Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple"

Transcription

1 Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques du CNFRS " Nanosciences et radioélectricit lectricité" Paris, les 2 et 21 mars 27 Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Rémi Antony, Bruno Lucas, André Moliton, Bernard Ratier XLIM, UMR 6172, Département MINACOM 123 Avenue Albert Thomas 876 LIMOGES

2 Plan de l exposé -Interaction ion-matière -L utilisation des faisceaux d ions sur les dispositifs organiques -Élaboration d ITO par pulvérisation ionique -sur verre et sur substrats plastiques -application à la réalisation de dispositifs sur substrats souples OLEDs, OTFTs -Densification des cathodes par dépôts assistés par faisceaux d ions - cathodes en argent - cathodes en aluminium: premiers résultats

3 Électronique organique souple La production d énergie dispositifs nomades domotique Composants de base: cellules photovoltaïques Konarka L affichage, les écrans dispositifs ergonomiques automobile, avionique affichage grande surface (Universal Display Corporation) Composants de base: diodes électroluminescentes transistors

4 -de/dx Interaction ion-matière - cible (continuum d électron; répartition discrète d atomes) - énergie des ions cédée à la cible: continûment aux électrons -de/dx électron collisions binaires avec les atomes de/dx de/dx électron de/dx nucléaire -de/dx nucléaire E ions Implantation : 5 kev<e< 3 kev Pulvérisation: E ~ kev Dépôt assisté par faisceau d ions Zone de défauts (ruptures de liaisons) de/dx Profondeur de la cible Atomes déplacés+ densification+ atomes implantés (dopage) pulvérisation Profondeur de la cible Profondeur de la cible Amorphisation densification E n >E surf E surf Amorphisation densification

5 Application à l optoélectronique organique souple - diodes électroluminescentes (OLEDs) - cellules photovoltaïques (OPVs) Dispositif cathode couche active Anode OTC substrate Absorption OPVs Emission OLEDs Technologies Dépôts assistés par faisceaux d ions Implantation ionique Dépôts assistés par faisceaux d ions Pulvérisation par faisceaux d ions Dépôt de l ITO par pulvérisation ionique -faible résistance de contact (2 Ω/), -forte transmission optique (9 %) -compatible avec les substrats souples (procédé basse température) Dépôt assisté par faisceau d ions (Ar + ) de la cathode (Ag ou Al) -densifier pour limiter la diffusion de l oxygène et de l eau -augmentation de la durée de vie des dispositifs

6 ITO obtenu par pulvérisation ionique Paramètres à optimiser: -Energie des ions β Substrat -Densité de courrant Flux O 2 -Type d ions -Flux d oxygène Source d ions α Cible ITO -Température de substrats Propriétés recherchées -Transmittance T 9% (4nm-8nm) -Résistance carrée Rc 2Ω/ -Dépôts à température <15 C -Roughness <2nm Conditions expérimentales dans le cas de substrats de verre -Cible (In 2 O 3 9 to 95% - SnO 2 1 to 5%) -Ar + ions, E = 6keV et j = 1mA/cm² -Vitesse de dépôts : 1nm/mn -Pression : mbar to mbar -Flux d oxygène: 1 cm 3 /mn -Température de substrat: 13 C Pompe turbomoléculaire

7 ITO sur substrat de verre T ra n s m ita n c e % Film Thickness: 3 nm Epaisseur du film : 3nm Film Thickness: 2 nm Epaisseur du film : 2nm Film Thickness: 1 nm Epaisseur du film : 1nm Wavelength (nm) Transmittance ~ 9 % Transmitance 3nm 2nm 1nm Rc (Ohm/square) Effet de l épaisseur d ITO sur la résistance carrée: Rc décroît quand e augmente, à e = 3 nm, Rc = 3 Ω/, T = 9% Rugosité moyenne (mesures par AFM) R 1 nm Thickness: 1nm Roughness:,9nm Thickness: 2nm Roughness: 1,4nm Thickness: 3nm Roughness: 1,5nm

8 Cellules photovoltaïques Cellules solaires avec le couple donneur-accepteur CuPc-C 6 : ITO/1nm PEDOT-PSS/CuPc (3 nm) / C 6 (5 nm) / Al c u r r e n t d e n s it y ( m A / c m ² ) cathode Al CuPc/C 6 PEDOT-PSS ITO Substrat verre anode ITO Merk ITO IBS (1 nm) ITO IBS (2 nm) ITO IBS (3 nm) Meilleurs résultats avec une épaisseur d ITO de 1 nm Possibilité de rupture du report de contact de la cathode pour des épaisseurs supérieures ITO Merk (1 nm) ITO IBS (1 nm) J cc 3,12 ma/cm² 4,5 ma/cm² η e,473 %,694 % -6 bias voltage (Volt)

9 Cellules photovoltaïques 2 c u r r e n t d e n s it y ( m A /c m ² ) bias voltage (Volt) 1 nm 8 nm 6 nm 5 nm 2 nm sans PEDOT IPCE (%) EQEmax C6 EQEmax CuPc 5 1 PEDOT-PSS thickness (nm) PEDOT-PSS ITO PEDOT thickness 1 nm 3 nm 2 nm no PEDOT V co,46 V,5 V,5 V,48 V J cc (ma/cm²) 4,5 6,12 5,85 5,64 η e (%), ,28,9 FF,284,358,37,28 La meilleure rugosité de l ITO permet une diminution de l épaisseur de PEDOT-PSS et une optimisation des épaisseurs de couches dans la cellule, avec augmentation du rendement de conversion en énergie d un facteur 2

10 OLEDs sur substrats souples (PET) Mêmes conditions expérimentales pour l ITO mais: substrats laissé à température ambiante nettoyage ITO: Ethanol+ultrason (W s passe de 4,4 ev à 4,6 ev) PET/ ITO 2 nm/ TPD/ Alq3/ Cathode : L 5 Cd/m² pour une cathode Al L 25 Cd/m² pour une cathode Ca+Al. (seulement 4 cd/m² nécessaire pour un écran) 25 2 cathode Al cathode ca/al Tension(V)

11 Transistors sur substrat souple (PET) 5µm Au(5nm) Pentacene(5nm) PMMA(1µm) ITO(15nm) Au(5nm) PET (5 µm) ID (A) 2.5E-6 2.E-6 1.5E-6 1.E-6 5.E-7.E+ Vgs = V Vgs = -1 V Vgs = -2 V Vgs = -3 V Vgs = -4 V Vgs = -5 V V DS (Volt) OFET: fonctionnement en régime d accumulation pentacene: semiconducteur de type p Polarisation de grille négative Formation du canal à l interface pentacene/pmma

12 Transistors sur substrat souple (PET) (-I ds ) 1/2 (A) 1/2 4.E-4 3.2E-4 2.4E-4 1.6E-4 Verre Plastique V ds =-3V sat WC iµ I ds = V V gs 2L T ( ) 2 8.E-5.E V gs (V) Sur verre µ~2.1-2 cmv -1 s -1 V Th =14V I on /I off =1 5 Caractéristiques à peu près équivalentes sur verre et sur plastique Sur substrat plastique µ~8.1-3 cmv -1 s -1 V Th =15V I on /I off ~1 5

13 Densification des cathodes par IBAD Problème des dispositifs organiques: Dégradation au contact de l oxygène et de l humidité La cathode recouvre le composants il faut la densifier pour encapsuler le composant Dépôt du film par PVD Ions incidents de très basse énergie: E < 1 kev; en général E 1 ev Croissance du film durant l assistance Substrat L énergie transférée des ions aux atomes aide à la diffusion latérale et à la nucléation Effet sur le dépôt -Propriétés électriques : diminution de la rugosité injection/extraction des charges améliorée à l interface. -effet mécanique: compactage du dépôt et adhérance améliorée

14 Ag sans IBAD ; Ima 2D, scan 2 µm, R = 1,6 nm Ag sans IBAD ; Ima 3D, scan 2 µm, R = 1,6 nm images AFM : Sans assistance Domaines poreux avec possibilité de diffusion de l oxygène et de l air Ag avec IBAD ; Ima 2D; scan 2 µm, E = 25 ev, j= 4 µa/cm², R = 1,49 nm Ag avec IBAD ; Ima 3D, scan 2 µm, E = 25 ev, j= 4 µa/cm², R = 1,49 nm Avec assistance Augmentation de la taille des grains Diminution des porosités diffusion de H 2 O/O 2 limitée

