Budget Primitif pour l exercice

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Budget Primitif pour l exercice"

Transcription

1 Budget Primitif pour l exercice 2008 Rapport au Conseil Municipal du 17 décembre 2007

2

3 SOMMAIRE AVANT- PROPOS... 5 ANALYSE DES PRINCIPALES MASSES BUDGETAIRES...7 I EQUILIBRE BUDGETAIRE... 9 II SECTION DE FONCTIONNEMENT A - UNE PROGRESSION MAITRISEE DES DEPENSES B - DES RECETTES EN FAIBLE AUGMENTATION III SECTION D INVESTISSEMENT A - L ACHEVEMENT DU PLAN D EQUIPEMENT PLURIANNUEL B DES RECETTES PROPRES EN PROGRESSION PRESENTATION FONCTIONNELLE PAR PROGRAMME...25 ADMINISTRATION GENERALE AFFAIRES CULTURELLES ANIMATION EVENEMENTIELLE ASSEMBLEES CABINET DU MAIRE COMMUNICATION EXTERNE CONSTRUCTION DEVELOPPEMENT TERRITORIAL IMMOBILIER ECLAIRAGE PUBLIC PROGRAMME LYONNAIS POUR LA SOCIETE DE L'INFORMATION GESTION TECHNIQUE BATIMENTS INFORMATIQUE ET TELECOMS LOGISTIQUE GARAGE FESTIVITES MAIRIES D'ARRONDISSEMENT QUALITE DU SERVICE PUBLIC RELATIONS INTERNATIONALES RESSOURCES DOCUMENTAIRES SECURITE JURIDIQUE SERVICES FUNERAIRES MUNICIPAUX SECURITE ET SALUBRITE PUBLIQUES ECOLOGIE URBAINE POLICE MUNICIPALE PREVENTION SECURITE REGULATION URBAINE (HORS OTEP) SECURITE GLOBALE ENSEIGNEMENT - FORMATION AFFAIRES CULTURELLES EDUCATION PREVENTION SANTE ENFANT... 57

4 CULTURE AFFAIRES CULTURELLES ARCHIVES DE LYON BIBLIOTHEQUE DE LYON CENTRE D HISTOIRE DE LA RESISTANCE ET LA DEPORTATION ECOLE NATIONALE DES BEAUX ARTS ET ECOLES D ART APPLIQUES DE LYON MUSEE D ART CONTEMPORTAIN DE LYON MUSEE DES BEAUX ARTS DE LYON MUSEE GADAGNE DE LYON MUSEE DE L'IMPRIMERIE DE LYON MUSEE MALARTRE DE LYON ORCHESTRE NATIONAL DE LYON SERVICE ARCHEOLOGIQUE MUNICIPAL DE LYON SUBSISTANCES DE LYON SALLES MUNICIPALES JARDIN BOTANIQUE JARDIN ZOOLOGIQUE SPORT ET JEUNESSE EDUCATION ARTISTIQUE MANIFESTATIONS SPORTIVES ECLAIRAGE PUBLIC CAISSE DES ECOLES SPORTS INTERVENTIONS SOCIALES ET SANTE ACTION SOCIALE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ECOLOGIE URBAINE EDUCATION FAMILLE ACTION SOCIALE ESPACES VERTS DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ENFANCE LOGEMENT AMENAGEMENT URBAIN AMENAGEMENT ET SERVICES URBAINS, ENVIRONNEMENT AMENAGEMENT URBAIN DEPLACEMENTS URBAINS ECLAIRAGE PUBLIC ECOLOGIE URBAINE ESPACES VERTS ETUDES ET TECHNIQUES URBAINES QUALITE DU SERVICE PUBLIC REGULATION URBAINE (OTEP) ACTION ECONOMIQUE ECLAIRAGE PUBLIC ECONOMIE COMMERCE ET ARTISANAT RELATIONS INTERNATIONALES

5 SPORTS BUDGET ANNEXE DU THEATRE DES CELESTINS CONCLUSION

6

7 AVANT- PROPOS Depuis 2004, la ville de Lyon a lancé une démarche pionnière dans le secteur public local qui a consisté, en s inspirant des principes de la LOLF, à rendre le budget à la fois plus stratégique et plus lisible en l organisant sous une architecture par programmes et opérations dénommée Plan des engagements financiers (PEF). En choisissant de présenter ainsi son budget, la Ville de Lyon a profondément modernisé son approche budgétaire et comptable. Cette démarche innovante, complémentaire de la présentation officielle du budget par nature et par fonction, permet à chacun de disposer, à travers le panorama précis de l ensemble des projets et actions conduits pour l année 2007, d une lecture claire des politiques locales mises en œuvre et des équilibres financiers atteints. Gage de transparence et d efficacité pour les citoyens, elle offre aux élus la possibilité de suivre leurs projets, d en discuter et d en maîtriser les coûts. Enfin, elle responsabilise les gestionnaires qui disposent d une architecture budgétaire calée sur la réalité opérationnelle et tournée vers la performance de l action publique. Ce document, tel qu il se présente, reflète donc la volonté de l équipe municipale d offrir les éléments d une discussion budgétaire de qualité en proposant successivement une analyse des grandes masses budgétaires puis la déclinaison des principaux programmes d action de la ville répartis par grandes fonctions. Ville de Lyon Budget primitif

8 Ville de Lyon Budget primitif

9 ANALYSE DES PRINCIPALES MASSES BUDGETAIRES Ville de Lyon Budget primitif

10 Ville de Lyon Budget primitif

11 I Equilibre budgétaire En dépit d un cadrage national des finances publiques pesant très lourdement sur l équilibre des budgets locaux et d un contexte économique difficile, le budget 2008 de la Ville de Lyon présente une évolution satisfaisante des principaux indicateurs de solvabilité financière. L épargne de gestion, solde entre les recettes réelles de fonctionnement et les dépenses réelles de fonctionnement avant intégration des frais financiers, progresse par rapport au budget La réduction de l épargne brute, qui mesure l autofinancement dégagé en section de fonctionnement après prise en charge des intérêts de la dette, est la conséquence directe de l impact de la hausse des taux d intérêt sur les frais financiers. Ce cadre financier, qui demeure sain, permet à la Ville de respecter ses engagements en matière de taux de fiscalité, qui resteront inchangés en 2008, et d autofinancer une large part de son ambitieux programme d investissement. Budget primitif 2008 : équilibre budgétaire Détermination de l'épargne nette BP 2007 BP 2008 Evolution M % Recettes réelles d'exploitation 535,0 549,0 14,0 2,6% Dépenses réelles d'exploitation 478,4 492,1 13,7 2,9% EPARGNE DE GESTION 56,6 57,0 0,4 0,7% Intérêts de la dette 17,1 18,2 1,1 6,4% EPARGNE BRUTE 39,5 38,8-0,7-1,8% Amortissement de la dette principale 37,7 41,9 4,2 11,3% Besoin de financement de l'investissement Dépenses d'équipement 109,8 Recettes propres 29,3 Utilisation de l'épargne nette -3,2 Besoin d'emprunt 83,7 Ville de Lyon Budget primitif

12 Ville de Lyon Budget primitif

13 II Section de fonctionnement EVOLUTION DES BUDGETS PRIMITIFS ANNEES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT PAR NATURE OPERATIONS REELLES BP 2007 en BP 2008 en % Evolution 011 Charges à caractère général ,3% 012 Charges de personnel et assimilés ,6% 65 Autres charges de gestion courante ,3% dont total subventions de fonctionnement (6573 et 6574) ,6% dont subvention au CCAS * ,3% dont subvention de fonctionnement budget annexe des Célestins ,7% dont autres charges de gestion courante ,4% 65 retraité hors loyers TNG et Théâtre de la Croix Rousse ,8% 656 Frais de fonctionnement des groupes d'élus ,0% 014 Atténuation de produits ,3% Dotations aux arrondissements ,4% 66 Charges financières (sauf ICNE 6611) ,6% dont intérêts de la dette ,9% 67 Charges exceptionnelles ,3% TOTAL DEPENSES REELLES ,1% TOTAL DEPENSES REELLES (à périmètre constant) ,0% DEPENSES D'EXPLOITATION (hors intérêts de la dette) ,9% DEPENSES D'EXPLOITATION (à périmètre constant et hors intérêts de la dette) ,9% * Il convient de noter au BP 2008 un changement de chapitre concernant les sommes versées au CCAS, qui explique l'évolution à la hausse du chapitre 65 et à la baisse du chapitre 67 A - UNE PROGRESSION MAITRISEE DES DEPENSES L évolution globale des dépenses de fonctionnement sera de 2,9%. Cela résulte principalement de deux éléments. D une part de l élargissement du périmètre d activités de la ville par l ouverture de nouveaux équipements et d autre part de la hausse de l indice des prix des dépenses communales 1, qui augmente plus fortement que l inflation (+3,9% en 2007 contre 1,6% pour l inflation). 1- Des charges à caractère général en diminution Les efforts de gestion des services, une meilleure maîtrise des coûts et les effets de la politique achat se traduiront l année prochaine par une diminution des charges à caractère général (-2,3%). 1 Indice établi en partenariat entre l Association des Maires de France (AMF) et Dexia Crédit Local. Ville de Lyon Budget primitif

14 2- Une augmentation encadrée des frais de personnel Quel que soit le résultat des discussions ouvertes par le gouvernement, notamment sur la valeur du point d indice, l impact de la défiscalisation des heures supplémentaires ou la mise en œuvre de différentes mesures catégorielles, la croissance de dépenses de personnel de la Ville de Lyon devrait être contenue cette année à 3,6%. Les évolutions des frais de personnel sont détaillées ci-dessous programme par programme : POSTES PERMANENTS DF , RF , Ce programme regroupe tous les éléments de rémunération des agents permanents. Dans le cadre de la réalisation du plan de mandat et de l évolution des missions de la collectivité, le nombre de créations nettes d emplois sera de 24 (68,5 postes seront crées dont 16,5 réservés à des reclassements ou gagés par des recettes et 28 postes, qui ne correspondent plus aux besoins de la collectivité, seront supprimés). Les créations portent sur : - 16 emplois à la direction de l éducation pour le réajustement des effectifs après les rentrées scolaires, - 7 emplois pour l ouverture de nouvelles bibliothèques, - 6 emplois liés à l ouverture de nouveaux équipements (gymnase, Musée Gadagne, salle municipale), - 22,5 emplois pour le renforcement des effectifs de différentes directions (établissements culturels, directions opérationnelles, directions fonctionnelles). L augmentation de la masse salariale s explique tout d abord par l évolution mécanique du glissement vieillesse technicité (GVT) et l effet report des créations de postes et des mesures catégorielles statutaires appliquées au cours de l année 2007, et ensuite par un ensemble de mesures règlementaires décidées par l Etat : - l augmentation du point d indice de fonction publique - la revalorisation du SMIC au 1 er juillet 2008, - diverses mesures catégorielles diverses, - l évolution du cadre d emploi des attachés, - la refonte de la catégorie B, - la défiscalisation des heures supplémentaires, - la monétarisation des comptes épargne temps qui arrivent à échéance, La diminution des recettes est due principalement à la fin du dispositif de «cessation progressive d activité». Ville de Lyon Budget primitif

15 POSTES NON PERMANENTS DF , RF , Le travail entrepris dans le cadre du plan de gestion des activités, des emplois et des compétences (PGAEC) d anticipation des besoins en personnels occasionnels, saisonniers et vacataires a permis d améliorer la maîtrise de ce programme et de le contenir à 9 millions d euros. Les recettes de ce programme proviennent du remboursement par l Opéra des indemnités et heures supplémentaires, conformément à la convention passée avec l association gestionnaire. MESURES SOCIALES DF , RF , L évolution des moyens alloués aux mesures sociales est en étroite relation avec celle des effectifs permanents et de la masse salariale. Les mesures sociales portent sur : - la participation de l employeur aux chèques restaurants ; - la participation au COS ; - la participation à la couverture mutualiste des agents ; - la prise en charge des frais liés aux congés bonifiés ; - le versement d un capital décès aux ayants droit d un agent décédé. Ce programme comporte également le versement de subventions aux associations : ASCUL, ARLYCO, Gourguillonaise et Amitiés Communautaires. Les recettes proviennent de la vente directe au guichet de chèques restaurant ou de la reprise de chèques restaurant indûment perçus. L optimisation de la distribution des chèques restaurant dans les services entraîne une chute des ventes au guichet, d où une diminution des recettes. CHOMAGE DF , La circulaire du 15/05/2007, à destination du secteur public et relative à la convention UNEDIC du 18/01/2006, prévoit de soutenir les chômeurs indemnisés par la collectivité dans leur démarche de retour à l emploi, par le biais notamment d une aide à la formation. Le BP 2008 inclut les dépenses afférentes à cette nouvelle mesure Ville de Lyon Budget primitif

16 EMPLOIS D'INSERTION DF , RF , Ce programme traduit la prise en charge les frais de fonctionnement, de formation et de rémunération des emplois d insertion et d apprentissage ainsi que la gratification des stagiaires. En ce qui concerne cette dernière, le budget intègre son alignement sur le SMIC, soit une augmentation de Néanmoins, la fin du dispositif des CEC (contrats emploi consolidé) permet d absorber cette dépense, d où un BP 2008 en diminution. Compte tenu de l achèvement du dispositif CEC, les recettes versées au titre des emplois d insertion diminuent. RECRUTEMENT DF , Ce programme correspond aux frais de diffusion d annonces de recrutement, de rémunération de cabinets conseil et le remboursement au Centre de Gestion qui organise des concours auxquels participent les agents de la Ville. DEPLACEMENTS DF , RF , Ce programme a pour finalité la prise en charge des catégories suivantes de frais de déplacement des agents : - Ordres de mission Le budget consacré à l achat des billets de transport et au remboursement des frais de déplacement dans le cadre de missions est reconduit à l identique. - Plan de Déplacement Entreprise (PDE) Le PDE, conçu pour favoriser l utilisation des transports en commun par les agents de la collectivité, connaît un succès croissant depuis sa mise en place en Le BP 2008 exprime la volonté de la Ville d encourager ce dispositif par une prise en charge des abonnements des agents à 50 % (au lieu de 45 % actuellement) à l occasion du renouvellement, en mai 2008, de la convention triennale. - Abonnements professionnels et tickets TCL La part réservée à ce budget reste stable, un effort ayant été demandé aux directions en 2007 pour ajuster le nombre de tickets aux besoins réels. Ville de Lyon Budget primitif

17 FORMATION DF , RF , Ce programme prend en compte tous les frais relatifs aux actions de formation dispensées aux agents de la collectivité. L enveloppe budgétaire allouée à la formation, pour l année 2008, conforte l effort de formation entrepris les années précédentes. Elle intègre le nouveau dispositif du droit individuel à la formation (DIF) dans le cadre de l accompagnement des projets et parcours professionnels des agents. Ce budget apporte également un soutien particulier à l EM Lyon, en lui versant une subvention conformément à la convention, pour ses actions de formation adaptées au secteur public et ses interventions auprès de l Ecole des Cadres de la Ville de Lyon, Les recettes diminuent en raison de la fin du versement de la subvention par la Région liée au GIPIV (Groupe d Initiatives Pour l Intégration dans la Ville). FRAIS GENERAUX DI , DF , Dans ce programme sont regroupés les budgets permettant d assurer le fonctionnement général de la DGRH (fournitures administratives, entretien de petits matériels et frais spécifiques tels que la cérémonie des médailles). L augmentation est due à l inscription des crédits nécessaires à l organisation des élections professionnelles de la collectivité fin 2008 (commissions administratives paritaires, comité technique paritaire, comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail). PREVENTION ERGONOMIE DF , RF , Dans le cadre de la politique d amélioration des conditions de travail des agents, la collectivité majore son budget de 26 % pour la prise en charge des frais de médecine professionnelle et d accidents du travail, de protection fonctionnelle des agents, des actions de prévention, des études ergonomiques, ainsi que des achats d équipement de protection individuelle. Un accent particulier a été apporté au budget des équipements de protection individuelle pour couvrir l ensemble des besoins. La protection fonctionnelle constitue, quant à elle, une nouvelle dépense puisque les crédits 2007 avaient été votés sur l enveloppe budgétaire de la Direction des Affaires Juridiques. Le service de Médecine Professionnelle assure les visites médicales des agents relevant de l Opéra, du Conservatoire National de Région et du Crédit Municipal. Ces établissements Ville de Lyon Budget primitif

18 remboursent à la Ville cette prestation. Ces remboursements constituent les recettes de ce programme. GROUPES POLITIQUES DF , Ce programme correspond à la rémunération, aux frais de formation et de déplacement, des agents mis à disposition des groupes politiques. COMMUNICATION INTERNE ET MODERNISATION DF , Le BP 2008 est stable (stabilisé depuis deux ans, après une baisse importante les deux années précédentes). Il comprend toutes les actions de communication interne : les supports de communication (Reflets, Reflets RH), l accueil des nouveaux arrivants à la Ville, l accompagnement de grands projets, le conseil auprès des services sur leurs actions de communication La hausse de 2% découle de nouvelles actions qui seront développées en 2008, à savoir principalement l organisation de 4 accueils des cadres, 10 petits-déjeuners à Jaurès et le renouvellement de l ensemble des cartes professionnelles (dont la validité expire fin 2007). 3- Une progression des subventions La progression des subventions doit être retraitée de deux éléments. D une part le versement de subventions complémentaires au théâtre de la Croix Rousse et au TNG en contrepartie du versement de loyers de montants équivalents, et d autre part l augmentation de la subvention au CCAS qui n est que la conséquence comptable du transfert de compétences opéré entre la ville et le CCAS. Pour le reste, l évolution est conforme notamment aux engagements pris lors de l adoption en 2004 du schéma directeur de la vie associative. Les subventions globales des centres sociaux, MJC et maisons de l enfance ont été ainsi revalorisées de 2%. 4- Des frais financiers en augmentation Les intérêts payés par la Ville de Lyon au titre des emprunts et de la ligne de trésorerie augmentent de 6,4 % au BP Cette augmentation est directement liée à la hausse des taux d intérêt, puisque l encours de dette est stable (+0,87%). Depuis le mois de septembre 2005, la Banque Centrale Européenne a en effet procédé à plusieurs hausses successives de son taux directeur (qui est passé de 2% à 4% entre décembre 2005 et octobre 2007). Cette politique de la BCE, destinée à lutter contre des tensions inflationnistes liées à la hausse du prix des matières premières et de la croissance dans la zone Euro, est difficile à anticiper pour l année car deux phénomènes contradictoires émergent : un risque de ralentissement économique en Europe et des poussées inflationnistes persistantes. Au final, la progression continue des niveaux des taux d intérêts sur l ensemble des maturités risque de se maintenir voire de progresser en 2008 Ville de Lyon Budget primitif

19 B - DES RECETTES EN FAIBLE AUGMENTATION EVOLUTION DES BUDGETS PRIMITIFS ANNEES RECETTES DE FONCTIONNEMENT PAR NATURE OPERATIONS RELLES BP 2007 en BP 2008 en % Evolution 70 Produits des services et du domaine ,9% 73 Impôts & taxes ,3% dont produit fiscal ,0% dont attribution de compensation et dotation solidarité communautaire ,5% 74 Dotations & subventions ,0% dont dotation globale de fonctionnement (forfaitaire) ,8% dont compensation taxes professionnelle, d'habitation et foncières ,8% dont dotation de compensation taxe professionnelle (DCTP) ,5% Fiscalité directe consolidée (produit fiscal et compensations) ,5% 75 Autres produits de gestion courante ,2% 75 retraité hors recettes de loyers TNG et Théâtre de la Croix Rousse ,4% 013 Atténuation de charges (sauf ICNE 6611) ,2% TOTAL RECETTES DE GESTION DES SERVICES ,7% TOTAL RECETTES DE GESTION DES SERVICES (à périmètre constant) Produits financiers ,3% 77 Produits exceptionnels ,6% TOTAL RECETTES REELLES ,7% TOTAL RECETTES REELLES (à périmètre constant) ,6% La progression modérée des bases de fiscalité directe, les risques de ralentissement du dynamisme de la fiscalité indirecte, mais surtout la baisse des dotations de l Etat induisent une augmentation des recettes de fonctionnement sensiblement plus faible qu en 2007 (+2,6%). 1- La fiscalité directe Composé des contributions directes, des versements provenant du Grand Lyon et des allocations compensatrices, ce produit global représente plus de la moitié des recettes réelles de fonctionnement de la ville de Lyon. Par rapport au budget primitif 2007, la recette de fiscalité directe progresse de 2,5%. a) Les contributions directes (240,35 M ) Depuis le passage en taxe professionnelle unique, les recettes des contributions directes de la ville sont uniquement composées des impôts "ménages" : Taxe d'habitation : 129 M (+3,2 %), Taxe foncière sur les propriétés bâties : 111 M (+2,6%), Taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,3 M (+14,7%). Ces estimations de produits sont fondées sur les hypothèses suivantes : Le maintien des taux d'imposition de 2007, Le vote par le Parlement d'une majoration forfaitaire des bases (CMF) de 1,6%, Une croissance physique de la base taxable de taxe d'habitation de 1,3%, Une croissance physique de la base taxable de taxe foncière sur les propriétés bâties de 1,2%. Cette croissance est essentiellement liée aux sorties d'exonérations, Une croissance de la base de taxe foncière sur les propriétés non bâties limitée au CMF (coefficient de majoration forfaitaire). Ville de Lyon Budget primitif

20 b) Les versements provenant du Grand Lyon - L attribution communautaire de compensation (48,59 M ) L'attribution de compensation a pour fonction de neutraliser financièrement les transferts d impôts («impôts ménages» et taxe professionnelle) ainsi que les transferts de charges entre la ville et la communauté urbaine. Son montant ne peut varier que par la prise en compte de nouveaux transferts de charges ou de rôles d'imposition supplémentaires relatifs à La dotation de solidarité communautaire (3,39 M ) La dotation de solidarité communautaire constitue un versement obligatoire des communautés urbaines sous le régime de taxe professionnelle unique vers leurs communesmembres. c) Les allocations compensatrices d allègements fiscaux : 8,04 M Elles ont pour objectif de compenser les pertes de recettes supportées par les communes du fait des mesures d'allégement décidées par l'etat : - les allègements de cotisations de taxe d habitation et de taxe foncière accordées aux contribuables de condition modeste, - les abattements sur valeur locative accordés pour certains locaux situés en zone urbaine sensible (taxe foncière). 2- La fiscalité indirecte et les taxes assimilées Si l on tient compte des divers reversements, la recette nette de cette fiscalité est de 41,31 M Les principales taxes indirectes sont les suivantes : a) La taxe additionnelle aux droits de mutation : 24,19 M Cette taxe, dont tous les paramètres (taux, conditions d'exonérations) sont fixés par l'etat, est assise sur les mutations à titre onéreux. Elle est directement dépendante de l activité du marché immobilier. En prenant en compte la dépense estimée au titre des restitutions dues aux rectifications du calcul de l imposition et la compensation pour exonération la recette nette est de 24,14 M. b) La taxe sur l'électricité : 9 M Le montant de cette taxe, basée sur la consommation d'énergie électrique, dépend à la fois de l'importance de la consommation et des prix pratiqués par les distributeurs d électricité. Aussi, l estimation pour 2008 reconduit-elle le produit attendu pour Le reversement aux distributeurs visant à compenser les charges de recouvrement est égal à 2 % de la recette brute. Il ramène à 8,82 M le produit net de cette taxe. c) Prélèvement sur les produits des jeux dans les casinos : 6 M Cette recette correspond : - d une part, à un prélèvement en faveur de la commune égal à 15 % des recettes réalisées par le Casino, - d autre part, à un reversement de 10 % du prélèvement effectué par l Etat. Ville de Lyon Budget primitif

21 Conformément à la loi du 30 décembre 1995, le casino bénéficie d un abattement sur le produit reversement au titre des financements des biennales par le casino. Cet abattement donne lieu à un reversement partiel du prélèvement sur le produit des jeux qui est estimé à 0,14 M, ce qui ramène la recette nette à 5,86 M. d) La taxe de séjour : 2,40 M Il s agit de l estimation de la recette nette car, à compter du 1 er janvier 2008, la part départementale de 10 % collectée par la Ville au profit du Conseil Général ne sera plus inclue dans le budget de la Ville mais transitera par un compte de tiers. 3- Les ressources transférées Le contrat de croissance et de solidarité, qui indexait les dotations d Etat sur l inflation hors tabac prévisionnelle et 33% de la croissance estimée du PIB, n est pas reconduit en 2008 et est remplacé par un contrat de stabilité qui ne retient que l inflation. Ainsi, le contrat de stabilité de 2008 devient indexé sur la seule inflation hors tabac prévisionnelle de 2008 : 1,6%. Il est important de rappeler que depuis 2002, ces dotations enregistrent une baisse permanente en volume : la dotation globale de fonctionnement (DGF) et la dotation nationale de péréquation (DNP) connaissent une quasi stagnation et la dotation de compensation de la taxe professionnelle (DCTP) est en baisse constante. Si la recette globale encaissée en 2002 (108,2 M ) avait progressé au rythme de l inflation, elle aurait atteint 117,5 M en 2007 au lieu des 111,1 M effectivement attribués. Sur toute la période, le budget de la Ville de Lyon a donc subi une perte cumulée de plus de 20 M. Cette situation devrait s aggraver en 2008, compte tenu du gel en volume des dotations versées par l Etat. Dans le meilleur des cas, l ensemble de ces dotations atteindra le niveau de 2007, soit une perte en volume, par rapport au résultat précédent, de 1,8 M. Les principales dotations de ce nouveau contrat de stabilité sont les suivantes : a/ La dotation globale de fonctionnement (D.G.F.) : 105,8 M La DGF conserve cependant son indexation antérieure et progresse sur la base d un indice égal au total de l inflation prévisionnelle de 2008 et de 50% de la croissance estimée du PIB pour Compte tenu de la régularisation négative de la DGF 2006, la croissance de la DGF 2008 est égale, au niveau national, à 2,08%. La ville de Lyon, inéligible à la dotation de solidarité urbaine, ne peut prétendre qu à la dotation forfaitaire qui est composée de 3 parts, dont la croissance est fixée par le comité des finances locales qui se réunit en début d année. : - Pour les 2 premières parts (population et superficie), la variation est au maximum égale à 75% de la croissance de la DGF nationale. - La croissance de la 3ème part (dotation de garantie) est au maximum égale à 25% de la croissance de la DGF nationale. La recette prévue au BP 2008 correspond à la croissance maximale. b/ La DCTP «variable d ajustement» : 2,89 M Ville de Lyon Budget primitif

22 A l origine, elle avait pour vocation de compenser les pertes de taxe professionnelle engendrées par : - la diminution de la fraction imposable des salaires (F.I.S.) : 18% au lieu de 20%, - l application d un abattement général des bases de 16%, - le plafonnement du taux de Constituant une des variables d ajustement du contrat de stabilité, elle a davantage les caractéristiques d une dotation que d une allocation compensatrice. En TPU, le montant de la DCTP «variable d ajustement» reste attribué, selon les mêmes règles, aux communes et à l EPCI ce qui tend à confirmer qu elle a perdu sa fonction de compensation. Sa fonction de variable d ajustement l amène en 2008 à enregistrer une baisse de 22,5%. c) La dotation nationale de péréquation (DNP) : 2,7 M La part principale de la DNP, à laquelle Lyon est éligible, est répartie entre les communes qui satisfont à une double condition de potentiel fiscal et d effort fiscal. La prévision 2008 correspond à l attribution de Ville de Lyon Budget primitif

23 III Section d investissement A - L ACHEVEMENT DU PLAN D EQUIPEMENT PLURIANNUEL Les dépenses d investissement s élèvent au budget 2008 à 110 M et se répartiront de la façon suivante : 5,5 M pour le petit équipement des services de la Ville (mobilier, outillage, etc) et les véhicules. 15,5 M pour les subventions d équipement, par le biais desquelles la Ville finance des projets d investissement portés par d autres entités publiques ou privées. 16 M pour les enveloppes annuelles de petits travaux d aménagement ou de conservation du patrimoine dans les différents secteurs d intervention de la Ville. Il s agit soit de travaux de conservation du patrimoine qui recouvrent essentiellement la conservation du bâti, les ravalements de façades suite aux arrêtés municipaux, la mise en conformité (ERP, Code du travail, hygiène ), la réduction des coûts de fonctionnements technique notamment l énergie et l eau, soit de travaux de petits aménagements, autrement dit d adaptation des bâtiments aux activités, d amélioration du confort et de la sûreté ou de rénovation de locaux. 73 M pour les grosses opérations individualisées du Plan d équipement gérées de façon pluriannuelle. Il s agit d opérations de création d'équipements nouveaux ou d'extension d'équipements existants, mais aussi d'entretien et de conservation du patrimoine. Voici par secteurs quelques unes des principales opérations qui seront lancées, poursuivies ou achevées au cours de l année 2008 : Social Délocalisation de la MJC St Just et EMA rue des Fossés de Trion (5 ème ) - CP 2008 : 850 K Palais de la Mutualité, rénovation de la salle Édouard Herriot (3ème) CP 2008 : 838 K Bâtiment Aigle de Meaux, acquisition et mobilier pour locaux associatifs (6ème) - CP 2008 : 726 K Maison des fêtes et des familles avenue de la Sauvegarde (9 ème ) : CP 2008 : 400 K Scolaire Construction du groupe scolaire la Buire (3 ème ) - CP 2008 : 2,5 M Groupe scolaire Joannès Masset (9ème) - CP 2008 : 1 M Restructuration du groupe scolaire Pagnol (7ème) - CP 2008 : 550 K Extension et restructuration du groupe scolaire Les Géraniums (9ème) - CP 2008 : 500 K Enfance Construction Crèche quartier Général Frère 27 berceaux (7ème) - CP 2008 : 150 K ZAC Bon Lait, création d'une crèche et d un RAM (7 ème ) - CP 2008 : 50 K ZAC Valéo, construction d une structure multi-accueil (8 ème ) CP 2008 : 50 K ZAC des jardins de la Buire, création d un équipement de 45 berceaux (3 ème ) CP 2008 : 50 K Ville de Lyon Budget primitif

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

Dans ce contexte particulier, nous proposons une hausse de la fiscalité de 6% pour l exercice 2009.

Dans ce contexte particulier, nous proposons une hausse de la fiscalité de 6% pour l exercice 2009. BUDGET 2009 Le dernier trimestre de l année 2008 aura été marqué par une crise financière sans précédent et sa diffusion à l économie réelle. L année 2009 devrait être délicate sur le plan économique

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 VILLE DE PLOEMEUR 31 octobre 2005 Service Financier ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2006 En application de l article L 2312-1 du Code Général des Collectivités Territoriales, un débat d orientations

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I

1. Vue d ensemble des budgets I 3 I Sommaire 1. Vue d ensemble des budgets 2. Contexte des finances locales en 2014 3. Section de fonctionnement 4. Section d investissement 5. Synthèse et conclusion I 2 I 1. Vue d ensemble des budgets I

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M.

BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES. M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances, administration générale et économie» RAPPORT DE M. Direction des finances - 1DEPARTEMENT DES VOSGES Extrait des délibérations du Conseil général Réunion du 19 janvier 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 LES RECETTES M. Faivre, Rapporteur de la commission «Finances,

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Le Code Général des Collectivités Territoriales prévoit dans les communes de plus de 3 500 habitants, les départements, les régions et les EPCI la tenue d un débat

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

COMPTE ADMINISTRATIF EXERCICE 2008

COMPTE ADMINISTRATIF EXERCICE 2008 COMPTE ADMINISTRATIF EXERCICE 2008 Sommaire EQUILIBRE FINANCIER DU COMPTE ADMINISTRATIF 2008 5 Avant propos... 5 Clôture budgétaire... 7 Section de fonctionnement... 8 Section d investissement... 18 MISSION

Plus en détail

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014

Analyse financière de la commune de Bassens. Présentation des résultats. 1 er juillet 2014 Analyse financière de la commune de Bassens Présentation des résultats 1 er juillet 2014 Sommaire Introduction 1. Analyse de l évolution des soldes de gestion retraités 2. Effort d investissement et choix

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

1 2 3 Aide à l animateur : Lebudgetestl actepar lequelsontprévues etautorisées les recettes et les dépenses de l organisme. L article 175 du décret GBCP prévoit que le dossier de présentation du budget

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

III - Des recettes «économiques» dynamiques

III - Des recettes «économiques» dynamiques Un phénomène nouveau devrait cependant venir tempérer ce constat sur la dette à long et moyen terme : il s'agit du recours de plus en plus fréquent à des produits financiers nouveaux, du type CLTR (crédit

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

PROJET DE BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

PROJET DE BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION PROJET DE BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le projet de budget 2013 de la Ville de Dakar s inscrit dans une dynamique d assainissement des finances, de renforcement des investissements structurants

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr

Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015. Conseil municipal - 17 mars 2015 - www.lompret.fr Commune de LOMPRET Exercices budgétaires 2014-2015 1 Rappel du schéma d un budget 2 BUDGET DE FONCTIONNEMENT BUDGET D'INVESTISSEMENT DEPENSES RECETTES RECETTES DEPENSES Charges à caractère général Energie-électricité,

Plus en détail

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat.

conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. conseil municipal L équipement des écoles en numérique va se poursuivre pendant tout le mandat. Les enfants des écoles vont régulièrement rencontrer les résidents des logements-foyers. PoitiersMag page

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock

Département des Bouches-du-Rhône. Rapport Financier. Shutterstock Département des Bouches-du-Rhône Rapport Financier 2014 Shutterstock LA DETTE PROPRE Rapport financier 2014 La dette propre Au 31 décembre 2014, l encours de dette représente 517, contre 369 en 2013. Le

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai

NOTE DE SYNTHESE SUR LES COMPTES ADMINISTRATIFS DE L EXERCICE 2014 ANNEXE N 2 AU RAPPORT N 033/03/2015 Ville d Obernai Les Comptes Administratifs soumis au Conseil Municipal retracent l exécution du budget principal de la Ville d Obernai et des différents budgets annexes au cours de l exercice comptable 2014. Section de

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

LA LOLF - Les trois comptabilités

LA LOLF - Les trois comptabilités LA LOLF - Les trois comptabilités Suivre l autorisation et l exécution budgétaire Assurer la transparence de la situation financière de l Etat Mesurer le coût de chaque politique publique Comptabilité

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014

ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 ASSEMBLEE GENERALE DU 9 AVRIL 2015 -------------------------- RAPPORT FINANCIER CONCERNANT LES COMPTES DE 2014 Les comptes de l année 2014 sont présentés sous la même forme que ceux des années précédentes

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015

Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014. Débat. d Orientation. Budgétaire 2015 Présentation au conseil municipal 16 décembre 2014 Débat d Orientation Budgétaire 2015 Le budget 2015 sera le premier de ce nouveau mandat 2014-2020 Il est construit sur le Plan de mandat financier en

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005.

Vue d ensemble POIDS DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES. Source : Insee, comptes nationaux, base 2005. Vue d ensemble En 2012, en France, la croissance économique est nulle. En euros constants, le produit intérieur brut (PIB), après une progression de 1,7 % en 2010 et de 2,0 % en 2011, stagne. Les recettes

Plus en détail

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances

PRESENTATION DES BUDGETS. Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances PRESENTATION DES BUDGETS DE LA VILLE DE MEYLAN Présentation de JC PEYRIN 1er adjoint en charge des Finances Un budget construit sous le signe de fortes contraintes et en adéquation avec les réformes en

Plus en détail

Compte administratif 2014 et budget 2015

Compte administratif 2014 et budget 2015 Compte administratif et budget 2015 Bilan au 31 décembre 2013 Excédent global de fonctionnement au 31 décembre 2013 539 500,13 Déficit d investissement 2013 à couvrir (1068) 159 650,37 Marge disponible,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE

REPUBLIQUE FRANÇAISE REPUBLIQUE FRANÇAISE :DEPARTEMENT DU MORBIHAN 56 (1) AGREGE AU BUDGET PRINCIPAL DE (2) Numéro SIRET : 22560001400016 POSTE COMPTABLE : PAIERIE DEPARTEMENTALE M. 52 Budget primitif voté par nature BUDGET

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS DETAILLE (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes annuels des associations

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010

PRESENTATION BUDGETAIRE. Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 PRESENTATION BUDGETAIRE Comptes Administratifs 2009 Budgets Primitifs 2010 Budget Bâtiments Industriels Dépenses Recettes CA 2009 BP 2010 CA 2009 BP 2010 Fonctionnement Investissement 147 092.35 155 692.15

Plus en détail

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS

AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS AUDIT FINANCIER DE DEBUT DE MANDAT DE LA VILLE VILLE DE PRIVAS Le 21 NOVEMBRE 2014 Jean-Pierre COBLENTZ Rozenn LE CALVEZ STRATORIAL FINANCES wwwstratorial-financesfr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy 75012

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

FINANCES COMMUNALES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT

FINANCES COMMUNALES DEPENSES DE FONCTIONNEMENT FINANCES COMMUNALES Dans un souci de compréhension et d explication accessible par tous, voici les différents grands comptes utilisés par les collectivités territoriales et donc par notre commune. DEPENSES

Plus en détail

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013

Débat d orientations budgétaires 2014. Conseil municipal du 4 novembre 2013 Débat d orientations budgétaires 2014 Conseil municipal du 4 novembre 2013 1 1. Un contexte économique toujours aussi tendu 2 Les éléments de contexte 2014 : année électorale Des inconnues avec les réformes

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF. De l exercice 2014 2013 DF 23G DOCUMENT BUDGETAIRE SECTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D INVESTISSEMENT

DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF. De l exercice 2014 2013 DF 23G DOCUMENT BUDGETAIRE SECTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D INVESTISSEMENT DIRECTION DES FINANCES De l exercice 2014 2013 DF 23G DOCUMENT BUDGETAIRE SECTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D INVESTISSEMENT BUDGET GENERAL REPUBLIQUE FRANÇAISE DEPARTEMENT DE PARIS Numéro SIRET : 22750005500016

Plus en détail

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique

Analyser. janvier 2010. La réforme de la taxe professionnelle. La CFE, cotisation foncière des entreprises. Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle janvier 2010 Fiche technique La réforme de la taxe professionnelle a été adoptée en loi de finances pour 2010. Le texte comporte, d une part, un volet «entreprises»

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Orientations Budgétaires 2016

Orientations Budgétaires 2016 Conseil d'orientation et de Surveillance du 17 décembre 2015 Orientations Budgétaires 2016 «La tenue du débat d orientation budgétaire (DOB) est obligatoire dans les régions, les départements, les communes

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

OBJET : DECISIONS MODIFICATIVES ET TRANSFERTS DE CREDITS N 2

OBJET : DECISIONS MODIFICATIVES ET TRANSFERTS DE CREDITS N 2 CONSEIL MUNICIPAL 22 DECEMBRE 2006 OBJET : DECISIONS MODIFICATIVES ET TRANSFERTS DE CREDITS N 2 Monsieur AUMON, Premier Maire-Adjoint chargé des Finances et des Affaires Générales, expose : Conformément

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010

LA LOI DE FINANCES POUR 2012. Le solde général du budget de l Etat. Exécution 2010 LA LOI DE FINANCES POUR 2012 Le solde général du budget de l Etat (en milliards d euros) Exécution 2010 Prévisions 2011 PLF 2012 Dépenses 422,60 Md 361,90 Md 366,00 Md Recettes nettes 271,80 Md 270,00

Plus en détail

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION

BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION BUDGET 2013 RAPPORT DE PRESENTATION Le budget 2013 s inscrit dans un contexte de fortes contraintes budgétaires destiné à réduire la dette de l Etat. Ce budget responsable s inscrit résolument dans le

Plus en détail

Compte d exploitation

Compte d exploitation Compte d exploitation Classe 6 : Comptes de charges 60 Achats 606120 Energie ; électricité. 606130 Chauffage. 606220 Produits d entretien 606281 Petit Equipement 606400 Fournitures de bureau 61 Services

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010

COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E. Orientations budgétaires 2010 COMMUNAUTE DU PAYS D E V E N D O M E Orientations budgétaires 2010 Conseil Communautaire du 1 ER Mars 2010 3 - FINANCES Débat d orientations budgétaires 2010 Notre communauté, créée il y a maintenant plus

Plus en détail

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES

Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Le budget 2015 du Département Chiffres Clés LE DÉPARTEMENT S ENGAGE AUPRÈS DES NORDISTES Éditorial Le budget primitif 2015 s inscrit dans un contexte économique et social contraint. Face à cette situation,

Plus en détail

RAPPORT 2.9 FINANCES Rapporteur : Michel SAINTPIERRE REGLEMENTATION FINANCIERE ET BUDGETAIRE REGLEMENT FINANCIER ET BUDGETAIRE Suite à l élaboration de son Plan Pluriannuel d Investissement et selon le

Plus en détail

31 décembre 2002 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

31 décembre 2002 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES 31 décembre 2002 MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE Direction Générale de la Comptabilité Publique Bureau 6C MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SECURITE INTERIEURE ET DES LIBERTES LOCALES

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional JUILLET 2012 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france AFFECTATIONS PROVISIONNELLES ET SPECIFIQUES

Plus en détail

«Répartition des moyens aux établissements d enseignement supérieur en 2015 : subventions pour charges de service public»

«Répartition des moyens aux établissements d enseignement supérieur en 2015 : subventions pour charges de service public» Note aux membres du Conseil national de l enseignement supérieur et de la recherche «Répartition des moyens aux établissements d enseignement supérieur en 2015 : subventions pour charges de service public»

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE DE SAUVETERRE DE GUYENNE Trésorerie de Sauveterre de Guyenne PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ La commune de SAUVETERRE DE GUYENNE est située au cœur de l Entre Deux mers.

Plus en détail

La construction du budget communal. 25 avril 2015

La construction du budget communal. 25 avril 2015 La construction du budget communal 25 avril 2015 Le budget : un acte fondamental, très encadré Un acte de prévision et d autorisation Prévoit chaque année les recettes et dépenses de la commune Autorise

Plus en détail

Vote et Transmission des Documents Budgétaires

Vote et Transmission des Documents Budgétaires Annexe 3 Vote et Transmission des Documents Budgétaires Articles L 2312-1, L 1612-2, L 2121-7, L 2121-20, L 2121-23 du Code Général des Collectivités Territoriales Le Vote (art. L 2312-1, L 2121-17, L

Plus en détail

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015

Budget primitif 2015. Présentation du Budget Primitif 2015 Budget primitif Équilibre général du budget Dotations nouvelles Reports Total INVESTISSEMENT DEPENSES 10 563 898,81 7 079 912,86 17 643 811,67 RECETTES 13 511 283,90 4 132 527,77 17 643 811,67 FONCTIONNEMENT

Plus en détail

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE

LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LOCATION IMMOBILIÈRE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 5 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION IMMOBILIÈRE... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

INFORMATIONS GENERALES EXECUTION DU BUDGET. RESTES A REALISER - DEPENSES Libellé. Dépenses engagées non

INFORMATIONS GENERALES EXECUTION DU BUDGET. RESTES A REALISER - DEPENSES Libellé. Dépenses engagées non INFORMATIONS GENERALES EXECUTION DU BUDGET Exploitation (total) (1)(2) Investissement (total)(2) DU BUDGET dont 1064 dont 1068 (1) 002 reprise du résultat d'exploitation de N-1 diminué de l'affectation

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES. Ville de Niort RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES BUDGET PRINCIPAL ET BUDGETS ANNEXES Conseil Municipal du 24/11/2014 Sommaire 1. Un rappel du cadre légal 2. La situation économique et budgétaire : Monde, Zone Euro et

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2014 CP-SEVESC

RAPPORT ANNUEL 2014 CP-SEVESC RAPPORT ANNUEL 2014 CP-SEVESC Complément de Pension de la Société des Eaux de Versailles et Saint Cloud CP- S E V E S C - RAP P O R T A N N U E L - E X E R C I C E 2 0 1 4 0 Le rapport annuel se présente

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x

SOMMAIRE. Page Jointes Sans objet. x x x x SOMMAIRE Page Jointes Sans objet 3 Balances générales et tableaux de synthèses x 41 IV Annexes 43 A Eléments du bilan 45 A1 Présentation croisée par fonction (1) x 77 A2 Etat de la dette x 79 Service de

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015

ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR L ANNEE 2015 Séance du Conseil municipal du 16 décembre 2014 Chaque année, dans les deux mois qui précèdent le vote du budget primitif, un débat sur les orientations budgétaires

Plus en détail

Décision n 2010-005 du 8 septembre 2010 portant adoption du règlement comptable et financier de l Autorité de régulation des activités ferroviaires

Décision n 2010-005 du 8 septembre 2010 portant adoption du règlement comptable et financier de l Autorité de régulation des activités ferroviaires ARAF Autorité de régulation des activités ferroviaires Décision n 2010-005 du 8 septembre 2010 portant adoption du règlement comptable et financier de l Autorité de régulation des activités ferroviaires

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL

ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL ANALYSE FINANCIERE DE SAINT GERMAIN D ESTEUIL Trésorerie de LESPARRE-MEDOC PRESENTATION DE LA COLLECTIVITÉ SAINT GERMAIN D ESTEUIL est une commune rurale. Sa population est de 1 195 habitants. Elle se

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2014 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace Avis 17 juin 2015 Avis Le compte administratif 2014 de la Région Alsace 17 juin 2015 2 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF. De l exercice 2013 2012 DF 99 DOCUMENT BUDGETAIRE SECTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D INVESTISSEMENT

DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF. De l exercice 2013 2012 DF 99 DOCUMENT BUDGETAIRE SECTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D INVESTISSEMENT DIRECTION DES FINANCES BUDGET PRIMITIF De l exercice 2013 2012 DF 99 DOCUMENT BUDGETAIRE SECTIONS DE FONCTIONNEMENT ET D INVESTISSEMENT BUDGET GENERAL REPUBLIQUE FRANÇAISE VILLE DE PARIS Numéro SIRET:

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail