Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire"

Transcription

1 Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire en orthopédie pédiatrique p? Mathie LORROT, Chantal JOB-DESLANDRE Hôpital Robert Debré, Faculté de Médecine Paris 7 Cours DESC chirurgie Orthopédique Pédiatrique Septembre 2011

2 Pathologies inflammatoire ostéo-articulaire pédiatriques p Articulaire: Arthrite Juvénile Idiopathique (AJI): Polyarthrite systémique (maladie de Still). Oligoarthrite avec/sans Facteur anti nucléaires (FAN) Polyarthrite avec/sans Facteur Rhumatoïde (FR) Arthrite avec enthésite, arthrite psoriasique. Spondylarthrite ankylosante (SPA): Osseuse +-+ articulaire Osteïte chronique récurrente r multifocale (OCMR)

3 Arthrites inflammatoires

4 Arthrite septique URGENCE-hospitalisation Arthrite aigüe Syndrome de Kawasaki Fièvre Signes cutanéo muqueux Risque ++ anévrysmes Debut aigu d une AJI Arthrite virale RAA ASLO et ASDases, VS et CRP Arthrite de Lyme sérologie Purpura rhumatoïde Éruption Maladie périodiquep Contexte ethnique Signes abdominaux Étude génétique gène MeFV Hémarthrose: Arthrite post traumatique Hémophilie SVN

5 En faveur patho septique En faveur patho inflammatoire? Arthrite aiguë moins de 3 semaines Une seule articulation atteinte Arthrite subaiguë ou chronique plus de 3 semaines Plusieurs articulations atteintes en même temps et sans syndrome septique Au cours du temps Au moindre doute considérer arthrite septique: ponction articulaire +/- drainage + antibiothérapie à débuter

6 Mariam, 2 ans et demi, sans ATCD (1) Motif consultation - fièvre (pics à C) depuis 15 jours avec frissons, - impotence fonctionnelle MI gauche. Examen clinique: - Poids: 13.2 kg, T =36.4T =36.4 C, FC: 130/min - Asthénie - Boiterie d esquive d à gauche, choc rotulien gauche - Rotation externe hanche gauche douloureuse - Pas HSM, aires ganglionnaires libres

7 Histoire de la maladie (2) Biologie: - GB: 10500/mm 3 (39% PNN, 51% Ly), Plaq: : /mm 3, Hb: : 9.5g/dl, VGM: 54 µl - CRP: 134 mg/l, PCT: 0.7 ng/ml - Hémocultures prélev levéeses Radios standard genoux et bassin: normales

8 Quel est votre diagnostic?

9 Arthrite septique du genou gauche. Prise en charge?

10 Evolution de Mariam hospitalisée e en chirurgie orthopédique, sous antibiothérapie IV (2) Evolution défavorabled Cliniquement: - Persistance de la fièvre et des douleurs - Apparition d arthrites d diffuses (genou G, cheville G, coudes D et G, torticolis) Biologiquement: augmentation du syndrome inflammatoire (J6) GB: /mm 3, Plaq: : /mm 3, CRP=181 mg/l Négativité des examens microbiologiques Liquide articulaire: purulent, éléments (97% PNN, 2% Ly) Culture stérile PCR Kingella kingae negative Hémocultures stériles

11 Evolution (2) Que faites-vous? Explorations supplémentaires?

12 Evolution (3) Avant tout, préciser l histoirel histoire - Fièvre évoluant depuis 5 mois avec pics de fièvre le soir - Hospitalisation 1 mois avant pour fièvre : - GB= 23200/mm 3, Plaq= = /mm 3, CRP=127 mg/l - Errance médicalem dicale - Plusieurs passages au SAU: arthralgies (coudes, torticolis, boiterie) + éruption cutanée e concomitante

13 Evolution (4) Hypothèse(s) diagnostique(s)?

14 Evolution (5) Diagnostic: forme systémique d arthrite d chronique juvénile (maladie de Still) Traitement: - Corticothérapie rapie (après s myélogramme) Evolution: - amendement des douleurs articulaires, reprise activité normale. - GB: 19000/mm 3, Plaq: : /mm 3, Hb: : 8.1 g/dl, CRP: 89 mg/l Sortie sous Solupred (1 mg/kg/j), règles r hygiéno no-diététiques. tiques.

15 POLYARTHRITE SYSTÉMIQUE (maladie de Still) Sex-ratio : 1 Age : 2-7 ans. Pas de liaison HLA connue Triade symptomatique Fièvre > 15j Arthrite Eruption

16

17 POLYARTHRITE SYSTÉMIQUE (maladie de Still) Signes biologiques : Syndrome inflammatoire majeur : VS > 100 mm GB > /mm 3, anémie microcytaire, thrombocytose Ferritinémie élevée, ferritine glyquée basse Absence d A.A.N.. et F.R. Vérifier l absence de: pathologie infectieuse pathologie hématologique atteinte pulmonaire (radio), cardiaque (écho) Radiographies: bilatérales et comparatives des articulations thorax

18 POLYARTHRITE SYSTÉMIQUE (maladie de Still) Traitement : AINS (Indocid( Indocid, Ibuprofène ne) Corticoïdes : 1 à 2 mg/kg/j (bolus 30 mg/kg J1,J2,J3) Traitement de fond (corticod( corticodépendance/résistance) méthotrexate,, anti TNF,, Ac anti-il6, ciclosporine

19 POLYARTHRITE SYSTÉMIQUE: modalités évolutives Formes bénignes (50 % cas) Rémission après quelques mois ou années Séquelles articulaires (20 % cas) Rechutes possibles Formes sévères à évolution systémique (25 % cas) Formes sévères à évolution polyarticulaire destructrice Complications Retard staturo-pond pondéral (inflammation, corticoïdes des) Ostéop opénie Amylose secondaire Syndrome d activation macrophagique

20 OLIGOARTHRITE : Tableau Clinique Initial Age 2-4 ans. Filles : 70 % Arthrites : 1 à 4 articulations

21 Signes extra-articulaires Iridocyclite à œil blanc : 30 % des cas Avant le diagnostic d AJI : 15% cas Découverte lors du diagnostic d AJI : 19% cas DEPISTAGE SYSTEMATIQUE AVEC EXAMEN A LA L.A.F.

22 Complications des uvéites associées (après s 8.9 ans) Complications 35% Synéchies Kératite en bandelette Cataracte Glaucome Baisse de la vision (20% cas) Cécité 4/62 patients Bardare et al J Rheumatol 2007

23 OLIGOARTHRITE : Biologie Syndrome inflammatoire présent dans 50% élévation de la V.S et de la C.R.P rarement hyperleucocytose, anémie, thrombocytémie Facteurs Antinucléaires (FAN) positifs dans 70 % de spécificité indéterminée

24 OLIGOARTHRITE : évolution Après 4 à 15 ans Rémission : 36 à 66% Oligo articulaire persistante : 43 à 88% Oligo arthrite extensive : 12 à 50% 5 à 9 articulations > 11 articulations

25 OLIGOARTHRITE : Traitement anti-inflammatoires non stéroïdiens infiltrations locales : hexacétonide de triamcinolone + immobilisaton de 48h rééducation

26 Risque des injections locales d Hexatrione Atrophie sous-cutanée avec dépigmentation Calcifications peri articulaires

27 Si évolution persistante et/ou facteur de risque d évolution extensive : traitement de fond indication au Méthotrexate après 3 à 6 mois d évolution d autant que l oligoarthriteextensive est un facteur prédictif de rémission sous MTX. En cas d échec biothérapie anti TNF alpha : Etanercept, Infliximab, Adalimumab CTLA4 Ig : Abatacept Traitement de l Iridocyclite et surveillance systématique trimestrielle

28 OSTEITE CHRONIQUE RECURRENTE MULTIFOCALE (OCMR) DE L ENFANT

29 Jérémy, 14 ans et ½ Hospitalisé en février 2007: -depuis 3 semaines douleurs du genoux et de la cheville gauches et fièvre C -pas de trauma -AEG (amaigrissement - 4 kg/5 mois) Hb 10.5 g/l, GB 4400/mm3, Plaq /mm3, Fibrinogène 8 g/l, CRP 104 mg/l Examen clinique: arthrite du genou droit subaiguë avec choc rotulien

30 Radiographies standards Radio normales

31 Scintigraphie osseuse Hyperfixation calcanéum, métatarsien n 1, genou et 2 cotes droites

32 IRM genoux gauche lésion osseuse médullaire épiphyso-métaphysaire tibiale antérieure STIR T1 SPIR avant injection T1 SPIR après injection

33 STIR sagittale IRM cheville gauche T2 axial G D T2

34 T1 SPIR Gado T1 SPIR Gado (soustraction)

35 Vos hypothèses diagnostiques?

36 Hypothèses diagnostiques Infection: aigüe, chronique Tumeur: hémopathie (lymphome, leucémie) Inflammatoire : - Ostéite Chronique Multifocale Récurrente - (Spondylarthropathie) - (Arthrite juvénile idiopathique)

37 Biopsie osseuse du calcanéum gauche: -pas de cellule tumorale -pas de granulome, pas de germe -œdème interstitiel -infiltrat inflammatoire (lymphocytes) compatible avec OSTEOMYELITE CHRONIQUE MULTI-FOCALE ASEPTIQUE

38 Traitement et évolution 02/07: Voltarène 50 mg X 3/j 04/07: va très bien, reprise de 5 kg Pas de douleur ni de limitation articulaire Normalisation du bilan biologique (NFS, Plq, CRP,VS)

39 Décrite par Giédion en 1972 L O.C.R.M est un des éléments du syndrome SAPHO Synovite Acnée Pustulose Hyperostose Ostéite

40 DIAGNOSTIC DE L OCMR 1. 2 critères de diagnostic majeurs 2. 1 critère diagnostic majeur + 1 critère diagnostic mineur Critère diagnostique majeur Image lytique +/- sclérose Lésions osseuses multifocales Pustulose palmo-plantaire ou psoriasis Biopsie osseuse stérile avec signes d inflammation et/ou de fibrose et/ou de sclérose Critère diagnostique mineur NFS normale, bon état de santé CRP, VS modérément élevées Evolution > 6 mois Hyperostose Association à une autre MAA autre que psoriasis et spondylartrite ankylosante

41 Biologie Syndrome inflammatoire 80% cas Antigène HLA B 27 : 15 à 30% cas

42 OCMR infantile Prédominance féminine Age : ans Douleurs osseuses métaphysaires uni ou pluri focales Éventuellement associées à Tuméfactions Arthrites Signes cutanés : pustulose, psoriasis Signes généraux : asthénie, fièvre

43 Localisation Atteinte multifocale parfois symétrique Atteinte osseuse > articulaire Sternum 9% Fémur 17% Clavicule 24% Vertèbres 20% 3 topographies préférentielles: - métaphyse os longs mb inf -bord interne des clavicules Genou 9% Tibia distal 33% Calcanéus 19% -rachis, bassin Girschick et al. Ann Rheum Dis 2005;64: C.Catalano-Pons et al Rheumatology 2008;47:

44 OCMR= diagnostic d élimination Contre une ostéomyélite classique: - Pas d abcès sous périosté ni médullaire ni des tissus mous - Pas de fistulisation cutanée - Pas de séquestre osseux - Bactériologie négative (prélèvements osseuse et/ou articulaires négatifs, hémoculture) Contre une pathologie tumorale: Histologie et/ou myélogramme nécessaire en cas de doute diagnostique avec tumeur (sarcome, métastase ) ou hémopathie (leucémie, lymphome ) Etude histologique de la biopsie osseuse de l OCMR: élimine pathologie tumorale ou infectieuse réaction inflammatoire chronique:ostéite subaiguë avec infiltrats lymphocytaires et polynucléaires et zones de fibrose fibroblastique

45 Radios standards Lacune métaphysaire Appositions périostées Hyperostose réactionnelle Spondylodiscite Sacro-iliite

46 Robertson et al. Ann Rheum Dis 2001;60: Imagerie Construction osseuse au 1 er plan - Ostéocondensation - Hyperostose corticale - appositions périostées Ostéolyse au second plan

47

48 Scanner Absence d infiltration des tissus mous. Intégrité des corticales

49

50 IRM : hyposignal en T1 hypersignal T2

51 OCMR= Bilan d extension Scintigraphie osseuse: Hyperfixation bilan d extension (lésion muette cliniquement) IRM corps entier (STIR) ++++ œdème médullaire bilan d extension (lésion muette cliniquement)

52 Scintigraphie osseuse affirme le caractère multifocal dépiste les localisations asymptomatiques

53 Intérêt de l IRM corps entier dans la recherche de localisations asymptomatiques Valentine (10/9/19997) Août 2008 : gonalgie gauche Décembre 2008 Gonalgie gauche Raideur matinale 15mn Douleur métaphyse tibiale supérieure gauche VS : 9mm 1 ère heure

54

55 Traitement médical de l OCMR AINS au long court: Voltarène, Indocid Corticoïdes, Methotrexate.non Autres traitements (si échec des AINS) Biphosphonates si atteinte rachis, mandibule pamidronate IV lente sur 3 perfusions sur 3 jours de suite (risque d hypocalcémie, d ostéonécrose de la mandibule) Anti TNF? (Influximab, Remicade ) Gleeson H et al J Rheumatol 2008; 35: Deutschman A., Mache C.J., et coll Pediatrics 2005; 116:

56 Evolution des OCMR Le plus souvent par poussées A l âge adulte Rémission fréquente Séquelles possibles Asymétrie de longueur d un membre Hypertrophie osseuse par périostose engainante

57 CONCLUSION Quand penser à une pathologie inflammatoire osseuse ou articulaire? Anamnèse: Préciser l histoire évolutive de l arthrite Ancienneté, épisode similaire? Fièvre, infection précèdant l arthrite. Rechercher des antécédents personnnles ou familiaux de Maladie auto-immune (thyroïde ) Psoriasis, Spondylarthropathie Uvéite, Entérocolopathie Examen clinique complet: Fièvre? Examen de toutes les articulations: recherche autre atteinet ariculaire Peau: éruption Diarrhée, douleurs abdominales, amaigrissement (en faveur entérocolopathie)

58

59 OCMR L OCRM n est pas une affection exceptionnelle chez l enfant. Le diagnostic suspecté sur la clinique et l imagerie nécessite une confirmation histologique dans les cas de diagnostic difficile. L IRM corps entier semble être la méthode de choix pour le dépistage des localisations asymptomatiques et le suivi évolutif

60 Le traitement initial repose sur les AINS Dans les formes sévères résistant aux AINS corticoïdes?, anti TNF? biphosphonates? L existence de formes chroniques ou àrechutes multiples et les séquelles osseuses possibles doivent faire nuancer le pronostic initialement considéré comme bénin. Des études sont nécessaires pour identifier les patients à risques de forme sévère et pour préciser les traitements «de fond»efficaces.

61 Clinical outcome in children with CRMO C.Catalano-Pons et al. Rheumatology 2008;47: Cohorte de 40 enfants suivis pour OCMR 34 filles / 6 garçons Âge médian lors du diagnostic: 11.5 ans (de 2 à 17 ans) Délai depuis le diagnostic : 3.5 ans (de 0.5 à 15 ans)

62 Clinical outcome in 40 children with CRMO C.Catalano-Pons et al Rheumatology 2008;47: Symptômes initiaux Douleur osseuse 100 % Association à gonflement et arthrite chez 4 patients (10 %) Symptômes extra articulaires Fièvre : 9 cas (22.5 %) Pustulose Palmo Plantaire rare: 1 cas Biologie initiale quasiment normale NFS Plaquettes et CRP normales VS : 26 mm Biopsies osseuses 28 biopsies effectuées Ostéite non spécifique subaigüe ou chronique avec discrète fibrose Bactériologie : négative

63 Clinical outcome in 40 children with CRMO C.Catalano-Pons et al Rheumatology 2008;47: Traitements Nb de patients NSAID's antibiotics steroids sulfasalazine methotrexate pamidronate etanercept azathioprine

64 Clinical outcome in 40 children with CRMO C.Catalano-Pons et al Rheumatology 2008;47: Critères prédictifs de l inefficacité des AINS Non répondeurs Répondeurs p Age de début de la maladie 8,7 9,7 NS Sexe 8F/1M 25F/5M NS Nombre initial de lésions 4 2 0,03 Nombre total de lésions 5 4 NS VS (mm) NS CRP (mg/l) 14 5 NS GB (/dl) NS Plaquettes (mm3) NS Durée d activité de la maladie (années) 7,5 2,7 0,05

65 Clinical outcome in 40 children with CRMO C.Catalano-Pons et al Rheumatology 2008;47: Recul moyen : 3,5 ans : durée d activité de l OCMR 2,7 ans, significativement corrélée à Nombre initial de localisations Nombre total de localisations Âge : corrélation inverse Vitesse de sédimentation initiale

66 Clinical outcome in 40 children with CRMO C.Catalano-Pons et al Rheumatology 2008;47: Séquelles Asymétrie de longueur : 3 cas Hypertrophie clavicule : 1 cas Retard de croissance : 3 cas Tassement vertébral (corticoïdes) : 1 cas Questionnaires HAQ 29/40 cas HAQ 0-1(pas de handicap) 26/29 cas HAQ 1-2 ( handicap léger) 2/29 cas HAQ 2-3 (handicap important) 1/29 cas

67 Formes rares d OCMR

68 Caroline Née en Afrique, en France depuis nov 2006 Gonflement de la mandibule droite apparue depuis plusieurs mois après une extraction dentaire Hospitalisée en dec 2006 Douleur Trismus Adénopathies sous maxillaires droites NFS Nle, CRP nle, VS 10mm

69

70 Traitement initial Antibiothérapie par Fosfomycine +Flagyl+ Rifadine puis relais per os par Augmentin Pas de chirurgie de nettoyage Pas d exérèse des dents Aucune efficacité du traitement antibiotique: Hospitalisation pour perfusions de biphophonates (pamidronate): 3 perfusions longues (0,5 puis 1 mg/kg) Amélioration clinique rapide

71 Un an et demi plus tard : Récidive des douleurs et du trismus depuis 4 mois

72 Atteinte initiale du rachis avec tassement vertébral révélateur

73 5 mois après PAM

74 CONCLUSION L OCRM n est pas une affection exceptionnelle chez l enfant. Le diagnostic suspecté sur la clinique et l imagerie nécessite une confirmation histologique dans les cas de diagnostic difficile. L IRM corps entier semble être la méthode de choix pour le dépistage des localisations asymptomatiques et le suivi évolutif

75 Le traitement initial repose sur les AINS Dans les formes sévères résistant aux AINS corticoïdes?, anti TNF? biphosphonates? L existence de formes chroniques ou àrechutes multiples et les séquelles osseuses possibles doivent faire nuancer le pronostic initialement considéré comme bénin. Des études sont nécessaires pour identifier les patients à risques de forme sévère et pour préciser les traitements «de fond»efficaces.

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009

SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE. Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 SCINTIGRAPHIE OSSEUSE ET RHUMATOLOGIE Docteur Antoine MONET Jeudi 8 octobre 2009 Maladie de PAGET Fractures ostéoporotiques Rhumatismes inflammatoires Spondylodiscite Fibromyalgies MALADIE DE PAGET Augmentation

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil

Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste. Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Spondylarthropathies : diagnostic, place des anti-tnf et surveillance par le généraliste Pr P. Claudepierre CHU Henri Mondor - Créteil Le Diagnostic Objectif de la démarche diagnostique Diagnostic de SPONDYLARTHROPATHIE

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

Infections osseuses et articulaires de l enfant

Infections osseuses et articulaires de l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Infections osseuses et articulaires de l enfant F FITOUSSI DEFINITION / PATHOGENIE Infection osseuse ou articulaire secondaire à la dissémination

Plus en détail

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009

Rhumatismes inflammatoires. Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Rhumatismes inflammatoires Dr Jacquier IFSI Croix Rouge 23 mars 2009 Polyarthrite Rhumatoïde PR La plus fréquente des polyarthrites chroniques 1% de la pop. Femmes ++. 50 ans Signes fonctionnels Douleur

Plus en détail

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers

Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Le diagnostic de Spondylarthrite Ankylosante? Pr Erick Legrand, Service de Rhumatologie, CHU Angers Les spondylarthopathies 0.2% de la population en France Arthrites Réactionnelles rares S. Ankylosante

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé

Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Imagerie des atteintes axiales des articulations sacro-iliaques dans la spondylarthrite ankylosante (SPA) R Bazeli, F Thévenin, G Lenczner, E Pluot, J Rousseau, A Feydy, JL Drapé Spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

Avis 8 18 Décembre 2012

Avis 8 18 Décembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 8 18 Décembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation ENBREL (DCI : Etanercept

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Les boiteries chez l enfant

Les boiteries chez l enfant Les boiteries chez l enfant Motif de consultation ++ Causes multiples, Pronostic ++ Pr B. YOUSRI Boiterie Esquive Equilibration Aigue Chronique ATCD Infection Tumeur Dystrophie Traumatisme Infection /

Plus en détail

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008

SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES. Spondylarthrites. Décembre 2008 SYNTHÈSE DES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Spondylarthrites Décembre 2008 OBJECTIFS - Mieux identifier les patients atteints de spondylarthrite afin de raccourcir le délai entre l apparition des symptômes

Plus en détail

Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005

Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005 Infection ostéoarticulaire de l enfant (92a) Docteur Bernardo VARGAS BARRETO Avril 2005 Pré-requis : Résumé : Cartilages de croissance : principes anatomiques Antibiotiques : principes généraux L infection

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

FLORIAN 7 ans mars 2010 DES Clermont Ferrand

FLORIAN 7 ans mars 2010 DES Clermont Ferrand FLORIAN 7 ans Amené par sa maman pour : - douleur du MI droit évoluant depuis un peu plus d un mois, - perte de 800g en une semaine, - AEG MODE DE VIE : enfant scolarisée 1 sœur de 12 ans ANTECEDENTS :

Plus en détail

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil

Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Que représentent les Spondyloarthrites Axiales Non Radiographiques? Pascal Claudepierre CHU Mondor - Créteil Liens d intérêt Intérêts financiers : aucun Liens durables ou permanents : aucun Interventions

Plus en détail

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans

Elaboration de Recommandations. l utilisation des biothérapies dans Elaboration de Recommandations pour la Pratique Clinique pour l utilisation des biothérapies dans les spondylarthropathies T. Pham, F. Guillemin, P. Claudepierre, M. Luc, C. Miceli, M. de Bandt, M. Breban,

Plus en détail

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13

Anatomie. Le bassin inflammatoire. 3 grands cadres. 4 tableaux. Spondylarthrite ankylosante. Spondylarthrite ankylosante 26/10/13 Anatomie Enthésopathies Docteur Emmanuel Hoppé Service de Rhumatologie CHU Angers 18.10.2013 Symphyse pubienne Coxo-fémorales Bursopathies Sacroiliaques 4 tableaux 3 grands cadres Douleur lombofessière

Plus en détail

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010

Spondylarthrite juvénile. Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Spondylarthrite juvénile Dr Sandrine Lacassagne Hôpital Necker 25 Novembre 2010 Formes de spondylarthrite de l adulte (1) Spondylarthrite ankylosante: critères de New York modifiés Sacroiliite radiologique

Plus en détail

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS

TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS TRAITEMENTS IMMUNOMODULATEURS (RHUMATISMES INFLAMMATOIRES) Christian ROUX Université René Descartes Hôpital Cochin PARIS POLYARTHRITE RHUMATOIDE Traitements classiques Antimalariques Sels d or D-Penicillamine

Plus en détail

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES

SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES SPONDYLARTHROPATHIES SERONEGATIVES Introduction Regroupement de certaines maladies justifié par : - des ATCD familiaux communs - une association à l Ag HLAB27 - des similitudes cliniques et évolutives

Plus en détail

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant

Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant 40 Item 299 Boiterie et trouble de la démarche chez l enfant ENC Insérer les T1 Objectifs pédagogiques Devant une boiterie ou un trouble de la démarche chez l enfant, argumenter les principales hypothèses

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges

BOITERIE DE L ENFANT. Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges BOITERIE DE L ENFANT Dr Philippe Peyrou- Hôpital de la mère et de l enfant - Limoges DEFINITION Asymétrie du schéma de marche Douleur Raideur articulaire Déformation Affection neuromusculaire Étiologies

Plus en détail

L essentiel en 9 points

L essentiel en 9 points INFECTIONS OSTEO- ARTICULAIRES DE L ENFANT Question ECN n 153 Dr Manon BACHY Service de Chirurgie Orthopédique et Réparatrice de l Enfant Hôpital Armand Trousseau - Paris L essentiel en 9 points Les infections

Plus en détail

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux

Le rachis inflammatoire. Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Le rachis inflammatoire Claire Fournier, FCornelis, F Petitpierre, O Hauger Service d imagerie CHU Bordeaux Spondylo-arthrites SAPHO Quelques diagnostics différentiels Les spondyloarthrites Terminologie

Plus en détail

Avis de la Commission. 15 septembre 2004

Avis de la Commission. 15 septembre 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE Avis de la Commission 15 septembre 2004 HUMIRA 40 mg, solution injectable en seringue pré-remplie (Boîte de 2 seringues) Laboratoires ABBOTT FRANCE Liste

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

Boiterie chez l enfant

Boiterie chez l enfant DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Boiterie chez l enfant F FITOUSSI BOITERIE BOITERIE : Modification récente r de la démarche d liée à un phénom nomène ne douloureux IMPOTENCE:

Plus en détail

Infections du rachis de l enfant. Eric Mascard Hôpital Necker-Enfants Malades

Infections du rachis de l enfant. Eric Mascard Hôpital Necker-Enfants Malades Infections du rachis de l enfant Eric Mascard Hôpital Necker-Enfants Malades Introduction : infection du rachis En pratique plusieurs tableaux différents Diagnostic d une douleur du rachis Diagnostic d

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Complications rares des anti TNF alpha

Complications rares des anti TNF alpha Complications rares des anti TNF alpha Dr S. MARTINON 1 A. BASCH 1, M. BERTHIER 1, J. CHARRIN 1, D. LIENS 1 P. BACHET²,, S. ASSAAD²,, C. PARISET² 1 : Service de rhumatologie. Hôpital St Joseph St Luc LYON

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S

LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S LES DOULEURS LOMBAIRES D R D U F A U R E T - L O M B A R D C A R I N E S E R V I C E R H U M A T O L O G I E, C H U L I M O G E S INTRODUCTION La lombalgie est un symptôme fréquent avec une prévalence

Plus en détail

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite

Symptômes cliniques frustes. Évolution lente et insidieuse. Abcès ossifluant ou froid évocateur quand il existe. Selon la localisation: Ostéomyélite LA TUBERCULOSE OSTEO- ARTICULAIRE EXTRARACHIDIENNE: ASPECT EN IMAGERIE S. Semlali, L. Benaissa, A. El Kharras, A. Darbi, A.Hanine, S. Chaouir, M. Mahi, S. Akjouj Objectifs Savoir suspecter une atteinte

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic?

Cas cliniques. Monsieur L., 25 ans. Urticaire : aspect histologique. Comment confirmer le diagnostic? Monsieur L., 25 ans Cas cliniques Camille Francès Service de Dermatologie Allergologie Hôpital Tenon camille.frances@tnn.aphp.fr Cuisinier, célibataire, sans enfant; Pas d antécédent personnel ou familial;

Plus en détail

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose

Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Les IOA «médicales» Spondylodiscite, tuberculose, brucellose Pr. Tristan Ferry tristan.ferry@univ-lyon1.fr Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital de la Croix-Rousse, Hospices Civils de

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES DE L ENFANT Question ENC n 92

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES DE L ENFANT Question ENC n 92 INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES DE L ENFANT Question ENC n 92 R Vialle (Hôpital Armand Trousseau Paris) D après le Polycopié National rédigé par A Hamel, JM Rogez (Nantes) et A Soulié (Angers) Item 92 :

Plus en détail

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010

Lombalgie inflammatoire. François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Lombalgie inflammatoire François Couture Rhumatologue Hôpital Maisonneuve Rosemont Avril 2010 Pronostic d une lombalgie aigue 1mois: 66 à 75% encore symptomatiques quelques limitations fonctionnelles 82

Plus en détail

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR)

Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Prise en charge médicamenteuse de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) Cours du mardi 24 novembre 2009 IFSI 2 ième année Module Rhumato - Orthopédie V. SERVANT Interne en pharmacie Généralités - 1 PR = rhumatisme

Plus en détail

Biothérapie. Damien LOEUILLE

Biothérapie. Damien LOEUILLE Biothérapie Damien LOEUILLE PU-PH Rhumatologie Service de Rhumatologie du CHU Brabois Metz 2 février 2008 Quel est la place des biothérapies dans la prise en charge thérapeutique PR? Faut il réaliser un

Plus en détail

ORIENTATION DEVANT UNE DOULEUR DES MEMBRES INFERIEURS. OLIVIER RICHER Département de Pédiatrie CHU Bordeaux

ORIENTATION DEVANT UNE DOULEUR DES MEMBRES INFERIEURS. OLIVIER RICHER Département de Pédiatrie CHU Bordeaux ORIENTATION DEVANT UNE DOULEUR DES MEMBRES INFERIEURS OLIVIER RICHER Département de Pédiatrie CHU Bordeaux Introduction Motif fréquent de consultation Problématique diagnostique surtout chez le petit Toute

Plus en détail

Polyarthrites du sujet âgé

Polyarthrites du sujet âgé Polyarthrites du sujet âgé Classique FR+ ACCP+ PR rhizomélique ou PPR Évolution PR avec oedèmes PR bénigne FR- FR PR pseudo septique Polyarthrites du sujet âgé Le rhumatisme psoriasique est le plus tardif

Plus en détail

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant

Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant Item 299 : Boiterie et trouble de la démarche chez l'enfant COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 novembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 novembre 2009 LEDERTREXATE 5 mg, solution injectable B/1 ampoule de 2 ml (Code CIP : 315 012-5) LEDERTREXATE 25 mg, solution injectable B/1 ampoule de 1 ml (Code CIP

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Les Spondylarthrites

Les Spondylarthrites Les Spondylarthrites Le concept de spondylarthrite Ensemble de rhumatisme inflammatoires chroniques qui partagent certaines de leurs manifestations cliniques ainsi qu un terrain génétique commun. Le concept

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie

Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie Congrès de Médecine Générale de l UCL Nouveautés en rhumatologie B. Lauwerys Service de Rhumatologie Cliniques Universitaires Saint-Luc Novembre 2009 Prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde X Polyarthrite

Plus en détail

Syndromes neutrophiliques rhumatologiques. Gilles Hayem CHU Bichat-Claude Bernard Paris

Syndromes neutrophiliques rhumatologiques. Gilles Hayem CHU Bichat-Claude Bernard Paris Syndromes neutrophiliques rhumatologiques Gilles Hayem CHU Bichat-Claude Bernard Paris Définition? Rhumatismes au cours desquels le polynucléaire neutrophile est surreprésenté dans le site inflammatoire?

Plus en détail

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier

Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier Dr JD Cohen Unité d Immuno Rhumatologie Montpellier M. R, né le 23/05/66 Depuis l enfance Crises de polyarthrite (asymétrique) Myalgies déclenchées par le froid Éruption fugace papuleuse, prurigineuse;

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Définition...1 2 Épidémiologie du rhumatisme psoriasique...2 3 Signes cliniques...3 3. 1 Présentation clinique habituelle

Plus en détail

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement!

testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! : t i u t a r g t i a Extr testez-vous! «24 dossiers D4 par pôle» pour réussir vos ECN et votre classement! Collection 24 heures / Pôle : Appareil locomoteur 8 Dossier N 1 2 Mme T, âgée de 65 ans se présente

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Arrêté du 17 septembre 2014 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques remboursables

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Définition...3 II Épidémiologie du rhumatisme

Plus en détail

La maladie de Still de l adulte

La maladie de Still de l adulte La maladie de Still de l adulte Syndrome de Wissler-Fanconi La maladie Le diagnostic Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée

Plus en détail

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003

Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Tumeurs osseuses secondaires (154e) Professeur Jean-Philippe Vuillez Octobre 2003 Physiologie et histologie osseuses Cancérologie fondamentale

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012

Assurance Maladie Obligatoire. Commission de la Transparence des médicaments. Avis 4 20 Novembre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 4 20 Novembre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation - ACTEMRA, TOCILIZUMAB,

Plus en détail

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges

La lombalgie du sujet jeune. Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges La lombalgie du sujet jeune Dr Carine Dufauret-Lombard Service Rhumatologie CHU Limoges Pré-test 1- quel(s) symptôme(s) vous font suspecter une lombalgie symptomatique? a- douleur importante b- perte de

Plus en détail

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C

C. Rachis. Sommaire 01 C 02 C 03 C 04 C 05 C 06 C 07 C 08 C 09 C C. Rachis Sommaire 1 C 2 C 3 C 4 C 5 C 6 C 7 C 8 C 9 C Affections congénitales... 1 Syndrome médullaire... 1 Possibilité de subluxation atloïdo-axoïdienne... 1 Cervicalgie commune... 1 Névralgie cervico-brachiale...

Plus en détail

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations

7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations SEMESTRE 4 UE 2.7.S4 Défaillances organiques et processus dégénératifs 7/ Rhumatismes et dégénérescence des articulations Etude de l'appareil locomoteur (articulations, os, muscles, tendons) Douleur en

Plus en détail

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques

Item 123. Psoriasis. Insérer les T1. Objectifs pédagogiques 20 Item 123 Psoriasis Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l'attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient. COFER Connaître les particularités cliniques,

Plus en détail

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE

Diagnostic précoce de la Spondylarthrite. Dr Laurent MARGUERIE Diagnostic précoce de la Spondylarthrite Dr Laurent MARGUERIE Le concept de spondylarthropathie (SpA) Les spondylarthropathies regroupent : SpA JUVENILES SPONDYLARHRITE ANKYLOSANTE SpA INDIFFERENCIEES

Plus en détail

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis

Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Pr Ag Smiti Khanfir Monia Service de Médecine Interne Hôpital la Rabta - Tunis Rationnel Lymphocyte B Rationnel Costimulation Lymphocyte B Lymphocyte T Cytokines Th2 Anticorps anti CD 20 Le Rituximab

Plus en détail

BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT. Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune

BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT. Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune BOITERIE DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Dr P.HERLIN Clinique Anne d Artois, Béthune PLAN 1. Introduction 2. Diagnostic clinique Interrogatoire Examen clinique 3. Examens paracliniques Echographie Radiographies

Plus en détail

Section D : Système musculosquelettique

Section D : Système musculosquelettique D D01. Ostéomyélite RX Indiqué [C] d La radiographie est indiquée pour l examen initial. 0 L est une excellente modalité d imagerie pour évaluer l ostéomyélite et les anomalies connexes des tissus mous,

Plus en détail

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Douleurs fonctionnelles ou psychogènes La douleur est la cause la plus fréquente de consultation en rhumatologie C

Plus en détail

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile

Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile Pædiatric Rheumatology InterNational Trials Organisation Maladie de Blau/Sarcoïdose juvénile De quoi s agit-il? Le syndrome de Blau est une maladie génétique. Les patients souffrent d une combinaison entre

Plus en détail

LES SPONDYLARTHROPATHIES. Pr. A. El Maghraoui

LES SPONDYLARTHROPATHIES. Pr. A. El Maghraoui LES SPONDYLARTHROPATHIES Pr. A. El Maghraoui Objectifs Objectif 1: Définir le concept des spondylarthropathies (SpA) Objectif 2: Faire le diagnostic précoce de la SPA Objectif 3: Décrire cliniquement une

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 14 mars 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 14 mars 2007 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002

Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pseudopolyarthrite Rhizomélique (P.P.R.) (119b) PrOFESSEUR Christian MASSOT Juillet 2002 Pré-Requis : Enseignement de séméiologie Index : Pseudopolyarthrite rhizomélique (PPR), Polymialgia rheumatica,

Plus en détail

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS

LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS LA POLYARTHRITE APRES ECHEC DES ANTI TNF JG TEBIB, CHLS survie 100 90 80 70 «L ECHEC» DES ANTI TNF Adalimumab Infliximab Etanercept A priori NS 1 mais sur une autre étude 2 à un an infliximimab 0.81 +

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008

Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 Les stratégies thérapeutiques dans la PR : quelles biothérapies après l'échec des anti TNF? Jean Sibilia Aix les Bains, 3 avril 2008 En cas d'échec à un anti TNF Rituximab ou Abatacept? Abatacept ou Rituximab?

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Arthrite juvénile idiopathique. Protocole national de diagnostic et de soins LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Arthrite juvénile idiopathique Protocole national de diagnostic et de soins Juillet 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute

Plus en détail

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie

Compte rendu d hospitalisation hépatite C. À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie Compte rendu d hospitalisation hépatite C À partir de la IIème année MG, IIIème années MD et Pharmacie ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS HOPITAL DU BON SECOURS Service d HEPATHOLOGIE du Professeur

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION CELEBREX 100 MG ET 200 MG, COMPRIME RAPPORT PUBLIC D EVALUATION INTRODUCTION Une extension d indication a été octroyée au laboratoire PFIZER le 02 février 2007 pour sa spécialité Celebrex 100 mg et 200

Plus en détail

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations)

Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Item 154 : Tumeurs des os primitives et secondaires (Évaluations) Date de création du document 2008-2009 CAS CLINIQUE : CAS CLINIQUE N 1 Scénario : Monsieur A., vingt-cinq ans, étudiant vétérinaire, vient

Plus en détail

Petit guide de l arthrite juvénile idiopathique

Petit guide de l arthrite juvénile idiopathique MAI 2011 Petit guide de l arthrite juvénile idiopathique Dr Gaëlle Chédeville L arthrite juvénile idiopathique (AJI) est le terme utilisé depuis 1997 pour parler du rhumatisme de l enfant. Ce terme remplace

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan

Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER. Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan Imagerie du myelome mutiple: utilite de l IRM et du PET- SCANNER Bhasker Koppula, Justin Kaputch et Christopher J.Hanrahan introduction Le myélome multiple est une affection hématologique caractérisée

Plus en détail

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P.

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. La boiterie de l enfant La boiterie Les pièges de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. Liège Liège Caractéristiques de la boiterie

Plus en détail

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA

Guide posologique destiné au médecin pour le traitement de la Polyarthrite Rhumatoïde (PR) par RoACTEMRA Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament RoACTEMRA de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique et au Grand-Duché

Plus en détail

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES Question Dr Charles- Henri FLOUZAT- LACHANIETTE Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil 1. TUMEURS OSSEUSES PRIMITIVES

Plus en détail

Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste

Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste DU maladies inflammatoires et systémiques Vendredi 29 mars 2013 Maladies auto-inflammatoires Le point de vue de l interniste Dr K. Stankovic Stojanovic Service de médecine interne Centre de référence des

Plus en détail

ARTHRITES DU SUJET AGE

ARTHRITES DU SUJET AGE ARTHRITES DU SUJET AGE D. Wendling Rhumatologie, CHU Université de Franche-Comté Besançon Rhumatismes Inflammatoires du sujet âgé Diminution : - mobilité - autonomie - qualité de vie Diagnostic parfois

Plus en détail

DEMARCHE DIAGNOSTIQUE DEVANT UNE BOITERIE CHEZ L ENFANT W.HIZEM-HARZALLAH HARZALLAH (1), R SALEM (1), MA JELLALI (1), A ZRIG (1), M MAATOUK (2), N JAZAERLI (3), C HAFSA (1), M GOLLI(1) (1)Monastir -Tunisie

Plus en détail

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires

Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Diagnostic différentiel des infections ostéoarticulaires Emmanuelle Vignot Hôpital Edouard Herriot, Lyon Unité Inserm UMR1033 Lyon emmanuelle.vignot@chu-lyon.fr Arthrite septique (1) 1/ Monoarthrite :

Plus en détail

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat.

NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. NODULE DU SEIN EN PÉDIATRIE : DU BÉNIN AU MALIN. S.Bellasri, N.Allali, R.Dafiri. Service de Radiologie pédiatrique, Rabat. Introduction Le nodule du sein chez l enfant et l adolescente est une situation

Plus en détail