LES RADIATIONS ET LA SANTÉ LES RISQUES DES RADIATIONS IONISANTES POUR LA SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES RADIATIONS ET LA SANTÉ LES RISQUES DES RADIATIONS IONISANTES POUR LA SANTÉ"

Transcription

1 LES RADIATIONS ET LA SANTÉ LES RISQUES DES RADIATIONS IONISANTES POUR LA SANTÉ v 1895 (RX Wilhelm Conrad von Rœntgen, physicien allemand, découvre les rayons X, 1898 radium (M Curie): applications médicales : radiologie, radiothérapie, médecine nucléaire v 1896 Francis Henry Williams, médecin américain est le premier à appliquer les rayons X en cardiologie. Il décrit les contours du cœur. INSTN Energies Durables Sylvie Chevillard DSV ircm SREIT LCE Démonstration OCTOBRE OCTOBRE 2013 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 Roentgen ère radiographie de la main Annonces publicitaires pour l'équipement radiologique en Les bienfaits de la radioactivité Découverte des effets néfastes tels que les radiodermites et brûlures (1904) Price établit en 1904 que les doses de rayons X sont cumulatives. Il préconise l'usage de tenues de protection Dr C.A. Porter a relevé en 1907, 11 cas de cancers dus aux rayons X, dont 6 se sont avérés fatals. Dentistes En 1908 Lange proscrit l'usage de la radioscopie et signale les premiers cas de stérilité de dentistes. Ketcham en 1911 informe la profession de la mort de l'ingénieur Baur, victime de l'irradiation répétée aux rayons X.

2 Rayonnements ionisants et non ionisants Expositions aux faibles doses , INERIS énergie des photons (ev) IRSN Unités Facteurs de pondération activité : désintégrations par seconde becquerel Bq : 1 désintégration / seconde (1 Ci = 3, Bq radiologique W R RX, ß + - et γ W R = 1 neutrons thermiques W R = 3 neutrons énergétiques et p+ W R = 10 α et noyaux lourds W R = 20 Dose équivalente Sv = Gy. WR dose absorbée : énergie absorbée / masse de matière gray Gy : 1 joule / kilogramme dose efficace : indicateur du risque global somme tous les organes dose absorbée x W R x W T sievert Sv unité additive dédiée à la radioprotection tissulaire W T Moelle osseuse 0,12 Côlon 0,12 Poumons 0,12 Estomac 0,12 Sein 0,12 Autres* 0,12 Gonades 0,08 Foie 0,04 Dose équivalente Sv = Gy. WR.WT Œsophage 0,04 Thyroïde 0,04 Vessie 0,04 Cerveau 0,01 Glandes salivaires 0,01 Peau 0,01 Surface osseuse 0,01 Corps entier 1,00 Intérêts et limites de la dose efficace bien adaptée aux besoins de la radioprotection unité additive exemple W R W T % RX : 100 mgy / 50 cm 2 peau 1 0,01 30 % 131 I : 10 mgy / thyroïde 1 0, % dose efficace = (100 x 1 x 0,01 x 0,30 ) + (10 x 1 x 0,04 x 1) dose efficace = 0,7 msv indicateur de risque stochastique proportionnel > 100 msv sans valeur probabiliste aux faibles doses ne tient compte ni du débit de dose, ni de l âge évaluation du risque activités Bq : un homme de 83 kg (C 14 & K 40) 800 Bq : 1 kilo de briques 50 Bq : 1 litre de lait 100 Bq : 1 mètre cube d air (10 à 400 radon) doses efficaces Ordres de grandeur msv : irradiation aiguë globale / mort rapide 700 msv : irradiation aiguë globale / signes cliniques 5 30 msv : scanner RX 5 msv : irradiation annuelle à Clermont-Ferrand 2,5 msv : irradiation annuelle à Paris 1 msv : moyenne irradiation médicale annuelle

3 Voies d exposition aux RI Irradiation externe (essentiellement gamma) rayonnement alpha (constitué de noyaux d'hélium) est simplement arrêté par une feuille de papier rayonnement bêta (constitué d'électrons ou de positrons) est arrêté par une plaque d'aluminium rayonnement gamma (constitué de photons très énergétiques) est atténué (et non stoppé) quand il pénètre de la matière dense Contamination interne parcours d un radionucléide INGESTION INHALATION TRANSCUTANÉ BLESSURE appareil digestif poumons peau fluides extracellulaires : sang, lymphe foie organes de dépôt reins Contamination interne (gamma, beta, alpha) FÉCÈS Taille des particules Formes solubles / insolubles URINE Durée d'exposition interne par un radionucléide Exemples de périodes effectives La durée d'exposition interne dépend : -de la vitesse d'élimination de l'élément par l'organisme -de la constante radioactive du radionucléide de la période biologique de la période radioactive donc Période effective 137 Césium β T 1/2 = 30 ans tout l organisme mais rein,muscles,foie, rate +++ Période effective : ~ de 50 à 150 j Tritium β T 1/2 = 12,3 ans tout l organisme Période effective : ~ 10 jours 131 Iode β T 1/2 = 8 jours la thyroïde Période effective : ~ 7 j 90 Strontium β T 1/2 = 28 ans Os, foie 239 Plutonium α T 1/2 = ans os, foie P. effective : ~100 ans Risques des radiations pour la santé contamination interne et irradiation externe Risques des radiations pour la santé contamination interne et irradiation externe 100% Effets? Stochastiques épidémiologie Déterministes pathologies 100% Effets? Stochastique épidémiologie Déterministe pathologies 0,1 Gy 3 Gy Doses Extrapolation Estimation Détermination 0,1 Gy 3 Gy Doses Extrapolation Estimation Détermination

4 Effets stochastiques Epidémiologie Les effets aléatoires ou stochastiques ont une probabilité de survenir qui augmente en fonction de la dose reçue mais leur gravité n est pas dépendante de la dose ce sont les cancers (somatiques) et les effets héréditaires (génétiques) Délai d apparition long 10 (leucémies) à 40 (tumeurs solides) ans après irradiation pour les cancers Cancers radio-induits ne se distinguent pas des tumeurs ayant une autre étiologie (spontanés) (connaissances actuelles) La fréquence des cancers est très variable d un tissu à l autre et très dépendante du type d irradiation (thyroïde, sein, leucémies ostésorcomes ) de la sensibilité individuelle, de facteurs génétiques ou épigénétiques. leur apparition est considérée comme liée de manière prépondérante à des mutations Au début des années 20, premières mises en garde médicales contre l utilisation du radium, panacée revigorante répandue largement aux Etats Unis avec le Radithor Ostéomyélite du maxillaire chez les jeunes femmes miniaturistes des cadrans lumineux Drame du «Thorotrast» Excellent produit de contraste radiologique utilisé jusque dans les années 50 chez plus de patients identifiés en Europe et au Japon (dose au foie de l ordre de 9,5 Gy). Après 40 ans, 30 à 60% des patients survivants présentent un cancer du sein En 1928 relation de cause à effet admise, justifiant que soient édictées, par la Commission Internationale de Radioprotection (CIPR) (issue en 1928 de la Société Internationale de Radiologie), les recommandations concernant les premières limites professionnelles d exposition Epidémiologie Etudes épidémiologiques Hiroshima-Nagasaki leucémies seuil # 150 msv ; M 200 msv cancers solides NS < 100 msv CIRC 2005 (BMJ) leucémies et cancers solides T. Nucléaire NS < 100 msv radiologues > 1960 leucémies NS ; msv / an cancers solides NS navigants leucémies NS ; 1,5-6 msv / an cancers solides NS (mélanomes)

5 Le cancer de la thyroïde Facteur étiologique exposition à une irradiation durant l enfance carence en iode Tumeurs de la thyroïde Hiroshima Nagasaki Tchernobyl radiothéprapie jeunes enfants > 100 mgy Pour une exposition avant 15 ans: Excès de risque relatif de 7,7 par Gray (Gy) Significatif dès 0,1 Gy Augmente linéairement avec la dose Risque maximum ans après irradiation Perdure 40 ans après irradiation 88% des tumeurs de la thyroïde développées chez des enfants exposés à une dose de 1Gy sont dues à l exposition (Ron, 1995) Irradiation externe γ Fortes doses et forts débits de dose Hiroshima et Nagasaki Risque de cancer de la thyroïde en fonction de l âge au diagnostic du premier cancer Doses de 0 Gy à 50 Gy Sigurdson, Lancet Irradiation gamma survivants régulièrement suivis Irradiation aiguë à fort débit de dose âge excès de risque relatif (1 Sv) 0-9 9, , ,3 >40-0,2 Population sensible : les jeunes enfants Forte radiosensibilité de la thyroïde chez l enfant : Tchernobyl Irradiation par inhalation et ingestion d iode 131 grande incertitude sur les doses reçues augmentation dès 4 ans après l accident 2000 cancers de la thyroïde (âge <17 ans) nombre de cas ans 5-9 ans ans année du diagnostic Size of a cohort exposed to different radiation doses, which would be required to detect a significant increase in cancer mortality National Research Council (1995) Assuming that the risk is proportional to the dose, the sample size needed to measure an effect is: 500 after 1000 msv after 100 msv after 10 msv Necessary sample size increases as the inverse square of the dose

6 Extrapolations aux faibles doses Risque directement proportionnel à la dose (sans seuil) Un terme Risque directement proportionnel à la dose (terme linéaire) et un terme Risque qui est proportionnel au carré de la dose (terme quadratique) Risque proportionnel à la dose mais avec une hypothèse de seuil Risque plus élevé aux faibles doses: hypothèse supralinéaire Nuage radioactif après l accident de Tchernobyl 26 avril avril avril mai mai mai 1986 Conséquences de l accident de Tchernobyl en France Cancers de de la thyroïde Taux pour dose efficace globale maximale (IRSN) ,4 msv (2,5 msv*) ,7 msv (25 msv*) ,4 msv (125 msv*) total / 60 ans 1,5 msv (150 msv*) irradiation thyroïdienne maximale (IRSN) Adulte 0,5-2 mgy (2,5 mgy*) 5 ans 6,5-16 mgy (2,5 mgy*) < 0,2 msv 0,6 msv 0,8 msv 1,5 msv I-131 (demi-vie 8 j), I-132 (demi-vie 2,3 h) et I-133 (demi-vie 20,8 h * irradiation naturelle à Paris

7 Cancers de la thyroïde Incidence et mortalité en France en 2000 Age en Cancers de de la thyroïde région Taux pour Épidémiologie des cancers de la thyroïde en France Durant les 20 dernières années : Effet lié au dépistage +6,2%/an chez les hommes +8,1%/an chez les femmes Autopsies > 65 ans : 5-30% microcarcinomes papillaires Un réservoir? Les premières plaintes.. Outils de diagnostic moléculaire, au cas par cas Comment les radiations endommagent l ADN? Lésions de l ADN dues à la vie normale de la cellule / 1 Gy (10 13 cellules) Types de lésions Naturel/jr + 1Gy 1 Gy/naturel Cassures sb à /30 Cassures db Très fort >40 Lésions de base /10 Autres lésions Total /25 1/20 Irradiation naturelle Pression de sélection

8 Risque Cancer Pourquoi le cancer RI est-t-il probabiliste? Mutations Cassures ADN Altération des mbrnes Stress ox Arrêt du cycle Réparation + Mort Réparation - Apoptose Sénescence Mort mitotique Sélection Temps? Survie sans prolifération Survie et prolifération Instabilité génomique Stress ox Cancer? Pour qu un cancer se développe, il faut que les gènes cibles soient touchés à un instant t dans des conditions de «transmissibilité» aux cellules filles c.a.d de prolifération L augmentation de la dose induit plus de mutations, mais aussi plus de mortalité cellulaire = effets déterministes L abaissement de la dose induit moins de mutations, mais permet la réparation et survie cellulaire DOUBLE LOTERIE : Zone dangereuse entre 1 et 3 Gy?? l irradiation induit des mutations au hasard dans le génome 3x10 9 pb gènes = 1/50 génome 200 gènes du cancer Intron/exon Constitution génétique, polymorphisme variabilité de la radiosensibilité G Vogin Cancer Radiother 2011 EN PLUS IL FAUT TOUCHER UN GÈNE DU CANCER!!!! ENVIRON 300 POSSIBILITÉS 2 TYPES DE GÈNES DU CANCER 2) GENE SUPPRESSEUR DE TUMEUR 1ère mutation : 1) PROTO-ONCOGENE mutation oncogène activé Prédisposition génétique au cancer perte de fonction d un des 2 allèles, le 2eme allèle sauvage est suffisant pour assurer une fonction normale 1 évènement: nouvelle fonction ou gain de fonction Expression dominante Grande pénétrance ou 2ème mutation : perte de fonction Probabilité nulle de survenir en même temps expression récessive altération non ciblée Activation d un oncogène = conséquences immédiates Inactivation d un gène suppresseur de tumeur : conséquences différées Rôle du vieillissement dans le cancer Annual incidence (per 100,000) Congenital Fibrosarcoma Embryonal Rhabdomyosarcoma Alveolar Rhabdomyosarcoma Ewing Sarcoma Osteosarcoma Clear cell Sarcoma Synovial Sarcoma Clear cell Sarcoma Adult Fibrosarcoma Liposarcoma round cells Hemangiopericytoma Stromal Sarcoma Dermatofibrosarcoma Protuberans Leimyosarcoma Liposarcoma Extrasquelettal mixoid Chondrosarcoma Neurilemoma Angiosarcomas Malignant Fibrohistiocytoma Mesothelioma Pleomorphic Liposarcoma Chordoma Tous les sarcomes Sarcomes avec translocation activant un oncogène Age moyen Sarcomes avec délétions et donc inactivation d un gène sup. de tumeurs années

9 Carcinogenèse Pourquoi des marqueurs moléculaires? Pas de spécificités des tumeurs radio-induites en comparaison des tumeurs spontanées - sous-types histologiques (PTC ou FTA) - clinique / pronostic - altérations géniques Cellule normale Première mutation la problématique des faibles doses les premières plaintes Deuxième mutation Peut-on trouver une signature moléculaire permettant de distinguer les tumeurs spontanées des tumeurs induites par les radiations? Troisième mutation Impact du type d exposition, de la dose, du débit de dose sur la signature? Compréhension de la carcinogenèse radio-induite Quatrième mutation Cellule maligne Les cancers radioinduits de la thyroïde, les sarcomes, les cancers du sein ; Omique : protéome, altérations chromosomiques, transcriptome, Prolifération Recherche Signature Analyse du transcriptome moléculaire de l étiologie Analyse du transcriptome Spot par spot : rapport Cy3 / Cy5 Hybridation sur puces 25K 50 mer 57 tumeurs de la thyroïde sporadiques ou post-radiothérapie Adénomes folliculaires FTA (30) Carcinomes papillaires PTC (27) Apprentissage 7 FTA & 7 PTC 14 S Hybridation Cy3 7 FTA & 7 PTC 14 RI Radiothérapie 3-14 ans Cy5 Signature gènes exprimés à un niveau comparables dans les tumeurs d un même groupe et différentiellement exprimés entre les deux groupes Cellules irradiées T Validation classement en «aveugle» des 29 tumeurs restantes 16 FTA & 13 PTC Histologie connue mais étiologie inconnue Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011 Classement des tumeurs d apprentissage n=28 Validation : prédiction en aveugle de l étiologie de 29 tumeurs indépendantes FTA PTC Radio-induced tumors PTC FTA Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011 Radiation induced Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011

10 Prédiction de l étiologie des tumeurs de validation FTA Validation: 29 tumeurs indépendantes (FTA: 8S, 8R et PTC: 8S, 5R) Clinique 16 S 13 R 14S 12R Prédiction 2R (2 FTA S mal classés) 1? (1 PTC R non classé) PTC Sensibilité 12/13 0,92 Spécificité 14/16 0,87 Proportion des R bien prédites Proportion des S bien prédites Radiation-induced PTC and FTA Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011 Tumeurs de la thyroïde post-tchernobyl 26 carcinome papillaires de la thyroïde sporadiques ou post-tchernobyl (série publiée (Detours, 2007) 14 S: France, pas d historique d exposition à l irradiation 12 R: Que des patients exposés avant 16 ans (1-16 ans, M=8,6) Proviennent de régions les plus fortement contaminées autour de Tchernobyl Dosimétrie disponible depuis juin 2012 (9mGy à 2.7Gy) Estimation par mesure des doses reçues à la thyroïde, 20 à 40 jours après l accident, de enfants et adolescents (1-18 ans) (Likhtarov et al., 2005) N = nombre de cas par région Tumeurs de la thyroïde post-tchernobyl Validation: 7 PTC S vs 6 PTC R (20mGy à 1,6Gy) Taux d erreurs (%) S R Erreur globale GPLS PAM RF LKSVM Detours et al., 2007 Learning/Training: 7 PTC S vs 6 PTC R Age au diagnostic équilibré (R: 29 ans (27-33); S: 34,6 ans (29-38)) Enfants irradiés entre ans (M=12,6 ans) Tumeurs provenant de Chernigov, Zhytomyr, Kiev, Pripyat (9mGy à 2.7Gy) => Signature de 106 gènes Ugolin, N., et al., Plos One, 2011 Clinique 7 S 6 R 7S 6R Sensibilité 5/6 0,83 Spécificité 7/7 1 (Ugolin et al., PLoS One 2011) Prédiction 1? (1 R non classé) Proportion des R bien prédites Proportion des S bien prédites Ugolin, N., et al., Plos One, 2011 Signature de 322 gènes Irradiation externe Fort débit de dose Forte dose (12-43 Gy) Comparaison des signatures 5 gènes communs entre les 2 signatures Peut-on classer les deux séries avec les 5 gènes en PCA? Signature de 106 gènes Contamination par I 131 Faible débit de dose Plus faibles doses (0,6-0,9 Gy estimé) Voies dérégulées PTC post-radiothérapie PTC (n=15) Radiation-induced PTC (n=12) PTC post-tchernobyl PTC (n=14) Radiation-induced PTC (n=12) Ory, C., et al., Thyroid, 2013

11 phosphorylation of histoneh2ax γh2ax as a function of radiation dose in human fibroblasts Double strand breaks DSBs Quelques résultats marquants CEA et autres DSBs appear at 1 mgy Linear induction of DSBs, Rothkamm et Löbrich, PNAS 2003;100: La complexité des effets γ-h2ax foci at 2 Gy, 200 mgy, 20 mgy : efficient repair at 5 mgy repair is slower and less efficient at 1,2 mgy, 0.1 DSB formed per cell. (1 every 10 cells) : no repair at 24h and persist up to 7 days, then cell death by apoptosis Extrapolation linéaire NON! Background in the absence of irradiation : 0.05 DSB per cell Rothkamm K; Proc. Natl.Acad.Sci USA 2003 Mort des cellules irradiées (~ dose) voisines non irradiées (non ~ dose) Quels sont les signaux? Pourquoi certaines cellules sont-elles émettrices et/ou réceptrices? R de mort Apoptose Ligands Les effets indirects de l irradiation réponse adaptative effets à distance hypersensibilité aux faibles doses instabilité génomique différée mort différée Cellules non irradiées incubées avec du milieu de cellules irradiées M S M C irrad M C non irrad Mortalité - + Extrapolation linéaire NON! Luce, A., et al., Carcinogenesis, 2009

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique

La Radioprotection. UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection UE Santé Société Humanité Module Santé Publique La Radioprotection La radioprotection est la discipline qui coordonne les recherches, les travaux et les techniques concernant les moyens

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET

La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots. Pierre NAULET La radioprotection appliquée à la radiologie en quelques mots Pierre NAULET Quelques QCM L'irradiation naturelle par an en France est de l'ordre de : Ø A : 3 Gy Ø B : 3,5 msv Ø C : 3500 Bq Ø D : 10 msv

Plus en détail

cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002

cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002 cancers thyroïdiens radioinduits cancers thyroïdiens en France André Aurengo SFRP 3 octobre 2002 cancers thyroïdiens en France incidence : 1,8 / 100 000 / an sex ratio H / F : 1 / 2,8 répartition selon

Plus en détail

Etat des connaissances des effets sur l homme

Etat des connaissances des effets sur l homme Etat des connaissances des effets sur l homme Marie-Odile Bernier PRP-HOM/ laboratoire d Epidémiologie Séminaire Environnement / Santé Quelle surveillance dans les territoires par les différents acteurs?

Plus en détail

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans

La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans La justification de la radioprotection pour l imagerie médicale chez les patients de plus de 50 ans Professeur Michel Bourguignon Commissaire de l Autorité de Sûreté Nucléaire Professeur de biophysique

Plus en détail

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme

Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme Annexe 1 Rappels sur la radioactivité et ses effets sur l organisme André Aurengo Académie nationale de médecine Les rayonnements émis par les substances radioactives sont dits «rayonnements ionisants»

Plus en détail

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients

Formation obligatoire depuis juin 2009. But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Formation obligatoire depuis juin 2009 (L.1333-11, R.1333-74 du Code de la Santé) But : Fournir les éléments permettant d améliorer l optimisation des doses délivrées aux patients Programme de la formation

Plus en détail

Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion

Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion Les dangers et les risques des techniques d imagerie médicale évaluation, réglementation, gestion à chacun ses risques ultrasons rayonnements non ionisants rayonnements ionisants les vrais risques aurengo@wanadoo.fr

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection

Sensibilisation à la Radioprotection Sensibilisation à la Radioprotection Version du 11/2011 Xavier Fléchard/Jean-Louis Gabriel Service de Radioprotection LPC CAEN Sensibilisation à la Radioprotection 11/2011 LPC 1 Pourquoi cette sensibilisation

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE

RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE RAYONNEMENTS IONISANTS ET RISQUE DE CANCER DE LA THYROÏDE Florence MENETRIER CEA/DSV/Prositon PROtection Sanitaire contre les rayonnements Ionisants et TOxiques Nucléaires S F RP F u ku s h ima 4 a n s

Plus en détail

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux!

1.Fondements de la radioprotection. Faculté de Médecine P2. Les RI peuvent être dangereux! Faculté de Médecine P2 Radioprotection Année Universitaire it i 2007/2008 1. Fondements de la radioprotection 2. Les rayonnements ionisants : natures et origines La radioactivité Les rayons X Sources d

Plus en détail

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003)

NOR : SANC0323527A. (Journal officiel du 13 novembre 2003) Arrêté du 1er septembre 2003 définissant les modalités de calcul des doses efficaces et des doses équivalentes résultant de l'exposition des personnes aux rayonnements ionisants SP 4 436 354 NOR : SANC0323527A

Plus en détail

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic

Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Exposition médicale aux rayonnements ionisants en radiodiagnostic Les rayonnements ionisants, c est quoi? Dans le domaine du radiodiagnostic, les rayonnements ionisants sont des rayons X produits à partir

Plus en détail

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS =

LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = LESIONS DUES AUX RAYONNEMENTS IONISANTS = Effets biologiques des rayonnements et voies d atteinte. Irradiation localisée : Radiodermites. Service de chirurgie plastique-h.i.a. PERCY RAYONNEMEMTS IONISANTS

Plus en détail

Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire

Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire Formation à l intervention médicale en cas d événement radiologique ou nucléaire Pr Michel Bourguignon Commissaire ASN michel.bourguignon@asn.fr ------ www.asn.fr Autorité de Sûreté Nucléaire SAMU de Paris

Plus en détail

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC)

OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION. Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) OBLIGATIONS REGLEMENTAIRES ET MOYENS DE RADIOPROTECTION Pierre FAU et Fabien DURAND (IPC) SOMMAIRE I. Réglementation II. Radioprotection du personnel III. Effets des rayonnements ionisants I. Réglementation

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Interaction des rayonnements avec la matière vivante

Interaction des rayonnements avec la matière vivante Interaction des rayonnements avec la matière vivante Interaction des rayonnements avec la matière vivante: Radiobiologie: Effets biologiques des rayonnements ionisants Dosimétrie Mesure et évaluation des

Plus en détail

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE

FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE Séance n 4 : FISSION ET SECURITE NUCLEAIRE A. QUE SE PASSE-T-IL AU CŒUR DU REACTEUR D UNE CENTRALE NUCLEAIRE? 1. LA REACTION DE FISSION C est grâce à l uranium, un métal relativement abondant dans l écorce

Plus en détail

Notions de Radioprotection

Notions de Radioprotection Notions de Radioprotection en Milieu Médical Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire- Hôpital International et Universitaire Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie de Rabat 1 Généralités

Plus en détail

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales

Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2 Rayonnements ionisants - Notions fondamentales 2.1 Manifestation de la radioactivité Les éléments radioactifs, d origine naturelle ou artificielle, sont caractérisés par l instabilité de leur noyau.

Plus en détail

FORMATION A LA RADIOPROTECTION. ( en application de l article R4451-47 du code du travail )

FORMATION A LA RADIOPROTECTION. ( en application de l article R4451-47 du code du travail ) FORMATION A LA RADIOPROTECTION ( en application de l article R4451-47 du code du travail ) Sommaire 1- La radioactivité 2- Les rayonnements ionisants 3- Les rayons X 4- Grandeurs et unités 5- Les effets

Plus en détail

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements

L'IMAGERIE MEDICALE. III)Radioprojection en radiologie conventionnelle. C)Les différents types d'exposition aux rayonnements 15.10.08 Mr Bouzaïd Anatomie-Physiologie-Pharmacologie L'IMAGERIE MEDICALE I)Présentation de l'imagerie A)Historique des rayons X B)Début de la radiologie II)Les différents types d'appareils A)Le radiodiagnostic

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS P o u r l a s a n t é a u t r a v a i l LES RAYONNEMENTS IONISANTS L'homme est soumis aux rayonnements ionisants émis par la radioactivité naturelle de l'environnement : rayonnement cosmique, rayonnement

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS. Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS Marc AMMERICH 2015 Mise à jour Domino 1 Effets cellulaires Effets liés à l exposition Effets déterministes Effets stochastiques Les sources d exposition de l être humain

Plus en détail

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris

Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie. Hôpital Robert Debré, Paris Logiciel de calcul d estimation automatique de la dose efficace pour les scanners réalisés en pédiatrie C. GUEGAN, A.NADOUR,M.ALISON,G.SEBAG Hôpital Robert Debré, Paris Plan INTRODUCTION A - EXPRESSION

Plus en détail

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR

SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR SUPPORT PÉDAGOGIQUE POUR LA FORMATION DES PERSONNELS PAR LA PCR MD. Chancelier,P. Dupouy, E. Aptecar, M. Auguste,JP. Convard P. Gignier, C. Hovasse, D. Hovasse, JM. Pernes, B. Perret. Hopital privé d Antony

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.).

χ : pénétration importante, quelques centaines de mètres dans l air, traverse le corps, atténué par des écrans protecteurs (plomb, béton, etc.). Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LES RADIATIONS IONISANTES Introduction La radioactivité La radioactivité est un phénomène naturel lié à la structure

Plus en détail

Jeudi 17 novembre 2007

Jeudi 17 novembre 2007 Jeudi 17 novembre 2007 Les irradiations pour soigner les cancers Dr. Carmen Llacer Moscardo CRLC Val D Aurelle Introduction 1 français sur 3 développera un cancer au cours de son existence 60% seront traités

Plus en détail

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP

Compétences pour la Reconnaissance / Enregistrement Professionnelle de l ACRP Guide du curriculum Ce document peut être utilisé comme guide lors de l'élaboration de matériel didactique afin de satisfaire les compétences requises. Ce n est pas l intention de l association de dicter

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

Risque Radiologique AFGSU 2

Risque Radiologique AFGSU 2 Risque Radiologique AFGSU 2 Risque radiologique ou nucléaire En préhospitalier : plan Piratome Hospitalier : annexe NRBC plan Blanc En cas de risque de contamination: Organisation zonale des secours Dr

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

Youssef Ech chaykhy Master TNRP

Youssef Ech chaykhy Master TNRP Youssef Ech chaykhy Master TNRP 1 1. Généralités PLAN 2. Protection contre les rayonnements ionisants 3. Principes de la protection contre l irradiation externe 4. Objectifs de la protection et de la sûreté

Plus en détail

Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie. R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015

Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie. R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015 Sensibilisation à la Radioprotection en salle d endoscopie R Pirlot Institut Paul Lambin HE Léonard de Vinci Janvier 2015 Que savez-vous de la radioprotection? Contenu de l exposé 1. Pourquoi se protéger?

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES

PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES PARTIE B : TRANSFORMATIONS NUCLEAIRES (1) Chapitre 4 : Radioactivité, décroissance radioactive Pré requis : La structure de l atome et de son noyau vue en nde et en 1 ère S (composition, ordre de grandeur

Plus en détail

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire-

La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- La radioprotection du patient : quelques aspects pratiques -scanner et médecine nucléaire- En radiologie conventionnelle 1. Tube radiogène produisant des rayons X 2. Faisceau incident homogène 3. Patient

Plus en détail

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3

Forum Tchernobyl - principales conclusions. 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Forum Tchernobyl - principales conclusions 6 & 7 septembre 2005 AIEA 1, OMS 2, PNUD 3 Le 5 septembre 2005 le Forum Tchernobyl 4 a publié, sous l égide de l AIEA, de l OMS et du PNUD, un rapport de 600

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP

Optimisation de la Dose en Radiologie. C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Optimisation de la Dose en Radiologie C. SALVAT, A. JEAN-PIERRE, J. RAGOT Service de Radioprotection et de Physique Médicale AP-HP Principes en radioprotection du patient Toute exposition du patient aux

Plus en détail

DE LA MUTATION DE L ADN AU CANCER. Bernard DUTRILLAUX

DE LA MUTATION DE L ADN AU CANCER. Bernard DUTRILLAUX DE LA MUTATION DE L ADN AU CANCER Bernard DUTRILLAUX Il y a quelques décennies, les cancers radio-induits étaient principalement attribués à la perturbation des tissus, qui devenaient pathologiques, et

Plus en détail

Radon et radiations ionisantes

Radon et radiations ionisantes 1 Radon et radiations ionisantes Boris Melloni Service de Pneumologie Limoges L homme est exposé à une irradiation X naturelle de cause cosmique, tellurique et alimentaire et une irradiation artificielle

Plus en détail

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il?

Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Les rayonnements ionisants De quoi s agit-il? Service Interprofessionnel de Santé au Travail de la Manche www.sistm50.com SOMMAIRE Principales utilisations...p.2 Modes d exposition...p.2-3 Effets biologiques...p.3

Plus en détail

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein

Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne. Imagerie du sein Cours coordonné de sénologie janvier 2002 Faculté de Médecine 4ème année Université de Lausanne Imagerie du sein Dr. Domenico Lepori Service de radiodiagnostic et radiologie interventionnelle, CHUV Lausanne

Plus en détail

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS

DOSIMETRIE ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS Page 1 sur 5 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 06/M0/003/09/V01 06/M0/003/09/V02 06/M0/003/09/V03 06/M0/003/09/V04 06/M0/003/09/V05 06/M0/003/09/V06 Titre et objet de la révision DOSIMETRIE

Plus en détail

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer

Chapitre 5 Processus tumoral et cancer Chapitre 5 Processus tumoral et cancer V.1 Définition V.2 Cancérogenèse ou oncogenèse V.3 Facteurs cancérigènes V.4 Prévention. V.5 Dépistage et diagnostic. V.5.1 Signes cliniques V.5.2 Examens complémentaires

Plus en détail

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1

LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE. Dr F.VALLI - SAMU 06 - CHU de Nice Mars 2009 1 LE RISQUE NUCLEAIRE et RADIOLOGIQUE Mars 2009 1 Le Risque NR Probabilité d être exposé aux effets d un radioélément qui va : - Irradier et/ou - Contaminer N : Nucléaire (INB) R : Radiologique Mars 2009

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

UE3A. module 6 Radiobiologie - Radioprotection Radiothérapie. Dr M. Dabadie PACES

UE3A. module 6 Radiobiologie - Radioprotection Radiothérapie. Dr M. Dabadie PACES UE3A module 6 Radiobiologie - Radioprotection Radiothérapie Dr M. Dabadie PACES 2016-2017 1 Les effets pathologiques chez l homme Classés en fonction des lois régissant leur apparition: Effets déterministes

Plus en détail

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE

Radioprotection C. BARRET S. PAYEN. Service de Radioprotection. Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE Radioprotection 2010 C. BARRET S. PAYEN Service de Radioprotection Groupe hospitalier PITIE-SALPETRIERE 1 Respecter les champs d intervention des acteurs et les règles de collaboration L employeur responsable

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Arrêté du 18 mai 2004 relatif aux programmes de formation portant sur la radioprotection des patients exposés

Plus en détail

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille

DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES. Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille DEPISTAGE DU CANCER DU SEIN ACTUALITES RADIOLOGIQUES Dr Sébastien ERRERA, Médecin radiologue Lille EPIDEMIOLOGIE 1 K chez la femme : 50000 nouveaux cas / an 1 femme sur 8 concernée! K sein = 30 % des K

Plus en détail

UE 3.8 Bases et principes de la radioprotection

UE 3.8 Bases et principes de la radioprotection UE 3.8 Bases et principes de la radioprotection Les grands types d exposition du public, patients et professionnels Les grandeurs, unités et indicateurs de dose ressources documentaires Site IRSN dont

Plus en détail

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS

LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS LES EFFETS DES RAYONNEMENTS ET LEURS APPLICATIONS Afin d adapter cette brochure numérique à tous les navigateurs, nous en avons figé les thèmes en sept rubriques : la matière (R-1), la radioactivité (R-2),

Plus en détail

COURS DE RADIOBIOLOGIE ET DE RADIOPATHOLOGIE POUR LE PACES

COURS DE RADIOBIOLOGIE ET DE RADIOPATHOLOGIE POUR LE PACES COURS DE RADIOBIOLOGIE ET DE RADIOPATHOLOGIE POUR LE PACES Professeur Michel ROSSI Biophysique et Médecine Nucléaire INTRODUCTION 1) Objectifs du cours : comprendre les mécanismes (depuis les particules

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. QUESTIONS-REPONSES Situation au Japon et risques sanitaires. Mise à jour au 17 Mars

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. QUESTIONS-REPONSES Situation au Japon et risques sanitaires. Mise à jour au 17 Mars Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé DIRECTION GENERALE DE LA SANTE QUESTIONS-REPONSES Situation au Japon et risques sanitaires Mise à jour au 17 Mars 1. Existe-t-il un risque pour la santé

Plus en détail

Les effets biologiques des rayonnements ionisants. A- Action sur les tissus vivants: Description du processus moléculaire et cellulaire.

Les effets biologiques des rayonnements ionisants. A- Action sur les tissus vivants: Description du processus moléculaire et cellulaire. Système de management de la qualité IRSN certifié Roscoff le 30 septembre 2008 Radiobiologie-radiopathologie 1 ) Atteinte moléculaire 2 ) Atteinte cellulaire 3 ) Atteinte tissulaire Docteur CANALES Jean-Michel-

Plus en détail

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI

LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI LA RADIOPROTECTION AUJOURD HUI INTRODUCTION La réglementation r actuelle : CIPR 60 Recommandations internationales Directive 90/641/EURATOM Directive 96/29/EURATOM Directive 97/43/EURATOM Nouvelles contraintes

Plus en détail

Formation en radioprotection Notes de cours. À l intention des utilisateurs de matières radioactives

Formation en radioprotection Notes de cours. À l intention des utilisateurs de matières radioactives Formation en radioprotection Notes de cours À l intention des utilisateurs de matières radioactives Colette Tremblay Service de sécurité et de prévention Mai 2015 Table des matières INTRODUCTION AUX RAYONNEMENT

Plus en détail

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires

Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Calcul de la dose périphérique par Monte Carlo pour des cancers du sein traités par radiothérapie: résultats préliminaires Andreas Joosten Groupe de Dosimétrie Clinique IRA Intérêt? Pourquoi s intéresser

Plus en détail

Factsheet Rayonnements ionisants

Factsheet Rayonnements ionisants Version décembre 2012 Factsheet Rayonnements ionisants Lisa Pedrazzi, Dr Klaus Stadtmüller 1 Rayonnements ionisants Les rayonnements ionisants sont un terme générique désignant les rayonnements particulaires

Plus en détail

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE

RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE RADIOPROTECTION 5 - GROSSESSE ET EXPOSITION MEDICALE 1 - Dose délivrées : RX conventionnelle TDM Médecine nucléaire Radiothérapie 2 - Effets des ray. sur la grossesse : malformatifs cancérogènes 3 - Situations

Plus en détail

Prédisposition génétique aux cancers

Prédisposition génétique aux cancers Prédisposition génétique aux cancers Plan de cours I-Introduction I-1 Fréquence des mutations I-2 Objectifs médicaux de l oncogénétique I-3 Rappels sur la prolifération cellulaire tumorale; la théorie

Plus en détail

Section 1 : Les affections des plaignants

Section 1 : Les affections des plaignants PREMIERE PARTIE : EXPOSE DES PATHOLOGIES DES PLAIGNANTS ET GENERALITES Section 1 : Les affections des plaignants Cette partie sera insérée ultérieurement afin de rendre compte des pathologie des 51 malades

Plus en détail

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013 Pierre BEY Professeur émérite de Cancérologie;Radiothérapie Université de Lorraine

Plus en détail

La Tomodensitométrie

La Tomodensitométrie La Tomodensitométrie Du plan à la coupe Nous vivons dans un monde tridimensionnel, mais l image que nous avons de ce monde se forme sur le plan (2D) de notre rétine. La vision binoculaire nous donne l

Plus en détail

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine

Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien. Dr Dugast catherine Recherche et médecine personnalisée : le point de vue de l oncogénéticien Dr Dugast catherine cc Dépistage de masse K sein chez mère 60 ans, nulliparité? Antécédent de hodgkin à 15 ans???? Quel est mon

Plus en détail

DOSIMETRIE. Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière.

DOSIMETRIE. Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière. DOSIMETRIE Nous avons vu que la traversée de la matière par un faisceau de particules aboutit à un dépôt d énergie dans cette matière. Le but de la dosimétrie est d évaluer quantitativement cette énergie

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Quelles protections face à «la» radioactivité?

Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Quelles protections face à «la» radioactivité? Terminale STI2D-STL, Physique-chimie (TC), Santé, «Quelles protections face à «la» radioactivité?». Classe : Terminale Enseignement : Physique-chimie STI2D-STL THEME du programme : Santé Sous-thème : Prévention

Plus en détail

DEMANDE D UN EXAMEN RADIOLOGIQUE

DEMANDE D UN EXAMEN RADIOLOGIQUE DEMANDE D UN EXAMEN RADIOLOGIQUE RAPPEL Justification Indication Clinique Optimisation Responsabilité Information Consentement éclairé Bénéfice-risque RAPPEL Justification de la demande : En ai-je besoin?

Plus en détail

Modèles animaux de cancérogenèse

Modèles animaux de cancérogenèse INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE isabelle.dhennin@u-picardie.fr Modèles animaux de cancérogenèse I- Généralités sur le cancer 1- Données épidémiologiques Hommes Femmes

Plus en détail

THESE. Etude de 201 cas de cancers de la thyroïde en Corse entre 1985 et 2006

THESE. Etude de 201 cas de cancers de la thyroïde en Corse entre 1985 et 2006 UNIVERSITE RENE DESCARTES (PARIS 5) Faculté de Médecine René Descartes PARIS 5 ANNEE 2006 N THESE Pour le DOCTORAT EN MEDECINE DIPLOME D ETAT PAR Sophie FAUCONNIER Née le 27 mai 1975 à Ajaccio Présentée

Plus en détail

cancers du sein et de l ovairel

cancers du sein et de l ovairel Prédispositions héréditaires h aux cancers du sein et de l ovairel 1ère Journée Médicale Calédonienne E.Camus JUIN 2012 17q21 2cM BRCA1 King, 1990 BCLC, 1993 Skolnick, 1994 13q12 BRCA2 Stratton, 1994 Stratton,

Plus en détail

Professeur Jean-Philippe VUILLEZ

Professeur Jean-Philippe VUILLEZ UE3-1 : Biophysique Chapitre 6 : Radioprotection Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Doses absorbée, équivalente,

Plus en détail

Actualités sur les réponses cellulaires à l irradiation Part.1

Actualités sur les réponses cellulaires à l irradiation Part.1 Actualités sur les réponses cellulaires à l irradiation Part.1 Dr Bernard Le Guen EDF/Gaz de France Service Central d Appui en Santé au Travail (SCAST) Président de la section Recherche et Santé Société

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH

Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR. Modèle de questionnaire d évaluation. Marc AMMERICH Formation à la radioprotection du niveau «personnes exposées» au niveau PCR Modèle de questionnaire d évaluation Marc AMMERICH Vous allez trouver un certain nombre de questions qui vont vous permettre

Plus en détail

Formes familiales du cancer colorectal

Formes familiales du cancer colorectal Tlemcen, 05/05/06 Formes familiales du cancer colorectal Emmanuel Mitry Fédération des spécialités digestives CHU Ambroise Paré AP-HP épithélium! normal! cancer sporadique :! M1! M2! M3!... Mn! tumeur!

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012

Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 Cancer du sein 1 2 Cancer du sein : données épidémiologiques 2012 1er cancer en fréquence et en mortalité de la femme 48.763 nouveaux cas 31,5 % des nouveaux cas de cancers de la femme 50 % des cancers

Plus en détail

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie Bases physiques et biologiques de la radiothérapie L3 : UE cancérologie Pr I. Peretti Service de Biophysique et Médecine Nucléaire CHU Lariboisière Université Paris 7 1. Les rayonnements utilisés en médecine

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE

CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE Hôpitaux Universitaires de Genève CANCER DE L ENDOMETRE ET GENETIQUE C. Stan, C. Delozier-Blanchet, M.-A. Bründler, J.-L. Blouin Incidence des cancers chez la femme à Genève 120 100 114 80 Sein 60 Côlon/Rectum

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani

sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani sques déterministes de l exposition au rayonnements ionisants Y-S Cordoliani Petit point sémantique Irradiation Les rayons sont utilisés pour en obtenir un effet biologique déterminé Guérir un cancer Stériliser

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS IONISANTS

LES RAYONNEMENTS IONISANTS LES RAYONNEMENTS IONISANTS 1. Définitions La radioactivité est un phénomène physique, d origine naturelle ou artificielle, correspondant à l émission spontanée d énergie sous forme d un rayonnement (particulaire

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

Chapitre 14 Oncogénétique digestive

Chapitre 14 Oncogénétique digestive Chapitre 14 Oncogénétique digestive 1. Place des gènes en oncologie générale 2. Carcinogenèse colorectale 3. Maladie génétique à transmission dominante 4. Exemples de prédispositions génétiques aux cancers

Plus en détail

RADIOPROTECTION ETUDIANTS EN MEDECINE

RADIOPROTECTION ETUDIANTS EN MEDECINE RADIOPROTECTION ETUDIANTS EN MEDECINE SUPPOSE CONNU * BASES PHYSIQUES DES RAYONNEMENTS * NOTION DE RADIOBIOLOGIE RADIOPROTECTION SA FINALITE La Radioprotection Cours D1 Université Bordeaux 2 Michelle

Plus en détail

Trois Noms et un Mariage

Trois Noms et un Mariage 100 ans! Des Rayons X à la Médecine Nucléaire Trois Noms et un Mariage Trois Noms, Deux personnes et un Mariage Suffisent pour révolutionner l histoire de la Radioactivité de l Atome Atomes isolés

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Effets stochastiques des radiations ionisantes Cas particulier des faibles doses

Effets stochastiques des radiations ionisantes Cas particulier des faibles doses Effets stochastiques des radiations ionisantes Cas particulier des faibles doses Pr Marion LAHUTTE, Pr Jean ROUSSET Pr H. Foehrenbach Service d imagerie médicale, Hôpital d Instruction des Armées Percy

Plus en détail

14. L'OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION DU PATIENT EN RADIOLOGIE : UNE APPROCHE DU CALCUL DU RISQUE SPECIFIQUE PAR SEXE ET PAR AGE

14. L'OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION DU PATIENT EN RADIOLOGIE : UNE APPROCHE DU CALCUL DU RISQUE SPECIFIQUE PAR SEXE ET PAR AGE 14. L'OPTIMISATION DE LA RADIOPROTECTION DU PATIENT EN RADIOLOGIE : UNE APPROCHE DU CALCUL DU RISQUE SPECIFIQUE PAR SEXE ET PAR AGE M.-C. De Sousa (1) (2), C. Lefaure (1), J.-P. Degrange (1), B. Aubert

Plus en détail