Comment éduquer utilement une patiente opérée d un cancer du sein à la prévention de son lymphœdème

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comment éduquer utilement une patiente opérée d un cancer du sein à la prévention de son lymphœdème"

Transcription

1 Ann. Kinésithér., 1999, t. 26, n 6, pp Masson, Paris, 1999 ÉDUCATION DU PATIENT Comment éduquer utilement une patiente opérée d un cancer du sein à la prévention de son lymphœdème Être utile sans nuire à la qualité de vie J.-C. FERRANDEZ (1), I. PIOLLET (2), D. SERIN (3) (1) 2 bis, rue Velouterie, F Avignon. (2) Onco Psychiatre, Clinique Sainte-Catherine, F Avignon. (3) Cancérologue, Clinique Sainte-Catherine, F Avignon. La fréquence du cancer du sein et celle de ses séquelles lymphatiques du membre supérieur sont importantes. La prévention du lymphœdème est un sujet d actualité sur les deux versants que sont la qualité de vie et la dépense de santé. La prévention du lymphœdème est restée longtemps une longue liste d interdits altérant la qualité de la vie. Une nouvelle attitude d éducation préventive est décrite. Le kinésithérapeute en est un acteur essentiel. La prévention doit enseigner des consignes positives si l on veut qu elles soient suivies. Pour y réussir, le kinésithérapeute doit suivre un rythme d explications. place dans la prise en charge des patientes traitées pour un cancer du sein. Cette kinésithérapie est réalisée sous une forme individuelle et souvent répétitive par des séances en série. Elle se prête à un échange de qualité et une relation de confiance. Dans cette situation, le kinésithérapeute est en première ligne pour jouer pleinement un rôle de conseiller de santé. Pour réaliser une éducation efficace de la prévention du LMS, le kinésithérapeute doit en connaître l étiologie, les facteurs de risque d apparition et d aggravation et être capable de donner des consignes claires susceptibles d être suivies. La prévention Introduction Le lymphœdème du membre supérieur après cancer du sein traité est une affection qui reste fréquente [1-3]. Son importance volumétrique actuelle a été rapportée dans un précédent travail [4]. Le traitement physiothérapique des lymphœdèmes est efficace mais il est évident que sa prévention prévaut toujours sur son traitement [5]. Par ailleurs, les actions de prévention sont de la compétence du kinésithérapeute (Décret d octobre 1996). La rééducation joue une large Tirés à part : J.-C. FERRANDEZ, à l adresse ci-dessus. Le lymphœdème secondaire du membre supérieur est un œdème en rapport avec une accumulation de lymphe dans les espaces interstitiels [6]. Son étiologie est connue et multifactorielle, en relation avec le curage axillaire, les effets de la radiothérapie et le potentiel lymphatique initial [7, 8]. Après curage axillaire, le membre supérieur est toujours en état d insuffisance lymphatique potentielle [9]. Les variations du capital vasculaire peuvent porter sur le lymphatique [10] et le versant veineux et artériel [11]. Son capital de drainage est diminué même si cette insuffisance reste infra-clinique. Celle-ci peut être mise en évidence par la lymphoscintigraphie [12]. Lorsque l œdème n apparaît pas, il

2 266 Ann. Kinésithér., 1999, t. 26, n 6 est admis que le capital résiduel suffit à drainer le liquide interstitiel. Lorsque l œdème apparaît, l insuffisance a décompensé. Les notions qui sont véhiculées dans la prévention du LMS amalgament deux notions différentes qui sont : la prévention d apparition du LMS ; la prévention d aggravation du LMS. Ces deux notions différentes ont des points communs. Les facteurs augmentant le risque d apparition majorent son volume lorsque le lymphœdème est déclaré. Il en est ainsi de l infection. Il existe peu d études dans la littérature qui reflètent les résultats d un traitement préventif d apparition ou d aggravation du LMS. Nous nous contenterons ici de cerner et de personnaliser les attitudes qui semblent consensuelles. Les données admises des facteurs de risque L œdème apparaît cliniquement pour de multiples raisons. Les facteurs responsables peuvent être d ordre mécanique, thermique, chimique, infectieux. Pour exemple : la charge lymphatique augmente lors de l hyperhémie d une activité musculaire importante ; la capacité de drainage lymphatique résiduel diminue lors d un épisode infectieux [13] ou après celui-ci ou lors de la mise en place d une striction du membre ; la capacité de drainage lymphatique se réduit par fibrose radique des éléments de la racine du membre ; l augmentation de la chaleur provoque une vasodilatation qui favorise l œdème ; d autres facteurs ont été mis en évidence de façon variée et d importance inégale (obésité, les raideurs de l épaule, le type chirurgical...). Vouloir lister de façon exhaustive toutes les situations qui augmentent le risque d apparition ou d aggravation du lymphœdème, se heurte à la difficulté d établir une liste aussi longue qu inutile. Prévention du LMS : les réflexions d un groupe multidisciplinaire Les réflexions d un groupe de travail (kinésithérapeute, psychiatre, cancérologue) ont permis de faire l état de pratiques suivantes : bon nombre de services de chirurgie cancérologique distribuent à la patiente, à la sortie de son hospitalisation, une brochure devant la guider «après» son intervention : «Comment vivre après votre curage axillaire» ; pour les praticiens qui prennent en charge ces femmes en dehors du service hospitalier, il est clair que ces brochures qualifiées d informatives échouent le plus souvent de leurs buts. Il semble qu il ne puisse en être autrement. Pourquoi? Cette information est livrée abruptement comme d autres documents à la sortie du service. Cette brochure n est, le plus souvent, pas lue dans le service et n est donc pas commentée par un membre de l équipe. Ces recommandations ne sont pas recevables. Si les éléments d information font l objet de recommandations orales, il est admis que beaucoup de choses ne sont pas «entendues» par la patiente. Elle est trop proche de la crise «chirurgicale» qu elle n a pas évacuée. Elle est trop proche de l amputation du sein dont le deuil n est évidemment pas fait. Elle n est pas en état de se projeter dans cette période dont on lui parle : «l après le traitement». Son avenir concevable se limite à gérer un futur proche : l ablation des points, un rendez-vous avec un cancérologue, un laboratoire, une infirmière, un kinésithérapeute. Toutes ces occupations-préoccupations masquent l image de son avenir en opérant un véritable déplacement d angoisse. Elle a besoin d une planification du futur immédiat et non pas d une démarche qui la projette dans un avenir incertain de «malade» (réalité qu elle n a pas toujours intégré à ce stade), encore moins de «handicapée»! Or si d aventure elle se plonge dans ce genre de livret qu y découvre-t-elle? Une foule d interdits, lui rendant la vie impossible. Une longue liste fait état des activités à «ne pas faire», une énumération de négations qui tombent comme un diktat. Après avoir souffert dans son corps,

3 Ann. Kinésithér., 1999, t. 26, n après avoir été atteinte dans sa féminité, elle se découvre invalidée. Par ailleurs, les conseils d hygiène antilymphœdème sont à respecter toute la vie. Quelle est la patiente, à quelques jours de son intervention (5 jours = durée moyenne de l hospitalisation pour traitement chirurgical du cancer du sein), qui est capable de se projeter dans un futur aussi lointain. La multiplication des interdits altère la qualité de la vie et débouche parfois sur un gâchis. La prévention cherche à réduire le risque. On connaît bien des femmes opérées qui se sont coupées, brûlées, piquées... et n ont pas déclaré un lymphœdème. La prévention : le fond d une nouvelle attitude éducative Le principe de la bonne éducation pourrait être défini comme la communication d une consigne dont on doit s assurer qu elle est entendue, comprise et qu elle est applicable. Partant de l idée que la prévention du lymphœdème ne peut être respectée que si elle est facilement explicable, nous nous dirigeons vers une attitude spécifique. Notre idée est qu il faut : donner des conseils positifs et limiter au minimum les formulations négatives ; privilégier la compréhension des éléments qui font courir un risque ; personnaliser ces conseils en fonction de la patiente et de son mode de vie ; donner des moyens simples. La prévention : la forme comment en parler? La qualité de l information est un des meilleurs moyens de lutter contre la détresse psychologique. Il faut donc délivrer à ces patientes toutes les informations concernant le risque et la prévention du LMS. La question est de savoir comment. Au décours de l intervention (quand il s agit de la première stratégie thérapeutique), la femme subit souvent un bouleversement psychologique grave : brutalité du diagnostic de cancer, agressivité de l acte chirurgical, altération de l image de soi. Certaines femmes vont être en véritable état de choc, incapables d intégrer ce qui se passe ni de réagir. D autres vont faire face à cette situation grâce à des mécanismes de défenses puissants, qu il ne faut pas démolir : c est le cas du déni qui consiste à faire comme si la réalité présente n existait pas. D autres encore, vont s adapter, au prix de réactions émotionnelles et relationnelles, plus ou moins pénibles, parfois intenses, faisant apparaître un risque d épuisement psychologique et de dépression. Il faut donc tenir compte de cette grande vulnérabilité et ne délivrer d information que si elle peut être «entendue». On peut ainsi proposer quelques repères : délivrer une information : progressive : étalée sur plusieurs séances, tenant compte de ce que la patiente a intégrée ; adaptée à la patiente : éviter les conduites systématiques, les brochures données sans commentaires ; précise : les mots utilisés doivent faire partie de ceux qu emploient habituellement la patiente et correspondre à ses propres activités et préoccupations ; empathique : entretien chaleureux, disponible à l écoute, dans un cadre approprié (pas un couloir!) ; avec des formulations positives : il faut contrebalancer les «interdits» par l évocation de ce que la patiente peut faire. La qualité des relations futures avec la patiente dépend en grande partie de la qualité de cette information. Nouvelle stratégie : qui en parle? Quand en parler Il est inefficace de parler de la prévention du LMS en postopératoire immédiat, lors du séjour hospitalier pour les raisons décrites plus haut. Il faut donc en parler plus tard. C est au kinésithérapeute que revient ce rôle essentiel de conseiller de santé. La rééducation

4 268 Ann. Kinésithér., 1999, t. 26, n 6 fonctionnelle après cancer du sein est une rééducation manuelle, individuelle et répétitive. Le kinésithérapeute peut devenir un acteur privilégié par l intermédiaire de techniques de rééducation parfois douces. La patiente doit comprendre son insuffisance circulatoire. Dans ce but, expliquer les effets du curage axillaire, parler du déséquilibre circulatoire du membre peut être réalisé avec un langage accessible à la majorité des patientes. Donner dans un premier temps des éléments de base de prévention puis en reparler lors d une autre rencontre, les répéter, les compléter et les personnaliser lors d un autre rendez-vous semble judicieux. Cela autorise à s assurer d une bonne compréhension. La progressivité de la démarche accorde au kinésithérapeute des caractères pédagogiques efficaces. Mieux que d interdire de façon formelle un grand nombre d activités, il est préférable de limiter les «interdits» au plus petit nombre, donner des précautions sur les autres, sans oublier d évoquer tout ce qui reste possible. LES GESTES STRICTEMENT INTERDITS La prise de tension artérielle par pose d un garrot pneumatique et l injection intra-veineuse précédée également d un garrot restent définitivement interdits. Ces deux gestes ont en commun l interruption momentanée de la circulation. Sachant que la pression dans les collecteurs lymphatiques est de l ordre de seulement quelques 5 à 10 mmhg [14] et que la prise de tension nécessite souvent un gonflement du garrot jusqu à 200 mmhg, cet interdit est définitif. LES ACTIVITÉS TOLÉRÉES ET LES CONSEILS POSITIFS Il est impossible de déterminer à l avance les activités du membre supérieur qui seront susceptibles d entraîner un œdème chez une patiente et pas chez une autre. La recommandation sage consiste à préconiser la progressivité dans la reprise des activités physiques et à être à l affût des premiers signes de pesanteur et d infiltration. Ceux-là signeront la limite à ne pas dépasser. Ce seuil semble variable d une patiente à l autre. Certaines activités peuvent être accordées sous condition de réaliser des interruptions pour fractionner l effort (lavage des vitres, repassage...). Après des activités pénibles, une posture de déclive est recommandée. La position optimale de retour veineux a été déterminée [15]. En cas d apparition d un lymphœdème non réversible, un traitement de décongestion complet (drainage manuel, bandages...) doit être instauré sans complaisance. Il faut insister auprès de la patiente pour l assurer qu un traitement efficace existe en cas d apparition de LMS [16-18]. Dans les lymphœdèmes constitués à tendance non stabilisée, un auto-bandage réalisé par la patiente est très utile. Ce même bandage peut être installé pour la réalisation d une activité pénible et à risque. Ce port itératif de la contention représente la gestion moderne et humaine du maintien du résultat du traitement du lymphœdème. Concernant l infection, il est tout à fait absurde d interdire à la patiente de ne pas se brûler, se couper, s écorcher car aucune ne le fait volontairement. Par contre, il est judicieux de sensibiliser à la désinfection immédiate pluriquotidienne d une plaie quelle qu en soit son importance. L infection augmente le risque de LMS [1, 13]. La réduction du lymphœdème diminue le nombre poussées infectieuses [19]. Conclusion L état des connaissances validées concernant la prévention du lymphœdème du membre supérieur reste pauvre [20, 21]. On peut considérer que le kinésithérapeute, par son action individuelle en tête-à-tête et répétée, est un acteur privilégié pour enseigner les éléments de la prévention du lymphœdème du membre supérieur après cancer du sein traité. La prévention du lymphœdème sera efficace si elle est réalisable, comprise et librement consentie. Les éléments de prévention ensei-

5 Ann. Kinésithér., 1999, t. 26, n FICHE DÉSTINÉE AU KINÉSITHÉRAPEUTE POUR PRÉSENTER UTILEMENT LES ÉLÉMENTS DE PRÉVENTION DU LYMPHŒDÈME DU MEMBRE SUPÉRIEUR À UNE PATIENTE OPERÉE D UN CANCER DU SEIN 1. RASSURER sur le grand nombre d activités physiques encore possibles. 2. ASSURER que l apparition d un œdème est toujours discrète et jamais éléphantiasique d emblée. 3. EXPLIQUER le déséquilibre circulatoire. 4. IDENTIFIER les facteurs de risque d apparition ou d aggravation. 5. ENSEIGNER le rôle positif des cures de repos en déclive et des auto-bandages. 6. INTERDIRE la prise tension artérielle et les injections intraveineuses dans le membre du côté opéré. 7. RASSURER sur l efficacité du traitement des LMS constitués. gnés doivent être des conseils positifs pour altérer le moins possible la qualité de la vie. Il est alors pertinent de respecter une progression dans la manière de les enseigner aux patientes. Cette progression assure de leur compréhension et de leur adhésion. On remarquera que tous ces éléments passent par la parole. Références [1] FERRANDEZ JC, SERIN D, BOUGES S. Fréquence du lymphœdème du membre supérieur après traitement du cancer du sein. Facteurs de risque. À propos de 683 observations. Bull Cancer 1996 ; 83 : [2] PETRECK JA, HEELAN MC. Incidence of breast carcinomarelated lymphoedema, Cancer Supp 1998 ; 83 : 12, [3] GOLTNER E, GASS P, HASS JP, SCHNEIDER P. The importance of volumetry lymphoscintigraphy and computer tomography in the diagnosis of brachial oedema after mastectomy. Lymphology 1988 ; 21 : [4] FERRANDEZ JC, SERIN D. Étude et remarques sur la taille des lymphœdèmes du membre supérieur. Ann Kinésithér 1998 ; 7 : [5] HARDY JR. Lymphoedema-prevention rather than cure. Ann Onc 1991 ; 2/8 : [6] BATES DO, LEVICK JR, MORTIMER PS. Subcutaneous intersticial fluid pressure and arm volume in lymphoedema. Int J Microcirc : Clin Exp 1992 ; 11 : [7] FOLDI, MORTIMER. On the patholphysiology of arm lymphedema after treatment for breast cancer. Lymphology 1995 ; 28 : [8] BRISMAR B, LJUNGDHAL I. Postoperative lymphedema after treatment of breast cancer. Act Chir Scand 1983 ; 149 : [9] HIDDEN G. Quelques données récentes ou prétendues telles sur la circulation lymphatique superficielle des membres. J Mal Vasc 1990 ; 15 : [10] KUBIK ST. The role of the lateral upper arm bundle and the lymphatic watersheds in the formation of collateral parthways in lymphedema. Acta Biol Acad Sci Hung 1980 ; 31 : [11] MARTIN KP, FOLDI E. Are hemodinamic factors important in arm lymphoedema after treatment of breast cancer. Lymphology 1996 ; 29 : [12] PEKING A et coll. Comportement d un colloïde radioactif injecté dans le tissu interstitiel de l homme. In Circulation d échange et de retour, Ed Boots Dacour, [13] MOZES M, PAPA, KARASIK A, RESHEF A, ADAR R. The role of infection in post-mastectomy lymphedema. Surg Ann 1982 ; 14 : [14] JANBON C, CLUZAN RV. Lymphologie. Collection de médecine vasculaire. Masson, Paris, [15] LE ROUX P, PLANCHON B. Recherche d une position optimale de drainage veineux du membre supérieur par pléthysmographie à jauges annulaires de mercure. Ann Kinésithér 1991 ; 18, 3 : [16] FERRANDEZ JC, SERIN D, AYMARD L, FELIX-FAURE C. Qu attendre des résultats du traitement physique des lymphœdèmes secondaires constitués du membre supérieur. Bul Soc Fr Cancérol Priv 1995 ; 40/13 : [17] BERTELLI G, VENTURINI M, FORNO G, ROSSI G, DINI D. Thérapie compressive dans le lymphœdème postmastectomie : analyse multivariée des réponses. Eur. J Lymph Relat Prob 1991 ; 2/8 : [18] TOMSON D, FRITSCH C, KLUMBACH D. Le traitement des lymphœdèmes du membre supérieur selon Földi : résultats. Europ. J of Lymph and Relat Prob 1992 ; 3/11 : [19] FOLDI E. Prevention of dermatolymphangioadenitis by combined physiotherapy of the swollen arm after treatment of breast cancer. Lymphology 1996 ; 29 : 2 : [20] JUNGI WF. The prevention and management of lymphoedema after treatment for breast cancer. Int Rehab Med 1981 ; 3 : [21] HARDY JR. Lymphoedema-prevention rather than cure. Ann Onc 1991 ; 2/8 :

Vaincre la douleur est auj

Vaincre la douleur est auj Vaincre la douleur est auj La dose d antalgique prescrite par le médecin, ainsi que l'horaire de prise ne doivent pas être modifiés. L'action du traitement se faisant sur 24 heures, en modifier la dose

Plus en détail

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE

Juillet 2015 DOSSIER DE PRESSE www.monkinevoitrose.fr Le nouveau portail LPG entièrement dédié au cancer du sein! Déjà très impliquée dans la prise en charge post-chirurgie des patientes atteintes d un cancer du sein, LPG Systems met

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN

ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN ITINERAIRE CLINIQUE du SEIN Je dois subir une intervention chirurgicale, Pourquoi? La chirurgie Pour traiter le cancer du sein, il faut enlever ou détruire les cellules cancéreuses. La chirurgie est souvent

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

Vous accueille et vous informe. 1, avenue Jean-Poulhès - TSA 50032-31059 Toulouse Cedex 9. Ce que vous devez savoir sur le Lymphoedème

Vous accueille et vous informe. 1, avenue Jean-Poulhès - TSA 50032-31059 Toulouse Cedex 9. Ce que vous devez savoir sur le Lymphoedème L équipe de soins Vous accueille et vous informe Service de Médecine Vasculaire Professeur Alessandra Bura-Rivière, Chef de Service Hôpital Rangueil 1, avenue Jean-Poulhès - TSA 50032-31059 Toulouse Cedex

Plus en détail

La reprise d une activité sportive après ou au cours d une pathologie cancéreuse est-elle recommandée?

La reprise d une activité sportive après ou au cours d une pathologie cancéreuse est-elle recommandée? Santé sport L escalade après cancer du sein La reprise d une activité sportive après ou au cours d une pathologie cancéreuse est-elle recommandée? Les femmes sont de plus en plus nombreuses à reprendre

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque

Rôle des infirmières. res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du patient insuffisant cardiaque Claire Savary: Sandrine Dias: CI IDE JFIC La Baule 15 et 16 sept 2011 Rôle des infirmières res dans l accompagnementl du

Plus en détail

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP

DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP DIMINUTION DE LA MORTALITE AVEC AUGMENTATION DE L AP < 3 3-9 > 9 HOLMES M et al JAMA 2005, 293 : 2479-86 1 PHYSICAL ACTIVITY AND SURVIVAL AFTER DIAGNOSIS OF INVASIVE BREAST CANCER HOLICK C. Cancer Epidemiol

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.

BILAN DE CARRIERE. La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol. - 1 - Conseil RH et Formation BILAN DE CARRIERE La convergence de 2 mondes : Les Ressources Humaines Le développement personnel & l engagement relationnel www.elansol.fr L heure est au changement et, pour

Plus en détail

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015

CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 CEVBGEQ-RÉADAPTATION SURSPÉCIALISÉE 22 septembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Présentation des formateurs Cheminement de l usager à l IRDPQ Équipe et rôles des intervenants Plans d intervention Ergothérapie

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

L évaluation du creux axillaire

L évaluation du creux axillaire L évaluation du creux axillaire Journées DESC-SCVO Poitiers, Juin 2007 Marc-Henri JEAN, Nantes Cancer du sein : Introduction (1) 30 000 nouveaux cas / an 11 000 décès / an Problème de santé publique Pronostic

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE QUEL DISPOSITIF POUR QUEL ENFANT? OCTOBRE 2014 JEAN DEVRIES IEN ASH 1 PLAN DE L INTERVENTION Service ASH 1 > Qu importe le diagnostic. 2 > Prendre en compte la diversité

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs)

L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) L évaluation des besoins des personnes atteintes de cancer et de leurs proches par les infirmières pivots en oncologie (IPOs) Brigitte Fournier, IPO Clinique d oncologie ambulatoire M.Sc. Infirmières (candidate)

Plus en détail

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT

CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT Le C2 CONDITIONS DE FACTURATION D UN AVIS PONCTUEL DE CONSULTANT AVRIL 2012 L avis ponctuel de consultant dans le cadre du parcours de soins est un avis donné par un médecin spécialiste à la demande explicite

Plus en détail

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché

Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Annexe I Conclusion scientifiques et motifs de la modification des termes des autorisations de mise sur le marché Conclusions scientifiques Compte tenu du rapport d évaluation du PRAC sur les PSUR concernant

Plus en détail

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Présentation des différents RPS et de leurs mécanismes La prévention collective des RPS: étapes, objectifs, ressources Sur le plan physique Migraines, maux d'estomac,

Plus en détail

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1

Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 Tiré à Part du BDP volume 7 n 1 LE ROLE DE L INFIRMIERE DE DIALYSE PERITONEALE DANS L EDUCATION DU PATIENT Ghislaine VENIEZ Infirmière - Unité de Dialyse Péritonéale C.H. René Dubos - 95300 Pontoise 1997

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Massage et cancer Partie 1

Massage et cancer Partie 1 http://blog.cliniquealtermed.com/massage et cancer partie 1/407 Massage et cancer Partie 1 Publié le 5 septembre 2011 par Johanne Roussy Au cours de ma pratique, j entends souvent de nombreux commentaires

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Cancérologie: la roue de la confiance

Cancérologie: la roue de la confiance Cancérologie: la roue de la confiance B. Danhieux, I.Rousseau,G-B Zocco 20 septembre 2012 INTRODUCTION 60.000 nouvelles tumeurs cancéreuses diagnostiquées chaque année en Belgique o1 homme sur 3 o1 femme

Plus en détail

Le rôle des kinésithérapeutes n a cessé de

Le rôle des kinésithérapeutes n a cessé de Kinésithérapie des opérées du sein RÉSUMÉ I SUMMARY La multiplication des cancers du sein augmente le nombre de patientes prises en charge en kinésithérapie. La rééducation postopératoire s oriente autour

Plus en détail

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014

Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014 Le lymphoedème La Petite École Vasculaire de la SSVQ 2014! Identifier les causes de lymphoedème!! Savoir investiguer un lymphoedème!! Comment traiter un lymphoedème Le lymphœdème - définition Un œdème

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE

DÉPARTEMENT D ONCOLOGIE PROGRAMME DE RECHERCHE CLINIQUE Université McGill et hôpitaux affiliés Hôpital Royal Victoria Hospital Hôpital général de Montreal General Hospital Hôpital général juif - Sir Mortimer B. Davis The Sir Mortimer B. Davis - Jewish General

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier :

Fiche de poste. Présentation du poste. Finalités du poste - Missions. Activités principales. Filière métier : Filière métier : Fiche de poste Présentation du poste Intitulé de poste Coefficient de référence CCN51 Métier CCN51 Poste du supérieur hiérarchique Direction de rattachement Localisation géographique IDE

Plus en détail

technique pratique Bilan et dossier d étude et de recherche de la patiente porteuse d un lymphœdème du membre supérieur après cancer du sein MOTS CLES

technique pratique Bilan et dossier d étude et de recherche de la patiente porteuse d un lymphœdème du membre supérieur après cancer du sein MOTS CLES technique pratique Jean-Claude FERRANDEZ* Bilan et dossier d étude et de recherche de la patiente porteuse d un lymphœdème du membre supérieur MOTS CLES Bilan Cancer du sein Lymphœdème Recherche Les données

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg

Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg Association Lire et Ecrire Section de Fribourg - Freiburg PROJET : ATELIERS «LECTURE PARENT-ENFANT» Les ateliers «Lecture parent-enfant» sont des ateliers de formation et de prévention. Les parents y acquièrent

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11

Chirurgie du sein. Simple tumorectomie. This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 This Informed Consent Formular is also available on the RBSS-Website : www.belsurg.org 11 Chirurgie du sein Simple tumorectomie Un examen récent, par palpation, a révélé une masse à un sein. Il est prévu

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

une nouvelle obligation pour l'employeur

une nouvelle obligation pour l'employeur Fiches individuelles de prévention des expositions à la pénibilité : une nouvelle obligation pour l'employeur Tous les employeurs doivent désormais remplir des fiches individuelles deprévention des expositions

Plus en détail

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins

EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins Support d évaluation intermédiaire en stage EVALUATION INTERMEDIAIRE EN STAGE Compétences, Actes, activités et techniques de soins NOM DE L ETUDIANT : PRENOM : I.F.S.I. : LIEU DE STAGE : TYPE DE STAGE

Plus en détail

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers

Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Kinésithérapie en Gériatrie Yasmina GIEROK-BAHI Kinésithérapeute CHRU Lille Hôpital Gériatrique Les Bateliers Pathologies fréquentes en rééducation Chutes ( traumatismes,fractures,régression psychomotrice)

Plus en détail

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015

8 formations. carrément commerciales. Catalogue 2015 8 formations carrément commerciales Catalogue 2015 8 formations pour : vendre plus et mieux Vendre ses prestations intellectuelles page 4 La relation client dans la gestion de projet page 5 Apprendre à

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Sa Situation : Le Centre de RééR

Sa Situation : Le Centre de RééR Groupe AHNAC Centre LES HAUTOIS Service Cardiologie I. Présentation du Centre de Réadaptation R Fonctionnelle et Cardiaque «LES HAUTOIS» de OIGNIES Sa Situation : Le Centre de RééR ééducation «LES HAUTOIS»

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Accompagnement sur le terrain d un commercial

Accompagnement sur le terrain d un commercial EXEMPLES DE RÉALISATIONS Accompagnement sur le terrain d un commercial Un directeur général m a demandé d améliorer l efficacité d un commercial (BtoC) qui concluait très mal ses visites et dont le chiffre

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman

La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein. EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman La chirurgie ambulatoire dans le cancer du sein EPU, service de gynécologie et obstétrique de l hôpital Bicêtre 12/03/2015 Yaël Levy-Zauberman Définitions Chirurgie ambulatoire: définition en France Chirurgie

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie?

Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Repérer les premiers signes. Envisager ou établir un diagnostic. Comment évolue la maladie? LA MALADIE D ALZHEIMER Que savons-nous en 2010? Dans le cadre de la XVIIème journée de mobilisation internationale organisée le 21 septembre, l Equipe Mobile d Intervention Gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Vous ressentez des fourmillements dans la main? Le syndrome du canal carpien. Déc. 2013 / DSS / 118-13

Vous ressentez des fourmillements dans la main? Le syndrome du canal carpien. Déc. 2013 / DSS / 118-13 Déc. 2013 / DSS / 118-13 Le syndrome du canal carpien Vous ressentez des fourmillements dans la main? 2202013_SyndromeCanalCarpien_BrochurePatient.indd 3 02/12/13 12:26 Le syndrome du canal carpien Ce

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015

DIRECTION QUÉBÉCOISE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2014-2015 DIRECTION QUÉBÉCOISE de cancérologie Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2014-2015 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1

L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 L examen clinique infirmier U.E. 3.1 S1 C1 Grégory GUILLAN Formateur I.F.S.I. Charles Foix Octobre 2011 1 Raisonnement et démarche clinique L infirmier(ère) comprend le problème de santé d un patient et

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005

PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 PRISE EN CHARGE MASSO- KINÉSITHÉRAPIQUE DANS LA LOMBALGIE COMMUNE : MODALITÉS DE PRESCRIPTION MAI 2005 Service ALD et accords conventionnels - 1 - SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES I. INTRODUCTION Les lombalgies

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Aspects déontologiques en santé mentale

Aspects déontologiques en santé mentale Aspects déontologiques en santé mentale Nancy Guilbeault Conseillère en soins infirmiers France Ouellet Conseillère clinicienne en soins infirmiers, Santé mentale Juin 2012 Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR

Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Chirurgie du Cancer du sein chez la femme agée Unité de chirurgie du sein Clinique Sainte-Elisabeth NAMUR Dr Emmanuel Bollue - Dr Pierre Marchettini Introduction 1)Validation du traitement conservateur

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE SPORT

LES ACCIDENTS DE SPORT LES ACCIDENTS DE SPORT Service formation sport SDIS 86 / 2006 Fracture Fracture de fatigue Périostite LES ACCIDENTS DE SPORT OSSEUX TENDINEUX Tendinite Rupture tendineuse ARTICULAIRE Entorse Luxation trouble

Plus en détail

ANTONELLO Marc Publications

ANTONELLO Marc Publications ANTONELLO Marc Publications ARTICLES Antonello M, Plages B. Le kinésithérapeute en service de réanimation polyvalente. Kinésither Sci. 1989 ;284 :15-21. Antonello M. La réalité de la réa. Kiné-Actualité,

Plus en détail

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel

Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel Les recommandations de l OMS pour la prévention du suicide en milieu professionnel WHO (World Health Organization), Preventing Suicide : a resource at work. (Preventing Suicide : a resource series ; 8).

Plus en détail

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives

QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives QUAND UNE CONSIGNE DEVIENT ELLE THERAPEUTIQUE? Du Coaching aux Thérapies Comportementales et Cognitives Benoît MELET (Paris) Dr DINTRANS Jean Roger (Paris) I Les quatre champs du coaching L univers sportif

Plus en détail

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble!

Direction générale. Vous avez mal? Agissons ensemble! Direction générale Vous avez mal? Agissons ensemble! Vous avez mal? Vous redoutez de souffrir à cause d une intervention ou d un examen? Un de vos proches est concerné par ce problème? Cette brochure vous

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

La grippe, l asthme et la vaccination

La grippe, l asthme et la vaccination La grippe, l asthme et la vaccination vaccin anti-grippe pris en charge à 100 % pour tous les asthmatiques Qu est-ce que la grippe? La grippe est une maladie infectieuse très contagieuse, d apparition

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD

HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD HYGIENE BUCCO-DENTAIRE EN EHPAD Définition : On entend par hygiène bucco-dentaire, la toilette de la bouche et des dents/ou dentiers hors soins médicamenteux. Elle relève du rôle propre infirmier pouvant

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire

Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Evaluation des pratiques professionnelles sur le comportement et la tenue au bloc opératoire Dr. Aurélie Fourneret-Vivier Praticien hospitalier Equipe Opérationnelle en Hygiène Centre Hospitalier Métropole

Plus en détail

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome

Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Options chirurgicales dans le cas d un glaucome Le glaucome est défini comme une augmentation de pression dans l œil (appelée pression intraoculaire ou PIO) qui cause une dégénérescence du nerf optique

Plus en détail

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement

Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Adénocarcinome du bas œsophage (et du cardia) Nutrition en attendant le traitement Corinne Bouteloup Service de Médecine Digestive et Hépatobiliaire CHU Clermont-Ferrand Conflits d intérêts Nutricia Nutrition

Plus en détail

BRÛLURES. Circonstances. Risques

BRÛLURES. Circonstances. Risques Les patients ne viennent consulter le généraliste que pour des brûlures limitées en étendue et douloureuses. Dans la majorité des cas, des conseils simples donnés par le généraliste sont utiles et efficaces.

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Management Responsabilité

Management Responsabilité L évaluation professionnelle : un enjeu pour l évolution du management hospitalier Identifier la problématique de l évaluation professionnelle Utiliser l entretien annuel d activité comme levier de changement

Plus en détail