L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER ET SON DYNAMISME POUR L ECONOMIE NATIONALE DU PAYS D ACCUEIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER ET SON DYNAMISME POUR L ECONOMIE NATIONALE DU PAYS D ACCUEIL"

Transcription

1 MASTER DECISIONS ET ORAGANISATIONS OPTION ECONOMIE L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER ET SON DYNAMISME POUR L ECONOMIE NATIONALE DU PAYS D ACCUEIL (LE CAS DU LIBAN) Mémoire présenté par Mohamad Yasser EL HASSAN Sous la direction de : Mme Bénédicte SERRATE Maître de conférences en Economie à l IMUS Chercheuse associée à l IREGE Septembre

2 2

3 SOMMAIRE TITRE :L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER ET SON DYNAMISME POUR L ECONOMIE NATIONALE DU PAYS D ACCUEIL (LE CAS DU LIBAN)...1 SOMMAIRE...3 INTRODUCTION LA LOGIQUE RECENTE DE L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER-LOGIQUE DE LA FIRME DEFINITION DE L IDE ET DES TERMES EN RELATION Investissement direct étranger Types de l investissement direct étranger Grreenfield Fusions et acquisitions Joint Venture Formes de l investissement direct étranger IDE vertical IDE horizontal Modes de mesure de l IDE Stock d investissement direct Flux d investissement direct La multinationale L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER DANS LE MONDE Répartition des IDE entre les pays développés et les PVD COMPRENDRE LA DESTINATION DES IDE Avantages spécifiques de la firme (O) Avantages à la localisation vers l étranger (L) Avantages à l internalisation de la firme (I) Décision de l IDE selon la théorie d OLI L IMPACT DES IDE SUR L ECONOMIE NATIONALE IDENTIFICATION DU LIBAN PRESENTATION DE LA SITUATION DE L ECONOMIE ET DE L IDE AU LIBAN Caractéristiques générales de l économie libanaise Economie d une croissance volatile Faiblesse chronique du secteur public et des finances publiques Economie du marché libérale Economie des services Le secteur des services Le secteur agricole Le secteur industriel Economie de consommation Présentation de la situation de l IDE au Liban Performance du Liban par rapport à l IDE Indice des entrées effectives d IDE Indice des entrées potentielles d IDE

4 2.3.- CADRE THEORIQUE DES IDE Modèle de Keynes La théorie de croissance endogène Faits stylisés LE CLIMAT D INVESTISSEMENT AU LIBAN Les principaux réticences à l IDE au Liban Insécurité politique et risques de guerre La corruption et la bureaucratie Le coût de l électricité et du Diesel L absence d un réseau ferroviaire La préférence nationale à l embauche L acquisition limitée des droits réels fonciers par des étrangers Facilités pour les affaires Les motivations pour l investissement direct étranger Caractéristiques spécifiques du secteur bancaire Motivations pour investir dans le secteur touristique Motivations pour investir dans le secteur industriel Motivations pour investir dans le secteur agricole L établissement des compagnies sans restriction La liberté d investir dans n importe quel secteur La garantie des investissements directs étrangers au Liban Les conventions de non double imposition Les avantages comparatifs du Liban La situation géographique du Liban Main-d œuvre qualifiée La superficie du Liban Le secteur bancaire libanais LES STRATEGIES D ATTRACTION DES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS LA STRATEGIE D ATTRACTION RECOMMANDEE PAR MIGA Techniques de construction d image Techniques de génération des investissements directs étrangers Techniques des services des investisseurs étrangers LA PRIVATISATION...87 CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS...92 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

5 5

6 6

7 INTRODUCTION Depuis longtemps, la pensée de reconstruction au Liban a été considérée comme un rêve qui ne pourrait jamais être accompli. Néanmoins, après avoir souffert des guerres désastreuses sur son sol, le Liban n a pas encore réussi, malgré la ténacité et la persévérance de ses citoyens, de ressusciter. Après qu il semble joindre les nations paisibles du monde, voilà aujourd hui il entre involontairement dans une guerre ruinante obligé d en faire face et de supporter qu il soit le terrain fertile des conflits des autres sur son territoire. Jusqu au aujourd hui, les hostilités n ayant pas pris fin. Pour cela, après la fin de cette crise, le Liban devra sérieusement penser d aller jusqu au bout dans un processus menant à la paix. En notant que cela pourra se faire actuellement surtout après le retrait des troupes syriennes du Liban. Ce qui aboutira par suite à un apaisement durable voire définitif. Pendant cette période, le Liban sera défié par l opération transitoire à la paix. Ce défi n est pas seulement politique ; il est économique, financier et technologique également. La reconstruction n est pas simplement une question de «ciment et d acier». Le Liban devra réhabiliter, reconstruire et développer son économie aussi bien que les habiletés des ressources humaines afin de suivre son environnement et de jouer, une fois encore, un rôle majeur dans la région. D autre part, le grand déficit budgétaire et les besoins du Liban sur la décade prochaine dépassent substantiellement ses économies domestiques potentielles. Alors des ressources externes seront nécessaires pour permettre le développement rapide et prospère du pays. Cependant, il est peu probable que les aides et les subventions soient suffisantes et disponibles à temps prévu. En conséquence de faits, le Liban aura besoin d être financé par des énormes flux des capitaux étrangers investis pour long terme dans les divers secteurs économiques du pays. Par suite, mon étude s occupe du dynamique des investissements directs étrangers pour le Liban. Ce pays qui se concurrence avec d autres pays de la région pour attirer les investissements directs étrangers grâce à leur importances dans l activité économique de ces pays. Et cela revient à ce que l impact de ces investissements sur mon pays sera quantitatif et qualitatif et dont les avantages ne consistent pas seulement à améliorer la croissance économique et créer des nouveaux emplois, mais aussi à améliorer les relations entre le pays d accueil et les pays d origine de ces investissements. 7

8 Plus précisément, l attraction des investissement directs étrangers au Liban permettra de : Dédommager la pénurie du capital aussi bien à augmenter la proportion d investissement du capital, et de cette façon, accélérer le développement économique. Obtenir la technologie moderne pour développer des nouveaux produits, mettre à jour le matériel, réduire l intervalle de la technologie, réajuster la structure économique et améliorer la qualité des produits et leur compétitivité dans le marché mondial. Acquérir de plus grandes compétences pour la gestion effective des projets à grande échelle du pays et former une nouvelle génération d entrepreneurs. Créer plus d occasions de travail. Etendre les exportations et la substitution des importations pour minimiser ou même éliminer le déficit de la balance de commerce et par conséquent produire des échanges étrangers qui sont nécessaires pour acheter les matériels et matières nécessaires au programme de la reconstruction. Améliorer la rentabilité de l état moyennant les impôts sur les revenus, les impôts directs et indirects. Cette étude estime également que, jusqu à nos jours, on considérait l investissement étranger comme la principale ressource, voire la plus importante pour le financement des pays en voie de développement, ce qui explique la précipitation de ces pays vers les investisseurs étrangers. Les pays utilisent tous les moyens pour attirer ces investissements : facilités fiscales, offre de crédits, etc.. A la lumière de cette situation, il devient nécessaire de relever les questions suivantes : 1. le Liban a t-il réussi à attirer les investissements directs étrangers pendant toutes les années de la reconstruction au sein de la situation économique actuelle? 2. Le Liban possède t-il la potentialité à attirer le montant des investissements directs étrangers nécessaires à sa récupération économique et son développement à long terme? 3. Alors, au sein de cette faible attractivité du pays, pourquoi l investissement direct étranger, étant un constituant secondaire de l économie nationale, restera important pour cette économie? Et qu est ce qu il va apporter à cette économie? 8

9 4. Quels sont les facteurs locaux et les réglementations opportuns (favorables) à l investissement direct étranger? Lesquels y sont obstacles? En outre, les grandes organisations étrangères développent un plan d affaires qui incorpore une formulation de la mission, un ensemble clair des objectifs collectifs et un plan stratégique pour les accomplir à l instar de ces organisations. Le gouvernement ne devrait pas en être différent. Pour encourager les investissements directs étrangers, il aurait donc besoin de développer un ensemble d objectifs convenables et de formuler le plan stratégique approprié pour les mettre en œuvre. Par conséquent, cela nous amène à poser deux questions importantes : 1. Quel plan stratégique est-il approprié pour élever l attrait des investissements directs étrangers par le Liban? 2. Qui en serait le responsable? Le but de cette étude est d évaluer dans un second plan, le climat de l investissement direct étranger au Liban en parlant des avantages et des obstacles qui en font face dans une tentative d améliorer l attrait vers le pays des investisseurs directs étrangers. En tenant compte de la situation actuelle, une stratégie d attraction et de promotion de l investissement est proposée, qui prend en considération deux notions importantes : 1. La première est qu aujourd hui, le Liban a plus besoin des autres pays que ceux-là ont besoin de lui. 2. La seconde est que l investisseur global, de nos jours, est affronté par une collection ahurissante d occasions fournies dans leur majorité par des pays dont le climat de l investissement est très convenable. Mon étude est articulée autour de trois parties : 9

10 La première partie définie le terme investissement direct étranger et les termes en relation en basant sur des différentes références. Ainsi, on présente dans cette partie, la situation de ce type d investissements dans le monde en général. Par suite, on étudie les causes qui poussent les firmes multinationales à se délocaliser vers l étranger à partir de la théorie éclectique afin de savoir si ça revient à des avantages reliés seulement à la firme ou il y d autres en relation avec le pays d accueil ce qui nous intéresse de le montrer dans notre étude. Dans la deuxième partie, on parle tut d abord de la situation économique actuelle du Liban et la situation des investissements directs étrangers dans ce pays pour savoir exactement quel est le modèle de croissance qui convient à la situation libanaise et qui est basé sur l importance des flux supplémentaires de ce type d investissement pour l économie du pays d accueil afin d avoir un développement économique. Dans le cadre théorique, pour être plus convaincant on essaie de prouver le rôle catalyseur des investissements directs étrangers sans se contenter d un seul modèle de croissance, mais on va essayer de concentrer sur ce point théorique de plusieurs cotés que se soit en faisant recours à d autres modèle de croissance, ou bien à des résultats et faits stylisés élaborés par des économistes spécialisés dans le domaine de l économie de la croissance. Ensuite, on termine cette partie par l identification du climat d investissement au Liban par ses obstacles qui réduit l attractivité des investissements. Ainsi, on cite les avantages présents dans ce pays et les avantages comparatifs par rapport à d autres pays du voisinage. Finalement, la troisième partie propose le contour pour une stratégie d attraction et de promotion de l investissement selon trois types de techniques : construction d image, la génération des investissements, et les services des investissements. En plus, dans cette partie j ajoute à cette stratégie, l importance du lancement d un programme de privatisation des certaines administrations publiques afin d attirer des IDE et de réduire les dépenses publiques. 10

11 11

12 12

13 Première partie LA LOGIQUE RECENTE DE L INVESTISSEMENT DIRECT ETRANGER - LOGIQUE DE LA FIRME L investissement direct étranger (IDE) est l un des éléments qui caractérisent le mieux l économie mondiale de ces deux dernières décennies. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses, dans des secteurs toujours plus divers et dans un nombre toujours plus grand de pays, à élargir leurs activités à l étranger par le biais de l investissement direct et pratiquement toutes les économies rivalisent désormais pour attirer les firmes multinationales (FMN). L investissement direct réalisé par les FMN est susceptible de provoquer une restructuration rapide des activités industrielles et commerciales tant au niveau régional qu au niveau mondial et de transformer les économies d accueil en formidables exportateurs de biens manufacturés ou services à destination des marchés mondiaux. Ce faisant, l IDE peut contribuer à l intégration des marchés nationaux dans l économie mondiale de manière beaucoup plus efficace que n auraient pu faire à eux seuls les flux traditionnels d échanges. Comme pour les investissements du secteur privé en général, les avantages de l IDE sont renforcés dans un environnement caractérisé par l ouverture des échanges et des régimes d investissement, une politique de concurrence active, la stabilité macro-économique et la privatisation. Dans ce contexte, l IDE peut jouer un rôle fondamental pour améliorer la capacité du pays d accueil à tirer parti des opportunités offerts par une intégration économique mondiale, cette finalité étant de plus en plus reconnue comme l un des objectifs clés de toute stratégie de développement définitions de l IDE et des termes en relation : Le concept «investissement direct étranger» a été plusieurs fois citée précédemment dans l introduction. Pour cela, on ne peut pas traiter ce sujet sans avoir définir ce type d investissements dans tous ses aspects pour mieux comprendre de quoi s agit-il quand on parle de l investissement direct étranger : s agit-il des entreprises totalement ou partiellement étrangères localisées au Liban comme «BNPI» ou «Yoplait»? S agit-il des sociétés présentes dans le marché financier Libanais? En plus, il fallait faire le point sur des termes qui sont en relation avec le concept «investissement direct étranger». 13

14 1.1.1-Investissement direct étranger : les investissements directs étranger sont des investissements effectués pour créer une filiale ou avoir un certain contrôle sur une entreprise étrangère. La notion de contrôle est définie à l aide d un pourcentage d actifs de la firme détenus par l investisseur. Ce pourcentage était souvent différent selon les statistiques des pays. Aujourd hui, le seuil de 10% des actifs possédés par la maison mère étrangère détermine le plus souvent le statut d investissement direct à l étranger 1. Ce niveau de détention d actifs de 10% permet de différencier, parmi les mouvements de capitaux à long terme, les investissements de portefeuille des investissements directs. Les premiers sont considérés comme des placements internationaux et des investissements financiers dans des actions, obligations, des produits dérivés, d options et des autres instruments financiers, les seconds introduisent une notion de pouvoir de décision de l investisseur sur l entreprise rachetée ou construite à l étranger (filiale) et concernent les activités économiques traditionnelles, productrices biens et des services. L investissement direct à l étranger implique en général, non seulement un transfert de fonds financiers, mais en même temps un transfert de technologie et de capital humain par l intermédiaire de cadres expatriés s impliquant dans la production à l étranger (niveau d influence sur les opérations de l entreprise). Les caractéristiques économiques permettant d établir qu un flux de capital est un investissement direct sont les suivants : 1. Une notion de contrôle ou de pouvoir d influence sur la gestion de l entreprise rachetée par la firme multinationale. 2. Un transfert de compétences complexes (un ensemble technologique). 3. Une logique de production Types de l investissement direct étranger : parmi les modalités d implantation à l étranger, on distingue : Greenfield : Qui consiste à l implantation d une unité de production ou d une usine à l étranger possédée à 100% par la maison mère. Elle peut revêtir plusieurs formes allant de l unité d assemblage jusqu à l usine intégrée chef de file d autres unités Fusions et acquisitions : c est la forme d implantation consistant au rachat ou à l acquisition d une entreprise étrangère déjà existante à plus de 50%. 1.Mucchielli J-L (2001), «Relations Economiques Internationales», Hachette Supérieur, pp

15 Joint Venture : Résulte de la création en commun avec une entreprise étrangère d une société mixte située à l étranger et dont chaque partenaire détient le capital dans des proportions voisines de 50/50 ou 60/40. Modalités d exploitation d un marché étranger (Types des IDE) Erreur! Avantages compétitifs entrée sur le marché étranger Production nationale et exportation Production dans le pays d accueil Licence ou contrat de gestion Investissement International IDE Joint-venture Partenariat -C- Participation majoritaire ou totale Fusions-acquisitions -B- Création de la filiale Greenfield -A Formes de l investissement direct étranger : Quand on parle des IDE, il faut distinguer entre : IDE vertical : qui vise à fragmenter le processus de production. la firme va scinder sa chaîne de valeur en différentes activités et localiser chaque fonction de l entreprise dans le pays offrant les meilleures conditions de production IDE horizontal : c'est-à-dire un investissement qui conduit à une simple réplication de la firme, ou lorsque la firme produit le même bien dans plusieurs pays. 15

16 Modes de mesure de l IDE : L investissement direct étranger peut être exprimé en : Stock d investissement direct (résidu) : qui correspond à une estimation de la valeur totale des capitaux dans un pays à un moment donné. On distingue deux types de ces stocks. Stocks entrants qui représentant la valeur totale des capitaux étrangers dans un pays (investissement direct de l étranger), tandis que les stocks sortants sont la valeur totale des capitaux nationaux sortis du même pays vers l étranger à un moment donné(l investissement direct à l étranger) Flux d investissement direct (mouvement) : représente la somme des éléments suivants : -Apports nets en capital accordés par l investisseur direct sous forme d achat d actions de parts, d augmentation de capital ou de créations d entreprises. - Prêts nets, y compris les prêts à court terme et avances consenties par la maison mère à sa filiale. - Bénéfices non distribués (réinvestis) La Multinationale : Multinationales, transnationales, transplants, filiales, de multiples noms ou qualificatifs ont été donnés à ce type d entreprises. D une façon mais non dépourvue d ambiguïté, Mucchielli a donné une définition simple de la firme multinationale en considérant comme multinationale toute entreprise possédant au moins une unité de production à l étranger ; cette unité de production sera alors sa filiale 2. La logique de la production domine. Une entreprise peut avoir des représentations commerciales à l étranger, mais elle ne sera vraiment multinationale que si elle produit tout (on parle ainsi d IDE horizontal) ou une partie (on parle d IDE vertical) de ses produits à l extérieur de son territoire national. En principe, une filiale devrait appartenir complètement à la maison mère. Toutefois, les travaux statistiques sur ce sujet considèrent en général que, lorsqu une firme possède au moins 10% du capital d une entreprise étrangère, cette dernière peut être considérée comme une filiale de la première. 2. Mucchielli J-L (1998), Multinationales et mondialisation, édition du Seuil (inédit économie), pp

17 Bien sur, il n est pas toujours simple de déterminer quelle est l entreprise étrangère qui possède une filiale donnée dans un pays d accueil. Tandis que les détentions indirectes de capital posent de nombreux problèmes concernant la détermination du contrôle final. La figure qui suit fournit quelques exemples de détentions directes et indirectes de capital. Multinationales, filiales, et détention de capital Entreprise X 60% 10% 30% 60% 70% 30% Firme A Firme D Firme F Firme H Firme k Firme M 55% 60% 25% 30% 70% 40% Firme B (33%) 55% de 60% Firme E (6%) 60% de 10% Firme G (7,5%) Firme J (18%) Firme L (49%) Firme N (12%) 12% Firme C (4%) 12% * de 33% D après cette figure, les entreprises A, D, F, K, H ET M sont directement possédées à 10% ou plus par l entreprise X ; elles seront donc considérées comme des filiales directs de l entreprise X. Dans la figure, les entreprises B, J, L, et N sont indirectement détenues par l entreprise X. L entreprise B est détenue indirectement à 33% par X (soit 55% de 60%). De même, l entreprise J est indirectement détenue à 18% par X, L à 49% et n à 12%. En revanche, les entreprises E et G sont détenus respectivement à 6% et 7,5%. Quant à C, en fonction des différents pourcentages de participations en cascade, elle n est finalement détenue indirectement par X qu à hauteur de 4%. Donc les entreprises E, G, et C ne sont pas des filiales de X. 17

18 1.2. L investissement direct étranger dans le monde (présentation chiffrée) : D après les estimations de la CNUCED 3, il existe aujourd hui dans le monde firmes multinationales (FMN) qui comptent quelque filiales étrangères dans près de deux tiers des relations commerciales internationales. Ce boom du nombre des FMN revient au rôle des pays d accueil favorisant l IDE qui s est augmenté dans le monde durant ces dernières années sous l influence de la bulle spéculative sur les valeurs technologiques, et les Fusionsacquisitions gigantesques qui ont marqué ce secteur. Attirer les investisseurs étrangers ou les maintenir sur le territoire constitue une préoccupation pour un bon nombre des économies même celles des pays en voie de développement compte tenu de leur impact vraisemblable sur les variables économiques clés comme l emploi, l exportation, et donc in fine la croissance. Pour cela, beaucoup des pays disposent d une réglementation très favorable aux IDE. Selon la CNUCED 4, entre 1991 et 2002, 1185 modifications au total ont été apportés aux régimes nationaux réglementant les IDE dont 1121 visaient à faciliter ces investissements. Source : CNUCED (2003). 3. CNUCED : conférence des Nations Unies des Nations Unies sur le Commerce et le Développement, Rapport sur l investissement dans le monde :WIR2005/ Trannational Operations and the Internationalization of R&D, 4. CNUCED (2003), Rapport sur l investissement dans le monde :WIR2003/FDI Policies For Development : National And Intrenational Perspectives.(et dans le rapport sur le développement dans le monde 2005, pp. 112) 18

19 Donc suite à cette présentation, on peut révéler l évolution des IDE dans le monde à partir de 1980 d après le graghe suivant : Evolution des IDE dans le monde : A partir du graphe, on remarque que la tendance globale sur les dernières décennies montre une augmentation spectaculaire des investissements mondiaux dans l économie mondiale qui est explicable par la libéralisation ambiante, ainsi que par une croissance économique mondiale ralentie. Dans les économies industrialisées, il faut considérer plus particulièrement le marché unique européen. Dans les pays en voie de développement, il y a eu une libéralisation plus poussée du commerce et des finances. En général, Pendant les années 80 l augmentation de l IDE dans le monde a été d un rythme lent tandis que les années 90 ont vu une très forte croissance des flux des investissements directs étrangers particulièrement de 1995 à Puis les flux d IDE se sont contractés depuis le pic de l année Alors les années 2001,2002 et 2003 ont enregistré une chute tout aussi spectaculaire qui est considéré par la CNUCED, en partie, comme retour à la normale.et cela est essentiellement dû à la diminution des fusions, des acquisitions, à la baisse des valeurs boursières et des bénéfices des entreprises 5,6. Puis l augmentation des flux d IDE a repris légèrement pendant l année 2004 selon le rapport de l investissement dans le monde de CNUCED (2005). 5. CNUCED (2002), Trade And Development Report : Developing Countries In World Bank. 6. CNUCED (2003), World Investment Report, FDI Policies For Development: National And International Perspectives. 19

20 Répartition des IDE entre les pays développés et les PVD : En réalité, les IDE ont pour caractéristique d être inégalement répartis entre les pays. Plus précisément, les flux d IDE sont le fait des pays développés qui reçoivent la plupart des flux entrants des IDE tout au long des années depuis 1980 jusqu au 2003.Tandis que les pays en voie de développement ne reçoivent durant la même période que la faible quantité de ces investissements internationaux. Répartition des flux entrants d IDE dans le monde : (en millions de dollars) Région/pays Monde Pays Développés Europe Amérique du nord Autres pays développés Pays en voie de développement Afrique Egypte Tunisie Amérique Latine et carraibes Asie et Océanie Moyen Orient Bahrain Iran Iraq Jordan Kuwait Liban Oman Territoire Palestinien Qatar Arabie Saoudite Syrie Turquie Emirates arabes Unies Yémen Europe de l est et ouest Source : CNUCED, rapport d investissement dans le monde (2005). 20

21 Le même tableau précédent, on peut le schématiser en bref d une façon plus clair pour bien montrer la part de chacun des pays développés et des pays en développement des flux entrants d IDE dans le monde en faisant recours consécutivement à Rapport sur l Investissement dans le Monde(2005) : Repartition des flux entrants d'ide entre PVD et pays développés Millions de Dollars Années Pays Développés Pays en voie de développement Pays de l'europe de l'est et de l'ex-union Soviétique Plus précisément, le tableau suivant montre que pendant la période de 1990 à 2004, les pays en voie de développement ont reçu entre 15% et 34% des flux entrants d IDE, alors que les pays développés ont eu la plupart de ces flux allant de 58% jusqu à 82%. Tandis que les pays du moyen orient, leur part de ces investissements étaient vraiment très marginale comme les flux entrants n ont pas dépassé 1% des flux mondiaux. Flux d investissements directs étrangers : En millions de Dollars et en pourcentage Monde PAYS DEVELOPPES Pays en voie de développement Moyen orient (en% du monde) Pays de l Europe de l est et de l ex-union soviétique Source : CNUCED

22 En d autres termes, voici la représentation graphique de ce pourcentage qui montre la faible attractivité des PVD en ce qui concerne l IDE, surtout que pendant le pic de l année 2000 les PVD n ont pas réussi à capter davantage de ces investissements, par contre cela a été au profit des pays développés. Pourcentage Distribution des flux entrants d'ide 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Années Pays développés Pays en voie de développement Pays de l'europe de l'est et de L'ex-nuion soviétique Quant au pays du Moyen Orient, on constate que malgré cette tendance, ils ont pu attirer un peu plus des IDE vers leur pays durant cette période, mais ceci reste timide comme leur part n a pas pu dépasser le 1% des flux mondiaux des IDE. Et cela revient aux contraintes présentes dans ces pays qui peuvent être en relation avec l incertitude politique et les conflits dans cette région, ainsi que d autres restrictions liées à l instabilité macroéconomique, aux réglementations et autres obstacles reflétant le climat d investissement selon le rapport du développement dans le monde(2005) Comprendre la destination des IDE : Après avoir défini le concept de l IDE en détail et tous les termes en relation pour mieux comprendre de quoi s agit-il exactement quand on parle de ce sujet Et suite à la présentation de la situation de l IDE dans le monde, deux questions pourront être posées : 1. Quand est ce que la firme multinationale procèdera t-elle à l alternative «IDE»? 22

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003

CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION. Montréal, 24 29 mars 2003 ATConf/5-WP/107 1 26/3/03 CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN : DÉFIS ET PROMESSES DE LA LIBÉRALISATION Montréal, 24 29 mars 2003 Point 2 : 2.5 : Examen des questions clés de réglementation dans le

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic

Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant. Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Les effets économiques de la guerre en Syrie et de la progression de l État islamique sur les pays du Levant Elena Ianchovichina et Maros Ivanic Résumé détaillé Cet article propose une estimation quantitative

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à :

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à : [ 257] [258] L Investissement Le Soudan a beaucoup d avantages qui attirent l investissement étranger. Le Soudan est classifié comme numéro deux des pays les plus attrayants pour l investissement en Afrique

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

La finance carbone pour les villes

La finance carbone pour les villes 1 La finance carbone pour les villes Source de revenus et levier d action pour des villes plus propres A travers la présentation de trois mécanismes de finance carbone mobilisables par les villes, cette

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID

LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE DKHISSI SAID LA CONCURRENCE INTERNATIONALE EN AFRIQUE 1 DKHISSI SAID PLAN I. Introduction 23/02/2011 II. Enjeux de la concurrence internationale en Afrique III. Internationalisation de la concurrence IV. Globalisation

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Transport et Logistique face à la mondialisation

Transport et Logistique face à la mondialisation Commission Mobilité et Transport Transport et Logistique face à la mondialisation Cas des Produits Industrialisés CNISF le 13 janvier 2010 JC Raoul 1 Pourquoi les produits industrialisés? Une croissance

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000

GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA GLOBAL CONSULTING suarl 76, Avenue Habib Bourghiba App. A1-1 2080 Ariana - TUNISIA MF: 1260762R/A/M/000 GECA Global Consulting est une société de consultation internationale, constituée à Tunis. Cette

Plus en détail

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance

Économie Chapitre 4 La dynamique de la croissance I) Les facteurs de la croissance A) Contribution des facteurs de production 1. Les facteurs de production Les sources de croissance La croissance économique ( = accroissement de la production d un pays)

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles

Dissertation. Introduction. I - Les relations de sous-traitance traditionnelles Dissertation Introduction Les différents liens que les entreprises peuvent établir entre elles sont indispensables pour leur expansion et leur compétitivité. L organisation de tels liens est capitale et

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS

INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS INGENIERIE FINANCIERE DE PROJETS Référence : Agnès DALLOZ Date de dernière mise à jour : 30/07/2004 Etat : Définitif Auteur : Objet du document : Destinataires Agnès DALLOZ Simone SCHARLY Objet de la diffusion

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I)

Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) Chapitre 4 : construction de portefeuille (I) 25.10.2013 Plan du cours Risque et rentabilité : un premier aperçu Mesures traditionnelles du risque et rentabilité Rentabilité historique des actifs financiers

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation)

Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Formation PME Comptabilité analytique (ou comptabilité d exploitation) Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les businesstools, aller sous www.banquecoop.ch/business

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive

Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive COMPARAISON INTERNATIONALE SUR LE COURS DU CHERCHEUR COMPTABILISE PAR LES GROUPES BENEFICIAIRES DU CIR (2010) Crédit d impôt recherche : la France redevient compétitive ANRT, novembre 2011 La France de

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C

Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C Dispositif Scellier : L évolution des plafonds de loyers - Délivrance d agréments en zone C 26 août 2010 Sommaire Un constat : des plafonds de loyers parfois supérieurs aux loyers du marché Révision des

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE

FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE FIRMES MULTINATIONALES et INSERTION TERRITORIALE 1 Christian Milelli (CNRS EconomiX) Workshop «Localisation des entreprises et performances des territoires» Nanterre 18 novembre 2009 Problématique Modalités

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge

L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge L énergie nucléaire au sein du mix énergétique belge 1. Sécurité d approvisionnement Le taux de dépendance énergétique de la Belgique est plus important que la moyenne européenne. Ainsi en 2011, le taux

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

Leçon 3 : Le développement international de l entreprise 2

Leçon 3 : Le développement international de l entreprise 2 Leçon 3 : Le développement international de l entreprise 2 I. Les modes de présence à l étranger 2 1. L exportation 2 2. Le groupement d exportateurs 2 3. Le piggy back et le piggy back croisé 2 4. L accord

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant. Plan d élaboration du PLAN D AFFAIRES Avant de réaliser votre projet, élaborez votre plan d affaires selon le modèle suivant : RESUME :. Le résumé est la dernière partie à rédiger.. Résumé concis et convaincant.

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

Mon Master à l ESTIM

Mon Master à l ESTIM Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique L Ecole Supérieure des Technologies d Informatique et de Management Mon Master à l ESTIM Livret des études «A l ESTIM Business School

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration

Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives. Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 1 Dépenses en infrastructures publiques et externalités positives Luc Savard Professeur d économie Directeur du GREDI Faculté d administration 2 Les infrastructure dans l économie Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain.

Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Comprendre l expérience néozélandaise : leçons à tirer pour la production laitière de demain. Professeur Hugh Campbell Université d Otago, Nouvelle-Zélande La politique agricole avant la Deuxième guerre

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel)

Tableau 1. Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Tableau 1 Comptes de résultat prévisionnels (CPC prévisionnel) Avant de se lancer dans une activité génératrice de revenu, le porteur de projet doit, au préalable, s assurer que son projet est viable afin

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail