Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations"

Transcription

1 FACE A FACE Péroné vascularisé / Péroné non vascularisé Reconstruction après résection tumorale Dr NOURI / Dr BEN MAITIGUE SOTCOT Juin 2012

2 Le traitement conservateur des tumeurs malignes des membres a largement remplacé les amputations La reconstruction après résection tumorale reste un challenge: milieu hostile +++ Large PDS osseuse Sacrifice important des tissus mous Traitement oncologique associé

3 Les méthodes de reconstruction sont multiples Le choix dépend : âge, localisation, l extension localeetgénéraledelatumeur Majorité des patients sont jeunes : reconstruction biologique durable +++

4 Pourquoi je choisis le péroné vascularisé?

5

6 Greffon qui préserve ces propriétés biologiques et mécaniques : Préserve la vitalité de la majorité des cellules : 70% Préserve sa résistance mécanique Wood et al J Recon Micro, 1994 Muramatsu et al J Orthop Res, 2002

7 Revascularisation est superficielle : 1/3 superficiel du greffon Mauvaise qualité mécanique Cutting et al. Plast Recon Surg, 1983

8 Age : 7 ans 5 mois Sexe : masculin Ostéosarcome OBSERVATION Imagerie initiale Résection transépiphysaire et reconstruction par deux péronés. Greffe secondaire pour nécrose distale du péroné externe et pseudarthrose proximale du péroné vascularisé interne

9 Nécrose osseuse (dès la 1 ère semaine) Survie de 5 à 10% des cellules dan la couche superficielle Cycle de résorption/reconstruction : l'os dévascularisé sert uniquement de trame à la néoformation osseuse (phénomène de creeping substitution) À long terme la greffe se comporte comme un os normal

10

11

12

13

14

15 Taux de consolidation : % D emblée ou après : 1 à 4 interventions Délai : 7 à 12 mois Laffosse et al. Rev Chir Orthop, 2007

16 Série Nombre Longueur consolidation Délai (mois) Zaretski et al Plast Reconstr Surg 30 NP 97% Rose et al Clin Orthop Relat Res 2005 Chen et al Plast reconstr Surg % % 8.5 William et al Clin Orthop Relat Res % 7

17 Patient âgé de 33 ans Chondrosarcome du radius gauche

18 Résection et reconstruction par péroné vascularisé RX : Post opératoire

19 Ablation des broches : 18 mois postopératoire Excellent résultat anatomique et fonctionnel

20 Limb reconstruction with vascularized fibular grafts after bone tumor resection. Brown KL. Clin Orthop Relat Res Jan;(262): Aucune différence entre le PV et le PNV quant aux délais ni de l incidence de la consolidation aux extrémités.

21 40cas Longueur:7,5 à 25 cm consolidation primaire dans 63% dans un délai de 12 mois Fracturedestress :18cas (45%) 15 consolidations après immobilisation

22 31 reconstructions de membrepar FNV 31 reconstructions de membrepar FNV Longueurdu greffon: 4 à 23 cm Consolidation primaire : 93% Délai: 6 mois

23 Longueur : 10.5 cm Consolidation : 10/12 Délai : 4 à 8 mois Pas de fracture ni résorption

24

25 Série Nombre Longueur Fracture Recul (an) Zaretski et al Plast Reconstr Surg 30 NP 0% Rose et al Clin Orthop Relat Res % 5.6 Gebert al J Surg oncol % 3.6 William et al Clin Orthop Relat Res % 4.9

26 OBSERVATION Age : 10 ans Sexe : féminin Ostéosarcome Imagerie initiale RX postopératoire Consolidation

27 OBSERVATION Libération Judet pour Raideur genou / Ablation lame plaque Fracture du greffon Résultat à 4 ans: Consolidation, ILMI, Genou: 0/80

28 Type d ostéosynthèse Contraintes mécaniques importantes

29

30 Série : 16 cas Localisation : fémur : 5 cas, tibia 11 cas Défect osseux : 6 12 cm Recul : 3 6 ans Consolidation dans tous les cas Délai : 7 mois Appui : 10 mois Pas de complications

31 SEMINARS IN PLASTIC SURGERY/VOLUME 22, NUMBER

32 Série : 90 cas Localisation : fémur et tibia Recul : 9 ans Consolidation : 93.5% Infection (7.5%), nonunion (8.8%), fracture (13.3%) Une seule amputation Musculoskeletal Tumor Society (MSTS): 72% excellent résultat, 20% bon résultat,5% résultat moyen, et 3% mauvais résultat

33 Patient de 6 ans Sarcome d Ewing RX : post-opératoire RX : 4 mois

34 Age : 10 ans Sexe : féminin Ostéosarcome RX : Post-opératoire Consolidation

35 Le greffon vascularisé garde sa solidité et sa rigidité lors des 12 premiers mois Résiste mieux aux contraintes en torsion Mais après 12 mois : aucune différence entre FV et FNV

36 Brown K. Limb reconstruction with vascularized fibular grafts after bone tumor resection. Clin Orthop 1991;262: Aucune différence entre les PV et les PNV à 6 mois en termes de solidité mécanique et d hypertrophie

37 Krieg et al. JBJS (Br). 2007

38 33% asymptomatiques : découvertes à la Rx 72% des cas traitées orthopédiquement Longueur du greffon Nombre de greffons Moyen de fixation membre < 12 cm : 12% >12 cm : 57% 2 : 42% 1 : 57% Clou : 31% Autre : 57% Sup : 33% Inf : 47%

39

40 Série Laffosse et al Nombre Age moyen Longueur Hypertrophie Fréquence Rev Chir Orthop, % Magdy et al J Nat Cancer Inst % Hypertrophie % 77.1% (25-158) 91% (60-210) Fonction : Rigidité du matériel d ostéosynthèse Contraintes mécaniques

41 Age : 14 ans, Sexe : masculin, Sarcome d Ewing OBSERVATION Résection tumorale Imagerie avant Chirurgie Pièce de Résection Reconstruction par péroné vascularisé

42 OBSERVATION + 21 mois Consolidation Fracture greffon par insuffisance mécanique de l ostéosynthèse Vissage greffon / Consolidation Le greffon saigne

43 De Boer : le greffon vascularisé s hypertrophie autant que le greffon non vascularisé avec cependant des délais plus courts.

44 Enneking : Autogenous cortical bone grafts in the reconstruction of segmental skeletal defects. 32% d hypertrophie des PNV Krieg. : Reconstruction with non-vascularised fibular grafts after resection of bone tumours Augmentation du diamètre : 70% Hypertrophie> 20% : 48%

45 Krieg et al. JBJS (Br). 2007

46

47 Série Nombre Infection Évolution Zaretski et al Plast Reconstr Surg % Favorable Gebert al J Surg oncol % Favorable Laffosse et al Rev Chir Orthop, cas Magdy et al J Nat Cancer Inst % Pseudarthrose Consolidation : apport spongieux, fixateur pas d hypertrophie William et al Clin Orthop Relat Res % Échec de reconstruction : 1 cas

48 Série Nombre Infection Évolution Enneking 40 5% Favorable Hefti 2 Favorables 31 10% 1 ablation du greffon Saini 12 0% Campanacci 8 12% favorable

49 1 an 2 ans

50 3 A 4 A 5 A 6 A 7 A

51

52 Série Nombre Longueur Extrêmes Laffosse et al Rev Chir Orthop, Magdy et al J Nat Cancer Inst William et al Clin Orthop Relat Res

53 Série Nombre Longueur Extrêmes Enneking Hefti , William et al Clin Orthop Relat Res

54 Échec de reconstruction par greffe non vascularisée :

55 Échec de reconstruction par greffe non vascularisée : Série : 33 cas d échec de reconstruction d allogreffe Fracture, pseudarthrose, infection Fémur:18 cas, Tibia:8 cas, Humérus:7 cas Consolidation dans tous les cas Délai : 7.7 mois

56 Vascularisation précaire :

57 Vascularisation précaire : Série : 16 cas : 6 cas tibia distal Longueur du greffon : 15.5 cm (12-17) Consolidation de 1 ère intention : 15/16 Délai moyen : 4.8 mois (3.5-6) Hypertrophie dans tous les cas : 91% (60-210%)

58 Age : 15 ans, Sexe féminin, Ostéosarcome OBSERVATION Pièce de résection Imagerie initiale RX : post-opératoire RX :après ablation plâtre

59 OBSERVATION + 7 ans Pseudarthrose + Saillie clou Pseudarthrose après Substitut osseux Reconstruction par péroné vascularisé Au dernier recul : Arthrodèse consolidée

60 27 patients Longueur défect: 9,1 cm (4 à 16) Indications : Traumatismes : 11 cas OMC ou pseudarthrose septique : 9 cas Consolidation primaire : 92% Délai : 6 à 11 mois Fractures : 25% (7 cas)

61 Ankle arthrodesiswith bone graft after distal tibia resection for bone tumors. Campanacci et al Foot Ankle Huit patients Résectiontibia distal (5 tm maligneset 3 TCG agressives) Longueur : 5 à 21 cm Reconstruction : greffe corticale non vascularisée Consolidation de l arthrodèse: tous les cas CONCLUSION: Resection of the distal tibia and arthrodesisof the ankle with non-vascularizedstructural bone grafts, combined with autologousbone chips, can be an effective procedure in bone tumor surgery with durable and satisfactory functional results.

62

63 Série : 6 cas Age moyen : 8.4 ans Recul : 4.4 ans Délai de consolidation : 2 mois Bon résultat fonctionnel

64

65 Age : 5 ans, Sexe masculin, Sarcome d Ewing RX : post-opératoire + 3 ans

66 Patient : 8 ans Sarcome d Ewing tibia gauche Bilan d extension négatif

67 Bonne réponse à la chimiothérapie Avant chimiothérapie Après chimiothérapie

68 Résection

69 Résection : Abord interne

70 Résection : Abord externe Reconstruction

71 Post opératoire + 1 an + 1 an 3 mois

72

73

74 Série : 15 cas Étiologies : tumeur, pseudarthrose et perte de substance osseuse Défect : 9.3 cm Longueur du péroné : 16.1cm Palette cutanée : 8.1X 4.5 cm Recul : 24 mois 1 échec traité par un autre péroné

75 Technique : Plus facile Plus rapide Moins chère Le péroné non vascularisé est efficace Pourquoi faire compliqué lorsqu on peut faire simple?

76

77 Durée : 12 heures Complexité du geste : Anastomose artérielle Anastomose veineuse +++ Monitorage post opératoire Être prêt à réviser l anastomose +++

78 Moyens matériels et humains Durée de l intervention Monitorage post opératoire Chirurgie de révision

79

80

81

82 23 PVX : 13 arthrodèses genou : péroné retourné 10 reconstructions segmentaires : 5 fémurs 4 tibias 1 radius

83 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 100% 91,00% 80% 75,00% 57,10% 42,80% Femur Tibia arthrodèses Pseudarthrose fracture

84 radius tibia fémur arthrodèse genou

85 RESULTAT ANATOMIQUE 3 2,5 2 1,5 1 hypertr ophie 0,5 0 radius fémur tibia arthrodèse

86 Mettre suffisamment d os +++ Un péroné ne doit jamais être mis seul même s il est vascularisé Nécessité d une fixation solide : Supporter le bras de levier Solliciter mécaniquement le greffon

87

88 PO +6M +18M

89 +36M +42M

90

91 PO +6m +6A

92 Durée opératoire : Suture par l équipe de chirurgie vasculaire Surveillance : Palette cutanée Post-opératoire de la CCVT Centre de référence

93 Le caractère vascularisé du greffon a incontestablement des avantages : Augmente les chances de consolidation Meilleure résistance mécanique Il ne doit pas être la panacée pour toutes les situations Le péroné non vascularisé ne doit pas être ignoré.

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

La technique de la membrane induite. Pierre Mary Service d orthopédie et de chirurgie réparatrice de l enfant Hôpital d enfants A.

La technique de la membrane induite. Pierre Mary Service d orthopédie et de chirurgie réparatrice de l enfant Hôpital d enfants A. La technique de la membrane induite Pierre Mary Service d orthopédie et de chirurgie réparatrice de l enfant Hôpital d enfants A. Trousseau Paris Historique Mise au point par AC Masquelet Initialement

Plus en détail

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée

Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Traitement des Pseudarthroses des Os Longs par Greffe Percutanée de Moelle Osseuse Autologue Concentrée Etude rétrospective de 45 cas Didier MAINARD, Jérôme DILIGENT Service de Chirurgie Orthopédique,

Plus en détail

Introduction. Biologie du cartilage

Introduction. Biologie du cartilage Allogreffe articulaire ostéo-cartilagineuse utilisée en comblement d une perte de substance traumatique ou d une ostéonécrose aseptique du condyle fémoral ou du plateau tibial D. Poitout, P. Tropiano,

Plus en détail

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET

Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Prothèse totale de hanche sur tumeur PROTH THESE E TOTALE T E DE HANH ANCHE E SUR TUMEUR Julien WEGRZYN, Gualter VAZ, Jean-Paul CARRET Le squelette de la hanche (os iliaque péri-acétabulaire et extrémité

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse

La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse La chirurgie de reconstruction par greffe osseuse Cette fiche complète le guide SOR SAVOIR PATIENT Comprendre l ostéosarcome Qu est-ce qu une greffe osseuse? Existe-t-il différents types de greffe osseuse?

Plus en détail

Collection Soins infirmiers

Collection Soins infirmiers Collection Soins infirmiers Une production du Université de Caen Basse-Normandie Traumatologie : traitements des fractures Dr. J-P de ROSA CH. AVRANCHES-GRANVILLE Fractures diagnostic 2 Fractures-diagnostic

Plus en détail

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN

FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN FRACTURE DE LA BASE DU 5ème METATARSIEN Sylvie BESCH Hôpital National de Saint Maurice Service de Rééducation Fonctionnelle et Traumatologie FRACTURE DES MÉTATARSIENS GÉNÉRALITÉS Fréquence +++ Différents

Plus en détail

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw)

Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) Vis-plaque condylienne DCS (Dynamic Condylar Screw) P. Chélius La DCS ou vis-plaque condylienne est un implant conçu pour la fixation spécifique des fractures épiphyso-métaphyso-diaphysaires du fémur.

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE

FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE FRACTURES PERIPROTHETIQUES DE HANCHE MOMENT DE LA FRACTURE Fracture per-opératoire iatrogène cave pathologique! Fracture post-opératoire traumatique FRACTURE PEROPERATOIRE Souvent méconnue = diagnostic

Plus en détail

Chirurgie des tumeurs osseuses Les nouvelles techniques

Chirurgie des tumeurs osseuses Les nouvelles techniques Chirurgie des tumeurs osseuses Les nouvelles techniques P.Mary Service d! orthopédie et de chirurgie réparatrice de l! enfant Hôpital d! enfants A. Trousseau Paris Ce qui a permis de faire des progrès

Plus en détail

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues.

La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. La carpectomie proximale dans les luxations et fractures-luxations péri lunaires du carpe méconnues. YAKOUBI. M MEZIANI. N YAHIA CHERIF. M ZEMMOURI. A BENBAKOUCHE. R CHU BAB EL OUED FACULTE DE MEDECINE

Plus en détail

Les tumeurs osseuses chez l enfant.

Les tumeurs osseuses chez l enfant. Les tumeurs osseuses chez l enfant. I. Introduction Une tumeur est caractérisée par une prolifération anormale d une lignée cellulaire pathologique. Les tumeurs osseuses primitives sont séparées en deux

Plus en détail

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou

Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Infections des Prothèses Totales de Hanche et de Genou Pascal Bizot Département de chirurgie osseuse Université d Angers CRIOGO CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE D'ANGERS Infection des PTH et PTG Tableaux

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Lambeau de fibula Pr. Philippe PELISSIER

Lambeau de fibula Pr. Philippe PELISSIER Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Anatomie Dissection - Lambeau ostéo-cutané - Lambeau musculo-ostéo-cutané Anatomie Dissection

Plus en détail

À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE

À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE À PROPOS DES LAMBEAUX DIGITAUX POUR PERTE DE SUBSTANCE PULPAIRE ET UNGUÉALE DOCTEUR PHILIPPE PELISSIER BORDEAUX FRANCE En présence d une perte de substance, digitale en particulier, tous les moyens de

Plus en détail

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin

METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS. Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin METASTASES OSSEUSES : DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Dr Marie-Ange Mouret-Reynier Oncologie Médicale M Centre Jean Perrin QU EST CE QU UNE UNE METASTASE OSSEUSE? Foyer tumoral dans les structures osseuses Multiplication

Plus en détail

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon

Traumatologie du Membre Inférieur. Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Traumatologie du Membre Inférieur Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique CHU Dijon Fractures du col du fémur Fractures du col de fémur Fracture très fréquente chez le sujet âgé Ostéoporose

Plus en détail

RESULTATS A MOYEN TERME DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES PSEUDARTHROSES SEPTIQUES DE LA JAMBE ET DU FEMUR : A PROPOS DE 45 CAS

RESULTATS A MOYEN TERME DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES PSEUDARTHROSES SEPTIQUES DE LA JAMBE ET DU FEMUR : A PROPOS DE 45 CAS RESULTATS A MOYEN TERME DU TRAITEMENT CHIRURGICAL DES PSEUDARTHROSES SEPTIQUES DE LA JAMBE ET DU FEMUR : A PROPOS DE 45 CAS GRIMAUD O, BAUER T, LORTAT-JACOB A, HARDY Ph 3 problèmes Pseudarthroses septiques

Plus en détail

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l

- Ostéolyse mitée du cotyle avec réaction périostée - Volumineuse masse des parties molles en regard - Nodule pulmonaire sous pleural - Respect de l Jeune homme 17 ans,douleurs de la hanche gauche, d'allure inflammatoire, évoluant depuis plusieurs mois Quels sont les éléments sémiologiques significatifs à retenir sur les examens pratiqués Meyer JB

Plus en détail

Membrane Intégra. Technique

Membrane Intégra. Technique Membrane Intégra V. Casoli Les méthodes dites «simples» de couverture des pertes de substance cutanée de la main et des doigts, en dehors des lambeaux, sont représentées essentiellement par la technique

Plus en détail

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé

REPRISE DE PTH. Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé REPRISE DE PTH Prof. G. VERSIER HIA Bégin Saint-Mandé Nécessité de classification Prise en compte d un phénomène Analyses de lésions Comparaison de lésions Choix de technique Evaluation de techniques Etudes

Plus en détail

Fracture du scaphoïde

Fracture du scaphoïde Fracture du scaphoïde Pouvez vous répondre à ces 10 questions? Christian Dumontier SOS Mains saint Antoine Merci à Roure, Herbert 10 Questions Fréquence Signes cliniques Les radios à prescrire Classification

Plus en détail

Tumeurs osseuses de l enfantl

Tumeurs osseuses de l enfantl Tumeurs osseuses de l enfantl Enseignement interrégional DES de PédiatrieP Auvergne Rhône Alpes Etienne Merlin Clermont-Ferrand 14 mars 2008 14-15 15 mars 2008 E Merlin DES pediatrie Clermont Ferrand 1

Plus en détail

Contre! 11/10/15. Facteurs favorisants. Facteurs favorisants. Facteurs favorisants. Controverse Le plasma riche en plaquettes dans les pseudarthroses

Contre! 11/10/15. Facteurs favorisants. Facteurs favorisants. Facteurs favorisants. Controverse Le plasma riche en plaquettes dans les pseudarthroses Controverse Le plasma riche en plaquettes dans les P. Bonnevialle Service d Orthopédie Traumatologie Hôpital Pierre Paul Riquet de Toulouse Contre! Ouverture initiale (infection, énergie ) Comminution

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

Prothèses Tumeurs Genou

Prothèses Tumeurs Genou Les Prothèses pour les Non- Chirurgiens Prothèses Tumeurs Genou Ph Rosset (Tours) GSF Nantes 2014 1 / 16 1 er temps = La RésecFon Sa qualité ne doit pas être influencé par les pb de reconstrucfon Les buts

Plus en détail

Biocompatibilité - Biomatériaux définitions aspects fondamentaux

Biocompatibilité - Biomatériaux définitions aspects fondamentaux DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2009 - PARIS Biocompatibilité - Biomatériaux définitions aspects fondamentaux Pierre Mary Service d orthopédie et de chirurgie réparatrice de l enfant Hôpital

Plus en détail

Prévention du risque d ischémie médullaire

Prévention du risque d ischémie médullaire Prévention du risque d ischémie médullaire Philippe Piquet, Jean-Michel Bartoli Services de Chirurgie Vasculaire et d imagerie médicale Hôpital de la Timone, Marseille Ischémie médullaire après TEVAR L

Plus en détail

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER

NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE. 13 décembre 2005 Docteur Etienne PITSAER NECROSE AVASCULAIRE DE HANCHE NECROSE AVASCULAIRE de la hanche NAV circulation capillaire (tête fémorale) => ischémie => nécrose des ostéocytes => réparation cellulaire => perte de l intégrité structurale

Plus en détail

PLACE DES METAUX POREUX DANS LA RECONSTRUCTION DES PERTES DE SUBSTANCE OSSEUSE DE LA HANCHE

PLACE DES METAUX POREUX DANS LA RECONSTRUCTION DES PERTES DE SUBSTANCE OSSEUSE DE LA HANCHE PLACE DES METAUX POREUX DANS LA RECONSTRUCTION DES PERTES DE SUBSTANCE OSSEUSE DE LA HANCHE Xavier Flecher*, Wayne Paprosky**, Jean-Charles Grillo*, Jean- Manuel Aubaniac*, Jean-Noël Argenson* * Centre

Plus en détail

Aussi de nombreuses situations cliniques imposeraient

Aussi de nombreuses situations cliniques imposeraient Nouvelle greffe osseuse pré-implantaire : «l Ulna Proximal» Aujourd hui la fiabilité des traitements implantaires ne se discute plus. Un volume osseux déficient est le seul obstacle chez certains patients.

Plus en détail

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association F O E D E R A T I O M E D I C O R U M H E L V E T I C O R U M FMH Verbindung der Schweizer Ärztinnen und Ärzte Fédération des médecins suisses Federazione dei medici svizzeri Swiss Medical Association

Plus en détail

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière

sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités sur les fractures Didier Hannouche Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Lariboisière Généralités Tissu vivant Constant renouvellement Trois fonctions principales Tissu de soutien (station

Plus en détail

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale

Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale COLLÈGE NATIONAL DES GYNÉCOLOGUES ET OBSTÉTRICIENS FRANÇAIS Président : Professeur J. Lansac Extrait des Mises à jour en Gynécologie Médicale Volume 2009 publié le 9.12.2009 TRENTE-TROISIÈMES JOURNÉES

Plus en détail

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire.

Plan de la présentation LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE. Différentes causes provoquant un lymphoedème secondaire. LE LYMPHOEDÈME ET LA THÉRAPIE DÉCONGESTIVE COMBINÉE MICHEL EID, MASSOTHÉRAPEUTE CLINIQUE DU LYMPHOEDÈME DU QUÉBEC ET PHYSIO EXTRA Plan de la présentation Définition de différents types de lymphoedème.

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003

Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Les fractures de l extrémité inférieure du radius (238) Professeur Dominique SARAGAGLIA Mars 2003 Pré-Requis : Anatomie descriptive et fonctionnelle de l extrémité inférieure du radius Résumé : Les fractures

Plus en détail

Chirurgie palliative des cancers du sein

Chirurgie palliative des cancers du sein Chirurgie palliative des cancers du sein Dr MARTIN-FRANCOISE Sandrine Centre François Baclesse CAEN 1 / xx Cancers du sein métastatiques Cancer du sein d emblée métastatique : 1 à 2% Puis cancer devenant

Plus en détail

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications

Sommaire. 1. Pré-requis. 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications Sommaire 1. Pré-requis 2. Risque de compression: Argumentation, signes, interventions, complications 3. Le plâtre 3.1. Buts: 3.2. Types de plâtres 3.3. Matériel 3.4. Confection / enlèvement d un plâtre

Plus en détail

A.R. 10.4.2016 En vigueur 1.6.2016 M.B. 9.5.2016

A.R. 10.4.2016 En vigueur 1.6.2016 M.B. 9.5.2016 A.R. 10.4.2016 En vigueur 1.6.2016 M.B. 9.5.2016 Modifier Insérer Enlever Article 14 CHIRURGIE c) les prestations relevant de la spécialité en chirurgie plastique (DB) : II. Chirurgie plastique spéciale

Plus en détail

Le genou de l! enfant et de l! adolescent

Le genou de l! enfant et de l! adolescent Le genou de l! enfant et de l! adolescent Pierre Mary Service de chirurgie orthopédique et réparatrice de l! enfant Hôpital d! enfants A. Trousseau - Paris Potentiel de croissance du genou Le genou 34cm

Plus en détail

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale.

Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Synthes ProPlan CMF. Service de planification et produits spécifiques de patient pour la chirurgie craniomaxillo-faciale. Exécution en bloc opératoire de procédures planifiées en préopératoire Réduction

Plus en détail

La pathologie méniscale

La pathologie méniscale Dr. KABBACHE Morhaf Chirurgie Orthopédique 39 1 01260 6 00 3 30 1 41 Membre de la Société Française de Chirurgie Orthopédie et traumatologie Tél. 0384798062 La pathologie méniscale Les ménisques, au nombre

Plus en détail

La myélite radique mythe ou risque réel

La myélite radique mythe ou risque réel Centre de Lutte Contre le Cancer Paul Strauss www.centre-paul-strauss.fr La myélite radique mythe ou risque réel Pr Georges Noël 2ème AFSOS Paris14-17 septembre 2010 Une inquiétude permanente Mars 2010

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

Plaques LCP DF et PLT. Système de plaques pour fémur distal et pour tibia latéral proximal.

Plaques LCP DF et PLT. Système de plaques pour fémur distal et pour tibia latéral proximal. Plaques LCP DF et PLT. Système de plaques pour fémur distal et pour tibia latéral proximal. Large gamme de plaques anatomiques précintrées Trous combinés LCP Stabilité angulaire Table des matières Introduction

Plus en détail

prises en charge prothétiques implanto-portées des pertes de substance osseuse mandibulaires

prises en charge prothétiques implanto-portées des pertes de substance osseuse mandibulaires RUBRIQUE STOMATOLOGIE CAS CLINIQUE 305 prises en charge prothétiques implanto-portées des pertes de substance osseuse mandibulaires RÉSUMÉ Leva DJAVANMARDI Service de Stomatologie et Chirurgie maxillo-faciale,

Plus en détail

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne

sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne Ostéosynthèse percutanée sous contrôle scanner des fractures de la ceinture pelvienne N.Amoretti(1), V.Lesbats-Jacquot(1), E. Hovorka (1), PY. Marcy (1), T. El Hayek (1), P. Eude (2), J. Sedat (1), A.

Plus en détail

ovarienne Indications, RésultatsR

ovarienne Indications, RésultatsR Cryopréservation ovarienne Indications, RésultatsR K. Morcel 1, D. Le Lannou 2 1 Médecine de la reproduction,pogmr,hôpital,hôpital Sud, Rennes 2 Biologie de la reproduction, POGMR, Hôpital Sud, Rennes

Plus en détail

et arthroscopie du LCA

et arthroscopie du LCA Plasties Fractures ligamentaires articulaires itératives et arthroscopie du LCA Régis Pailhé Pr D. Saragaglia Service de Chirurgie Orthopédique Hôpital Sud, CHU Grenoble DIU Arthroscopie Grenoble le 04/02/2016

Plus en détail

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit

l agrandissement! Lésion expansive ostéoformatrice développée en regard de la diaphyse du 5 ème métatarsien droit Patient de 39 ans, tuméfaction de la face plantaire du pied droit apparue quelques mois plus tôt Quels sont les principaux éléments sémiologiques à retenir sur les clichés standards Lésion expansive ostéoformatrice

Plus en détail

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES

APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES APPORT DE LA TOMOGRAPHIE PAR EMISSION DE POSITRONS ( PET - 18 FDG ) DANS LES SARCOMES Keller A (1-2), Laemmli C (1), Steiner C (1) Service de Médecine Nucléaire (1) Service de Radiodiagnostic et de Radiologie

Plus en détail

Anatomie du genou : Principe de l ostéotomie :

Anatomie du genou : Principe de l ostéotomie : L Ostéotomie Tibiale Anatomie du genou : C est une structure du corps où l extrémité inférieure du fémur s articule avec l extrémité supérieure du tibia pour permettre l appui du membre inférieur et les

Plus en détail

Section 5. - Chirurgie.

Section 5. - Chirurgie. Section 5. - Chirurgie. A.R. 23.5.1985 + A.R. 09.11.2015 E.V. 01.02.2016 Art. 14. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des disciplines spécialités

Plus en détail

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou

Infections en chirurgie prothétique. tique Particularités s du genou Infections en chirurgie prothétique tique Particularités s du genou Dr J.HUMMER Dr M. MELET AGREG GECO 19 Janvier 2009 Problématique Aucune étude comparative Notamment un temps versus deux temps Des expériences

Plus en détail

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements

Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Plaies opératoires-plaies chroniques: indications et technique du prélèvement, les indications de traitements Olivier Lesens Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Clermont-Ferrand Plan Infection

Plus en détail

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE. Pr. PIERRE BRETON CENTRE HOSPITALIER LYON SUD

INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE. Pr. PIERRE BRETON CENTRE HOSPITALIER LYON SUD INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE Pr. PIERRE BRETON CENTRE HOSPITALIER LYON SUD LYON - 26 novembre 2008 INFECTIONS OSTEO-ARTICULAIRES : PLACE DE LA CHIRURGIE PLASTIQUE Prévention

Plus en détail

FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS. Service Orthopédie de Gonesse

FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS. Service Orthopédie de Gonesse FRACTURES DES MEMBRES SUPERIEURS Service Orthopédie de Gonesse INTRODUCTION Touche les membres non porteurs Limite donc moins l autonomie sauf - Lésions bilatérales - Utilisation de cannes - Sujet âgé

Plus en détail

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ

L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ L ACCÈS VEINEUX DE COURTE DURÉE CHEZ L ENFANT ET LE NOUVEAU-NÉ Plan de la présentation Introduction L enfant Le cathéter court La voie veineuse centrale La voie intra-osseuse Plan de la présentation Le

Plus en détail

Section 5. - Chirurgie.

Section 5. - Chirurgie. Section 5. - Chirurgie. Art. 14. Sont considérées comme prestations qui requièrent la qualification de médecin spécialiste dans une des disciplines relevant de la pathologie externe : «c) les prestations

Plus en détail

DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... A LA PLAIE COMPLEXE, CONTUSE, AVEC DEVASCULARISATION, DILACERATION DES TISSUS...

DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... A LA PLAIE COMPLEXE, CONTUSE, AVEC DEVASCULARISATION, DILACERATION DES TISSUS... DE LA PLAIE FRANCHE, NON CONTUSE, SANS DEVASCULARISATION... CONTROLLED ACTIVE FLEXION MOBILISATION ( M. F. A. P. ) ASSOCIATED WITH MODIFIED KLEINERT S TECHNIQUE ( After primary repair of flexor tendons

Plus en détail

Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique

Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique Traitement chirurgicale de la scoliose idiopathique I OBEID, N AUROUER, JM VITAL Traitement de la scoliose Surveillance Traitement orthopédique Chirurgie Chirurgie de la scoliose Pourquoi la chirurgie

Plus en détail

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien

Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Le canal lombaire rétréci vu par le Neurochirurgien Docteur Paul HALLACQ Services de Neurochirurgie et de Neurotraumatologie Hôpital Dupuytren, Limoges 11 septembre 2002 Cadre nosologique CLE cause anatomique

Plus en détail

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical

Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Information supplémentaire 3 Quel que soit le matériel d ostéosynthèse, un certain nombre de principes permettent de bien conduire le geste chirurgical Installation Sur table normale, en décubitus dorsal

Plus en détail

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale

Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Tumeurs osseuses malignes primitives de l enfant Prise en charge chirurgicale Joël Lechevallier Saad Abu Amara Clinique Chirurgicale Infantile Chantal Michot Service d Anatomopathologie Cécile Cellier

Plus en détail

Qu est-ce qu un sarcome?

Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu un sarcome? Qu est-ce qu une tumeur? Une tumeur est une prolifération anormale de cellules. Les tumeurs ne devraient donc pas automatiquement être associées à un cancer. Certaines tumeurs

Plus en détail

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR

REFERENTIEL METIER/COMPETENCES CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR REFERENTIEL METIER/COMPETENCES DU CHIRURGIEN PLASTICIEN, ESTHETIQUE ET RECONSTRUCTEUR 20.07.2007 1 Les situations de soins types 1 1 Les situations de soins retenues ne sont, bien entendu, pas exhaustives

Plus en détail

L. Obert, A. Couesmes, D. Lepage, S. Rochet, G. Leclerc, P. Garbuio. Versement par une firme à une association. Sans bénéficie pour aucun des auteurs

L. Obert, A. Couesmes, D. Lepage, S. Rochet, G. Leclerc, P. Garbuio. Versement par une firme à une association. Sans bénéficie pour aucun des auteurs Pseudarthroses résistantes des os longs traitées par fixation itérative et adjonction de RhBMP7 Etude prospective continue monocentrique avec suivi à 2 ans L. Obert, A. Couesmes, D. Lepage, S. Rochet,

Plus en détail

DIU DU GENOU, Séminaire de Lyon 19 & 20 février Dr. A PELTIER, Pr. S. LUSTIG, Pr. E. SERVIEN, Pr. P. NEYRET

DIU DU GENOU, Séminaire de Lyon 19 & 20 février Dr. A PELTIER, Pr. S. LUSTIG, Pr. E. SERVIEN, Pr. P. NEYRET DIU DU GENOU, Séminaire de Lyon 19 & 20 février 2016 Dr. A PELTIER, Pr. S. LUSTIG, Pr. E. SERVIEN, Pr. P. NEYRET Rares ( 0.3 à 3 % selon les séries) Mais GRAVES ++ ( Complications 25 à 75%) En augmentation

Plus en détail

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007

PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN. Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 PRINCIPES DU TRAITEMENT CONSERVATEUR DU CANCER DU SEIN Valeria de Franco, Nantes DESC - SCVO Poitiers, 8 juin 2007 DEFINITION Exérèse totale de la tumeur = tumorectomie Conservant le sein (mamelon et aréole)

Plus en détail

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous.

Technique chirurgicale. Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Technique chirurgicale Capuchon de fermeture pour TEN. Assure la stabilité axiale tout en protégeant les tissus mous. Table des matières Indications et contre-indications 3 Implants 4 Instruments 4 Planification

Plus en détail

Le PIED DIABETIQUE. Pi Prise en charge. Questions

Le PIED DIABETIQUE. Pi Prise en charge. Questions Le PIED DIABETIQUE Pi Prise en charge Jean-Luc BESSE -CHU lyon Membre du D.F.S.G. (Diabetic Foot Study Group) Thibaut LEEMRIJSE UCL Bruxelles Questions Difficultés d organisation de la prise en charge

Plus en détail

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P.

Les modèles précliniques in vivo sont ils à la. hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy. Mars 2009. P. Les modèles précliniques in vivo sont ils à la hauteur de ce qu en attendent les cliniciens? ONCOTRANS Nancy Mars 2009 P. Chastagner - Oncologie pédiatrique, CHU Nancy - EA 4001, faculté de Médecine, Nancy

Plus en détail

Une croissance osseuse saine. Puros Bone Allografts. Brochure patients

Une croissance osseuse saine. Puros Bone Allografts. Brochure patients Une croissance osseuse saine. Puros Bone Allografts. Brochure patients L alliance naturelle. Votre dentiste vous a recommandé une intervention chirurgicale faisant appel à une greffe osseuse Puros. Cette

Plus en détail

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL

CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL CANCER DU SEIN TRAITEMENT CHIRURGICAL Olivier Bréhant DESC Viscéral CHU ANGERS Poitiers 24-25 juin 2004 INTRODUCTION Cancer fréquent (40 000 nv x cas/an) Cancer grave (12 000 DC/an) Traitement loco-régional

Plus en détail

Les Comités de Thérapie du Cancer

Les Comités de Thérapie du Cancer Les Comités de Thérapie du Cancer L expérience des sarcomes au CUSM Robert E. Turcotte MD FRCSC Chaire Maurice E. & Marthe Muller Université McGill Professeur titulaire et Directeur, Division de chirurgie

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE

PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES PAR RF DES CANCERS DU SEIN ET DES CANCERS COLO- RECTAUX. ETUDE COMPARATIVE PRISE EN CHARGE DES METASTASES HEPATIQUES Chirurgie. Chimiothérapie. Techniques de destruction

Plus en détail

Traitement des Tumeurs Osseuses

Traitement des Tumeurs Osseuses Traitement des Tumeurs Osseuses Grands principes Exemples pratiques A. Babinet Introduction Tumeurs Bénignes Tumeurs Malignes Métastases Tumeurs Bénignes Extratumorale ou intratumorale Fonction Récidive

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

Système de plaques orbitaires OPS 1.5

Système de plaques orbitaires OPS 1.5 TECHNIQUE OPÉRATOIRE Système de plaques orbitaires OPS 1.5 MODUS Midface BIBLIOGRAPHIE 1. Baumann, A., Ewers, R. Use of the preseptal transconjunctival approach in orbit reconstruction surgery J Oral Maxillofac

Plus en détail

La chirurgie esthétique du nez Ou comment garder le caractère en effaçant la caricature!

La chirurgie esthétique du nez Ou comment garder le caractère en effaçant la caricature! La chirurgie esthétique du nez Ou comment garder le caractère en effaçant la caricature! Dr Frédéric BRACCINI 25 avenue Jean Médecin 06000 Nice www.braccini.net «Opération reine», la rhinoplastie est sans

Plus en détail

Bloc corticospongieux. Puros. Guide de méthodologie chirurgicale

Bloc corticospongieux. Puros. Guide de méthodologie chirurgicale Un nouveau regard sur Bloc corticospongieux Puros les allogreffes. Guide de méthodologie chirurgicale Méthodologie chirurgicale des blocs allogreffes Puros 1 Étude de cas du patient: Le patient doit être

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE

EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Abords vasculaires pour hémodialyse EXAMEN CLINIQUE AVANT CREATION D UN ABORD VASCULAIRE ET INDICATIONS DE L IMAGERIE PRE-OPERATOIRE Albert Mouton Clinique de l Archette AIX 12,13? 14 Juin,Juin 2014 Introduction

Plus en détail

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers

PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES. Soins infirmiers PATIENTS PORTEURS DE FIXATEURS EXTERNES Soins infirmiers COMPETENCE 4 Mettre en œuvre des actions à visée diagnostics et thérapeutiques Introduction Traitement en traumatologie majoritairement Quelques

Plus en détail

Stratégie thérapeutique moderne et résultats du traitement chirurgical des sarcomes osseux

Stratégie thérapeutique moderne et résultats du traitement chirurgical des sarcomes osseux Stratégie thérapeutique moderne et résultats du traitement chirurgical des sarcomes osseux Gérard Delépine, Nicole Delépine www.nicoledelepine.fr Il y a 30 ans la chirurgie pour sarcome d un membre se

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Implantologie dentaire. Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux

DOSSIER DE PRESSE. Implantologie dentaire. Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux DOSSIER DE PRESSE Implantologie dentaire Une 1ère mondiale à Béziers (34) L Ulna, nouveau site de prélèvement osseux Le 19 octobre 2011 1 Les techniques de greffe déjà existantes L implantologie dentaire

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs des os

Traitement chirurgical des tumeurs des os 14-701 Encyclopédie Médico-Chirurgicale 14-701 Traitement chirurgical des tumeurs des os P Vichard E Gagneux Résumé. Le traitement chirurgical des tumeurs osseuses s inscrit dans une stratégie de prise

Plus en détail

18 ième SÉMINAIRE DES 29 ET 30 NOVEMBRE1996

18 ième SÉMINAIRE DES 29 ET 30 NOVEMBRE1996 1 LES INDICATIONS CHIRURGICALES DE RECONSTRUCTION DU CUIR CHEVELU DOCTEUR PASCAL OXEDA SAINT CLOUD FRANCE Le but du traitement chirurgical est double, assurer une couverture cutanée stable et restaurer

Plus en détail

Anatomie microscopique

Anatomie microscopique Anatomie microscopique Nerf périphérique = structures neuroépithéliales conductrices (fascicule nerveux, l unité de base) + système conjonctif protecteur Structures neuroépithéliales La fibre nerveuse

Plus en détail

Tumeurs osseuses en radiographie standard

Tumeurs osseuses en radiographie standard Tumeurs osseuses en radiographie standard Ernestho-ghoud IM, Rakotonirainy OH USFR RHUMATOLOGIE «Après-midi Rhumato», juillet 2014 Objectif Faire la différence entre une tumeur osseuse maligne et une tumeur

Plus en détail

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P.

seminaires iris La boiterie de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. La boiterie de l enfant La boiterie Les pièges de l enfant Les pièges Dr Jacques Magotteaux CHU Liège Dr Jacques Magotteaux CHU Sart Tilman Mme C. Etienne E.P. Liège Liège Caractéristiques de la boiterie

Plus en détail

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen

Traitement chirurgical et radiothérapique. du cancer du sein en un jour. Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Traitement chirurgical et radiothérapique du cancer du sein en un jour Véronique Vaini-Cowen et Didier Cowen Place de la radiothérapie dans le cancer du sein - Après chirurgie conservatrice pour un cancer

Plus en détail

Quoi de neuf Traitement locorégionaux Orthopédie

Quoi de neuf Traitement locorégionaux Orthopédie Quoi de neuf Traitement locorégionaux Orthopédie Pierre-Louis Docquier*, Fabrice Fiorenza** *Cliniques universitaires Saint-Luc, Bruxelles **Université de Limoges GSF mercredi 22 juin 2016 1 PLAN Pierre-Louis

Plus en détail

Fractures de l enfant (suite) Appareil locomoteur

Fractures de l enfant (suite) Appareil locomoteur Fractures de l enfant (suite) Appareil locomoteur Semaine : Date : 10 avril Professeur : Mr Coursier Groupe : Jéromine Deramond et Pénélope Luternauer Responsable Matière : Baptiste Sellem Informations

Plus en détail