Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple"

Transcription

1 Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques du CNFRS " Nanosciences et radioélectricit lectricité" Paris, les 2 et 21 mars 27 Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Rémi Antony, Bruno Lucas, André Moliton, Bernard Ratier XLIM, UMR 6172, Département MINACOM 123 Avenue Albert Thomas 876 LIMOGES

2 Plan de l exposé -Interaction ion-matière -L utilisation des faisceaux d ions sur les dispositifs organiques -Élaboration d ITO par pulvérisation ionique -sur verre et sur substrats plastiques -application à la réalisation de dispositifs sur substrats souples OLEDs, OTFTs -Densification des cathodes par dépôts assistés par faisceaux d ions - cathodes en argent - cathodes en aluminium: premiers résultats

3 Électronique organique souple La production d énergie dispositifs nomades domotique Composants de base: cellules photovoltaïques Konarka L affichage, les écrans dispositifs ergonomiques automobile, avionique affichage grande surface (Universal Display Corporation) Composants de base: diodes électroluminescentes transistors

4 -de/dx Interaction ion-matière - cible (continuum d électron; répartition discrète d atomes) - énergie des ions cédée à la cible: continûment aux électrons -de/dx électron collisions binaires avec les atomes de/dx de/dx électron de/dx nucléaire -de/dx nucléaire E ions Implantation : 5 kev<e< 3 kev Pulvérisation: E ~ kev Dépôt assisté par faisceau d ions Zone de défauts (ruptures de liaisons) de/dx Profondeur de la cible Atomes déplacés+ densification+ atomes implantés (dopage) pulvérisation Profondeur de la cible Profondeur de la cible Amorphisation densification E n >E surf E surf Amorphisation densification

5 Application à l optoélectronique organique souple - diodes électroluminescentes (OLEDs) - cellules photovoltaïques (OPVs) Dispositif cathode couche active Anode OTC substrate Absorption OPVs Emission OLEDs Technologies Dépôts assistés par faisceaux d ions Implantation ionique Dépôts assistés par faisceaux d ions Pulvérisation par faisceaux d ions Dépôt de l ITO par pulvérisation ionique -faible résistance de contact (2 Ω/), -forte transmission optique (9 %) -compatible avec les substrats souples (procédé basse température) Dépôt assisté par faisceau d ions (Ar + ) de la cathode (Ag ou Al) -densifier pour limiter la diffusion de l oxygène et de l eau -augmentation de la durée de vie des dispositifs

6 ITO obtenu par pulvérisation ionique Paramètres à optimiser: -Energie des ions β Substrat -Densité de courrant Flux O 2 -Type d ions -Flux d oxygène Source d ions α Cible ITO -Température de substrats Propriétés recherchées -Transmittance T 9% (4nm-8nm) -Résistance carrée Rc 2Ω/ -Dépôts à température <15 C -Roughness <2nm Conditions expérimentales dans le cas de substrats de verre -Cible (In 2 O 3 9 to 95% - SnO 2 1 to 5%) -Ar + ions, E = 6keV et j = 1mA/cm² -Vitesse de dépôts : 1nm/mn -Pression : mbar to mbar -Flux d oxygène: 1 cm 3 /mn -Température de substrat: 13 C Pompe turbomoléculaire

7 ITO sur substrat de verre T ra n s m ita n c e % Film Thickness: 3 nm Epaisseur du film : 3nm Film Thickness: 2 nm Epaisseur du film : 2nm Film Thickness: 1 nm Epaisseur du film : 1nm Wavelength (nm) Transmittance ~ 9 % Transmitance 3nm 2nm 1nm Rc (Ohm/square) Effet de l épaisseur d ITO sur la résistance carrée: Rc décroît quand e augmente, à e = 3 nm, Rc = 3 Ω/, T = 9% Rugosité moyenne (mesures par AFM) R 1 nm Thickness: 1nm Roughness:,9nm Thickness: 2nm Roughness: 1,4nm Thickness: 3nm Roughness: 1,5nm

8 Cellules photovoltaïques Cellules solaires avec le couple donneur-accepteur CuPc-C 6 : ITO/1nm PEDOT-PSS/CuPc (3 nm) / C 6 (5 nm) / Al c u r r e n t d e n s it y ( m A / c m ² ) cathode Al CuPc/C 6 PEDOT-PSS ITO Substrat verre anode ITO Merk ITO IBS (1 nm) ITO IBS (2 nm) ITO IBS (3 nm) Meilleurs résultats avec une épaisseur d ITO de 1 nm Possibilité de rupture du report de contact de la cathode pour des épaisseurs supérieures ITO Merk (1 nm) ITO IBS (1 nm) J cc 3,12 ma/cm² 4,5 ma/cm² η e,473 %,694 % -6 bias voltage (Volt)

9 Cellules photovoltaïques 2 c u r r e n t d e n s it y ( m A /c m ² ) bias voltage (Volt) 1 nm 8 nm 6 nm 5 nm 2 nm sans PEDOT IPCE (%) EQEmax C6 EQEmax CuPc 5 1 PEDOT-PSS thickness (nm) PEDOT-PSS ITO PEDOT thickness 1 nm 3 nm 2 nm no PEDOT V co,46 V,5 V,5 V,48 V J cc (ma/cm²) 4,5 6,12 5,85 5,64 η e (%), ,28,9 FF,284,358,37,28 La meilleure rugosité de l ITO permet une diminution de l épaisseur de PEDOT-PSS et une optimisation des épaisseurs de couches dans la cellule, avec augmentation du rendement de conversion en énergie d un facteur 2

10 OLEDs sur substrats souples (PET) Mêmes conditions expérimentales pour l ITO mais: substrats laissé à température ambiante nettoyage ITO: Ethanol+ultrason (W s passe de 4,4 ev à 4,6 ev) PET/ ITO 2 nm/ TPD/ Alq3/ Cathode : L 5 Cd/m² pour une cathode Al L 25 Cd/m² pour une cathode Ca+Al. (seulement 4 cd/m² nécessaire pour un écran) 25 2 cathode Al cathode ca/al Tension(V)

11 Transistors sur substrat souple (PET) 5µm Au(5nm) Pentacene(5nm) PMMA(1µm) ITO(15nm) Au(5nm) PET (5 µm) ID (A) 2.5E-6 2.E-6 1.5E-6 1.E-6 5.E-7.E+ Vgs = V Vgs = -1 V Vgs = -2 V Vgs = -3 V Vgs = -4 V Vgs = -5 V V DS (Volt) OFET: fonctionnement en régime d accumulation pentacene: semiconducteur de type p Polarisation de grille négative Formation du canal à l interface pentacene/pmma

12 Transistors sur substrat souple (PET) (-I ds ) 1/2 (A) 1/2 4.E-4 3.2E-4 2.4E-4 1.6E-4 Verre Plastique V ds =-3V sat WC iµ I ds = V V gs 2L T ( ) 2 8.E-5.E V gs (V) Sur verre µ~2.1-2 cmv -1 s -1 V Th =14V I on /I off =1 5 Caractéristiques à peu près équivalentes sur verre et sur plastique Sur substrat plastique µ~8.1-3 cmv -1 s -1 V Th =15V I on /I off ~1 5

13 Densification des cathodes par IBAD Problème des dispositifs organiques: Dégradation au contact de l oxygène et de l humidité La cathode recouvre le composants il faut la densifier pour encapsuler le composant Dépôt du film par PVD Ions incidents de très basse énergie: E < 1 kev; en général E 1 ev Croissance du film durant l assistance Substrat L énergie transférée des ions aux atomes aide à la diffusion latérale et à la nucléation Effet sur le dépôt -Propriétés électriques : diminution de la rugosité injection/extraction des charges améliorée à l interface. -effet mécanique: compactage du dépôt et adhérance améliorée

14 Ag sans IBAD ; Ima 2D, scan 2 µm, R = 1,6 nm Ag sans IBAD ; Ima 3D, scan 2 µm, R = 1,6 nm images AFM : Sans assistance Domaines poreux avec possibilité de diffusion de l oxygène et de l air Ag avec IBAD ; Ima 2D; scan 2 µm, E = 25 ev, j= 4 µa/cm², R = 1,49 nm Ag avec IBAD ; Ima 3D, scan 2 µm, E = 25 ev, j= 4 µa/cm², R = 1,49 nm Avec assistance Augmentation de la taille des grains Diminution des porosités diffusion de H 2 O/O 2 limitée

15 Simulation à l interface cathode/couche organique pénétration des ions argons dans la couche organique ion\angstrom\ion Al 3 argon ion depth profil Alq depth(angstrum) 1 ev 2 ev 3 ev pénétration des atomes de recul de la couche d aluminium d en croissance Atome\Angstrom\ion Al Al recoil atoms Alq3 1 5 ev 1 ev 15 ev 2 ev 3 ev depth (angstrum) Une couche tampon non assistée est nécessaire pour préserver l interface cathode/couche organique

16 Durée de vie des OLEDs structure de l OLED : Ag assistée tampon Alq3 BCP Alq3 α-npb N O N O Al O N N N 1- PEDOT-PSS 8 nm 2 - α-npb, transporteur de trous 4 nm 3 - Alq3) 6 nm, transporteur d électron et émetteur vert 4 cathode d argent 1 nm Séparée en 2 zones assistées ou non par faisceau d ions Pedot-PSS O O ITO Glass S n Après test électrique: rampe de tension (-3 V) non assistée assistée

17 Test de la durée de vie des OLEDs Test à intensité constante OLED polarisée afin d obtenir une luminance de 1 Cd/m² L intensité est maintenue constante Le vieillissement se traduit par l apparition de «points noirs» (oxydation du calcium diminution de la surface électrode/couche active augmentation de la tension pour avoir une intensité constante claquage de l OLED)

18 Durée de vie des OLEDs (mesures à l air libre) Cathode en argent Meilleurs résultats Ions Ar + 15 ev Durée de vie 72h à l air libre Ag Ca Alq3 TPD ITO Cathode en aluminium moindre coût/ag application envisagée sur OPVs Pb: tensions seuils + importantes (12 V au lieu de 6 V) Meilleurs résultats Ions Ar + 3 ev Durée de vie 35h à l air libre Al Alq3 TPD ITO 1 ITO/TPD(4nm)/ALQ3(6nm)/Ca/Ag Nette amélioration de la durée de vie à l air libre Luminance (cd/m²) Vierge 5 ev 1 ev 15 ev 175 ev : 12: : Temps (Heures) 12: 1 ITO/TPD(2nm)/ALQ3(6nm)/Al Vierge 1 ev 15 ev 2 ev Luminance (cd/m²) :: 4:48: 9:36: 14:24: 19:12: Temps (heures) 3 ev 5 ev 24:: 28:48: 33:36:

19 Conclusions: ITO par pulvérisation ionique transparence, résistance et rugosité contrôlée sur verre: amélioration des cellules solaires (η e passe de.5% à 1.3 %) sur plastiques: OLEDs à 25 Cd/m² OFETs avec des caractéristiques comparables au substrat verre Cathode Ion Beam Assisted Deposition: morphologie: augmentation de la taille des grains, porosité diminuée test électrique: meilleure résistance nette amélioration de la durée de vie des OLEDs à l air libre Merci de votre attention

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Composants photoniques

Composants photoniques Composants photoniques Chapitre 4 : Lasers 4.2. Lasers à semi-conducteurs LASERS à semiconducteurs 4.2.1 Introduction Qu est-ce qu un laser? LASER = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation

Plus en détail

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si)

Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) 1 Le silicium partiellement cristallisé (nano-poly Si) Contexte : Limitations du a-si:h Le silicium nanocristallin déposé par plasma La cristallisation en phase solide (silicium poly-cristallin) Le recuit

Plus en détail

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges aux Interfaces diélectriques/semi- Conducteurs Organiques. Application aux polymères obtenus par Métathèse. Kamal LMIMOUNI IEMN UMR CNRS 8520 Journées Nationales

Plus en détail

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées

Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi. Les solutions envisagées Polissage des Miroirs d Advanced Virgo : un nouveau défi Les solutions envisagées Laurent PINARD Responsable Technique Laboratoire des Matériaux Avancés - Lyon 1 Plan de l exposé Introduction Virgo, les

Plus en détail

A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier. Equipe OptoPlast, Département MINACOM, Institut XLIM UMR CNRS 7252

A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier. Equipe OptoPlast, Département MINACOM, Institut XLIM UMR CNRS 7252 PEROVSKITES IMPRIMEES POUR LE PHOTOVOLTAÏQUE, LES CAPTEURS AUTONOMES, LES DISPOSITIFS DE POSITIONNEMENT ET LES COMMUNICATIONS OPTIQUES SANS FILS A. Gheno, S. Vedraine, J. Bouclé, R. Antony, B. Ratier Equipe

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

Thèse. pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges. Mahmoud CHAKAROUN

Thèse. pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges. Mahmoud CHAKAROUN UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE de Sciences et Techniques de Limoges XLIM Département MINACOM Thèse Thèse n 38-2008 pour obtenir le grade de Docteur de l Université

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

La révolution des microscopies en champ proche

La révolution des microscopies en champ proche La révolution des microscopies en champ proche Benjamin Grévin CR-CNRS UMR 5819 SPrAM CEA-CNRS-UJF CEA-Grenoble INAC/SPrAM Bactéries 1 à 10 microns Virus 20 à 450nm Rayon des atomes 0.1nm Distances inter-atomiques

Plus en détail

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013

Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 Chimie Physique Appliquée Examen de Janvier 2013 1 Dégradation du PVC À haute température, le PVC se dégrade suivant la réaction suivante (CHCl CH 2 ) (CH = CH) + HCl (1) Cette réaction est irréversible.

Plus en détail

Analogie avec le transistor bipolaire : Grille = Base, Source = Emetteur, Drain = Collecteur.

Analogie avec le transistor bipolaire : Grille = Base, Source = Emetteur, Drain = Collecteur. MOS = Metal Oxyd Silicium 1 ) LES TRANSISTORS E-MOS : Il s'agit d'un transistor à effet de champ dont la grille est isolée du canal par un isolant. A l'état repos : sans alimentation de l'électrode de

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE.

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE. UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES I. NIVEAU ET REFERENCE AU PROGRAMME. Ce document peut être utilisé en classe de terminale scientifique en complément de la partie du programme (partie C de chimie)

Plus en détail

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges

Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université de Limoges UNIVERSITE DE LIMOGES ECOLE DOCTORALE Science Technologie Santé FACULTE des Sciences et Techniques de Limoges XLIM Département MINACOM Thèse N 59-2008 Thèse pour obtenir le grade de Docteur de l Université

Plus en détail

L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques

L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques L électronique organique : un brillant avenir pour les matières plastiques Gilles Horowitz ITODYS, Université Paris-Diderot horowitz@univ-paris-diderot.fr L électronique La révolution technologique du

Plus en détail

La technologie OLED. Construction et fonctionnement

La technologie OLED. Construction et fonctionnement La technologie OLED Une diode luminescente organique (en anglais organic light emitting diode, OLED) est un composant luminescent à couches minces composé de matériaux organiques semiconducteurs, qui se

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

L PRESENTATION GENERALE SCPIO

L PRESENTATION GENERALE SCPIO L PRESENTATION GENERALE SCPIO Nom : DEPARTEMENT PLATEFORME TECHNOLOGIQUE Sigle: CEA / DRT / LETI / DPTS SILICUIM Etablissement : CEA Grenoble Adresse : 7 rue des Martyrs Site Web : 804 GRENOBLE Cedex 9

Plus en détail

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011

Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Les Énergies «Renouvelables» 6juillet2011 Introduction Comme son nom l indique, une énergie renouvelable est une énergie utilisant des élèments naturels, renouvelés plus rapidement qu ils ne sont consommés.

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX

Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES. STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Séminaire des Doctorants «Ecotechnologies» de l ARC ENVIRONNEMENT RHONE-ALPES STIMULATION et MAÎTRISE ÉLECTROCHIMIQUE DE LA BIOREMÉDIATION DES EAUX Doctorant Lucas JOBIN Thèse financée par Région Rhône-Alpes

Plus en détail

La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports.

La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports. La pureté de l air soufflé ou pulvérisé dans une cabine influe directement sur la qualité de la finition des supports. L élimination des polluants liquides et solides nécessite un changement régulier des

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

1 Conducteurs et semi-conducteurs

1 Conducteurs et semi-conducteurs Séance de Spécialité n o 20 Diode et redressement Mots-clefs «conducteurs» et «semi-conducteurs». 1 Conducteurs et semi-conducteurs Les semi-conducteurs sont des matériaux qui ont une conductivité électrique

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015

Expression de la Concession et de l Opposition in. La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 04/06/2015 1 Expression de la Concession et de l Opposition in La photographie scientifique Par Gérard BETTON (PUF, 1975) 2 Concession /Opposition Compléter avec un des mots ou expressions suivantes : au lieu de

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Les modules autonomes

Les modules autonomes Les modules autonomes Approche système, bilan énergétique et application à un petit système photovoltaïque Julien Werly, ingénieur plateau technique Le CRT CRESITT est soutenu par Le CRT CRESITT Centre

Plus en détail

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2

RADIOGRAPHIE. Problème. m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u. 1 ev = 1,6.10-19 J 1 u = 931,5 MeV.c -2 RADIOGRAPHIE Problème Données : constante de Planck : h = 6,62.10-34 J.s masse de l électron : m e = 9,1.10-31 kg = 5,5.10-4 u charge élémentaire : e = 1,6.10-19 C célérité de la lumière dans le vide :

Plus en détail

Versatilité des procédés plasma froid: Défis matériaux pour le Photovoltaïque

Versatilité des procédés plasma froid: Défis matériaux pour le Photovoltaïque Versatilité des procédés plasma froid: Défis matériaux pour le Photovoltaïque M.-P. Besland Institut des Matériaux Jean Rouxel (IMN) Université de Nantes UMR 6502 CNRS NANTES PCM / CESES Journée Plasma

Plus en détail

PC / TV. Technologie des. Écrans LCD-TFT

PC / TV. Technologie des. Écrans LCD-TFT PC / TV Technologie des Écrans LCD-TFT Objectif Cette présentation reprend les notions de base : Présentation générale Cristaux liquides, principes physiques Lumière polarisée, transmission Rétro-éclairage

Plus en détail

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B.

Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant I B. Introduction : Les modes de fonctionnement du transistor bipolaire. Dans tous les cas, le transistor bipolaire est commandé par le courant. - Le régime linéaire. Le courant collecteur est proportionnel

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1

La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 La technologie Plasma dans l industrie automobile SLIDE # 1 SLIDE # 2 Presentation Qu est qu un plasma Définition Caractéristiques du Plasma Types de plasma Procédés plasma Les relations entre le Plasma

Plus en détail

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE

CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE CHAPITRE IV DECHARGE COURONNE I) NOTIONS GENERALES I.1) Définition : L effet de couronne se produit sur tous les conducteurs et lignes soumis à une haute tension. Dés que le champ électrique à la surface

Plus en détail

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE.

UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES PREMIERE PARTIE : L ELECTROLYSE. UTILISATION D UNE PILE À COMBUSTIBLES I. NIVEAU ET REFERENCE AU PROGRAMME. Cette activité a pour but de sensibiliser nos élèves à l utilisation de nouveaux vecteurs d énergie. L utilisation de l hydrogène

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL)

Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Le scanning dans OPERA Développements au laboratoire de LYON (IPNL) Journées Jeunes Chercheurs 2003, La Roche-en-Ardennes - 1/16 - Perrine Royole-Degieux au programme les émulsions nucléaires dans OPERA

Plus en détail

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013 Techniques de pulvérisation Phytofar 2012-2013 Objectif de la pulvérisation Atteindre une (ou plusieurs) cible(s) avec un (ou plusieurs) produit(s) Insecte Adventice Plante ou partie de la plante cultivée

Plus en détail

Chapitre 6. Transistor bipolaire. Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence

Chapitre 6. Transistor bipolaire. Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence Chapitre 6 Transistor bipolaire Principe Fonctionnement en mode normal Gains Caractéristiques statiques Fonctionnement en fréquence Science et génie des matériaux, Romuald Houdré - 2006 /2007 1 Plan du

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Lasers pour applications de micro-usinage

Lasers pour applications de micro-usinage Lasers pour applications de micro-usinage GMP SA 1 Plan Introduction Micro-usinage Sources laser Applications de Micro-usinage Micro-soudure Micro-découpe Micro-perçage Conclusion 2 Micro-usinage Lasers

Plus en détail

Savoir-faire expérimentaux.

Savoir-faire expérimentaux. LYCEE LOUIS DE CORMONTAIGNE. 12 Place Cormontaigne BP 70624. 57010 METZ Cedex 1 Tél.: 03 87 31 85 31 Fax : 03 87 31 85 36 Sciences Appliquées. Savoir-faire expérimentaux. Référentiel : S5 Sciences Appliquées.

Plus en détail

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche

Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche Sondes actives à base de nanocristaux individuels de CdSe pour l optique en champ proche N. Chevalier, M. J. Nasse, Y. Sonnefraud J.F. Motte, J.C. Woehl, S. Huant Laboratoire de Spectrométrie Physique,

Plus en détail

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01.

Dossier d'optique. Affichage OLED. Date : le 27/01/09 Classe : MI 3. Affichage OLED (dossier d'optique) Manier Max, le 27.01. Dossier d'optique Affichage OLED Date : le 27/01/09 Classe : MI 3 Groupe : Manier Max - 1 - Table des matières : Page 1. Introduction... 3 2. Composition des OLEDs... 3 3. Fabrication des OLEDs... 5 4.

Plus en détail

34.51. Montage sur circuit imprimé 0.8 1.3 1.9. Vue coté cuivre. 1 inverseur 6/10 250/400 1500 300 0.185 6/0.2/0.12 500 (12/10) AgNi

34.51. Montage sur circuit imprimé 0.8 1.3 1.9. Vue coté cuivre. 1 inverseur 6/10 250/400 1500 300 0.185 6/0.2/0.12 500 (12/10) AgNi Série 34 - Relais électromécanique pour circuit imprimé 6 A Caractéristiques 34. Faible épaisseur avec contact - 6 A Montage sur circuit imprimé - directement ou avec support pour circuit imprimé Montage

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE

TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE TUTORIEL D IMPRESSION EN SERIGRAPHIE Les étapes essentielles: Œuvre > Numérisation > Film > Ecran > Impression - 1 : NUMERISATION DE L OEUVRE A IMPRIMER: Soit l image a été créée directement sur un ordinateur

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque

Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Institut des Nanotechnologies de Lyon, Université de Lyon, INSA de Lyon Matériaux pour l'énergie : nouveaux concepts pour le photovoltaïque Tetyana Nychyporuk Équipe Photovoltaïque 1 Le future et le photovoltaïque

Plus en détail

Descriptif méthode : Kit de rénovation des optiques de phares en polycarbonate

Descriptif méthode : Kit de rénovation des optiques de phares en polycarbonate Descriptif méthode : Kit de rénovation des optiques de phares en polycarbonate (Etat Jan. 2014/Nah) Ce procédé est uniquement approprié pour les optiques de phares en polycarbonate, et non pour les optiques

Plus en détail

L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE

L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE L ENERGIE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE Terminale Bac Pro NOM : DATE : Comment exploiter l énergie solaire? Comment fonctionne une installation photovoltaïque? Principe de l énergie solaire photovoltaïque : transformer

Plus en détail

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés)

Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Chapitre 2 Couleur des objets (17 exercices corrigés) Exercice 6 page 40 1. Au niveau de la rétine de l œil humain, on trouve des cellules nerveuses en cônes et en bâtonnets. Ce sont les cellules en cônes

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire

Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire LEEA 3 ème A, C. TELLIER, 28.08.04 1 Chapitre 4 : Le transistor Bipolaire 1. Structure et description du fonctionnement 1.1. Les transistors bipolaires 1.2 Le transistor NPN Structure intégrée d'un transistor

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule

Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Dates partiel MASC : Mardi 29/04, 8h-9h30 Documents autorisés : 3 feuilles A4 recto-verso Programme limité au premier fascicule Déplacement d un TD : ven 18/04, 14h-15h30 (groupe II) Créneau de remplacement

Plus en détail

Présentation Connaissance des montres à quartz pour professionnels

Présentation Connaissance des montres à quartz pour professionnels Bienvenu chez Présentation Connaissance des montres à quartz pour professionnels Contenu Composants - Piles - Quartz - CI / systèmes pour ajustage de la marche - Contrôle du moteur pas à pas (asservissement)

Plus en détail

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W.

Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé. Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Approche multi-échelles: Aide à la conception et à l'injection de pièces en Polyamide renforcé Y. Deyrail, M. Oumarou, A. Causier, W. Zerguine SOMMAIRE Présentation de la société Contexte de l étude Approche

Plus en détail

34.51. Montage sur circuit imprimé. Vue coté cuivre. 1 inverseur 6/10 250/400 1500 300 0.185 6/0.2/0.12 500 (12/10) AgNi 5-12 - 24-48 - 60 /0.

34.51. Montage sur circuit imprimé. Vue coté cuivre. 1 inverseur 6/10 250/400 1500 300 0.185 6/0.2/0.12 500 (12/10) AgNi 5-12 - 24-48 - 60 /0. Série 34 - Relais électromécanique pour circuit imprimé 6 A Caractéristiques 34. Faible épaisseur avec contact - 6 A Montage sur circuit imprimé - directement ou avec support pour circuit imprimé Montage

Plus en détail

Fiche technique détaillée du panneau DualSun

Fiche technique détaillée du panneau DualSun Fiche technique détaillée du panneau DualSun 1. Caractéristiques physiques du panneau DualSun Largeur Longueur Epaisseur Poids à vide/rempli Couleur cadre/feuille arrière 99 mm 166 mm 4 mm 3 kg/31,7 kg

Plus en détail

Transistors à effet de champ (FET)

Transistors à effet de champ (FET) Composants de l'électronique Transistors à effet de champ (FET) 1ère année IFIPS Département Electronique 2008-2009 Cédric KOENIGUER Composants de l'électronique 1 Introduction à l'effet de champ Type

Plus en détail

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr

ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage ZA SUD - RUE PASCAL - 14700 FALAISE - Tél. 02 31 40 80 50 - Mobile 06 30 99 78 77 Mail : info@dynapneu.fr - Site : www.dynapneu.fr LeTélégonflage Qu est est-ce que le TELEGONFLAGE? C est

Plus en détail

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE

ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE 01/12 au 05/12/2003 JJC 2003 Damien Grandjean 1 Damien Grandjean ETUDE DES CAPTEURS CMOS POUR UN DETECTEUR DE VERTEX AU FUTUR COLLISIONNEUR LINEAIRE PLAN Mesures physiques Contraintes sur le détecteur

Plus en détail

Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5

Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5 PARIS, LE 26/03/2014 Dimensionnement et optimisation des protections hétérogènes de forte épaisseur avec le code Monte-Carlo MCNP5 Mattera Christophe Outils de calculs CEGELEC pour les études de radioprotection

Plus en détail

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires

Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires Propriétés thermiques des milieux granulaires et applications à l imagerie thermique des surfaces planétaires BLOT Alexis BOULESTEIX Vincent DEGURSE Jean-François PRÉSENTATION ET ANALYSE DES TRAVAUX SUR

Plus en détail

34.51. Largeur 5 mm Bobine faible consommation. Montage sur circuit imprimé. ou sur supports série 93 A2 A1 12 11 14 0.8 1.3 1.3 28 1.

34.51. Largeur 5 mm Bobine faible consommation. Montage sur circuit imprimé. ou sur supports série 93 A2 A1 12 11 14 0.8 1.3 1.3 28 1. Série 34 - Relais électromécanique pour circuit imprimé 6 A Caractéristiques 34.51 Faible épaisseur avec 1 contact - 6 A Montage sur circuit imprimé - directement ou avec support pour circuit imprimé Montage

Plus en détail

Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS?

Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS? Qu'est-ce qu'un assemblage C MOS? C MOS (Complementary MOS) = assemblage technologique permettant de réaliser sur un même substrat des transistors N MOS et P MOS N+ N+ P+ P+ Caisson NECESSITE DE CREER

Plus en détail

www.depannezvous.com Table des matières (245 pages)

www.depannezvous.com Table des matières (245 pages) www.depannezvous.com Table des matières (245 pages) Programmation d un API Site internet de référence: Depannezvous.com Omron.com Labvolt.com Mecaniqueindustrielle.com AB.com Schneider.com Livre de Référence:

Plus en détail

www.mega-optic.com Votre paire de verres Progressifs Méga Optic

www.mega-optic.com Votre paire de verres Progressifs Méga Optic Votre paire de verres Progressifs Méga Optic Votre opticien, Partenaire de Méga Optic, vous propose une large gamme de verres progressifs fabriqués avec soin dans notre usine, intégralement en France.

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Sci9.3.1 : Électricité statique et courant électrique, Sci9.3.2 : Les circuits, la résistance et la Loi d Ohm Sci9.3.3 : La transmission de l

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

DE BREVET EUROPEEN. Int. Ci.3: H 01 L 33/00

DE BREVET EUROPEEN. Int. Ci.3: H 01 L 33/00 Europâisches Patentamt European Patent Office Office européen des brevets Numéro de publication: 0 101 368 A2 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 83401601.6 Int. Ci.3: H 01 L 33/00 Date de dépôt:

Plus en détail

Exercices (Energie solaire photovoltaïque)

Exercices (Energie solaire photovoltaïque) Exercices (Energie solaire photovoltaïque) 1- Qu'est-ce que une diode Schottky? 2- Qu'est-ce qu'un contact ohmique? 3- Est-ce que la caractéristique I-V d'une diode est ohmique? 4- Qu'est-ce que la barrière

Plus en détail

Cristallisation? Avant Après

Cristallisation? Avant Après Cristallisation? Avant Après Principes Uniquement applicable sur sols calcaires tels marbres, terrazzo, béton. Résultats : - Sol hautement brillant car poli durant sa formation par le pad de laine d acier

Plus en détail

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité

Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement. Contrôle de qualité 1 Tube à rayons X Films cassettes La chambre noire et le développement Négatoscope Contrôle de qualité 2 3 1-définition: Les rayonnements X sont des rayonnements électromagnétique de très courte longueur

Plus en détail

PHOTOGRAPHIE Fondamentaux

PHOTOGRAPHIE Fondamentaux PHOTOGRAPHIE Fondamentaux Août 2009 ETYMOLOGIE Le terme photographie vient du grec photo signifiant lumière, clarté et de graphie, peindre, dessiner, écrire. Ainsi, au sens littéral, la photographie est

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

Polarisation de la lumière

Polarisation de la lumière Polarisation de la lumière lumière polarisée linéairement circulairement Notre œil ne perçoit pas la polarisation de la lumière, contrairement à bcp d animaux (abeilles, pigeons..). 1 Les polariseurs :

Plus en détail

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN...

Table Des Matières. 1 - Les semi-conducteurs 4. 1.1 Conducteurs électriques...4. 1.2 Les semi-conducteurs...5. 1.3 La jonction PN... TP Matériaux Table Des Matières 1 - Les semi-conducteurs 4 1.1 Conducteurs électriques...4 1.2 Les semi-conducteurs...5 1.3 La jonction PN...6 1.4 Les cellules photoélectriques...7 1.5 TP semi-conducteurs...9

Plus en détail

Les cellules photovoltaïques.

Les cellules photovoltaïques. MORNAY Thomas Sup D Classes préparatoires CPE VERNAY Alexis Sup D Institution des Chartreux VOLLE Marion Sup D Année 2004-2005 Professeur accompagnateur : M. Dietschy Groupe n 33 A l intention de M. BOIS

Plus en détail

Details. Version 13 décembre 2007

Details. Version 13 décembre 2007 Details Version 13 décembre 2007 Details Sommaire 0.1 Définitions SYSTAIC 1.0 Système intégré 1.0.1 Chéneau avec grille et gouttière (Rd. ID001) 4 1.0.2 Faîtage toit à pente unique avec grille (Rd. ID002)

Plus en détail

Approche documentaire n 1 : autour de l appareil photographique numérique

Approche documentaire n 1 : autour de l appareil photographique numérique Approche documentaire n 1 : autour de l appareil photographique numérique But : «En comparant des images produites par un appareil photographique numérique, discuter l influence de la focale, de la durée

Plus en détail

L électronique sur substrat souple

L électronique sur substrat souple Lyon Palais des Congrès le 12 février 2014 1/28 L électronique sur substrat souple Tayeb Mohammed-Brahim Directeur du CCMO, Responsable du Département t Microélectronique i et Capteurs de l IETR (UMR-CNRS

Plus en détail

Traitement de Surface Elaboration de couches minces par voie Plasma

Traitement de Surface Elaboration de couches minces par voie Plasma Laboratoire des Matériaux Inorganiques UMR CNRS 6002 Université Blaise Pascal - Clermont Ferrand 2 Equipe Matériaux pour l Optiquel Traitement de Surface Elaboration de couches minces par voie Plasma 1

Plus en détail

Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies

Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies Informations techniques Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies Canal de mesure calibrée pour la mesure du débit dans des tuyaux et canalisations d eaux usées et d eaux pluviales.

Plus en détail

Club Photo Fronton. Formation «Ouverture et profondeur de champ» Florent décembre 2013

Club Photo Fronton. Formation «Ouverture et profondeur de champ» Florent décembre 2013 Club Photo Fronton Formation «Ouverture et profondeur de champ» Florent décembre 2013 Objectif Focale Grandissement Diaphragme Ouverture Lumière Profondeur de champ Exemples Plan formation Objectif Un

Plus en détail

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages

Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Le RédOx : du liquide aux verres et jusqu au cristaux. RedOx et corrosion des alliages Nancy 22 mars 2013 Institut Jean Lamour UMR 7198 Historique : Utilisation de matériaux métalliques pour l élaboration

Plus en détail

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7

DETECTOR BICANAL FG2 1. DIMENSIONS ET CONNEXIONS ELECTRIQUES 2. GENERALITES. 24 VDC Alimentat. 24 Vcc. Contact Boucle 2 4 5. Contact Boucle 1 6 7 DETECTOR BICANAL FG. DIMENSIS ET CNEXIS ELECTRIQUES FRANÇAIS 4 VDC Alimentat. 4 Vcc 3 Contact Boucle 4 5 Contact Boucle 6 7 Boucle 8 9 0 Boucle Dimensions en mm. GENERALITES Applications: contrôle de barrières,

Plus en détail

L anodisation. en milieu sulfurique

L anodisation. en milieu sulfurique Les traitements de surface de l aluminium et de ses alliages L anodisation en milieu sulfurique A.Steyer AVANT-PROPOS. L ensemble des opérations devant concourir à l accomplissement de l anodisation en

Plus en détail

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son.

Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. TP 9 Une première introduction à l optoélectronique :fourche optique et transmission du son. 9.1 Introduction Émise par un corps, réfléchie par une surface, rétrodiffusée ou encore modulée à diverses fréquences,

Plus en détail

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite.

Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. Organisation spontanée d agrégats de Platine et de Cobalt Platine sur graphite. L. Bardotti, D. Taïnoff, F. Tournus, P. Mélinon, N. Blanc et V. Dupuis Laboratoire de Physique de la Matière Condensée et

Plus en détail