements supplémentaires Clauses favorables à l acheteur : l acheteur doit prendre des «mesures raisonnables» ou des «mesures raisonnables d un point de vue commercial» (à l exception de dessaisissements) pour obtenir l approbation du Bureau possibilité de retirer l offre d achat si cette approbation exige un engagement que l acheteur n est pas prêt à donner, p. ex. DRS, opposition du Bureau à la fusion et/ou demande de dessaisissement Clauses favorables au vendeur : l acheteur doit prendre «toutes les mesures nécessaires» (y compris les dessaisissements) pour obtenir l approbation du Bureau l acheteur doit compléter l acquisition peu importe les conséquences indemnité de rupture de négociations payable par l acheteur

51 51 Demande de renseignements supplémentaires Pratique du Bureau Les Lignes directrices concernant le processus d examen des fusions décrivent la pratique du Bureau en matière de demandes de renseignements supplémentaires Portée de la demande de renseignements supplémentaires (sous réserve d exceptions) au maximum 30 «cadres supérieurs» visés documents préexistants : seuls ceux qui datent d au plus 2 ans avant la DRS collecte de données : au plus 3 ans avant la date de la DRS importance des discussions avec le Bureau avant l envoi de la demande pour en diminuer la portée

52 52 Demande de renseignements supplémentaires Pratique du Bureau (suite) Processus interne d examen et d approbation préalable des demandes de renseignements supplémentaires «Procédure d appel» en cas de contestation de la portée d une demande de renseignements supplémentaires ou des réponses données Transactions hostiles le second délai d attente de 30 jours débute quand le Bureau reçoit les renseignements demandés de l offrant La Commissaire peut demander une ordonnance provisoire pour empêcher la clôture si le Bureau a besoin d un délai supplémentaire pour examiner la fusion

53 53 Stratégies/Considérations d ordre pratique Dans presque tous les cas, le Bureau (non le Tribunal) est le décideur de facto La crédibilité des parties auprès du Bureau est cruciale Songer à consulter le Bureau tôt pour éviter une demande de renseignements supplémentaires ou en limiter la portée Les parties devraient considérer les options suivantes : rencontrer le Bureau avant de produire le préavis de fusion préparer les documents nécessaires qui permettront au Bureau de prendre une décision rapidement avant l expiration du délai d attente initial faire expliquer par des représentants de l entreprise et/ou des experts techniques les effets probables de la fusion sur la concurrence obtenir l appui des clients produire un préavis de fusion sous forme de projet si le Bureau a besoin d un délai supplémentaire pour évaluer la transaction sans renseignements supplémentaires, retirer le préavis et le redéposer à une date ultérieure Si les parties sont prêtes à défendre la fusion devant le Tribunal prendre toutes les mesures nécessaires pour avoir l autorisation légale de clôturer

54 Loi sur Investissement Canada

55 55 LIC : Grandes lignes S applique à la prise de contrôle d une entreprise canadienne par un non-canadien «Non-Canadien» si l entreprise est ultimement détenue ou contrôlée à l extérieur du Canada Prise de contrôle définie comme l acquisition de plus de 50 %, mais présomption de contrôle en cas de détention du tiers des actions comportant droit de vote d une société «Examen» si le seuil financier est rencontré, ou Avis après la clôture, sans conséquence Note : L avis d acquisition d une entreprise «culturelle» peut mener à un examen

56 56 LIC : Grandes lignes Les seuils financiers sont établis en fonction de la «valeur comptable» de l actif Plus de 312 M$ pour les «investisseurs OMC» (seuil de 2011) Plus de 5 M$ pour les «entreprises culturelles» et les investisseurs qui ne font pas partie de l OMC Aucun examen pour les acquisitions «indirectes» d entreprises canadiennes (si «OMC») Ces seuils devraient augmenter quand la réglementation applicable sera modifiée

57 LIC : Grandes lignes En cas d examen, le ministre doit être convaincu que la transaction sera «vraisemblablement à l avantage net du Canada» Les facteurs que le ministre doit prendre en considération sont mentionnés à l article 20 de la Loi : le niveau et la nature de l activité économique au Canada; l étendue et l importance de la participation des Canadiens; la productivité, le rendement industriel, le progrès technologique, la création de nouveaux produits et la diversité des produits; la concurrence au Canada; la compatibilité avec les politiques nationales en matière industrielle, économique et culturelle; la compétitivité canadienne sur les marchés mondiaux. 57

58 LIC : Grandes lignes 58 Le ministre dispose d un délai maximal de 75 jours ( ) pour procéder à l examen (ce délai peut être prolongé de consentement); 30 jours de plus en cas de rejet Aucun droit d appel L acquéreur doit habituellement donner des «engagements»(3 à 5 ans, ou plus), qui sont contrôlés, pour obtenir l approbation du ministre, y compris : niveau minimal d emplois canadiens; siège social ou autre fonction importante de direction au Canada; dépenses minimales (habituellement en immobilisation au Canada); représentation canadienne au sein de l équipe de direction (parfois du conseil d administration); engagements en matière de R.-D.; engagements caritatifs/communautaires

59 59 LIC : Rejet et application de la loi rares, mais en hausse La proposition de BHP d acquérir Potash Corp (38 G$) a été rejetée en novembre 2010, malgré les engagements de BHP qui étaient, selon l entreprise, «sans précédent en substance, en portée et en durée» En 2008, l acquisition de 1,3 G$ d Information Systems Business of MacDonald, Dettwiler and Associates Ltd. (MDA) par Alliant Techsystems Inc. (ATK) a été bloquée, probablement pour des raisons liées à la souveraineté et à la sécurité nationales Pour la première fois, le gouvernement canadien poursuit une entreprise, US Steel, pour n avoir pas respecté ses engagements de maintenir des niveaux minimaux d emploi suite à l acquisition de Stelco

60 60 LIC :Sécurité nationale La Loi C-10 (et les règlements adoptés récemment) a introduit un nouveau mécanisme d examen fondé sur la sécurité nationale au Canada Toute transaction qui implique un non-canadien pourrait faire l objet d un examen fondé sur la sécurité nationale Toute transaction prise de contrôle (sujette à examen) prise de contrôle (sujette à un avis) acquisition d une participation minoritaire Le gouvernement a le pouvoir de : retarder, puis de bloquer une transaction ordonner un dessaisissement (après la clôture) imposer des conditions (engagements)

61 61 LIC :Sécurité nationale Aucune définition de «sécurité nationale» L examen sera sans doute axé sur : l objet de l investissement p. ex. militaire, contrats gouvernementaux, nucléaire/uranium, aérospatiale, radar, ouvrages classifiés, technologies, etc. l identité de l acquéreur p. ex. particuliers, organismes ou États qui soulèvent des préoccupations en matière de sécurité nationale notamment des sociétés d État Étendue de la compétence? Limitée au Canada ou envisagera-ton des mesures qui auraient un impact au-delà de ses frontières? Durée d un examen fondé sur la sécurité nationale : 130 jours et plus L échéancier initial pour l évaluation d une «prise de contrôle» est de 50 jours (donc déposer un avis 50 jours ou plus avant la clôture prévue)

62 62 LIC :Réforme Élimination des restrictions relatives à la possibilité pour des étrangers de détenir et d exploiter un satellite maintenant assujettie à la Loi sur Investissement Canada Les consultations sont terminées et le ministre de l Industrie considère la possibilité de modifier ou d éliminer les restrictions relatives aux intérêts étrangers dans le domaine des télécommunications (l obligation de propriété canadienne pour la télédiffusion devrait demeurer) Le ministre du Patrimoine canadien songe à amender la politique qui restreint l acquisition ou l établissement d une entreprise canadienne de distribution de livres par un non-canadien

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card

Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Maintien des prix et l affaire Visa / Master Card Denis Gascon Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 15 novembre 2013 Centre d études en droit économique, Université Laval PLAN DE LA

Plus en détail

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE

GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE GÉRER SON ENTREPRISE EN RESPECTANT LA LOI SUR LA CONCURRENCE Pierre-Yves Guay et Yanick Poulin Direction générale des affaires criminelles, Bureau de la concurrence Interprétation Cette présentation n

Plus en détail

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS

LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS Lois sur les investissements étrangers 13 LOIS SUR LES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS La Loi sur Investissement Canada (LIC) est la seule loi fédérale sur les investissements étrangers d application générale.

Plus en détail

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires

Catégorie : Réglementaire et législatif AVIS* Intérêts de groupe financier - Banques et sociétés de portefeuille bancaires Bureau du surintendant des institutions financiers Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2 www.osfi-bsif.gc.ca

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien

Les investissements étrangers dans l immobilier canadien Les investissements étrangers dans l immobilier canadien La compréhension des principaux enjeux sous-jacents à l acquisition, à la location, au financement ou à l aménagement d un immeuble au Canada permettra

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179

TABLE ANALYTIQUE. Les chiffres renvoient aux numéros de pages. Section 2 Exonération 144. Chapitre 2 Applications 179 TABLE ANALYTIQUE Les chiffres renvoient aux numéros de pages Introduction générale 7 LIVRE 1 Droit européen de la concurrence Introduction 19 Partie 1 Ententes et abus de position dominante Titre 1 Domaine

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

Introduction et sommaire

Introduction et sommaire Mémoire de l Association canadienne des professionnels de l insolvabilité et de la réorganisation Introduction et sommaire 277, rue Wellington Ouest Toronto (Ontario) M5V 3H2 Tél. : 416-204-3242 Téléc.

Plus en détail

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE 77 PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE Les lois fédérales sur les brevets, le droit d auteur et les marques de commerce assurent la protection de la propriété intellectuelle au Canada. Le Canada a signé l Accord

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité :

Contrat de courtier. Entre : (ci-après nommée «Empire Vie») (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Contrat de courtier Entre : L EMPIRE, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE (ci-après nommée «Empire Vie») et (ci-après nommé «courtier») Adresse civique : Ville ou municipalité : Province : Code postal : Date d effet

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés IMAGINE CANADA ET BÉNÉVOLES CANADA FORUM 2011 DES PARTENARIATS CANADIENS ENTRE LES ENTREPRISES ET LA COLLECTIVITÉ Montebello 9 juin 2011 Don ou commandite? Apprenez les règles et vous en serez récompensés

Plus en détail

Contenu. Application. Résumé. LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Frais juridiques et comptables

Contenu. Application. Résumé. LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Frais juridiques et comptables N o : IT-99R5 (Consolidé) DATE : Voir la section Modifications au bulletin OBJET : RENVOI : LOI DE L IMPÔT SUR LE REVENU Frais juridiques et comptables L alinéa 18(1)a) (aussi les articles 9 et 239; les

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis

La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis La responsabilité des administrateurs et dirigeants en matière d environnement: Nouvelle loi, nouveaux soucis Présentation de Charles Kazaz à l AQVE 15 novembre 2012 Survol 1. Pourquoi imposer la responsabilité

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Contrat de commande Œuvre musicale

Contrat de commande Œuvre musicale Contrat de commande Œuvre musicale Définitions Commande : Relation contractuelle conclue entre un Commanditaire et un Compositeur, pour un tarif prédéterminé, en vertu de laquelle une Œuvre musicale sera

Plus en détail

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique CCRRA Le 30 mars 2004 Madame, Monsieur, Au nom du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), je suis heureux de vous annoncer la publication d un document de consultation

Plus en détail

SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN

SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Mémoire sur : Les relations entre assureurs et intermédiaires Document de consultation SECTION NATIONALE DU DROIT DES ASSURANCES DE L ASSOCIATION DU BARREAU CANADIEN Septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions Circulaire d offre Compagnie Pétrolière Impériale Ltée Aucune commission de valeurs mobilières ni organisme similaire ne s est prononcé de

Plus en détail

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION

VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE INTRODUCTION VISA PLATINE AFFAIRES VOYAGES RBC BANQUE ROYALE ASSURANCE ACHATS D ARTICLES DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ CERTIFICAT D ASSURANCE VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CE QUI SUIT : Le présent certificat d assurance est

Plus en détail

CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS. (le «règlement du concours»)

CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS. (le «règlement du concours») CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS (le «règlement du concours») CE CONCOURS S ADRESSE AUX RÉSIDANTS EN RÈGLE DU CANADA QUI ONT ATTEINT L ÂGE

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM)

OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) OCRCVM Règles des courtiers membres Règle 2800 (auparavant le Principe directeur n o 5 de l ACCOVAM) CODE DE CONDUITE À L INTENTION DES SOCIÉTÉS RÉGLEMENTÉES PAR L OCRCVM QUI NÉGOCIENT SUR LES MARCHÉS

Plus en détail

QUI PEUT SE LIVRER, CONTRE RÉMUNÉRATION, À UNE OPÉRATION DE COURTAGE IMMOBILIER?

QUI PEUT SE LIVRER, CONTRE RÉMUNÉRATION, À UNE OPÉRATION DE COURTAGE IMMOBILIER? QUI PEUT SE LIVRER, CONTRE RÉMUNÉRATION, À UNE OPÉRATION DE COURTAGE IMMOBILIER? Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau La Loi sur le courtage immobilier (la «Loi») confère aux courtiers

Plus en détail

Cessation d emploi et protection d assurance collective

Cessation d emploi et protection d assurance collective SOINS MÉDICAUX ET SOINS DENTAIRES / INVALIDITÉ, VIE ET MMA 14-11 Cessation d emploi et protection d assurance collective Le présent bulletin est une mise à jour du numéro 07-02 de l Info- Collective. Parmi

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

DEMANDE DE COMMENTAIRES

DEMANDE DE COMMENTAIRES DEMANDE DE COMMENTAIRES Avis et demande de commentaires Publication du projet de Règle MB 001 sur la délivrance de permis et obligations continues des courtiers en hypothèque et du projet de Règle MB 002

Plus en détail

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant :

Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur. Identification du requérant. Nom, prénom ou raison sociale du requérant : Demande d ouverture de compte pour une personne autre qu un consommateur Identification du requérant Nom, prénom ou raison sociale du requérant : (ci-après appelé le «requérant») Nom du commerce ou de

Plus en détail

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC.

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. ARTICLE I OBJET DU RÉGIME 1) L objet du présent régime d options d achat d actions (le «régime») est de servir les intérêts de Ressources Métanor

Plus en détail

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC

Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC RÉSERVÉ À EDC : CI # : Proposition d Assurance acheteur unique ou d Assurance frustration de contrat Remplir le présent formulaire et le présenter à EDC 1 RENSEIGNEMENTS SUR LE CLIENT Nom légal de l entreprise

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

CO-OPERATORS COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE

CO-OPERATORS COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE PROPOSITION D ASSURANCE ET ENTENTE CONCESSIONAIRE La présente demande est une proposition d assurance collective Vie, Maladies graves, Invalidité et Perte d emploi soumise à Co-operators Compagnie d assurance-vie

Plus en détail

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital

Vente de la ferme et l exonération des gains en capital Vente de la ferme et l exonération des gains en capital RBC Banque Royale Vente de la ferme et l exonération des gains en capital 2 L article suivant a été écrit par Services de gestion de patrimoine RBC.

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D.

Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Nouvelle demande de permis d agent ou de courtier d assurances I.A.R.D. Réservé à l usage del organisme de réglementation Approuvé N o du permis Date de délivrance Date d expiration 1. Renseignements personnels

Plus en détail

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ

DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ CHRONIQUE TPS/TVQ 167 DÉCRET DE REMISE ET RÈGLEMENT DE REMISE EN MATIÈRE DE TPS ET DE TVQ LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, AVOCAT, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN ROSENTZVEIG SHACTER TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES

COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES Cette traduction non officielle de la version anglaise du document original est fournie à titre d information seulement et n a pas de valeur juridique. ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Concours CIBC pour étudiants Vous voulez courir la chance de gagner 5 000? (le «Concours»)

Concours CIBC pour étudiants Vous voulez courir la chance de gagner 5 000? (le «Concours») Concours CIBC pour étudiants Vous voulez courir la chance de gagner 5 000? (le «Concours») OUVERT UNIQUEMENT AUX ÉTUDIANTS INSCRITS DANS UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CANADIEN Régi par

Plus en détail

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM.

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM. STATUT, RÈGLES ET PRINCIPES DIRECTEURS DE L ACFM Version administrative 1 er octobre 2010 PRÉAMBULE Le présent document constitue une version administrative des Statut, Règles et Principes directeurs de

Plus en détail

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES

COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COMITÉ DE DISCIPLINE CHAMBRE DE L ASSURANCE DE DOMMAGES N : 2013-06-01(C) DATE : 14 janvier 2014 LE COMITÉ : M e Daniel M. Fabien, avocat M. Luc Bellefeuille, C.d A.A., courtier

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014

La Loi canadienne anti-pourriel. Séance d information 2014 La Loi canadienne anti-pourriel Séance d information 2014 Avis Cette présentation a été préparée par le personnel de la Commission dans le but de fournir des informations générales à l égard de la Loi

Plus en détail

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT OBJECTIF CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT Le Code de déontologie («Code») établit les normes minimales que les intermédiaires en gaz naturel doivent respecter lorsqu ils achètent,

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION

RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION RAPPORT CERTIFICATS DE PRATIQUE POUR LES ACTUAIRES DÉSIGNÉS AU CANADA COMMISSION SUR L ACTUAIRE DÉSIGNÉ/ RESPONSABLE DE L ÉVALUATION FÉVRIER 2005 2005 Institut canadien des actuaires Document 205009 This

Plus en détail

Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels

Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels Sollicitation commerciale et protection des renseignements personnels Présenté par M e Karl Delwaide Associé principal et membre-fondateur du groupe de pratique national Protection de l information et

Plus en détail

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage

Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Examen des exigences relatives aux cartes prépayées Document de consultation publique et sondage Cette initiative fait partie du plan quinquennal du Manitoba pour une meilleure protection du consommateur.

Plus en détail

MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET. www.carrefourfrontenac.com

MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET. www.carrefourfrontenac.com MODALITÉS ET CONDITIONS D UTILISATION DU SITE INTERNET www.carrefourfrontenac.com L'accès au site internet du Carrefour Frontenac www.carrefourfrontenac.com («le site internet») vous est offert sous réserves

Plus en détail

CONCOURS L ESCAPADE DE GOLF SUPRÊME DE GOLF TOWN («CONCOURS»)

CONCOURS L ESCAPADE DE GOLF SUPRÊME DE GOLF TOWN («CONCOURS») CONCOURS L ESCAPADE DE GOLF SUPRÊME DE GOLF TOWN («CONCOURS») CE CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS CANADIENS ET EST RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. COMMENT PARTICIPER Aucun achat ni paiement

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER?

UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? UN AVOCAT PEUT-IL AGIR À TITRE DE COURTIER IMMOBILIER? Par : Paul Mayer, du cabinet d avocats Fasken Martineau Les décisions récentes des tribunaux ont clairement démontré qu un avocat ne peut légalement

Plus en détail

Fonds de placement immobilier RioCan

Fonds de placement immobilier RioCan FONDS DE PLACEMENT IMMOBILIER Fonds de placement immobilier RioCan Notice d offre décrivant les modalités d un régime de réinvestissement des distributions à l intention des porteurs de parts et d un régime

Plus en détail

Le processus d examen des investissements étrangers au Canada

Le processus d examen des investissements étrangers au Canada Le processus d examen des investissements étrangers au Canada Publication n o 2011-42-F Le 12 juillet 2011 Révisé le 21 juillet 2014 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires

Plus en détail

CARTES PRÉPAYÉES AU CANADA : IDENTIFICATION DES ENJEUX JURIDIQUES ET GESTION DU RISQUE. Institut Canadien 28 novembre 2012 Nicolas Faucher

CARTES PRÉPAYÉES AU CANADA : IDENTIFICATION DES ENJEUX JURIDIQUES ET GESTION DU RISQUE. Institut Canadien 28 novembre 2012 Nicolas Faucher CARTES PRÉPAYÉES AU CANADA : IDENTIFICATION DES ENJEUX JURIDIQUES ET GESTION DU RISQUE Institut Canadien 28 novembre 2012 Nicolas Faucher LA RÉGLEMENTATION APPLICABLE AUX CARTES PRÉPAYÉES 1. INTRODUCTION

Plus en détail

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6

LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER 6 6. LES SIGNAUX D ALARME : CE QU IL FAUT SURVEILLER Les erreurs de gouvernance commises par les administrateurs de fondation sont rares au Canada. Celles

Plus en détail

Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales

Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales Dirigeants d'entreprise - Dispositions générales Article 1 : Ensemble de tâches Acerta (Sud) Secrétariat Social asbl», appelé ci-après «Acerta «se charge d effectuer les formalités ou tâches administratives

Plus en détail

Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement

Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement Avis multilatéral 45-315 des ACVM Projet de dispense de prospectus pour certains placements effectués par l intermédiaire d un courtier en placement Le 16 avril 2015 Introduction Les autorités en valeurs

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne

Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne Instruction générale canadienne 46-201 Modalités d entiercement applicables aux premiers appels publics à l épargne PARTIE I OBJET ET INTERPRÉTATION 1.1 Objet de l entiercement 1.2 Interprétation 1.3 Les

Plus en détail

Financière Sun Life inc.

Financière Sun Life inc. Financière Sun Life inc. Régime canadien de réinvestissement des dividendes et d achat d actions CIRCULAIRE D OFFRE MODIFIÉE ET MISE À JOUR Table des matières Dans la présente circulaire d offre... 1

Plus en détail

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993

COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS. 17 juin 1993 COGECO CÂBLE INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS 17 juin 1993 Modifié le 20 octobre 2000, le 19 octobre 2001, le 18 octobre 2002, le 17 octobre 2003, le 13 octobre 2006, le 26 octobre 2007, le 29 octobre

Plus en détail

Accord commercial anti-contrefaçon

Accord commercial anti-contrefaçon Accord commercial anti-contrefaçon Les Parties au présent accord, Notant qu un respect des droits de propriété intellectuelle efficace est essentiel pour assurer la croissance économique dans tous les

Plus en détail

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence.

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence. Conditions Veuillez lire la présente convention attentivement avant d utiliser les Services bancaires par Internet. Elle renferme des exclusions et des limitations de responsabilité de même que d autres

Plus en détail

Vérification de la TPS/TVH Première partie : la préparation à la vérification

Vérification de la TPS/TVH Première partie : la préparation à la vérification Vérification de la TPS/TVH Première partie : la préparation à la vérification par TERRY G. BARNETT Introduction Questions de vérification Exigences de documentation Pouvoirs du vérificateur Divulgation

Plus en détail

Se familiariser avec les règles de la TVH sur le lieu de fourniture

Se familiariser avec les règles de la TVH sur le lieu de fourniture Se familiariser avec les règles de la TVH sur le lieu de fourniture Présentateurs Bruce Goudy Associé, Impôts indirects Ernst & Young LLP Tél. : 416-943-2592 Bruce.R.Goudy@ca.ey.com Mary Anne McMahon Conseillère

Plus en détail

Questionnaire du projet Innocence

Questionnaire du projet Innocence 1 Questionnaire du projet Innocence Directives : Répondez de façon aussi détaillée que possible à chacune des questions suivantes ayant trait à votre dossier. Des réponses complètes et précises nous permettront

Plus en détail

Entrepreneurs en design-construction et le besoin d assurance responsabilité professionnelle

Entrepreneurs en design-construction et le besoin d assurance responsabilité professionnelle Le Comité de gestion des risques de l ICDC continuera de diffuser aux membres des articles de ce genre, à mesure qu ils seront disponibles. Nous espérons que vous trouverez ces articles à la fois intéressants

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES

AVANT-PROJET DE RÈGLEMENT PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PORTANT SUR L INSCRIPTION ET COMMENTAIRES PARTIE I INTERPRÉTATION 1. (1) Sauf indication contraire, les mots et expressions utilisés dans le présent règlement ont le sens qui leur est donné dans la Loi

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

Contrat de bail à ferme

Contrat de bail à ferme Contrat de bail à ferme pour parcelles M., bailleur Tél : Remet à ferme à M., fermier Tél :. Début, durée, résiliation, reconduction Le bail débute le et dure initialement ans. Si une année avant l expiration

Plus en détail

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG

Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Conditions Générales de Licence Logicielle de la société CENIT (Schweiz) AG Mise à jour des informations Décembre 2011 1. Objet de la licence 1.1 L objet de la licence est le logiciel mis au point et fabriqué

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE E2 ÉCHANGE D EFFETS DE PAIEMENT EN LIGNE ÉLECTRONIQUE AUX FINS DE LA COMPENSATION ET DU RÈGLEMENT 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL

OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL OUVRIR UN COMPTE PERSONNEL Renseignements et documents exigés Novembre 2008 Ouvrir un compte personnel TABLE DES MATIÈRES I. À PROPOS DE L OCRCVM 1 II. OUVERTURE D UN COMPTE 1 III. DEMANDE D OUVERTURE

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais

Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais Pro-Investisseurs CIBC Barème des commissions et des frais En vigueur à compter du 6 octobre 2014 En tant que client de Pro-Investisseurs MD CIBC, vous avez accepté de payer certains frais selon les types

Plus en détail