Brevets et logiciels : innovations à saisir!

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Brevets et logiciels : innovations à saisir!"

Transcription

1 LE JOURNAL DE LA RECHERCHE ET DU TRANSFERT DE L ARC JURASSIEN Le dossier ////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Brevets et logiciels : innovations à saisir! ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Optique : miroirs de précision pour rayon lumineux d un nouveau genre Recherche et ingénierie cellulaire : des échanges de bons procédés VariaPower, une innovation, une entreprise, un parcours exemplaire L Arc du Jura sous surveillance GPS numéro mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////

2 Le sommaire ///////////////////////////////////////////////////////////////////////// Les Actualités /////////////////////////////////////////////////////////////////// 3 Optique : miroirs de précision pour rayon lumineux d un nouveau genre Traitements de surface en plusieurs couches Formation InnovENT-E pour les PME-PMI Risque et vulnérabilité L idéalisation de l autre - Faire un modèle d un antimodèle CORIA, conférence en recherche d information et applications Journées bisontines de didactique et d épistémologie Relations franco-allemandes - Nouvelles réflexions et perspectives de recherche L avènement juridique de la victime Tricoat III - Finishair Rendez-vous avec la philosophie des sciences à Besançon «Les prairies : biodiversité et services écosystémiques» «La décision d habiter ici ou ailleurs» «Les chaîniers français» le transfert ////////////////////////////////////////////////////////////////////// 9 VariaPower, une innovation, une entreprise, un parcours exemplaire le laboratoire ///////////////////////////////////////////////////////////////// 10 Recherche et ingénierie cellulaire : des échanges de bons procédés terre d inventeurs ////////////////////////////////////////////////////////// 12 L Arc du Jura sous surveillance GPS Le Dossier //////////////////////////////////////////////////////////////////////// 14 Brevets et logiciels : innovations à saisir! ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

3 les actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Optique : miroirs de précision pour rayon lumineux d un nouveau genre IBS pour Ion Beam Sputtering, ou pulvérisation par faisceau d ions : c est une technologie de pointe qui entre au laboratoire Temps-Fréquence de l université de Neuchâtel. Ce nouvel équipement donne la possibilité aux chercheurs de fabriquer des miroirs ultraprécis dans le cadre de la mise au point d une nouvelle source de lumière, comparable à un laser et capable d effectuer des mesures dans l ultraviolet extrême. Une partie du spectre électromagnétique encore peu explorée, mais une voie prometteuse pour l imagerie, le temps-fréquence ou la caractérisation des nanostructures. Le principe de ce rayon repose sur l émission de flashes d une brièveté de l ordre de la femtoseconde, une échelle qui dépasse l entendement puisqu on raisonne ici en millionième de milliardième de seconde! Une telle finesse exige en retour la même précision des miroirs, qui interviennent dans le contrôle de la réflexion, de la transmission et de la dispersion du faisceau lumineux. Un défi que la technologie IBS, en obtenant des surfaces réfléchissantes par superposition de couches d atomes, est à même de remporter. Cet équipement dote l université d un atout supplémentaire pour faire de Neuchâtel le Centre suisse de recherche en métrologie optique et photonique intégrée. Un savoir-faire unique, offert à la collaboration scientifique à l intérieur et au-delà des frontières helvètes. Thomas Südmeyer, physicien et directeur du laboratoire, a obtenu francs suisses du Fonds national de la recherche suisse pour cette acquisition, un financement intervenant huit mois seulement après la bourse qu il a reçue de la part du Conseil européen de la recherche (ERC), d un montant de 1,8 million de francs suisses. ÆContact : Thomas Südmeyer - Laboratoire Temps-Fréquence - Université de Neuchâtel - Tél. (0041/0) /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Traitements de surface en plusieurs couches Le programme des formations 2013 à l UTBM «Science, technologie et applications» est la racine commune à toutes les formations offertes par le laboratoire LERMPS au sein de l IRTES, l unité propre de recherche de l UTBM. S appuyant sur un savoir-faire éprouvé et des équipements de dimension industrielle, le laboratoire est à même de répondre aux besoins de formation des industriels en matière d élaboration de traitements de surface par voie sèche, selon différents procédés : Projection thermique (site de Sevenans) - Formation des dépôts et propriétés (13-15 mars) - Procédures et mises en œuvre (10-12 avril) - Caractérisation, contrôles et diagnostics (29-31 mai) - Formation pratique aux techniques de projection thermique (19-21 juin) - Industrialisation (25-27 septembre) - Applications et études de cas réels (16-18 octobre) - Cinématique de projection et applications robotisées (20-22 novembre) - Travaux pratiques : mise en œuvre de différents procédés de projection (11-13 décembre) Dépôts physiques en phase vapeur (site de Montbéliard) - Introduction aux technologies de dépôt en phase vapeur (27-29 mars) - Procédés sous vide : une prestation industrielle - procédures et mise en œuvre (15-17 mai) - Technologies PVD - pulvérisation cathodique magnétron (2-4 octobre) - Caractérisations des couches minces (23-25 octobre) - Travaux pratiques - vide - pulvérisation cathodique magnétron (27-29 novembre) Fabrication rapide (site de Sevenans) - Apprentissage et généralités d utilisation du procédé de fabrication rapide par microfusion laser sur lit de poudre (4-6 septembre) Ces formations se complètent d une formation à distance «bases théoriques de la projection thermique». Des stages sont également proposés à la carte, pour répondre à des besoins spécifiques : dans l entreprise pour une formation de groupe par un spécialiste mis à disposition ; sur sites en réunissant des participants issus de différentes sociétés. ÆContact : Martine Coddet - UTBM - Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 3

4 les actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Formation InnovENT-E pour les PME-PMI À l heure où l innovation et l export s annoncent des maîtres-mots pour assurer une évolution favorable aux PME et PMI, le projet de formation InnovENT-E, fondé sur ces deux aspects stratégiques et dédié à la petite entreprise, emporte l adhésion : il est lauréat, au titre des investissements d avenir, de l appel à projets IDEFI, les Initiatives d excellence en formations innovantes. De niveau bac + 2 à bac + 8, les formations InnovENT-E s adressent aux cadres et futurs cadres de la petite entreprise, impliqués dans une démarche d innovation et de plan de développement à l international, et intègrent les dimensions scientifique, technique, managériale, environnementale et comportementale nécessaires pour répondre à ces objectifs. Des formations souples et accessibles sur tout le territoire national, par la voie de la formation initiale sous statut étudiant ou apprenti, et de la formation continue pour les salariés, répondant ainsi à un besoin évident de tout un pan de l activité économique française. InnovENT-E est portée par le groupe INSA (Institut national des sciences appliquées), le réseau des UT (universités de technologie), l université de Lorraine et le CESI (Centre des études supérieures industrielles). Elle fait partie des trente-sept projets IDEFI retenus sur quatre-vingt-treize et reçoit une dotation de l État de 5,5 millions d euros sur six ans. ÆContact : Oumaya Baala - Coordinateur InnovENT-E - UTBM - Tél. (0033/0) /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Risque et vulnérabilité Les 21 et 22 mars 2013 à Besançon Risque et vulnérabilité, ces deux notions se combinent dans une multitude de situations très différentes, aux accents plus ou moins dramatiques. Le colloque organisé sur ce thème par le laboratoire C3S de l université de Franche-Comté sera jalonné de points de repère et d éléments de contextualisation, avant de traiter de cas concrets dans toute leur diversité : adolescence et toxicomanie, mal-être des élèves décrocheurs, sécurité du personnel soignant en milieu hospitalier, autonomie des personnes âgées vivant en établissements spécialisés, santé au travail Avec pour mots-clés menace, danger, catastrophe, peur ou victime, le sujet de ces deux journées ne prête pas à sourire mais fera preuve d un certain optimisme avec des questions comme «Pourquoi continuer à affirmer que le risque zéro n existe pas?» Le concept, manifestement en phase avec bien des questions de société et de débats d actualité, prendra toute sa signification sous l analyse croisée de différentes approches disciplinaires. La manifestation est ouverte au grand public sur inscription. L idéalisation de l autre Faire un modèle d un antimodèle Les 22 et 23 mars 2013 à Besançon Comment imaginer que les sociétés antiques, remarquables à plus d un titre, convaincues de leur supériorité et érigées en modèles aient parfois douté d ellesmêmes? Pourtant les Grecs et les Romains ont bien emprunté à d autres, et ce jusqu à complète intégration, pour dépasser leurs propres limites et améliorer leurs systèmes. Ainsi des formes d organisation sociale, des modèles de pensée ou encore des références en matière d art de la guerre ont su piquer la curiosité des plus grands. L exemple de l équipement de l armée romaine, tirant enseignement de ses défaites, en est une illustration notoire : le légionnaire voit sa panoplie s enrichir de l arsenal même qui a causé la perte de ses compagnons d infortune. L assimilation est réussie au point que, loin de paraître dénaturé, ce nouvel «être militaire» pourtant métissé devient un emblème et un ambassadeur de la puissance romaine. La question de l intérêt pour l identité de l autre, et de la reproduction pour soi de certaines de ses facettes de manière à les faire siennes, est au cœur du colloque organisé à Besançon et ouvert à tous sur inscription. ÆContact : Annick Rousseaux Laboratoire C3S - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) ÆContact : Antonio Gonzales ISTA Institut des sciences historiques de l Antiquité Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

5 les actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// CORIA Conférence en recherche d information et applications Du 3 au 5 avril 2013 à Neuchâtel Explosion du web et de l informatique nomade : la recherche d information est plus que jamais d actualité et se prête à une activité scientifique dont CORIA propose d offrir une synthèse régulière depuis dix ans. De l extraction de données à partir de documents multimédias jusqu à la gestion de l interface homme - machine pour accéder à l information, le domaine semble, à l image du net, sans limites. En témoigne la diversité des thématiques abordées au cours de la manifestation organisée à Neuchâtel en avril prochain. Il sera question de traitement automatique des langues, d analyse de blogs et de détection d opinion, d ingénierie des connaissances, d indexation ou encore de bancs d essais de systèmes. Et d appréhender les multiples facettes de la recherche d information, tour à tour qualifiée de génomique, géographique, mobile, multilingue CORIA intéressera autant les industriels que les chercheurs, confirmés ou doctorants, pour lesquels sont organisées en parallèle les 8 e rencontres jeunes chercheurs en recherche d information. ÆContact : Jacques Savoy Institut d informatique - Université de Neuchâtel Tél. (0041/0) //////////////////////////////////////////////////////////////// Journées bisontines de didactique et d épistémologie Les 4 et 5 avril 2013 à Besançon Dessins et raisonnements, figures géométriques et syllogismes Depuis Euclide et la Grèce antique, la démonstration est la technique de prédilection des mathématiques. Il n en reste pas moins que les collégiens, lycéens et étudiants d aujourd hui ont encore des difficultés avec la notion de preuve. Quels enseignements peut-on tirer des recherches historiques pour leur venir en aide? La logique, quant à elle, s apprend difficilement en tant que matière. Étroitement corrélée aux mathématiques, elle devrait s appuyer davantage sur cette discipline et tirer parti de ses activités pour favoriser le développement du raisonnement chez les élèves. Ces questions seront largement abordées au cours de journées de réflexion organisées à Besançon, et tournées vers la philosophie et l enseignement des mathématiques dans le secondaire. Un colloque ouvert aux chercheurs, enseignants et étudiants et à toute personne intéressée par le sujet, sur inscription. ÆContact : Stefan Neuwirth - Philippe Le Borgne Laboratoire de mathématiques / IUFM de Franche-Comté Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) / / //////////////////////////////////////////////////////////////// Relations franco-allemandes Nouvelles réflexions et perspectives de recherche Le 5 avril 2013 à Besançon Fortement inscrites dans l histoire et la culture collective des deux pays, les relations tissées entre la France et l Allemagne font l objet de nombreuses recherches depuis plusieurs décennies de part et d autre de la frontière. La journée d étude organisée à Besançon propose de nouvelles réflexions tout en s appuyant sur les travaux déjà réalisés. Les regards croisés de spécialistes français et allemands en langues comme en histoire s attarderont sur des supports de communication actuels, comme En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 5

6 les actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// la jeune revue Paris-Berlin ou des récits de voyage effectués au cœur de la nouvelle Allemagne. Les relations franco-allemandes et surtout leurs représentations seront ensuite interprétées de façon originale selon des registres empruntant tour à tour à l humour, la caricature, notamment avec une étude du couple Merkozy dans la presse de 2007 à 2012, ou encore la violence. Cette manifestation intervient symboliquement à l occasion du cinquantenaire de la signature du traité sur la coopération franco-allemande et de celui de la création de l Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ). ÆContact : Stéphanie Krapoth Laboratoire des sciences historiques Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) //////////////////////////////////////////////////////////////// L avènement juridique de la victime Les 11 et 12 avril 2013 à Besançon Depuis trente ans, la victime, au sens du droit, prend un nouveau visage. Auparavant déterminée par le travail et la décision de justice, où elle apparaît presque secondaire, elle occupe désormais une figure centrale, devenue omnipotente et partout protégée, des prétoires aux associations en passant par les médias. Sa force, s amplifiant avec l intensité du préjudice subi, supposé ou réel, s impose au droit et place la notion de réparation devant celle de vérité, bouleversant des règles établies depuis le Moyen-Âge chrétien, jusqu à transformer les structures profondes du système judiciaire en France. Indubitablement légitime, la victime n en demeure pas moins ambiguë, se confondant parfois avec le coupable. Un coupable d actes dont il a lui-même déjà été victime, coupable devenu victime de l institution judiciaire ou pénitentiaire, coupable victime d un plus fort que lui... plus que sa place, c est le contenu du statut de la victime qu il convient de bien définir, tout comme ses autres dimensions, pour l aborder de la manière la plus juste possible et mieux la qualifier juridiquement. Une réflexion à laquelle s attacheront la philosophie, le droit, l anthropologie et l histoire au cours de ce colloque consacré à l avènement juridique de la victime dans nos sociétés occidentales. ÆContact : Boris Bernabé CRJFC Centre de recherches juridiques de Franche-Comté Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) //////////////////////////////////////////////////////////////// Tricoat III - Finishair Les 23 et 24 mai 2013 à Besançon Voie sèche, voie humide, revêtements polymères C est un tour d horizon complet des traitements de surface que propose Tricoat. Une manifestation consacrée aux dernières avancées technologiques comme aux applications industrielles, que symbolise Finishair, plus spécifiquement dédié au domaine aéronautique et désormais associé à Tricoat dans un même événement. L édition 2013 s organise en deux journées techniques, la première sur le thème «Réglementations, qualité et sous-traitance», la seconde autour des «Techniques émergentes». Elle affiche la volonté de s ouvrir davantage à l international et, avec le souci de répondre aux besoins de la profession en matière d innovation, s inscrit toujours dans le cadre des rencontres industrie - université. Tricoat est organisé par l université de Franche-Comté (Institut UTINAM et département Chimie de l IUT Besançon - Vesoul) et bénéficie du parrainage de Finishair, de la Société suisse de traitement de surface (SST) et de l Union des industries de traitement de surface (UITS). ÆContact : Michel Rebetez - Jean-Yves Hihn - Francis Touyeras Institut UTINAM Université de Franche-Comté / CNRS Tél. (0033/0) ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

7 les actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Rendez-vous avec la philosophie des sciences En mars et avril 2013 à Besançon Le laboratoire Logiques de l agir de l université de Franche-Comté propose chaque année un séminaire en philosophie des sciences. À l affiche : «La jeunesse perdue de l entropie» (6 mars 2013) Laurent Jodoin, université de Montréal Transformations d énergie et lois irréversibles : retour aux sources de l entropie, un concept fondamental de la physique moderne. «L évaluation de l information sur internet : une question politique?» (13 mars 2013) Alexandre Serres, université de Rennes 2 Crédit des sources, pratiques des usagers et enjeux : quelle est la dimension sociopolitique de l acte d information sur internet? «La genidentité en physique et en biologie» (3 avril 2013) Alexandre Guay, université de Bourgogne Mieux comprendre l essence des entités biologiques et physiques est l objectif de la genidentité, dont l application en sciences demande à être revalorisée. En marge de ces conférences, les ateliers thématiques en philosophie des sciences sociales sont entièrement organisés par les doctorants et jeunes docteurs du laboratoire autour d un thème déterminé pour l année. Leur prochaine journée d étude aura lieu le 20 mars 2013 sur le sujet «Les Lumières, la Révolution et l historiographie romantique» où il sera question des relations tourmentées entre philosophie et histoire au XIX e siècle, de divorce et de réconciliation, dont les effets sont encore perceptibles dans la pensée contemporaine. Base de données bibliographiques Le Système d information en philosophie des sciences (SIPS) référence toutes les publications parues dans le domaine sous forme de notices bibliographiques. Créé en 2006 sous l impulsion de Thierry Martin et de son équipe à la Maison des sciences de l homme et de l environnement, il a déjà collectionné des milliers de résumés d articles, de thèses, de livres, de colloques ou de tout autre support pour la période des XX e et XXI e siècles. Régulièrement alimenté par un réseau de correspondants dans différents pays du monde, le SIPS est multilingue et interrogeable en libre accès sur La science en marche Méthodes, principes, théories, résultats la philosophie des sciences dissèque la rationalité d une matière pour mieux en déterminer sa valeur et sa portée sociale. Elle naît en France vers les années 1830, notamment sous l impulsion d Auguste Comte. Des scientifiques tels Augustin Cournot, Henri Poincaré ou Abel Rey, à la fois brillants mathématiciens ou physiciens et éminents philosophes, contribuent par leur réflexion à promouvoir la discipline, dont l essor Buste d Auguste Comte semble par ailleurs lié au rythme des avancées de la science. Ainsi, lorsqu au début du XX e siècle la théorie de la relativité puis les lois de la mécanique quantique bouleversent les esprits, on assiste à un renouveau de la philosophie de la physique. Philosophe et féru de probabilités, Thierry Martin est directeur du laboratoire Logiques de l agir de l université de Franche-Comté et président de la Société de philosophie des sciences, de stature francophone. «Nous vivons un moment d accélération prodigieuse de la science, marqué par des révolutions comme l accès à l infiniment petit ou la place prise par l informatique, qui modifient en profondeur les techniques et les connaissances. On n a peut-être pas encore pris la mesure de l ampleur de ces phénomènes. La philosophie des sciences peut et doit nous y aider.» ÆContact : Thierry Martin - Logiques de l agir - Université de Franche-Comté - Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 7

8 les actualités ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// «Les prairies : biodiversité et services écosystémiques» Si la biodiversité des prairies est intimement liée à l exploitation qui est faite de ces surfaces, son rôle intervient au-delà de la seule sphère agricole. La biodiversité influence structure et dynamique du paysage, cycle des éléments, régulation de la qualité et des flux d eau, conservation des espèces et des habitats Pur produit de travaux de recherche menés au laboratoire Chrono-environnement de l université de Franche-Comté, l ouvrage Les prairies : biodiversité et services écosystémiques est un outil destiné à la connaissance de cet écosystème, tant à l adresse des scientifiques que des gestionnaires de terrain. Il montre le double danger pour la biodiversité de l intensification de l exploitation de certaines zones faciles d accès, quand dans le même temps des parcelles plus contraignantes sont délaissées. Il explique les limites de la résilience écologique, marquant la capacité de l écosystème à s adapter aux changements. Évolution des sols, aléas climatiques, régimes de fauche, fertilisation, occupation du bétail de multiples paramètres relevant de l environnement naturel comme de l activité humaine entrent en ligne de compte pour aborder la gestion à long terme des prairies, des espaces dont l importance parfois méconnue est mise en valeur dans cet ouvrage. Mauchamp L., Gillet F., Mouly A., Badot P.-M., Les prairies : biodiversité et services écosystémiques, collection «Pratiques et techniques», Presses universitaires de Franche-Comté, 2012 //////////////////////////////////////////////////////////////// «La décision d habiter ici ou ailleurs» Le choix pour une personne de changer de lieu de résidence procède d une combinaison de facteurs qui rend la décision à prendre bien plus complexe qu il n y paraît. L individu doit d abord composer avec sa propre histoire, son vécu et sa personnalité. À ces considérations d ordre émotionnel se greffent celles données par un contexte, par exemple la situation familiale. Enfin, l environnement, pris dans son sens le plus large, conditionne la décision : il comprend la relation de l individu à l espace résidentiel, avec des notions comme l accessibilité ou la mobilité, et des concepts moins rationnels mais tout aussi prégnants comme les références culturelles et collectives associées à cet environnement. C est avec la volonté de cerner le sujet dans sa globalité que l ouvrage La décision d habiter ici ou ailleurs est écrit à plusieurs mains. Il réunit dans une synthèse originale des travaux issus de géographie, psychologie, économie, sociologie, linguistique et médecine, dont le but ultime est la modélisation du processus de décision suivi par l individu : un outil qui, à terme, pourra nourrir la réflexion des responsables de l aménagement et de la dynamique des territoires. La publication du manuel intervient dans le cadre du projet ECDESUP (L évaluation, le choix et la décision dans l usage des espaces urbains et périurbains), dont il souligne la conclusion. Frankhauser P., Ansel D. (sous la direction de), La décision d habiter ici ou ailleurs, éditions Economica, collection «Villes», 2012 //////////////////////////////////////////////////////////////// «Les chaîniers français» En 1823, la marine française décide de construire un atelier de production de chaînes de mouillage dans la Nièvre. Cette initiative marque les débuts d une véritable industrie, largement méconnue malgré l importance qu elle revêt en France aux XIX e et XX e siècles. Des ateliers se montent pour répondre aux besoins de la marine marchande, et deux sites se spécialisent dans le Nord et la Loire, poursuivant des voies de développement économique opposées. Passage du fer à l acier, procédés de soudure délaissés au profit de la chaîne mécanique... l innovation accompagne l essor d un secteur, qui, à la fin du XIX e siècle, se tourne vers la jeune industrie de la bicyclette. Les crises des années 1920 et 1930 donnent un sérieux coup de frein à la progression de certaines entreprises, et parfois signent leur arrêt de mort. Plus tard, le développement de l automobile et la mécanisation de l industrie assurent le progrès du secteur. Sous le double coup de la concurrence internationale et de choix stratégiques malheureux, le déclin s amorce dans les années 1970, cependant contesté par quelques réussites françaises et européennes. Balayant l histoire de cette industrie de 1823 à 2005, Les chaîniers français est la version grand public de la thèse réalisée par Edgard Strigler, qu il anime d un regard particulier puisqu il a lui-même été ingénieur chez les chaîniers. Strigler E., Les chaîniers français. De l essor au déclin d un secteur industriel méconnu (XIX e et XX e siècles), Pôle éditorial de l UTBM, ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

9 le transfert //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// VariaPower, une innovation, une entreprise, un parcours exemplaire Innovant et performant, le VariaPower mis au point par de jeunes ingénieurs de l ENSMM devrait imposer ses arguments dans le domaine de la transmission mécanique. Première expérimentation à vélo Finis les pignons exposés aux chocs et la chaîne qui saute! Sur un vélo, dans un boîtier compact fixé en lieu et place d un dérailleur arrière devenu obsolète, le VariaPower cache le secret de sa performance Combinant la souplesse du variateur de vitesse en continu à un rendement optimal et une capacité de puissance inégalée, le VariaPower s annonce comme une rupture de technologie en matière de transmission, et pas seulement dans le domaine du cyclisme. Car la particularité de ce système nouvelle génération est la possibilité d adapter son dimensionnement, de transférer ses compétences de la petite à la grande échelle pour une efficacité assurée du vélo au poids lourd! Quelles innovations recèle donc le mystérieux et prometteur petit boîtier? Il faudra faire preuve d un peu de patience pour le savoir, car les caractéristiques techniques et le principe du système ne seront dévoilés par ses créateurs qu une fois en poche le titre du brevet qu ils ont déposé début Le VariaPower a donné naissance à une société éponyme, concrétisant en projet économique l idée de deux jeunes ingénieurs dès leur sortie de l ENSMM. Aujourd hui sont apportées les dernières mises au point au système après toute une série de tests et de mesures sur prototypes ayant permis l annonce de ses performances, notamment un taux de rendement supérieur à 98 %. Les applications pressenties du VariaPower sont, outre le cyclisme, les véhicules électriques, les machines industrielles, les poids lourds ou encore les éoliennes. Une curieuse disparité? En apparence seulement puisque le mécanisme est gage de fonctionnement optimal des moteurs, d économies d énergie et de confort de transmission, quel que soit son domaine d intervention. Le VariaPower a de l avenir, comme n ont pas manqué de le remarquer diverses organisations saluant de leur soutien le parcours des jeunes diplômés. Progression continue vers le succès À peine arrivés sur les bancs de l ENSMM en 2006, Cyril Clopet et Pierre Azzopardi se sont très vite entendus sur l envie de développer un concept technique nouveau. Leur travail est convaincant et enthousiaste au point que la direction de l école leur accorde une dérogation pour en faire leur projet de fin d études et s y consacrer ainsi à 100 %. Leur diplôme sitôt en poche, les compères entrent à l incubateur d entreprises innovantes de Franche-Comté en novembre 2009, où les rejoint Vincent Revol, lui aussi frais émoulu de l ENSMM. VariaPower, la start up, naît en juin 2011 ; elle est depuis hébergée en pépinière d entreprises à TEMIS Innovation. Comme dans les plus beaux scénarios, Cyril Clopet ne manque pas de souligner l importance des appuis reçus, sans lesquels l aventure n aurait pas été possible. Du point de vue financier, citons par exemple, sans souci d ordre dans la distribution, la Région Franche- Comté, le Réseau Entreprendre, l Europe qui, par le biais du FEDER, accorde de subvention, et le ministère de l Enseignement supérieur et de la recherche en partenariat avec OSÉO, grâce auquel le projet est doté de plus de au titre du concours d aide à la création d entreprises innovantes. Pour couronner le tout, Cyril Clopet se voit remettre un titre d ingénieur de l année 2012 décerné par le magazine L Usine nouvelle, et tout récemment celui du jeune ingénieur créateur attribué par la Fondation Norbert Segard. Heureux d avoir soulevé ainsi l enthousiasme, le trio n en garde pas moins la tête froide et poursuit son travail, visant la fabrication en sous-traitance et la mise sur le marché du VariaPower dès la fin de l année ÆContact : Cyril Clopet - VariaPower - Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 9

10 le laboratoire ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Recherche et ingénierie cellulaire : des échanges de bons procédés Outre son rôle d opérateur de la transfusion sanguine, l Établissement français du sang (EFS) recouvre des activités partant de la recherche fondamentale jusqu à l élaboration de protocoles de thérapie et l administration de soins. Au cœur de cette organisation, le département des activités d ingénierie cellulaire et tissulaire de l EFS Bourgogne - Franche-Comté met en œuvre les résultats de la recherche, qui ellemême s adosse à son expertise et à son savoir-faire, en une sorte de cercle vertueux dédié à l immunologie de la greffe et du cancer. Les cellules souches hématopoïétiques sont au centre des activités de l EFS Bourgogne - Franche- Comté. À l origine des différentes lignées de cellules sanguines, elles se trouvent chez le sujet adulte dans la moelle osseuse, véritable usine à globules rouges, globules blancs et plaquettes. Lorsque la production est perturbée, voire rendue stérile par certaines attaques cancéreuses ou les traitements, la thérapie cellulaire relance le mécanisme selon différents protocoles pour tirer le patient de son aplasie. L autogreffe consiste à prélever dans la moelle osseuse d un patient des cellules réputées saines à la suite de cycles de chimiothérapie. Conservées par congélation, elles seront utilisées pour pallier le déficit cellulaire qui ne manquera pas de se présenter lors de traitements ultérieurs destinés à détruire les cellules cancéreuses résiduelles, puissants au point d atteindre aussi les cellules indemnes. À Besançon, la première autogreffe a été réalisée en 1979 sous l impulsion du professeur Patrick Hervé. Elle est pratiquée en routine depuis les années L autogreffe présente des limites dans les cas de myélomes très agressifs ou de leucémies aiguës, pour lesquels les spécialistes ont recours à l allogreffe, comme à Besançon depuis Cherche cellules souches compatibles Lors de l allogreffe, le prélèvement de cellules souches hématopoïétiques est effectué sur un donneur présentant une typologie HLA compatible, de préférence de la famille du patient, à défaut inscrit sur des registres de volontaires en France et dans le monde. Le facteur temps est ici capital pour la réussite de la greffe. Fabienne Pouthier, responsable médicale du département AICT de l EFS Bourgogne - Franche- Comté raconte combien chaque cas est unique. «Récemment, nous avons trouvé à Washington un donneur compatible pour un patient suivi à Besançon. Le prélèvement de moelle osseuse opéré aux États-Unis est arrivé le lendemain par transport ultrasécurisé, pour une greffe réalisée le soir même au CHRU Jean Minjoz.» L alternative du sang placentaire Plus récentes en France, avec une réelle généralisation depuis 2005, les greffes de cellules souches hématopoïétiques issues de sang placentaire représentent une alternative lorsque la compatibilité avec les donneurs fait défaut. Si les récentes directives internationales encouragent la création de banques de sang placentaire, Besançon s est montrée pionnière en France avec la création à l EFS du premier dispositif de ce type en Les atouts majeurs du sang placentaire sont sa disponibilité immédiate et la jeunesse de ses cellules souches hématopoïétiques, caractérisées par un potentiel de régénération optimum, un risque de rejet greffon-hôte moindre et une absence de contamination virale. Leur immaturité implique cependant un temps plus long pour se développer dans l organisme et vaincre l aplasie. Aux côtés des banques de cellules souches hématopoïétiques hébergées sur le site bisontin de l EFS, figure également une banque de tissus, la seule banque EFS pour tout l Est de la France. Les tissus, recueillis auprès des donneurs selon une démarche similaire à celle du don d organes, sont essentiellement des cornées, des vaisseaux sanguins et des valves cardiaques, stockés pour être utilisés lors de greffes futures ou à des fins de recherche. Il va sans dire que toutes ces activités sont soumises aux règles les plus strictes de contrôle et de sécurité, 10 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

11 le laboratoire ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// tant dans le prélèvement et la conservation des cellules et des tissus que dans l élaboration des produits à des fins de thérapie ou de recherche. Ainsi l EFS Bourgogne - Franche-Comté souhaite obtenir prochainement la labellisation de Centre de production de médicaments de thérapies innovantes préparés ponctuellement (MTI PP) répondant aux normes européennes les plus récentes et donnant une dynamique nouvelle à une activité et un savoir-faire déjà reconnus. ÆContact : Fabienne Pouthier - Département des activités ingénierie cellulaire et tissulaire - EFS Bourgogne - Franche-Comté Tél. (0033/0) Recherches pionnières en thérapie génique Il n est pas étonnant qu avec une production de vingt millions de cellules à la seconde, notre organisme, à la mécanique pourtant bien rodée, présente quelques défaillances. Des erreurs corrigées par le système immunitaire, qui lui, a parfois du mal à faire face à toutes les sollicitations dont il fait l objet et peut laisser échapper à sa vigilance des cellules dangereuses, à l origine de tumeurs. Une armée de lymphocytes T Lors du contrôle permanent exercé par le système immunitaire, les lymphocytes T occupent un rôle majeur et se mobilisent en masse lorsqu il s agit de combattre des corps étrangers comme les virus, les bactéries ou les cellules cancéreuses. Les recherches s orientent vers l utilisation de ces lymphocytes, capables de s immiscer dans tout l organisme, pour détruire des cellules tumorales résiduelles difficiles à débusquer, complétant ainsi de manière la plus fine possible les traitements réalisés par chirurgie, radiothérapie ou chimiothérapie. L allogreffe permet d une part le remplacement de la moelle osseuse défectueuse d un patient et d autre part l implantation de lymphocytes T suffisamment différents de ses propres cellules pour encore mieux détecter et détruire les cellules nuisibles, persistantes (leucémiques ou lymphomateuses), par un processus dit d alloréactivité. Cependant, les lymphocytes T reconnaissent également les cellules saines du patient, risquant de provoquer la maladie du greffon contre l hôte, mortelle dans environ 30 % des cas. Pour parvenir à un point d équilibre et éviter de franchir cette frontière ténue entre effet et rejet, les chercheurs de l équipe de Thérapeutique immuno-moléculaire des cancers (TIM-C) de l unité mixte de recherche Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique travaillent dans deux directions. Gène suicide et cible idéale La première, l immunothérapie allogénique, consiste à programmer les lymphocytes T pour l autodestruction, une sécurité qui sera déclenchée si leur action se retourne contre l organisme hôte. Une fonction rendue possible par manipulation génétique, grâce à l apport d un gène «suicide» à activer en cas de complications. L administration d un médicament entraîne alors le processus de destruction. Au terme d essais cliniques qu ils étaient les premiers à démarrer voilà dix-sept ans, les chercheurs bisontins vont continuer à établir la démonstration de ce concept précurseur, en collaboration avec une équipe américaine du Baylor College of Medicine (Houston), dans un nouveau programme de tests menés sur une population de douze patients à partir de l automne prochain. Guider le système immunitaire de façon très ciblée contre la tumeur est la deuxième voie explorée, sous le nom d immunothérapie antitumorale. Il s agit ici de faire en sorte que les lymphocytes détectent uniquement les cellules tumorales visées grâce à une particularité qu elles possèdent en propre, et qu ils dirigent leur action contre elles et elles seules. Dès lors, des lymphocytes produits par clonage cellulaire et moléculaire pourront être injectés en grande quantité et à des moments choisis pour un maximum d efficacité, sans risque d effet délétère sur les cellules saines de l organisme qu ils ne seront plus à même de reconnaître comme potentiellement dangereuses. ÆContact : Christophe Ferrand - Unité mixte de recherche Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique EFS Bourgogne - Franche-Comté / Université de Franche-Comté / INSERM Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 11

12 terre d inventeurs /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// L Arc du Jura sous surveillance GPS Six stations permanentes vont mettre le Jura sous couverture GPS pour observer la déformation tectonique de la chaîne, en continu et sur le long terme. Si la chaîne du Jura donne lieu depuis longtemps à des études portant sur les millions d années de sa formation géologique, la période actuelle de son histoire récente demeure une zone d ombre pour laquelle les scientifiques ne disposent que de peu d outils d analyse. Savoir de quelle façon et dans quelle mesure se déforme le Jura aujourd hui sera bientôt possible grâce à l installation de stations GPS à des endroits stratégiques de la chaîne. Piloté par le laboratoire Chrono-environnement de l université de Franche- Comté, ce projet d observation géophysique devrait donner ses premières conclusions dans une dizaine d années. Ces données seront précieuses notamment pour comprendre l activité sismique de la région, qui, bien qu elle soit relativement faible, nécessite d être suivie : des tremblements de terre sont régulièrement enregistrés et des failles fracturent la croûte terrestre sur l ensemble de l Arc jurassien. recherche le dixième de millimètre de déformation, une précision d autant plus contraignante qu elle s inscrit dans la durée.» Les stations seront donc installées sur des terrains très stables, et les antennes de réception sur des piliers ancrés à la roche. De la qualité de l antenne dépend bien sûr celle de mesures captées à haute fréquence (30 secondes) pour une réelle observation en continu. Une déformation mesurée au millimètre C est la compression alpine qui a donné au Jura sa forme de croissant et sa morphologie caractéristique en plis et chevauchements, un objet emblématique pour les scientifiques qui n ont pas manqué de l étudier abondamment. Aujourd hui, la tectonique alpine plutôt décro-extensive n aurait plus d influence directe sur la déformation du Jura. «Pour autant, la relative faible épaisseur de la croûte, de l ordre de 30 km, et un relief ne dépassant pas 2 km donnent à penser que le Jura bouge avec sa dynamique propre», estime Christian Sue, enseignantchercheur en géosciences à l université de Franche- Comté, et porteur du projet GPS-Jura. L observation GPS en continu permettra de mesurer le moindre de ses mouvements de manière très précise, de l ordre du millimètre, voire du dixième de millimètre par an, une échelle apparemment infime mais significative pour ce type de chaîne orogénique lente. Le Jura rejoindra donc les Alpes et le Bassin rhénan dans le réseau RENAG (Réseau national GPS permanent) qui, constitué de laboratoires de recherche et d organismes publics, a pour tâche la mesure et l exploitation des données GPS en continu. «On Sites potentiels pour l implantation des stations GPS. Un site reste à déterminer au sud de cette configuration pour se rapprocher de la disposition optimale en croix. Six stations seront au final installées. Les six stations devraient progressivement être installées à partir du milieu de l année 2013 et le réseau finalisé fin Se rapprochant au maximum d une configuration idéale «en croix», elles permettront l analyse de la déformation de surface de la chaîne, de sa compression ou de son extension le long de l Arc, tout comme la détection éventuelle de mouvements sur les failles majeures du massif. Répondant à des objectifs scientifiques précis doublés d importants enjeux sociétaux, le projet 12 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

13 terre d inventeurs /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// GPS-Jura est mené avec le concours de la Région Franche-Comté, dont le financement de sur deux ans permet l achat et l installation des stations. Les données recueillies seront traitées et gérées selon des techniques éprouvées à l Observatoire de Besançon, puis mises à disposition de la communauté scientifique via le serveur de données du RENAG. Failles et séismes En 1996, le séisme d Épagny en Haute-Savoie, de magnitude 5 sur l échelle de Richter et d intensité VII sur l échelle MSK, rappelle brutalement l existence de la faille du Vuache. Située au sud de l Arc jurassien, cette faille réputée faiblement active est responsable, outre l épisode d Épagny, de plusieurs séismes plus modérés au cours du XXe siècle. Plus loin de nous, le tremblement de terre de Bâle fait des ravages en 1356, détruisant la ville et propageant ses effets jusqu à Reims et à l opposé Constance. Il aurait pour point de départ une faille chevauchante du front nord du Jura. Bien que cette théorie ait été remise en cause par de récentes études, il n en reste pas moins que les failles du Jura peuvent engendrer des catastrophes sismotelluriques et appellent à une surveillance vigilante. C est l un des objectifs du réseau GPS prochainement mis en place sur l Arc jurassien : la prise de mesure des mouvements et des déformations englobera l activité des failles majeures de l Arc, qu elles traversent radialement en éventail resserré. La plus grande est sans doute la faille de Pontarlier, qui, présentant une brèche de 50 km de long dans la couverture sédimentaire du Jura, a permis historiquement de relier Lausanne à Besançon par la route. ÆContact : Christian Sue - Laboratoire Chrono-environnement - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 13

14 Brevets et logiciels : innovations à saisir! ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// De la mise au point d un résonateur à ondes de surface à la découverte de nouvelles molécules pour le traitement du cancer, de l invention d un écran de protection contre les insectes à la programmation d un logiciel de pilotage de robots doués pour la micromanipulation, l innovation est présente dans les laboratoires de recherche de toutes disciplines. Elle peut aboutir au dépôt de brevets ou à l enregistrement de logiciels, selon le souhait des chercheurs et celui des établissements, en fonction du contexte économique et des attentes des marchés. Des scénarios écrits à deux ou plusieurs mains, suivant un même fil conducteur : faire passer une innovation du giron du laboratoire à l ouverture économique permise par le monde industriel. ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Procédure longue, coûteuse, parfois pénalisante, le dépôt de brevet s avère avant tout gratifiant et fructueux pour le chercheur-inventeur, pour son établissement et pour l industriel exploitant. Il existe autant de cas de transfert que d innovations, et le dépôt de brevet, outil de la propriété intellectuelle, en fait partie sans pour autant être un passage obligé. Si elle peut être le fait d un seul établissement, souvent la démarche de protection intervient avec un autre partenaire académique, en général un organisme de tutelle comme le CNRS. C est le cas pour certains brevets déposés par l université de Franche-Comté ou l ENSMM, lorsque les équipes de recherche ont plusieurs tutelles. «L étape suivante est la concession d une licence d exploitation à un industriel, souvent accompagnée de la signature d un contrat de recherche ou d une convention de concours scientifique entre le laboratoire et l entreprise», explique Philippe Picart, directeur du service de Valorisation et du SAIC de l université de Franche-Comté. Cette collaboration permet à l entreprise de bénéficier du savoir-faire des inventeurs du brevet et d assurer pleinement la réussite du transfert. Avec la souplesse pour règle principale, la concession d une licence peut prendre différentes formes selon la demande de l industriel, les contreparties financières se négociant au cas par cas. Les start up sont particulièrement bien placées pour adhérer à la procédure de protection d une invention qui est souvent leur raison d être. L université de Franche-Comté peut s enorgueillir d avoir assisté la naissance de nombre d entre elles, avec qui elle détient et entretient des brevets. 14 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

15 LE dossier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// À l UTBM, où les relations avec l entreprise procèdent d une longue tradition, les recherches sont partagées très en amont avec les industriels. La propriété intellectuelle aussi. «L industriel a ainsi toute latitude pour déposer un brevet en fonction de ses besoins, du secteur d activité où il souhaite apparaître, des pays qui l intéressent. L UTBM n a ni cette vocation ni le budget nécessaire», précise Philippe Sulten, responsable du SAIC de l établissement, qui voit par ailleurs d un bon œil la mise en place de la SATT Grand Est, «dont c est le métier et qui sera à même de jauger l intérêt d une démarche de dépôt de brevet et de la prise de risque financier.» À l université de Neuchâtel, on privilégie également la synergie avec le monde économique le plus tôt possible. «Les brevets sont parfois déposés avec une entreprise, parfois par les chercheurs seuls, mais avec une forte présomption quant au client qu ils pourront intéresser», déclare Rolf Klappert, responsable du secteur Recherche et innovation de l université suisse. Quel que soit l endroit où l on place le curseur sur l échelle amont / aval de la collaboration entre laboratoire et entreprise, la synergie est l objectif et doit permettre à chacune des parties d en tirer avantage. Le chercheur et son laboratoire pour la reconnaissance et la valorisation financière des travaux réalisés, l entreprise, souvent seule à même d intégrer à sa stratégie de développement le financement d un brevet international et de l entretenir, pour la valeur ajoutée qu elle saura exploiter. ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// APEX BIOSOLUTIONS, une start up bardée de brevets Résultat d un transfert de technologie avec l université de Franche-Comté, APEX BIOSOLUTIONS naît en novembre Stéphanie Morot-Bizot, sa gérante, vient d obtenir un doctorat en microbiologie, et avec son associé, démarre des activités de développement d outils innovants de détection d agents pathogènes et de prestations d expertise. La start up met tout en œuvre pour valoriser une partie des travaux issus de l équipe Agents pathogènes et inflammation, et opérer ainsi le transfert de la recherche publique vers Le boîtier sécurisé de tests rapides d APEX BIOSOLUTIONS des applications industrielles. On est en pleine crise sanitaire de la grippe H1N1, et la première idée née de la collaboration entre l université et APEX BIOSOLUTIONS de sécuriser les tests rapides d analyses microbiennes tombe à point nommé. «Nous avons inventé un boîtier plastique dans lequel il est possible d effectuer différents tests à partir d une seule injection d échantillon, en toute sécurité. Un puits central composé d une double membrane autorise la diffusion de l échantillon sur différentes bandelettes sans aucune projection, évitant ainsi tout risque de contamination», raconte Stéphanie Morot-Bizot. Le boîtier a fait l objet d un dépôt de brevet qui, accepté en France, est actuellement en cours d instruction européenne. Trois autres demandes de brevets ont été déposées depuis, en 2011 et 2012, en copropriété avec l université de Franche-Comté. La première a été publiée et concerne le dépistage rapide du HIV ; la seconde, en cours, est axée sur la détection du virus de l hépatite C ; la troisième, en cours également, a trait à la thématique du cancer. Le point commun à ces innovations : la détection ultrasensible d un virus ou de tout autre agent pathogène ou molécule d intérêt à partir d une très faible quantité présente dans l échantillon biologique. Stéphanie Morot-Bizot explique l importance particulière d une démarche de protection dans le monde médical, «où les nouvelles techniques ne sont exploitées que sous le couvert d un brevet et de la caution qu il confère à une innovation.» Très proche des laboratoires universitaires, la jeune chef d entreprise met par ailleurs un point d honneur à vouloir protéger et valoriser la recherche publique par ce moyen. ÆContact : Stéphanie Morot-Bizot - APEX BIOSOLUTIONS Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 15

16 LE dossier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Le triple défi de l horloge atomique neuchâteloise Performance, miniaturisation, coût : les trois paramètres du défi que se sont lancé les chercheurs du laboratoire Temps-Fréquence de l université de Neuchâtel se concrétisent dans la réalisation d une nouvelle micro-horloge atomique au rubidium. Selon leurs applications, ces horloges répondent à des contraintes différentes. Utilisées à des fins de positionnement dans des systèmes comme GPS ou Galileo, elles sont embarquées dans les satellites de navigation où elles représentent un volume de quelques litres, et atteignent une précision de l ordre de la nanoseconde, qui, traduite en mesure de longueur, correspond à une distance de trente centimètres sur le terrain. Lorsqu elles servent à la synchronisation des réseaux de télécommunications ou de distribution d énergie (smart grids), leur précision s évalue plus modestement en microsecondes, mais leur dimension diminue jusqu au centimètre cube. Dans les deux cas, la stabilité de l horloge se doit d être la meilleure possible. Elle est assurée, à travers le phénomène de résonance magnétique, par les atomes de rubidium chargés de contrôler et de corriger la fréquence de l oscillateur quartz. Afin d accroître cette performance, les chercheurs suisses ont réussi à coupler deux propriétés physiques à l intérieur de la cellule où ils sont logés : le pompage optique des atomes réalisé par un faisceau laser et la double résonance apportée par une cavité micro-onde. Ils ont aussi exploité de manière ingénieuse les lois de l électrodynamique, en utilisant un circuit résonant particulier pour bénéficier d un champ électromagnétique stationnaire, et ont ainsi créé une structure de résonance plus petite que les quatre centimètres de longueur d onde normalement imposés par l émission des micro-ondes. Dernier critère du défi, le coût modique de la fabrication multicouche de la cavité respecte la réputation de bas prix de l horloge au rubidium. L invention a trouvé son origine dans une collaboration de l université de Neuchâtel et de l École polytechnique fédérale de Lausanne (Pr Anja Skrivervik), à travers un financement du Fonds national suisse de la recherche, et une demande de brevet a été déposée. Directeur adjoint du laboratoire Temps-Fréquence neuchâtelois, Gaetano Mileti affirme «la motivation des chercheurs pour le développement de technologies qui pourront alimenter l industrie locale et lui permettre de rester compétitive.» ÆContact : Gaetano Mileti - Laboratoire Temps-Fréquence - Université de Neuchâtel Tél. (0041/0) ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Propriété intellectuelle, organisations et droits Diverses organisations et lois régissent les droits concernant la propriété intellectuelle, dans un souci d harmonisation à l international d autant plus nécessaire que l économie se mondialise. L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), créée en 1967, est une agence spécialisée des Nations unies. Elle favorise la coopération entre les cent quatre-vingt-cinq États membres, et administre de nombreux traités internationaux comme le PCT (Patent cooperation treaty). Signé en 1970 et fort de la coopération de cent quarante-deux États membres en 2009, c est par lui que se fait la demande d extension à l international d un brevet français par exemple. La nouveauté, le caractère inventif et l applicabilité industrielle sont les trois critères conditionnant la protection d une invention par un brevet. La propriété intellectuelle se scinde en deux catégories relevant de droits différents : La propriété littéraire et artistique stipule que les droits attachés à une création naissent en même temps qu elle. Les droits d auteur en sont l exemple le plus connu et comprennent les logiciels. La propriété industrielle concerne les brevets, les marques, les dessins, les modèles. Les droits naissent avec le titre, obtenu au terme d un long parcours à partir de la demande de dépôt. 16 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

17 LE dossier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Innovations à partager sur le net À ThéMA, on crée des logiciels, on les déclare à l Agence pour la protection des programmes (APP), et on les partage sur la toile avec le monde entier. La politique maison apporte lisibilité et renommée au laboratoire de l université de Franche-Comté, et lui procure la satisfaction de faire profiter d un savoirfaire qu il est à peu près le seul à détenir. S appuyant sur la géométrie fractale appliquée à l étude des villes, les logiciels mis au point par l équipe Mobilités, ville et transports proposent des analyses et des simulations réalistes d aménagement des territoires, et plus encore. Ainsi Fractalyse, en téléchargement libre depuis 2006, est non seulement à l usage des géographes mais aussi des géologues, des architectes ou encore des médecins! Les mesures de formes et de textures qu il développe permettent d analyser les routes et les bâtis tout autant que les images de vaisseaux sanguins et de tissus téléchargements, représentant une centaine de pays, ont été comptabilisés en Développé récemment, MUP-City est enregistré à l APP, mais demande un développement particulier avant d être lancé sur internet. «Il faudrait qu une entreprise prenne le relais du laboratoire pour démarcher les collectivités et faire connaître la méthode d utilisation du logiciel», suggère Cécile Tannier qui en est la coauteure. Car MUP-City se révèle un formidable outil pour imaginer le développement résidentiel d un village, d une zone périurbaine, voire d une aire urbaine complète, comprenant jusqu à son centre-ville. MUP-City tient compte des services de proximité, des structures de loisirs, des espaces verts ou encore de l installation d un tramway pour élaborer des scénarios crédibles de développement d un territoire, avec projections à long terme. Bientôt sous la protection de l APP, le logiciel Mobisim, placé sous la responsabilité de Jean-Philippe Antoni, enrichit le concept MUP-City en permettant la simulation prospective des mobilités résidentielles et quotidiennes au sein d une agglomération urbaine. Autant de méthodes et d instruments au service de nos sociétés et mis à la disposition des décideurs. Simulation d un scénario d aménagement du village de Cussey-sur-l Ognon (25) avec le logiciel MUP-City ÆContact : Cécile Tannier - Laboratoire ThéMA - Université de Franche-Comté / Université de Bourgogne / CNRS Tél. (0033/0) En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 17

18 LE dossier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// La SATT Grand Est est née! L acte de naissance date du 27 novembre La SATT Grand Est, Société d accélération du transfert de technologies, a été retenue au titre du Programme d investissements d avenir au terme d un long cheminement administratif. Dotée de soixante millions d euros sur dix ans, elle représente une vision nouvelle pour ses fondateurs et parrains, le PRES Bourgogne - Franche-Comté, l université de Lorraine, l université de technologie de Troyes, le CNRS et l INSERM. Trait d union entre la recherche publique et la sphère socio-économique, la SATT a pour missions d éclairer les chercheurs sur les débouchés potentiels de leurs travaux, les positionner par rapport à la concurrence internationale, identifier les projets innovants les plus prometteurs et les croiser avec les besoins du marché, notamment ceux exprimés par les pôles de compétitivité. Son rôle consiste aussi à financer la maturation des projets les plus encourageants et en assurer le suivi et la commercialisation jusqu au transfert vers le monde socio-économique, y compris sous la forme de licensing de droits de propriété intellectuelle, et enfin de financer le dépôt, le maintien et la défense de titres de propriété intellectuelle et industrielle, retenus par la SATT ou résultant d un projet de maturation. La SATT Grand Est installera son siège social à Dijon, et sera par ailleurs présente à Besançon, Nancy et Troyes sous forme d antennes régionales. ÆContact : Philippe Picart - Direction de la Valorisation / SAIC - Université de Franche-Comté Tél. (0033/0) ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Produit anti-inflammatoire à visée thérapeutique Et si le meilleur anti-inflammatoire était produit par notre propre corps? Partant du processus biologique du renouvellement cellulaire, au cours duquel les cellules indésirables de l organisme se détruisent par apoptose, des chercheurs en immunologie ont mis au point un produit thérapeutique capable de combattre l inflammation. Cinquante à soixante-dix milliards de cellules sont éliminées chaque jour par notre organisme, et de façon efficace car elles sont potentiellement dangereuses. Pour être actif, ce processus s opère cependant à l insu de notre système immunitaire dont il «endort» la vigilance en créant un micro-environnement aux effets immunomodulateurs puissants. L idée est d utiliser ce micro-environnement pour neutraliser ailleurs et dans d autres circonstances une réponse inflammatoire incontrôlée de la part du système immunitaire. «Dans cet environnement se trouvent tous les éléments permettant de cibler et maîtriser l ensemble de la réaction inflammatoire, donc tous les facteurs et cellules impliqués. À l inverse, les médicaments traditionnels tels que les biothérapies ne ciblent généralement qu un facteur ou une cellule», explique Sylvain Perruche, chercheur INSERM au laboratoire bisontin Interaction hôtegreffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique. Ce processus biologique a été copié ex vivo et le micro-environnement généré in vitro. Des tests précliniques ont ensuite confirmé, et de façon spectaculaire, le traitement de souris atteintes d arthrite rhumatoïde aiguë à un stade avancé. Au terme de dix injections, voire moins selon la concentration du produit, chez une cinquantaine de cas étudiés, la courbe indiquant la flambée arthritique s inverse radicalement : l inflammation est totalement jugulée et les fonctions originelles des zones touchées sont restaurées. Action naturelle, efficacité, polyvalence, facilité de conservation ce PTC (Produit de thérapie cellulaire) sans cellule verra ses performances protégées par un brevet déposé en janvier dernier sous la houlette de INSERM Transfert. Co-inventeur du brevet, Sylvain Perruche entend poursuivre l aventure en acquérant le moment venu la licence d exploitation par le biais d une start up chargée de la commercialisation du produit. ÆContact : Sylvain Perruche - Laboratoire Interaction hôte-greffon / tumeur et ingénierie cellulaire et génique EFS Bourgogne - Franche-Comté / Université de Franche-Comté / INSERM - Tél. (0033/0) ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

