La pratique du chaulage en système de semis direct Une expérience au Sud du Brésil (Rio Grande do Sul)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La pratique du chaulage en système de semis direct Une expérience au Sud du Brésil (Rio Grande do Sul)"

Transcription

1 187 La pratique du chaulage en système de semis direct Une expérience au Sud du Brésil (Rio Grande do Sul) E C. Bortoluzzi et D. Tessier INRA, Station de Science du Sol, Route de Saint Cyr, Versailles RÉSUMÉ L'acidité des sols est au sud du Brésil un problème endémique qui affecte une grande partie du territoire. Dans ce contexte, un des objectifs de la recherche agronomique a été de développer un programme de correction de l'acidité des sols. Les difficultés et les perspectives de la méthode, notamment en système de semis direct (SSD, 70 % des terres cultivées au Rio Grande do Sul) sont ici exposées. Au Rio Grande do Sul, la recommandation repose sur l'indice SMP (SMP = solution tamponnée à ph 7,5), lequel permet de déterminer la quantité d'amendement nécessaire pour atteindre l'élévation du ph (eau) du sol souhaitée (ph 6,5, 6,0 ou 5,5). En système de culture de type semis direct consolidé, l'application d'amendements calcaires se fait à la surface du sol. Les résultats obtenus indiquent que la pratique permet globalement de maintenir la fertilité du sol. Cependant, il est nécessaire d adapter le chaulage à la réalité du semis direct par la prise en compte de paramètres comme l hétérogénéité du sol en surface, ceci afin d aboutir ainsi à une efficacité optimale de l'amendement basique. Mots clés Semis direct, saturation par aluminium, prairies, rétention d eau, acidité. SUMMARY LIMING IN NO-TILL SYSTEM : an experience in Southern Brazil (Rio Grande do Sul) The acidity of soils in South Brazil is an endemic problem that affects a large part of the territory. The objectives of the agronomic research was to develop a program for correcting acidity. Difficulties and perspectives of this program, mainly in no-tillage system (NT) are exposed. No-tillage system is used in 70 % of cultivated of Rio Grande do Sul. The recommendation is the SMP index, in a solution buffered at ph 7.5 in order to assess liming requirement for a certain elevation of ph (water) (ph 6,5, 6,0 or 5,5). In NT liming on soil surface is recommended and allows to maintain soil fertility. However, it is necessary to adapt SMP index to the reality of NT, in order to obtain an optimal efficiency of the alkaline amendment applied to the soil surface. Key-words No-tillage, saturation of Al, prairies, water retention, acidity. Reçu: novembre 2001; Accepté: juin 2002 Étude et Gestion des Sols, Volume 9, 3, pages 187 à 196

2 188 E C. Bortoluzzi et D. Tessier RESUMO CALAGEM EM SISTEMA DE PLANTIO DIRETO : uma experiência realizada no Rio Grande do Sul - Brasil. A acidez do solo é um problema endêmico no sul do Brasil e que afeta grandes extensões de terra cultivada. A fim de melhorar a fertilidade desses solos foi desenvolvido um programa de correção da acidez do solo, cultivados em plantio convencional. Mais tarde, com o desenvolvimento do sistema plantio direto, percebeu-se que os parâmetros anteriormente utilizados deveriam ser revistos, pois não se trataria mais de uma camada homogênia de solo (0-20 cm), mas sim de uma camada protegida do revolvimento. As dificuldades e as perspectivas deste programa, principalmente em vistas do sistema plantio direto - SPD são aqui discutidas. No Rio Grande do Sul, a recomendação de calagem baseia-se no índice SMP (SMP = solução tamponada a ph 7,5), à qual determina a necessidade de calcário a fim de elevar o ph (em água) do solo ao nível desejado (ph 6,5, 6,0, 5,5). Em SPD o cancário é aplicado sobre a superfície do solo, tendo resultados satisfatórios quanto a conservação da cobertura vegetal e da qualidade química do solo. Entretanto, uma adequação dos tradicionais parâmetros de recomendação é necessária, assim que a associação desta com outros parâmetros de qualidade de solo, tendo sempre como meta principal a otimização de calagem em sistema plantio direto. Palabras chaves Plantio direto, saturação de aluminio, retenção de água, campo nativo, acidez RESUMEN LA CORRECCIÓN DE LA ACIDEZ EN SIEMBRA DIRECTA: consideración en el Sur de Brasil (Rio Grande do Sul) La acidez de los suelos del sur de Brasil constituye un problema endémico que afecta a una gran parte del territorio. El objetivo de esta investigación agronómica es el desarrollo de programas de corrección de la acidez de los suelos. La dificultad y las perspectivas del método, principalmente en siembra directa (70 % de las tierras cultivadas en Rio Grande do Sul), se demuestran en el presente trabajo. En Rio Grande do Sul la recomendación se basa en el índice SMP (SMP: solución buffer a ph 7,5), que permite determinar la cantidad de calcáreo que el suelo necesita para llegar a un ph (en agua) determinado (ph 6,5; 6,0 o 5,5). En el sistema de siembra directa, el encalado se hace sobre la superficie del suelo, obteniendo buenos resultados y ayudando a la conservación de su fertilidad. Sin embargo, todavía es necesario adecuar o asociar el índice SMP a otras variables del suelo para poder adaptar la tecnica a la realidad de la siembra directa, con el fin de llegar a una eficiencia óptima de la práctica de la aplicación del calcáreo sobre la superficie del suelo. Palabras claves Siembra directa, saturación en Al, retención de agua, praderas, acidez.

3 Chaulage en Système de Semis Direct au Sud du Brésil 189 La pratique du chaulage remonte avant l époque romaine, il y a plus de 2000 ans. Jusqu à une période récente, si les interactions entre l amendement basique et le système sol-plante n étaient pas encore bien comprises, l augmentation de rendement des cultures récompensait le fastidieux travail d extraction, de transport et d épandage des amendements calcaires. Aujourd hui la quête du rendement constitue encore, avec l amélioration génétique des plantes, la principale motivation du chaulage au Brésil. Toutefois le bénéfice du chaulage ne saurait se limiter au seul rendement des cultures car il conduit à des changements de propriétés qui sont aussi bien d ordre chimique, physique que biologique. Le chaulage affecte en premier lieu l état physico-chimique du sol. La capacité d échange en cations peut doubler en fonction de l élévation du ph (Tessier, 2001), avec notamment ses répercussions sur la rétention et la mobilité de l eau et la sensibilité au tassement. Selon Kaminski (1989) c est l interaction de tous ces phénomènes qui est le responsable de l amélioration générale des propriétés du sol et, par conséquent, de l augmentation de la productivité des cultures. Le chaulage peut donc être considéré comme une technique intégrée qui affecte l ensemble des paramètres régissant le comportement global de l écosystème agricole. La définition du besoin de chaulage est liée à plusieurs facteurs, parmi lesquels on identifie en premier lieu la réponse du sol au plan chimique (ph, CEC, saturation de la CEC par aluminium et les cations alcalins et alcalino-terreux), la réponse en rendement des espèces cultivées, et enfin la stratégie de la pratique d épandage en fonction du système de culture. Des travaux réalisés au Brésil sont centrés sur les critères de quantité, de forme et de fréquence d application d amendement basique, tout en cherchant un bon rapport coût/bénéfice. En dehors des problèmes économiques, des questions liées aux effets du chaulage sur les propriétés physiques des sols sont soulevées, principalement quand cela s ajoute aux effets du changement de système de culture, semis direct après prairie et semis direct après labour conventionnel. La connaissance du processus d acidification selon la gestion du sol, puis la définition de critères pour le chaulage est donc fondamentale. Elle permet d adapter le chaulage au nouveau système de culture tout en réduisant les contraintes imposées aux sols, ainsi que de conserver les rendements des cultures. Le but de cet article est de discuter et mettre en valeur le programme de correction de l acidification du sol au Sud du Brésil (Rio Grande do Sul), en tenant en compte de la méthode utilisée avec le passage du labour conventionnel au système semis direct (SSD). Nous utiliserons ici des résultats représentatifs déjà publiés et en cours d étude. La région d étude : caractéristiques et brève historique Le Rio Grande do Sul est le plus méridional des 27 états du Brésil (29 27 S et W). Le territoire est limité à l Ouest par l Argentine, au Sud par l Uruguay et à l Est par l océan Atlantique. Le climat est subtropical humide sans saison sèche, de type Cfa selon la classification de Koeppen. La pluviométrie moyenne annuelle est de 1400 à 1700 mm répartie de façon homogène tout au long de l année. Les températures moyennes sont comprises entre 17,9 et 19,2 C. Le développement intensif des cultures commerciales comme le soja, le maïs et le blé a été possible grâce à la mécanisation de l agriculture dans les années 70. Néanmoins, l état du Rio Grande do Sul avec ses ,70 km 2 de surface totale, a su garder 46 % de sa surface totale sous végétation naturelle - prairie native (UFSM, 2000). Les prairies sont composées essentiellement par des graminées, dont l adaptabilité aux conditions de sol et climat est remarquable. De ce fait, les prairies sont naturellement destinées à l élevage bovin. En revanche, la surface de forêt s est réduite aux dépens des cultures, passant de 40 % à moins de 10 % en Le besoin croissant en bois d œuvre et l expansion de surfaces cultivables sur des terres fertiles ont été les facteurs principaux de cette évolution. Aujourd hui la surface cultivée est de 6 millions d hectares environ. L acidification : un problème général On estime qu environ 75 % de la surface des sols au sud du Brésil présentent un ph (eau) égal ou inférieur à 5,5. Ces sols sont donc naturellement acides présentant, en général, une très faible disponibilité des éléments nutritifs pour les plantes, principalement en phosphore. De plus, on note, en condition de sol acide, la présence plus au moins importante d éléments toxiques comme l aluminium, le manganèse et même le fer dissous (Kaminski, 1989). L acidification compromet donc, de manière directe et indirecte le potentiel de production des cultures. En fait, l ion Al 3+ est considéré comme le principal trait marquant de l acidification des sols tropicaux et sub-tropicaux du Brésil. L hydrolyse de l Al 3+ est aussi à l origine de la libération des ions H + dans la solution du sol, abaissant ainsi le ph selon l équation suivante (Brady et Weil, 2002). Al H 2 O Al(OH) 3 + 3H + L Al 3+ peut devenir échangeable et par conséquent être assimilable par les plantes. L absorption de cet élément peut altérer le fonctionnement physiologique des cellules et ainsi engendrer la réduction des rendements. La présence d aluminium modifie notamment l élasticité de la paroi cellulaire des racines, dont le symptôme le plus clair est la réduction de biomasse radiculaire et le grossissement désordonné des racines. C est dans ce contexte qu a démarré un programme d amélioration de la qualité chimique de sol. L objectif a été de réduire les contraintes chimiques des sols pour la croissance et le rendement des plantes cultivées. La recommandation en amendement basique au Sud du Brésil Au Brésil, les premières informations concernant le chaulage

4 190 E C. Bortoluzzi et D. Tessier datent de Les premiers essais au Rio Grande do Sul (1970) ont montré que les rendements avaient augmenté de 360 %, 470 % et 33 % respectivement pour le soja, le maïs et le blé (Wiethölter, 1997). Ces résultats ont confirmé l efficacité et la pertinence du chaulage pour l amélioration des rendements. Par la suite, un vaste réseau d essais conduit par des techniciens spécialisés a été créé afin de vulgariser cette approche à l ensemble des exploitations agricoles. En général, la teneur en aluminium échangeable, ainsi que la saturation en cations alcalins et alcalino-terreux sont les indicateurs principaux du besoin en amendement basique. Cependant l approche du chaulage a varié selon les régions du pays. Dans les états du sud, Rio Grande do Sul et Santa Catarina, c est l indice SMP ou ph SMP qui a été utilisé dès 1968 pour la recommandation en amendement basique (Tedesco et al., 1985). Il consiste en déterminer l acidité potentielle du sol, représentée par Al 3+ et H +, avec une mesure de ph. Pour cela on mesure le ph d une solution SMP après équilibre au contact d une quantité de terre connue. Le SMP est une solution tamponnée à ph 7,5 du nom de Shoemaker, Mclean et Pratt (Shoemaker et al., 1961). Elle agit sur les sites d échange en arrachant les agents de l acidification (Al 3+ et H + ) liés aux argiles et à la matière organique pour les substituer par du Ca 2+. Par ailleurs, on peut estimer l Al 3+ et l H + des sols à l aide des équations qui prennent en compte le ph SMP. L estimation Al 3+ + H + est fiable à 98 % et comparable à la méthode qui utilise l acétate de Ca 2+ à ph 7,0 (Raij, 1989). Pour la recommandation en calcaire il suffit de mettre en relation les valeurs de ph SMP avec le besoin en CaCO 3 afin d élever le ph eau du sol au niveau souhaité. Pour les sols du Rio Grande do Sul et de Santa Catarina un abaque a été conçu, permettant de savoir le besoin en CaCO 3 (100 % de PRNT-Pouvoir Relatif de Neutralisation Totale) pour élever le ph eau du sol à 5,5, 6,0 ou 6,5. La dose recommandée est calculée pour une fréquence d'application de 5 ans et sur un volume de sol de 2000 m 3 (~20 cm d épaisseur de sol). Pour neutraliser 1 cmolc dm -3 d acidité il est nécessaire d appliquer 1 t de CaCO 3 ha -1 (CFS RS/SC, 1995). On considère généralement que l estimation du besoin en CaCO 3 en fonction du ph SMP est fiable à r 2 = 0.95 (Shoemaker et al., 1961). Adaptation du chaulage aux systèmes de culture Le système de culture joue un rôle crucial sur la forme et la quantité d'amendements basiques à épandre. Au départ, le chaulage et le labour étaient des techniques inséparables, car pour mélanger le produit en profondeur, il fallait par la suite travailler le sol. Or, le labour est la première étape pour la préparation du lit de semence. Dans le système labour conventionnel - LC, le retournement du sol par la charrue à disques suivi par le passage du cover crop est fréquemment pratiqué deux ou trois fois par an. Dans ces conditions, l érosion se manifeste fréquemment sur les parcelles labourées, principalement sur des pentes et sur les sols d origine basaltiques, mais surtout, sur les sols développés sur des roches sableuses (Cassol, 1984). Pendant longtemps, les techniques pour combattre l érosion se résumaient à contenir le ruissellement rapide des eaux par la construction de terrasses sur les versants (Eltz, 1997). Ensuite, les techniques de protection contre l érosion ont plutôt été ciblées sur l impact des gouttes d eau et la dégradation de la structure de surface. Pour remédier à la dégradation de surface, il a été envisagé la restitution systématique des pailles après récolte et même l implantation de plantes de couverture. Cette technique s est avérée efficace et constitue aujourd hui un des piliers de la culture sans labour. C est la raison pour laquelle le semis direct s'est considérablement développé, il concerne environ 70 % de la surface cultivée au Rio Grande do Sul (Farias et Ferreiro, 1998). Cependant, un grand nombre de variantes dans les techniques de conservation du sol a vu le jour, généralement désignées sous le terme générique de «système de semis direct - SSD». Aujourd hui, le système de semis direct préconise la restitution des pailles à la surface du sol et la mise en culture à travers le nontravail du sol. Ainsi la couverture du sol est presque totale assurant ainsi à elle seule, une réduction considérable de l érosion (Bertol et al., 1989; Foster et al., 1985). Les améliorations de la qualité générale du sol se font sentir avec ce système, par l augmentation de l infiltration de l eau (Eltz, 1997), la réduction des températures maximales du sol (Helms et al., 1996), la diminution de la pression de compétition par les mauvaises herbes (Teasdale et Mohler, 1993). Au total, l accent est mis sur la viabilité du système et son impact sur l environnement (Denardin et Kochhann, 1993). Si les problèmes d érosion se sont réduits considérablement avec le SSD, la pratique du chaulage a soulevé d autres interrogations. Pour le labour, on applique une quantité de CaCO 3 donnée et on homogénéise le sol afin de le répartir aussi uniformément que possible sur une profondeur de 20 cm. Ce n est pas le cas du semis direct, puisque le labour a été supprimé et le calcaire est apporté en surface. Il est donc impératif d'adapter les doses et la forme d épandage dans deux situations possibles: (i) l'implantation du SSD sur parcelles déjà labourées - LC; (ii) l'implantation du SSD sur des prairies naturelles vierges. Chaulage et SSD sur parcelles déjà labourées Au départ le SSD a été expérimenté sur des sols cultivés en LC, les plus souvent appauvris par l érosion. Ce système a donc constitué une approche de réhabilitation des sols et de contrôle de l érosion. Dans ce contexte, le chaulage est effectué peu avant l'implantation du SSD (cas i) profitant ainsi de la possibilité de labour. On adopte alors la recommandation classique (SMP) du chaulage de redressement afin d élever le ph au niveau souhaité. Ensuite, on réalise un chaulage d entretien par des apports bi ou trisannuel de CaCO 3 en surface.

5 Chaulage en Système de Semis Direct au Sud du Brésil 191 Des questions se posent au niveau de l acidification du sol en SSD, car il s agit d un processus naturel et souvent accéléré en surface par la mise en culture. Cela comprend la forme et la quantité de calcaire utilisé pour le chaulage dit d entretien. Le chaulage réalisé avant l introduction du SSD, est-il efficace à long terme? Quelle est la quantité de CaCO 3 appliqué en surface pour le maintien des rendements des plantes? Pour répondre à ces questions, des essais ont été mis en place, parmi lesquels celui de Santa Maria-RS. Dans ce dernier, le sol a reçu un chaulage de redressement (3,1 t ha -1 CaCO 3 ) en LC afin d atteindre ph = 6,0 avant de passer en SSD. Après 6 ans de SSD le sol a de nouveau été chaulé, avec un apport en surface. Des quantités variables ont été testées, basées sur la recommandation SMP pour le LC (0 t; 1/4SMP = 1,2 t; 1/2SMP = 1,8 t et 1SMP = 3,6 t.ha -1 ). En dépit de l acidité du sol de la parcelle témoin (ph eau < 4,3), les rendements de maïs, soja et avoine (figure 1) en SSD n ont pas eu d améliorations significatives avec un chaulage d entretien. Cela peut s expliquer, d une part, par des valeurs très basses de saturation en Al 3+ (<12%) potentiellement toxiques pour les plantes et corrélativement par des teneurs moyennes en Ca +2 et en Mg +2. Vraisemblablement le maintien des quelques caractéristiques chimiques a assuré le développement de la rhizosphère et les récoltes satisfaisantes pour ces cultures particulièrement sensibles aux bas ph. Il est intéressant de constater que la toxicité de l aluminium est moindre sous SSD que sous labour conventionnel. Ce constat est en accord avec les observations de Caires et al. (1998) et Salet (1994), qui montrent que la toxicité aluminique est réduite en SSD. Cet élément forme des complexes avec des substances organiques solubles originaires de la décomposition des résidus végétaux en surface. Ce mécanisme est, selon Sidiras et Pavan (1985), responsable de la forte mobilité en profondeur des ions Ca 2+ et Mg 2+ suite à la dissolution des produits basiques. En outre, l épandage superficiel avec la même dose de CaCO 3 en SSD et en LC (1SMP = 3,6 t ha -1 ), engendre un gradient chimique dans la partie supérieure du sol. Il apparaît ainsi une diminution d Al 3+, une augmentation du ph (CaCl 2 ) et des teneurs en Ca 2+ et en Mg 2+ jusqu à environ 15 cm 18 mois après de l application (figure 2). Au bout de 40 mois, Caires et al., (1998) ont trouvé des modifications dans les paramètres chimiques (ph, Ca 2+, Mg 2+, Al 3+ et H + ) jusqu à 60 cm de profondeur. Notre interprétation est que la dissociation de la base, par exemple Ca 2+ et OH - pour la calcite, est à l origine du gradient de concentration, favorisant la descente des paires ioniques dans le profil. La descente de particules fines de calcite peut aussi se produire, grâce à l existence de canaux verticaux d origine biologiques, particulièrement importants pour le système semis direct (Rheinheimer et al., 2000a). Il est donc clair qu il n est pas nécessaire de mélanger l amendement au sol pour qu il ait des effets en profondeur. Ces données montrent que la pratique du chaulage en SSD est viable pour le maintien des rendements des cultures et des carac- Figure 1 - Rendement des cultures en système semis direct en fonction de la quantité d amendement calcaire appliqué en surface. Santa Maria- RS. (Adapté de Rheinheimer et al., 2000a) Figure 1 - Yield of crop in no-till versus liming applied on soil surface. Santa Maria- RS. (Rheinheimer et al., 2000a) téristiques chimiques de sol. La dose préconisée pour le LC (1SMP = 3,6 t ha -1 ) peut être réduite pour le SSD sans aucun effet sur le rendement des cultures, même si les caractéristiques chimiques du sol sont améliorées par le chaulage pour les deux systèmes de culture. Le chaulage en SSD après prairie Les prairies naturelles au Sud du Brésil constituent d importantes surfaces avec un potentiel de mise en valeur par l agriculture. Ce phénomène est amplifié du fait que la rentabilité de ces dernières est moins importante que pour les cultures commerciales, d où une pression accentuée pour leur mise en culture. Cependant le labour des prairies est souvent déconseillé à cause des problèmes d érosion et de tassement. De ce fait le SSD est l alternative la plus viable. Aujourd hui le SSD peut être effectué directement sur la prairie sans labour préalable. Le chaulage de redressement sans retournement du sol est la technique de référence pour la mise en culture des prairies. Dans ce cas le chaulage de redressement ainsi que d entretien sont réalisés en surface, dès la mise en place du SSD. Cela permet de conserver les caractéristiques physiques originales de la prairie. Dans ce contexte, des essais sur de prairies naturelles ont été réalisés. L épandage de CaCO 3 à 0 t; 1/2SMP = 8,5 t.ha -1 et 1SMP =17t.ha -1 en surface d un sol (Plinthaquult) en SSD a été effectué en comparaison du labour conventionnel - LC. Le rendement des

6 192 E C. Bortoluzzi et D. Tessier Figure 2 - Dynamique en profondeur du ph et des teneurs en Ca 2+, Mg 2+ et Al 3+ du sol en SSD en fonction de l apport de CaCO 3 en surface 18 mois après l application. Santa Maria- RS. (Adaptée de Rheinheimer et al., 2000a). Figure 2 - ph, Ca 2+, Mg 2+ and Al 3+ depth dynamics in no-till after liming on soil surface, after 18 months of the application. Santa Maria- RS. (Adaptée de Rheinheimer et al., 2000a). cultures a été mesuré et le suivi des caractéristiques physiques a été réalisé 6, 18, 36, 48 mois après l application. Ainsi pour le SSD sur prairie (cas ii) l application de CaCO 3 en surface est à l origine d un gradient vertical de neutralisation, représenté par la saturation de la CEC effective par Al 3+, plus ou moins profonde en fonction de la dose et du temps écoulé après l épandage (figure 3). La neutralisation est complète avec 8,5 t ha -1 jusqu à 5 cm au bout de 48 mois. Notons que dans le labour conventionnel, le taux de saturation en Al est toujours très bas puisque inférieur à 17 % de la CEC pour une dose de 8,5 t ha -1 (Rheinheimer et al., 2000b). L effet est accentué avec un chaulage de 17 t ha -1 puisque la neutralisation est complète à 10 cm au bout de 48 mois pour la moitié de la dose recommandée (figure 4). Les rendements de maïs et soja attestent de la réponse du sol au chaulage superficiel de redressement. En fait, ils sont égaux ou supérieurs aux traitements par incorporation (figure 5). A partir de 8,5 t de CaCO 3 pour le soja et 17 t pour le maïs les rendements ne sont pas différents significativement pour n importe quel type d épandage. L efficacité de l amendement basique est finalement assez comparable en semis direct (apport en surface) et en labour conventionnel (mélange au sol) avec les mêmes doses. De ce fait la pratique du chaulage n est pas un obstacle pour l implantation du SSD sur prairie. En outre l implantation du SSD après une prairie (sol acide) est compatible avec le chaulage en surface. Quant à la dose utilisée, il est encore trop tôt pour affirmer qu une réduction de CaCO 3 en SSD est viable à longue terme. Cependant selon certains résultats, on peut réduire la dose en SSD comparativement au LC, pour atteindre une même valeur de ph. Modifications physiques après le chaulage Si le chaulage permet d augmenter le ph et d apporter aux sols les cations indispensables aux plantes (Ca et Mg), les changements des propriétés physiques sont plus difficiles à appréhender.

7 Chaulage en Système de Semis Direct au Sud du Brésil 193 Figure 3 - Saturation de la CEC effective en Aluminium (%) en profondeur en SSD en fonction de l apport de 8,5 t ha -1 de CaCO 3 appliqué en surface. Santa Maria- RS. (Adaptée de Rheinheimer et al., 2000b). Figure 3 - Aluminum saturation (%) in depth in no-till after liming at 8,5 t ha -1 (CaCO 3 ) applied on soil surface, Santa Maria- RS. (Rheinheimer et al., 2000b). Figure 4 - Saturation de la CEC effective par Aluminium (%) en profondeur en SSD en fonction de l apport de 17 t ha -1 de CaCO 3 appliqué en surface. Santa Maria- RS. (Adaptée Rheinheimer et al., 2000b). Figure 4 - Aluminum saturation (%) in depth in no-till after liming at 17 t ha -1 (CaCO 3 ) applied on soil surface, Santa Maria- RS. (Rheinheimer et al., 2000b). Figure 5 - Rendement de maïs et soja en SSD en fonction de la quantité d amendement calcaire et du type d application. (Adaptée de Kaminski et al., 2000) Figure 5 - Yield of corn and soybean in no-till versus amount and forms applications of liming. (Kaminski et al., 2000). Il faut alors discuter des propriétés de surface des sols qui sont très sensibles au ph d autant plus que dans les sols tropicaux, les charges variables du sol prédominent. La prairie chaulée ou non chaulée présente l avantage de pouvoir comparer, à gestion du sol identique, des effets sur la structu- re du sol. La comparaison avec le semis direct, c est-à-dire avec la pratique du non-travail du sol, est aussi un élément de diagnostic de la stabilité de la structure après mise en culture. Nous présentons ci-après quelques données relatives à des situations suivantes: un sol (Hapludalf) sous prairie naturelle non

8 194 E C. Bortoluzzi et D. Tessier Figure 6 - Indice de vide et d eau de l horizon A1a (profondeur de 0-7,5 cm) d un sol sableux sous prairie naturelle, prairie naturelle chaulée et prairie mise en culture par le semis direct (SDP) en fonction de différents potentiel de l eau. Figure 6 - Water and void index in A1a horizon (depth 0-7,5 cm) from different management practices in sandy soil (2 t ha -1 of liming in no-till and prairie with liming and without liming). Figure 7 - Indice de vide et d eau de l horizon A1b (profondeur de 7,5-15 cm) d un sol sableux sous prairie naturelle, prairie naturelle chaulée et prairie mise en culture par le semis direct (SDP) en fonction de différents potentiel de l eau. Figure 7 - Water and void ratio in A1a horizon (depth 7,5-15 cm) from different management practices in sandy soil (2 t ha -1 of liming in no-till and prairie with liming and without liming). Les expériences acquises dans le cadre du chaulage et de la surpression du labour nous permettent de discuter du rôle relatif des processus qui régissent les propriétés des sols, en particulier leur comportement physico-chimique. Dans le cas du sud du Brésil, l'implantation de cultures en semis direct sur des prairies apparaît comme une pratique viable, même sans enfouissement des amendements. Du point de vue agronomique la recommandation du chaulage selon l'indice SMP permet encore d'optimiser le chaulage. Cependant la méthode SMP présente de limitations concernant la toxicité de l Al dans le sol en fonction des systèmes de culture. Ainsi après chaulage, pour un même ph, la mobilité de l Al 3+ peut être très différente selon les systèmes. Il apparaît donc nécessaire de rediscuter le rôle des paramètres physicochimiques du sol pour la recommandation du chaulage. Nous avons montré l importance du système semis direct dans l approche de la pratique du chaulage. Il est clair que les efforts doichaulée, chaulée (2 t ha -1 ), puis un SSD après prairie naturelle chaulée (2 t ha -1 ). Nous comparerons les résultats des rétentions d eau et de la porosité pour les 3 systèmes. Entre 0-7,5 cm on constate que le chaulage engendre une plus grande porosité (indice de vide) et aussi une rétention en eau supérieure à celle de la prairie non chaulée. En semis direct sur prairie, les effets sur ces variables sont intermédiaires (figure 6). La structure du sol est alors probablement plus résistante à la déformation dès lors que le sol a été chaulé. Notons qu aux bas potentiels les paramètres mesurés (rétention en eau et indice de vide) deviennent similaires. Ces résultats confirment ceux de Peltier (2001); ils montrent que l aération et la rétention de l eau du sol sont nettement améliorées suite au chaulage (chaux vive) d une prairie en sol acide. Ces améliorations sont attribuées à une meilleure croissance racinaire et par conséquent à une augmentation de la biomasse végétale de la prairie. Plus en profondeur, sur la couche 7,5-15 cm, les effets du chaulage suivent le même comportement que pour la couche de 0-7,5 cm, mais les courbes semblent plus proches (figure 7). Ceci montre que le chaulage peut modifier quelques paramètres représentatifs de l état physique du sol. Cette pratique tend à encourager la mise en culture des prairies par le SSD. Ainsi les dégradations liées au labour sont atténuées et les propriétés physiques semblent mieux préservées avec le chaulage. Il faut poser la question de l évolution à moyen terme des sols puisque les propriétés chimiques et la nature des constituants, notamment la teneur en matière organique, évoluent fortement. Par ailleurs, cette démarche ouvre des perspectives tout à fait intéressantes pour comprendre la qualité des sols et la durabilité des systèmes agricoles, et plus généralement l impact des systèmes cultivés sur la qualité des eaux et l atmosphère. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

9 Chaulage en Système de Semis Direct au Sud du Brésil 195 vent être aujourd hui ciblés sur des stratégies visant à mieux adapter la recommandation par rapport aux systèmes de cultures et au type de risques liés à l acidification. Quel que soit le système de culture, on ne conçoit plus le besoin en amendement calcaire par le seul contrôle des paramètres chimiques. Même en milieu tropical, les facteurs physiques, encore peu considérés, sont des paramètres supplémentaires à prendre en compte pour les décisions concernant la pratique du chaulage. Dans tous les cas, la pratique du chaulage, même dans son principe comme dans ses modalités d application, est loin de faire l unanimité. Dans une gestion des sols incluant le semis direct, le chaulage et ses conséquences doivent faire partie d une stratégie d ensemble en vue d assurer la durabilité des systèmes de culture et leur impact plus global. REMERCIEMENT Le premier auteur remercie le CNPq (Brasilia-Brésil) pour la concession de la bourse d étude ainsi que les lecteurs, notamment M. B. FABRE pour les remarques pertinentes. BIBLIOGRAPHIE Bertol I., Cogo N.P. et Levien, R., Cobertura morta e métodos de preparo do solo na erosão hídrica em solo com crosta superficial. R. Bras. Ci. Solo, Campinas, V 13 : p Brady N.C. et Weil R.R., The nature and properties of soils. 13 ed. Nyle C. Brady et Ray R. Weil. 960 p. Caires E.F., Banzatto D.A. et Fonseca A.F., Calagem na superficie em sistema plantio direto R. Bras. Ci. Solo, Campinas, V 24: p Comissão de Fertilidade do solo RS/SC. Cassol E.A., Erosão do solo : Influência do uso agrícola, do manejo e preparo do solo. Instituto de Pesquisas de Recursos Naturais Renováveis «Atatiba Paz». Porto Alegre RS. p. 40. CFS RS/SC, Recomendações de adubação e de calagem para os estados do Rio Grande do Sul e de Santa Catarina. 3 e ed. Passo Fundo, SBCS - Núcleo Regional Sul, 224 p. Denardin J.E. et Kochhann R. A., Requisitos para implantação e a manutenção do sistema plantio direto. In : Plantio Direto no Brasil. Passo Fundo : Aldeia Norte. EMBRAPA-CNPT ; FECOTRIGO-FUNDACEP e FUNDAÇÃO ABC. p Eltz F.L.F., Ensino de Plantio Direto. In: Plantio direto: o caminho para uma agricultura sustentável Ponta Grossa - PR. Ricardo Trippia dos Guimarães Peixoto, Dirk Claudio Ahrens e Michel Jorge Samaha, ed. Ponta Grossa, PR : IAPAR, PRP/PG, p Farias A.D. et Ferreira T.N., Expansão do sistema plantio direto no Rio Grande do Sul. Séries solos, Informativo EMATER-RS Porto Alegre, V 14, N 2. Foster G.R., Young R.A. et Römkens M.J.M., Processes of soil erosion by water. In : Soil erosion and crop productivity. Ed Helms T.C., Deckard E.L., Goos, R.J. et Enz J.W., Soil moisture, temperature, and drying influence on soybean emergence. Agronomy Journal, V 88, p Kaminski J., Acidez do solo e fisiologia de plantas In Kaminski J., Volkweiss S. J., Becker F. C. (Coord.) II Seminario sobre corretivos da acidez do solo. Santa Maria, p Kaminski J., Rheinheimer D.S., Santos E. J. S., Gatiboni L. C. et Bortoluzzi E. C., Resposta de culturas à aplicação de calcario em superficie ou incorporado ao solo em plantio direto. Ci. Rural, Santa Maria v.30, N 4. p Peltier O., Raisonnement du chaulage des prairies: influence sur la production et la qualité des fourrages. In Colloque l acidification des sols: origine, approche, enjeux et maîtrise. ED. AFES, INRA, Versailles, 4 à 5 avril, 58 p. Raij B., Acidez e calagem In KAMINSKI, J., VOLKWEISS, S. J., BEC- KER, F. C. (Coord.) II Seminario sobre corretivos da acidez do solo. Santa Maria, p Rheinheimer D. S., Santos E. J. S., Kaminski J. et Xavier F.M., 2000a - Aplicação superficial de calcario no sistema plantio direto consolidado em solo arenoso. Ci. Rural, Santa Maria, V 30, N 2. p Rheinheimer D.S., Santos E.J.S., Kaminski J., Bortoluzzi E.C. et Gatiboni, L.C., 2000b - Alteração de atributos do solo pela calagem superficial e incorporada a partir de pastagem natural. R. Bras. Ci Solo, Campinas, V 24, p Salet R.L., Dinamica de ions na solução de um solo submetido ao sistema plantio direto. Dissertação de mestrado UFRGS. P. 100 Shoemaker H.E., Mclean E. O. et Pratt P.F., Buffer methods for determining lime requerement of soils with appreciable amounts of extractable aluminium. Soil Sci. Soc. Am. Proc., 25 : Sidiras N. et Pavan M. A., Influência do sistema de manejo de solo no seu nivel de fertilidade. R. Bras. Ci Solo, Campinas, V 9, p Teasdale J. R. et Mohler C. L., Light transmittance, soil temperature, and soil moisture under residue of hairy vetch and rye. Agronomy Journal, Madison, V 85, p Tedesco M. J., Volkweiss S. J. et Bohnen H., Analises de solo, plantas e outros materiais. Porto Alegre, UFRGS, (Bol téchnique 5). Tessier D., Influence des charges superficielles sur les propriétés physiques des sols. In Colloque l acidification des sols : origine, approche, enjeux et maîtrise. Ed. AFES, INRA, Versailles, 4 à 5 avril, 58 p. UFSM, Inventarion florestal do Rio Grande do Sul, UFSM, Santa Maria. Bol téc. p Wiethölter S., Historico e perpectivas da pratica de calagem no Brasil. In : XXVI CONGRESSO BRASILEIRO DE CIËNCIAS DO SOLO. Rio de Janeiro, RJ. Anais Conferências. CD-ROM 28 p.

10 196

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS

MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICE 4 MAITRISE DE L ACIDITE DES SOLS Au même titre que la matière organique, la prise en compte du statut acido-basique du sol est un préalable

Plus en détail

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs

Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval. Le chapitre 3. Les rédacteurs La gestion du ph du sol Anne Vanasse, agr., Ph.D. Université Laval Le chapitre 3 Les rédacteurs Anne Vanasse (responsable) Marc Hébert Lotfi Khiari Sébastien Marchand Abdo Badra Hélène Moore 1 Introduction

Plus en détail

Analyses de sol et interprétation 4des résultats

Analyses de sol et interprétation 4des résultats Analyses de sol et interprétation 4des résultats 4 Analyses de sol et interprétation des résultats Pour optimiser la fumure, il faut prendre en considération, en plus du besoin des plantes, différentes

Plus en détail

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole

Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Gestion de la matière organique des sols en parcelle viticole Nathalie Goma-Fortin, Sitevi, 1 décembre 2009 Rôles de la matière organique dans les sols Réseau régional de sites d expérimentations Faible

Plus en détail

Gérer définitivement les problèmes de mousse

Gérer définitivement les problèmes de mousse Gérer définitivement les problèmes de mousse Tuer la mousse n est pas un problème mais pour l éliminer définitivement, il faudra identifier la ou les origines de sa présence et y remédier Quelles sont

Plus en détail

Comprendre la formation et la fertilité des sols

Comprendre la formation et la fertilité des sols Comprendre la formation et la fertilité des sols Un sol est constitué d'éléments minéraux et de matières organiques. Il prend naissance à partir de la roche puis évolue sous l'action du climat et de la

Plus en détail

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes?

Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Gestion de l azote des fumiers : comment réduire les pertes? Un producteur agricole peut-il en même temps protéger l environnement, améliorer les relations avec ses voisins et sauver de l argent? La réponse

Plus en détail

Les amendements basiques ou chaulage des prairies

Les amendements basiques ou chaulage des prairies Les amendements basiques ou chaulage des prairies Pour quelles raisons chauler ses prairies? Chauler signifie apporter un amendement minéral basique, calcique et/ou magnésien. Les amendements basiques

Plus en détail

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr.

La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. La santé des sols : où en sommes-nous? Éric Thibault, agr. Physique vs chimie des sols Avant, l état de santé des sols était trop souvent basé sur le résultat d analyse chimique (ph, P, K, ). Maintenant,

Plus en détail

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements.

Bilan de campagne 2014 flore adventice, perspectives de réduction d usage des herbicides et de limitation de l impact des traitements. Bilan campagne 2014 flore adventice, perspectives réduction d usage s herbicis et limitation l impact s traitements. Depuis 2013, afin mieux répondre aux objectifs du plan ECOPHYTO, la problématique gestion

Plus en détail

Implanter du maïs sans labourer

Implanter du maïs sans labourer Journées techniques sans labour 10 et 11 juin 2009 à Fruges et Thiant Implanter du maïs sans labourer clés de la réussite : levée, enracinement résultats d essais, approche économique Projet cofinancé

Plus en détail

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D.

Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Problèmes de drainage en sols organiques: la solution par les plantes? Jacynthe Dessureault- Rompré, Ph.D Jean Caron, agr., Ph.D. Présenté à St-Rémi le 4 Décembre 2014 Volets de la présentation Retour

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE

LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE LE POTASSIUM DANS LES SOLS DE TUNISIE Ali MHIRI Institut National Agronomique de Tunisie Atelier Gestion de la fertilisation potassique, Acquis et perspectives de la recherche Tunis 10 Décembre 2002 1.

Plus en détail

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE

UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE UN CONSTAT, UNE ÉVIDENCE,, UNE CERTITUDE : COUVRIR LE SOL POUR PRODUIRE DE L EAU PROPRE Konrad Schreiber Institut de l Agriculture Durable 1 2 LA MISE À NU DES SOLS POSE D ÉNORMES PROBLÈMES ENVIRONNEMENTAUX

Plus en détail

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn

Comportement de Miscanthus cultivé sur des sols fortement contaminés en Cd, Pb et Zn 25 & 26 septembre 2014 Cité scientifique - Villeneuve d Ascq Gestion et requalification durable des sites et sols pollués: Expériences en Nord - Pas de Calais Comportement de Miscanthus cultivé sur des

Plus en détail

CHAPITRE II Expérimentations 33

CHAPITRE II Expérimentations 33 PLAN Introduction générale 1 Introduction 1 1) Présentation de notre objet d étude : la parcelle agricole 1 2) Les différents processus du bilan hydrique 1 3) Cadrage du projet de thèse par rapport aux

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Agriculture en systèmes naturels

Agriculture en systèmes naturels Agriculture en systèmes naturels Mélanges de cultivars, cultures-abris et cultures intercalaires - blé de printemps biologique Contexte Blé avec avoine comme culture associée La production de céréales

Plus en détail

LA MATIERE ORGANIQUE

LA MATIERE ORGANIQUE ITV France FERTILISATION DE LA VIGNE Un point sur les préconisations FICHE 3 LA MATIERE ORGANIQUE L objectif général est la conservation ou l amélioration du patrimoine sol, en évitant l appauvrissement

Plus en détail

RAPPORT DE RECHERCHE

RAPPORT DE RECHERCHE IMPACT AGRONOMIQUE ET ÉCONOMIQUE DES LÉGUMINEUSES DANS LES ROTATIONS AGRICOLES RAPPORT DE RECHERCHE Demandeur : Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Chercheurs : Adrien

Plus en détail

La rénovation des prairies

La rénovation des prairies La rénovation des prairies Jérôme WIDAR, Sébastien CREMER, David KNODEN et Pierre LUXEN. - 1 - 3.5. Rénovation après dégâts de sangliers La rénovation d une prairie ayant subi des dégâts de sangliers est

Plus en détail

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage

Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Fiche conseil n 8 Les 4 saisons du compostage Le compost au printemps Le compost en été Le compost à l automne Le compost en hiver Le compost au printemps La saison idéale pour démarrer son compost...

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale.

La portance. La portance : quelques notions générales. pression exercée. pression exercée. Situation d'équilibre. Situation initiale. La portance 195 La portance : quelques notions générales La portance peut être définie comme la capacité d un sol à supporter la pression qu exercent sur ce dernier des pneus, des chenilles, les pieds

Plus en détail

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS

ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Unité d hydrologie et d hydraulique agricole Génie rural et environnemental ECOULEMENT DE L EAU DANS LES SOLS Notes de cours provisoires année académique 2010-2011 Aurore Degré Table des matières CHAPITRE

Plus en détail

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES

CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES CONTRIBUTION EN AZOTE EN PROVENANCE DES ENGRAIS VERTS DE LÉGUMINEUSES Les systèmes de production végétale en régie biologique font souvent appel aux engrais verts dans la rotation des cultures. Ces plantes

Plus en détail

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique

Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Le suivi des écosystèmes forestiers, une démarche indispensable à l approche écosystémique Atelier Aménagement écosystémique : s inspirer des perturbations naturelles - Gaspésie Rock Ouimet, Ing.f., Ph.D.

Plus en détail

Une pelouse fleurie INTRODUCTION

Une pelouse fleurie INTRODUCTION INTRODUCTION La notion de pelouse fleurie est assez récente. Elle répond, dans certaines circonstances, à une attente du public pour des aménagements plus soignés tout en ne négligeant pas une certaine

Plus en détail

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole

Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu agricole COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 24 février 2005, Drummondville Bande enherbée étroite et travail réduit de sol pour contrôler la pollution diffuse en milieu

Plus en détail

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr.

Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN. Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr. Fertilisation azotée du maïs-grain: démystification, planification et projet SCAN Gilles Tremblay, agr., CÉROM Julie Breault, agr., MAPAQ Contenu de la présentation o Recommandations o Connaissances o

Plus en détail

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic

Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Situations illustrées au champ et outils de diagnostic Pierre MORTREUX Chambre d Agriculture du Nord Pas de Calais PROSENSOLS.EU Chantiers d arrachage de Objectifs? Contexte Sol de limon argileux sur craie

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh

Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Utilisation du modèle STICS pour quantifier la vitesse potentielle de minéralisation de l azote organique du sol sur le réseau régional Mh Laure Beff, Yvon Lambert, Nicolas Beaudoin, Bruno Mary et Thierry

Plus en détail

ENTRETIEN DE LA PELOUSE

ENTRETIEN DE LA PELOUSE Source : Fafard Savoir vert ENTRETIEN DE LA PELOUSE C est naturel de vouloir une belle pelouse. Saviez-vous que le secret d une belle pelouse repose sur un sol riche et équilibré? En effet, cette richesse

Plus en détail

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL

ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL GÉRER L ÉTAT L ORGANIQUE DES SOLS SUR LE LONG TERME : DE NOUVEAUX OUTILS POUR LE CONSEIL 8émes rencontres GEMAS -COMIFER Blois - 20 & 21 novembre 2007 Annie Duparque GESTION ET CONSERVATION DE L ETAT L

Plus en détail

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane

Analyse de qualité de l eau 2012. Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique. 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Analyse de qualité de l eau 212 Calcul de l Indice de qualité bactériologique et physico-chimique 7 stations dans les MRC des Basques et de Matane Entre août et octobre 212, l OBVNEBSL a procédé a des

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS

LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS LE GUIDE DU COMPOSTAGE EN TAS Le compostage est un processus de dégradation biologique maîtrisé de matières organiques en présence d air. Il aboutit à la production d un produit stable : le compost, utilisable

Plus en détail

Couverts associés au colza Premiers résultats

Couverts associés au colza Premiers résultats Le 29 juillet 21 Couverts associés au colza Premiers résultats AVERTISSEMENT LA NOTE QUI SUIT CORRESPOND AUX PREMIERS RESULTATS PARTIELS DE DEUX ANNEES D ESSAIS REALISES EN SEMIS DIRECT DANS UN CONTEXTE

Plus en détail

Cours de physique du sol

Cours de physique du sol Logo optimisé par J.-D.Bonjour, SI-DGR 13.4.93 ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE Cours de physique du sol G E N E R A L I T E S Copie des transparents Version provisoire Prof. A. Mermoud Janvier

Plus en détail

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau

Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Interactions forêt et eau : recommandations de gestion forestière pour la qualitéde l'eau Julien Fiquepron, Centre national de la propriété forestière Olivier Picard, CNPF - Eric Toppan, FPF - Aurélien

Plus en détail

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures

Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Forum d échanges sur la résistance des ennemis des cultures Danielle Bernier Agronome-malherbologiste Direction de la phytoprotection 30 octobre 2012 Comment identifier un problème de résistance? Sommes-nous

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

Évolution du climat et désertification

Évolution du climat et désertification Évolution du climat et désertification FACTEURS HUMAINS ET NATURELS DE L ÉVOLUTION DU CLIMAT Les activités humaines essentiellement l exploitation de combustibles fossiles et la modification de la couverture

Plus en détail

COMPTE RENDU Journée formation

COMPTE RENDU Journée formation COMPTE RENDU Journée formation Agriculture de conservation des sols Profils de sol 1. Vincent Etchebarne à St Jean le Vieux prairie 2. Alain Claverie à Behasque sol nu / couverts multiples 3. Bernard Hourquebie

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère)

Dépôt. Mécanismes. Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) Dépôt Mécanismes Fiche détaillée Niveau (A partir de la 1ère) I. Introduction Les mécanismes de dépôt comprennent à la fois les phénomènes qui se font par l'intermédiaire des précipitations, ou dépôt humide,

Plus en détail

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable

Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Indicateurs de résultats en Agriculture Durable Formation «Mesures et indicateurs en agriculture durable» - 5 mars et 19 mai 2008- FNCIVAM Indicateurs clés socio-économiques Les indicateurs connus sont

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4)

Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013. Epreuve de MGUC (U4) Académie de Strasbourg - Rapport de jury - BTS MUC - Session 2013 Epreuve de MGUC (U4) Analyse quantitative des résultats Moins de 8 8 note < 10 10 note < 12 12 note < 14 14 et plus Total Nombre 130 122

Plus en détail

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat

CHAPITRE 7. Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat - 186 - CHAPITRE 7 Action du filet en toile de jute sur la texture du substrat 1. INTRODUCTION En végétalisation, l'utilisation d'un matériau provisoire fixé au sol est prévue pour servir de points d'ancrages

Plus en détail

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou

MOOC Agroécologie Séquence 1 Septembre 2015. Application pour l enherbement des cultures pérennes. Elena Kazakou CONCEPT DES TRAITS FONCTIONNELS Application pour l enherbement des cultures pérennes Elena Kazakou Dans cet exemple je vais vous présenter le concept des traits fonctionnels et vous illustrer comment on

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais

Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête coordonnée par : Contact : c.turillon@agro-transfert-rt.com Synthèse des résultats de l enquête en ligne sur la gestion de l état structural des sols en Nord-Pas-de-Calais Enquête réalisée en partenariat

Plus en détail

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ

Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Importance des compétences relationnelles pour mettre en place et suivre une expérimentation in situ Expérience de la restauration écologique de sites sensibles dans les Pyrénées Paul Laurent 1 Résumé

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Projet Calcul Machine à café

Projet Calcul Machine à café Projet Calcul Machine à café Pierre-Yves Poinsot Khadija Salem Etude d une machine à café, plus particulièrement du porte filtre E N S I B S M é c a t r o 3 a Table des matières I Introduction... 2 Présentation

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Les méthodes potentiométriques

Les méthodes potentiométriques Le ph-mètre (réf :Skoog, West, Holler, Section 19-A. p 412) Les méthodes potentiométriques 2 e partie Erreur dans la mesure d une tension à l aide d un ph-mètre (ionomètre) Maintenant que nous avons explorés

Plus en détail

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions

Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Le drainage agricole : problèmes, diagnostic et solutions Victor Savoie, ingénieur agricole MAPAQ, Centre-du-Québec, Nicolet Photo : Véronique Gagnon, Club agroenvironnement Bois-Francs Le drainage agricole

Plus en détail

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE

Conductivité thermique réduite... ...isolation améliorée de 20% Superwool Plus FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE FICHE DESCRIPTIVE CONDUCTIVITÉ THERMIQUE RÉDUITE Conductivité thermique réduite......isolation améliorée de 20% Superwool Plus Insulating fibre Plus la conductivité thermique d un matériau est faible,

Plus en détail

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir!

vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! vous propose UNE FUMURE OPTIMALE la solution de l avenir! Les principaux objectifs et avantages L agronomie En étudiant scientifiquement les critères biologiques, physiques et chimiques, elle joue un rôle

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

Projet Mosabio Rapport d essai 2014

Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Introduction Projet Mosabio Rapport d essai 2014 Le projet Mosabio a été proposé en 2011 par un groupe de travail comprenant AGRIDEA, Agroscope et le FiBL. Il s inscrit dans le contexte du déficit de l

Plus en détail

Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph.

Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph. Mesure du flux induit par DGT dans un sol contaminé : effet du ph. Julien Rachou Université de Montréal (Montréal, QC, Canada) William Hendershot McGill University (Montréal, QC, Canada) Sébastien Sauvé

Plus en détail

2.Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_VA01_GC1»

2.Les conditions spécifiques d éligibilité à la mesure «MP_VA01_GC1» Direction départementale de l équipement et de l agriculture de l Ariège MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE TERRITOIRE «ZONE D ALIMENTATION DES CAPTAGES» MESURE TERRITORIALISEE «MP_VA01_GC1» CAMPAGNE

Plus en détail

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage

Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage 1 Cultures Pièges à Nitrate : une assurance contre les déperditions d azote par lessivage P. Courtois 3, J-P Destain 4, C. Vandenberghe 5, J.M. Marcoen 5 1. Introduction : l azote, le sol et le nitrate

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2

Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Grappe agro-scientifique canadienne pour l'horticulture 2 Rapport sur les progrès avril 2015 Activité 17, Pomme de terre 16 L azote pour l amélioration de la récolte, de la qualité et de la rentabilité

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011

Mission Audit Interne et Inspection CAHIER DES CHARGES FORMATION. Auditeurs internes : formation 2011 Mission Audit Interne et Inspection Equipe AGC CAHIER DES CHARGES FORMATION Auditeurs internes : formation 2011 1. Présentation de l Inra L Inra (Institut national de la recherche agronomique), premier

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013

Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Communiqué de presse Le 28 janvier 2013 Les entreprises belges renforcent la collaboration entre leur fonction Finance et d autres départements Elles s inscrivent dans la tendance européenne, mais ne font

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures

Consensus Scientifique sur. les. Fluorures page 1/5 Consensus Scientifique sur Source : IPCS (2002) les Fluorures Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les aliments et l'eau de boisson contiennent généralement au moins un peu de fluorures. On

Plus en détail

Semis direct du maïs

Semis direct du maïs Département fédéral de l'économie DFE Station de recherche Agroscope Reckenholz-Tänikon ART Semis direct du maïs Etude comparative de différents semoirs pour semis direct Bernhard Streit Journée d information

Plus en détail

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION

Hiver. Destruction par le gel et / ou chimique MINERALISATION QU EST-CE QU UNE PLANTE COMPAGNE? C est un couvert végétal semé en association avec une culture principale afin d améliorer son comportement agronomique et sa rentabilité. Initialement travaillés sur la

Plus en détail

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière

Essai de paillis de plastique biodégradable en production maraîchère et fruitière PROGRAMME D APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE L AGRICULTURE ET DE L AGROALIMENTAIRE EN RÉGION 2007-2008 Essai de paillis de plastique biodégradable Rapport final Mars 2008 Modifié le 3 juillet 2008 Daniel Bergeron,

Plus en détail

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008

Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire. Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Essai de paillage biodégradable dans la culture de la laitue en terre noire Djamel Esselami agr., M.Sc. 2008 Mauvaises herbes Introduction gramoxone entre les rangs sarclages manuels : 500$ à 1,000$ par

Plus en détail

DOSSIERS PRIORITAIRES DE LA MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE

DOSSIERS PRIORITAIRES DE LA MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE DOSSIERS PRIORITAIRES DE LA MUNICIPALITÉ DES ÎLES-DE-LA-MADELEINE Document préparé par le maire des Îles-de-la-Madeleine, M. Jonathan Lapierre Septembre 2015 LES DOSSIERS PRIORITAIRES 1. Soutien à la desserte

Plus en détail

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur

Passer du conventionnel à l économe en 3 ans. Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Passer du conventionnel à l économe en 3 ans Emilie Denis, Adeas Civam 72 Sébastien Lallier, agriculteur Contexte & Système d exploitation CONTEXTE Localisation Climat Beauce. Au sud de l Eure-et-Loir.

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail