Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques"

Transcription

1 Risque Cardiovasculaires au cours des Vascularites et des pathologies inflammatoires chroniques Dr Jérôme CONNAULT Service de Médecine Interne et Vasculaire CHU Nantes Société Algérienne de Médecine Interne TLEMCEM Samedi 16 Mai 2015

2 Conflits d intérêts (Financial disclosure) Boeringer Ingelheim Sanofi-Synthélabo Léopharma Bayer Daichi-Sankyo Aspen

3

4 Plan Le risque cardio-vasculaire (RCV) Les pathologies inflammatoires et le RCV? Quels risques? Quelle responsabilité? Liés à la maladie Liés aux auto-anticorps Liés aux traitements Modèle? Comment agir? Les études d intervention? Conclusion Traitements? Quels outils? Recommandations pratiques?

5 1. Le risque cardiovasculaire (RCV)? Définition Épidémiologie Facteur et marqueur de risque Échelle de risque et score

6 Notions d épidémiologie Le risque cardio-vasculaire : critère composite associant - Infarctus du myocarde (IdM) et cardiopathie ischémique, - Accident vasculaire cérébral (AVC), - Artériopathie oblitérante des membres inf. (AOMI) - Mortalité cardiovasculaire 3 méthodes d analyse pour les facteurs de risque : - les ratio : Odds-ratio (OR), Hazard ratio (HR) - la fraction étiologique, - le risque attribuable.

7 Concepts et définitions FDRCV : modifiable ou non, ils sont indépendamment de tous autres facteurs, reliés à une augmentation du risque global Marqueurs de risque : témoignent et donnent une appréciation (+/- précise) du RCV global. Risque absolu: c est le risque, exprimé en %, pour un patient donné, de présenter un événement cardiovasculaire dans une période de temps donnée (ex: les 10 ans à venir) Risque relatif: Excès ou défaut de risque / individus de la même tranche d âge.

8 Facteur de Risque Cardio-Vasculaire (FDR-CV) Mode de vie (modifiable) - Régime trop gras, riche en cholestérol et hypercalorique - Cigarette - Consommation abusive d'alcool - Inactivité Caractéristiques physiologiques ou biochimiques (modifiables) -Hypercholestérolémie (trop de LDL) - Faible taux de HDL - Excès de triglycérides plasmatiques - Hypertension - Hyperglycémie/Diabète - Obésité - Troubles de la coagulation Caractéristiques personnelles (non-modifiables) -Sexe et Age -- Antécédents familiaux d'accidents cardio-vasculaires précoces (moins de 55 ans pour les hommes, moins de 65 ans pour les femmes) - Accidents cardiaques personnels ou athérosclérose. Comptabiliser les FDR-CV pour identifier les FDR-CV exogènes, modifiables, pour éduquer et corriger ces FDR-CV

9 HYPERTENSION CHOLESTEROL Diabete type 2 Nouvelle approche du risque cardiovasculaire Approche traditionnelle des facteurs de risque cardiovasculaires Perspective globale du risque cardiovasculaire âge Diabete De type 2 Cholesterol HTA sexe Tabac Des facteurs de risque pris isolément Des maladies cardiovasculaires multifactorielles Poulter N. Am J Hypertens. 1999;12:92S-95S.

10 Calcul d un RCV dans les études épidémiologiques des pathologies inflammatoires Très nombreux mais maladie rare Population étudiée Groupe Inflammatoire Appariement sur les FDR CV Population étudiée Groupe Comparateur Appariés, suivis mais pas de motif 2, voire 3témoins/1exposé Étude d intervention : Règles hygiéno-diététiques TTT préventif (aspirine, statine) 2 populations très nombreuses Durée de suivi longue (5-10ans) Durée d exposition au facteur de risque Plusieurs FDR exposés = multifactoriel Maladie, poussée, TTT, anticorps, etc Si jeune ou faible RCV, très peu événements Nombre d événement CV dans groupe Inflammatoire Nombre d événement dans groupe comparateur Choisir de bon témoins Observer les événements Critères de suivi

11 Les marqueurs de risque CV Imagerie Vitesse propagation onde de pouls Mesure Intima-Média (IMT) Biologie CRP ultrasensible Fibrinogène Homocystéine LpPLA2 Score de calcification coronaire, IPS, -sur des populations à très faible risque (prévention primaire, sujets jeunes, hétérogènes) -très difficile de démontrer une diminution du RCV absolu (encore plus dur RCV relatif)

12 Les marqueurs de risque CV Variable quantitative corrélée au RCV Marqueurs De RCV Population étudiée Groupe A T0 Population étudiée Groupe A Tx Avantages : Population diminuée Durée de suivi courte Effet mesuré précis Faible différence facilement observable RCV

13 Poids et taille, IMC, Sd métabolique Définition 2005 (IDF) Tour de taille 94 cm (H) ou 80 cm (F) et 2 critères ou plus parmi : TG élevé (>1,50g/L) HDL bas (<0, 40 g/l H, <0,50g/L F) HTA 130/85 Glycémie > 1g/L Important à dépister Risque de développer un DT2 x10, Augmente le RCV Retrouvé chez 80% des DT2

14 2. Les pathologies inflammatoires et le risque cardiovasculaire (RCV)? Pathologies inflammatoires Connectivites Vascularites

15 PR et risque cardio-vasculaire (1) Cohorte de Stockport : 1010 PR, Suivi moyen : 11,4 ans (12/2002), 470 décès Augmentation de la mortalité cardiovasculaire pour les PR établies + 30 à 50 %! Coodson Ann Rheum Dis, 2005

16 PR et risque cardio-vasculaire (2) PR récente : NOAR (Norfolk Arthritis Register) 1236 patients suivis 6,9 ans : 160 décès PR séropositive OR mortalité CV femmes : 2,02 OR mortalité CV hommes : 1,34 «Mortalité non significative si absence de positivité» Goodson NJ et al. Arthritis Rheum, 2002

17 PR et risque cardio-vasculaire (3) Le Nurse Health Study (Boston) femmes (30-55 ans) suivies de dont PR : 527 patientes RR IDM : 2,00 (1,23-3,29) RR AVC : 1,48 (0,7-3,12) PR évoluant depuis 10 ans RR IDM : 3,10 (1,64-5,87) Indépendant des facteurs de risque CV! Solomon Circulation, 2003, 107: 1303c

18 Psoriasis (1) Augmentation de la mortalité cardiovasculaire Augmentation du risque d IdM (jeune avec Pso sévère) Augmentation du score de calcifications coronaires Augmentation du risque d AVC IMT plus élevé lors du Pso Fréquence de l obésité plus élevé (FDR de Pso ou conséquence du Pso et de ses TTT?) Diabète, Sd métabolique plus fréquent Cheng Arch Dermatol Res 2012;304 : HTA plus sévère Armstrong PLoS One 2011; 6

19 Psoriasis (2) Augmentation de la mortalité cardiovasculaire : +57% Mehta Eur Heart Journal 2010; 31: Principale cause de mortalité lors du RhumPso : CV! Abuabara Br J Dermatol 2010;163 : Abuabara Br J Dermatol 2010;163 :

20 Lupus Érythémateux Disséminé et RCV Cohorte Euro-Lupus : liaison entre RCV et LED dans les études épidémiologiques Euro-Lupus Autoimmunity Reviews 5 (2006)

21 ARTHRITIS & RHEUMATISM 54,8, 2006;

22 LED et RCV LED et maladies cardio-vasculaires : 2 à 4 X plus d hospitalisations pour : - IdM, -Insuffisance cardiaque -ou AVC en cas de LED avant 45 ans! ARTHRITIS & RHEUMATISM 42, 2,1999, pp

23 LED et IdM LED 30-60ans RR IdMx8 Am J Epidemiol Vol. 145, No. 5, 1997

24 Évaluation du RCV lors du LED Étude : 250 patientes LED 250 témoins appariées. Analyse des FDRCV selon Framingham, Décompte et projection du risque CV à 10 ans. Ici, âge moyen à 45 ans +/- 15 ans, soit ans avec RR de cardiopathie ischémique x8! ARTHRITIS & RHEUMATISM 48,11,2003;

25 Facteurs de risques et LED! Plus de diabète, plus d HTA, plus grand nombre de FDR en cas de LED! Risque estimé à 10 ans par Framingham identique. Pourtant risque d IdM x8! Les FDR CV de Framingham ne rendent pas compte du réél risque CV du lupus! Le lupus constitue à lui seul un FDR CV important! ARTHRITIS & RHEUMATISM 48,11,2003;

26 SAPL et RCV 1. ACC paraissent être un risque supérieur aux ACL au cours du LED. 2. ACC et ACL sont des facteurs influençant le risque de MTEV, d IdM, d AVC et de toutes thromboses Blood. 2003;101:

27 SAPL et RCV 58 patients SAPL (28 SAPL1aires et 30 SAPL 2ndaires) <45ans 58 témoins appariés en âge et FDR-CV Belizna C. Semin Arthritis Rheum Jun;37(6):373-80

28 Sclérodermie systémique et RCV Causes de décès au cours de la sclérodermie (2010, gpe EULAR sur base de donnée EUSTAR) 234 décès / % de décès attribués à la Ssc 35 % fibrose pulmonaire 19,3% 26 % HTAP 14,3% 26 % CV 14,3% 41% non liés à la Ssc 26,2%! 33 % infections 13,5% 31 % cancer 12,7% 29% CV 11,9% Proportions de décès cardio-vasculaires proches du lupus et de la polyarthrite rhumatoïde (30-40%) Patients sclérodermiques à considérer comme à haut risque cardio-vasculaire

29 Sclérodermie systémique et RCV Quelles atteintes? GB, 865 patients SSc de 1986 à 2011 : -FDR CV -événements CV et mortalité incidente -comparaison pour calcul RR avec population appariée RRIdM=1,80 RRAOMI=4,35 RRAVC=2,61

30 Sclérodermie systémique et AOMI Étude chinoise supportée par l EULAR 48SSc vs 46 contrôles : Analyse des FDR CV, de l IPS, du Score de Rodnan, biologie, etc Ssc seul FDR indépendant de l AOMI Conclusion des auteurs : -IPS bas (donc AOMI) liée à l activité cutanée de la SSc, -SSc FDR d AOMI -probablement athéromateux «pur» Corrélation inverse Rodnan et IPS Indépendant durée, Ac, HTAP, Raynaud, IRénale

31 Maladie de Behçet Peu de données mais RCV surtout lié à atteinte artérielle RCV lié à l atteinte vasculaire (veineuse et/ou artérielle) RCV surtout lié à la mortalité CV Saadoun D Medicine 2012;91: 18Y24 Orphanet Journal of Rare Diseases 2014, 9:42

32 Vascularites et RCV

33 Maladie de Takayasu 3 phases : inflammatoire>>tardive>>séquellaire Peu de conséquence majeure car collatérales! Phase inflammatoire et Phase tardive : dysfonction endothéliale Acta Cardiol Feb;69(1):45-9. Phase séquellaire : correction? Int J Cardiol Apr 14;108(3):385-90

34 Maladie de Takayasu Takayasu Contrôles P Nombre N=45 N=47 Appariement âge et IMC Sd Métabolique ,003 HTA <0,001 Dyslipidémie 0,001 HyperInsulinémie 0,021 ApoE 0,029 CRPus <0,001 Takayasu avec ou sans Sd Métabolique : Corrélation de la CRPus avec l IL6 uniquement chez les patients avec Takayasu et Sd Métabolique J Rheumatol Nov;40(11):

35 Maladie de Horton +70% d événements CV 2x plus d IdM +27% d AVC 2x plus d AOMI Surtout les 6 premiers mois! Tomasson G et al. Ann Intern Med January 21; 160(2):

36 Maladie de Horton Mortalité cardiovasculaire + élevée en cas d aortite liée à la GCA Corticothérapie + longue et rechutes plus fréquentes en cas d aortite liée à la GCA Agard C. J Rheumatol Nov;39(11):

37 Vascularite associée aux ANCA et RCV Morgan MD et al. Arthritis Rheum 2009 ; 60 (11):

38 Morgan MD et al. Arthritis Rheum 2009 ; 60 (11): Vascularite associée aux ANCA (VAA) et RCV Facteurs de risque d événements cardiovasculaires

39 Estimation/prédiction du RCV lors des VAA Suppiah R and al. Arthritis Care Res ; 63:

40 3. Quels risques? Quelle responsabilité? La maladie Les auto-anticorps Les traitements Un modèle?

41 Responsabilité de la maladie sur le RCV Maladie : âge d apparition activité de la maladie complication : infection, Irénale, atteinte inflammatoire vasculaire, etc FDRCV avant Poussée Rechute FDRCV après TTT d attaque TTT d entretien

42 LED, anticorps et RCV Les informations lors du suivi EURO-PROJECT : -pas de sur-risque chez les hommes ou chez les sujets avec début tardif. -FAN+ à un fort taux : moins de phénomènes thrombotiques et vasculaires. -Anticorps anti-ssb : plus de thromboses et de risque CV, pas de différence avec les autres spécificités. -SAPL = + de thrombose ; Facteur Rhumatoïde indifférent. -5 premières années : manifestations du lupus>rcv -après 5 ans : manifestations du lupus<rcv Lié à l évolution de la maladie? Aux TTT? Autres? Autoimmunity Reviews 5 (2006)

43 VAA, type d ANCA et RCV Suppiah R and al. Arthritis Care Res ; 63:

44 Physiopathologie : les TTT et le risque CV Corticoïdes : influence l augmentation du Chol.tot, de l ApoB, l hyperglycémie et l HTA. Anti-paludéens : effets anti-coagulants suspectés, baissent le Chol.tot et augmentent les HDLc. Anti-TNF :diminuent les effets inflammatoires, réduisent les HDL oxydés, autres actions? MTX : décrit comme protecteur du RCV dans la PR et le RhumPso, pas de données dans les autres pathologies Autres immuno-suppresseurs (azathioprime, Cyclophosphamide, etc ) : plutôt protection mais meilleur contrôle de la maladie et maladie plus active!

45 Comparaison des TTT et du RCV AntiTNF : -30% d événements CV -41% d IdM -25% d Icardiaque -43% d AVC -70% d événements majeurs Roubille C et al. Ann Rheum Dis 2015;74:

46 Comparaison des TTT et du RCV MTX : -28% d événements CV -19% d IdM -20% d Icardiaque (réduction des AVC NS) (réduction des événements majeurs NS) Roubille C et al. Ann Rheum Dis 2015;74:

47 Comparaison des TTT et du RCV Anti inflammatoires: +18% d événements CV (anti-cox2 +36% non AntiCox2 +8%) IdM et Icardiaque NS 2,15x plus d AVC (HTA?) (augmentation des événements majeurs NS) Roubille C et al. Ann Rheum Dis 2015;74:

48 Comparaison des TTT et du RCV Corticoides : +47% d événements CV +41% d IdM +42% Icardiaque +57% d AVC (HTA?) +62% d événements majeurs Roubille C et al. Ann Rheum Dis 2015;74:

49 Les corticoïdes Br J Pharmacol Mar; 156(5):

50 Physiopathologie Facteurs liés à l inflammation : Augmentation de l IL6 Activation des Lymphocytes T Élévation de la CRPus Hyperhomocystéinémie Virus AINS CTC Facteurs métaboliques : HyperLDL HypoHDL/HDL oxydés Résistance à l insuline (résistine) Augmentation leptine/ baisse adiponectine HTA Dysfonction endothéliale Sd Métabolique «Réparation» endothéliale au stress RCV

51 Vers un modèle? RCV temps

52 4. Comment agir? Les études d intervention? Traitements? Quels outils? Recommandations pratiques?

53 Quels traitements? Statines : efficaces sur la réduction des plaques et des marqueurs de RCV chez des patients avec CRPus augmentée (Jupiter et Météor avec Rosuvastatine). IEC : forte diminution du RCV Aspirine prévention 1aire : SAPL! Sinon

54 Recommandations et évaluation du RCV lors des vascularites Suppiah R and al. Arthritis Care Res ; 63:

55 Recommandations pour le Psoriasis Kimball et al. J Am Acad Dermatol ; 58 : D après Am Heart Assoc 2008

56 Recommandations pour le LED Arnaud L et al. Rev Med Interne Nov 14.

57 Recommandations pour le LED Arnaud L et al. Rev Med Interne Nov 14.

58 Recommandations pour la PR

59

60 Marqueurs de risque Épaisseur Intima-Média (IMT), propagation onde de pouls, CRPus, Rapport ApoB/A, etc sur des populations à très faible risque (prévention primaire, sujets jeunes, hétérogènes) : -très difficile de démontrer une diminution du RCV absolu (encore plus dur RCV relatif) -utile de montrer une baisse significative d un marqueur quantitatif, corrélé au RCV -Exemples : 1/ intérêt des statines dans la prévention primaire des événements CV au cours des vascularites inflammatoires (STATVASC,) : Onde de pouls, IMT faible effectif avec résultats. 2/ Régime alimentaire sous CTC : CORTISEL

61 C est facile? Oui! Quel est votre âge? Quel est votre poids et taille? HbA1c Glycémie EAL Créatinine Tabac? Diabète? HTA? Avez-vous des ATCD familiaux? Modifications du mode de vie (activité physique, réduction pondérale, sevrage tabagique, régime modéré en sel, etc) Interventions médicamenteuses (Statines, Antihypertenseurs, antidiabétiques)

62 C est facile? Non! Comment dépister diabète ou HTA méconnues? Intox tabac? Durée? Intensité? Poids et taille déclarée ou mesurée? Quels ATCD familiaux? Valeur en dépistage? Marqueur HbA1c biologique Glycémie de risque EAL? Créatinine A quel échelle de risque se fier? Comment modifier le mode de vie? Quelles priorités pour chaque patient? Quelle(s) motivation(s) pour le patient? Interventions médicamenteuses? Ordre?

63 Activité physique : Travail ou loisir? Toomingas A. BMC Public Health 2012 Chau JY. Prév Med 2012 Mar-Apr 54;3-4 :

64 5. Conclusion Demain je fais quoi? Pour mes patients?

65 Take-Home messages Patients avec maladies chroniques : survie longue donc RCV 30 à 40% des décès Dépister les FDRCV pour nos patients Dépistage exhaustif (+ utile Score) Choix des traitements : plus efficaces, éviter AINS, plus petite dose de CTC Tenir compte du RCV dans le choix du TTT? Objectif de contrôle optimal de la maladie Mesures simples médicamenteuses (Statine/IEC) hygiénodiététiques (tabac, poids, activité) Aspirine si RCV >5% (ou bien si APL+)

66 Merci! Merci!

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose

LDL cholestérol, CRP et athérosclérose LDL cholestérol, CRP et athérosclérose Pierre-louis MICHEL Congrès de l AFLC. Beyrouth 23 26 Novembre 2005. B Qu est-ce que la «C-Reactive Protein» (CRP)? Facteurs de risques in f l am m ato ires LDL

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie

Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux. Epidémiologie Dyslipidémies et accidents ischémiques cérébraux Epidémiologie Cholestérol et accidents ischémiques cérébraux: plan I Lipides et atteintes des grosses artères cérébrales: 4 Epidémiologie lipides et risque

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé

Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé Hyperuricémie : un facteur de risque souvent négligé MEH CHERIFI,M ARAB ; A RAMDANI, F ALIBDESSAMED, Z GUECHI 21ème Congrès National de Médecine Interne. Tlemcen 15, 16 et 17 mai Introduction I PM : 168

Plus en détail

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B

Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Exploration d une anomalie lipidique (EAL) en 2015: Place du dosage de l Apo A et de l Apo B Nabiha KAMAL Laboratoire de Biochimie Faculté de Médecine et de Pharmacie de Casablanca CHU Ibn Rochd de Casablanca

Plus en détail

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine

Les données présentées à l ACC concernant la rosuvastatine CONGRES American College of Cardiology Mars 2009 F. DIEVART Clinique Villette, PARIS. Les études avec la rosuvastatine (AURORA et les analyses de JUPITER) et l étude ACTIVE A Les données présentées à l

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Le diabète : définition

Le diabète : définition Le diabète : définition Glycémie à jeûn > 7mmol/l ou 1,26g/l (après au moins 8 heures de jeûne) dosage effectué sur 2 prélèvements différents Ou Glycémie prise à n importe quel moment de la journée 2g/l

Plus en détail

Risque cardiovasculaire sous contrôle

Risque cardiovasculaire sous contrôle beawolf Risque cardiovasculaire sous contrôle Tous concernés! De quoi s'agit-il? Les accidents cardiovasculaires sont dus, le plus souvent, à la formation d un caillot venant boucher une artère du cœur

Plus en détail

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012

LUPUS et GROSSESSE. Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 LUPUS et GROSSESSE Dr Nadine Champel CH THIERS nov 2012 Lupus et grossesse : pathogénie Facteurs immunogénétiques Facteurs environnementaux Facteurs immunohormonaux Ovulations fluctuent avec les poussées

Plus en détail

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature

Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature PROBIOQUAL E.P.U. de BIOLOGIE Séance du 13/03/06 Bilan lipidique: nouvelles recommandations, nouvelles nomenclature Agnès SASSOLAS, biologiste P.H. UF Lipides- Dyslipidémies - Biochimie Groupe Hospitalier

Plus en détail

Pas de conflit d intérêt

Pas de conflit d intérêt Pas de conflit d intérêt Actualités dans la prévention secondaire de l AVC Dr S Debiais, Dr I Bonnaud, Dr D Saudeau Service de Neurologie, CHRU de Tours FMC septembre 2008 AVC : Pourquoi les prévenir?

Plus en détail

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares

Hypo-HDLémie? Que Faire devant une. Pascale Benlian. Laboratoire de Référence R. pour le Diagnostic des Maladies Rares Que Faire devant une Hypo-HDLémie? Pascale Benlian Laboratoire de Référence R pour le Diagnostic des Maladies Rares Endocrinologie, INSERM U 538 Hôpital Saint Antoine, Paris pascale.benlian@sat.aphp.frsat.aphp.fr

Plus en détail

Hypertension artérielle et diabète. Dr.N.LANASRI Service de médecine interne Hopital de AIN-TAYA Pr.A.BIAD

Hypertension artérielle et diabète. Dr.N.LANASRI Service de médecine interne Hopital de AIN-TAYA Pr.A.BIAD Hypertension artérielle et diabète Dr.N.LANASRI Service de médecine interne Hopital de AIN-TAYA Pr.A.BIAD DEFINITION - EPIDEMIOLOGIE Diabète 2: glycémie 7 mmol/l 1,26 g/l HTA: 140/90 mm Hg ANAES 140/80

Plus en détail

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke

Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke Abdel Khalil, Ph.D. Département de médecine. Service de gériatrie Université de Sherbrooke L athérosclérose Une maladie inflammatoire chronique des grosses artères, à localisation intimale, dont l agent

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1

Structurer le dossier médical des diabétiques. Module FMC à distance ANCRED N 1 Structurer le dossier médical des diabétiques Module FMC à distance ANCRED N 1 1 Objectifs du module (1) Savoir analyser, et (2) Classer selon leur gravité dans le dossier médical, les informations collectées

Plus en détail

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an DEFINITION APPAREIL CARDIO-VASCULAIRE Buts : apporter aux organes ce dont ils ont besoin(o2 ) eliminer les déchets(co2.) APPAREIL : Pompe=cœur Tuyaux=artéres/veines PREMIERE CAUSE DE MORTALITE: 180.000/an

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne.

Annuaire des consultations spécialisées de médecine d altitude : http://www.ffme.fr/uploads/medical/documents/liste-cs-medecine-montagne. Pathologies chroniques et séjour en altitude : Recommandations pour le médecin généraliste D après la thèse du Dr Gilles de Taffin Les recommandations d usage à rappeler : Éviter l arrivée directe à des

Plus en détail

Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011.

Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011. 4ème Congrès de la SAMEV Institut Pasteur Delly Brahim 20, 21, 22 Mai 2011. Cas clinique FMC sur les Statines Les Statines : une des armes multi-cibles précoce du Syndrome Métabolique Pr Fifi OTMANI, Service

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes

Fiche mémo. Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire. Juillet 2013. Généralités. Critères d éligibilité des méthodes Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la et complète plusieurs documents sur ce thème produits

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette?

Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Le Tabac, Mon Cœur et la e-cigarette? Pr Alain FURBER Chef de Service de Cardiologie CHU Angers Président régional de la Fédération Française de Cardiologie Les Facteurs de risque essentiels des Maladies

Plus en détail

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3

PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 PREVENTION CARDIOVASCULAIRE DCEM 3 Madame Rose V, 62 ans, comptable, vient vous consulter dans le cadre du suivi d un diabète de type 2 traité depuis 11 ans, ainsi qu une HTA traitée depuis 8 ans. C est

Plus en détail

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1

Principales pathologies à risque cardiovasculaire/facteurs de risque cardiovasculaires 1 Fiche mémo Contraception chez la femme à risque cardiovasculaire Juillet 2013 Cette fiche mémo fait partie d un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce

Plus en détail

Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose

Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9 : facteurs de risque de l athérosclérose L athérosclérose et les facteurs de risque, font l objet

Plus en détail

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression?

Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Néphropathie diabétique Qu est-ce qui fait souffrir le rein?: Comment ralentir la progression? Dr. Etienne LARGER Hôtel Dieu de Paris UniversitéParis 5 et INSERM U 833 La néphropathie diabétique en chiffres.

Plus en détail

DM : L ATHÉROSCLÉROSE

DM : L ATHÉROSCLÉROSE PARTIE II : Cœur et circulation Chapitre 1 : Vaisseaux sanguins et circulation sanguine DM : L ATHÉROSCLÉROSE Objectifs : Définir l athérosclérose Définir les facteurs de pathogénicité en lien avec la

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Insuffisance Rénale Chronique

Insuffisance Rénale Chronique Spécificités du Risque Cardiovasculaires chez les Patients en Insuffisance Rénale Chronique Définition et classification des maladies rénales chroniques Anomalies persistantes depuis plus de 3 mois : Insuffisance

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Dépression et les maladies cardiovasculaires

Dépression et les maladies cardiovasculaires Dépression et les maladies cardiovasculaires Jeffrey Rado, M.D. Assistant Professor of Internal Medicine and Psychiatry Rush University Medical Center Chicago, IL USA Les maladies cardiovasculaires sont

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Les diabètes «atypiques»

Les diabètes «atypiques» 6 ème Congrès de la SMGT 13 décembre 2014 Les diabètes «atypiques» Emna Haouat Endocrinologue-AHU Institut National de Nutrition Introduction et intérêt du sujet Diabètes = états d hyperglycémie chronique

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nouvelles recommandations de dépistage et de prise en charge Fabienne Viala Carla Chatelet Définitions OMS: «DG = trouble de la tolérance glucidique conduisant à une hyperglycémie

Plus en détail

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007)

Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) SYNTHESE DE RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES Polyarthrite rhumatoïde (PR) : prise en charge en phase d état (Septembre 2007) OBJECTIFS DES RECOMMANDATIONS : Avoir un impact sur la prise en charge quotidienne

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE

AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE AOMI, IPS et rigidité de l aorte A.SALAHMANSOUR, L.IDIR, K.ABERKANE, M.BENSEDIK, A.HOUCHI, S.OUERDANE Congrès SAMEV 2010 L artériopathie oblitérante des membres inférieurs Complication fréquente et redoutable

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE

LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE LA MALADIE D ALZHEIMER 1980-2010: APPORT DE L ÉPIDÉMIOLOGIE Annick Alpérovitch DR Emérite Inserm Université Pierre et Marie Curie - Inserm U708 «Neuroépidémiologie» LES GRANDES LIGNES DE CE TOUR D HORIZON

Plus en détail

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier

Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Dr Yves-Marie Pers CCA/AHU Unité clinique d Immuno-Rhumatologie & Thérapeutique des maladies ostéo-articulaires CHRU Lapeyronie Montpellier Quel est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires? Quelle

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

Activité physique et diabète de type 2

Activité physique et diabète de type 2 Activité physique et diabète de type 2 D après le référentiel de la Société francophone du diabète : Duclos M et al, Médecine des maladies Métaboliques. 2011; 6 : 80-96 Forum Santé Vertolaye Le 10/10/2013

Plus en détail

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT ALD 8 DIABÈTE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT GUIDE MÉDECIN -1- SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 GUIDE MEDECIN ALD 8 - DIABETE DE TYPE 1 DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT... 4 I. BILAN INITIAL... 4 I.1.

Plus en détail

Evaluation du risque Cardio-vasculaire MOHAMMED TAHMI

Evaluation du risque Cardio-vasculaire MOHAMMED TAHMI Evaluation du risque Cardio-vasculaire MOHAMMED TAHMI La pression artérielle normale n existe plus. L hypertension artérielle n existe plus. On soigne un risque cardiovasculaire. Plus celui-ci est élevé

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

Contraception. Les recommandations HAS

Contraception. Les recommandations HAS Contraception Les recommandations HAS Recommandations HAS Recommandations pour la pratique clinique : stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme. ANAES, 7 décembre 2004 Laisser les personnes

Plus en détail

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires

Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Prévention secondaire de la pathologie cardiaque par les antiagrégants plaquettaires Dr G. Pacouret Unité de Soins Cardiaques Intensifs Hôpital Trousseau, Tours. 45 ème Journées de Formation Médicale Continue

Plus en détail

Item 129 : Facteurs de risque cardio-vasculaire

Item 129 : Facteurs de risque cardio-vasculaire Item 129 : Facteurs de risque cardio-vasculaire Collège des Enseignants de Médecine vasculaire et de Chirurgie vasculaire Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Expliquer les facteurs

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998. conseils pratiques. Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon

LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998. conseils pratiques. Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon Prise en charge globale des hypercholestérolémies LA REVUE DU PRATICIEN - MÉDECINE GÉNÉRALE - NUMÉRO SPÉCIAL - AVRIL 1998 conseils pratiques Drs M. FARNIER, S. PICARD. Point médical, 21000 Dijon Il est

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12

Conclusions diabète, déclin cognitif, démences, maladie d'alzheimer et bénéfice expérimental des anticalciques et clinique des glitazones: 11-12 Diabète et démences Plan: diabète et démences - données anatomo-pathologiques: 3 - diabète et troubles cognitifs: 4 - risque de démences et maladie d'alzheimer: 5-7 - prédiabète, HTA du diabétique et démences:

Plus en détail

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE

RELATION ENTRE LE NON HDL CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE CONGRES FRANCO-MAGHREBIN DE MEDECINE INTERNE 17 Mars Gammarth 2011 RELATION ENTRE LE NON HDL CHOLESTEROL ET ATHEROSCLEROSE CAROTIDIENNE CHEZ LE DIABETIQUE DE TYPE 2 Ben Ahmed I, Ben Dahmen F, Bouzaidi

Plus en détail

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014

Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité et rhumatismes inflammatoires Dr Ottaviani Service de Rhumatologie Hôpital Bichat Staff du 23 Mai 2014 Obésité 1 Obesity Trends* Among U.S. Adults BRFSS, 1985 (*BMI 30, or ~ 30 lbs overweight for

Plus en détail

Tabagisme et syndrome métabolique

Tabagisme et syndrome métabolique Tabagisme et syndrome métabolique 6 ième Congrès de la SFT 9 nov. 2012 Ivan Berlin Département de Pharmacologie, Hôpital Pitié- Salpêtrière-Faculté de médicine, Université P.& M. Curie - INSERM U894, Paris,

Plus en détail

Voyages et Sports Loisirs

Voyages et Sports Loisirs Voyages et Sports Loisirs Dr Stéphane DOUTRELEAU Service de Physiologie et d Explorations Fonctionnelles CHU Strasbourg Déclaration de Relations Professionnelles - Disclosure Statement of Financial Interest

Plus en détail

RISQUES A LONG TERME. Les risques: lipodystrophies INFECTION PAR LE VIH:

RISQUES A LONG TERME. Les risques: lipodystrophies INFECTION PAR LE VIH: INFECTION PAR LE VIH: RISQUES A LONG TERME Dr Yann GERARD yann.gerard@orthez.aquisante.fr Réunion Rézopau le 5 février 27 Les risques: lipodystrophies Lipohypertrophie mammaire et abdominale Lipodystrophie

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis»

Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Analyse critique d article: «Chronic dialysis and death among survivors of acute kidney injury requiring dialysis» Wald R et al., JAMA 2009;302(11):1179-1185 P. Bardou CHU Limoges DESC réa med, session

Plus en détail

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires?

Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Les bouffées de chaleur sont elles un facteur de risque pour le vieillissement cérébral et les troubles cardiovasculaires? Docteur Gabriel ANDRE Vice-président du GEMVI STRASBOURG Les bouffées de chaleur,

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris

Le nouveau-né de la femme. Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Le nouveau-né de la femme obèse Delphine Mitanchez Service de néonatologie Hôpital Armand Trousseau Paris Épidémiologie 2000: 300 millions d obèses dans le monde NHANES 2003-2004: 32% obèses aux USA Femmes

Plus en détail

CRP : Acteur ou Marqueur?

CRP : Acteur ou Marqueur? CRP : Acteur ou Marqueur? Professeur Atul PATHAK Service de Pharmacologie Clinique Fédération des Services de Cardiologie INSERM U 858 Toulouse, FRANCE La Philosophie On identifie un paramètre (Physiopathologie

Plus en détail

LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2

LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 LES GRANDES ETUDES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Dr Ariane Sultan Dépt Endocrinologie, Diabète, Nutrition Équipe Nutrition-Diabète CHU Lapeyronie, Montpellier Les données épidémiologiques 1/Relation + HbA1c

Plus en détail

Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI

Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI 10eme Journée du REIVAC 10/04/2015 Déterminants de la couverture vaccinale chez les patients ayant une MAI Paul Loubet CIC Cochin Pasteur Plan AVNIR Littérature Discussion Conclusion Introduction MAI +

Plus en détail

La maladie de Horton (Artérite à cellules géantes) Dr Alexis Régent Service de médecine interne, Hôpital Cochin

La maladie de Horton (Artérite à cellules géantes) Dr Alexis Régent Service de médecine interne, Hôpital Cochin La maladie de Horton (Artérite à cellules géantes) Dr Alexis Régent Service de médecine interne, Hôpital Cochin Introduction Pan artérite giganto-cellulaire non nécrosante touchant les vaisseaux de gros

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis

Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis Dr Gilles Lerussi, Dr Reuben Veerapen, Dr Matthieu Guillou, Dr Jean Michel Radoux, Clinique Sainte Clotilde, Saint Denis REUNION/ France METROPOLITAINE INTRODUCTION Spécificité AOMI chez le diabétique

Plus en détail

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE

E.I.A CARDIO : BIOLOGIE E.I.A CARDIO : BIOLOGIE A SAVOIR ABSOLUMENT( ou pas ) - La formule de Friedewald et ses conditions d application - Les différentes classes de dyslipidémie - Les différents facteurs de risques cardiovasculaires

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail