17/01/12. Dr Michel RYBOJAD Hôpital Saint-Louis. Paris.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "17/01/12. Dr Michel RYBOJAD Hôpital Saint-Louis. Paris."

Transcription

1 17/01/12 Dr Michel RYBOJAD Hôpital Saint-Louis. Paris.

2 L'aréole et le mamelon forment la plaque aréolo-mamelonnaire et constituent deux structures hautement spécialisées. L'aréole: situé au dôme du sein = zone pigmentée entourant le mamelon.!! Surface parsemée de structures pilaires (duvet, poils terminaux).!! Pores des glandes sudorales eccrines et apocrines.!! Glandes "aposébacées" (tubercules de Montgomery).

3 Le mamelon: structure centrale et glabre du sein ou s abouchent les canaux galactophores (pores galactophores).!! Innervation particulièrement développée (terminaisons nerveuses et fibres musculaires lisses du muscle aréolaire).!! Stimulation par le nourrisson: succession de réflexes neuroendocrines qui aboutissent à l émission de lait.!! Maintient par l hypophyse d une sécrétion de prolactine essentielle à la poursuite de l allaitement.

4 "! Naturellement rétractés (différents de la rétraction acquise du K du sein). "! Ombiliqués. "! Invaginés. "! Hypertrophiques.

5 Peau du sein: semblable histologiquement à la peau de la paroi thoracique antérieure. Aréole: Quelques particularités.!! Epiderme!! Hyperpigmenté.!! Présence de claires arrondies: de Toker, glandulaires isolées, exprimant la cytokératine 7 ( rôle physiologique mal connu).!! Derme!! Structures épithéliales annexielles.!! Nombreuses expansions des fibres musculaires lisses du muscle dartos.!! Tubercules de Montgomery: sinus galactophoriques rudimentaires ou glandes aposébacées.

6 Mamelon: Structure centrale et glabre du sein ou s abouchent les canaux galactophoriques.!! Organisation histologique d une extrême complexité.!! Innervation particulièrement développée.

7 !! Les schémas anatomiques classiques ne réflètent pas la notion essentielle du remaniement structurel et fonctionnel qui intervient tout au long de la vie sous l'influence d'hormones dont les hormones sexuelles;!! Prolifération des canaux glandulaires à la puberté.!! Développement du système alvéolo-lobulaire pendant la grossesse.

8

9

10

11 Maladie de Paget mammaire Décrite en 1874 par Sir James Paget.!! 1 à 5% de tous les cancers du sein.!! Femme ans +++!! Moins de 60 cas rapportés chez l homme.!! Association possible avec des localisations extra-mammaires de la MP.

12 Maladie de Paget mammaire!! Adénocarcinome intra-épidermique de la région aréolo-mamelonnaire.!! Toujours associé à un adénok mammaire intra-galactophorique sous-jacent. Celui-ci détermine le pronostic Sa recherche doit être systématique

13 !! Début insidieux +++!! Atteinte toujours unilatérale.!! Modifications cutanées, débutant au mamelon.!! Lésion eczématiforme unilatérale de la plaque aréolomamelonnaire!! Extension lente, centrifuge, vers l'aréole.!! Nappe érythémateuse, bien limitée, érosive, suintante, croûteuse ou encore hyperkératosique.!! Iparfois écoulement mamelonnaire sérosanglant.

14 !! Le mamelon ulcéré est parfois rétracté évoquant un cancer mammaire, avec ou sans adénopathies locales.!! Le prurit est absent ou discret.!! Les formes pigmentées peuvent simuler un mélanome malin.!! Une maladie de Paget vulvaire est parfois associée. Des améliorations transitoires sont décrites et ne doivent pas faire éliminer le diagnostic. Le diagnostic doit être établi avec certitude en raison de ses implications pronostiques et thérapeutiques +++

15

16

17

18 Paget du mamelon #! Nodule induré du sein traduisant l existence de la tumeur galactophorique sous-jacente (30-50%) Lésion ulcéro-nodulaire #! Rétraction ou ulcération du mamelon au cours de l évolution. #! Lésions parfois développés sur seins ectopiques, mamelons surnuméraires #! Absence congénitale de mamelon.

19

20 !! L épiderme acanthosique contient des grandes claires au cytoplasme abondant en migration intraépidermique, à noyau large et nucléolé ( de Paget) en nombre variable, isolées ou regroupées en amas.!! Elles prédominent au niveau des couches basales, mais peuvent envahir l'épiderme sur toute sa hauteur. L extension en profondeur peut se faire dans les annexes épidermiques. Jamais de CONNEXION DIRECTE AVEC LE CANCER MAMMAIRE SOUS-JACENT.!! Ces peuvent contenir des mucopolysaccharides et être colorées par le PAS ou le bleu alcian.

21

22 Les expriment les cytokératines glandulaires de bas poids moléculaire dans 90% des cas. - Cytokératine Antigène épithélial de membrane (EMA)!!! L Ag carcino-embryonnaire (ACE) est exprimé dans 30 à 70% des cas. La protéine S100 entre 0% et 35% des cas. La gross cystic disease fluid protein (GCDFP-15), marqueur des glandes apocrines, est positive dans 50% des cas.

23

24 o! Le marquage des oncoprotéines C-erb B2 et p53 est retrouvé dans la majorité des cas. o! Ag liés au cycle cellulaire p21, Ki 67, cycline D1 o! L'expression des cytokératines glandulaires (cytokératine 7, de l'ema, de l'ace) et la négativité des cytokératines épidermiques de haut poids moléculaire Orientent vers la nature glandulaire à diffénciation apocrine de la de Paget.

25

26 Cette association est quasi-constante et ne doit pas être récusée, si la palpation du sein, l échographie et la mammographie sont normales. Intérêt de l IRM (en cours d évaluation).

27 L'histologie des pièces de mastectomie retrouve un carcinome intragalactophorique sous-jacent dans plus de 80% des cas.!! Le plus souvent in situ.!! Plus rarement invasif.!! Multifocal dans 20% à 75% des cas.

28 !! La palpation du sein révèle une masse tumorale, sous l'aréole ou à distance, dans moins de 50% des cas.!! La mammographie est anormale dans 60% des cas :!! 90% s'il existe une masse palpable.!! 50% en l'absence de masse palpable.

29 o! Migration dans l'épiderme de issues d'un carcinome des canaux galactophoriques contigus = forme épidermotrope de cancer intraductal avec migration des malignes situées plus profondément. (migration pagétoide) o! Il n'est cependant pas possible de démontrer une continuité histologique entre la maladie de Paget et le carcinome mammaire sous-jacent.

30 Plusieurs études immuno-histochimiques portant sur la lésion de Paget et le carcinome sous-jacent ont permis de mettre en évidence dans 90% à 100% des cas une bonne concordance pour les marqueurs exprimés. (Cytokératine7, oncoproteine Her/neu, EMA et ACE, GCDFP-15).

31 !! Des épidermiques particulières ont été mises en évidence par Toker dans 10% des mamelons normaux.!! Ces à cytoplasme abondant ont tendance à ébaucher des structures glandulaires et sont appelées claires de Toker. Fu W Am J Clin Oncol 2010.

32 !! Il n'est pas possible de démontrer une continuité histologique entre la maladie de Paget et le carcinome mammaire sous-jacent.!! Les rares cas où le carcinome sous-jacent n'est pas retrouvé sur la pièce de mammectomie, font supposer que la de Paget pourrait provenir de l'hyperplasie des de Toker.!! Les normales de l épiderme, claires, de grande taille pourraient acquérir des signes de malignité histologique: $! Soit sous l action d un facteur carcinogène commun à celui du cancer mammaire, $! Soit sous l influence de cytokines sécrétées par le carcinome.

33 !! Eczéma atopique:!! bilatéralité de ses lésions,!! prurit,!! évolution par poussées,!! atteinte d'autres parties du corps!! (creux poplités, plis des coudes).!! Réponse durable aux DC!! Psoriasis!! Eczéma de contact

34 !! Ectasie galactophorique ++!! Adénomatose érosive +++!! Carcinome basocellulaire pagétoïde.!! Maladie de Bowen.!! Le mélanome (MP pigmentées) peut être difficile à distinguer cliniquement: "! Partage avec la MP le caractère unilatéral et l'évolution chronique. "! La biopsie cutanée permettra d'en faire le diagnostic. "! Histologiquement, la distinction avec la maladie de Bowen à claires (pagétoïde) et le mélanome in situ peut parfois nécessiter une étude immuno-histochimique complémentaire.

35 !! Il dépend surtout du caractère invasif ou non du carcinome intra-galactophorique associé.!! La survie à 10 ans est > à 90% en l'absence de masse palpable,!! < à 40% en cas de masse palpable. Le pronostic serait plus sévère en cas de survenue avant la ménopause et chez l'homme.

36 !! Prise en charge en milieu spécialisé, en oncologie ou en gynécologie.!! Le traitement chirurgical par une mastectomie est le traitement de référence:!! En raison du caractère fréquemment multicentrique de l'adénocarcinome intra-galactophorique associé.!! Curage. Rx-thérapie.!! Pour les formes sans masse palpable et à mammographie normale (IRM): Tt radio-chirurgical plus conservateur? Kanitakis J. JEADV Le Pennec. J Gynecol Obstetr Biol Reprod 2000

37 Paget vulvaire

38 Paget vulvaire

39 Paget péri-anal

40 Paget extra-mammaire!! Génitale "! Vulvaire +++ "! Organes génitaux masculins : verge, scrotum!! Péri-anale!! Inguinale!! Parfois multifocale

41 Aspects cliniques #! Maladie du sujet âgé. #! Plaque érythémateuse unique et bien limitée. #! Rares formes dépigmentées. #! Polycyclique. #! Plus ou moins suintante selon localisation. #! Parfois prurigineuse. #! Résistante aux traitements conventionnels.

42 Histologie #! Cellules à cytoplasme abondant et clair, PAS+ #! Noyau volumineux (aspect en «bague à chaton») #! Dispersées sur toute la hauteur de l épiderme mais prédominant sur la zone basale. #! Immuno-histochimie : "! CK 7 + = marqueur très spécifique "! EMA + "! ACE +

43

44

45

46

47 !! Tumeur bénigne développée au dépens des canaux galactophores (sinus) du mamelon.!! Papillomatose floride des canaux mamelonnaires!! Toujours après la puberté.!! Femme avant ménopause +++!! Principal diagnostic différentiel de la maladie de Paget.

48 !! Atteinte unilatérale.!! Expression clinique polymorphe: "! Petit nodule charnu +++ "! Lésion eczématiforme, érosive ou croûteuse "! Le mamelon a un aspect érosif croûtelleux et est augmenté de volume.!! Un nodule est parfois palpable sous le mamelon.!! Ecoulement mamelonnaire sanglant.

49 #! Evolution chronique sur des mois ou des années. #! Enfant, sein surnuméraire. #! Complications infectieuses!! Abcès du sein,!! Adénopathies +++

50

51

52

53 Prolifération bénigne des canaux galactophoriques, superficielle, ulcérant l épiderme, composée d une double assise 1- couche interne de épithéliales, sans atypies, bordant la lumière 2- couche externe de myoépithéliales. Structures glandulaires et canaliculaires voisines de celles des hidradénomes papillifères

54

55

56 !!Cliniquement: "!Maladie de Paget "!Ectasie galactophorique!!histologiquement: "!Carcinome galactophorique bien différentié. "!Marquage anti-actine négatif Lee HJ. J Am Acad Dermatol 2002

57 !! Risque de carcinome mammaire non augmenté.!! Abcédation.!! Traitement = Excision chirurgicale emportant le tissu aréolaire atteint.!! Si incomplète: Risque de récidive.!! Reconstruction du mamelon.!! Allaitement déconseillé: Risque d engorgement.

58

59 #! Femme ménopausée. #! Ecoulement mamelonnaire crêmeux ou sanglant unilatéral. #! Accompagné d une tuméfaction douloureuse sousaréolaire. «Mastite à plamocytes»

60 !! Histologie: dilatation des canaux galactophores dont la lumière est emplie d une substance amorphe.!! Réaction inflammatoire plasmocytaire. secondaire à l irruption dans le tissu mammaire sous-mamelonnaire de ce matériel.!! Inflammation nodulaire et scléreuse. Rétraction du tégument et notamment du mamelon: simule un cancer du sein

61 La tendance désespérante aux récidives impose une attitude chirurgicale agressive avec résection de tout le tissu inflammatoire rétro-aréolaire.

62 62

63

64

65 $! Nodule scabieux. $! Hyperkératose naevoïde du mammelon. $! Mamelon du Jogger. $! Eczéma lichénifié. $! Lymphome. $! Tumeur d abrikossof. $! Léiomyome. Anamnèse

66

67

68 %! Interrogatoire: Notion de piqûre de tique. %! Sérologie des borrélioses positive. %! Possible atteinte viscérale %!Cardiaque, %!Neurologique %!Ophtalmique %! Biopsie cutanée: Hyperplasie lymphoïde bénigne. %! Traitement par Ceftriaxone IM. %! Régression en 8 sem.

69 !! Apanage des borrélioses européennes.!! Plus fréquent chez l enfant.!! Survient chez 7% des enfants atteints de borrélioses.!! Siège: lobule de l oreille, tronc notamment l aréole mammaire.!! Adp satellite fréquente.!! Survient quelques semaines à quelques mois après la piqûre de tique.!! Le diagnostic est clinique et sérologique.!! Identification des Borrelia par PCR et/ou cultures: Dc différentiel avec un lymphome B. Sérologie habituellement positive à ce stade de borréliose.

70 Nodule érythémateux de l aréole mammaire: Penser à la maladie de Lyme. $! Sérologie des Borrélioses. $! Western Blott. $! PCR. $! Tt d épreuve par Amoxicilline, Ceftriaxone ou Doxycycline.

71 !! Neurofibrome de l aréole et du mamelon: fréquent au cours de la neurofibromatose.!! Léiomyome solitaire du mamelon "! Rare, développée au dépens des muscles lisses arrecteurs des poils. "! Nodule douloureux du mamelon. "! Traitement chirurgical. "! Parfois récidive locale.

72

73

74 !! Femme jeune,!! Lésions dysgracieuses des mamelon!! Papillomateuses,!! Bilatérales atteignant la plaque aréolomamelonnaire.!! Ne s accompagnant d aucune symptomatologie fonctionnelle.!! Excroissances hyperpigmentées, filiformes de 5 à 10 mm de hauteur.

75

76

77 !! Sous estimée mais rare. Début après la puberté.!! Atteint essentiellement la femme.!! Asymtomatique.!! Rôle favorisant des oestrogènes?!! Diagnostic clinique:!! Histologie: hyperkératose, acanthose, papillomatose (KS).!! Etiologie inconnue. Evolution chronique.!! Traitement: Calcipotriol. Rétinoides locaux, chirurgie esthétique,!! Laser CO2.!! Rassurer la patiente +++.

78 Hyperkératose de l aréole et du mamelon survenant au cours de dermatoses variées $! Hamartome épidermique (unilatéral). $! Ichtyose. $! Mycosis fongoïde. $! Acanthosis nigricans. $! Maladie de Bowen. $!Eczéma chronique ++

79

80

81 !! Anamnèse +++!! Hyperkératose de frottement.!! Erosions mamelonnaires, bilatérales,douloureuses.!! Origine mécanique: Déclenchement par le frottement des vêtements lors de la pratique de la couse à pied, planche de surf.!! Traitement préventif: soutien gorge et vaseline sur les mamelons lors de la course à pied.

82

83 !! Apparition de papules ou d un épaississement diffus, de coloration jaunâtre, de l une ou des deux aréoles.!! Femme en état d hyperœstrogénie.!! Histologie: nombreuses glandes sébacées dans le derme superficiel.

84

85

86 Il faut y penser devant!! Une éruption très prurigineuse de petites papules fermes, intéressant les mamelons mais aussi les grands plis et l ombilic.!! Rythmée par les règles.!! Atteignant le sexe féminin entre ans.

87

88

89 !!!!! Rétention apocrine associée à une réaction inflammatoire. Pas de modification hormonale dépistable. Pas d autre manifestation associée. Rôle de facteurs hormonaux dans l étiologie de ce dysfonctionnement apocrine. Traitement: œstrogènes locaux, corticoïdes locaux, antiandrogènes.

90 Mastite granulomateuse

91 !! Femme jeune.!! Placard inflammatoire à distance de l aréole (localisation péri-aréolaire).!! Diagnostic différentiel avec cancer mammaire.!! Pas de phénomène de «peau d orange».!! Episodes de fistulisation.!! Evolution par poussées entrecoupées de rémissions.

92

93 !! Mastite carcinomateuse.!! Suppuration d origine infectieuse.!! Hidrosadénite suppurée.!! Cytostéatonécrose.!! Panniculite d origine systémique.

94 !! Smadja /1966.!! Kessler et Wolloch: 1972: 5 observations.!! Lésions inflammatoires survenant chez des femmes entre 25 et 40 ans, à distance de tout allaitement, d aspect nodulaire péri ou sous-aréolaire.!! Tableau parfois inquiétant. Masse inflammatoire sous-cutanée avec tendance rétractile.!! Evolution par poussées et vers la fistulisation.!! Liquide puriforme aseptique. Chronicité. Maladie invalidante.

95 !! Lésion inflammatoire confinée aux lobules s étendant peu en dehors d eux, sans dilatation des canaux, sans cristal lipidique. Granulome inflammatoire.!! épithélioides atypiques pouvant en imposer pour un processus malin.

96 !! Traitement difficile: AINS, Corticoides.!! Etiologie inconnue.!! Origine auto-immune (PAN, BBS).!! Etiologie virale.!! Tabac.!! Rapports avec ectasie galactophorique sécrétante et mastite à plasmocytes.

97 !! Femme jeune.!! Non exceptionnelle.!! Association parfois à une acné sévère.!! Rapports très probables avec maladie de Verneuil ou hidradénite suppurative.

98 !! Inflammation avec parfois surinfection à staphylocoque doré des canaux galactophores rétro-aréolaires préalablement dilatés, par métaplasie épidermoïde des canaux collecteurs.!! Tuméfaction inflammatoire, abcédante, rétroaréolaire, pouvant se drainer spontanément par un orifice mamelonnaire ou alors se fistuliser à la peau. Maladie très handicapante

99 !! Abcès rétroaréolaires récidivants par inflammation des glandes sudorales apocrines annexées aux follicules pilo-sébacés, d étiologie inconnue. Autres topographies (aisselles, plis inguinaux).! Traitement:! Chirurgie: Excision des glandes apocrines +++! Acétate de cyprotérone.! Rétinoides inefficaces.! Anti-TNF alpha en cours d évaluation.! Cyclines, Zinc.! Traitement des poussées quand la maladie n est pas trop évolutive.

100 !! En période d allaitement: surinfection staphylococcique voire candidosique.!! Léiomyome solitaire du mamelon.!! Cancer (rare).!! Le plus souvent dermite d irritation ou de frottement (hyperkératose réactionnelle).

101 1 - Sanguignolants, séreux ou séro-sanglants!! Adénomatose érosive du mamelon.!! Carcinome intracanaliculaire.!! Fistule mammaire sur corps étranger (paraffine, silicone) ou sur mastite granulomateuse. 2 - Purulents!! Abcès mammaire.!! Mastite suppurative chronique.

102 3 - Visqueux, de couleur diverses "! Ectasie galactophorique (mastite à plamocytes) 4 - Lactés "! Brûlures, zona thoracique "! Médicaments: effet antiandrogène (spironolactone), antidopaminergiques (pimozide), parfois noir (minocyne). "! Hypothyroïdie, acromégalie, BBS. "! Sd d Albright, histiocytose langerhansienne.

103

104 ! Observé essentiellement au cours de la dermatite atopique.! Atteinte parfois unilatérale, mais le plus souvent bilatérale.! Prurit +++! Poussées entrecoupées de rémissions.! Lésions parfois inflammatoires, mais aussi chroniques et lichénifiées.! Traitement dermocorticoïde bien conduit +++! Attention Paget +++

105 Prurit des mamelons et des aréoles.!! Prurit généralisé à prédominance nocturne, familial.!! Diagnostic: autres lésions à distance: espaces interdigitaux, face antérieure des poignets, flancs, fesses.!! Traitement d épreuve par ivermectine et ascabiol +++

106

107 !! Touche entre 1% à 6% de la population.!! Mamelon seul, aréole seule, mamelon et aréole, isolés le plus souvent, parfois associés à une glande mammaire.!! Siège sur la ligne mammaire embryonnaire (crête mammaire) allant de la partie antérieure du pli axillaire à la partie interne des plis inguinaux.!! Il peut être bilatéral. Son siège peut être ectopique.

108 Formes familiales!! La présence de tissu mammaire accessoire peut varier d'un simple mamelon surnuméraire au sein surnuméraire complet (polymastie).!! Association significative à diverses anomalies des voies urinaires.!! Le mamelon surnuméraire peut être ôté comme un nævus, avec lequel il est parfois confondu.!! L'aréole et le mamelon surnuméraire peuvent être le siège des mêmes pathologies que celles de la plaque aérolo-mamelonnaire

109

110 !! Tumeurs de l aréole et du mamelon: rares.!! Leur diagnostic repose sur l histologie.!! La maladie de Paget doit être systématiquement évoquée devant toute lésion aréolo-mamelonnaire unilatérale persistante.

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée Hidrosadénite suppurée La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? as n 1 e jeune homme présente ces papules et ces plaques verruqueuses linéaires sur son corps. Il s agit du syndrome du nævus épidermique. 2. Quelles sont les manifestations

Plus en détail

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES I ECZEMA ET LESIONS ECZEMATIFORMES II LICHEN PLAN III LICHEN SCLERO-ATROPHIQUE IV MALADIE LUPIQUE V PSORIASIS VI AUTRES Parapsoriasis Kératodermies

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE

TUMEURS DU BAS APPAREIL URINAIRE 1 Plan de cours I - TUMEURS PRIMITIVES DE LA VESSIE c1 - Tumeurs papillaires non infiltrantes c2 - Tumeurs papillaires infiltrantes c3 - Carcinome in-situ en muqueuse plane D - Pronostic : II - TUMEURS

Plus en détail

Sein inflammatoire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc

Sein inflammatoire. Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Sein inflammatoire Isabelle Leconte Cliniques universitaires St Luc Sein inflammatoire 3 types Mastites infectieuses Mastites non infectieuses Cancer inflammatoire 2 situations cliniques Allaitement Hors

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Item 288 : Troubles des phanères : Onyxis

Item 288 : Troubles des phanères : Onyxis Item 288 : Troubles des phanères : Onyxis Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 2 I Atteinte matricielle avec modification

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

Les candidoses vulvovaginales

Les candidoses vulvovaginales Les lésions dermatologiques de la vulve RÉSUMÉ : Les principales causes de prurit diffus sont les candidoses chez la femme jeune et le lichen scléreux chez la femme plus âgée. Peuvent également être en

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements et soins octobre 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome canalaire et carcinome

Plus en détail

Cancer du Sein. Population la plus souvent touchée, facteurs de risques. A) Le Sexe : 99% des cas de cancer du sein sont des femmes.

Cancer du Sein. Population la plus souvent touchée, facteurs de risques. A) Le Sexe : 99% des cas de cancer du sein sont des femmes. Cancer du Sein Le cancer du sein se forme dans les cellules du sein. Le tissu mammaire ne comprend pas seulement le sein, mais aussi la partie du corps comprise entre la clavicule, l aisselle et la lame

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques

Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Examen National Classant Module transdisciplinaire 10 : Cancérologie, onco-hématologie Tumeurs cutanées épithéliales et mélaniques Mélanomes NOUVEAU P. SAIAG (Ambroise Paré, Boulogne Billancourt), J.-J.

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY

Les grands syndromes. Endoscopie trachéo-bronchique. Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY Les grands syndromes Endoscopie trachéo-bronchique Professeur D. ANTHOINE CHU de NANCY 1 Endoscopie souple avec pince et brosse (fibroscopie) 2 Endoscopie Arbre bronchique normal Bifurcation trachéobronchique

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

Dermatologie courante du sujet âgé. Printemps Médical de Bourgogne 31 Mars 2012 Dr Claude Plassard Gériatre CHI Châtillon/Montbard

Dermatologie courante du sujet âgé. Printemps Médical de Bourgogne 31 Mars 2012 Dr Claude Plassard Gériatre CHI Châtillon/Montbard Dermatologie courante du sujet âgé Printemps Médical de Bourgogne 31 Mars 2012 Dr Claude Plassard Gériatre CHI Châtillon/Montbard Mécanismes du vieillissement cutané En vieillissant, la peau se ride, s

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

Cancer du sein Comprendre le diagnostic

Cancer du sein Comprendre le diagnostic Cancer du sein Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer du sein Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle

Plus en détail

Dépistage et prévention du cancer du sein

Dépistage et prévention du cancer du sein Actualisation du référentiel de pratiques de l examen périodique de santé Dépistage et prévention du cancer du sein Février 2015 État des connaissances sur le cancer du sein Structure anatomique et aspect

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005)

Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Diagnostic d une tuméfaction parotidienne (270a) Professeur Emile REYT Novembre 2003 (Mise à jour Mars 2005) Pré-Requis : Anatomie de la loge parotidienne Anatomie des branches du nerf facial Résumé :

Plus en détail

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique

Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Guide de bonnes pratiques en chirurgie sénologique Pierre Lèguevaque CHU Rangueil Toulouse Intérêt de la démarche qualité: L amélioration de la qualité des pratiques professionnelles est devenue nécessaire

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples

Anatomie Pathologique et Cancer. Missions, Moyens, Exemples Anatomie Pathologique et Cancer Missions, Moyens, Exemples DIU d Onco-Gériatrie 8 février 2012 Dr Julie Gonin et Mathilde Sibony, Hôpital Tenon Anatomie pathologique et Cancer : Missions Dépistage Diagnostic

Plus en détail

Item 232 : Dermatoses faciales : acné

Item 232 : Dermatoses faciales : acné Item 232 : Dermatoses faciales : acné Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic...4 I.1 Lésions élémentaires...4 I.1.1 Séborrhée...4

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS Avertissement Le 30 janvier 2013, l'ansm a annoncé qu'elle engageait une procédure de suspension de Diane

Plus en détail

Tumeurs de la base du crâne. Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse

Tumeurs de la base du crâne. Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse Tumeurs de la base du crâne Emmanuelle Uro-Coste CHU Rangueil, Toulouse La nuisance des voisins du dessus malfaçons du gros oeuvre 1 Dysgénèse Encephalomeningocele Gliome nasal (très mauvais terme) masse

Plus en détail

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité :

Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : Référentiel CPAM Liste des codes les plus fréquents pour la spécialité : DERMATOLOGIE ET VENEROLOGIE ADC - Acte de chirurgie BAFA005 1 (I, O) BAFA006 1 0 Exérèse non transfixiante de lésions multiples

Plus en détail

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE RENE DESCARTES FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT-ROYAL. THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE

ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE RENE DESCARTES FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT-ROYAL. THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE ACADEMIE DE PARIS UNIVERSITE RENE DESCARTES FACULTE DE MEDECINE COCHIN PORT-ROYAL Année 1999 N THESE pour le DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE DISCIPLINE : CHIRURGIE D.E.S de CHIRURGIE GENERALE NOM:

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

Moyens d étude de la peau

Moyens d étude de la peau Moyens d étude de la peau Dr. Yannick Le Corre yalecorre@chu-angers.fr Service de Dermatologie Vénéréologie Pr. L. Martin 2011-2012 CHU Angers UE Revêtement cutané Dermoscopie ou Dermatoscopie Examen de

Plus en détail

Neurofibromatose de type 1. Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen

Neurofibromatose de type 1. Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen Neurofibromatose de type 1 Jean-Sébastien Guillamo CHU de Caen 1882: Friedrich Daniel Von Recklinghausen 1956: Crow: description précise de la NF1 1982: Ricardi : classification des neurofibromatoses en

Plus en détail

avec atteinte ganglionnaire

avec atteinte ganglionnaire Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Comprendre La maladie et son traitement Le mélanome avec atteinte ganglionnaire Mieux comprendre votre maladie, pour mieux vivre avec Conseil scientifique en dermatologie

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005

Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 Maladies et Grands Syndromes : Angiomes (223) Professeur Guy Magalon Juin 2005 1. Définition Les angiomes sont des tumeurs très fréquentes. La définition de TOURAINE rend parfaitement compte de la complexité

Plus en détail

Gale ou Scabiose Epidémiologie, clinique et thérapeutique

Gale ou Scabiose Epidémiologie, clinique et thérapeutique Gale ou Scabiose Epidémiologie, clinique et thérapeutique Dr Nelly Contet-Audonneau et Isabelle Glatz Parasitologie- Mycologie n.contet-audonneau@chunancy.fr Dr Jean-Philippe Schurra Dermatologue Dr M-F

Plus en détail

Cancers de l hypopharynx

Cancers de l hypopharynx Cancers de l hypopharynx A- GENERALITES 1) Epidémiologie Cancer fréquent et de pronostic grave du fait de son évolution insidieuse et de son caractère lymphophile. C est quasiment toujours un carcinome

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Les glandes sebacees. Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.

Les glandes sebacees. Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2. Les glandes sebacees Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des matières Table des matières 3 I - Introduction 5 II

Plus en détail

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires

Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostic des tuméfactions et des masses cervicales et salivaires Diagnostics nombreux +++ Nécessité d un examen ORL complet à la recherche d une porte d entée ORL Chirurgien ORL et cervicofacial Examen

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein. Brochure entièrement remaniée d après les découvertes scientifiques les plus récentes.

Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein. Brochure entièrement remaniée d après les découvertes scientifiques les plus récentes. Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein. Brochure entièrement remaniée d après les découvertes scientifiques les plus récentes. Sommaire Ce qu il faut savoir sur le cancer du sein 4 Informations de

Plus en détail

Les s lésions ns é lémentaire r s s dermatologiques

Les s lésions ns é lémentaire r s s dermatologiques Les lésions élémentaires dermatologiques 1-Introduction: - Les lésions élémentaires sont multiples et leur connaissance est indispensable pour le diagnostic des dermatoses. -peuvent être : - primaires,

Plus en détail

Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires

Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires Enseignement National Classant Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires Psoriasis J.-J. GUILHOU (Montpellier), L. DUBERTRET (Paris, St Louis), B. CRICKX (Paris, Bichat),

Plus en détail

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009

SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 SMSTO / ANMTEPH Journées d Automne 2009 Cancers professionnels des cavités nasales et sinusiennes Dr Dominique Tripodi Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Place Alexis Ricordeau - 44093 Nantes Cedex

Plus en détail

1 of 5 02/11/2012 14:03

1 of 5 02/11/2012 14:03 1 of 5 02/11/2012 14:03 Le cancer du chat par Sandrine Cayet, docteur-vétérinaire Le cancer chez le chat n est pas une fatalité. Un cancer chez le chat, c est comme chez l homme, ça se diagnostique, ça

Plus en détail

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale.

ARTHROSE, ARTHRITE. Dans l arthrose la primum movens est le cartilage et dans l arthrite c est la synoviale. Fixe : TOR ARTHROSE, ARTHRITE I/- Généralités : Rhumatisme : maladie articulaire d étiologie multiple = - Dégénérative - Inflammatoire - Infectieuse - Métabolique Parfois limitée aux structures tendineuses

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE)

LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) LE CANCER DE L ESTOMAC (CANCER GASTRIQUE) Docteur Laurianne Jolissaint (CHU Jean Mingoz, Besancon), Docteur Bruno Buecher, (Institut Curie, Paris), & Comité de Rédaction du site web de la Fédération Francophone

Plus en détail

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY Définissez-moi d abord ce que vous entendez par Atopie, par Dermatite Atopique (DA) et par Allergie et je vous dirai si le DA c est

Plus en détail

Cancer du sein in situ

Cancer du sein in situ traitements, soins et innovation OCTOBRE 2009 recommandations professionnelles Cancer du sein in situ COLLECTION recommandations & référentiels Recommandations de prise en charge spécialisée Carcinome

Plus en détail

Les cancers féminins

Les cancers féminins Les cancers féminins Le cancer occupe aujourd hui une place importante dans les causes de mortalité des femmes. Bien que celles-ci puissent être atteintes par un certain nombre d autres cancers, ceux qui

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer du sein?

Qu est-ce que le cancer du sein? Cancer du sein Qu est-ce que le cancer du sein? Laissez-nous vous expliquer. www.fondsanticancer.org www.esmo.org ESMO/FAC Patient Guide Series basés sur les recommandations de pratique clinique de ESMO

Plus en détail

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF)

Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) Item 102 (item 125) : Oeil et sclérose en plaques Collège des Ophtalmologistes Universitaires de France (COUF) 2013 1 Table des matières Introduction... 3 1. Généralités... 3 2. Signes oculaires... 3 2

Plus en détail

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO

Recommandations 2005. Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations 2005 Prise en charge des patients adultes atteints d un mélanome cutané MO Recommandations pour la Pratique Clinique : Standards, Options et Recommandations 2005 pour la prise en charge

Plus en détail

Comprendre. le Cancer du sein. Mise à jour. Guide d information et de dialogue à l usage des personnes malades et de leurs proches

Comprendre. le Cancer du sein. Mise à jour. Guide d information et de dialogue à l usage des personnes malades et de leurs proches Comprendre le Cancer du sein Mise à jour Guide d information et de dialogue à l usage des personnes malades et de leurs proches Ce guide s inscrit dans le cadre d un programme réalisé en partenariat avec

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

DÉFINITION OBJECTIFS. Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom :

DÉFINITION OBJECTIFS. Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom : Version 2 mise à jour nov 2011 Information délivrée le : Cachet du Médecin : Au bénéfice de : Nom : Prénom : Cette fiche d information a été conçue sous l égide de la Société Française de Chirurgie Plastique

Plus en détail

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1

Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Orientation diagnostique devant une éosinophilie 1 Introduction L hyperéosinophilie est définie par la présence de polynucléaires éosinophiles circulants à plus de 0,5 G/l (500/µl) (quel que soit leur

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique

Le syndrome SAPHO Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique Ostéomyélite multifocale chronique récidivante Spondylarthrite hyperostosante pustulo-psoriasique La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Item 329 Prurit CEDEF 1,2 III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT. Objectifs pédagogiques. Définition. Disponible en ligne sur. www.sciencedirect.

Item 329 Prurit CEDEF 1,2 III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT. Objectifs pédagogiques. Définition. Disponible en ligne sur. www.sciencedirect. Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A227 A232 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT Item 329 Prurit CEDEF 1,2 Disponible sur Internet le

Plus en détail

Gale (angl.scabies) «Scabies: a ubiquitous neglected skin disease» U R Hengge et al. Lancet Infect Dis 2006; 6:769 79 IFMT-MS.

Gale (angl.scabies) «Scabies: a ubiquitous neglected skin disease» U R Hengge et al. Lancet Infect Dis 2006; 6:769 79 IFMT-MS. Gale (angl.scabies) «Scabies: a ubiquitous neglected skin disease» U R Hengge et al. Lancet Infect Dis 2006; 6:769 79 IFMT-MS.2006 1 Introduction Une maladie cutanée très commune, ubiquitaire, et très

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

La fistule vésico-vaginale

La fistule vésico-vaginale La fistule vésico-vaginale Dr Mehdi Jaidane I- Introduction Définition : La fistule vésico-vaginale (FVV) est définie comme l existence «d un trajet anormal reliant la vessie au vagin». Il s agit d une

Plus en détail

Les eczémas: l approche au cabinet

Les eczémas: l approche au cabinet Les eczémas: l approche au cabinet Dr H. Brandstätter Dr J. Sommer-Bülher Prof. V. Piguet Plan Comment analyser une lésion? Différentes formes d eczémas Traitement Quand référer chez le dermatologue? 1

Plus en détail

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre!

Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! Le cancer du sein Nous pouvons le vaincre! La Clinique du sein du CHPLT Pour vous et pour votre famille Centre Hospitalier Peltzer - La Tourelle de Verviers Le cancer du sein : nous pouvons le vaincre!

Plus en détail

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir.

Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Dépistage Pour l'instant, les connaissances actuelles ne permettent pas d'empêcher un cancer du sein de survenir. Par contre, nous pouvons tenter de le dépister plus tôt afin d'avoir plus de chances de

Plus en détail

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07

Les différents types de cancers et leurs stades. Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 Les différents types de cancers et leurs stades Dr Richard V Oncologie MédicaleM RHMS Baudour et Erasme La Hulpe 1/12/07 CARCINOGENESE multiple steps, accumulation d altd altérations continuum lésionnel

Plus en détail

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE

LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE LA SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DEFINITION La scoliose vient du grec skolios : tortueux Déformation tridimensionnelle de toute ou une partie de la colonne vertébrale (cervicale, thoracique ou lombaire) consistant

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES

LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES LES TUMEURS DES NERFS PERIPHERIQUES Les tumeurs des nerfs périphériques (TNP) sont des lésions rares. : elles représentent entre 0,001 et 0,02% des pièces anatomiques. Il s agit le plus souvent de tumeurs

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein

carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein INFOS PATIENTS Sein - pathologie mammaire carnet d information des femmes à haut risque de cancer du sein introduction Vous avez rencontré un médecin du service d oncogénétique de Gustave Roussy. Il a

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

COSMETOLOGIE ACNE : Une pathologie fréquente

COSMETOLOGIE ACNE : Une pathologie fréquente 1 DERMATOLOGIE Cette COSMETOLOGIE ACNE : Une pathologie fréquente ne par concerne Dr H. cette maladie du follicule pilosébacé qui touche en France environ 15 millions de personnes VAN maladie pas les adolescents

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Tumeurs cutanées bénignes

Tumeurs cutanées bénignes Chapitre 13: Tumeurs cutanées bénignes page: 368 Tumeurs cutanées bénignes Tumeurs épidermiques page: 369 13.1 Tumeurs épidermiques Verrucosités; Kératoses Verrues séborrhéiques (kératoses séborrhéiques)

Plus en détail

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes

Bilan d extension locale d une tumeur rectale. François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Bilan d extension locale d une tumeur rectale François Jausset, Radiologie Brabois Adultes Introduction - Déterminer l extension locale précise d une tumeur rectale est un enjeu majeur pour le radiologue

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse

ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES. La structure osseuse Dr David GONNELLI ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES La structure osseuse ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Les articulations ANATOMIE SIGNES FONCTIONNELS SIGNES PHYSIQUES Le muscle

Plus en détail

Le dépistage des cancers

Le dépistage des cancers Le dépistage des cancers G R A N D P U B L I C Octobre 2009 Le dépistage des cancers Détecter tôt certains cancers permet de les traiter mieux, c'est-à-dire de proposer des traitements moins lourds, et

Plus en détail