19 - LE dossier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// Le concept multi-agents appliqué à la production énergétique Largement exploité en informatique, le concept des systèmes multi-agents est développé par l équipe ICAP du laboratoire IRTES-SET de l UTBM, qui compte parmi les leaders sur cette problématique. Une approche relayée par l équipe CCE (Commande et conversion d énergie), au sein du même laboratoire, et dont l application à une installation de production d énergie électrique procède d une démarche novatrice, menée pour et avec la société GENERAL ELECTRIC à Belfort. L objectif? Gagner en flexibilité, en efficacité énergétique et réduire les émissions de gaz à effet de serre des centrales assurant la transformation d énergie thermique, fournie par du gaz, en énergie électrique. Si l optimisation du fonctionnement d une turbine à gaz était déjà prise en considération par le géant de l électricité, les chercheurs de l IRTES-SET vont plus loin en proposant une optimisation du système complet, incluant les différentes turbines et les autres éléments intervenant dans le fonctionnement de la centrale. Le concept informatique permet notamment de prévoir et de gérer les interactions entre tous les composants, et d adapter leur fonctionnement selon des paramètres comme les variations de la demande d électricité au cours d une journée, ou encore les pannes éventuelles. Il tient également compte des performances respectives de ces éléments. Les turbines par exemple présentent une efficacité plus ou moins élevée selon, entre autres, leur historique de maintenance, avec des écarts estimés à 3 % maximum, sur lesquels il est possible de jouer pour à la fois baisser les coûts de production et réduire les émissions de gaz nocifs. Le brevet d invention a été déposé par GENERAL ELECTRIC en 2011, puis a été étendu au niveau international. Il résulte d un contrat de recherche liant l industriel à l équipe CCE de l IRTES-SET, et auquel le laboratoire LMIA de l université de Haute-Alsace a également contribué. «Outre la reconnaissance que ce brevet d invention nous donne, ce projet d envergure montre que nos travaux de recherche apportent des solutions technologiques directement exploitables par l industrie» explique Robin Roche, chercheur en génie électrique à l IRTES-SET et coauteur de l invention. Le projet a par ailleurs été classé deuxième au prestigieux concours mondial GE Energy Innovation Awards en 2011, et a fait l objet d une récente publication dans la revue internationale Applied Energy. ÆContact : Robin Roche - Laboratoire IRTES-SET - UTBM - Tél. (0033/0) Turbine à gaz, atelier d assemblage à Belfort (90) - Photo general Electric En Direct n mars - avril 2013 ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 19

20 LE dossier /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// La propriété intellectuelle, fer de lance de l université de Neuchâtel L université de Neuchâtel accorde une importance toute particulière à la propriété intellectuelle dans son enseignement, au point de faire figure de pionnière en Suisse. Elle est la seule à dispenser des cours sur le sujet dès le bachelor, l équivalent de la licence française, qui seront approfondis au niveau master. À la faculté de droit, la chaire de droit de l innovation, unique en Suisse, côtoie depuis 2010 la chaire de propriété intellectuelle et celle qui traite de la valorisation des droits de propriété intellectuelle et de transfert de technologie. Ouverts aux étudiants de toutes les facultés, les cours sont aussi proposés en formation continue et sous forme de séminaires pour les entrepreneurs, même ceux venant de France. «Les directives européennes en matière de propriété intellectuelle sont également appliquées dans notre pays et les droits sont comparables de part et d autre de la frontière», explique Daniel Kraus, titulaire de la chaire de droit de l innovation à l université de Neuchâtel. À titre d exemple, les Ateliers de la concurrence proposent le 25 avril prochain une séance sur le thème «Innovation et concurrence» dédiée à l horlogerie. (PI) 2, formule d avenir Depuis 2012, le Pôle de propriété intellectuelle et d innovation (PI) 2, issu du Centre de droit commercial fiscal et de l innovation (CCFI) de l université de Neuchâtel, met le fruit de ses recherches à la disposition des milieux académiques, économiques et des administrations fiscales. (PI) 2, dont les missions d enseignement et de recherche sont profondément en lien avec la pratique professionnelle, met l accent sur les derniers développements en matière de propriété intellectuelle, liés à des grandes questions d actualité comme l explosion d internet (piratage, noms de domaine ), la brevetabilité du vivant, l accès aux médicaments ou encore le transfert de technologies entre les universités et l industrie. Ces perspectives d avenir motivaient d ailleurs en grande partie la 4 e journée des start up et de l innovation, qui a réuni un large public en février dernier à Neuchâtel. ÆContact : Daniel Kraus - Nathalie Tissot - Vincent Salvadé - (PI) 2 - Université de Neuchâtel - Tél. (0041/0) / / Ruthénium : des propriétés anticancéreuses inégalées Utilisés en chimiothérapie pour leur action réputée dans le traitement de certains cancers, les dérivés de platine présentent cependant une forte toxicité pour l organisme. S il est lui aussi apparenté à ce groupe de métaux, le ruthénium est un homologue du fer et fait preuve d une toxicité nettement inférieure. Il force l intérêt des chercheurs en chimie de l université de Neuchâtel, car s il fait redouter moins d effets secondaires, il témoigne par ailleurs d une grande efficacité contre les cellules tumorales, dont les experts ont fait la démonstration in vitro. Les complexes organométalliques à base de ruthénium mis au point par Georg Süss-Fink et son équipe présentent la particularité d être solubles dans l eau malgré leur lipophilicité, raison pour laquelle ils pénètrent facilement dans des cellules vivantes. Les valeurs IC50 de ces composés, qui expriment leur cytotoxicité, correspondent aux valeurs les plus basses jamais enregistrées pour un composé à base de ruthénium, et attestent de propriétés anticancéreuses inégalées jusqu à ce jour. «Entre toxicité générale et cytotoxicité, y a-t-il une fenêtre pour la thérapie?» s interroge Georg Süss-Fink. Pour commencer à répondre à cette question, un composé phare est actuellement testé in vivo sur une population de souris, une étude menée par la faculté de médecine de Prague. Selon les résultats, les molécules seront modifiées par les chimistes pour atteindre les meilleures performances. L invention a fait l objet d un dépôt de brevet européen conjoint entre l université de Neuchâtel et l École polytechnique fédérale de Lausanne voilà deux ans. L alma mater neuchâteloise assure aujourd hui le maintien du brevet aussi sur le continent américain pour défendre une piste jugée très prometteuse dans la mise au point de futurs traitements anticancéreux. ÆContact : Georg Süss-Fink - Laboratoire de chimie organométallique et de catalyse moléculaire - Institut de chimie Université de Neuchâtel - Tél. (0041/0) ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// En Direct n mars - avril 2013

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique

Section des Formations et des diplômes. Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique juin 2008 Section des Formations et des diplômes Évaluation des masters de l Ecole des Hautes

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante

Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Objectif 13 : Se donner les moyens d une recherche innovante Le Plan s inscrit dans le défi santé/bien-être de l Agenda stratégique pour la recherche, le transfert et l innovation (France Europe 2020).

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Le cancer cet ennemi commun

Le cancer cet ennemi commun Le cancer cet ennemi commun En France, 360 000 nouveaux cas par an. 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 touchés au cours de leur vie. en Languedoc-Roussillon, ICI il tue 20 personnes par jour. www.icm.unicancer.fr

Plus en détail

Une extension Internet pour le Béarn Ua extension Internet entau Bearn An Internet extension for the Béarn

Une extension Internet pour le Béarn Ua extension Internet entau Bearn An Internet extension for the Béarn Une extension Internet pour le Béarn Ua extension Internet entau Bearn An Internet extension for the Béarn .Bearn : Le Projet La Catalogne a ouvert une extension Internet.cat pour promouvoir sa langue,

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique

Table des matières. 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias. 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique Dossier de presse Table des matières 1. Le projet Ina Global, la revue de tous les médias 1.1. Présentation générale 1.2. Ligne éditoriale 1.3. Direction artistique 2. Ina Global, la revue de tous les

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010

Pour qui? 30 établissements de santé accompagnés par l ANAP et les ARS. Activités réalisées jusqu à fin 2010 2010 11 projets de l ANAP Dans le cadre de son programme de travail 2010, l ANAP a lancé onze projets. Cette brochure présente un point d étape sur ces projets à fin 2010. METTRE EN ŒUVRE DES PROJETS PERFORMANCE

Plus en détail

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation

Dispositifs. Évaluation. Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation Dispositifs d Évaluation Des informations clés pour évaluer l impact de chaque session et piloter l offre de formation > Innovant : une technologie SaaS simple et adaptable dotée d une interface intuitive

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance

Appel à projets. Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire. Développer la connaissance Appel à projets 2011 Aidons tous les collégiens à réussir! Ensemble contre le décrochage scolaire En partenariat avec le ministère de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Avec

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le lundi 15 décembre

Plus en détail

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES

LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES LA MAISON RÉGIONALE DES ENTREPRISES I. Présentation de l action La Région Guadeloupe a créé en 2007 une Agence régionale de développement économique (ARDE) afin de se doter d un outil performant capable

Plus en détail

Appel à manifestation d intérêt

Appel à manifestation d intérêt Investissements d Avenir Développement de l Économie Numérique Appel à manifestation d intérêt Diffusion de la simulation numérique 2014 IMPORTANT ADRESSE DE PUBLICATION DE L APPEL A MANIFESTATION D INTERET

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chef de projet touristique de l Université de Haute-Alsace Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section

Plus en détail

Une stratégie Bas Carbone

Une stratégie Bas Carbone Colloque UFE - Mardi 17 juin 2014 Une stratégie Bas Carbone au service de la Transition énergétique Comment réussir la Transition énergétique à moindre coût? 1 12 Contexte A la veille de la présentation

Plus en détail

Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit -C3RD-

Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit -C3RD- Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit Centre de Recherche sur les Relations entre le Risque et le Droit -C3RD- Université Catholique de Lille Qui sommes-nous? Le Centre de Recherche

Plus en détail

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale

Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Institut de Management Public et Gouvernance Territoriale Master Management public Spécialité : MANAGEMENT EURO-MEDITERRANEEN : DEVELOPPEMENT DURABLE www.managementpublic.univ-cezanne.fr Marseille : 110,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers

PVP. «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers PVP «Préparation à la vie professionnelle» Faculté des sciences Université de Poitiers Frédéric BADAWI Professeur des Universités Directeur du CIES Centre Chargé de mission 1 Projet Mise en place d un

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE)

La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) La Délégation interministérielle à l intelligence économique (D2IE) Qu est ce que l intelligence économique (IE)? L intelligence économique (IE) consiste à collecter, analyser, valoriser, diffuser et protéger

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Création, production, images Une formation à la production de projets audiovisuels Le master «Création, Production, Images» du département de l ISIC - Institut des

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06

BP 50135 75263 PARIS Cedex 06 Pour participer il vous suffit de retourner votre dossier de candidature accompagné d une copie de vos cartes d étudiant, diplôme ou attestation du statut étudiant entrepreneur avant le mardi 15 décembre

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre.

PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005. Objet : Position de la Société GRICS par rapport au logiciel libre. Bureau du président-directeur général PAR COURRIEL Montréal, le 11 mai 2005 À TOUS LES DIRECTEURS GÉNÉRAUX, LES PRÉSIDENTS ET LES GESTIONNAIRES DES TECHNOLOGIES DES COMMISSIONS SCOLAIRES Objet : Position

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

SCIENCES HUMAINES 300.32 PROFIL ADMINISTRATION 300.33 PROFIL INDIVIDU 300.35 PR1 PROFIL MONDE ET SOCIÉTÉ 300.35 PR2 PROFIL ENVIRONNEMENT

SCIENCES HUMAINES 300.32 PROFIL ADMINISTRATION 300.33 PROFIL INDIVIDU 300.35 PR1 PROFIL MONDE ET SOCIÉTÉ 300.35 PR2 PROFIL ENVIRONNEMENT PHARE : MAINTENIR LE CAP SUR LA RÉSSITE! SCIENCES HUMAINES 300.32 PROFIL ADMINISTRATION 300.33 PROFIL INDIVIDU 300.35 PR1 PROFIL MONDE ET SOCIÉTÉ À leur arrivée dans le programme SCIENCES HUMAINES, ttes

Plus en détail

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES

LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES LES CENTRES DE TECHNOLOGIE AVANCÉE : ENTRE 20 ET 30 MILLIONS D EUROS POUR ÉQUIPER LES ÉCOLES TECHNIQUES ET PROFESSIONNELLES conférence de presse lundi 23 avril 2007 I. La revalorisation de l enseignement

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PLAN D ACTION EN FAVEUR DE L ENTREPRENEURIAT ÉTUDIANT UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE

PRÉSENTATION DU PLAN D ACTION EN FAVEUR DE L ENTREPRENEURIAT ÉTUDIANT UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE PRÉSENTATION DU PLAN D ACTION EN FAVEUR DE L ENTREPRENEURIAT ÉTUDIANT UNIVERSITÉ PARIS-EST MARNE-LA-VALLÉE D O S S I E R D E P R E S S E O C T O B R E 2 0 1 3 1 - L entrepreneuriat étudiant en France :

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Dynamiser les filières d excellence et d avenir

Dynamiser les filières d excellence et d avenir La Lorraine dispose d atouts dans ce domaine grâce à des compétences académiques pointues tant en termes de recherche biologique et médicale que d application en informatique, traitement de données ou

Plus en détail

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites? ner g a p Accom ets oj vos pr ialisation n o str i t u a d s i n l i d rcia e m m o et de c s nt a v o n in Juin 2015 Vous êtes porteur d un projet innovant dans la filière de la plasturgie et des composites?

Plus en détail

La conduite du changement

La conduite du changement point de vue stratégie et gouvernance des systèmes d'information La conduite du changement dans les projets SI 1 En préambule Devant les mutations économiques, sociales et technologiques engagées depuis

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie.

Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Le don de sang de cordon est un geste indolore, solidaire et gratuit qui sauve des vies. Le sang de cordon, un lien pour la vie. Qu est ce que le sang de cordon? Le sang de cordon (ou sang placentaire)

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec

Ingénieur-e en performance énergétique. Nouveauté 2013. Formation par apprentissage. en partenariat avec Nouveauté 2013 en partenariat avec Formation par apprentissage Ingénieur-e en performance énergétique ÉCOLE PUBLIQUE D INGÉNIEUR-E-S Institut National des Sciences Appliquées de Rouen Performance énergétique

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Bienvenue. Abc. Découvrez la tablette. pour une éducation. www.cg71.fr. 9 3 x 5 x 2 y. 9 3 x 5 x 2 y

Bienvenue. Abc. Découvrez la tablette. pour une éducation. www.cg71.fr. 9 3 x 5 x 2 y. 9 3 x 5 x 2 y Bienvenue! D E T à T Découvrez la tablette Abc pour une éducation digitale 0 9 3 x 5 x 2 y T Abc 0 www.cg71.fr 9 3 x 5 x 2 y e s s re p e d r e i ss o D TED arrive au collège Des tablettes numériques

Plus en détail

Le réseau des lacs alpins

Le réseau des lacs alpins François TRUSSON Chargé de mission «montagne», Conseil régional Rhône-Alpes Le réseau des lacs alpins L es montagnes occupent une place importante dans la maîtrise et à la réduction des pollutions, mais

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale

CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL. Mbour, Sénégal. Master Santé Environnementale CAMPUS SENGHOR du SENEGAL ENDA-MADESAHEL Mbour, Sénégal Master Santé Environnementale Les problèmes environnementaux auxquels l Etat, les collectivités locales, les entreprises et la société civile doivent

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL

MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL MÉMOIRE DU CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS DU CHUM À L'OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTRÉAL LE 11 DÉCEMBRE 2006, À MONTRÉAL Document préparé par : Edgard Nassif, M.D., MBA Présentateur

Plus en détail

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle Transfert technologique et Propriété Intellectuelle -Maroc - Alger, 29 Janvier 2013 INTRODUCTION Écosystème de l innovation Stratégie Objectifs - Moyens Gouvernance Transfert de technologie Propriété Intellectuelle

Plus en détail

Investissements dans la maturation de projets innovants

Investissements dans la maturation de projets innovants Investissements dans la maturation de projets innovants Préambule Créée en Janvier 2012, la SATT Conectus Alsace est une Société par Actions Simplifiées (SAS) de 1 million d euros de capital social dont

Plus en détail

Valorisation et propriété industrielle

Valorisation et propriété industrielle Matapli106 2015/4/17 18:51 page 81 #81 par Delphine Vacquez 1 et Stéphanie Vander Eecken 2 Les questions relatives à la valorisation de la recherche sont devenus cruciales dans nos établissements : qu

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du lancement du site aquitain de l IRT Saint Exupéry Bordeaux Lundi 17 novembre 2014 Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Président du Conseil Régional

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU

UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE RECHERCHE DE HAUT NIVEAU FORMER DE HAUTS RESPONSABLES L ÉCOLE POLYTECHNIQUE FORME DES FEMMES ET DES HOMMES RESPONSABLES, CAPABLES DE MENER DES ACTIVITÉS

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Académie mondiale de l OMPI

Académie mondiale de l OMPI PROGRAMME PRINCIPAL 14 WO/PBC/4/2 page 134 Académie mondiale de l OMPI 14.1 Enseignement à distance et sensibilisation du public 14.2 Formation professionnelle 14.3 Élaboration des politiques Résumé 215.

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA

Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Ordonnance sur la formation continue: Audition Position de la Fédération suisse pour la formation continue FSEA Zurich, le 7 septembre 2015 Monsieur le Conseiller fédéral Schneider-Ammann Nous vous vous

Plus en détail

Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol

Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Assistant export trilingue anglais-espagnol Université Stendhal - Grenoble 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail