LES RADIATIONS ET LA SANTÉ LES RISQUES DES RADIATIONS IONISANTES POUR LA SANTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES RADIATIONS ET LA SANTÉ LES RISQUES DES RADIATIONS IONISANTES POUR LA SANTÉ"

Transcription

1 LES RADIATIONS ET LA SANTÉ LES RISQUES DES RADIATIONS IONISANTES POUR LA SANTÉ v 1895 (RX Wilhelm Conrad von Rœntgen, physicien allemand, découvre les rayons X, 1898 radium (M Curie): applications médicales : radiologie, radiothérapie, médecine nucléaire v 1896 Francis Henry Williams, médecin américain est le premier à appliquer les rayons X en cardiologie. Il décrit les contours du cœur. INSTN Energies Durables Sylvie Chevillard DSV ircm SREIT LCE Démonstration OCTOBRE OCTOBRE 2013 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 Roentgen ère radiographie de la main Annonces publicitaires pour l'équipement radiologique en Les bienfaits de la radioactivité Découverte des effets néfastes tels que les radiodermites et brûlures (1904) Price établit en 1904 que les doses de rayons X sont cumulatives. Il préconise l'usage de tenues de protection Dr C.A. Porter a relevé en 1907, 11 cas de cancers dus aux rayons X, dont 6 se sont avérés fatals. Dentistes En 1908 Lange proscrit l'usage de la radioscopie et signale les premiers cas de stérilité de dentistes. Ketcham en 1911 informe la profession de la mort de l'ingénieur Baur, victime de l'irradiation répétée aux rayons X.

2 Rayonnements ionisants et non ionisants Expositions aux faibles doses , INERIS énergie des photons (ev) IRSN Unités Facteurs de pondération activité : désintégrations par seconde becquerel Bq : 1 désintégration / seconde (1 Ci = 3, Bq radiologique W R RX, ß + - et γ W R = 1 neutrons thermiques W R = 3 neutrons énergétiques et p+ W R = 10 α et noyaux lourds W R = 20 Dose équivalente Sv = Gy. WR dose absorbée : énergie absorbée / masse de matière gray Gy : 1 joule / kilogramme dose efficace : indicateur du risque global somme tous les organes dose absorbée x W R x W T sievert Sv unité additive dédiée à la radioprotection tissulaire W T Moelle osseuse 0,12 Côlon 0,12 Poumons 0,12 Estomac 0,12 Sein 0,12 Autres* 0,12 Gonades 0,08 Foie 0,04 Dose équivalente Sv = Gy. WR.WT Œsophage 0,04 Thyroïde 0,04 Vessie 0,04 Cerveau 0,01 Glandes salivaires 0,01 Peau 0,01 Surface osseuse 0,01 Corps entier 1,00 Intérêts et limites de la dose efficace bien adaptée aux besoins de la radioprotection unité additive exemple W R W T % RX : 100 mgy / 50 cm 2 peau 1 0,01 30 % 131 I : 10 mgy / thyroïde 1 0, % dose efficace = (100 x 1 x 0,01 x 0,30 ) + (10 x 1 x 0,04 x 1) dose efficace = 0,7 msv indicateur de risque stochastique proportionnel > 100 msv sans valeur probabiliste aux faibles doses ne tient compte ni du débit de dose, ni de l âge évaluation du risque activités Bq : un homme de 83 kg (C 14 & K 40) 800 Bq : 1 kilo de briques 50 Bq : 1 litre de lait 100 Bq : 1 mètre cube d air (10 à 400 radon) doses efficaces Ordres de grandeur msv : irradiation aiguë globale / mort rapide 700 msv : irradiation aiguë globale / signes cliniques 5 30 msv : scanner RX 5 msv : irradiation annuelle à Clermont-Ferrand 2,5 msv : irradiation annuelle à Paris 1 msv : moyenne irradiation médicale annuelle

3 Voies d exposition aux RI Irradiation externe (essentiellement gamma) rayonnement alpha (constitué de noyaux d'hélium) est simplement arrêté par une feuille de papier rayonnement bêta (constitué d'électrons ou de positrons) est arrêté par une plaque d'aluminium rayonnement gamma (constitué de photons très énergétiques) est atténué (et non stoppé) quand il pénètre de la matière dense Contamination interne parcours d un radionucléide INGESTION INHALATION TRANSCUTANÉ BLESSURE appareil digestif poumons peau fluides extracellulaires : sang, lymphe foie organes de dépôt reins Contamination interne (gamma, beta, alpha) FÉCÈS Taille des particules Formes solubles / insolubles URINE Durée d'exposition interne par un radionucléide Exemples de périodes effectives La durée d'exposition interne dépend : -de la vitesse d'élimination de l'élément par l'organisme -de la constante radioactive du radionucléide de la période biologique de la période radioactive donc Période effective 137 Césium β T 1/2 = 30 ans tout l organisme mais rein,muscles,foie, rate +++ Période effective : ~ de 50 à 150 j Tritium β T 1/2 = 12,3 ans tout l organisme Période effective : ~ 10 jours 131 Iode β T 1/2 = 8 jours la thyroïde Période effective : ~ 7 j 90 Strontium β T 1/2 = 28 ans Os, foie 239 Plutonium α T 1/2 = ans os, foie P. effective : ~100 ans Risques des radiations pour la santé contamination interne et irradiation externe Risques des radiations pour la santé contamination interne et irradiation externe 100% Effets? Stochastiques épidémiologie Déterministes pathologies 100% Effets? Stochastique épidémiologie Déterministe pathologies 0,1 Gy 3 Gy Doses Extrapolation Estimation Détermination 0,1 Gy 3 Gy Doses Extrapolation Estimation Détermination

4 Effets stochastiques Epidémiologie Les effets aléatoires ou stochastiques ont une probabilité de survenir qui augmente en fonction de la dose reçue mais leur gravité n est pas dépendante de la dose ce sont les cancers (somatiques) et les effets héréditaires (génétiques) Délai d apparition long 10 (leucémies) à 40 (tumeurs solides) ans après irradiation pour les cancers Cancers radio-induits ne se distinguent pas des tumeurs ayant une autre étiologie (spontanés) (connaissances actuelles) La fréquence des cancers est très variable d un tissu à l autre et très dépendante du type d irradiation (thyroïde, sein, leucémies ostésorcomes ) de la sensibilité individuelle, de facteurs génétiques ou épigénétiques. leur apparition est considérée comme liée de manière prépondérante à des mutations Au début des années 20, premières mises en garde médicales contre l utilisation du radium, panacée revigorante répandue largement aux Etats Unis avec le Radithor Ostéomyélite du maxillaire chez les jeunes femmes miniaturistes des cadrans lumineux Drame du «Thorotrast» Excellent produit de contraste radiologique utilisé jusque dans les années 50 chez plus de patients identifiés en Europe et au Japon (dose au foie de l ordre de 9,5 Gy). Après 40 ans, 30 à 60% des patients survivants présentent un cancer du sein En 1928 relation de cause à effet admise, justifiant que soient édictées, par la Commission Internationale de Radioprotection (CIPR) (issue en 1928 de la Société Internationale de Radiologie), les recommandations concernant les premières limites professionnelles d exposition Epidémiologie Etudes épidémiologiques Hiroshima-Nagasaki leucémies seuil # 150 msv ; M 200 msv cancers solides NS < 100 msv CIRC 2005 (BMJ) leucémies et cancers solides T. Nucléaire NS < 100 msv radiologues > 1960 leucémies NS ; msv / an cancers solides NS navigants leucémies NS ; 1,5-6 msv / an cancers solides NS (mélanomes)

5 Le cancer de la thyroïde Facteur étiologique exposition à une irradiation durant l enfance carence en iode Tumeurs de la thyroïde Hiroshima Nagasaki Tchernobyl radiothéprapie jeunes enfants > 100 mgy Pour une exposition avant 15 ans: Excès de risque relatif de 7,7 par Gray (Gy) Significatif dès 0,1 Gy Augmente linéairement avec la dose Risque maximum ans après irradiation Perdure 40 ans après irradiation 88% des tumeurs de la thyroïde développées chez des enfants exposés à une dose de 1Gy sont dues à l exposition (Ron, 1995) Irradiation externe γ Fortes doses et forts débits de dose Hiroshima et Nagasaki Risque de cancer de la thyroïde en fonction de l âge au diagnostic du premier cancer Doses de 0 Gy à 50 Gy Sigurdson, Lancet Irradiation gamma survivants régulièrement suivis Irradiation aiguë à fort débit de dose âge excès de risque relatif (1 Sv) 0-9 9, , ,3 >40-0,2 Population sensible : les jeunes enfants Forte radiosensibilité de la thyroïde chez l enfant : Tchernobyl Irradiation par inhalation et ingestion d iode 131 grande incertitude sur les doses reçues augmentation dès 4 ans après l accident 2000 cancers de la thyroïde (âge <17 ans) nombre de cas ans 5-9 ans ans année du diagnostic Size of a cohort exposed to different radiation doses, which would be required to detect a significant increase in cancer mortality National Research Council (1995) Assuming that the risk is proportional to the dose, the sample size needed to measure an effect is: 500 after 1000 msv after 100 msv after 10 msv Necessary sample size increases as the inverse square of the dose

6 Extrapolations aux faibles doses Risque directement proportionnel à la dose (sans seuil) Un terme Risque directement proportionnel à la dose (terme linéaire) et un terme Risque qui est proportionnel au carré de la dose (terme quadratique) Risque proportionnel à la dose mais avec une hypothèse de seuil Risque plus élevé aux faibles doses: hypothèse supralinéaire Nuage radioactif après l accident de Tchernobyl 26 avril avril avril mai mai mai 1986 Conséquences de l accident de Tchernobyl en France Cancers de de la thyroïde Taux pour dose efficace globale maximale (IRSN) ,4 msv (2,5 msv*) ,7 msv (25 msv*) ,4 msv (125 msv*) total / 60 ans 1,5 msv (150 msv*) irradiation thyroïdienne maximale (IRSN) Adulte 0,5-2 mgy (2,5 mgy*) 5 ans 6,5-16 mgy (2,5 mgy*) < 0,2 msv 0,6 msv 0,8 msv 1,5 msv I-131 (demi-vie 8 j), I-132 (demi-vie 2,3 h) et I-133 (demi-vie 20,8 h * irradiation naturelle à Paris

7 Cancers de la thyroïde Incidence et mortalité en France en 2000 Age en Cancers de de la thyroïde région Taux pour Épidémiologie des cancers de la thyroïde en France Durant les 20 dernières années : Effet lié au dépistage +6,2%/an chez les hommes +8,1%/an chez les femmes Autopsies > 65 ans : 5-30% microcarcinomes papillaires Un réservoir? Les premières plaintes.. Outils de diagnostic moléculaire, au cas par cas Comment les radiations endommagent l ADN? Lésions de l ADN dues à la vie normale de la cellule / 1 Gy (10 13 cellules) Types de lésions Naturel/jr + 1Gy 1 Gy/naturel Cassures sb à /30 Cassures db Très fort >40 Lésions de base /10 Autres lésions Total /25 1/20 Irradiation naturelle Pression de sélection

8 Risque Cancer Pourquoi le cancer RI est-t-il probabiliste? Mutations Cassures ADN Altération des mbrnes Stress ox Arrêt du cycle Réparation + Mort Réparation - Apoptose Sénescence Mort mitotique Sélection Temps? Survie sans prolifération Survie et prolifération Instabilité génomique Stress ox Cancer? Pour qu un cancer se développe, il faut que les gènes cibles soient touchés à un instant t dans des conditions de «transmissibilité» aux cellules filles c.a.d de prolifération L augmentation de la dose induit plus de mutations, mais aussi plus de mortalité cellulaire = effets déterministes L abaissement de la dose induit moins de mutations, mais permet la réparation et survie cellulaire DOUBLE LOTERIE : Zone dangereuse entre 1 et 3 Gy?? l irradiation induit des mutations au hasard dans le génome 3x10 9 pb gènes = 1/50 génome 200 gènes du cancer Intron/exon Constitution génétique, polymorphisme variabilité de la radiosensibilité G Vogin Cancer Radiother 2011 EN PLUS IL FAUT TOUCHER UN GÈNE DU CANCER!!!! ENVIRON 300 POSSIBILITÉS 2 TYPES DE GÈNES DU CANCER 2) GENE SUPPRESSEUR DE TUMEUR 1ère mutation : 1) PROTO-ONCOGENE mutation oncogène activé Prédisposition génétique au cancer perte de fonction d un des 2 allèles, le 2eme allèle sauvage est suffisant pour assurer une fonction normale 1 évènement: nouvelle fonction ou gain de fonction Expression dominante Grande pénétrance ou 2ème mutation : perte de fonction Probabilité nulle de survenir en même temps expression récessive altération non ciblée Activation d un oncogène = conséquences immédiates Inactivation d un gène suppresseur de tumeur : conséquences différées Rôle du vieillissement dans le cancer Annual incidence (per 100,000) Congenital Fibrosarcoma Embryonal Rhabdomyosarcoma Alveolar Rhabdomyosarcoma Ewing Sarcoma Osteosarcoma Clear cell Sarcoma Synovial Sarcoma Clear cell Sarcoma Adult Fibrosarcoma Liposarcoma round cells Hemangiopericytoma Stromal Sarcoma Dermatofibrosarcoma Protuberans Leimyosarcoma Liposarcoma Extrasquelettal mixoid Chondrosarcoma Neurilemoma Angiosarcomas Malignant Fibrohistiocytoma Mesothelioma Pleomorphic Liposarcoma Chordoma Tous les sarcomes Sarcomes avec translocation activant un oncogène Age moyen Sarcomes avec délétions et donc inactivation d un gène sup. de tumeurs années

9 Carcinogenèse Pourquoi des marqueurs moléculaires? Pas de spécificités des tumeurs radio-induites en comparaison des tumeurs spontanées - sous-types histologiques (PTC ou FTA) - clinique / pronostic - altérations géniques Cellule normale Première mutation la problématique des faibles doses les premières plaintes Deuxième mutation Peut-on trouver une signature moléculaire permettant de distinguer les tumeurs spontanées des tumeurs induites par les radiations? Troisième mutation Impact du type d exposition, de la dose, du débit de dose sur la signature? Compréhension de la carcinogenèse radio-induite Quatrième mutation Cellule maligne Les cancers radioinduits de la thyroïde, les sarcomes, les cancers du sein ; Omique : protéome, altérations chromosomiques, transcriptome, Prolifération Recherche Signature Analyse du transcriptome moléculaire de l étiologie Analyse du transcriptome Spot par spot : rapport Cy3 / Cy5 Hybridation sur puces 25K 50 mer 57 tumeurs de la thyroïde sporadiques ou post-radiothérapie Adénomes folliculaires FTA (30) Carcinomes papillaires PTC (27) Apprentissage 7 FTA & 7 PTC 14 S Hybridation Cy3 7 FTA & 7 PTC 14 RI Radiothérapie 3-14 ans Cy5 Signature gènes exprimés à un niveau comparables dans les tumeurs d un même groupe et différentiellement exprimés entre les deux groupes Cellules irradiées T Validation classement en «aveugle» des 29 tumeurs restantes 16 FTA & 13 PTC Histologie connue mais étiologie inconnue Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011 Classement des tumeurs d apprentissage n=28 Validation : prédiction en aveugle de l étiologie de 29 tumeurs indépendantes FTA PTC Radio-induced tumors PTC FTA Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011 Radiation induced Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011

10 Prédiction de l étiologie des tumeurs de validation FTA Validation: 29 tumeurs indépendantes (FTA: 8S, 8R et PTC: 8S, 5R) Clinique 16 S 13 R 14S 12R Prédiction 2R (2 FTA S mal classés) 1? (1 PTC R non classé) PTC Sensibilité 12/13 0,92 Spécificité 14/16 0,87 Proportion des R bien prédites Proportion des S bien prédites Radiation-induced PTC and FTA Ory, C., et al., Endocr Relat Cancer, 2011 Tumeurs de la thyroïde post-tchernobyl 26 carcinome papillaires de la thyroïde sporadiques ou post-tchernobyl (série publiée (Detours, 2007) 14 S: France, pas d historique d exposition à l irradiation 12 R: Que des patients exposés avant 16 ans (1-16 ans, M=8,6) Proviennent de régions les plus fortement contaminées autour de Tchernobyl Dosimétrie disponible depuis juin 2012 (9mGy à 2.7Gy) Estimation par mesure des doses reçues à la thyroïde, 20 à 40 jours après l accident, de enfants et adolescents (1-18 ans) (Likhtarov et al., 2005) N = nombre de cas par région Tumeurs de la thyroïde post-tchernobyl Validation: 7 PTC S vs 6 PTC R (20mGy à 1,6Gy) Taux d erreurs (%) S R Erreur globale GPLS PAM RF LKSVM Detours et al., 2007 Learning/Training: 7 PTC S vs 6 PTC R Age au diagnostic équilibré (R: 29 ans (27-33); S: 34,6 ans (29-38)) Enfants irradiés entre ans (M=12,6 ans) Tumeurs provenant de Chernigov, Zhytomyr, Kiev, Pripyat (9mGy à 2.7Gy) => Signature de 106 gènes Ugolin, N., et al., Plos One, 2011 Clinique 7 S 6 R 7S 6R Sensibilité 5/6 0,83 Spécificité 7/7 1 (Ugolin et al., PLoS One 2011) Prédiction 1? (1 R non classé) Proportion des R bien prédites Proportion des S bien prédites Ugolin, N., et al., Plos One, 2011 Signature de 322 gènes Irradiation externe Fort débit de dose Forte dose (12-43 Gy) Comparaison des signatures 5 gènes communs entre les 2 signatures Peut-on classer les deux séries avec les 5 gènes en PCA? Signature de 106 gènes Contamination par I 131 Faible débit de dose Plus faibles doses (0,6-0,9 Gy estimé) Voies dérégulées PTC post-radiothérapie PTC (n=15) Radiation-induced PTC (n=12) PTC post-tchernobyl PTC (n=14) Radiation-induced PTC (n=12) Ory, C., et al., Thyroid, 2013

11 phosphorylation of histoneh2ax γh2ax as a function of radiation dose in human fibroblasts Double strand breaks DSBs Quelques résultats marquants CEA et autres DSBs appear at 1 mgy Linear induction of DSBs, Rothkamm et Löbrich, PNAS 2003;100: La complexité des effets γ-h2ax foci at 2 Gy, 200 mgy, 20 mgy : efficient repair at 5 mgy repair is slower and less efficient at 1,2 mgy, 0.1 DSB formed per cell. (1 every 10 cells) : no repair at 24h and persist up to 7 days, then cell death by apoptosis Extrapolation linéaire NON! Background in the absence of irradiation : 0.05 DSB per cell Rothkamm K; Proc. Natl.Acad.Sci USA 2003 Mort des cellules irradiées (~ dose) voisines non irradiées (non ~ dose) Quels sont les signaux? Pourquoi certaines cellules sont-elles émettrices et/ou réceptrices? R de mort Apoptose Ligands Les effets indirects de l irradiation réponse adaptative effets à distance hypersensibilité aux faibles doses instabilité génomique différée mort différée Cellules non irradiées incubées avec du milieu de cellules irradiées M S M C irrad M C non irrad Mortalité - + Extrapolation linéaire NON! Luce, A., et al., Carcinogenesis, 2009

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo

Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo Rencontres Nucléaires et Santé 8 février 2013 André Aurengo rappels susceptibilité individuelle que dit l épidémiologie? gestion des risques cancérogenèse : un processus darwinien complexe 1 - autonomie

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012

Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Les conséquences sanitaires de l accident de Fukushima Dai-ichi : point de situation en février 2012 Faire avancer la sûreté nucléaire Jean-René Jourdain Paris, 28 février 2012 Comment évaluer les conséquences

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie

CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie CANCERS ET RAYONNEMENTS IONISANTS Fortes doses: seconds cancers après radiothérapie Rencontres Nucléaire et Santé 08/02/2013 Pierre BEY Professeur émérite de Cancérologie;Radiothérapie Université de Lorraine

Plus en détail

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I)

De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) De la physico-chimie à la radiobiologie: nouveaux acquis (I) Collaboration: - Laboratoire de Radiotoxicologie et Oncologie (L. Sabatier) CEA, DSV - Laboratoire de Génotoxicité et Modulation de l Expression

Plus en détail

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse

20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en Suisse 20 ans après l accident nucléaire de Tchernobyl: Les conséquences en 1. L accident Il y a 20 ans, le 26 avril 1986 à 01h24 heure locale, se produisait l accident le plus grave jamais survenu dans une installation

Plus en détail

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir

La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La surveillance biologique des salariés Surveiller pour prévenir Dr Irène Sari-Minodier Service

Plus en détail

Complément: Sources naturelles de rayonnement

Complément: Sources naturelles de rayonnement Complément: Sources naturelles de rayonnement 1 Notions de dose Dose absorbée en 1 point (D) unité: Jkg -1 ou gray (Gy) valeur moyenne de l énergie impartie (déposée) à la matière par unité de masse à

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

3 > L homme et les rayonnements

3 > L homme et les rayonnements DE LA RECHERCHE À L INDUSTRIE > 3 > L homme et les rayonnements La diversité des rayonnements Les effets biologiques des rayonnements La radioprotection Exemples d applications des rayonnements 2 > SOMMAIRE

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants

Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants Sensibilisation à la protection contre les rayonnements ionisants version 2010 Formateur: Patrice Charbonneau Pourquoi une sensibilisation Code du travail 2008 (ex 2003-296) relatif à la protection des

Plus en détail

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010

PHY113 : Cours de Radioactivité 2009-2010 Cours de Radioactivité Le but de ce cours est de permettre aux étudiants qui seront amenés à utiliser des sources radioactives d acquérir les bases de la radioactivité. Aussi bien au niveau du vocabulaire

Plus en détail

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES

EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES Questionnaire EXERCICES SUPPLÉMENTAIRES SCP 4010-2 LE NUCLÉAIRE, DE L'ÉNERGIE DANS LA MATIÈRE /263 FORME C Version corrigée: Équipe sciences LeMoyne d'iberville, septembre 2006. QUESTION 1 (5 pts) 1. La

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Les principes du sequençage haut-débit

Les principes du sequençage haut-débit Les principes du sequençage haut-débit Mardi 23 avril 2013 Dr H. EL HOUSNI Organisation Génomique Podhala'et'al.'Trends'in'genetics'2012' Costa V et al. J BioMed BioTech 2010 32 ans Costa V et al. J BioMed

Plus en détail

Historique. Les radiations nucléaires 1

Historique. Les radiations nucléaires 1 Les radiations nucléaires Dans notre vie de tous les jours, nous sommes continuellement bombardés de radiations de toutes sortes. Certaines sont naturelles et d autres, artificielles. Les premières proviennent

Plus en détail

Prévenir... les cancers chez l homme

Prévenir... les cancers chez l homme Prévenir... les cancers chez l homme 18 De près ou de loin, le cancer nous concerne tous Qu est-ce que le cancer? U n cancer (ou néoplasie ou tumeur maligne) est une maladie liée à une multiplication anarchique

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Dossier «L énergie nucléaire»

Dossier «L énergie nucléaire» Dossier «L énergie nucléaire» (ce dossier est en ligne sur le site de La main à la pâte : http://www.inrp.fr/lamap/?page_id=16&action=2&element_id=374&domainsciencetype_id=7) Rédacteur David WILGENBUS

Plus en détail

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu

Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Cancers et mutations liés aux facteurs du milieu Quand des cellules normales sont endommagées et qu'elles ne peuvent pas être soignées, elles meurent : c'est l'apoptose. Les cellules cancéreuses ne meurent

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

POINT SUR LES CONSEQUENCES SANITAIRES DE L ACCIDENT DE TCHERNOBYL

POINT SUR LES CONSEQUENCES SANITAIRES DE L ACCIDENT DE TCHERNOBYL POINT SUR LES CONSEQUENCES SANITAIRES DE L ACCIDENT DE TCHERNOBYL Septembre 2005 Avis de Bernard Bigot, Haut-Commissaire à l Energie Atomique SOMMAIRE 1 - INTRODUCTION 3 2 - L ACCIDENT 4 3 - MESURES EN

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 1 : Epidémiologie descriptive Docteur José LABARERE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la scintigraphie osseuse et le TEP-SCAN Docteur Antoine MONET Centre d Imagerie Fonctionnelle Clinique Saint Augustin Jeudi 25 Septembre 2008 Un peu d histoire

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante.

Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. 4.9 Surdosage Des doses de pazopanib allant jusqu à 2000 mg ont été évaluées dans les études cliniques sans toxicité dose limitante. Il n existe pas d antidote spécifique à un surdosage par pazopanib,

Plus en détail

LES CANCERS PROFESSIONNELS

LES CANCERS PROFESSIONNELS LES CANCERS PROFESSIONNELS Près de 2,4 millions de travailleurs français sont quotidiennement exposés à des substances cancérogènes sur leur lieu de travail. Tout le monde est concerné, mais les hommes

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession La physique médicale Débuts d une nouvelle profession Andrée Dutreix Journée Internationale de Physique Médicale 7 Novembre 2013 La physique médicale Situation en France avant la fin des années 60! En

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS ET NORMES DE RADIOPROTECTION

EFFETS BIOLOGIQUES DES RAYONNEMENTS IONISANTS ET NORMES DE RADIOPROTECTION COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE CCA- O; * f.- Je 7 DIRECTION DES APPLICATIONS MILITAIRES Centre d'etudes de Bruyères-le-Châte! Service Protection contre les Rayonnements» - /O EFFETS BIOLOGIQUES DES

Plus en détail

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012

Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de diagnostic médical en 2012 R A P P O R T Exposition de la population française aux rayonnements ionisants liée aux actes de Pôle Radioprotection, Environnement, Déchets et Crise RESUME Ce rapport met à jour, pour l année 2012, les

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011

Terrorisme nucléaire. Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Michel WAUTELET Université de Mons 6 août 2011 Terrorisme nucléaire Menace ou risque? - Avril 2010, Washington: Barack Obama réunit un sommet de 47 pays sur le sujet - Terrorisme?

Plus en détail

Les microarrays: technologie pour interroger le génome

Les microarrays: technologie pour interroger le génome Les microarrays: technologie pour interroger le génome Patrick DESCOMBES patrick.descombes@frontiers-in-genetics.org Plate forme génomique NCCR Frontiers in Genetics Université de Genève http://genomics.frontiers-in-genetics.org

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

Idées reçues ou vérités?

Idées reçues ou vérités? Sous le haut patronage et en présence du président de la République 1 re convention de la société face au cancer Ligue contre le cancer dimanche 23 novembre 2008 à la Grande Arche de la Défense Idées reçues

Plus en détail

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006

Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Maladies chroniques et traumatismes Estimation de l incidence du cancer de la thyroïde en Corse 1998-2006 Sommaire Abréviations 2 Résumé 3 1. Contexte et objectifs 4 1.1 La situation en Corse 4 1.2 Les

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec 7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec De la Station Spatiale à la Salle de Radiothérapie: Dosimétrie MOSFET pour Astronautes et Patients EVARM: From the Space

Plus en détail

COMMENT EVITER LE CANCER

COMMENT EVITER LE CANCER COMMENT EVITER LE CANCER Département d'oncogénétique Centre Jean Perrin, BP 392 63000 Clermont-Ferrand FRANCE Yves-jean.bignon@cjp.fr QU EST-CE QUE LE CANCER? Immortalité Clonalité Invasivité Génétique

Plus en détail

Imagerie Médicale. Introduction

Imagerie Médicale. Introduction Imagerie Médicale Introduction Source: uhrad.com. Isabelle Bloch Département Traitement du Signal et des Images, Télécom ParisTech CNRS UMR 5141 LTCI 46 rue Barrault, 75013 Paris. Un peu d histoire Des

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires Transformations nucléaires Stabilité et instabilité des noyaux : Le noyau d un atome associé à un élément est représenté par le symbole A : nombre de masse = nombre de nucléons (protons + neutrons) Z :

Plus en détail

RISQUE DE CANCERS ASSOCIE AUX SCANNERS PEDIATRIQUES : COHORTE ENFANT SCANNER

RISQUE DE CANCERS ASSOCIE AUX SCANNERS PEDIATRIQUES : COHORTE ENFANT SCANNER RISQUE DE CANCERS ASSOCIE AUX SCANNERS PEDIATRIQUES : COHORTE ENFANT SCANNER Journy N 1, Mezzarobba M 1, Rehel JL 2, Ducou Le Pointe H 3, Aubert B 2, Laurier D 1, Bernier MO 1 Institut de Radioprotection

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

Cancer et environnement

Cancer et environnement PATHOLOGIES Cancer et environnement Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération importante et anarchique de cellules anormales qui ont la capacité d envahir et de détruire les tissus sains

Plus en détail

Anomalies chromosomiques et tumeurs d Ewing

Anomalies chromosomiques et tumeurs d Ewing Anomalies chromosomiques et tumeurs d Ewing Sylvain Blachon IRISA/INRIA Rennes - projet SITCON 21 Octobre 2008 Sylvain Blachon (IRISA/INRIA Rennes - projet SITCON) Anomalies chromosomiques et tumeurs d

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr

ANF Becquerel. Stratégie Prélèvement Etude d'impact. http://reseau-becquerel.in2p3.fr ANF Becquerel Stratégie Prélèvement Etude d'impact http://reseau-becquerel.in2p3.fr Les mesures de radioactivité dans l environnement Deux finalités complémentaires mais distinctes Mesures à but réglementaire

Plus en détail

Guide sur les rayons X et la radioprotection

Guide sur les rayons X et la radioprotection Guide sur les rayons X et la radioprotection Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Canadian Air Transport Security Authority Auteurs : Tara Hargreaves, B.Sc., M.Sc. Reza Moridi, Ph.D.,

Plus en détail

Les leçons tirées de l accident de Fukushima feront éventuellement l objet d une version révisée dans le futur. H. Métivier SFRP

Les leçons tirées de l accident de Fukushima feront éventuellement l objet d une version révisée dans le futur. H. Métivier SFRP Revue des livres Radiation Protection and Safety of Radiation Sources: International Basic safety Standards, Interim edition, ISBN 978-92-0-120910-8, IAEA, Vienne 2011, 65. Elles étaient attendues, voici

Plus en détail

Chapitre 2 RÉACTIONS NUCLÉAIRES

Chapitre 2 RÉACTIONS NUCLÉAIRES Chapitre 2 RÉACTIONS NUCLÉAIRES 2.1 Généralités 2.1.1 Loi de décroissance exponentielle Rutherford et Soddy (1902). Un atome excité retourne à son état fondamental en émettant un photon. Dans le domaine

Plus en détail

Bases physiques de l imagerie en

Bases physiques de l imagerie en Bases physiques de l imagerie en Médecine Nucléaire (MN) Pr. Malika ÇAOUI Service de Médecine Nucléaire CHU International Cheikh Zaid Faculté de Médecine et de Pharmacie - Rabat- 02/12/2010 Pr. Malika

Plus en détail

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014

TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 TUTORAT UE 4 2014-2015 Biostatistiques Séance n 6 Semaine du 03/11/2014 Epidémiologie Mme Fabbro-Peray Séance préparée par les tuteurs du TSN QCM n 1 : Choisir la ou les proposition(s) exacte(s). A. Parmi

Plus en détail

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques

Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques 2 V o l u m e Volume 1 : Epidémiologie - Etudes des facteurs de risques Volume 2 : Epidémiologie - Situation et actions Recherche des données d incidence estimée des cancers au Maroc Recherche des données

Plus en détail

Actualités s cancérologiques : pneumologie

Actualités s cancérologiques : pneumologie Actualités s cancérologiques : pneumologie PLAN Incidence / facteurs de risque Anatomie Symptômes Types de tumeurs Diagnostic / extension Classification Traitement Pronostic Pneumologie : incidence Belgique

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM

PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM PROTECTION EN CAS D URGENCE DANS L ENVIRONNEMENT DE LA CENTRALE NUCLEAIRE DE CATTENOM Informations pour la population de Rhénanie-Palatinat Editeur: Aufsichts- und Dienstleistungsdirektion Willy- Brandt-

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants

Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition aux rayonnements ionisants RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique NOR : MTST1011109C Circulaire DGT/ASN n 04 du 21 avril 2010 relative aux mesures de prévention des risques d exposition

Plus en détail

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome

Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Le cancer des glandes surrénales Corticosurrénalome Vous avez appris que vous avez un cancer des glandes surrénales. Cette fiche vous aidera à mieux comprendre la maladie et les traitements possibles.

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

Les Rencontres de la Radio Protection dans le domaine médical : Professionnels, Usagers : Tous concernés Le 11 février 2013 Organisées par l

Les Rencontres de la Radio Protection dans le domaine médical : Professionnels, Usagers : Tous concernés Le 11 février 2013 Organisées par l PROGRAMME LES RENCONTRES SUR LA RADIOPROTECTION 9h00 - Ouverture Cécile Bourdon, Vice-Présidente Santé Conseil Régional Nord-Pas de Calais Catherine Bourgeois, Conseillère Régionale Commission Santé Anita

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique

THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique THYROGLOBULINE Marqueur sensible et spécifique Club Thyroïde Ile-de-France 2013 Monique LEBAN GH Pitié-Salpêtrière Charles Foix Service de Biochimie Endocrinienne et Oncologique Cancers Différenciés de

Plus en détail

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D ETUDES

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D ETUDES Université de Monastir Ecole Nationale d Ingénieurs de Monastir Année Universitaire:2009/2010 MEMOIRE DE PROJET DE FIN D ETUDES PRESENTE POUR OBTENIR LE DIPLÔME NATIONAL D INGENIEUR Spécialité : GENIE

Plus en détail

.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203 .(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3 .( @.*" '!%2"+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!

.( /.*!0) %1 2+ %#(3004) 05' 203 .(.*0+ ) '!2+ %#(30+ 0!%) 4!%2) 3 .( @.* '!%2+ %#(30! &' 4!!% .+.*0%!!'!(!%2+ 16 3047! !"#! $ %#&' (!"#$!% & % ' (!%' ) )''! *)+* *! %#"+, ' ( ', -) " *.( /.*!0) %1 2"+ %#(3004) 05' 203.(.*0"+ ) '!2"+ %#(30+ 0!"%) 4!%2) 3.( -.* %)!(2"+ %#(30! &' 4!!%.+.*0%!!'!(!%2"+ 16 3047!%(%' 0.(89.*

Plus en détail

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire

UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire UE2 CANCEROLOGIE Place de la Médecine Nucléaire Imagerie Imagerie de Gamma Caméra Tomographie d émission monophotoniqueou TEMP: radiopharmaceutiqueémetteurs de rayonnement Gamma Imagerie de Caméra TEP

Plus en détail

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical?

Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Qu est ce que peut apporter une étude ALARA formalisée des exposi8ons professionnelles dans le secteur médical? Exemple de l u*lisa*on du Fluor 18 en médecine nucléaire pour les examens de TEP Chris*an

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

SFRP Angers Juin 2009

SFRP Angers Juin 2009 SFRP Angers Juin 2009 Gestion post-accidentelle d un d accident nucléaire : : Avancement des travaux du du CODIRPA Jean-Luc GODET Directeur des des rayonnements ionisants et et de de la la santé Introduction

Plus en détail

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives

Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Nodules thyroïdiens à cytologie indéterminée Prise en charge et perspectives Cécile Ghander Unité Thyroïde Tumeurs Endocrines Institut d Endocrinologie Maladies Métaboliques et Médecine Interne 28/06/2014

Plus en détail

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 %

L eau dans le corps. Fig. 6 L eau dans le corps. Cerveau 85 % Dents 10 % Cœur 77 % Poumons 80 % Foie 73 % Reins 80 % Peau 71 % Muscles 73 % 24 L eau est le principal constituant du corps humain. La quantité moyenne d eau contenue dans un organisme adulte est de 65 %, ce qui correspond à environ 45 litres d eau pour une personne de 70 kilogrammes.

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 DIFFUSION LIMITEE AREVA SGN Page : 3 / 52 SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 2.2 LES PRODUITS STOCKES...7 2.3 DONNEES

Plus en détail

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection

Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection Conséquences radiologiques et dosimétriques en cas d accident nucléaire : prise en compte dans la démarche de sûreté et enjeux de protection 9 juin 2010 / UIC Paris Présenté par E. COGEZ, IRSN Contexte

Plus en détail

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST

Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Journées DESC-SCVO 6 et 7 juin 2011 C. AUDOUY, BREST Tumeurs rares. Classifications diverses: histologie, microscopie, macroscopie, immunohistochimie, radiologie. Tumeurs et lésions kystiques. 1/ Kystes

Plus en détail

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN

VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN VI) MARQUEURS BIOLOGIQUES DU CANCER THYROIDIEN 1) Thyroglobuline a) Indications et fréquence Exclusivement sécrétée par la thyroïde Marqueur de choix pour le suivi du cancer différencié de la thyroïde

Plus en détail

Eléments de radioprotection médicale

Eléments de radioprotection médicale Eléments de radioprotection médicale www.radcoursorg.be/rprot M.Lemort Sciences dentaires Année 2014-2015 Dimension du problème croissance des procédures de radiodiagnostic au cours du siècle dernier (selon

Plus en détail