DÉPARTEMENT DE BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE VEGETALES DEPARTMENT OF PLANT BIOLOGY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉPARTEMENT DE BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE VEGETALES DEPARTMENT OF PLANT BIOLOGY"

Transcription

1 UNIVERSITE DE YAOUNDE I UNIVERSITY OF YAOUNDE I FACULTY OF SCIENCE FACULTE DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE VEGETALES DEPARTMENT OF PLANT BIOLOGY ÉVALUATION DE LA PRODUCTION AGRICOLE, VARIATIONS ET RELATIONS DE QUELQUES INDICES ECOLOGIQUES ET STOCK DE CARBONE DES FORETS COTIERES SOUS UN SYSTEME D AGRICULTURE SUR BRULIS DANS LE FUTUR PARC NATIONAL DE DOUALA-EDEA, REGION DU LITTORAL Mémoire rédigé et présenté en vue de l obtention d un Master Professionnel en Sciences Forestières/ Option : Agroforesterie Rédigé par : DMAPO WEMBE Jasmine Licence ès Science Matricule : 04Q115 Sous la supervision de : Dr. AJONINA Gordon Nwutih (PhD) Coordonnateur National de CWCS et du Réseau Camerounais pour la Conservation de l Ecosystème de Mangrove (RCM) Et la direction de : Dr. Annie Claude NSOM-PIAL (PhD) Chargée de cours Université de Yaoundé I

2 UNIVERSITE DE YAOUNDE I UNIVERSITY OF YAOUNDE I FACULTY OF SCIENCE FACULTE DES SCIENCES DÉPARTEMENT DE BIOLOGIE ET PHYSIOLOGIE VEGETALES DEPARTMENT OF PLANT BIOLOGY ÉVALUATION DE LA PRODUCTION AGRICOLE, VARIATIONS ET RELATIONS DE QUELQUES INDICES ECOLOGIQUES ET STOCK DE CARBONE DES FORETS COTIERES SOUS UN SYSTEME D AGRICULTURE SUR BRULIS DANS LE FUTUR PARC NATIONAL DE DOUALA-EDEA, REGION DU LITTORAL Mémoire rédigé et présenté en vue de l obtention d un Master Professionnel en Sciences Forestières/ Option : Agroforesterie Rédigé par : DMAPO WEMBE Jasmine Licence ès Science Matricule : 04Q115 Sous la supervision de : Dr. AJONINA Gordon Nwutih (PhD) Coordonnateur National de CWCS et du Réseau Camerounais pour la Conservation de l Ecosystème de Mangrove (RCM) Et la direction de : Dr. Annie Claude NSOM-PIAL (PhD) Chargée de cours Université de Yaoundé I

3 DEDICACES A ma très chère maman, Madame NANA épouse WEMBE, pour son amour, sa disponibilité, sa patience. Que ce travail reflète une partie des valeurs que tu m as inculquées. A toutes les parties prenantes impliquées dans la mise en place du processus REDD, tant sur le plan national qu international, pour leur contribution dans le renforcement des capacités à tous les niveaux et la valorisation des capacités acquises par les communautés dans la gestion du mécanisme REDD. Trouvez ici ma reconnaissance à votre égard et ma détermination à apporter ma modeste contribution dans la réalisation de ce processus. iii

4 REMERCIEMMENTS Les encouragements et l assistance que j ai reçus de part et d autre, des parents, des enseignants, des personnes ressources et différentes institutions, des amis et connaissances ont grandement contribués à la réalisation de ce travail. J exprime mon entière reconnaissance au Dieu Tout Puissant sans qui rien n aurait été possible, et surtout parce qu Il a toujours été là pour me montrer Sa lumière pendant les moments les plus sombres. J adresse mes sincères remerciements au Professeur AMOUGOU AKOA, Chef de Département de Biologie et Physiologie Végétales, pour avoir initié le programme de formation professionnelle en Sciences Forestières, et à tout le staff enseignant dudit Département, pour leur indispensable contribution à ma formation. Ma profonde gratitude va en particulier au Dr. Annie-Claude PIAL pour avoir accepté de diriger ce travail. Sa simplicité, sa chaleur, sa patience et son dynamisme au travail ont fortement contribué à ma formation, tant sur le plan académique, professionnel que moral. Ce travail de recherche a été soutenu avec le concourt du Global Change System for Analysis, Research & Training (START) sur le sujet «Reducting Tropical Deforestation and the Protection of Ecosystem Services to Support Food Security in Southwest Cameroon». Je leur adresse ici ma profonde reconnaissance à travers la CWCS. Ma totale reconnaissance va à l endroit du Dr. AJONINA Gordon Nwutih, Coordonateur National de la Cameroon Wildlife Conservation Society (CWCS) et du Réseau Camerounais pour la Conservation des Ecosystèmes de Mangrove (RCM) et à toute sa famille, pour m avoir admise comme stagiaire dans sa structure. Son agréable compagnie, sa précieuse et indéniable contribution et ses conseils emprunts de paternité ont facilité l aboutissement de ce travail. Je ne saurais trouver les mots adéquats pour prouver ma reconnaissance à Madame Camille JAPANG : sans savoir qui je suis, vous n avez ménagé aucun effort pour me recommander dans cette merveilleuse structure d accueil. Madame, moi aussi je ne vous ai vu qu une fois, mais votre simplicité et votre éloquence dans le partage des connaissances a fait de vous mon idéal. Recevez ici l expression de ma profonde gratitude. Qu il me soit permis de remercier l administration de la Faculté d Agronomie et des Sciences Agricoles (FASA) de l Université de Dschang, en particulier le Pr. MVONDO ZE Antoine, Chef du Laboratoire des Sols et de l Environnement et tout son staff, qui ont tout mis en œuvre pour facilité l analyse des échantillons de sol pour l aboutissement de ce travail. iv

5 Je viens par la même occasion remercier le Pr. TCHAMBA Martin, pour m avoir orienté et soutenu dans la compréhension de ce travail. Mes sincères remerciements vont aussi à tout le staff du CWCS, spécialement LAISIN Bruno, DIYOUKE Eugène, NGOSSANDJO Emilienne «Ma Belle-Mère», EKINDI Jean, NDOUMBE Alexandre, TIMBA Martin, SAME Patricia, MOUTO Natacha, GARSIA Arthur, IGRI Jean qui a su donner de son temps, de son énergie, de sa disponibilité et de son expertise pour la réalisation de ce travail. Je remercie spécialement tous les chefs des villages et les cultivateurs des parcelles sélectionnées pour leur indispensable collaboration et leur contribution à la réussite de ce travail. Mercie également aux partenaires de la CWCS au niveau local : conservateur, chefs services et autres rencontrés dans les conférences pour leurs différentes contribution à la réalisation de ce travail. Je remercie tous mes frères et sœurs, Géraldine WEMBE, Cathérine WEMBE, Josiane WEMBE, Bertille WEMBE, Christian WEMBE et Jörguen WEMBE pour le soutien moral, financier et matériel. Je souhaite à chacun de vous tout le bonheur qui puisse être. Une pensée toute particulière se dirige vers mes cousins et neveux Paule, Texton, Weaston, Greaston, Batiston, Manuella, Leonella, Loïc, Ornella, July, Celest, Prince qui ont toujours été là pour m apporter joie, amour sincère pendant mes moments de joies et surtout de peines. Qu ils trouvent en ce travail une opportunité d inspiration, d engagement, de patience et de détermination dans la réalisation de tous leurs projets. Merci aux familles GNIA, DJOKO, KUICHI, CHASIM, LAMBOU, TEPA, MBIEKOP, MOUTCHOU, MONTHE, TCHIENTEU, KINNE qui n ont jamais cessé de me soutenir spirituellement, moralement et matériellement. Merci à tous mes amis, Hermine GOUEPEGEU, Marie-Louise TUEDJO, Géraldine LUM, Nadine MEGAPTCHE, Patrick KAMGA, Sandrine NGOUFACK, Hecna NGAYAM, Frère Jean-Claude, Père Franck, Lucie-Claire DJIOFACK, Thomas TCHIENTEU, M. Christophe LOABE, M. GOLEMBE, Thierry MOKAM, Angèle IPEM, Pélagie, Fani MOMO, Abertine KENGNE, Antoinette, dont la présence toujours joyeuse me réconfortait et renforçait mon dynamisme. Merci à tous mes camarades de promotion, l expérience d une vie ensemble n a pas toujours été facile. Votre présence quotidienne et votre engagement au travail m ont formée à l assiduité et à la résistance face aux difficultés. Que tous ceux qui, de près ou de loin ont contribué à la réalisation de ce document trouvent ici un signe de remerciement. Merci! Thank you! Masoma! Me Lapte! Tchia mba! v

6 TABLE DES MATIERES DEDICACES... i REMERCIEMMENTS... iv TABLE DES MATIERES... vi LISTE DES FIGURES... ix LISTE DES TABLEAUX... x LISTE DES ACRONYMES... xi RESUME... xiii ABSTRACT... xiv CHAPITRE I : GENERALITE INTRODUCTION Contexte et justification Problématique Objectifs de l étude Objectif général Objectifs spécifiques Hypothèses et questions de recherche Justification de l étude Délimitation de l étude Revue de littérature Définition des concepts Présentation du site d étude Situation géographique et administrative La flore La faune Le peuplement humain Activités économiques Généralités sur les forêts Généralité sur les forêts du bassin du Congo Les forêts du Cameroun Potentialités et importance des forêts Les menaces sur les forêts Adaptation aux changements climatiques Séquestration du carbone La captation de carbone dans les systèmes agricoles et forestiers La gestion durable des terres (GDT) vi

7 L agroforesterie Les mécanismes d atténuation Le programme REDD CHAPITRE 2 : MATERIELS ET METHODES Matériel Description de la zone d étude Matériel biologique Equipement sur le terrain Méthodologie de l étude Collecte des données Collecte des données secondaires Critère de choix du site Collecte des données primaires Enquête pilote Stratégie d échantillonnage et sélection des champs Enquête proprement dite et mesure des paramètres primaires Paramètres agronomiques Paramètres forestiers Paramètres pédologiques et de litière Méthode d analyse des données collectées Analyse laboratoire / Paramètres pédologiques et de litière Détermination des paramètres secondaires Analyse par tableau Paramètres agronomiques Paramètres forestiers Paramètres de biodiversité Méthode de calcule de la biomasse : équations prises en comptes Analyse statistique CHAPITRE 3 : RESULTATS ET DISCUSSION Résultats Nature et distribution des champs et caractéristiques socioéconomiques Nature et distribution des champs Caractéristiques socioéconomiques des cultivateurs Perception des cultivateurs sur les notions de gestion des ressources et des terres Résumé des données de terrain Paramètres forestiers vii

8 Paramètres agricoles (production) Paramètres de litière Paramètres de bois mort Relation entre les différents paramètres étudiés Corrélation entre les paramètres forestiers et les paramètres agricoles Relation entre les paramètres forestiers et les paramètres de sol Relation entre les paramètres forestiers et les paramètres de litière Relation entre les paramètres forestiers et les paramètres de bois mort Répartition du stock de carbone suivant différents niveau de perturbation agricole Approche multi varié d analyse de la déforestation et de la dégradation des forêts Etablissement d un modèle carbone pour la forêt à différent niveau de perturbation agricole DISCUSSION Identification des cultures et caractérisation des différents types de champs Présentation des niveaux de perturbation agricole de la forêt Simulation des rendements des cultures et des seuils de la fertilité des sols Mesures de la production du sol par rapport à la densité des arbres et l évolution des régimes de couverture forestière avec d autres mesures de la dégradation des forêts Séquestration du carbone en fonction du type de champ et modélisation de l écosystème agricole suivant différent niveau de perturbation Les applications de l étude Options pour maximiser les rendements des cultures et le stockage du carbone au-dessus du sol sous des conditions minimales de perturbation agricole Mesures de gestion durable des terres et suggestions pour augmenter les évaluations des résultats dans les programmes REDD CHAPITRE IV : CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS Conclusion Recommandations REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE ANNEXES viii

9 LISTE DES FIGURES Figure 1.1 : Emplacement des forêts, par région Figure 2.1 : Photos d interviews, d inventaires et de caractérisation des champs Figure 3.1 : Distribution des champs et des cultures autours de la Reserve de Faune, Douala- Edéa Figure 3.2 : Caractéristiques socioéconomiques des cultivateurs propriétaires des différents types de champs Figure 3.3 : Variation des principaux paramètres forestiers indicateurs de perturbation agricole en fonction du type, de la taille et de l âge des champs Figure 3.4 : Histogramme de la distribution des classes de diamètre des arbres, selon les types de champs et le niveau de dégradation Figure 3.5 : Variation de la production dans les différents de champs par rapport au type, à la taille et à l âge des champs Figure 3.6 : Proportion et tendance du ph du sol dans les différents champs en fonction du type, de la taille et de l âge du champ Figure 3.7 : Proportion et tendance de la densité apparente du sol dans les différents champs en fonction du type, de la taille et de l âge du champ Figure 3.8 : Proportion et tendance de la matière organique (MO) du sol dans les différents champs en fonction du type, de la taille et de l âge du champ Figure 3.9 : Proportion et tendance de l azote du sol dans les différents champs en fonction du type, de la taille et de l âge du champ Figure 3.10 : Proportion et tendance du phosphore dans les différents champs en fonction du type, de la taille et de l âge du champ Figure 3.11 : Proportion et tendance des bases échangeables du sol dans les différents champs en fonction du type, de la taille et de l âge du champ Figure 3.12 : Proportion et tendance des éléments de litière dans les différents champ Figure 3.13 : Courbes de tendance de la répartition du volume de bois mort dans les types de champs Figure 3.14 : Régression entre la couverture foliaire et la production agricole Figure 3.15 : Répartition et contribution relative des composantes du carbone total dans les différents types de champs ix

10 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.1 : Les forêts du monde : superficie par région, Tableau1.2 : Les catégories de services environnementaux assurés par la forêt Tableau 2.1. : Zonage du futur Parc National Douala-Edéa modifié et répartition des champs d observation Tableau 2.2 : Classification des différentes composantes d une parcelle Tableau 3.1: Récapitulatif des types de champs en fonction de l âge et de la taille des champs dans le Futur Parc National de Douala-Edéa Tableau 3.2 : Paramètres forestiers dans les différents types de champ Tableau 3.3 : Description des différents paramètres de production dans les différents types de champs Tableau 3.4 : Description de quelques paramètres du sol dans les différents types de champs Tableau 3.5 : Description de quelques paramètres de litière dans les différents types de champs Tableau 3.6 : Bois mort dans les différents types de champs Tableau 3.7 : Description de la répartition du carbone dans les différentes composantes Tableau 3.8 : Répartition moyenne du stock de carbone dans les types de champs pour chaque composante du carbone Tableau 3.9 : Propriétés statistiques d établissement d une équation de détermination du stock de carbone résiduel dans les écosystèmes de forêt perturbée Reserve de faune de Douala- Edéa Tableau 3.10 : Comparaison des valeurs du stock de carbone à différents niveau de perturbation par rapport au stock moyen dans les forêts naturelles du Cameroun x

11 LISTE DES ACRONYMES AF AIB ANAFOR ANOVA CARPE CC CCNUCC CDB CEC CIRAD CMA CRDI CV CWCS DENP Dhp FAO FAO FASA FRA GDT GES GIEC GPS GRET IPCC LULUCF MAE MARP MDP NU Agroforesterie Agriculture Itinérante sur brûlis Agence Nationale pour le Développement Forestier Analyse de Variance Central Africa Regional Programm for Environment Changements Climatiques Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques Convention Cadre sur la Diversité Biologique Capacité d Echanges Cationique Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement Centre Mondial pour l Agroforesterie Centre de Recherche pour le Développement International Couverture Foliaire ou Végétale Cameroon Wildlife Conservation Society Douala-Edea National Park Diamètre à Hauteur de Poitrine Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture Food and Agriculture Organization Faculté d Agronomie et des Sciences Agricoles Forest Resources Assessment Gestion Durable des Terres Gaz à Effet de Serre (soit CO2, CH4, N2O, HFC, PFC et SF6) Groupe d Experts Intergouvernemental sur l Evolution du Climat Global Positionning Systèm Groupe de Recherche et d Echanges Technologiques Intergovernmental Panel on Climate Change Land Use, Land-use Change and Forestry Ministère des Affaires Etrangères Méthode Active de Recherche Participative Mécanisme pour un Développement Propre Nations Unies xi

12 ONG PIB PNDE PNDE PNUE RCA RDC REDD REDD+ RFDE : SAF SCEQE SPSS ST UICN UNCCD UNEP UN-REDD Organisation Non Gouvernemental Produit Intérieur Brut Parc National Douala-Edéa Programme National de Développement Environnemental Programme des Nations Unis pour l Environnement République Centrafricaine République Démocratique du Congo Réduction des Emissions liées à la Déforestation et à la Dégradation des forêts Réduction des Emissions liées à la Déforestation et à la Dégradation des forêts et renforcement des stocks de carbone forestier Reserve de la Faune de Douala Edéa Système Agroforestier Système Communautaire d Echange de Quotas d Emission Statistical Package for Social Sciences Surface Terrière Union Internationale pour la Conservation de la Nature Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification United Nation for Environmental Program Programme des Nations Unies sur la Réduction des émissions résultant du Déboisement et de la Dégradation forestière dans les pays en développement xii

13 RESUME Dans le contexte actuel de gestion durable et efficiente des ressources naturelles, les questions liées à la protection de l environnement et à la sécurité alimentaire sont essentielles et vitales. Or, les forêts sont fortement dégradées à cause des facteurs anthropiques, notamment l agriculture de subsistance. Une évaluation de la production, des variations et relations de quelques indices écologiques et stock de carbone sous un système d agriculture sur brûlis, a été réalisée dans les forêts côtières du Futur Parc National de Douala-Edéa. Les données ont été collectées dans 75 champs de la zone d étude dont 64% de type à culture annuelle, 11% à culture biannuelle et 25% à culture pérenne, appartenant à 49% de femmes et 51% d hommes dans une localité où la pêche (41,3%) et l agriculture (48,0%) sont les principales activités pratiquées. Les résultats montrent qu il y a une différence significative des paramètres forestiers par rapport au type de champ (F= 5,75 ; dll = 1, 73 ; P < 0,05), et à l âge des champs (F= 2,75 ; dll = 6, 68 ; P < 0,05), mais non significative par rapport à la taille des champs (F= 0,61 ; dll = 2, 72 ; P < 0,54). La production agricole varie très peu par rapport au type de champ (F= 0,29 ; dll = 1, 72 ; P = 0,59), à la taille des champs (F= 0,33 ; dll = 2,71 ; P = 0,72), et à l âge des champs (F= 0,66 ; dll = 6, 67 ; P = 0,68). Les propriétés du sol varient beaucoup par rapport au type de champ (F=3,394; dll = 1, 73 ; P= 0,05) et à la taille des champs (F= 4,865 ; dll = 2, 72 ; P = 0,01), mais sont très peu variables par rapport à l âge des champs (F=1,13 ; dl = 6, 68 ; P= 0,35). Cette même tendance de résultat s observe pour ce qui est des propriétés de la litière. Il faut relever qu il y avait une forte corrélation intra-type de paramètre (forestiers, agricole, sol, litière, bois-mort), qu inter-type de paramètre. Cette faible corrélation générale observée entre les différents paramètres étudiés indiquerait un fort niveau de dégradation, qui s explique ici par l inégale répartition des classes de diamètre dans les différents types de champs, donnant à la structure du peuplement une allure quelconque, autre que l inverse J. Le carbone total est plus élevé en culture pérenne (84,75 ± 9,94 t/ha), suivit du type à culture biannuelle (77,29 ± 19,71 t/ha), puis du type à culture annuelle (61,56 ± 7,39 t/ha), mais étant au dessous du stock publiée pour ce type de forêt (moyenne : 146,7 t/ha), réduisant le stock de carbone de 58,0 47,3 et 42,3% respectivement dans les systèmes à cultures annuelles, cultures biannuelles et cultures pérennes. Ces résultats ont permis de développer un model carbone pour cette forêt côtière dégradée sous agriculture itinérantes sur brûlis qui semble très consistent (R² = 0,999). Cependant, beaucoup de choses restent encore à faire dans le développement des stratégies de conciliation de la dégradation des forêts avec l agriculture de subsistance dans le futur PNDE. Mots clés : Dégradation, sécurité alimentaire, stock de carbone, gestion durable, REDD. xiii

14 ABSTRACT In the current context of sustainable and efficient management of natural resources, issues related to the protection of the environment and food security are essential and vital. However, forests are highly degraded due to anthropogenic factors, including subsistence agriculture. An appraisal of food production, change and relationships of some ecological indices and carbon stock under a system of shifting cultivation was carried out within the coastal forests of the future Douala-Edea National Park. The data were collected from 75 farms with 64% under annual crops, 11% under biennial crops and 25% under perennial crops belonging to 49% of women and 51% men in a locality where fishing (41.3%) and agriculture (48.0%) are the main activities. The results show a significant difference in the forest parameters with farm type (F = 5.75; dll = 1, 73, P <0.05), and farm age (F = 2,75; dll = 6, 68, P <0.05) but not compared to farm size (F = 0.61, dll = 2, 72, P <0.54). Agricultural production varies very little from farm type (F = 0.29, dll = 1, 72, P = 0.59), farm size (F = 0.33, dll = 2.71; P = 0.72), and farm age (F = 0.66, dll = 6, 67, P = 0.68). Soil properties vary greatly with cropping type (F = 3.394; dll = 1, 73, P = 0.05) and farm size (F = 4.865; dll = 2, 72, P = 0, 01), but very few variables in relation to farm age (F = 1.13, df = 6, 68, P = 0.35). The same trend is observed for litter properties. There were highly correlated relationships within parameter type (forest, agricultural, soil, litter, dead wood), than between parameter type. This low overall correlation observed between the different parameters studied indicate a high level of degradation, which is further explained by large departure from the usual inverse J-shape distribution of stem diameter classes in the different farms. The total carbon is higher in perennial crop (84.75 ± 9.94 t / ha), followed by the biennial crop type (77.29 ± t / ha) and annual crop type (61, 56 ± 7.39 t / ha), but below the mean stock reported for this type of forest (mean t / ha) giving a reduction in carbon stock of 58.0, 47.3 and 42.3 % respectively in annual, perennial crops and biannual cropping systems. These results were used to develop a carbon stock model for the degraded coastal forest due to subsistence agriculture which seems very consistent (R² = 0.999). However, much remains to be done in the development of strategies for reconciling forest degradation with subsistence agriculture in the future DENP. Keywords: Degradation, food security, carbon stocks, sustainable management; REDD xiv

15 CHAPITRE I : GENERALITE 1.1. INTRODUCTION Contexte et justification Depuis quelques décennies la notion d'environnement et les problèmes qui en découlent ont occupé une place de plus en plus importante dans les préoccupations de tous les pays du monde. En effet, les facteurs qui composent l'environnement immédiat de l'homme ont connu et connaissent des modifications qui affectent de plus en plus négativement la satisfaction des besoins et le bien être humain en général. Cet équilibre de l'environnement a été rompu un peu partout dans le monde et particulièrement en Afrique sous les effets conjugués des facteurs démographiques, des facteurs économiques, ainsi que des facteurs climatiques (Anonyme, 1994). La communauté internationale, en réponse à la Convention de Rio de 1992, a adopté la signature de certaines conventions : la Convention sur les zones humides et les migrations des espèces (Ramsar) ; la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) ; le Protocole de Kyoto (PK) et la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) qui s intéresse spécifiquement aux changements climatiques et à la gestion durable des ressources et des terres. La nouvelle politique forestière et environnementale définie par la loi N 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la pêche et la loi cadre de 1996, relative à la gestion de l environnement constituent la concrétisation des orientations politiques. Les forêts tropicales couvrent 7 à 10% de la superficie mondiale, et sont capable de stocker 40 à 50% de carbone dans la végétation terrestre et de traiter annuellement environ six fois plus de carbone par la photosynthèse et la respiration que les humains émettent de l'utilisation de combustibles fossiles (Lewis et al., 2009). Les écosystèmes forestiers, en particulier dans les tropiques, influencent le climat mondial en tant que contributeurs majeurs aux puits de carbone terrestre mondial, et absorbe environ 30% de l'ensemble des émissions de CO 2 chaque année (Canadell et Raupach, 2008). La conversion de ces forêts par le déboisement et la dégradation est une source d environ 20% des émissions de gaz à effets de serre dans le monde et représente la deuxième cause du réchauffement de la planète, faisant ainsi de la perte et de l appauvrissement des forêts une question majeure aux changements climatiques (Gordon et al., 2010). Ces changements à venir auront un impact fort sur les ressources naturelles dont dépendent des communautés, à travers une multitude d'effets primaires et secondaires dans les deux systèmes naturels et sociaux (Adger, 2003). Les gens qui sont déjà pauvres et marginalisés, subiront les impacts du changement climatique avec 1

16 plus d'acuité (Dixon et al., 2003; Toulmin, 2009 ; Demetriades et Esplen, 2010). En termes absolus, les estimations de la déforestation globale annuelle varient entre et hectares (Ndoye, 1998). Le taux annuel de déforestation au Cameroun (0,14% par an) est parmi les plus élevés des pays de l Afrique Centrale (FAO,1997). Ceci devrait être apprécié sur la base que la forêt camerounaise possède une faune qui est parmi les plus riches et les plus diversifiées d Afrique au Sud du Sahara (Tchoungui et al., 1995). Comme indiqué dans un rapport de la FAO, (1993), les produits alimentaires issus de la forêt sont une assurance contre la malnutrition ou la famine pendant les périodes de pénurie alimentaire saisonnière. Une perte importante du couvert forestier supprimerait ces opportunités pour les populations rurales. Les enjeux méthodologiques de la mesure et de la compensation ultérieure des efforts nationaux dédiés à la «Réduction des émissions dues à la déforestation et la dégradation» (REDD) sont devenus une composante majeure de la poursuite des négociations en vertu de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Toutefois, en Afrique tropicale, la déforestation est en grande partie attribuable aux pratiques de culture itinérante de petits exploitants ruraux (FAO, 2009), qui sont devenus insoutenables en raison de la croissance démographique (Regmi et Weber, 2000). Cette pratique agricole contribue à 80-95% de déforestation au Cameroun (CARPE, 2005) malgré qu elle soit la source majeure de production agricole. En Afrique, la production agricole et rural des petites exploitations agricoles a toujours été faible et correspond à une sécurité alimentaire catastrophique réduite (Sanchez, 2002). La fertilité des sols dégradés est une des causes sous-jacentes de la faible productivité et est un pilote pour la déforestation liée à l'agriculture. Le GIEC a estimé en (2007) qu en Afrique tropicale le changement d affectation des terres a entraîné l'émission de 0,3 Gt de CO 2 par an comme le principal contributeur à la déforestation. L'agriculture durable est essentiel à la fois pour la déforestation évitée et la sécurité alimentaire (Foley et al., 2005). Par conséquent, la technologie agroforestière fait l objet d'une attention particulière comme étant une approche vers l'utilisation durable des terres (Eliasch, 2008; WAC, 2009). En Afrique sub-saharienne, Vagen et al., (2005) ont constaté que la séquestration du carbone dans le sol, grâce à l'agroforesterie ou des systèmes de jachères naturelles peut varier de 0,1 Mg C à 5,3 Mg C par hectare et par an. En Inde, Ravindranath et Somashekhar (1995) a établi que la mise en œuvre d'un scénario de compensation d'environ 50% des émissions de carbone peut séquestrer jusqu'à 78 Mt C par an, principalement grâce à l'agroforesterie. Au cours des trois dernières décennies, l'agroforesterie a été largement promu dans les tropiques comme une stratégie de gestion des ressources naturelles qui tente de concilier les 2

17 objectifs de développement agricole avec la conservation des sols, l'eau, le climat local et régional et, plus récemment, la biodiversité (Schroth et al., 2004). Les services environnementaux que les pratiques d agroforesteries peuvent fournir à la société locale et même mondiale, y compris le maintien des fonctions des bassins versants, retenir le carbone dans le système sol-plante, et, en soutenant la conservation de la diversité biologique, ont récemment attiré l'attention du grand public parmi les scientifiques de la conservation et l'agroforesterie (McNeely et Scherr, 2003; Schroth et al., 2004;. McNeely et Schroth, 2006). Au vu de tout ce qui précède, la recherche des solutions efficaces, économiquement, socialement et écologiquement favorables pour une bonne implication des communautés à la gestion des ressources naturelles s avère impérative. Il est important de réorienter le développement agricole dans son sens le plus large pour une production soutenue qui puisse assurer l autosuffisance alimentaire aux populations et la protection des ressources naturelles Problématique L'accroissement des concentrations de gaz à effet de serre (GES) dans l atmosphère est maintenant reconnu comme principale cause des changements climatiques qui, selon plusieurs études, se traduiront par une augmentation de la température terrestre et de la fréquence d événements météorologiques extrêmes, ainsi que par une élévation du niveau des océans (Boer et al., 2000). Afin de diminuer les coûts des engagements des pays industrialisés, le Protocole de Kyoto s est doté d un mécanisme de flexibilité, appelé le mécanisme pour un développement propre (MDP), permettant d instaurer un marché mondial du carbone (CCNUCC, 2005). Cette réalité entraîne un intérêt grandissant pour les projets de séquestration du carbone basés sur des espèces ligneuses qui emmagasinent dans leur biomasse, via la photosynthèse, une quantité considérable de cet élément (Montagnini et al., 2004). Les augmentations de captation les plus importantes ont lieu lorsque l on passe d un système à faible biomasse (cultures annuelles, prairies, jachères) à un système d arbres (Palm et al., 2000). Dans le passé, la conservation de la biodiversité a été la plupart du temps comprise en termes de gestion des aires protégées et des forêts naturelles, en ignorant le rôle possible des zones agricoles et les moyens par lesquels les communautés rurales ont fait la promotion de la biodiversité dans leurs systèmes de production agricole de subsistance (Acharya, 2006). De nombreux auteurs ont montré que les pratiques agroforestières traditionnelles contribuent à la conservation de la biodiversité par la conservation in situ des espèces d'arbres sur les exploitations agricoles, la réduction de la pression sur les forêts restantes, et la fourniture d'un 3

18 habitat convenable pour un certain nombre d'espèces végétales et animales sur les terres agricoles (Atta- Krah et al., 2004 ; Ouinsavi et al., 2005 ; Acharya, 2006 ; McNeely et Schroth, 2006). Parallèlement à cela, il a été reconnu qu une part considérable des émissions de GES (plus de 80-95% de deforestation totale au Cameroon) est attribuable à l agriculture itinérante sur brûlis, système très répandu dans les zones tropicales (CARPE, 2005). En raison de ses impacts environnementaux élevés (libération de GES, dégradation des sols, etc.), de nombreuses recherches et projets tentent de trouver des systèmes de culture amélioré plus durables. Or, l implantation d une agriculture à la fois productive, rentable et respectueuse de l environnement, pose un problème particulièrement ardu (Getahun et al., 1980). Une approche intégrée et prospective pourrait contribuer à identifier les politiques qui seront nécessaires pour concilier le développement économique et la déforestation limitée à l'avenir (Mosnier et al., 2010). La question est donc de déterminer un système de gestion des terres qui apportera des solutions efficaces, économiquement, socialement et écologiquement favorables pour faciliter la transition des agriculteurs vers une utilisation durable des terres et des ressources naturelles. La réduction éventuelle des superficies faisant partie d un cycle d agriculture itinérante sur brûlis, permettrait d augmenter la couverture en espèces ligneuses et de réduire l émission de carbone causée par le brûlis et l abattage des forêts. En effet, ces formes de changements d'utilisation des terres sont des moteurs importants du changement climatique régional qui doivent être conciliées dans le processus REDD. Cependant, REDD est confrontée à plusieurs défis politiques et techniques y compris les préoccupations concernant la souveraineté nationale et les droits fonciers des usagers de la forêt (par exemple les communautés autochtones, système de fuites lorsque des mesures de conservation dans un demain déplace déforestation ou dégradation des forets à l autre et la création des lignes de base appropriées de déforestation (Myers, 2007 ; Miles and Kapos, 2008). Les efforts visant à gérer ces forêts ont largement été documentés, mais les informations pertinentes sur les stratégies de conciliation de la dégradation de ces forêts avec l agriculture de subsistance sont souvent manquantes pour développer les stratégies de gestion durable. La plupart de recherche se penche sur l aspect socioéconomique (Bellassen et al., 2008; Butler et al., 2009), mais aborder ces questions socioéconomique de la production alimentaire du point de vue de l approche écosystémique à travers l identification des mécanismes de soutiens écologiques à partir des paramètres essentiels qui détermine les conditions de sol et de la végétation dans ces agro-forêts sera plus indiquer pour concilier la dégradation des forêts et la production agricole de subsistance. Au Cameroon et en particulier dans les agro-forêts adjacentes au futur Parc National de Douala-Edéa il est question donc de voir dans le cadre du programme Cameroon 4

