Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Relation d ordre. Manipulation des relations d ordre. Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 Feuille d exercices"

Transcription

1 Lycée Pierre de Fermat 2012/2013 MPSI 1 Feuille d exercices Manipulation des relations d ordre. Relation d ordre Exercice 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation binaire suivante sur FE,R + ) : [ ] f,g) FE,R + ) FE,R + ), f g x E, fx) gx). 1. Montrer que définit une relation d ordre sur FE,R + ). 2. L ordre ainsi défini est-il total? 3. Montrer que, pour c ordre, FE,R + ) possède un plus pit élément à préciser. Exercice 2. [Ordre lexicographique sur R 2 ] Soit R la relation binaire définie sur R 2 par a,b)ra,b ) [ ] a < a ou a = a b b ). 1. Montrer que R définit une relation d ordre total sur R Ordonner 1,5), 3,6), 1, 2) 4,6). 3. En utilisant l identification canonique de R 2 C, montrer que cte relation d ordre total n est pas compatible avec la structure d anneau de C. Une relation d ordre sur C est compatible avec la structure d anneau si i) z 1,z 2,z) C 3, z 1 z 2 z 1 +z z 2 +z ii) z 1,z 2,z) C 3, 0 C z z 1 z 2 ) zz 1 zz 2 ). 4. Démontrer qu il n existe aucune relation d ordre total sur C compatible avec sa structure d anneau. Pour cela, on supposera qu il en existe une, que l on notera. Si 0 i, on montrera alors que ce qui conduit à une contradiction à préciser. Si i 0, on raisonnera de manière analogue pour aboutir à une contradiction. Attention : la contradiction avec est subtile. En eff, 0 1 donne soit 1 0 or 0 1 donc, par antisymétrie de la relation d ordre, 1 = 0, d où une contradiction. Exercice 3. On rappelle qu une application u : E F entre les ensembles ordonés E, E ) F, F ) est croissante si, x,y) E 2, x E y ux) F uy), décroissante si, x,y) E 2, x E y uy) F ux). Les applications, f : n 2n, g : n 2n+1 sont-ellescroissantesdes ensembles ordonnés, ) dans, ), de, ) dans, ), de, ) dans, )? qu en est-il de leurs restrictions au départ à? Exercice 4. Soit E un ensemble non vide. Soit A PE) fixé quelconque. 1. Les applications PE) PE), P P A PE) PE), P P A sont-elles croissantes de l ensemble ordonné PE), ) dans PE), ). 2. Les applications PE) PE) PE), P,Q) P Q PE) PE) PE), P,Q) P Q sont-elles croissantes de l ensemble ordonné PE) PE), ) dans PE), ) où la relation d ordre sur PE) PE) est définie de manière analogue à l ordre lexicographique. Exercice 5. Soit f une bijection d un ensemble ordonné E, ) sur un ensemble F. 1. Définir une relation binaire sur F qui serait induite par la relation d ordre sur E. 2. Démontrer qu il s agit d une relation d ordre. 3. La fonction f est-elle croissante pour les relations d ordre au départ à l arrivée définies précédemment. 4. L ordre ainsi obtenu sur F est-il total ou partiel? 1

2 5. Si f est seulement injective au lieu d être bijective, peut-on adapter la construction précédente pour obtenir un ordre sur F? quel sera son défaut majeur dû à la perte de la surjectivité? Exercice 6. Soit E, ) un ensemble totalement ordonné. 1. Prouver que, pour tout x,y) E 2, l obj max{x,y}) est bien défini on le notera maxx,y)). { E E E 2. Montrer que l application définit une LCI sur E. x,y) x y := maxx,y) 3. Montrer que cte LCI est associative commutative. 4. Déterminer une CS pour que cte LCI admte un élément neutre l illustrer par des exemples. 5. Si la LCI possède un neutre, quels sont les éléments inversibles? Éléments remarquables des ensembles ordonnés. Exercice 7. Soit E, ) un ensemble ordonné. Soit A une partie non vide de E admtant un plus pit élément un plus grand élément. 1. Montrer que mina maxa. 2. Que dire de A si mina = maxa? Exercice 8. Soit E, ) un ensemble ordonné. Montrer que si A B sont deux parties de E telles que supa), supb) sup{supa), supb)} existent, alors supa B) existe le calculer on pourra essayer sur des exemples pour avoir une idée du résultat à prouver.) Exercice 9. Montrer que dans Q, ), l ensemble {x Q x 2 2} n adm pas de borne supérieure. Exercice 10. Soient A B deux parties non vides bornées d un ensemble totalement ordonné E, )) typiquement, R, )). 1. Montrer que A B implique, sous réserve d existence de supa) supb), supa) supb). Cte inégalité peut-elle être stricte, peut-elle être une égalité? 2. MontrerqueA B implique, sousréserved existencedemax{infa),infb)}infa B), max{infa),infb)} infa B). Cte inégalité peut-elle être stricte, peut-elle être une égalité? 3. Montrer que A B implique, sous réserve d existence de supa B) min{supa),supb)}, supa B) min{supa),supb)}. Cte inégalité peut-elle être stricte, peut-elle être une égalité? Exercice 11. Soient A,B) PR) 2 telles que A, B A B majorées. On pose A+B = {a+b R a A, b B}. 1. Montrer que supa+b) = supa+supb. 2. En remplaçant l hypothèse A B majorées par A B minorées, que devient le résultat de la question précédente? On admtra que toute partie non vide majorée de R adm une borne supérieure. Exercice 12. Considérons le plan euclidien rapporté au repère orthonormé direct canonique O, i, j). Si un point M a pour coordonnées x, y) R 2 si un point M a pour coordonnées x, y ) R 2, on définit la relation binaire R par MRM si x > x ou x = x y y). 1. Montrer que R définit une relation d ordre sur l ensemble des points du plan. C ordre est-il total? 2. Soit ρ 0 le quadrupl de points 0, A, B, C) définis de la manière suivante : O est l origine, A a pour coordonnées 2, 0), B 2, 1) C 0, 1). Soit θ [ π, π]. On désigne par ρ θ le quadrupl déduit de ρ 0 par la rotation centrée en l origine d angle orienté θ. Calculer, s ils existent les max, min, sup inf de ρ 0 puis de ρ θ. 3. Construire, sur un dessin avec des couleurs, les ensembles parcourus par maxρ θ minρ θ lorsque θ varie dans [ π, π]. 4. Une partie non vide majorée a-t-elle toujours, pour l ordre R, une borne supérieure? 5. Question analogue pour une partie non vide minorée sa borne inférieure? 2

3 Corrections. Exo 1. Soit E un ensemble fixé contenant au moins deux éléments. On considère la relation binaire suivante sur FE,R + ) : f,g) FE,R + ) FE,R + ), f g 1. Soit g FE,R + ) fixée quelconque. Soit x E fixé quelconque. Alors fx) fx). par réflexivité de la relation sur R + On en déduit que x E, fx) fx) si bien que f f. Par conséquent, est réflexive. [ ] x E, fx) gx). Soient f,g) FE,R + ) FE,R + ) fixées quelconques telles que f g g f. Soit x E fixé quelconque. Alors f g g f fx) gx) gx) fx) fx) = gx) par antisymétrie de la relation sur R + On en déduit que x E, fx) = gx) si bien que f = g. Par conséquent, est antisymétrique. Soient f,g,h) FE,R + ) 3 fixées quelconques telles que f g g h. Soit x E fixé quelconque. Alors f g g h fx) gx) gx) hx) fx) hx) par transitivité de la relation sur R + On en déduit que x E, fx) hx) si bien que f g. Par conséquent, est transitive. Ainsi définit une relation d ordre sur FE,R + ). 2. FixonsabdeuxélémentsdistinctsdeE considéronslesapplicationsf a E { R + f b 1 si x = b, x 0 si x E \{b},.. E { R + 1 si x = a, x 0 si x E \{a}, Puisque f b a) = 0 < 1 = f a a), nonf a f b ) puisque f a b) = 0 < 1 = f b b), nonf b f a ) si bien que f a f b ne sont pas comparables. L ordre défini sur FE,R + ) par n est pas total. 3. Posons 0 : Alors E R + x 0. 0 FE,R + ), Soit f FE,R + ) fixée quelconque. x E, fx) 0 = 0x) donc 0 f. Ainsi f FE,R + ), 0 f. Ainsi, FE,R + ), ) possède un plus pit élément minfe,r + ) = 0. Exo 3. Exo 6. Soit E, ) un ensemble totalement ordonné. 3

4 1. Pour tout x,y) E 2, {x,y} est une partie finie, non vide de l ensemble E totalement ordonné donc elle adm un ppe un pge. Ainsi, le pge max{x,y}) est bien défini. { E E E 2. Pour montrer que l application définit une LCI sur E, il suffit de x,y) x y := maxx,y) vérifier que, pour tout x,y) E 2, maxx,y) existe est un élément de E, ce qui est vrai d après la question précédente. 3. Montrer que cte LCI est associative commutative. L ensemble étant totalement ordonné, x,y) E 2 étant fixés quelconques, on est nécessairement dans l une des deux situations ci-dessous : donc x y = maxx,y) = maxy,x) = y x. Ainsi, est commutative. maxx, y) maxy, x) x y y y y x x x L ensemble étant totalement ordonné, x,y,z) E 3 étant fixés quelconques, on est nécessairement dans l une des six situations ci-dessous : maxx, maxy, z)) maxmaxx, y), z) x y z z z y x z z z x z y y y z x y y y z y x x x y z x x x donc x y z) = maxx,maxy,z)) = maxmaxx,y),z) = x y) z. Ainsi, est associative. 4. Montrons que la LCI adm un élément neutre E adm un ppe. Supposons que adm un élément neutre noté e. Alors, x E, x e = x donc maxx,e) = e. On en déduit que e me), or e E donc E adm un ppe mine = e. Supposons que E adm un ppe. Alors, x E, maxx,mine) = x donc x mine = x. De plus, la LCI est commutative donc x E, x mine = x = mine x si bien que adm mine comme élément neutre. Ainsi, adm un élément neutre si seulement si E adm un ppe. 5. Supposons que la LCI possède un neutre e, alors E adm un ppe mine = e. Soit x E un élément symétrisable pour. Alors, x x 1 = e maxx,x 1 ) = e donc x e, or e = mine donc e x si bien que x = e par antisymétrie de. Par conséquent, le seul élément suceptible d être symétrisable est le neutre e. Réciproquent, le neutre est symétrisable vrai dans tout ensemble muni d une LCI admtant un neutre) : e e = maxe,e) = e Ainsi, si la LCI possède un neutre e, alors e est le seul élément symétrisable. Exo 7. Soit E, ) un ensemble ordonné. Soit A une partie non vide de E admtant un plus pit élément un plus grand élément. 1. Par définition d une part mina A d autre part a A, a maxa donc en particularisant la relation ci-dessus pour a = mina, on obtient mina maxa. 4

5 2. Supposons que mina = maxa = b. Alors A car b A. Soit a A fixé quelconque. Par définition de mina maxa, on de la relation d ordre, a = b. Ainsi, A est réduit au singlon {b}. a maxa =b a mina =b donc, par antisymétrie Exo 8. Soit E, ) un ensemble ordonné. Montrer que si A B sont deux parties de E telles que supa), supb) sup{supa), supb)} existent, alors supa B) existe le calculer on pourra essayer sur des exemples pour avoir une idée du résultat à prouver.) Commençons par étudier quelques exemples pour proposer une conjecture : Dans l ensemble ordonné R, ), pour A = {0,1} B =]0,1[ {2}. On a supa = 1, supb = 2, supa B) = sup[0,1] {2}) = 2 sup{supa,supb} = sup{1,2} = 2. Dans l ensemble ordonné PR), ), pour A = {{0},]1,3]} B = {]0,1[,{1},]1,2[,{4}}. On a supa = {0} ]1,3], supb =]0,2[ {4}, supa B) = sup{{0},]1,3],]0,1[,{1},]1,2[,{4}}= [0,3] {4} sup{supa,supb} = sup{{0} ]1,3],]0,2[ {4}}= [0,3] {4}. Ainsi, les exemples précédents suggèrent que supa B) = sup{supa), supb)}. Soit x A B fixé quelconque. Si x A, x supa, or supa sup{supa), supb)} car sup{supa), supb)} est un majorant de {supa), supb)}) donc, par transitivité de la relation d ordre, x sup{supa), supb)}. Si x B, x supb, or supb sup{supa), supb)} donc, par transitivité de la relation d ordre, x sup{supa), supb)}. Par conséquent, x A B, x sup{supa), supb)} donc sup{supa), supb)} MA B). Soit M MA B) fixé quelconque. Alors x A B, x M donc d une part a A, a M donc M MA) donc supa M, d autre part b B, b M donc M MB) donc supb M. Par conséquent, M M{supA,supB}) si bien que sup{supa), supb)} M. Ainsi, sup{supa), supb)} est le plus pit des majorants de A B donc supa B) = sup{supa), supb)}. Exo 9. Raisonnons par l absurde supposons que A adm une borne supérieure dans Q que l on note r 0. r 0 Q donc p,q) Z : r 0 = p q. De plus, 1 Q 1 2 < 2 donc 1 A donc r 0 1. En particulier p > 0. Supposons que r 2 0 < 2. Brouillon. Idée, si r 2 0 < 2, pour assez grand, 1 r ) 2 < 2 Or r ) 2 = r r r 2 }{{} 0 + 2r }{{} r r 0 + r 0 r r 0 r 0 1 Par conséquent, il suffit de choisir tel que r r 0 < 2. 3r0 Posons = 2 r de sorte que > 3r 0 2 r0 2 soit 2 r0 2 > 3r 0. 5

6 Calculons r ) 2 = r r r r car 1 r r 0 car r 0 1 < 2 car 3r 0 < 2 r2 0 Ainsi, r A r > r 0 = supa ce qui contredit la définition de r 0. Supposons que r 2 0 > 2. Brouillon. Idée, si r 2 0 > 2, pour assez grand, r 0 1 ) 2 > 2 Or r 0 1 ) 2 = r0 2 2r r }{{} Par conséquent, il suffit de choisir tel que r0 2 2r 0 > 2. 2r0 Posons = r de sorte que > 2r 0 r0 2 2 soit r2 0 2 > 2r 0. Calculons r 0 1 ) 2 = r0 2 2r r 0 r 2 0 2r 0 car > 2 car r > 2r 0 Soit x A fixé quelconque. Alors x 2 < 2 < r 0 1 ) 2 donc or r 0 1 r 2 = 0 1 ) 2 r x < r 0 1 > 0 car r0 2 > ) donc 2 x x < r 0 1 si bien que r 0 1 majore A. Ainsi, r 0 1 majore A donc r 0 1 supa = r 0 ce qui est faux d où une contradiction. Conclusion. Par conséquent, r 2 0 = 2. Or nous savons exo) que l équation x2 = 2 n a aucune solution rationnelle, ce qui est la constradiction cherchée. Exo 10. partie de R, 1. A resp. B) est une non vide, majorée, donc supa resp. supb) existe. a,b) A B, a+b supa+supb donc A+B est une partie de R, non vide, majorée, donc supa+b) existe. 6

7 Méthode 1 : directe, sans ε. ous avons vu que supa + supb est un majorant de A + B, or supa + B) est le plus pit des majorants de A+B si bien que Soient a,b) A B fixés quelconques. Par définition de supa+b), donc supa+b) supa+supb 1) a+b supa+b) a supa+b) b Cela étant vrai pour tout a A pour le b fixé quelconque, a A, a supa+b) b donc supa+b) b majore A, or supa est le plus pit des majorants de A si bien que Or cela est vrai pour tout b B, donc supa supa+b) b. b B,,b supa+b) supa donc supa+b) supa majore B, or supb est le plus pit des majorants de B si bien que supa+supb supa+b) 2) Méthode 2 : preuve par la caractérisation de la borne supérieure. ous avons vu que supa+supb est un majorant de A+B. Soit ε R + fixé quelconque. Appliquons la caractérisation de la borne supérieure de A en remplaçant le ε de la caractérisation par ε 2 : a A : a supa < a+ ε 2. 3) Appliquons la caractérisation de la borne supérieure de B en remplaçant le ε de la caractérisation par ε 2 : b B : b supb < b+ ε 2. 4) Posons c = a+b. Par conséquent, en sommant les inégalités 3) 4), c A+B : c supa+supb < c+ε. Les deux points ci-dessus permtent de conclure en utilisant la caractérisation de la borne sup de A+B. Ainsi, 1) 2) conduisent à supa+b) = supa+supb. 2. En remplaçant l hypothèse A B majorées par A B minorées, on peut utiliser le lemme du cours construction de la propriété de la borne inférieure) pour justifier que infa infb existent valent infa= supâ infb = Â. 5) De plus les parties de R  B sont non vides, majorés vérifient  B si bien qu en leur appliquant le résultat de la première question, En observant alors que Â+ B = Â+B, supâ+ B) = supâ+sup B. supâ+b = supâ+sup B. si bien qu en utilisant 5) le lemme?? appliqué à la partie non vide minorée A + B qui perm d affirmer que supâ+b = infa+b), on obtient infa+b) = infa infb d où infa+b) = infa+infb. 7

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi

Cours d analyse 1ère année. Rhodes Rémi Cours d analyse 1ère année Rhodes Rémi 10 décembre 2008 2 Table des matières 1 Propriétés des nombres réels 5 1.1 Sous-ensembles remarquables de R........................ 5 1.2 Relations d ordre..................................

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 16 octobre 2015 Enoncés 1 Relations binaires Relations d équivalence Exercice 1 [ 02643 ] [Correction] Soit R une relation binaire sur un ensemble E à la fois réflexive

Plus en détail

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application

Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Démontrer le caractère injectif / surjectif / bijectif d une application Il s agit donc de montrer une propriété commençant par un symbole. La démonstration débute donc par : Soit (x 1, x 2 ) E 2. La propriété

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin

Exo7. Topologie générale. Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Enoncés : M. Quéffelec Corrections : A. Bodin Exo7 Topologie générale Exercice 1 1. Rappeler les définitions d une borne supérieure (inférieure) d un ensemble de nombres réels. Si A et B sont deux ensembles

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Relations binaires sur un ensemble.

Relations binaires sur un ensemble. Math122 Relations binaires sur un ensemble. TABLE DES MATIÈRES Relations binaires sur un ensemble. Relations d équivalence, relation d ordre. Table des matières 0.1 Définition et exemples...................................

Plus en détail

VIII Relations d ordre

VIII Relations d ordre VIII Relations d ordre 20 février 2015 Dans tout ce chapitre, E est un ensemble. 1. Relations binaires Définition 1.0.1. On appelle relation binaire sur E tout triplet R = (E, E, Γ) où Γ est une partie

Plus en détail

Relations d ordre et relations d équivalence

Relations d ordre et relations d équivalence CHAPITRE 1 Relations d ordre et relations d équivalence 1.1 Définition Une relation sur un ensemble E est un sous-ensemble R de l ensemble E E, produit cartésien de E par lui-même. Par exemple, si E =

Plus en détail

Logique informatique 2013-2014. Examen

Logique informatique 2013-2014. Examen Logique informatique 2013-2014. Examen 30 mai 2013. Durée 3h. Tous les documents sont autorisés. Seuls les résultats du cours peuvent être utilisés sans démonstration. Le barême et la longueur des solutions

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

Généralités sur les fonctions numériques

Généralités sur les fonctions numériques 7 Généralités sur les fonctions numériques Une fonction numérique est, de manière générale, une fonction d une variable réelle et à valeurs réelles. 7.1 Notions de base sur les fonctions Si I, J sont deux

Plus en détail

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab

Cours d algèbre. Maths1 LMD Sciences et Techniques. Par M. Mechab Cours d algèbre Maths1 LMD Sciences et Techniques Par M. Mechab 2 Avant Propos Ceci est un avant projet d un manuel de la partie Algèbre du cours de Mathématiques de premières années LMD Sciences et techniques

Plus en détail

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer

[http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 29 décembre 2015 Enoncés 1. b) Soit (u n ) n N une suite d éléments de [0 ; 1]. Montrer [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 9 décembre 05 Enoncés Familles sommables Ensemble dénombrable a) Calculer n+ Exercice [ 03897 ] [Correction] Soit f : R R croissante. Montrer que l ensemble des

Plus en détail

Un tout petit peu d homotopie

Un tout petit peu d homotopie Vincent Beck On note I = [ 0, 1 ]. Un tout petit peu d homotopie 0.1 Homotopie Définition 1 Applications homotopes. Soient X, Y deux espaces topologiques et f, g : X Y deux applications continues. On dit

Plus en détail

Relations binaires. 1 Produits cartésiens et graphes. 2 Relations binaires. 1.1 Produit cartésien E F. 1.2 Graphe dans E F. 2.

Relations binaires. 1 Produits cartésiens et graphes. 2 Relations binaires. 1.1 Produit cartésien E F. 1.2 Graphe dans E F. 2. Relations binaires 1 Produits cartésiens et graphes 1.1 Produit cartésien E F Soient E et F deux ensembles non vides. E F = {(x; y) / x E et y F } Si E = F, E F = E 2 (carré cartésien) Soit (a; b) E F.

Plus en détail

Exercices à savoir faire

Exercices à savoir faire Licence 1 Mathématiques 2014 2015 Algèbre et Arithmétique 1 Feuille n o 2 Théorie des ensembles, applications Exercices à savoir faire Théorie des ensembles Exercice 1 Soit F l ensemble des femmes. Qu

Plus en détail

Théorie des ensembles

Théorie des ensembles Théorie des ensembles Cours de licence d informatique Saint-Etienne 2002/2003 Bruno Deschamps 2 Contents 1 Eléments de théorie des ensembles 3 1.1 Introduction au calcul propositionnel..................

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE

TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE TOPOLOGIE DE LA DROITE REELLE P. Pansu 16 mai 2005 1 Qu est-ce que la topologie? C est l étude des propriétés des objets qui sont conservées par déformation continue. Belle phrase, mais qui nécessite d

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres

Problèmes de Mathématiques Filtres et ultrafiltres Énoncé Soit E un ensemble non vide. On dit qu un sous-ensemble F de P(E) est un filtre sur E si (P 0 ) F. (P 1 ) (X, Y ) F 2, X Y F. (P 2 ) X F, Y P(E) : X Y Y F. (P 3 ) / F. Première Partie 1. Que dire

Plus en détail

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique :

Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique : Université Bordeaux 1 Licence de Sciences, Technologies, Santé Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et Ingénierie M1MI1002 Fondamentaux pour les Mathématiques et l Informatique Fondamentaux

Plus en détail

TD2 Fonctions mesurables Corrigé

TD2 Fonctions mesurables Corrigé Intégration et probabilités 2012-2013 TD2 Fonctions mesurables Corrigé 0 Exercice qui avait été préparé chez soi Exercice 1. Soit (Ω, F, µ) un espace mesuré tel que µ (Ω) = 1. Soient A, B P (Ω) deux sousensembles

Plus en détail

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal

Cours d Analyse Semestre 1. Stéphane Attal Cours d Analyse Semestre 1 Stéphane Attal 2 Contents 1 Les nombres réels 5 1.1 Les ensembles usuels de nombres................ 5 1.2 Ensembles ordonnés........................ 6 1.3 Le corps des nombres

Plus en détail

BJ - RELATIONS BINAIRES

BJ - RELATIONS BINAIRES BJ - RELATIONS BINAIRES Définitions Soit A et B deux ensembles non vides, et G une partie de A B. On dit qu un élément x de A est relié à un élément y de B par une relation binaire de graphe G, si le couple

Plus en détail

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel

Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel Master ICA Spécialité IHS Année 2007/2008 Mathématiques pour l Informatique Relations binaires Jérôme Gensel I) Relations binaires 1. Généralités Définition 1 : Une relation binaire d un ensemble E vers

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30

Table des matières. 3 Suites de nombres réels 29. 3.2 Limites... 30 Table des matières 1 Généralités 3 1.1 Un peu de logique................................. 3 1.1.1 Vocabulaire................................ 3 1.1.2 Opérations logiques............................ 4 1.1.3

Plus en détail

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1

L2 MIEE 2012-2013 VAR Université de Rennes 1 . Sous-ensembles de R n et fonctions (suite) 1 Nappes paramétrées Si f une fonction de deux variables, son graphe est une surface incluse dans R 3 : {(x, y, f(x, y)) / (x, y) R 2 }. Une telle surface s

Plus en détail

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques

Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Les Interros Corrigées de Sup MPSI-PCSI en Mathématiques Vandana BHANDARI Marc-Olivier CZARNECKI P R E P AMA TH Collection dirigée par Éric MAURETTE Sommaire Algèbre Notionsdebase... 1,2 Arithmétique...

Plus en détail

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1

Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1. Cours de Mathématiques 1 Université de Cergy-Pontoise Département de Mathématiques L1 MPI - S1 Cours de Mathématiques 1 Table des matières 1 Un peu de formalisme mathématique 7 1.1 Rudiments de logique........................................

Plus en détail

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015

Partie II. Supplémentaires d un sous-espace donné. Partie I. Partie III. Supplémentaire commun. MPSI B 8 octobre 2015 Énoncé Dans tout le problème, K est un sous-corps de C. On utilisera en particulier que K n est pas un ensemble fini. Tous les espaces vectoriels considérés sont des K espaces vectoriels de dimension finie.

Plus en détail

Les espaces vectoriels

Les espaces vectoriels Agrégation interne UFR MATHÉMATIQUES 1. Généralités Les espaces vectoriels Dans tout le chapitre, K représente un corps commutatif. 1.1. Notion d espace vectoriel On considère un ensemble E sur lequel

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

RELATIONS BINAIRES 1 RELATIONS BINAIRES SUR UN ENSEMBLE. Dans tout ce chapitre, E est un ensemble quelconque.

RELATIONS BINAIRES 1 RELATIONS BINAIRES SUR UN ENSEMBLE. Dans tout ce chapitre, E est un ensemble quelconque. RELATIONS BINAIRES Dans tout ce chapitre, E est un ensemble quelconque. 1 RELATIONS BINAIRES SUR UN ENSEMBLE Explication Les relations sont partout et dans le monde mathématique, et dans la vraie vie.

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés

Problèmes de Mathématiques Noyaux et images itérés Énoncé Soit E un espace vectoriel sur IK (IK = IR ou lc). Soit f un endomorphisme de E. On pose f 0 = Id E, et pour tout entier k 1, f k = f f k 1. 1. Montrer que (Im f k ) k 0 et (Ker f k ) k 0 forment

Plus en détail

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I

TOPOLOGIE - SÉRIE 1. x f 1 B i f(x) B i x f 1 (B i ). f 1 ( i I B i) = i I f 1 (B i ); en effet. f 1 B i = f 1 B i et f 1 (B \ B ) = A \ f 1 B ; i I TOPOLOGIE - SÉRIE 1 Exercice 1. Soit f : A B une application. Prouver que (a) A f 1 fa pour tout A A, avec égalité si f est injective; (b) ff 1 B B pour tout B B, avec égalité si f est surjective; Preuve.

Plus en détail

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1

Examen 2 Mathématiques L1S1 TD 1104 2015 2016 Université Paris 1 Examen Mathématiques LS TD 04 05 06 Université Paris Nom : Prénom : Durée : heure. Calculatrice interdite. Aucun document autorisé. Chaque question de la partie QCM vaut un point. Identifiez toutes les

Plus en détail

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12

TS. 2012/2013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 20/11/12 TS. 01/013. Lycée Prévert. Corrigé du contrôle n 3. Durée : 3 heures. Mardi 0/11/1 Exercice 1 : ( 6,5 pts) Première partie : Démonstration à rédiger { Démontrer que si ( ) et (v n ) sont deux suites telles

Plus en détail

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique

Notes de cours. Cours introductif sur la théorie des domaines. Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique Notes de cours Cours introductif sur la théorie des domaines Paul-André Melliès Modèles des langages de programmation Master Parisien de Recherche en Informatique 1 Ensembles ordonnés Definition 1.1 (ensemble

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Cours de terminale S Suites numériques

Cours de terminale S Suites numériques Cours de terminale S Suites numériques V. B. et S. B. Lycée des EK 13 septembre 2014 Introduction Principe de récurrence Exemple En Mathématiques, un certain nombre de propriétés dépendent d un entier

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < +

Les espaces L p. Chapitre 6. 6.1 Définitions et premières propriétés. 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Chapitre 6 Les espaces L p 6.1 Définitions et premières propriétés 6.1.1 Les espaces L p, avec 1 p < + Soient (E, T,m) un espace mesuré, 1 p < + et f M = M(E, T) (c est-à-dire f : E R, mesurable). On remarque

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Bibliothèque d exercices Énoncés L1 Feuille n 18 Applications linéaires 1 Définition Exercice 1 Déterminer si les applications f i suivantes (de E i dans F i ) sont linéaires : f 1 : (x, y) R (x + y, x

Plus en détail

Base : une axiomatique

Base : une axiomatique Autour des groupes de réflexions Master 2 Mathématiques fondamentales Cours : Michel Broué Université Paris VII Denis Diderot TD : Vincent Beck Année 2005 2006 Base : une axiomatique a) D après (i), on

Plus en détail

Une relation R sur E est transitive si x, y, z E, (xry et yrz) xrz. Question 1.1 Est-ce-qu une relation alternée est toujours antisymétrique?

Une relation R sur E est transitive si x, y, z E, (xry et yrz) xrz. Question 1.1 Est-ce-qu une relation alternée est toujours antisymétrique? Domaine Sciences et Technologies Licence d informatique Automates et circuits 2ième Devoir Surveillé Durée : 2 heures Année 2012-13 Aucun document autorisé Calculatrice interdite Nous vous recommandons

Plus en détail

Points fixes de fonctions à domaine fini

Points fixes de fonctions à domaine fini ÉCOLE POLYTECHNIQUE ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE DE CACHAN ÉCOLE SUPÉRIEURE DE PHYSIQUE ET DE CHIMIE INDUSTRIELLES CONCOURS D ADMISSION 2013 FILIÈRE MP HORS SPÉCIALITÉ INFO FILIÈRE PC COMPOSITION D INFORMATIQUE

Plus en détail

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à

Intégration et probabilités 2012-2013. TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé. 1 Petites questions. n hésitez pas à m envoyer un mail à Intégration et probabilités 212-213 TD3 Intégration, théorèmes de convergence Corrigé xercice ayant été voué à être préparé xercice 1 (Mesure image). Soient (, A, µ) un espace mesuré, (F, B) un espace

Plus en détail

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths

Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 2009 L2 Maths Corrigé de l examen partiel du 30 Octobre 009 L Maths (a) Rappelons d abord le résultat suivant : Théorème 0.. Densité de Q dans R. QUESTIONS DE COURS. Preuve. Il nous faut nous montrer que tout réel est

Plus en détail

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE

COURS COMMUN L1 MI & MIAGE COURS COMMUN L MI & MIAGE 5 janvier 03 Table des matières Propriétés du corps des nombres réels 3. A propos du corps des réels R.......................... 3.. Notion de corps..............................

Plus en détail

B03. Ensembles, applications, relations, groupes

B03. Ensembles, applications, relations, groupes B03. Ensembles, applications, relations, groupes Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 6 janvier 2006 Table des matières 1 Calcul propositionnel 2 2 Ensembles 5 3 Relations 7 4 Fonctions, applications

Plus en détail

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }.

I. SYMÉTRIES. F = {x E σ(x) =x }, G = {x E σ(x) = x }. Dans tout ce qui suit on désigne par k un corps commutatif de caractéristique différente de 2 (par exemple R ou C) etpare un k-espace vectoriel de dimension finie n>0. On appelle L(E) l anneau des endomorphismes

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous

Exercice 1 : sur 2,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D 2 et D 3 tracées dans le repère ci-dessous NOM : Seconde A B C H J Mardi 19 janvier 010 Exercice 1 : sur,5 points 1) Lire graphiquement les équations des droites D 1, D et D tracées dans le repère ci-dessous ) Dans le même repère, tracer la droites

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre

Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Université Lille 1 Algèbre 2010/11 M51.MIMP Fiche n 1: Groupe, sous-groupe, ordre Exercice 1 On considère sur R la loi de composition définie par x y = x + y xy. Cette loi est-elle associative, commutative?

Plus en détail

Exercices 4. Nombres réels...

Exercices 4. Nombres réels... Exercices 4 Nombres réels La maîtrise des inégalités et de la notion de borne supérieure est un préalable incontournable à l étude de l analyse réelle. 4 Nombres réels..........................................................................

Plus en détail

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES

M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES M11 - Résumé de cours et exercices d analyses Premier cycle universitaire TABLES DES MATIÈRES I. Logique. II. Ensemble. III. Relation, fonction, application. IV. Composition, réciprocité. V. Relation d

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Calculs préliminaires.

Calculs préliminaires. MINES-PONTS 005. Filière MP. MATHÉMATIQES 1. Corrigé de JL. Lamard jean-louis.lamard@prepas.org) Calculs préliminaires. Notons que si f H alors f)e / est bien intégrable sur R car continue positive et

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure?

1. Montrer que B est une base de. 2. Donner la dimension de f ( 3 ), puis la dimension de Ker f, qu en conclure? Chapitre Applications linéaires Testez vos connaissances Pourquoi s intéresse-t-on au applications linéaires en économie? Qu est-ce qu un noyau, un rang et une image d une application linéaire? Donner

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Equations cartésiennes d une droite

Equations cartésiennes d une droite Equations cartésiennes d une droite I) Vecteur directeur d une droite : 1) Définition Soit (d) une droite du plan. Un vecteur directeur d une droite (d) est un vecteur non nul la même direction que la

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Contrôle de mathématiques

Contrôle de mathématiques Contrôle de mathématiques Correction du Lundi 18 octobre 2010 Exercice 1 Diviseurs (5 points) 1) Trouver dans N tous les diviseurs de 810. D 810 = {1; 2; 3; 5; 6; 9; 10; 15; 18; 27; 30; 45; 54; 81; 90;

Plus en détail

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I

Rappels d Algèbre Linéaire de P.C.S.I Rappels d Algèbre Linéaire de PCSI Table des matières 1 Structure d espace vectoriel sur IK 3 11 Définition et règles de calcul 3 12 Exemples de référence 3 13 Espace vectoriel produit 4 14 Sous-espaces

Plus en détail

1 Définition et premières propriétés des congruences

1 Définition et premières propriétés des congruences Université Paris 13, Institut Galilée Département de Mathématiques Licence 2ème année Informatique 2013-2014 Cours de Mathématiques pour l Informatique Des nombres aux structures Sylviane R. Schwer Leçon

Plus en détail

Leçon 1: les entiers

Leçon 1: les entiers Leçon 1: les entiers L ensemble N des entiers naturels Compter, dresser des listes, classer et comparer des objets interviennent dans de multiples activités humaines. Les nombres entiers naturels sont

Plus en détail

Ensembles-Applications

Ensembles-Applications Ensembles-Applications Exercice 1 : Soient A = {1,2,3} et B = {0,1,2,3}. Décrire les ensembles A B, A B et A B. Allez à : Correction exercice 1 : Exercice 2 : Soient A = [1,3] et B = [2,4]. Déterminer

Plus en détail

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle

La mesure de Lebesgue sur la droite réelle Chapitre 1 La mesure de Lebesgue sur la droite réelle 1.1 Ensemble mesurable au sens de Lebesgue 1.1.1 Mesure extérieure Définition 1.1.1. Un intervalle est une partie convexe de R. L ensemble vide et

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES

LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES LICENCE DE MATHÉMATIQUES PURES Topologie Générale Philippe Charpentier Université Bordeaux I Année universitaire 2000-01 PHILIPPE CHARPENTIER UNIVERSITÉ BORDEAUX I LABORATOIRE DE MATHÉMATIQUES PURES 351,

Plus en détail

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé

Jusqu'à présent. Au programme. Cardinalité Ensembles nis Ensembles dénombrables. Relations Opérations Relations. Conclusions. Nous avons déjà abordé Jusqu'à présent Nous avons déjà abordé Vers l'inni David Teller 23/01/2007 Les ensembles Le regroupement de valeurs caractérisées par des critères. Informatique Types. Physique Unités. Logique Domaines.

Plus en détail

Espaces vectoriels et applications linéaires

Espaces vectoriels et applications linéaires Espaces vectoriels et applications linéaires Exercice 1 On considère l'ensemble E des matrices carrées d'ordre 3 défini par,,, 1) Montrer que est un sous-espace vectoriel de l'espace vectoriel des matrices

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016

Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé. Prof. MOWGLI Ahmed. Année scolaire 2015-2016 Exos corrigés darithmétique...classe : TS-Spé Prof. MOWGLI Ahmed Année scolaire 2015-2016 1 Pour des cours particuliers par petits groupes de 3 ou 4 élèves en maths et/ou physique-chimie, veuillez me contacter.

Plus en détail

2010/2011. Espaces vectoriels

2010/2011. Espaces vectoriels Université Paris-Est Marne-la-Vallée 010/011 M1 enseignement CD/Préparation au CAPES Espaces vectoriels Dans toute la suite on considèrera des espaces vectoriels sur un corps commutatif K de caractéristique

Plus en détail

Cours MP. Espaces vectoriels normés

Cours MP. Espaces vectoriels normés Table des matières Espaces vectoriels normés B. Seddoug. Médiane Sup, Oujda I Norme et distance 1 I.1 Définitions..................... 1 I.2 Evn produit.................... 12 I.3 Notions topologiques

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Cours d Analyse Réelle 4M003

Cours d Analyse Réelle 4M003 Cours d Analyse Réelle 4M003 Jean SAINT RAYMOND Université Pierre et Marie Curie Avant-propos Ce texte a été rédigé pour servir de support écrit à un cours de Master 1 de l Université Pierre-et-Marie Curie.

Plus en détail

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA)

Agrégation interne de Mathématiques. Session 2009. Deuxième épreuve écrite. (et CAERPA) Agrégation interne de Mathématiques (et CAEPA Session 2009 Deuxième épreuve écrite 2 NOTATIONS ET PÉLIMINAIES On désigne par le corps des nombres réels et par C le corps des nombres complexes. Si f est

Plus en détail

Première partie. Deuxième partie

Première partie. Deuxième partie PC 96-97 correction épreuve X97 Première partie. f étant convexe sur l intervalle [t, t 2 ], sa courbe représentative est en dessous la corde joignant les points (t, f(t )) et (t 2, f(t 2 )). Comme f(t

Plus en détail

L ensemble R des nombres réels

L ensemble R des nombres réels L ensemble R des nombres réels Plan du chapitre 1 L ensemble des nombres réels page 11 Description géométrique des réels page 1 Inégalités dans R page 1 Distance entre deux réels Intervalles de R page

Plus en détail

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5

Université de Nantes Année 2009-2010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques. Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Université de Nantes Année 009-010 Faculté des Sciences et des Techniques Département de Mathématiques Topologie et calculs différentiel Liste n 5 Applications Différentiables Exercice 1. Soit f : R n

Plus en détail

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes.

Groupes et Actions de groupes. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Groupes et Actions de groupes On présente ici des notions de base de théorie des groupes pour l agrégation interne. 1 Groupes, morphismes et actions de groupes. Un groupe (G, ), ou plus simplement G, est

Plus en détail

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps

Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Maths PCSI Cours Structures algébriques : groupes, anneaux et corps Table des matières 1 Groupes 2 1.1 Lois de composition interne..................................... 2 1.2 Groupes................................................

Plus en détail

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES

OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES FRANÇAISES DE MATHÉMATIQUES OLYMPIADES OFM FRANÇAISES MATHÉMATIQUES ENVOI NO. 3 CORRIGÉ 1 Exercices du groupe B Exercice 1. Soit n 1 un entier tel que le quotient de 2 n par n est une puissance

Plus en détail

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels.

1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. Lycée Louis le grand Année scolaire 2007/2008 Mathématiques Supérieure MPSI Semaine 12 11 mai 2009 1 Programme de Colles : Espaces vectoriels. On note K le corps R ou C. 1.1 Axiomes d espace vectoriel.

Plus en détail