UMR Nutrition Humaine et lipides, INSERM, 476; INRA, 1260 ; Université de la Méditerranée. Faculté de Médecine et IFR 125-IPHM, Marseille

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UMR Nutrition Humaine et lipides, INSERM, 476; INRA, 1260 ; Université de la Méditerranée. Faculté de Médecine et IFR 125-IPHM, Marseille"

Transcription

1 48 ème JAND 25 janvier 2008 Lipémie postprandiale : réponses aux nutriments et conséquences physio-pathologiques Denis LAIRON UMR Nutrition Humaine et lipides, INSERM, 476; INRA, 1260 ; Université de la Méditerranée. Faculté de Médecine et IFR 125-IPHM, Marseille

2

3 Résumé Beaucoup de nos connaissances sur la relation entre le métabolisme des lipides et lipoprotéines et le développement de la pathologie cardiovasculaire sont basées sur des mesures faites à jeun, ce qui reflète essentiellement le métabolisme endogène. Bien que de telles mesures restent indispensabes pour l évaluation clinique et la prise de décisions diététiques et/ou thérapeutiques, il faut réaliser que nous restons la plupart du temps dans un état de non jeune suite à des repas apportant des lipides et la longue durée des épisodes postprandiaux. Aussi la succession de nos 3 ou 4 prises alimentaires typiques apportant chacune 10 à 50 g de lipides font qu à l exception du petit-déjeuner, la prise des repas se fait dans un état où les triglycerides plasmatiques ne sont pas revenu encore à leur valeur basale, entrainant une fluctuation plus ou moins importante de la lipémie postrandiale. L état postprandial est un état dynamique, non à l équilibre, caractérisé par une augmentation transitoire mais prolongée (5-8h) de la concentration des lipoproteins riches en triglycerides (TRL) d origine à la fois intestinale (chylomicrons, issus de à la digestion et absorption intestinale des lipids du repas) et hépatiques (VLDL, à cause de la compétition induite par les chylomicrons pour leur élimination de la circulation). Ceci s accompagne d un remodelage des autres classes de lipoproteines (LDL et HDL). Il s agit donc d une situation complexe bien que très usuelle. De très nombreux facteurs peuvent moduler le degré et/ou la durée de la lipémie postprandiale. Dans cette revue nous présenterons ces divers facteurs, incluant la quantité et la nature des lipides, des glucides et des fibres alimentaires, ainsi que des traits génétiques et les caractéristiques physiopathologiques des personnes. L ensemble de ces facteurs peut contribuer à la relation entre alimentation, lipémie postprandiale et développement de l artériosclérose. Nous venons de publier une synthèse bibliographique sur cette thématique (Lopez-Miranda, Williams & Lairon, Br J Nutr, 2007). INTRODUCTION Beaucoup de nos connaissances sur la relation entre le métabolisme des lipides et lipoprotéines et le développement de la pathologie cardiovasculaire sont basées sur des mesures faites à jeun, ce qui reflète essentiellement le métabolisme endogène (Figure). Bien que de telles mesures restent indispensabes pour l évaluation clinique et la prise de décisions diététiques et/ou thérapeutiques, il faut réaliser que nous restons la plupart du temps dans un état de non jeune suite à des repas apportant des lipides et la longue durée des épisodes postprandiaux. Aussi la succession de nos 3 ou 4 prises alimentaires typiques apportant chacune 10 à 50 g de lipides font qu à l exception du petitdéjeuner, la prise des repas se fait dans un état où les triglycerides plasmatiques ne sont pas revenu encore à leur valeur basale [1] entrainant une fluctuation plus ou moins importante de la lipémie postrandiale. L état postprandial est un état dynamique, non à l équilibre, caractérisé par une augmentation transitoire mais prolongée (5-8h) de la concentration des lipoproteins riches en triglycerides (LRT) d origine à la fois intestinale (chylomicrons, issus de à la digestion et absorption intestinale des lipides du repas) et hépatiques (VLDL, à cause de la competition induite par les chylomicrons pour leur élimination de la circulation), comme illustré sur la Figure. Ceci s accompagne d un remodelage des autres classes de lipoprotéines (LDL et HDL). Il s agit donc d une situation complexe bien que très usuelle. De très nombreux facteurs peuvent moduler le degré et/ou la durée de la lipémie postprandiale. Dans cette revue nous présenterons ces divers facteurs, incluant la quantité et la nature des lipides alimentaires, des glucides et protéines, des fibres alimentaires, ainsi que des traits génétiques et les caractéristiques physiopathologiques des personnes. L ensemble de D. Lairon 3

4 ces facteurs peut contribuer à la relation entre alimentation, lipémie postprandiale et développement de l artériosclérose. Nous venons de publier une synthèse bibliographique sur cette thématique [2]). FACTEURS ALIMENTAIRES AFFECTANT LA RÉPONSE POSTPRANDIALE De nombreux nutriments peuvent moduler la réponse postprandiale comme la quantité et le type de lipides présent dans un repas, ou aussi les sucres, amidons, fibres ou l alcool [3, 4]. Lipides La quantité de lipides qui fait augmenter significativement la triglycéridémie postprandiale est d environ 20-30g par repas, des quantités très faibes ou faibles n ayant pas d effet marqué. De 30 à 50g par repas on observe une relation dose-effet linéaire [5, 6, 7]. La majorité des repas usuels contient en fait g de lipides. Diverses études ont comparé la réponse lipémique selon la nature des lipides apportés par le repas. Il est difficle d en tirer des conclusions tranchées, les données suggérant plutot que les lipides saturés augmentent la lipémie postporandiale pendant que les acides gras n-3 la diminuent, les acides gras mono-insaturés et poly-insaturés n-6 donnant des effets comparables et intermédiaires [4, 8, 9, 10].Il est par contre évident que les acides gras à chaine courte ou moyenne indusisent des réponses postprandiales faibles car ils ne participent pas beaucoup aux triglycerides des chylomicrons. Il est clair que la structure des triglycerides alimentaires et les propriétés physico-chimiques de ces lipides jouent un rôle important. Les effets des lipides alimentaires dans l alimentation habituelle des personnes a aussi été étudiée [4, 8, 11-15]. On peut en conclure que des régimes riches en MUFA or PUFA n-6 tendent à diminuer la réponse lipidique postprandiale comparé aux SFA. Il est mieux documenté que des régimes riches en PUFA n-3 à longue chaine (EPA, DHA) peuvent diminuer la réponse lipémique postprandiale mais pas des régimes riches en acide α-linolénique. Globalement, les effets aigus des acides gras ont des effets dans l ordre croissant SFA> MUFA=n-6 PUFA> n-3 PUFA. Glucides L addition de glucose (50, 100g) à un repas lipidique tend à augmenter la lipémie postprandiale tandis que le sacharose et encore plus le fructose induisent des augmentations très notables [16, 17]. Chez les sujets sains, des aliments riches en amidon ne modifient pas notablement la lipémie postprandiale mais l hyperinsulinisme exacerbe l accumulation postprandiale des chylomicrons dans le plasma [18]. Chez des sujets insulino-résistants, l ingestion d un repas à fort index glycémique exacerbe la lipémie postprandiale à cause d une augmentation à la fois des LRT d origine hépatique et intestinale [19] Fibres alimentaires L addition de certaines sources de fibres alimentaires comme le son d avoine [20, 21] peut diminuer sensiblement les chylomicrons et la lipémie postprandiale (-17 à - 40%). On a montré que des sources de fibres solubles visqueuses perturbent la digestion et la solubilisation micellaire des lipides dans l intestin [21]. Protéines Les données sont limitées mais il semble que certaines proteines puissent modérément abaisser (-20%) la lipémie postprandiale [22]. D. Lairon 4

5 EFFET DU MODE DE VIE Activité physique Un exercice physique aigu (type aerobic) peut diminuer significativement la lipémie postprandiale (-24-35%) [23, 24]. Une activité physique pendant les 24h précédent un test diminue aussi significativement la lipémie postprandiale. Tabagisme Axelson et al ([25] ont montré une augmentation de 50% de la lipémie postprandiale ches des fumeurs habituels vs des non fumeurs ceci semblant principalement du à une augmentation des résidus de chylomicrons. Alcool L addition d alcool à un repas mixte augmente de 60% la lipémie postprandiale [26] surtout à cause d une augmentation des VLDL d origine hépatique. FACTEURS PHYSIOLOGIQUES Age En général, la lipémie postprandiale augmente avec l age [1]. Sexe et statut méenopausal Plusieurs études ont montré que les hommes ont une lipémie postprandiale plus élevée que les femmes pour un même repas [1]. Par contre, les femmes ménauposées ont une la lipémie postprandiale plus élevée que les femmes en âge de procréer. CONDITIONS PATHOLOGIQUES Obésité Les individus obèses, qui présentent généralement une obésité abdominale, ont le plus souvent une triglycéridémie postprandiale très augmentée par comparison à des sujets de poids normal et ceci même en absence d une hypertriglycéridémie à jeun [27-30]. Hypertriglyceridémie Les personnes présentant une hypertriglycéridémie (à jeun), même modérée, sont bien connues pour avoir une lipémie postprandiale augmentée ce qui s explique aisément par une accumulation de LRT qui sont en compétition accrue pour leur hydrolyse et leur épuration. L hypercholestérolémie familiale n est pas associée à une lipémie postprandiale anormale [1, 2]. Résistance à l insuline Cet état que l on trouve dans les états pré-diabétiques dont le syndrome métabolique et dans le diabète de type 2, a été associé à une lipémie postprandiale exacerbée [31, 32], son intensité pouvant être corrélée au niveau d insulinélie à jeun [28, 29, 33]. D. Lairon 5

6 Diabète de type 2 A cause des anormalités métaboliques associée à ce type de diabète, on observe souvent que les sujets diabétiques de type 2 ont à jeun et encore plus en période postprandiale une accumulation de LRT dans le plasma [34, 35]. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉTIQUES On dispose de plus en plus de données montrant que certains polymorphismes de gènes (variants) codant pour des protéines importantes du métabolisme des lipides et lipoprotéines ont une influence sur la réponse postprandiale. Cet aspect est traité en détails dans notre récente revue [2]. Parmi les gènes impliqués, soulignons ceux codant pour des apoprotéines (A1, AIV, AV, B, E, C1, C3), des récepteurs et/ou transporteurs intra-cellulaires (LDL-R, SR-BI, I-FABP, MTP) et des enzymes intravasculaires (lipoprotéine lipase, lipase hépatique). La réponse postprandiale d un individu sera en fait le résultat de l interaction entre son fond génétique et la pression induite par le repas. Lipémie postprandiale et risque cardiovasculaire L hypothèse d une relation de causalité entre lipémie postprandiale et athérosclérose a été posée dès 1979 par D. Zilversmit [36]. Il aura fallu attendre 1992 pour voir publiée la première étude établissant cette association chez l homme. Depuis, de nombreuses études cliniques et mécanistiques sont venu établir cette relation comme synthétisé récemment (Lopez-Miranda, Williams & Lairon, 2007). De nombreuses études ont permi de montrer qu une accumulation postprandiale augmentée et retardée des LRTs est associée au risque d accident cardiovasculaire chez l homme et la femme [33, 37-41]. Plusieurs autres études ont établi une relation entre épaisseur intima-media de la carotide, une marqueur du risque coronarien et l amplitude de la lipémie postprandiale [42, 43]. Il est important de souligner que les paramètres mesurés à jeun peuvent être moins prédictifs du risque. D un point de vue mécanistique, on a pu montrer que les LRT et surtout les résidus de LRT qui s accumulent en période postprandiale peuvent s enrichir en cholestérol, être cytotoxiques pour les cellules, pénêtrer la paroie des artères et participer au processus de développement de la plaque d athérome. Cette élévation postprandiale peut aussi augmenter la proportion de LDL petites et denses et diminuer les HDL. Enfin, la lipémie postprandiale a été associée à l augmentation de facteurs procoagulants, à l activation des plaquettes et à une déterioration de l intégrité de l endothélium vasculaire. CONCLUSION La réponse lipémique postprandiale d un individu est en fait le résultat de l interaction entre son fond génétique, son état physiologique et la pression induite par le repas. Si les Apports Nutritionnels Conseillés à la population française (Martin, 2001) gardent tout leur intérêt, une approche plus centrée sur la composition des repas et leur fréquence mériterait un intérêt accru. D. Lairon 6

7 Références [1] Cohn JS, McNamara JR, Cohn SD, Ordovas JM & Schaefer EJ (1988) Postprandial plasma lipoprotein changes in human subjects of different ages. J Lipid Res 29, [2] Lopez-Miranda J, Williams CM & Lairon D, (2007). Dietary, physiological, genetic and pathological influences on postprandial lipid metabolism. Br J Nutr. 2007, 98: [3] Lairon D (1996). Lipid absorption and metabolism: physiological and molecular aspects. Proc Nutr Soc. 55(1B):1-3. [4] Williams CM (1998) Dietary interventions affecting chylomicron and chylomicron remnant clearance. Atherosclerosis 141 Suppl 1, S [5] Cohen JC, Noakes TD & Benade AJ (1988) Serum triglyceride responses to fatty meals: effects of meal fat content. Am J Clin Nutr 47, [6] Murphy MC, Isherwood SG, Sethi S, Gould BJ, Wright JW, Knapper JA & Williams CM (1995) Postprandial lipid and hormone responses to meals of varying fat contents: modulatory role of lipoprotein lipase? Eur J Clin Nutr 49, [7] Dubois C, Beaumier G, Juhel C, Armand M, Portugal H, Pauli AM, Borel P, Latge C & Lairon D (1998) Effects of graded amounts (0-50 g) of dietary fat on postprandial lipemia and lipoproteins in normolipidemic adults. Am J Clin Nutr 67, [8] Roche HM, Zampelas A, Jackson KG, Williams CM & Gibney MJ (1998) The effect of test meal monounsaturated fatty acid: saturated fatty acid ratio on postprandial lipid metabolism. Br J Nutr 79, [9] Mekki N, Charbonnier M, Borel P, Leonardi J, Juhel C, Portugal H & Lairon D (2002) Butter differs from olive oil and sunflower oil in its effects on postprandial lipemia and triacylglycerol-rich lipoproteins after single mixed meals in healthy young men. J Nutr 132, [10] Jackson KG, Wolstencroft EJ, Bateman PA, Yaqoob P & Williams CM (2005) Greater enrichment of triacylglycerol-rich lipoproteins with apolipoproteins E and C-III after meals rich in saturated fatty acids than after meals rich in unsaturated fatty acids. Am J Clin Nutr 81, [11] Weintraub MS, Zechner R, Brown A, Eisenberg S & Breslow JL (1988) Dietary polyunsaturated fats of the W- 6 and W-3 series reduce postprandial lipoprotein levels. Chronic and acute effects of fat saturation on postprandial lipoprotein metabolism. J Clin Invest 82, [12] Lichtenstein AH, Ausman LM, Carrasco W, Jenner JL, Gualtieri LJ, Goldin BR, Ordovas JM & Schaefer EJ (1993) Effects of canola, corn, and olive oils on fasting and postprandial plasma lipoproteins in humans as part of a National Cholesterol Education Program Step 2 diet. Arterioscler Thromb 13, [13] Zampelas A, Peel AS, Gould BJ, Wright J & Williams CM (1994) Polyunsaturated fatty acids of the n-6 and n- 3 series: effects on postprandial lipid and apolipoprotein levels in healthy men. Eur J Clin Nutr 48, [14] Zampelas A, Roche H, Knapper JM, Jackson KG, Tornaritis M, Hatzis C, Gibney MJ, Kafatos A, Gould BJ, Wright J & Williams CM (1998) Differences in postprandial lipaemic response between Northern and Southern Europeans. Atherosclerosis 139, [15] Rivellese AA, Maffettone A, Vessby B, Uusitupa M, Hermansen K, Berglund L, Louheranta A, Meyer BJ & Riccardi G (2003) Effects of dietary saturated, monounsaturated and n-3 fatty acids on fasting lipoproteins, LDL size and post-prandial lipid metabolism in healthy subjects. Atherosclerosis 167, [16] Cohen JC & Berger GM (1990) Effects of glucose ingestion on postprandial lipemia and triglyceride clearance in humans. J Lipid Res 31, [17] Jeppesen J, Chen YI, Zhou MY, Schaaf P, Coulston A, Reaven GM (1995). Postprandial triglyceride and retinyl ester responses to oral fat: effects of fructose. Am J Clin Nutr. 61, [18] Harbis A, Defoort C, Narbonne H, Juhel C, Senft M, Latge C, Delenne B, Portugal H, Atlan-Gepner C, Vialettes B & Lairon D (2001) Acute hyperinsulinism modulates plasma apolipoprotein B-48 triglyceride-rich lipoproteins in healthy subjects during the postprandial period. Diabetes 50, [19] Harbis A, Perdreau S, Vincent-Baudry S, Charbonnier M, Bernard MC, Raccah D, Senft M, Lorec AM, Defoort C, Portugal H, Vinoy S, Lang V & Lairon D (2004) Glycemic and insulinemic meal responses modulate postprandial hepatic and intestinal lipoprotein accumulation in obese, insulin-resistant subjects. Am J Clin Nutr 80, [20] Cara L, Dubois C, Borel P, Armand M, Senft M, Portugal H, Pauli AM, Bernard PM & Lairon D (1992) Effects of oat bran, rice bran, wheat fiber, and wheat germ on postprandial lipemia in healthy adults. Am J Clin Nutr 55, [21] Lia A, Andersson H, Mekki N, Juhel C, Senft M & Lairon D (1997) Postprandial lipemia in relation to sterol and fat excretion in ileostomy subjects given oat-bran and wheat test meals. Am J Clin Nutr 66, D. Lairon 7

8 [22] Westphal S, Kastner S, Taneva E, Leodolter A, Dierkes J & Luley C (2004) Postprandial lipid and carbohydrate responses after the ingestion of a casein-enriched mixed meal. Am J Clin Nutr 80, [23] Tsetsonis NV & Hardman AE (1996) Effects of low and moderate intensity treadmill walking on postprandial lipaemia in healthy young adults. Eur J Appl Physiol Occup Physiol 73, [24] Thomas TR, Horner KE, Langdon MM, Zhang JQ, Krul ES, Sun GY & Cox RH (2001) Effect of exercise and medium-chain fatty acids on postprandial lipemia. J Appl Physiol 90, [25] Axelsen M, Eliasson B, Joheim E, Lenner RA, Taskinen MR & Smith U (1995) Lipid intolerance in smokers. J Intern Med 237, [26] Fielding BA, Reid G, Grady M, Humphreys SM, Evans K & Frayn KN (2000) Ethanol with a mixed meal increases postprandial triacylglycerol but decreases postprandial non-esterified fatty acid concentrations. Br J Nutr 83, [27] Lewis GF, O'Meara NM, Soltys PA, Blackman JD, Iverius PH, Druetzler AF, Getz GS & Polonsky KS (1990) Postprandial lipoprotein metabolism in normal and obese subjects: comparison after the vitamin A fatloading test. J Clin Endocrinol Metab 71, [28] Couillard C, Bergeron N, Prud'homme D, Bergeron J, Tremblay A, Bouchard C, Mauriege P & Despres JP (1998) Postprandial triglyceride response in visceral obesity in men. Diabetes 47, [29] Mekki N, Christofilis MA, Charbonnier M, Atlan-Gepner C, Defoort C, Juhel C, Borel P, Portugal H, Pauli AM, Vialettes B & Lairon D (1999) Influence of obesity and body fat distribution on postprandial lipemia and triglyceride-rich lipoproteins in adult women. J Clin Endocrinol Metab 84, [30] Guerci B, Verges B, Durlach V, Hadjadj S, Drouin P & Paul JL (2000) Relationship between altered postprandial lipemia and insulin resistance in normolipidemic and normoglucose tolerant obese patients. Int J Obes Relat Metab Disord 24, [31] Jeppesen J, Hollenbeck CB, Zhou MY, Coulston AM, Jones C, Chen YD & Reaven GM (1995) Relation between insulin resistance, hyperinsulinemia, postheparin plasma lipoprotein lipase activity, and postprandial lipemia. Arterioscler Thromb Vasc Biol 15, [32] Boquist S, Hamsten A, Karpe F & Ruotolo G (2000) Insulin and non-esterified fatty acid relations to alimentary lipaemia and plasma concentrations of postprandial triglyceride-rich lipoproteins in healthy middle-aged men. Diabetologia 43, [33] Karpe F (1999) Postprandial lipoprotein metabolism and atherosclerosis. J Intern Med 246, [34] Haffner SM (2002) Lipoprotein disorders associated with type 2 diabetes mellitus and insulin resistance. Am J Cardiol 90, 55i-61i. [35] Masding MG, Stears AJ, Burdge GC, Wootton SA & Sandeman DD (2003) Premenopausal advantages in postprandial lipid metabolism are lost in women with type 2 diabetes. Diabetes Care 26, [36] Zilversmit DB (1979) Atherogenesis: a postprandial phenomenon. Circulation 60, [37] Groot PH, van Stiphout WA, Krauss XH, Jansen H, van Tol A, van Ramshorst E, Chin-On S, Hofman A, Cresswell SR & Havekes L (1991) Postprandial lipoprotein metabolism in normolipidemic men with and without coronary artery disease. Arterioscler Thromb 11, [38] Patsch JR, Miesenbock G, Hopferwieser T, Muhlberger V, Knapp E, Dunn JK, Gotto AM, Jr. & Patsch W (1992) Relation of triglyceride metabolism and coronary artery disease. Studies in the postprandial state. Arterioscler Thromb 12, [39] Karpe F, Tornvall P, Olivecrona T, Steiner G, Carlson LA & Hamsten A (1993) Composition of human low density lipoprotein: effects of postprandial triglyceride-rich lipoproteins, lipoprotein lipase, hepatic lipase and cholesteryl ester transfer protein. Atherosclerosis 98, [40] Bansal S, Buring JE, Rifai N, Mora S, Sacks FM, Ridker PM (2007). Fasting compared with non fasting triglycerides and risk of cardiovascular events in women. JAMA, 29: [41] Nordestgaard BG, Benn M, Schnohr P, Tybjaerg-Hansen A (2007). Nonfasting triglycerides and risk of myocardial infarction, ischemic heart disease, and death in men and women. JAMA. 298: [42] Ryu JE, Howard G, Craven TE, Bond MG, Hagaman AP & Crouse JR, 3rd (1992) Postprandial triglyceridemia and carotid atherosclerosis in middle-aged subjects. Stroke 23, [43] Hamsten A, Silveira A, Boquist S, Tang R, Bond MG, de Faire U & Bjorkegren J (2005) The apolipoprotein CI content of triglyceride-rich lipoproteins independently predicts early atherosclerosis in healthy middle-aged men. J Am Coll Cardiol 45, D. Lairon 8

9 Figure. Métabolisme des lipoprotéines chez l homme. Dietary Fat & Cholesterol Bile Acids + Cholesterol LDL Peripheral Tissues Intestine Liver Chylomicron Chylomicron Remnant VLDL IDL HDL LPL LPL FFA FFA D. Lairon 9

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

Exploration du métabolisme lipidique

Exploration du métabolisme lipidique Exploration du métabolisme lipidique Les principaux lipides le cholestérol (utilisé par les cellules pour la synthèse de leurs membranes) les triglycérides (substrat énergétique) les phospholipides (constituants

Plus en détail

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies

Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies. Bases Moléculaires des Traitements des Dyslipidémies Exploration des Dyslipoprotéinémies ou Dyslipidémies VI Le Risque Cardiovasculaire associé aux Dyslipidémies 1 ) Facteurs de Risque : Définitions 2 ) Facteurs Majeurs du Risque Cardiovasculaire 3 ) Cholestérol

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments :

faisons le point Depuis longtemps, les glucides sont classés Il a été observé que L indice glycémique des aliments : L indice glycémique des aliments : Relation avec obésité et diabète de type 2 Annie Ferland dtp, MSc et Paul Poirier MD, PhD, FRCPC, FACC Il a été observé que plusieurs sucres et aliments à teneur glucidique

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke L athérosclérose Une maladie inflammatoire chronique des grosses artères, à localisation intimale, dont l agent

Plus en détail

MI1 Métabolisme et Nutrition - Stockage et mobilisation des molécules énergétiques - Cristol Année Universitaire 2007-2008

MI1 Métabolisme et Nutrition - Stockage et mobilisation des molécules énergétiques - Cristol Année Universitaire 2007-2008 Stockage et mobilisation des réserves énergétiques Les schémas joints sont ceux qui étaient sur le fichier du ronéo de l an dernier ; ceux qui sont sur le poly de la corpo étaient mal sortis. P.41 : triacylglycérol

Plus en détail

Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale

Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale Communiqué de presse Paris, le 12 janvier 2015 Une nouvelle étude montre que consommer des amandes au lieu d'un aliment à forte teneur en glucides réduit la graisse abdominale Une nouvelle étude publiée

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Les lipides et dérivés

Les lipides et dérivés UE1 : Biochimie Les lipides et dérivés Partie 5 : Digestion, absorption et transport des lipides Partie 6 : Méthodes d analyse Isabelle Hininger-Favier Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST

Le Cholestérol. Jacques MANSOURATI CHU BREST Vrai ou Faux Le cholestérol est inutile à l organisme humain L alimentation est la principale source de cholestérol Seul le taux de cholestérol total est important dans la prévention des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES

PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES PATHOLOGIES DU METABOLISME LIPIDIQUE ET EXPLORATION BIOLOGIQUE DES DYSLIPIDEMIES RAPPEL Les lipides sont un groupe hétérogène de substances qui ont des acides gras dans leur structure ou une molécule qui

Plus en détail

c est : études cliniques ans de recherche ans de lutte contre le cholestérol Informations destinées aux professionnels de santé

c est : études cliniques ans de recherche ans de lutte contre le cholestérol Informations destinées aux professionnels de santé c est : études cliniques ans de recherche ans de lutte contre le cholestérol Informations destinées aux professionnels de santé Fruit d Or pro-activ réduit activement le cholestérol Une gamme de margarines

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire?

Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Lipides, lipoprotéines, apolipoprotéines et bilan cardiovasculaire? Richard W. James, Labo des Lipides, Dépt. de Médecine Interne, Faculté de Médecine, Université de Genève, Genève Lipides, lipoprotéines

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Diagnostic: bilan biologique

Diagnostic: bilan biologique Diagnostic: bilan biologique Bilan lipidique de «base» = EAL = Exploration d une anomalie lipidique Comporte: Impérativement à jeun depuis 12-24 heures Aspect du sérum Dosage des triglycérides (TG) Dosage

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

METABOLISME DES LIPOPROTEINES

METABOLISME DES LIPOPROTEINES 1 Chapitre 19 Pr Claude ZINSOU METABOLISME DES LIPOPROTEINES OBJECTIFS De l enseignant Compléter les connaissances relatives au métabolisme des lipides, dans lequel nous avons insisté sur leur dégradation

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Diabète de type 2 Généralités

Diabète de type 2 Généralités Diabète de type 2 Généralités D2 s accroit de façon épidémique dans tout le monde Deux facteurs en cause: diminution de l activité physique augmentation de l obésité 2 500 000 de D2 traités par médicaments

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach

Diabète de type 2 et tabagisme. V.Durlach Diabète de type 2 et tabagisme V.Durlach vincent.durlach@univ-reims.fr Remerciements au Pr. Daniel Thomas Liens d intérêt Astra-Zeneca,Pfizer, Amgen, Shire, Lilly, Servier, MSD : consultance scientifique,

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

6 novembre 2014. Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire

6 novembre 2014. Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire 6 novembre 2014 Modifier son style de vie pour améliorer la dyslipidémie? et pour diminuer le risque cardiovasculaire Ulrich Keller, Prof. Dr. med. FMH Endocrinologie-Diabétologie Consultant, Clinique

Plus en détail

Mais quelle diète, docteur? par Chantal Blais

Mais quelle diète, docteur? par Chantal Blais M me Chantal Blais, Dt.P., est membre du Groupe de recherche sur les dyslipidémies et l athérosclérose de l Institut de recherches cliniques de Montréal. Cholestérol : patient et médecin au cœur de l'action

Plus en détail

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES

EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES Faculté de médecine Laboratoire de biochimie EXPLORATION DES LIPIDES ET LIPOPROTEINES S.A HAMMA PLAN DU COURS I- INTRODUCTION II- BILAN LIPIDIQUE 1- Bilan lipidique systématique 2- Bilan lipidique orienté

Plus en détail

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse

Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Après chirurgie bariatrique, quel type de tissu adipeux est perdu? Dr Emilie Montastier Hôpital Larrey, Toulouse Généralités / Contexte La chirurgie bariatrique: pas de relation quantitative claire entre

Plus en détail

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France

3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France 3.4 Comment se situe la population française ou les jeunes? 3.4.1 Exemple de résultats en France Etude conduite chez des étudiants dans 3 villes (Montpellier, Bordeaux, Grenoble) Age : 19 à 26 ans Année

Plus en détail

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales

EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales Université Joseph Fourier FACULTE DE MEDECINE 38700 LA TRONCHE Année Universitaire 2012/2013 EXAMEN Deuxième Année des Etudes Médicales 1ère SESSION UE 5.1 : Biochimie 1 Lundi 4 février 2013 8h30 à 9h30

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Cholesterol Update 2011

Cholesterol Update 2011 Cholesterol Update 2011 Avons-nous tout dit des statines? Comment évaluer le risque résiduel sous statines? Quels paramètres mesurer pour évaluer le risque résiduel? De quoi disposons nous pour traiter

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités

Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier. Obésités Pr A. Avignon Maladies Métaboliques CHU Montpellier Obésités Qu est-ce que Manger? Nécessité Plaisir Gastronomie Interdits Santé Diététique SURCHARGE ALIMENTAIRE ALIMENTAIRE M. cardiovasculaires T malignes

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée

DURISGuillaume@Fotolia.com. P A R T I E 1 Biologie appliquée DURISGuillaume@Fotolia.com 1 P A R T I E 1 Biologie appliquée Glycémie TD 1 OBJECTIFS 1 Définitions Définir la glycémie et la glycosurie. Indiquer les variations de la glycémie au cours de la journée

Plus en détail

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET

MÉTABOLISME, DIABÈTE ET MÉTABOLISME, DIABÈTE ET VIEILLISSEMENT Anne Lajoix Centre de Pharmacologie et Innovation dans le Diabète EA 7288 anne-dominique.lajoix@univ-montp1.fr LE DIABÈTE Maladie métabolique caractérisée par un

Plus en détail

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation

Impact métabolique des acides gras _. Importance du degré d insaturation Impact métabolique des acides gras _ Importance du degré d insaturation Dominique Hermier Unité 914, Paris Physiologie de la nutrition et du comportement alimentaire Plan Les familles d acides gras Acides

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

OBJECTIF NUTRITION LA LETTRE DE L INSTITUT DANONE. Hypertriglycéridémies et risque vasculaire. Un lien à ne plus sous-estimer.

OBJECTIF NUTRITION LA LETTRE DE L INSTITUT DANONE. Hypertriglycéridémies et risque vasculaire. Un lien à ne plus sous-estimer. Créé en 1991, l Institut Danone regroupe des spécialistes de l alimentation et de la nutrition et des collaborateurs de Danone. Il a pour mission : d encourager la recherche dans le domaine de la Nutrition,

Plus en détail

L information nutritionnelle sur l étiquette...

L information nutritionnelle sur l étiquette... Regardez l étiquette L information nutritionnelle sur l étiquette... Aide aide à faire des choix éclairés éclairset Aide à suivre à suivre le Guide le Guide alimentaire alimentaire canadien canadien pour

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

Facteurs de risque associés à l obésité : le point de vue du métabolicien

Facteurs de risque associés à l obésité : le point de vue du métabolicien Annales d Endocrinologie, 2000 ; 61, Suppl. au n 6, 31-38 Masson, Paris, 2000 Facteurs de risque associés à l obésité : le point de vue du métabolicien J.-P. Després (1, 2), A. Pascot (2), I. Lemieux (2)

Plus en détail

CRP : Acteur ou Marqueur?

CRP : Acteur ou Marqueur? CRP : Acteur ou Marqueur? Professeur Atul PATHAK Service de Pharmacologie Clinique Fédération des Services de Cardiologie INSERM U 858 Toulouse, FRANCE La Philosophie On identifie un paramètre (Physiopathologie

Plus en détail

STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE. Gérard CROS

STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE. Gérard CROS STRESS OXYDANT ET SYNDROME METABOLIQUE EXPERIMENTAL D ORIGINE NUTRITIONNELLE Gérard CROS Résistance à l insuline Facteurs génétiques et environnementaux Stress oxydant DIABETE (hyperglycémie) Stress oxydant

Plus en détail

Nous sommes là pour vous.

Nous sommes là pour vous. UN PROGRAMME DE BIEN-ÊTRE SUR LE LIEU DE TRAVAIL QUI AGIT SUR LE DIABÈTE Par Janice Bartos, B.S.N, R.N., consultante clinicienne Que peut faire un employeur pour lutter contre le diabète? L'espoir est

Plus en détail

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D.

La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. La périménopause, une période à risque pour développer le diabète? Remi Rabasa-Lhoret, M. D., Ph. D. Endocrinologue et directeur de l unité de recherche sur les maladies métaboliques et directeur de la

Plus en détail

ANNEXE XXIII LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL

ANNEXE XXIII LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL ANNEXE XXIII LE MÉTABOLISME DU CHOLESTÉROL Le cholestérol* est un composé essentiel des cellules eucaryotes, car il est un élément constitutif de leurs membranes. Chez les mammifères, il est transporté

Plus en détail

Page 1. Glucose libre: 80 mmoles! Glycogène hépatique: 70-80 g! Glycogène musculaire: 220 g! 25 x plus de glucose sous forme glycogène/libre!

Page 1. Glucose libre: 80 mmoles! Glycogène hépatique: 70-80 g! Glycogène musculaire: 220 g! 25 x plus de glucose sous forme glycogène/libre! Pool de glucose! Transporteurs du glucose! Production hépatique de glucose! Utilisation du glucose! Devenir des glucides ingérés! Jeûne! lucocorticoïdes! Oméga 3 marins! INTESTIN! lucose libre: 80 mmoles!

Plus en détail

Exploration du métabolisme

Exploration du métabolisme Exploration du métabolisme lipidique Pr. Layachi Chabraoui Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat Cours de 2ème année de Médecine 2010-2011 1- Lipides et lipoprotéines Lipides plasmatiques: Cholestérol,

Plus en détail

Produits de récupération, snacks remplaçant les repas

Produits de récupération, snacks remplaçant les repas Produits de récupération, snacks remplaçant les repas Synonyme Sportri Shakes de régénération / récupération Classification A Les résultats d études scientifiques sur des sujets en bonne santé et bien

Plus en détail

Place du bilan lipidique dans la prévention cardiovasculaire

Place du bilan lipidique dans la prévention cardiovasculaire Place du bilan lipidique dans la prévention cardiovasculaire Eric Bruckert Institut Hospitalo-Universitaire Cardio-métabolique Pitié-Salpêtrière Hospital, Paris, France Parmi les 4 facteurs majeurs de

Plus en détail

TD La régulation de la glycémie

TD La régulation de la glycémie TD La régulation de la glycémie Comme nous l avons vu dans le chapitre 1, le milieu intérieur subit en permanence des modifications dues à l activité cellulaire ou aux apports extérieurs. Cependant, un

Plus en détail

Physiologie du Pancréas endocrine

Physiologie du Pancréas endocrine Physiologie du Pancréas endocrine 1 I. Introduction II. Insuline Plan 1. Sécrétion 2. Régulation 3. Actions physiologiques 4. Mode d action III. Glucagon 2 2eme Année de médecine 1 Cellules β I. Introduction

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Une calorie est une calorie

Une calorie est une calorie Alimentation, activité physique et sport Talent NUTRITION Récupération Entraînement optimal NUTRITION François Trudeau Ph.D., FACSM Constitution idéale Performance de haut niveau? Santé optimale Université

Plus en détail

Diabète et Nutrition.

Diabète et Nutrition. Diabète et Nutrition. Une bithérapie... de choix, même avant la monothérapie? CMGF- Nice, 28/06/13 Symposium Roche Diagnostics Dr Jean-Yves Le Goff Médecine générale DU maladies de la nutrition. Liens

Plus en détail

Cholesterol. There are 3 main types of fats in your blood:

Cholesterol. There are 3 main types of fats in your blood: Cholesterol Cholesterol is a fatty substance that your body needs to work. It is made in the liver and found in food that comes from animals, such as meat, eggs, milk products, butter and lard. Too much

Plus en détail

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le

Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le Depuis l'ère industrielle, l'augmentation des maladies auto-immunes et maladies chroniques est en augmentation (1). De plus, le rythme de vie et les habitudes alimventaires actuelles sont propices à l'apparition

Plus en détail

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies

Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Athérosclérose (3) Les hyperlipoprotéinémies Points à comprendre Les anomalies du métabolisme lipidique sont à l origine de perturbations biologiques avec des conséquences importantes en termes de santé

Plus en détail

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.

Laboratoire physiologie/ fac mad Batna. La régulation de la glycémie. Aspects pratiques. TD adapté sur la base documentaire du Dr. N. Université Hadj Lakhdar Batna Faculté de médecine de Batna Laboratoire de physiologie La régulation de la glycémie Aspects pratiques TD adapté sur la base documentaire du Dr. N.CHIBOUT Tache N 1 Quel est

Plus en détail

La Métabolomique : Une approche sophistiquée globale du vivant

La Métabolomique : Une approche sophistiquée globale du vivant La Métabolomique : Une approche sophistiquée globale du vivant Denis LAIRON, Directeur de recherche «Nutrition Lipidique et Prévention des Maladies Métaboliques» INRA1260 INSERM 1025 Faculté de médecine

Plus en détail

poids. Il est impératif que les traitements pharmacologiques

poids. Il est impératif que les traitements pharmacologiques Les traitements pharmacologiques pour la perte de poids chez l obèse morbide Sara Croteau B.Sc et Paul Poirier MD, Ph.D. Il est impératif que les traitements pharmacologiques soient associés à une diète

Plus en détail

Les régimes miracles

Les régimes miracles Les régimes miracles GROSSES PROMESSES, maigres résultats L obésité est beaucoup plus qu un problème cosmétique. Ses multiples comorbidités rendent essentiel son traitement énergique. Toutefois, ce traitement

Plus en détail

Les apolipoprotéines C-III

Les apolipoprotéines C-III Les apolipoprotéines C-III Les apolipoprotéines C-III, normalement réparties sur les lipoprotéines riches en triglycérides et sur les HDL, participent au métabolisme des triglycérides. Ce sont les échanges

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002

Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Les besoins nutritionnels du sportif : aspects théoriques (111b) Docteur Anne FAVRE-JUVIN, Madame Marie-Hélène GENAS Décembre 2002 Pré-Requis : Dans le corpus en pédiatrie : nutrition de l enfant. Dans

Plus en détail

Les protéines contre le surpoids

Les protéines contre le surpoids Les protéines contre le surpoids Par leur mode de vie, de plus en plus de gens ont un bilan énergétique positif, dû soit à un surapport calorique, soit au fait qu'ils ne se dépensent pas assez - ou alors

Plus en détail

La glycémie postprandiale Un paramètre à prendre en compte (aussi) dans le diabète de type 2

La glycémie postprandiale Un paramètre à prendre en compte (aussi) dans le diabète de type 2 La glycémie postprandiale Un paramètre à prendre en compte (aussi) dans le diabète de type 2 n Si la prise en compte de l hyperglycémie postprandiale (HPP) est admise de longue date dans le diabète de

Plus en détail

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle

Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle Impact de la consommation de l huile d argan dans le Syndrome Coronarien Aigu : Etude interventionnelle A. Adlouni, K. Zouirech, R. Safa, A. El Fhal, H. Najih, M. Messal, R.Habbal Congrès International

Plus en détail

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE

La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE La pharmacocinétique Et chez l obèse? Sophie BLONDELLE Symposium du 11 octobre 2014 Plan I. Introduction L obésité II. III. IV. Notions de pharmacocinétique Modifications pharmacocinétiques Quelques exemples

Plus en détail

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire?

L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? AMERICAN HEART ASSOCIATION AHA 25 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. L étude IDEAL : quelle valeur de LDL atteindre en prévention secondaire de la maladie coronaire? CONTEXTE Les données des études

Plus en détail

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par

Autant les cardiologues nord-américains ont toujours été passionnés par REVUES GENERALES Risque cardiovasculaire J. FERRIERES Service de Cardiologie B, CHU Rangueil, TOULOUSE. Prévalence des différentes dyslipidémies en France Peu de données sont disponibles sur la prévalence

Plus en détail

La prévention du diabète chez l obèse

La prévention du diabète chez l obèse La prévention du diabète chez l obèse Pr Paul Valensi Service d Endocrinologie Diabétologie Nutrition Hôpital Jean Verdier, Université Paris Nord, CRNH-IdF, CINFO, Bondy Evolution de la prévalence du diabète

Plus en détail

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien?

Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Le Syndrome Métabolique Effet de mode? Concept utile au clinicien? Quelle définition? Quelle incidence sur le risque cardio-vasculaire? Facilite t-il la prise en charge du patient hypertendu, dyslipidémique?

Plus en détail

Le cholestérol et l alimentation

Le cholestérol et l alimentation Le cholestérol et l alimentation Conférence animée par : Dr Jean-Michel Lecerf, Service de Nutrition - Institut Pasteur de Lille Pr Bart Staels, Directeur de l unité Inserm 1011, Professeur de l université

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique

Lipoprotéines. TG et CE. Cholestérol. Différence en densité, taille, composition lipidique et protéique, mobilité électrophorétique Lipoprotéine ine TG et CE Apolipoprotéines Cholestérol Assemblage non covalent de lipides et d apolipoprotéines Phospholipides Complexe sphérique Surface : Phospholipide, Apolipoprotéine, Cholestérol libre

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme

Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Partie II : Maintien de l intégrité de l organisme Chapitre I : Mécanismes de l'homéostasie Introduction : exemple de la régulation de la glycémie Chez un sujet en bonne santé, la glycémie est d environ

Plus en détail

Guide pratique. Glycémie et alimentation : quelle application pour nos patients?

Guide pratique. Glycémie et alimentation : quelle application pour nos patients? Guide pratique 6 Glycémie et alimentation : quelle application pour nos patients? L Observatoire du pain Depuis sa création en 2006, l Observatoire du pain contribue à l amélioration des connaissances

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés...

TABLE DES MATIÈRES. Mme X. Pour. Introduction...1 Résumé de vos résultats... 2 GESTION DU POIDS SANTÉ MÉTABOLIQUE. Gras saturés... 2.0 TABLE DES MATIÈRES Pour Mme X Introduction.....1 Résumé de vos résultats......... 2 SANTÉ MÉTABOLIQUE Vitamine C..................4 Folate.......5 Charge glycémique......... 6 SANTÉ CARDIOVASCULAIRE

Plus en détail

THERATECHNOLOGIES ÉVALUE LA TÉSAMORÉLINE DANS LE TRAITEMENT DU DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE ASSOCIÉ À L OBÉSITÉ ABDOMINALE

THERATECHNOLOGIES ÉVALUE LA TÉSAMORÉLINE DANS LE TRAITEMENT DU DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE ASSOCIÉ À L OBÉSITÉ ABDOMINALE THERATECHNOLOGIES ÉVALUE LA TÉSAMORÉLINE DANS LE TRAITEMENT DU DÉFICIT EN HORMONE DE CROISSANCE ASSOCIÉ À L OBÉSITÉ ABDOMINALE -- Conclusion d une entente stratégique avec le Massachusetts General Hospital

Plus en détail

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE

HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE HYPERCHOLESTEROLEMIE PREVENTION ET PRISE EN CHARGE EN MEDECINE NATURELLE Quelles différences entre «bon» et «mauvais» cholestérol? Quelle est la bonne proportion? D où provient-il? Le rôle de l alimentation

Plus en détail

Valorisation des produits fonctionnels d origine marine. 22 mars 2011 beatrice.housez@biofortis.fr

Valorisation des produits fonctionnels d origine marine. 22 mars 2011 beatrice.housez@biofortis.fr Valorisation des produits fonctionnels d origine marine 22 mars 2011 beatrice.housez@biofortis.fr Introduction Co-produits fonctionnels marins co-produits ayant des propriétés particulières bénéfiques

Plus en détail

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES

CHAPITRE 3 : TABLEAUX DE CORRESPONDANCE POSTES / COMPTES Journal Officiel de l OHADA N 10 4 ème Année 221 AA CHAPITRE 3 : POSTES / COMPTES SECTION 1 : Système normal BILAN-ACTIF ACTIF N os DE COMPTES À INCORPORER DANS LES POSTES Réf. POSTES Brut Amortissements/

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste

Bien manger pour mieux vieillir. Aline Pageau Lauzière Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Bien manger pour mieux vieillir Dt.P., M.A. diététiste-nutritionniste Manger «Manger c est l acte social par excellence» «Non seulement nous sommes ce que nous mangeons, mais ce que nous avons mangé» (Richard

Plus en détail