Intérêt de l IRM dans le diagnostic précoce des atteintes psoriasiques des doigts et des orteils

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intérêt de l IRM dans le diagnostic précoce des atteintes psoriasiques des doigts et des orteils"

Transcription

1 Intérêt de l IRM dans le diagnostic précoce des atteintes psoriasiques des doigts et des orteils LAPEGUE Franck (1-2), LOUSTAU Olivier (2), DENIS Aymeric (2), BOUSCATEL Elodie (1), PONSY Sylvie (1), SANS Nicolas (2), RAILHAC Jean Jacques (2). 1- centre d imagerie médicale de Narbonne ; groupe Narboscan ; 2- service de radiologie du Pr RAILHAC CHU Purpan Toulouse

2 Objectifs, rappels

3 Objectifs Les signes de dactylite psoriasique sont bien connus en radio standard et commencent à être décrits, en IRM et en échographie, dans les cas avérés de rhumatisme psoriasique. L IRM des mains a fait ses preuves dans le diagnostic précoce de la polyarthrite rhumatoïde mais pas encore dans celui du psoriasis. Existe-t-il des signes IRM précoces permettant de poser le diagnostic de dactylite psoriasique en particulier en cas de radiographies normales??

4 rappels Signes radiologiques classiques de dactylite psoriasique atteinte en rayon (MCP, IPP, IPD), atteinte des IPD, absence de raréfaction osseuse 2- érosions marginales hyperostosantes avec signes de reconstruction 3- aspect de pencil and cup : disparition de la tête du métacarpien (tarsien) dont la diaphyse s articule avec une base phalangienne évasée. 4- ankylose osseuse (notamment des interphalangiennes)

5 Rappels cliniques L oligo-athrite asymétrique est l atteinte initiale la plus fréquente (70% des cas) avec le classique doigt ou orteil en saucisse. Le rhumatisme psoriasique survient chez des patients présentant une atteinte cutanée ancienne dans 66% des cas, mais il peut apparaître en même temps que les lésions cutanées dans 10 à 15% des cas, ou les précéder dans 10 à 20% des cas.

6 4 os spongieux Rappels:physiopathologie Deux lésions fondamentales permettent d expliquer l ensemble de signes cliniques et radiologiques du rhumatisme psoriasique[1]:la synovite et l enthésite. Seule l enthésite est spécifique, et n existe pas dans la polyarthrite rhumatoïde. Les doigts riches en enthèses sont des sites d atteinte privilégiés enthèse plaque cartilagineuse de l enthèse Schéma de l enthésite selon Fournié [1] 1-ostéite sous chondrale inaugurale 2-ossification secondaire cicatricielle (enthésophite, épine, ankylose, hyperostose) 3-périostite réactionnelle à la périphérie de l enthèse. 4-ostéomyélite aseptique par contamination de la moelle osseuse à partir du foyer d ostéite initial.

7 Matériels et méthodes

8 Entre février 2005 et mai 2008, 9 patients (6 femmes, 3hommes, moyenne d age 51 ans) sont adressés pour un bilan IRM de doigts ou orteils en «saucisse» (6 doigts et 3 orteils) évoluant depuis 4 mois à4 ans Le diagnostic de rhumatisme psoriasique ou de tout autre atteinte rhumatismale n avait jamais été porté au préalable chez aucun de ces patients Absence de notion d infection locale (absence de piqûre ou de plaie par corps étranger) Ils avaient tous au préalable bénéficié d une radiographie récente et pour 5 d entre eux d une échographie

9 Protocole IRM réalisé sur la main ou le pied atteint : T1 (plan sagittal), DP fat sat (plan sagittal), T1 après injection de gadolinium et saturation du signal de la graisse (dans les 3 plans de l espace). Les critères analysés en IRM étaient les suivants : ostéite, périostite, enthésite, érosion, synovite, ténosynovite, pseudoténosynovite (inflammation du tissu cellulo-graisseux sous cutané), répartition topographique des lésions.

10 Au décours de ce bilan d imagerie après confrontation avec les éléments cliniques et biologiques, une consultation rhumatologique permettait de classer, ou non, dans la catégorie rhumatisme psoriasique les différents doigts et orteils en «saucisse» observés, en se basant sur les critères de Fournié [4]

11 Critères diagnostiques du rhumatisme psoriasique (RP) selon Fournié [4] Critères Radiologiques des Doigts et des Orteils CRDO 1 = arthrite érosive d'une articulation interphalangienne distale CRDO 2 = ostéolyse interphalangienne donnant un interligne anormalement élargi et des surfaces adjacentes très nettement délimitées. CRDO 3 = ankylose d'une articulation interphalangienne. CRDO 4 = périostite juxta-articulaire en spicule ou en bande d'un doigt ou d'un orteil CRDO 5 = résorption de la houppe phalangienne ou ostéopériostite de la phalangette.

12 Critères diagnostiques du rhumatisme psoriasique (RP) selon Fournié [4] A: Signes cliniques ou histoire clinique 1 - Psoriasis antérieur ou concomitant au début du rhumatisme 2 - Psoriasis familial en l'absence de psoriasis personnel ou psoriasis postérieur au début du rhumatisme. 3 - Arthrite d'une interphalangienne distale. 4 - Atteinte cervico-dorsale inflammatoire. 5 - Mono ou oligo-arthrite asymétrique. 6 - Talalgie, pygalgie, douleur du plastron sterno-costo-claviculaire d'horaire inflammatoire ou enthésalgies diffuses sensibles aux AINS. B: Signes radiologiques 7 - Un des Critères Radiologiques des Doigts ou des Orteils (CRDO) C: Signes biologiques 8 - Présence de l'antigène HLA B 16 (38, 39) ou B Absence de facteur rhumatoïde Un patient sera classé RP si la somme des points est égale ou supérieure à 11 points; la sensiblité est de 95% et la spécificité de 97,5%. Points

13 Résultats

14 Nous allons détailler dans ce chapitre les 4 cas de figures rencontrés dans nos 9 dossiers de doigts ou orteils en saucisse : 2 cas de rhumatisme psoriasique (RP) à radiographie anormale, où le diagnostic pouvait déjà être évoqué sur les clichés standard 5 cas de RP à radiographies strictement normales 1 cas de rhumatisme psoriasique incertain 1 diagnostic de sarcoïdose

15 RP avec radiographie pathologique c a a- gros orteil tuméfié, lésions de psoriasis typiques du cuir chevelu c- IRM coupe sagittale en T1 : la destruction osseuse de l interphalangienne est bien mise en évidence d b b-psoriasis typique du gros orteil sur le cliché standard (érosions hyperostosantes de l interphalangienne, acro-ostéolyse de la dernière phalange) d- IRM coupe axiale en T1 gado fat sat : mise en évidence de l inflammation (prise de contraste) intéressant l os (ostéite) et les parties molles (enthésite, périostiste, et inflammation de la graisse adjacente: pseudoténosynovite)

16 RP avec radiographie pathologique A B a- 3ème doigt en saucisse ; b- la radiographie peut être en faveur d un psoriasis :ankylose de l IPP du 4ème rayon, absence de raréfaction osseuse, atteinte des IPD ; C E D F c-d-e-f- séquences T1 gado fat sat : importante inflammation en rayon du 3eme doigt intéressant à la fois l os (ostéite) et les parties molles (périostite et pseudoténosynovite circonférentielle). Absence d inflammation IRM évidente du 4ème rayon, l ankylose de L IPP de ce doigt correspond donc à une atteinte ancienne sans signe d activité.

17 RP à radiographies normales Patiente de 32 ans opérée à 2 reprises pour une suspicion de ténosynovite infectieuse (prélèvements stériles.) a- aspect de 2ème doigt en saucisse ; b- lésions de psoriasis cutané typiques au niveau des coudes ; c-d radiographies normales ; A B C D E F E-f coupes coronales en pondération T1 gado fat sat mettant en évidence une atteinte inflammatoire de l ensemble du 2ème rayon (MCP, IPP, IPD) à type d enthésite (ligaments collatéraux), d ostéite, de périostite, d inflammation de la graisse sous-cutanée.

18 RP à radiographies normales Patiente de 39 ans présentant depuis 3 mois une tuméfaction modérée du 2eme rayon et des lésions cutanées de psoriasis aux coudes. radio normale (a), B C D A E l IRM en séquence pondérée T1 gado fat sat, met en évidence une ostéite de la phalange distale des doigts 2 et 3, de la 2ème phalange du 4ème doigt et des deux dernières du 5ème. On note également une inflammation de la graisse des parties molles adjacentes. L ostéite correspondant à la phase initiale de l enthésite selon Fournié, on peut évoquer un stade précoce de dactylite psoriasique.

19 RP à radiographies normales Patient de 59 ans présentant depuis 2 mois une tuméfaction du pouce, découverte lors de l examen clinique de lésions de psoriasis cutané en rétro auriculaire. A- radiographie strictement normale B-C-D: coupes T1 gado fat sat dans les 3 plans de l espace. Ténosynovite du long fléchisseur du pouce et des fléchisseurs du 5, Inflammation des enthèses latérales de la MCP du pouce, Arthrite en rayon (MCP, IP), Pseudo-ténosynovite.

20 1 diagnostic «incertain» de RP (score de Fournié <11) à radiographies normales tuméfaction du 4éme rayon depuis 1 an avec douleurs d horaires inflammatoire chez un patient de 21 ans (a). La radiographie est normale (b) A B C D E Atteinte du 4ème doigt en «rayon» (MCP, IPP, IPD), avec des lésions d ostéite, de synovite, d enthésite, de pseudo ténosynovite (c,d,e,f), de ténosynovite. Ces lésions semblent caractéristiques mais on ne retrouve pas de lésions cutanées de psoriasis (dans 10 à 20% des cas l apparition du psoriasis cutané est secondaire à la dactylite psoriasique).

21 1 doigt en saucisse ne correspondant pas à un RP: sarcoïdose Tuméfaction du 4ème doigt évoluant depuis 4 ans (a). La radiographie (b-c) montre des signes d ostéite de Perthes- Jungling (aspect en maille, petites lacunes osseuses, absence d apposition périostée). L IRM en coupes sagittales T2 fat sat (d) et T1(e) montre une infiltration tissulaire des gaines tendineuses et de la moelle osseuse correspondant à des granulomes épithélioïdes non caséeux (confirmés par la biopsie). A B C D E

22 Synthèse des résultats Sur les 9 dossiers suivis nous avons retenu 7 diagnostics de rhumatisme psoriasique (RP), 1 diagnostic de rhumatisme psoriasique incertain, et 1 diagnostic de sarcoïdose confirmé par une biopsie. Dans les 7 cas retenus de dactylite psoriasique, l atteinte en rayon, l atteinte des interphalangiennes distales, l ostéite, la périostite, la pseudoténosynovite, les synovites, sont constantes. L inflammation des éléments capsulo-ligamentaires (enthésites) est présente dans 6 cas sur 7 (85%), les ténosynovites dans 5 cas (71%), les érosions dans 3 cas (42%). Dans seulement 2 cas sur 7 les radiographies permettaient d évoquer un rhumatisme psoriasique caractéristique (28%). Ces lésions étaient présentes sur les 7 doigts et orteils boudinés mais également sur 8 doigts cliniquement non tuméfiés.

23 discussion

24 Intérêt limité de L IRM si la radio est typique: l IRM permet tout de même de faire la part entre des lésions anciennes et récentes actives Supériorité de l IRM sur la Rx pour le diagnostic précoce des dactylites psoriasiques : diagnostic IRM de 5 cas de rhumatisme psoriasiques à radiographies strictement normales Supériorité de l IRM sur la clinique.. : notre petite série montre également la capacité pour l IRM de dépister des dactylites psoriasiques débutantes encore cliniquement muettes. En effet en plus de mettre en évidence les lésions typiques des 7 doigts en «saucisse», nous avons retrouvé des lésions «caractéristiques» sur 8 doigts non «boudinés».

25 Quelle sémiologie IRM?? les signes décrits dans la littérature comme les plus spécifiques de rhumatisme psoriasique sont présents dans tous nos dossiers de RP: atteinte de l interphalangienne distale, atteinte en rayon, ostéite, périostite, pseudo-ténosynovite (CAD l inflammation du tissu cellulo-graisseux sous cutané contigu à l os et aux tendons, et que l on peut confondre en coupes sagittales avec une ténosynovite). La ténosynovite et l enthésite ne sont absentes que dans un cas. L érosion qui est un signe moins spécifique car commun à d autres rhumatismes comme la polyarthrite n est retrouvé que dans 1 seul de nos 5 cas de RP à radiographie normale (érosion non vue sur la radio).

26 Quelles séquences IRM?? Les séquences en T1 gado Fat Sat apparaissent les plus performantes pour montrer L inflammation de l os, des articulations et des parties molles. Le plan coronal semble le plus informatif («main magnétique de face») : Il permet en un seul coup d œil de visualiser en même temps tous les doigts et donc d observer la répartition typiques des lésions (asymétrique, en rayon, et avec atteintes des interphalangiennes distales). De plus ce plan coronal ne visualisant pas de façon optimale les ténosynovites et les synovites (signes également rencontrés dans les polyarthrites rhumatoïdes) il permet de mieux reconnaître sans confusion des lésions plus spécifiques : enthésites latérales des interphalangiennes, inflammation de la graisse sous cutanée (pseudoténosynovite), périostite.

27 Limites de notre étude faible effectif même si les images IRM observées dans ces 9 dossiers semblent très prometteuses, un plus grosse série sur des psoriasis débutant non traités s impose avant de bousculer les classifications radiologiques (CDRO..) et les protocoles actuels de prise en charge. Il y aurait en outre un peu moins d intérêt au diagnostic précoce que dans la polyarthrite rhumatoïde, des études récentes ayant montré l absence d efficacité des traitements lourds comme les anti TNFα sur les ankyloses osseuses dans les rhumatismes axiaux.