15 Simulation à l interface cathode/couche organique pénétration des ions argons dans la couche organique ion\angstrom\ion Al 3 argon ion depth profil Alq depth(angstrum) 1 ev 2 ev 3 ev pénétration des atomes de recul de la couche d aluminium d en croissance Atome\Angstrom\ion Al Al recoil atoms Alq3 1 5 ev 1 ev 15 ev 2 ev 3 ev depth (angstrum) Une couche tampon non assistée est nécessaire pour préserver l interface cathode/couche organique

16 Durée de vie des OLEDs structure de l OLED : Ag assistée tampon Alq3 BCP Alq3 α-npb N O N O Al O N N N 1- PEDOT-PSS 8 nm 2 - α-npb, transporteur de trous 4 nm 3 - Alq3) 6 nm, transporteur d électron et émetteur vert 4 cathode d argent 1 nm Séparée en 2 zones assistées ou non par faisceau d ions Pedot-PSS O O ITO Glass S n Après test électrique: rampe de tension (-3 V) non assistée assistée

17 Test de la durée de vie des OLEDs Test à intensité constante OLED polarisée afin d obtenir une luminance de 1 Cd/m² L intensité est maintenue constante Le vieillissement se traduit par l apparition de «points noirs» (oxydation du calcium diminution de la surface électrode/couche active augmentation de la tension pour avoir une intensité constante claquage de l OLED)

18 Durée de vie des OLEDs (mesures à l air libre) Cathode en argent Meilleurs résultats Ions Ar + 15 ev Durée de vie 72h à l air libre Ag Ca Alq3 TPD ITO Cathode en aluminium moindre coût/ag application envisagée sur OPVs Pb: tensions seuils + importantes (12 V au lieu de 6 V) Meilleurs résultats Ions Ar + 3 ev Durée de vie 35h à l air libre Al Alq3 TPD ITO 1 ITO/TPD(4nm)/ALQ3(6nm)/Ca/Ag Nette amélioration de la durée de vie à l air libre Luminance (cd/m²) Vierge 5 ev 1 ev 15 ev 175 ev : 12: : Temps (Heures) 12: 1 ITO/TPD(2nm)/ALQ3(6nm)/Al Vierge 1 ev 15 ev 2 ev Luminance (cd/m²) :: 4:48: 9:36: 14:24: 19:12: Temps (heures) 3 ev 5 ev 24:: 28:48: 33:36:

19 Conclusions: ITO par pulvérisation ionique transparence, résistance et rugosité contrôlée sur verre: amélioration des cellules solaires (η e passe de.5% à 1.3 %) sur plastiques: OLEDs à 25 Cd/m² OFETs avec des caractéristiques comparables au substrat verre Cathode Ion Beam Assisted Deposition: morphologie: augmentation de la taille des grains, porosité diminuée test électrique: meilleure résistance nette amélioration de la durée de vie des OLEDs à l air libre Merci de votre attention

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE des Sciences et Techniques de Limoges XLIM Département MINACOM Thèse N 59-2008 Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université

Plus en détail

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges aux Interfaces diélectriques/semi- Conducteurs Organiques. Application aux polymères obtenus par Métathèse. Kamal LMIMOUNI IEMN UMR CNRS 8520 Journées Nationales

Plus en détail

Thèse. pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges. Mahmoud CHAKAROUN

Thèse. pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges. Mahmoud CHAKAROUN UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE de Sciences et Techniques de Limoges XLIM Département MINACOM Thèse Thèse n 38-2008 pour obtenir le grade de Docteur de l Université

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier. Equipe OptoPlast, Département MINACOM, Institut XLIM UMR CNRS 7252

A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier. Equipe OptoPlast, Département MINACOM, Institut XLIM UMR CNRS 7252 PEROVSKITES IMPRIMEES POUR LE PHOTOVOLTAÏQUE, LES CAPTEURS AUTONOMES, LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT ET LES COMMUNICATIONS OPTIQUES SANS FILS A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier Equipe

Plus en détail

L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques

L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques Gilles Horowitz ITODYS, Université Paris-Diderot horowitz@univ-paris-diderot.fr L électronique La révolution technologique du

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

La technologie OLED. Construction et fonctionnement

La technologie OLED. Construction et fonctionnement La technologie OLED Une diode luminescente organique (en anglais organic light emitting diode, OLED) est un composant luminescent à couches minces composé de matériaux organiques semiconducteurs, qui se

Plus en détail

Elaboration et caractérisation de composants organiques

Elaboration et caractérisation de composants organiques Elaboration et caractérisation de composants organiques Laurence ignau, Guillaume Wantz, Lionel Hirsch, Pascal Tardy, Jean-Paul Parneix Laboratoire IMS, UMR-CNRS 5218, Site ENSCPB, 16 Avenue Pey Berland,

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Traitement de Surface Elaboration de couches minces par voie Plasma

Traitement de Surface Elaboration de couches minces par voie Plasma Laboratoire des Matériaux Inorganiques UMR CNRS 6002 Université Blaise Pascal - Clermont Ferrand 2 Equipe Matériaux pour l Optiquel Traitement de Surface Elaboration de couches minces par voie Plasma 1

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

Réalisation des cellules solaires à couches minces à base de silicium poreux

Réalisation des cellules solaires à couches minces à base de silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 269 274 Réalisation des cellules solaires à couches minces à base de silicium poreux M. Madani *, A. Bensaoula et N.E. Chabane Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité 1 Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement Négatoscope Contrôle de qualité 2 3 1-définition: Les rayonnements X sont des rayonnements électromagnétique de très courte longueur

Plus en détail

La révolution des microscopies en champ proche

La révolution des microscopies en champ proche La révolution des microscopies en champ proche Benjamin Grévin CR-CNRS UMR 5819 SPrAM CEA-CNRS-UJF CEA-Grenoble INAC/SPrAM Bactéries 1 à 10 microns Virus 20 à 450nm Rayon des atomes 0.1nm Distances inter-atomiques

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES

CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES 21 CHAPITRE I CONCEPTION DE MICROCAPTEURS DE PRESSION PIEZORESISTIFS A MEMBRANE SILICIUM A HAUTES PERFORMANCES Chapitre I : Conception de microcapteurs de pression piézorésisitifs à membrane silicium à

Plus en détail

N D ORDRE 2003-19 Année 2003. Thèse. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE CENTRALE DE LYON. Spécialité : Dispositifs de l électronique intégrée

N D ORDRE 2003-19 Année 2003. Thèse. Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE CENTRALE DE LYON. Spécialité : Dispositifs de l électronique intégrée N D ORDRE 2003-19 Année 2003 Thèse Pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L ECOLE CENTRALE DE LYON Spécialité : Dispositifs de l électronique intégrée Réalisation d OLED à émission par la surface : Optimisation

Plus en détail

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE des Sciences et Techniques XLIM UMR CNRS 6172 Thèse N 76-2009 Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges Spécialité

Plus en détail

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 1 Dégradation du PVC À haute température, le PVC se dégrade suivant la réaction suivante (CHCl CH 2 ) (CH = CH) + HCl (1) Cette réaction est irréversible.

Plus en détail

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE I) NOTIONS GENERALES I.1) Définition : L effet de couronne se produit sur tous les conducteurs et lignes soumis à une haute tension. Dés que le champ électrique à la surface

Plus en détail

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01.

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01. Dossier d'optique Affichage OLED Date : le 27/01/09 Classe : MI 3 Groupe : Manier Max - 1 - Table des matières : Page 1. Introduction... 3 2. Composition des OLEDs... 3 3. Fabrication des OLEDs... 5 4.

Plus en détail

Chapitre VII: Chambres d ionisation

Chapitre VII: Chambres d ionisation Chapitre VII: Chambres d ionisation 1 Types de chambres d ionisation Volume sensible: gaz (la plus souvent de l air mesure directe de l exposition) chambre d ionisation Volume sensible: semiconducteur

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

L électronique sur substrat souple

L électronique sur substrat souple Lyon Palais des Congrès le 12 février 2014 1/28 L électronique sur substrat souple Tayeb Mohammed-Brahim Directeur du CCMO, Responsable du Département t Microélectronique i et Capteurs de l IETR (UMR-CNRS

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS?

Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS? Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS? C MOS (Complementary MOS) = assemblage technologique permettant de réaliser sur un même substrat des transistors N MOS et P MOS N+ N+ P+ P+ Caisson NECESSITE DE CREER

Plus en détail

Cinquante ans de Physique 18 mai 2006 des Plasmas en France

Cinquante ans de Physique 18 mai 2006 des Plasmas en France Colloque «Delcroix» Cinquante ans de Physique 18 mai 2006 des Plasmas en France PLASMA 4ième état de la matière Les applications domestiques PHILIPPE LEPRINCE PLASMA 4ième état de la matière Les applications

Plus en détail

a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement

a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement a-si:h/c-si heterojunction solar cells: back side assessment and improvement Sílvia Martín de Nicolás Résumé La diminution du coût des cellules photovoltaïques en silicium cristallin (c-si) passe par une

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques.

Les cellules photovoltaïques. MORNAY Thomas Sup D Classes préparatoires CPE VERNAY Alexis Sup D Institution des Chartreux VOLLE Marion Sup D Année 2004-2005 Professeur accompagnateur : M. Dietschy Groupe n 33 A l intention de M. BOIS

Plus en détail

L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE

L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE Terminale Bac Pro NOM : DATE : Comment exploiter l énergie solaire? Comment fonctionne une installation photovoltaïque? Principe de l énergie solaire photovoltaïque : transformer

Plus en détail

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC

Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Consignes pour les TP MASC et le projet MASC Notation : note globale = 50%TP + 50 % Projet MASC Projet MASC Durée estimée : 12h de travail/groupe (binôme ou trinôme) Objectif : présenter un exemple d'analyse

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser

Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Caractérisation de la formation de poudres/suies dans un plasma analysée par diagnostics laser Doctorante : Safa LABIDI Directeur de thèse : Maxime MIKIKIAN Mélissa Fauvet Nicolas Vernier Oceane Coudray

Plus en détail

EP 2 141 741 A2 (19) (11) EP 2 141 741 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.01.2010 Bulletin 2010/01

EP 2 141 741 A2 (19) (11) EP 2 141 741 A2 (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN. (43) Date de publication: 06.01.2010 Bulletin 2010/01 (19) (12) DEMANDE DE BREVET EUROPEEN (11) EP 2 141 741 A2 (43) Date de publication: 06.01. Bulletin /01 (21) Numéro de dépôt: 0916496.0 (1) Int Cl.: H01L 27/07 (06.01) H01L 21/761 (06.01) H01L 29/861 (06.01)

Plus en détail

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres

Capteurs. Capteur. 1. Position du problème. 2. définitions. s = f(m) 3. Les principes physiques mis en oeuvres Ce cours est destiné à donner un aperçu : - des possibilités de mesure des grandeurs physiques ; - des principales caractéristiques dont il faut tenir compte lors de l utilisation d un capteur. Bibliographie

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares

Caractérisation de Fibres dopées Terres Rares Laboratoire Physique de la Matière Condensée CNRS-UMR7336_Université Nice Sophia-Antipolis Rapport de stage tuteuré en laboratoire Licence 3 Physique Encadrant: Bernard Dussardier Projet réalisé par :

Plus en détail

Aiguilleurs de courant intégrés monolithiquement sur silicium et leurs associations pour des applications de conversion d'énergie

Aiguilleurs de courant intégrés monolithiquement sur silicium et leurs associations pour des applications de conversion d'énergie Aiguilleurs de courant intégrés monolithiquement sur silicium et leurs associations pour des applications de conversion d'énergie ABDELILAH EL KHADIRY ABDELHAKIM BOURENNANE MARIE BREIL DUPUY FRÉDÉRIC RICHARDEAU

Plus en détail

ER/EN1- IUT GEII Juan Bravo 1

ER/EN1- IUT GEII Juan Bravo 1 1 Objectifs Connaitre le principe de fonctionnement de la diode de la diode zéner du transistor Maîtriser et manipuler des modèles équivalents statiques de la diode de la diode zéner Du transistor Etre

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Analogie avec le transistor bipolaire : Grille = Base, Source = Emetteur, Drain = Collecteur.

Analogie avec le transistor bipolaire : Grille = Base, Source = Emetteur, Drain = Collecteur. MOS = Metal Oxyd Silicium 1 ) LES TRANSISTORS E-MOS : Il s'agit d'un transistor à effet de champ dont la grille est isolée du canal par un isolant. A l'état repos : sans alimentation de l'électrode de

Plus en détail

Présentation C(PN)2. Convention technologique LPL Mardi 19 juin

Présentation C(PN)2. Convention technologique LPL Mardi 19 juin Présentation C(PN)2 Convention technologique LPL Mardi 19 juin Opération soutenue par l Etat / fonds national d aménagement et de développement du territoire. Centrale de Proximité en Nanotechnologies

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

PHYTOTRON HELIOS 1200

PHYTOTRON HELIOS 1200 PHYTOTRON HELIOS 1200 Descriptif technique PHYTOTRON HELIOS 1200 : SOMMAIRE : I. STRUCTURE DU PHYTOTRON HELIOS1200...3 II. SYSTÈME FRIGORIFIQUE DU PHYTOTRON.........4 III. REFROIDISSEMENT DU SYSTEME D

Plus en détail

Lasers pour applications de micro-usinage

Lasers pour applications de micro-usinage Lasers pour applications de micro-usinage GMP SA 1 Plan Introduction Micro-usinage Sources laser Applications de Micro-usinage Micro-soudure Micro-découpe Micro-perçage Conclusion 2 Micro-usinage Lasers

Plus en détail

Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage. Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse

Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage. Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse Laser combiné à l eau pour un usinage sans dommage Delphine Perrottet Synova SA, Ecublens, Suisse Principe du laser guidé par jet d eau Laser Avantages: Lentille de focalisation Le jet d eau agit comme

Plus en détail

REVÊTEMENT THERMI -DLC

REVÊTEMENT THERMI -DLC REVÊTEMENT THERMI -DLC UN PANEL COMPLET DE SOLUTIONS POUR APPLICATIONS TRIBOLOGIQUES LES PROPRIÉTÉS DU REVÊTEMENT THERMI -DLC Une solution technologique pour applications tribologiques permettant d'améliorer

Plus en détail

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012

CHAPITRE I Modélisation d un panneau solaire 2012 1 I.Généralités sur les cellules photovoltaïques I.1.Introduction : Les énergies renouvelables sont des énergies à ressource illimitée. Les énergies renouvelables regroupent un certain nombre de filières

Plus en détail

Centrales solaires cylindroparaboliques

Centrales solaires cylindroparaboliques Centrales solaires cylindroparaboliques Master ER&S 2015 Université Mohammed V FLAMANT Gilles Directeur PROMES-CNRS Gilles.flamant@promes.cnrs.fr Sommaire Principe Exemples de centrales Construction Composants

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Etude et Caractérisation de couches minces transparentes pour les électrodes de cellules solaires

Etude et Caractérisation de couches minces transparentes pour les électrodes de cellules solaires Bella Malika Heyman Virginie Pluvinage Anne Polytech Lille-Département Science des Matériaux Année Universitaire 2009-2010 Etude et Caractérisation de couches minces transparentes pour les électrodes de

Plus en détail

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques

Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 2013. Activités et projets. Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Journée de réflexion autour du Flagship Graphène 18 Avril 213 Activités et projets Spectroscopies optiques Propriétés opto-électroniques Les groupes identifiés Bordeaux, Réseau Aquitain sur les Matériaux

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES. STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1

TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES. STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1 TECHNOLOGIES PHOTOVOLTAÏQUES STI2D EE - Energies et Environnement Technologies photovoltaïques 1 Histoire de l effet photovoltaïque 1839 : effet photovoltaïque découvert par Edmond Becquerel 1877 : première

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

La microscopie à force atomique (AFM)

La microscopie à force atomique (AFM) NANOFONC 5 mars 2010 Nantes La microscopie à force atomique (AFM) http://www.univ-lemans.fr/~bardeau/labolpec/surfpropspec/indexsurface.html N. DELORME (MC), J.F. BARDEAU (CR) Laboratoire de Physique de

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

PC / TV. Technologie des. Écrans LCD-TFT

PC / TV. Technologie des. Écrans LCD-TFT PC / TV Technologie des Écrans LCD-TFT Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Présentation générale Cristaux liquides, principes physiques Lumière polarisée, transmission Rétro-éclairage

Plus en détail

2. Propriétés thermiques

2. Propriétés thermiques 2. Propriétés thermiques Elles permettent d interpréter les réactions d un matériau aux variations de la température 1. Capacité thermique 2. Dilatation thermique 3. Conductivité thermique Energie de liaison

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Réactivité et diffusion aux interfaces

Réactivité et diffusion aux interfaces Département Matériaux et Nanosciences Réactivité et diffusion aux interfaces campus Saint Jérôme AG, 30 mai 2007 Département Matériaux et Nanosciences Réactivité et diffusion aux interfaces Responsable

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE. Héliosystème photovoltaïque intégré pour toitures entières ou partielles

DOSSIER TECHNIQUE. Héliosystème photovoltaïque intégré pour toitures entières ou partielles DOSSIER TECHNIQUE Edition 4-05/11 Héliosystème photovoltaïque intégré pour toitures entières ou partielles Etanche Esthétique Montage simple, précis et rapide Rendement surfacique élevé 1 * selon les conditions

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC)

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Faculté Polytechnique Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Prof. André DECROLY Dr Abdoul Fatah KANTA andre.decroly@umons.ac.be Service de

Plus en détail

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via

Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via Les moyens d observations en astronomie & astrophysique Unité d Enseignement Libre Université de Nice- Sophia Antipolis F. Millour PAGE WEB DU COURS : www.oca.eu/spip.php?article593 accessible via www.oca.eu/fmillour

Plus en détail

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes

Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Compatibilité de mortiers de réparation avec le patrimoine en ciment naturel de la région Rhône-Alpes Myriam Bouichou - Elisabeth Marie-Victoire Les ciments naturels dans le patrimoine européen: histoire,

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999

Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999 Scotch-Weld 49 Colle acrylique aqueuse Fiche technique Octobre, 2010 Dernière version : Sept 1999 Description Caractéristiques typiques La colle 3M Scotch-Weld 49 est une colle aqueuse, à haut extrait

Plus en détail

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION

4.2 Instruments. 4.3 Théorie du transistor. Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION Transistor à jonction 1 LE TRANSISTOR À JONCTION 4.1 But de l expérience 1. Tracer la courbe caractéristique d un transistor 2. Afficher la caractéristique à l écran d un oscilloscope 3. Utiliser le transistor

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES

IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES IMPACT D ADDITIFS ACIDIQUES SUR LE STOCKAGE DE L HYDROGÈNE DANS LES CLATHRATE HYDRATES T.T. Nguyen, L. Barandiaran, C. Petuya, J.L. Bruneel, D. Talaga, A. Desmedt* Groupe de Spectroscopie Moléculaire,

Plus en détail

MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU

MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU June 2001 Phys. Chem. News 2 (2001) 15-19 MORPHOLOGIE ET COMPORTEMENT ELECTROCHIMIQUE DES COUCHES MINCES DE Pt ET DE Pd PREPAREES PAR PULVERISATION SOUS COURANT CONTINU A. Chtaini 1*, D. Takky 1, R. Najih

Plus en détail

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique

Méthodes expérimentales de la physique. Microscopie électronique Méthodes expérimentales de la physique Microscopie électronique 2. Sources et lentilles Jean-Marc Bonard jean-marc.bonard@epfl.ch Année académique 07-08 Introduction! Canon à électrons! Lentilles (+ diaphragmes)!

Plus en détail

La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports.

La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports. La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports. L élimination des polluants liquides et solides nécessite un changement régulier des

Plus en détail

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD

A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD A.DALESME & R. DUFOUR, L. MAIGNE & D. DONNARIEIX, F.PENAULT-LLORCA & M.BAMDAD 1 Plan Introduction & contexte Cancer du sein «basal-like»triple négatif Interactions des photons avec l ADN et dose absorbée

Plus en détail