Les systèmes de cultures en Semis Direct sur Couverts Végétaux permanents

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les systèmes de cultures en Semis Direct sur Couverts Végétaux permanents"

Transcription

1 Les systèmes de cultures en Semis Direct sur Couverts Végétaux permanents Hubert Charpentier agriculteur-chercheur Mercredi 9 avril 2014 Amphithéâtre du Crédit Agricole Avenue de Paris Saint-Lô

2 Hubert Charpentier Agriculteur dans l Indre, il pratique le Semis Direct sur Couverts Végétaux permanents (SDCV) depuis 14 ans sur son exploitation. Ingénieur agronome de formation, il a, pendant 25 ans, été chercheur pour le Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement à Montpellier sur des missions longues en Afrique. Sa spécialité : la conception et l appui à la diffusion de systèmes en SDCV en milieu tropical. Réunion x - 2 avril

3 Etude de cas en France : une ferme en Champagne berrichonne Réunion x - 2 avril

4

5 Rotations sur 4 ans pratiquées actuellement en semis direct chez H. Charpentier. Année 1 : Pois d'hiver et lentilles de printemps Année 2 : Colza + Féveroles / Féveroles + repousses de colza Année 3 : Blé tendre / Féveroles + vesce velue + radis fourrager Année 4 : Blé dur / Sorgho fourrager + repousses de blé dur Rotations initiées en 2011/12 chez H. Charpentier. Colza + luzerne Blé tendre + luzerne Blé dur + luzerne Colza + luzerne ou Orge + luzerne ou Pois et lentilles + luzerne ( à tester )

6 Blé avec travail du sol conventionnel 78 q/ha 180 U d N

7 Blé en SCV luzerne 100 U d N 80 q/ha

8 Blé en SCV luzerne 60 U d N 64 q/ha

9 Protection maximum (semences + 3 fongicides foliaires) 80 q/ha Aucun traitement 78 q/ha

10 Rotations sur 4 ans pratiquées actuellement en semis direct chez H. Charpentier. Année 1 : Pois d'hiver et lentilles Année 2 : Colza + Féveroles / Féveroles + repousses de colza Année 3 : Blé tendre / Féveroles + vesce velue + radis fourrager Année 4 : Blé dur / Sorgho fourrager + repousses de blé dur Rotations initiées en 2011/12 chez H. Charpentier. Colza + luzerne Blé tendre + luzerne Blé dur + luzerne Colza + luzerne ou Orge + luzerne ou Pois et lentilles + luzerne ( à tester)

11 Intrants utilisés à l'hectare sur pois d'hiver pour 3 itinéraires techniques en Champagne berrichonne : Io : En semis direct chez H. Charpentier I1 : En conventionnel à faible niveau d'intrants I 2 : En conventionnel à niveau d'intrants élevé I 0 I 1 I 2 Semences culture Semences ferme : 180 kg Semences ferme : 180 kg Semences ferme : 180 kg Traitements semences culture Semences couverts avant culture Wakil XL : 0,27 kg Wakil XL : 0,36 kg Wakil XL : 0,36 kg Sorgho fourrager: 5 kg Antilimaces Herbicides Glyphosate : 1,2 l p.c x 2 Challenge 600 : 0,1 l x 2 Basagran SG : 0,1 l x2 Prowl 400 : 0,1 l x2 Nirvana S : 2 l Chalenge 600 : 1,5 l Idem I 1 + Basagran SG : 0,3 l + Challenge 600 : 0,5 l Fongicides Fongil FL : 0,5 l x 2 Fongil FL : 1,5 l x 3 Fongil FL : 1,5 l x 4 Insecticides Mandarin Pro: 0,15 l Karate K : 0,5 l Mandarin Pro : 0,3 l Karate K : 1 l Idem I 1 Engrais = 300 kg

12 Intrants utilisés à l'hectare sur colza pour 3 itinéraires techniques en Champagne berrichonne : I 0 : En semis direct chez H. Charpentier I 1 : En conventionnel à faible niveau d'intrants I 2 : En conventionnel à niveau d'intrants élevé I 0 I 1 I 2 Semences culture Semence ferme : 5kg ½ Semences ferme : 3 kg ½ Semences hybrides : 1,5 kg Semences certifiées ½ semences lignées : 3 kg ½ semences hybrides : 1,5 kg Traitements semences culture Semences couverts avant culture Antilimaces Sluxx : 4 kg x 2 Herbicides Glyphosate : 1,2 l p.c x 2 Kerb Flo : 1,5 l Springbok : 2,5 l Novall : 1 l Callisto : 2 x 0,1 l Targa D+ : 0,2 l + Actirob : 0,75 l Idem I 1 + Kerb Flo : 1,7 l Fongicides Pictor Pro : 0,15 kg Priori Xtra : 0,2 l Pictor Pro : 0,25 kg Priori Xtra : 0,4 l Pictor Pro : 0,4 l Priori Xtra : 0,6 l Insecticides Cypermethrine : 0,25 l p.c Cypermethrine : 0,25 l p.c x 4 Cypermethrine : 0,25 l p.c x 4 Proteus : 0,5 l Engrais Urée : 285 kg (130N) Super 23 : 200 kg (46 P2O5) Urée : 390 kg (180N) Super 23 : 250 kg (58 P2O5) Urée : 435 kg (200N) : 300 kg (60 P2O5, 30k2O)

13 Intrants utilisés à l'hectare sur blé tendre pour 3 itinéraires techniques en Champagne berrichonne : I 0 : En semis direct chez H. Charpentier I 1 : En conventionnel à faible niveau d'intrants I 2 : En conventionnel à niveau d'intrants élevé I 0 I 1 I 2 Semences culture Semences ferme : 130 kg Semences ferme : 120 kg Semences certifiées : 100 kg traitées Gaucho Traitements semences culture Ferial : 0,13 l Misol : 0,13 l Misol : 0,12 l Semences couverts avant culture Féveroles : 50 kg kg Antilimaces Herbicides Glyphosate : 1,2 l p.c 2,4 D (480g/l) : 0,8 l p.c Isoproturon : 2,4 l p.c Mextra : 0,8 l Allie : 5 g Starane : 0,25 l x 2 Isoproturon : 2,4 l p.c Mextra : 1 l Abak : 0,2 l Absolu : 0,15 l +Actirob : 0,75 l Idem I 1 + Starane : 0,4 l + Attribut : 60 g Fongicides Bell Star : 0,5 l Prochloraze : 0,5 l p.c Bell Star : 1,5 l Prochloraze : 0,7 l p.c Osiris : 1,5 l Bell Star : 1,5 l Prochloraze : 0,7 l p.c Osiris : 0,75 l Prosaro : 0,6 l Insecticides Mandarin Pro : 0,3 l Mandarin Pro : 0,3 l Engrais Urée : 285 kg (130 N) Super 23 : 100 kg (23 P2O5) Urée : 390 kg (180 N) Super 23 : 200 kg (46 P2O5) Urée : 435 kg (200 N) : 300 kg (60 P2O5, 30 K2O)

14 Intrants utilisés à l'hectare sur Blé dur d'hiver pour 3 itinéraires techniques en Champagne berrichonne : I 0 : En semis direct chez H. Charpentier I 1 : En conventionnel à faible niveau d'intrants I 2 : En conventionnel à niveau d'intrants élevé I 0 I 1 I 2 Semences culture Semence ferme : 190 kg Semences ferme : 175 kg Semences certifiées : 160 kg Gaucho Traitements semences culture Ferial : 0,19 l Misol ; 0,19 l Latitude : 0,28 l Misol : 0,175 l Latitude : 0,35 l Latitude : 0,32 l Semences couverts avant culture Féveroles : 100 kg Vesce : 10 kg Radis fourrager : 3 kg Antilimaces Herbicides Glyphosate : 1,2 l p.c 2,4 D (480 g)/l) : 0,8 l p.c Mextra : 0,8 l Allié : 5 g Starane : 0,25 l x 2 Mextra : 1 l Absolu : 0,3 l Monitor : 20 g + Actirob : 0,75 l Idem I 1 + Starane : 0,4 l + Celio : 0,2 l +Actirob : 0,75 l Fongicides Prosaro ; 0,6 l Osiris : 0,6 l Prosaro : 0,8 l Idem I 1 +Prochloraze : 0,9 l +Comet : 0,2 l Insecticides Mandarin Pro : 0,3 l Mandarin Pro : 0,3 l x 2 Engrais Urée : 325 kg (150 N) Super 23 : 100 kg (23 P2O5) Urée : 435 kg (200 N) Super 23 : 200 kg (46 P205) Urée : 480 kg (220 N) : 300 kg (60 P2O5, 30k2O)

15 Coûts des intrants à l'hectare sur 4 cultures pour 3 itinéraires techniques en champagne berrichonne : I0 : En semis direct chez H. Charpentier I1 : En conventionnel à faible niveau d'intrants I2 : En conventionnel à niveau d'intrants élevé. Pois d'hiver Colza Blé tendre Blé dur d'hiver I0 I1 I2 I0 I1 I2 I0 I1 I2 I0 I1 I2 Semences culture Traitement semences cultures Semences couverts Antilimaces 28 Herbicides Fongicides Insecticides Engrais : Urée : 0,43 e/kg Super 23 :0,22 e/kg : 0,24 e/kg Total

16 Bilan des charges opérationnelles moyennes H.T à l'hectare pour un assolement équilibré en pois colza blé tendre blé dur d'hiver et pour 3 itinéraires techniques. I 0 : En semis direct chez H. Charpentier I 1 : En conventionnel à faible niveau d'intrants I 2 : En conventionnel à niveau d'intrants élevé I0 I1 I2 Charges en intrants : Charges en carburant : (base de 0,75 /l) 22 (30 l/ha) 45 (60 l/ha) TCS dominant 60 (80 l/ha) Labour dominant Total charges opérationnelles : Économie de charges entre I0 et I1 : 138 /ha soit sur 175 ha : Économie de charges entre I0 et I2 : 292 /ha soit sur 175 ha : 51100

17 Quantités et coûts des intrants utilisés à l hectare sur blé tendre d hiver pour 2 itinéraires techniques sur sol argilo-calcaire chez H. Charpentier. W : en conventionnel avec travail du sol SCV : en semis direct sur couverture vive de luzerne W SCV Produits Coût Produits Coût Semences Semences de ferme (120 kg) 22 Semences de ferme (120 kg) 22 Traitement de semences Ferial (0,12 l) Misol (0,12 l) 20 Ferial (0,12 l) Misol (0,12 l) 20 Herbicides Quintil 500 (2,4 l) Nicanor (10g) + Vega (0,1 l) Atlantis (0,3 l) Flurox (0,5 l) Chardex (1l) 73 Prologue (1,2 l) Quintil 500 (2,4 l) Nicanor (10g) + Vega (0,1 l) Flurox (0,5 l) Chardex (1 l) 46 Fongicides Arolle (0,5 l) + Prochloraze (0,5 l) Korema (0,8 l) 34 Arolle (0,5 l) + Prochloraze (0,5 l) 18 Engrais Urée (400 kg) Super 23 (100 kg) 194 Urée (220 kg) Super 23 (100 kg) 117 Carburant GNR (60 l) 45 GNR (30 l) 22 Coût total/ha Rendement/ha Coût d un quintal de blé 388 e 78 qx 4,97 e Coût total/ha Rendement/ha Coût d un quintal de blé 245 e 80 qx 3,06 e

18 Evolution d'attributs du sol dans l'horizon 0 20 cm :Stock de C (t/ha), N total (t/ha), CEC (meq/100 g) en fonction de modes différenciés de gestion des sols et des cultures sur des chronoséquences de 6 à 14 ans dans deux grandes régions céréalières de France. BERRY (H. Charpentier) TOURAINE (J.C. Quillet) Sol limono-sableux (Aiguillon) Sol argilo-sableux (Chemin Est) Sol argilo-sableux (Chaumeteaux) Sol sableux (La Gravelle) Profondeur (cm) Labour (6 ans) SCV (6 ans) Labour (8 ans) SCV (8 ans) TCS (3 ans) SCV (12 ans) Labour (9 ans) TCS (5 ans) TCS (2 ans) SCV (12 ans) ,45 21,47 34,68 39,34 29,85 10,46 21,70 Stock de C (t/ha) ,57 13,36 36,58 35,11 18,15 7,60 9,73 Total 30,52 37,83 71,26 74,46 48,00 18,06 31, ,39 1,86 2,46 3,08 2,82 0,82 1,85 N total (t/ha) ,42 1,47 2,62 2,62 2,00 0,67 0,80 Total 2,81 3,33 5,08 5,70 4,92 1,49 2,65 CEC (meq/100g) ,96 12,41 29,61 30,50 20,48 3,22 6, ,19 11,73 32,96 29,10 20,60 2,05 3,51

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28 Booster les SCV avec les outils de l écologie microbienne Diminuer les intrants chimiques

29 OUTILS DE L ÉCOLOGIE MICROBIENNE + RÉPULSIFS + BIOSTIMULANTS VÉHICULES D INOCULATION DU SOL OUTILS DE L ÉCOLOGIE MICROBIENNE - Biopesticides Endomycorhizes P, eau, nutrition Azozpirillum brasilense Fixation N Azotobacter, arthrobacter, etc. (Bactéries libres) SEMENCES Métarhizium anisopliae Beauveria bassiana Trichoderma harzianum et asperelum Bacillus subtilis et pumilus Coniothyrium minitans Bacillus thuringiensis Insectes sol Ravageurs Champignons pathogènes Bioremédiation Ravageurs ENGRAIS ORGANIQUES N à minéralisation lente, dominant RÉPULSIFS Extraíts de Chenopodium ambrosoïdes, extraits de Neem, pyrèthre,roténone Tourteau de Ricin, extraits ail, piment, Vitamine D3 (destruction des mulots) Insectes sol Ravageurs Mammifères dont mulots BIOSTIMULANTS Aminoacides divers, argiles activées, cocktail enzymes, laminarine Stimulation défenses naturelles SILICE

30 4 lignes sans Baia, sans N 4 lignes avec Baia, sans N

31

32 AQUASORB : Super Absorbent Polymer Chemical specifications : Aquasorb is a cross linked copolymer of acrylamide and acrylate, anionic and non soluble Properties : Aquasorb has a water holding capacity of 400 times w/w In contact of water, Aquasorb swells, becomes an hydrogel AQUASORB + H 2 O = Hydrogel This document is intended only for the use of the individual to whom it is addressed

33

34 «Deux approches possibles du monde : l approche réductionniste (ou analytique, cartésienne) est une attitude qui consiste à réduire un système ou des phénomènes complexes à leurs composants plus simples et à considérer ces derniers comme plus fondamentaux que la totalité complexe (Schwartz, 1997). L approche réductionniste s oppose à l approche holistique (ou systémique, synthétique). Celle-ci est une attitude qui consiste à considérer qu un système complexe est une entité qui possède des caractéristiques émergentes liées à sa totalité, propriétés qui ne sont pas réductibles à une simple addition de celle de ces éléments (d après Schwartz, 1997).» J. M. Gobat, M. Aragno, W. Mattey (Le sol vivant)

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne

Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne Visite Colza Sécuriser l implantation du colza à l automne ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Lundi 12 mai 2014 Villedieu sur Indre (36) Retrouvez les supports présentés

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f)

LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME. Période d application. Pré-levée ou sur adventice jeune (FA < 3 f) LUTTE CONTRE LES ADVENTICES ANNUELLES QUI POSENT PROBLÈME Folle avoine La lutte chimique est la méthode qui donne le plus de résultat. Les faux semis ont peu d intérêt avant culture d automne. Le labour

Plus en détail

Rennes Le 29 janvier 2015 Actualités phytosanitaires

Rennes Le 29 janvier 2015 Actualités phytosanitaires Actualités phytosanitaires Jean Lieven- CETIOM Grignon (78) 1 Nouveau catalogue des usages incidence sur les oléo-protéagineux Jean Lieven- CETIOM Grignon Coll. Franck Duroueix - CETIOM Agen 2 Nouveau

Plus en détail

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn

COMPTE RENDU. Journée semis direct dans le Béarn COMPTE RENDU Journée semis direct dans le Béarn 26/07/12 1. L exploitation de Christophe Cassoulong Lieux: Lalonquette Elevage: 60 mères blondes d Aquitaine Cultures: 67ha : 2/3 Prairie 1/3 Cultures Maïs

Plus en détail

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage

Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Techniques agronomiques innovantes de la conduite du maïs fourrage Romain LEGERE- Arvalis(station de la Jaillière Collaboration Bruno Couilleau-CA44 (Ferme de Derval) Techniques agronomiques innovantes

Plus en détail

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture.

D après l enquête 2011 sur les pratiques culturales, environ 230 000 ha étaient semés en semis-direct, essentiellement dans des résidus de culture. Sommaire De quoi parle t-on? Intérêts et points de vigilance Du concept à la technique Regards croisés De quoi parle-t-on? Le Semis-Direct sous Couverture Végétale (SDCV) consiste à associer arrêt du travail

Plus en détail

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE

Info.pl@ine STRATEGIE AGRONOMIQUE Info.pl@ine N 453 20 février 203 5 pages CEREALES BLE Priorité au désherbage STRATEGIE AGRONOMIQUE Les conditions météo idéales sont une forte hygrométrie, des températures dces et un sol suffisamment

Plus en détail

TCS, strip-till et semis direct

TCS, strip-till et semis direct Témoignage dethierry Lesvigne Polyculture Elevage Bovin Lait La Bernaudie 24 480 ALLES- SUR-DORDOGNE Depuis 2008, Thierry Lesvigne a choisi repenser l ensemble de son système agronomique et a arrêté définitivement

Plus en détail

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir

Reussir. le passage au non-labour. Qu'est-ce que le non-labour? Il y a plusieurs types de non-labour... Reussir le passage au Qu'est-ce que le? C'est travailler le sol sans retournement (sans labour) sur tout ou partie des parcelles de l'exploitation, avec pour objectif à priori l'abandon définitif de la charrue.

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013

CONFÉRENCE. Grande culture biologique et semis direct. Les essais Rodale. Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Club CDA CONFÉRENCE Grande culture biologique et semis direct Les essais Rodale Conférence présentée au cégep de Victoriaville, le 28 février 2013 Projet 12-INNO2-04 Jeff Moyer1, Denis La France 2, Fin

Plus en détail

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072.

Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072. Compléments d analyse économique à la recherche agronomique et agroenvironnementale en grandes cultures Projet IRDA N o 901072 Rapport final Présenté à : Réseau Innovagrains Présenté par : Luc Belzile,

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DES PRODUITS DE MAÏS

GUIDE D UTILISATION DES PRODUITS DE MAÏS GUIDE D UTILISATION DES PRODUITS DE MAÏS Refuge Advanced MC SmartStax MC Herculex MC ÉDITION CANADIENNE Le présent guide d utilisation du produit (le guide) établit les exigences pour la culture des hybrides

Plus en détail

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé

Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Fiche technique mise à jour : février 2014 Association Couvert végétal - Cycle ultra court Interculture courte pour optimiser le rendement des blés sur blé Pour sécuriser et déplafonner les rendements

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE CÉRÉALES FONGICIDES

DOSSIER TECHNIQUE CÉRÉALES FONGICIDES DOSSIER TECHNIQUE CÉRÉALES FONGICIDES Contact : Pôle Végétal et Entreprise 61 allée de Brienne - BP 7044-31069 Toulouse cedex 7 Tél : 05 61 10 43 13 - Fax : 05 61 10 42 52 www.haute-garonne.chambagri.fr

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions

DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions DIRECTIVE NITRATES ZONE VULNERABLE 4ème Programme d Actions Novembre 2010 CHAMBRE D AGRICULTURE 47 4ème Programme d Actions ZONE VULNERABLE Quelle zone? 93 communes 2466 exploitations 94425 ha 4ème Programme

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

Notice Allié. Max SX. DuPont Allié Max SX

Notice Allié. Max SX. DuPont Allié Max SX Notice Allié Max X DuPont Allié Max X Allié Max X Dicotylédones dans les céréales : pression croissante D après un relevé de flore réalisé en 2008 (1), les agriculteurs observent une pression croissante

Plus en détail

Le semis direct : une technique à cultiver dans l Oise?

Le semis direct : une technique à cultiver dans l Oise? Le semis direct : une technique à cultiver dans l Oise? Intro Le semis direct se définit par une absence totale de travail du sol (ni retournement, ni décompactage, ni préparation de lit de semence). Les

Plus en détail

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE

DIRECTIVE NITRATES : LES CONTRAINTES SUR LA GESTION DE L INTERCULTURE CHOISIR ET REUSSIR SON COUVERT VEGETAL PENDANT L INTERCULTURE EN AB Cameline (S.Minette, CRA PC) Moutarde, phacélie, avoine, trèfles mais aussi, sarrasin, navette, lentille, moha Tous ces couverts végétaux

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

Les adjuvants. 1-Définition. 2-Le rôle des adjuvants. 3-Le rôle des adjuvants

Les adjuvants. 1-Définition. 2-Le rôle des adjuvants. 3-Le rôle des adjuvants Les adjuvants 1-Définition Les adjuvants ne sont pas des produits phytopharmaceutiques, ils n'ont pas d'action protectrice contre les bio-agresseurs comme les produits phytopharmaceutiques mais ils facilitent

Plus en détail

Semis direct: de l essai à la pratique

Semis direct: de l essai à la pratique Travail du sol - Semis direct 2.4.3 Semis direct: de l essai à la pratique Expériences acquises dans un système de semis direct en continu A. Chervet 1, L. Gubler 1, P. Hofer 1, C. Maurer-Troxler 1, M.

Plus en détail

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures»

La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» Donner à la nature les moyens d exprimer son potentiel! La vie du sol : «Les racines de la fertilité de vos cultures» BIO3G : 3 rue Basse Madeleine - BP 22-22230 MERDRIGNAC Tél : 02 96 67 41 41 - Fax :

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE céréales : désherbage

DOSSIER TECHNIQUE céréales : désherbage DOSSIER TECHNIQUE céréales : désherbage Contact : Pôle Végétal et Entreprise 61 allée de Brienne - BP 7044-31069 Tlse cedex 7 Tél : 05 61 10 43 13 - Fax : 05 61 10 42 52 www.haute-garonne.chambagri.fr

Plus en détail

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts

Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Environnement, économie, société : le maïs sur tous les fronts Millions t 3 000 2 500 2 000 1 500 1 000 La demande en grains va augmenter avec la population 500 MAÏS : +76% 0 2000 2010 2015 2020 2030 RIZ

Plus en détail

Moyens de production. Engrais

Moyens de production. Engrais Engrais Moyens de production Lors de la campagne 2012-2013, les tonnages d engrais livrés diminuent de près de 17% en et représentent à peine plus de 1% des livraisons françaises. Cette évolution est principalement

Plus en détail

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires?

Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Grandes cultures Engrais liquides ou granulaires? Louis Robert, agronome, M. Sc. Conseiller régional en grandes cultures Même s ils ne sont pas nouveaux sur le marché, les engrais de démarrage liquides

Plus en détail

Evaluation du temps passé à la réalisation de ce diagnostic pendant la phase expérimentale du projet IBIS

Evaluation du temps passé à la réalisation de ce diagnostic pendant la phase expérimentale du projet IBIS DIAGNOSTIC REFERENCE N 1 DIAGNOSTIC GRANDES CULTURES EN MILIEU INTERMEDIAIRE Mr «Dupont», agriculteur céréalier en Charente-Maritime (17), Poitou- Charentes, 190 ha Evaluation du temps passé à la réalisation

Plus en détail

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf!

Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf! Monographie+de+l EARL&du&Chemin&Neuf Statut% En%cours%de%validation% Version% 1.0% Date%de%création% 09/07/2013% Date%de%dernière%modification% 16/08/2013% Table&des&matières& 1. L exploitation...3 1.1.

Plus en détail

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale

Un expérience pluridisciplinaire de l intensification écologique en Agriculture Familiale Le développement du semis-direct sous couverture végétale pour les agriculteurs des exploitations familiales des biomes Cerrados (2005-2009) et Amazonia (2008-2013) Un expérience pluridisciplinaire de

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable

LE TRAITEMENT DE SEMENCES. Un outil pour l agriculture durable LE TRAITEMENT DE SEMENCES Un outil pour l agriculture durable Préparé par La Commission pour le traitement des semences et l environnement de la Fédération internationale du commerce des semences (FIS)

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable

DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable DIAGNOSTIC DE DURABILITE du Réseau Agriculture Durable Guide de l utilisateur 2010 Si vous êtes amenés à utiliser cet outil, merci d indiquer votre source. Réseau agriculture durable - Inpact Bretagne

Plus en détail

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec

1. INTRODUCTION TITRE DE LA PRÉSENTATION : Adrien N Dayegamiye, Ph.D., agronome Chercheur senior, IRDA Professeur associé, Université Laval Québec TITRE DE LA PRÉSENTATION : La contribution en azote du sol reliée à la minéralisation de la MO : facteur climatique et régies agricoles influençant les taux de minéralisation d azote AUTEUR : Adrien N

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

GUIDE DES FACTEURS D EMISSIONS

GUIDE DES FACTEURS D EMISSIONS Bilan Carbone Entreprises et Collectivités GUIDE DES FACTEURS D EMISSIONS Version 6.1 Calcul des facteurs d émissions et sources bibliographiques utilisées Chapitre 6 Prise en compte des autres produits

Plus en détail

Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies

Les références pour calculer la juste dose d azote à apporter. Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Les références pour calculer la "juste" dose d azote à apporter Guide de calcul de la dose d azote à apporter sur les cultures et les prairies Référentiel Zones Vulnérables de Picardie pour 2013 Contexte

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES ORIGINAL: anglais DATE: 18 septembre 2014 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES Genève F LOGICIELS ÉCHANGEABLES Document adopté par le Conseil à sa quarante-huitième session

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes

Plus en détail

Mise au point de systèmes de culture innovants par un réseau d agriculteurs et production de ressources pour le conseil 1

Mise au point de systèmes de culture innovants par un réseau d agriculteurs et production de ressources pour le conseil 1 Innovations Agronomiques 20 (2012), 79-100 Mise au point de systèmes de culture innovants par un réseau d agriculteurs et production de ressources pour le conseil 1 Petit M.-S. 1, Reau R. 2, Dumas M. 2,

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Conversion à l agriculture biologique

Conversion à l agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE Conversion à l agriculture biologique Défis pour le futur REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction

Plus en détail

Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides

Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides Enquêtes nationales 2006-2007 sur les utilisations agricoles de pesticides Hiérarchisation des substances actives pour la surveillance des expositions alimentaires Alexandre Nougadère Direction de l Evaluation

Plus en détail

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX.

Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Coup de tonnerre dans les raccourcisseurs Nouveau. TRIMAXX, le raccourcisseur qui en fait un MAXX. Trimaxx est un nouveau raccourcisseur pour céréales à paille et féveroles doté d une formulation Son absorption

Plus en détail

Approvisionnement énergétique 2011

Approvisionnement énergétique 2011 Approvisionnement énergétique 211 approvisionnement énergétique 211 Combustibles solides Combustibles solides Gaz naturel (en PCS) Gaz naturel (en pcs) Énergie électrique Énergie électrique Produits pétroliers

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE

FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE Maïs FICHE TECHNIQUE AGRICULTURE BIOLOGIQUE - 2013 La plante Le maïs est cultivé pour : - le grain, qui est intéressant notamment pour son apport énergétique dans la ration biologique des animaux mono

Plus en détail

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique

Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Chapitre 8 Raisonner l apport d un produit organique Les produits organiques sont utilisés soit en amendement pour apporter de l humus au sol afin d améliorer ses propriétés (physiques, chimiques et biologiques),

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales:

Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Adopter de bonnes pratiques agroenvironnementales: Dépense ou investissement? Yvan Faucher, agronome Réjean Prince, agroéconomiste L ÉQUIPE INTERDISCIPLINAIRE DU MAPAQ Réjean Prince, agroéconomiste Ghislain

Plus en détail

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime

وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime وزارة الفلاحة والصید البحري Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime Plan Maroc Vert Stratégie de développement intégré de l Agriculture au Maroc Filière céréalière Casablanca, 24 juin 2009 PLAN

Plus en détail

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales

Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Panorama de l agriculture des Pays de la Loire Données régionales et spécificités départementales Décembre 211 Pôle Economie et Prospective 1 Ce panorama a été produit par le Pôle Economie et Prospective

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas»

«L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» Énergie «L énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu on ne consomme pas» La première fonction de l agriculture est la valorisation de l énergie solaire en énergie alimentaire par la photosynthèse.

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Phéromones d alarme. En phase de recherche. Aldéhydes 4-oxo-hexénal et 4-oxo-octénal chez les punaises de

Plus en détail

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace

Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace PREFET DE LA REGION ALSACE DRAAF / DREAL Alsace Strasbourg, le 13 juillet 2012 Directive nitrates - Alsace Rapport des travaux du groupe régional d expertise nitrates Alsace ----- Références : - code de

Plus en détail

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses

Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses Partie II Convention d assurance des grains et des graines oléagineuses A. Dispositions générales La présente partie s applique à l arachide, au blé de printemps, au blé d hiver, au canola, à l épeautre

Plus en détail

Présentation thématique des actions techniques des Sections

Présentation thématique des actions techniques des Sections Présentation thématique des actions techniques des Sections Protection des cultures contre les maladies et les ravageurs 1. Connaître l épidémiologie des ravageurs et des maladies 2. Outils d aide à la

Plus en détail

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER

CMS. 1-CONDITIONS DE CULTURE ET CALENDRIER 1 MARAICHAGE 2013 Chou rouge : essai variétal en culture biologique Catherine MAZOLLIER, avec la collaboration de Abderraouf SASSI Merci à Didier Muffat qui a accueilli cet essai La culture de chou occupe

Plus en détail

metaconazole Version septembre 2012

metaconazole Version septembre 2012 Fongicide metaconazole Version septembre 01 Cinch Pro Fongicide céréales, colza, pois, et lupin Régulateur de croissance du colza d hiver Perte des usages : Féveroles : pourriture grise et sclérotiniose,

Plus en détail

Fusariose : réduire les risques aux champs!

Fusariose : réduire les risques aux champs! Fusariose : réduire les risques aux champs! Denis Pageau, M. Sc., Ferme de recherche de Normandin, AAC Pierre Filion, t.a., MAPAQ Montérégie Ouest Collaborateurs : Jean Lafond, M. Sc., Julie Lajeunesse,

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE

FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE FICHE TECHNIQUE SUR LA FERTILISATION DE LA PASTEQUE 2 I- JUSTIFICATION La consommation de la pastèque est en nette expansion en réponse à une forte demande nationale et régionale ; Cependant la production

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

Message réglementaire Avertissements Agricoles

Message réglementaire Avertissements Agricoles Ministère de l agriculture et de la pêche Message réglementaire Avertissements Agricoles Spécialités commerciales phytopharmaceutiques contenant du carbendazime Textes officiels de référence : - Chapitre

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

Agnès Gedda Le potager bio

Agnès Gedda Le potager bio Agnès Gedda Le potager bio Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3544-9 Table des matières Introduction...................................................... 7 Chapitre 1 : Ce qu il faut avoir, ce qu il faut

Plus en détail

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF

Présenté par : Dr Asmae Nouira. Novembre Hanoi -2007. Journées Scientifiques Inter-Réseaux AUF Efficacité du semis direct à contrer l érosion hydrique en milieu agricole : mise en évidence à l'aide des techniques de radioéléments, de modélisation et de mesures aux champs (MAROC-CANADA) Présenté

Plus en détail

Avertissement : Les prix inscrits pour certains articles et services ne le sont qu à titre indicatif.

Avertissement : Les prix inscrits pour certains articles et services ne le sont qu à titre indicatif. Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Gariépy, François Guide pratique du jardinage écologique (L écologique) Comprend des réf. bibliogr. et un index. ISBN 2-89435-278-6 1. Jardinage

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009

R y o aume aume du du Maroc Mar Mai 2009 Royaume du Maroc PLAN MAROC VERT Mai 2009 ENJEUX Enjeux économiques Contribue pour 19 % du PIB national 15% production 4% Agro industrie Rôle capital dans la stabilité macro économique Enjeux sociaux Emploie

Plus en détail

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG

UTILISATEUR. Version 2011. Gérer l état organique du sol dans les exploitations agricoles SIMEOS-AMG Outil de SIMulation de l Etat Organique du Sol basé sur le modèle de calcul de bilan humique à long terme AMG de l INRA de LAON G UIDE UTILISATEUR Version 2011 Gérer l état organique du sol dans les exploitations

Plus en détail

Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs

Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs Le rôle des haies dans le maintien et le développement des auxiliaires de culture et les pollinisateurs A LES INSECTES UTILES : LES POLLINISATEURS Ce sont essentiellement les insectes de l ordre des Hyménoptères

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Guide de la documentation parcellaire

Guide de la documentation parcellaire Guide de la documentation parcellaire Agrar-Office AgroWIN Agrar-Office AgroWIN 0 200 m 0 200 m 40% 30% 20% 10% 0% Statistik gespeichert am 26.09.2007 Mittelwert 69,43 % 25% 20% 15% 10% 5% 0% Legende [%]

Plus en détail

Ultima 800 - Le semoir universel

Ultima 800 - Le semoir universel Ultima 800 Ultima 800 - Le semoir universel super performant Le semoir à dents universel des Pros Principe de travail du semoir ULTIMA Le sol est tassé avant le passage de la dent. Le soc écarte les pailles,

Plus en détail

Semences certifiées de céréales

Semences certifiées de céréales L argumentaire vendeur Semences certifiées de céréales Tout le monde y gagne! Les professionnels de la filière, qu ils soient sélectionneurs, agriculteursmultiplicateurs, techniciens agréés, responsables

Plus en détail

SERRICULTURE MARAÎCHÈRE BIOLOGIQUE QUE SE PASSE-T-IL DANS LE SOL? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome LE SOL IDÉAL?! Les livres de pédologie parlent souvent en ces termes : 45% de matières minérales; 5% de matière

Plus en détail

11. Perspectives. 2 La culture en association de froment et de pois : une opportunité pour réduire l abondance des pucerons en été...

11. Perspectives. 2 La culture en association de froment et de pois : une opportunité pour réduire l abondance des pucerons en été... F. Debode 1, H. Schiepers 2 Ph. Burny 3, T. Lopes 4, B. Bodson 5 et F. Francis 4 1 La production céréalière biologique en Wallonie... 2 1.1 Introduction... 2 1.2 La production céréalière biologique en

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

12. À chacun son point de vue

12. À chacun son point de vue 12. À chacun son point de vue Secondaire, cycle 1 Durée : 60 min. L agriculture est en crise partout sur la planète. Alors que certains louent les bénéfices de l agriculture conventionnelle moderne, d

Plus en détail

guide DUO System campagne 2008-2009 t é m o i g n a g e s

guide DUO System campagne 2008-2009 t é m o i g n a g e s guide DUO System campagne 2008-2009 t é m o i g n a g e s qu est ce que c est? un désherbage maïs innovant une variété «DUO System» est une variété naturellement résistante à Stratos Ultra, un herbicide

Plus en détail

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon

Fiche Technique. sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre. (Solanum tuberosum L.) au Cameroon Fiche Technique sur l itinéraire de fertilization de la Pomme de terre (Solanum tuberosum L.) au Cameroon I. JUSTIFICATION La pomme de terre est une culture importante qui participe à la sécurité alimentaire

Plus en détail

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME

le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME le SÉSAME au BURKINA FASO état des lieux 2013 FICHES TECHNIQUES de PRODUCTION du SÉSAME livret 3 Ce document a été élaboré par Rongead Le sésame au Burkina Faso : état des lieux 2013 Ce livret fait partie

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel

CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel CONCEPT DE PRODUCTION AU SENEGAL (suggestion) I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel I.S.F. - Agriculteurs Sans Frontière-confidentiel 2 Parc de Production Maraîchère «BIOPARC» A partir de la

Plus en détail

Inscription des variétés : une réglementation en évolution permanente. C. Leclerc*

Inscription des variétés : une réglementation en évolution permanente. C. Leclerc* Innovations Agronomiques (2009) 7, 93-103 Inscription des variétés : une réglementation en évolution permanente C. Leclerc* GEVES, Rue Georges Morel BP 90024, 49071 Beaucouzé Cedex * Secrétaire général

Plus en détail

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte?

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? En culture de maïs, le pourcentage de surfaces traitées avec un insecticide avoisinne actuellement les 3

Plus en détail

Catalogue de formations - Printemps 2014

Catalogue de formations - Printemps 2014 Groupement des Agriculteurs Biologiques des Alpes de Haute Provence Catalogue de formations - Printemps 2014 9 Production de petits fruits rouges en AB. 9 Itinéraire technique du blé bio : du semis au

Plus en détail

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses

Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier ensilage L assurance sécheresses Sorgho grain sucrier Itinéraire cultural Type de sol et préparation avant semis Le sorgho grain sucrier est relativement peu exigeant par rapport au

Plus en détail

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme

Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Analyse économique de la production et de l utilisation d huile de colza triturée à la ferme Version du 9 mai 2006 La rentabilité économique de l huile de colza est calculée, en prenant en compte les hypothèses

Plus en détail

La santé des sols: Présentation LEM du 30 avril et du 1er mai 2014

La santé des sols: Présentation LEM du 30 avril et du 1er mai 2014 La santé des sols: Opportunités et applications des nouvelles technologies de biologie moléculaire et de séquençage Laboratoire d écologie microbienne (IRDA) Présentation LEM du 30 avril et du 1er mai

Plus en détail

L essentiel de l AgriManager

L essentiel de l AgriManager L essentiel de l AgriManager www.ca-agrimanager.com Bloc notes 2 8 8 Carte de l exploitation 4 10 ha 30 ha 20 ha 3 1 2 20 ha 6 20 ha 9 5 7 10 20 ha 15 ha 15 ha 1 frigo à pommes de terre : stock pommes

Plus en détail

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01.

Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Maîtrise de l énergie et autonomie énergétique des exploitations agricoles françaises : état des lieux et perspectives d actions pour les pouvoirs publics Commande Réf. : MAP 05.B1.05.01. Etude ayant bénéficié

Plus en détail

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet

La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet La gestion intégrée des produits résiduaires organiques de la micro-régionouest de la Réunion Etat d avancement du projet T. Wassenaar, J. Queste, J.M. Paillat Assemblée Générale du RMT Fertilisation &

Plus en détail

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Congrès International sur l Assurance et la Réassurance des Risques Agricoles

Plus en détail

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation

Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation COLLOQUE EN AGROENVIRONNEMENT «Des outils d intervention à notre échelle» Le 23 février 2005, Drummondville Les ouvriers du sol et les pratiques agricoles de conservation Odette MÉNARD, M.Sc. Génie, ing.,

Plus en détail