28 conclusion

29 Le diagnostic précoce de dactylite psoriasique est possible en IRM et ce même en cas de radiographie négative. La répartition des lésions en rayon, l atteinte de l interphalangienne distale, l ostéite parfois étendue, les enthésites et l importance de l inflammation des éléments capsulo ligamentaires et de la graisse sous cutanée (pseudoténosynovites) sont quasi constantes et facilement mises en évidence en IRM. On pourrait proposer après confirmation par une série plus large de modifier les critères radiologiques des classifications actuelles de rhumatisme psoriasique (Fournié et coll.) par des critères IRM certainement plus précoces.

30 la séquence T1 gado fat sat dans le plan coronal apparaît la plus informative, en démontrant de façon évidente les lésions élémentaires, et en permettant de visualiser en un seul coup d œil la répartition des lésions. Par analogie avec les clichés standard auxquels sont attachés nos correspondants orthopédistes et rhumatologues elle réalise une «main magnétique de face» dont l appréciation est facile et intuitive.

31 bibliographie

32 [1] Fournié B. Pathology and clinico-pathologic correlations in spondyloarthropathies. Joint Bone Spine Nov;71(6): Review. [2] Cotten A, Da Silva J,Guyot-Drouot MH, Flipo RM Rhumatismes inflammatoires chroniques. In : Cotten A. Imagerie musculosquelettique Pathologies générales.eds. Masson 2005 [3] Fournié B, Margarit-Coll N, Champetier de Ribes TL, Zabraniecki L, Jouan A, Vincent V, Chiavassa H, Sans N, Railhac JJ. Extrasynovial ultrasound abnormalities in the psoriatic finger. Prospective comparative power-doppler study versus rheumatoid arthritis. Joint Bone Spine Oct;73(5): Epub 2006 Apr 19. [4]Fournié B, Crognier L, Arnaud C, Zabraniecki L, Lascaux-Lefebvre V, Marc V, Ginesty E, Andrieu V, Dromer C, Fournié A. Proposed classification criteria of psoriatic arthritis. A preliminary study in 260 patients. Rev Rhum Engl Ed Oct;66(10): [5] Healy PJ, Groves C, Chandramohan M, Helliwell PS. MRI changes in psoriatic dactylitis--extent of pathology, relationship to tenderness and correlation with clinical indices. Rheumatology (Oxford) Jan;47(1):92-5. [6] McQueen F, Lassere M, Bird P, Haavardsholm EA, Peterfy C, Conaghan PG, Ejbjerg B, Genant H, O'Connor P, Emery P, Østergaard M. Developing a magnetic resonance imaging scoring system for peripheral psoriatic arthritis. J Rheumatol Apr;34(4): [7] Ghanem N, Uhl M, Pache G, Bley T, Walker UA, Langer M. MRI in psoriatic arthritis with hand and foot involvement. Rheumatol Int Feb;27(4): Epub 2006 Oct 7.

33 Merci de votre attention

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Épidémiologie du rhumatisme psoriasique...2 3 Signes cliniques...3 3. 1 Présentation clinique habituelle

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Le rachis inflammatoire Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Spondylo-arthrites SAPHO Quelques diagnostics différentiels Les spondyloarthrites Terminologie

Plus en détail

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

IRM d un seul poignet

IRM d un seul poignet IRM d un seul poignet SAMIS : un score simplifié pour évaluer la polyarthrite rhumatoïde dans la pratique quotidienne C.Cyteval 1, A. Miquel 2, D.Hoa 1, J.Daures 1, X.Mariette 2, B.Combe 1 1 Montpellier

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021

Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges. Membre enseignant chercheur EA 4021 Dr Pascale Vergne-Salle Service de Rhumatologie, CHU de Limoges Membre enseignant chercheur EA 4021 Rhumatisme inflammatoire chronique Prévalence des SA ies en Europe = 1 à 2% Age moy : 26 ans, ratio homme/femme:

Plus en détail

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis

Semiologie Osseuse. Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Semiologie Osseuse Elisabeth Dion Louis Mourier Faculté Bichat Lariboisière St Louis Radio standards Os Articulations Rachis Densitométrie Scintigraphie Échographie Scanner - Pet Scann IRM Opacification

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux

IRM DE LA MOELLE OSSEUSE. Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux IRM DE LA MOELLE OSSEUSE Dr Hamidou DEME Ancien interne des Hôpitaux OBJECTIFS Décrire la composition et la distribution normale des différentes moelles osseuses en fonction de l âge Connaître le signal

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie

L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie ARTICLE ORIGINAL L atteinte des sacro-iliaques en rhumatologie N. AKASBI, FZ. EL OUAZZANI, N. KADI, S. MANSOURI, L. TAHIRI, T. HARZY Service de rhumatologie, CHU Hassan II, FES Résumé: Introduction : la

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression

Trucs du métier. L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis. clinicien@sta.ca. Avez-vous un truc? Son épidémiologie et son expression L arthrite psoriasique en l absence du psoriasis Trucs du métier Son épidémiologie et son expression Le psoriasis est une maladie cutanée inflammatoire chronique qui touche de 1 % à 3 % de la population

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune

Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Lombalgies inflammatoires de l homme jeune Auteur : Dr Éric TOUSSIROT, Besançon Comité éditorial : Dr Laure GOSSEC, Paris Dr Henri NATAF, Mantes-La-Jolie Relecteurs CFMR : Pr Bernard DUQUESNOY, Lille Pr

Plus en détail

N 92. Rachialgie [N 92] 1

N 92. Rachialgie [N 92] 1 N 92. Rachialgie Figure 2. Radio rachis lombaire de profil et IRM coupe axiale T2. Arthrose inter-apophysaire postérieure avec hyperlordose et antélisthésis. Condensation des massifs articulaires, et à

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE Diagnostic précoce de la Spondylarthrite Dr Laurent MARGUERIE Le concept de spondylarthropathie (SpA) Les spondylarthropathies regroupent : SpA JUVENILES SPONDYLARHRITE ANKYLOSANTE SpA INDIFFERENCIEES

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit Patient de 39 ans, tuméfaction de la face plantaire du pied droit apparue quelques mois plus tôt Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir sur les clichés standards Lésion expansive ostéoformatrice

Plus en détail

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION

Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION Arthropathies microcristallines I. INTODUCTION dépôts intra-articulaires ou péri-articulaires de microcristaux cristaux d urate de sodium => goutte cristaux calciques => chondrocalcinose phosphates de

Plus en détail

32 Syndrome du tunnel cubital

32 Syndrome du tunnel cubital 32. Syndrome du tunnel cubital 201 32 Syndrome du tunnel cubital SYNDROME CLINIQUE Le syndrome du tunnel cubital est une cause rare de douleur et de faiblesse de la partie latérale de l avant-bras qui

Plus en détail

L échographie dans la Polyarthrite Rhumatoïde

L échographie dans la Polyarthrite Rhumatoïde L échographie dans la Polyarthrite Rhumatoïde Frédérique Gandjbakhch Service de rhumatologie GH Pitié Salpétrière 1 PLAN Les lésions élémentaires échographiques dans la PR Comment effectuer l examen échographique?

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

REEDUCATION RISQUES APRES LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS. Adhérences péritendineuses LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS

REEDUCATION RISQUES APRES LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS. Adhérences péritendineuses LESIONS DES TENDONS EXTENSEURS REEDUCATION APRES LESIONS RISQUES DES TENDONS Dr A. FOISNEAU LOTTIN, C. GABLE, Dr D. PETRY, C. LECHAUDEL HJA Dommartin les toul IRR NANCY Ruptures tendineuses Distension de la suture Adhérences péritendineuses

Plus en détail

ARTHRITES DU SUJET AGE

ARTHRITES DU SUJET AGE ARTHRITES DU SUJET AGE D. Wendling Rhumatologie, CHU Université de Franche-Comté Besançon Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois

Plus en détail

Imagerie médicale. Pathologie Rachis

Imagerie médicale. Pathologie Rachis Imagerie médicale Pathologie Rachis Rachis Rachis cervical 7 vertèbres Rachis thoracique 12 vertèbres Rachis lombaire 5 vertèbres Sacrum / Coccyx I- Rappels Vertèbre anatomiques type 1 Pédicule 2 Processus

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Le pied des spondyloarthropathies

Le pied des spondyloarthropathies Chapitre 5 Le pied des spondyloarthropathies V. Simon, C. Huber-Levernieux, C. Piat Résumé Le pied est fréquemment (jusqu'à 75 % des cas) touché dans les spondyloarthropathies avec une atteinte double

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Evaluation d un système IRM à bas champ en pathologie ostéoarticulaire courante. ROSSIER Philippe-Pascal -MALIK Marguerite IRIMED - LAUSANNE - SUISSE

Evaluation d un système IRM à bas champ en pathologie ostéoarticulaire courante. ROSSIER Philippe-Pascal -MALIK Marguerite IRIMED - LAUSANNE - SUISSE ESAOTE SCHOOL Evaluation d un système IRM à bas champ en pathologie ostéoarticulaire courante ROSSIER Philippe-Pascal -MALIK Marguerite IRIMED - LAUSANNE - SUISSE INTRODUCTION L IRM est devenue une méthode

Plus en détail

MEMOIRE pour le DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE ANNEE 2004-2005

MEMOIRE pour le DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE ANNEE 2004-2005 MEMOIRE pour le DIU DE PEDAGOGIE MEDICALE ANNEE 2004-2005 Constitution d une banque d images à visée pédagogique en Rhumatologie : la Diapothèque du Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Dr

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed

Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Epidémiologie et diagnostic des arthroses Dr. YOUNES Mohamed Service de Rhumatologie EPS Tahar Sfar de Mahdia JSBM 2013 Introduction Maladie dégénérative de l articulation due à une dégradation progressive

Plus en détail

SEMIOLOGIE CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DE LA HANCHE DOULOUREUSE DE L ADULTEL

SEMIOLOGIE CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DE LA HANCHE DOULOUREUSE DE L ADULTEL SEMIOLOGIE CLINIQUE ET RADIOLOGIQUE DE LA HANCHE DOULOUREUSE DE L ADULTEL CD-ROM D ENSEIGNEMENTD S.Mezghani, M. Mezghani, W.Tagougui, S. Baklouti, M.H. Elleuch, J.Mnif OBJECTIF Création d un d outil interactif

Plus en détail

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale

Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale MÉDECINE LPS 1/2016 Arthrite psoriasique quand le psoriasis s attaque aux articulations et à la colonne vertébrale CHRISTA INGLIN Le Dr Thomas Langenegger est médecin-chef de la clinique médicale de rhumatologie

Plus en détail

La Hanche de l enfant et de l adolescent

La Hanche de l enfant et de l adolescent La Hanche de l enfant et de l adolescent Cafcim 29 Septembre 2012 Sébastien Brunot, Hervé Laumonier, Hervé Bouin Imagerie médicale, Clinique du Tondu Ostéomyélite Ostéochondrite Epiphysiolyse Rhume de

Plus en détail

La Revue Médicale de Madagascar 2013 ; 3(3)

La Revue Médicale de Madagascar 2013 ; 3(3) Rev. méd. Madag. 2013 ; 3(3): 298-304 F M C Pour une bonne lecture de la radiographie en Rhumatologie How to read correctly an osteoarticular radiography? S. Ralandison* Unité de Rhumatologie, Hôpital

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS.

ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. ECHOGRAPHIE VERSUS IRM DANS LE DIAGNOSTIC POSITIF DES LÉSIONS DE LA COIFFE DES ROTATEURS S.DRISSI, A.BEN OTHMAN, N.BEN DALI, L.REZGUI MARHOUL TUNIS. OBJECTIFS Evaluer la fiabilité de l imagerie notamment

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE. L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES SUR MATERIEL D OSTEOSYNTHESE ET SUR PROTHESE L Imagerie Médicale : Sa place et ses contraintes Docteur P. CHASTANET Service de Radiologie Ostéo-Articulaire - Hôpital Roger

Plus en détail

LES SPONDYLARTHROPATHIES. Pr. A. El Maghraoui

LES SPONDYLARTHROPATHIES. Pr. A. El Maghraoui LES SPONDYLARTHROPATHIES Pr. A. El Maghraoui Objectifs Objectif 1: Définir le concept des spondylarthropathies (SpA) Objectif 2: Faire le diagnostic précoce de la SPA Objectif 3: Décrire cliniquement une

Plus en détail

Diagnostic IRM des clivages intra tendineux

Diagnostic IRM des clivages intra tendineux Diagnostic IRM des clivages intra tendineux de la coiffe postéro supérieure C Mutschler 1, A Sobotka 1, V Brun 1, V Vuillemin-Bodaghi 1, E Vandenbussche 2, B Augereau 2, G Frija 1 1 : Radiologie, 2 : Orthopédie

Plus en détail

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 5. Procédure N 033

Procédure Médecins N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 5. Procédure N 033 N de version: 01 Date d'application: Réf.: CMUB- Pagination : 1 de 5 Rédacteurs Dr Valerie Hamelin Date Octobre 2010 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 033 Validation Dr Patrick HALBOUT

Plus en détail

orteils ou «griffes d orteils»

orteils ou «griffes d orteils» FICHE D INFORMATION PATIENT : les déformations des orteils ou «griffes d orteils» Madame, monsieur, votre chirurgien vient de vous proposer une prise en charge chirurgicale pour votre pathologie du pied

Plus en détail

L A L E T T R E. L E T T R E D I N F O R M A T I O N ( 3 n u m é r o s p a r a n ) m a i 2 0 1 1

L A L E T T R E. L E T T R E D I N F O R M A T I O N ( 3 n u m é r o s p a r a n ) m a i 2 0 1 1 L A L E T T R E L E T T R E D I N F O R M A T I O N ( 3 n u m é r o s p a r a n ) m a i 2 0 1 1 N 40 Éditorial Cette Lettre se propose de clarifier le problème très général des rhumatismes inflammatoires

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail

Echographie de l épaule

Echographie de l épaule Echographie de l épaule GH JL Brasseur Pitié-Salpêtrière Journées de Bichat; l épaule du sportif Paris 12 Mars 2015 But d une imagerie de l épaule Prévalence +++ des images anormales asymptomatiques rupture

Plus en détail

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013

Douleurs des mains. Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements. C.Zenklusen septembre 2013 Douleurs des mains Douleurs des mains les plus fréquentes: pertinence, causes, traitements C.Zenklusen septembre 2013 Causes de douleurs aux mains Articulations (origine articulaire) Nerfs (origine nerveuse)

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Conduite à tenir devant une épaule douloureuse (306a) Professeur Philippe GAUDIN, Docteur Laurence PITTET-BARBIER Juillet 2003 (Mise à jour juillet 2005) Pré-Requis : Anatomie fonctionnelle de l épaule

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT

Syndrome du canal carpien. Marie-Noémie PLAT Syndrome du canal carpien Marie-Noémie PLAT ANATOMIE Canal ostéofibreux INEXTENSIBLE Formé par: Une gouttière osseuse postérieure Le ligament annulaire antérieur en avant Contenant: Les tendons des muscles

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

Pathologie de la cheville et tendinites

Pathologie de la cheville et tendinites Pathologie de la cheville et tendinites Chapitre I : Pathologie de la cheville 1) Anatomie : L articulation de la cheville (articulation talo-crurale) est une articulation synoviale à un degré de liberté.

Plus en détail

Aspects échographiques de la goutte.

Aspects échographiques de la goutte. DOSSIER échographie 19 Aspects échographiques de la goutte. Ultrasonography patterns of gout. Karima Benbouazza Cabinet de Rhumatologie, rue jbel bouyeblane, immeuble n 9, appartement n 10, Agdal, Rabat

Plus en détail

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille

Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur. Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille Plasma-Rich-Platelet (PRP) dans l appareil locomoteur Dr Arniaud Denis Service de rhumatologie Hôpital St Joseph Marseille TIGER WOODS ET LE PRP Dans des revues sportives Américaines Tiger Woods : J ai

Plus en détail

Arthrite rhumatoïde de l'articulation glénohumérale

Arthrite rhumatoïde de l'articulation glénohumérale CHPITRE 88 rthrite rhumatoïde de l'articulation glénohumérale DÉFINITION rthrite inflammatoire symétrique caractérisée par une synovite, un pincement articulaire, des épanchements, des érosions osseuses

Plus en détail

cas clinique n 3 et 4

cas clinique n 3 et 4 cas clinique cas clinique n 3 et 4 Cas n 3. Bilan d une lombalgie L5 très invalidante. Une IRM est réalisée dans le bilan.interpréter la coupe réalisée en séquence pondérée T2.??? Cas n 4. Bilan d une

Plus en détail

Swiss Clinical Quality Management in Rheumatic Diseases

Swiss Clinical Quality Management in Rheumatic Diseases Swiss Clinical Quality Management in Rheumatic Diseases 13 e séance de travail sur la politique de santé nationale 17 novembre 2011 Atelier 3 Dr méd. H.A. Schwarz Président de la SCQM SCQM? La SCQM est

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue

Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Le Psoriasis : le point de vue du dermatologue Nathalie Quiles Tsimaratos Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Les formes cliniques cutanées En plaques : dermatose érythématosquameuse

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

SEMIOLOGIE OSSEUSE. CCO imagerie Mardi 9 avril Pr Dion. SÉMIOLOGIE OSSEUSE ( pages) 1

SEMIOLOGIE OSSEUSE. CCO imagerie Mardi 9 avril Pr Dion. SÉMIOLOGIE OSSEUSE ( pages) 1 CCO imagerie Mardi 9 avril Pr Dion SEMIOLOGIE OSSEUSE Commentaires : https://docs.google.com/file/d/0b1v4ahwus3nnshjetw1mltuyee0/edit ED9 de loco La fin est baclée +++ par la prof.pour le grand III, il

Plus en détail

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna

( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf. M.M. Makhloufi. A. Chamia Service de chirurgie orthopédique, CHU de Batna Apport de la biopsie par voie postérieure transpédiculaire dans le diagnostic de la spondylodiscite tuberculeuse dorsale et lombaire avec enquête bactériologique négative ( à propos de 30 cas) N.Boudjouraf.

Plus en détail

Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente

Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente Item 307 : Douleur et épanchement articulaire. Arthrite d'évolution récente COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE

IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE IRM FONCTIONNELLE CORPS ENTIER DE LA MOELLE OSSEUSE B. Hainaux, L. Camoin, P. Zerbib, C. Lin, A. Luciani, R. Raymond, A. Rahmouni CHU Henri Mondor Service d imagerie médicale Pr Alain Rahmouni Objectifs

Plus en détail

Imagerie de l Entorse Latérale de Cheville

Imagerie de l Entorse Latérale de Cheville Imagerie de l Entorse Latérale de Cheville Philippe MEYER Lionel PESQUER Gérald PARIS Nicolas WAKIM Imagerie Ostéoarticulaire Clinique du Sport 9, rue Jean Moulin 33700 MERIGNAC Web : www.image-echographie.com

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

GUIDE D INTERPRÉTATION D UNE LÉSION DU LABRUM GLÉNOIDIEN SUPÉRIEUR EN IMAGERIE AVEC CONTRASTE INTRA-ARTICULAIRE

GUIDE D INTERPRÉTATION D UNE LÉSION DU LABRUM GLÉNOIDIEN SUPÉRIEUR EN IMAGERIE AVEC CONTRASTE INTRA-ARTICULAIRE GUIDE D INTERPRÉTATION D UNE LÉSION DU LABRUM GLÉNOIDIEN SUPÉRIEUR EN IMAGERIE AVEC CONTRASTE INTRA-ARTICULAIRE L.MEZITI,JL.DRAPE, A.MIRAT,E.PESSIS, C. ANDREUX, H.GUERINI, S.MALAN, A.CHEVROT SERVICE DE

Plus en détail

Imagerie du pied diabétique

Imagerie du pied diabétique Imagerie du pied diabétique J El Azizi El Alaoui, A El Kharras, M Mahi, S Chaouir Service d Imagerie Médicale, Hôpital d Instruction Militaire Mohammed V. Rabat-Maroc Introduction Le pied diabétique est

Plus en détail

Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde

Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde Chapitre 7: Arthrose et polyarthrite rhumatoïde DE QUOI S AGIT- IL230? L arthrose L arthrose est la pathologie la plus fréquente de toutes les pathologies rhumatismales. Elle se caractérise par la perte

Plus en détail

Les entorses de la cheville

Les entorses de la cheville Les entorses de la cheville François Bonnomet Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Rappels anatomiques Tubercule de Tillaux Ligament tibio fibulaire antérieur Malléole latérale Malléole médiale Ligament

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES. Dr Nfally BADJI Assistant Chef de Clinique

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES. Dr Nfally BADJI Assistant Chef de Clinique INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES Dr Nfally BADJI Assistant Chef de Clinique Objectifs Définir l arthrite, l osteo-arthrite, l osteomyelite, l osteite et la spondylodiscite. Donner l intérêt de l imagerie

Plus en détail

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic.

Votre médecin et ou votre chirurgien par l analyse de vos symptômes et un examen médical précis (tests de conflit) évoqueront le diagnostic. LE CONFLIT SOUS ACROMIAL a) Fonction Lors des mouvements du membre supérieur, les tendons de la coiffe des rotateurs passent sous un élément osseux et ligamentaire (arche) composé de la face inférieure

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE

26 ES RHUMATOLOGIE PRATIQUE CAP 15 JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 RENCONTRES DE. www.rhumatologie-pratique.com PARTICIPATION GRATUITE PARTICIPATION GRATUITE 26 ES programme PRÉLIMINAIRE* *sous réserve de modifications RENCONTRES DE RHUMATOLOGIE PRATIQUE JEUDI 2 & VENDREDI 3 FÉVRIER 2012 CAP 15 1-13, quai de Grenelle - Paris 15 e PRÉSIDENT

Plus en détail

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES

BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES BILAN D EXTENSION ET SUIVI DANS LE TRAITEMENT DES LYMPHOMES Fourati.H, Feki.W, Hentati.Y, Kaddour.I, Mdhaffar.M*, Daoud.E, Mnif.Z Service d Imagerie médicale CHU Hédi Chaker Sfax, Tunisie *Service d Hématologie

Plus en détail

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN Sylvie BESCH Hôpital National de Saint Maurice Service de Rééducation Fonctionnelle et Traumatologie FRACTURE DES MÉTATARSIENS GÉNÉRALITÉS Fréquence +++ Différents

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette "

Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue Xavier Dufour Gilles Barette Ostéopathie et lombalgie! en phase aigue" Xavier Dufour" Gilles Barette " Définition" # Société Française de Rhumatologie! # Douleur allant de la charnière dorsolombaire au bassin pouvant irradier jusqu$au

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT. Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune

BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT. Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune PLAN 1. Introduction 2. Diagnostic clinique Interrogatoire Examen clinique 3. Examens paracliniques Echographie Radiographies

Plus en détail

Le pied inflammatoire. Dr Yves-Marie PERS Service d Immunologie-clinique & Thérapeutique du Pr Jorgensen CHRU Lapeyronie, Montpellier Juin 2013

Le pied inflammatoire. Dr Yves-Marie PERS Service d Immunologie-clinique & Thérapeutique du Pr Jorgensen CHRU Lapeyronie, Montpellier Juin 2013 Le pied inflammatoire Dr Yves-Marie PERS Service d Immunologie-clinique & Thérapeutique du Pr Jorgensen CHRU Lapeyronie, Montpellier Juin 2013 Mme A., 33 ans présente des douleurs articulaires des mains

Plus en détail