TRAITEMENT DE L ACNÉ DERMOCORTICOIDES. Enseignement optionnel «Prescription et usage rationnel des médicaments» Dr Antoine FAUCONNEAU 10 Avril 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRAITEMENT DE L ACNÉ DERMOCORTICOIDES. Enseignement optionnel «Prescription et usage rationnel des médicaments» Dr Antoine FAUCONNEAU 10 Avril 2013"

Transcription

1 TRAITEMENT DE L ACNÉ DERMOCORTICOIDES Enseignement optionnel «Prescription et usage rationnel des médicaments» Dr Antoine FAUCONNEAU 10 Avril 2013

2 INTRODUCTION Particularités des traitements en Dermatologie Place importante des traitements topiques («crèmes») Frontières avec la cosmétologie Délivrance sans ordonnance Remboursement? Importance de la galénique (crème/pommade/gel/lotion/émulsion.) Perception du patient «Crème» médicament pas efficace Corticophobie Schéma d administration compliqué observance difficile Pathologies NON mortelles / Effets secondaires graves Importance de la qualité de vie dans l évaluation de la réponse thérapeutique

3 1 - ACNÉ RAPPELS Dermatose inflammatoire chronique du follicule pilosébacé Adolescent Fréquente (90% adolescent) mais de gravité variable Primitive le plus souvent

4 1 - ACNÉ PHYSIOPATHOLOGIE Hormones (SR, Ovaires, testicules) 5αréductase DHT Hyperséborrhée Taux normaux : hypersensibilité locale Stress Kératinisation infundibulaire Hyperprolifération des kératinocytes Obstruction infundibulaire Rétention Microbes Flore anaérobie de la peau : Propionibacterium acnes Inflammation SÉBORRHÉE RÉTENTION SÉBACÉE INFLAMMATION

5 Acné

6 1 ACNÉ - LÉSIONS ÉLÉMENTAIRES LÉSIONS RÉTENTIONNELLES Séborrhée Microkystes («points blancs», «comédons fermés») Comédons ouverts («points noirs»)

7 1 ACNÉ - LÉSIONS ÉLÉMENTAIRES LÉSIONS INFLAMMATOIRES Papules Pustules Nodules

8 A la frontière entre TTT et hygiène : α-hydroxyacides (Exfoliac, Hyfac) Nettoyage en douceur (pas alcoolisé) Crème hydratante +/- agents anti-irritants ou «antiinflammatoires» Pas de fond de teint trop épais, plutôt stick de camouflage ponctuel Protection solaire Ne pas presser les comédons Pas de régime particulier STOP tabac 1 ACNÉ - TRAITEMENT SOINS D HYGIENE

9 1 ACNÉ TRAITEMENT Jeune homme 14 ans Apparition progressive de lésions sur joues, menton, front puis haut du dos. Diagnostic?

10 1 - ACNÉ TRAITEMENT Jeune homme 14 ans Apparition progressive de lésions sur joues, menton, front puis haut du dos. Diagnostic? Acné rétentionnelle modérée

11 Règles hygiéniques Eviter agent irritants (toilette avec solutions alcoolisées) Toilette avec savon surgras, lait ou solutions nettoyantes Hydratation cutanée Traitement médical local 1 - ACNÉ TRAITEMENT Anti-rétentionnels topiques = rétinoïdes topiques

12 1 - ACNÉ RÉTINOIDES TOPIQUES Mode d action Action sur kératinisation anormale de l infra-infundibulum du follicule sébacé acnéique Indications et modalités du traitement Acné rétentionnelle avec comédons et microkystes intensité moyenne ou modérée Application large sur ensemble des zones acnéiques et/ou comédoniennes, et pas seulement sur des lésions limitées

13 1 - ACNÉ TRAITEMENT Effets secondaires Photosensibilisation, Irritation Potentialise l inflammation au début Contre-indication Grossesse

14 1 - ACNÉ TRAITEMENT Jeune fille de 16 ans sans ATCD, ménarche, «boutons» depuis une année n a jamais consulté. Diagnostic?

15 1 - ACNÉ TRAITEMENT Jeune fille de 16 ans sans ATCD, ménarche, «boutons» depuis une année n a jamais consulté. Diagnostic? Acné juvénile mixte à prédominance inflammatoire modérée

16 1 - ACNÉ ACNÉ JUVÉNILE MIXTE/POLYMORPHE Acné «classique» Atteinte des zones séborrheïques (médiofaciale) Séborrhée Comédons, microkystes, papulo-pustules

17 1 - ACNÉ ACNÉ JUVÉNILE MIXTE/POLYMORPHE Que recherchez vous à l interrogatoire? «Histoire gynécologique», ATCD familiaux d acné, Prise médicamenteuse, cosmétiques, Vécu de la «maladie», (dysmorphophobie?) A l examen clinique? Etendue des lésions (dos, poitrine), signes de virilisation...

18 1 - ACNÉ ACNÉ JUVÉNILE MIXTE/POLYMORPHE Traitement? Mesures d hygiène : idem Traitement topique ATB topiques (Erythromycine, Clindamycine) Peroxyde de Benzoyle (PBO) Association +++: action sur la composante rétentionnelle -Rétinoïdes/PBO - Rétinoïdes/ATB

19 1 - ACNÉ PEROXYDE DE BENZOYL Mode d action nombre de P. acnes >> action comédolytique Indications Acnés inflammatoires légères ou modéré Pour le visage: 2,5 ou 5 %, Pour le dos: 5 et 10 % Application sur l ensemble des zones habituellement atteintes (but = prévenir d autres lésions inflammatoires) Effets secondaires Irritation mais mieux toléré que Rétinoïdes Photosensibilisation Décoloration

20 1 - ACNÉ ANTIBIOTIQUES TOPIQUES Mode d action nombre P. acnes effet anti-inflammatoire Pb de résistance de P. acnes Indications Acnés inflammatoires Acnés mixtes en association Application sur l ensemble des zones habituellement atteintes (but = prévenir d autres lésions inflammatoires)

21 A 3 mois, Soins hygiène bien conduits Traitement local 1 - ACNÉ TRAITEMENT ACNÉ INFLAMMATOIRE Peu ou pas d amélioration Traitement? Antibiotiques per os : Cyclines Poursuite des soins locaux

22 1 - ACNÉ ANTIBIOTIQUES PAR VOIE GÉNÉRALE : CYCLINES Doxycycline, Limécycline (ne plus prescrire la minocycline) Mode d action Effet antibactérien Effet anti-inflammatoire+++ Inhibition synthèse de lipase produite par le P. acnes (pas de transformation des TG du sébum en acides gras doués d un fort potentiel inflammatoire) chimiotactisme des PN phagocytose et production de radicaux libres par PN et superoxyde dismutase antiradicalaire Inhibition collagénases et élastases (favorisent la formation du granulome macrophagique) Modulation production de cytokines par les kératinocytes Résistance de P. acnes aux antibiotiques résistances bactériennes in vitro mais efficacité clinique persiste car action antiinflammatoire traitements de durée suffisante (trois mois au minimum) Pas trop prolongés reprendre même ATB si rechute

23 1 - ACNÉ ANTIBIOTIQUES PAR VOIE GÉNÉRALE Indications Acnés inflammatoires/mixtes moyennes inefficaces dans les acnés purement rétentionnelles Choix de l antibiotique, posologie et durée du traitement Doxycycline (100 mg/j, min 3 mois, demi-doses?) Lymécycline (300 mg/j) (ne plus prescrire la minocycline) Si CI : Macrolides: Erythromycine, Josamycine ou Azithromycine

24 1 - ACNÉ ANTIBIOTIQUES PAR VOIE GÉNÉRALE Effets secondaires/indésirables Efficacité suspensive, souvent courte, récidives Rares: Troubles digestifs Phototoxicité Risque d HTIC (association tétracycline/isotrétinoïne) Induction ou aggravation de folliculites à BGN en traitement prolongé (Résistance) Hépatites, DRESS, lupus induit à la minocycline (attention sujets noirs) CI: femme enceinte et enfant de moins de 8 ans (Coloration dents)

25 1 - ACNÉ TRAITEMENT Adolescent 17 ans Acné évoluant depuis 1 an environ A eu des traitements locaux peu efficaces, des cyclines (2 cures) avec efficacité partielle et rechute à l arrêt Diagnostic? Traitement?

26 1 - ACNÉ TRAITEMENT Adolescent 17 ans Acné évoluant depuis 1 an environ A eu des traitements locaux peu efficaces, des cyclines (2 cures) avec efficacité partielle et rechute à l arrêt Diagnostic? Traitement? Acné inflammatoire sévère, Acné nodulaire (conglobata)

27 1 - ACNÉ TRAITEMENT Acné inflammatoire sévère, Acné nodulaire (conglobata) Atteinte diffuse (tronc++) Nodules, abcès, fistules, lésions profondes > 5 mm Evolution cicatricielle

28 1 - ACNÉ TRAITEMENT Isotrétinoïne orale Disponible en France depuis 1984, révolutionné ttt des acnés sévères (Contracné, Curacné, Isotrétinoïne Teva, Procuta en gelules de 2, 10, 20 et 40 mg) Mécanisme d action Liaison dans la cellule à un récepteur soluble cytosolique situé dans le cytoplasme (Cellular Retinoic Acid Binding Protein/CRABP) Transport jusqu au noyau : action après liaison aux récepteurs nucléaires Liaison du complexe récepteur nucléaire-ligand sur des sites précis de l ADN, entrainant une modulation transcriptionnelle de gènes cibles codant pour diverses proteines. Mode d action Action sur la glande sébacée atrophie des glandes sébacées (90% du volume initial) réduction de la sécrétion sébacée dose-dépendante effet réversible à l arrêt du ttt mais rémanence (bénéfice prolongé) Action sur le Propionibacterium acnes Diminution du portage cutané Action sur la kératinisation Réduction de la cohésion interkératinocytaire au sein du canal excréteur du follicule Action anti-inflammatoire inhibition de la libération d acide arachidonique inhibition de la synthèse et stimulation de la dégradation de certains leucotriènes diminution du chimiotactisme des polynucléaires neutrophiles

29 Posologie Durée du traitement 0,5 mg à 1 mg/kg/j, utiliser posologie quotidienne la plus forte que peut tolérer le patient (effets cutanéo-muqueux) dose cumulée optimale: 100 et 150 mg/kg pour une cure. Si elle est inférieure à 100 mg/kg, risque rechute Résultats 1 - ACNÉ ISOTRÉTINOÏNE ORALE RC: 85% cas Rechute: 20 à 40% cas Facteurs d échec primaire et de rechute: - forte composante rétentionnelle - sujet masculin de moins de 20 ans - existence d une hyperandrogénie chez la femme Possibilité 2 voire 3 cure, DC max 400 mg/kg

30 Tératogénicité ++++ Suppression de la chondrogénèse et de l épidermogénèse Anomalies du développement (absence de fermeture du tube neural, fentes palatines) Malformations du SNC, malformations cardiaques. EI cutanéo-muqueux : chéilite, irritation oculaire, épistaxis, desquamation des extrémités fragilité cutanée, xérose. Photosensibilisant EI généraux : myalgies (élévation des CPK) asthénie, céphalées, nausées HTIC (association aux cyclines) 1 - ACNÉ ISOTRÉTINOÏNE ORALE EFFETS SECONDAIRES EI Psychiatriques? EI biologiques: cholestérol, TG, Transaminases

31 Information femmes et hommes, caractère tératogène du médicament: (Attention entourage!) Vérification du niveau de compréhension Signature de l accord de soin et de contraception: obligatoire. Contraception Femme PAS d exception Doit être efficace : 1 - ACNÉ CONDITIONS DE PRESCRIPTION Pilule OP sans oubli (PAS Diane35!) dispositif intra-utérin (+/- préservatif) si CI, pilule microprogestative + contraception locale 1 MOIS AVANT 1 MOIS APRÈS

32 1 - ACNÉ CONDITIONS DE PRESCRIPTION Tests de grossesse de contrôle qualitatifs (β-hcg), -3j avant début TTT -à la fin du premier mois de contraception précédant le traitement -Tous les mois, max 3 jours avant la consultation - 5 semaines après la fin du ttt Sur l ordonnance, mentionner la date du test de grossesse ; la réalisation de l évaluation du niveau de compréhension de la patiente la signature de l accord de soin et de contraception. Indications nécessaires à la délivrance du médicament par le pharmacien

33 1 - ACNÉ CONDITIONS DE PRESCRIPTION Tests de grossesse de contrôle qualitatifs (β-hcg), -3j avant début TTT -à la fin du premier mois de contraception précédant le traitement -Tous les mois, max 3 jours avant la consultation - 5 semaines après la fin du ttt Sur l ordonnance, mentionner la date du test de grossesse ; la réalisation de l évaluation du niveau de compréhension de la patiente la signature de l accord de soin et de contraception. Indications nécessaires à la délivrance du médicament par le pharmacien

34 1 - ACNÉ CONDITIONS DE PRESCRIPTION

35 1 - ACNÉ CONDITIONS DE PRESCRIPTION

36 1 - ACNÉ CONDITIONS DE PRESCRIPTION SURVEILLANCE BIOLOGIQUE : - Test grossesse (cf supra) - Bilan lipidique (Cholestérol, Triglycérides) Avant TTT, 1mois - Transaminases ASAT, ALAT puis /3mois (ou 1 mois après changement poso) MESURES ASSOCIÉES CI au don du sang (pendant ttt et au cours du mois suivant son arrêt) Protection solaire+++ Eviter produits anti-acnéiques locaux (irritants) crème hydratante + protecteur labial Ne jamais associer aux tétracyclines Éviter lentilles de contact Précautions si ATCD dépressifs

37 1 ACNÉ CAS PARTICULIERS ACNÉ FULMINANS Début brutal Signes généraux, fièvre Arthralgies, hyperleucocytose Nodules inflammatoires, suppuratifs Pus hémorragique, ulcérations nécrotiques Prise en charge hospitalière corticothérapie générale + Isotrétinoine faible dose

38 QUELLE CONTRACEPTION? - DIANE 35 : actuellement retiré du marché (n avait pas d AMM «pilule») - Pilule de dernière génération sont susceptibles d améliorer l acné MAIS - déremboursées - controverse actuelle sur risque thrombo-embolique - éviter les pilules qui aggravent acné (P seuls) ACNÉ : Quand demander des dosages hormonaux? - Signes d hyperandrogénie - séborrhée - troubles des règles ++ (OPK) - Acné résistante - Acné tardive 1 ACNÉ CAS PARTICULIERS ACNÉ et HORMONES - Topographie «masculine» : dos, cou, maxillaire inférieur

39 1 ACNÉ CAS PARTICULIERS Quels dosages? ACNÉ et HORMONES - Testostérone totale - Delta 4 androstènedione - Sulfate de DHA Quels traitements? - dépend de l étiologie - anti-androgènes (Acétate de cyprotérone = ANDROCUR)

40 Gluconate de zinc (Rubozinc, 200 mg/j) - inhibition des fonctions des PN -Alternative thérapeutique intéressante : -acnés inflammatoires ou mixtes, mineures ou moyennes, si CI tétracyclines Amélioration après 2 mois, uniquement sur composante inflammatoire Traitement des cicatrices Peelings Laser Chirurgie 1 ACNÉ AUTRES TRAITEMENTS

41 1 ACNÉ AUTRES TRAITEMENTS

42 1 ACNÉ STRATÉGIE THÉRAPEUTIQUE

43 2 - DERMOCORTICOÏDES GÉNÉRALITÉS Découverts dans les années 50 Utilisation s est beaucoup répandu depuis (nombre d indications) Abus dans les débuts : effets secondaires importants Corticophobie souvent présente chez les patients Règles de prescriptions simples = Evite majorité des EI

44 2 - DERMOCORTICOÏDES GÉNÉRALITÉS Découverts dans les années 50 Utilisation s est beaucoup répandu depuis (nombre d indications) Abus dans les débuts : effets secondaires importants Corticophobie souvent présente chez les patients Règles de prescriptions simples = Evite majorité des EI

45 1- Activité anti inflammatoire 2 - DERMOCORTICOÏDES MODE D ACTION La plus utile en pratique clinique Action via des récepteurs intra-cytosoliques (kératinocytes et fibroblastes) Activité anti-inflammatoire propre liée aux effets des glucocorticoïdes sur les médiateurs de l'inflammation (cytokines...) Effet vasoconstricteur dermique œdème, érythème = inflammation Bonne corrélation vasoconstriction/effets anti-inflammatoire = utilisation pour mesurer la force des DC

46 2 - DERMOCORTICOÏDES MODE D ACTION 2- Activité anti mitotique (ou anti proliférative) = Inhibition multiplication cellulaire et synthèse ADN de tous les composants cellulaires cutanés Kératinocytes Atrophie épidermique, réversible Mélanocytes Effet dépigmentant à long terme Fibroblastes diminution synthèse collagènes, protéoglycanes, modification des fibres élastiques = atrophie dermique difficilement réversible (vergetures définitives) Effets indésirables locaux But thérapeutique : -PSORIASIS (diminution du "turn-over" des kératinocytes) -CHÉLOÏDES (effet atrophiant dermique recherché)

47 3- Activité immunosuppressive Modification fonctions immunitaires: 2 - DERMOCORTICOÏDES MODE D ACTION nombre de cellules de Langerhans altération fonction de présentation de l antigène des cellules de Langerhans aux lymphocytes T prolifération des lymphocytes T et activité cytotoxique des lymphocytes

48 2 - DERMOCORTICOÏDES CLASSIFICATION

49 2 - DERMOCORTICOÏDES CLASSIFICATION Puissance d'un DC dépend de la structure chimique de la molécule, de son affinité pour les récepteurs, de sa concentration dans le véhicule et de la nature du véhicule Classification utilisée basée sur le test de McKenzie corrélé à l'activité antiinflammatoire du produit et sur des données d'essais cliniques: permet de choisir la classe la plus appropriée en terme de rapport bénéfice/risque Classification internationale = la référence DC d activité anti-inflammatoire très forte = classe (ou niveau) IV, DC de faible activité = classe (ou niveau) I Classification française: 4 niveaux de puissance : sens inverse! possibilité d utiliser faible, modéré, fort, très fort pour éviter confusion

50 2 - DERMOCORTICOÏDES PHARMACOCINÉTIQUE 1- Biodisponibilté Pénétration par voie trans-épidermique Dépend des caractéristiques intrinsèques de la molécule mais aussi de : Nature de l excipient - pommades: excipients gras comme la vaseline renforcent pénétration par effet occlusif (excipient forme barrière hydrophobe à surface de peau empêchant évaporation de l eau et augmentant hydratation de couche cornée) pénétration du principe actif peut être multipliée par un facteur 10 dans un épiderme bien hydraté - dermocorticoïdes le plus souvent formulés dans des émulsions, soit "eau dans huile" proche des pommades avec effet occlusif, soit "huile dans eau" sous forme de crème, d'emploi plus agréable, de bonne pénétration et ayant un moindre effet occlusif - autres: Gels semi-solides: agréables d'emploi mais de pouvoir pénétrant inférieur à celui des crèmes Lotions (solutions hydroalcooliques). Ces formes galéniques sont adaptées aux zones pileuses

51 2 - DERMOCORTICOÏDES PHARMACOCINÉTIQUE Additifs adjonction d autres molécules au dermocorticoïde peut favoriser ou au contraire retarder la pénétration. Par ex, adjonction d un kératolytique (acide salicylique) ou d un agent hydratant de la kératine (urée) augmente la pénétration Occlusion -favorise pénétration en augmentant l hydratation de la couche cornée, la température locale, la durée du contact Localisation - couche cornée = barrière principale à l'absorption cutanée -mince aux paupières, aux plis, au scrotum qui sont des zones de pénétration cutanée accrue, très exposées aux risques d effets secondaires -épaisse aux paumes et aux plantes, zones où la pénétration des dermocorticoïdes est beaucoup plus faible Nature de la dermatose traitée Dermatoses exfoliatrices et/ou inflammatoires (dermatite atopique, psoriasis érythrodermique, pemphigoïde bulleuse) couche cornée altérée = absorption

52 2 - DERMOCORTICOÏDES PHARMACOCINÉTIQUE Âge L absorption des dermocorticoïdes est plus importante chez le nouveau-né prématuré et, à un moindre degré chez le sujet âgé (amincissement de la couche cornée) 2- Effet réservoir - DC: capacité de s'accumuler dans la couche cornée de l'épiderme pour être relargués ensuite progressivement vers les couches plus profondes de l'épiderme et le derme effet "réservoir" donc une seule application/jour suffit - augmentation du nombre d'applications quotidiennes peut toutefois se justifier pour des dermatoses dans lesquelles l'effet réservoir est diminué, voire annulé 3- Tachyphylaxie Apparition d'une tolérance, ie résistance de la dermatose au traitement après applications prolongées et ininterrompues Tachyphylaxie apparaît d'autant plus vite que le corticoïde est plus puissant, et pour une même molécule, que la concentration est plus forte Effets secondaires ont tendance à s accentuer

53 2 - DERMOCORTICOÏDES INDICATIONS DC : ttt symptomatique et non étiologique de nombreuses dermatoses inflammatoires primitives: action rapide sur symptômes liés à l'inflammation, en particulier sur un prurit

54 2 - DERMOCORTICOÏDES INDICATIONS DC très forts utilisés en France dans le traitement de la pemphigoïde bulleuse: doses d'attaque utilisées très importantes (20 à 40 g/jour) efficacité proche de la corticothérapie générale avec une meilleure tolérance

55 2 - DERMOCORTICOÏDES INDICATIONS Dermatite atopique : quelle crème? où?

56 2 - DERMOCORTICOÏDES CONTRE- INDICATIONS toutes les dermatoses infectieuses lésions d acné, de rosacée Érythème fessier : CI théorique (qq jours pour amélioration)

57 2 - DERMOCORTICOÏDES MODALITÉS D UTILISATION 1- Choix du DC Dépend de : -Dermatose traitée -Surface -Siège -Âge du patient Très Forts: plaques résistantes de psoriasis, les atteintes palmoplantaires Les dermocorticoïdes d'activité forte sont à éviter sur le visage en utilisation chronique 2- Choix de l excipient Fonction de la dermatose à traiter Pommades: lésions très sèches, non suintantes et propres, dermatoses kératosiques, CI dans les plis ou sur les lésions suintantes (risque de macération) utiliser crèmes Lotions et gels alcooliques: zones pileuses (cuir chevelu), CI en cas de lésions suintante

58 2 - DERMOCORTICOÏDES MODALITÉS D UTILISATION 3- Rythme, durée et technique d application Compte tenu de l'effet réservoir et du risque de tachyphylaxie, posologie rationnelle = 1 application quotidienne, parfois 2 applications par jour sur une courte durée en cas d altération de la couche cornée Prescription doit toujours être clairement écrite, en mentionnant précisément la décroissance progressive et en indiquant le nombre et la taille des tubes = éviter les sur-consommations Port de gants conseillé pour la personne soignante Technique de l'occlusion : prescription spécialisée, lésions très épaisses, résistantes, de surface limitée, atteintes des paumes et des plantes et parfois du cuir chevelu

59 2 - DERMOCORTICOÏDES EFFETS INDÉSIRABLES DC puissants Utilisation prolongée, sous occlusion Lorsqu ils sont utilisés pendant des périodes courtes et sans occlusion, les dermocorticoïdes sont sans effet secondaire important

60 2- Effets secondaires systémiques Dépend des facteurs influençant la pénétration cutanée Effets systémiques = les mêmes que la corticottt générale Très rares, après utilisation prolongée (souvent abusive), sur de grandes surfaces, de DC puissants. Attention chez enfants (rapport surface corporelle/poids élevé) 3- Allergies de contact 2 - DERMOCORTICOÏDES EFFETS INDÉSIRABLES Exceptionnelles (patients multitraités) A suspecter si résistance d une dermatose classiquement corticosensible Peut être due aux excipients, aux produits associés, ou aux stéroïdes euxmêmes: DC classés en quatre groupes (A, B, C et D) en fonction du risque et des allergies croisées.

61 A éviter car : - Utilisation d'associations = incertitude diagnostique - Association à des anti-infectieux = pas justifiée= risque sensibilisation SAUF : 2 - DERMOCORTICOÏDES EN ASSOCIATION - Association à l'acide salicylique ou à l'urée peut-être utile en augmentant la pénétration du dermocorticoïde (zones palmoplantaires, lésion lichénifiée) - Association à des émollients pour grandes surfaces

Item 232 : Dermatoses faciales : acné

Item 232 : Dermatoses faciales : acné Item 232 : Dermatoses faciales : acné Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Diagnostic...4 I.1 Lésions élémentaires...4 I.1.1 Séborrhée...4

Plus en détail

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée

OUI. Principes du traitement. Faut-il traiter l acné? Acné rétentionnelle. Hyperséborrhée isolée Stratégie thérapeutique dans l acné de l adolescent Liens d intérêt 30 janvier 2014 Pr Ludovic Martin Service de Dermatologie Invitation à des congrès: Galderma Participation à des essais cliniques: 0

Plus en détail

Acné. Cf. cahier couleur (page 1)

Acné. Cf. cahier couleur (page 1) Enoncé Acné Mlle M, 16 ans, vous consulte car elle est gênée par son acné. Question 1 Détailler votre examen clinique. Question 2 Quelle est la physiopathologie de cette maladie? Question 3 Quelles sont

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE TRAITEMENT DE L ACNÉ PAR VOIE LOCALE ET GÉNÉRALE RECOMMANDATIONS Avertissement Le 30 janvier 2013, l'ansm a annoncé qu'elle engageait une procédure de suspension de Diane

Plus en détail

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané

Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané Énoncés Unité d enseignement 4 : Perception/système nerveux/revêtement cutané N 109 Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique Diagnostiquer l acné, la rosacée, la dermatite séborrhéique.

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Acné. Geneviève Bustros-Lussier Guylaine Alain,dermatologue 25 février 2009

Acné. Geneviève Bustros-Lussier Guylaine Alain,dermatologue 25 février 2009 Acné Geneviève Bustros-Lussier Guylaine Alain,dermatologue 25 février 2009 Plan de la présentation / objectifs Population touchée Pathophysiologie Classification acné Traitements Pour tous Acné léger

Plus en détail

COSMETOLOGIE ACNE : Une pathologie fréquente

COSMETOLOGIE ACNE : Une pathologie fréquente 1 DERMATOLOGIE Cette COSMETOLOGIE ACNE : Une pathologie fréquente ne par concerne Dr H. cette maladie du follicule pilosébacé qui touche en France environ 15 millions de personnes VAN maladie pas les adolescents

Plus en détail

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French)

Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) Acné (acné vulgaire) Acne (Acne Vulgaris) (French) L acné, dont le nom scientifique est l acné vulgaire, est la maladie de la peau la plus répandue. Elle survient chez 85 % des adolescents, parfois dès

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

Crèmes, gels ou lotions? Les traitements topiques de l acné

Crèmes, gels ou lotions? Les traitements topiques de l acné Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Crèmes, gels ou lotions? Les traitements s de l acné Audrée Anne Duchesneau et Caroline Dostie Vous voulez prescrire un traitement de l acné? Lisez ce qui

Plus en détail

Prescription et surveillance d un traitement dermocorticoïde

Prescription et surveillance d un traitement dermocorticoïde Examen National Classant Module transdisciplinaire 11 : Synthèse clinique et thérapeutique Prescription et surveillance d un traitement dermocorticoïde Item n o 174 : Prescription et surveillance des anti-inflammatoires

Plus en détail

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons.

Traitements topiques. Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames. Soulagent les démangeaisons. SANS ORDONNANCE Solutions pour le bain et la douche : Huiles Farine d avoine Sels d Epsom Sels de al Mer Morte Utiliser conformément aux instructions figurant sur l emballage. Aident à éliminer les squames.

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Delphi 0,1 % crème Acétonide de triamcinolone Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament car elle contient des informations importantes

Plus en détail

Le guide de. l'acné. éditions

Le guide de. l'acné. éditions Le guide de l'acné éditions Le guide de l'acné Mieux comprendre pour bien choisir! éditions Dans la même collection ππmaison et Travaux Le guide du plancher chauffant Le guide du ravalement de façade ππargent

Plus en détail

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF

Psoriasis chez l enfant. u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant u Dr. Daphné Delplace u Service de Dermatologie CHU St-Pierre/Brugmann/HUDERF Psoriasis chez l enfant Page 2 u Epidémiologie u Physiopathologie u Présentations Cliniques u Traitements

Plus en détail

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques

Introduction. Cours APEPPU Psoriasis. Clinique. Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Introduction Cours APEPPU Psoriasis Dr Cécile Perrigouard Dermatologie, Hôpital Civil de Strasbourg Pathologie fréquente : 2 % population générale Cause inconnue Facteurs étiologiques Médicamenteux Prédisposition

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES

PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES Transverse : Dermatologie PATHOLOGIES DERMATOLOGIQUES I/- Introduction : La peau est un lieu de maladies spécifiques et le mode de révélation de nombreuses maladies internes. Au contact direct des patients

Plus en détail

LA FMC L ACNÉ DE L ADOLESCENT. Bien que son évolution spontanée se fasse le N 2386. Vendredi 20 octobre 2006

LA FMC L ACNÉ DE L ADOLESCENT. Bien que son évolution spontanée se fasse le N 2386. Vendredi 20 octobre 2006 N 2386??? CAHIER DÉTACHABLE Vendredi 20 octobre 2006 LA FMC DERMATOLOGIE PRATIQUE EN IMAGES Apprendre à traiter l acné page VI ZAPPING page VIII DOSSIER Touchant en moyenne 80 % des adolescents, l acné

Plus en détail

ACNÉ : QUESTIONS RÉPONSES CONSEILS POUR VOTRE QUOTIDIEN

ACNÉ : QUESTIONS RÉPONSES CONSEILS POUR VOTRE QUOTIDIEN ACNÉ : QUESTIONS RÉPONSES CONSEILS POUR VOTRE QUOTIDIEN Olivier Chosidow et Brigitte Dréno Préambule L acné! enfin arrivée! expression visible de la transformation en adulte, l'acné est souvent «exhibée»

Plus en détail

Maladies et Grands Syndromes : Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique (232) Professeur Jean Jacques Bonnerandi Juin 2005

Maladies et Grands Syndromes : Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique (232) Professeur Jean Jacques Bonnerandi Juin 2005 Maladies et Grands Syndromes : Dermatoses faciales : acné, rosacée, dermatite séborrhéique (232) Professeur Jean Jacques Bonnerandi Juin 2005 1. La dermatite séborrhéique (DS) ou dermite séborrhéique ou

Plus en détail

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF.

Vous pouvez les photocopier à loisir ou les télécharger sur le site de la Société Française de Dermatologie (www.sfdermato.net) au format PDF. PHOTODERMATOL OGIE Cher(e) ami(e), La Société Française de Dermatologie travaille conjointement avec divers groupes et sociétés thématiques pour mettre au point des fiches d information aux patients. Vous

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

réalités en gynécologie-obstétrique # 174_Novembre/Décembre 2014

réalités en gynécologie-obstétrique # 174_Novembre/Décembre 2014 Acné et pilule RÉSUMÉ : L acné est une pathologie inflammatoire complexe du follicule pilosébacé sous dépendance hormonale. D autres facteurs physiopathogéniques sont bien connus : la composition particulière

Plus en détail

Avis 17 octobre 2012

Avis 17 octobre 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 octobre 2012 BETESIL 2,25 mg, emplâtre médicamenteux Boite de 8 emplâtres médicamenteux en sachets (CIP : 34009 377 977 4 0) Laboratoire GENEVRIER DCI Code ATC (2012)

Plus en détail

Les glandes sebacees. Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.

Les glandes sebacees. Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2. Les glandes sebacees Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des matières Table des matières 3 I - Introduction 5 II

Plus en détail

Dermatologie courante du sujet âgé. Printemps Médical de Bourgogne 31 Mars 2012 Dr Claude Plassard Gériatre CHI Châtillon/Montbard

Dermatologie courante du sujet âgé. Printemps Médical de Bourgogne 31 Mars 2012 Dr Claude Plassard Gériatre CHI Châtillon/Montbard Dermatologie courante du sujet âgé Printemps Médical de Bourgogne 31 Mars 2012 Dr Claude Plassard Gériatre CHI Châtillon/Montbard Mécanismes du vieillissement cutané En vieillissant, la peau se ride, s

Plus en détail

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud

ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas. Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud ACTUALITES SUR LES URTICAIRES Fréderic Augey, Audrey Nosbaum, Frédéric Bérard, Jean-François Nicolas Université Lyon1, Inserm U 851, CH Lyon-Sud URTICAIRE CHRONIQUE Actualités et controverses www.allergolyon.org

Plus en détail

Notice : ROACCUTANE. AcnéFight. Consultez :

Notice : ROACCUTANE. AcnéFight. Consultez : Consultez : Notice : ROACCUTANE AcnéFight Retrouvez l évolution de mes traitements Roaccutane sur ce site : http://montraitementroaccutane.over-blog.com/ NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR ISOCURAL

Plus en détail

Eczé-crème, une nouvelle crème émolliente dans la prise en charge de la dermatite atopique

Eczé-crème, une nouvelle crème émolliente dans la prise en charge de la dermatite atopique DOSSIER DE PRESSE Jeudi 19 janvier 2012 Eczé-crème, une nouvelle crème émolliente dans la prise en charge de la dermatite atopique NOUVEAU DISPOSITIF MEDICAL Contacts presse Laurence Mertz-Goussu Sophie

Plus en détail

Atopie : quelle prise en charge? Delphine Staumont-Sallé

Atopie : quelle prise en charge? Delphine Staumont-Sallé Atopie : quelle prise en charge? Delphine Staumont-Sallé Service de Dermatologie, CHRU Lille Consultation Multidisciplinaire des Dermatoses Professionnelles Le risque cutané dans le BTP, Lille, 30 Mai

Plus en détail

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014 Psoriasis Rapport du Secrétariat 1. Le Conseil exécutif, à sa cent trente-troisième session,

Plus en détail

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée

La maladie de Verneuil Hidrosadénite suppurée Hidrosadénite suppurée La maladie Le diagnostic Les aspects génétiques Le traitement, la prise en charge, la prévention Vivre avec En savoir plus Madame, Monsieur Cette fiche est destinée à vous informer

Plus en détail

Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires

Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires Enseignement National Classant Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réactions inflammatoires Psoriasis J.-J. GUILHOU (Montpellier), L. DUBERTRET (Paris, St Louis), B. CRICKX (Paris, Bichat),

Plus en détail

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se

Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se Le psoriasis est une maladie fréquente Le psoriasis est une maladie qui touche environ 2 à 3 % de la population et qui se traduit le plus souvent par des plaques rouges sur la peau, légèrement surélevées

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? as n 1 e jeune homme présente ces papules et ces plaques verruqueuses linéaires sur son corps. Il s agit du syndrome du nævus épidermique. 2. Quelles sont les manifestations

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il est strictement

Plus en détail

Nous croyons que les principales causes de la perte de cheveux sont les suivantes :

Nous croyons que les principales causes de la perte de cheveux sont les suivantes : Nous croyons que les principales causes de la perte de cheveux sont les suivantes : Follicules encrassés. Accumulation de sébum secrété par les glandes sébacées. Accumulation de DHC (dihydrotestostérone)

Plus en détail

Compte-rendu ETP Day Nantes 15/11/2012 LA DERMATITE ATOPIQUE 2012

Compte-rendu ETP Day Nantes 15/11/2012 LA DERMATITE ATOPIQUE 2012 Compte-rendu ETP Day Nantes 15/11/2012 SOPHIE VILDY (interne dermatologie CHU Nantes) Christine COUTANCEAU Direction médicale A-DERMA 80 participants. Représentation pluridisciplinaire : Dermatologues

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012

ACTUALITES THERAPEUTIQUES. Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 ACTUALITES THERAPEUTIQUES Dr Sophie PITTION (CHU Nancy) Metz, le 2 Juin 2012 Traitement de fond Objectifs: Réduire le nombre de poussées Arrêter ou freiner la progression du handicap Les traitements disponibles

Plus en détail

Les eczémas: l approche au cabinet

Les eczémas: l approche au cabinet Les eczémas: l approche au cabinet Dr H. Brandstätter Dr J. Sommer-Bülher Prof. V. Piguet Plan Comment analyser une lésion? Différentes formes d eczémas Traitement Quand référer chez le dermatologue? 1

Plus en détail

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu

Comprendre. son Psoriasis du Cuir Chevelu Comprendre son Psoriasis du Cuir Chevelu Vous avez un psoriasis du cuir chevelu ou une personne de votre entourage en est atteinte. Cette brochure vous est destinée. Grâce aux informations transmises,

Plus en détail

La gestion à long terme du psoriasis : Traitement thérapeutique et flexible procurant des résultats efficaces et sans danger

La gestion à long terme du psoriasis : Traitement thérapeutique et flexible procurant des résultats efficaces et sans danger Édition médecine familiale V o l u m e 7 N u m é r o 3 J u i n 2 0 1 1 É v i d e n c e c l i n i q u e. C o n s e i l s p r a t i q u e s. Rédacteur en chef: Dr Stuart Maddin Dr Stuart Maddin, md, frcpc

Plus en détail

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES

DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES DERMATOSES ECZEMATIFORMES LICHENOIDES ET ERYTHEMATO-SQUAMEUSES I ECZEMA ET LESIONS ECZEMATIFORMES II LICHEN PLAN III LICHEN SCLERO-ATROPHIQUE IV MALADIE LUPIQUE V PSORIASIS VI AUTRES Parapsoriasis Kératodermies

Plus en détail

et l utilisation des traitements biologiques

et l utilisation des traitements biologiques et l utilisation des traitements biologiques Choisir le meilleur traitement pour retrouver la qualité de vie que vous êtes en droit d avoir Les agents biologiques (biothérapies) Étant les plus récents

Plus en détail

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY

La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY La Dermatite Atopique, est-ce de l Allergie? Dr Antoine KHOURY EPERNAY Définissez-moi d abord ce que vous entendez par Atopie, par Dermatite Atopique (DA) et par Allergie et je vous dirai si le DA c est

Plus en détail

L acné Informations importantes

L acné Informations importantes L acné Informations importantes destinées aux patients et patientes sous Liderma 2 Cette brochure contient des informations très importantes pour vous à propos de votre traitement par Liderma. Liderma

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades

PEMPHIGUS. Deuxième fiche d information pour les malades PEMPHIGUS Deuxième fiche d information pour les malades Les fiches d'informations ont été rédigées en collaboration par les 2 centres de référence des maladies bulleuses auto-immunes et l'association de

Plus en détail

«AVOIR UNE BELLE PEAU»

«AVOIR UNE BELLE PEAU» «AVOIR UNE BELLE PEAU» L E S P R I N C I P E S E S S E N T I E L S À C O N N A Î T R E P O U R C O N C E V O I R E T A P P L I Q U E R L E S M E I L L E U R S S O I N S N A T U R E L S P O U R L A P E

Plus en détail

Mon RECHERCHE EN DERMATOLOGIE

Mon RECHERCHE EN DERMATOLOGIE s i s a i r o s P Mon t e n r a c ivi de su RECHERCHE EN DERMATOLOGIE "Le psoriasis est une maladie chronique de la peau. Pour une prise en charge optimale, cette pathologie nécessite des consultations

Plus en détail

Mécanisme des réactions inflammatoires

Mécanisme des réactions inflammatoires 01/04/2014 THOMASSIN Guillaume L2 Revêtement Cutané Dr. Sophie Deplat-Jégo Relecteur 4 8 pages Revêtement cutané Mécanisme des réactions inflammatoires cutanés Mécanisme des réactions inflammatoires Plan

Plus en détail

DERMO N 43 ACNÉ. Laboratoires Dermatologiques Avène PLUS DE 10 ANS DE FORMATION EN DERMATOLOGIE. Editorial 3. Interview 6

DERMO N 43 ACNÉ. Laboratoires Dermatologiques Avène PLUS DE 10 ANS DE FORMATION EN DERMATOLOGIE. Editorial 3. Interview 6 PLUS DE 10 ANS DE FORMATION EN DERMATOLOGIE N 43 ACNÉ Editorial 3 Interview 6 Histoires de patients, qu auriez-vous fait? 11 Actualités bibliographiques 21 En direct de la recherche 33 En direct de la

Plus en détail

Item n o 123 : Psoriasis

Item n o 123 : Psoriasis Enseignement National Classant Module transdisciplinaire 8 : Immunopathologie. Réaction inflammatoire Item n o 123 : Psoriasis MISE A JOUR Objectifs Diagnostiquer un psoriasis. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Item 114 : Allergies cutanéomuqueuses. l adulte : Eczéma de contact

Item 114 : Allergies cutanéomuqueuses. l adulte : Eczéma de contact Item 114 : Allergies cutanéomuqueuses chez l enfant et l adulte : Eczéma de contact Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS...

Plus en détail

Guide sur l eczéma des mains

Guide sur l eczéma des mains Guide sur l eczéma des mains Série éducative sur l eczéma www.eczemahelp.ca Qu est-ce que l eczéma des mains? L eczéma des mains, ou dermatite des mains, décrit toute forme d eczéma qui apparaît sur les

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

LES ANTIOXYDANTS ET LA PEAU

LES ANTIOXYDANTS ET LA PEAU LES ANTIOXYDANTS ET LA PEAU 19H30 20H30 La peau, l immunité, le soleil 21H 22H L eczéma, le psoriasis, l acné et les phanères STRUCTURE DE LA PEAU L épiderme Le derme Le tissu adipeux STRUCTURE DE LA PEAU

Plus en détail

Les Contraceptions Oestro-progestatives

Les Contraceptions Oestro-progestatives Les Contraceptions Oestro-progestatives Les différents sortes de classements des OP Les pilules oestro progestatives se classent selon -Le progestatif permet de classer selon la génération on parle de

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte

Psoriasis et travail dans le BTP. Pr E. Delaporte Psoriasis et travail dans le BTP Pr E. Delaporte 30 Mai 2013 Janvier 2013 : File active de 335 malades traités (293) ou ayant été traités (42) par immunosupp./ modulateurs (MTX CyA biomédicaments) 214

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE

SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2014 SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE Série S Durée de l'épreuve : 3h30 Coefficient : 6 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE L'usage de la calculatrice n'est pas autorisé Dès que le sujet

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. MINOCIN 100 mg gélules Minocycline NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR MINOCIN 100 mg gélules Minocycline Veuillez lire attentivement notice avant de prendre ce médicament. - Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 VII

TABLE DES MATIÈRES. Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 VII TABLE DES MATIÈRES COLLABORATEURS... PRÉFACE... VII Partie 1 Principes généraux de la prescription... 1 Les antalgiques... 3 Principes et règles de prescription... 3 Aspects généraux de la douleur... 3

Plus en détail

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones

Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones Symposium des Société Française d Angéiologie (SFA) et Société Francophone de Médecine Sexuelle (SFMS), Paris, Journées internationales Francophones d Angéiologie 8 Janvier 2010 Historique 1550 Falloppio

Plus en détail

Comprendre le psoriasis

Comprendre le psoriasis Comprendre le psoriasis Brochure d information et guide pratique Le psoriasis est une maladie chronique de la peau, qui se manifeste par des altérations visibles de la surface cutanée. Aussi pose-t-il

Plus en détail

Pharmacie galénique et dermatologie. En fonction de quels critères médicaux choisir les excipients en consultation?

Pharmacie galénique et dermatologie. En fonction de quels critères médicaux choisir les excipients en consultation? Pharmacie galénique et dermatologie En fonction de quels critères médicaux choisir les excipients en consultation? Dr Ch. Defresne Mars 2005 Excipients disponibles Listes disponibles : Formulaire national

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par

Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par Document préparé par l équipe de la fmpm.eur.st à partir de documents circulant librement sur internet! Pour toute info veuillez nous contacter par le présent site web! Un merci spécial à FatimZahra! Erythème

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Gale ou Scabiose Epidémiologie, clinique et thérapeutique

Gale ou Scabiose Epidémiologie, clinique et thérapeutique Gale ou Scabiose Epidémiologie, clinique et thérapeutique Dr Nelly Contet-Audonneau et Isabelle Glatz Parasitologie- Mycologie n.contet-audonneau@chunancy.fr Dr Jean-Philippe Schurra Dermatologue Dr M-F

Plus en détail

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent

Prescription des IPP en Gériatrie. Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Prescription des IPP en Gériatrie Journée interrégionale du DESC de Gériatrie 28 mars 2008 Dr SEITE Florent Inhibiteurs de la pompe à protons Mécanisme d action : Inhibition de H+/K+ ATPase diminution

Plus en détail

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans

EPU.B. Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans EPU.B Contraception de l adolescente et de la femme de plus de 40 ans Contraception de l adolescente - Age moyen des premiers rapports : 15 16 ans - 20 % des adolescentes ont déjà eu des rapports avant

Plus en détail

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn

HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI. http://www.infectiologie.org.tn HVC CHRONIQUE MOYENS THERAPEUTIQUES ET BILAN PRE-THERAPEUTIQUE CHAKIB MARRAKCHI LES MOYENS THERAPEUTIQUES Les interférons La ribavirine Les nouveaux produits INTERFERONS 1957: activité antivirale Interférence

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Peau Grasse. Le tempérament Sanguin

Peau Grasse. Le tempérament Sanguin Peau Grasse Le tempérament Sanguin L Aspect extérieur La peau est épaisse L aspect luisant Les pores sont dilatés, présence de points noirs Les rides seront peu nombreuses mais profondes Les Dangers Acné,

Plus en détail

ALOPÉCIE ET MÉSOTHÉRAPIE EN 2012. Dr Bernadette Pasquini

ALOPÉCIE ET MÉSOTHÉRAPIE EN 2012. Dr Bernadette Pasquini ALOPÉCIE ET MÉSOTHÉRAPIE EN 2012 Dr Bernadette Pasquini ALOPÉCIE Alopécie - diminution de la densité des cheveux ou des poils, - diffuse ou localisée, - aiguë ou chronique. Effluvium (anagène, télogène,

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

Le psoriasis (123) Professeur Jean-Claude BEANI Octobre 2003

Le psoriasis (123) Professeur Jean-Claude BEANI Octobre 2003 Le psoriasis (123) Professeur Jean-Claude BEANI Octobre 2003 Pré-requis : QCM (bonne réponse) Le psoriasis est : A - une dermatose érythémato-squameuse B - Fréquente C - Pouvant être traité par les bêta-bloquants

Plus en détail

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il?

Psoriasis & Sport. Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives. Qui le psoriasis touche-t-il? Psoriasis, let s sport together! Psoriasis & Sport Pour un meilleur accès des personnes psoriasiques aux activités sportives Qui le psoriasis touche-t-il? On estime que 2 à 3 % de la population belge est

Plus en détail

Dans quel pot trouve-t-on le meilleur onguent?

Dans quel pot trouve-t-on le meilleur onguent? Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Dans quel pot trouve-t-on le meilleur onguent? Hélène Demers et Caroline St-Jacques Vous voulez prescrire un corticostéroïde topique? Lisez ce qui suit!

Plus en détail

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan

La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan La première contraception orale des adolescentes en médecine générale : une évaluation des pratiques professionnelles dans le Morbihan Anne-Sophie MAES Directeur de thèse : Dr HUGE INTRODUCTION Stratégies

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Item 123 : Psoriasis

Item 123 : Psoriasis Item 123 : Psoriasis Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 4 I Diagnostic... 6 I.1 Forme commune de psoriasis... 6 I.1.1

Plus en détail

Comment faire disparaître une Cicatrice de façon Naturelle. Une Peau au Naturel

Comment faire disparaître une Cicatrice de façon Naturelle. Une Peau au Naturel Comment faire disparaître une Cicatrice de façon Naturelle Une Peau au Naturel Pourquoi est-il important de faire disparaître une cicatrice? Parce que votre Peau est Ce que vous voyez de Vous Ce que les

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES ET APPORTS DE L ENQUETE NATIONALE 2012-2013

DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES ET APPORTS DE L ENQUETE NATIONALE 2012-2013 DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES ET APPORTS DE L ENQUETE NATIONALE 2012-2013 P. FRIMAT PU/PH CHRU Université Lille 2, GERDA Laure-Hélène CHAMBON-AMIOT (CHRU Lille) INTRODUCTION : UN PROBLÈME HISTORIQUE Lille,

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Protéger. son animal. la gamme FRONTLINE. grâce à la gamme. Contre les puces et les tiques. Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie,

Protéger. son animal. la gamme FRONTLINE. grâce à la gamme. Contre les puces et les tiques. Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie, la gamme Frontline Contre les puces et les tiques Efficace plusieurs semaines (1) Résistant à la pluie, aux bains et aux shampooings (2) Protéger son animal grâce à la gamme FRONTLINE La gamme FRONTLINE

Plus en détail