Bac blanc février 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bac blanc février 2013"

Transcription

1 Lycée Louise MICHEL Terminales S MATHEMATIQUES Année 0/0 Bac blanc février 0 (Durée : 4 heures.) Les calculatrices sont autorisées, mais l échange de tout matériel est interdit. Les brouillons ne sont pas acceptés dans les copies. Une copie non soignée (orthographe, propreté, etc.) sera sanctionnée, Précisez le numéro de classe sur votre copie. Vous rendrez l annexe mais l énoncé NE SERA PAS RAMASSÉ, il est donc inutile de répondre dessus. Exercice. 4 points Commun à tous les candidats Dans cet exercice, les résultats approchés seront donnés à 0,000 près. Lors d une épidémie chez des bovins, on s est aperçu que si la maladie est diagnostiquée suffisamment tôt chez un animal, on peut le guérir ; sinon la maladie est mortelle. Un test est mis au point et essayé sur un échantillon d animaux dont % est porteur de la maladie. On obtient les résultats suivants : si un animal est porteur de la maladie, le test est positif dans 85 % des cas ; si un animal est sain, le test est négatif dans 95 % des cas. On choisit de prendre ces fréquences observées comme probabilités pour la population entière et d utiliser le test pour un dépistage préventif de la maladie. On note : M l évènement : «l animal est porteur de la maladie» ; T l évènement : «le test est positif».. Construire un arbre pondéré modélisant la situation proposée.. Un animal est choisi au hasard. (a) Quelle est la probabilité qu il soit porteur de la maladie et que son test soit positif? (b) Montrer que la probabilité pour que son test soit positif est 0,058.. Un animal est choisi au hasard parmi ceux dont le test est positif. Quelle est la probabilité pour qu il soit porteur de la maladie? 4. On choisit cinq animaux au hasard. La taille de ce troupeau permet de considérer les épreuves comme indépendantes et d assimiler les tirages à des tirages avec remise. On note X la variable aléatoire qui, aux cinq animaux choisis, associe le nombre d animaux ayant un test positif. (a) Quelle est la probabilité pour que deux animaux exactement aient un test positif. (b) Quelle est la probabilité pour qu au moins un des cinq animaux ait un test positif? 5. Le coût des soins à prodiguer à un animal ayant réagi positivement au test est de 00 euros et le coût de l abattage d un animal non dépisté par le test et ayant développé la maladie est de 000 euros. On suppose que le test est gratuit. D après les données précédentes, la loi de probabilité du coût à engager par animal subissant le test est donnée par le tableau suivant : Coût Probabilité 0, , ,00 5 (a) Calculer l espérance mathématique de la variable aléatoire associant à un animal le coût à engager. (b) Un éleveur possède un troupeau de 00 bêtes. Si tout le troupeau est soumis au test, quelle somme doit-il prévoir d engager en moyenne?

2 Exercice. 5 points Commun à tous les candidats Soit (u n ) la suite définie par u 0 = 5 et pour tout nombre entier naturel n, par u n+ = 4u n u n +. Si f est la fonction définie sur l intervalle ] ; + [ par f (x) = 4x, alors on a, pour tout nombre entier x + naturel n, u n+ = f (u n ). On donne en annexe (à rendre avec la copie) une partie de la courbe représentative C de la fonction f ainsi que la droite d équation y = x.. Étudier les variations de la fonction f.. (a) Sur l axe des abscisses, placer u 0 puis construire u, u et u en laissant apparents les traits de construction. (b) Quelles conjectures peut-on émettre sur le sens de variation et sur la convergence de la suite (u n )?. (a) Démontrer par récurrence que, pour tout nombre entier naturel n, on a u n > 0. (b) Dans cette question, toute trace de recherche, même incomplète, ou d initiative même non fructueuse, sera prise en compte dans l évaluation. Valider par une démonstration les conjectures émises à la question. b. 4. Dans cette question, on se propose d étudier la suite (u n ) par une autre méthode, en déterminant une expression de u n en fonction de n. Pour tout nombre entier naturel n, on pose v n = u n. (a) Démontrer que la suite (v n ) est une suite arithmétique de raison. (b) Pour tout nombre entier naturel n, exprimer v n en fonction de n. (c) Montrer que pour tout entier naturel n, u n = v n + (d) Déduire des questions précédentes la limite de la suite (u n ). 5. Voici un algorithme : Variables : n est un entier naturel u est un réel. Initialisations : Affecter à u la valeur 5. Affecter à n la valeur 0 Traitement : Tant que u >. Affecter à u la valeur 4u u + Affecter à n la valeur n +. Sortie : Le nombre n. (a) Quelle valeur sera retournée par cet algorithme? Justifier. (b) Julien souhaite remplacer dans l algorithme la condition "u > " par "u > 0,8". Juliette lui répond que dans ce cas, l algorithme ne s arrêtera jamais. Pourquoi Juliette a-t-elle raison?

