Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations"

Transcription

1 FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012

2 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations La reconstruction après résection tumorale reste un challenge: milieu hostile +++ Large PDS osseuse Sacrifice important des tissus mous Traitement oncologique associé

3 Les méthodes de reconstruction sont multiples Le choix dépend : âge, localisation, l extension localeetgénéraledelatumeur Majorité des patients sont jeunes : reconstruction biologique durable +++

4 Pourquoi je choisis le péroné vascularisé?

5

6 Greffon qui préserve ces propriétés biologiques et mécaniques : Préserve la vitalité de la majorité des cellules : 70% Préserve sa résistance mécanique Wood et al J Recon Micro, 1994 Muramatsu et al J Orthop Res, 2002

7 Revascularisation est superficielle : 1/3 superficiel du greffon Mauvaise qualité mécanique Cutting et al. Plast Recon Surg, 1983

8 Age : 7 ans 5 mois Sexe : masculin Ostéosarcome OBSERVATION Imagerie initiale Résection transépiphysaire et reconstruction par deux péronés. Greffe secondaire pour nécrose distale du péroné externe et pseudarthrose proximale du péroné vascularisé interne

9 Nécrose osseuse (dès la 1 ère semaine) Survie de 5 à 10% des cellules dan la couche superficielle Cycle de résorption/reconstruction : l'os dévascularisé sert uniquement de trame à la néoformation osseuse (phénomène de creeping substitution) À long terme la greffe se comporte comme un os normal

10

11

12

13

14

15 Taux de consolidation : % D emblée ou après : 1 à 4 interventions Délai : 7 à 12 mois Laffosse et al. Rev Chir Orthop, 2007

16 Série Nombre Longueur consolidation Délai (mois) Zaretski et al Plast Reconstr Surg 30 NP 97% Rose et al Clin Orthop Relat Res 2005 Chen et al Plast reconstr Surg % % 8.5 William et al Clin Orthop Relat Res % 7

17 Patient âgé de 33 ans Chondrosarcome du radius gauche

18 Résection et reconstruction par péroné vascularisé RX : Post opératoire

19 Ablation des broches : 18 mois postopératoire Excellent résultat anatomique et fonctionnel

20 Limb reconstruction with vascularized fibular grafts after bone tumor resection. Brown KL. Clin Orthop Relat Res Jan;(262): Aucune différence entre le PV et le PNV quant aux délais ni de l incidence de la consolidation aux extrémités.

21 40cas Longueur:7,5 à 25 cm consolidation primaire dans 63% dans un délai de 12 mois Fracturedestress :18cas (45%) 15 consolidations après immobilisation

22 31 reconstructions de membrepar FNV 31 reconstructions de membrepar FNV Longueurdu greffon: 4 à 23 cm Consolidation primaire : 93% Délai: 6 mois

23 Longueur : 10.5 cm Consolidation : 10/12 Délai : 4 à 8 mois Pas de fracture ni résorption

24

25 Série Nombre Longueur Fracture Recul (an) Zaretski et al Plast Reconstr Surg 30 NP 0% Rose et al Clin Orthop Relat Res % 5.6 Gebert al J Surg oncol % 3.6 William et al Clin Orthop Relat Res % 4.9

26 OBSERVATION Age : 10 ans Sexe : féminin Ostéosarcome Imagerie initiale RX postopératoire Consolidation

27 OBSERVATION Libération Judet pour Raideur genou / Ablation lame plaque Fracture du greffon Résultat à 4 ans: Consolidation, ILMI, Genou: 0/80

28 Type d ostéosynthèse Contraintes mécaniques importantes

29

30 Série : 16 cas Localisation : fémur : 5 cas, tibia 11 cas Défect osseux : 6 12 cm Recul : 3 6 ans Consolidation dans tous les cas Délai : 7 mois Appui : 10 mois Pas de complications

31 SEMINARS IN PLASTIC SURGERY/VOLUME 22, NUMBER

32 Série : 90 cas Localisation : fémur et tibia Recul : 9 ans Consolidation : 93.5% Infection (7.5%), nonunion (8.8%), fracture (13.3%) Une seule amputation Musculoskeletal Tumor Society (MSTS): 72% excellent résultat, 20% bon résultat,5% résultat moyen, et 3% mauvais résultat

33 Patient de 6 ans Sarcome d Ewing RX : post-opératoire RX : 4 mois

34 Age : 10 ans Sexe : féminin Ostéosarcome RX : Post-opératoire Consolidation

35 Le greffon vascularisé garde sa solidité et sa rigidité lors des 12 premiers mois Résiste mieux aux contraintes en torsion Mais après 12 mois : aucune différence entre FV et FNV

36 Brown K. Limb reconstruction with vascularized fibular grafts after bone tumor resection. Clin Orthop 1991;262: Aucune différence entre les PV et les PNV à 6 mois en termes de solidité mécanique et d hypertrophie

37 Krieg et al. JBJS (Br). 2007

38 33% asymptomatiques : découvertes à la Rx 72% des cas traitées orthopédiquement Longueur du greffon Nombre de greffons Moyen de fixation membre < 12 cm : 12% >12 cm : 57% 2 : 42% 1 : 57% Clou : 31% Autre : 57% Sup : 33% Inf : 47%

39

40 Série Laffosse et al Nombre Age moyen Longueur Hypertrophie Fréquence Rev Chir Orthop, % Magdy et al J Nat Cancer Inst % Hypertrophie % 77.1% (25-158) 91% (60-210) Fonction : Rigidité du matériel d ostéosynthèse Contraintes mécaniques

41 Age : 14 ans, Sexe : masculin, Sarcome d Ewing OBSERVATION Résection tumorale Imagerie avant Chirurgie Pièce de Résection Reconstruction par péroné vascularisé

42 OBSERVATION + 21 mois Consolidation Fracture greffon par insuffisance mécanique de l ostéosynthèse Vissage greffon / Consolidation Le greffon saigne

43 De Boer : le greffon vascularisé s hypertrophie autant que le greffon non vascularisé avec cependant des délais plus courts.

44 Enneking : Autogenous cortical bone grafts in the reconstruction of segmental skeletal defects. 32% d hypertrophie des PNV Krieg. : Reconstruction with non-vascularised fibular grafts after resection of bone tumours Augmentation du diamètre : 70% Hypertrophie> 20% : 48%

45 Krieg et al. JBJS (Br). 2007

46

47 Série Nombre Infection Évolution Zaretski et al Plast Reconstr Surg % Favorable Gebert al J Surg oncol % Favorable Laffosse et al Rev Chir Orthop, cas Magdy et al J Nat Cancer Inst % Pseudarthrose Consolidation : apport spongieux, fixateur pas d hypertrophie William et al Clin Orthop Relat Res % Échec de reconstruction : 1 cas

48 Série Nombre Infection Évolution Enneking 40 5% Favorable Hefti 2 Favorables 31 10% 1 ablation du greffon Saini 12 0% Campanacci 8 12% favorable

49 1 an 2 ans

50 3 A 4 A 5 A 6 A 7 A

51

52 Série Nombre Longueur Extrêmes Laffosse et al Rev Chir Orthop, Magdy et al J Nat Cancer Inst William et al Clin Orthop Relat Res

53 Série Nombre Longueur Extrêmes Enneking Hefti , William et al Clin Orthop Relat Res

54 Échec de reconstruction par greffe non vascularisée :

55 Échec de reconstruction par greffe non vascularisée : Série : 33 cas d échec de reconstruction d allogreffe Fracture, pseudarthrose, infection Fémur:18 cas, Tibia:8 cas, Humérus:7 cas Consolidation dans tous les cas Délai : 7.7 mois

56 Vascularisation précaire :

57 Vascularisation précaire : Série : 16 cas : 6 cas tibia distal Longueur du greffon : 15.5 cm (12-17) Consolidation de 1 ère intention : 15/16 Délai moyen : 4.8 mois (3.5-6) Hypertrophie dans tous les cas : 91% (60-210%)

58 Age : 15 ans, Sexe féminin, Ostéosarcome OBSERVATION Pièce de résection Imagerie initiale RX : post-opératoire RX :après ablation plâtre

59 OBSERVATION + 7 ans Pseudarthrose + Saillie clou Pseudarthrose après Substitut osseux Reconstruction par péroné vascularisé Au dernier recul : Arthrodèse consolidée

60 27 patients Longueur défect: 9,1 cm (4 à 16) Indications : Traumatismes : 11 cas OMC ou pseudarthrose septique : 9 cas Consolidation primaire : 92% Délai : 6 à 11 mois Fractures : 25% (7 cas)

61 Ankle arthrodesiswith bone graft after distal tibia resection for bone tumors. Campanacci et al Foot Ankle Huit patients Résectiontibia distal (5 tm maligneset 3 TCG agressives) Longueur : 5 à 21 cm Reconstruction : greffe corticale non vascularisée Consolidation de l arthrodèse: tous les cas CONCLUSION: Resection of the distal tibia and arthrodesisof the ankle with non-vascularizedstructural bone grafts, combined with autologousbone chips, can be an effective procedure in bone tumor surgery with durable and satisfactory functional results.

62

63 Série : 6 cas Age moyen : 8.4 ans Recul : 4.4 ans Délai de consolidation : 2 mois Bon résultat fonctionnel

64

65 Age : 5 ans, Sexe masculin, Sarcome d Ewing RX : post-opératoire + 3 ans

66 Patient : 8 ans Sarcome d Ewing tibia gauche Bilan d extension négatif

67 Bonne réponse à la chimiothérapie Avant chimiothérapie Après chimiothérapie

68 Résection

69 Résection : Abord interne

70 Résection : Abord externe Reconstruction

71 Post opératoire + 1 an + 1 an 3 mois

72

73

74 Série : 15 cas Étiologies : tumeur, pseudarthrose et perte de substance osseuse Défect : 9.3 cm Longueur du péroné : 16.1cm Palette cutanée : 8.1X 4.5 cm Recul : 24 mois 1 échec traité par un autre péroné

75 Technique : Plus facile Plus rapide Moins chère Le péroné non vascularisé est efficace Pourquoi faire compliqué lorsqu on peut faire simple?

76

77 Durée : 12 heures Complexité du geste : Anastomose artérielle Anastomose veineuse +++ Monitorage post opératoire Être prêt à réviser l anastomose +++

78 Moyens matériels et humains Durée de l intervention Monitorage post opératoire Chirurgie de révision

79

80

81

82 23 PVX : 13 arthrodèses genou : péroné retourné 10 reconstructions segmentaires : 5 fémurs 4 tibias 1 radius

83 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 100% 91,00% 80% 75,00% 57,10% 42,80% Femur Tibia arthrodèses Pseudarthrose fracture

84 radius tibia fémur arthrodèse genou

85 RESULTAT ANATOMIQUE 3 2,5 2 1,5 1 hypertr ophie 0,5 0 radius fémur tibia arthrodèse

86 Mettre suffisamment d os +++ Un péroné ne doit jamais être mis seul même s il est vascularisé Nécessité d une fixation solide : Supporter le bras de levier Solliciter mécaniquement le greffon

87

88 PO +6M +18M

89 +36M +42M

90

91 PO +6m +6A

92 Durée opératoire : Suture par l équipe de chirurgie vasculaire Surveillance : Palette cutanée Post-opératoire de la CCVT Centre de référence

93 Le caractère vascularisé du greffon a incontestablement des avantages : Augmente les chances de consolidation Meilleure résistance mécanique Il ne doit pas être la panacée pour toutes les situations Le péroné non vascularisé ne doit pas être ignoré.

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station

Plus en détail

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale.

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Exécution en bloc opératoire de procédures planifiées en préopératoire Réduction

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny

Fractures de l avant-bras de l adulte. Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny Fractures de l avant-bras de l adulte Service d Orthopédie-Traumatologie, Hôpital Avicenne, Université Paris XIII, Bobigny A n a t o m i e Le cadre radio-ulnaire Kapandji, Ann Chir Main, 1998 Stabilité

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Généralités sur fractures, luxation et entorses

Généralités sur fractures, luxation et entorses Généralités sur fractures, luxation et entorses JP. MARCHALAND HIA Bégin Saint-Mandé I- Définitions PLAN II- Consolidation des fractures III- Etiologie IV- Etude anatomique V- Signes cliniques et radiographiques

Plus en détail

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées

L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées L utilisation de la moelle osseuse comme autogreffe en cas de fractures non consolidées Mohamed Ahmed Samir Kassem Chef de clinique assistant Hôpitaux Universitaires d Alexandrie, Egypte INTRODUCTION La

Plus en détail

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano

Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Chirurgie de la paroi thoracique Chirurgie des tumeurs médiastinales Pr. Marco Alifano Hôpitaux Universitaires Paris Centre Traumatisme Deformités de la paroi thoracique antérieure 1. Pectus excavatum

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

II.5. l inflammation protumorale

II.5. l inflammation protumorale II.5. l inflammation protumorale L une de ses missions est de favoriser la reconstruction des tissus lésés. Les macrophages sécrètent des : enzymes MMP Facteurs de croissance EGF Cet aspect de l inflammation

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Journées médico-chirurgicales de Msila

Journées médico-chirurgicales de Msila Journées médico-chirurgicales de Msila 28-29 avril 2010 L association ENNOUR des médecins de la wilaya de Msila (président : Dr. Ghadbane) a organisé des journées médicochirurgicales de formation médicale

Plus en détail

Les Fractures Diaphysaires du Fémur

Les Fractures Diaphysaires du Fémur Les Fractures Diaphysaires du Fémur Pr J. Ch. Le Huec 1/ Tableau Clinique 2/ Classification des Fractures 3/ Complications 4/ Traitement 5/ Indications 6/ Traitement des Complications 7/ Installation -

Plus en détail

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann

LES TUMEURS OSSEUSES. Sommaire. 1 Résumé. février 2004 Institut Gustave-Roussy. Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal Dr Odile Oberlin Dr Olivier Hartmann 39 rue Camille Desmoulins 94805 VILLEJUIF CEDEX Tel : 0 42 42 Site Internet : www.igr.fr Contact : info@igr.fr février 2004 Institut Gustave-Roussy LES TUMEURS OSSEUSES Dr Anne d Andon Pr Gilles Vassal

Plus en détail

Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied.

Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied. Système LCP à angulation variable 2.4/2.7 pour avant-pied/médio-pied. Plaques spécifiques pour ostéotomies, arthrodèses et fractures du pied. Technologie à compression Technologie de verrouillage à angle

Plus en détail

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P.

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. La boiterie de l enfant La boiterie Les pièges de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. Liège Liège Caractéristiques de la boiterie

Plus en détail

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara

Traumatologie de l enfant. Joël Lechevallier Saad Abu Amara Traumatologie de l enfant Joël Lechevallier Saad Abu Amara Plan Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas particuliers Traitement Spécificités de l enfant Traumatismes de l enfant Cas pa Physiologie

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Cancer des os. Ce que vous devez savoir. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Cancer des os Ce que vous devez savoir Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca CANCER DES OS Ce que vous devez savoir Même si vous entendez parler du cancer presque tous les jours, vous

Plus en détail

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU

INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU INFORMATION CONCERNANT L OSTEOTOMIE DU GENOU Votre état nécessite la réalisation d'une ostéotomie au niveau du genou. Cette fiche est destinée à vous en expliquer les grands principes, le but et les bénéfices

Plus en détail

TECHNIQUES D IMMOBILISATION DES MEMBRES AUX URGENCES

TECHNIQUES D IMMOBILISATION DES MEMBRES AUX URGENCES TECHNIQUES D IMMOBILISATION DES MEMBRES AUX URGENCES Adrien JACQUOT Centre Chirurgical Emile Gallé Service de Chirurgie Orthopédique et traumatologique 22 Mars 2012 LEGISLATION Décret de compétence infirmier

Plus en détail

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING

TECHNIQUES D AVENIR LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING LASER DOPPLER IMAGING TECHNIQUES D AVENIR Jonathan LONDNER, Aurélie HAUTIER Centre Régional de Traitement des Grands Brûlés Service de chirurgie Plastique, Hôpital de la Conception, Marseille. DIAGNOSTIC DÉTERSION BOURGEONNEMENT

Plus en détail

Cancer des os Comprendre le diagnostic

Cancer des os Comprendre le diagnostic Cancer des os Comprendre le diagnostic Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 cancer.ca Cancer des os Comprendre le diagnostic Vous venez d apprendre que vous avez un cancer Une telle nouvelle peut

Plus en détail

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES

TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES TUMEURS DES OS PRIMITIVES ET SECONDAIRES Question Dr Charles- Henri FLOUZAT- LACHANIETTE Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital Henri Mondor APHP - Créteil 1. TUMEURS OSSEUSES PRIMITIVES

Plus en détail

CAT devant un traumatisme du pied

CAT devant un traumatisme du pied CAT devant un traumatisme du pied Entorse de la cheville du ligament latéral externe (LLE) : Important : Il vaut mieux faire une radio pour rien, que passer à côté d une fracture. Traitement chirurgical

Plus en détail

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte

Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Traumatismes du plexus brachial chez l adulte Rappel anatomique Moelle épinière Racines C5-T1 Tronc primaire supérieur (C5-C6), intermédiaire (C7), & inférieur (C8-T1) Tronc secondaire antéro-externe (médianmusculo-cutané),

Plus en détail

Titres et travaux. DELEPINE Fabrice 7 RUE DE PARIS 06000 NICE. 06 85 56 19 22 mfdelepine@hotmail.com. Situation de famille : Marié, 3 enfants

Titres et travaux. DELEPINE Fabrice 7 RUE DE PARIS 06000 NICE. 06 85 56 19 22 mfdelepine@hotmail.com. Situation de famille : Marié, 3 enfants Titres et travaux CURRICULUM VITAE DELEPINE Fabrice 7 RUE DE PARIS 06000 NICE 06 85 56 19 22 mfdelepine@hotmail.com État civil : Situation de famille : Marié, 3 enfants Nationalité : Française Date de

Plus en détail

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18

Sommaire. II. La physiopathologie des pertes de substance osseuse 18 Sommaire Introduction 5 I. Des rappels anatomiques et physiologiques 6 A. Les cellules du tissu osseux 7 1. Les ostéoblastes 8 2. Les ostéocytes 8 3. Les cellules bordantes 9 4. Les ostéoclastes 9 B. La

Plus en détail

DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... A LA PLAIE COMPLEXE, CONTUSE, AVEC DEVASCULARISATION, DILACERATION DES TISSUS...

DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... A LA PLAIE COMPLEXE, CONTUSE, AVEC DEVASCULARISATION, DILACERATION DES TISSUS... DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... CONTROLLED ACTIVE FLEXION MOBILISATION ( M. F. A. P. ) ASSOCIATED WITH MODIFIED KLEINERT S TECHNIQUE ( After primary repair of flexor tendons

Plus en détail

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte

Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Processus de réparation osseuse : conséquences sur le délai de mise en contrainte Yann Macé 1 La consolidation osseuse est un processus qui aboutit à la réparation du tissu osseux après une fracture, une

Plus en détail

Technique Opératoire. Plaque Fyxis P l aq u e P o u r Arthrodèse MTP du Pre m i e r R ayo n

Technique Opératoire. Plaque Fyxis P l aq u e P o u r Arthrodèse MTP du Pre m i e r R ayo n Technique Opératoire Plaque Fyxis P l aq u e P o u r Arthrodèse MTP du Pre m i e r R ayo n PLAQUE POUR ARTHRODÈSE MÉTATARSO-PHALANGIENNE DU PREMIER RAYON. INDICATIONS CLINIQUES : Hallux Rigidus évolué,

Plus en détail

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert

Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Tendinites du poignet et de la main méconnues? L. Obert Service d Orthopédie, d de Traumatologie, de Chirurgie Plastique et Reconstructrice et assistance Main Pr OBERT, Pr GARBUIO, Pr TROPET - C.H.U. Jean

Plus en détail

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR (L. Rakotomanana) 1. Forces et bras de leviers dans l appareil moteur L appareil locomoteur se compose de deux structures : le squelette et le système musculaire.

Plus en détail

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche.

Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Du sarcome d Ewing et des oscillations des progrès thérapeutiques au gré des «protocoles» de recherche. Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Pourquoi ne pas poursuive ce protocole qui donne plus de huit

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab

La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab La main traumatique: traumatismes ostéo- articulaires des doigts longs. DR Moughabghab Rappel anatomique! Phalanges: P1 P2 P3 = os longs! Articulations IP = trochléennes un seul degré de liberté. - tête

Plus en détail

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales

Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales Apport de la TDM dans les cellulites cervico-faciales A propos de 35cas L.Derouich, N.El Benna, N.Moussali, A.Gharbi, A.Abdelouafi Service de Radiologie Hôpital 20 Aout CHU Ibn Roch Casablanca Maroc plan

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER

Chirurgie articulaire secondaire Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Introduction Kinésithérapie Dénervation Arthrolyse - Artholyse chirurgicale - Artholyse + ligamentotaxis

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

Traitement chirurgical des tendinopathies chroniques et des séquelles de lésions musculaires

Traitement chirurgical des tendinopathies chroniques et des séquelles de lésions musculaires Traitement chirurgical des tendinopathies chroniques et des séquelles de lésions musculaires DR ROCH MADER SERVICE DE CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE ET TRAUMATOLOGIQUE H ÔPITAL SUD - CHU DE GRENOBLE Plan Tendinopathies

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2013/2014 N

UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2013/2014 N UNIVERSITE PARIS 12 VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2013/2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Chirurgie Orthopédique et Traumatologique

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse

Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de Septembre 2010 - PARIS Circonstances de découverte d d une tumeur osseuse F CHOTEL Stanislas, 6 ans Enfant unique, très s actif Famille monoparentale Depuis 60

Plus en détail

POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN MEDECINE

POUR L'OBTENTION DU DOCTORAT EN MEDECINE UNIVERSITE SIDI MOHAMMED BEN ABDELLAH FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE FES UNIVERSITESIDIMOHAMMED BEN ABDELLAH FES Année 2011 Thèse N 041/ 11 LES SARCOMES OSSEUX Colligés au service de Traumatologie

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises

Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises Feedbacksystem Monitoring de la marche en appui partiel avec cannes anglaises L APPUI PARTIEL MESURER AU LIEU D ÉVALUER Après chirurgie orthopédique ou d urgence, l indication médicale est souvent ordonnée

Plus en détail

Anterior Minimally Invasive Surgery Chirurgie mini-invasive par voie d abord antérieure. Améliorez votre qualité de vie avec L AMIS

Anterior Minimally Invasive Surgery Chirurgie mini-invasive par voie d abord antérieure. Améliorez votre qualité de vie avec L AMIS Anterior Minimally Invasive Surgery Chirurgie mini-invasive par voie d abord antérieure Améliorez votre qualité de vie avec L AMIS AMELIOREZ VOTRE QUALITE La voie d abord AMIS (Anterior Minimally Invasive

Plus en détail

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur!

Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur! Techniques de reconstruction du ligament croisé postérieur D. Saragaglia => 2 principes et 3 techniques 1. Principe à 1 faisceau " " -"Anatomique => remplace le faisceau " " " " "antéro-latéral" " - Isométrique

Plus en détail

La voie postérieure longitudinale parasoléaire interne de jambe. Technique, indications

La voie postérieure longitudinale parasoléaire interne de jambe. Technique, indications La voie postérieure longitudinale parasoléaire interne de jambe. Technique, indications Ph VICHARD, Y TROPET, L JEUNET, D LEPAGE Service de Chirurgie Orthopédique Traumatologique et Plastique (Pr TROPET)

Plus en détail

l implantologie basale

l implantologie basale Plaquette n 17 6/11/08 11:04 Page 1 Apport de l implantologie basale dans les reconstructions implantaires fixes : une alternative aux greffes osseuses? Denis DOUGNAC-GALANT L omnipraticien est, dans son

Plus en détail

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010

Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 C. Gable - DUHAM 2010 Les orthèses provisoires en pathologie traumatique LES FRACTURES DIGITALES LA MAIN COMPLEXE LES ENTORSES DIGITALES Institut Régional de Réadaptation Nancy DUHAM 2010 Colette Gable,

Plus en détail

Conclusion : quelle est la bonne pratique?

Conclusion : quelle est la bonne pratique? Conclusion : quelle est la bonne pratique? A. Vannineuse et Ch. Fontaine Le genou est une articulation complexe : il doit concilier des contraintes importantes dans des situations variées, la propulsion

Plus en détail

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES

TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES TRAITEMENT CHIRURGICAL DES FRACTURES PRINCIPES GÉNÉRAUX DES OSTÉOSYNTHÈSES Le matériel doit être "biocompatible" c'est-à-dire qu'il ne doit pas déclencher des réactions toxiques, inflammatoires. Le matériel

Plus en détail

Spécificité des adolescents et jeunes adultes (AJA) atteints de cancer

Spécificité des adolescents et jeunes adultes (AJA) atteints de cancer Spécificité des adolescents et jeunes adultes (AJA) atteints de cancer Dr Valérie LAURENCE Oncologue Médicale Département d Oncologie Médicale et Département d Oncologie Pédiatrique- Adolescents Jeunes

Plus en détail

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE

BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE BIOPSIE de MOELLE OSSEUSE Le prélèvement de moelle osseuse? La moelle osseuse, tissu hématopoïétique situé dans la cavité centrale des os, peut être prélevée de deux façons : -par ponction sternale -par

Plus en détail

Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive. Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice)

Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive. Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice) Conférence d Enseignement : Traumatismes des doigts longs en pratique sportive Didier FONTES (Paris), Bruno LUSSIEZ (Nice) Préambule n Reste-t-il des problèmes dans le diagnostic et le traitement des lésions

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Compression Nerf ulnaire coude

Compression Nerf ulnaire coude Compression Nerf ulnaire coude site de compression Arcade du cubital antérieur Défile epitrochléoolécranien Atteinte Nerf ulnaire Parésthésie D4-D5 Perte de force : interosseux 1 Compression Nerf ulnaire

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY

Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux. Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY Consolidation osseuse et biotechnologies État des lieux Prof. L. GALOIS Centre Hospitalier Universitaire de NANCY La problématique Tissu osseux : forte aptitude à se réparer MAIS Situations cliniques particulières

Plus en détail

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine

SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT. Fev 2013 New England Journal of Medecine SCOLIOSE IDIOPATHIQUE DE L ADOLESCENT Fev 2013 New England Journal of Medecine Définition Courbure latérale de la colonne vertébrale d au moins 10 sur une radiographie du rachis dans le plan frontal en

Plus en détail

flaps sinusaux volets osseux fronto-nasal

flaps sinusaux volets osseux fronto-nasal Chirurgie des sinus flaps sinusaux volets osseux fronto-nasal Philippe HEILÈS SCP des Drs BENOIT & HEILÈS Clinique équine des Bréviaires (78) Toulouse T1 pro 2004 Indications majeures Sinusites chroniques

Plus en détail

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES

Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES Option sémiologie orthopédique Cours n 1 du 06/03/08 Dr Hannouche D. Ronéotypé par : Angela Tan et Métrey Tiv GENERALITES SUR LES FRACTURES PLLAANN DU CCOURRSS INTRODUCTION : GENERALITES I. CONSOLIDATION

Plus en détail

LA GREFFE DE PEAU TOTALE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L'ECTROPION CICATRICIEL PALPEBRAL SUPERIEUR

LA GREFFE DE PEAU TOTALE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L'ECTROPION CICATRICIEL PALPEBRAL SUPERIEUR LA GREFFE DE PEAU TOTALE DANS LE TRAITEMENT CHIRURGICAL DE L'ECTROPION CICATRICIEL PALPEBRAL SUPERIEUR M.R. NDIAYE, P.A. NDIAYE, A. LAM, A. WADE RESUME Neuf patients, tous mélanodermes, ont bénéficié d'une

Plus en détail

Tumeur maligne des os

Tumeur maligne des os Tumeur maligne des os E p idém iologie tumeur maligne primitive de l os touchant essentiellement l adolescent et l adulte jeune. 70% des sarcomes ostéogéniques sont diagnostiqués avant l âge de 18ans dans

Plus en détail

cofemer DES MPR MPR et Appareillage Objectiver l'effecteur Mesurer l activité locomotrice Mesurer le comportement locomoteur en situation

cofemer DES MPR MPR et Appareillage Objectiver l'effecteur Mesurer l activité locomotrice Mesurer le comportement locomoteur en situation DES : Médecine physique et de réadaptation DIU : Médecine de rééducation Module : MPR et Appareillage Nancy : 18-19-20 mars 2009 Coordonnateurs : Pr JM André, Pr J. Paysant, Dr N. Martinet Titre : Explorations

Plus en détail

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia

Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Les instabilités chroniques de la cheville D. Saragaglia Service de chirurgie orthopédique et de traumatologie du sport. CHU de Grenoble, hôpital sud. Introduction Entorses de la cheville -> très fréquentes

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Cancers des sinus et des fosses nasales

Cancers des sinus et des fosses nasales Chapitre 8 Cancers des sinus et des fosses nasales Les cancers du cavum, sinus et glandes salivaires sont des tumeurs rares selon la définition du REFCOR. Les cancers des sinus de la face représentent

Plus en détail

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie

IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie IMAGERIE DES TUMEURS OSSEUSES MALIGNES (TOM) Dr Géraud AKPO Ancien Interne des Hôpitaux Radiologie OBJECTIFS Décrire les criteres de sémiologie elementaire des TOM Citer les différentes techniques d imagerie

Plus en détail

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant

Sites métastatiques inhabituels chez l'enfant Sites métastatiques m inhabituels chez l'enfant S. EL MOUHADI, R. DAFIRI Service de redio-pédiatrie, diatrie, hôpital d enfants, CHU IBN SINA, RABAT, MAROC Introduction Les cancers de l enfant l sont des

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie

Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Utilisation des Facteurs de Croissance Hématopoïètiquestiques en Oncologie Médicale R.Sai, K.Bouzid Service d Oncologie d Médicale, M E.H.S Centre P & M Curie, Alger introduction Chimiothérapie anti-canc

Plus en détail

ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE:

ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE: ROBOT ET CHIRURGIE AORTIQUE: FAISABILITÉ ET PERSPECTIVES FUTURES Fabien THAVEAU, Nabil CHAKFE, Jean-Georges KRETZ Service de Chirurgie Vasculaire, Strasbourg INTRODUCTION CHIRURGIE MINI-INVASIVE: but:

Plus en détail

REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4)

REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4) REMISE EN CONDITION PHYSIQUE D UN ATHLETE BLESSE Etude de cas (2 ème partie /4) Reconditionnement, réathlétisation & réhabilitation WK à la suite d une ostéotomie Un document de Norbert KRANTZ Année 2005-2006

Plus en détail

KITSIOU Christos M.D.

KITSIOU Christos M.D. KITSIOU Christos M.D. DOB: 23/04/1980 Birth Country / City: Greece, Athens Nationality: Cypriot PLASTIC, RECONSTRUCTIVE AND AESTHETIC SURGERY MICROSURGERY PROFESSIONAL EXPERIENCE AND MEMBERSHIPS Medical

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus

Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable. Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Prise en charge du patient porteur d un dispositif implantable Dr Philippe Gilbert Cardiologue CHU pavillon Enfant-Jésus Objectifs Expliquer le fonctionnement des stimulateurs et défibrillateurs Identifier

Plus en détail

PRISE EN CHARGE : Le point de vue du chirurgien orthopédiste Dr Nicolas CELLIER Service de chirurgie orthopédique et traumatologique Pr Asencio CHU Carémeau - Nîmes 27 septembre 2012 - Nîmes Indispensable

Plus en détail