Universite de Montreal. Par. Daniel Rajotte. Programme de biologie moleculaire. Faculte des etudes superieures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Universite de Montreal. Par. Daniel Rajotte. Programme de biologie moleculaire. Faculte des etudes superieures"

Transcription

1 Universite de Montreal ETUDE SUR LA SIGNALISATION INTRACELLULAIRE ET LA RELATION STRUCTURE FONCTION DU RECEPTEUR POUR LE GM-CSF Par Daniel Rajotte Programme de biologie moleculaire Faculte des etudes superieures These presentee a la Faculte des etudes superieures en vue de I'obtention du grade de Philosophie Doctor (Ph.D.) en biologie moleculaire Juin, Daniel Rajotte, 1996

2 Acquisitions and Acquisitions et Bibliographic Services. servrces bibliographiques 395 WeKington Smet 395. me Wellington OaawaON K1AW Ottawa ON KIA ON4 CaMda Canada The author has granted a nonexciusive licence allowing the National Library of Canada to reproduce, loan, dismbute or sell copies of hidher thesis by any means and in any form or format, making this thesis available to interested persons. The author retains ownershp of the copyright in hidher thesis. Neither the thesis nor substantial extracts fiom it may be p ~ted or othenvise reproduced with the author's permission. L'auteur a accorde une licence non exclusive pernettant a la Bibliotheque nationale du Canada de reproduire, preter, distniiuer ou vendre des copies de sa these de quelque maniere et sous quelque fome que ce soit pour mettre des exemplaires de cette these a la cisposition des personnes interessees. L'auteur conserve la propriete du droit d'auteur qui protege sa thbe. Ni la thqe ni des edts substantiels de celle-ci ne doivent &We imprimes ou autrement reproduits sans son autorisation.

3 Universite de Montreal Facult6 des etudes superieures Cette these intitulee: ETUDE SUR LA SIGNALISATION INTRACELLULAIRE ET LA RELAT~ON STRUCTURE FONCTION DU RECEPTEUR POUR LE GM-CSF prksentee par: Daniel Rajotte a ete evaluee par un jury compose des personnes suivantes: Mident du jury Directeur de recherche Mem bre du jury Examinateur externe Michel Bouvier Trang Homg Michael Debs An& Vdette

4 SOMMAIRE Le facteur de stimulation des granulocytes et des rnacrophages (GM-CSF) est une cytokine impliquee dans la proliferation et la survie des precurseurs des granulocytes et des macrophages. Le GM-CSF peut aussi stimuler la fonction des neutrophiles et des rnonocytes/macrophages matures. Le recepteur pour le GM-CSF (GMR) est constitue de deux chaines: a et PC. La chaine a peut lier le GM-CSF avec une faible affmite alon que I'association a/pc forme un recepteur fonctionnel de haute affinite. L'expression du GMR est restreinte principalement aux lignees de granulocyes1macrophages et aux cellules endotheliales. La lignee cellulaire M07E est dependante de GM-CSF ou d'lnterleukine-3 (11-3) pour sa survie. En absence de ces facteurs les cellules rneurent rapidement par apoptose. J'ai dernontre qu'un ester de phorbol (TPA) peut aussi inhiber la mort cellulaire chez les cellules M07-E. La TPA est un activateur de la serine threonine kinase PKC. De plus, des inhibiteurs de PKC induisent I'apoptose en presence de GM-CSF ou l'll-3; ce qui confirme I'implication de la PKC dans la suppression de I'apoptose. Une stimulation au GM-CSF, IL-3 ou TPA induit rapidement une alcalinisation du ph intracellulaire (phi). Mes travaux demontrent qu'une alcalinisation du phi, dependante de I'antiport N~+/H+, est aussi essentielle 9 la suppression de I'apoptose. J'ai genere des lignees de fibroblastes qui expriment les deux chaines du recepteur GM-CSF. Dans ces transfectants (NIH GMR), le GM-CSF induit une reponse mitogenique transitoire. Dans les NIH GMR, le niveau d'activation par le GM-CSF du promoteur c-fos est etroiternent liee a I'amplitude de la reponse mitogenique. De plus, la presence d'une forrne dominante negative de c-fos inhibe completernent la proliferation induite par le GM-CSF. Des etudes de mutagenese sur le promoteur c-fos indiquent que les voies de signalisation Jak/STAT et Ras/MAPK contribuent toutes les deux a la transcription de c-fos en reponse au GM-CSF. L'activite MAPK joue un r6le central dans la

5 transcription de c-fos puisque la surexpression d'une forme dominante negative de la MAPK inhibe aussi la transcription dependante des facteurs STAT. Dans le but de rnieux comprendre I'interaction du GM-CSF avec son recepteur nous avons genere un modele tridimensionnel de ce complexe base sur le cristal de I'horrnone de croissance associee a son recepteur. Des etudes de mutagenese dirigee m'ont ensuite permis d'identifier un point de contact entre le GM-CSF et la chaine a du GMR qui est important a la fois pour la formation du recepteur de faible et de haute affinite et aussi pour I'activite biologique. De plus, mes observations suggerent que les chaines a et pc de GMR peuvent interagir en absence du ligand. En resume, ces travaux apportent une meilleure comprehension de I'interaction ligand-recepteur et de la signalisation intracellulaire par GMR. J'ai identifie des voies de signalisation impliqukes dam la survie celluiaire et dans la proliferation. Enfin, I'approche utilisee pour etudier I'interaction du GM-CSF avec son recepteur, qui combine a la fois la modelisation assistee par ordinateur et la mutagenese dirigee, sera possiblement utile dans I'avenir non seulement pour mieux comprendre I'activation du GMR mais pourra aussi s'appliquer aux autres recepteurs de la mcme famille.

6 TABLE DES MATIERES IDENTIFICATION DU JURY... ii SOMMAIRE... iii LlSTE DES TABLEAUX LlSTE DES LlSTE DES... FIGURES... SIGLES ET ABR~/IATIONS... viii ix xii REMERCIEMENTS... xvi DEDICACE... xvii PREMIERE PARTIE: INTRODUCTION... 1 CHAPITRE I: LE GM-CSF DANS LE CONTROLE DE la PROLIF~~~TION ET LA SURVlE CELLULAIRE Les cytokines et I'hematopoiese La mort cellulaire par apoptose Le GM-CSF... I1 CHAPITRE 2: STRUCTURE MOL~CULAIRE DU GM-CSF ET DE SON R~CEPTEUR... I Structure moleculaire du GM-CSF La famille des recepteurs a cytokines La structure moleculaire des recepteurs a cytokine Le recepteur GM-CSF.. 28 CHAPITRE 3: SIGNALISATION INTRACELLUlAIRE PAR LE RECEPTEUR GM-CSF La voie de la proteine kinase C (PKC)

7 3.2 La voie de Ras La voie de STAT Regulation transcriptionnelle de c-fos Signalisation dans la suppression de I'apoptose et la proliferation CHAPITRE 4: LE COMPLEXE GHIGHR. UN MODELE POUR L'INTERACTION CYTOKINE R~EPTEUR Le complexe GHiGHR, Relation structure-fonction pour le GM-CSF et son recepteur DEUXIEME PARTIE: PRESENTATION DES MANUSCRITS CHAPITRE 5: ROLE OF PROTEIN KINASE C AND THE NA'/H+ ANTIPORTER IN SUPPRESSION OF APOPTOSIS BY GRANULOCYTE MACROPHAGE COLONY STIMULATING FACTOR AND INTERLEUKIN Resume Introduction Materiel et Methodes Resultats Discussion References CHAPITRE 6: CONTRIBUTION OF BOTH STAT AND SRFflCF TO C-FOS PROMOTER ACTIVATION BY GM-CSF Resume Introduction 77 Materiel et Methodes Resultats... 85

8 vii Discussion References CHAPITRE 7: HUMAN GM-CSF RECEPTOR: HOMOLOGY MODELLING AND ROLE OF THE RESIDUE Arg280 OF THE cr CHAIN IN RECEPTOR ASSEMBLY Resume Introduction... Materiel et Methodes Resu ltats Discussion References...., TROISIEME PARTIE: DISCUSSION G NERALE CHAPITRE 8: DISCUSSION G~NERALE ET CONCLUSIONS Apoptose et acidification du phi PKC et le metabolisme des lipides dans le contr6le de I'apoptose Les voies d'activation de c-fos et la reponse mitogenique Duree et amplitude du signal dans la regulation de I'activite biologique Aspects moleculaire de I'activation du recepteur GM-CSF BIBLIOGRAPHIE ANNEXE I: Product of the Steel locus suppresses apoptosis in hemopoietic... cells i-l ANNEXE II: A dominant negative GM-CSF receptor a chain reveals the multimeric structure of the receptor complex... ii-1

9 viii LISTE DES TABLEAUX Tableau 1.I: Tableau 2.1 : Tableau 2.2: Tableau 2.3: Tableau 5.1: Tableau 5.2: Tableau 5.3: Tableau 6.1: Tableau 7.1 Tableau 7.2 Caracteristiques de I'apoptose et de la necrose Classification des cytokines a 4 helices-a Les grandes classes de recepteurs La famille des recepteurs a cytokines (classe I) Cornparaison of the median effective concentration of GM-CSF and IL-3 in suppressing apoptosis and the Kd of the radioligands Effect of staurospon'ne on the suppression of apoptosis by 11-3 and GM-CSF Effect of H7 on the suppression of apoptosis by 11-3 and GM-CSF Cell proliferation, c-fos luciferase activity induction and ERK activity in response to GM-CSF and TNF Binding of mutant GM-CSF to wild type GMRa Binding of wild type GM-CSF by mutated GMRa in.. assoc~at~on with pc

10 LlSTE DES FIGURES Figure 1.1 : Figure 2.1: Figure 2.2: Figure 2.3: Figure 2.4: Figure 3.1 : Figure 3.2: Figure 3.3: Figure 3.4: Figure 3.5: Figure 3.6: Figure 3.7: Figure 4.1 : Figure 5.1 : Figure 5.2: Figure 5.3: Figure 5.4: Le GM-CSF dans le contrde de la proliferation et la survie cellulaire La structure moleculaire du GM-CSF Le repliement des segments P du domaine CRM Emergence evolutive des recepteurs a cytokines Expression du recepteur GM-CSF Les voies de formation du DAG et son action Homologie de structure entre le TPA et le DAG Les derives de I'amiloride Rdle des molecules adaptrices dans I'activation de.. la proteine Ras La regulation de la proteine Ras Les substrats de la MAPK elements de regulation du promoteur c-fos Structure moleculaire du complexe GHIGHR, Kinetics of onset of apoptosis in M07E cells The suppression of apoptosis by GM.CSF. and TPA is dose dependent Effect of protein kinase inhibitors on the suppression of apoptosis by 11-3 and GM-CSF Effect of protein kinase inhibitors or amiloride derivatives on the cell lines HL.60. OCI.AML.1. and IRCM

11 Figure 5.5: Figure 5.6: Figure 5.7: Figure 5.8: Figure 5.9: Figure 6.1: Figure 6.2: Figure 6.3: Figure 6.4: Figure 6.5: Figure 6.6: Figure 6.7: Figure 6.8: Figure 7.1 Figure 7.2 Effect of sphingosine on the cell lines M07E and OCI-AML1 cells lrnmunoblot analysis of the subcellular distribution of protein kinase C in M07E cells... Effect of 11-3, GM-CSF and TPA on intracellular ph of M07E cells... Arniloride derivatives prevents the biologic effect of IL-3 and GM-CSF in suppressing apoptosis... Arniloride derivatives prevents the suppression of apoptosis by TPA GM-CSF dependent cell proliferation and activation of c-fos promoter activity... GM-CSF activates both the SRE and SIE sites of the c-fos promoter... GM-CSF induces the tyrosine p hosp horylation of JAK-2 and STAT3... Activation of STAT1 and STAT3 by GM-CSF in NIH GMR transfectants..... Dose dependent activation of STAT3 in TF-1 and STAT113 in NIH GMR... Kinetics of ERKI activation by GM-CSF... Contribution of ERKI to SRE and SIE dependent activation of the c-fos promoter by GM-CSF... Shematic representation of pathways activated by GM-CSF that converge on c-fos promoter activation. Homology modelling of the GM-CSF receptor complex with its ligand on the basis of the crystal structure of the growth hormone receptor complex.... Potential receptor contact points on GM-CSF identified by homology modelling...

12 Figure 7.3 Figure 7.4 Figure 7.5 Figure 7.6 Figure 7.7 Figure 8.1 Figure 8.2 Binding of wild type GM-CSF to mutant GMRa Binding of wild type GM-CSF to mutant GMRa cotransfected with wild type pc '1 GM-CSF cross-linking at the surface of NIH 3T3 cells expressing R280 GMRa mutants and pc Ligand induced biological response of NIH 3T3 cells expressing both GMRaR280 mutants and pc Sequence alignment of the Ff-G' loop of the second cytokine receptor domain of GMRa with other cytokine receptors Le r61e des ceramides dans le metabolisrne des.. sphingolrpldes Modele du contrde molecu laire de I'acidification du phi et de I'apoptose

13 xii LlSTE DES SlGLES ET ABREVIATIONS ADN ADP AMPc AP-I Arg Asp ATP BcI-2 CNTF CRE CREB CRM CSF-1 R CYS D DAG DNAse E EGF ElPA acide deoxyribonucleique adenosine di-phosphate adenosine monophosphate cyclique "activator protein-i " arginine acide aspartique adenosine tri-p hosp hate "B-cell leukemian "Ciliary NeuroTrophic Factor" "Ca Response Element" "Ca Response Element Binding proteinn "Cytokine Receptor Motif" recepteur pour M-CSF cysteine acide aspartique d iacylg lycerol deoxyribonuclease acide glutamique "Epidermal Growth Factor" 5-(N-ethyl-N-isopropy1)-amiloride

14 PO FAP FBN FLTL fmlp G-CSF GH GHR Glu GM-CSF GMR H hgm-csf His HMA IFN IL- ISGF3 ISRE JAK JNK K erythropoiettine "Fos AP-I siten domaine fibronectine ligand de FLT N-formyl methionyl leucyl phenylalanine 'granulocyte colony stimulating factor" hormone de croissance recepteur pour I'hormone de croissance acide glutamique "granulocyte-macrophage colony stimulating factor" recepteur pour le GM-CSF histidine GM-CSF humain histidine 5-(N, N-hexamethy1ene)-amiloride interferon interleuline "IFN-stimulated gene factor 3" "IFN-stimulated response element" "Janus kinase" "Jun kinase" lysine

15 xiv LIF LMA LTB4 MAPK M-CSF MEP mgm-csf MIP-la NGF NGFR NIH GMR PAF PC PDGF phi PI-3M PKC PLC PLD PRL Ptdlns "leukemia inhibitory factor" leucemie myelolde aigue leucotriene B4 "Mitogen associated protein kinasen "macrophage colony stimulating factor" "Myb-Ets transformed progenitors GM-CSF murin "macrophage inhibitory protein" "neuronal growth factor" recepteur pour le NGF transfectants NIH 3T3 exprimant les deux chaines du recepteur GM-CSF "platelets activating factor" phosphatidyl choline "platelets derived growth factor" ph intracellulaire phosphatidyl inositol 3-kinase proteine kinase C phospholipase C phospholipase D prolactine phosphatidyl inositol

16 R RAR SCL SF SFFV SIDA SIE SIF SOS SRE SRF STAT TGF TM TNF TPA TPO TRE arginine recepteur pour I'acide retinoique "stem cell leukemia" "steel factor" "spleen focus forming virusn syndrome imrnunodeficience acquise "sis-inducible element" "sis inducible factof "son of sevenless" "serum response elementn "serum response factor" "signal transducer and activator of transcriptionn "transforming growth factor" domaine transmembranaire "tumor necrosis factof 12-0-tetradecanoyl phorbol-i 3-acetate thrombopoletine "TPA response element"

17 XVI REMERCIEMENTS Les travaux presentes dans le cadre de cette these furent effectues dans le laboratoire d'hematopoiese et leucemie, dirige par le Dr. Trang Hoang, a I'lnstitut de recherches cliniques de Montreal. J'aimerais tout d'abord exprimer ma profonde gratitude a mon directeur de these, le Dr Trang Hoang. En plus de ses judicieux conseils, tant au niveau academique que scientifique, le Dr. Hoang a su me transmettre sa passion pour la recherche scientifique. Le laboratoire dans lequel j'ai t5volue fut toujours un environnernent tres stimulant et je voudais en remercier les membres. Tout specialement je remercie Andre Haman pour ses multiples conseils et son aide. Je voudrais egalement souligner ma reconnaissance au Dr Marie Trudel pour 11inter6t qu'elle a manifeste pour mes travaux. Je desire aussi temoigner mon affection envers Dominique Julien pour son soutien, sa patience et ses multiples encouragements. Finalement, je rernercie le Fonds pour les chercheurs et I'avancement de la recherche du Quebec (FCAR) et la Societe de recherche sur le cancer lnc. pour leur support financier.

18 xvii A mes parents,

19 INTRODUCTION

20 LE GM-CSF DANS LE CONTROLE DE LA PROLIFERATION ET LA SURVIE CELLULAIRE

21 Chaque jour, des milliards de cellules sanguines rneurent dans notre organisme. Il est important que cette perte enorme soit rapidernent cornpensee et finement contrelee. On peut regrouper sous le terme hernatopoiese I'ensemble des mecanismes qui assurent le renouvellernent et I'homeostase des cellules sanguines. C'est principalement dans la moelle osseuse que I'on retrouve les cellules souches pluripotentes qui sont a la base du systerne hematopoletique. Les cellules souches ont a la fois un potentiel d'autorenouvellement, de proliferation et de differenciation. Le contr6le de ces differentes voies biologiques est attribuable en grande partie a I'action d'hormones glycoproteiques appelees cytokines. La plupart des cytokines participent au contr6le de IfhematopoTese en faisant intervenir des mecanismes a la fois cellulaires et humoraux, imbriques les uns dans les autres, et qui aboutissent a me cascade d'evenernents biologiques. Les mecanismes d'action des cytokines dans le contrde de I'hematopoTese sont donc tres complexes et c'est pourquoi il est diwicile de determiner leurs effets propres et leurs mecanismes d'action. Les cellules hematopotetiques possedent a leur surface une multitude de recepteurs I cytokine. L'interaction cytokine-recepteur mene a une cascade d'evenernents rnoleculaires qui determine la nature de la reponse biologique. Bien que plusieurs cytokines et recepteurs aient ete caracterises et qu'une multitude de voies de signalisation ait ete identifiee, il existe peu de cas 00 cette cascade d'evenernents soit bien comprise. De plus, I'impact de ces evenements rnoleculaires sur la proliferation, la survie cellulaire ou plus simplement sur la transcription de nouveaux genes est peu connue dans son ensemble. Dans la presente these, j'ai identifie et caracterise certains mecanisrnes moleculaires impliques dans la reponse biologique induite par une des cytokines hernatopoietiques, le facteur de stimulation des granulocytes et macrophages (GM-CSF). Mon travail porte sur des evenements receptoriels et post-receptoriels tels que I'interaction iigand-rkcepteur et la signalisation

22 intracellulaire dans la survie et la proliferation cellulaire en reponse au GM- CSF. 1.I Les cytokines et I'hematopoTese L' hematopoiese est divisee en deux grandes voies de differenciation: lympholde et myelolde (Metcalf, 1984). La voie lympho'ide donne lieu a la formation des cellules B et T. La maturation des lymphocytes B se fait dans la moelle osseuse alors que les pro-thymocytes rnigrent de la moelle vers le thymus pour y subir une maturation finale en lymphocytes T. La voie myeloi'de mene a la formation de tous les autres types de cellules sanguines: neutrophiles, basophiles, eosinophiles, monocytes, plaquettes et erythrocytes. Dans la moelle, les cellules souches hernatopotetiques sont en contact avec des cellules nourricieres appelees cellules strornales. Ces demieres produisent plusieurs facteurs qui sont secretes ou associes a la membrane cellulaire. On denombre a ce jour plus de 20 differents facteurs de croissance ou cytokines impliques dans la production et la fonction des cellules myelo'ides (Dexter et Heyworth 1994). Ces facteurs sont produits soit par les cellules stromales ou encore par certaines cellules impliquees dans la reponse immunitaire comme les lymphocytes T, B et les macrophages (Arai et al., 1990). Vers la fin des annees soixante, les groupes de Donald MetcaM et de Leo Sach ont developpe les cultures clonales de cellules hematopomtiques (Metcalf, 1994). Ce test consiste a cultiver les cellules provenant de la moelle dans un milieu semi-solide. Dans des conditions favorables (facteurs de croissance, densite cellulaire) les cellules peuvent se multiplier et se differencier, donnant lieu a la formation de differents types de colonies. Chacune de ces colonies est donc issue d'une seule cellule. Le developpement de ce test, qui est encore largernent utilise de nos jours, a permis de dissequer les effets des differentes cytokines. Principalernent sur la base de donnees recueillies a I'aide de ces cultures clonales, ['ensemble des regulateurs

23 hematopo*ietiques peut &re arbitrairement divise en fonctionnels (Metcalf, 1994). Le premier groupe comprend quatre groupes les cytokines qui agissent sur les stades les plus immatures des progeniteurs hematopotetiques, pas tant en activant directement leur proliferation qu'en sensibilisant la reponse aux autres cytokines. Dans ce groupe on peut inclure llll-6, I'IL-1, LIF, SF, FLTL et I'IL-11. Le second groupe est compose de cytokines agissant sur des cellules plus matures que les precedentes mais ayant garde un potentiel de differenciation vers plusieurs lignees differentes: I'lnterleukine-3 (IL-3) et le GM-CSF en font partie. Le troisieme groupe comprend les cytokines qui sont generalement specifiques a une lignee de differenciation comme le G-CSF (granulocytes), M-CSF (macrophages), IL-5 (eosinop hiles), EPO (globules rouges) et TPO (plaquettes). Finalernent, le demier groupe inclus les cytokines qui ont plut6t un effet de regulation negative sur I'hernatopoTese comme le TNF, TGFP et MIP-la. Certaines cytokines peuvent stimuler la formation de plusieurs types de colonies in vitro. Toutefois, le champs d'action de chaque cytokine est unique et la combinaison de ces differents facteurs genere souvent une cooperativite ou encore des effets qui sont completement differents de ceux obtenus par I'addition de chaque facteur ajoute individuellement (Nicola, 1989; Metcalf, 1994). Bien que plusieurs cytokines permettent la differenciation des cellules souches en precurseurs ayant un potentiel plus restreint, il n'existe pas d'evidence claire qui indiquent que les cytokines puissent agir directement sur la differenciation cellulaire. Le programme de differenciation serait alors stochastique et le rde des cytokines dans I'hernatopoTese serait de maintenir la survie et de stimuler la proliferation des precurseurs jusqu'a la formation de cellules matures. C'est pourquoi mes travaux ont portes principalement sur la reponse proliferative et la survie cellulaire induite par le GM-CSF et j'elaborerai a la section 1.3 sur les donnees experimentales qui suggerent que la differenciation hernatopo*itique est stochastique.

24 Les cytokines n'agissent pas seulernent sur la formation des cellules sanguines normales, mais semblent aussi contribuer activement au processus de transformation cellulaire. Dans la leucemie myelorde aigue (LMA), on retrouve une augmentation du nombre de globules blancs circulants et une perte dans leur niveau de maturation et leur fonction. Certains desordres hematologiques comme les syndromes myeloproliferatifs ou encore les syndromes myelodisplasiques presentent un probleme soit au niveau de la proliferation ou de la maturation, mais ces deux syndromes peuvent prog resser en une LMA. Ceci suggere que la transformation leucemique complete necessite m e perturbation a la fois de la croissance et de la differenciation. Plusieurs genes impliques dans des translocations chromosomiques, comrne SCL, PBX, ou RAR, affectent la differenciation cellulaire (Sawyers et al, 1991). Les cytokines ou leurs recepteurs, qui sont aussi impliques dans les mecanismes de transformation, contribuent plutdt a stimuler I'expansion etlou maintenir la survie des clones leucemiques (Sawyers et al, 1991). Par exemple, il fut demontre que les blastes de LMA peuvent proliferer de fa~on spontanee, c'est-a-dire en absence de facteurs exogenes, lorsque cultives a haute densite cellulaire (Nara et McCulloch, 1985; Reilly et al., 1989). Des etudes subsequentes ont demontre que les blastes de LMA peuvent produire des cytokines de fapon autocrine. Des exemples de ces cytokines sont I'IL-I, IL-6, TNF et le GM-CSF (Hoang 1992). Dans plusieurs cas, ces facteurs procurent un avantage proliferatif aux blastes qui les produisent (Hoang 1992). Les travaux effectues par le groupe de Cory permettent de confirmer ces observations. En effet, la surexpression du gene homeotique Hox-B8 et de la cytokine IL-3 chez des cellules de moelle genere des cellules hautement leucemiques lorsqu'elles sont injectees a des souris (Perkins et al., 1990). Par contre, la surexpression de Hox-B8 seulement provoque une augmentation du potentiel d'autorenouvellement des cellules mais elles ne sont pas transfomees. Si on observe apres plusieurs mois des souris injectees avec des cellules portant le transgene Hox-BB on remarque qu'environ 30% ont

25 developpe une leucemie (Perkins et Cory, 1993). Dans ces cas, les cellules portent le transgene et ont acquis une production autocrine de la cytokine IL-3. Toutefois, malgre toutes ces observations, il n'y a jusqu'a maintenant aucune evidence claire suggerant que des genes codant pour des cytokines sont rearranges au niveau chromosomique. Par contre, il est possible que la production autocrine de facteurs soit due B une modification transcriptionnelle en cis ou trans. La transformation oncogenique par des virus est un autre exemple de I'implication des cytokines dans les mecanisrnes de transformation. Le virus SFFV peut induire une erythroleucemie chez la souris mais ne contient pas d'oncogenes cellulaires. Li et al. ont demontre qu'une des proteines de I'enveloppe (gp55) peut lier le recepteur de I'Epo et que cette association est essentielle pour la transformation (Li et al., 1990). En resume, la reponse biolog ique induite par les cytokines est impliquee dans I'homeostase du systeme hernatopotetique et par consequent une deregulation a ce niveau contribue a la transformation oncogenique. 1.2 La mort cellulaire par apoptose Une des toutes premieres observations concernant la culture in vitro des precurseurs h6rnatopotetiques fut de constater que ces derniers rneurent tres rapidernent en I'absence de facteurs exogenes. Malgre cette observation, le r6le des cytokines dans le contrde de la proliferation et de la differenciation cellulaire a fait I'objet de la plupart des etudes, de la fin des annees 60 a la fin des annees 80. Ceci peut possiblement s'expliquer par le fait que la mort cellulaire fut longtemps consideree comme un phenomene degeneratif, non regule, associe a des evenements purement accidentels. Le concept de la mort cellulaire vu comme un processus normal et regule physiologiquement est documente depuis environ 20 ans, mais c'est seulement depuis la fin des annees 80 qu'il a pris de I'importance dans la litteratwe. Des lors, on assiste a une veritable explosion des connaissances dans ce domaine. En

26 hematopolese, comme dans bien d'autres domaines, il s'agit d'un retours de balancier puisque le contr6le de la mort cellulaire y occupe maintenant une place preponderante. Dans cette section, je propose une breve description de la mort cellulaire par apoptose, suivie d'une revue des donnees experimentales qui ont suggerees initialement son importance dans I'homeostase du systeme hematopoletique et dans les mecanismes de transformation cellulaire. La classification de la mort cellulaire peut &re effectuee selon des criteres morphologiques ou encore selon les circonstances qui la provoque (Wyllie et al., 1980). Dans les deux cas, on arrive a distinguer principalement deux types de mort cellulaire: la necrose et I'apoptose. Leurs caracteristiques sont resumees dans le tableau I.l. La necrose est une mort accidentelle qui ne subit pas de regulation physiologique. Ce type de mort cellulaire est generalement associe a des dommages tissulaires importants et provoque souvent une reponse inflammatoire (McLean et al., 1965). La necrose, est une mort cellulaire passive puisqu'elle ne requiert aucune transcription, synthese proteique de novo et aucune regulation post-trad uctionnelle. L'etymologie du terme apoptose derive du grec et signifie "feuilles qui tornbent d'un arbre". Cette denomination fait reference aux toutes premieres observations relatives A ce type de mort cellulaire dans certains epitheliums (Kerr et a1.,1972; Kerr et Searle, 1973). L'apoptose est observee dans plusieurs processus biologiques qui necessitent une regulation fine du nombre cellulaire comme pour l'homeostase de differents tissus ou organes (foie, prostate, coxtex de la surrenale, cortex du thymus, etc..; Wyllie et al ). On peut aussi observer I'apoptose dans la reaction h6te-versus-greffe ou chez des tumeurs soumises a de faibles doses d'inadiation ou de chimiotherapie (Searle et al., 1975). L'apoptose se produit aussi dans le developpement embryonnaire comme, par exemple, chez le blastocyste de souris avant I'implantation, dans la formation du tube neural ou dans la morphogenese du coeur. C'est un processus qui est conserve dans I'evolution puisqu'on I'observe

27 Tableau 1.I- caractkristiques de I'apoptose et de la necrose critere necrose apoptose incidence accidentelle: physiologique: Choc chimique ou physique Hyperthermie Ischemie Homeostase tissulaire Developpement embryonnaire Selection lymp hocytaire Reaction innammatoire et autres... Rupture des compartiments intracellulaires Destruction des organelles incluant les mitochondries Lyse du noyau Liberation du cytoplasme dans le milieu extracellulaire Condensation de la chromatine Mitochondries intactes Formation de protuberances a la surface membranaire Formation de vesicules appeles corps apoptotiques Degradation de I'ADN genomique en fragments oligonucleosomiq ues

28 aussi chez les eucaryotes inferieurs. La mort cellulaire programmee qui survient dans le developpement du ver Caenorhabditis elegans de la famille des nematodes est un exemple de mort cellulaire par apoptose. D'ailleurs, des etudes genetiques sur cet organisme (Driscoll et Chalfie, 1992) ont permis une meilleure comprehension de la cascade d'evenements moleculaires impliques dans la regulation de I'apoptose. En plus des caracteristiques purement morphologiques qui permettent I'identification d'une cellule qui meurt par apoptose on note aussi une degradation de I'ADN genomique en fragments oligonucleosomiques. Ceci est caracteristique de I'apoptose puisque dans la necrose I'ADN est degrade de faqon non specifique. Dans le cas de I'apoptose, on observe une coupure de I'ADN genomique par des endonucleases dans I'espace inter-nucleosomal. Experimentalement, il est possible de detecter ce phenomene par la formation de fragments d'adn ayant une longueur de 180 paires de bases (fragment associe a un complexe d'histones) ou un facteur de 180. La detection, directe ou indirecte, de fragments oligonucleosomiques d'adn est le test le plus couramment utilise pour reveler la presence de cellules en apoptose. Plusieurs formes de translocations chromosorniques sont associees au cancer et contribuent en partie ou entierement a la transformation oncogenique (Sawyers et al., 1991). Dans 90 % des cas de lymphome folliculaire, qui est un des cancers hematologique les plus frequents, on observe une translocation reciproque (l4,l8) (Tsujimoto et al., 1984). Cette translocation, qui implique le gkne codant pour I'immunoglobuline IgH (chromosome 14), a permis I'identification d'un nouveau gene situe sur le chromosome 18: bcl-2 ("B-cell lymphoma-2"; Cleary et al., 1986). Dans le but d'etudier la fonction de bcl-2. Vaux et a1 (Vaux et al., 1988) ont introduit le cdna de bcl-2 dans un vecteur retroviral pour ensuite le surexprimer dans des cellules de moelle de souris normales ou de souris surexprimant c-myc (Ep-rnyc). Ces dernieres sont

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli

Les cytokines et leurs récepteurs. Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli Les cytokines et leurs récepteurs Laurence Guglielmi laurence.guglielmi@univ-montp1.frli l i@ i 1 Les cytokines et leurs récepteurs 2 mécanismes principaux d interactions cellulaires : - contact membranaire

Plus en détail

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II

PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie II Le 23/09/13 SOGHOMONIAN Astrid, L2 Tissu sanguin et système immunitaire Pr Baccini 22 pages PRINCIPALES ETAPES DE L'HEMATOPOIESE MEDULLAIRE (lignées, maturation, voies de domiciliation tissulaire) Partie

Plus en détail

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation

Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Erythropoïèse : Cellules souches, morphologie, compartiments, régulation Document revu par Christian Binet, novembre 2009 L érythropoïèse est l'ensemble des mécanismes qui concourent à la formation des

Plus en détail

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus

Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus Stress osmotique et activation des MAP Kinases ERK1/2 chez les hépatocytes de turbot, Scophthalmus maximus : implication des voies de signalisation intracellulaire du processus de RVD. Audrey Fouchs Confrontées

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines

Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Cibles et mécanismes d action des traitements par cytokines et anti-cytokines Jean Daniel Lelièvre, Yves Lévy, Pierre Miossec I-Introduction... 2 II-Les interférons... 2 II-1.L interféron... 3 II-1-a.

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

L adhérence cellulaire

L adhérence cellulaire UE2 : Biologie cellulaire Migration cellulaire, domiciliation et cancer Chapitre 2 : L adhérence cellulaire Pierre CAVAILLES Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires.

DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. Produits de thérapie cellulaire DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait à la réglementation sur les thérapies cellulaires. DIAPOSITIVE 2 La fabrication des thérapies cellulaires est examinée par la Division

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique

Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Rôle des acides biliaires dans la régulation de l homéostasie du glucose : implication de FXR dans la cellule bêta-pancréatique Tuteur : Anne Muhr-Tailleux cardiovasculaires et diabète (Equipe 1) Institut

Plus en détail

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010

thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 thérapies et maladies neurodégératives:cellules souches et microrna pathologie moléculaire 23Février 2010 Qu est-ce qu une cellule souche? Une cellule souche a la capacité unique de: s auto-renouveler

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques

Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Transgene : revue du portefeuille de produits, de l activité et des perspectives stratégiques Parc d Innovation d Illkirch, France, le 22 mars 2010 Transgene S.A. (Euronext Paris: FR0005175080) présente

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques

Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques UE7 Cours n 9 C. LAMAZE 24.11.11 Elise GODEAU (partie1) Guillaume MERGENTHALER (partie2) Le rôle de l endocytose dans les processus pathologiques SOMMAIRE : I. L endocytose à récepteurs : la voie des clathrines

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1)

PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) PARCOURS : BIOLOGIE, GENETIQUE, IMMUNOLOGIE, MICROBIOLOGIE ENSEIGNEMENT (SEMESTRE 1) Apport de la Biologie Cellulaire et Moléculaire aux innovations médicales (bases et prérequis de biologie cellulaire

Plus en détail

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement

Chapitre 4. Génotype, phénotype et environnement Chapitre 4 Génotype, phénotype et environnement Comment s établit le phénotype macroscopique? Le phénotype ne se résume pas toujours à la simple expression du génome, les relations entre génotypes et phénotypes

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points)

Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) Lycée M hamdia Année scolaire : 2011/2012 Prof : Saïd Mounir Date : 17/05/2012 Première partie: Restitution + Compréhension (08 points) EXERCIE N O 1: (4 points) : 1 : a-b 2 : b 3 : a-b 4 : d 5 : d 6 :

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 :

CANCÉROLOGIE. Cours n 3 : UE2 : Cancérologie Pr Lehmann-Che et Pouessel Mercredi 26 septembre 10h30-12h30 Ronéotypeuse : Aurore Valentin Ronéolectrice : Marion Whiston CANCÉROLOGIE Cours n 3 : De la biologie moléculaire des cancers

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010

Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Parc d Innovation d Illkirch, France, le 10 mars 2010 Transgene accorde une option de licence exclusive pour le développement et la commercialisation de son produit d immunothérapie TG4010 Transgene (Euronext

Plus en détail

VI. Domaines protéiques

VI. Domaines protéiques Chapitre 1 Structure des protéines I. Rappels Définitions II. La Protein Data Bank (PDB) III. Angles dièdres et diagramme de ramachandran IV. Structures secondaires V. Structures supersecondaires VI. Domaines

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006

La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel Modélisation moléculaire: Introduction Hiver 2006 La reconnaissance moléculaire: la base du design rationnel En 1890 Emil Fisher a proposé le modèle "serrure et clé" pour expliquer la façon de fonctionner des systèmes biologiques. Un substrat rentre et

Plus en détail

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/

Cours 5. Transmission et remaniement de l information génétique. http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ Cours 5 Transmission et remaniement de l information génétique http://rna.igmors.u-psud.fr/gautheret/cours/ 1 Plan Rappels sur la réplication de l ADN Le cycle cellulaire et ses contrôles La mitose Recombinaisons

Plus en détail

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T.

Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Immunité adaptative : activation et polarisation des lymphocytes T. Marcelo de Carvalho, Olivier Adotévi, Valérie Frenkel, Gilles Thibault, Richard Le Naour I-Introduction... 2 II-Activation des lymphocytes

Plus en détail

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux

COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles. 19 octobre 2007. de l hôte par les. Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux COUSIN Fabien KERGOURLAY Gilles 19 octobre 2007 Inhibition des défenses de l hôte par les bactéries pathogènes Master 2 MFA Responsable : UE Incidence des paramètres environnementaux Gwennola ERMEL I Détection

Plus en détail

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction

Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Etude des héparan sulfates protéoglycans anticoagulant dans la reproduction Pattern d expression chez les rongeurs, dans l ovaire humain, et fonction de reproduction dans des modèles de souris transgéniques

Plus en détail

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA

Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA Régulation de la réponse immunitaire par les molécules HLA G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin To cite this version: G Sterkers, D Zeliszewski, A Eljaatari-Corbin. Régulation de la réponse immunitaire

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis

Activation et polarisation des lymphocytes T. A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Activation et polarisation des lymphocytes T A. Toubert Laboratoire d Immunologie et d Histocompatibilité, Hôpital Saint-Louis Immunité acquise La réponse innée reconnaît des structures conservées entre

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Cellules souches hématopoïétiques

Cellules souches hématopoïétiques Cellules souches hématopoïétiques Pr Bernard Klein INSERM-UM1 U1040: BIOTHERAPY OF NORMAL AND CANCER STEM CELLS INSTITUTE FOR RESEARCH IN BIOTHERAPY http://irb.chu-montpellier.fr Hématopoïèse! Plaquettes

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines?

L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? L épissage alternatif : un gène, combien de protéines? Avant la publication de la séquence complète de l ADN du génome humain, au début des années 2000, on estimait le nombre de gènes à environ 300.000.

Plus en détail

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale

La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale La nutrigénomique: l avenir en nutrition animale Yves Tarte, dmv Vétérinaire chargé du développement vétérinaire Hill s Pet Nutrition Canada Inc A.T.S.A.Q. Février 2009 La nutrigénomique Science toute

Plus en détail

Cytokines & Chimiokines

Cytokines & Chimiokines Cytokines & Chimiokines I. (D après Förster, R. et al. (1999) Cell 99:23) Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l organisme, des souris déficientes pour le récepteur

Plus en détail

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche

Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Cours d introduction à la génétique de la souris Notion de Souche Introduction: - Réponse d un animal à l expérimentation (diapo 1) Facteurs environnementaux et propres à l animal - Notion d animal standardisé

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine?

1. L ADN et l information génétique. l ADN l information génétique est contenue dans l ADN. traduction. comment fait-on une protéine? 1. L ADN et l information génétique l ADN l information génétique est contenue dans l ADN (ADN) (ARN) 1 2 A G T C U comment fait-on une protéine? traduction l information génétique est organisée par triplets

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité.

Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Etude de la lysine acetyl transferase PCAF dans le développement du diabète et de l'obésité. Tuteur : Jean-Sébastien Annicotte EGID CNRS UMR8199 Faculté de Médecine-Pôle Recherche, 2eme étage Bd J. Leclercq

Plus en détail

Recherche de parenté entre les vertébrés

Recherche de parenté entre les vertébrés 1 CHAPITRE A Recherche de parenté entre les vertébrés 2 Chapitre A : Recherche de parentés entre les êtres vivants Tous les êtres vivants présentent des structures cellulaires et un fonctionnement commun

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

intracellulaires et extracellulaires

intracellulaires et extracellulaires - 1 - ACADEMIE DE PARIS Année 211 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésie- Réanimation Coordinateur : Monsieur le Professeur Didier Journois Par Jeanne Chatelon Présenté et soutenu le 18 octobre Rôle

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

voies de signalisation

voies de signalisation Olivier Lascols Faculté de Médecine ierre et Marie Curie Généralités s sur les voies de signalisation 1 I. Caractérisation risation d une d voie de transduction d un d signal Exemple du Signal Mitogénique

Plus en détail

Cytokines ; Chimiokines

Cytokines ; Chimiokines Cytokines ; Chimiokines I. Dans le but d étudier la régulation de la circulation des leucocytes dans l'organisme, des souris déficientes pour le récepteur CCR7 de chimiokine ont été générées par recombinaison

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

INSUFFISANCE HÉPATIQUE

INSUFFISANCE HÉPATIQUE INSUFFISANCE HÉPATIQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE HÉPATIQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance hépatique ne soit approuvé

Plus en détail

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau

La maladie de Huntington, une maladie du cerveau Actualités à propos de la recherche sur la maladie de Huntington. Expliqué simplement. Écrit par des scientifiques. Pour la communauté mondiale HD. La greffe de moelle osseuse dans la maladie de Huntington

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC?

QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? QUELLES SONT LES OPTIONS DU TRAITEMENT DE LA LMC? On vous a diagnostiqué une leucémie myéloïde chronique (LMC) et il se peut que vous ayez déjà débuté un traitement. Le traitement de la LMC dépend largement

Plus en détail

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies

Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies Vue d ensemble : Office of Cellular, Tissue and Gene Therapies DIAPOSITIVE 1 Cette présentation fournit une vue d ensemble de l Office of Cellular, Tissue, and Gene Therapies (bureau des thérapies cellulaires,

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h

Sciences, Technologies, Santé. Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ. Entre 120 et 150 h Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Parcours : Sciences, Technologies, Santé Sciences de la vie et de la santé SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTÉ M1 60 ES Volume horaire étudiant : Entre 130 et190

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations

Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA. «Anexplo» Service Transgenèse. Catalogue des prestations Plateforme Transgenèse/Zootechnie/Exploration Fonctionnelle IBiSA «Anexplo» Service Transgenèse Catalogue des prestations 04/01/12 - Page 1 sur 8 Présentation du service de Transgenèse Le service de Transgenèse

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques

REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques REACH La nouvelle réglementation européenne pour les substances chimiques Danielle LE ROY INRS PARIS Décembre 2007 REACH ETAT DES LIEUX décembre 2006 Adoption du règlement par le Parlement européen puis

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO

Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Techniques de modifications d expression génique au niveau ADN et ARN : ARN interférence, cellules souches embryonnaires, souris KO Fabrice SONCIN Directeur de Recherche INSERM Institut de Biologie de

Plus en détail

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier

DAEU- cours de Sciences de la Nature et de la Vie- Marie Claire Garnier Partie 3 : génétique Chapitre 1 : la transmission d un caractère au cours de la reproduction sexuée Rappel : la reproduction sexuée comprend 2 phénomènes fondamentaux successifs : La méiose lors de la

Plus en détail

L INSTITUT DE RECHERCHE EN

L INSTITUT DE RECHERCHE EN 1 L INSTITUT DE RECHERCHE EN IMMUNOLOGIE ET EN CANCÉROLOGIE COMMERCIALISATION DE LA RECHERCHE VISION Être un centre reconnu internationalement pour ses activités de maximisation de la valeur de la recherche

Plus en détail

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES

STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES Plan de cours STRUCTURE ET FONCTION DES PLURICELLULAIRES 101-FYA-PT Pondération 3-1-2 Gilles Bourbonnais (C360) gilles.bourbonnais@dgpc.ulaval.ca Sciences de la Nature / PASC@L http://ici.cegep-ste-foy.qc.ca/profs/gbourbonnais/

Plus en détail

L amélogénèse Dr Cuisinier

L amélogénèse Dr Cuisinier L amélogénèse Dr Cuisinier Lorsque la première couche de dentine est formée l'email se forme. L'amélogénèse est la synthèse et la sécrétion des molécules de la matrice de l'émail, la minéralisation de

Plus en détail

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT

Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT Cahier de texte de la classe 1 ère 4 - SVT DATE SEQUENCE lundi 12 : revoir la fiche méthodologique «utiliser le microscope optique» (disponible sur le site du lycée) Lundi 12 1 er contact avec les élèves.

Plus en détail

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT

CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT CHAPITRE 4 - LA COMPLEXITÉ DES RELATIONS ENRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT Introduction Tous les individus de la même espèce possèdent le même patrimoine génétique, cependant chaque individu est

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604

Donnou S. caractérisation des cellules microgliales adultes et de leur potentiel en immunotherapie des tumeurs cerebrales TEL-00341604 Vaisseaux méningés Sinus veineux Os crânien Dure-mère Espace Périvasculaire Cortex cérébral ventricules Substance blanche Flux de LCR Villosités arachnoïdes Sinus veineux Plexus choroïdes Substance grise

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE

CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE CERTIFICAT DE COMPÉTENCES EN BIO-INFORMATIQUE Organisé par l équipe pédagogique : Statistique bioinformatique du département IMATH Responsable de la formation : Pr. Jean-François Zagury Coordinateur des

Plus en détail

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine

Explorations des réponses Immunitaires. L3 Médecine 2012 Explorations des réponses Immunitaires L3 Médecine Rappel sur les réponses Immunitaires DIFFERENTS TYPES DE REPONSES IMMUNITAIRES Naturelle = innée Adaptative Non spécifique Spécifique Immédiate Barrière

Plus en détail

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010

Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Hémochromatose génétique non liée à HFE-1 : quand et comment la rechercher? Cécilia Landman 11 décembre 2010 Métabolisme du fer : hepcidine Fer absorbé par les entérocytes des villosités duodénales : transporteur

Plus en détail

Biomarqueurs en Cancérologie

Biomarqueurs en Cancérologie Biomarqueurs en Cancérologie Définition, détermination, usage Biomarqueurs et Cancer: définition Anomalie(s) quantitative(s) ou qualitative(s) Indicative(s) ou caractéristique(s) d un cancer ou de certaines

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération

PLAN. Intérêt des cellules souches exogènes (hématopoïétiques ou mésenchymateuses) dans la réparation/régénération Cellules souches & appareil respiratoire : Perpectives thérapeutiques Pr Carole Planès Physiologie SMBH Bobigny EA 2363, UFR SMBH, Université Paris 13 carole.planes@avc.aphp.fr Master 2 B2PCR Respiration

Plus en détail

Université de Montréal

Université de Montréal Université de Montréal Étude des interactions cellulaires lors de CO-cultures: neutrophiles/synovi~~ytes et neutrophiles/macropbages (RAW264.7). Implication des facteurs de croissance dans Ia sume et les

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Module 1. Exercices sur 1-1

Module 1. Exercices sur 1-1 Module 1 Exercices sur 1-1 La recherche a permis l avancée de la connaissance sur les cellules souches en étudiant notamment les processus régissant l initiation et le déroulement de leur division cellulaire.

Plus en détail

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI

Chapitre 5 : La transcription. Professeur Joël LUNARDI Chapitre 5 : La transcription UE1 : Biochimie Biologie moléculaire Professeur Joël LUNARDI Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Chapitre 5. La transcription

Plus en détail

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales

Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Programme ENVIRHOM-Santé Nouvelles données expérimentales Isabelle Dublineau Pôle RadioProtection de l Homme Présentation CLI Cadarache Commission Environnement St Paul-Lez-Durance 23 Octobre 2013 Effets

Plus en détail