3 Exercice. 6 points Commun à tous les candidats On considère les deux courbes (C ) et (C ) d équations respectives y = e x et y = x dans un repère orthogonal du plan. Le but de cet exercice est de prouver qu il existe une unique tangente T commune à ces deux courbes.. Sur le graphique représenté dans l annexe, tracer approximativement une telle tangente à l aide d une règle. Lire graphiquement l abscisse du point de contact de cette tangente avec la courbe (C ) et l abscisse du point de contact de cette tangente avec la courbe (C ).. On désigne par a et b deux réels quelconques, par A le point d abscisse a de la courbe (C ) et par B le point d abscisse b de la courbe (C ). (a) Déterminer une équation de la tangente (T A ) à la courbe (C ) au point A. (b) Déterminer une équation de la tangente (T B ) à la courbe (C ) au point B. (c) En déduire que les droites (T A ) et (T B ) sont confondues si et seulement si les réels a et b sont solutions du système (S) : { e a = b e a ae a = b. (d) Montrer que le système (S) est équivalent au système (S ) : { e a = b e a + 4ae a 4e a 4 = 0.. Le but de cette question est de prouver qu il existe un unique réel solution de l équation (E) : e x + 4xe x 4e x 4 = 0. Pour cela, on considère la fonction f définie sur R par : f (x) = e x + 4xe x 4e x 4. (a) Montrer que pour tout x appartenant à ] ; 0[, e x 4 < 0 et 4e x (x ) < 0. (b) En déduire que l équation (E) n a pas de solution dans l intervalle ] ; 0[. (c) Démontrer que la fonction f est strictement croissante sur l intervalle [0 ; + [. (d) Démontrer que l équation (E) admet une solution unique dans l intervalle [0 ; + [. On note a cette solution. Donner un encadrement d amplitude 0 de a. 4. On prend pour A le point d abscisse a. Déterminer un encadrement d amplitude 0 du réel b pour lequel les droites (T A ) et (T B ) sont confondues.

4 Exercice 4 5 points Candidats n ayant pas suivi l enseignement de spécialité Le plan est muni d un repère orthonormal direct (O, u; v) (unité graphique : cm). Soient A, B et I les points d affixes respectives + i, i et. À tout point M d affixe z, on associe le point M d affixe z telle que z = z 4z. Le point M est appelé l image de M.. Faire une figure et compléter cette figure tout au long de l exercice.. Calculer les affixes des points A et B, images respectives des points A et B. Que remarque-t-on?. Déterminer les points qui ont pour image le point d affixe (a) Vérifier que pour tout nombre complexe z, on a : z + 4 = (z ). (b) En déduire une relation entre z + 4 et z et, lorsque z est différent de, une relation entre arg ( z + 4 ) et arg (z ), (c) Que peut-on dire du point M lorsque M décrit le cercle C de centre I et de rayon? 5. Soient E le point d affixe + e i π, J le point d affixe 4 et E l image de E. ( u ) (a) Calculer la distance IE et une mesure en radians de l angle ; IE. ( u (b) Calculer la distance JE ) et une mesure en radians de l angle ; JE. (c) Construire à la règle et au compas le point E ; on laissera apparents les traits de construction. Exercice 4 5 points Réservé aux candidats ayant suivi l enseignement de spécialité On donne ci-dessous l énoncé du petit théorème de Fermat (il sera admis, vous n avez pas à le démontrer) : Si p est un nombre premier et si a est un entier non divisible par p, alors a p [p]. On considère la suite (u n ) définie, pour tout entier naturel n non nul, par u n = n + n + 6 n.. Calculer les six premiers termes de la suite.. Montrer que, pour tout entier naturel n non nul, u n est pair.. Montrer que, pour tout entier naturel n pair non nul, u n est divisible par 4. On note (E) l ensemble des nombres premiers qui divisent au moins un terme de la suite u n. 4. Les entiers,, 5 et 7 appartiennent-ils à l ensemble (E)? 5. Soit p un nombre premier strictement supérieur à. (a) Montrer à l aide du petit théorème de Fermat que 6 p [p], 6 p [p] et 6 p [p]. (b) En déduire que 6 u p 0 [p]. (c) Le nombre p appartient-il à l ensemble (E)? 6. Déduire des questions précédentes l ensemble des nombres appartenant à (E). 4

5 Numéro d anonymat : ANNEXE Exercice 4 C Exercice

6 Corrigé Exercice. Commun à tous les candidats. Voici un arbre pondéré modélisant la situation proposée ¼ ¼½ Å ¼ Ì ¼ ½ Ì ¼ Å ¼ ¼ Ì ¼ Ì. (a) On suit la première branche : la probabilité est égale à p(m T) = p(m) p M (T) = 0,0 0,85 = 0,008 5 (b) La probabilité qu il soit non porteur de la maladie et que son test soit positif (troisième branche) est égale à 0,99 0,05 = 0, Il faut calculer p T (M). ( ) p(t) = p(m T) + p(m T) = p(m) p M (T) + p M p M (T) = 0, ,049 5 = 0,058 p(m T) p T (M) = p(t) = 0, ,058 0, (a) On répète 5 fois de suite, et de façon indépendante, la même épreuve de Bernoulli pour laquelle le succès est «l animal choisi a un test positif». La variable X, qui compte le nombre de succès, suit donc la loi binomiale B(5 ; 0,058). 5. Il s agit de calculer p(x = ). (b) Il s agit de calculer p(x ). ( ) 5 p(x = ) = 0,058 ( 0,058) 5 0,08 p(x ) = p(x = 0) = ( 0,058) 5 0,58 Coût Probabilité 0, , ,00 5 (a) On a d après les données du tableau : E = 0 0, , ,00 5 = 5,80 +,50 = 7,0 e. Ceci représente le coût moyen par animal (b) Pour 00 bêtes, le coût sera en moyenne de : 00 7,0 = 460 e. 6

7 Exercice. Commun à tous les candidats. f est une fonction rationnelle, elle est donc dérivable sur son ensemble de définition. Pour tout réel x ] ;+ [, f 4(x + ) (4x ) (x) = (x + ) = (x + ) Comme f (x) > 0 sur l intervalle de définition alors f est strictement croissante sur ] ;+ [.. (a) En partant du point ((u 0 = 5 ; 0) et en allant alternativement verticalement vers la courbe C et horizontalement vers la droite, on obtient les points de la courbe C d abscisses, u, u, u etc. C 0 u u 4 5 u u 0 (b) A la vue des premiers termes, il semble que la suite soit décroissante et qu elle converge vers l abscisse du point commun à C et à soit vers.. (a) Notons P n la propriété à démontrer au rang n : «u n > 0». Initialisation : montrons que la propriété est vraie au rang 0 : on a u 0 = 5 = 4 > 0 : vrai. Hérédité : supposons qu il existe k N tel que u k > 0. Comme u k+ = 4u k u k + alors : u k+ = 4u k u k + = 4u k u k = u k u k + u k + = (u k ) u k + On sait, par hypothèse de récurrence, que u k > 0, donc u k > et u k + > > 0. Le numérateur et le dénominateur de l expression sont supérieurs à zéro, donc finalement u k+ > 0. Conclusion : On a donc démontré par récurrence que pour tout n N, u n > 0. Remarque : une autre justification de l hérédité. supposons qu il existe k N tel que u k > 0. On a alors u k > et donc f (u k ) > f () puisque f est strictement croissante sur ] ;+ [. Or f (u k ) = u k+ et f () =, la dernière inégalité peut donc s écrire : u k+ > c est-à-dire u k+ > 0. Cette méthode était plus simple et plus rapide! (b) Plan de la démonstration : 7

8 Démontrer que la suite est décroissante. Pour cela, on peut utiliser un raisonnement par récurrence ou faire l étude du signe de u n+ u n. Démontrer que la suite est minorée. Très rapide en utilisant un résultat précédent. Déduire des deux points précédents la convergence vers un réel l. Déterminer la valeur de l en résolvant une équation obtenue grâce à l unicité de la limite. Décroissance de la suite avec l étude du signe de u n+ u n. u n+ u n = 4u n u n + u n = 4u n un u n = u n + u n = u n u n + = (u n ) u n + u n + u n + u n + Les deux termes du quotients sont positifs, donc finalement u n+ u n < 0 ce qui démontre que la suite (u n ) est décroissante. Minoration. On a démontré dans une question précédente que pour tout entier naturel n, u n > 0 ce qui équivaut à u n >. La suite est donc minorée par. Convergence. La suite étant minorée par et décroissante, elle converge vers une limite l. Calcul de l. Par unicité de la limite, on a l = 4l ; cette équation se ramène à l équation du second degré l + l(l + ) = 4l dont la seule solution est l =. La suite (u n ) converge vers. 4. La suite (v n ) est bien définie pour tout entier naturel n puisque l on a montré que u n > 0 et donc u n 0. (a) Pour tout naturel n : v n+ = u n+ = = 4u n u n + 4u n u n + u = n + u n + D autre part, v n + = u n + = + u n (u n ) = u n + (u n ) On a donc bien v n+ = v n + pour tout naturel n. u n u n + = u n + (u n ) Ceci montre que la suite (v n ) est une suite arithmétique de raison, de premier terme v 0 = u 0 = 5 = 4. Remarque : On peut aussi calculer v n+ v n et montrer que le résultat est constant et égale à. Cela demande du calcul... mais on y arrive! (b) On sait que v n = v 0 + n = 4 + n = 4 + n = + 4n. (c) v n = u n v n(u n ) = u n = v n u n = v n +, quel que soit n N. (d) Comme v n = + 4n pour tout naturel n alors lim v n = + et donc n + lim + = c est-à-dire lim n + v u n =. n n + lim n + v n = 0 donc 8

9 5. (a) Cet algorithme retourne la valeur. En voici la justification : Étape n u test Initialisation > vrai Fin étape Fin étape Fin étape > vrai > vrai 9 5 > faux (b) Cet algorithme calcule les premiers termes de la suite (u n ), et cela tant que la condition donnée est vérifiée. On a démontré dans une question précédente que pour tout entier naturel n, u n >. On a donc a fortiori u n > 0,8 pour tout naturel n. Par conséquent, si l on remplace la condition de l algorithme par «u > 0,8» alors cette condition sera toujours vérifiée et donc l algorithme ne s arrêtera jamais. Exercice. Commun à tous les candidats. Lecture graphique de l abscisse du point de contact de cette tangente avec la courbe (C ) : a 0,8 et l abscisse du point de contact de cette tangente avec la courbe (C ) : b,. A 0 B. (a) Équation de la tangente (T A ) à la courbe (C ) au point A : y = f (a) + (x a) f (a) y = e a + e a (x a) y = e a x + e a ( a) (b) Équation de la tangente (T B ) à la courbe (C ) au point B : y = g (b) + (x b) g (b) y = ( b ) b(x b) y = ( b)x + b (c) Ces deux droites sont confondues si et seulement si elles ont le même coefficient directeur et la même ordonnée à l origine. En identifiant terme à terme les deux équations, on obtient : { e a = b (T A ) = (T B ) (S) : e a ( a) = b 9

10 (d) (S) { b = e a { ( ) b = e a e a ( a) = ea 4e a ( a) = (e a ) 4 { e a = b e a + 4ae a 4e a 4 = 0. (a) Sur ] ; 0[, x < 0 donc x < 0 donc e x < e 0 puisque la fonction exponentielle est strictement croissante sur R c est-à-dire e x < d où e x 4 < < 0 D autre part : x < 0 donc x < 0 donc 4e x (x ) < 0 puisqu une exponentielle est strictement positive (b) L équation (E) n a pas de solution dans l intervalle ] ; 0[. En effet, sur cet intervalle : e x 4 < 0 et 4(x )e x < 0 donc e x 4 + 4(x )e x < 0 c est-à-dire : e x + 4xe x 4e x 4 < 0. (c) La fonction f est strictement croissante sur l intervalle [0 ; + [, car sa dérivée est positive : (d) En effet : f (x) = e x + 4e x + 4xe x 4e x = e x + 4xe x > 0 (somme de nombres strictement positifs) f (0) = 7 ( lim f (x) = lim x + x + ex + 4 x e x 4 e x 4 ) e x = + car lim x + x e x = 0 et lim x + 4 = 0 (n = ou ) enx x 0 a + f La fonction f est continue et strictement croissante sur [0 ; + [. Or 0 [ 7; + [, donc l équation f (x) = 0 admet une unique solution a. Encadrement d amplitude 0 de a (en utilisant le théorème des valeurs intermédiaires) : f (0,84) 0,7 et f (0,85) 0,07 donc 0,84 a 0,85 4. On a vu précédemment que b = ea. Comme 0,84 a 0,85 alors, < e 0,84 e a e 0,85 <,4 et donc,55 ea,7 Conclusion :, b, 0

11 Exercice 4. Candidats n ayant pas suivi l enseignement de spécialité. Voici la figure complétée : E C 4 A C J I B B A 4. z A = z A 4z A = ( + i) 4( + i) = 4 i. z B = z B 4z B = ( i) 4( i) = 4 i. Les images des points A et B sont confondues.. Il s agit de trouver toutes les valeurs de z pour lesquelles z = 5 c est-à-dire de résoudre l équation z 4z = 5 qui équivaut à l équation z 4z + 5 = 0. Cette équation du second degré admet deux solutions : z = 4 i = i et z = + i. Ce sont les affixes des deux points qui conviennent. 4. (a) (z ) = z 4z + 4 = z + 4. (b) z + 4 = (z ) = z et lorsque z est différent de, arg ( z + 4 ) = arg ( (z ) ) = arg (z ). (c) Lorsque M décrit le cercle C de centre I et de rayon, on a I M = = z donc z + 4 = = 4 donc M appartient au cercle de centre J( 4) et de rayon z E = + e i π et z I =. (a) IE= z E z I = + e i π = e i π = e i π = ( u ; IE ) = arg(e i π ) = π. (b) JE = z E + 4 = z E = 4 ( u ; JE ) = arg( u ; IE ) = π = π. (c)

12 Exercice 4. Réservé aux candidats ayant suivi l enseignement de spécialité. On a : u 0 = = ; u = = = 0 ; u = = = 48 ; u = = = 50 ; u 4 = = = 9 ; u 5 = = = Soit n N ; alors u n 0 n + n + 0 n 0 [], et par conséquent u n est divisible par, c est-à-dire pair.. Si n est un entier pair non nul, alors il existe k N tel que n = k. On en déduit que u n s écrit sous la forme : Comme 4 0 [4], 9 [4] et 6 0 [4], on a ce qui montre que u n est divisible par 4. u n = k + k + 6 k = ( ) k + ( ) k + (6 ) k = 4 k + 9 k + 6 k. u n 0 k + k + 0 k 0 [4], Remarque : le propriété n est pas vraie pour n = 0 car u 0 = n est pas divisible par 4. On peut alors se demander pourquoi la démonstration que l on vient de réaliser n est pas valide pour k = 0. Réponse : on se retrouverait avec le terme 0 0, qui n est pas défini mathématiquement D après., tous les termes de la suite (u n ) sont divisibles par, donc (E). D après., u = 48 = 6 ; divise donc u et par suite (E). De même, u = 0 = 5, donc 5 (E). Enfin, u 5 = 8050 = 7 50, donc 7 divise u 5 et par conséquent 7 (E). 5. (a) p étant un nombre premier strictement supérieur à, p ne divise pas 6 et d après le petit théorème de Fermat : 6 p [p].

13 De même, p ne divise pas car p >, donc p [p], ce qui implique : p [p]. Comme p = p = 6 p, on a bien 6 p [p]. Enfin, p ne divise pas car p >, donc p [p], ce qui implique p [p]. (b) On a : Comme p = p = 6 p, on a bien ce qu il fallait démontrer. 6 p [p]. 6 u p 6( p + p + 6 p ) [p] 6 p + 6 p + 6 p 6 [p] [p] 0 [p], (c) D après 5.(b), il existe k N tel que 6 u p = kp, soit u p = kp. (d après 5.(a)) p figure donc dans la décompostion en produit de facteurs premiers de u p, donc nécessairement dans celle de u p. Cela implique que p divise u p, donc p (E). 6. D après 5.(c), tout nombre premier strictement supérieur à appartient à (E). De plus, d après 4, les entiers et appartiennent aussi à (E). Conclusion : (E) est l ensemble des nombres premiers.

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures)

Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Bac Blanc Terminale ES - Février 2011 Épreuve de Mathématiques (durée 3 heures) Eercice 1 (5 points) pour les candidats n ayant pas choisi la spécialité MATH Le tableau suivant donne l évolution du chiffre

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 OBLIGATOIRE MATHÉMATIQUES. Série S. Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2012 MATHÉMATIQUES Série S Durée de l épreuve : 4 heures Coefficient : 7 ENSEIGNEMENT OBLIGATOIRE Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformément à la

Plus en détail

Commun à tous les candidats

Commun à tous les candidats EXERCICE 3 (9 points ) Commun à tous les candidats On s intéresse à des courbes servant de modèle à la distribution de la masse salariale d une entreprise. Les fonctions f associées définies sur l intervalle

Plus en détail

Les devoirs en Première STMG

Les devoirs en Première STMG Les devoirs en Première STMG O. Lader Table des matières Devoir sur table 1 : Proportions et inclusions....................... 2 Devoir sur table 1 : Proportions et inclusions (corrigé)..................

Plus en détail

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats)

EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) EXERCICE 4 (7 points ) (Commun à tous les candidats) On cherche à modéliser de deux façons différentes l évolution du nombre, exprimé en millions, de foyers français possédant un téléviseur à écran plat

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

O, i, ) ln x. (ln x)2

O, i, ) ln x. (ln x)2 EXERCICE 5 points Commun à tous les candidats Le plan complee est muni d un repère orthonormal O, i, j Étude d une fonction f On considère la fonction f définie sur l intervalle ]0; + [ par : f = ln On

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation )

DÉRIVÉES. I Nombre dérivé - Tangente. Exercice 01 (voir réponses et correction) ( voir animation ) DÉRIVÉES I Nombre dérivé - Tangente Eercice 0 ( voir animation ) On considère la fonction f définie par f() = - 2 + 6 pour [-4 ; 4]. ) Tracer la représentation graphique (C) de f dans un repère d'unité

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Cours Fonctions de deux variables

Cours Fonctions de deux variables Cours Fonctions de deux variables par Pierre Veuillez 1 Support théorique 1.1 Représentation Plan et espace : Grâce à un repère cartésien ( ) O, i, j du plan, les couples (x, y) de R 2 peuvent être représenté

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

La fonction exponentielle

La fonction exponentielle DERNIÈRE IMPRESSION LE 2 novembre 204 à :07 La fonction exponentielle Table des matières La fonction exponentielle 2. Définition et théorèmes.......................... 2.2 Approche graphique de la fonction

Plus en détail

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé EXERCICE 1 5 points Commun à tous les candidats 1. Réponse c : ln(10)+2 ln ( 10e 2) = ln(10)+ln ( e 2) = ln(10)+2 2. Réponse b : n 13 0,7 n 0,01

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES

BACCALAUREAT GENERAL MATHÉMATIQUES BACCALAUREAT GENERAL FEVRIER 2014 MATHÉMATIQUES SERIE : ES Durée de l épreuve : 3 heures Coefficient : 5 (ES), 4 (L) 7(spe ES) Les calculatrices électroniques de poche sont autorisées, conformement à la

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Exercices corrigés

Probabilités conditionnelles Exercices corrigés Terminale S Probabilités conditionnelles Exercices corrigés Exercice : (solution Une compagnie d assurance automobile fait un bilan des frais d intervention, parmi ses dossiers d accidents de la circulation.

Plus en détail

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT

Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Exercices types Algorithmique et simulation numérique Oral Mathématiques et algorithmique Banque PT Ces exercices portent sur les items 2, 3 et 5 du programme d informatique des classes préparatoires,

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Probabilités conditionnelles Loi binomiale

Probabilités conditionnelles Loi binomiale Exercices 23 juillet 2014 Probabilités conditionnelles Loi binomiale Équiprobabilité et variable aléatoire Exercice 1 Une urne contient 5 boules indiscernables, 3 rouges et 2 vertes. On tire au hasard

Plus en détail

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre :

t 100. = 8 ; le pourcentage de réduction est : 8 % 1 t Le pourcentage d'évolution (appelé aussi taux d'évolution) est le nombre : Terminale STSS 2 012 2 013 Pourcentages Synthèse 1) Définition : Calculer t % d'un nombre, c'est multiplier ce nombre par t 100. 2) Exemples de calcul : a) Calcul d un pourcentage : Un article coûtant

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

Loi binomiale Lois normales

Loi binomiale Lois normales Loi binomiale Lois normales Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 204/205 Table des matières Rappels sur la loi binomiale 2. Loi de Bernoulli............................................ 2.2 Schéma de Bernoulli

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points 1. Réponse d. : 1 e Le coefficient directeur de la tangente est négatif et n est manifestement pas 2e

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une

C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une TLES1 DEVOIR A LA MAISON N 7 La courbe C f tracée ci- contre est la représentation graphique d une fonction f définie et dérivable sur R. On note f ' la fonction dérivée de f. La tangente T à la courbe

Plus en détail

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10

Comparaison de fonctions Développements limités. Chapitre 10 PCSI - 4/5 www.ericreynaud.fr Chapitre Points importants 3 Questions de cours 6 Eercices corrigés Plan du cours 4 Eercices types 7 Devoir maison 5 Eercices Chap Et s il ne fallait retenir que si points?

Plus en détail

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Exercice 3 (5 points) A(x) = 1-e -0039' -0 156e- 0,039x A '() -'-,..--,-,--,------:-- X = (l_e-0,039x)2

Exercice 3 (5 points) A(x) = 1-e -0039' -0 156e- 0,039x A '() -'-,..--,-,--,------:-- X = (l_e-0,039x)2 Les parties A et B sont indépendantes. Partie A Exercice 3 (5 points) Commun à tous les candidats On considère la fonction A définie sur l'intervalle [1 ; + 00 [ par A(x) = 1-e -0039' ' x 1. Calculer la

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Développements limités. Notion de développement limité

Développements limités. Notion de développement limité MT12 - ch2 Page 1/8 Développements limités Dans tout ce chapitre, I désigne un intervalle de R non vide et non réduit à un point. I Notion de développement limité Dans tout ce paragraphe, a désigne un

Plus en détail

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle

Chapitre 6. Fonction réelle d une variable réelle Chapitre 6 Fonction réelle d une variable réelle 6. Généralités et plan d étude Une application de I dans R est une correspondance entre les éléments de I et ceu de R telle que tout élément de I admette

Plus en détail

Nombre dérivé et tangente

Nombre dérivé et tangente Nombre dérivé et tangente I) Interprétation graphique 1) Taux de variation d une fonction en un point. Soit une fonction définie sur un intervalle I contenant le nombre réel a, soit (C) sa courbe représentative

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

108y= 1 où x et y sont des entiers

108y= 1 où x et y sont des entiers Polynésie Juin 202 Série S Exercice Partie A On considère l équation ( ) relatifs E :x y= où x et y sont des entiers Vérifier que le couple ( ;3 ) est solution de cette équation 2 Déterminer l ensemble

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de terminale générale et technologique Exercices de mathématiques Classes de terminale S, ES, STI2D, STMG Ces documents

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques.

Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. 14-3- 214 J.F.C. p. 1 I Exercice autour de densité, fonction de répatition, espérance et variance de variables quelconques. Exercice 1 Densité de probabilité. F { ln x si x ], 1] UN OVNI... On pose x R,

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : dutarte@club-internet.fr La maquette

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

Logique. Plan du chapitre

Logique. Plan du chapitre Logique Ce chapitre est assez abstrait en première lecture, mais est (avec le chapitre suivant «Ensembles») probablement le plus important de l année car il est à la base de tous les raisonnements usuels

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Baccalauréat technique de la musique et de la danse Métropole septembre 2008

Baccalauréat technique de la musique et de la danse Métropole septembre 2008 Baccalauréat technique de la musique et de la danse Métropole septembre 008 EXERCICE 5 points Pour chacune des cinq questions à 5, trois affirmations sont proposées dont une seule est exacte. Pour chaque

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Probabilités»

Exercices sur le chapitre «Probabilités» Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Pour démarrer Exercices sur le chapitre «Probabilités» Exercice 1 (Modélisation d un dé non cubique) On considère un parallélépipède rectangle de

Plus en détail

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS

Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS Baccalauréat S Nombres complexes Index des exercices sur les complexes de septembre 1999 à juin 2012 Tapuscrit : DENIS VERGÈS N o Lieu et date Q.C.M. Algébrique Géométrie 1 Asie juin 2012 2 Métropole juin

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Probabilités et Statistiques. Feuille 2 : variables aléatoires discrètes

Probabilités et Statistiques. Feuille 2 : variables aléatoires discrètes IUT HSE Probabilités et Statistiques Feuille : variables aléatoires discrètes 1 Exercices Dénombrements Exercice 1. On souhaite ranger sur une étagère 4 livres de mathématiques (distincts), 6 livres de

Plus en détail

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2014/2015. Terminale STMG. O. Lader

Terminale STMG Lycée Jean Vilar 2014/2015. Terminale STMG. O. Lader Terminale STMG O. Lader Table des matières Interrogation 1 : Indice et taux d évolution........................... 2 Devoir maison 1 : Taux d évolution................................ 4 Devoir maison 1

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Résolution d équations non linéaires

Résolution d équations non linéaires Analyse Numérique Résolution d équations non linéaires Said EL HAJJI et Touria GHEMIRES Université Mohammed V - Agdal. Faculté des Sciences Département de Mathématiques. Laboratoire de Mathématiques, Informatique

Plus en détail

Probabilités. Une urne contient 3 billes vertes et 5 billes rouges toutes indiscernables au toucher.

Probabilités. Une urne contient 3 billes vertes et 5 billes rouges toutes indiscernables au toucher. Lycée Jean Bart PCSI Année 2013-2014 17 février 2014 Probabilités Probabilités basiques Exercice 1. Vous savez bien qu un octet est une suite de huit chiffres pris dans l ensemble {0; 1}. Par exemple 01001110

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites

Suites numériques 4. 1 Autres recettes pour calculer les limites Suites numériques 4 1 Autres recettes pour calculer les limites La propriété suivante permet de calculer certaines limites comme on verra dans les exemples qui suivent. Propriété 1. Si u n l et fx) est

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés

Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Probabilités Loi binomiale Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : épreuve de Bernoulli Exercice 2 : loi de Bernoulli de paramètre

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Mais comment on fait pour...

Mais comment on fait pour... Mais comment on fait pour... Toutes les méthodes fondamentales en Maths Term.S Édition Salutπaths Table des matières 1) GÉNÉRALITÉS SUR LES FONCTIONS...13 1.Comment déterminer l'ensemble de définition

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES

LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES LES GENERATEURS DE NOMBRES ALEATOIRES 1 Ce travail a deux objectifs : ====================================================================== 1. Comprendre ce que font les générateurs de nombres aléatoires

Plus en détail

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES. 15 mars 2006 CLASSE DE PREMIERE ES, GMF

OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES. 15 mars 2006 CLASSE DE PREMIERE ES, GMF OLYMPIADES ACADEMIQUES DE MATHEMATIQUES 15 mars 2006 CLASSE DE PREMIERE ES, GMF Durée : 4 heures Les quatre exercices sont indépendants Les calculatrices sont autorisées L énoncé comporte trois pages Exercice

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

MATHEMATIQUES TES 2012-2013 Corrigés des devoirs

MATHEMATIQUES TES 2012-2013 Corrigés des devoirs MATHEMATIQUES TES 2012-2013 Corrigés des devoirs DS1 26/09/2012 page2 DV 09/10/2012 page 6 DS 24/10/2012 page 8 DV 30/11/2012 page 14 DV 14/12/2012 page 16 BAC BLANC 18/01/2013 page 17 DV 05/02/2013 page

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire

Items étudiés dans le CHAPITRE N5. 7 et 9 p 129 D14 Déterminer par le calcul l'antécédent d'un nombre par une fonction linéaire CHAPITRE N5 FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION FONCTIONS LINEAIRES NOTION DE FONCTION Code item D0 D2 N30[S] Items étudiés dans le CHAPITRE N5 Déterminer l'image

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Probabilités. C. Charignon. I Cours 3

Probabilités. C. Charignon. I Cours 3 Probabilités C. Charignon Table des matières I Cours 3 1 Dénombrements 3 1.1 Cardinal.................................................. 3 1.1.1 Définition............................................. 3

Plus en détail

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro.

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro. Chapitre : Les nombres rationnels Programme officiel BO du 8/08/08 Connaissances : Diviseurs communs à deux entiers, PGCD. Fractions irréductibles. Opérations sur les nombres relatifs en écriture fractionnaire.

Plus en détail

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé

CCP PSI - 2010 Mathématiques 1 : un corrigé CCP PSI - 00 Mathématiques : un corrigé Première partie. Définition d une structure euclidienne sur R n [X]... B est clairement symétrique et linéaire par rapport à sa seconde variable. De plus B(P, P

Plus en détail

Moments des variables aléatoires réelles

Moments des variables aléatoires réelles Chapter 6 Moments des variables aléatoires réelles Sommaire 6.1 Espérance des variables aléatoires réelles................................ 46 6.1.1 Définition et calcul........................................

Plus en détail

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives.

ÉVALUATION FORMATIVE. On considère le circuit électrique RC représenté ci-dessous où R et C sont des constantes strictement positives. L G L G Prof. Éric J.M.DELHEZ ANALYSE MATHÉMATIQUE ÉALUATION FORMATIE Novembre 211 Ce test vous est proposé pour vous permettre de faire le point sur votre compréhension du cours d Analyse Mathématique.

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 2 Exemple de sujet n 2 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 2 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

Deux disques dans un carré

Deux disques dans un carré Deux disques dans un carré Table des matières 1 Fiche résumé 2 2 Fiche élève Seconde - version 1 3 2.1 Le problème............................................... 3 2.2 Construction de la figure avec geogebra...............................

Plus en détail

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines FctsAffines.nb 1 Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008 Fonctions affines Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hpertete vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec2/inde.html

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Correction du baccalauréat STMG Polynésie 17 juin 2014

Correction du baccalauréat STMG Polynésie 17 juin 2014 Correction du baccalauréat STMG Polynésie 17 juin 2014 EXERCICE 1 Cet exercice est un Q.C.M. 4 points 1. La valeur d une action cotée en Bourse a baissé de 37,5 %. Le coefficient multiplicateur associé

Plus en détail

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires

F411 - Courbes Paramétrées, Polaires 1/43 Courbes Paramétrées Courbes polaires Longueur d un arc, Courbure F411 - Courbes Paramétrées, Polaires Michel Fournié michel.fournie@iut-tlse3.fr http://www.math.univ-toulouse.fr/ fournie/ Année 2012/2013

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail