Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires"

Transcription

1 Suivi de l effet pharmacologique et efficacité anti-thrombotique des antiplaquettaires Nadine Ajzenberg Laboratoire d hématologie & INSERM U698 Hôpital Bichat 3/12/12

2 Plan Aspirine Mécanisme d action Tests biologiques évaluant l effet de l aspirine variabilité de réponse à l aspirine Clopidogrel Mécanisme d action Tests biologiques évaluant l effet du clopidogrel variabilité de réponse au clopidogrel Définition de la résistance au clopidogrel Evaluation du risque hémorragique Nouveaux anti-agrégants plaquettaires Prasugrel et ticagrelor cangrelor

3 Mécanismes de l activation plaquettaire ADP P2Y12 P2Y1 x P2Y12 Thienopyridines Clopidogrel prasugrel PLATELET ACTIVATION x GPIIbIIIa* Ticagrelor PLATELET AGGREGATION TXA2 Aspirin GPIIbIIIa P2Y1 Fibrinogen GPIIbIIIa* THROMBOTIC COMPLICATIONS ADP P2Y12

4 Epidémiologie Maladies cardio-vasculaires: morbi-mortalité de 40% dans les pays industrialisés Traitement par aspirine chez 12.2% >50 ans Indications en monothérapie: Prévention de récidive de syndrome coronarien aigu Prévention de récidive d accident vasculaire cérébral Angor stable et instable Clopidogrel+ aspirine: Réduction du RR des accidents cardio-vasculaires de 25% Indications: Syndrome coronarien aigu Angioplastie Prasugrel vs clopidogrel: Réduction du RR des accidents cardiovasculaires de 19% (TRITON-TIMI 38) Ticagrelor vs clopidogrel: Réduction du RR des accidents cardiovasculaires de 16% (PLATO) Antithrombotic Trialists Collaboration BMJ 2002

5 Aspirine

6 Mécanisme d action de l aspirine Pharmacocinétique ; -Absorption rapide -Hydrolysé par des estérases digestives en ac salycilique -Conc plasmatique atteinte en 30 à 40 mn -demi-vie: 20 mn Mécanisme d action au niveau plaquettaire: -inhibe l action de la Cyclooxygenase 1 (COX-1) par acétylation irréversible (Ser 539) -inhibe la synthèse de TXA2 -effet durant toute la durée de vie des plaquettes (7 à 10 jours) Dose quotidienne: 75 to 160 mg /jour

7 Tests évaluant l effet de l aspirine Tests plaquettaires Tests globaux Temps de saignement PFA-100 collagène/épinéphrine VerifyNow aspirine Tests sur plasma riche en plaquettes Etude de l agrégation plaquettaire induite par l acide arachidonique (collagène, ADP) Tests indépendants des fonctions plaquettaires Thromboxane B2 sérique (spécifique des plaquettes) Thromboxane B2 urinaire (reflet biosynthèse du TXA2 cox1 et cox2 dep)

8 PFA-100 Principe (1) Hémostase In Vivo PFA-100 cellule endothéliale collagène - 40 mbar Epinéphrine ou ADP ouverture 150 µm membrane collagène facteur Willebrand facteur Willebrand fibrinogène plaquette érythrocyte lumière FLUX érythrocyte plaquette capillaire 200 µm

9 PFA-100 Principe (2) Processus d'occlusion Rendu d'un résultat PFA-100 REV S/N: /07/97 14:01 ID#: Test Type: Collagène/EPI SAMPLE A: 110 SEC

10 Agrégation plaquettaire induite par l acide arachidonique Principe de mesure : turbidimétrie enregistrement graphique de la transmission d un faisceau lumineux à travers une suspension de plaquettes (PRP) agitées à 37 C. PRP + acide arachidonique 1mM (Acide Arachidonique 1 mm) Agrégation maximale (%) Patient Control Temps (mn)

11 VerifyNow ASA Dispositif «au lit du malade» Méthode turbidimétrique en sang total Mesure l agrégation de billes recouvertes de fibrinogène induite par acide arachidonique Résultats exprimés en Aspirin Reaction Units (ARU). Valeur proportionnelle à la transmission lumineuse Acide arachidonique Aspirine+ aspirine- Seuil de résistance >550 ARU

12 Variabilité de la réponse à l aspirine (1) N=210 patients (stable CAD) Aspirin>80 mg/d for one month «Gold standard» Agrégation plaquettaire induite par acide Arachidonique Patients résistants Variabilité inter-individuelle Resistance à l aspirine varie selon les tests Lordkinpanidze M, Eur heart J 2007;1702:8

13 Variabilité de la réponse à l aspirine (2) N=210 patients (stable CAD) Aspirin>80 mg/d for one month 10% «Gold standard» Agrégation plaquettaire induite par acide Arachidonique Pas de corrélation entre les tests. Identification des mauvais répondeurs difficile Lordkinpanidze M, Eur heart J 2007;1702:8

14 Définition d une résistance à l aspirine Résistance biologique Varie entre 5 et 45 % selon les études Dépend du test utilisé Dépend de l état d activation plaquettaire basal du patient avant la mise sous aspirine Seuil de 20% pour l agrégation à l AA Seuil d inhibition >95% pour le TXB2 serique

15 Corrélation entre résistance biologique et résistance clinique Etude n patients Résistance biologique résultats Eikelboom et al Circulation 2002* 976 CAD haut risque Asa=? TXB2 urinaire= 4 ème quartile Corrélation avec IDM/AVC/DC Gum et al JACC CAD stables Asa=325 mg/j Agreg AA>20% =5.2% X3 risque IDM/AVC/DC à 1.8 années Chen et al JACC Angioplastie programmée Asa=85 à 325 mg/j VerifyNow Aspirine =19.2% X 2.9 taux de CK-MB après angioplastie * Ne tient pas compte des patients sous AINS

16 Activation plaquettaire: Pool de TXA2: Mécanismes potentiels de résistance à l aspirine Cliniques: Non compliance Interactions avec AINS ibuprofen, naproxen (compétition Arg 120) -COX2 plaquettaire inductible -expression de COX2 par cellules endothéliales vasculaires et macrophages -Synthèse de novo de COX1 par plaquettes jeunes (turnover plaquettaire accéléré) Augmentation de l activation plaquettaire résiduelle dépendante du collagène, de la thrombine ou de l ADP Polymorphismes génétiques: COX1 GPIIbIIIa Autres facteurs pouvant augmenté l état d activation basal plaquettaire: BMI élevé Diabète/résistance à l insuline Syndrome métabolique

17 Conclusion (1) Aucun test n est spécifique Avant d affirmer une Résistance à l aspirine Réaliser le prélèvement en résiduel (juste avant la prise, en gl 24h après la dernière prise) S assurer de l absence d interférence médicamenteuse (AINS) Compliance par dosage du TXB2 sérique Variabilité inter et intra-individuelle doit être définie avant d utiliser un test Expérience de Bichat Résistance à l aspirine mesurée sur l agrégation à l acide arachidonique <1%

18 Inhibiteurs de P2Y12 thienopyridines et autres

19 Pharmacocinétique du clopidogrel inactive Mecanisme d action: -Thienopyridine -inhibe 60% des récepteurs P2Y12 de façon irréversible -inhibe ADP -effet durant toute la durée de vie des plaquettes (7 à 10 jours) Pharmacocinétique ; -pro-drogue inactive - 85% de la pro-drogue est hydrolysée par des esterases en métabolites inactives -seulement 15% est métabolisé par le foie en métabolites actives par une étape dépendante de 2 CYP 450 -demi-vie plasmatique: 8 heures Dose Optimale : dose de charge (LD) : 300 or 600 mg Maintenance dose (MD) : 75 mg /jour

20 Tests évaluant l efficacité des inhibiteurs de P2Y12 Liaison irréversible à P2Y12 TEST ADP-dépendant Agrégation à l ADP VerifyNow P2Y12 (+ spécifique de P2Y12) TEST DIRECT VASP-P TEST GLOBAL Agrégation induite par les taux de cisaillement Artères sténosées (4000 sec-1)

21 Test dépendant de l ADP: Agrégation plaquettaire induite par l ADP mesurée par turbidimètrie Principe de mesure : enregistrement graphique de la transmission d un faisceau lumineux à travers une 80 suspension de plaquettes (PRP) agitées à 37 C. 60 PRP + ADP 5 µm Max résiduelle Agrégation palquettaire (% maximal) Temps (min) Agrégation

22 VerifyNow P2Y12 Dispositif «au lit du malade» Méthode turbidimétrique en sang total Mesure l agrégation de billes recouvertes de fibrinogène induite par ADP+PGE1 Résultats exprimés en P2Y12 Reaction Units (PRU) ADP+PGE1 Clopidogrel+ Clopidogrel- Seuil de résistance > PRU Varenhorst C Am Heart J 2009

23 Test spécifique: Etude de la phosphorylation de la VASP Mécanisme d action du clopidogrel (VASP:Vasodilator-Stimulated Phosphoprotein) Clopidogrel Etude par cytométrie en flux Ac anti VASP-P FITC PRI : index de réactivité plaquettaire [( MFI PGE1- MFI PGE1+ADP)/ MFI PGE1]/100 PRI<50% : bon répondeur

24 Agrégation Plaquettaire Induite par les taux de Cisaillement APIC Plasma riche en plaquettes +Cacl 2 1mM Bain thermostaté 22 C cylindre intérieur Ø 9.5 mm cylindre extérieur Ø 10 mm Fixation par Paraformaldéhyde 1% Analyse de l agrégation plaquettaire par cytométrie en flux moteur 2 min sec -1

25 Analyse de l agrégation plaquettaire par cytométrie en flux agrégats SSC N 0 N 200 N 4000 Plaquettes seules N=64829 N=47500 N=35480 FSC Agrégation plaquettaire= pourcentage de disparition des plaquettes seules (%) témoins 26,2±13,8 40,2±9,9 Clopidogrel 18.2± ±21.2

26 Comparaison des tests Agrégation plaquettaire ADP (turbidimétrie) Avantages «Gold standard» ADP-dépendant (P2Y12 et P2Y1) Inconvénients Reproductibilité variable, préparation de plasma riche en plaquettes (PRP) VASP-P Spécifique de P2Y12 nécessite un cytomètre de flux cher APIC VerifyNow P2Y12 «dispositif au lit du malade» Test global Évalue le potentiel d activation plaquettaire dans des conditions rhéologiques Test plus spécifique de P2Y12/P2Y1 rapide Sang total Préparation PRP Non automatisé Peu d études Pas d ajustement technique possible Limites d utilisation : plaq>100 G/L, Hte >30%

27 Variabilité de la réponse au clopidogrel Efficacité maximale de MD of 75 mg/j de clopidogrel est obtenue après 5 jours N=169 patients (stable CAD) Clopidogrel : mg LD J mg/d during 5 days Patients Résistants 47% 69% ADP-LTA (20 µm) VASP-P variabilité inter-individuelle Pas de corrélation entre les tests pour identifier les mauvais répondeurs au clopidogrel Schäfer A et al. TH 2008;100:618;

28 Facteurs contribuant à la variabilité de réponse au clopidogrel Facteurs cliniques : Non compliance, Sous-dosage du clopidogrel Interactions médicamenteuses dépendantes du CYP3A44 Diabete/syndrome métabolique Réponse Optimale au clopidogrel Facteurs cellulaires : Turnover plaquettaire accéléré Augmentation de la sécrétion d ADP Activation plaquettaire résiduelle dépendante de P2Y1, du collagène, thromboxane, thrombine Polymorphismes génétiques: CYP450 (CYP2C19*2) GPIa, GPIIbIIIa P2Y12

29 Comment définir un patient résistant au clopidogrel?

30 Corrélation entre l efficacité biologique et clinique du clopidogrel-etude EXELSIOR N = 797 (PCI) Clopidogrel 600mg LD ( 2h avant PCI)+/75mg MD RPA=Agrégation résiduelle à ADP 5µM à 5 mn >14% Agrégation plaquettaire résiduelle et évènements cardio-vasculaires à 1 an Résistance au clopidogrel x3 risque de décès et IDM à 1 an (risque x 6.7 à 30 jours) Hochholzer W et al. J Am Coll Cardiol 2006;48:1742

31 Etude rétrospective de l Agrégation Plaquettaire Induite par les taux de Cisaillement dans les thromboses de stent Agrégation plaquettaire (%) stent <0.01 <0.001 APIC mesurée à 4000 sec -1 <0.01 contrôle Thrombose de stent N=20 contrôles (volontaires sains) N=13 Thrombose de stent (J1-J12) clopidogel 75mg/j N=22 stent > j4 après 300 mg de clopidogrel +75 mg/j Intérêt de l agrégation plaquettaire induite par les taux de cisaillement pour déterminer la résistance au clopidogrel Ajzenberg N et al, JACC 2005

32 Impact du CYP2C19*2 sur les complications ischémiques CYP2C19*2 représente 5% de la résistance biologique au clopidogrel (Gurbel PA, Tantry US, TH 2011) Augmentation de la dose de clopidogrel à 150 mg/j chez les mauvais répondeurs ne permet de devenir bon répondeur que dans 44% des cas (T Cuisset, AM J Cardiol 2011)

33 Adaptation du traitement à la réponse biologique- Effet sur les évènements cliniques Etude Gravitas (Price MJ et al, JAMA 2011 & Circulation 2011) Méthodes: adaptation de la dose de clopidogrel au résultat du verifynow P2Y12, 12-24h après PCI (N = 2214 avec stent actif) Résultats : Clopidogrel= 150 mg/j efficacité biologique dans 60% des cas Pas de bénéfice sur la récidive de SCA, thrombose de stent et décès à 1 mois (2.3% d évenements cardio-vasc) Si seuil de résistance < 208 PRU =facteur prédictif de survie à 60 jours Etude ARTIC (Collet JP et al, NEJM 2012) Méthodes: adaptation de la dose de clopidogrel et de l aspirine au résultat du verifynow P2Y12 et ASA, randomisation après angiographie (n= 2440 avec stent actif). 38 centres français Résultats: Fréquence à 1 an des événements cardio-vasculaires (DC, IDM, SAT,AVC, revasc urgente) identique si adaptation ou non du traitement (34.6% vs 31.1% p=0.10) Risque hémorragique (mineur ou majeur) identique si adaptation ou non du traitement (3.1% vs 4.5% p=0.08) Pas d intérêt à adapter la dose d anti-agrégants plaquettaires

34 Critères biologiques de résistance au clopidogrel déterminés lors d une angioplastie Agrégation à l ADP 5mM Agrégation maximale >50% Agrégation résiduelle à 6 min >14% VASP-P >50% VerifyNow P2y12 > PRU Agrégation induite par les taux de cisaillement 4000 sec-1 >40% 5 à 30% de mauvais répondeurs identifiés (Bonello et al JACC 2010)

35 Comment identifier les patients résistants au clopidogrel? Quand réaliser le test par rapport à l administration du clopidogrel? Maximum d efficacité variable selon la dose administrée: 2-4h après 600 mg, 6-8h après 300 mg, 5-7 j après 75 mg/j Quel est le meilleur test pour évaluer l efficacité du clopidogrel? Utiliser plusieurs tests qui évaluent des propriétés différentes des plaquettes: ADP-dépendant spécifique du P2Y12 global (APIC à 4000 sec-1) VerifyNow P2Y12

36 Corrélation entre évènements hémorragiques et l inhibition plaquettaire N = 2533 (elective coronary stent implantation) Clopidogrel 600mg LD ( 2h avant PCI)+/75mg MD ADP-induced platelet aggregation assessed by Multiplate analyser Primary end point: in-hospital TIMI major bleeding Incidence des hémorragies est plus importante chez les très bon répondeurs aux clopidogrel comparés aux autres répondeurs d autres études sont nécessaire pour déterminer si les tests plaquettaires permettent d évaluer le risque hémorragique (sibbing D et al JTH 2010)

37 Nouveaux anti-agrégants plaquettaires Prasugrel Effient Thienopiridine (3G) Ticagrelor Cyclopentyltriazolopyrimidine (CPTP) Brilique Cangrelor Analogue ATP Voie Admin po po IV Mécanisme d action Liaison irréversible à P2Y12 Inhibition non compétitive de liaison ADP /P2Y12 Inhibition compétitive directe de l ADP Et augm adénosine (VD) Réversible Métabolisme Prodrogue inactive Actif directement Actif directement Metab hépatique Elimination rénale Délai action Maxi effic ½ vie élim 30 mn 2h 3-7h 30 mn 1 h 6-8 h 2 min 30 min <10 mn

38 Comparaison du métabolisme des antagonistes de l ADP Yousuf, O. & Bhatt, D. L. (2011) Nat. Rev. Cardiol.

39 Prasugrel vs clopidogrel efficacité clinique SCA n=13608 avec angioplastie programmée Prasugrel: 60 mg LD+ 10mg/J pdt 6 à 15 mois (n=6813) Clopidogrel: 300 mg LD +75 mg/j pdt 6 à 15 mois (n=6795) Ischemic events p<0.001 Bleeding events 2.4% 1.8% p=0.03 Risque hémorragique majoré Bénéfice du prasugrel chez les diabetiques et si atcd d évenements ischémiques Wiviott SD et al. NEJM 2007 TRITON-TIMI 38

40 Prasugrel vs clopidogrel efficacité biologique N = 125(PCI) TRITON-TIMI 38 Prasugrel 60 mg LD +10 mg Clopidogrel MD 600mg LD +75mg MD Evaluation biologique : agrégation ADP 20µM et VASP-P meilleure efficacité biologique du prasugrel/clopidogrel Wiviott et al Circulation 2007

41 Résistance au prasugrel N = 301 (PCI) Prasugrel 60 mg LD +10 mg VASP-P entre H6 et H12 après LD VASP >50% :25,2 % des patients Association entre résistance biologique et MACE à 1 mois bon répondeur : 1/225 vs mauvais répondeur : 7/76 p<0,001 Bonello L et al, JACC 2011

42 Prasugrel vs clopidogrel Avantages Effet dès 1h après la dose de charge et maxi en 2 heures Variabilité inter-individuelle de la réponse biologique moindre vs clopidogrel Effet plus intense lié au taux de métabolite actif plus important Inconvénients Augmentation du risque hémorragique (excepté chez les diabétiques). Pbs hémorragiques si pontage coronarien : 13.4% prasugrel vs 3.2% clopidogrel Résistance au Prasugrel existe

43 Ticagrelor vs clopidogrel efficacité clinique SCA n=18624 Ticagrelor: 180 mg LD+90mgx2/J pdt 12 mois Clopidogrel: 300 mg ou 600mg LD +75 mg/j pdt 12 mois Ischemic events 11.7% 9.8% p<0.001 Bleeding events 11.6% vs 11.2% p=ns Réduction du risque relatif sur IDM/AVC/DC à 1mois de 16% Risque hémorragique majeur idem clopidogrel mais risque hgie fatale augmenté (0.1 vs 0.01 p=0.02). Effets secondaires: dyspnée et bradyarythmie Wallentin L et al, NEJM 2009 PLATO

44 Ticagrelor vs clopidogrel efficacité biologique Coronariens stables (n=123) aspirine mg/j Ticagrelor: 180 mg LD+90mgx2/J pdt 6 sem(n=57) Clopidogrel: 300 mg ou 600mg LD +75 mg/j pdt 6 sem (n=54) Placebo (n=12) Evaluation biologique :VASP-P Effet maxi dès 2 heures Réversibilité de l effet en 5 jours Gurbel P et al, Circulation 2010

45 Ticagrelor vs clopidogrel Sélection des patients mauvais répondeurs au clopidogrel (n=41) et bons répondeurs (n=57) Ticagrelor 180mg/90 mg x2/j pdt 14 J Clopidogrel 600 mg/75 mg/j pdt 14J Non répondeurs bon répondeurs Ticagrelor plus efficace biologiquement que Clopidogrel chez les mauvais et bons répondeurs Questions à résoudre : Observance 2x/J Effets secondaires? Risque hémorragique? Comparaison Prasugrel/ Ticagrelor Etude RESPOND (Gurbel P et al, Circulation 2010)

46 Comparaison Prasugrel/ticagrelor chez les patients résistants aux clopidogrel (SCA) par le VerifyNow P2Y12 Efficacité biologique meilleure avec ticagrelor/prasugrel p<0.001 Résistance biologique: 0 avec ticagrelor et 1 avec le prasugrel Evenements hgiques graves =0 (Alexopoulos D et al, JACC 2012)

47 Conclusion Il existe une grande variabilité de l efficacité biologique des anti-agrégants évaluation biologique est inutile en pratique courante L efficacité des anti-agrégants plaquettaire est jugée cliniquement L arrivée de nouveaux anti-agrégants plus puissants meilleure efficacité clinico-biologique mais augmentation du risque hémorragique

Syndromes coronaires aigus

Syndromes coronaires aigus CONGRES American College of Cardiology J.P. COLLET Service de Cardiologie, Hôpital Pitié-Salpêtrière, PARIS. Syndromes coronaires aigus L American College of Cardiology a encore montré le grand dynamisme

Plus en détail

RESISTANCE AUX ANTI-PLAQUETTAIRES QUELS OUTILS DE DEPISTAGE? QUELLE PERTINENCE CLINIQUE?

RESISTANCE AUX ANTI-PLAQUETTAIRES QUELS OUTILS DE DEPISTAGE? QUELLE PERTINENCE CLINIQUE? RESISTANCE AUX ANTI-PLAQUETTAIRES QUELS OUTILS DE DEPISTAGE? QUELLE PERTINENCE CLINIQUE? I. ELALAMY UNITE HEMOSTASE-THROMBOSE THROMBOSE HOPITAL TENON ER2 UPMC PARIS Récepteurs plaquettaires Inhibition

Plus en détail

Au cours des deux dernières décennies, et

Au cours des deux dernières décennies, et Les nouveaux inhibiteurs du récepteur P2Y12 : un effet classe? pour quels patients? New P2Y12 receptor inhibitors: a class effect? for which patients? J. Silvain*, T. Cuisset** J. Silvain * Institut de

Plus en détail

Antiplatelets. Prasugrel (CS-747) Ecraprost S-18886 NCX-4016 Ticagrelor Cangrelor NM-702 Liprostin INS-50589. CLB-1309 Xemilofiban SL-650472

Antiplatelets. Prasugrel (CS-747) Ecraprost S-18886 NCX-4016 Ticagrelor Cangrelor NM-702 Liprostin INS-50589. CLB-1309 Xemilofiban SL-650472 Actualités sur les antiplaquettaires et les anticoagulants (avec ajout de deux diapositives pour les relais AVK- Rivaroxaban en réponse aux questions de l auditoire) Professeur A.M. FISCHER (service d

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC)

Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Nouveaux anticoagulants oraux (NOAC) Mécanisme d action Suivi biologique: comment et quand? A.Demulder IRIS-Lab 15/05/2013 1 Anticoagulants «traditionnels»: HNF Parentéral Suivi biologique avec ajustement

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV

Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France. Probability of cardiovascular events. Mortalité CV Nouveautés dans le diagnostique et le traitement de la maladie coronaire du dialysé Farzin Beygui Institut de Cardiologie CHU Pitié-Salpêtrière Paris, France Probability of cardiovascular events Mortalité

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie

Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Antiagrégants plaquettaire, anticoagulant et gestes en rhumatologie Christophe Meune Service de Cardiologie- Hôpital Avicenne Expérience douloureuse Homme de 56 ans 40 PA Aspirine à faible dose pour un

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Les définitions des saignements ACS/PCI

Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions des saignements ACS/PCI Les définitions classiques et leurs limites Les nouvelles définitions Des éléments pour de futures définitions François SCHIELE, CHU de BESANCON Définition «classique»,

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa.

Cibles Nouveaux ACO AVK. Fondaparinux HBPM HNF. Xarelto. Eliquis Lixiana. Pradaxa PARENTERAL INDIRECT ORAL DIRECT. FT / VIIa. Accidents hémorragiques aux nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP Cibles Nouveaux ACO ORAL DIRECT FT / VIIa PARENTERAL INDIRECT AVK

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

TIRé à PART GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS. C. Hermans, C.

TIRé à PART GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS. C. Hermans, C. TIRé à PART Revue du Secteur des Sciences de la Santé de l UCL Revue mensuelle - 2014 - volume 133 GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS GUIDE

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

STAFF ALR. 21 février 2013

STAFF ALR. 21 février 2013 STAFF ALR 21 février 2013 «La Revue de presse» 1 2 3 4 1 2 3 Approche du nerf suprascapulaire Au niveau du bloc supraclaviculaire Yan Buntinx «La Revue de presse» SUITE CWI: Bolus :10ML Débit :10mL/h

Plus en détail

adhésion thérapeutique

adhésion thérapeutique adhésion thérapeutique aux antiagrégants CHEZ LE PATIENT CORONARIEN D. Le g r a n d (1), V. Le g r a n d (2) RÉSUMÉ : Le traitement antiagrégant a prouvé son intérêt clinique chez les patients à haut risque

Plus en détail

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations

Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires. Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Gestion périopératoire des nouveaux anticoagulants et antiplaquettaires Charles Marc SAMAMA Pôle Anesthésie Réanimations Thorax Explorations Conflits d intérêt - Diapos Firmes et produits (DCI): AstraZeneca

Plus en détail

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE

COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE COMPLICATIONS THROMBOTIQUES DES SYNDROMES MYÉLOPROLIFÉRATIFS: ÉVALUATION ET GESTION DU RISQUE D APRES «THROMBOTIC COMPLICATIONS OF MYELOPROLIFERATIVE NEOPLASMS : RISK ASSESSMENT AND RISK-GUIDED MANAGEMENT

Plus en détail

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire

Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Le RIVAROXABAN (XARELTO ) dans l embolie pulmonaire Dr Florence Parent Service de Pneumologie et Soins Intensifs de Pneumologie Hôpital Bicêtre, AP-HP Inserm U999. Université Paris-Sud Traitement anticoagulant

Plus en détail

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants

Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants Suivi Biologique des Nouveaux Anticoagulants M.M. Samama, M-H. Horellou, C. Flaujac, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F. Depasse Biomnis - Ivry sur Seine TFPI TFPI

Plus en détail

TISSU SANGUIN Les antithrombotiques

TISSU SANGUIN Les antithrombotiques 27/11/2014 DESSI Romane D1 CR : INGHILTERRA Jérôme Tissu sanguin Pr. Pierre-Emmanuel Morange - Lab.Hématologie CHU Timone- Pierre.morange@ap-hm.fr 24 pages Les antithrombotiques Plan A. Antiplaquettaires

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière

NACO et Angioplas>e. Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière NACO et Angioplas>e Guillaume CAYLA Service de cardiologie CHU de Nîmes Groupe ACTION Pi>é Salpêtrière Disclosures Research Grants from «Fédéra>on Française de Cardiologie» Consul>ng fees from Astra Zeneca,

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir?

En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? En dehors de la FA, quelles sont les autres indications validées ou à venir? L intérêt des NACOs ne se limite pas à la prévention du risque thrombo-embolique dans la FA non valvulaire. En effet, ces molécules

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires

Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Mise àjour sur le traitement de l infarctus et sur les anti plaquettaires Focus sur les indications de transfert pour angioplastie coronarienne et sur les inhibiteurs des récepteurs de l ADP Jean Pierre

Plus en détail

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles

NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale. Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles NACO - Antiplaquettaires et anesthésie locorégionale Ph MAHIOU Clinique des Cèdres 38130 Echirolles Les problèmes Savoir gérer la balance des risques? d un patient sous NACO et/ou AAP du chirurgien de

Plus en détail

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens

Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Pharmacologie Clinique des Anti-Inflammatoires Non stéroïdiens Effets indésirables Aude FERRAN Plan Toxicité digestive Ulcères» Physiopathologie : effets locaux et systémiques» Cas du cheval Augmentation

Plus en détail

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques

Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Nouveaux anticoagulants oraux : aspects pratiques Christelle MARQUIE CHRU de Lille Clinique de Cardiologie L i l l e 2 Université du Droit et de la Santé Les NOAG: QCM 1. ont les mêmes indications que

Plus en détail

Nouvelles stratégies anticoagulantes et antiagrégantes : état des lieux et proposition de prise en charge en chirurgie orale

Nouvelles stratégies anticoagulantes et antiagrégantes : état des lieux et proposition de prise en charge en chirurgie orale Nouvelles stratégies anticoagulantes et antiagrégantes : état des lieux et proposition de prise en charge en chirurgie orale RÉSUMÉ Yannick SUDRAT CHU de Clermont-Ferrand, Service d Odontologie. Université

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants

Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Hémorragies cérébrales et nouveaux anticoagulants Gérard Audibert Anesthésie Réanimation CHU de Nancy Remerciements au Pr A. Steib GIHP BHR, Boeringer, LFB, Fresenius-Kabi, Integra-Neurosciences Patient

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre

Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre Dr Pierre-François Lesault Hôpital Privé de l Estuaire Le Havre «Il faut toujours prendre le maximum de risques avec le maximum de précautions» R. Kipling??? Geste d angioplastie en 2014 plus de limites

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT

MONOGRAPHIE DE PRODUIT MONOGRAPHIE DE PRODUIT Pr ELIQUIS MD Comprimés d apixaban 2,5 mg et 5 mg Anticoagulant Pfizer Canada inc. 17300, autoroute Transcanadienne Kirkland (Québec) H9J 2M5 Date de rédaction : 20 février 2015

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Facteurs de risque de thrombose de stent

Facteurs de risque de thrombose de stent Cardio interventionnelle pour le praticien Guillaume Cayla Service de cardiologie, CHU Nîmes, Institut de cardiologie, hôpital la Pitié-Salpêtrière, unité Inserm 937 J.-S. Hulot, S. O Connor, J. Silvain,

Plus en détail

Les NOACs en situation de crise

Les NOACs en situation de crise Les NOACs en situation de crise Vanderhofstadt Quentin Stagiaire en médecine interne (CHHF) Février 2013 Supervision : Dr Guillen 1 Les NOACs en situation de crise Pourquoi un staff à ce sujet R/ de plus

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr

Données de Pharmacovigilance et les NOACs. Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Données de Pharmacovigilance et les NOACs Haleh Bagheri haleh.bagheri@univ-tlse3.fr Dabigatran (Pradaxa) Rivaroxaban (Xarelto) Apixaban (Eliquis ) Effet Attendu (A) Effet Inattendu (B) Hémorragie - Hépatotoxicité

Plus en détail

Effet spécifique des classes médicamenteuses. Délai d instauration d un traitement hypotenseur

Effet spécifique des classes médicamenteuses. Délai d instauration d un traitement hypotenseur HTA PREVENTION VASCULAIRE APRES UN IC OU UN AIT CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE Pression Arterielle Effet spécifique des classes médicamenteuses IEC IEC plus diurétiques Sartans: Mécanisme d action voisin

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas?

Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Le rivaroxaban contre la fibrillation auriculaire lorsque la warfarine ne va pas? Mario Wilhelmy et Sarah Janecek Vous voulez prescrire...? Lisez ce qui

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

«Nouveaux traitements anticoagulants et antiagrégants gants chez l insuffisant rénalr. Appeltans CHR Citadelle Service de cardiologie

«Nouveaux traitements anticoagulants et antiagrégants gants chez l insuffisant rénalr. Appeltans CHR Citadelle Service de cardiologie «Nouveaux traitements anticoagulants et antiagrégants gants chez l insuffisant rénalr» Dr Hélène H Appeltans CHR Citadelle Service de cardiologie Insuffisant rénalr. IRC : GFR < 60 ml/min et protéinurie.

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Intravenous and oral anticoagulants Mechanisms of action

Intravenous and oral anticoagulants Mechanisms of action Intravenous and oral anticoagulants Mechanisms of action Grigoris T Gerotziafas Groupe de Thrombose Equipe de recherche ER2UPMC Interactions cellulaires tumorales et leur environnement et réponses aux

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.»

«Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» «Boire un verre de vin par jour augmente la longévité.» Boire peu pour boire longtemps. Marcel Aymé Le vin est dans notre pays synonyme de plaisir (gastronomique) ou de déchéance (alcoolique). Le débat

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE

PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Journée Club NeuroVasculaire Ile-de-France 27 mai 2014 PLACE DES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX CHEZ LE SUJET AGE Eric PAUTAS Hôpital Charles Foix UFR Médecine G.H. Pitié-Salpêtrière-Ch.Foix Inserm U765

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

Compte-rendu du Comité technique de Pharmacovigilance CT012013083. Séance du 12 novembre 2013

Compte-rendu du Comité technique de Pharmacovigilance CT012013083. Séance du 12 novembre 2013 CT012013083 27/11/2013 Direction de la Surveillance Pôle Pharmacovigilance Addictovigilance Dr Evelyne Falip Compte-rendu du Comité technique de Pharmacovigilance CT012013083 Nom du dossier Dossier thématique

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009

UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 UTILISATION ET PRECAUTION D EMPLOI DES AINS Professeur Philippe BERTIN, Chef de Service de Rhumatologie, CHU Limoges Octobre 2009 Objectifs pédagogiques : 1 ) Connaître les mécanismes d action des AINS

Plus en détail

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence

Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Gestion des anticoagulants oraux directs dans le cadre de l urgence Vendredi 23 mai 2014 Valérie Poirier Clément d Audigier Service d Hématologie biologique Hôpital Saint-Antoine Les anticoagulants oraux

Plus en détail

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest

10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 10èmes journées d'échange entre Urgentistes et Cardiologues de la région Centre-Ouest 29 et 30 Mai 2015 AOD ET SCA Philippe Castellant CHU de Brest, Département de Cardiologie UBO, EA 4324 ORPHY Femme

Plus en détail

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE Ce texte est une mise au point d Octobre 2012, dont le contenu sera revu en fonction de l avancement des connaissances Rédacteurs : Isabelle Gouin-Thibault 1,

Plus en détail

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux

Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Pharmacovigilance des nouveaux anticoagulants oraux Dr A.Lillo-Le Louët, Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV) Paris-HEGP Avec avec Dr P.Lainé, CRPV - Angers Préambule Directeur du Centre Régional

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 II. THÉRAPEUTIQUES MÉDICAMENTEUSES 705

SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 II. THÉRAPEUTIQUES MÉDICAMENTEUSES 705 SOMMAIRE RECOMMANDATIONS DE LA SFC I. ÉVALUATION DU RISQUE D ÉVÉNEMENTS APRÈS IDM 698 A. Évaluation non invasive... 700 1. Recherche d une ischémie myocardique... 700 a. Épreuve d effort b. Scintigraphie

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 29 février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 29 février 2012 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 14 décembre 2011 a fait l objet d une audition le 18 janvier 2012. L avis définitif a

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Les anticoagulants oraux directs

Les anticoagulants oraux directs Les anticoagulants oraux directs Pr Nadine Ajzenberg Département d hématologie et d Immunologie Biologiques Hôpital Bichat, Paris nadine.ajzenberg@bch.aphp.fr 13 février 2015 Anticoagulants oraux directs

Plus en détail

Quelle place pour le test de génération de thrombine au sein du laboratoire de biologie clinique?

Quelle place pour le test de génération de thrombine au sein du laboratoire de biologie clinique? Quelle place pour le test de génération de thrombine au sein du laboratoire de biologie clinique? À la recherche du test «idéal» pour diagnostiquer les troubles de l hémostase C. Lecut, P. Peters, A. Gothot

Plus en détail

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice

HTA et grossesse. Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice HTA et grossesse Dr M. Saidi-Oliver chef de clinique-assistant CHU de Nice Définition HTA gravidique: Après 20 SA Systole> 140mmHg et/ou Diastole>90mmHg A 2 reprises séparées de plus de 6 heures Résolutive

Plus en détail

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille

Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement. PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Anticoagulation chez le sujet âgé cancéreux en traitement PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Le cancer est un FDR établi de TV X 4.1 Heit JA Arch Int Med 2000 Délai diagnostic

Plus en détail

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux

Dabigatran, rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux , rivaroxaban et apixaban: le point sur les nouveaux anticoagulants oraux Damian Ratano a, Philippe Beuret a, Sébastien Dunner b, Alain Rossier b, Marc Uhlmann b, Gérard Vogel b, Nicolas Garin b Quintessence

Plus en détail