19 Wildlife Conservation Society (CWCS) à travers son projet «Reducing Tropical Deforestation and the Protection of Ecosystem Services to Support Food Security in Littoral Cameroon» comment répondre à ces myriades de compromis entre le maintien des puits de carbone terrestre et la riche biodiversité dans les forêts côtières, avec la réalisation du développement économique et la sécurité alimentaire, la fourniture de services écosystémiques pour les moyens de subsistance durables dans cette zone côtière qui est a l interface avec les forêts tropicales et les forêts de mangroves. Ceci nous permettra de déterminer les habitudes agricoles des populations et de leurs proposer des solutions écologiques adaptables aux techniques existantes visant à protéger les ressources naturelles du futur parc, l'environnement et améliorer la production agricole Objectifs de l étude Objectif général L objectif général est de faire une évaluation de la production agricole, de la variation de quelques indices écologiques et le maintien de stock de carbone dans les forêts côtières dégradées du futur parc national de Douala-Edéa, en vue de proposer des mesures de conciliation dans la relation entre la dégradation de la forêt et la sécurité alimentaire pour une gestion durable des ressources naturelles Objectifs spécifiques Il s agit spécifiquement dans une approche écosystémique : d identifier et caractériser les différents types de systèmes de cultures de subsistance ; d évaluer les rendements de ces systèmes de culture de subsistances en corrélation avec les stocks de carbone et quelques indices écologiques de dégradation des écosystèmes de forêts côtières ; de déterminer les options pour maximiser les rendements des cultures et le stockage du carbone au-dessus du sol sous des conditions minimales de perturbation des forêts ; de proposer quelques mesures de gestion durable des terres et des suggestions pour augmenter les évaluations des résultats dans les programmes REDD et associés Hypothèses et questions de recherche La principale hypothèse de recherche de cette étude est la question de savoir : si il peut exister un compromis entre l agriculture itinérante sur brûlis et la dégradation des forêts et, 5

20 si on peut maximiser la production de l agriculture de subsistance et le stock de carbone forestier en minimisant la dégradation des forêts. D autres questions de recherche peuvent inclure: Est-ce que la couverture des arbres a une influence sur la production et/ou le stock du carbone? Peut-on déterminer un seuil de couverture végétale dans une exploitation agricole qui permet la mise en œuvre de l initiative REDD? Peut-on identifier un système d agroforesterie de subsistance qui pourra être mis en œuvre pour réduire la déforestation, améliorer la productivité des sols, maintenir la biodiversité élevée et s adapter aux changements climatiques? Y a-t-il des mesures de gestion durable des terres permettant d établir un équilibre entre la dégradation des forêts et des terres et une bonne production agricole? Justification de l étude Cette étude peut être justifiée sur trois plans : Sur le plan politique Une grande partie des terres agricoles, en particulier dans les zones écologiquement fragiles, sont cultivées par des petits exploitants agricoles qui fournissent ainsi de notables services environnementaux. Mais, pour des raisons économiques et par manque de connaissances, leur utilisation des ressources disponibles fait souvent appel à des technologies et des méthodes inappropriées. Ces exploitants doivent dès lors recevoir un soutien beaucoup plus efficace (Anonyme, 2009a). L investissement dans les zones rurales et dans la gestion durable des terres représente ainsi une préoccupation locale, un intérêt national et une obligation mondiale. Cette étude pourra ainsi permettre d établir une collaboration suffisante entre les acteurs, notamment le service de la conservation du futur parc, les ONG environnementales nationales et les populations riveraines. Elle permettra en outre une formulation efficace des politiques au niveau national par l'intégration du mécanisme REDD dans le programme de développement national et par l'analyse des conflits d'intérêts et des compromis. Sur le plan de la recherche La connaissance indigène est fondée sur une longue expérience, mais peut ne pas être adaptée aux changements de conditions. Pour répondre aux changements, des informations importantes concernant l adaptation des méthodes de gestion des sols et les meilleures 6

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+

Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Surveillance des forêts & Mesure, Notification, Vérification des GES pour REDD+ Yaoundé 22 juillet 2014 Département des forêts FAO Aperçu Introduction: CCNUCC & REDD+ Surveillance MNV Mesure Notification

Plus en détail

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN

SITUATION ENVIRONNEMENTALE ET CLIMATIQUE DU BENIN ATELIER REGIONAL AFRIQUE SUR LE FONDS POUR L ADAPTATION AUX CHANGEMENTS CLIMATIQUES: POUR UNE MEILLEURE INTEGRATION DES COMMUNAUTES VULNERABLES BÉNIN ATLANTIQUE BEACH HÔTEL, COTONOU, 29 ET 30 AVRIL 2012

Plus en détail

Excellences, Mesdames, Messieurs

Excellences, Mesdames, Messieurs Excellences, Mesdames, Messieurs Permettez-moi d abord de vous présenter les salutations chaleureuses de Son Excellence Paul BIYA,Président de la République du Cameroun, qui aurait tant voulu prendre personnellement

Plus en détail

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4 pour 1 000. rejoignez L initiative. Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat rejoignez L initiative 4 pour 1 000 Les sols pour la sécurité alimentaire et le climat En s appuyant sur une documentation scientifique solide et des actions concrètes sur le terrain, l initiative «4 pour

Plus en détail

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT

Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Climat et développement une responsabilité commune COOPÉRATION AVEC LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT Le défi du changement climatique Glaciers en fonte, élévation du niveau de la mer, diminution des ressources

Plus en détail

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA

LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA LES DIVISIONS HYDROGRAPHIQUES DU BRÉSIL PAR JULIA SANTOS SILVA 1. LA DIVISION HYDROGRAPHIQUE NATIONALE Selon la loi fédérale n. 9.433/97, la gestion de l'eau au Brésil doit être décentralisée, intégrée

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

Thème : Ecosystème et sécurité alimentaire Par Norbert GAMI Anthropologue

Thème : Ecosystème et sécurité alimentaire Par Norbert GAMI Anthropologue Union Internationale pour la Conservation de la Nature Programme Régional pour l Afrique centrale et occidentale Forum Régional de l Environnement Brazzaville, 05 08 Juillet 2011 Thème : Ecosystème et

Plus en détail

VT0004 OUTIL DE GESTION DES FUITES POUR LA JNR

VT0004 OUTIL DE GESTION DES FUITES POUR LA JNR VT0004: Version 1.0 VT0004 OUTIL DE GESTION DES FUITES POUR LA JNR Version 1.0 4 FÉVRIER 2014 Copyright 2015 VCS TABLE DES MATIÈRES 1 Sources... 3 2 Description sommaire de l outil... 3 3 Définitions...

Plus en détail

L enjeu de la Ligniculture tropicale

L enjeu de la Ligniculture tropicale L enjeu de la Ligniculture tropicale Dr. Bernard MARTIN, Consultant LIGNAFRICA Décembre 2011 LIGNAFRICA Espace Fréjorgues Ouest, 60 rue Henri Fabre, 34130 Mauguio, France Tél. : +33 (0)4 67 20 08 09 Fax

Plus en détail

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour)

La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) DÉCLARATION DE POSITION La restauration des écosystèmes (Point 9 de l ordre du jour) 11ème réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, Hyderabad, Inde, 8-19 octobre

Plus en détail

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique

Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique Agriculture familiale et les défis du changement climatique en Afrique 1 ière Édition Agriculture, changement climatique et responsabilité des organisations Dakar, du 25 au 27 Avril 2013 au CICES Communication

Plus en détail

PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO

PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO PARTENARIAT POUR LES FORÊTS DU BASSIN DU CONGO 9ème Committee Consultatif Régional Bujumbura, 26 mai 2011 Présentation du Programme Régional pour l Environnement en Afrique Centrale (CARPE) 1. CARPE II

Plus en détail

Requête Présentée par

Requête Présentée par République du Sénégal ------------ Ministère de l Environnement, de la Protection de la Nature, des Bassins de rétention et des Lacs Artificiels Direction de l Environnement et des Etablissement classés

Plus en détail

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques.

REDD-plus. Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques. REDD-plus Champ d application et des options pour le rôle des forêts dans les stratégies d atténuation des changements climatiques novembre 2009 Programme de Conservation des Forêts Le mécanisme REDD-plus

Plus en détail

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD)

REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) REDD+ et l économie verte en RDC vers la Stratégie Nationale du Développement Durable (SNDD) Par Gilbert KILOLA LUTSWAMBA Chef de Division Développement Durable Ministère de l Environnement, Conservation

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DES FORETS ------------- STRATEGIE NATIONALE DU MECANISME DE DEVELOPPEMENT PROPRE A MADAGASCAR 1 Acronymes AND MDP CBD CCNUCC CLD GES MDP PK SN MDP : Autorité Nationale

Plus en détail

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES

Fonds pour l environnement mondial. 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES Fonds pour l environnement mondial 20 avril 2000 PROGRAMME D OPÉRATIONS N 12 GESTION INTÉGRÉE DES ÉCOSYSTÈMES INTRODUCTION 1. Les systèmes écologiques ou écosystèmes sont responsables des fonctions de

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+

Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Le mécanisme d incitation du FEM en faveur des forêts Un nouveau programme de financement multilatéral au titre de REDD+ Gestion durable des forêts et programme d investissement dans l initiative REDD+

Plus en détail

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information

Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Mesure de l'impact climatique de projets de développement du terrain au système d'information Clovis GRINAND GeONG 2012 Chambéry 6 novembre 2012 Plan Changement d utilisation des terres et changement climatique

Plus en détail

Les défis environnementaux : ressources naturelles, agriculture, sécurité alimentaire, changement climatique

Les défis environnementaux : ressources naturelles, agriculture, sécurité alimentaire, changement climatique Le Global Development Network et La Commission Economique des Nations Unies pour l Afrique Les défis environnementaux : ressources naturelles, agriculture, sécurité alimentaire, changement climatique Essai

Plus en détail

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011

Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Recommandations pour les conseils sur la mesure, le rapport et la vérification du carbone forestier dans REDD+ Mai 2011 Les cadres émergents de mesure, de rapport et de vérification du carbone forestier

Plus en détail

OMD 7 - Assurer un environnement durable

OMD 7 - Assurer un environnement durable OMD 7 - Assurer un environnement durable Garantir à la population un environnement durable et sain constitue le socle du septième Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD). Cet objectif cible

Plus en détail

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable

Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Chapitre 2 Les dynamiques de la population et le développement durable Introduction : photo Ile DE Pâques p 188, exemple d une civilisation effondrée en raison d une mauvaise gestion de ses ressources

Plus en détail

NOTE D INFORMATION AUX MAISONS DE PRESSE SUR LE PREMIER CONGRES AFRICAIN SUR L AGRICULTURE DE CONSERVATION (IACCA)

NOTE D INFORMATION AUX MAISONS DE PRESSE SUR LE PREMIER CONGRES AFRICAIN SUR L AGRICULTURE DE CONSERVATION (IACCA) NOTE D INFORMATION AUX MAISONS DE PRESSE SUR LE PREMIER CONGRES AFRICAIN SUR L AGRICULTURE DE CONSERVATION (IACCA) 1. Objet de la note d information Cette note d information qui s adresse aux diverses

Plus en détail

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016

Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 Cadre d Intervention Transversal 2013-2016 BIODIVERSITE Présentation aux parties prenantes françaises 10 juin 2013 Calendrier Elaboration inter services AFD Discussion avec les administrations françaises

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de gaz à effet de serre (GES) Les émissions de gaz à effet de serre (GES) d origine humaine perturbent l équilibre énergétique radiatif du système formé par la Terre et l atmosphère. Elles amplifient l effet de serre naturel, avec

Plus en détail

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat»

«Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» «Les sols agricoles : un atout pour la sécurité alimentaire et le climat» Catherine Geslain-Laneelle Ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt de France L agriculture fait aujourd

Plus en détail

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire

Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire RÉSUMÉ ANALYTIQUE Vingt ans d expérience : Investir dans les services écosystémiques et l adaptation au changement climatique pour assurer la sécurité alimentaire CONTEXTE GÉNÉRAL La production agricole

Plus en détail

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE

INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES A L ECOLE INFORMATION A L INTENTION DES FORMATEURS EN GRD A L ECOLE Les changements climatiques a l'ecole 1 OBJECTIFS Á la fin de cette session, le participant sera capable

Plus en détail

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

La COP 21 & Haïti HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE La COP 21 & Haïti LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE QU EST CE QUE LA COP 21? LES ENJEUX DE LA COP 21 LES OBJECTIFS DE L ACCORD LA CONTRIBUTION D HAÏTI LA COOPERATION DE LA FRANCE HAÏTI PREND RACINE INFOGRAPHIE

Plus en détail

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN)

Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Programme Kandadji de régénération des écosystèmes et de mise en valeur de la vallée du Niger (P_KRESMIN) Thème : Plan de Gestion Environnementale et Sociale (PGES) Djibo BOUBACAR (Ph. D), responsable

Plus en détail

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne

Cartographie des moyens d existence dans les zones rurales. Cartographie de la pauvreté, de l eau et de l agriculture en Afrique subsaharienne Figure 5 Répartition de la pauvreté rurale en Afrique subsaharienne Pauvreté rurale personnes/km 2 aucune donnée < 5 5-10 10-25 25-50 50-75 > 75 Frontières nationales Rivières Formations aquatiques Cartographie

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

CODE REGIONAL D EXPLOITATION FORESTIERE A FAIBLE IMPACT ET SA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE

CODE REGIONAL D EXPLOITATION FORESTIERE A FAIBLE IMPACT ET SA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE PRÉSENTATION POWER POINT CODE REGIONAL D EXPLOITATION FORESTIERE A FAIBLE IMPACT ET SA STRATEGIE DE MISE EN ŒUVRE EN AFRIQUE Par : Laura RUSSO Division de l économie et des produits forestiers, Département

Plus en détail

L eau, élément de vie

L eau, élément de vie L eau, élément de vie brochet, Jura, France Le brochet, poisson prédateur Le brochet est, en tant que prédateur, une pièce essentielle des écosystèmes d eau douce. Le fonctionnement d un écosystème est

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA

DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA DECLARATION DE CLOTURE DE MME TINA JOEMAT- PETTERSSON, MINISTRE SUD-AFRICAINE DE L'AGRICULTURE, DES FORETS ET DES PECHES, A L'OCCASION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE AFRICAINE SUR L'AGRICULTURE ADAPTEE

Plus en détail

Le réchauffement climatique, c'est quoi?

Le réchauffement climatique, c'est quoi? LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Le réchauffement climatique, c'est quoi? Le réchauffement climatique est l augmentation de la température moyenne à la surface de la planète. Il est dû aux g az à effet de serre

Plus en détail

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries

Le Nord du N.-B. Investissement au N.-B. $16.8 millions en investissement. Avril 2014. Scieries Le Nord du N.-B. $16.8 millions en investissement Avril 2014 Scieries Scierie Grande Rivière (Saint Léonard) $2.5 millions en investissement Nouveau tamis et système de convoyeur pour copeaux Scierie Kedgwick

Plus en détail

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE

RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE POUR UN TERRITOIRE DANS LA REGION ADMINISTRATIVE DE L ABITIBI-TEMISCAMINGUE MÉMOIRE DEPOSE AU BUREAU D AUDIENCES PUBLIQUES SUR L ENVIRONNEMENT (BAPE) DANS LE CADRE DES AUDIENCES PUBLIQUES POUR LES PROJETS DE RESERVES DE BIODIVERSITE POUR SEPT TERRITOIRES ET DE RESERVE AQUATIQUE

Plus en détail

Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture (culture, élevage, foresterie, pêche)

Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture (culture, élevage, foresterie, pêche) 21/03/2013 UNFCCC, Atelier régional de formation sur l adaptation pour les PMA francophones 18-22 mars 2013, Innovations au niveau de l adaptation visant à assurer la sécurité alimentaire et l agriculture

Plus en détail

Gestion durable des ressources naturelles de l ile de Pâques

Gestion durable des ressources naturelles de l ile de Pâques Gestion durable des ressources naturelles de l ile de Pâques Et si vous décidiez de soutenir notre projet à Rapa Nui*? L île de Pâques est connue pour ses gigantesques statues de pierre, les moai. D une

Plus en détail

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC

PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC PRESENTATION DU PROGRAMME D ACTION NATIONAL DE LUTTE CONTRE LA DEGRADATION DES TERRES ET DES FORETS EN RDC 1. INTRODUCTION 2. ETAT DES LIEUX PLAN 3. PROBLEMATIQUE DE LA DEGRADATION DES TERRES ET DE LA

Plus en détail

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie

Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie Opportunités de développement d un marché de carbone dans le secteur de l agroforesterie M. Simone Targetti Ferri PHD University of Basilicata Consultant FAO Maroc Prof. Severino Romano School of Agricultural,

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique

Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Régionalisation des régimes de perturbations et implications pour l aménagement dans un contexte de changement climatique Sylvie Gauthier, Chercheuse scientifique, successions forestières RNCan-SCF-CFL

Plus en détail

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC

UNEP WCMC. pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC UNEP WCMC Outils, données et approches pour la prise en compte de la biodiversité dans le projet REDD PAC Plan de la présentation: ti Présentation du PNUE WCMC et du programme Changement Climatique & Biodiversité

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011

RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 RÈGLEMENT NUMÉRO 511-6-2011 DÉCRÉTANT UN CONTRÔLE INTÉRIMAIRE PROHIBANT UNE CONSTRUCTION, UN OUVRAGE OU DES TRAVAUX SUR DES TERRAINS COMPORTANT UN MILIEU HUMIDE SANS UNE CARACTÉRISATION

Plus en détail

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse?

Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? 1 Face au défi énergétique, quel est l intérêt de la biomasse? Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation,

Plus en détail

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec

Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Plan préliminaire d intervention pour la conservation des milieux naturels dans la gestion territoriale au Centre-du-Québec Andréanne Blais biologiste, chargée de projet 4 décembre 2012 Ordre de la présentation

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre

Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre Supports de formation du GCE Inventaires nationaux de gaz à effet de serre CCNUCC Logiciel d inventaire des GES (parties NAI) Secteur UTCATF Étude de cas La «République mondiale» Version 2, avril 2012

Plus en détail

LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT

LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT LA GESTION DE L ENVIRONNEMENT Module UN: Jeunes: comprendre votre cadre de vie et participez à sa gestion durable. TERRE DES JEUNES RDC Formation organisée par PLAN NOTIONS SUR L ENVIRONNEMENT - Qu est-ce

Plus en détail

PRESENTATION ET OBJECTIFS (2013 2023)

PRESENTATION ET OBJECTIFS (2013 2023) GREEN LABEL Epargne Verte PRESENTATION ET OBJECTIFS (2013 2023) PREAMBULE Selon la FAO, environ 13 millions d hectares de forêts disparaissent chaque année, soit 20 000 ha chaque jour ; l équivalent de

Plus en détail

Gestion des écosystèmes

Gestion des écosystèmes Gestion des écosystèmes Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Le bien-être dépend de la santé des écosystèmes. Un écosystème peut se définir comme un ensemble dynamique constitué de plantes,

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

Traité de Copenhague nécessaire

Traité de Copenhague nécessaire Traité de Copenhague nécessaire version 1.0 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague Résumé A4-TraiteResume.indd 1 6/07/09 17:58:38 Une proposition des ONG pour un protocole de Copenhague

Plus en détail

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable

Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Université CADI AYYAD master tourisme, patrimoine et développement durable Protection de la faune et de la flore au Maroc :Encadré par DR. Mr EL AKLAA plan Introduction I- La biodiversité au Maroc III-La

Plus en détail

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde 1. Cadres de planification stratégique pour la protection et la gestion

Plus en détail

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org

Emplois verts Perspectives pour le développement durable. Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Emplois verts Perspectives pour le développement durable Moustapha Kamal Gueye gueye@ilo.org Vue d ensemble 1. Les risques des modèles de développement actuels pour le développement durable 2. Economie

Plus en détail

Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées. Deuxième partie. Les catégories de gestion

Lignes directrices pour les catégories de gestion des aires protégées. Deuxième partie. Les catégories de gestion Ce document est extrait des «Linges directrices pour les catégories de gestion des aires protégées». Pour commander cette publication, veillez contacter : le Service de publications de l UICN 219c Huntingdon

Plus en détail

Résumé du rapport final du Projet ECDD

Résumé du rapport final du Projet ECDD Résumé du rapport final du Projet ECDD Janvier 2010 avril 2013 A propos du projet ECDD Le projet ECDD a été mis en œuvre par la Bristol Conservation & Science Foundation (une unité opérationnelle de Bristol,

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT.

NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ET LE TOURISME ET L ENVIRONNEMENT. REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE, DU TOURISME ET DE L ENVIRONNEMENT CABINET DU MINISTRE NOTE SUR LA POLITIQUE NATIONALE EN MATIERE DE L ENERGIE ET L ENVIRONNEMENT, LA GESTION

Plus en détail

EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE

EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE EVALUATION DES BESOINS TECHNOLOGIQUES ET PLAN D ACTIONS TECHNOLOGIQUES AUX FINS D ATTENUATION DU CHANGEMENT CLIMATIQUE SYNTHESE Août 2012 Préambule Préambule La présente synthèse est un résumé du rapport

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Programme du Tourisme équitable au Cameroun Tourisme équitable et durable dans la région de l Ouest Cameroun.

Programme du Tourisme équitable au Cameroun Tourisme équitable et durable dans la région de l Ouest Cameroun. Programme du Tourisme équitable au Cameroun Tourisme équitable et durable dans la région de l Ouest Cameroun. Participation possible pendant toute l année. Vous pouvez choisir vos dates de participation.

Plus en détail

Termes de références :

Termes de références : Benin Environment and Education Society BEES NGO www.bees-ong.org bees@hotmail.fr 03 BP 779 Jéricho, Cotonou Bénin, Tel: (229) 68 487 909; (229) 97 167 835; Termes de références : Recrutement de consultants

Plus en détail

LES ACTIVITÉS EN MATIÈRE D UTILISATION DES TERRES, DE CHANGEMENT D AFFECTATION DES TERRES ET DE FORESTERIE (UTCATF)

LES ACTIVITÉS EN MATIÈRE D UTILISATION DES TERRES, DE CHANGEMENT D AFFECTATION DES TERRES ET DE FORESTERIE (UTCATF) LES ACTIVITÉS EN MATIÈRE D UTILISATION DES TERRES, DE CHANGEMENT D AFFECTATION DES TERRES ET DE FORESTERIE (UTCATF) Un agriculteur chinois au travail dans une rizière. Le riz est la principale source de

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE «Fête du Cap N Dua, terre de rencontre» province-sud .province-sud.

DOSSIER DE PRESSE «Fête du Cap N Dua, terre de rencontre» province-sud .province-sud. DOSSIER DE PRESSE «Fête du Cap N Dua, terre de rencontre» UN PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT DURABLE EXEMPLAIRE : Conservation, protection et valorisation de la réserve naturelle du Cap N Dua, commune du Mont-Dore

Plus en détail

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR L ECONOMIE VERTE EN AFRIQUE FRANCOPHONE 4-5 Mai 2015 TUNIS Bilan et perspectives de l Économie Verte en Pr Idrissa M. OUEDRAOGO, Consultant Introduction L objectif global

Plus en détail

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc

Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc Présentation par Hayat MESBAH Haut Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification Maroc LA CONVENTION DE BERNE AU MAROC Le Maroc est Partie contractante à la Convention de Berne

Plus en détail

Discours de Frédéric Roussel, Président fondateur du Forum Mondial Convergences :

Discours de Frédéric Roussel, Président fondateur du Forum Mondial Convergences : Discours de Frédéric Roussel, Président fondateur du Forum Mondial Convergences : Mesdames, Messieurs, La question posée dans cet atelier «lutte contre la déforestation et le changement climatique : les

Plus en détail

Politique de compensation des émissions des gaz à effet de serre (GES) Mise en vigueur 1 er janvier 2015

Politique de compensation des émissions des gaz à effet de serre (GES) Mise en vigueur 1 er janvier 2015 COOPÉRATIVE FUNÉRAIRE DES DEUX RIVES Politique de compensation des émissions des gaz à effet de serre (GES) Mise en vigueur 1 er janvier 2015 1 PRÉAMBULE La Coopérative funéraire des Deux Rives aspire

Plus en détail

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée

Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Évaluation environnementale ex- post d un projet agro- industriel en milieu tropical africain: cas du projet SOGUIPA en Guinée Par Dan Lansana KOUROUMA, CÉREC Ouo Ouo LAMA, UdeM Jean Philippe WAAUB, GEIGER

Plus en détail

LES HOMMES SUR LA TERRE

LES HOMMES SUR LA TERRE Géographie thème 2. LES HOMMES SUR LA TERRE Comment les hommes sont-ils répartis sur la planète? I - ÉTUDE DE CAS : L'EUROPE NOTRE FOYER DE PEUPLEMENT. Comment se répartit la population en Europe? Pourquoi?

Plus en détail

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère

Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois. Protection paysagère Carte Communale Saint-Rémy-au-Bois Protection paysagère Outil de protection du patrimoine paysager I. LA PROCEDURE Les communes non couvertes par un PLU ayant mis en place une carte communale ont la possibilité

Plus en détail

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction

Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé. Introduction OMM GROUPE D EXPERTS INTERGOUVERNEMENTAL SUR L ÉVOLUTION DU CLIMAT PNUE Introduction Le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat (GIEC) Pourquoi le GIEC a été créé Les activités humaines

Plus en détail

La gestion des ressources naturelles transfrontalières dans un contexte de changement climatique Le cas des bassins versants partagés en Afrique

La gestion des ressources naturelles transfrontalières dans un contexte de changement climatique Le cas des bassins versants partagés en Afrique La gestion des ressources naturelles transfrontalières dans un contexte de changement climatique Le cas des bassins versants partagés en Afrique Note conceptuelle de l événement parallèle de la CdP- 18

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.17/2006/8 Conseil économique et social Distr. générale 6 février 2006 Français Original : anglais Commission du développement durable Quatorzième session 1 er -12 mai 2006 Point 3 de

Plus en détail

Modèle de calcul de la possibilité forestière

Modèle de calcul de la possibilité forestière République Démocratique du Congo MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, CONSERVATION DE LA NATURE, EAUX ET FORETS ------------------------------------------- SERVICE PERMANENT D INVENTAIRE ET D AMENAGEMENT FORESTIERS

Plus en détail

1. RENSEIGNEMENTS GENERAUX

1. RENSEIGNEMENTS GENERAUX Base de données zones humides de Martinique 1.1 Ensemble 1.2 Localisation Altitude : Coordonnées (UTM) O: 713530,19 Coordonnées (UTM) N: 1613267,1 Remarque sur la localisation : 1.3 Date de la description

Plus en détail

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES

ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES Programme A -TERMES DE REFERENCE- ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE ET GESTION DES RESSOURCES NATURELLES AU TOGO : PARTAGE DES CONNAISSANCES ET DES EXPERIENCES I. CONTEXTE Le Togo possède une variété

Plus en détail

Contributions Prévues Déterminées au Niveau National (INDC) pour le secteur de l Utilisation des terres:

Contributions Prévues Déterminées au Niveau National (INDC) pour le secteur de l Utilisation des terres: Contributions Prévues Déterminées au Niveau National (INDC) pour le secteur de l Utilisation des terres: Atelier régional sur les contributions des secteurs de l agriculture, de l élevage et des forêts

Plus en détail

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera

Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera 1 Discours d ouverture de l atelier de Validation du Plan d Action pour la protection des Paysages aquatiques de Bugesera Par Madame Odette KAYITESI, Ministre de l Agriculture et de l Elevage Kirundo,

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

Air France s engage. Lutter contre la déforestation à Madagascar

Air France s engage. Lutter contre la déforestation à Madagascar Lutter contre la déforestation à Madagascar Air France s engage Le Programme Holistique de Conservation des Forêts à Madagascar est, pour la compagnie Air France, une opération de mécénat environnemental.

Plus en détail

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA

Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche. Dr Mbaye DIOP ISRA Agriculture et changement climatique au Sénégal : les réponses de la recherche Dr Mbaye DIOP ISRA 1 Comprendre le changement climatique Définition des changement climatiques (CC) La variabilité naturelle

Plus en détail

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC

Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Termes de Références Appui sur la thématique foncière Programme de développement des filières agricoles vivrières de Mayanda, Boma, RDC Août 2013 1 I. CONTEXTE GENERAL DU PROJET ET DE LA MISSION Le Gret,

Plus en détail

Pourquoi la durabilité et l équité?

Pourquoi la durabilité et l équité? Comment peut-on : Pourquoi la durabilité et l équité? Poursuivre le progrès de manières équitables qui ne nuisent pas à l environnement? Répondre aux aspirations de développement des pauvres dans le monde

Plus en détail

L agenda 2030 de développement durable

L agenda 2030 de développement durable L agenda 2030 de développement durable L Agenda 2030 en bref Pourquoi des objectifs mondiaux de développement durable? Le monde est confronté à des défis majeurs, comme l extrême pauvreté, le changement

Plus en détail

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE.

I PREOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES EN COTE D IVOIRE. Contexte général La conférence de Rio de Janeiro (1992) a montré que le développement durable passe par la protection de l environnement. Cette approche a conduit l Etat de Côte d Ivoire à l adoption du

Plus en détail

Chef de Projet. Initiative de la CEDEAO sur la Cuisson Propre et Efficace (WACCA)

Chef de Projet. Initiative de la CEDEAO sur la Cuisson Propre et Efficace (WACCA) Initiative de la CEDEAO sur la Cuisson Propre et Efficace (WACCA) Première Réunion Nationale des Parties Prenantes sur l'energie de Cuisson en Côte d'ivoire PRESENTATION DU PROJET «UNE ECOLE, 5 HA DE FORET»

Plus en détail

APPEL À PARTICIPATION À L ATELIER

APPEL À PARTICIPATION À L ATELIER APPEL À PARTICIPATION À L ATELIER «Au-delà de l application des lois : la participation des peuples autochtones et des communautés locales à la lutte contre le commerce illégal d espèces sauvages: atélier

Plus en détail

LES FORETS AU BURKINA FASO

LES FORETS AU BURKINA FASO LES FORETS AU BURKINA FASO Background Paper Présenté à l atelier sur le Dialogue Forestier 12 au 15 septembre 2011 Ouagadougou/ Burkina Faso Sylvestre Bangré OUEDRAOGO Coordonnateur Régional de TREE AID

Plus en détail

LE TOURISME DANS LES PARCS NATIOANUX

LE TOURISME DANS LES PARCS NATIOANUX LE TOURISME DANS LES PARCS NATIOANUX Mécanisme de la production touristique RESSOURCES Aménagement d infrastructures Conditions de pratique ACTIVITES TOURISTIQUES Qualificatif temporel - Permanent - Saisonnier

Plus en détail

La Via Campesina invite tous les mouvements sociaux à se mobiliser à travers le monde

La Via Campesina invite tous les mouvements sociaux à se mobiliser à travers le monde Mille Cancuns pour une justice climatique! La Via Campesina invite tous les mouvements sociaux à se mobiliser à travers le monde Les mouvements sociaux du monde entier se mobilisent en vue de la 16 ème

Plus en détail

La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin

La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin La réserve naturelle communautaire de la vallée du Sitatunga au Bénin Découvrez le Sitatunga et son habitat naturel! Origine de l initiative C est grâce à la création et l exploitation de la ferme aquacole

Plus en détail