Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique."

Transcription

1 Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Mike El Kousseifi K. Hoummada, F. Panciera, D. Mangelinck IM2NP, Aix Marseille Université-CNRS, Faculté de saint Jérôme, Marseille, France A. Potié, T. Baron, Laboratoire des Technologies de la Microélectronique (LTM), UMR 5129, CEA- Grenoble, CNRS, 17 rue des Martyrs, Grenoble, France Résumé Dans cet article, nous décrivons deux méthodes de préparation des échantillons pour l analyse des nanofils par sonde atomique tomographique (SAT). Ces méthodes sont basées sur l utilisation de nano-usinage (Focussed ion beam- FIB) qui permet de positionner et mettre en forme les nanofils soit en position droite soit couchés. Nous décrivons ces méthodes, leurs limitations et des exemples de leur application. Nous avons pu analyser un nanofil de Si siliciuré et dopé de phosphore en montrant la distribution du dopant et en identifiant tous les espèces présentent dans le nanofil ainsi que la nature de siliciure obtenu. Ces méthodes restent à améliorer afin de résoudre le problème majeur que constitue la rupture des nanofils lors de l analyse. 1. Introduction Depuis leur découverte dans les années 1960, les nanofils sont passés du rang de curiosité scientifique à celui de nano-objet prometteur pour la fabrication de capteur, transistor ou d électrodes de batterie haute performance, pour deux principales raisons. A l heure actuelle, l industrie de la microélectronique parvient à une double limite, technologique et financière. Technologique parce que, d une part, la miniaturisation est aujourd hui telle que les dispositifs deviennent sensibles à des phénomènes qui en dégrade les performances (effets canal court, diminution du rapport I ON /I OFF, etc) ; mais aussi, d autre part, parce que la poursuite de la miniaturisation nécessite le perfectionnement des méthodes de fabrication utilisées, notamment au niveau de la lithographie, comme en témoignent les développements de la lithographie en UV profond ou en immersion, développement coûteux qui posent la question de la barrière économique.[1] Les nanofils présentent des propriétés remarquables vis-à-vis des phénomènes de relaxation élastique, de transport, de confinement électronique ou optique. Pour l électronique, le nanofil à grille enrobante est le cas idéal pour le contrôle électrostatique de la charge d inversion et donc la réduction ultime des dimensions du transistor. Etant donné ce fort potentiel, le développement de transistors à base de nanofils (NFs) est une voie privilégiée et participe à l attractivité des nanotechnologies. Au moins trois défis majeurs de la synthèse de nanofils et de la fabrication de dispositifs sont intimement liés à relever le défi d'analyser la composition des nanofils: (1) contrôle de la concentration de dopants intentionnels; (2) l'identification de contamination intentionnel, et (3) la formation d hétérojonctions abruptes. La réalisation de contact pour les nanofils et un autre défi. Les contacts sont obtenus classiquement par réaction entre le Si et le Ni qui permettent de former le monosiliciure NiSi qui est l'un des siliciures de plus basse résistivité et est compatible avec des jonctions peu profondes. En outre, les nanofils monocristalins de NiSi peuvent être obtenus à des dimensions ultra petites sans dégradation des propriétés électriques: conductivité remarquablement élevé pour le transport du courant. Il existe de nombreux systèmes de nanofils, dans lequel le type de porteur majoritaire a été contrôlé par dopage intentionnel mais dans tous les cas, la concentration réelle de dopant, la distribution, et la fraction de dopants actifs ne sont pas connus, de plus la présence d'atomes de catalyseur résiduel dans les nanofils obtenus par la méthode vapeur-liquide-solide (VLS), sont donc laissée à la spéculation. La composition et la brusquerie des interfaces d hétérostructures dans les nanofils sont importantes pour les propriétés et les performances de composants. Il existe des systèmes dans lesquels les interfaces abruptes peuvent être formées par VLS, mais ils semblent être l'exception plutôt que la règle. Pour caractériser complètement les hétérostructures produites par VLS et d autres techniques de croissance, une image en trois dimensions de la composition échelle nanométrique est nécessaire. La microscopie électronique à transmission et la tomographie peut fournir une capacité de cartographie de composition avec une limite de détection en général d'environ 1%. Cependant, on aimerait connaître la

2 position et l'identité de chaque atome dans un nanofil. En effet, très peu de techniques sont capables de caractériser les nanomatériaux. Une technique très prometteuse pour la microélectronique est la sonde atomique tomographique (SAT) [2] La sonde atomique est un microscope à projection dont le principe repose sur l effet de champ et la spectrométrie de masse à temps de vol. L échantillon taillé sous la forme d une pointe très fine, est porté à un potentiel V0 de plusieurs kilovolts. Le champ électrique ainsi généré au bout de la pointe est E0 = V0 / (βr), où R est le rayon de courbure de la pointe à son extrémité et β un facteur géométrique. Ce champ très élevé polarise les atomes de l échantillon situés à l extrême surface de la pointe et conduit à leur évaporation sous la forme d ions. En ajustant le potentiel et donc le champ appliqué, on peut évaporer de manière très contrôlée les atomes de surface, «éplucher» ainsi la pointe atome par atome et finalement l explorer en profondeur. Les atomes sont évaporés sous l action d impulsions haute tension Vp ou laser superposées au potentiel continu V0 appliqué à la pointe. C est l impulsion qui donne le point de départ, le signal fourni par le détecteur donnant le temps d arrivée. L ion diffusant vers le détecteur porte deux informations essentielles : sa trajectoire et sa vitesse. Sa trajectoire, et donc son point d impact sur l écran du détecteur, porte l information de position du site d émission en surface. La conservation de l énergie implique l équation bilan : ½ m v² = nev, avec m la masse de l ion, v sa vitesse, ne sa charge (e est la valeur positive de la charge de l électron) et V le potentiel de la pointe (le détecteur étant pris comme référence zéro du potentiel). La mesure du temps t = L/v où L est la distance entre l apex de la pointe et le détecteur mis par l ion pour aller de la pointe au détecteur permet de déterminer le rapport masse sur charge m/n de chaque ion détecté. Cette spectrométrie dit «à temps de vol» permet d identifier, par leur rapport m/n, les différents éléments chimiques présents dans la pointe. Les atomes de l échantillon sont ainsi détectés et positionnés en deux dimensions (x,y) sur le détecteur et identifiés chimiquement par leur temps de vol. Pour passer à la vision 3D, il faut faire une hypothèse supplémentaire : nous supposons que chaque atome dans la matière analysée occupe, en moyenne, le même volume atomique. Chaque atome détecté correspond ainsi en moyenne à la même érosion en profondeur (en z) de la pointe. Il suffit alors d incrémenter constamment la valeur en z en fonction du nombre cumulé d atomes détectés. Chaque nouvel atome reçu donne lieu à un incrément δz en profondeur dans l image 3D reconstruite atome par atome. Jusqu'à récemment, cette technique était limitée aux matériaux conducteurs, l utilisation récente des impulsions laser ultra rapide a ouvert le champ à l 'analyse des matériaux non-métalliques (semi-conducteurs, oxydes, ). L effet principal du laser est d augmenter la température de la pointe et d induire ainsi l évaporation. L énergie des impulsions doit bien sûr se dissiper ce qui va chauffer la pointe, mais si le temps entre chaque impulsions est suffisant (~ 1 ms), la pointe a alors le temps de retrouver sa température cryogénique (50 K) avant l impulsion suivante. Le but de ce travail est de trouver une méthode permettant de caractériser les nanofils à l aide de la sonde atomique tomographique. Les échantillons à analyser doivent être sous la forme d une pointe, taillée dans le nanofil ce qui peut être réalisé à l aide d un nano-usinage à double faisceau, Focussed Ions Beam dual beam (FIB dual beam). Il faut également trouver les bons paramètres pour ne pas flasher la pointe (température, énergie des impulsions laser, taux d évaporation ) afin d obtenir des résultats exploitables. Fig.1 : Principe de fonctionnement d une sonde atomique tomographique assistée par laser. Dans ce contexte, le travail de thèse repose sur l utilisation de ces deux instruments (FIB, SAT), dans le but de développer la technique de préparation des nanofils par FIB Dual Beam de dernière génération (Helios). Ce développement sera utilisé pour caractériser des nanofils par sonde atomique tomographique et pour comprendre à l échelle nanométrique la diffusion et la répartition des atomes dans les nanofils après croissance. Les nanofils présentés dans ce papier sont des nanofils de Si, dopé phosphore élaborés au CEA-LETI (Grenoble) par le mécanisme Vapeur-Solide-Liquide (VLS) avec un catalyseur Or (Au) pour analyser la distribution des dopants. Des nanofils de Si ont également été entourée par une couche de Nickel sert à étudier la siliciuration et la diffusion de Ni dans le nanofil et la comparer à celles obtenu dans les couches minces. 2. Méthode développé pour la préparation des échantillons Dans ce travail, nous avons principalement développé deux méthodes pour préparer les échantillons pour l analyse en sonde : - Méthode dite des nanofils droits - Méthode dite des nanofils couchés

3 En accessoire du FIB Dual Beam, nous avons un micromanipulateur appelé omni-probe (voir figure 2). Celui-ci va être utilisé afin de prélever un nanofil droit de l échantillon et ensuite de coller le nanofil sur une pré-pointe (voir figure 3). Dans la chambre sous vide, nous introduisons notre échantillon et un coupon (voir figure 4). Un coupon se compose de 36 pré-pointes et trois plots servant à se repérer. On peut ainsi fabriquer plusieurs pointes sans ouvrir et fermer la chambre du FIB Dual Beam entre chaque préparation. nanofil à sa base (voir figure 5 b et c). Le nanofil droit n est donc plus en contact avec l échantillon, mais collé sur l omni-probe (voir figure 5 d). Ensuite on approche le nanofil (ou l omni-probe) d une pré-pointe (voir figure 6 a et b). On colle le nanofil à la pré-pointe et on découpe l omni-probe (voir figure 6 c) afin que le nanofil ne tienne que sur la prépointe. Après il faut coller le nanofil sur tous les côtés de la pré-pointe pour éviter qu il ne tombe lors de manipulation du coupon (voir figure 6 d). Fig. 2 : Omniprobe (a) vue en FIB, (b) vue en MEB. Fig. 5 : (a) Approche de l omni-probe, (b) Collage du nanofil sur l omni-probe, (c) Découpe à la base du nanofil, (d) Nanofil sur l omni-probe. Fig. 3 : Pré-pointe (a) Vue de dessus, (b) Incliné de 30, (c) Zoom incliné à 45, (d) Zoom sur le plot support incliné à 45. Fig. 4 : Coupon (a) Vue du dessus, (b) Incliné à Méthode dite des nanofils droits La méthode est simple, on approche la pointe de l omni-probe d un nanofil droit, bien perpendiculaire au substrat et un peu isolé (voir figure 5 a). On les colle ensemble en déposant du platine (grâce à l injecteur de platine présent sur le Dual Beam) puis on coupe le Fig. 6 : (a) Approche du nanofil sur la pré-pointe vue en MEB, (b) Approche du nanofil sur la pré-pointe vue en FIB, (c) Nanofil collé sur la pré-pointe et omni-probe coupé, (d) Nanofil sur la pré-pointe. Enfin, on peut soit laisser le nanofil tel qu il est (si le diamètre est assez petit, soit environ 100 nm) soit former une pointe, en le taillant avec des cercles concentriques et/ou balayant en continu le dessus du nanofil avec le FIB. Les ions ainsi envoyé vont nettoyer toute la surface du nanofil.

4 2.2. Méthode dite des nanofils couchés Pour les nanofils couchés, on effectue la méthode utilisée habituellement pour former des pointes à partir d un échantillon pleine plaque. Il s agit de nano-usiner in-situ par FIB (sous contrôle de la colonne électronique) l échantillon dans une région choisie, puis d extraire un coin de quelques micromètres de côté pour ensuite le «coller» sur une pré-pointe qui sera infine aminci sous la forme d une pointe (technique dite lift-out) Création d un «wedge» On effectue un dépôt de platine sur la zone à extraire (voir figure 7 a) afin de la protéger contre les différentes contaminations possibles (gallium ). Ensuite on découpe un rectangle de chaque côtés du nanofil ainsi qu un côté vertical (voir figure 7 b, c et d). De ce fait, on crée un «wedge» qui n est maintenue que sur un seul côté de l échantillon. Fig. 8 : (a) Approche de l omni-probe vue en MEB, (b) Approche de l omni-probe vue en FIB, (c) Wedge collé à l omni-probe, (d) Extraction du wedge vue en MEB Collage du wedge sur des pré-pointes On approche le wedge (ou l omni-probe) de la prépointe (voir figure 9 a) ; on colle le morceau du wedge qui est en contact avec la pré-pointe puis on découpe le wedge (voir figure 9 b). Un petit morceau du wedge est alors collé à la pré-pointe (voir figure 9 c et d). Il faut ensuite répéter cette opération jusqu à la fin du wedge, afin d obtenir environ six morceaux préparés. a) b) Fig. 7 : (a) Dépôt de platine, (b) Première découpe en haut, (c) Deuxième découpe de l autre côté, (d) Troisième découpe sur un côté vertical Récupération du wedge avec l omni-probe On avance l omni-probe très doucement du wedge côté vertical déjà coupé (voir figure 8 a et b), lorsqu elle est en contact on la colle au wedge en déposant du platine (voir figure 8 c), puis on découpe le dernier côté qui maintient le wedge à l échantillon. Ainsi le wedge est extrait de l échantillon et est collé à l omni-probe (voir figure 8 d et e). c) d) Fig. 9 : a) Approche du wedge, (b) Morceau du wedge collé à la pré-pointe, (d) Morceau du wedge sur la pré-pointe vue en MEB Taille en forme de pointe Tout d abord on coupe le morceau du wedge en forme de cône avec des cercles concentriques de plus en plus petits. Enfin, l étape final consiste à balayer en continue la pointe ainsi formée avec le FIB pour envoyer des ions de partout sur la surface.

5 Fig. 10 : (a) Commencement de la découpe avec un premier cercle, (b) Fin de la découpe avec un premier 3. Problématiques et résultats obtenus de la sonde Beaucoup de paramètres rentrent en jeux dans l analyse des échantillons à la sonde atomique tomographique, notamment la forme et les dimensions de la pointe de nanofil formée. De plus, la disposition des nanofils dans l échantillon ainsi que leurs dimensions, entrainent différentes difficultés notamment pour l élaboration d une pointe. Le plus grand obstacle à l analyse des nanofils, est la durée de vie des pointes car celles-ci sont très fragiles et peuvent donc casser rapidement. La fragilité des pointes est due à plusieurs phénomènes, dont leurs dimensions et leurs environnements. La profondeur analysée de la pointe est pour l essentiel, limitée par la durée de vie de la pointe émettrice. Sous l action du champ électrique et de la pression électrostatique résultante, presque toutes mes pointes finissent par casser au bout de quelques heures voir quelques minutes dans les cas défavorables. Les mécanismes sont mal connus mais on peut évoquer la fatigue sous l effet des impulsions appliquées périodiquement. En plus des difficultés de préparation de l échantillon à l aide du FIB, lors des analyses, nous devons optimiser différents paramètres : température, taux d évaporation, énergie des impulsions laser. Tous ces paramètres dépendent essentiellement de l échantillon à analyser. Concernant la température, plus celle-ci est basse (environ 20 K) plus le matériau sera fragile et donc sera susceptible de casser, plus la température est haute (environ 100 K) moins le spectromètre de masse sera de bonne qualité. C est pour cela que nous avons choisi une température de 50 K pour effectuer toutes nos analyses. Le taux d évaporation est choisi très faible (0.20 %) au début de chaque analyse, pour éviter de faire casser la pointe et est mis légèrement plus fort (environ 0.40 %) lorsque l analyse commence à bien fonctionner, c est-à-dire qu elle se stabilise, pour que l expérience sont plus rapide. Pour l énergie des impulsions laser cela dépend de nos échantillons. Pour les nanofils de silicium couchés nous avons choisis lors des premières analyses une énergie de 0.6 nj. Cependant, le spectre de masse ainsi obtenu présentais beaucoup de pic (ions détecté avec du bruit), nous avons donc augmenté l énergie des impulsions laser à 0.8 nj pour les analyses suivantes. Jusqu à maintenant on a fait les analyses sur des nanofils Silicium dopé Phosphore élaboré par le mécanisme VLS. On a utilisé la méthode standard pleine plaque pour les nanofils couchés. Les nanofils sont couchés sur un substrat Silicium couvert par une couche de Ni contenant 2% Platine. Après une autre couche protectrice de 100 nm de Ni a été mis en dessus des nanofils par pulvérisation cathodique. Tout l échantillon est chauffé dans un four sous vide (10-7 mbar) à 200 C pour 1 heure dans le but d avoir des siliciures au niveau des nanofils. Après préparation de la pointe à l aide du FIB comme mentionné avant, on l a obtenu la forme suivante (Fig. 11) Fig. 11 : Image SEM de la pointe préparé par le FIB, nanofil siliciuré enrobé par le Ni Avec la sonde atomique tomographique, pendant quelques heures d analyse avant que la pointe sera cassée, on a pu obtenir après reconstruction des données, la répartition des atomes dans le nanofil analysé. (Fig. 12, Fig. 14) et cela, comme expliquer avant, c est à l aide de spectre de masse qui donne le rapport masse/nombre de charge des ions et aide à identifier la nature de chaque ions. (Fig. 13) Fig. 12 : Image Construit à l aide de la Sonde représente la moitié du nanofil.

6 En plus de la visualisation de la répartition des dopants Phosphore (Fig. 12), on a pu détecter la répartition des atomes d or provenant du catalyseur utilisé lors de la croissance des nanofils (Fig. 14). Fig. 13 : Spectre de masse des ions constituants l échantillon. Fig. 14 : Même image que 12, autre angle de rotation, cet image montre les atomes Au qui contaminent le nanofil. Avec les profils de concentration on arrive à déterminer les phases obtenues lors de la siliciuration. Dans notre cas on peut voir sur le profil de concentration (Fig. 15) que l on a commencé l analyse avec Ni 100%, ensuite on a la présence d autres espèces (SiO ) en analysant suivant la direction z selon le cylindre qui doit correspondre à la présence de d oxyde ou d oxygène adsorbé. Lorsqu on arrive dans le siliciure on remarque que la concentration de Ni diminue de 100% à 66%, et la concentration de Si augmente de 0% à 33% : concentration de Ni est deux fois celle de Si ce qui permet d identifier le siliciure Ni 2 Si. Après lorsqu on est dans le Si du nanofil la concentration de Si est 100% et celle de Ni tend vers 0%. On a donc l empilement Ni/SiO/Ni 2 Si/Si. 4. Conclusion Ce travail illustre les difficultés rencontrées lors de l élaboration des pointes au FIB Dual Beam ainsi que lors des analyses à la sonde atomique tomographique. Un des problèmes principaux est le fort taux de rupture des pointes. Malgré ces problèmes on est parvenu à analyser quelques nanofils. On a pu prouver, grâce à la détection d atomes d or, de phosphore, et le profil de concentration, qu on est bien arrivé à obtenir la reconstruction d une pointe de nanofil et des siliciures. Les perspectives sont d améliorer la méthode de préparation des pointes avec le FIB pour minimiser leur fracture et d adapter les paramètres de la sonde pour augmenter la durée de vie de l échantillon lors de l analyse. La maitrise de ces méthodes, nous permettons d analyser les nanofils dans deux directions complémentaires (par les deux méthodes nanofils droits et couchés) afin d élargir notre connaissance à propos des répartitions des dopants, des siliciures, et la diffusion dans les nanofils. 5. Reference [1] V. Schmidt, J.V. Wittemann, S. Senz, and U. Gösele, Silicon Nanowires: A Review on Aspects of their Growth and their Electrical Properties, Advanced Materials 21, (2009). [2] D.E. Perea, J.L. Lensch, S.J. May, B.W. Wessels, and L.J. Lauhon, Composition analysis of single semiconductor nanowires using pulsed-laser atom probe tomography, Applied Physics A 85, (2006). Fig. 15 : Profile de Concentration des espèces selon le cylindre et suivant la direction z.

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Circuits intégrés micro-ondes

Circuits intégrés micro-ondes Chapitre 7 Circuits intégrés micro-ondes Ce chapitre sert d introduction aux circuits intégrés micro-ondes. On y présentera les éléments de base (résistance, capacitance, inductance), ainsi que les transistors

Plus en détail

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T

S.A. au capital de 352 275.- euros r.c.s. Versailles B 331 815 266 00035 code NAF 511T 9 Rue de la Gare 78640 Villiers Saint Frédéric Tel : 01 34 89 68 68 Fax : 01 34 89 69 79 APPAREIL DE TEST DE DURETE, ADHERENCE RESISTANCE à LA TRACTION, FLEXION, ARRACHEMENT.. L appareil ROMULUS se compose

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients

Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients Préparation de lame TEM dans un FIB principe, avantages, inconvénients B. Domengès Journée scientifique annuelle de l Institut de Recherche sur les matériaux avancés 28 juin 2012 - Caen Plan Introduction

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

Microscopie à force atomique

Microscopie à force atomique Microscopie à force atomique DETREZ Fabrice Table des matières 1 Principe 2 2 Analyse structurale 3 3 Interactions pointes surfaces 4 4 Boucle d asservissement et contrastes 6 5 Traitement des Images 8

Plus en détail

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Brice Gautier, Antoine Brugère, Wael Hourani, Octavian Ligor, Antonin Grandfond, Alexis Borowiak, David Albertini, Armel

Plus en détail

Propriétés électriques des semiconducteurs

Propriétés électriques des semiconducteurs Chapitre 1 Propriétés électriques des semiconducteurs De nombreux composants électroniques mettent à profit les propriétés de conduction électrique des semiconducteurs. Ce chapitre décrit comment un semiconducteur

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces»

Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Guillaume MONIER Institut Pascal UMR 6602 UBP- CNRS Equipe «Surfaces et Interfaces» Plan de la présenta-on : 1- Microscopie électronique : - Microscope électronique à Balayage (MEB) - Microscope électronique

Plus en détail

VOITURE SOLAIRE. Éducation à la technologie Moyen de transport

VOITURE SOLAIRE. Éducation à la technologie Moyen de transport 2012 Éducation à la technologie Moyen de transport Ministère de l Éducation du Nouveau-Brunswick en collaboration avec le département d Électronique CCNB-Campus de Bathurst A. CONTEXTE TECHNOLOGIQUE Situation

Plus en détail

C.F.A.O. : Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur.

C.F.A.O. : Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur. C.F.A.O. : Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur. La CFAO réunit dans une même démarche informatique les actions de conception et de fabrication d un objet. La technique utilisée permet à

Plus en détail

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge Conception de microsystèmes à base d actionneurs en SU8 pour la manipulation de micro-objets en milieu liquide et transfert vers un milieu quasi-sec * * * Annexes Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge soutenue

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses.

Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. Le monde nano et ses perspectives très prometteuses. I/ Présentation du monde nano. Vidéo «Science Suisse : Christian Schönenberger, nano-physicien», 12 min. «Christian Schönenberger conduit le Swiss Nanoscience

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Microélectronique Les technologies 3D au CEA-Leti mai 2011

Microélectronique Les technologies 3D au CEA-Leti mai 2011 DOSSIER DE PRESSE Microélectronique Les technologies 3D au CEA-Leti mai 2011 CONTACTS PRESSE : CEA / Service Information-Media Stéphane LAVEISSIERE Tél. : 01 64 50 27 53 - stephane.laveissiere@cea.fr Vincent

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

Annexe F Microscopie à Force Atomique

Annexe F Microscopie à Force Atomique Annexe F Microscopie à Force Atomique 1 Introduction...211 2 Instrumentation...212 2.1 Le levier... 212 2.2 La pointe... 213 2.3 La tête optique... 214 2.4 La céramique piézoélectrique... 214 3 Le mode

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

Où sont-elles? Presque partout

Où sont-elles? Presque partout Les puces Vision historique Fabrication Les circuits numériques Les microprocesseurs Les cartes à puces Les puces d identification Controverses Questions Les puces Où sont-elles? Presque partout Où ne

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

A PROPOS DE NANOWORLD

A PROPOS DE NANOWORLD A PROPOS DE NANOWORLD La Nanotechnologie est notre spécialité. La précision, notre tradition. L innovation est notre raison de vivre. C est pourquoi nous nous sentons particulièrement bien en Suisse, une

Plus en détail

Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info. Octobre-décembre 2005. 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des terminaux

Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info. Octobre-décembre 2005. 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des terminaux TP 3. Étude des diodes Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Étude préliminaire 1.1 Contrôle d intégrité d une diode et reconnaissance des

Plus en détail

contributions Les multiples de la chimie dans la conception des tablettes et des Smartphones Jean-Charles Flores

contributions Les multiples de la chimie dans la conception des tablettes et des Smartphones Jean-Charles Flores Les multiples contributions de la chimie dans la conception des tablettes et des Smartphones Jean-Charles Flores Jean-Charles Flores est spécialiste de l électronique organique au sein de la société BASF

Plus en détail

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012

Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 ARNANO Le hiéroglyphe du 3 ème millénaire. Association Aristote Groupe PIN Projets de technologies innovantes pour les supports de stockage 22 mars 2012 Conservation sécurisée à très long terme de documents

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies.

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. LUDIVINE TASSERY 1ere S 5 Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. Lors de la seconde visite, Monsieur PAREIGE, nous a parlé des nanotechnologies et

Plus en détail

a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement

a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement Sílvia Martín de Nicolás Résumé La diminution du coût des cellules photovoltaïques en silicium cristallin (c-si) passe par une

Plus en détail

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL

APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION IONIQUE POUR LE BIOMEDICAL Ion Beam Services ZI Peynier / Rousset Rue G. Imbert Prolongée 13790 Peynier, France Tel. : +33 4 42 53 89 53 Fax : + 33 4 42 53 89 59 Email : frank.torregrosa@ion-beam-services.fr APPLICATIONS DE L'IMPLANTATION

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque

Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque I- Présentation Notions de base sur l énergie solaire photovoltaïque L énergie solaire photovoltaïque est une forme d énergie renouvelable. Elle permet de produire de l électricité par transformation d

Plus en détail

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin»

MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» MEB-FEG Fort courant ZEISS «Merlin» Exemple d application : quantification de monocouches de ségrégation par WDS Frédéric hristien, Pawel Nowakowski, Yann Borjon-Piron, René Le Gall LGMPA - Polytech Nantes

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW.

Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW. Réalisation et automatisation d un banc de mesure de résistance pour capteurs de gaz, sous le logiciel LabVIEW. Minh-Tri Ta (1) (2), Ouafae Bennis (1) (3), Zitouni Messai (2), Toufik Mouet (2), Valérie

Plus en détail

Les outils de la nanotechnologie:

Les outils de la nanotechnologie: Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos Les outils de la nanotechnologie: Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année (2013-2014) (1) Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

HPT High Power Technology

HPT High Power Technology HPT High Power Technology High Power Technology MM-0008 pour une efficacité optimale Quand la puissance rime avec finesse Jamais les défis dans un monde en évolution permanente comme la microélectronique

Plus en détail

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance

Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les nanotubes de carbone : 1. Structure et croissance Les différentes formes de carbone sp 2 Structure des nanotubes mono-feuillets Structure électronique des nanotubes mono-feuillets Modèle de croissance

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique en transmission (M.E.T.)

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

silicium moteurs de l amélioration de la performance en microélectronique Les nouveaux matériaux, D après la conférence de Didier Lévy

silicium moteurs de l amélioration de la performance en microélectronique Les nouveaux matériaux, D après la conférence de Didier Lévy Les nouveaux matériaux, moteurs de l amélioration de la performance en microélectronique silicium D après la conférence de Didier Lévy Didier Lévy est ingénieur diplômé de l École Nationale Supérieure

Plus en détail

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION

DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION Documentation technique DOCUMENT RESSOURCE SONDES PRESENTATION SEP du LPo N-J Cugnot 93 Neuilly/Marne LE CALCULATEUR Il est placé dans le boîtier à calculateurs, sur le passage de roue avant droit. Les

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2015-2016 GYROSCANFIELD Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide. Il est fabriqué

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques GDR Verres GDR 3338 Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

La plate-forme Caractérisation CIM PACA

La plate-forme Caractérisation CIM PACA La plate-forme Caractérisation CIM PACA Un partenaire de choix pour la caractérisation chimique de vos matériaux Partenaires: Qui sommes-nous? La plate-forme Caractérisation CIM PACA est une association

Plus en détail

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure

UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure UNIVERSITE MOHAMMED V Rabat Ecole Normale Supérieure APPEL D OFFRES OUVERT SUR OFFRES DE PRIX 08/ENS/24 BORDEREAU DES PRIX-DETAIL ESTIMATIF Lot n 2 : Achat et installation de matériel pour l enseignement

Plus en détail

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi

GYROSCANFIELD. Courbe radar de l objet sous test. Comparaison mesure et simulation d une antenne WiFi Produits 2014-2015 GYROSCANFIELD PRÉSENTATION Le Gyroscanfield permet de mesurer et de visualiser en 3D et en temps réel le rayonnement électromagnétique d un objet sous test de manière simple et rapide.

Plus en détail

Voir dans le nanomonde

Voir dans le nanomonde Voir dans le nanomonde Spectroscopie La lumière visible permettra-t-elle de «voir» les atomes? Fréquence micro onde Infrarouge Visible et UV Rayon X réaction des molécules rotation vibration des liaisons

Plus en détail

Les rencontres scientifiques du vendredi

Les rencontres scientifiques du vendredi Les rencontres scientifiques du vendredi Un élément de l Animation Scientifique de l axe 2 Techniques & Méthodes : Mesurer la taille des Particules Natalia Nicole Rosa Doctorante de l Axe 2 UMR IATE 29

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

Le polissage par laser

Le polissage par laser B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 B U L L E T I N T E C H N I Q U E N 4 1 Le polissage par laser Contexte Un traitement de surface est généralement réalisé dans le but d améliorer les caractéristiques

Plus en détail

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France

Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Technologie de fabrication des pointes AFM et leur utilisation en mode électrique Gilbert GILLMANN NanoAndMore France Initiation à la Microscopie à force atomique - Spécialisation électrique 12 Mars 2008

Plus en détail

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V

INTRODUCTION. I.1-Propriétés des matériaux III-V INTRODUCTION L'importante croissance des semi-conducteurs au niveau mondial est liée au fait que ces matériaux forment la base de la révolution technologique de ces quarante dernières années dans le domaine

Plus en détail

Cours 1. Bases physiques de l électronique

Cours 1. Bases physiques de l électronique Cours 1. Bases physiques de l électronique Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ACSI à l UPMC Octobre-décembre 2005 1 Champ électrique et ses propriétés Ce premier cours introduit

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage Qu est est-ce que le TELEGONFLAGE? C est

Plus en détail

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007

Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses. Guillaume Martinez 17 décembre 2007 Vision industrielle et télédétection - Détection d ellipses Guillaume Martinez 17 décembre 2007 1 Table des matières 1 Le projet 3 1.1 Objectif................................ 3 1.2 Les choix techniques.........................

Plus en détail

Comment créer votre propre lampes LED

Comment créer votre propre lampes LED Comment créer votre propre lampes LED Intro Un tutorial pour faire fabriqué des ampoules LED comme à l usine. Après de nombreuses tentatives pour faire toutes sortes de conversions LED, j ai enfin trouvé

Plus en détail

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC)

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Faculté Polytechnique Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Prof. André DECROLY Dr Abdoul Fatah KANTA andre.decroly@umons.ac.be Service de

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

Scanner de film numérique

Scanner de film numérique HD-CR 35 NDT Le nouveau standard de la radiographie numérique avec la technologie TroisFocales Scanner de film numérique Données techniques HD-CR 35 NDT Taille ajustable des spots laser : 12,5-25 - 50

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Le nouveau programme en quelques mots :

Le nouveau programme en quelques mots : Le nouveau programme en quelques mots : Généralités Le programme est constituéde trois thèmes qui doivent tous être traités. L ordre de traitement des trois thèmes est libre, tout en respectant une introduction

Plus en détail

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure

Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure J. Phys. IV France 1 () 53-58 EDP Sciences, Les Ulis DOI: 1.151/jp:17 Étude électrochimique des systèmes binaires et ternaire engageant les éléments bismuth, antimoine et tellure D. Del Frari, S. Diliberto,

Plus en détail

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr E. Rousseau, J-J Greffet Institut d optique Graduate School S. Volz LIMMS, UMI CNRS University of Tokyo, EM2C A. Siria, J. Chevrier Institut Néel-CNRS Grenoble F. Comin ESRF Grenoble Emmanuel.rousseau@institutoptique.fr

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Notice d emploi Dynamomètre PCE-FM 1000

Notice d emploi Dynamomètre PCE-FM 1000 2, Rue du Saumon 67000 Strasbourg France Tel.: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr Notice d emploi Dynamomètre PCE-FM 1000 TABLE DE MATIÈRES 1. Propriétés 2. Spécifitions 3.

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent

Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Microscopies en champ proche ou à sonde locale Gilles Parent Nancy, 26 avril 2012 Introduction, historique STM (Scanning tunneling Microscope, microscope à effet tunnel électronique) : Binnig et Rohrer

Plus en détail

L actu de la Centrale de

L actu de la Centrale de L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE Centrale de Technologie Universitaire Volume 1, numéro 1 Printemps 2007 Microsystèmes Imageries Nanosciences Enseignement Recherche Valorisation

Plus en détail

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E

P ô l e C N F M d e T O U L O U S E INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE TOULOUSE INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE LABORATOIRE D'ANALYSE ET D'ARCHITECTURE DES SYSTEMES UNIVERSITE PAUL SABATIER A T E L I E R I N T E R U

Plus en détail

Les cartes à puce. Sécurités et Attaques.

Les cartes à puce. Sécurités et Attaques. Programme Transversal SEFSI Projet Supports Amovibles Légers et Sécurisés Les cartes à puce. Sécurités et Attaques. Pierre Dusart dusart@unilim.fr et http:/damien.sauveron.free.fr/ 3 Mai 2005 Plan 1) La

Plus en détail

Détection de fuite hélium Aspect Mesure

Détection de fuite hélium Aspect Mesure Détection de fuite hélium Aspect Mesure Préparé par : F.Rouveyre Date : 24 Octobre 2012 La détection de fuite La détection de fuite par spectrométrie de masse à gaz traceur a plus de 50 ans. Même si cette

Plus en détail